Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 3. Médiations et expériences de lecture

Accueillir la créativité des usagers 2.0 et plus

Lorenzo Soccavo

Texte intégral

1Dans Les enfants du paradis, Jacques Prévert fait dire à l’un des personnages cette vérité : « La nouveauté, c’est vieux comme le monde ! » Aujourd’hui cependant, grâce à, dans un premier temps, leur familiarisation acquise aux outils informatiques, puis, dans un second temps, leur acculturation au numérique, à sa culture spécifique et à ses humanités, les lectrices et les lecteurs, et plus spécifiquement un certain nombre d’usagers des bibliothèques et médiathèques, ont développé de nouvelles pratiques, notamment dans le domaine assez flou et extensif de la littérature numérique. Cela est de l’ordre des faits et doit donc légitimement retenir notre attention.

2Si certains se passionnent pour cette « littérature numérique » tandis que beaucoup d’autres restent ignorants à ce qui se joue là en termes de créativité et de sociabilité autour de la lecture, les uns comme les autres sont souvent, espérons-le, encore usagers des bibliothèques.

Quelles nouvelles pratiques ?

3Ces pratiques nouvelles dont il va être question ici sont multiples et protéiformes. Elles concernent tout aussi bien la création littéraire que sa diffusion et sa médiation. Elles sont souvent éphémères. Certaines fois, elles sont inspirées de pratiques novatrices développées dans d’autres formes d’expressions artistiques (par exemple en arts numériques qui ont leurs festivals et lieux d’exposition comme La Gaîté-Lyrique à Paris), parfois, à leur tour, elles peuvent servir à influencer d’autres champs de la culture. Face à cette situation, la question se pose alors pour les bibliothécaires de la pertinence d’intégrer ou pas à leurs activités ces nouvelles pratiques d’une partie de leurs publics, et de les porter à la connaissance de ceux qui en ignoreraient l’existence. Les interrogations sont alors nombreuses. Les deux plus évidentes sont probablement celles-ci : comment intégrer de telles pratiques, nouvelles, et lesquelles ?

4Nous essayerons d’aller plus loin en nous demandant comment des bibliothécaires pourraient se les approprier, voire les détourner dans le cadre de leurs missions de service public. Nous prendrons garde cependant à ne pas nous emballer et à rester vigilants sur la nécessité de toujours nous adresser au plus grand nombre d’usagers de nos bibliothèques, d’inclure et de ne pas exclure. Les pratiques singulières du numérique dont il est question ici touchent en fait peu d’internautes parmi les diverses communautés de lectrices et de lecteurs. Le premier objectif, après celui de la formation continue des personnels des bibliothèques, devrait être d’abord un engagement actif dans la lutte contre l’illectronisme*, l’illettrisme du numérique.

5Il est également essentiel que les bibliothécaires eux-mêmes restent informés des évolutions que le numérique engendre dans le monde du livre et de la lecture. Dans ce chapitre, nous essayerons donc, d’abord, de lister quelles nouvelles pratiques des publics relèveraient de la littérature numérique. Par souci de clarté, nous en proposerons une classification simple, les autres parties de ce livre en donnant par ailleurs des exemples et se référant à quelques cas emblématiques précis. Ensuite, nous essayerons d’amorcer une réflexion en nous appliquant à apporter quelques éléments de réponses à ces questions essentielles que sont celles de la pertinence d’intégrer de telles pratiques nouvelles des publics au sein même des bibliothèques, et d’éclairer sur le pourquoi et le comment dans une vision prospective par rapport aux enjeux réels pour la médiation du livre et de la lecture.

Typologie des pratiques

6D’abord, de quoi parlons-nous ? Bien que multiples, les pratiques numériques littéraires peuvent se plier à des tentatives de classification. Nous en proposerons une en trois grandes catégories.

7Nous introduirons chacune en essayant de formuler une règle à suivre pour exercer notre discernement :

  1. Les diverses formes du Do it yourself, du « faire soi-même », qui regroupent entre autres le mouvement des fanfictions et de l’autoédition sur des plateformes participatives, mais aussi des formes innovantes et singulières de création de nouveaux genres éphémères, comme la Twittérature ou la LittéraTube.
  2. Les nouvelles expressions de la médiation et de la prescription du livre et de la lecture, et qui vont bien au-delà des déjà connus booktubeurs et booktubeuses.
  3. Les pratiques exploratoires comme celles du web 3D immersive avec avatars, ou de la réalité virtuelle.

8Nous présentons ci-après chaque catégorie en proposant une règle à suivre pour exercer notre discernement.

Le « faire soi-même »

9Règle numéro 1 : il ne faut surtout pas réduire le numérique au web ! Si les médias grand public communiquent beaucoup sur la face sombre du web, avec le profilage opéré par les algorithmes, les risques d’addiction, de piratage, la criminalité du dark web* et autres craintes plus ou moins bien fondées et légitimes, le numérique permet d’abord potentiellement à un très grand nombre de personnes de se saisir d’outils de création, de diffusion et de communication auxquels ils n’avaient auparavant pas accès.

Les fanfictions

10Une fanfiction est une suite imaginée ou une orientation divergente donnée par un ou une fan ou un groupe de fans à une narration fictionnelle, qu’il s’agisse d’un roman, d’une série, d’un jeu vidéo ou d’autres productions de l’esprit. Dans ce domaine, de nombreuses communautés très actives regroupent des passionnés, principalement des adolescents et jeunes adultes, qui lisent et qui écrivent donc. Harry Potter1 a ainsi généré de nombreuses vocations.

11Dans la mesure où le catalogue d’une bibliothèque proposerait des contenus susceptibles de générer un tel engouement créatif, il pourrait être enrichissant pour tous d’en rechercher les productions fanfictionnesques déjà existantes, voire de susciter l’écriture de fanfictions par ses usagers.

Écriture créative ou autoédition ?

12Il existe sur le web de nombreuses plateformes destinées à permettre aux internautes de publier leurs écrits. Certaines plus que d’autres sont ouvertes aux créations multimédias et aux œuvres collectives, certaines sont davantage spécialisées dans l’accueil des fanfictions. Nous devons distinguer celles qui permettent de développer de véritables pratiques d’écriture créative et d’échanger avec ses lecteurs, tel Wattpad où un auteur comme Thierry Crouzet2 teste ses premières versions, de celles qui proposent simplement des offres de services commerciales aux personnes désirant s’autoéditer.

13Pour les bibliothécaires, la dimension créative des premières peut être une mine pour y distinguer des talents peu ou pas encore médiatisés qui pourront être mis en avant par la bibliothèque. Il sera aussi possible d’y écrire collectivement entre collègues bibliothécaires l’histoire de sa bibliothèque, ou bien des histoires qui auraient celle-ci pour cadre, pour expérimenter ce type d’écriture puis en partager l’expérience avec les usagers.

Twittérature et LittéraTube

14La twittérature est une forme de littérature numérique pratiquée sur le réseau social Twitter dans le respect de sa limite de 280 caractères.

15La LittéraTube est une forme d’expression littéraire par le biais de courtes vidéos sur YouTube témoignant de la vitalité du désir humain de produire des narrations.

16Dans les deux cas, il s’agit d’un détournement spontané par des auteurs, mais aussi par des lectrices et lecteurs inventifs, des objectifs et des cadres de réseaux sociaux afin d’étendre leur utilisation à des pratiques créatives. Connaître et présenter de telles pratiques littéraires novatrices, voire inciter ses usagers à en être, serait à mon sens l’une des nouvelles missions des bibliothécaires.

e-médiation et e-prescription

17Règle numéro 2 : si l’autorité symbolique des prescripteurs traditionnels décroît conjointement à la perte d’influence de l’imprimé, en revanche, les nouvelles formes de médiation autour du livre sont souvent éphémères. Aussi, est-ce toujours le rapport humain de pair à pair qui prime et passe maintenant par le canal des fameux réseaux sociaux.

Les nouvelles médiations

18Dans les années 1990, les blogs, premières plateformes d’autopublication sur le web où tout le monde pouvait s’exprimer, explosèrent le cadre de la critique littéraire et dopèrent la recommandation entre lecteurs. Au début des années 2010, le relais passa à YouTube, média social spécialisé dans l’hébergement de vidéos, avec une floraison de booktubeuses, jeunes lectrices passionnées et de quelques booktubeurs qui partagèrent leurs coups de cœurs, rassemblèrent des dizaines de milliers d’abonnés et parfois purent monnayer leurs services. Depuis 2018, c’est sur Instagram, basé sur le partage de photos, que le phénomène émigre avec des bookstagrams*. Ces pratiques nouvelles ne s’annihilent pas, mais d’autres surgissent et reprennent le flambeau. Quel sera le prochain mode de médiation du livre ?

Les aventuriers du numérique

19Règle numéro 3 : s’il y a une chose à bien comprendre avec le numérique c’est que, comme le langage, il est performatif, il peut engendrer des mondes.

Les internautes

20De qui parlons-nous ? De celles et de ceux qui ne croient pas qu’il s’agit simplement d’être connecté au web. Sont seuls de véritables internautes ceux qui, comme un spationaute voyage dans l’espace, voyagent, eux, littéralement dans… le cyberespace*. Le cyberespace est la simulation numérique de territoires potentiellement explorables et colonisables par des avatars, les projections pixelisées des internautes. Parmi les véritables internautes, il y a logiquement un nombre conséquent de personnes à l’esprit ouvert et aventureux, et donc un certain nombre de lectrices et de lecteurs, d’auteurs et de créatifs, et peut-être déjà quelques bibliothécaires.

Le métavers*

21Le métavers est un univers parallèle qui simule numériquement différents types d’espaces, imaginaires ou mondes-miroirs, c’est-à-dire des modélisations 3D à l’identique d’espaces physiques réels, et dans lesquels les internautes peuvent échanger et interagir comme dans la réalité. C’est comme dans des jeux vidéo, excepté qu’il ne s’agit pas de jeux.

22Dès 1997, avec Le Deuxième Monde, Canal+ Multimédia en avait lancé un premier prototype, mais c’est la société américaine Linden Lab qui imposera le premier monde virtuel avec Second Life à partir de 2003. Depuis 2007, le projet OpenSimulator propose le programme en logiciel libre, et des centaines de mondes interconnectés en web 3D immersive avec avatars se développent. Aujourd’hui de nouvelles perspectives s’ouvrent pour eux avec les casques de réalités virtuelles.

23Ces environnements numériques réalisent le co-browsing*, une des promesses du web qui n’a pas pu jusqu’ici être tenue. Il s’agit de la navigation à plusieurs sur le web avec les conditions d’échanges de la vie réelle. Les espaces numériques de ce type, même s’ils restent peu connus en Europe où ils pâtissent toujours des échos négatifs des médias sur les délires de quelques-uns sur Second Life, restent porteurs d’un fort potentiel créatif. Par exemple, leur utilisation comme décors de bandes dessinées ou de romans graphiques. Le cyberespace peut être exploité comme un véritable champ narratif. Pour les bibliothèques, plusieurs modes d’existence y sont d’ores et déjà possibles : un réseau de bibliothèques brick and mortar* peut créer un énième établissement virtuel sur le web. Des rencontres littéraires, des ateliers d’écriture, des parcours de théâtre-promenade peuvent s’y organiser, mobilisant tout l’espace francophone…

Art et recherches

24La poésie expérimentale, issue de la poésie concrète qui considéra le poème comme objet esthétique en soi indépendamment d’un quelconque sens, a très tôt tiré parti des possibilités offertes par les codes numériques et les générateurs de textes. L’élan date au moins du dadaïsme, si ce n’est de l’acte inaugural lancé par Stéphane Mallarmé en 1897 avec son célèbre Un coup de dés jamais n’abolira le hasard.

25La poésie typographique explose sur les écrans alors que les calligrammes, loin de remonter à ceux de Guillame Apollinaire, dateraient au moins de quatre siècles avant J.-C. avec ceux de Simmias de Rhodes. En fait, la vraie nouveauté est seulement dans les possibilités d’expression et de communication.

26Depuis l’époque des peintures pariétales, l’homme cherche toujours des moyens plus sophistiqués pour simuler ses propres mondes imaginaires, comme autant d’espaces narratifs dans lesquels puisse s’épanouir son esthétisme. Les nombreuses expressions de la poésie numérique ne sont qu’une affirmation nouvelle de cette tendance innée de notre espèce animale à l’art pour l’art. Mais c’est là cependant tout un vaste pays des merveilles, à la croisée du numérique et de l’histoire de l’art et de la littérature, et dont la connaissance et l’exploration ne peuvent qu’enrichir les bibliothécaires et leurs usagers.

27Par ailleurs, la recherche universitaire s’en est déjà saisie avec de nombreux masters et programmes de recherche (comme le Labex Arts-H2H de l’Université Paris 8), tandis que de nouvelles interfaces comme les enceintes connectées, les casques de réalités virtuelles, les lunettes de réalité augmentée, ouvrent de nouveaux horizons aux explorateurs de la création littéraire.

Des frontières qui se redessinent

28Nous le constatons, par des actes créatifs émancipateurs, la littérature numérique détourne à son avantage certains outils et certaines stratégies commerciales. Elle redéfinit ainsi les normes du littéraire et excède la chaîne de pouvoirs instaurée par l’imprimerie. Comme les rapports entre la réalité et les univers virtuels de la création, au premier rang desquels la littérature, se trouvent ainsi reformatés par le numérique, de même ceux entre les auteurs et les lecteurs, mais également ceux entre les médiathécaires et leurs usagers le sont aussi. Cette littérature se développe au croisement des arts numériques et de la recherche universitaire et il faut surtout bien la distinguer de l’édition numérique. L’une de ses principales caractéristiques est précisément qu’elle se développe en marge des normes et des pouvoirs de l’édition imprimée, et donc des bibliothèques traditionnelles. D’entrée de jeu, elle se revendique et s’exprime comme autonome, non seulement au niveau de la chaîne de production et de distribution, mais surtout dans les possibilités d’atteindre ses publics. C’est pourquoi il est important pour les bibliothécaires de rester en contact et de nouer des liens avec ses acteurs en intégrant dans les activités des bibliothèques ces nouvelles pratiques littéraires.

29Quels freins pourraient retarder cette nécessaire acculturation ? L’élan créatif est là, la curiosité naturelle des publics et des médiathécaires aussi. Paradoxalement, ceux qui pourraient entraver le processus seraient les pionniers qui se poseraient en gourous. Et puis aussi ceux qui se pareraient de leurs connaissances des langages de programmation pour constituer une nouvelle élite. La vraie littérature numérique, c’est avant tout de la littérature, pas de l’informatique.

30Le numérique redessine lentement – les enjeux sont considérables pour l’industrie graphique – le nouveau périmètre de l’interprofession du livre, à la fois par de nouvelles pratiques d’écriture et de diffusion, de nouveaux dispositifs et de nouvelles pratiques de lecture ou de nouvelles formes de livres aussi. Et tout cela avec à chaque fois de nouveaux entrants et de nouveaux modèles économiques qui peinent à se trouver face aux GAFAM. Pour les bibliothèques, le véritable enjeu est cependant ailleurs.

31Pour les bibliothèques, donner accès à la littérature numérique, c’est poursuivre leur aventure millénaire avec l’écrit. C’est, d’une part, ne pas sombrer dans les vestiges du passé et du tout imprimé ou rien, et, d’autre part, ne pas se laisser pour autant emporter par un tsunami du tout-numérique. C’est pourquoi la littérature numérique est porteuse d’un vrai espoir. Celui de la persistance dans le monde à venir d’un territoire imaginaire pour les amoureux de la lecture. Celui de l’espérance d’une certaine éternité pour la double métaphore qui porte l’humanité depuis des siècles : celle du monde comme livre et du livre comme monde. Pour les bibliothèques, abriter cet espoir, c’est rester fidèles à leur histoire.

Notre époque : celle des e-incunables* ?

32La notion de e-incunables peut être intéressante pour désigner l’ensemble des créations pouvant relever de la littérature numérique depuis l’acte fondateur de Michael Hart en 1971 avec le lancement du projet Gutenberg, première bibliothèque numérique mondiale d’œuvres du domaine public. Pour les historiens du livre, les incunables sont les premiers ouvrages imprimés entre la mise au point de l’imprimerie à caractères mobiles par Gutenberg et ses associés en 1450 et l’année 1501, soit 51 ans.

33Si nous acceptons de faire débuter une nouvelle ère à partir de 1971, et si arbitrairement nous lui donnons une durée de 51 ans, nous sortirions de l’époque des e-incunables en 2022. Cela est peu probable pour les bibliothèques qui doivent concilier deux mouvements : à l’extérieur, celui de la numérisation globale de la société avec ses aspects positifs et négatifs ; à l’intérieur, celui plus lent des changements de générations, des collègues et des usagers. Mais elles peuvent justement d’ores et déjà expérimenter avec la littérature numérique.

34Dans la littérature numérique, c’est-à-dire au sein des humanités numériques*, l’expression esthétique de mondes fictionnels rattachés à une appartenance symbolique à la République des Lettres, cette communauté universelle d’hominidés qui lisent pour vivre et qui vivent surtout pour lire, qui utilisent donc pour s’exprimer les outils de création et de diffusion du numérique, il y a l’énonciation affirmée d’un désir de transmission de valeurs liées aux civilisations de l’écrit.

35Reconnaître et accueillir aujourd’hui cette créativité littéraire chez les usagers des bibliothèques, c’est tout simplement réserver dans le monde qui vient une place aux lectrices et aux lecteurs. C’est essentiel.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search