Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 3. Médiations et expériences de lecture

Biblio-connection, les livres qui relient : une expérience de médiation numérique avec des enfants

Renata Pannekoucke

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Guibert et Marc Butavant, Ariol. Un petit âne comme vous et moi, Toulouse, BD Kids, 2011.
  • 2 Fred Bernard et François Roca, La fille du samouraï, Toulouse, Albin Michel, 2012.

1Nous sommes samedi après-midi, en avril 2016, la lumière est tamisée dans la salle de l’Heure du conte. Un groupe de huit enfants découvre la sélection de livres de la Biblio-connection et les images projetées sur le mur blanc par une installation ressemblant à un jeu de Wii. Les livres « papier » sont disposés au sol et il est difficile de distinguer ce qui attire davantage l’attention des jeunes, l’écran ou le papier ? « Je connais Ariol1 ! », confie une des filles. « Est-ce que je peux lire ? » demande une autre. « Je l’ai lu, La fille du samouraï2, on peut commencer par celui-là ? » lance un garçon de 11 ans. Arrive le moment d’explication du dispositif, de son utilisation pour la lecture et des formats de livres disponibles dans la Biblio-connection.

Qu’y a-t-il dedans et comment ça marche ?

  • 3 L’École du livre de jeunesse du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis (SLPJ (...)

2Développé en 2012 par le Laboratoire des pratiques de l’École du livre de jeunesse3, cette bibliothèque numérique interactive est destinée à des lecteurs qui connaissent des difficultés avec la lecture, que ce soit pour des raisons culturelles, sociales ou de handicap.

3Dans une salle, les pages des livres illustrés sont projetées en grand format sur le mur ou un écran, et un capteur de mouvement (Kinect) fait office de commande pour tourner les pages et naviguer dans l’application. Un enfant est debout face aux pages projetées, il va devenir lecteur et ses mouvements seront captés ; le lecteur-tourneur intervient dans le livre, choisit la « version » du livre (lecture accompagnée, audiodescription…), tourne les pages avec des gestes amples, à son rythme, et fait apparaître la suite des images. Il est debout et lit avec tout son corps.

Les versions des livres numérisés

4Le dispositif contient actuellement 19 titres numérisés : 8 albums illustrés, 3 documentaires et 8 bandes dessinées. Ce corpus représente assez bien la diversité de la production récente du livre pour la jeunesse et s’adresse à des lecteurs de 6 à 15 ans. Les ouvrages sont adaptés en différents formats.

  • 4 Pascale Estellon, Abécédaire, Paris, Éditions Les Grandes Personnes, 2016.
  • 5 FALC : le texte est adapté selon les règles européennes pour une information facile à lire et à co (...)
  • 6 Franck Prévot, Lumières : l’Encyclopédie revisitée, Andernos-les-Bains (Gironde), L’Edune – Canopé (...)
  • 7 Michel Galvin, Jean-Luc et le caillou bleu, Paris, Seuil Jeunesse, 2008.

5La version originale permet de lire le texte seul ou en groupe, en mode « karaoké ». La « lecture accompagnée » permet aux jeunes d’écouter une voix off. Le format en « audiodescription » utilise le même procédé que les films destinés aux publics malvoyants. Le format adapté en langue des signes française (LSF) permet aux enfants entendants et malentendants de découvrir une adaptation de grande qualité et d’apprendre à signer des lettres et des mots. L’Abécédaire de Pascale Estellon4 en est un excellent exemple. Le format Facile à lire et à comprendre (FALC)5 permet aux enfants avec un handicap intellectuel de comprendre le sens de l’histoire avant de pouvoir lire le texte original. L’encyclopédie revisitée de Franck Prévot6 et Jean-Luc et le caillou bleu de Michel Galvin7 peuvent également être utilisées avec des jeunes ne maîtrisant pas ou peu le français, des enfants dyslexiques ou des personnes en situation d’illettrisme.

6Si le contenu du livre projeté est le même que celui du livre papier, le format, la taille, et donc la lecture, diffèrent. Les images projetées permettent parfois de « plonger » dans l’univers de l’illustrateur (par exemple les illustrations de François Roca), elles rendent la lecture plus attractive pour les enfants habitués aux écrans.

7Pour installer la Biblio-connection, il faut disposer d’un ordinateur, d’un vidéoprojecteur, d’une Kinect et de deux enceintes8. Avec des jeunes handicapés moteurs, il est possible d’utiliser le dispositif sans la Kinect, à l’aide du clavier de l’ordinateur, d’une souris, d’un trackball ou d’un contacteur de fauteuil roulant.

La genèse du projet

8L’équipe du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis (SLPJ) est partie du constat que la littérature de jeunesse était un support idéal pour mener des expériences originales autour de l’accessibilité de la lecture. Pour autant, peu de projets et de dispositifs s’appuient sur le numérique comme levier de développement de la lecture.

9L’idée principale du dispositif était de tester des formes de lecture adaptées à des publics qui connaissent des difficultés de lecture, de tous ordres, en profitant du potentiel des technologies pour développer des systèmes de lecture adaptés. D’autres objectifs étaient fixés : renouveler les formes de médiation littéraire et valoriser les usages du numérique, favoriser la cohésion sociale autour d’un outil commun pour les publics en situation de handicap et le public ordinaire, et inciter les structures au développement d’animations innovantes en direction des publics empêchés. Le choix des livres est opéré par le SLPJ en lien avec l’auteur et l’éditeur, et l’adaptation d’une œuvre mobilise ensuite développeurs, comédiens, auteurs.

10À la suite du lancement de la Biblio-connection, les premiers retours d’expérience des professionnels travaillant avec des enfants handicapés ont été mis en ligne. Ces témoignages9 apportent un éclairage enrichissant sur l’utilisation du dispositif et s’avèrent très utiles lors de la préparation des animations. Une enquête de réception a également été menée par Charlotte Perrot-Dessaux, chargée de recherche, doctorante en sociologie à l’université Paris Diderot10.

Accompagner la malle Biblio-connection : types d’utilisation

11Dans les pratiques professionnelles des bibliothécaires, l’outil numérique représente souvent un frein par manque d’acculturation suffisante. À Strasbourg, nous avons accompagné les équipes dans l’installation et la première utilisation du dispositif, puis dans les accueils périscolaires, avec des classes ou des jeunes portant un handicap. Plusieurs actions ont été expérimentées avec différents groupes d’enfants, selon des modalités de lecture, d’écoute, de jeux avec les albums :

  • Lecture collective*. L’expérience de la lecture collective peut surprendre, mais elle est finalement assez appréciée par les jeunes usagers. L’animateur désigne le tourneur de pages et il distribue les rôles aux enfants (narrateur, personnages). Cette activité permet également de varier les jeux : lecture avec contrainte, où le lecteur lit le texte avec un crayon dans la bouche ; le jeu du mot interdit, où le lecteur remplace le mot interdit par un son ou par un autre mot.
  • Jeu de rôles. L’animateur distribue les rôles au début de la séance. Il choisit un narrateur et un tourneur de pages et les enfants sont invités à lire chacun le texte de leur personnage.
  • Écoute du texte. Cette activité, plus passive, permet d’initier les enfants à la lecture à voix haute.
  • Audiodescription. Cette modalité permet d’attirer l’attention des jeunes sur l’image. Les enfants écoutent d’abord un extrait en audiodescription, l’animateur coupe ensuite le son et demande aux enfants de décrire une autre image. Les enfants peuvent tourner le dos à l’écran et chercher à dessiner la scène en suivant les indications de l’audiodescription.
  • Langue des signes. L’animateur propose au tourneur de choisir la version d’un livre en LSF. Il invite ensuite les enfants à reproduire les signes des lettres qu’ils voient à l’écran.
  • Atelier d’écriture. À partir du Dictionnaire fou du corps de Katy Couprie11, le groupe lit les quatre définitions : « Barbe, Danse, Farder et Iris ». Les enfants imaginent ensuite d’autres définitions des parties du corps.

Trois ateliers menés à la médiathèque : un dispositif qui implique les corps

Séance publique avec un groupe de jeunes

12À Strasbourg, une des premières séances d’animation a été organisée lors des « Racontars numériques »12. L’atelier a réuni des enfants de différents horizons, mais tous ont été intrigués par cette console de lecture. Très vite, la place du lecteur est la plus convoitée.

13Après une rapide prise en main, les enfants s’entraînent à faire les gestes, à effectuer le pas en avant et le pas en arrière. L’habitude est vite prise. Nous écoutons la voix off, juste pour suivre le texte, pour exercer notre attention et pour apprendre à tourner les pages au bon moment. Ensuite, nous testons le format en audiodescription. Le temps est plus lent, nous nous arrêtons plus longuement sur chaque image et nous essayons de décrire d’autres images du livre. Les allers-retours entre les images numérisées et les images du livre s’installent. La version LSF est regardée avec beaucoup d’attention. Chacun s’entraîne à signer son initiale, les plus dégourdis arrivent rapidement à signer leur prénom en entier. Nous passons ensuite à une petite mise en scène. La bande dessinée Ariol s’y prête parfaitement, car la plupart des enfants connaissent le personnage. Les rôles sont distribués : un enfant tourne les pages et les autres lisent les paroles de leurs personnages. L’expérience de lecture collective se met en place. Après une heure, les enfants se dirigent petit à petit vers les livres imprimés. Les uns prennent les BD, les autres choisissent des albums illustrés, une fille quitte la salle à cause d’un mal de tête avec un livre sous le bras.

14Nous constatons que la séance doit impérativement être animée et des activités complémentaires proposées aux enfants. L’alternance de l’écran et du livre est nécessaire sur un temps plus long, et un temps de prise en main doit être prévu.

Séance avec des enfants malentendants

15Pour des enfants malentendants, la coordination des gestes et l’explication du dispositif prend aussi le temps d’une première séance, mais ils sont captés par l’écran et par ce qu’il s’y passe. Nous explorons l’Abécédaire, comme une entrée en matière, comme un apprentissage du b.a.-ba. La main gauche, le pied droit, les gestes sont effectués lentement, les faux pas corrigés, les explications se font en langue des signes par les animateurs. Une deuxième séance est prévue bientôt pour aller plus loin, car les jeunes ont réellement « accroché » avec l’application. Plus tard, nous tentons un essai avec notre collègue malvoyante. Guidée par un collègue voyant, elle apprécie l’implication du corps dans la lecture. Les enfants malvoyants ont du mal à se concentrer dans un premier temps, dit-elle, le dispositif oblige l’enfant à écouter les consignes, à réagir avec le corps afin d’actionner la voix off, l’audiodescription ou les dialogues des personnages. Elle aime particulièrement les bandes dessinées en audiodescription.

Séance avec des familles

16Une autre séance est prévue dans la salle de conférences où plusieurs installations numériques sont présentées pendant deux jours. Les bibliothécaires souhaitent que les enfants et leurs familles essaient l’application, le temps d’un passage à la médiathèque. Une grande fratrie s’installe avec deux mamans dans la salle et la démonstration commence. Rapidement, les enfants demandent la version « karaoké », pour lire à voix haute, sous les yeux de leurs mères.

Atouts et limites du dispositif

17S’il est vrai que pour de nombreux lecteurs, la lecture est une activité solitaire, pratiquée habituellement en position assise ou allongée, pour des lecteurs moins assidus, le mouvement du corps présente un avantage et facilite l’acte de lecture. En tournant les pages avec ses bras, le lecteur avance dans le livre comme dans une forêt. Avec les pieds, il navigue entre différentes œuvres et leurs versions. Mais attention ! Les gestes doivent être maîtrisés, sinon l’usager est éjecté, la Kinect ne le détecte plus. Cependant, ces contraintes peuvent gêner des jeunes présentant un handicap moteur. En revanche, les lecteurs à l’aise avec la lecture peuvent être dérangés par l’implication du corps dans leur pratique habituelle, de même que le mouvement des images peut freiner leur voyage dans l’imagination.

Il est intéressant d’observer qu’une dynamique de groupe se met en place autour de la lecture. La Biblio-connection encourage aussi la mixité des publics dans les médiathèques. L’outil est très simple, ressemble à un jeu vidéo et attire rapidement les jeunes usagers.

18Nous constatons aussi un léger décalage entre le niveau des albums numérisés, qui s’adressent principalement à des enfants entre 3 et 6 ans, et le dispositif, difficilement accessible aux enfants aussi jeunes.

19Nous avons observé que la Biblio-connection attire les jeunes usagers. D’abord vers l’écran, sous forme d’un jeu vidéo, et ensuite vers la lecture. Il est difficile d’affirmer que cet outil de médiation du livre jeunesse amène naturellement les enfants vers le livre. C’est davantage la lecture en elle-même qui revêt un intérêt nouveau. L’implication du corps dans la découverte du livre numérisé facilite l’approche du texte et la lecture à voix haute (et encore mieux, la lecture au micro) fait résonner la voix du lecteur face aux autres participants. Le texte, illustré par les images, simplifié, montré avec des signes explicites de la LSF, devient plus compréhensible, plus accessible. En entrant dans cette bibliothèque interactive, le lecteur a l’impression de pouvoir attraper les mots avec ses gestes, entrer dans le texte en avançant avec ses pieds, comme dans une chambre, remplie d’objets qui deviennent vite familiers.

Notes

1 Emmanuel Guibert et Marc Butavant, Ariol. Un petit âne comme vous et moi, Toulouse, BD Kids, 2011.

2 Fred Bernard et François Roca, La fille du samouraï, Toulouse, Albin Michel, 2012.

3 L’École du livre de jeunesse du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis (SLPJ) : < http://slpjplus.fr/ >.

4 Pascale Estellon, Abécédaire, Paris, Éditions Les Grandes Personnes, 2016.

5 FALC : le texte est adapté selon les règles européennes pour une information facile à lire et à comprendre. Ces règles ont été développées par un collectif d’associations dans le cadre d’une démarche européenne (projet Pathways, porté en France par l’Unapei – Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis).

6 Franck Prévot, Lumières : l’Encyclopédie revisitée, Andernos-les-Bains (Gironde), L’Edune – Canopé-CRDP de l’académie de Reims, 2013.

7 Michel Galvin, Jean-Luc et le caillou bleu, Paris, Seuil Jeunesse, 2008.

8 Un guide d’installation détaillé est en ligne sur le site du SLPJ : < http://biblio-connection.slpj.fr/fichier/nav_telecharger/1/telecharger_file_fr_guide.de.mediation.bbc.pdf >

9 < http://biblio-connection.slpj.fr/temoignages/ >.

10 < http://biblio-connection.slpj.fr/fichier/nav_telecharger/2/telecharger_file_fr_bbc.enquete.labo.paris7.pdf >.

11 Katy Couprie, Dictionnaire fou du corps, Paris, éd. Thierry Magnier, 2012.

12 < https://racontarsnumeriques.wordpress.com/2018/03/12/venez-tester-la-biblio-connection-de-la-lecture-avec-une-kinect-11-et-18-avril/ >.

Auteur

Assistante de conservation principale en secteur Jeunesse à la médiathèque André Malraux à Strasbourg

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search