Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Chapitre III. Regards et transferts

L’histoire coloniale aujourd’hui : une histoire culturelle ?

Isabelle Surun

Texte intégral

1Les questions liées à l’histoire et à la mémoire coloniales, d’ailleurs quelque peu enchevêtrées, ont acquis ces dernières années une visibilité médiatique – mais aussi, dans une moindre mesure, scientifique – indéniable.

2Pour autant, il y a une réelle difficulté à brosser un panorama de l’histoire coloniale en France aujourd’hui, tant elle se montre hétérogène dans ses ancrages institutionnels ou ses réseaux, dans les croisements disciplinaires qu’elle sollicite ou provoque, dans les présupposés épistémologiques qui la sous-tendent plus ou moins explicitement, dans les postures, enfin, que ses acteurs adoptent devant le débat public portant sur les « mémoires coloniales » – expression générique et un peu vague qu’il conviendrait de ne pas laisser ériger en boîte noire.

3Il s’agit d’un champ dynamique de la production historiographique actuelle, quoiqu’en disent les tenants d’un discours volontiers alarmiste et parfois incantatoire qui déplorent un déficit de prise en charge, par la société française, de sa mémoire coloniale, et y voient un déni. Il s’agit aussi d’un champ en plein renouvellement, dont les mutations ne sont pas encore pleinement apparues au grand jour.

  • 78 Présentation disponible en ligne sur le site de la CNHI : < http://www.histoire-immigration.fr/magazine/2006/9/histoire-et-immigration-la-question-coloniale/>.
  • 79 On peut mentionner le dossier coordonné par Sophie Dulucq, « L’écriture de l’histoire et la colonis (...)

4Preuve de son dynamisme, un colloque, organisé par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) à la Bibliothèque nationale de France (BnF) du 28 au 30 septembre 2006, a rassemblé plus de 50 contributeurs, dont une majorité de doctorants ou de jeunes docteurs autour d’un intitulé, « Histoire et immigration : la question coloniale »78, qui montre que la question coloniale peut être mobilisée comme levier heuristique pour traiter d’une autre question, ce qui traduit une forte reconnaissance de sa légitimité historiographique et de sa transversalité. L’histoire du fait colonial a récemment fait l’objet de nombreuses journées d’étude et tables rondes qui ont manifesté la diversité des approches du sujet. Elle a aussi donné lieu à la publication de dossiers spéciaux dans différentes revues qui témoignent d’une urgence nouvelle, pour les historiens professionnels qui travaillent dans ce domaine, à se situer publiquement dans les débats dont il est l’objet79.

5Je ne me risquerai donc pas à tracer un portrait, nécessairement incomplet, de ce champ en recomposition, mais je voudrais proposer une série de remarques destinées à en baliser les principaux questionnements, au sein desquels pourront s’inscrire les différentes interventions que nous entendrons ensuite, et à alimenter le débat qui nous intéresse aujourd’hui, sur les points de rencontre possibles, les affinités, voire les éventuels liens consubstantiels entre histoire coloniale et histoire culturelle.

6Je commencerai par une remarque assez générale, voire banale, mais provisoire dans son expression : l’histoire coloniale est une histoire à deux versants. Comme histoire et comme historiographie, elle met en relation deux types d’espaces que l’on peut appeler métropoles et colonies, à condition de prendre garde au fait qu’il s’agit là de désignations produites par le colonisateur. Cela pose à l’historien des questions qu’on aurait tort de sous-estimer. La question du point de vue adopté, d’abord (point de vue du colonisateur ou du colonisé) et des sources qui en permettent l’approche. Celle de l’espace de référence dans lequel on situe l’histoire que l’on fait, ensuite (une histoire coloniale de la France, ou du Portugal, par exemple, ou une histoire des sociétés coloniales, que ce soit en Indochine, à Madagascar ou en Angola, pour n’en citer que quelques-unes).

7Les relations entre ces deux types d’espaces, qu’on appelle aussi « la relation coloniale », font l’objet d’évaluations diverses par les historiens des questions coloniales, diversité qui recouvre des choix épistémologiques. Elles peuvent être envisagées comme des relations de domination et d’aliénation par une historiographie qui met l’accent sur la violence – concrète ou symbolique – exercée ou subie – au risque d’un durcissement des altérités – ou au contraire réduites à des formes d’interactions plus proches de la rencontre, qui laissent aux acteurs la latitude de recomposer leurs identités – au risque d’un certain angélisme. Chacune de ces approches peut être mobilisée dans le cadre d’une histoire qui considère le fait colonial comme vecteur de transformations culturelles, aussi bien au sein des sociétés métropolitaines que coloniales.

8S’il reste toujours possible de faire une histoire politique, économique ou sociale de la colonisation sur un mode traditionnel, l’historien qui souhaite mettre en œuvre une approche culturelle des questions coloniales peut difficilement faire l’économie d’une rencontre avec les propositions du courant postcolonial issu des universités anglo-saxonnes.

  • 80 Edward W. Said, Orientalism : Western Conceptions of the Orient, London, Penguin Books, 2003 (1re é (...)
  • 81 Voir par exemple Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris (...)

9Participant au Cultural Turn avec les Cultural Studies dont elles sont un corollaire ou une déclinaison au même titre que les Gender studies, les Post-colonial studies se proposent en effet de revisiter les productions culturelles des sociétés occidentales pour y débusquer une idéologie coloniale sous-jacente et analyser la formation d’un discours qui légitime par avance et accompagne la construction des empires tout en en constituant un ressort causal déterminant. Dans la lignée des travaux d’Edward Said80, les études coloniales se sont ainsi données comme objet d’étude les relations entre culture et politique, entre discours et pouvoir. L’attention portée à la domination symbolique dont pouvait être porteur le langage a permis de mettre en évidence la construction coloniale de certaines catégories comme celle d’ethnie81.

  • 82 Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire (dir.), Culture coloniale. La France conquise par son empire, 18 (...)
  • 83 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France, Paris, La Table Ronde, 1972 et Hachette, 2005.

10Par ailleurs, la formation d’une « culture coloniale » dans les sociétés métropolitaines a pu être analysée comme un « effet retour » ou comme l’ombre portée de la colonisation sur les cultures européennes82. Envisagée d’emblée comme l’histoire d’une culture de masse, cette forme d’histoire culturelle a délaissé les chantiers plus traditionnels ouverts par Raoul Girardet dans le champ de l’histoire des idées politiques83, pour s’attacher à des objets comme la chanson, l’image publicitaire ou le film étudiés avec plus ou moins de profondeur et de réussite, se contentant parfois d’une énumération d’objets dont les contextes de production ne sont pas analysés. Invoquant l’existence d’un « bain colonial » qui aurait imprégné les Français de 1871 à 1961 par le biais de ces différentes productions, les auteurs font cependant l’économie d’une véritable analyse de leur circulation et de leur réception.

  • 84 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes (...)
  • 85 Michel Leymarie, auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire des intellectuels, travaille sur les f (...)

11La question des formes que peut prendre aujourd’hui une histoire renouvelée de l’attitude des intellectuels face au fait colonial, éventuellement associée à une histoire des savoirs, ou encore une histoire des littératures coloniales, reste ouverte. Je laisserai à Emmanuelle Sibeud84, pour les intellectuels, et à Michel Leymarie85, pour la littérature, le soin de la démêler.

12Remarquons que tous les travaux mentionnés plus haut effectuent le lien entre des productions culturelles métropolitaines et une histoire coloniale envisagée exclusivement sur le versant métropolitain. Ce faisant, ils effectuent un emprunt très partiel aux propositions du courant postcolonial dont nombre de représentants s’attachent aussi à l’étude des effets culturels de la domination coloniale sur l’autre versant.

  • 86 Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoy (...)
  • 87 Christelle Taraud, La prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 20 (...)

13Paradoxalement, l’étude de l’autre versant de l’histoire coloniale est devenue l’apanage d’une histoire sociale ou politique, largement revivifiée par la sociologie politique ou le droit, qu’il s’agisse de l’étude des pratiques administratives dans les colonies, de l’analyse de l’évolution des catégories juridiques entourant l’attribution de la citoyenneté – travaux sur les demandes de naturalisation, sur le statut des métis86 – ou le statut des administrés à l’égard de la justice – droit coutumier, droit « musulman », code civil. À la question de la construction des catégories peuvent aussi se rattacher les travaux sur la construction des identités de genre, peu représentés en France : Christelle Taraud, auteur d’une thèse sur la prostitution coloniale au Maghreb87, et qui travaille maintenant plus largement sur la question du genre en situation coloniale, nous en parlera.

14À travers tous ces travaux, c’est la définition de la « situation coloniale » et l’appréhension de sa diversité qui est en jeu. À la croisée d’une histoire sociale, politique, juridique comportant aussi une dimension culturelle, la notion de situation coloniale permet de prendre en compte tous les acteurs et de dépasser le partage entre les deux versants.

  • 88 Expression mise à l’honneur par Homi Bhabha. Voir par exemple, Les lieux de la culture. Une théorie (...)

15Quant aux effets plus étroitement culturels de la situation coloniale, ils ont été en grande partie délaissés par les historiens français, peu enclins à ouvrir leur discipline aux études littéraires et linguistiques comme le font les Anglo-Saxons qui ont largement investi ce champ d’étude, dans une perspective, il est vrai, peu historique. L’histoire des pratiques linguistiques, des formes d’acculturation, d’innovation, comme la formation des pidgins, par exemple, ou de détournement des outils ou des objets culturels laissés ou imposés par le colonisateur, des formes d’hybridation culturelle88 et de reconfiguration des identités, reste complètement à faire pour ce qui est de la période contemporaine.

  • 89 Nathan Wachtel, La vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971, 1992. Voir aussi, plus récemment Ser (...)

16Mais il semble que, dans ce domaine, les contemporanéistes aient beaucoup à apprendre des modernistes qui, depuis les travaux de Nathan Wachtel89, ont largement prospecté ces questions à propos de l’Amérique espagnole et portugaise.

  • 90 Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Les ouvriers d’une vigne stérile. Les Jésuites et la conversion d (...)

17C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité convier à cette table, Charlotte de Castelnau, spécialiste des missions et des missionnaires au Brésil aux XVIe et XVIIe siècles90, qui fera pour nous le point sur l’apport des modernistes.

Notes

78 Présentation disponible en ligne sur le site de la CNHI : < http://www.histoire-immigration.fr/magazine/2006/9/histoire-et-immigration-la-question-coloniale/>.

79 On peut mentionner le dossier coordonné par Sophie Dulucq, « L’écriture de l’histoire et la colonisation en France depuis 1960 », avec les contributions de Catherine Coquery-Vidrovitch, Jean Fremigaci, Emmanuelle Sibeud et Jean-Louis Triaud, in Afrique & Histoire, 2006, n° 6, pp. 237-276 ; ou encore les comptes rendus de l’ouvrage de Frederick Cooper, Colonialism in Question. Theory, Knowledge, History. Berkeley, University of California Press, 2005, suivis d’une réponse de l’auteur, réunis par la revue Politique Africaine, mars 2007, n° 105, pp. 241-257.

80 Edward W. Said, Orientalism : Western Conceptions of the Orient, London, Penguin Books, 2003 (1re édition 1978), traduction française L’orientalisme. L’orient créé par l’occident, Paris, Éditions du Seuil, 2005 (1re édition 1980) ; Culture et impérialisme, Paris, Librairie Arthème Fayard / Le Monde diplomatique, 2000.

81 Voir par exemple Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 1989, et Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie, Paris, La Découverte, 1985 et 1999.

82 Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire (dir.), Culture coloniale. La France conquise par son empire, 1871-1931, Paris, Éditions Autrement, 2003 ; Culture impériale. Les colonies au cœur de la République, 1931-1961, Paris, Éditions Autrement, 2004.

83 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France, Paris, La Table Ronde, 1972 et Hachette, 2005.

84 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

85 Michel Leymarie, auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire des intellectuels, travaille sur les frères Tharaud.

86 Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte, 2007.

87 Christelle Taraud, La prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.

88 Expression mise à l’honneur par Homi Bhabha. Voir par exemple, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007, traduction française de The Location of Culture, 1994.

89 Nathan Wachtel, La vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971, 1992. Voir aussi, plus récemment Serge Grunzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

90 Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Les ouvriers d’une vigne stérile. Les Jésuites et la conversion des Indiens au Brésil. 1580-1620, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 2000.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540