Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 1. Panorama du lire-écrire-éditer à l'ère numérique

La création littéraire dans les universités françaises

Carole Bisenius-Penin et Franck Queyraud

Texte intégral

Franck Queyraud : Vous êtes maître de conférences «  Littérature contemporaine » à l’université de Lorraine, membre du CREM (Centre de recherche sur les médiations) et vous enseignez la création littéraire à l'université depuis une dizaine d'années. Pouvez-vous nous dire sur quoi portent vos travaux ?

Carole Bisenius-Penin : À la croisée des études littéraires et des sciences de l’information et de la communication, mes recherches portent sur les médiations culturelles autour de la littérature contemporaine. Certaines de mes productions ont problématisé la pratique de la création littéraire à l’université sous la forme de l’atelier d’écriture (dispositif, place, contenu, fonctions), d’autres relèvent de l’articulation entre les auteurs, les institutions et les publics, à partir notamment de la résidence d’auteurs. Responsable scientifique de divers contrats de recherche (résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles en Grande Région, La Lorraine des écrivains, Observatoire du milieu littéraire franco-luxembourgeois), je gère un laboratoire hors les murs (CREM – Centre de recherche sur les médiations) incluant une résidence d’écrivains au sein d’un musée en Moselle (Maison Robert Schuman, Scy-Chazelles, 2016) et d’une institution culturelle au Canada (Maison de la littérature, Québec, 2017). Cela m’amène aujourd’hui à travailler sur les arts littéraires au Québec.

J’interviens aussi en tant qu’experte scientifique pour le gouvernement canadien (Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture – FRSC) dans le domaine de la recherche-création et pour des institutions françaises. Mes travaux portent sur l’écriture créative*, les enjeux de la création littéraire dans le milieu universitaire et culturel.

F.Q. : Proposer d’apprendre à écrire dans des cursus universitaires en France semble toujours une hérésie, alors que les universités américaines offrent des ateliers de creative writing depuis des décennies. Et les bibliothèques publiques françaises programment des ateliers d’écriture qui rencontrent un succès croissant… La figure de l’écrivain omniscient et de son génie perdure-t-elle dans un monde où les pratiques amateurs de l’écriture se multiplient ?

  • 1 Claude Fossé-Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, (...)

C. B.-P. : En effet, d’un point de vue axiologique, l’enseignement récent de l’écriture créative dans les cursus universitaires, ainsi que le succès des ateliers d’écriture au sein des bibliothèques et lieux culturels induit d’emblée une réflexion sur la figure de l’écrivain, la question de l’auctorialité* qui ramène à deux postures différentes en fonction du modèle choisi et surtout de son territoire. D’un point de vue idéologique et théorique, pour le modèle français, le régime de l’écriture, issu d’une tradition romantique française, dépend avant tout d’un « don », d’un mythe de l’écrivain-génie et ne peut donc pas être enseigné, ainsi on n’apprend pas à écrire. Pour d’autres pays (USA, Canada…), la littérature, comme la danse ou la musique, semble être un art comme un autre qui nécessite, certes, une prédisposition, mais surtout un apprentissage, une expérimentation des contraintes littéraires et qui induit une pratique professionnelle. Comme ont pu le montrer les recherches réalisées sous différents angles (« publics », « goûts », « médiation ») par la sociologie de la culture (Olivier Donnat, Philippe Coulangeon, Antoine Hennion) ou les sciences de l’information et de la communication (Jean Caune, Jean-Marie Lafortune), les pratiques amateurs participent aux représentations de l’objet culturel. Concernant la littérature, l’enquête de Claude Fossé-Poliak consacré Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs1, est éclairante sur la manière dont les producteurs profanes, en fonction de leurs stratégies, ont aussi des effets sur le champ littéraire.

Les ateliers d’écriture

C. B.-P. : La pratique de l’atelier bouscule en outre l’image traditionnelle de « l’écrivain solitaire » en instituant aussi une forme de sociabilité héritée du cercle ou du cénacle, dans la plupart des cas, une participation collective et artisanale à partir du matériau littéraire.

En fait, le dispositif de l’atelier d’écriture se définit comme un espace-temps institutionnel, dans lequel un public spécifique, sous la conduite d’un « expert » (écrivain et/ou enseignant) produit des textes, en réfléchissant sur les pratiques, voire les théories qui organisent cette production, afin de renforcer les compétences lectorales et scripturales de chacun de ses mem­bres. Le modèle français combine en général une partie création (individuelle ou collective) et une partie réception, une lecture des textes qui induit une dimension méta-réflexive, c’est-à-dire la possibilité d’échanger sur la production réalisée et de co-construire son interprétation. Tout cela explique peut-être cette résistance française quant à l’enseignement de la pratique littéraire créative de manière générale à l’école, et plus spécifiquement à l’université. Dans une perspective comparée, on peut rappeler ici que l’université de l’Iowa fut l’une des premières institutions américaines à mettre en place dès 1936 un Master of Fine Arts (MFA) validant un diplôme de creative writing et que l’université du Québec à Montréal a créé, il y a déjà une trentaine d’années, la première chaire de professeur de création littéraire au Québec.

F. Q. : Quels sont les enseignements proposés aujourd’hui au sein de l’université française autour du creative writing ? Est-ce que ce terme est facilitateur ou repoussoir ?

  • 2 Anne Roche, L’atelier d’écriture : éléments pour la rédaction du texte littéraire, Malakoff (Hauts (...)

C. B.-P. : Des avancées timides mais réelles sont observables sur le terrain. Il y a dix ans, j’ai participé à une enquête exploratoire sur l’offre universitaire en matière de creative writing, le constat fut éloquent : seuls 37 départements français incluaient des ateliers d’écriture créative à leur formation et uniquement une université pionnière (Aix-en-Provence) dans le domaine, grâce aux travaux d’Anne Roche2.

À partir de 2012, on note une relative institutionnalisation des formations dédiées à la création littéraire avec la mise en place de plusieurs programmes sur l’ensemble du cursus (diplômes universitaires, licences, masters et doctorat), comme un doctorat mention « Pratique et théorie de la création artistique et littéraire » à Aix-Marseille Université, un master « Lettres et création littéraire » à l’université du Havre, en partenariat avec l’École supérieure d’art et design Le Havre/Rouen ou encore un diplôme universitaire en «   écriture de création  » à l’université de Poitiers. Depuis les formations se multiplient : master «   Métiers de l’écriture  » à l’université Toulouse II-Le Mirail, master «   Création littéraire  » à l’université de Vincennes à Saint-Denis (Paris VIII), master «   Métiers de l’écriture et de la création littéraire  » à l’université de Cergy-Pontoise.

Comme on peut le constater, le terme creative writing est gommé au profit de parcours axés sur la création littéraire proposant une professionnalisation centrée sur la chaîne du livre. Outre les métiers de la création (écrivain, scénariste, traducteur…), d’autres domaines se profilent cependant comme le journalisme (chargé de rédaction, critique, rédacteur rewriter…), la culture (animateur d’atelier d’écriture dans divers secteurs : bibliothèques, centres culturels, galeries d’art, écoles, maisons de retraite, milieu hospitalier), ou encore la communication (animateur d’événements littéraires, chargé de relations publiques…) et la publicité (assistant chef de publicité, concepteur-rédacteur…). D’un point de vue terminologique, le glissement lexical correspond à des phénomènes de résistance idéologique ou d’achoppement découlant des systèmes de représentations. L’enseignement de la création littéraire s’avère toujours compliqué et suscite des réserves ou moqueries qui relèvent de cette tension entre le « régime vocationnel » et le « régime professionnel ». D’autres critiques (universitaires, journalistiques…) pointent surtout le risque d’une standardisation, d’une industrialisation de la littérature à partir du modèle américain, voire d’une véritable annexion de la littérature à la communication.

F. Q. : En dehors de l’accès à tout type de ressources, l’apport majeur du web est certainement la démocratisation de l’écriture, avec les blogs, la généralisation aussi d’écritures fragmentaires liées à la pratique des réseaux sociaux, le développement de plateformes comme Wattpad où chacun, chacune, peut se publier… Je résume à larges traits. Comment percevez-vous l’arrivée massive de ces «   nouvelles pratiques scripturales  » au sein de cet objet sacralisé que l’on appelle littérature ?

C. B.-P. : En tant que chercheur, ces récentes pratiques constituent bien sûr un champ d’investigation théorique stimulant. Il s’agit de s’intéresser aux spécificités de cette littérature « hors du livre » selon l’expression d’Olivia Rosenthal et de Lionel Ruffel. Pour être pragmatique, on a en effet deux façons de considérer la chose me semble-t-il : soit ces nouvelles formes « désacralisent » la littérature et on les rejette hors champ, puisque illégitimes, soit au contraire on tente de les percevoir en tant que dispositif d’interaction qui renvoie à de nouvelles pratiques littéraires valorisant les usages numériques et collaboratifs. En tout cas, cela établit un lien avec mes propres recherches sur les arts littéraires en France et au Québec et correspond à tout un pan actuel de la littérature contemporaine (François Bon, Pierre Ménard, Anne Savelli…). Il est évident que l’apport du web nous oblige à repenser la notion même de littérature au prisme des dispositifs numériques, des narrations connectées et du data art.

F. Q. : Comment se positionne l’université sur ce sujet : objet d’étude ou phénomènes à prendre en compte positivement pour faire accepter plus facilement des enseignements de type creative writing ?

C. B.-P. : L’impact des pratiques d’écriture issues du web sur la littérature et les médiations déployées constituent pour le monde universitaire un objet pertinent. Certains collègues en France, comme Jean-Pierre Balpe, Serge Bouchardon, ou Bertrand Gervais au Canada, mènent depuis plusieurs années des travaux sur cette question, notamment la tension entre littérarité* et spécificités des supports numériques. Ces diverses études participent d’ailleurs à l’institutionnalisation de cette tendance de la littérature.

Du côté de l’enseignement de la création littéraire, les mêmes préoccupations peuvent se poser, par exemple concernant la manière dont les écrivains exploitent les nouveaux médias et les dispositifs numériques. Ce rapport à l’écriture expérimenté de manière collective, en réseau ou en atelier, amène à avoir un autre regard sur l’enseignement de la création et à modifier les représentations de certains.

Si on tente de prendre une position un peu plus générale, il me semble aujourd’hui nécessaire que l’université française puisse mener, via les sciences humaines et sociales, une véritable réflexion sur la recherche-création et intégrer cet enseignement au sein des programmes d’études supérieures, comme cela se pratique déjà au Canada. Cela constituerait un véritable levier institutionnel pour appréhender d’une façon différente la création en s’intéressant à toutes les démarches et approches de recherche qui combinent la création en tant qu’activités artistiques ou littéraires et la conceptualisation de ces mêmes activités qui visent à produire de nouveaux savoirs (esthétiques, théoriques, méthodologiques, épistémologiques) relatifs à l’acte créateur. La mise en place des « Rencontres Recherche et Création » par l’Agence nationale de la recherche et le Festival d’Avignon en 2014 s’inscrit certes dans cette dynamique, mais il conviendrait à présent d’aller plus loin.

Notes

1 Claude Fossé-Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006 (coll. Études sociologiques).

2 Anne Roche, L’atelier d’écriture : éléments pour la rédaction du texte littéraire, Malakoff (Hauts-de-Seine), Armand Colin, 2015 (coll. Cursus).

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search