Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 2. L'écosystème des livres numériques : généalogies, offres et politique documentaire

La formation au numérique, ce n’est pas automatique !

Caroline Heissat

Texte intégral

1Dans tout processus d’intégration de nouveaux outils, dans toute démarche modifiant l’organisation du travail au sein d’une structure, un point est essentiel : l’accompagnement et la formation. Aborder la « littérature numérique », sous l’angle de la formation et de l’acquisition de compétences, revient à parler globalement de littérature et du « numérique » en bibliothèque – accéder à des contenus grâce à des outils dédiés nécessitant une initiation : une liseuse, une tablette, un ordinateur, un smartphone.

2Notre contribution traitera principalement de la question des outils, dans le contexte d’un réseau départemental.

3Ainsi, la question des compétences et des pratiques est une question centrale. Au-delà des aspects techniques, une personne devra se familiariser avec un vocabulaire spécifique, proche de l’apprentissage d’une langue étrangère parfois. Il y a donc un vrai enjeu à susciter l’envie de pratiquer et de se former. Toute personne, même motivée et très compétente dans son cœur de métier, pourra avoir des peurs et des réserves avant de se lancer dans d’autres pratiques

4Pour éviter de creuser un fossé de plus en plus large entre les bibliothécaires curieux du numérique et ceux pour qui cet environnement reste encore peu connu, une première étape trouvera sa place avant la formation : celle de l’acculturation. Si l’on veut diffuser une culture numérique, il est important, essentiel, de mobiliser, convaincre, rassurer et accompagner sa propre équipe, et ses collègues.

La formation, une mission essentielle des bibliothèques départementales

Les enjeux des bibliothèques départementales

  • 1 Bibliothèques départementales – Données d’activité 2013-2016 – Synthèse nationale établie par le m (...)

5Traiter des bibliothèques départementales (BD), c’est évoquer une grande variété de situations et de réalités humaines et territoriales, dans la mise en œuvre de la compétence obligatoire de lecture publique. Ainsi, il peut y avoir un seul site pour tout un département, une centrale et des annexes ou des relais dans d’autres départements avec de grandes distorsions de situations dans leur réseau, de grands écarts entre un point lecture de quelques mètres carrés ouvert 4 heures par semaine par des bénévoles, et une grande médiathèque bien équipée, animée par des salarié.es, ouverte plus de 16 heures par semaine. Le challenge est d’arriver à fournir un service public de même qualité à toutes les bibliothèques, dont l’accès aux services en ligne pour tous les usagers. La formation est aujourd’hui une mission phare des bibliothèques départementales, telle que l’illustre la synthèse du rapport 2013-2016 du ministère de la Culture1.

Évolution des compétences et changement du métier

6L’intégration progressive des outils numériques en bibliothèque pose la double question des compétences des agents et de l’évolution du métier de bibliothécaire.

7Le « numérique » est l’occasion d’une réflexion commune pour l’équipe autour de la complémentarité entre les ressources numériques et le reste de l’offre. Alors qu’il est question d’une plus grande ouverture des bibliothèques, le numérique permet potentiellement d’accéder à des ressources 24/7. Le type de complémentarité est à définir au sein de la structure : pour la littérature numérique, faudra-t-il prendre un bouquet ? Faudra-t-il choisir titre à titre ce que l’on va proposer au public pour la littérature homothétique ? Selon quels critères ? Comment repérer des créations littéraires numériques et les rendre accessibles ?

8Les collections dématérialisées se verront traitées finalement de la même manière que les collections dites physiques : à travers la définition d’une stratégie et d’une politique documentaire globale, pilotées et mises en œuvre par les mêmes personnes. Les acquéreurs de livres imprimés fiction adulte doivent développer une vision globale de l’offre de littérature, numérique compris. Cette évolution des missions se traduit dans la fiche de poste, qui intègre alors un volet numérique.

Acculturer avant de former

9Acculturer au numérique, c’est porter à la connaissance des personnels les outils existants, initier à leur pratique, faire en sorte que le numérique ne soit plus un ovni, mais fasse partie intégrante des outils métier : une ouverture vers d’autres possibilités en termes d’animation, de formation, de recherche documentaire, etc. Il ne s’agit pas de l’adaptation d’une personne vers un groupe déjà initié, mais de l’initiation de plusieurs dizaines de personnes par un petit groupe convaincu, expérimenté surtout, qui va diffuser ses pratiques dans une dynamique d’organisation apprenante.

Quel est l’intérêt de partager une culture numérique ?

  • 2 Jean Marchandise, « De quelles cultures numériques parle-t-on ? », Les Échos, 5 avril 2016. [En li (...)

10Existe-t-il une culture numérique ? Si par culture numérique nous entendons « un cadre collectif d’un numérique qui ne serait pas simplement un ensemble d’outils à notre disposition, mais un environnement qui agirait sur nos façons d’être ensemble, nos liens sociaux, nos sociabilités »2, et que nous acceptons le fait que nous parlons bien de plusieurs cultures numériques, depuis la culture générale numérique jusqu’à la culture des jeux vidéo, par exemple, ou la culture de l’information numérique, alors oui, nous pouvons accepter ce postulat.

11Pour comprendre l’intérêt de partager une culture numérique, on peut se demander ce qui arrive lorsque l’on en manque. Ce qui vient spontanément à l’esprit, c’est un décalage avec les autres, avec leur façon de travailler, d’accéder à, voire de « consommer » les produits culturels. Un manque de culture et de pratique numériques peut mettre une personne en difficulté. Dans un domaine qui bouge sans arrêt, il peut arriver que l’on ne comprenne pas ce que l’autre nous dit : un vocabulaire trop technique ou un jargon d’initié, un mot, peuvent nous donner un sentiment d’exclusion.

12Et parce que ce domaine est en constante mutation, partager un socle commun, une culture générale numérique, permet d’avancer ensemble, d’identifier collectivement les enjeux de cette acculturation, à titre professionnel pour la bibliothèque, mais aussi à titre personnel.

Des barrières, oui, les mêmes pour tous et toutes

13Quel que soit l’âge, quel que soit le parcours professionnel, les barrières sont les mêmes pour tous. Elles se lèveront à un rythme différent, en fonction de la motivation et de la curiosité de chacun.

14Pour la personne ou les personnes qui ont en charge l’intégration des outils numériques dans le quotidien professionnel des agents de bibliothèque (bénévoles ou salariés), la première étape est de susciter l’intérêt de son interlocuteur. Les barrières à lever sont les mêmes pour tous : elles sont d’abord souvent culturelles, avant même d’être techniques. Une personne utilisant sans aucun problème une application de messagerie sur son ordinateur, voire des applications sur son smartphone, pourra refuser d’essayer la lecture numérique. Soit parce que, et nous le vivons nous-mêmes, les usages du numérique sont séquencés pour chacun, soit par principe, car la personne tient à son expérience de lecture du livre papier, à son toucher et son odeur. Ce principe est beaucoup plus bloquant qu’un problème technique qu’il sera toujours possible de résoudre.

15En bibliothèque, l’accès aux contenus culturels dématérialisés peut être compliqué. Pour un amateur de littérature, la lecture numérique et l’accès aux auteurs peuvent vite devenir un casse-tête !

« Je n’y arrive pas »

16Supposons que vous soyez usager d’une bibliothèque. Vous vous connectez au portail de votre bibliothèque, vous vous identifiez (si vous êtes familier des procédures de réservation et/ou de téléchargement), et allez choisir le titre de la rentrée littéraire qui vous fait de l’œil dans le catalogue.

17Première possibilité : vous êtes chanceux, le titre est en nombre d’exemplaires suffisant, vous pouvez donc le télécharger. Il vous faut à présent installer un logiciel sur votre ordinateur, et pour cela créer un compte Adobe Digital Edition, puis brancher votre liseuse et transférer le fichier de l’ebook sur votre liseuse. Ici, le lecteur peut se décourager.

18Deuxième possibilité : vous êtes malchanceux, tous les exemplaires de ce titre sont déjà en prêt, vous pouvez alors éventuellement le réserver. Et là, pareillement, certains usagers abandonnent.

19Chacune de ces étapes pouvant être compliquée pour certains usagers, il est indispensable de pouvoir les accompagner.

Quelques pistes pour favoriser une acculturation numérique*

Tenir le bon discours

20Un mot d’ordre, en parler ! Mais en prenant soin de choisir un vocabulaire adapté, et illustrer son propos par la pratique, en bref dédramatiser. Ce principe et les suivants seront utiles autant pour les collègues que pour les usagers.

Associer la démonstration et l’action

21C’est la base de tout principe d’apprentissage : regarder, comprendre et mettre en application. Cela permet non seulement d’impliquer, mais aussi d’initier et d’intéresser.

Choisir des procédés de médiation ludique

22L’interactivité et le jeu permettent de rendre chacun acteur d’un processus. Plus on rapproche le procédé de médiation d’une situation connue ou d’un jeu déjà pratiqué, plus les personnes se sentent impliquées et ont envie d’aller plus loin.

Pour des formations internes à la lecture numérique

Mettre en place des formations pour les personnels du réseau

Qui forme-t-on ?

23La réponse rapide est « tout le monde ». La priorité est donnée à ses collègues, pour une raison évidente : nous devons être tous capables de parler d’un service de lecture numérique, pour que tous les bibliothécaires du réseau sachent qu’il existe. Et chacun doit être en mesure de charger un livre numérique sur une liseuse afin d’aider les usagers du service.

24Il est bon de rappeler aux équipes l’importance de l’accès de tous aux mêmes services. En tant que bibliothécaire, peu importe que l’on aime ou pas lire en numérique, il s’agit d’un service au public qu’il faut apprendre à maîtriser pour accompagner ses usagers.

25La bonne intégration des outils numériques dans le quotidien du bibliothécaire nécessite des compétences et des apprentissages. La formation permet de lever les barrières pour tous, de maintenir à jour des connaissances : d’évoluer et de monter en compétence dans un cadre rassurant, sous l’égide d’un formateur.

26Pour que son action soit positive, la formation doit être réfléchie selon les cibles, les objectifs à atteindre et le temps que l’on peut y consacrer. Les cibles sont au pluriel, car diffuser culture et outils numériques sera plus aisé si l’on commence par des formations internes.

27Chaque collègue connaît-il l’offre numérique de la BD pour le réseau ? Connaît-il les services que la bibliothèque propose au réseau, en interne, ou au public ? Sait-il en parler ? Peut-il faire une démonstration ?

28La formation tiendra compte également du contexte de la bibliothèque : territoire et réseau, mais également des possibilités existant aujourd’hui pour les bibliothèques, que la structure dans laquelle on travaille les propose ou non. Cette contextualisation, globale, permet de se situer dans le champ de tous les possibles, en développant, par exemple, un plan pluriannuel de formation au numérique interne. Celui-ci permet d’identifier les publics cibles (internes, réseau, public), de déterminer les objectifs, de connaître l’offre existante pour les bibliothèques, ainsi que les innovations, les outils de médiation et les méthodes adaptées d’animation.

La Bibliothèque départementale du Bas-Rhin (BDBR)

29La BDBR propose des services numériques aux lecteurs des bibliothèques du réseau depuis 2010. L’offre s’est construite progressivement, en tenant compte à la fois des opportunités, des évolutions techniques et technologiques, et des évolutions des usages de la société. Ont été testées depuis 2010 des offres de lecture numérique, musique en ligne, vidéo à la demande (VAD), presse en ligne, formation en ligne. La presse et la formation en ligne ont été arrêtées suite aux expérimentations qui n’ont pas donné satisfaction.

Tableau. Principes des choix d’une ressource en ligne à la BDBR : la lecture numérique (2011-2015)

Choix Sélection des ressources à tester
Expérimentation Test interne des équipes BDBR : retours sur le matériel et les contenus
Coordination et développement Après la première phase de test interne, choix d’une ressource à valoriser. Lien avec la politique documentaire et les bibliothécaires référents pour la diffusion auprès du réseau
Volontariat Prêt de kits de matériel de lecture numérique et accès à la plate-forme de prêt auprès de bibliothécaires volontaires
Accompagnement Chaque nouvelle bibliothèque proposant le service est formée sur site à l’utilisation et à la promotion du matériel et de la ressource en ligne : accompagnement personnalisé
Suivi Des formations complémentaires sont proposées et dispensées aux bibliothèques dont le nombre d’inscrits était en baisse d’une année à l’autre, ou aux bibliothèques qui le demandent.
Bilan Pérennisation et développement : ouverture de la lecture numérique à toutes les bibliothèques du réseau en 2015

Formation et accompagnement : deux concepts pour un même objectif

30La formation se définit par une diffusion de contenu, théorique et/ou pratique, qui permet à chaque stagiaire d’enrichir ses connaissances, ses compétences, ses pratiques. Elle est très cadrée (objectifs, organisation, évaluation). Le dispositif de formation ne permet pas toujours de rattacher l’objet de la formation au contexte précis de chacun des stagiaires.

31Lorsque l’on parle d’accompagnement, il s’agit d’une manière personnalisée d’atteindre un objectif fixé. Cet objectif est lui-même rattaché au contexte spécifique de la bibliothèque.

32Depuis 2013, cinq référents numériques se partagent l’accompagnement numérique, soit un référent par équipe territorialisée. Ces référents sont des bibliothécaires, chargés d’un secteur documentaire.

33L’accompagnement numérique est structuré par quatre phases :

  • définition du projet numérique : le numérique ne doit pas être hors sol. Toute l’offre numérique proposée doit être en lien avec le projet global de la bibliothèque et ses publics ;
  • formation : en fonction du projet défini avec la bibliothèque, des axes de formation seront mis en plac ;
  • suivi : phase plus ou moins longue durant laquelle les bibliothécaires font part de leurs difficultés ou de leurs satisfactions ;
  • bilan : l’évaluation des actions est primordiale, notamment pour adapter le projet numérique.

La lecture numérique, et particulièrement l’accès à la littérature de fiction, est souvent la base de la demande d’une bibliothèque du réseau. Si l’offre lui est connue, l’équipe a toujours besoin d’une recontextualisation par rapport à sa structure et son public, d’une formation technique et d’un accompagnement pour en faire la médiation.

34Entre 2010 et 2018, 32 formations « informatique et numérique » (soit 27,5 jours de formation) ont été dispensés à 359 stagiaires.

L’évaluation des actions : une étape incontournable

35L’évaluation des actions permet de choisir l’orientation des projets, en tenant compte du ressenti des personnes concernées et des données chiffrées. Cette évaluation doit donc se faire à la fois sur les volets quantitatifs et qualitatifs.

Que va-t-on évaluer ?

36Pour chaque action de formation :

  • questionnaire remis à chaque stagiaire à la fin de la session de formation permettant d’évaluer le contenu, les conditions de formation, et sollicitant chaque stagiaire pour recueillir d’autres besoins.
  • pour chaque action d’accompagnement numérique : un rendez-vous de bilan est mené avec l’équipe suivie. Quelle utilisation des services par l’équipe ? par les lecteurs de la bibliothèque ? Y a-t-il une augmentation de l’utilisation des services en ligne suite à l’accompagnement ?
  • la suite donnée par la bibliothèque : achat de matériel, poursuite de l’intégration du numérique dans les services de la bibliothèque.

37Une évaluation régulière des actions et des services permet de prendre des décisions éclairées sur la poursuite ou non d’un service, sur le besoin de renforcer ou non l’accompagnement, sur les orientations à prendre dans le programme de formation. Elle permet également de réorienter les choix de politique documentaire.

Quelques exemples d’outils de médiation ludiques et interactifs

38Les outils de médiation doivent être pensés globalement. Des outils numériques existent pour valoriser des collections physiques mais il est beaucoup plus difficile de valoriser les collections dématérialisées. Or, il est nécessaire de « rematérialiser » pour faire connaître l’existant.

39Voici quelques pistes :

40Un bar numérique de tablettes/liseuses. Mettre en lumière des titres peu empruntés parce que méconnus ou initier à la lecture numérique en y téléchargeant une tête de gondole : à vous de choisir !

Un bar numérique de tablettes/liseuses.

Un bar numérique de tablettes/liseuses.

41Le mur de traduction : « Parlez-vous le numérique ? Dans la peau d’une jeune, d’un ado ou d’un senior, quels termes saurez-vous deviner ?

Le mur de traduction 

Le mur de traduction 

42Un escape game sur les données personnelles, ou comment laisser vos collègues se prendre au jeu, même quand ils disent ne pas s’intéresser au numérique !

Un escape game sur les données personnelles

Un escape game sur les données personnelles

43Valoriser les collections grâce à des outils numériques : utilisation de cartes Makey Makey* ou d’un touch board bare conductive* pour mettre en valeur des coups de cœur. Une façon de matérialiser l’accès à la littérature numérique ou simplement d’initier aux outils numériques par un procédé ludique.

Valoriser les collections grâce à des outils numériques 

Valoriser les collections grâce à des outils numériques 

Essayer, tester, évaluer

44Introduire le numérique dans sa bibliothèque signifie initier une conduite du changement. Il est fondamental de prévoir un plan de formation et, avant tout, d’utiliser tous les moyens possibles pour tendre vers l’acculturation de ses collègues.

45Introduire le numérique dans sa bibliothèque signifie aussi laisser la place à l’expérimentation. Essayer, tester, évaluer, pour ensuite faire des choix éclairés.

46À la BDBR, chacun a tiré profit de ces expérimentations : nous avons tous progressé, appris ensemble, appris les uns des autres. J’essaie, je suis convaincu, je découvre de nouvelles choses, je transmets à mon voisin. C’est le principe d’une organisation apprenante, où chacun évolue à son rythme, selon ses opportunités et ses possibilités, mais dans un même but : faire des bibliothèques des lieux de pratiques, d’accès à des contenus culturels, pour tous et toutes.

Notes

1 Bibliothèques départementales – Données d’activité 2013-2016 – Synthèse nationale établie par le ministère de la Culture. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-Lecture/Bibliotheques/Observatoire-de-la-lecture-publique/Syntheses-annuelles/Synthese-des-donnees-d-activite-des-bibliotheques-departementales/Bibliotheques-departementales-Donnees-d-activite-2013-2016 >.

2 Jean Marchandise, « De quelles cultures numériques parle-t-on ? », Les Échos, 5 avril 2016. [En ligne] < http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2016/04/05/cercle_155760.htm >.

Table des illustrations

Titre Un bar numérique de tablettes/liseuses.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Le mur de traduction 
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Un escape game sur les données personnelles
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Valoriser les collections grâce à des outils numériques 
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 502k

Auteur

Responsable des projets numériques à la Bibliothèque départementale du Bas-Rhin

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search