Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 1. Panorama du lire-écrire-éditer à l'ère numérique

Publie.net : portrait d’une maison d’édition nativement numérique

Guillaume Vissac

Texte intégral

1Créée en 2008 par François Bon et portée par une nouvelle équipe dès 2014, Publie.net est finalement la conséquence d’une idée simple : la littérature contemporaine peut investir le web (et vice versa). Dix ans plus tard, où en sommes-nous ? Nous publions nos livres en numérique mais aussi en papier. Nous construisons parfois des livres web innovants comme on n’en voit nulle part ailleurs. Nous sommes un nous, un collectif exigeant et passionné. Nous portons ce qui nous semble vivre dans les pulsations d’une littérature issue du web et tournée vers lui, et incarnons une forme de transformation du monde du livre qui tient plus de la métamorphose que de la révolution tant redoutée.

Contexte du web littéraire

2Il n’était pourtant pas naturel, fin 2007, de se mettre à commercialiser de la littérature contemporaine sous forme de fichier numérique : ni le matériel de lecture (tablette, liseuse), ni les formats standardisés (l’EPUB – l’équivalent du MP3 pour le livre) ne permettaient de les lire facilement.

3Le contexte des années 2000, c’est aussi que peu d’écrivains possèdent un site internet. Pour ceux dont c’est le cas, leur site représente au mieux une vitrine de promotion servant à relayer leur activité. En revanche, c’est l’époque des blogs et d’une certaine d’effervescence : des auteurs sont en train de naître qui façonnent leur écriture à l’épreuve de la publication en ligne.

Le catalogue publie.net se construit donc à la jonction de ces deux mondes : des écrivains reconnus ne disposant pas (encore) de présence sur le web et des auteurs encore inconnus qui se servent du web pour commencer à écrire.

4Entre ces deux horizons, les éditions publie.net sont libres de proposer des textes qui ne sont pas nécessairement des romans tels que les formate de plus en plus l’industrie du livre mais font la part belle aux genres poreux, aux expériences décalées, aux récits fragmentaires, aux narrations non linéaires, à la poésie, aux ovnis transmédias.

10 ans d’édition numérique : 2008-2018

5À l’origine, en 2008, publie.net fonctionne comme une coopérative d’auteurs dont le slogan initial fut le contemporain s’écrit numérique. Car c’est là que tout se joue. Le web littéraire est alors en train de prendre une place de choix comme lieu d’appréciation de la littérature (blogs de lecteurs, webzines*, suivi de l’arrivée des réseaux sociaux qui révolutionneront le rapport au livre et sa prescription) mais aussi comme lieu d’invention (sites d’auteurs laissant à voir leur atelier en ligne, détournement des réseaux sociaux comme outil de création, construction d’expériences de lecture transmédia, etc.). À partir de 2012, en partenariat avec Hachette, nos livres commenceront à être proposés en papier via l’impression à la demande.

  • 1 NDE : depuis le 7 avril 2019, chaque lundi, Guillaume Vissac rédige un Carnet de b (...)

6Notre travail a beau être collaboratif (de nombreux auteurs nous aident au quotidien, ainsi que des directeurs de collection bénévoles), ne confondons pas pour autant édition pure player avec autoédition. Non pas que l’une soit plus estimable que l’autre, chacune témoigne d’une effervescence littéraire précieuse à notre époque. Mais contrairement à ce que notre nom peut parfois laisser paraître, nous ne sommes pas une plateforme de publication de textes : nous choisissons les livres que nous souhaitons publier au sein d’un comité éditorial pluriel, et refusons, comme bon nombre d’éditeurs traditionnels, beaucoup de manuscrits. Nous publions entre 20 et 25 nouveautés par an, réparties sur 15 collections1 (dont les principales « Temps réel », « L’esquif », « La Machine ronde » ou « ArchéoSF »).

Qu’est-ce qu’un éditeur pure player aujourd’hui ?

7Le terme pure player désigne en général des entreprises œuvrant uniquement sur internet. Or c’est dans un autre sens que nous y sommes enracinés, le web faisait partie intégrante de notre ligne éditoriale même.

Notre crédo : être l’éditeur de référence d’une littérature qui s’invente et se partage sur le web.

8D’autres éditeurs pure player existent ou ont existé, tout comme d’autres structures qui tentent de bousculer le monde de l’édition. Les Éditions Numeriklivres2, en France, et les éditions Onlit3, en Belgique, ont suivi le même parcours que le nôtre : du numérique vers le papier. Les éditions Christophe Lucquin4 ont proposé d’abord exclusivement des livres numériques avant de revenir à un fonctionnement plus traditionnel (avec un diffuseur-distributeur de livres imprimés). Les éditions Walrus, référence en matière de littératures de l’imaginaire ou de livres dont vous êtes le héros, ont également amorcé une mutation vers le papier via l’impression à la demande avant, malheureusement, de cesser leur activité courant 2018. Aux États-Unis, OR Books5 a pris comme parti de ne vendre leurs livres (en numérique et en papier, grâce à l’impression à la demande) que via leur site internet, directement aux lecteurs, choisissant de ce fait de boycotter Amazon, tout-puissant aux USA – où l’on ne retrouve pas le même réseau de librairies indépendantes qu’en France.

9Le développement de l’impression à la demande, il y a de cela quelques années, a donc rebattu les cartes de l’édition en général (les grands groupes l’utilisent pour la gestion de leur fonds de catalogue) et celles des éditeurs pure player en particulier. Aujourd’hui, un éditeur nativement numérique ne se distingue plus par le seul fait de publier des livres numériques.

Deux mondes se sont rapprochés : la plupart des éditeurs traditionnels ont fini par se mettre à la publication de livres numériques et les éditeurs pure player des premières années se sont mis à leur tour à publier des livres papier par le biais de l’impression à la demande.

10Est-il toujours pertinent de parler d’éditeurs pure player ? Au-delà de cette interrogation et de l’évolution des terminologies, un constat s’impose pour les éditeurs nativement numériques des débuts : ils ont dû faire face à deux possibles destins dans leur (brève) existence, s’adapter au marché et muter vers l’imprimé ou mourir.

L’impression à la demande : l’édition numérique appliquée aux livres imprimés

11Le principe de l’impression à la demande est simple : permettre l’impression de livres en petites (voire très petites) quantités, sans pour autant l’extraire des circuits de distribution classique, par exemple lors d’une commande à l’unité. L’impression à la demande permet ainsi à un lecteur de commander un exemplaire d’un livre qui ne sera imprimé qu’une fois la commande enregistrée, puis transmise, via le circuit de distribution, pour être livré ensuite en librairie ou directement chez le lecteur via notre site internet. Les frais de port sont soit facturés à l’acheteur, depuis notre site pour les commandes directes (selon les tarifs postaux en vigueur), soit gérés au niveau du contrat de distribution Hachette pour une commande en librairie. Dans les faits, pour nous, le délai de disponibilité d’un livre en impression à la demande est le même que le délai nécessaire à l’acheminement d’un livre déjà imprimé en stock, quelques jours. Tel qu’il est utilisé par les éditeurs traditionnels, cet outil permet une gestion beaucoup plus fluide de leur fonds, et donc de faire des économies de stockage. C’est aussi un moyen de lutter contre les livres épuisés. Dans l’avenir, il n’est pas inenvisageable d’imaginer des libraires dotés d’une machine capable d’imprimer sur place des ouvrages au moment de la commande (comme le font les éditions PUF dans leur librairie parisienne). De quoi permettre de lutter contre la mise au pilon massive ? C’est une piste non négligeable, notamment d’un point de vue écologique, même si, pour l’heure, le coût de ces machines en fait un investissement difficile à envisager pour une librairie indépendante.

La diffusion 

Les ventes à l’unité

12Sur un plan commercial, nos ventes papier (en librairie et en direct sur notre site ou lors de salons) sont en progression ; les ventes numériques à l’unité, elles, stagnent. Dans d’autres domaines (la musique, la vidéo ou le journalisme par exemple), le modèle économique du numérique tente, réussit parfois, à se stabiliser en développant les accès et acquisitions par abonnements. Cet horizon nous est aussi ouvert.

Les abonnements aux particuliers, aux bibliothèques et aux collectivités

  • 6 Concrètement, ce modèle limite la durée de lecture du livre, empêche d’imprimer (...)

13Nous avons très tôt proposé des abonnements à notre catalogue numérique. D’abord conçus pour les particuliers, avec la possibilité de s’abonner à l’année à l’ensemble de nos livres (plus de 700 titres à ce jour), nos abonnements ont très vite été adaptés aux besoins des bibliothèques. Initialement conçue pour donner accès à une plateforme de lecture en streaming, notre offre d’abonnements a évolué pour autoriser un accès facilité aux fichiers eux-mêmes, tout en permettant une rémunération équitable des auteurs. Notre offre pour les institutions peut ainsi être utilisée de deux façons : permettre aux bibliothèques de télécharger l’ensemble du catalogue numérique – via FTP* – pour l’installer sur leur parc de liseuses ou tablettes de prêt, ou d’inviter les usagers à se connecter sur une plateforme d’accès à distance permettant à chacun, où qu’il se trouve, de télécharger les livres. Tous nos livres sont proposés au téléchargement sans DRM* (et sans chronodégradabilité*), ce qui autorise pour le lecteur une utilisation des fichiers sans contrainte, dans la limite de l’usage de la copie privée. En réalité, il est absurde de considérer qu’un fichier numérique se prête : on ne peut pas artificiellement plaquer sur un livre numérique les mêmes contraintes d’utilisation que celles du livre imprimé. C’est pourtant ce que propose, par exemple, le dispositif PNB, actuellement à l’essai en France6 – et auquel publie.net participe.

Nous ne considérons pas notre offre comme un « prêt numérique »* mais comme une mise à disposition, qui permet aux bibliothèques abonnées de se concentrer sur la médiation plutôt que de se cantonner au service après-vente et à la gestion des fichiers sous DRM.

14Enfin, c’est un budget sans mauvaise surprise pour les bibliothèques, avec une grille tarifaire claire et adaptée à la taille des établissements (tarification basée sur la population desservie par la bibliothèque). Les lecteurs ont ainsi toutes les cartes en main pour lire les livres qu’ils souhaitent, sur le matériel de leur choix, sans contrainte. Restreindre les usages, surveiller les utilisateurs et exploiter leurs données n’est pas notre projet d’éditeur. Si une bibliothèque se désabonne, les accès à la plateforme ne sont plus permis aux utilisateurs de la bibliothèque. Les fichiers téléchargés par les usagers restent leur propriété. Nous demandons en revanche aux bibliothèques concernées de retirer les fichiers de leur matériel ou serveur et de ne les conserver qu’à des fins d’archivage.

Vers des livres web ?

15Et si le futur de la littérature en numérique, c’était de lire le web sur le web directement ? Non pas via un système de plateforme de lecture standardisée qui mimerait, sur un navigateur, le contenu d’un livre numérique déjà établi mais via des initiatives ponctuelles et créatives, et ce, qu’elles soient impulsées par des instances éditoriales ou par les auteurs directement. Même si la soutenabilité économique de ce type d’objet reste encore un défi, nous croyons dans ces modèles, que nous avons déjà en partie expérimentés ( Kalces de Florence Jou, livre multiforme adapté pour le web sur un site en accès libre7, ou Empreintes 8 d’Emmanuel Delaplanche, site complémentaire à un essai sur les écritures poreuses de Louis-René des Forêts). Ils contribuent à créer un corpus dont la forme est résolument propre au web. Ces livres existent, ils commencent à être remarqués. Ils nous aident à poursuivre la métamorphose.

Notes

1 NDE : depuis le 7 avril 2019, chaque lundi, Guillaume Vissac rédige un Carnet de bord de la semaine précédente : passionnant pour découvrir le quotidien d’une maison d’édition.[En ligne] < https://www.publie.net/2019/04/07/carnet-de-bord-2019-semaine-14/ >.

2 <https://leseditionsnumeriklivres.pressbooks.com>. Jean-François Gayrard, leur dynamique fondateur, nous a quittés après l’écriture de cet article [NDE].

3 < https://www.onlit.net >.

4 < http://www.christophelucquinediteur.fr >.

5 < https://www.orbooks.com/ >.

6 Concrètement, ce modèle limite la durée de lecture du livre, empêche d’imprimer ou de copier/coller un passage, l’utilisation sur plusieurs appareils différents, le fichier s’autodétruira après un temps donné, etc.

7 < https://www.publie.net/weblivres/kalces/ >.

8 < https://www.publie.net/weblivres/empreintes/ >.

Auteur

Directeur éditorial des éditions Publie.net. Fuir est une pulsion : http://www.fuirestunepulsion.net

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search