Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Chapitre III. Regards et transferts

Lieux de mémoire, Erinnerungsorte

118

Étienne François

Texte intégral

  • 118 Ce texte a été publié en 2008 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’h (...)
  • 119 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, T. I, La République, Paris, Gallimard, 1984 ; T. II, La N (...)

1Depuis un bon quart de siècle, nos sociétés connaissent une véritable explosion mémorielle. Elles sont, pour reprendre une formule de Pierre Nora, entrées dans l’ère de la commémoration. Pour la discipline historique et plus généralement pour les sciences de l’homme et de la société, cette réalité nouvelle a représenté un défi. Parmi les réponses imaginées pour le relever, la plus convaincante, la plus connue aussi, a été celle des « lieux de mémoire » expérimentée d’abord en France à l’initiative de Pierre Nora au début des années 1980, avec les sept gros volumes parus entre 1984 et 1992 qui en ont été l’expression. Par « lieu de mémoire », Pierre Nora et tous ceux qu’il a associés à son entreprise entendent « toute unité significative, d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une quelconque communauté »119. Quant à l’approche mise en œuvre pour les étudier, elle consiste à en retracer la genèse et l’histoire, c’est-à-dire à les historiser dans une double perspective de déconstruction et de contextualisation.

  • 120 Mario Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria, 3 vol., Rome-Bari 1997-1998 (traduction française pa (...)
  • 121 H. L. Wesseling (dir.). Plaatsen van Herinnering. Een historisch succesverhaal, T. IV ; Win Van Der (...)
  • 122 Sonja Kmec, Benoît Majerus, Michel Margue, Pit Peporte (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg. Usag (...)
  • 123 Moritz Csaky (dir.), Orte des Gedächtnisses, Vienne, Böhlau, 2000 ; Emil Brix, Ernst Bruckmüller, H (...)
  • 124 Ole Feldbaek (dir.), Dansk identitetshistorie, Copenhague 1991-1992.
  • 125 Georges Nivat (dir.), Les sites de la mémoire russe, T. I. Géographie de la mémoire russe, Paris, F (...)
  • 126 Étienne François, Hagen Schulze (dir.). Deutsche Erinnerungsorte. 3 vol., Munich, Beck, 2001.
  • 127 Étienne François, Hagen Schulze (dir.). Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 2007.

2Avant même que la publication issue de l’enquête collective initiée par Pierre Nora ait été achevée, une question s’est tout de suite posée. Cette approche, d’abord expérimentée à propos du cas français n’est-elle rien d’autre que la réponse au rapport spécifique que la société française entretient à son passé – auquel cas elle serait intransposable – ou peut-elle être au contraire étendue à d’autres pays et à d’autres modalités de rapport au passé ? La multiplication rapide de publications appliquant l’approche des « lieux de mémoire » à d’autres pays et à d’autres cultures mémorielles – l’Italie120, les Pays-Bas121, le Luxembourg122, l’Autriche123, le Danemark124, la Russie125 – a rapidement tranché la question. Et c’est précisément dans ce contexte que s’inscrit l’entreprise que j’ai pilotée avec un ami et collègue allemand, Hagen Schulze, professeur d’histoire à l’Université Libre de Berlin, d’une enquête sur les « lieux de mémoire » allemands. Lancée en 1995, cette entreprise, elle aussi collective, a d’abord débouché en 2001 sur la parution en allemand, chez l’éditeur Beck (Munich) de trois volumes publiés sous le titre Deutsche Erinnerungsorte qui présentent en 2 300 pages environ 120 « lieux de mémoire »126. Au début de l’année 2007, Gallimard a à son tour publié en traduction française dans la « Bibliothèque illustrée des histoires » une sélection d’une bonne trentaine de ces « lieux de mémoire » qui fait 800 pages. Cette publication dont j’ai assuré la réalisation et la direction a paru sous le titre Mémoires allemandes127.

  • 128 Étienne François, « L’Allemagne fédérale se penche sur son passé », Vingtième siècle. Revue d’histo (...)
  • 129 Étienne François, « La question allemande, hier et aujourd’hui », in Robert Frank (dir.). Écrire l’ (...)
  • 130 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland, Munich, C. H. Beck Verlag, 2001.
  • 131 Étienne François, « L’histoire en Allemagne après la chute du mur », Actes de la recherche en scien (...)

3Avant de retracer la manière dont nous nous y sommes pris et les résultats auxquels nous sommes parvenus, un bref rappel des raisons qui nous ont incités à entreprendre ce projet n’est pas inutile. À l’origine de ce projet, je vois pour simplifier les choses les raisons suivantes. La première – en forme de défi – a été la réaction des amis allemands à qui, dès la parution des premiers tomes de l’enquête de Pierre Nora, j’avais dit combien il me paraîtrait intéressant de tenter de transposer l’approche des lieux de mémoire à l’Allemagne ; quasi unanime, en effet, cette réaction avait été aussi catégorique que négative : une telle approche, m’avait-on dit, ne pouvait s’appliquer qu’à la France, en raison de la prégnance du modèle national et des continuités de l’histoire française ; mais dans le cas d’une Allemagne incertaine sur son identité nationale et dont l’histoire comme le rapport au passé sont marqués par les ruptures (à commencer par la « rupture de civilisation » des années 1933-1945), une telle approche serait condamnée à l’échec. Pour catégorique qu’elle ait été, cette réaction ne m’avait cependant pas convaincu, tant s’en faut. Car d’un autre côté, grâce aux longs séjours que j’avais effectués sur place (d’abord de 1979 à 1986 à Göttingen, où j’avais dirigé la Mission historique française, puis surtout à partir de 1991 à Berlin où j’avais été chargé de créer le Centre Marc Bloch), j’étais frappé par le fait que l’Allemagne est, par excellence, en raison du « poids du passé », un pays hanté par la mémoire, dans lequel les enjeux de mémoire sont au moins aussi importants qu’en France, avec une surdétermination politique, éthique, émotionnelle et conflictuelle dont on ne prend vraiment conscience que lorsqu’on est immergé sur place128. Je constatais, ensuite, que la réunification avait donné aux débats sur la présence du passé une actualité nouvelle : l’Allemagne d’après 1989/1990 était en effet confrontée à un double défi : comment, d’une part, assumer deux mémoires foncièrement différentes voire antagonistes, sans pour autant relativiser la mémoire du nazisme ? Comment, d’autre part, assumer le fait que l’Allemagne, redevenue presque malgré elle un État national, se trouvait obligée de faire un inventaire critique des dimensions nationales de son héritage mémoriel129 ? J’avais enfin l’impression qu’une enquête historienne sur les mémoires allemandes, en dépit des objections précédemment évoquées, pouvait profiter de deux conditions favorables : d’un côté le très important travail de mémoire effectué en profondeur depuis des décennies déjà par de larges secteurs de la société allemande (ce qu’en allemand on appelle la Vergangenheitsbewältigung130), et de l’autre, la confirmation de la profondeur de la mue démocratique de l’Allemagne et de la solidité de sa culture politique apportée par les modalités mêmes de la réunification, avec le regard plus apaisé qu’elle permettait de porter sur la « présence du passé »131.

  • 132 Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Berlin et ancien directeur de l’Institu (...)
  • 133 Steven Englund, « De l’usage de la Nation par les historiens » et « L’histoire des âges récents : l (...)
  • 134 Perry Anderson, La pensée tiède. Un regard critique sur la pensée française (trad. de l’anglais), s (...)
  • 135 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondat (...)
  • 136 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2001.
  • 137 Thomas Nipperdey, « Der Kölner Dom als Nationaldenkmal », Historische Zeitschrift, 233, 1981, pp. 5 (...)
  • 138 Reinhart Koeslleck, Michael Jeismann (dir.), Der politische Totenkult. Kriegerdenkmäler in der Mode (...)
  • 139 Jan Assmann, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hoch (...)

4Ma chance fut alors de rencontrer Hagen Schulze, professeur à l’Université Libre de Berlin et tout aussi convaincu que moi qu’une transposition à l’Allemagne du modèle des « lieux de mémoire » méritait d’être tentée132. Nous décidâmes alors d’un commun accord de tenter l’aventure ensemble et pour éviter les spéculations sans issue, lançâmes un séminaire commun qui s’étendit sur six semestres. La première étape de notre travail consista à procéder à un bilan critique des enquêtes sur les mémoires collectives pratiquées à l’échelle internationale. Par-delà la relecture des sept volumes des Lieux de mémoire de Pierre Nora, nous nous sommes surtout intéressés à leur réception en France et à l’étranger, aux critiques qui leur ont été adressées (ainsi par les historiens Steven Englund133 et Perry Anderson134), aux enquêtes menées dans d’autres pays (ainsi en Italie à l’initiative de Mario Isnenghi), aux ouvrages théoriques et méthodologiques consacrés à la thématique de la mémoire (avec une mention particulière pour ceux de Marie-Claire Lavabre135, Paul Ricoeur136, Thomas Nipperdey137, Reinhart Koselleck138, Jan et Aleida Assmann139). Nous étions en effet convaincus qu’une transposition terme à terme à l’Allemagne des approches pratiquées en France conduirait à une impasse et qu’avant de nous lancer dans une enquête de plus grandes dimensions, il nous fallait absolument être au clair sur les notions et les théories, les méthodes et l’état de la recherche internationale.

5Parallèlement à cela nous avons testé la faisabilité du projet en examinant ensemble quels pourraient être les thèmes abordés et comment les traiter. Durant cette phase expérimentale qui s’est déroulée sur plusieurs années, le concours des étudiants et participants à notre séminaire a été décisif et je ne saurais assez dire ce que nous devons à leur engagement et leur créativité. Cette approche pragmatique ne nous a pas seulement confortés dans nos intuitions de départ. Elle nous a également permis de commencer d’élaborer une liste des thèmes possibles et surtout aidé à en opérer une sélection. La mémoire, en effet, ressemble à une boîte de Pandore et à partir du moment où on commence de s’y intéresser de plus près, rien n’est plus difficile que de ne pas se laisser submerger par la multiplicité des entrées possibles. Très rapidement, nous en avions identifié plusieurs centaines. Le rétrécissement de cette liste n’a pas été aisé, non seulement parce que les critères de choix (thématiques, chronologiques, géographiques etc.) sont nombreux, mais surtout parce qu’en la matière il n’existe pas de critères absolus – avec les effets de subjectivité et d’aléatoire qui en découlent nécessairement. La liste que nous avons finalement établie – d’un commun accord avec la maison d’édition Beck – comprend 121 entrées qui vont de l’Antiquité à nos jours et combinent délibérément des entrées attendues (la porte de Brandebourg) avec des entrées moins convenues (les « jardins Schreber »).

  • 140 Délibérément, nous avons confié à certains d’entre eux des articles essentiels à la compréhension d (...)

6Restait enfin à trouver un mode de présentation et d’agencement des thèmes retenus qui réponde à la fois à la sensibilité des lecteurs potentiels et à notre souci de présenter une approche des mémoires allemandes récusant aussi bien la normativité que le fatalisme. Pour ce faire, nous avons opéré trois choix : celui, en premier, d’une structure en forme de labyrinthe ouvert qui regroupe de cinq à sept entrées autour d’une notion centrale et généralement intraduisible (ainsi les notions de Bildung, Heimat, Reich, Schuld ou Volk) – pour mieux montrer qu’il n’existe pas une mémoire allemande, mais au contraire des mémoires en perpétuelle recomposition ; en second, l’appel à des auteurs d’origine variée, tant par leur âge (même si les auteurs ayant entre cinquante et soixante ans dominent) que par leur spécialité (historiens, mais aussi littéraires, journalistes, etc.) et leur nationalité (plus d’un cinquième de nos auteurs ne sont pas allemands140), car les mémoires allemandes ne sont pas affaire de spécialistes et concernent autant les étrangers que les Allemands ; en troisième lieu, le choix d’articles brefs, en forme d’essais à la fois pédagogiques et analytiques, qui ouvrent des pistes, stimulent la curiosité et invitent les lecteurs à prolonger eux-mêmes l’interrogation, sans pour autant prétendre faire le tour de questions par définition ouvertes.

  • 141 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik : Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Muni (...)

7Les principaux acquis de ce projet, qui s’est déroulé sur plus de six ans et qui a été mené en collaboration avec plus de cent vingt auteurs, sont au nombre de quatre. Le premier est la centralité de la mémoire du nazisme dans les mémoires allemandes. Ce constat n’a en soi rien de surprenant, mais même s’il était attendu, j’avoue que je ne pensais pas au départ qu’il ressortirait avec une telle force, en particulier dans les articles écrits par des auteurs allemands. Tout se passe comme si au fur et à mesure que l’événement s’éloignait dans le temps, ses dimensions d’horreur avaient été perçues de plus en plus nettement, marquant un avant et un après des mémoires allemandes141. Comparable – en négatif – à ce qu’a longtemps représenté la mémoire de la Révolution française dans les mémoires de notre pays, la mémoire du nazisme et plus précisément celle de la Shoah est la référence première qui structure l’architecture des mémoires allemandes et par rapport à quoi tout le reste, explicitement ou implicitement, se trouve confronté. Dans l’index des noms propres des trois volumes allemands, Hitler est de loin le personnage le plus souvent cité, supplantant de beaucoup Goethe et Bismarck qui arrivent respectivement en seconde et troisième position, et c’est précisément parce que nous savions qu’il serait partout que nous avons renoncé à lui consacrer une entrée propre.

8Le second acquis de notre entreprise a été de mettre en valeur – par-delà la centralité de la mémoire du nazisme – la richesse des héritages mémoriels antérieurs. Au départ, nous pensions privilégier les constructions mémorielles liées directement à l’émergence de l’Allemagne comme nation au sens contemporain du terme et remontant donc au XIXe et à la première moitié du XXe siècle. Or là aussi, l’avancement de l’enquête nous a fait progressivement élargir notre perspective. Car, outre le fait que nombre des constructions mémorielles du XIXe siècle se font par réinterprétation dans un sens national d’héritages antérieurs (l’exemple de Wagner en est de ce point de vue emblématique), ces héritages eux-mêmes – qu’ils remontent à l’Antiquité (la « Germanie » de Tacite), l’époque médiévale (la notion de Reich), à l’époque de la Réforme (Luther) ou à l’époque moderne (la guerre de Trente Ans) – se sont révélés bien plus riches et complexes que nous ne l’avions imaginé au départ, ce qui confirme l’existence d’une réalité nationale allemande (au sens culturel avant tout) antérieure de plusieurs siècles à la réalisation de la première unité politique de l’Allemagne en 1871.

9Le troisième acquis de l’enquête a été de remettre en cause l’objection qui nous avait été si souvent faite au départ selon laquelle il n’existait pas une mémoire allemande, mais des mémoires allemandes caractérisées par leurs divisions et leur irréductibilité. La pluralité des mémoires allemandes – mémoire catholique et mémoire protestante, mémoire « nationale » et mémoires régionales, mémoire occidentale et mémoire orientale – a certes été confirmée par les articles rassemblés dans nos trois volumes, et c’est pour cette raison que j’ai proposé le titre de Mémoires allemandes au pluriel pour la sélection publiée par Gallimard. Mais derrière cette pluralité constitutive, elle-même inséparable du fédéralisme allemand, nous avons été frappés de constater d’un article à l’autre – et même à propos de thématiques très éloignées les unes des autres – une multiplicité de connivences tacites, de renvois implicites formant une sorte de trame invisible reliant entre eux les fragments de mémoire que nous avions identifiés. Et s’il est vrai qu’il n’existe pas une mémoire allemande unifiée qui en quelque sorte s’imposerait à tous, il n’en reste pas moins qu’il existe bien un style allemand de rapport au passé qui a sa spécificité, ses règles de fonctionnement, ses références, et qui est de ce fait le patrimoine commun des différentes familles mémorielles allemandes.

  • 142 Philippe Joutard, Jean-Noël Jeanneney (dir.), Du bon usage des grands hommes en Europe, Paris, Perr (...)

10Le fait que les constructions mémorielles soient toujours partagées est le dernier acquis de notre enquête. Partagées, elles le sont au double sens du terme : dans la mesure d’abord où elles forment un patrimoine que peuvent revendiquer plusieurs groupes, qui leur est en quelque sorte commun et qu’ils se partagent entre eux ; dans la mesure, ensuite, où ces revendications, liées elles-mêmes à des modes d’appropriation spécifiques, sont différentes et le plus souvent disputées et conflictuelles, opérant de ce fait un partage entre ces mêmes groupes. Ce qui se vérifie d’évidence dans le cas français avec la mémoire de la Révolution française ou celle de la Résistance se retrouve de la même manière dans le cas allemand avec la mémoire de la Réforme ou celle du mur. Or, ces appropriations disputées, loin de se cantonner à l’intérieur d’un espace culturel ou national, se retrouvent également entre plusieurs pays et plusieurs cultures mémorielles. Ces « lieux de mémoire partagés » sont particulièrement nombreux dans le cas de l’Allemagne, ne serait-ce qu’en raison de la centralité de l’Allemagne à l’intérieur de l’Europe, mais aussi des fluctuations des frontières allemandes et des interactions incessantes, dans un processus de détermination réciproque, entre l’Allemagne et ses mémoires, et ses voisins et leurs mémoires. Lieu de mémoire allemand par excellence, Auschwitz est également un lieu de mémoire juif, mais aussi polonais, européen et universel, et de la même manière Napoléon appartient aussi bien au patrimoine mémoriel allemand qu’au patrimoine mémoriel français, anglais, italien, espagnol ou russe – pour ne citer que les exemples les plus évidents. Et c’est pour cette raison que, aussi bien dans les trois volumes allemands que dans le volume français, nous avons choisi de faire une large place à ces « lieux de mémoire partagés »142.

  • 143 La maison d’édition Beck a ainsi décidé de lancer une collection spécialement consacrée aux « lieux (...)

11En Allemagne même, notre entreprise a rencontré un large écho : en témoignent aussi bien les très nombreuses recensions dont nos livres ont fait l’objet, que leur tirage (environ 50 000 exemplaires), leur utilisation dans l’enseignement secondaire et supérieur, ou encore les publications qui ont suivi l’impulsion ainsi lancée143. En France aussi, si j’en juge par les comptes rendus que Gallimard m’a fait suivre, l’écho a été plus qu’encourageant. Quelles conclusions de portée plus générale peut-on tirer de ce constat ?

12La première conclusion a trait à l’apport spécifique de la discipline historique dans l’étude des questions de mémoire. Par leur savoir-faire et les règles de leur métier, les historiens sont incontestablement mieux à même que d’autres pour « déconstruire » les lieux de mémoire et les cultures mémorielles, c’est-à-dire pour en retracer la genèse et l’évolution, les appropriations et les usages ; leur apport, de ce point de vue, est rapport d’historisation, de complexification et de contextualisation ; alors que la mémoire est une mise au présent du passé, la discipline historique met le présent en histoire ; son approche est avant tout analytique et pédagogique. Mais si les historiens ont une compétence propre, ils ne sont en aucun cas les propriétaires des mémoires collectives ; pour analyser et comprendre les recompositions mémorielles dont nous sommes à la fois les observateurs et les acteurs, d’autres disciplines, telles la sociologie, les sciences politiques ou l’anthropologie culturelle et sociale sont mieux armées que la discipline historique. Plus important encore : si tentés qu’ils soient souvent de le croire, les historiens ne sont en rien dépositaires d’un magistère normatif en matière de mémoire, car les enjeux derniers en la matière sont d’ordre politique et éthique.

  • 144 Guillaume Le Quintrec, Peter Geiss (dir.), Histoire/Geschichte : Le monde et l’Europe depuis 1945, (...)

13Le transfert réussi vers l’Allemagne d’une approche – celle des lieux de mémoire – d’abord expérimentée en France, puis sa réimportation également réussie de l’Allemagne vers la France, amènent en second lieu à penser que d’un pays à l’autre, les différences sont moins importantes et qu’à l’inverse, les convergences des cultures mémorielles sont plus avancées qu’on ne le croit communément. La quasi-concomitance, de ce point de vue, entre la sortie des Deutsche Erinnerungsorte (en 2001) et la décision prise, deux ans plus tard, en réponse à la demande exprimée par le parlement des jeunes réuni pour le quarantième anniversaire du Traité de l’Élysée, de lancer un manuel franco-allemand d’histoire pour les classes du second cycle de l’enseignement secondaire français et allemand, en est l’expression la plus parlante (d’autant plus, au reste, que parmi les promoteurs de ce manuel se retrouvent plusieurs historiens associés au projet précédent)144.

  • 145 Étienne François, « Europäische lieux de mémoire », in Gunilla Budde, Sebastian Conrad, Oliver Janz (...)

14Cette entreprise binationale montre enfin la voie dans laquelle tout laisse à penser que vont surgir, dans les années à venir, d’autres projets, à savoir celle de projets de recherche et de publication transnationaux et européens. Loin d’être cantonné à l’espace allemand, le cadre dans lequel s’était inscrite l’enquête des Deutsche Erinnerungsorte et des Mémoires allemandes était dès le départ un cadre européen. Il en va de même du manuel franco-allemand d’histoire puisqu’il a pour objet l’histoire de l’Europe et du monde. À Berlin même, une équipe d’historiens polonais et allemands vient de mettre en chantier un projet de publication qui portera, en allemand et en polonais, sur 90 « lieux de mémoire » germano-polonais. Le mouvement est lancé et la conjoncture de la mémoire étant une réalité transnationale, les réponses que lui apporteront les nouvelles générations d’historiens seront, elles aussi, nécessairement transnationales145.

Notes

118 Ce texte a été publié en 2008 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle.

119 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, T. I, La République, Paris, Gallimard, 1984 ; T. II, La Nation, Paris, Gallimard, 1986 ; T. III, Les France, Paris, Gallimard, 1992.

120 Mario Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria, 3 vol., Rome-Bari 1997-1998 (traduction française partielle : L’Italie par elle-même. Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006).

121 H. L. Wesseling (dir.). Plaatsen van Herinnering. Een historisch succesverhaal, T. IV ; Win Van Der Doel (dir.). Nederland in de twintigstee euw, Amsterdam 2005 ; T. III, Nederland in de negentiende eeuw, Amsterdam, 2006.

122 Sonja Kmec, Benoît Majerus, Michel Margue, Pit Peporte (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg. Usages du passé et construction nationale, Luxembourg, Saint-Paul, 2007.

123 Moritz Csaky (dir.), Orte des Gedächtnisses, Vienne, Böhlau, 2000 ; Emil Brix, Ernst Bruckmüller, Hannes Stekl (dir.), Memoria Austriae, Vienne, Oldenbourg Verlag, 2004-2005.

124 Ole Feldbaek (dir.), Dansk identitetshistorie, Copenhague 1991-1992.

125 Georges Nivat (dir.), Les sites de la mémoire russe, T. I. Géographie de la mémoire russe, Paris, Fayard, 2007.

126 Étienne François, Hagen Schulze (dir.). Deutsche Erinnerungsorte. 3 vol., Munich, Beck, 2001.

127 Étienne François, Hagen Schulze (dir.). Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 2007.

128 Étienne François, « L’Allemagne fédérale se penche sur son passé », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 7, 1985, pp. 151-163.

129 Étienne François, « La question allemande, hier et aujourd’hui », in Robert Frank (dir.). Écrire l’histoire du temps présent. Hommage à François Bédarida, Paris, CNRS Éditions, 1993, pp. 211-218.

130 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland, Munich, C. H. Beck Verlag, 2001.

131 Étienne François, « L’histoire en Allemagne après la chute du mur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-107, 1995, pp. 96-100 ; Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie : Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, Pantheon, 2006.

132 Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Berlin et ancien directeur de l’Institut historique allemand de Londres, Hagen Schulze a surtout travaillé sur l’histoire du nationalisme allemand au XIXe siècle, sur l’histoire de la République de Weimar, sur l’idée de nation en Europe et sur l’histoire de l’Europe contemporaine. Deux de ses livres ont paru en traduction française : État et nation dans l’histoire de l’Europe, Paris, Éditions du Seuil, 1996 et Petite histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, Paris, Hachette Littératures, 2001.

133 Steven Englund, « De l’usage de la Nation par les historiens » et « L’histoire des âges récents : les France de P. Nora », in Politix, n° 26, 1994, pp. 141-168.

134 Perry Anderson, La pensée tiède. Un regard critique sur la pensée française (trad. de l’anglais), suivi de La pensée réchauffée par Pierre Nora, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

135 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1994.

136 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

137 Thomas Nipperdey, « Der Kölner Dom als Nationaldenkmal », Historische Zeitschrift, 233, 1981, pp. 595-613 (traduction française : Réflexions sur l’histoire allemande, Paris, Gallimard, 1992).

138 Reinhart Koeslleck, Michael Jeismann (dir.), Der politische Totenkult. Kriegerdenkmäler in der Moderne. Munich, Fink, 1994.

139 Jan Assmann, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Munich, C. H. Beck Verlag, 1992 ; Aleida Assmann, Erinnerungsräume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses, Munich, C. H. Beck Verlag, 2007.

140 Délibérément, nous avons confié à certains d’entre eux des articles essentiels à la compréhension de l’identité allemande. C’est ainsi que les Français Gérald Chaix, Claire Gantet, Sandrine Kott et Patrice Veit ont pris en charge respectivement les articles sur la Réforme protestante, sur la Guerre de Trente Ans, sur l’État social et sur Jean-Sébastien Bach.

141 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik : Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, C. H. Beck Verlag, 1997 ; Das Dritte Reich im Bewusstsein der Deutschen, Munich, C. H. Beck Verlag, 2005.

142 Philippe Joutard, Jean-Noël Jeanneney (dir.), Du bon usage des grands hommes en Europe, Paris, Perrin, 2003.

143 La maison d’édition Beck a ainsi décidé de lancer une collection spécialement consacrée aux « lieux de mémoire ». Un premier volume, consacré à la Rome antique a paru en 2006 : Elke Stein-Holkeskamp, Karl-Joachim Holkeskamp (dir.), Erinnerungsorte der Antike, Munich, C. H. Beck Verlag, 2006 ; un volume consacré à la RDA et un autre consacré au Moyen Âge sont en cours de réalisation.

144 Guillaume Le Quintrec, Peter Geiss (dir.), Histoire/Geschichte : Le monde et l’Europe depuis 1945, Europa und die Welt seit 1945, Paris/Leipzig, Nathan/Klett, 2006 ; Daniel Henri, Guillaume Le Quintrec, Peter Geiss (dir.), Le monde et l’Europe des traités de Vienne à 1945. Europa und die Welt vom Wiener Kongress bis 1945, Paris/Leipzig, Nathan/Klett, 2008.

145 Étienne François, « Europäische lieux de mémoire », in Gunilla Budde, Sebastian Conrad, Oliver Janz (dir.), Transnationale Geschichte, Themen, Tendenzen und Theorien, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, pp. 290-303.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540