Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 3. Médiations et expériences de lecture

La présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux littéraires* : des stratégies en tension

Louis Wiart

Texte intégral

1L’activité des bibliothèques comporte une part significative de prescription et de médiation, qui se joue tant au niveau de la constitution des collections qu’à celui de leur mise en valeur. La manière avec laquelle le livre parvient au lecteur est le résultat de tout un travail dans les établissements, articulé autour des politiques d’acquisition, des mises en valeur sur les tables et les présentoirs, de l’étiquetage de coups de cœur, de l’organisation d’événements et de rencontres.

  • 1 Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Villeurbanne, Presses d (...)
  • 2 Marianne Lumeau et Thierry Clémence, « La demande de livres de fiction en bibliothèques », Réseaux(...)

2L’analyse sociologique souligne combien cette facette du métier de bibliothécaire est complexe à saisir, partagée entre, d’une part, la recherche de diversité et d’originalité propre à la vocation culturelle des bibliothèques et, d’autre part, la mise en avant de best-sellers et de valeurs sûres pour répondre aux attentes du public et aux exigences des tutelles en termes de taux d’emprunt et de rotation1. Du côté des usagers, il apparaît que les comportements d’emprunt sont directement influencés par les recommandations des bibliothécaires : en moyenne, un titre qui figure sur un présentoir dédié sera 17 fois plus emprunté qu’un titre n’ayant pas fait l’objet d’une telle mise en valeur, alors qu’un ouvrage labellisé « coup de cœur » connaîtra 14 fois plus d’emprunts que les autres2.

  • 3 Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. (...)

3Dans un contexte d’inflation éditoriale, le besoin d’organiser la mise en relation entre une offre et une demande, à travers des opérations de sélection, de recommandation et de mise en avant, se trouve renforcé pour les bibliothèques. Beaucoup d’établissements utilisent désormais les réseaux sociaux pour valoriser leurs activités et leurs ressources, pour développer des communautés de lecteurs et pour réinventer leur fonction de prescripteur3. Cet engagement sur les réseaux sociaux peut apparaître comme une évidence à l’heure où les organisations se confrontent de plus en plus à la nécessité d’y animer une présence. En même temps, le recours aux innovations du web social par les établissements témoigne d’un renouvellement des formes que prennent leurs missions de médiation dans l’environnement numérique, interrogeant en cela l’évolution des pratiques de communication et d’interaction avec les usagers.

Twitter et liker en bibliothèque

  • 4 Véronique Mesguich, Bibliothèques : le Web est à vous, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, (...)

4L’ouverture de comptes sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et consorts intervient en réponse à un impératif d’image et de visibilité selon lequel les bibliothèques devraient être présentes là où se trouvent désormais leurs usagers. Les discours usuels sur le sujet proposent le plus souvent une vision volontariste, très généralisante, ouvrant sur des perspectives opérationnelles et directement applicatives sous la forme de boîtes à outils ou de guides de bonnes pratiques4.

  • 5 Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart, op. cit.
  • 6 Les réseaux de Brest et de Metz, la médiathèque de Quimperlé et celle de Louise-Michel à Paris.

5Les résultats d’une récente étude commandée par le ministère de la Culture et la Bpi permettent toutefois d’aller plus loin dans la compréhension des initiatives5. À partir d’une analyse qualitative de terrain basée sur un corpus de quatre bibliothèques de lecture publique6, cette recherche s’intéresse aux multiples expériences et actions qui fondent leur présence sur les réseaux sociaux, faisant apparaître un faisceau d’enjeux et de problèmes spécifiques sur la base duquel les projets se construisent et évoluent. Il apparaît ainsi que les stratégies adoptées par les bibliothèques s’élaborent activement, au fil des publications, en fonction des motivations individuelles des agents et des situations organisationnelles et territoriales propres à chaque établissement (moyens, compétences des équipes, taille de la desserte de l’équipement, cadre administratif du travail…). Elles doivent composer avec les modes de communication portés par les plateformes, avec leurs incitations, leurs limites et leurs changements fonctionnels, particulièrement contraignants. Enfin, elles se nourrissent des interactions avec les publics, dont les activités et les discours en ligne s’imbriquent avec les expériences qu’ils vivent hors ligne et dont les usages échappent en partie aux attentes des bibliothèques. L’engagement des bibliothèques sur les réseaux sociaux ne va donc pas de soi : il se traduit par des arbitrages et des confrontations entre des prises d’initiative et des contraintes inhérentes aux plateformes mobilisées, à la situation concrète des établissements et aux rapports engagés avec les publics.

6Cette enquête fait apparaître une autre ligne de tension décisive : les bibliothèques étudiées s’inscrivent dans une démarche de communication qui se veut moins institutionnelle, mais qui reste principalement descendante dans ses principes. Il s’agit d’offrir aux usagers une fenêtre sur les activités quotidiennes de l’établissement, sur les services et les collections, sur les évènements qui s’y déroulent, mais aussi de faire le lien avec les autres ressources qu’il propose en ligne, comme son portail ou son blog. Le recours à l’image et à des textes brefs, la quotidienneté des publications, tout comme la propension à la légèreté et à l’humour, témoignent d’une appropriation des codes d’expression et d’animation de communauté propres aux réseaux sociaux. Si la communication s’inscrit indéniablement dans une recherche de proximité et de connivence avec les publics, les bibliothèques étudiées ont tendance à se servir de ces réseaux selon un schéma de diffusion unidirectionnel très maîtrisé : la participation et les retours actifs des publics restent pour l’instant plutôt modestes et en définitive peu sollicités par les établissements. Exception faite des comptes sociaux de Gallica, autour desquels gravite une communauté d’usagers – les « gallicanautes » – qui participent activement à la diffusion de contenus issus d’un réservoir de 4 millions de documents numérisés, l’usage des réseaux sociaux en bibliothèque fonctionne globalement moins comme un forum où domineraient l’échange interactif et le dialogue direct avec les usagers que comme une vitrine à travers laquelle l’institution se met en scène et offre un autre regard à ses publics.

Réseaux sociaux littéraires et catalogue 2.0

7Les bibliothèques se trouvent confrontées à une catégorie de réseaux sociaux spécifiquement articulés autour d’outils d’échanges et de critiques littéraires – Babelio, Goodreads, Anobii, LibraryThing, Lecture Academy, Booknode, Manga Sanctuary, BDGest, etc. Les usagers de ces réseaux apparaissent comme de nouvelles sources de prescription venant concurrencer les sources traditionnelles : ils produisent des évaluations, des classements et des recommandations en ligne que d’autres lecteurs peuvent venir consulter pour opérer des choix de lecture.

  • 7 Marc Jahjah, « Qu’est-ce que la lecture sociale ? », Ina Global, 2014. [En ligne] < https://www.in (...)

8Apparues dans le courant des années 1990, les plateformes pionnières, conçues dans un esprit largement artisanal et expérimental, ont été supplantées durant la seconde moitié des années 2000 par des initiatives portées par des entreprises du monde du livre et de la communication, avec des visées promotionnelles et commerciales. Pour légitimer et asseoir leurs projets, ces entreprises véhiculent un discours sur la « lecture sociale », renvoyant l’idée qu’une mise en réseau du livre dans l’univers numérique s’accompagne d’un accroissement de sa valeur d’échange et de sociabilité7. Le développement des réseaux sociaux littéraires est pensé par ces acteurs comme un moyen de fédérer des communautés autour de leurs marques et d’associer les internautes à la valorisation de leurs activités. Il s’agit également de déployer des modèles économiques fondés sur la communauté : les activités en ligne des internautes génèrent de la valeur, sous la forme de trafic, de données et de contenus, qui sont ensuite monétisés auprès de maisons d’édition auxquels des opérations publicitaires sont vendues et auprès de librairies et de bibliothèques qui enrichissent leurs propres portails avec les contenus produits par les lecteurs. Ces dernières années, on observe un découplage entre, d’un côté, beaucoup d’initiatives qui s’essoufflent, voire qui ferment purement et simplement leurs portes (Libfly de la société Archimed, par exemple) et, d’un autre côté, quelques plateformes qui suivent une trajectoire ascendante et qui connaissent un réel succès (Babelio, Goodreads). Selon le principe du « winner takes all », les communautés de lecteurs les plus dynamiques ont eu tendance à acquérir une position de centralité, en concentrant toujours plus d’audience et de pratiques numériques.

Enrichir le catalogue

  • 8 Nicolas Malais, « Des réseaux sociaux littéraires à la mutation des pratiques professionnelles en (...)

9Si la vocation initiale de ces réseaux n’est pas orientée vers le service aux bibliothèques, cette dimension s’est progressivement développée8. Pour les professionnels des bibliothèques, il est notamment possible d’endosser une identité numérique sur un réseau, c’est-à-dire d’y organiser une présence en créant une page de profil à son propre nom ou à celui de son institution. Ce faisant, la bibliothèque prend part à l’activité de la communauté, dont elle devient un membre parmi d’autres.

  • 9 Louis Wiart, La prescription littéraire en réseaux, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2017 (coll. (...)
  • 10 Marc Jahjah, « Fabrication et justification des “contenus produits par les utilisateurs” des résea (...)

10Nos propres estimations montrent que les professionnels du livre sont plutôt présents sur ces sites, représentant environ 4 % des publics qui s’y engagent9. Certains réseaux sociaux littéraires comme Babelio ou LibraryThing proposent également aux bibliothèques une offre d’enrichissement de leurs catalogues informatisés avec des contenus produits par les lecteurs. C’est en particulier le cas de Babelio, dont l’offre « Babelthèque », lancée en 2009, se présente comme un webservice en marque blanche qui s’appuie sur la masse des contributions des internautes pour afficher des informations supplémentaires sur les livres lors de la consultation du catalogue. Les notices bibliographiques des bibliothèques se trouvent ainsi investies par des tags, des citations, des critiques, des notes, etc., publiées au départ par des lecteurs sur le réseau social. Elles peuvent aussi accueillir des recommandations fondées sur un algorithme qu’alimentent les contributions des membres de Babelio, avec des rebonds possibles vers d’autres lectures. Pour promouvoir son service auprès des établissements, Babelio a recours à une rhétorique qui tend à justifier son utilité en opposant deux types de culture, celle de l’imprimé, associée à l’inertie et à la pauvreté du catalogue traditionnel, et celle du numérique, supposée plus riche et plus dynamique avec la mobilisation d’outils du web social10.

Figure. Un catalogue enrichi avec Babelthèque

Figure. Un catalogue enrichi avec Babelthèque

11Les dispositifs d’enrichissement des catalogues doivent servir d’appui au rôle de conseil du bibliothécaire, pour aider les lecteurs à faire leur choix et leur donner des idées et des envies de lecture. Le recours à ce type de service revient à déléguer une partie du travail d’indexation et de recommandation de la bibliothèque à des amateurs collectivement mobilisés sur un réseau social littéraire extérieur à l’établissement.

  • 11 Voir Pierre Frémaux, « Médiation numérique et nouveaux prescripteurs du livre », Les Cahiers de la (...)

12Dans ce contexte, il est possible de s’interroger sur les raisons qui conduisent nombre de bibliothèques, pourtant déjà en proximité immédiate avec des communautés de lecteurs, à souscrire aux services d’un prestataire externe plutôt que de favoriser le développement et l’appropriation de leurs propres fonctionnalités participatives. En réalité, lorsqu’ils existent, les espaces d’expression et de partage en ligne proposés par les établissements sont généralement peu utilisés par les usagers, ce dont témoigne la faiblesse du volume de critiques et de commentaires qu’ils accueillent en comparaison avec celui des réseaux sociaux littéraires, qui explorent plus en profondeur la longue traîne des publications. Cette situation s’explique notamment par la faible mise en valeur des contenus produits par les usagers sur les sites de bibliothèques, par la participation peu active des bibliothécaires eux-mêmes et par l’échelle d’intervention d’un établissement, dont le territoire, par définition réduit à sa dimension locale, ne lui permet pas d’atteindre une masse critique d’internautes ni même d’offrir aux lecteurs un réseau de relations sociales suffisant pour que la communauté en ligne puisse croître et s’auto-entretenir11.

  • 12 Lionel Dujol, article cité.

13Surtout, comme le souligne Lionel Dujol, le problème est qu’un « catalogue de bibliothèque qu’il soit 1.0 ou 2.0 restes un catalogue de bibliothèque, c’est-à-dire un outil de recherche documentaire… bien loin de l’univers numérique quotidien de l’usager internaute habitué à commenter sur les blogs, à taguer sur Dailymotion ou à réagir via Twitter. »12

14Dans ce travail du lien avec la communauté de lecteurs, un défi majeur pour les professionnels des établissements tient dans l’indispensable articulation entre l’univers de référence des bibliothèques, avec toutes ses spécificités (structure institutionnelle, mission de service publique, culture de l’écrit…), et les formes de présence et d’échange du web social tels qu’ils se sont imposés aujourd’hui dans les pratiques des usagers. C’est précisément dans ce jeu de tension que se construit l’usage des réseaux sociaux en bibliothèques et que se joue la recomposition de la prescription et de la médiation de ces institutions sur internet.

Notes

1 Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2015 (coll. Papiers).

2 Marianne Lumeau et Thierry Clémence, « La demande de livres de fiction en bibliothèques », Réseaux, 2015/2-3, no 190-191, p. 275-298. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-reseaux-2015-2-page-275.htm >.

3 Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. Enquête sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2018 (coll. Papiers-Bpi).

4 Véronique Mesguich, Bibliothèques : le Web est à vous, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2017 (coll. Bibliothèques).

• Jean-Philippe Accart, La médiation à l'heure du numérique, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2016.

• Équipe de préfiguration de la bibliothèque Canopée (dir.), Les réseaux sociaux en bibliothèque et leurs pratiques, Livre blanc, Paris, 2014. [En ligne] < https://bibliotheques.paris.fr/userfiles/file/Nouveautes/Canopee/livre-blanc.pdf >.

5 Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart, op. cit.

6 Les réseaux de Brest et de Metz, la médiathèque de Quimperlé et celle de Louise-Michel à Paris.

7 Marc Jahjah, « Qu’est-ce que la lecture sociale ? », Ina Global, 2014. [En ligne] < https://www.inaglobal.fr/edition/article/quest-ce-que-la-lecture-sociale-7725 >.

8 Nicolas Malais, « Des réseaux sociaux littéraires à la mutation des pratiques professionnelles en bibliothèque », Les Cahiers de la SFSIC, 2015, no 11, p. 35-41.

9 Louis Wiart, La prescription littéraire en réseaux, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2017 (coll. Papiers).

10 Marc Jahjah, « Fabrication et justification des “contenus produits par les utilisateurs” des réseaux sociaux du livre auprès des bibliothèques », Les Cahiers de la SFSIC, 2015, no 11, p. 51-58.

11 Voir Pierre Frémaux, « Médiation numérique et nouveaux prescripteurs du livre », Les Cahiers de la SFSIC, 2015, no 11, p. 43-50, et Lionel Dujol, « Le catalogue 2.0 ou le mythe de l’usager participatif ? », 2009. [En ligne] < https://labibapprivoisee.wordpress.com/2009/10/14/le-catalogue-2-0-ou-le-mythe-de-lusager-participatif/ >.

12 Lionel Dujol, article cité.

Table des illustrations

Titre Figure. Un catalogue enrichi avec Babelthèque
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 674k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search