Version classiqueVersion mobile

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

 | 
Franck Queyraud

Partie 1. Panorama du lire-écrire-éditer à l'ère numérique

La littérature informatique, un art du dispositif

Alexandra Saemmer

Texte intégral

1En marge du marché de la littérature, toujours dominé par le support papier, des auteur.es expérimentent depuis plus de soixante ans avec les technologies informatiques et se sont réclamé.es d’une démarche d’avant-garde, non marchande, libérée des contraintes éditoriales et commerciales imposées par l’industrie du livre. La littérature papier constitue en effet un marché, organisé par des éditeurs, Gallimard, Hachette, Minuit…, qui font littéralement exister les auteur.es qu’ils décident de soutenir. Les œuvres de littérature informatique, quant à elles, sont pour la plupart mises à disposition gratuitement, sans passer par l’intermédiation d’un éditeur commercial. Peu d’auteur.es de littérature informatique vivent ainsi de leur art, ce qui est certes problématique, mais leur permet d’expérimenter en toute liberté, sans se soucier de questions de rentabilité, les potentiels que l’informatique procure au texte littéraire.

2La rencontre de la littérature avec l’informatique au sein de la machine ordinateur a ouvert le texte à de nouveaux modes d’expression rendus possibles par le mouvement, la manipulabilité et la participativité. Ces perspectives enthousiasmantes s’accompagnent cependant de nouvelles contraintes, de rapports de domination liés à l’industrie du numérique, qu’il s’agit de sonder dans ce chapitre.

Un dispositif de lecture

3Toute œuvre de littérature informatique est d’abord, par définition, codée, même si ce code n’est pas visible à la surface de l’écran. Pour être actualisé à un moment précis, le code a besoin d’un dispositif de lecture : ordinateur, tablette, smartphone, avec leurs hardware et software qui sont majoritairement produits par de grands groupes industriels.

La littérature informatique est donc fatalement un art du dispositif « numérique », que j’appelle ainsi pour circonscrire le fait qu’il se trouve structuré de l’intérieur par les enjeux économiques et politiques liés à la micro-informatique.

4L’œuvre s’inscrit avec le dispositif dans des rapports d’acceptation tacite, de connivence assumée, de bricolage tactique, ou de minage stratégique.

5Lorsqu’il s’informatise, le texte littéraire migre de la page papier vers l’écran. L’ordinateur sacrifie alors la fixité que le codex* lui avait conférée. Il n’est plus imprimé mais s’actualise de façon transitoire. La notion de « livre homothétique »*, parfois employée pour distinguer la littérature numérisée de la « vraie » littérature numérique*, est alors un contresens, à partir du moment où l’on prend au sérieux l’influence de la matérialité du support sur la construction du sens.

  • 1 Voir la problématisation du code comme Gestell rigide par Martin Heidegger (Essais et conférences, (...)
  • 2 « “Master/Slave” Terminology Was Removed from Python Programming Language ». [En ligne] < https:// (...)

6Le texte de littérature informatique n’est plus imprimé mais s’actualise, de façon transitoire, à partir du code. Cette structure codée comporte plusieurs niveaux. Si la relation entre le code binaire et le texte littéraire a rapidement été perçue comme problématique1, et que l’exécution du code n’est nullement comparable à un processus interprétatif socialement situé et incarné, les langages de programmation complexes constituent des artefacts culturels, qui encodent des visions du monde : les critical code studies (études critiques sur le code [informatique]) ont par exemple mis en évidence les stéréotypes imbriqués dans le langage de programmation Python à travers l’emploi de termes comme « master » et « slave »2.

7Dès qu’il investit l’ordinateur, le texte littéraire devient procédural. Il perd sa pérennité mais, en contrepartie, il gagne en plasticité et en manipulabilité. L’animation inscrit le texte littéraire dans une convergence avec des formes audiovisuelles (les génériques de films par exemple, où des expérimentations avec l’animation textuelle sont fréquentes). Une partie des œuvres littéraires « en mouvement » poursuit ainsi la tradition de la vidéo poésie*. Leur esthétique multimédia laisse volontairement de côté la dimension transitoire du texte informatique – or, l’animation textuelle sur dispositif numérique n’est pas comparable à un film fixé sur une bobine. Le texte et son mouvement ne sont pas enregistrés, mais calculés en direct : processus qui, en fonction des systèmes d’exploitation, versions de logiciels et réglages, peut donner lieu à des variabilités qui affectent l’interprétation de l’œuvre, comme je le montrerai un peu plus loin.

  • 3 Voir les travaux de Serge Bouchardon (La valeur heuristique de la littérature numérique, Hermann, (...)

8La manipulabilité du texte littéraire sur dispositif numérique, quant à elle, dépasse de loin le feuilletage d’un livre papier. Elle implémente le geste physique du lecteur au niveau de la microstructure de la phrase, du mot, de la lettre. Si l’hypertexte a d’abord semblé rapprocher le texte littéraire des bases de données en créant des liens cliquables entre portions de texte, l’expérimentation avec le sens potentiellement attribué par le lecteur humain à la diversité des gestes encodés aujourd’hui dans les dispositifs tactiles (caresser, gratter, pointer, déplacer…)3, trouve des sources d’inspiration dans le jeu vidéo. Pour le lecteur, les couplages entre texte, mouvement et geste impliquent un changement de posture, car ils engagent non plus seulement le sens de la vue, mais aussi l’ouïe et le toucher.

La fausse neutralité du dispositif numérique

9Au niveau des formes et des genres, la rencontre entre le texte littéraire et l’informatique a pris, en soixante années d’existence, deux directions que tout semble opposer. Une partie des œuvres s’inscrit dans une démarche d’avant-garde, contestant (dans la filiation du nouveau roman, de la poésie concrète, du lettrisme ou de l’Oulipo – ouvroir de littérature potentielle) les structures de domination de la littérature traditionnelle. L’« esthétique de la frustration »4 qui caractérise les générateurs automatiques mettant en question le rôle du « génie créateur » ; celle des romans hypertextuels refusant toute cohérence logico-temporelle ; celle des animations textuelles passant à l’écran à une vitesse qui décourage d’emblée tout déchiffrement, explore les limites du lisible, quitte à « perdre » le lecteur.

10Une autre partie des œuvres, plus récente, se positionne au plus près des technologies innovantes et se donne comme but de les magnifier. L’esthétique du spectaculaire mobilisée dans certaines réalisations pour tablette tactile, ou alors dans les projections de textes animés sur bâtiments très à la mode ces dernières années, attire le public tout en perdant le lecteur par un autre biais. Devenus pure matière plastique, les textes dans ces œuvres ne sont plus là pour être lus.

11En dehors de la question du rapport conflictuel à la lecture, ces deux démarches, aussi opposées soient-elles d’un point de vue esthétique, convergent cependant sur un point fondamental : la mise sous silence d’une pensée du dispositif numérique en tant que structure économique et politique. Mise sous silence qui porte en elle le risque d’une domination croissante des industries du numérique sur le devenir du texte littéraire.

Certes, le texte littéraire a toujours été inséparable de son dispositif. Qu’il soit imprimé dans un codex ou déclamé par la voix du poète sur scène, qu’il s’affiche sur un écran de cinéma ou d’ordinateur, le texte ne prend sens qu’avec son dispositif de conception, d’édition et de diffusion.

  • 5 Yves Jeanneret, « Dispositif », in « La société de l’information » : glossaire critique, Commissio (...)

12Comme le rappelle Yves Jeanneret5, le dispositif repose sur des ressources matérielles, des savoir-faire liés à des métiers (celui du typographe, du projectionniste, du programmeur), mais, par là même, impose des cadres. La dimension technologique du dispositif engage une « mise en ordre » des signes qui n’est jamais neutre. Elle repose sur des stratégies, des ressentis et des points de vue, dont certains sont au service du texte, alors que d’autres entrent avec lui dans des conflits d’intérêts.

Bref historique

  • 6 Michel Foucault, Dits et écrits 1954-1988. Volume 3, 1976-1979, Paris, Gallimard, 1994.
  • 7 Alain Vaillant, Serge Linarès, Alexandra Saemmer et Corinne Legoy (dir.), La poésie délivrée, Nant (...)

13Dans sa définition canonique du « dispositif », Michel Foucault6 affirme que celui-ci est toujours inscrit dans des jeux de pouvoir. Ces jeux de pouvoir, sociaux, politiques, économiques, se matérialisent dans le dispositif et le structurent. Il en est ainsi de tous les dispositifs qui « supportent » le texte littéraire. Un ouvrage sorti en 2017 passe en revue les multiples formes que le texte poétique a pu prendre « hors le livre ». Il s’intitule de façon significative La poésie délivrée7. Chaque changement de dispositif s’est en effet accompagné de l’espoir que le texte s’affranchira, comme par magie, des structures de pouvoir qui pèsent sur lui : structures associées à la linéarité du codex avec son archétype, la Bible ; structures associées à l’enchaînement logico-temporel du récit ; structures associées à la grammaire, inculquée aux jeunes esprits pour les acculturer ; structures associées au marché de l’édition, avec ses lois de rentabilité.

  • 8 Pierre Lévy, Cyberculture, Paris, Odile Jacob, 1997.

14Face aux potentiels ouverts par le cinématographe, le Manifeste futuriste avait proclamé ainsi en 1916 : « Le livre, moyen absolument passéiste de conserver et de communiquer sa pensée, était depuis longtemps destiné à disparaître [...]. Le livre, statique compagnon des sédentaires, [...] ne peut amuser ni exalter les nouvelles générations ivres de dynamisme révolutionnaire et belliqueux. [...] ». Dans Cyberculture de Pierre Lévy8 s’expriment, quatre-vingts ans plus tard, de nouveaux rêves de délivrance formulés par une génération fascinée par les potentiels de l’ordinateur connecté.

15Jean-Pierre Balpe, auteur fondateur de la littérature informatique en France, a projeté dans la nature procédurale du texte informatique le fantasme de l’œuvre infinie, qui garantirait la survivance du texte et de l’auteur au-delà de la mort. Les générateurs de texte informatiques permettraient de toucher de près à cet idéal par le nombre gigantesque de textes qu’ils promettent de produire. L’espoir de délivrance du texte littéraire vis-à-vis de sa finitude implique pourtant que l’approche du dispositif soit purement technologique, « comme si », commente Jean-Pierre Balpe, « dans cette longue cohabitation entre l’écriture et sa technologie, le triomphe seul de la technologie permettait d’assurer celui de l’écriture sur la permanence du monde »9. Au fil de l’histoire littéraire, la valorisation de nouveaux modes d’écriture et d’édition s’est souvent effectuée au prix de cette neutralisation du dispositif. Ses dimensions économiques et politiques notamment se sont trouvées occultées au profit d’une mise en évidence de l’innovation formelle.

  • 10 Voir note 6.

16Dans sa contribution à l’ouvrage La poésie délivrée, Alain Vaillant se penche sur la rencontre du texte littéraire avec le dispositif de la « petite presse ». Le voisinage étroit des textes de Gérard de Nerval, Théodore de Banville et Charles Baudelaire avec des textes non littéraires, qui thématisaient le réel dans toute sa banalité, a eu des répercussions profondes sur l’émergence de l’esthétique postromantique. En dehors de ces processus d’hybridation féconde, ces productions littéraires ont cependant été cadrées par l’obligation de rester publiables : obligation qui a à la fois constitué « un creuset de l’invention poétique » et imposé des limitations fortes. Comme l’explique Michel Foucault10, le dispositif est donc certes « lié à une ou à des bornes de savoir, qui en naissent, mais, tout autant, le conditionnent. C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de force supportant des types de savoir, et supportés par eux ».

17Dans le cas de la littérature postromantique, ce sont les « savoirs éditoriaux » de la petite presse qui, tout en imposant les contraintes d’une cohabitation normalisée, ont inspiré aux auteurs de nouvelles formes et figures. Dans le cas de la littérature informatique, le voisinage avec les technologies de l’audiovisuel, de l’internet, du jeu vidéo ou des réseaux sociaux d’une part, et les savoirs encodés dans les outils-logiciels d’autre part constituent décidément un nouveau creuset de l’invention poétique. Dans le même temps, le dispositif ordinateur impose ses cadres normalisants – cadres qui reflètent l’emprise galopante des industries du numérique sur les productions culturelles. Au plus tard depuis la mainmise de Google, Facebook, Amazon et Microsoft sur l’informatique, ces technologies ne peuvent plus être considérées comme des supports neutres.

Littératures du logiciel, entre savoirs et pouvoirs

  • 11 Voir Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier sur l’« architexte » des outils-logiciels : « Pour une po (...)

18Les outils industriels investis par les auteurs littéraires, comme Word, Wordpress, Flash, Photoshop ou iBooks Author, ont indéniablement facilité l’accès à l’expérimentation littéraire avec l’informatique. Flash, par exemple, est un outil-logiciel qui permet de créer des animations textuelles de deux façons : en passant par un langage appelé action script, ou en créant l’animation image par image dans un espace de travail qui, par sa forme et ses fonctionnalités, rappelle une table de montage11. L’outil a d’abord démultiplié de façon spectaculaire les possibilités de donner forme au mouvement du texte.

  • 12 Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2015 (coll. P (...)

19L’une des plus belles illustrations est proposée par Brian Kim Stefans dans The Dreamlife of Letters. L’analyse de ce poème m’a amenée à postuler l’émergence de nouvelles figures de rhétorique12, fondées sur le couplage entre le sens du texte et du mouvement : dans le « ciné-gramme », que j’ai appelé ainsi en référence au calligramme papier, le sens associé potentiellement au mouvement entre avec le sens du mot dans des rapports d’imitation. Dans la « métaphore animée », des lieux d’indétermination s’ouvrent entre le sens potentiel du mouvement et celui du mot. Ces deux figures sont par exemple mobilisées dans une séquence du poème où une vingtaine d’occurrences du mot anglais « all » parcourent d’abord l’écran en ordre dispersé, puis forment des rangées parallèles qui peuvent faire penser à un défilé militaire ; certains de ces « all » commencent enfin à trembloter un peu, comme s’ils refusaient de rester tout à fait dans les rangs. Ces micro-mouvements dotent le texte d’un sens supplémentaire, ouvert à de nombreuses hypothèses interprétatives : le poème esquisse-t-il des micro-résistances qui se trouvent rapidement opprimées par l’ordre établi ? Met-il en scène une prière communautaire adressée à Allah lors de laquelle certaines voix osent prier « à côté » ? Nous pourrions nous pencher longuement sur chaque séquence de ce poème animé.

20Or, pour percevoir les détails subtils de certaines animations comme le tremblement des « all », il faut actualiser le poème sur un ordinateur de la même génération que celui avec lequel The Dreamlife of Letters a été créé. Le cas échéant, certaines figures d’animation risquent de disparaître de la surface de l’écran – disparition qui n’est pas due à une reprogrammation de l’œuvre par l’auteur, mais au fait que la vitesse de calcul de l’ordinateur a augmenté et que ces figures, défilant à vitesse accrue, deviennent imperceptibles pour l’œil humain alors qu’elles sont toujours là, dans le code de l’œuvre.

21Voilà une preuve tangible que la mise à disposition de savoirs technologiques par l’outil-logiciel Flash, qui a rendu possible une profusion de nouvelles formes poétiques, a été fondée sur un leurre initial qui s’incarne dans la métaphore de la table de montage : l’auteur a l’impression de créer un film alors qu’en réalité, l’animation est exécutée à partir d’un code – code qui se trouve calculé de façon différente sur chaque ordinateur.

Illustration 1. Extrait de mon récit animé Tramway réalisé avec l’outil-logiciel Flash.

Illustration 1. Extrait de mon récit animé Tramway réalisé avec l’outil-logiciel Flash.

Source : < http://revuebleuorange.org/​bleuorange/​02/​saemmer/​ >. L’animation ne s’active que sur un environnement doté de Flash Player.

  • 13 Alexandra Saemmer et Bernadette Dufrêne (dir.), « Patrimoines éphémères », HYBRID (Revue des arts (...)

22Une fois la nature fatalement transitoire de l’œuvre numérique constatée et acceptée, l’auteur.e peut certes l’intégrer comme une manifestation non pas subie, mais désirée, d’une « esthétique de l’éphémère »13. C’est ce que j’ai tenté de faire dans le récit animé Tramway. En réalisant des animations de textes qui relatent une expérience douloureuse, j’ai consciemment prévu le fait que l’accélération de la vitesse d’exécution allait progressivement faire disparaître les souvenirs de cette expérience de la surface observable de l’écran. Or, l’économie du dispositif a, depuis, pris le dessus sur mes intentionnalités d’auteure avec une radicalité que je n’ai pas pu anticiper.

  • 14 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, volume 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (coll (...)

23Flash n’a pas seulement imposé des « bornes technologiques » avec lesquelles l’auteur.e a pu négocier en les bricolant (au sens de Michel de Certeau)14. L’outil est également soumis à des lois économiques qui, quant à elles, se sont avérées non négociables. L’arrivée des iPhone et tablettes iPad – et le refus d’Apple d’autoriser les formats Flash sur ces dispositifs – a ainsi provoqué l’arrêt du développement du logiciel. Cette évolution, aux motivations principalement industrielles, condamnera dans les années qui viennent tout un patrimoine littéraire à l’obsolescence, et pose des questions préoccupantes quant aux modes de préservation possibles par les musées et les bibliothèques.

Crypto-langages* tactiques en réseau social

  • 15 Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation f (...)

24Il n’y a pas d’autonomie du texte littéraire sur les dispositifs numériques. Dans ce contexte, la décision de Jean-Pierre Balpe de délocaliser une partie importante de son travail littéraire sur l’un des dispositifs industriels les plus contraints, le réseau social Facebook, peut surprendre. Après l’élection de Donald Trump, Facebook a notamment été critiqué parce qu’il enfermerait ses usagers dans des « bulles de filtre ». Les posts publiés par les usagers ne circulent en principe qu’entre « amis », et les algorithmes de Facebook hiérarchisent les entrées selon un ordre calculé à partir de la fréquence des likes et des commentaires. L’usager risque donc effectivement de se trouver enfermé dans un entre-soi informationnel qui le prive de l’accès à d’autres points de vue. Par ailleurs, les données personnelles, captées grâce au traitement algorithmique des textes et images publiés par les utilisateurs, sont la propriété de l’entreprise Facebook qui les exploite à sa guise. Comme l’affirme Serge Proulx15, Facebook constitue ainsi un dispositif de surveillance de masse.

Tactiques littéraires

  • 16 Alexandra Saemmer, « La capture du langage humain par le capitalisme linguistique des plateformes  (...)

25L’étude des outils de traduction automatique des langues et de génération16, que l’usager peut activer en sélectionnant par exemple les activités préconçues pour lui ou elle, en dessous de l’espace de saisie des posts, reflète par ailleurs une tentative de mainmise sur ce qui constitue le fondement même de l’expérience littéraire : la langue. Tout comme l’outil d’auto-complétion de Google, qui ne sert pas seulement à assister l’usager dans la saisie des requêtes mais surtout à normaliser ses modes d’expression pour que la langue devienne pleinement exploitable par la machine, le traducteur et le générateur de posts de Facebook mobilisent des technologies informatiques de haut niveau.

Le but est d’imposer progressivement un « créole » aux tournures et significations figées, afin de constituer un marché linguistique contrôlé. Moins l’usager déborde des cadres langagiers que Facebook et Google ont prévus, mieux le lien pourra s’établir entre l’usager et les offres commerciales, médiatiques et politiques de la plateforme.

26Comme le formule Paul Veyne (2008), le dispositif est pourtant « moins une borne posée à l’initiative des sujets que l’obstacle contre lequel elle se manifeste. » Alors que Facebook fait la chasse aux faux profils parce que l’exploitation marchande des données est seulement opérationnelle si ces données reflètent les « vrais » goûts des « vraies » gens, Jean-Pierre Balpe fait depuis plusieurs années exister sur Facebook un large réseau d’identités fictives : Rachel Charlus, Germaine Proust, Maurice Roman, par exemple. J’en ai également créé un certain nombre.

27L’un des « savoirs » que le dispositif technologique Facebook met à disposition des profils est la possibilité de réagir instantanément aux événements quotidiens, attentats, élections, naissances, décès, et d’ouvrir ces réactions à la contribution des autres usagers. L’œuvre littéraire sur Facebook réalise ainsi le fantasme d’une fiction infiniment émergente, en partie incontrôlable par l’auteur, et qui peut potentiellement proliférer bien au-delà de sa mort.

28Les propositions de Facebook, comme le drapeau bleu-blanc-rouge lancé par Mark Zuckerberg au moment des attentats de Paris, les tests de personnalité, les happy friends day peuvent être détournés par les profils de fiction dans des pirouettes ironiques hautement jouissives. Plusieurs hétéronymes* de Jean-Pierre Balpe publient par ailleurs des textes automatiquement générés, fragments de fiction ou maximes philosophiques, selon des principes relevant du structuralisme que l’auteur a expliqués dans ses textes théoriques17. Sur le réseau social numérique, ces textes côtoient ceux qui sont automatiquement générés par Facebook lui-même, suivant de nouvelles techniques impliquant le calcul des traces d’usages. Cette mise en perspective de plusieurs générations de générateurs fait émerger des divergences et convergences de points de vue sur ce qui constitue le « sens » du texte en contexte informatique.

29« Un monde indécis » de Jean-Pierre Balpe, « Nouvelles de la colonie » et « Omission » (deux projets collaboratifs que j’anime sur Facebook depuis deux ans), engagent par ailleurs le lecteur dans une réflexion sur la solitude, l’amitié, le dédoublement, le deuil, bref, les contours complexes du sujet digital en réseau « social ». En y publiant des textes littéraires, l’auteur participe pourtant indéniablement à la valorisation culturelle de l’entreprise Facebook. La littérature informatique ne peut sans doute échapper à ce paradoxe… à moins de créer des ZAD (zones à défendre) situées à l’extérieur du système gouverné par les industries du numérique. Les expérimentations littéraires menées par les membres du laboratoire PAMAL de l’École supérieure d’art d’Avignon18 sur des terminaux Minitel, réactivés et reprogrammés pour l’occasion, incarnent l’une de ces tentatives d’autonomisation.

Illustration 2. Extrait du récit Omission porté par le profil de fiction Marga Bamberger sur Facebook

Illustration 2. Extrait du récit Omission porté par le profil de fiction Marga Bamberger sur Facebook

Source : < https://www.facebook.com/​profile.php?id=100018518658377 >.

  • 19 Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipati (...)

30Pour ma part, je continue à expérimenter des formes de littérature que l’on pourrait plutôt appeler « tactiques » : des littératures qui explorent les outils-logiciels et les plateformes les plus marchandes pour questionner de l’intérieur leurs modes de « gouvernementalité algorithmique »19. L’une des tactiques mises en œuvre par mon hétéronyme Marga Bamberger est de tester le seuil de tolérance du dispositif. Le récit « Omission » retrace l’acceptation progressive de l’idéologie nazie dans un village bavarois, entre 1933 et 1945, menant jusqu’au bombardement du village par les forces alliées : bombardement dont les circonstances précises sont tues dans la plupart des chroniques officielles du village. Le récit est illustré par des images d’archives. C’est la présence de croix gammées sur certaines d’entre elles qui a sans doute provoqué la radiation d’un de mes premiers profils de fiction, qui avait commencé ce récit historique en 2016. Les processus de censure de Facebook ne font, de toute évidence, pas la différence entre un contexte de propagande et un contexte dénonçant la propagande. La radiation s’est effectuée sans justification, sans recours possible – expérience qui montre que Facebook a des idées bien claires sur ce qui peut être raconté sur sa plateforme, et sur ce qui ne doit pas y figurer.

Illustration 3. Glitch typographique réalisé par le profil de fiction Anna-Maria Wegekreuz

Illustration 3. Glitch typographique réalisé par le profil de fiction Anna-Maria Wegekreuz

Source : Nouvelles de la colonie. [En ligne] < https://www.facebook.com/​anna.wegekreuz/​ >.

31Une autre tactique littéraire consiste à mettre à l’épreuve les mécanismes du capitalisme linguistique. Si l’objectif de Google et de Facebook consiste à imposer progressivement un créole normalisé, exploitable par la machine, l’enjeu d’une littérature engagée au cœur du dispositif consiste à la fois à perturber cette exploitabilité, et à mettre cette friction à profit de l’émergence d’une nouvelle poétique. Des profils comme Anna-Maria Wegekreuz ou Brice Quaranta insèrent par exemple dans leurs posts des glitchs typographiques, qui non seulement réussissent à littéralement déborder des cadres prescrits à la surface de l’écran, mais laissent aussi des traces dans le code de la page-écran de Facebook et ralentissent son exécution.

32Le glitch pourrait être intégré dans le programme de nouveaux crypto-langages, langages alternatifs à l’image des crypto-monnaies, inexploitables par les machines mais compréhensibles pour les lecteur.rices humain.es – un peu comme les dialectes et autres verlans, dont la force jaillissante tiendrait tête aux stratégies de rationalisation et de normalisation déployées par les dispositifs numériques.

Notes

1 Voir la problématisation du code comme Gestell rigide par Martin Heidegger (Essais et conférences, Paris, Gallimard, 1958).

2 « “Master/Slave” Terminology Was Removed from Python Programming Language ». [En ligne] < https://motherboard.vice.com/en_us/article/8x7akv/masterslave-terminology-was-removed-from-python-programming-languageSlave >.

3 Voir les travaux de Serge Bouchardon (La valeur heuristique de la littérature numérique, Hermann, Paris, 2014) et d’Alexandra Saemmer (Rhétorique du texte numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2015) consacrés aux « figures de manipulation ».

4 Philippe Bootz, Les basiques : littérature numérique, 2006. [En ligne] < https://www.olats.org/livresetudes/basiques/litteraturenumerique/basiquesLN.php >.

5 Yves Jeanneret, « Dispositif », in « La société de l’information » : glossaire critique, Commission nationale française pour l’Unesco, Paris, La Documentation française, 2005, p. 50-51.

6 Michel Foucault, Dits et écrits 1954-1988. Volume 3, 1976-1979, Paris, Gallimard, 1994.

7 Alain Vaillant, Serge Linarès, Alexandra Saemmer et Corinne Legoy (dir.), La poésie délivrée, Nanterre, Presses de Paris Ouest, 2017.

8 Pierre Lévy, Cyberculture, Paris, Odile Jacob, 1997.

9 Jean Pierre Balpe, « La tentation de l’infini ». [En ligne] < http://hypermedia.univ-paris8.fr/Jean-Pierre/articles/Tentation.html >.

10 Voir note 6.

11 Voir Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier sur l’« architexte » des outils-logiciels : « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, no 6-7, 1999, p. 97-107.

12 Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2015 (coll. Papiers).

13 Alexandra Saemmer et Bernadette Dufrêne (dir.), « Patrimoines éphémères », HYBRID (Revue des arts et médiations humaines), 2014, no 1, Presses universitaires de Vincennes. [En ligne] < http://revue-hybrid.fr >.

14 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, volume 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (coll. Folio Essais).

15 Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale », Communiquer, 2015, no 13. [En ligne] < https://communiquer.revues.org/1521 >.

16 Alexandra Saemmer, « La capture du langage humain par le capitalisme linguistique des plateformes », Les Cahiers du numérique, 2018, no 3-4 (vol. 14), p. 151-172. [En ligne] < https://www.cairn.inforevue-les-cahiers-du-numerique-2018-3-page-151.htm/ >.

17 Voir les travaux théoriques de Jean-Pierre Balpe. [En ligne] < http://www.balpe.name/+-Generateur-de-texte-en-ligne-+ >.

18http://esaavignon.eu/pamal/ >.

19 Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation ? », Réseaux, 2013/1, no 177, p. 163-196. [En ligne] < https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-163.htm >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Extrait de mon récit animé Tramway réalisé avec l’outil-logiciel Flash.
Crédits Source : < http://revuebleuorange.org/​bleuorange/​02/​saemmer/​ >. L’animation ne s’active que sur un environnement doté de Flash Player.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Illustration 2. Extrait du récit Omission porté par le profil de fiction Marga Bamberger sur Facebook
Crédits Source : < https://www.facebook.com/​profile.php?id=100018518658377 >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Illustration 3. Glitch typographique réalisé par le profil de fiction Anna-Maria Wegekreuz
Crédits Source : Nouvelles de la colonie. [En ligne] < https://www.facebook.com/​anna.wegekreuz/​ >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search