Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dix ans d'histoire culturelle

 | 
Évelyne Cohen
, 
Pascale Goetschel
, 
Laurent Martin
, 
et al.

Chapitre III. Regards et transferts

La ligne Paris-Londres des Cultural Studies : une voie à sens unique ?3

Erik Neveu

Texte intégral

  • 3 Ce texte a été publié en 2002 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’ (...)
  • 4 L’idéologie dans le roman d’espionnage, Presses de Science Po, 1986, et avec Armand Mattelart, « “ (...)

1Comme Denis Saint-Jacques, je souhaite d’abord exprimer mon plaisir sincère d’être parmi vous tant pour les possibilités d’échange avec des « voisins » scientifiques qu’ouvre cette rencontre que du fait de la naturalisation dont vous m’honorez en m’attribuant sur le programme le titre de « professeur d’histoire contemporaine », moi qui ne suis que politiste. Mais peut-être cette métamorphose statutaire vient-elle confirmer que l’on n’est jamais prophète en son pays, puisque ceux de mes travaux qui sont à l’origine de votre invitation – une thèse sur le roman d’espionnage, un texte de présentation des Cultural Studies (CS) commis avec Armand Mattelart4 – se sont heurtés au sein de ma discipline officielle à une réception où seule la suspicion de rechercher une originalité un peu louche brouillait d’un léger murmure le silence absolu des mécanismes d’écho (comptes rendus, citations) que guette toujours le narcissisme d’auteur. Pour reprendre le titre proposé par Denis Saint-Jacques, c’est plutôt en tant que frontalier ou contrebandier des disciplines que comme politiste que je puis revendiquer ces travaux.

2La contribution que je vous propose voudrait se centrer sur une réflexion relative aux processus d’importation et d’exportation des théories et des travaux, aux effets de barrières douanières tant entre pays qu’entre disciplines. À cet effet, je procéderai en quatre temps. Cet exposé partira de quelques remarques liminaires sur les caractéristiques des CS britanniques. Dans un second temps, il se fixera sur les processus Cultural Studies d’importation théorique par les Cultural Studies britanniques, avant de chercher à comprendre dans un troisième temps une asymétrie : la non-réception des travaux des CS en France, de façon générale, et spécialement par les historiens. Enfin, l’évocation d’une recherche en cours me permettra d’expliciter ce que pourraient être des stratégies d’import-export transdisciplinaires et transnationales.

DEUX OU TROIS CHOSES QU’IL FAUT SAVOIR D’ELLES

  • 5 Dont les repères essentiels sont développés par Loïc Wacquant, in « Les dessous de l’affaire Sokal (...)

3En matière de cadrage des Cultural Studies, l’exposé de Denis Saint-Jacques me permet d’être bref. Il a situé l’essentiel dans des termes auxquels je souscris sans réserves. Il fallait souligner l’importance de l’engagement politique dans la genèse du courant. L’émergence des CS serait incompréhensible sans prendre en compte l’engagement politique à la gauche du parti travailliste des pères fondateurs. Les CS offrent un exemple rare d’un travail intellectuel qui produit une intelligence inédite du monde social non pas malgré l’engagement de ses auteurs, mais grâce à cet engagement, parce qu’il les pousse à explorer des objets dévalués par l’élitisme universitaire, à poser des questions impensables à la doxa académique comme celle de considérer que les comportements populaires peuvent être aussi riches de sens, aussi subtils que ceux des élites. Avec Denis Saint-Jacques, j’insisterai sur le primat donné à l’étude des pratiques, sur le mouvement en tache d’huile qui, partant d’une analyse des cultures populaires, mène vers la prise en compte des effets des variables d’âge, d’ethnicité, de genre, de sexualité, vers une extension des objets en direction des médias, de la mode, de la publicité, de la consommation. Je soulignerai aussi les dérives de ce courant qui accompagnent son institutionnalisation et son essaimage international : montée du théoricisme boursouflé, d’une inflation de glose déconnectée de tout travail empirique sérieux, relativisme mou, habillé de radicalisme de campus dans le cas des États-Unis… Toutes choses dont il est possible d’esquisser une sociologie5 .

  • 6 Jean-Claude Passeron, Claude Grignon, Le savant et le populaire, Paris, Éditions du Seuil-Gallimar (...)
  • 7 In Stuart Hall, Tony Jefferson (ed.), Resistance through Rituals : Youth Subcultures in Post-War B (...)

4Denis Saint-Jacques m’a obligeamment laissé le privilège de rendre compte des concepts fondateurs des CS. Je le ferai par une boutade. Les CS réussissent aujourd’hui à cultiver le théoricisme, sans avoir forcément une théorie propre et des concepts spécifiques. La formule est excessive, si les CS n’avaient pas d’intérêt théorique, il ne vaudrait pas la peine d’en parler. Précisons donc. Il faut d’abord définir les CS par des postures et des questionnements, la théorie vient après. Ces postures consistent à prendre au sérieux des objets que le légitimisme académique avait refusé de prendre en compte : les styles de vie des classes populaires, les médias « de masse », les productions culturelles sans quartiers de noblesse. Elles supposent une approche qui regarde la société et l’histoire from below, depuis le bas, le sol des vies ordinaires. Elles explorent ce que Passeron6 désigne comme une « culturologie interne », soit l’approche des formes et de la cohérence de la culture – au sens anthropologie – d’un groupe. Mais elles l’articulent systématiquement à une « culturologie externe », soit un questionnement sur la contribution de ce système culturel à une capacité de subversion et/ou d’acquiescement à l’ordre social. Elles commandent par là des méthodes : ethnographie, histoire orale, observation participante… je pense à un très beau texte de Paul Corigan sobrement intitulé Doing’nothing, qui rend compte tant d’une phénoménologie que des significations de désœuvrement ordinaire des adolescents dans un quartier populaire7 . Les concepts vont dès lors être forgés à partir de ces interrogations et de ces approches. Si on devait les réduire à un lexique, on y trouverait les notions de résistance, d’hégémonie, d’identité, de codes culturels, plus largement tout ce qui peut permettre d’interroger les processus d’objectivation et de désobjectivation d’identités collectives. Lexique dont on discerne immédiatement une ambiguïté fondatrice puisqu’il se situe à la fois dans une modernité, voire une post-modernité du questionnement des sciences sociales, tout en ayant une fragrance de marxisme « sociologisé ».

5Enfin, il peut être utile, devant un public d’historiens, de suggérer une forme de dualité des CS observable dans la relative autonomie de sa composante historienne symbolisée par le couple Thompson. N’inventons pas une opposition cachée depuis les origines. Les orientations et les questionnements sont chez tous les fondateurs ceux que nous avons cadrés ici.

  • 8 Whigs and hunters. The origins of the Black Act, Londres, Penguin, 1975.

6L’admirable Whigs and Hunters8 en témoigne qui, à travers une exploration du “Black Act” de 1723, interprète le braconnage comme une pratique de résistance à la remise en cause de l’économie morale pré-capitaliste caractéristique des campagnes anglaises.

7Deux singularités peuvent tout de même être suggérées. Les travaux d’historiens relevant des CS semblent circuler moins sous forme de citations et de références au sein du réseau CS. Leur contribution ne s’est jamais dissoute dans une nébuleuse transdisciplinaire, elle n’a jamais connu ni les dérives, ni le décrochage de l’empirie, si visibles dans une large part des CS orientées vers le présent. Une explication possible et insuffisante de cette singularité peut venir de la force plus grande des contrôles croisés, d’une police scientifique dans le sous-champ académique de l’histoire.

8Une dernière remarque peut s’imposer tant nos deux exposés ont mis l’accent sur une thématique des dérives. S’il est important de souligner d’entrée les pathologies contemporaines des CS globalisées, ce constat critique ne doit pas laisser penser qu’elles aient perdu toute capacité d’invention, toute fécondité. Pour ne donner que des repères partiels, il ne serait pas difficile d’argumenter sur la richesse et les réelles percées de connaissance apportées dans une période très récente sur le terrain des analyses de réception des médias, des Gender Studies, de la réflexion sur les identités collectives.

LA LIGNE PARIS-LONDRES

9J’emprunte cette métaphore à Raymond Williams qui exprimait par là un agacement devant ce qu’il tenait pour une forme de coquetterie intellectuelle dans l’importation incontrôlée de références françaises par les chercheurs du Centre de Birmingham.

10Récusant la fixation sur les objets canoniques, les frontières disciplinaires, les constructeurs des CS ont aussi été de grands bricoleurs et importateurs d’outillage théorique. Emprunts d’abord à la tradition des analyses littéraires, dont l’outillage se trouvait déployé sur des objets illégitimes : publicités, romans populaires, produits de la culture des médias. La politique d’emprunt-importation est aussi passée, d’une façon globalement assez superficielle, par le recours aux travaux de la sociologie de Chicago, des théories du labeling et de la déviance de Becker. Elle a pu faire quelques emplettes en Italie, chez Gramsci massivement, subsidiairement chez Eco, des recours à la première école de Francfort pour l’Allemagne.

  • 9 Loïc Wacquant développe à partir du cas de Bourdieu une réflexion largement transposable sur les p (...)

11Mais les dealers théoriques des CS étaient avant tout français. Emprunts d’abord aux variantes les plus théorisées, les plus académiques du marxisme avec Althusser. Emprunts à la sémiologie barthésienne des années 1960 et 1970. Emprunts à ceux qui en France s’employaient à problématiser la culture au quotidien : de Certeau, le premier Baudrillard. Cette politique d’importation, sélective, puisque de façon surprenante Bourdieu est initialement peu mobilisé, suggère un paradoxe. Alors même qu’elles sont largement ignorées en France, les CS se sont nourries d’un ensemble de contributions françaises. Et ce mouvement n’est pas lié à une bulle temporelle soixante-huitarde. En matière d’importation aussi, la logique de la tache d’huile a fonctionné. L’extension des objets commandant celle des références théoriques, on a pu observer une ouverture aux travaux des théoriciennes féministes, puis à Foucault, aux post-modernes. Le stade final – faut-il dire terminal ? – de ce processus étant l’invention de ce monstre céphalopode qu’est la French Theory et dont le postulat implicite est celui d’une complémentarité épistémologique, uniquement perceptible pour certains anglophones, entre les auteurs français les plus disparates. On verra donc invoquer dans un même texte de CS, Bourdieu, Derrida, Foucault, Ricœur, Baudrillard, Delphy, même Maffesoli, sans interrogations excessives sur la possibilité même de mobiliser de front ces auteurs. L’invention de la French Theory, qui est largement le fait des CS, justifierait à elle seule un colloque et pose un ensemble de questions essentielles sur les effets de mode, les conditions de circulation, de réception et d’incompréhension des œuvres savantes dans un champ académique distinct de celui qui a vu leur production initiale9 . Retenons-en ici la puissance d’un tropisme français dans les Cultural Studies.

  • 10 Voir la critique décapante qu’en fit à chaud Wright Mills C. dans L’imagination sociologique, prem (...)
  • 11 Habermas, Luhmann, Beck intègrent tardivement le panthéon des CS. Une consultation des sommaires d (...)

12Au-delà du constat, comment expliquer tant le privilège donné aux travaux académiques français que la sélection des importations ? Dans la mesure où les sciences sociales américaines des années 1950 et 1960 étaient marquées par le positivisme, un fonctionnalisme et un systémisme souvent scientifiquement naïfs et politiquement conservateurs10, par plus d’intérêt pour les élites que pour le common, on peut penser qu’aller chercher des références en France était un moyen de trouver une alternative théorique. L’image d’avant-gardisme politique des intellectuels français, l’effervescence créatrice du moment structuraliste et des années 1968 ont pu aussi jouer un rôle attractif. On mentionnera aussi le fait que pour une fraction d’intellectuels triplement dominés – du fait général de la moindre place de ce que M. Thatcher appellera les chattering classes dans le monde britannique, mais aussi de leur situation de « boursiers » et de relégués dans les périphéries de l’Academia – le prestige, plus ou moins enchanté, de l’intellectuel français constituait un modèle de référence. La francophilie théorique s’éclaire donc tant pour des raisons négatives (contournement de l’influence américaine, absence de Grand Theory disponible alors en Allemagne11) que positives.

  • 12 Il s’agit de Nationwide, voir Charlotte Brunsdon, David Morley, Everyday television : Nationwide, (...)
  • 13 David Morley, Television, audiences and Cultural Studies, London, Routledge, 1993, p. 3.

13La sélection des auteurs français peut aussi s’éclairer. Pour Althusser – comme pour Gramsci côté italien – la quête d’un marxisme démomifié, utilisable pour penser au présent les problèmes de la domination sociale peut être invoquée. En d’autres cas (Barthes, Baudrillard) une forme d’homologie des objets et des questionnements rend intelligibles les emprunts. Au-delà, et à mesure que les CS vont s’institutionnaliser et se voir reconnues académiquement, il faut faire appel à la Loi de Morley. Je propose en effet de labelliser ainsi une réflexion formulée par un des contributeurs majeurs des CS à propos du succès international de ses propres travaux. David Morley observe en effet que ses publications sur les contenus et la réception d’un magazine d’information12 sont lues et utilisées par un lectorat international qui n’a aucune idée de la nature précise de cette émission et se trouve, par là, porté à en retenir les énoncés les plus abstraits et les plus théoriques, souvent déconnectés du matériau empirique qui leur donne sens. « Pour le dire brutalement, des niveaux plus élevés d’abstraction (la “théorie”) peuvent être vendus de façon plus extensive, et non uniquement dans un cadre national spécifique, et dès lors tendent simultanément à des niveaux plus élevés de profitabilité pour l’éditeur et à une réputation élargie pour le théoricien. Bref, c’est la “théorie” qui voyage le mieux »13. Si l’on transpose l’analyse aux processus d’importation par les CS, on comprend aussi pourquoi le Barthes de S/Z ou du Système de la mode a plus de chances de franchir la Manche que celui des Mythologies de l’abbé Pierre ou de la margarine Astra, pourquoi la fascination pour Althusser, Derrida ou Ricœur se trouve dans une mouvance académique de plus en plus portée à la prétention théorique (dans tous les sens de ce terme). Inversement la loi de Morley peut éclairer ce que filtre le processus d’importation. La réception tardive et partielle de Bourdieu, le peu d’impact des précurseurs français de l’histoire culturelle (Agulhon, Le Roy Ladurie, Vovelle) doit aussi à ce que leurs théorisations sont profondément enracinées dans des enquêtes et des terrains français, se prêtent malaisément à cette variante académique du raffinage qui filtre des essences conceptuelles à partir de travaux nés de l’enquête et de l’archive.

LA NON-RÉCEPTION FRANÇAISE DES CS

  • 14 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970 et 33 Newport Street, Paris, Éditions d (...)
  • 15 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière britannique, Paris, Éditions du Seuil-Galli (...)
  • 16 Mentionnons cependant le contre-exemple des africanistes qu’illustrerait la Revue française de sci (...)

14En inversant vers la France le point d’observation des processus d’importation-exportation théoriques, on est amené à un constat sans équivoque. Les CS ont été et demeurent profondément méconnues du monde académique français. Grâce à Passeron et Bourdieu, Richard Hoggart a deux livres traduits14. Un seul livre de Thompson15 a été traduit. Aucun des livres de Williams, Hall, Hebbige, Morley, Brunsdon, Willis, Ang, Radway n’est accessible en français. Quant aux articles, on doit pouvoir accéder à une dizaine de traductions entre Actes de la recherche, Réseaux, Annales, Politix. Il suffit trivialement d’observer les expressions faciales de perplexité des collègues à l’audition du terme Cultural Studies pour disposer d’un indicateur sommaire mais pertinent d’une méconnaissance qui connaît peu d’exceptions16.

  • 17 L’étanchéité dont il est question ici tient à la réception des travaux anglophones en France. Elle (...)

15Pourquoi cette étanchéité17 ? Quatre registres explicatifs au moins peuvent être invoqués.

16Le premier renvoie à toute une série de raisons pratiques concernant la réception de travaux à la fois britanniques et marginaux. Raison pratique indicible mais fondamentale : tous ces auteurs parlent et écrivent anglais, ce qui est déjà une barrière puissante dans l’université française d’il y a trente ans. Ces travaux hérétiques se développent – au moins jusqu’aux années 1980 – aux marges de l’Université anglaise, pas à Oxbridge, mais dans les Polytechnics (initialement proches de nos IUT) à l’Open University, dans les institutions de formation pour adultes…, ce qui constitue un énorme handicap en termes de réseaux internationaux. Des textes importants sortent sous forme de working papers, support étranger à la culture académique française et aux processus de traduction. Il faut enfin re-solliciter la Loi de Morley. Tous ces travaux sont bâtis sur un travail de terrain, sur une prise en compte souvent très fine de la chair et de la singularité du monde social britannique. Pour qui n’a pas vu le magazine télévisé Nationwide, pour qui n’a pas joué dans une Penny Arcade, assisté à un derby Everton-Liverpool, pour qui ne sait que vaguement ce que fut le phénomène des mods, les analyses qui tentent de les théoriser mettent dans la position de recevoir une théorie dans la méconnaissance des substrats qu’elle analyse… Sans même bénéficier de l’attrait de l’exotisme puisque les ethnologues d’alors – qui ont encore des crédits – peuvent offrir Bali ou les Indiens Guayakils.

17Seconde raison, le terrain est occupé. Des chercheurs français développent des chantiers homologues, avec leur propre outillage. Sans pouvoir proposer un panorama complet, on en donnera quelques illustrations.

18Barthes et la mouvance de la revue Communications explorent les productions de la culture dite de masse, les mythologies. Étant en posture de mentors, ils n’ont guère de raisons d’importer des travaux qui sont parfois des sous-produits dégriffés de la sémiologie continentale. Par ailleurs, Barthes est peu au fait des travaux anglophones et va chercher vers d’autres pays et d’autres communautés savantes (linguistes) les éléments qui fécondent son œuvre.

  • 18 Respectivement dans les numéros 2-3 de 1976, 17-18 de 1977, 24 de 1978. Hoggart et Thompson seront (...)
  • 19 Voir : Jean-Claude Passeron (dir.), Richard Hoggart en France, Paris, Éditions du Centre Pompidou (...)
  • 20 Il est significatif que les traductions par Actes et Le sens commun privilégient quelques-uns des (...)
  • 21 Le stimulant livre de Dick Hebdige, Subcultures. The Meaning of Style, London, Routledge, 1987, 1r (...)
  • 22 Plus nous semble-t-il que chez Bourdieu lui-même dont on rappellera la corrosive sociologie de la (...)

19Bourdieu, puis sa revue Actes (1975) explorent depuis le milieu des années 1960 des pratiques et des objets proches de ceux des CS : photographie, romans populaires, consommation, corps, livres pour enfants, rapport des classes populaires à l’école. Actes traduira d’ailleurs tôt Thompson, Williams, Willis18. Jean-Claude Passeron sera le passeur français des travaux de Richard Hoggart19. Le pôle sociologique symbolisé par Bourdieu constitue l’une des rares interfaces entre sciences sociales françaises et CS. Simultanément, cette coopération reste limitée. Outre de simples logiques de concurrence entre des entreprises scientifiques, deux raisons peuvent expliquer les bornes de ce commerce intellectuel. La première tient à la modestie du bagage sociologique de la plupart des contributeurs aux premières générations des CS20. La prise de distance à l’égard d’une sociologie britannique dominée par le fonctionnalisme se traduit souvent part la sociologisation superficielle du corpus marxiste, des emprunts mal maîtrisés à l’École de Chicago, par un lien lâche aux problématiques sociologiques. Malgré leurs apports, une partie des classiques des CS peut aussi se lire comme marqués par le rapport « populiste » ou « légitimiste » aux classes populaires21 que s’emploient à mettre en cause Bourdieu puis, avec et contre lui, Passeron et Grignon. On peut ajouter que la visée de certains des pères fondateurs (Hoggart, Williams), consistant à mobiliser sur des produits culturels illégitimes les outils forgés pour analyser la littérature et les productions légitimes, diverge des choix méthodologiques de Bourdieu, d’une défiance fréquente à l’égard de tout « sémiologisme » dans les rangs des chercheurs de son équipe22.

  • 23 Ce point est bien mis en lumière par Tom Steele, The emergence of Cultural Studies, 1945-1965. Lon (...)
  • 24 Stuart Hall et Jacques Martin (ed.), New Times : the changing face of politics in the 1990’s, Lond (...)
  • 25 Alain Croix, « Marx, la chaisière et le petit vélo », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirine (...)
  • 26 Voir Gérard Mauger et Claude Fossé-Polliak sur l’apport du militantisme maoïste à un savoir-faire (...)

20La troisième raison d’une non-réception peut être cherchée dans l’articulation singulière de l’engagement politique et intellectuel à la naissance des CS. Pour la génération fondatrice, engagement politique et accomplissements scientifiques se fécondent mutuellement. La désertion du Parti communiste de Grande-Bretagne (PCGB) en 1956 par le gros des promoteurs des CS qui en étaient membres les libère aussi d’une institution de police intellectuelle. C’est parce qu’ils passent des années dans les institutions d’éducation permanente pour ouvriers du Yorkshire que les Thompson peuvent se pénétrer de la vie ouvrière, collecter des masses de documents et de récits, constituer avec leurs homologues le History Workshop, développer une histoire orale23. C’est parce qu’il exerce de vraies responsabilités éditoriales à la New Left Review, puis à Marxism Today que Stuart Hall peut produire le recueil collectif New Times24. Si l’engagement à la gauche de la gauche des universitaires français ne fut pas moindre des années 1950 à 1980, il repose davantage sur une déconnexion entre travail scientifique et action politique. La tendance comporte des exceptions qu’illustrent Foucault et la prison ou le témoignage d’Alain Croix dans Pour une histoire culturelle25. Mais le principe reste celui d’une forme de schizophrénie. L’intellectuel communiste défend la ligne et non la science sociale, le parti contrôle son expression publique. Si des universitaires « gauchistes » ont pu produire des travaux débiteurs de leur engagement, c’est en général après leur moment militant, dans sa distanciation ou dans le réinvestissement de compétences acquises en militant26, dans tous les cas dans une logique de la succession des investissements, bien distincte de la synchronie propre aux figures majeures des CS. Sauf à être la plante verte des tribunes de congrès, laissant sa capacité critique au vestiaire, le savant-militant n’est pas une figure française de l’engagement des années 1960 et 1970.

21Les différences nationales en matière de cloisonnement des spécialités académiques sont aussi à prendre en compte. Les CS ont construit une discipline depuis la périphérie de l’institution universitaire, dans une fécondation croisée entre marxisme, analyse littéraire, sociologie molle, étude des médias. L’intégration des Polytechnics comme universités de plein droit allait donner au milieu des années 1980 une forte surface institutionnelle aux CS, tantôt sous ce label, tantôt dans les départements de Gender Studies ou de Media Studies. Sans pouvoir en rendre compte de façon convaincante, il faut constater que la structuration interne de l’Université française n’a pas abouti à l’autonomisation d’une discipline nouvelle et comparable. La sociologie française s’est démarquée des influences américaines en reprenant appui sur son héritage durkheimien et a pris en charge une large part des objets investis par les CS. Les sciences de l’information et de la communication se sont autonomisées en France plus tardivement qu’outre-Manche, à la fin des années 1970. Elles ont juxtaposé, plus que fait fusionner, spécialistes de l’information et de la documentation, chercheurs venus de disciplines variées, payant l’expansion fulgurante de leurs effectifs académiques d’une absence de « canon » partagé, voire d’une légitimité scientifique brouillée. Leurs objets de prédilection (nouvelles technologies de l’information et de la communication, communication interpersonnelle et organisationnelle, sémiologie des messages médiatiques) sont décalés à l’égard de ceux des CS. L’apport intellectuel de quelques grandes signatures peine à y compenser les « découverts » produits par la modestie du ticket d’entrée dans ce secteur. Le noyau précurseur réuni autour de la revue Communications aurait pu constituer le point de départ d’un développement de CS à la française. Il est resté prisonnier des institutions marginales – mais élitistes cette fois – du monde académique (EPHE, EHESS, Collège de France), n’a trouvé de relais que dans des départements de littérature qui ont digéré son apport plus qu’il ne les a durablement subvertis.

22La conclusion de ces repérages ne conduit-elle pas à faire des historiens du culturel, sinon les importateurs, du moins les homologues les plus plausibles des CS britanniques ? Un lecteur britannique ne trouverait-il pas chez Agulhon, Audouin-Rouzeau, Chartier, Corbin, Le Roy Ladurie, Muchembled, Ory, Sirinelli, Thiesse – et tant d’autres – les contributeurs d’une bibliothèque de French Cultural Studies ?

  • 27 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974.
  • 28 Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Éditions du Seuil, 1987. 5 (...)

23La réponse ne peut être que nuancée. Elle doit prendre acte de convergences. Il peut s’agir de l’intégration d’objets longtemps illégitimes dont attestait dès 1974 le tome « Nouveaux Objets » de Faire de l’histoire27 et qu’actualisent les contributions comme l’Histoire de la vie privée28, puis le travail de Dominique Kalifa sur les faits divers, de Georges Vigarello sur le viol ou la propreté. Convergence encore dans la sensibilité croissante à une histoire et une culture vues d’en bas illustrée par le travail d’Alain Corbin.

24Mais ni la richesse de l’histoire culturelle française, ni ses points de convergence avec les CS ne peuvent occulter combien les divergences restent plus fortes.

  • 29 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le carnaval de Romans, Paris, Gallimard, 1986 (Folio, p. 320).

25La première tient tout simplement à ce qui me semble une assez large méconnaissance de ce corpus. Dans les limites de mes lectures insuffisantes, je ne puis que constater la rareté des citations, plus encore des appuis théoriques sur le legs des CS, qu’il soit historien ou non. Lorsque les travaux des CS sont cités – c’est le cas par exemple dans Le carnaval de Romans29 – ces références sont plus des marqueurs d’érudition que d’inspiration.

26La seconde tient à ce que je désignerai comme présence en histoire culturelle du tropisme légitimiste de l’université française. Faut-il invoquer un habitus de Normalien, prêt à se confronter à l’original plus qu’à l’illégitime. Pour être plus précis, ce légitimisme revêt deux manifestations, qui sont aussi deux divergences de fond avec les CS.

27L’histoire culturelle française privilégie l’étude de l’institué, de l’institutionnalisé sur celles des pratiques. Elle étudiera les noms de rues plus que ce qui se passe dans la rue, les manuels scolaires plus que les comportements des écoliers. En caricaturant, on peut opposer des CS qui observent des pratiques quand l’histoire culturelle française se fixe plus volontiers d’une part sur les représentations, d’autre part sur le déjà institué, sur les résultats stabilisés et objectivés de ces pratiques.

  • 30 Belphégor (Revue électronique), n° 1.

28L’histoire culturelle française garde aussi une tendresse que je crois coupable pour ce que j’appellerai le légitime de l’illégitime. Dominique Kalifa le note fort bien dans une contribution intitulée « Les embarras de l’historien »30 où il souligne l’existence d’une hiérarchie implicite des objets qu’il associe à une variable temporelle. Un historien peut étudier sans déchoir Eugène Sue, pas Jean Bruce ou Guy des Cars. Il faut ajouter à cette variable de temps une variable de légitimité culturelle pure. Plus les objets sont éloignés des pratiques lettrées, de la culture légitime et scolaire, plus il est risqué en terme de carrière de s’y confronter.

  • 31 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Tome IV, Le t (...)

29Pour tenter d’illustrer mon propos je voudrais citer cette stimulante somme que sont Les lieux de mémoire. Sept excellents articles sont consacrés aux « Mots ». De quoi s’agit-il ? De l’Académie française, du Collège de France, de la Khâgne, du barreau… mais rien sur les patois, rien sur les français populaires. Vingt articles sont dédiés aux « Conflits et partages », mais hormis les contributions de Gérard Noiriel et – dans un autre volume – de Michelle Perrot aucune n’explore les clivages de classe, les sous-univers populaires. Hormis une contribution sur « Le Tour de France », on ne trouve pas d’articles sur les mondes du sport, de la manifestation, des pratiques festives populaires, aucune contribution sur la télévision ou les médias comme supports mémoriels. Et si le folklore est évoqué, c’est, entre autres, à travers une analyse du manuel de Van Gennep. S’intéressant à des objets comme les tags, le Stade de France, la télévision, la fête de la musique, le dernier tome de L’histoire culturelle de la France31 suggère, dix ans plus tard, la réalité d’évolutions de l’histoire culturelle, sans disqualifier les interrogations esquissées ici.

30Une autre différence sensible me semble porter sur l’articulation du culturel et du politique. Étudier le culturel pour les CS, au moins dans leur première génération, c’est l’étudier – j’y insiste – pour comprendre en quoi des cultures et des sous-cultures affectent les rapports de pouvoir et de domination, ont une portée politique, d’où la centralité donnée à des notions comme résistance ou hégémonie. Si ce souci d’articulation n’est pas absent de l’histoire culturelle française, comme en attestent des classiques comme Le carnaval de Romans, La politique au village ou Le village des cannibales, il est nettement moins central que dans les CS. Sur ce point précis la démarche des politistes et historiens qui se revendiquent d’une « socio-histoire » semble valoriser davantage une logique de « culturologie externe ».

CONJUGUER LES APPORTS

31En évoquant un projet de recherche en cours d’avancement, que je poursuis avec Annie Collovald, il peut être possible d’expliciter les forces et les lacunes des approches en présence. Notre projet vise à traiter du « Néo polar », né à la fin des années 1970 dans le sillage de Manchette, genre littéraire qu’illustrent des auteurs comme Vilar, Pouy, Jonquet, Daeninckx, Oppel… auteurs qui sont souvent d’anciens militants gauchistes. Notre objet est triple.

32Étudier les auteurs, leurs trajectoires, leur positionnement dans le champ littéraire, les logiques éditoriales auxquelles ils se confrontent, la façon dont cet investissement a pu fonctionner comme une reconversion du militantisme. Analyser tant les thématiques que les structures formelles et déclinaisons de cette littérature. Comprendre sa réception et son succès social, ses significations politiques.

33Si ce projet peut relever d’une sociologie politique, il est clair qu’il cible la culture, et plus encore qu’il a besoin d’une vision historique qui aide à comprendre un ensemble de changements sociaux qui s’étalent sur le quart de siècle d’existence du genre. Notre triptyque trouve d’ailleurs un répondant dans une grille qui semble assez consensuelle chez les historiens du culturel : faire une histoire-sociologie matérielle de la production, une « histoire sociale de la culture » explorant élaboration, production, consommation, passer par l’analyse des contenus.

34La question qu’il est possible de poser maintenant sera Où faire notre marché théorique ? Nous nous appuierons bien entendu sur un patrimoine, celui de politistes d’orientation plutôt sociologique, à la fois domiciliés près de la sociologie de Bourdieu et contrebandiers. Nous emprunterons sans hésiter à l’histoire culturelle française, sur des questions comme les évolutions de l’édition, des mondes littéraires, l’analyse des changements de l’environnement intellectuel et idéologique, les travaux sur les intellectuels, l’engagement…

35Mais au-delà du fait qu’aucun chantier ne peut être encyclopédique, puis-je me risquer à dire qu’un tête-à-tête avec la seule histoire culturelle française nous semblerait insuffisant, peut-être périlleux.

36Elle ne semble pas, en son état actuel, suffire à l’analyse des contenus de notre corpus. Il nous faut aller vers les linguistes et sémiologues, vers une sociologie de la production littéraire qui s’intéresse aux œuvres et pas seulement aux producteurs (École de Constance), aussi vers les Cultural Studies (J. Radway). L’un des rares cas de travail historien qui puisse nous aider nous vient d’Anne-Marie Thiesse. Mais le bonus de sa contribution ne vient-il pas de sa place aux marges de l’histoire et de la sociologie ?

  • 32 Outre les références déjà citées, Ien Ang, Watching Dallas, London, Methen, 1985 ; Elihu Katz, Tam (...)

37Les Cultural Studies, certains travaux sociologiques ont une avance sur l’histoire culturelle (et la sociologie politique) dans le domaine d’une exploration des usages et surtout des réceptions. Avec des travaux comme ceux de Morley, Ang, Katz et Liebes, Radway, Philo32, une véritable percée s’est opérée dans la décennie écoulée en matière de techniques d’enquête, de typologie des réceptions et des usages. Sans résoudre tous les problèmes, les Anglo-Saxons, souvent liés aux CS, ont ici une réelle avance.

38Mon dernier argument est à entendre comme un questionnement plus que comme une objection. Les historiens français du culturel ont su expliquer par une analyse des dynamiques propres à leur communauté ce qui avait retardé le mouvement de la « cave » des structures socio-économiques au « grenier » de la culture pour reprendre la belle métaphore de Michel Vovelle. De ces greniers culturels, ils ont rapporté une moisson d’œuvres et de trouvailles passionnantes. Mais mon inquiétude – qui me semble faire l’objet de débats parmi vous – porte sur le risque d’oublier de redescendre régulièrement à la cave tant le grenier est séduisant. Quelle que soit notre appartenance – et le débat concerne et traverse les historiens, les politistes, les sociologues, les chercheurs de Cultural Studies – l’immense difficulté à laquelle nous sommes confrontés en analysant des objets culturels est d’articuler leur analyse à une énorme gamme de relations. Pour n’en donner qu’une liste partielle j’évoquerai la prise en compte des faits de morphologie sociale (scolarisation, stratification), des processus de recomposition des identités et des référents territoriaux, des phénomènes d’internalisation, des impacts de l’économie.

39Le défi d’une socio-histoire de la culture est là, dans la quête d’outils et de problématiques qui permettent d’articuler, de fédérer des questionnements et des explications inséparables. La réponse n’est ni dans une guerre ou une hiérarchie des sous-disciplines, ni dans l’illusion babélienne qu’on puisse être à la fois spécialiste de cinq disciplines. Elle est davantage à chercher dans la production d’interfaces, dans une consécration du droit et du devoir de braconner, de circuler, d’emprunter pour produire des savoirs cumulables et emboîtables.

Notes

3 Ce texte a été publié en 2002 dans le bulletin annuel de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle.

4 L’idéologie dans le roman d’espionnage, Presses de Science Po, 1986, et avec Armand Mattelart, « “Cultural Studies stories” : la domestication d’une pensée sauvage », Réseaux, 1996, n° 80, pp. 11-58.

5 Dont les repères essentiels sont développés par Loïc Wacquant, in « Les dessous de l’affaire Sokal : un parodie post-moderne en actes » et « Petit précis d’alchimie post-moderne », Liber, mars et juin 1997, n° 30 et 31. On ajoutera qu’une autre raison de cette évolution vient de l’insertion massive dans le réseau des Cultural Studies d’universitaires relevant, dans divers pays, des départements d’anglais ou de civilisation britannique et américaine. Ceux-ci trouvent dans la connexion aux Cultural Studies des perspectives intellectuelles qui les libèrent des exercices canoniques de commentaire des grandes œuvres littéraires ou d’une réduction au statut de spécialistes d’une langue. Le coût, non négligeable, de ce processus est aussi de donner un ticket d’entrée dans un champ lié aux sciences sociales à des chercheurs souvent dépourvus de toute formation sociologique qui y transposent les dispositions d’un habitus littéraire, enclin à la glose, à la célébration/dissection de textes plus qu’aux pratiques de l’enquête.

6 Jean-Claude Passeron, Claude Grignon, Le savant et le populaire, Paris, Éditions du Seuil-Gallimard, 1989.

7 In Stuart Hall, Tony Jefferson (ed.), Resistance through Rituals : Youth Subcultures in Post-War Britain, London, Routledge, 1993, 1re éd. 1975.

8 Whigs and hunters. The origins of the Black Act, Londres, Penguin, 1975.

9 Loïc Wacquant développe à partir du cas de Bourdieu une réflexion largement transposable sur les périls et quiproquos des pratiques d’importation théorique ; C. Calhoun, E. Lipuma, M. Postone (ed.), « Bourdieu in America », in Bourdieu : critical Perspectives, London, Polity Press, 1993.

10 Voir la critique décapante qu’en fit à chaud Wright Mills C. dans L’imagination sociologique, première édition française par François Maspero en 1967.

11 Habermas, Luhmann, Beck intègrent tardivement le panthéon des CS. Une consultation des sommaires de la revue Theory, Culture and Society, née au début des années 1990 est un bon outil de repérage des derniers chics théoriques.

12 Il s’agit de Nationwide, voir Charlotte Brunsdon, David Morley, Everyday television : Nationwide, London, British film institute, 1978.

13 David Morley, Television, audiences and Cultural Studies, London, Routledge, 1993, p. 3.

14 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970 et 33 Newport Street, Paris, Éditions du Seuil-Gallimard, 1991.

15 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière britannique, Paris, Éditions du Seuil-Gallimard, 1988.

16 Mentionnons cependant le contre-exemple des africanistes qu’illustrerait la Revue française de science politique, vol. 35 (3), 1985, « Passage au politique », coordonnée par J.-F. Bayard. Cette ouverture aux CS doit à la forte internationalisation des communautés de spécialistes d’Area Studies. Elle naît aussi d’une homologie des situations de recherches : parce que le monde « sous-développé » du Sud est le « populaire » du Nord, parce que l’inadéquation des outils issus des démocraties développées pour penser la participation politique en Afrique Noire invite à chercher dans le micro, la mosaïque des résistances minuscules ou de l’utilisation des traditions d’autres rapports au politique.

17 L’étanchéité dont il est question ici tient à la réception des travaux anglophones en France. Elle n’exclut en rien l’existence de revues, d’associations de French Cultural Studies, souvent appuyées sur des départements de français ou de civilisation française. Leurs objectifs sont davantage l’étude de la culture française par les Anglo-Saxons ou la diffusion des acquis de la recherche française sur les objets culturels.

18 Respectivement dans les numéros 2-3 de 1976, 17-18 de 1977, 24 de 1978. Hoggart et Thompson seront invités à Paris sur l’initiative de Bourdieu.

19 Voir : Jean-Claude Passeron (dir.), Richard Hoggart en France, Paris, Éditions du Centre Pompidou et Bpi, 1999.

20 Il est significatif que les traductions par Actes et Le sens commun privilégient quelques-uns des chercheurs britanniques ayant le plus investi dans des formes diverses d’investigation sociologique de terrain (ethnographie pour Willis, travail sur archives et histoire orale pour Thompson, ethnographie et auto socio-analyse pour Hoggart).

21 Le stimulant livre de Dick Hebdige, Subcultures. The Meaning of Style, London, Routledge, 1987, 1re éd. 1979, sur les styles de vie des jeunes de milieux populaires contient ainsi des développements qui relèvent de la célébration populiste des mods.

22 Plus nous semble-t-il que chez Bourdieu lui-même dont on rappellera la corrosive sociologie de la rhétorique althussérienne in « Marx, lecteur de Balibar », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5-6, 1975, pp. 65-79.

23 Ce point est bien mis en lumière par Tom Steele, The emergence of Cultural Studies, 1945-1965. London, Lawrence and Wishart, 1997.

24 Stuart Hall et Jacques Martin (ed.), New Times : the changing face of politics in the 1990’s, London, Lawrence and Wishart, 1989.

25 Alain Croix, « Marx, la chaisière et le petit vélo », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 1997, pp. 51-72.

26 Voir Gérard Mauger et Claude Fossé-Polliak sur l’apport du militantisme maoïste à un savoir-faire de l’enquête en milieu populaire, (« “Choix” politiques et “choix” de recherches : essai d’auto socio-analyse », Cahiers du réseau Jeunesse et société, n° 3-5, 1985, pp. 27-121).

27 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974.

28 Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Éditions du Seuil, 1987. 5 tomes.

29 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le carnaval de Romans, Paris, Gallimard, 1986 (Folio, p. 320).

30 Belphégor (Revue électronique), n° 1.

31 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Tome IV, Le temps des masses, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

32 Outre les références déjà citées, Ien Ang, Watching Dallas, London, Methen, 1985 ; Elihu Katz, Tamar Liebes, The export of meaning. Cross-cultural readings of Dallas”, Oxford, Oxford University Press, 1991 et Janice Radway, Reading the romance, London, Verso, 1987 ; Greg Philo, Seeing and Believing : the Influence of Television, London, Routledge, 1990.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540