Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Chapitre III. Regards et transferts

Conflits historiographiques et patrimoines mémoriels

Autour des Luoghi Della memoria et de LItalie par elle-même, dirigés par Mario Isnenghi101

Manuela Martini

Texte intégral

  • 101 Ce texte a été publié en 2008 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’ (...)

1L’Italie par elle-même ne s’adresse pas au même public que les Luoghi della memoria. Ce constat anodin pourtant nous interpelle, car il attire notre attention, d’un côté, sur l’emboîtement de représentations dont la sélection française est le fruit et, de l’autre, sur le jeu de renvois historiographiques qui préside au choix des articles extraits des trois volumes des Luoghi della memoria. Aussi, L’Italie par elle-même représente une occasion pour revenir avec un recul d’une bonne dizaine d’années sur le moteur historiographique de cette entreprise et ce qui en reste dans la transposition du contexte italien de la fin des années 1990 à celui de la France de 2007. Pour comprendre la cohérence des contenus et de leur agencement, la critique textuelle de L’Italie par elle-même ne suffit pas. Il est nécessaire d’appréhender la dimension subjective et collective qui constitue la marque des Luoghi della memoria dans le cadre de la question historiographique majeure de l’histoire contemporaine italienne : la construction tardive de l’État italien et les conséquences de la nationalisation inachevée des Italiens.

  • 102 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes, 1984-1992 ; Mario Isnenghi (d (...)

2Du point de vue méthodologique, le premier aspect qui frappe le lecteur de ces travaux est leur subjectivité ; palpable d’un côté dans les choix des lieux de mémoire de la part du coordinateur et, de l’autre côté, dans la réception de la constellation mémorielle ainsi dressée, et au jeu de laquelle aucun lecteur ne saurait se soustraire. Pierre Nora en discute avec lucidité lorsqu’il lance cette aventure historiographique. Étienne François y fait allusion dans son introduction à Mémoires allemandes. Mario Isnenghi s’en excuse dans les préfaces communes aux trois volumes des Luoghi et dans l’introduction à l’édition française102. L’absence revendiquée de neutralité impose une excusatio rituelle qui n’empêche pas, par ailleurs, des prises de positions polémiques assumées. Ces opinions subjectivement et collectivement élaborées constituent l’objet de cette lecture.

  • 103 Les couvertures des trois volumes des Luoghi sont significatives. Voir en particulier la photo d’u (...)

3Les implications possibles de la subjectivité et ses retombées sur la structure de la construction mémorielle consacrée par Mario Isnenghi à l’Italie sont multiples : l’enchaînement des lieux, l’exclusion ou l’absence non souhaitée de contributions dont l’absence se fait remarquer. L’idée affirmée par le coordinateur dans la préface au troisième volume italien (Symboles et mythes) selon laquelle tous les lieux sont des symboles103 offre une grille de lecture explicite qui permet d’interpréter une particularité de ce répertoire de lieux symboliques de l’Italie contemporaine : la présence récurrente dans les trois volumes italiens de certains lieux balisant des moments forts de l’histoire italienne polarisés autour de sa phase génétique, le Risorgimento, et autour de cet événement fondateur de la république italienne que fut la Seconde Guerre mondiale.

  • 104 Pour les deux autres couvertures des Luoghi (vol. 1 Strutture e eventi dell’Italie unita, Roma-Bar (...)

4L’édition française permet de faire ressortir cette dimension autrement et d’en monter les développements possibles aussi bien que les rebondissements inattendus. Le jeu de miroir de la subjectivité ressort non seulement de la table des matières, sur laquelle on reviendra, mais également, de manière inattendue, dans la couverture de L’Italie par elle-même. Au premier plan se trouve l’incontournable Garibaldi, l’un des pères de la patrie italienne les plus connus en France qui apparaît également, comme il se doit, dans la couverture du volume italien consacré aux Personnages. Mais dans l’édition de la rue d’Ulm apparaît à l’arrière-plan la place Navona à Rome et non pas, par exemple, le Vittoriano, le monument à Victor Emmanuel II ou le Quirinale, résidence du président de la République ou encore, si on voulait chercher une place gravée dans l’esprit des millions de personnes qui ont participé à des manifestations ou ont assisté à des meetings politiques dans la capitale italienne, la Piazza del Popolo (Place du peuple)104. Pourquoi ? Pour trouver la réponse, il faut penser à un plus petit univers, celui des intellectuels français formés en Italie. Au fait, ne s’agit-il pas d’un clin d’œil subliminal à tous les anciens membres de l’École française de Rome dont le siège se trouve sur cette magnifique place baroque ?

5Ces opérations intellectuelles nous interpellent directement, nous entraînent dans leur engrenage. Pierre Nora en a eu l’intuition en premier et a eu l’intelligence d’en faire une construction d’envergure, un monument qui ne laisse pas froid, qui suscite des réactions, sur les oublis, les surprises, les souvenirs subjectivement vécus d’une histoire qui se veut partagée. On peut regretter l’absence d’articles consacrés au liscio (bal musette), à la mezzadria (métayage) ou à la pizza, mais cela reviendrait à donner trop d’importance à une dimension sociale qui est revendiquée mais qui n’est pas si centrale qu’il y paraît lorsqu’on passe de L’Italie par elle-même aux Luoghi, dans lesquelles l’histoire culturelle et politique l’emporte largement sur l’histoire sociale.

  • 105 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit., Introduction.

6Ainsi, des lieux politiques, événements ou « non-événements », occupent une place parfois inattendue dans la version italienne (comme le 10 juin, jour oublié d’une entrée dans la Seconde Guerre de l’Italie qui marque le déclin du régime fasciste), au contraire de ce qui se passe dans L’Italie par elle-même, où la répartition entre Milieux, événements et symboles est parfaitement intelligible et où les dimensions sociale, politique et culturelle des lieux sont davantage équilibrées. 16 articles retenus et traduits sur 74, la sélection a été rude. L’intervention de l’éditeur français révèle à quel point ces ouvrages conçus en tant que vecteurs d’une mémoire collective sont concrètement des constructions bâties à plusieurs mains. Le fait de partager avec les auteurs la responsabilité du choix des lieux est revendiquée par les directeurs. Ceci rend certainement l’opération moins suspecte que si elle était menée par un artisan solitaire. Si travail collectif est le deuxième mot-clé de ces ouvrages, les contextes dans lesquels ils prennent forme sont de première importance pour comprendre leur genèse et leur développement. Pierre Nora a à juste titre attiré notre regard sur les conditions génétiques particulières qui justifient ces recueils pluriels mais homogènes dans la conception105. Pour cette raison, leur finalité peut être radicalement différente.

  • 106 Pierre Nora, « La notion de “lieu de mémoire” est-elle exportable ? », in Pim Den Boer, Willem Fri (...)
  • 107 Girolamo Arnaldi, « Unité et divisions italiennes », Le Débat, 78, janv.-fév. 1994, p. 31.
  • 108 Gilles Pécout est revenu sur la question des conditions de possibilité du transfert de la notion d (...)
  • 109 Selon les mots d’Isnenghi, il s’agissait de « confirmer toute la force heuristique de l’historiogr (...)

7Les Lieux de mémoire à l’origine sont nés du sentiment de perte imminente d’un patrimoine mémoriel qui commençait à devenir palpable en France dans les années 1970106. Le rapport au passé des lieux de mémoire est par essence historiquement daté. En Italie, ce besoin s’est fait ressentir vingt ans plus tard dans un contexte de crise politique inédit, venant bouleverser les rapports de force entre gauche et droite de l’échiquier politique qui s’était mis en place à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Ceci explique la réussite de l’opération qui avait été jugée pourtant impossible par Girolamo Arnaldi dans Le Débat107 en 1994. Le rapport avec le passé récent était et reste dans le cas de l’Italie certes problématique, mais cela n’a pas conduit l’initiative de Mario Isnenghi vers l’échec car l’écroulement de l’édifice républicain des années 1990 a modifié les conditions de la production et de la réception d’une construction mémorielle de l’histoire de l’Italie unifiée. Les conclusions pessimistes tirées par Arnaldi de la longue histoire des « divisions » italiennes ne résistent pas face à l’évidence. L’entreprise a abouti et une traduction française en est issue108. On pourrait d’une certaine manière affirmer que le défi représenté par cette difficulté, indéniable, en a été la motivation capitale. C’est précisément la volonté de surmonter les limites (y compris rhétoriques) de cette mémoire nationale contradictoire et fragmentée qui a été le moteur de l’initiative menée par Isnenghi et son maître d’ouvrage, l’éditeur Laterza109. De ce point de vue, l’opération est indéniablement le fruit d’un effort volontariste de construction d’un patrimoine mémoriel politiquement connoté, et beaucoup moins un recensement de lieux de mémoire en voie de disparition.

8Le contexte exceptionnel de cette décennie de transition que furent les années 1990 en Italie constitue le point de départ d’une nouvelle phase du débat historiographique. La fin d’une époque, la crise profonde et irréversible de ce qu’on appelle le « système des partis politiques », l’émergence des subcultures politiques antagonistes, la dissolution de la Démocratie chrétienne, la transformation du Parti communiste italien en Parti démocratique de la gauche, le délitement du Parti socialiste, ce qu’on a appelé la fin de la première République à l’issue des enquêtes de la magistrature italienne sur la corruption politique, créent une sorte de vide intellectuel et historique. Une vision positive des valeurs patriotiques, des personnages, des événements de la construction de la nation italienne, auparavant pollués par l’appropriation fasciste du Risorgimento, pouvait peut-être prendre forme sans être recouverte du discrédit habituel qui entourait les inventions historiographiques suspectes d’hagiographie nationaliste. Mais quelle forme ?

  • 110 Gilles Pécout, « D’impossibles lieux de mémoire… », op. cit.

9Pour répondre à cette question, centrale dans la construction mémorielle italienne, il est nécessaire de passer rapidement en revue les historiens qui l’ont bâtie. Gilles Pécout, dans son introduction à L’Italie par elle-même, a justement souligné le lien étroit qui existe dans l’initiative dirigée par Mario Isnenghi, entre l’image du passé, la mémoire du quotidien et la politique. À cause de cette motivation première – la réconciliation de l’histoire nationale avec un Risorgimento appréhendé de façon critique – il était sans doute indispensable de circonscrire les lieux de mémoire italiens à l’époque contemporaine. Du point de vue historiographique, la liaison renouvelée entre nation et Risorgimento se traduit dans la rencontre de l’histoire sociale et politique avec l’histoire culturelle. Mais ce qui est plus intéressant encore est la composition du groupe, on pourrait le nommer « collectif d’historiens » que Mario Isnenghi a rassemblé. Or ces historiens, car il s’agit d’historiens (les littéraires et les ethnologues sont une infime minorité), ont relevé le défi d’exprimer collectivement une position historiographique militante. Très précisément et sans exception, les représentants d’une historiographie extrêmement critique vis-à-vis d’une histoire nationale centrée sur la dimension patriotique se sont attelés à la composition des Luoghi della memoria. Ce qui renforce sans doute cette prise de position est le fait qu’ils ne sont pas, pour une bonne partie, beaucoup moins en tout cas que pour Mémoires allemandes, des historiens de la culture, et encore moins de la mémoire, mais ils ont accepté cependant la proposition de leur collègue, spécialiste reconnu dans le domaine. Pourtant les Lieux de mémoire de Nora avaient eu une bien faible réception en Italie à peine quelques années auparavant110. Entre-temps des faits nouveaux étaient intervenus. Le bouleversement de la scène politique a légitimé l’émergence de discours, y compris des plus hautes autorités institutionnelles, qui non seulement ne s’inspiraient plus des valeurs antifascistes, fait inédit dans l’histoire de la République italienne, mais qui les contestaient ouvertement au nom de la réconciliation nationale. Plusieurs historiens de l’époque contemporaine ont été mobilisés dans cette relecture très médiatisée du passé récent de l’Italie, aussi bien de manière indirecte, à travers une utilisation simplifiée et instrumentalisée de leurs recherches, qu’en participant directement et à plusieurs reprises au débat médiatique.

  • 111 L’historiographie politique et culturelle du fascisme a été au centre des débats, cf. Enzo Travers (...)
  • 112 Le premier volume programmatique est signé par Ernesto Galli della Loggia, L’identità italiana, Bo (...)
  • 113 Ernesto Galli della Loggia, La morte della patria. La crisi dell’idea di nazione tra Resistenza, a (...)

10Les Luoghi sont avant tout une réponse directe et alternative à un filon historiographique représenté, pour rester dans le même champ thématique111, par certains des auteurs des volumes de la collection L’Identità italiana, créée par Ernesto Galli della Loggia auprès de la maison d’édition Il Mulino en 1998 (un an après la sortie du dernier volume de la trilogie des Luoghi)112. Ex-intellectuel de pointe du parti socialiste italien dirigé par Bettino Craxi dans les années 1980, Galli della Loggia fonde le périodique Libéral en 1995 et publie en 1996 un livre dont l’intitulé provocateur est Mort de la Patrie113. Mort qui aurait eu lieu en 1943, lors de la destitution de Mussolini par le Roi et de la signature de l’armistice du 8 septembre avec les Alliés. L’engagement antifasciste dans la lutte armée de « libération nationale » devient, dans cette optique, le fruit de cette fin brutale de la patrie, au même titre que l’enrôlement de jeunes volontaires dans les milices de la République de Salò mises en place sous la houlette de l’armée allemande. La guerre civile qui a déchiré l’Italie entre 1943 et 1945 aurait ainsi enterré à jamais tout sentiment patriotique partagé par la communauté nationale. Or, le 8 septembre figure comme lieu de mémoire, de manière significative, non seulement dans le volume Personnages et dates de la version italienne mais également parmi les cinq articles de la section Événements de L’Italie par elle-même. De plus, deux autres lieux l’évoquent directement dans cette section : Nuto Revelli dans ses mémoires sur la Retraite de Russie dit avec des mots poignants sa déception de jeune fasciste exalté à l’épreuve de la guerre :

  • 114 L’Italie, op. cit., p. 344.

« Et la Patrie ? L’unique patrie en laquelle je crois est celle des pauvres diables qui ont payé de leur vie les fautes des “autres”, qui se sont sacrifiés pour nous durant ces longues journées et ces longues nuits de retraite. Le 8 septembre me réveille et ma décision est instinctive, immédiate. À peine les Allemands sont-ils rentrés dans Cuneo, que je me précipite à la maison. Je démonte mes trois armes automatiques – deux Parabellum russes et la Pistolmachine allemande – et je les mets dans un sac. Puis je rejoins mon premier maquis de partisans »114.

  • 115 L’Italie, op. cit., p. 388.
  • 116 Aldo Monti, I braccianti, Bologna, Il Mulino, 1998.
  • 117 L’étude a débouché ensuite sur la publication d’un livre : Mario Isnenghi, Garibaldi fu ferito. St (...)

11Dans L’arrivée des alliés, Nicola Gallerano, qui a longtemps dirigé à Rome l’Istituto storico della Resistenza, l’un des instituts créés dans chaque chef-lieu de province pour la conservation de la mémoire de la Libération dans l’après-guerre, parle du 8 septembre comme d’une « opportunité » dont une minorité profita pour affirmer une identité italienne renouvelée115. Isnenghi même revient, enfin, sur ce choix dans sa conclusion des Luoghi : « un pays vit aussi de ses lacérations ». La résistance et la libération retrouvent ainsi leur place, une place exempte des faiblesses hagiographiques d’autrefois, de même que les grèves (y compris celles qui ont échoué) d’un mouvement ouvrier qui a été récemment considéré comme l’un des facteurs clé de la faible nationalisation des Italiens116. Parallèlement, un exercice semblable de dépoussiérage est effectué sur des événements et des personnages du Risorgimento menacés par un usage politique abusif de l’histoire : 1848, avec une entrée traduite en français sur les cinq journées révolutionnaires de Milan et, not least, Garibaldi, lourdement attaqué par la Ligue du Nord fédéraliste qui le qualifie d’ennemi du Nord à cause de l’annexion du Sud de l’Italie au Royaume. La fortune mémorielle du « héros des deux mondes », tiraillée entre la réappropriation fasciste cherchant une improbable continuité entre chemises rouges et chemises noires, et celle internationaliste des volontaires des brigades garibaldiennes dans la guerre d’Espagne puis dans la Résistance, permet à Isnenghi, qui s’y est personnellement attelé, de fermer la boucle qui part du Risorgimento et arrive à la résistance antifasciste117.

12Pour cette raison, intellectuelle et politique, qui demeure dans la sélection opérée pour la version française, les Luoghi ne sont pas un sous-produit, un simple transfert des Lieux de mémoire, mais une réinvention, certes opportuniste mais sans doute originale, de lieux dont les racines plongent dans un contexte politique et historiographique troublé et conflictuel.

Notes

101 Ce texte a été publié en 2008 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle.

102 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes, 1984-1992 ; Mario Isnenghi (dir.), L’Italie par elle-même, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 54 ; Étienne François et Schulze Hagen (dir.), Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 2007.

103 Les couvertures des trois volumes des Luoghi sont significatives. Voir en particulier la photo d’une petite voiture populaire, la « Topolino » FIAT (vol. 3, op. cit., Simboli e miti dell’Italia unita).

104 Pour les deux autres couvertures des Luoghi (vol. 1 Strutture e eventi dell’Italie unita, Roma-Bari, Laterza, 1996) et une photo d’une petite voiture populaire, la « Topolino » FIAT (vol. 3, op. cit., Simboli e miti dell’Italia unita).

105 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit., Introduction.

106 Pierre Nora, « La notion de “lieu de mémoire” est-elle exportable ? », in Pim Den Boer, Willem Frijhoff (dir), Lieux de mémoire et identités nationales, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1993, pp. 3-10.

107 Girolamo Arnaldi, « Unité et divisions italiennes », Le Débat, 78, janv.-fév. 1994, p. 31.

108 Gilles Pécout est revenu sur la question des conditions de possibilité du transfert de la notion de « lieu de mémoire » de Pierre Nora dans la préface à L’Italie par elle-même, dont le titre prend la forme interrogative : « D’impossibles lieux de mémoire italiens ? ».

109 Selon les mots d’Isnenghi, il s’agissait de « confirmer toute la force heuristique de l’historiographie d’origine antifasciste, toute son aptitude à penser l’histoire globale du pays », L’Italie, op. cit., p. 53.

110 Gilles Pécout, « D’impossibles lieux de mémoire… », op. cit.

111 L’historiographie politique et culturelle du fascisme a été au centre des débats, cf. Enzo Traverso, « Interpréter le fascisme. À propos de George L. Mosse, Zeev Sternhell et Emilio Gentile », Revue internationale de livres et des idées, n ° 3, janvier-février 2008, pp. 12-13.

112 Le premier volume programmatique est signé par Ernesto Galli della Loggia, L’identità italiana, Bologna, Il Mulino, 1998.

113 Ernesto Galli della Loggia, La morte della patria. La crisi dell’idea di nazione tra Resistenza, antifascismo e Repubblica, Roma-Bari, Laterza, 1996.

114 L’Italie, op. cit., p. 344.

115 L’Italie, op. cit., p. 388.

116 Aldo Monti, I braccianti, Bologna, Il Mulino, 1998.

Le volume a paru dans la collection « Identità italiana » dirigée par Ernesto Galli della Loggia.

117 L’étude a débouché ensuite sur la publication d’un livre : Mario Isnenghi, Garibaldi fu ferito. Storia e mito di un rivoluzionario disciplinato. Roma, Donzelli, 2007.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540