Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 2. L'écosystème des livres numériques : généalogies, offres et politique documentaire

Développer une politique documentaire du livre numérique homothétique

Virginie Chaigne et Guillaume Hatt

Texte intégral

1Après l’euphorie de l’hypertexte des années 1990-2000, qui devait révolutionner l’expérience de lecture, voire la littérature elle-même, mais qui a surtout prouvé les limites cognitives des lecteurs de l’époque, faut-il attendre un bouleversement des pratiques, avec la démocratisation des supports de lecture mobiles (tablette, liseuse, smartphone) ? En bibliothèque, les dispositifs de lecture numérique sont devenus omniprésents, l’offre littéraire a évolué ainsi que les pratiques de lecture. Pour les professionnels, l’enjeu est de savoir prendre en compte ces évolutions pour continuer à proposer une offre de littérature en accord avec les lecteurs.

Intégrer la littérature numérique dans la politique documentaire

2Réservée pendant plusieurs années aux lecteurs de littérature de genre (polar, SF, romance), la littérature numérique devient peu à peu une forme de littérature plébiscitée, y compris en bibliothèque. Après les librairies en ligne, les bibliothèques proposent de plus en plus d’offres de littérature numérique homothétique, dans le cadre du projet PNB ou en dehors par le biais de bouquets ou de contenus libres mis en avant. Une première analyse des statistiques d’usage de ces offres montre une forte utilisation, mais par quelques lecteurs seulement. Elle leur permet surtout de s’affranchir des longues files d’attente et de réservations qui se forment pour l’emprunt des dernières nouveautés et prix littéraires au format papier. C’est un constat pour le moment, mais est-ce définitif ? On dénombrait ainsi 8 528 emprunteurs actifs à Paris ou 1 128 à Grenoble fin 2017, pour environ 200 000 inscrits adultes à Paris et 22 000 à Grenoble. Pourquoi ces lecteurs sont-ils si peu nombreux ? Qu’est-ce qui empêche les autres de profiter de ces offres qui se développent un peu partout en bibliothèque ?

Face à de nombreuses contraintes, bibliothécaires et lecteurs donnent souvent l’impression de danser dans les chaînes

3Si on met à part les offres de titres issus du domaine public, il faut bien constater que l’offre commerciale de littérature numérique est chère et limitée, très contrôlée, et ce, malgré les recommandations des professionnels pour une bonne diffusion du livre numérique en bibliothèque1.

4Loin de la simplicité du livre papier, les supports de lecture les plus utilisés par les grands lecteurs sont la liseuse et, parfois, la tablette. La question du support de lecture prévu détermine la construction de l’offre : littérature sur liseuse, presse et BD sur tablette, sites web sur tablette et ordinateur personnel. Choisir un type de livre numérique implique de connaître le support qui lui sera consacré, et donc les moyens mobilisables par les futurs utilisateurs : par exemple, les livres enrichis destinés à la jeunesse sont attrayants, mais nécessitent une tablette, matériel coûteux et discrédité par les parents soucieux d’éloigner leurs enfants des écrans. L’offre risque de ne jamais rencontrer son public, même dans des populations fortement connectées.

5Largement décriées, les DRM sont accusées par les lecteurs et les professionnels de freiner le développement de la lecture numérique. Les compétences techniques requises pour manipuler les fichiers de livres numériques protégés dépassent très souvent celles des lecteurs de ces mêmes livres numériques. La réponse des éditeurs et distributeurs va dans le sens d’une simplification des manipulations induites par la présence de DRM, mais pas d’une disparition pure et simple, en particulier sur les offres grand public à fort succès : sans doute plus simples à l’avenir, mais toujours présentes, ces mesures de protection logicielles risquent de perturber encore longtemps les amateurs de best-sellers ou de livres distribués par les grands groupes éditoriaux.

6L’attrait du résultat est donc fort pour les professionnels de bibliothèque : devant les difficultés techniques, et les efforts de médiation nécessaires, il est tentant, avec un budget limité, d’acheter et de proposer des titres déjà connus et médiatisés, qui seront beaucoup empruntés, même si les démarches sont complexes, et le support technique important.

Danser dans les chaînes, c’est avancer pas à pas, à la recherche d’un modèle économique qui respecte chaque acteur de la chaîne du livre… de l’éditeur à l’usager des bibliothèques, en passant par l’auteur.

Des dispositifs de diffusion à construire

7Si les débats professionnels se sont cristallisés autour du prêt numérique avec téléchargement et DRM, l’offre de littérature numérique en bibliothèque recouvre différentes formes, témoignant de la diversité des perspectives offertes par ce canal de diffusion et de l’inventivité des bibliothèques.

Pourquoi imaginer des dispositifs de médiation ?

8Trois objectifs prioritaires pour les médiateurs :

  • pour matérialiser l’offre : c’est notamment l’objet de bornes de consultation et de téléchargement comme L@ppliBooks à Strasbourg ;
  • pour offrir à sa communauté (de lecteurs) une éditorialisation des contenus à travers un site dédié à ce service de lecture numérique ;
  • pour investir l’espace public : qu’il soit physique (QR Codes* dans la bibliothèque ou hors les murs, BiblioBox2) mais aussi virtuel, le numérique permet la diffusion et la mise en valeur d’œuvres du domaine public à coût réduit ; par exemple en lien avec les particularités locales. Grenoble étant la ville de naissance de Stendhal, il est naturellement proposé dans la plateforme de livres numériques, Bibook, un accès aux versions numériques de ses œuvres, au format EPUB.

L’expérience de Grenoble : de Bibook à la numothèque Grenoble-Alpes

9La bibliothèque municipale de Grenoble est connue pour avoir été pionnière dans l’élaboration du système PNB dès 2014. Or, cette intégration de la littérature numérique dans son offre s’est construite par étapes.

10Elle a commencé par le prêt de liseuses préchargées de titres acquis directement auprès d’une librairie numérique. Les prêts sont circonscrits au nombre de matériels disponibles, les contenus sont difficilement personnalisables, et cela suppose un renouvellement régulier du matériel. Ce dispositif est donc insuffisant pour un vaste réseau de bibliothèques et ses 35 000 inscrits, même s’il a ensuite été complété par la mise à disposition de tablettes (iPad) en consultation sur place.

11Arrive ensuite la start-up grenobloise Short Edition, éditeur communautaire de littérature courte, qui propose de matérialiser par une borne les textes élaborés en ligne. Cette borne est judicieusement placée à proximité d’un espace d’attente, et les textes peuvent être choisis par un jury ou issus d’ateliers d’écriture, ce qui en facilite la médiation. Mais l’usage reste restreint et les bornes n’ont pas rencontré leur public.

12Aussi dès 2014, le service de prêt Bibook, créé dans le cadre du label BNR (Bibliothèques numériques de référence)3, propose une offre légale en téléchargement pour un large public, à la fois dans le périmètre de l’offre (littéraire et grand public), et le nombre démultiplié d’exemplaires.

13Enfin, toujours grâce au soutien de l’État, la bibliothèque de Grenoble lance en 2016 une plateforme d’accès unifié à l’ensemble de ses ressources numériques : la numothèque.

Numothèque Grenoble-Alpes et littérature

Encadré. La numothèque Grenoble-Alpes ou bibliothèque numérique métropolitaine

La numothèque Grenoble-Alpes1 est une plateforme développée dans le cadre d’un projet bénéficiant du label BNR avec le soutien de l’État, afin d’offrir un accès unifié à l’intégralité des ressources numériques, de chez soi ou en mobilité. Lancée en octobre 2016, elle couvre les six principaux domaines en matière de ressources numériques en bibliothèques : livres, musique, films, presse, autoformation, patrimoine. Conçue comme un portail pour faciliter l’accès au contenu, elle offre la particularité de proposer un accès direct et intuitif aux collections numériques dès la page d’accueil, grâce à son mur d’images semblable à une table de nouveautés. Les livres numériques sont ainsi mis en valeur au même titre que les films, les albums et les images numérisées, ce qui favorise la sérendipité, l’élargissement des publics, et facilite la médiation.

1 Depuis le 14 septembre 2019, la numothèque grenobloise est déployée à l’attention des habitants des 49 communes du territoire de Grenoble-Alpes Métropole, inscrits en bibliothèque.

  • 4 Baromètre des prêts et des acquisitions dans les bibliothèques de lecture publique. Pour 2018 : < (...)

14La politique documentaire de Bibook a d’emblée associé la littérature (60 % de la collection achetée) aux documentaires (30 %) et à la jeunesse (10 %) pour tenter d’adapter l’offre aux usages constatés ou pressentis. Le public cible était d’abord composé d’adultes grands lecteurs, puis d’enfants et d’adolescents mais avec une moindre audience. Depuis son lancement, Bibook fait partie d’un Baromètre annuel4 qui permet d’observer la grande diversité des usages des lecteurs numériques, qui n’hésitent pas à s’intéresser à d’autres titres ou genres littéraires pour satisfaire leur envie de lecture numérique.

Mise en place d’un dispositif de médiation de lecture numérique : recommandations

Silo ou fédération de contenus ?

15Bibook a d’abord été conçu comme une plateforme à part avant d’être intégrée à la numothèque Grenoble-Alpes. Dans le premier cas, la communication est ciblée sur la marque de la plateforme (attention toutefois aux mises en avant de marques commerciales) et fidélise un public de grands lecteurs sur la plateforme dédiée au livre. Dans l’autre cas, la fédération de contenus permet d’élargir et de diversifier le public en favorisant la sérendipité car la littérature est au même plan que les autres domaines. Cela permet également une éditorialisation des contenus plus riche car multi-ressources à travers la production de sélections. Cette mise en valeur est plus adaptée à la médiation auprès d’un public littéraire qui a des sources d'informations variées.

Mise à disposition de bouquets ou constitution d’un catalogue titre à titre ?

16Les premières initiatives de mise à disposition de livres sous droits proposaient de la lecture en streaming, par abonnement à des bouquets de contenus. L’acquisition titre à titre permet quant à elle d’adapter le renouvellement de l’offre aux usages constatés, c’est un des atouts du numérique et de l’analyse possible des données de consultation. On constate que le public est friand de nouveautés, certes, mais pas seulement : l’important est la régularité et la diversité des acquisitions, sans quoi le risque est grand de perdre la fidélité des lecteurs.

17Par ailleurs, pour enrichir son offre de livres sous droits, la bibliothèque peut également alimenter sa plateforme de contenus libres de droits ou patrimoniaux, issus de communs de la connaissance.

Quels services ?

18Une fois la plateforme mise en place, les rubriques d’aide en ligne sont primordiales pour atténuer le côté technique. Il est utile de les proposer à travers différents canaux (FAQ, Mode d’emploi, mais aussi rubrique Contact par mail et même Rendez-vous individuels pour dépannage afin de résoudre les questions techniques).

Quelle médiation ?

19Elle recouvre plusieurs aspects : l’éditorialisation sur différents canaux, la matérialisation des ressources ou encore la dissémination des contenus via les réseaux sociaux (après avoir identifié la communauté et ciblé les dispositifs passerelles pertinents). La coordination de ce travail transversal permet de respecter une charte éditoriale pour les contenus produits et un relais dans les équipes pour la diffusion des informations. Les partenariats tissés permettent de développer sa communauté et les animations proposées peuvent également faire un pont entre les activités de la bibliothèque et l’offre numérique.

Quelle évaluation ?

20Le numérique permet d’adapter la politique documentaire et la médiation aux usages constatés pourvu que l’on mette en place un outil de suivi détaillé (de type tableau de bord).

Promouvoir la littérature numérique en bibliothèque

21Comment une bibliothèque peut-elle faire découvrir la littérature sous forme numérique, à défaut ou avant de faire découvrir la littérature numérique ? Certaines pratiques ont pu être encouragées ou accompagnées.

22Pendant plusieurs années, la panacée a été de prêter des liseuses ou des tablettes préchargées : les bibliothécaires remplissaient à la fois leur rôle de prescription et de médiation, sans tenir compte des appareils utilisés par les usagers. Il suffisait de présenter la sélection de titres choisis et la façon d’y accéder. Mais des problèmes légaux ont fini par apparaître et les utilisateurs ont découvert les détournements possibles de ces supports : il est finalement assez facile d’ajouter les titres que l’on souhaite sur un support mutualisé, que leur origine soit légale ou non.

23Dans le même ordre d’idée, les liseuses thématiques étaient, dans les années 2000, un outil formidable de promotion de la littérature sur support numérique, qu’elle soit constituée de titres du domaine public ou de l’offre de littérature contemporaine de Publie.net. Pendant quelques années, l’attractivité du support et sa nouveauté ont permis de mettre en avant des offres littéraires d’auteurs oubliés ou trop peu connus.

24À la longue, la liseuse, support plébiscité mais difficile à prendre en main par une partie des usagers, a demandé un fort accompagnement par les bibliothécaires. Lorsque l’intérêt pour le support s’est effrité, le contenu a repris toute sa place : les bibliothécaires devaient à nouveau construire une sélection de qualité, voire sur mesure, pour valoriser le support par un contenu choisi. Cette forte évolution du service rendu a pu être perçue comme trop personnalisée, allant à l’encontre de l’égalité de traitement d’un service public.

25Pour rendre ces supports attractifs, rien n’est plus efficace que d’acheter des nouveautés et de les télécharger sur des liseuses, Mais en enfermant les bibliothécaires acquéreurs dans la dictature de la nouveauté à tout prix, cette pratique a fait perdre de vue aux bibliothécaires la nécessité de construire une véritable politique documentaire de cette offre sur support numérique, offrant une grande diversité de titres, et nécessairement complémentaire de l’offre disponible sur support papier.

Quelle politique documentaire pour promouvoir la littérature sous forme numérique ?

26Dans un contexte d’offre limitée (le catalogue PNB représente en 2018 54,37 % des titres de l’offre grand public des éditeurs), la littérature numérique peut néanmoins trouver sa place dans une politique documentaire car elle bénéficie de tous les outils de suivi de l’utilisation des ressources numériques.

Pour quel public et quels usages ?

  • 5 Inscrire dans un journal à des fins d’analyse.

27On peut reprocher au mode d’achat par jetons de prêt son coût et son manque de souplesse pour gérer la forte affluence sur les titres les plus demandés, mais il faut pourtant lui reconnaître une grande efficacité dans le suivi des achats documentaires : les courbes d’emprunt des titres au sein d’une interface (PNB ou autre) capable de journaliser5 l’utilisation des ressources mises à disposition, et pas simplement de les comptabiliser, permettent de mesurer précisément ce qui fait la valeur d’une collection de livres numériques dans le temps et d’en tenir compte immédiatement pour les achats à venir.

28Ce fut le cas des séries de littérature pour adolescents sur Bibook : trois séries complètes furent achetées, mais aucune d’entre elles ne rencontra de succès, y compris au bout de plusieurs mois. Aucune autre n’a été rachetée depuis, en attendant de comprendre les raisons de cette désaffection.

29Une raison évidente de cette sous-utilisation est l’absence du public correspondant à ces titres. Les adolescents forts lecteurs sont encore peu présents sur Bibook, et peu équipés de liseuses. Le smartphone s’est bien sûr généralisé dans cette tranche d’âge, mais il n’est pas (encore ?) utilisé pour lire des livres.

Mauvais genres ?

30Cet exemple pour rappeler que le public de littérature numérique est à étudier, pour mieux le connaître, dans ses particularités socioculturelles, son appétence pour les nouveautés ou les littératures de genre, mais aussi son parcours pour devenir et rester lecteur numérique. Dans la construction d’une offre de littérature numérique en bibliothèque, il ne faudrait pas négliger la place historique des littératures de genre : les séries pour les jeunes adultes, la science-fiction, le polar et la romance, tous ces genres ont déjà conquis un large public. Faut-il pourtant les considérer comme des produits d’appels ou comme la seule offre construite disponible sur le marché, à côté d’une offre protéiforme construite pas à pas autour de quelques best-sellers ? La plus forte demande de littérature de genres se manifeste au moment des départs en vacances, durant la deuxième quinzaine de juillet. La conséquence en est simple : l’épuisement des jetons ou des droits de simultanéité oriente les lecteurs vers d’autres titres, plus anciens, moins plébiscités aussi. Peut-on pour autant entretenir la rareté et obliger les lecteurs à lire autre chose que ce qu’ils cherchent sous prétexte que le support est numérique ou en contraignant leurs pratiques de lecture, parce que l’offre éditoriale est trop coûteuse ou trop restrictive ? Cette politique commerciale à l’œuvre dans certaines offres du projet PNB est absurde et dangereuse pour la crédibilité de l’offre des bibliothèques à l’heure de la concurrence infinie du web, légal ou non.

Faire vivre la littérature numérique : événements, rencontres, participation

31Même consultée sous forme numérique, la littérature est d’abord littérature, avec ses événements éditoriaux, ses auteurs, ses rencontres : prenons ainsi l’exemple de la médiation numérique du Printemps du livre (PDL), festival littéraire organisé chaque année depuis 2003 par la bibliothèque de Grenoble. Si l’objet premier de cet événement est la rencontre entre les auteurs dont les œuvres ont été sélectionnées par les bibliothécaires du réseau et le grand public, la médiation numérique joue également un rôle depuis plusieurs années. En effet, depuis 2015, le défi est lancé aux lecteurs de réagir à l’un des livres sélectionnés à travers un booktube*. Il s’agit ainsi de « susciter la discussion et le débat autour des livres de la programmation et permettre à chacun de devenir un véritable acteur du festival ».

32Les rencontres mêlent des auteurs à grand succès, très médiatisés par ailleurs, à des auteurs plus confidentiels repérés par l’équipe de sélection. Elles donnent également la place aux œuvres nativement ou partiellement numériques comme ce fut le cas avec Le dossier M de Grégoire Bouillier et son prolongement en ligne, ou avec Le lapin bricoleur, un récit labyrinthique de Michaël Leblond et Stéphane Kiehl aux éditions e-Toiles6.

33Du côté des usages, on observe que puisque tous les livres des auteurs sélectionnés pour le PDL sont achetés dans Bibook, dès qu’ils sont présents au catalogue PNB, leur mise en valeur favorise la lecture de ces titres, en version numérique comme en version papier, grâce à une médiation forte (relais des clubs lecture en amont du festival notamment).

Une offre volatile

34Qu’ils soient disponibles sous forme de jetons ou d’abonnement, les titres d’une collection de littérature numérique ne forment pas un ensemble stable dans le temps, mais une offre temporaire, à mettre en regard de la collection de documents physiques de la bibliothèque, dans une perspective de complémentarité, même si les lecteurs ont choisi leur support de lecture de prédilection, ou adaptent ce support selon les circonstances. La politique documentaire qui les concerne devra se concevoir en constante évolution, à l’écoute des usages (grâce à des outils de visualisation de l’usage des titres, permettant un suivi en temps réel) et des usagers (en accordant une attention particulière aux suggestions d’achat), mélangeant titres gratuits du domaine public et titres payants de l’offre commerciale, fichiers et sites web, textes classiques et créations contemporaines, mais toujours consultables facilement (sans DRM, formats compatibles avec la lecture sur smartphone).

35La politique documentaire devra inclure une gestion des sites des auteurs, qui diffusent de plus en plus librement des extraits ou les premières pages de leurs textes, des booktubes, s’intéresser au phénomène des fanfictions et de la production littéraire amateur qui accompagne les grandes séries.

Quel acquéreur numérique ?

36L’évolution du métier d’acquéreur est donc forte puisqu’il faut penser également au support lors de l’achat, en fonction du public qui sera intéressé par cette forme d’accès à la littérature : pour le public impatient, un best-seller rapidement accessible ; pour les seniors, une édition en gros caractères plus simple d’usage ; pour un lecteur compulsif de séries littéraires ou de bandes dessinées, qui ne sera enfin plus gêné pour accéder à tous les tomes de sa série du moment ; pour un lecteur de genre bien défini (polars, SF, romance) ; et enfin pour un lecteur nomade qui prendra ce qui reste disponible après les autres.

37Entretenir les séries peut vite devenir un casse-tête, car chaque sortie d’un nouveau tome peut provoquer (ou non, mais c’est difficile à prévoir) une ruée sur les autres titres de la série. La régulation apportée par la rareté des exemplaires papier manque cruellement dans le cas des séries littéraires numériques, et il devient quasi impossible de proposer à tout moment l’intégralité des volumes.

  • 7 Pour reprendre un terme proposé par Silvère Mercier en 2016 dans un de ses billets : < http://www. (...)

38Mais il reviendra au même acquéreur de veiller à la bibliodiversité7 de ses collections numériques, c’est-à-dire construire une offre documentaire mixant les modalités d’achat (abonnement à des bouquets ou achat titre à titre, consultation illimitée ou non) et de consultation (téléchargement ou streaming, DRM ou non), au risque de perdre le lecteur s’il souhaite vraiment proposer une offre de littérature numérique variée. Les éditeurs petits et moyens rechignent à investir dans PNB, jugé trop coûteux, et préfèrent des formes plus directes de diffusion, tandis que les grands groupes d’édition littéraire imposent des DRM et des conditions de vente proches des limites de l’acceptable pour une bibliothèque. Impossible de proposer toute la diversité de l’édition dans ces conditions.

39La lecture numérique impose à l’usager de se familiariser avec tout un environnement : avec ou sans DRM, avec tel ou tel matériel, support, format, et ce n’est qu’une fois assimilé cet environnement que le plaisir de la lecture peut commencer.

40Construire une offre de littérature numérique en bibliothèque, c’est faire des choix documentaires, en fonction du public pressenti pour ces titres, dans une offre complexe, en perpétuelle évolution, et aux conditions matérielles et tarifaires mouvantes. En fonction des budgets et des interfaces logicielles disponibles, ces choix peuvent se révéler contradictoires en matière de médiation, allant d’une offre de nouveautés autonome à une sélection de titres libres de droit ou d’auteurs peu connus du grand public. Le coût réduit à l’achat de titres peu connus, voire gratuits, ou le temps gagné à proposer un bouquet de titres plutôt qu’une sélection titre à titre pourront être largement rattrapés par le temps de médiation nécessaire à la bonne mise en valeur de cette offre.

41Dans tous les cas, pour développer la place du support numérique, il faudra développer une offre de médiation, en matérialisant le plus souvent cette offre par des supports de lecture (des liseuses) ou de diffusion (BiblioBox, cabines de lecture numérique, etc.), des ateliers de présentation des supports ou des titres écrits spécialement pour le support numérique. De ce fait, une part importante de la création littéraire échappe au stockage (physique ou numérique) de la bibliothèque : les livres web. Comment lui donner une place dans les rayons (au moyen de fantômes* ou affiches attractives avec QR Code, par exemple), fournir des moyens d’accès en bibliothèque et l’accompagner par de la médiation ?

Notes

1 Voir sur le site de Réseau Carel : < https://www.reseaucarel.org/page/pnb-les-12-recommandations-revisitees >. De nombreuses critiques professionnelles se sont élevées contre certains aspects de PNB : coût élevé des titres et de l’emprunt pour les collectivités, faible bibliodiversité*, absence des petits éditeurs et des catalogues plus anciens.

2 < https://bibliobox.net >.

3 < http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-Lecture/Bibliotheques/Numerique-et-bibliotheques/Les-Bibliotheques-numeriques-de-reference >.

4 Baromètre des prêts et des acquisitions dans les bibliothèques de lecture publique. Pour 2018 : < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/68824-barometre-des-prets-et-des-acquisitions-dans-les-bibliotheques-de-lecture-publique-2018 >.

5 Inscrire dans un journal à des fins d’analyse.

6 < http://www.etoiles-editions.com/ >.

7 Pour reprendre un terme proposé par Silvère Mercier en 2016 dans un de ses billets : < http://www.bibliobsession.net/2016/03/22/livre-recommande-bibliothecaire-a-17-plus-de-chance-detre-emprunte/ >.

Auteurs

Responsable de la médiation numérique et de l’évaluation à la bibliothèque municipale de Grenoble

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search