Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Mémento

Franck Queyraud

Texte intégral

1En 2019, le livre numérique est encore perçu majoritairement comme l’offre de service d’une ressource numérique complémentaire aux collections physiques. Or, la prédominance du livre numérique « homothétique » cache ce qu’il se passe ailleurs sur le web : en ligne. Le « livre » est de nouveau en pleine mutation. Les contributions des auteur.es de ce livre ont montré que les usages et les pratiques sont en effervescence, et à tous les niveaux : création et écriture, édition, diffusion, médiation.

2En parallèle, les modèles économiques et juridiques de l’économie des « livres numériques » émergent difficilement au sein d’un écosystème numérique confronté, d’une part, à une gigantesque bataille d’entreprises multinationales pour contrôler les contenus à diffuser et, d’autre part, au défi d’un accès équilibré à relever pour les institutions tentant de réguler ces échanges facilités par les réseaux informatiques.

3Pour les tutelles des bibliothèques, il s’agira de mettre en œuvre de nouvelles politiques de lecture publique pour garantir les missions d’accès et d’égalité pour tous et toutes aux sources du savoir à l’ère numérique. En effet, l’intensification du développement du streaming par les GAFAM comme mode d’accès principal aux contenus aura inévitablement des conséquences sur les offres (collections, services, médiations) que les bibliothèques proposeront dans un futur proche à leurs publics.

4L’objet de ce Mémento est de dessiner les chemins principaux, baliser les pistes qui paraissent encore « secondaires » et vous conduire devant les sentes méconnues de cette forêt obscure de la littérature à l’ère numérique en suivant trois grands axes classiques : la connaissance des sources, les modes d’acquisitions et la médiation.

Découvrir la littérature, construire sa veille, (se) former

5Aborder la littérature à l’ère numérique, c’est d’abord redécouvrir l’histoire du livre à l’aune de ce « monde en bascule » pour reprendre la belle expression de Gilles Bonnet1. Il n’y a pas de génération spontanée mais continuité : « c’est déjà une histoire », répète régulièrement François Bon qui fait lien dans son Après le livre2 avec celle de son apparition3. Des auteurs comme Raymond Queneau (Cent milliards de poèmes, en 1961) ou Julio Cortázar (Marelle, en 1963) font figure de précurseurs « analogiques » en recherche de nouvelles formes de narration comme celles de l’Oulipo qui suivront. La maison des feuilles de Mark Z. Danielewski4, paru à l’orée du siècle nouveau, marque sans doute un apogée de ces recherches. Claro, son traducteur, a déclaré récemment qu’un tel projet serait difficile aujourd’hui à éditer.

Trois bascules importantes

  • 5 Voir Ross Goodwin, 1 the Road by an Artificial Neural Network, Jean Boite éditions, 2018. Livre éc (...)
  • 6 Philippe Bootz, Les basiques : la littérature numérique, 2007. [En ligne] < https://www.olats.org/ (...)
  • 7 Lire aussi Philippe Bootz, « La littérature numérique en quelques repères », in Claire Bélisle (di (...)

6La première bascule prenant en compte les potentialités de l’informatique pourrait être représentée par Jean-Pierre Balpe et ses générateurs de textes poétiques. Ses premières explorations, dès les années 1970, centrées autour du code et des programmations, sont à relier avec celles d’aujourd’hui, autour de l’intelligence artificielle5. Dans son chapitre, Alexandra Saemmer évoque à juste titre un art du dispositif dans cette littérature qualifiée d’informatique. Elle explicite ensuite sa propre démarche d’auteure militante, axée sur le questionnement et le détournement de dispositifs du web devenus industriels en créant, par exemple, des profils fictifs sur Facebook. Autant de petits cailloux dans la chaussure de ce réseau « social » préoccupé de données personnelles. Pour aller plus loin, le cours en ligne6 de Philippe Bootz détaillera, en profondeur, les caractéristiques de cette littérature informatique7.

7Mais d’autres auteurs choisissent d’utiliser, pratiquement quotidiennement, Facebook. C’est le cas par exemple d’André Markowicz qui nous fait part, par de longs billets, de ses jubilations de traducteur ou qui commente avec vigueur l’actualité du monde slave. Écrivant pour la communauté de ses « ami.es », il explique être moins impressionné par cet espace d’expression que devant la page blanche d’un livre ou d’un blog.

8Le blog symbolise une deuxième bascule : ce temps où chacun.e a à sa disposition pour écrire et partager – s’éditer ? – un outil ne nécessitant aucune connaissance particulière du code. Le blog d’un.e écrivain.e n’est plus simplement un outil de promotion de sa production comme nous le rappelle Anne Savelli au seuil de ce livre mais bien une démarche par l’auteur.e de maîtriser tous les processus de la création à la diffusion. C’est une porte d’entrée vers son univers, lieu de découvertes, d’expérimentations, de publications non imprimées et d’interactions avec ses lecteurs ou ses internautes-lecteurs.

9Un auteur comme Léo Henry publie régulièrement ses textes « en imprimé » mais il diffuse aussi ses nouvelles8, mensuellement et par mail, via un simple abonnement gratuit à une lettre d’information. Sa réflexion sur les outils ne s’arrête pas à cet usage basique de l’envoi d’une lettre d’information. Associé à une auteure (luvan), une graphiste (Laure Afchain) et un codeur graphiste (Nicolas Chesnais), ce collectif a déjà produit sous la forme d’une résidence d’écriture, deux « livres numériques » en ligne uniquement9, publiés sous la forme d’épisodes renouant ainsi avec la tradition du feuilleton de la fin du XIXe siècle. La définition d’un livre numérique par Léo Henry est signifiante de sa prise en compte du numérique : « Un livre numérique c’est, pour moi, un livre numérique que l’on ne peut imprimer sans en perdre une de ses composantes ou facettes. »

10Ainsi, les notions de collectifs d’écrivaines et d’écrivains, et de communautés de lecteur.rices sont significatives de la période actuelle. Ces collectifs mixent une connaissance des outils et de leurs caractéristiques avec les possibilités de jouer avec les formes d’écriture pour explorer de nouvelles formes de narration.

11Twitter est également utilisé. C’est par exemple l’aventure menée par une journaliste, qui, en découvrant des cartons abandonnés dans sa cave, fait naître l’histoire10 de l’ancienne habitante de son appartement et participe ainsi au mouvement de la twittérature. Des auteur.es, enfin, s’autoéditent (voir le très riche domaine des fansfictions, par exemple) sur des plateformes comme Wattpad. Certaines œuvres sont très lues, et deviennent mêmes visibles, parfois, pour des éditeurs en recherche de manuscrits.

12Olivier Hodasava utilise Instagram pour raconter en images le fruit de ses recherches et de détournement d’outils (Google Street View, par exemple) donnant naissance à des histoires publiées ensuite sur son blog ou en livre imprimé. Il représente quant à lui la troisième bascule : celle des pratiques qui tournent autour de l’image – fixe ou animée – et/ou du son et se développent actuellement. Nombre d’auteur.es élaborent désormais des chaînes YouTube. Gilles Bonnet a forgé le concept de LittéraTube. Les usages du podcast et du livre audio se généralisent également.

13Ces exemples types illustrent l’inventivité des usages et des pratiques des auteur.es mais n’en épuisent pas pour autant toutes les possibilités. Ils démontrent aussi que les bibliothécaires chargés de littérature ne peuvent se contenter de livres numériques homothétiques au risque de ne plus remplir leurs missions de bibliodiversité.

Construire sa veille

14Avant de vouloir à tout prix proposer une offre de « livres numériques », un.e bibliothécaire devra d’abord réfléchir globalement à la place de la littérature au sein de la politique documentaire de son établissement puis dans l’écosystème numérique. La première tâche de chaque bibliothécaire en charge d’un fonds littérature est de connaître l’état de la « production » littéraire numérique. Le repérage, la connaissance des auteur.es du domaine, des sites spécialisés, des éditeurs spécialisés, demandent une veille spécifique, un travail d’exploration du web, car la création littéraire numérique reste encore un univers parallèle, le plus souvent ignoré par la plupart des médias littéraires traditionnels.

Petite sélection de liens ressources et d’œuvres

15Un site compagnon de ce livre, le « padlet »11intitulé Création littéraire numérique, préparé avec Pierre Ménard, est un premier fil d’Ariane pour identifier les grandes thématiques, des auteur.es, des pratiques. Nous avons rassemblé une sélection de sites qui vous conduiront vers d’autres.

16D’autres sites ressources sont à suivre : le « Netvibes » du site Tiers Livre12 (François Bon) qui recense 130 blogs de littérature et internet.

17Le site de Lorenzo Soccavo13 tient à jour une liste des éditeurs numériques francophones et une liste des booktubeurs francophones. Côté offre de livres homothétiques, un détour vers la rubrique « ebooks » du site de Réseau Carel14 vous donnera informations, analyses et coûts pour choisir.

18Une exploration des revues en ligne comme Remue.net15, dédiée à la littérature contemporaine, ou Terre à ciel : poésie d’aujourd’hui16 amorcera efficacement vos découvertes ; des sites de réflexions sur les narrations numériques, comme Sens Public17 : revue internationale de sciences humaines et de littérature, publiée en ligne par l’université de Montréal depuis 2003, vous permettront de découvrir des œuvres mais aussi d’avoir un état de l’art des questions débattues entre auteur.es.

(Se) former

19Aujourd’hui, les compétences des bibliothécaires doivent intégrer la culture numérique, ses enjeux, ses pratiques, son évolution. La connaissance des communautés apprenantes ou « partageuses » du web (Babelio) est indispensable. Pour certain.es, se former à la gestion d’un blog, d’une page de réseau social, voire à du code informatique, est très utile.

20Disposer dans une équipe d’un.e collègue capable de savoir construire une page web sera un atout important pour mettre en place, par exemple, un atelier d’écriture. Ces compétences techniques seront également nécessaires pour travailler avec les fournisseurs de logiciels, de portails, pour imaginer de nouvelles formes de mise en valeur des ressources de la bibliothèque.

21La formation peut se mener en interne, vers les publics et avec les collègues. Un atelier de fabrication d’ebooks18, par exemple, permet de faire de la pédagogie autour du format libre qu’est l’EPUB, d’expliciter l’écosystème et les enjeux en cours. Plus généralement, acquérir des compétences d’écriture web19 devient important pour animer un blog – dédié aux littératures (imprimées ou numériques).

22Chaque bibliothécaire, selon son profil de poste, pourra développer tel ou tel aspect. Mais l’acculturation générale aux pratiques et usages de l’écosystème numérique est devenue incontournable dans la mutation des métiers des bibliothèques afin de développer une offre globale comportant toutes les formes du livre numérique.

23L’offre de formations spécialisées se construit lentement, on peut signaler par exemple La Souris Grise, l’experte du numérique en famille20, les catalogues des stages de formation continue de Médiadix et de l’Enssib (« Rédiger des coups de cœur », « Devenir bibliothécaire-booktuber »…).

24Bien sûr, le cœur de la formation est bien la compétence littéraire. Lire ce qui se publie en ligne, repérer des collections, connaître des éditeurs, aller écouter les performances des écrivain.es, organiser une résidence dans son établissement, se familiariser avec la pratique de l’écriture littéraire : tout cela permet de mieux appréhender les enjeux de la création littéraire.

Acquérir

Acquérir pour mettre à disposition

25À ce jour, l’acquisition de livres numériques homothétiques est contractuelle et est soumise au code des marchés publics. Vous acquérez, en réalité, un droit d’accès à un fichier (l’ebook aux formats EPUB ou PDF), qui est limité dans le temps, en fonction d’un nombre de prêts, simultanés ou pas.

Trois freins à prendre en compte

  1. Le format propriétaire d’Amazon n’est pas disponible pour les bibliothèques. Nos usagers équipés de Kindle ne pourront pas bénéficier d’une offre de livres numériques.
    Concrètement, vous pouvez choisir entre PNB ou d’autres offres disponibles sur le site de Réseau Carel. Publie.net propose une offre d’abonnement aux bibliothèques attrayante qui prouve que plusieurs modèles sont possibles : les bibliothèques ont accès à l’intégralité du catalogue de l’éditeur, les livres sont sans DRM. Ils sont accessibles via le portail de la bibliothèque (vous devrez avoir un entrepôt de stockage) et peuvent être copiés sur des liseuses pour favoriser leur lecture.
  2. Les livres de Publie.net acquis par la bibliothèque en utilisant PNB ne peuvent pas être prêtés sur liseuses.
    En résumé, selon les seuils en vigueur, vous devrez passer un marché avec un libraire numérique pour les contenus et développer une solution technique (via le fournisseur de votre portail de bibliothèques, pour intégrer des livres à votre catalogue ou construire un site dédié) et vous acquitter d’un abonnement annuel à PNB si vous utilisez ce dispositif.
    Malgré des avis juridiques divergents, le prêt de livres sous droits, sur liseuses, est possible selon le juge européen (décision de la CJUE du 10 novembre 2016)21 selon le principe du One Copy, One User (un exemplaire acheté par liseuse). On peut très bien utiliser cette disposition pour développer des liseuses thématiques pour la promotion de fonds spécialisés (par exemple des liseuses thématiques dédiées à la poésie, dans les bibliothèques de Strasbourg) ou pour la couverture d’un événement particulier (un salon du livre, par exemple) au bénéfice du développement de la lecture publique.
  3. L’offre de livres numériques est encore parcellaire malgré un fort militantisme des associations professionnelles et des engagements pris avec les éditeurs22. Certains secteurs de l’édition, comme la littérature de jeunesse, ne sont que peu représentés dans le dispositif PNB.
    Développer une politique documentaire diversifiée et représentative de la création littéraire numérique reste encore complexe.

Applications, jeux

26Vous pouvez aussi élargir votre offre de livres numériques via des ouvrages conçus sous forme d’applications ou de jeux. Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour ce type d’acquisitions :

  • l’achat de cartes prépayées à utiliser sur les plateformes en ligne (Apple, Android, Steam…) ;
  • l’obtention d’une carte achat23 (via votre service Finances). C’est une solution bien adaptée pour l’achat en ligne car les grandes plates-formes n’acceptent pas le bon de commande administratif. C’est une piste à connaître qui risque de prendre de plus en plus d’importance au cours des années à venir avec l’intensification du modèle streaming.

27Le groupe Facebook Tablettes en bibliothèque24 regroupe près de 5 000 bibliothécaires pour échanger, poser des questions.

Les livres numériques issus du domaine public

28Concernant les livres numériques issus du domaine public, les sites sont nombreux et variés. Les premières expériences de prêt de liseuses y ont puisé abondamment. Le catalogue en ligne de Nos livres25 recense les livres électroniques du domaine public francophone, disponibles gratuitement en précisant ceux qui ont un minimum de qualité. Mais comme le rappelle justement Antoine Fauchié, « télécharger » légalement des livres numériques du domaine public n’est pas si simple ; la durée du droit d’auteur n’est pas la même en France qu’au Canada et les bibliothécaires doivent rester vigilant.es.

29Le livre numérique non homothétique sera traité plus loin.

Décrire et équiper

30La description des livres numériques homothétiques dans le catalogue d’une bibliothèque est encore très imparfaite. Leurs notices sont constituées des métadonnées proposées par les éditeurs. Leurs qualités sont très aléatoires et ne respectent pas nos normes de catalogage. L’interrogation du catalogue pourra être très surprenante, par exemple, sur la détermination du thème d’un ouvrage.

31Le prêt de liseuses ou de tablettes nécessite une préparation avant l’emprunt : pochettes pour protéger et prêter appareil et câbles de rechargement, feuille d’inventaire à valider avec l’usager, lors du prêt et du retour, signature d’une charte d’usages avec remplacement des matériels en cas de détérioration ou perte d’un des éléments. (Indiquer les usages non autorisés dans la charte en mentionnant le respect sur le droit d’auteur.)

32La formation de tout ou d’une partie des collègues pour gérer ces prêts selon la taille de votre bibliothèque n’est pas à négliger. Dans l’idéal, toute personne prêtant ces matériels (fragiles) doit être formée pour rester vigilante lors des opérations de prêt/retour. Le remplacement des accessoires (câbles) par les usagers est à prévoir en cas de détérioration ou de perte. Leur coût est parfois conséquent. La sécurité de ces appareils pour que l’usager ne supprime pas ou n’ajoute pas de contenus non acquis par la bibliothèque est aussi à réfléchir en amont.

Diffuser et transmettre

Un site dédié ou l’intégration dans le catalogue ?

33Certaines bibliothèques (Grenoble, Paris) ont choisi des solutions techniques indépendantes du catalogue (ou du portail) de la médiathèque pour présenter leur offre de livres numériques. BiblioOnDemand26 (Archimed) ou Cantook27 (De marque) en sont deux exemples. Ainsi les livres numériques sont valorisés et ne sont pas « perdus » dans le catalogue avec les autres documents.

34Leur médiation est spécialement travaillée : rubriques nouveautés, thématiques, lien avec un événement culturel local. D’autres bibliothèques (celles de Montpellier par exemple) les ont intégrés dans leur catalogue, avec un espace dédié à la médiation ouvert sur le portail. Cette solution est théoriquement moins coûteuse que la première. Les fournisseurs de portails proposent désormais des solutions mieux adaptées.

« Faire de la médiation » : une compétence incontournable

35« Faire de la médiation » consiste à signaler les routes, repérer les chemins, voire les sentiers de ce labyrinthe géant des savoirs, accessibles plus facilement via le web. Désormais l’œuvre littéraire n’est plus simplement un objet que l’on peut emprunter sous forme de livre (en ligne ou sur place), elle s’invente dans l’univers du web.

36Comment mettre en valeur ce qui ne se trouve que sur le web ? Comment rendre visible l’immatériel, et valoriser la création contemporaine pour qu’elle ne soit pas réservée à une niche de connaisseurs avertis ? Comment valoriser le blog d’un.e auteur.e ? Plusieurs pistes ont été présentées dans les différents chapitres de ce livre. Il faudra aussi travailler avec les fournisseurs de portails de bibliothèques pour développer de nouveaux outils de valorisation.

37La médiation de la création littéraire numérique via des blogs de production de contenus, des booktubes, des agrégateurs de site (de type Netvibes ou Padlet) ainsi que l’utilisation des réseaux sociaux est sans doute le moyen le plus efficace pour donner à lire la diversité de ces textes.

38Rédiger des coups de cœur, programmer des rencontres avec des auteur.es du web, organiser des résidences numériques… autant d’actions nécessaires pour faire connaître ce volet de la littérature contemporaine.

39Ce qui permettra le développement d’une politique de médiation adossée à la politique documentaire. Cela implique que la médiation doit être réfléchie au moment même du projet, et être l’affaire de toute l’équipe dès la constitution des « collections » virtuelles, en évitant une vision trop « technicienne » du numérique. La médiation numérique doit devenir une compétence clé, inscrite dans les profils de poste.

Quelques pistes de dispositifs de médiation

40Pour la promotion des littératures à l’ère numérique, la médiation des bibliothécaires apparaît comme un axe central de la politique globale d’une bibliothèque parfaitement intégrée dans l’écosystème numérique. En dehors des aspects techniques vus précédemment dans tout le livre, la seule limite de la médiation semble être notre capacité à imaginer des modèles de transmission pour son développement. La médiation des savoirs reste en perpétuelle évolution, enrichie par la permanente veille qui doit nous guider. Voici quelques pistes :

  • Développer des liseuses thématiques liées à un fonds spécifique ou à un salon du livre, pour documenter une conférence ou accompagner la venue d’un.e auteur.e. Nous pouvons élargir la focale et ne pas uniquement souscrire à la « dictature » de la nouveauté. Innovons. Oui, la liseuse reste un formidable outil de promotion. « Liseuses en bibliothèques »28 est un groupe Facebook d’échanges et de questionnement sur leurs usages.
  • Pour la promotion de la littérature relevant du domaine public, plusieurs dispositifs ont été testés comme des panneaux de QR Codes (BFM Limoges) ou des BiblioBox. Une BiblioBox29 est un petit dispositif qui donne accès à des contenus agrégés sur une clé usb et via son propre wifi. Un usager peut donc récupérer le livre via son smartphone, une tablette ou un PC portable. Exemples : une BiblioBox peut être utilisée en département jeunesse pour diffuser la version numérique des classiques du domaine public étudiés en classe. Souvent, la bibliothèque ne possède qu’un exemplaire imprimé, et ce dispositif permet d’élargir la diffusion tout en faisant de la pédagogie sur les œuvres du domaine public. Une BiblioBox peut être utilisée pour documenter une exposition, une conférence, un festival de littérature avec des bibliographies, des extraits de textes des auteurs… (Tout en limitant l’impression papier). Chacun est libre de récupérer ce qui l’intéresse. C’est un dispositif qui n’a pas été utilisé pleinement, son potentiel reste encore à explorer.
  • Les services de questions-réponses comme Le Guichet du Savoir30 ou Eurêkoi31 proposent l’expertise des bibliothécaires avec un certain succès. Mais la participation active des bibliothèques à des sites de recommandation de lecture est une piste à explorer et à développer. Les bibliothèques incorporent parfois ces services comme outil d’enrichissement du catalogue. Mais quelles sont les bibliothèques proposant des recommandations sur des sites comme Babelio et LibraryThing ? Déplaçons-nous vers ces sites, plutôt que de vouloir toujours intégrer plus de ressources à nos portails de bibliothèque. La communauté de lecteurs et lectrices autour de ces sites est une cible idéale pour communiquer sur nos offres et services.
  • De plus en plus de bibliothécaires utilisent des hashtags comme le #vendredilecture pour partager leurs coups de cœur via Twitter ou Instagram. Ces démarches proactives des professionnel.les sont à développer32. Il s’agit de produire des contenus de médiation et de les disséminer sur le web, plutôt que d’attendre la venue d’un usager sur notre portail de bibliothèque. Parfaire nos méthodes pour capter l’attention des internautes sur le web est un objectif permanent.
  • Les expériences de médiation hors bibliothèque sont aussi intéressantes. Le blog i-voix33 est un espace de lecture et d’écriture, de création et d’échange, autour de la littérature. Il est l’œuvre des premières L du lycée de l’Iroise à Brest (France) et des élèves apprenant le français au Liceo Cecioni à Livourne (Italie), dans le cadre d’un projet eTwinning, une communauté d’établissements scolaires. Ce blog est un condensé d’idées de médiations, initiées entre professeurs et élèves. À utiliser sans modération.
  • Sísifo34 et Le Naurne35 sont deux projets de résidence d’écriture d’un collectif d’auteurs composé de deux écrivains (Léo Henry et luvan), d’une graphiste et d’un informaticien. Résultat : deux histoires, publiées sous la forme de feuilletons hebdomadaires, interrogeant la narration numérique à partir des codes du web. Expériences stimulantes et, pour la bibliothèque, aide à la promotion de la création contemporaine. Ce type de résidence numérique se multiplie sur le modèle de La Marelle36, lieu de résidences numériques à Marseille.
  • Tout comme l’écrivain François Bon qui a récemment évolué vers une chaîne YouTube, les bibliothèques développent des booktubes de médiation, renouvelant la forme du coup de cœur. À Grenoble, c’est devenu un événement lié au festival du livre local où les lecteurs et lectrices du territoire participent. Là aussi, cette évolution nécessite des compétences et du matériel. L’usage des films via smartphone permet désormais de limiter les besoins en matériels et de se concentrer sur le contenu. L’apprentissage par la pratique, complétée par des formations, permet de créer une belle dynamique d’appropriation de ces nouvelles formes de médiation.
  • 37 Bertrand Calenge, Les bibliothèques et la médiation des connaissances, Éditions du Cercle de la Li (...)

41Comme l’écrivait Bertrand Calenge dans son dernier ouvrage37, « le risque de la médiation des connaissances, c’est la sidération devant l’immédiateté d’un échange singulier entre des acteurs momentanés. […] Il faut donc réfléchir activement […] pour générer la circulation d’autres savoirs dont le vecteur sera l’action (ateliers), l’échange (débats) ou la contribution (ateliers collaboratifs) ». Et, bien entendu, « poursuivre la collecte des traces des productions et échanges de savoirs élaborés dans les activités de médiation [pour conserver une] légitimité au-delà du souci d’archivage local ». Désormais, dans une société basée sur la connexion, le flux, l’accès via le streaming, il s’agit de repérer les sources de savoir, les sélectionner, et d’adapter les dispositifs de prêt, de consultation, de médiation, qui fonctionnaient dans le monde analogique, à cet environnement. Ainsi, c’est aux bibliothécaires de développer un esprit d’expérimentation. Cela réclame une prise en compte de cette politique de médiation en liaison avec la politique globale des équipements, et une évaluation constante de ces nouvelles formes.

42Nos actions culturelles et nos outils de médiation doivent intégrer cette nouvelle donne : la connaissance et la médiation des œuvres littéraires ne pourront se développer qu’en tissant des liens entre les formes de ces œuvres (transmédias), les diverses communautés d’un territoire (locales ou sur le web) et les interactions qu’elles peuvent susciter (sous la forme de performance, par exemple). Le développement d’une médiation que l’on pourrait qualifier d’enrichie est une prochaine étape.

Accompagner les publics

43Bien entendu, la connaissance « technique » des formats du livre numérique et de ses supports est à prendre en compte pour tout projet de développement d’une offre. Les médiathèques proposent désormais des formations à leurs publics pour la maîtrise des outils de lecture (liseuses et livres numériques, tablettes et applications). Par exemple, à la médiathèque André Malraux (Strasbourg), la borne l@ppli Books a avantageusement matérialisé l’offre de livres numériques au sein du département Langues et littérature, mais elle a surtout permis d’identifier les lecteurs et les lectrices qui étaient en difficulté avec la gestion des verrous numériques (DRM) de leurs liseuses. Pour accompagner ces publics, des formations à la demande sont dorénavant organisées tous les samedis matin. C’est déjà veiller à ce que personne ne soit exclu de ces nouvelles possibilités d’accès.

44Au-delà de cette médiation technique, indispensable, faire connaître la création littéraire numérique d’aujourd’hui consistera à réinterroger nos modèles d’actions culturelles et à les adapter à l’ère numérique. À titre d’exemple, la déambulation littéraire À l’écart, par le collectif d’auteurs L’aiR Nu38, en 2016 lors de la première édition des Racontars du numérique à Strasbourg, était une transposition des ateliers d’écriture de jadis en tenant compte des pratiques collaboratives qui émergent aujourd’hui. Pendant trois jours, les participants, accompagnés des deux auteurs Anne Savelli et Joachim Séné (informaticien également) ont flâné dans Strasbourg, lisant, écrivant, enregistrant textes et sons, puis compilant le tout dans un site construit tout au long de la résidence, produisant ainsi la trace de ce temps collectif. Pour ce type de projet des compétences en codage informatique, pour les bibliothécaires, favoriseraient leur autonomie.

45Aussi, ce qui est important, ce n’est plus vraiment le support du livre – où les mots, les rêves, les histoires des hommes et des femmes, leurs pleurs, leurs joies, sont transcrits depuis des millénaires. Les formes du livre ont continuellement changé, avec plus ou moins de succès, et elles évoluent de nouveau aujourd’hui.

46La littérature investit les dispositifs techniques variés qu’elle rencontre, produisant des formes souvent expérimentales. À nous de les repérer, de les expérimenter.

47Ces nouvelles manières narratives nous permettent de renouveler notre expérience de la littérature et une ouverture vers d’autres usages créatifs du langage, à partager avec nos publics.

48Comment ne pas être en accord avec François Bon dans son magistral Après le livre39 quand il propose de nous mettre en condition pour accueillir la nouveauté : « Comment une technologie aussi jeune que la lecture numérique viendrait aussi vite concurrencer une technologie (qui désormais fait appel à l’électronique tout au long de sa chaîne de fabrication), qui s’est complexifiée du fait même d’une telle ancienneté ? [...] On avance dans l’imprédictible, et c’est probablement la confiance la plus grisante que de savoir que cette mutation, amorcée de longtemps, et aussi puissante que celles qui l’ont précédée, nous a saisis dans son propre mouvement ; et que notre abandon est justement la condition pour sauver ce qui compte. [...] Nous ne savons pas voir au présent ? Ce qui importe, c’est de comprendre que ce caractère embryonnaire, maladroit, de ce qui s’amorce est tout aussi irréversible et total que les précédentes mutations de l’écrit, et des usages et formes de lecture que chacune a initiés. De chacune de ces mutations, de très loin, nous parviennent ces faibles lueurs diffractées – comme ces rayons fossiles qui nous portent d’anciens événements brefs de l’univers. Cette lumière n’émanera pas systématiquement de cette galaxie neuve qui s’installe dans les pratiques numériques du récit. Mais elle pourra se saisir de telles ou telles d’entre elles – qu’aujourd’hui nous voyons comme précaires, si fragiles. Toutefois cet abandon à la mutation et à l’imprédictible en reste pour nous, ultime paradoxe, la condition préalable. Nous sommes déjà après le livre. »

49J’ai ouvert ce livre, dans mon Mode d’emploi, par le mot imprédictible, je termine ici par l’ouverture à la nouveauté. L’ensemble de nos contributions, dans ce livre, ont cette ambition : permettre aux bibliothécaires de se mettre en état d’ouverture pour découvrir les littératures numériques, sans cet effort on reste sous l’emprise de nos représentations antérieures.

Notes

1 Gilles Bonnet, Pour une poétique numérique : littérature et internet, Hermann, 2017.

2 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011 [En ligne] < https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?rubrique63 >.

3 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 (coll. Bibliothèque de l’évolution de l’humanité).

4https://chroniquesdesimposteurs.wordpress.com/2018/08/21/la-maison-des-feuilles-de-mark-z-danielewski/ >.

5 Voir Ross Goodwin, 1 the Road by an Artificial Neural Network, Jean Boite éditions, 2018. Livre écrit par un ordinateur installé dans une voiture. [En ligne] < https://jean-boite.fr/products/1-the-road-by-an-artificial-neural >.

6 Philippe Bootz, Les basiques : la littérature numérique, 2007. [En ligne] < https://www.olats.org/livresetudes/basiques/litteraturenumerique/basiquesLN.php >

7 Lire aussi Philippe Bootz, « La littérature numérique en quelques repères », in Claire Bélisle (dir.), Lire dans un monde numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2011 (coll. Papiers).

8 < http://leo-henry.com/html/nouvellesparemail.html >.

9 < https://lavolte.net/le-naurne/ > et < https://sisifo.site/sisifo/ >.

10 < https://madeleineproject.fr/ >.

11 < https://padlet.com/lirecrirenumerique/lire_ecrire_web >.

12 < https://www.netvibes.com/tierslivre#tiers_livre >.

13 < https://prospectivedulivre.blogspot.com/ >.

14 < https://www.reseaucarel.org/ >.

15 < https://remue.net/ >.

16 < https://www.terreaciel.net/ >

17 < http://sens-public.org/ >

18https://racontarsnumeriques.wordpress.com/2018/03/12/atelier-de-fabrique-dun-livre-numerique-12-avril/ >.

19 Une centaine de bibliothécaires du réseau de lecture publique strasbourgeois ont déjà suivi une formation de ce type.

20http://souris-grise.fr/ >.

21https://www.abf.asso.fr/1/22/650/ABF/-communique-livre-numerique-en-bibliotheque-lachat-en-librairie-est-desormais-legal-et-les-auteurs-remuneres >.

22http://www.abf.asso.fr/fichiers/file/ABF/prises_position/recommandations_diffusion_livre_numerique.pdf >.

23https://www.collectivites-locales.gouv.fr/carte-dachat-1 >.

24https://www.facebook.com/groups/333585290129478/ >.

25https://www.noslivres.net/ >.

26http://www.bibliondemand.com/ >.

27https://www.cantook.com/ >.

28 < https://www.facebook.com/groups/liseuses/ >.

29 < https://bibliobox.net/ >.

30 < http://www.guichetdusavoir.org/ >.

31 < https://www.eurekoi.org/ >.

32 Voir aux Presses de l’Enssib : Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. Enquête sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques, 2018 (coll. Papiers-Bpi) et Louis Wiart, La prescription littéraire en réseaux, 2017 (coll. Papiers).

33 < http://i-voix.net/ >.

34 < https://sisifo.site/sisifo/ >.

35https://lesreglesdelanuit.net/site/home/le-naurne >.

36 < https://www.la-marelle.org/ >.

37 Bertrand Calenge, Les bibliothèques et la médiation des connaissances, Éditions du Cercle de la Librairie, 2015 (coll. Bibliothèques).

38 < http://www.lairnu.net/blog/article/a-l-ecart-trois-jours-a-strasbourg >.

39 François Bon, Après le livre, Seuil, 2011. [En ligne] < https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?rubrique63 >.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search