Version classiqueVersion mobile

S.I.Lex, le blog revisité

 | 
Mélanie Leroy-Terquem
, 
Sarah Clément

Chapitre 1. Au cœur de la bibliosphère

Parcours 2. Logique, vous avez dit logique ?

Bernard Majour

Texte intégral

1Un jour, Calimaq, tu m’as dit, dans ton souhait de transformer ton blog en livre :

  • 1 « S.I.Lex va devenir un livre (mais on a besoin de vous !) », 19 février 2018. < https://scinfolex (...)

J’en serai très honoré et pour tout vous dire, j’y verrai même une certaine logique1.

2Une certaine logique ? Vraiment ?

3Abîme de perplexité.

4Car sans t’en rendre compte tu me mets dans la position du docteur Watson en train de regarder Sherlock Holmes opérer. Ce n’est pas Holmes qui vit et bouge, c’est le docteur Watson qui lui donne vie et analyse son fonctionnement. Ce n’est pas Holmes seul qui est captivant, c’est le regard de Watson sur son ami – et peut-être sujet d’étude – qui le rend si unique et captivant.

5Comment te rendre un pareil regard ?

6Oui, abîme de perplexité qui m’oblige à aller bien au-delà des apparences et à comprendre pourquoi je t’ai mis dans mes liens préférés et pourquoi d’autres ont (eu) la même démarche. Si je t’avais lu en livre, je t’aurais lu une fois et c’est tout. Un blog, c’est autre chose. Une liste de sites préférés, également.

7Les bibliothécaires auront bien du mal à le comprendre et peut-être à l’exploiter, mais il est une différence fondamentale entre une liste de liens préférés et un livre physique préféré. Peut-être de la même manière que l’on apprécie un auteur, au point de l’emmener partout et de l’offrir à tout le monde, il y a cette part d’affinité que l’on ressent pour un blogueur ou pour ses idées.

8C’est sûr, être « épinglé » par Silvère Mercier a ouvert bien des possibilités à cette affinité, mais cela n’explique pas tout. Cela n’explique pas pourquoi on s’accroche à un blog sur plusieurs années, pourquoi le contact s’établit entre un auteur et un lecteur, et qu’il dure. Alors qu’il passe assez vite avec d’autres blogs, faute de billets ou par un éloignement dans des directions différentes. Parfois opposées.

9À relire tes premiers billets, je pense que j’ai définitivement accroché ici :

Vous allez peut-être rire, mais je vois dans cette belle histoire d’Open Access comme un symbole très fort

  • 2 « Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia ! », 9 novembre 2009. < https://s (...)

Allez, je ne vous cache rien : j’ai une grande fascination pour les fourmis2.

10Deux titres en gras, que tu as corrélés à :

  • Car les fourmis sont à mes yeux l’emblème de l’intelligence collective…
  • Je veux rendre à l’intelligence collective tout ce qu’elle me donne.

11Un blogueur capable d’aller piocher hors de son domaine, voilà qui méritait bien une inscription dans la liste de mes sites préférés. Et de l’y maintenir pendant maintenant 9 ans, alors que j’ai tranché, pilonné, élagué d’autres sites. Souvent des blogueurs peu ou pas nourrissants, ceux ou celles qui n’étaient pas prêts à discuter, à affiner leurs propos, à réfléchir en commun pour alimenter la locomotive de l’intelligence collective.

12Un blog, ça peut être un journal personnel… mais si on l’ouvre à d’autres, c’est pour partager quelque chose. Sinon, autant le garder fermé et pour soi.

13On repère assez vite ceux qui ont le partage comme cheville ouvrière. Et les autres qui sont à divers stades de maturation dans la volonté de partager sans être ébranlé ou chahuté dans la polémique. Alors que certains prennent les devants pour attirer le lecteur et rendre leurs titres plus attractifs.

14Avec les blogs, il y a toujours un jeu de séduction, de brise-tabous, d’attractivité, de renouvellement et aussi de constance et d’engagement dans la démarche. Sans doute agrémenté d’un peu de folie.

15Car, pourquoi passer autant de temps à écrire ?

16Pour le bénéfice de qui ?

17Pour quelle gloire éphémère, puisqu’un blog, il suffit d’un trou, d’un passage à vide pour le pousser dans les trappes de l’oubli.

18Sans oublier la concurrence… de tout le reste, qui peut ravir vos lecteurs (au sens propre et au sens figuré).

19Et la question n’est peut-être pas de savoir pourquoi on tombe un jour sur un blog, mais pourquoi on y revient ? Encore et encore.

Calimaq, enchanteur du droit des sciences de l’information

20Oui Calimaq, quelque part, tu es bien un enchanteur du droit des sciences de l’information.

21Un peu comme Merlin en forêt de Brocéliande, à arpenter des territoires inconnus du commun des mortels, et à les rendre compréhensibles pour beaucoup. C’est vrai, il y a tout un art dans le blogging. Et si on peut se concentrer sur les mots, sur les questions, il est un autre point peut-être plus important.

22L’enchantement commence par l’accueil du lecteur. En général, il suffit d’un coup d’œil pour savoir si on va se trouver bien dans un lieu, si l’accueil est chaleureux.

23Sur un blog, le thème choisi est un premier enchantement.

24La police utilisée, sa taille, dans le texte et surtout dans les commentaires arrive en second, et pourtant peut se révéler essentielle dans « l’accueil » du commentateur. À égalité de taille avec celle du billet, le blogueur met le lecteur à son niveau ; plus petite, plus mal fichue, plus mal formatée (dans une frappe au kilomètre), on voit déjà dans quelle estime on considère son lecteur. Car dans un bon blog, il y a le commentateur et ceux qui vont lire les commentaires. On touche là une double richesse collaborative.

25Des commentaires qui peuvent être aussi intéressants que le billet lui-même, mais qui ne seraient pas sortis sans le billet initial… et qui entraînent, par effet boule de neige, le blogueur lui-même à y répondre et compléter sa pensée3.

26S’il y a des techniques pour bien bloguer, répondre au lecteur en est une essentielle. On n’est pas dans un livre à la pensée figée, le blogueur est là, bien vivant derrière les mots, et on peut lui poser des questions, augmenter la proximité, le remercier pour son éclairage, ou même polémiquer.

  • 4 Par exemple, ce billet qui suscite un approfondissement dans la zone des commentaires : < https:// (...)

27Hum polémiquer, plutôt agrandir le débat ou le champ de recherche au point d’engendrer la création d’un nouveau billet afin d’éclairer ce ou ces nouveaux points4.

28Un bon blogueur est également réactif et sait se servir de ce que lui offrent ses lecteurs. Quand les flux se combinent, ils deviennent torrents d’informations et d’idées.

29Et, dans le cas des silex, quand ils se frottent les uns aux autres, ils créent des étincelles.

30Le blogueur peut, et doit, être à l’écoute de ses lecteurs.

31Quand il brasse large, autant que les journalistes vulgarisateurs, on s’aperçoit vite que le bon blogueur se met au niveau de son interlocuteur. On ne répond pas de la même façon à un auteur, à un archiviste ou à un bibliothécaire. On ne les attire pas de la même façon.

32Dans un bon blog, l’attitude consciente, la magie du blogueur vaut plus que ce qu’il écrit. Et si on l’invite par la suite à expliquer sa pensée au-delà des frontières des mots et de son blog, dans des conférences ou dans d’autres occasions, c’est parce que l’on cherche cette attitude.

33On apprécie cette capacité à transmettre et faire réfléchir.

34On apprécie cette volonté de répondre à des pratiques professionnelles ou de les déborder, d’expliquer les choses au mieux sans s’arrêter au simple fait de « poser » sa pensée pour la fossiliser comme dans un livre, figée à jamais.

35Un bon blogueur est un éducateur. On devrait même pouvoir dire un bon médiateur, à l’écoute de ses lecteurs. Ce sont des qualités que possèdent les enchanteurs de l’information.

36Et le fait d’étendre ton champ d’action hors des bibliothèques, Calimaq, de glisser sur le droit d’auteur au sens large, (de loucher vers les fourmis, l’espace par le biais de la fusée Heavy Falcon, ou encore de chasser les Pokémon) peut sembler nous éloigner du sujet central : le droit des sciences de l’information. Mais tout cela apporte des exemples concrets sur l’implication, l’imbrication du droit dans notre quotidien, à tous.

37Un peu, beaucoup, comme les images ou les vidéos que tu introduis dans tes billets, pour les aérer, les agrémenter et surtout pour donner du relief à tes mots.

38Si on devait créer une collection de bibliothèque à l’image de ton blog, on pourrait être surpris par le résultat. Comme on pourrait sans doute être surpris par un mashup des images du blog S.I.Lex. Et de se rendre compte combien la palette d’un bon blogueur est étendue au-delà des mots et de la simple pensée.

39« Une image vaut plus que mille mots » entend-on souvent. En réalité, c’est son interprétation, ce qu’elle dit, qui vaut plus que mille mots. Et si on doit regarder derrière les images, derrière les mots, on s’aperçoit vite de toute la veille, de toute l’activité de fourmi qui se cache sous les fondations d’un bon blog.

40Regarder le seul produit fini n’explique pas la démarche, ni tout le travail nécessaire à son accomplissement. Ce serait comme se contenter de lire la fin de chaque texte de Sherlock Holmes et d’en conclure qu’il est juste un bon enquêteur et qu’il capture avec brio tous ses adversaires. On passerait à côté des ressorts des histoires et des capacités de chaque personnage à y déployer ses compétences et sa personnalité.

Calimaq, Titan textuel au cerveau torrentiel

41Alors, je vais juste regarder une seule image.

42Ce monument bâti à dos de fourmi, sur ces nuits blanches passées à écrire, écrire et encore écrire, comme Victor Hugo en était capable, avec une certaine fièvre, avec les tripes : « Pour lui [Victor Hugo], le poète est un « veilleur » ; influencer les gouvernants et l’opinion fait partie de sa mission. Son intense activité d’écriture, loin de le couper de la réalité quotidienne, s’en nourrit bien souvent »5. Aussi bizarre que cela puisse paraître, puisque tu te revendiques de Callimaque de Cyrène, bibliothécaire, j’ai l’impression que tu te rapproches plus de Victor Hugo et de son œuvre titanesque, de ses engagements et de son militantisme torrentiel : « Certains romans célèbres sont extrêmement longs, Les Misérables de Victor Hugo, par exemple, compte environ 513 000 mots », ton blog, avec 600 billets, en comporte plus du double.

Le blog S.I.Lex en chiffres

Le blog S.I.Lex en chiffres

(*) Toutes valeurs extrapolées sur une base de 407 billets.

43Oui, tu es exigeant avec tes lecteurs. Encore plus avec toi-même, car les 196 nuits blanches ne valent que pour une théorie d’écriture à 11 mots par minute, si l’on en croit le site WordCounter6. Combien de temps pour choisir les images, pour lire, relire et réécrire, pour veiller, pour préparer tes conférences. Sans doute le double ou le triple. Près d’un an de vie, si ce n’est deux pour partager ce qui t’anime :

Comme je le dis souvent, je veux rendre à l’intelligence collective tout ce qu’elle me donne. C’est un des moteurs qui me poussent à chercher, fouiller, signaler, partager, recommander, tagger autant que je le peux et surtout ne rien garder !7

44Travail de fourmi, travail de titan.

45« Pourquoi écrivez-vous ? » demande-t-on souvent aux auteurs.

46Blaise Cendras aurait répondu : « Parce que. »

47Françoise Giroud, « Parce que je ne peux pas faire autrement. C’est comme respirer. »

48Éliette Abécassis, « Pour pouvoir continuer de vivre. »

49Toi, Calimaq, tu préfères :

50– « Tout ce que vous ferez est dérisoire, mais il est essentiel que vous le fassiez quand même » (Gandhi).

51Avec quand même l’idée de suffoquer si tu t’arrêtes de bloguer, de ne pouvoir continuer à vivre.

52Parce que tu ne peux pas faire autrement.

53Transformer ton souffle en livre ?

54Comme si c’était possible.

55Peut-on vraiment transformer ou ouvrir un continent vierge en quelques coups de machettes ?

56Tout au plus lancer quelques parcours, pistes sommaires pour l’aborder.

57C’est un peu le problème de partir à la suite d’un explorateur.

58Et de se retrouver à demander : Doctor Livingstone I presume ? sur les bords d’un lac africain.

Se mirer dans les eaux du lac Tanganyika… ou pas ?

59Un livre ou pas ?

60Si tu devais écrire un livre à partir de ton blog, il faudrait te pencher sur deux points précis : quelle finalité à ce livre et surtout pour quel public ?

61Ce qui ne serait déjà pas simple.

62Quand on regarde les tags de tes billets, tags établis par tes soins, on n’en dénombre pas moins de 911. Vu ce foisonnement, ce sera encore moins simple. Surtout que tu storyfies tes billets comme autant de nouvelles littéraires, mais sans héros récurrent.

63Le seul héros récurrent, c’est Sherlock Calimaq, celui qui enquête inlassablement, qui traque, qui chasse les criminels de la copyfraud, du Copyright Madness8 ; ce Livingstone qui part à la découverte d’un nouveau monde presque à chaque billet.

64Tu aimes enquêter, tu aimes explorer, Calimaq. Mais sur du neuf. Un explorateur ne peut pas revenir sur de l’ancien, il n’y a plus rien à découvrir, plus aucun secret à dévoiler. Et tant à faire, et si peu de temps pour le faire.

65T’enfermer dans le carcan d’un livre, dans le couloir d’un public cible… autant demander à une source d’arrêter de couler.

  • 9 Voir la contribution d’Isabelle Van Welden : « S.I.Lex dans les services questions et réponses en (...)

66Bien sûr, tu pourrais tourner le problème autrement, tu pourrais regarder ton blog pour ce qu’il a apporté à la profession9 : la Copy Party, le droit à la copie privée en bibliothèque, les Creatives Commons et leur impact sur les différences licences utilisées dans et hors des bibliothèques ; peut-être revenir sur le domaine public, ou encore sur les raisons d’appliquer, a minima, la loi sur le terrorisme…

67Entre autres beaux gibiers ramenés dans ta gibecière d’explorateur.

68Tu pourrais aussi nous parler de ce hold-up sur le droit d’auteur que tu as commis lorsque tu as passé ton blog en CC0, commentaires d’autres auteurs inclus, sans possibilité d’opt-out pour ces derniers. Et qui pourrait faire des étincelles si on s’avisait d’y regarder de plus près.

69Sacré hold-up, qui m’a bien fait rire, et aussi réfléchir.

70Comme ta recherche sur les Communs. Parce que, d’une certaine façon, en passant ton blog en CC0, en incluant tout le monde, j’ai l’impression que tu vas chercher au loin ce que tu as sous tes propres yeux, sous tes propres mains. Un blog en CC0, c’est un Commun littéraire.

Un commun est une ressource partagée, gérée, et maintenue collectivement par une communauté ; celle-ci établit des règles dans le but de préserver et pérenniser cette ressource tout en fournissant la possibilité, le droit de l’utiliser par tous10.

71Extraire un livre de ton blog, ce serait te tirer une balle dans le pied.

72Renier tous tes principes. Pas juste par manque de temps, ou parce que la tâche est impossible – rien n’est impossible à une fourmi – mais bien parce que tu as créé un Commun, une ressource partagée, par choix. Demander à la communauté de la pérenniser, c’était la seule solution logique à ta démarche.

- Vous avez dit logique mon cher Watson ?

- Oui, logique, Calimaq. Tout à fait logique.

Sélection de billet

Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia !11

  • 11 « Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia ! », 9 novembre 2009. < https://s (...)

73Publié le 9 novembre 2009 par Calimaq

74AntWeb12 est une extraordinaire base de données développée par la California Academy of Science13qui a pour but de recenser et de faire connaître la diversité du monde des fourmis. Elle contient plus de 30 000 photographies d’une qualité exceptionnelle, décrivant chaque espèce.

Le site AntWeb fait plus que nous faire connaître toutes les fourmis du monde : il les libère sur la Toile !

Le site AntWeb fait plus que nous faire connaître toutes les fourmis du monde : il les libère sur la Toile !

75À l’origine, le site avait été placé sous licence 14 (Attribution-Usage Non Commercial-Partage à l’identique), relativement permissive, mais incompatible avec les règles de l’encyclopédie collaborative Wikipédia15.

76Qu’à cela ne tienne ! Waldir Pimenta, un wikipédien16 , n’a pas hésité à demander aux développeurs d’AntWeb de modifier leur licence pour passer en Creative Commons BY-SA17, ce qu’ils ont accepté :

Je leur ai envoyé un mail leur suggérant de changer leur licence. Lorsqu’ils ont répondu, j’ai découvert qu’ils avaient déjà eu en interne des discussions au sujet des licences depuis un moment. Je suis resté en contact, et je me suis assuré de leur faire connaître les avantages qu’ils pourraient retirer à ce que leur travail soit diffusé sur des sites à fort trafic comme Wikipédia, Commons ou WikiSpecies.

J’aime à penser que ce petit coup de pouce les a aidés à prendre leur décision, quelque peu après, non seulement pour changer leur licence en une CC-BY-SA, mais aussi pour charger eux-mêmes toutes leurs images sur Commons ! Cela faisait partie de leur mission : « offrir un accès universel à l’information sur les fourmis ».

Auparavant, le projet AntWeb était concentré seulement sur la numérisation et le développement de leur site web ; mais à présent, ils ont également décidé « d’exporter » le contenu d’AntWeb pour améliorer l’accès. Mettre les images et les métadonnées associées sur Communs a constitué un exemple de leur activité de sensibilisation.

Quand on pense que La Fontaine a osé écrire « La fourmi n’est pas prêteuse » ! (Aphaenogester cockerelli. AntWeb. CC-BY-SA. Source : Wikimedia Commons)

Quand on pense que La Fontaine a osé écrire « La fourmi n’est pas prêteuse » ! (Aphaenogester cockerelli. AntWeb. CC-BY-SA. Source : Wikimedia Commons)

78L’aventure ne fait que commencer, puisqu’à présent la communauté des wikipédiens va pouvoir réutiliser ces photos pour illustrer les pages de WikiSpecies19, le répertoire libre du vivant ou encore développer l'arbre des catégories de fourmis20 de Wikimedia Commons qui permet de naviguer parmi les espèces.

79Vous allez peut-être rire, mais je vois dans cette belle histoire d’Open Access comme un symbole très fort…

80Car les fourmis sont à mes yeux l’emblème de l’intelligence collective21

81Cette force puissamment à l’œuvre sur Internet qui reste invisible au paradigme individualiste étroit sur lequel est construite la propriété intellectuelle.

82Grâce à AntWeb, la connaissance du monde myrmécéen va pouvoir se diffuser et s’organiser par le biais de processus collectifs, sur Wikipédia et ailleurs sur la Toile.

83Un peu comme si les deux moitiés de l’intelligence sur terre étaient mises en contact…

84Wikipédia n’est-elle pas elle-même une sorte de fourmilière de la connaissance, qu’aucun de ses contributeurs ne peut plus signer et qui existe au-delà des apports individuels ?

85Je retrouve un texte écrit il y a deux ans dans mon mémoire d’étude22, au moment où je commençais à peine à m’intéresser au droit d’auteur, extrait d’un chapitre intitulé « Du modèle de l’architecte au modèle de la fourmilière » :

L’exemple phare de ces œuvres communautaires est bien sûr Wikipédia, l’encyclopédie libre en ligne, qui suscite beaucoup d’intérêt, mais aussi de réticences de la part des bibliothécaires. D’un point de vue juridique, ce type d’œuvres constitue lui aussi un important renversement de la logique du droit d’auteur. L’application des règles classiques conduirait à attribuer à Wikipédia la qualification d’« œuvre de collaboration » : chaque participant se verrait ainsi reconnaître un droit sur ses contributions. On pourrait aussi y voir une « œuvre collective », dont la propriété appartiendrait conjointement à la société qui gère l’ensemble et aux contributeurs, à l’instar de ce qui existe pour les encyclopédies classiques.

Mais on sent bien que ces deux concepts ne correspondent pas à la réalité nouvelle que constitue Wikipédia : les contributeurs sont trop nombreux, la centralisation trop faible, les apports de chacun trop minimes, les modifications trop rapides pour que l’on puisse continuer à « plaquer » les notions classiques du droit d’auteur ; voire peut-être à parler d’auteur. Il semble qu’avec les « wikis », surgissent de l’environnement numérique les premiers objets qui ne peuvent tout simplement plus être saisis par le droit d’auteur.

C’est que celui-ci est trop fortement marqué par une conception « romantique » de la création issue d’un autre temps, dans laquelle les œuvres étaient créées par des auteurs solitaires, comme des prolongements de leur propre personnalité pour être ensuite révélées au public qui les recevait passivement. Ce modèle d’un auteur-architecte, qui conçoit a priori le plan de sa création avant de la réaliser, est profondément bouleversé par des œuvres comme Wikipédia, qui ne sont plus seulement « collaboratives », ni même « collectives », mais « communautaires » au sens fort du terme. On est ici en présence d’objets, qui finissent par acquérir une vie et une identité indépendantes de celles de leurs innombrables créateurs. Wikipédia ressemble moins à une architecture qu’à une fourmilière : ouvrage communautaire créé sans que n’existe de plan dans aucun esprit ; doué de permanence tout en changeant constamment ; sacrifiant l’intérêt des individus au nom de l’intérêt général. Comment un système aussi profondément individualiste que le droit d’auteur pourrait-il saisir le sens d’un tel objet ?

86Allez, je ne vous cache rien : j’ai une grande fascination pour les fourmis.

87Je suis une fourmi, à l’âge de l’information, qui aspire à participer à quelque chose qui la dépasse dans la grande fourmilière virtuelle…

88Je veux rendre à l’intelligence collective tout ce qu’elle me donne.

Pour comprendre ce qu’est l’intelligence collective, cliquez sur l’image. (Acanthomyrmex. AntWeb. CC-BY-SA)

Pour comprendre ce qu’est l’intelligence collective, cliquez sur l’image. (Acanthomyrmex. AntWeb. CC-BY-SA)

Commentaires au billet « Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia ! »

1/ Commentaire par Claude Le Paih

8918 décembre 2009 à 09 h 49

90J’ai voulu comprendre ce qu’était l’intelligence collective en cliquant sur l’image et je me suis retrouvé devant une publicité.

91Je préfère de loin une intelligence unique qui dessine des moutons…

92Réponse de Calimaq à Claude Le Paih

9318 décembre 2009 à 15 h 22

94Étonnant, moi quand je clique je tombe sur une vidéo sur YouTube qui montre comment une communauté de fourmis est capable de résoudre un problème complexe, mais il y a de la pub sur YouTube effectivement.

95Vous soulevez quand même un problème important, qui réside dans la façon dont l’intelligence collective peut être récupérée et utilisée sur Internet à des fins commerciales (voir ici pour un bel exemple23).

96Ceci étant dit, cela ne me fera pas préférer les moutons aux fourmis !24

Notes

1 « S.I.Lex va devenir un livre (mais on a besoin de vous !) », 19 février 2018. < https://scinfolex.com/2018/02/19/s-i-lex-va-devenir-un-livre-mais-on-a-besoin-de-vous/ >.

2 « Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia ! », 9 novembre 2009. < https://scinfolex.com/2009/11/09/grace-a-antweb-les-fourmis-partent-a-la-conquete-de-wikipedia/ >.

3 Par exemple, ce billet et ses plus de 200 commentaires : < https://scinfolex.com/2012/07/27/comment-la-propriete-intellectuelle-a-transforme-les-jeux-olympiques-en-cauchemar-cyberpunk/ >.

4 Par exemple, ce billet qui suscite un approfondissement dans la zone des commentaires : < https://scinfolex.com/2010/03/31/reflexions-sur-la-fragilite-juridique-dun-filigrane/ >.

5http://www.besancon.fr/index.php?p=1569 >.

6https://wordcounter.net/ >

7 « 100e billet dans S.I.Lex ! », 14 janvier 2010. < https://scinfolex.com/2010/01/14/100eme-billet-dans-s-i-lex/ >.

8https://scinfolex.com/copyright-madness/ >.

9 Voir la contribution d’Isabelle Van Welden : « S.I.Lex dans les services questions et réponses en ligne des bibliothèques », p. 497.

10 Voir l’article Communs dans Wikipédia. < https://fr.wikipedia.org/wiki/Communs >.

11 « Grâce à AntWeb, les fourmis partent à la conquête de Wikipédia ! », 9 novembre 2009. < https://scinfolex.com/2009/11/09/grace-a-antweb-les-fourmis-partent-a-la-conquete-de-wikipedia/ >.

12 < https://antweb.org/ >

13 < https://www.calacademy.org/ >

14 < https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/ >

15 < https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Licensing >

16 < http://brianna.modernthings.org/article/241/guest-antweb-goes-cc-by-sa >.

17 < https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/ >.

18 < https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Images_from_AntWeb >.

19 < https://species.wikimedia.org/wiki/Main_Page >

20 < https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Formicidae >

21 < http://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_collective >.

22 < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-40652 >

23 D. S., « Tout le monde travaille pour Google », le Figaro.fr, 21 octobre 2009. < http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2009/10/21/01030-20091021ARTFIG00464-tout-le-monde-travaille-pour-google-.php >.

24 « 100e billet dans S.I.Lex ! », 14 janvier 2009. < https://scinfolex.com/2010/01/14/100eme-billet-dans-s-i-lex/ >.

Table des illustrations

Titre Le blog S.I.Lex en chiffres
Légende (*) Toutes valeurs extrapolées sur une base de 407 billets.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Le site AntWeb fait plus que nous faire connaître toutes les fourmis du monde : il les libère sur la Toile !
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Quand on pense que La Fontaine a osé écrire « La fourmi n’est pas prêteuse » ! (Aphaenogester cockerelli. AntWeb. CC-BY-SA. Source : Wikimedia Commons)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Pour comprendre ce qu’est l’intelligence collective, cliquez sur l’image. (Acanthomyrmex. AntWeb. CC-BY-SA)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

Auteur

Responsable de la bibliothèque de Marcheprime (Gironde).

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search