Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Chapitre III. Regards et transferts

Regards britanniques sur l’histoire culturelle française33

Michael Kelly

Texte intégral

  • 33 Ce texte a été publié en 2002 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’ (...)

1L’invitation qui m’a été faite d’intervenir devant vous me permet de lancer des interrogations sur ma propre pratique, en espérant que les questions que je me pose trouveront des échos parmi les historiens français. C’est ainsi qu’un dialogue pourra peut-être s’ouvrir, qui nous permettra de faire avancer nos recherches et d’aiguiser le regard que nous portons sur l’histoire culturelle. Je propose donc trois questions.

2Première question : quelle est l’histoire du regard britannique sur la culture française ? C’est un vaste champ, mais des éléments de réponse peuvent être tirés des recherches en cours sur les « passeurs » britanniques des intellectuels français de l’après-guerre. Un passeur est celui qui fait franchir un obstacle, et notamment un cours d’eau. Pour traverser la Manche, les idées françaises doivent surmonter l’obstacle linguistique, surtout par un travail de traduction, et l’obstacle culturel, surtout par l’action des intermédiaires. Or, pendant les années 1945-1960, on compte une quarantaine de traductions d’œuvres d’intellectuels français. C’est un secteur assez actif dans l’édition britannique, où les traductions du français sont très nombreuses. Les intellectuels arrivent dans un « débarquement culturel » au sens large, qui va des chroniques de Clochemerle aux explorations de Jacques Cousteau.

3Il y aurait beaucoup à dire des intermédiaires : éditeurs, tels Hamish Hamilton et Secker & Warburg ; traducteurs et traductrices, tels Stuart Gilbert ou Dorothy Bussy ; critiques et commentateurs, tels Cyril Connolly ou George Orwell, biographes, tels Justin O’Brien ou Margaret Crosland. On évoquerait également les revues littéraires et scientifiques, comme le Times Literary Supplement, Horizon, Encounter et Scrutiny.

4On se demandera ce qui « passe » en Angleterre. On trouvera bien sûr les existentialistes : Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Jean Genet et Raymond Queneau. Mais on rencontre seulement les plus grands noms, et, en général, il s’agit de leur production littéraire. On trouve le personnalisme, incarné par Emmanuel Mounier, mais plus encore la pensée catholique, exprimée par Jacques Maritain, Jean Daniélou, Henri de Lubac, Georges Bernanos et Simone Weil (qui connaît une grande célébrité posthume). Cela rappelle que la tradition intellectuelle catholique reste un « créneau » non négligeable en Angleterre. Par contre, les intellectuels marxistes ne passent pratiquement pas, sauf quelques romans de Louis Aragon et Elsa Triolet. En dehors des trois mouvements intellectuels reconnus dans les manuels français de l’époque, l’Angleterre réserve un accueil chaleureux à la pensée conservatrice traditionnelle. Le grand intellectuel français aux yeux des Britanniques est toujours André Gide, dont la réputation est en veilleuse en France, mais qui se voit accorder le prix Nobel en 1947 et le doctorat honoris causa d’Oxford l’année suivante. Sa présence est assurée par de très nombreuses traductions. On accueille aussi Jean Cocteau, Colette, André Malraux (dont on n’oublie quand même pas les romans d’avant-guerre) et Raymond Aron.

5Somme toute, les Britanniques gardent le goût des valeurs sûres et n’ont guère la perception d’une rupture dans la vie intellectuelle française à la sortie de la guerre. Le contexte politique des idées est quasiment évacué, alors qu’en France les séquelles de l’occupation et la question du communisme préoccupent beaucoup les écrivains. Il ne manque pas d’études sur la politique ou l’économie françaises, écrites par de bons spécialistes comme Denis Brogan ou Alexander Werth. Pourtant, elles ne reconnaissent pratiquement pas le rôle des intellectuels et de la culture dans la vie politique. La culture française est surtout accueillie pour sa contribution aux débats moraux et même aux questions sexuelles. Rappelons que la Grande-Bretagne est à dominante très conservatrice dans ces domaines pendant les années d’après-guerre. On conclura que les passeurs font entrer les idées et les écrivains qui répondent aux questions qui préoccupent les Britanniques.

6Il est donc possible d’apporter trois éléments de réponse à la question de l’histoire du regard britannique. En premier lieu, ce regard sur la culture française est en partie une tentative de comprendre l’Angleterre et d’intervenir dans la culture britannique. On se demandera même dans quelle mesure les écrivains et artistes français deviennent des acteurs dans la culture britannique. Notons que le doctorat de Gide est sollicité par le grand universitaire oxfordien Maurice Bowra, dont les préférences homosexuelles ne sont un secret pour personne. Le doctorat accordé plus tard (1992) à Jacques Derrida par l’université de Cambridge donnera lieu à des controverses plus philosophiques.

7En deuxième lieu, pour nous Britanniques, la culture française est un moyen plutôt qu’une fin. Elle n’est pas une évidence, comme elle pourrait l’être en France. Dans l’enseignement et dans la recherche surtout, il faut toujours justifier ce que l’on choisit d’étudier. Cela est visible, par exemple, dans la publicité qui accompagne les traductions. On citera la collection des nouvelles de Sartre, Le Mur, édité sous le titre d’Intimacy, où le texte d’accompagnement annonce qu’elle « dépasse largement L’Amant de Lady Chatterley » (“leaves Lady Chatterley standing at the post”). Ou encore, on citera le projet de la New Left Review dans les années 1960 et 1970, qui s’attaque à une culture de gauche en Angleterre, jugée somnolente, en important des idées de la France (Sartre, Lefebvre, Althusser et d’autres).

8En troisième lieu, le regard britannique est essentiellement anglophone, et dépend de la disponibilité des textes traduits en anglais. Le visuel et l’audiovisuel passent mieux. Les commentateurs sachant lire le français ne manquent pas, et s’ils peuvent être en avance sur leur public, leurs interventions se font le plus souvent dans la perspective de traductions prévues. Notons dans ce contexte l’importance des États-Unis, où la population anglophone cinq fois plus grande permet une industrie de traduction et d’édition de grande envergure. Les accords de co-édition des deux côtés de l’Atlantique sont fréquents, et les traductions américaines sont largement disséminées en Angleterre.

9Ayant considéré le regard sur la culture française, la deuxième question à poser sera de savoir quel est le regard britannique sur l’histoire culturelle française. Il s’agit là d’un champ plus érudit et même universitaire, concernant à la fois l’histoire de la culture et le rôle de la culture dans l’histoire française. On y trouvera deux démarches qui se rencontrent, et qui portent d’une part sur les pratiques et d’autre part sur les représentations.

10L’histoire politique et sociale de la France est un grand domaine d’étude historique en Angleterre, s’étendant du Moyen Âge au temps présent. De nombreux historiens britanniques y travaillent, et on constatera qu’il existe des revues spécialisées, telle French History, une association active, the Society for French History, et de multiples collections d’ouvrages dans les grandes maisons d’édition commerciales et les presses universitaires. Pour le seul XXe siècle, citons à titre d’exemple Martin Alexander, Maurice Larkin, James MacMillan, Roger Price et Theodore Zeldin. Dans leurs travaux sur l’histoire politique et sociale ils reconnaissent l’importance des acteurs culturels. D’autres historiens ont pris un « tournant culturel » plus radical. Pour Douglas Johnson, Colin Jones, Roderick Kedward et Siân Reynolds, la culture n’est plus une simple illustration des événements, et on trouvera chez eux une réflexion plus poussée sur la façon dont la culture contribue au mouvement de l’histoire. Dans le domaine de l’histoire contemporaine, on est très proche des sciences politiques. On y remarquera également des revues spécialisées, comme Modern and Contemporary France, une association active, the Association for the Study of Modern and Contemporary France, et une activité d’édition abondante. Citons les ouvrages de Marie Cross, Christopher Flood, John Gaffney, Nicholas Hewlett, Sudhir Hazareesingh, Jeremy Jennings et Susan Milner entre autres. Chez eux le cultural turn est très répandu, et s’exprime à travers l’analyse des discours et l’étude des médias. Ils se préoccupent de comprendre comment la culture contribue à la vie politique.

11Du côté des représentations, on trouvera un très grand nombre d’études littéraires et culturelles qui considèrent les textes et les images dans leur contexte historique, et on comprendra que le rapport entre la culture et la société y est un grand enjeu. Parmi les revues spécialisées, je ferai surtout mention de French Cultural Studies, dont j’ai été l’un des fondateurs. Les bons spécialistes sont très nombreux, et je me contenterai de citer des collègues comme Margaret Atack, Charles Forsdick, Nicholas Hewitt, Diana Holmes, William Kidd, David Looseley, Keith Reader, Brian Rigby et la regrettée Jill Forbes. Leurs perspectives théoriques doivent beaucoup au courant de pensée Cultural Studies, lancé dans les années 1950 et 1960 en Angleterre par Raymond Williams, Richard Hoggart et Stuart Hall. Mais les historiens ont aussi lu les travaux d’ethnologues comme Clifford Geerz et Henry Giroux, et se nourrissent chez les critiques français comme Roland Barthes, Michel Foucault et Pierre Bourdieu, pour ne citer que les plus influents.

12Il y aurait donc trois éléments de réponse à notre question qui cherche à éclairer le regard britannique sur l’histoire culturelle française. En premier lieu, il s’agit d’un regard privilégié, au sens où l’histoire culturelle française est un objet privilégié pour nous autres Britanniques. Nul autre pays étranger n’attire autant notre attention, comme le démontre l’importance de l’histoire et de la culture française dans nos universités. On en connaît trop les raisons pour s’y attarder : citons pour mémoire la proximité géographique, la dominance de la langue française (depuis mille ans) dans l’enseignement, et des relations politiques et économiques centenaires.

13En deuxième lieu, il s’agit d’un regard collectif, dans la mesure où l’histoire culturelle française est un lieu de rencontres interdisciplinaires, où les historiens côtoient les historiens de l’art, les politologues et les sociologues. On y trouve également les littéraires et les civilisationnistes, pour qui la culture française peut être l’objet principal ou non : ainsi les comparatistes, par exemple.

14Troisièmement, il s’agit d’un regard alliant deux démarches complémentaires, allant de l’histoire à l’œuvre, et inversement de l’œuvre à l’histoire. Cela produit un effet de décloisonnement qui entraîne la parution d’ouvrages interdisciplinaires, souvent le fruit de coopérations pratiques. On ne sera pas surpris d’y constater des passages intellectuels et des itinéraires personnels, souvent accélérés par les turbulences sociales ou institutionnelles, comme la crise récente dans le recrutement pour les diplômes universitaires en langues. On y trouvera aussi l’influence des médias, où la domination de l’image, l’importance de la narration et une certaine façon de mener les investigations infléchissent de plus en plus les travaux scientifiques.

15En dernier lieu, c’est un regard multiple qu’on pose sur l’histoire culturelle française. Des préoccupations différentes y ont leur place. Depuis une dizaine d’années, les identités sont à la une chez nous. On s’intéresse surtout à la construction des identités nationales et de la communauté imaginée, comme le suggère Benedict Anderson. Mais on se préoccupe aussi des identités féminines, masculines, sexuelles de façon plus large, et bien sûr des identités ethniques. Dans chaque cas, la France fournit un riche trésor d’exemples à étudier.

16La troisième interrogation, avec laquelle je terminerai, porte sur le regard britannique à l’égard des travaux des historiens français de la culture française, champ encore plus érudit que celui que nous venons d’évoquer. Il faudrait d’abord mesurer le contact des chercheurs britanniques avec les travaux de leurs homologues français. Les textes publiés en français sont surtout accessibles aux spécialistes possédant les compétences linguistiques nécessaires. On constate la présence des Français dans les revues britanniques et américaines, même si ces dernières se montrent plus réticentes devant la langue française. Il en est de même des ouvrages collectifs. Les revues historiques françaises sont d’ailleurs facilement accessibles en Angleterre, où de nombreuses bibliothèques universitaires sont abonnées à une liste considérable de revues françaises. Évidemment, les livres y ont toujours la place d’honneur, complétée de plus en plus par l’accès aux sources électroniques. Et n’oublions pas les achats personnels des universitaires anglais, qui profitent même de réductions d’impôts pour nourrir leur bibliophagie.

17Par contre, les traductions des ouvrages d’historiens français portant sur l’histoire culturelle sont assez peu nombreuses, même si nos presses universitaires publient quelques ouvrages fondamentaux, comme la Nouvelle histoire de la France contemporaine (chez Cambridge University Press). C’est pourquoi les comptes rendus restent importants, et certaines revues leur donnent une grande place, sachant que ce vecteur est très apprécié par ceux qui redoutent des lectures trop ardues. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des rencontres internationales dans les colloques et les journées d’étude, qui commencent heureusement à se multiplier des deux côtés de la Manche. La parole y passe peut-être mieux que par la voie imprimée. Et rappelons que les vacances universitaires et les congés sabbatiques favorisent une forte présence des Britanniques dans les bibliothèques et archives de France. Il leur arrive même d’y rencontrer des collègues français travaillant dans le même domaine.

18Les Britanniques tournent donc un regard averti et fasciné vers les travaux des historiens français de la culture, dont ils reconnaissent la fécondité intellectuelle et le niveau impressionnant d’activité. C’est un regard extérieur, certes, car nous sommes conscients d’assister à des débats pour la plupart franco-français, où les interlocuteurs cherchent à comprendre et à intervenir dans la vie culturelle française. Nous nous apercevons que les travaux français se situent dans des contextes disciplinaires dont nous connaissons les grandes lignes, mais dont nous savons qu’ils ne correspondent pas tout à fait aux structures disciplinaires dans lesquelles nous nous situons. Les contextes institutionnels nous sont encore plus étrangers, tant par la règle du « je » pour l’homo academicus que par les enjeux de réputation et de carrière. Chacun de nos pays a sa propre façon de faire, à tel point que l’on pourrait parler d’un regard de passe-muraille : le Britannique trouve parfois plus facile de participer à une diversité de communautés intellectuelles en France, là où son homologue français verrait des cloisons plus solides.

19Est-ce que le regard britannique est un regard à sens unique ? On trouve évidemment le regard réciproque chez les anglicistes, surtout chez les civilisationnistes. Mais il semble qu’il y ait moins d’historiens français pour s’intéresser à l’histoire culturelle britannique, surtout à l’histoire du temps présent, que l’inverse. Ajoutons la difficulté et la rareté du comparatisme, qui fait que les historiens des deux pays ont rarement un intérêt tout à fait symétrique. On constate pourtant une nette volonté de décloisonnement de part et d’autre. Les dialogues se nouent et les contacts se font plus fréquents. Nous n’avons pas attendu le centenaire de l’Entente cordiale pour nous entendre cordialement entre chercheurs et historiens et nous allons, je l’espère, vers une coopération accrue.

Notes

33 Ce texte a été publié en 2002 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540