Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 2. L'écosystème des livres numériques : généalogies, offres et politique documentaire

L’offre de livres numériques homothétiques à destination des bibliothèques

Alexandre Lemaire

Texte intégral

1On doit constater que les bibliothèques publiques françaises ont peu investi le domaine du livre numérique homothétique, à la différence d’autres réseaux de lecture publique (États-Unis, Canada, Allemagne, Danemark). Les progrès sont patents pour quelques centaines de bibliothèques, mais il y a un manque de couverture du réseau global et un manque d’investissement financier des bibliothèques impliquées.

2Il faut préciser que deux grands modèles coexistent, le streaming, proposé par quelques distributeurs mais sans catalogue significatif, et PNB, le modèle à téléchargement (Dilicom), qui offre un catalogue beaucoup plus large mais peine à convaincre une majorité de bibliothèques. Par ailleurs, les bibliothèques restent sceptiques sur la finalité de cette nouvelle offre destinée à compléter l’offre papier ou à constituer un renforcement de l’offre « mainstream » papier.

3Le projet PNB, soutenu par le ministère de la Culture et le CNL (Centre national du livre), incontestablement le plus vaste projet de mise à disposition de livres numériques en France, sera légitimement traité en premier dans ce chapitre. Les nombreuses autres offres, majoritairement en streaming ne pourront être abordées dans le cadre de ce chapitre tant elles sont nombreuses. Nous présenterons le site de Réseau Carel qui décrit ces offres en détail et tenterons d’en dégager les avantages et les limites.

Le projet Prêt numérique en bibliothèque (PNB)

4Le ministère de la Culture et le CNL furent inspirés par l’expérience québécoise « pretnumerique.ca »1 qui, en à peine trois ans, avait atteint le nombre de deux millions de prêts de livres numériques. C’est ainsi qu’ils encouragèrent les éditeurs, distributeurs et libraires à mettre en œuvre un projet similaire qui avait notamment pour principe de préserver en son sein l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre papier, les libraires étant en général court-circuités dans la plupart des autres offres de livres numériques proposées aux bibliothèques.

5Le projet est coordonné par Dilicom, opérateur interprofessionnel du livre, notamment responsable du « Fichier exhaustif du livre » qui permet des transactions entre libraires et éditeurs.

6Les acteurs du système ont des rôles bien identifiés : distributeur numérique (entrepôt, livres fournis par les éditeurs), librairie (plateforme de vente), bibliothèque (plateforme de prêt), et au centre, Dilicom (« hub »).

Illustration. Les acteurs du PNB : Dilicom, libraires et bibliothèques

Illustration. Les acteurs du PNB : Dilicom, libraires et bibliothèques

7Les processus sont les suivants : flux des métadonnées (en noir sur le schéma) ; acquisition d’un titre par la bibliothèque (en bleu) ; emprunt d’un titre par un usager (en rouge).

Encadré 1. Les conditions (ou variables) à fixer par chaque éditeur dans PNB

• Le nombre de prêts autorisés à « l’achat » d’un titre (entre 20 et illimité, selon les groupes éditoriaux).

• Le prix du titre (déterminé par l’éditeur selon une formule de calcul basée sur le prix du livre numérique grand public, parfois sur le prix du livre papier).

• La durée maximale de la licence (entre 5 ans et illimité, selon les groupes éditoriaux).

• Le nombre maximum de prêts simultanés autorisés pour un titre « acheté » (entre 1 et le nombre total de prêts autorisés pour ce titre dans la licence).

• Le nombre maximal de jours autorisés pour un prêt (en général 59 jours, limite liée à celle de la DRM ACS4 d’Adobe).

8Il convient de noter que l’acquisition de l'exemplaire d’un titre, sauf dans le cas du groupe Hachette, ne constitue pas un achat définitif mais bien l’acquisition d’une licence autorisant la bibliothèque à prêter ce titre un certain nombre de fois. La licence est assortie d’une durée maximale dans le temps pour la plupart des distributeurs (à l’exception de Hachette et d’Immatériel). La simultanéité des prêts pour un même exemplaire acheté constitue la grande force de PNB.

Les usages

9Le ministère de la Culture français a pris en charge l’évaluation de PNB qui a été lancé fin 2014 par des bibliothèques publiques pilotes.

10Quelques résultats clefs publiés en mars 20182 :

  • 159 bibliothèques ou réseaux de bibliothèques, allant d’une bibliothèque avec une seule implantation à la moitié d’un pays (la Belgique francophone avec 400 implantations via Lirtuel) soit 3 900 implantations qui proposent des livres numériques via PNB ;
  • 66 % des titres proposés au grand public se retrouvent dans le catalogue PNB (août 2018) ;
  • environ 65 % des usagers sont des lectrices, ce qui est similaire au prêt de livres papier ;
  • la moyenne d’âge des usagers tourne autour de 50 ans ;
  • on constate un pic d’emprunt significatif durant les mois d’été (juillet et août) ;
  • la majorité des emprunts se produisent entre 8 h et 23 h tous les jours de la semaine mais particulièrement le dimanche.

11Trois de ces constats semblent intéressants à analyser.

12Tout d’abord, le taux de recouvrement (66 %) de l’offre aux bibliothèques par rapport à l’offre grand public est insuffisant, en particulier au regard du fait que les différentes associations représentant les acteurs du système (auteurs, éditeurs, libraires, bibliothèques) ont signé, en 2013, sous l’égide du ministère de la Culture et du CNL, douze recommandations dont la première tient au fait de viser l’exhaustivité de l’offre par rapport à l’offre grand public. Par ailleurs, ces deux tiers cachent des recouvrements beaucoup plus faibles pour certains secteurs importants comme la bande dessinée ou la littérature pour la jeunesse.

13Ensuite, les 159 réseaux de bibliothèques, qui correspondent à un total d’implantations de près de 4 000 bibliothèques, ne constituent qu’une faible part du réseau total des bibliothèques de France, Belgique et Suisse francophone qui doit en compter plusieurs dizaines de milliers. Nous reviendrons plus loin sur les raisons de ce succès relatif, notamment par rapport aux chiffres éblouissants du Québec avec pretnumerique.ca3.

14Enfin, un point fort de cette offre numérique, par rapport au prêt de livres papier, tient à l’accessibilité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et les chiffres montrent bien que beaucoup d’emprunts sont effectués en soirée et le week-end. Par ailleurs, du point de vue de l’usager, ne pas devoir se déplacer à la bibliothèque pour emprunter et ne jamais devoir payer de frais de retard pour les retours sont d’autres grands avantages des offres numériques.

15Côté associations professionnelles, l’ABF a exprimé des craintes par rapport à un risque de discrimination territoriale : un frein à la participation des petites bibliothèques viendrait des coûts de l’infrastructure à mettre en place ainsi que du coût des acquisitions.

16Réseau Carel était plus positif sur le projet, louant notamment d’une part le fait que les titres puissent être lus en l’absence de réseau (puisqu’ils sont téléchargés) et d’autre part le modèle à simultanéité de prêts. Réseau Carel prévenait toutefois d’un risque quant à la soutenabilité économique pour les acquisitions PNB et s’inquiétait également des conditions proposées par la majorité des groupes éditoriaux, à l’exception d’Immatériel et de Hachette, qui ne prédisposaient pas à des achats de titres de la longue traîne*. Cela était d’autant plus regrettable que les éditeurs ne parviennent plus à vendre ces titres de leurs fonds aux particuliers.

17Le Québec, avec un modèle similaire et sans simultanéité (mais avec des livres moins chers), a réussi à effectuer plusieurs millions de prêts en moins de cinq ans, constituant environ 30 % des achats de titres numériques auprès des éditeurs ! Le verrou numérique pour la vérification des droits d’accès (DRM d’Adobe) constitue toutefois un frein au développement de PNB, tout comme le risque d’orientation de l’offre exclusivement vers les best-sellers.

18Suite aux rencontres répétées entre Réseau Carel et les groupes éditoriaux présents dans PNB, les conditions ont évolué vers des lots de jetons plus petits (entre 20 et 30, contre 40 à 60 au départ) et des durées de licence plus longues.

Pistes d’amélioration de PNB

19Pour aller plus loin dans la recherche de l’attrait de PNB pour les petites bibliothèques et encourager encore davantage les bibliothèques à diversifier leur collection en termes d’ancienneté des titres, il serait intéressant, comme le font Hachette et Immatériel, de ne pas limiter les licences dans le temps, notamment pour les livres de plus d’un an, dont on sait qu’ils sont sortis de leur période de vie commerciale (estimée à 8 ou 9 mois par les éditeurs). En effet, après cette période et excepté quelques rares titres, les ventes grand public deviennent négligeables. Une réflexion est en cours à Réseau Carel, à l’ABF et au-delà pour essayer d’obtenir également des conditions plus homogènes de la part des groupes éditoriaux car l’offre reste peu lisible pour les bibliothécaires, en raison précisément des conditions très différentes d’un groupe à l’autre.

20Sur le plan technique, le remplacement envisagé à terme de la DRM d’Adobe par la DRM LCP, plus simple d’utilisation et beaucoup moins coûteuse, constitue une autre piste d’amélioration notable. Par ailleurs, des applications de lecture comme Aldiko ont permis des services simplifiés et augmentés aux usagers des bibliothèques : géolocalisation de la bibliothèque numérique la plus proche, élimination de l’obligation pour un nouvel usager numérique de créer un identifiant pour la DRM Adobe (étape parfois rebutante pour les personnes peu à l’aise avec la technologie). Aldiko peut enfin, grâce à un protocole nommé OPDS4, interroger en direct le catalogue numérique de la bibliothèque, sans passer par le site web de la plateforme.

21Pour que PNB décolle réellement en Europe francophone, il apparaît que les bibliothèques devraient sélectionner avec soin leur outil de prêt, dont la qualité du service dépend grandement. Les outils dédiés (plateformes de prêt numérique) présentent des fonctionnalités et une ergonomie bien plus attractives que les modules intégrés à des SIGB ou à des sites web de bibliothèques. Certaines bibliothèques sont logiquement attirées par la perspective d’une interface multi-documents proposant livres numériques et livres papier mais aussi périodiques électroniques, musique, cinéma, etc. A priori, cette perspective semble en effet séduisante mais, concrètement, cela mène souvent à des « couteaux suisses » dont chaque outil fonctionne moins bien qu’un outil spécifique pour chaque offre ou à tout le moins qu’une offre double avec un catalogue numérique et un catalogue papier distincts.

22Par ailleurs, les budgets consacrés aux acquisitions numériques par les bibliothèques abonnées à PNB sont maigres en comparaison, par exemple, de ceux du Québec. Sans disposer de chiffres plus globaux, des villes françaises importantes avec des populations de 100 000 à 200 000 habitants ont des budgets de l’ordre de 8 000 euros à peine, alors que dans le même temps des villes comparables en population au Québec ont des budgets jusqu’à dix fois plus conséquents. Les budgets suisses sont un peu plus élevés qu’en France mais le budget belge souffre lui aussi d’un sous-financement. Des efforts budgétaires doivent absolument être faits par les collectivités, ce qui passe par un travail de persuasion des élus. Le numérique ayant un attrait médiatique non négligeable, un certain optimisme peut être de mise de ce côté. Associer davantage les élus aux nouveaux services numériques et aux activités autour du numérique apparaît donc comme une voie intéressante pour obtenir des budgets plus en rapport avec les besoins nécessaires pour développer le numérique en bibliothèques.

23Une autre piste pour offrir à toute la population un catalogue significatif constituerait à offrir un catalogue plus global, comme au Québec ou en Belgique où les livres numériques sont accessibles depuis n’importe quel point du territoire. C’est le cas de Lirtuel (Belgique) qui dessert l’ensemble de la population belge francophone, ou du catalogue de BanQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec) qui, lui, est positionné en complément de ceux des bibliothèques municipales québécoises. Cette approche a l’avantage notamment d’effacer la discrimination territoriale qui fait qu’actuellement l’usager parisien accède à un catalogue beaucoup plus important que celui d’une petite ville de province, sans même parler des personnes habitant en zone rurale. En permettant aux BDP de participer au dispositif, PNB a toutefois réduit significativement cette discrimination.

24En matière de communication, il y a aussi beaucoup d’améliorations possibles. Alors que Bibliopresto, au Québec, effectue d’énormes campagnes de communication pour l’ensemble du réseau québécois, il n’y a pas d’organisme équivalent en France. Dilicom pilote PNB mais sans communiquer auprès des usagers finaux. Par ailleurs, les bibliothèques ont des budgets communication très réduits, ainsi qu’un manque d’expérience dans la promotion de leurs livres, puisque pour le format papier elles sont plutôt dans une position de connaissance historique par la population de leur service de prêt.

25Enfin, la formation des professionnels au support technique des usagers constitue également un enjeu essentiel pour le développement de la lecture numérique en bibliothèque.

Les autres offres de livres numériques aux bibliothèques

26Il existe un grand nombre d’autres offres de livres numériques aux bibliothèques publiques. La plupart d’entre elles sont des offres en streaming. Elles sont proposées soit par un éditeur, soit par un distributeur numérique, soit encore par un « agrégateur ». La liste des principales offres est reprise sur le site de Réseau Carel dans l’onglet « ebooks ». Il paraît intéressant de comparer les avantages et inconvénients des offres en streaming par rapport aux offres proposant le téléchargement de fichiers chronodégradables.

Le rôle de Réseau Carel

27Réseau Carel5 (Coopération pour l’accès aux ressources numériques en bibliothèque) est une association constituée comme telle en 2012. Soutenue par la Bibliothèque publique d’information (Bpi), ses membres sont institutionnels (bibliothèques, réseaux de bibliothèques ou de centres de documentation). L’objectif principal de Réseau Carel est la négociation en faveur de ses membres des meilleurs prix et conditions concernant les offres de ressources numériques aux bibliothèques. L’association organise également chaque année une importante journée d’étude consacrée à un type de ressource numérique ou à un sujet lié aux ressources numériques.

  • 6 « L’European Digital Reading Lab (EDRLab) est un institut de recherche et développement au service (...)

28Réseau Carel regroupe actuellement près de 400 institutions et réseaux d’institutions, parmi 6lesquels de nombreuses bibliothèques (y compris départementales de prêt), mais aussi l’ensemble du réseau des bibliothèques publiques francophones belges (400 bibliothèques) et le réseau des bibliothèques de l’Institut français à l’étranger (plus de 100 sites).

29Réseau Carel joue enfin un rôle important dans les négociations avec les distributeurs et les groupes éditoriaux au sein du projet PNB en tant que représentant principal des bibliothèques dans ces échanges avec les fournisseurs de contenus. Il porte aussi la voix des bibliothécaires et des bibliothèques dans les échanges intersectoriels du livre numérique auprès du Ministère de la Culture, de Dilicom et d’EDRlab.

Offres en streaming

Les avantages

  • La facilité de prise d’un abonnement et connexion immédiate à une plateforme avec accès à plusieurs milliers de titres (sauf si on veut intégrer plusieurs offres au sein d’un même portail d’accès).
  • L’absence de nécessité de sélectionner au titre à titre et de gérer un budget acquisitions avec un suivi opérationnel et administratif des différents paniers achetés chaque année.
  • Un affichage en streaming sans devoir, pour l’usager, gérer un compte Adobe.

Les inconvénients

  • Un simple accès à des fichiers distants sur la plateforme du vendeur ce qui ne permet pas (sauf mise en place de connecteurs) de profiter des outils de recherche performants comme les OPACs de nouvelle génération des bibliothèques ; un marketing lié à des statistiques cohérentes et une vraie politique de promotion du livre numérique sont également difficiles à mettre en place de manière efficace car la bibliothèque est dépendante des outils de la plateforme du fournisseur.
  • Une offre généralement en bouquets qui ne permet pas aux bibliothécaires de développer une politique d’acquisition spécifique en cohérence avec la politique d’acquisitions papier.
  • L’impossibilité de lecture au moyen d’une liseuse, ce qui rend impossible une lecture « en immersion » et surtout n’offre pas le confort visuel (et sans lumière bleue) de la liseuse nettement supérieur à celui des tablettes et smartphones actuellement.
  • L’intégration difficile des métadonnées des livres numériques proposés en streaming dans les catalogues des bibliothèques afin de permettre aux usagers des bibliothèques de visualiser parmi les résultats d’une recherche unique aussi bien l’offre de documents papier que l’offre de documents numériques (et d’accéder directement à cette dernière).

30Pour ce dernier point, la notion d’authentification unique ou, en anglais, de Single Sign-On* (SSO) est centrale. Les bibliothécaires souhaitent ardemment que leurs lecteurs, lorsqu’ils se connectent aux outils web, accèdent à l’ensemble de l’offre, numérique et papier, via un seul couple nom d’utilisateur / mot de passe (et une seule saisie par session de recherche). En outre, côté administrateur, il est difficile d’obtenir des indicateurs d’évaluation identiques d’une ressource à l’autre.

La situation légale du prêt numérique

31En juillet 2016, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a statué sur un cas hollandais et sa décision s’étend aux autres États européens. La décision de la CJUE implique que, sous la condition d’un système de prêt « one copy, one user » (c’est-à-dire sans simultanéité de prêt à plusieurs lecteurs d’un exemplaire acheté), les bibliothèques peuvent prêter des livres numériques sans autorisation spécifique des éditeurs et auteurs, par extension de ce qui est permis pour le livre papier.

32Mais qu’est-ce que cette décision implique en détail ?

Encadré 2. Le cadre juridique du prêt numérique selon EBLIDA1

Est-ce que cette décision de justice doit être transcrite d’abord dans le droit national d’un pays européen pour y être applicable ?

Non, pas pour les pays qui ont retranscrit dans leur législation nationale la dérogation permettant le prêt public pour les livres papier (directive européenne de 2006). Bien que selon des modalités différentes, cette dérogation (en même temps qu’une loi sur le droit d’auteur, en général) a été transcrite dans la plupart des pays européens. La décision de la CJUE implique que dans ces pays, le droit de prêt s’étend au numérique. Toutefois, ce jugement est sans effet pour les pays qui n’ont pas transcrit dans leur législation cette exception ou qui l’ont explicitement restreinte aux livres papier.

EBLIDA ne reprend pas la situation de chaque État mais selon une étude juridique de l’ABF, « La France n’ayant pas transposé la directive de 2006, le juge national doit interpréter le droit national existant à la lumière du texte et de la finalité des règles communautaires invoquées. » L’ABF ajoute : « La loi française de 2003 sur le prêt lui est conforme et il est fort probable qu’il interprète la loi de 2003 comme applicable aux livres numériques en suivant la décision de la CJUE. »

Une bibliothèque peut-elle numériser un livre papier dûment acquis et le mettre à disposition de son public ?

Non. Selon EBLIDA, ni ce jugement ni aucun autre jugement européen ne permet à une bibliothèque de numériser un livre papier pour le mettre à disposition de ses usagers, (sauf pour des cas particuliers de recherches ou de réalisation d’une étude).

La décision de la CJUE a-t-elle un impact sur les plateformes fonctionnant avec un système de licences, comme PNB ?

La décision du juge n’évoque en rien cette situation et n’a donc pas d’impact sur elle.

Est-ce que les bibliothèques peuvent désormais prêter (ou mettre à disposition en streaming) des titres numériques achetés en librairie ou à des fournisseurs pour bibliothèques en respectant le modèle « one copy – one user » ?

La CJUE ne s’est pas prononcée sur la façon dont les livres peuvent être acquis par les bibliothèques.

La Cour a seulement précisé qu’une bibliothèque peut prêter un titre sans simultanéité, à condition de respecter la loi sur le droit d’auteur prévue par la législation nationale. Le titre doit toutefois, bien évidemment, avoir été acquis légalement par la bibliothèque.

Néanmoins, si la licence accompagnant le titre interdit le prêt au public (comme c’est le cas des licences d’Amazon, par exemple) ou si le fichier est protégé par une DRM, les bibliothèques ne pourront pas le prêter, à moins que la législation nationale ne prévoit explicitement que les termes de ce type de licence soient sans valeur dans le cas du prêt numérique par une bibliothèque. C’est le cas en France pour le prêt à des personnes malvoyantes, par exemple.

1. European Bureau of Library Information and Documentation Associations : < http://www.eblida.org/​ >.

Notes

1 < https://www.pretnumerique.ca/ >.

2 Pour accéder à l’ensemble des chiffres : [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-Lecture/Documentation/Publications/Etudes-et-rapports-numerique-en-bibliotheque/Elements-d-evaluation-du-dispositif-Pret-numerique-en-bibliotheque-mars-2018 >.

3 < http://bibliopresto.ca/pretnumerique.php >.

4 < https://en.wikipedia.org/wiki/OPDS >.

5 < https://reseaucarel.org >. Sur Twitter : @reseaucarel

6 « L’European Digital Reading Lab (EDRLab) est un institut de recherche et développement au service du déploiement européen de technologies de publication et de lecture numériques ouvertes, interopérables et accessibles. » Document du ministère de la Culture . [En ligne] : < https://www.culture.gouv.fr/content/download/137193/1507461/version/1/file/Fiche%20EDR%20Lab%20maquette.pdf >.

Table des illustrations

Titre Illustration. Les acteurs du PNB : Dilicom, libraires et bibliothèques
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k

Auteur

Chef de projets numériques au Service de la lecture publique à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Vice-président et animateur du groupe Livres numériques à Réseau Carel

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search