Version classiqueVersion mobile

Culture médiatique et presse numérisée

 | 
Jean-Luc Buard

Conclusion. Les journaux numérisés, nouvel enjeu communicationnel au XXIe siècle

Texte intégral

Mégadonnées

1510 chroniques et nouvelles, plus de 2 700 reproductions, soit quelque 3 250 références cumulées dans près de 1 000 journaux reproducteurs dans le monde en 17 langues dans 40 pays, de 1837 à 1960 : telles sont les données brutes (provisoires) présentées au terme de cette enquête sur la production évanouie de Marie Aycard. Ces chiffres donnent un aperçu objectif de ce que peut être la diffusion de l’œuvre d’un écrivain-journaliste parisien d’importance « moyenne », au milieu du XIXe siècle. Ils obligent à constater que notre auteur est un écrivain « populaire », au sens technique du terme, c’est-à-dire que sa production relève d’une large diffusion, considérable même, laquelle est désormais mesurable par des moyens numériques, associés aux techniques de recherche classiques, analogiques. L’écrivain quitte de facto la catégorie des auteurs secondaires ou « mineurs » – au moins sur le plan quantitatif.

2Mais, avec de tels chiffres, Aycard est-il encore un « auteur moyen » ou médian ? Il est difficile d’en juger, faute de termes de comparaison avec d’autres cas de figure, d’où l’intérêt qu’il y aurait de lancer des enquêtes sur d’autres auteurs, afin de réunir des données permettant de mieux se rendre compte de l’importance de la diffusion des feuilletons-nouvelles parisiens écrits par ses différents producteurs. Dans l’attente, on maintiendra ce positionnement dans la moyenne, en se méfiant des connotations sémantiques dépréciatives de ce terme.

  • 1 Les collections de journaux locaux anglais, entreposés à Colindale, ont souffert de destructions l (...)

3Ces données semblent toutefois d’autant plus massives qu’elles ne sont pas définitives. Elles représentent une partie d’un existant plus vaste. Pour évaluer les lacunes, on a posé trois ensembles : le premier connu, le deuxième à connaître (ce qui sera numérisé ou découvert dans des collections de journaux à explorer), le dernier perdu (exemplaires détruits, disparus1). Cette tripartition est inégale, et les deux derniers termes ne sont pas quantifiables (on les a appelés des « tiers inégaux »). En multipliant par deux le chiffre connu, on obtient 6 400 références, simple évaluation approximative. La mise en évidence d’une telle diffusion, dans le cas d’Aycard, paraît une révélation inattendue de cette enquête, que rien ne laissait prévoir. Cela oblige à chercher des explications, à revoir nos approches de la littérature et à poser l’existence d’une culture médiatique qui ne s’appréhende pas avec les mêmes critères. Il a fallu s’emparer de nouveaux outils d’interprétation pour comprendre la structure du champ médiatique, que l’on a appelé la sphère médiatique ou médiasphère. Nous avons affaire à une structure d’information et de communication qui dépasse la mesure communément admise dans les analyses traditionnelles opérant dans les études littéraires, et ce sont avec les outils du XXIe siècle que l’on parvient à appréhender des structures établies dès le XIXe siècle.

4Si l’on ne peut évidemment pas considérer 3 000 références comme des « mégadonnées », il s’agit quand même d’une « avalanche ». Et ce sont bien ces méga-ensembles de données récemment constitués qui autorisent l’extraction de tant de résultats et d’accéder à une foule de données inédites.

5Avec la numérisation en masse des livres et périodiques, le chercheur fait face à un matériau composé de mégadonnées dont l’exploration est, en partie, relativement aisée ou du moins facilitée, mais se heurte à leur côté massif et inerte, et à l’hétérogénéité des systèmes.

6Aussi, j’ai dirigé mon enquête dans deux directions : je suis parti sur les traces laissées par Aycard dans les archives numérisées. Il n’y a pas que les actuels internautes qui en laissent. Les personnages publics du passé en ont, eux aussi, laissé de multiples et en tout genre, qu’il s’agit de retrouver et de classer. Ce sont les « traces directes », facilement accessibles, généralement en relation avec le nom du personnage en question. Il existe aussi des traces diffuses ou indirectes qui intéressent son contexte, où il n’est pas nommé, mais où il se reflète, dans des lieux, adresses, entreprises, des associations amicales, professionnelles, des pôles d’intérêt. Ces traces m’ont également intéressé pour reconstituer l’environnement matériel et intellectuel de mon sujet.

7Je me suis ensuite lancé sur les traces qu’ont laissées ses œuvres, souvent diffusées dans l’anonymat, comme on l’a vu. Il y a là un mélange de traces directes et indirectes qui permet des trouvailles surprenantes. On peut suivre l’écho d’œuvres à travers le temps, lorsque le souvenir de l’auteur initial a disparu, dont la création devient « mythique » en échappant à son créateur, tout lien direct avec lui étant rompu. Cet écho est surtout observé lorsque l’œuvre connaît une énorme diffusion, comme dans le cas de « L’écu de cent sous » et du « Curé Bonaparte », mais aussi des « Trois avis ». Cette « avalanche de données », dépassant de loin le contexte limité aux années 1840, ayant été organisée dans une base de données, on pouvait commencer à en tirer des renseignements et des enseignements. Cette avalanche ayant un aspect abstrait, il fallait la visualiser, ou la trier par divers moyens afin d’en extraire des statistiques de fréquence, ce qui a en effet facilité l’identification des contes les plus reproduits. Ainsi classées, des 3 200 références de feuilletons d’Aycard se dégage un « Top 10 », ses 10 plus grands « succès », en fonction de leur fréquence dans la sphère médiatique. On a vu que ce classement, susceptible d’évolution en fonction des découvertes successives, commençait à plus de 31 impressions d’un texte. Citons ces 10 textes (11 car 2 ex æquo) : « La prévention » (1839-1892, 31) et « John Poker » (1842-1847, 1858, 1884, 31), « Les cardons à la moelle » (1842-1881, 34), « Le bouton de gilet » (signé Marc Perrin, 1840-1870, 41), « Amour et courage » (1842-1860, 44), « Un tour de page » (1839-1873, 50), « L’échéance du 15 » (1840-1890, 50), « Les pommes de calville » (1840-1899, 1925, 2009, 100), « Les trois avis » (1840-1890, 120), « Le curé Bonaparte » (1839-1968, 136, plus de nombreuses adaptations multimédias : théâtre, cinéma, radio et télévision), « L’écu de cent sous » (signé Marie Aycard ou Eugène Guinot, 1840-1917, 416), auquel on peut ajouter « La pièce d’or » (1844-1850), qui atteint 23 parutions.

8Citons les textes situés à l’échelon suivant (« Top 20 ») : « L’acteur Mac Grégor » (29), « Un enterrement en 1725 » (25), « La mare d’Auteuil » (24), « Le testament » (I) (23), « Une banqueroute » (23), « Les deux religions » (22), « Le verre d’eau sucrée » (21), « Le fromage de Vif » (20). Que nous apprend ce « hit-parade » ? Ces feuilletons-nouvelles, excellents dans leur genre, ne sont pas nécessairement les « meilleurs » de l’auteur. Mais il existe des raisons à leur diffusion massive, outre une grande inégalité de répartition géographique et linguistique. Trois de ces feuilletons n’ont pas de traduction anglaise : c’est un critère de diffusion important dans la médiasphère. Par exemple, « Un enterrement en 1725 » se place au 13e rang de diffusion avec une seule langue de traduction, l’anglais, où le récit connaît une diffusion forte mais ponctuelle, résultat remarquable si l’on considère que nombre de textes ne parviennent pas à 20 reproductions malgré des traductions en plusieurs langues, tandis que d’autres voient une répartition linguistique plus large, étalée dans le temps et dans l’espace.

9Un autre élément apparaît, peut-être évident, mais que la statistique conforte : plus la durée de reproduction s’allonge, plus le nombre d’occurrences augmente, mais dans un rapport non linéaire. L’analyse apporte des éléments quantitatifs sur la diffusion de notre auteur. Un facteur treize sépare le premier et le dernier texte du Top 10, qui débute à 31 reproductions. Ce nombre représente le taux minimal de diffusion massive, dans le corpus. L’échelle des reproductions grimpe ensuite très vite, mais on a défini des paliers à 40, 50, 100, 120, 150 et 415 reproductions, ce qui donne une idée de la hauteur des échelons successifs. Ces résultats doivent être considérés comme première approche d’une diffusion médiatique, populaire, massive, établissant une échelle de valeurs pouvant servir d’outil de mesure ou d’évaluation pour de futures comparaisons portant sur n’importe quel autre texte qui sera traqué dans la sphère médiatique.

10En bref, les vingt textes les plus diffusés représentent 2,5 % de la production de l’auteur, mais ils génèrent plus de 33 % des occurrences de reproduction, avec ce total considérable de plus de 1 000 parutions.

11La quête des productions d’Aycard débouche sur une recherche quant à l’état de la francophonie dans le monde entier au XIXe siècle. Sans prétendre avoir épuisé (même provisoirement, car mon exploration n’a pu être que partielle) les ressources françaises, je suis parti sur la trace des ressources étrangères, en langue française, dans les pays limitrophes (Belgique, Luxembourg, Suisse), mais aussi Pays-Bas, Allemagne, Autriche, Russie. Puis je me suis transporté sur le continent américain, nord et sud, où j’ai découvert des ressources fort riches au Québec, aux États-Unis (notamment en Louisiane), au Mexique et au Brésil. Les autres continents se sont avérés moins fournis. La presse française coloniale plus tardive a peu reproduit Aycard (une seule occurrence en Algérie), car notre auteur était d’une génération antérieure au développement des périodiques en question (fin XIXe siècle). Mais ses traductions se sont révélées un gisement presque illimité.

Pour quelques traductions de plus

12Toutes les langues de traduction ne concernent pas les productions d’Aycard les plus diffusées. Il conviendrait d’en ajouter d’autres, plus rares, que j’ai néanmoins rencontrées (dont le tchèque, le roumain, le danois, le slovène ou des variétés locales comme le frison et le gallois). Cela donne un aperçu des traductions d’Aycard dans diverses langues autres que l’anglais et l’allemand. Les traductions espagnoles sont disséminées dans l’ensemble de l’aire hispanophone (Espagne, Mexique, autres pays d’Amérique du Sud ou Centrale, comme Cuba, Venezuela, Pérou). Le corpus italien est peu présent, en raison de la faible quantité de sources numérisées. Le néerlandais fait un bon score. La numérisation de ses journaux est excellente et couvre l’ensemble du monde sous influence hollandaise (Surinam, Java et Afrique du Sud). La présence de Java permet une incursion dans la médiasphère asiatique, peu représentée. Je n’ai pas rencontré les productions d’Aycard à Singapour et une seule en Inde (en langue anglaise). L’Inde est, potentiellement, un réservoir de fictions traduites, empruntées à la médiasphère anglo-saxonne où elles circulent fortement, mais la numérisation des périodiques pertinents n’est peut-être pas assez avancée, ou l’accès à ces sources problématique.

13Le domaine lusophone est bien couvert en ce qui concerne le Brésil, beaucoup moins pour le Portugal. Nombre de langues d’Europe de l’Est et du Nord sont présentes, comme le polonais, le hongrois et le suédois. Des domaines linguistiques utilisant d’autres alphabets seraient à explorer, comme le grec ou le russe. Pour le moment, les points de départ manquent.

14Je ne m’attendais pas à accéder à un domaine médiatique-linguistique aussi étendu, preuve que la numérisation des archives des journaux du monde est une réalité perceptible et accessible.

15On trouve dans les 20 premiers récits 15 textes sur 20 traduits en anglais. C’est une condition importante pour générer un bon score. Dans l’état des corpus numérisés, je n’ai trouvé que deux textes non traduits dans cette langue ayant pu franchir la barre des 30 reproductions, toutes langues confondues (« Le bouton de gilet » et « La prévention »). C’est donc un niveau difficile à franchir en termes de diffusion. On peut toutefois prédire que celui-ci sera dépassé lorsque le volume de périodiques numérisés augmentera.

  • 2 Jean-Luc Buard, « Un feuilleton-nouvelle dans la sphère médiatique du XIXe siècle : “Cour criminel (...)

16On peut aussi comparer ces résultats avec une recherche menée sur un autre récit médiatique à grande circulation, l’histoire de Clodomir Frénois, publiée anonymement en 1840 dans L’audience (sans doute écrite par Léo Lespès son directeur) et dont la traîne de repro-traductions s’étend jusqu’en 1910, 1917, 1934, en 9 langues. Ce récit cumule 233 occurrences dans l’intervalle, ce qui le classe dans la partie haute du tableau. Il confirme la position exceptionnelle atteinte par le leader de ce classement (« L’écu de cent sous »), non dépassée par l’histoire de Clodomir, pourtant de forte et longue circulation, relevant d’un genre différent, le récit de mœurs criminelles2.

  • 3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 50 : Paris est le « l (...)

17Il se dégage de l’ensemble de ces résultats un fait qui n’est pas anecdotique, et qui caractérise les médias-journaux du XIXe siècle : avec la diffusion extensive de nombre de ses feuilletons, un acteur de dimension moyenne comme Marie Aycard est un ambassadeur de la culture française en Europe et dans le reste du monde. Il représente ses valeurs, celles de la civilisation, de l’instruction et de la récréation, il transmet un imaginaire culturel, voire mythique. La communication généralisée par le média-réseau induit une normalisation des standards culturels qui s’exprime par l’intermédiaire de la fiction littéraire et du feuilleton-nouvelle fabriqué à Paris, un des centres éclairés du monde occidental3 autour de 1840.

  • 4 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

18Cette normalisation par le feuilleton et sa réimpression participe de la construction d’une « culture-monde » appuyée sur la médiasphère, soit une « culture médiatique », perceptible dès les années 1830, favorisée par une circulation des informations et des canons esthétiques élaborés par des producteurs comme Aycard. Ces résultats corroborent les observations de Pierre Bourdieu sur l’émergence d’une culture de masse grâce à un système de production lié à la montée en puissance du journalisme et de la sphère littéraire dès les années 1830 en Europe4, mais ils apportent à cette question des données chiffrées et une répartition géographique et temporelle qui va au-delà des frontières européennes.

Archives numériques

  • 5 Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Ch (...)
  • 6 Bärbel Plötner-Le Lay, Redécouvrir Émile Souvestre, années de jeunesse, 1806-1837, Morlaix, Skol V (...)

19Comme on l’a vu, les historiens qui se sont lancés dans l’étude de personnages secondaires – à plus forte raison de personnages de premier plan – ont pu exploiter des gisements d’archives, personnelles ou officielles. C’est le cas pour Mignet, Rabbe, Chasles, déjà cités ou encore Charton5, Souvestre6, ou le journal Le globe, à l’aide de divers fonds. C’est d’autant plus évident dans les cas d’auteurs majeurs, tel Balzac, ou de titres de premier plan comme L’illustration. Il faut noter à ce propos que les collections des périodiques constituent, par définition, une archive particulière, du moins une base de données, enregistrant l’actualité, certes de façon plus ou moins orientée, sélective, voire partisane, mais massive et surtout chronologique. Il existe encore des fonds inexploités concernant d’autres personnages secondaires, pouvant être explorés, tels Méry ou Lacroix (le bibliophile Jacob). Mais pour nombre de personnages moyens ou mineurs du XIXe siècle, il ne reste, probablement, plus d’archives originales ou bien des ensembles lacunaires et dispersés, qu’il est parfois possible de reconstituer partiellement. C’est notamment le travail des éditeurs de correspondances (pour des auteurs de premier plan, de Sand à Sue, ou moins connus comme Charton, pour prendre des exemples de travaux récents).

20Si l’on souhaite aborder l’activité de ces acteurs « secondaires » et leur réseau de manière quelque peu documentée, force est de recourir à des sources imprimées et c’est ce qui m’a tout d’abord guidé pour reconstituer la biographie de Marie Aycard et l’histoire des supports où il a publié. Ce sont les « traces directes ». Il m’a fallu réunir le plus possible de témoignages sur mon sujet qui, de ce fait, constituait bien une sorte de « fil conducteur » dans cette documentation, cette clé permettant de localiser les documents pertinents et d’explorer l’univers des bases numériques qui s’ouvrent de toute part. Car le web n’est ni classé ni hiérarchisé, l’indexation des moteurs de recherche ne répond pas nécessairement aux besoins du chercheur, ce qui réclame un effort de fouille quasiment archéologique, à des profondeurs parfois assez grandes.

21En complément, j’ai élargi ma recherche au contexte, puis aux textes eux-mêmes, qui m’ont orienté vers la sphère des traces diffuses ou indirectes. Ces dernières ont peu à voir avec des archives personnelles d’un auteur. Elles ne les remplacent pas, mais ajoutent un élément de connaissance inédit, qui échappe en partie à l’auteur lui-même, la mesure non seulement de sa « popularité » mais celle de son « rayonnement », qui va au-delà de la simple propagation de sa signature, en évaluant et enregistrant l’influence, même à un degré subtil, de ses créations et leur versement dans un fonds médiatique et culturel partagé.

Méthodes

22La méthode pragmatique du « fil conducteur » a pu être mise en œuvre avec une certaine aisance – mais non sans nombre de difficultés – grâce à la numérisation massive de publications du XIXe et du XXe siècle, rendant leur accès et leur découverte plus faciles, ceci pour reconstituer les réseaux de notre écrivain. Pour aller plus loin, c’est-à-dire pour mesurer les réseaux virtuels – l’impact du travail d’Aycard sur ses contemporains (d’un côté les lecteurs-récepteurs, de l’autre les confrères-rédacteurs), la numérisation massive de périodiques, journaux et presse, a joué son rôle. Aycard étant un producteur de fiction à une époque où la demande pour ce type de contenu se développait, il s’ensuit une dissémination très large de ses articles de variété, chroniques ou feuilletons-nouvelles. Cela se mesure dans la sphère médiatique numérisée, mais aussi dans la partie non numérisée – on devrait du reste commencer les dépouillements par cette dernière, ce qui donnerait accès à un contenu à forte valeur ajoutée (issu soit de journaux sources tels que Le temps ou La nation, ou de journaux reproducteurs tels Le voleur ou L’écho de la presse, qui seraient à étudier) et ouvrirait des pistes dans la partie numérisée de la sphère médiatique. Cette double approche sera nécessaire tant que perdurera le double mode de consultation, analogique et numérique, c’est-à-dire pendant un bon moment encore.

23Ne disposant pas d’algorithmes simples à mettre en œuvre (en existe-t-il, d’ailleurs ?) pour explorer de multiples ressources numérisées disparates, j’ai eu recours à des méthodes de recherche standardisées, empiriques, passant par la définition de mots-clés pour interroger le matériau numérisé disponible. L’efficacité de cette méthode est maximale dans le cas de noms propres, surtout s’ils constituent ce que j’ai nommé des « hapax médiatiques », patronymes imaginaires (tel « Clodomir Frénois »), mots-clés à fonction unique, générant peu de « bruit ». Ce n’est pas toujours possible. Il convient alors de se tourner vers des citations exactes ou approximatives, voire de mots courants extraits du texte. Si, dans certains cas, cette technique s’avère peu opérationnelle, surtout en régime international et de traduction (notamment lorsque le récit testé est une narration à la première personne sans référence clairement identifiée), dans le cas de la fiction d’Aycard, ces méthodes se trouvent être fructueuses. Ses articles semblent prévus à la fois pour être disséminés dans la sphère médiatique, et pour y être retrouvés, car ils portent des « marqueurs » sémantiques que sont les noms propres utilisés, qui les individualisent davantage que les situations mises en scène. Il n’est pas garanti que les productions des confrères d’Aycard (tel Eugène Guinot) répondent aux mêmes caractéristiques en offrant de semblables facilités d’identification et de traçabilité.

24Ces circonstances font que l’on peut mesurer la dissémination des fictions de notre auteur dans le monde entier, en fonction des sources numérisées disponibles, sur les cinq continents et dans plus d’une quinzaine de langues, ce qui produit un taux de diffusion élevé, qui se mesure au fait qu’une vingtaine de textes génèrent quelque 1 000 reproductions dont 78 % de traductions.

25La numérisation en masse induit de nouvelles approches bibliographiques d’un contenu donné, c’est-à-dire des listes de références n’ayant jamais figuré dans aucune bibliographie antérieure imprimée. Ces bibliographies augmentées gagnent en précision, en variété, en largeur de couverture, à la fois en extension et en compréhension. Elles cumulent nombre de références « exotiques », offrant une vision renouvelée d’une œuvre, tendent à décrire une diffusion illimitée, témoignant de la circulation massive de certains contenus. Ces états de fait posent problème à leur tour, et interrogent le fonctionnement des médias du XIXe siècle. C’est le sens des recherches menées par Ryan Cordell, sur lesquelles on va revenir.

26On peut d’une part identifier des canaux de diffusion et des acteurs responsables de cette dissémination, tels Bohemia ou le Chambers’s Edinburgh Journal. À partir de là, le sujet nous invite à nous intéresser à ces différents vecteurs de communication – les journaux et périodiques et leurs rédacteurs. Dès lors, un grand nombre de titres, souvent inconnus, surgissent dans la bibliographie. Ces titres de périodiques gagnent subitement en visibilité par la vertu de leur contenu interrogeable, grâce à la numérisation qui les a rendus accessibles. Ils peuvent chacun faire l’objet d’investigations particulières, d’interrogations bibliographiques et aussi de dépouillements, afin de connaître leur « profil » et leur positionnement dans le champ médiatique. Sont notamment questionnées leurs sources et identifiés les supports qui les reproduisent, chaque titre étant le maillon d’une chaîne communicationnelle.

27L’un des objectifs de ces enquêtes est de tracer des lignées de reproduction permettant in fine de remonter aux sources originales, en posant comme hypothèse qu’à l’origine de tout contenu existe en effet, un producteur initial identifiable, donc un auteur (qui, lui-même, peut, à son tour, être interrogé). En réalité, ma démarche sera inverse, car il se trouve que Marie Aycard est ce producteur, qu’il est mon point de départ et la source de multiples contenus ultérieurs, dont l’origine se perdra au fil des réimpressions. Lorsque ses travaux se retrouvent, anonymement, au sommaire de dizaines de journaux américains, ce fil est rompu, à un moment donné (par exemple dans le support initial de traduction). Si l’on interroge le corpus de la presse américaine, il se peut que, nulle part, ne se trouve l’indication de la source aycardienne ou française du texte, et ceci sera vrai pour bon nombre d’autres productions et de contenus d’origine inconnue. Or, il s’avère qu’une partie de ce contenu possède une origine européenne, voire parisienne, désormais localisable. Partir de cette origine, la connaître au départ, permet d’établir ces connexions et de gagner du temps de fouille et d’interprétation de ce contenu médiatique énigmatique d’origine inconnue. Il reste ensuite à expliquer la circulation de ces contenus européens, singulièrement parisiens et français, dans ces médias étrangers.

  • 7 Marcel Schneider, Paris, lanterne magique, Paris, Grasset, 1997. Dans ce livre, l’auteur explore q (...)

28C’est là qu’interviennent les analyses du discours social. Cette dissémination tient, pour une part, à l’histoire de la communication médiatique internationale, à la structure de la sphère médiatique, au rayonnement du centre culturel parisien7, à la valeur des contenus qu’il produit, à leur obéissance à des canons rhétoriques et narratifs admis partout, également à leur valeur de vérité supposée. Un contenu réputé vrai et exact aura théoriquement et rhétoriquement davantage de facilité à se répandre. On verra cependant que cela n’est pas toujours ce qui arrive. Un contenu erroné (mais présenté comme vrai) se répand en effet aussi vite, voire davantage, en raison de son « extraordinaire » exemplarité, dont l’invention capte l’intérêt. L’enjeu se situe alors sur une ligne invisible séparant l’extraordinaire et la véracité, dont le partage est indécidable, surtout vu de loin, ambiguïté dont profitent les acteurs médiatiques distants. Il existe d’autres raisons, à commencer par l’insuffisance ou l’absence de producteurs locaux de contenus (aux États-Unis). Lorsque ce facteur évoluera, la situation changera, mais elle perdure largement jusqu’à la fin du XIXe siècle, en s’amenuisant.

Des « fictions d’actualité » aux « feuilletons-nouvelles » et inversement

  • 8 Marie-Ève Thérenty, « La fiction au-delà du feuilleton – L’émergence de la fiction d’actualité », (...)

29Dans un chapitre de 1836, l’an I de l’ère médiatique, Marie-Ève Thérenty proposait d’appeler « fictions d’actualité » les récits brefs ou feuilletons de journaux puisant leur matière dans le monde contemporain8, puis précisait, dans Presse et plumes, en 2004 :

  • 9 Id., « L’invention de la fiction d’actualité », in Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), Pr (...)

Dans la presse des années 1830 apparaissent des fictions brèves dont l’intrigue se situe dans la même « actualité » que le reste du périodique. Cette forme est, avant le roman-feuilleton, la première réponse trouvée par les gens de lettres afin de résoudre la tension entre l’engagement journalistique nécessaire pour des raisons matérielles et l’ambition d’une carrière littéraire. Au catalogue des investissements possibles dans le journal autour de 1830 (critique, chronique, études de mœurs, récits de voyage), rapidement cette écriture fictionnelle de la contemporanéité domine. Cette forme fascinante démontre l’existence d’une réflexion dès ces années-là sur la caractéristique même du journal – le rendu de l’actualité – réflexion en acte qui précède les théories de la fin du siècle sur l’opinion publique, la foule et l’actualité9.

30De ce fait, « fiction d’actualité » signifie à la fois forme brève, éphémère et évolutive :

  • 10 Ibid.

Cette forme fictionnelle, malgré son extrême représentativité à cette époque, reste peu connue parce que, sous sa forme brute, cette écriture dans le journal comme en librairie, se sanctionne elle-même. Inspirée du journal, elle est vouée comme lui à une existence éphémère : c’est sa réussite en tant que phénomène journalistique en quelque sorte qui mène à son échec en tant qu’écriture littéraire. Après une vogue de quelques années qui conduit même à l’apparition de romans d’actualité, cette forme s’atténue dans les années 1840. Elle est vouée cependant à resurgir, sismiquement à chaque fois que l’actualité passionne : elle reparaît notamment dans le second dix-neuvième siècle sous un autre mode au moment de la grande vogue des faits divers10.

31Ce terme de « fiction d’actualité » est séduisant, mais le « feuilleton-nouvelle » ne s’y restreint pas. Cependant, il fait mouche et fait sens. L’analyse permet d’en nuancer l’approche. Certaines variétés ou certains feuilletons-nouvelles ne sont liés à l’actualité que par leur médiatisation à un moment donné, souvent spectaculaire par leur impact immédiat, fulgurant, massif. Ils sont, parfois, prolongés par une « longue traîne » de reproductions étalée dans le temps, resurgissant vingt ou quarante ans après, on ne sait par quel détour. Paradoxalement, leur « actualité » se détache de leur temporalité initiale.

32La fiction de presse (variété, feuilleton-nouvelle, anecdote, conte bref ou récit médiatique, ces divers termes tentant de recouvrir la même réalité narrative, quelque peu fugitive) n’est pas nécessairement liée à une actualité événementielle ou fait-diversière. Elle peut l’être, mais peut aussi traiter d’événements anciens, anecdotes historiques remontées au goût du jour. Elle peut circuler pendant des dizaines d’années dans la presse de plusieurs pays, toucher des événements historiques ou fictifs, réels ou apocryphes, voire « créer l’événement » en cas de canular ou de canard circulatoire – le canard se caractérisant par sa forte circulation, si possible mondialisée, étant un cas extrême de « fiction d’actualité » intemporelle. « Fiction d’actualité » que telle anecdote, vraie ou apocryphe, concernant Saint-Simon ou Cambacérès ou Bonaparte ou tout autre personnage célèbre, mais aussi fiction d’actualité une esquisse parisienne, une nouvelle de mœurs, un fait divers criminel ou policier, une description des cercles, clubs, bas-fonds, un récit sentimental, une vengeance habilement conduite, une mystification, une blague… La fiction d’actualité se caractérise par sa brièveté, sa circulation, sa médiatisation, son adaptation et sa transposition linguistique, sa malléabilité, sa réécriture, voire sa porosité, en cas de contamination avec d’autres fragments narratifs et d’amalgames. Les rédacteurs, pas toujours anonymes, doivent nourrir le flux médiatique par le flot de leurs pages, alimenter le grand récit médiatique continu que forment les périodiques et l’ensemble des médias, le nourrir de multiples petits récits, de fictions d’actualité et des matières remplissant les rubriques. Pour ces raisons, et d’autres que M.-È. Thérenty explicite tour à tour, le journal est contaminé par la littérature. Il est la fictionnalisation (médiatique) du réel, il est aussi le moyen (esthétique) de raconter ce réel.

L’éphémère médiatique

33Le journal se sanctionne par son éphémère, dit M.-È. Thérenty, mais non pas toujours son contenu qui peut circuler et se transmettre. En dernier lieu, il lui arrive parfois d’être recueilli en anthologie et en livre, censés être plus durables. Les « fictions d’actualité » d’Aycard n’ont pas eu la chance d’être recueillies en nombre suffisant pour s’imposer face à la postérité. Cet auteur n’a pas non plus bénéficié de la passion d’un collectionneur bénédictin pour s’occuper de pérenniser ses « feuilletons-nouvelles ». Le désintérêt (relatif) des chercheurs pour la presse tient à son contenant envahissant et difficilement gérable, son côté généraliste totalisant et englobant, son format et la qualité médiocre de son support papier, sa difficile collecte, et sa collection encore plus difficile, à mesure que le titre est d’information générale, donc éphémère, son peu de valeur de par son abondance immédiate, qui devient au fur et à mesure de la rareté, sans qu’on s’en préoccupe. L’éphémère médiatique entraîne la désaffection ou le désintérêt de la critique, des historiens, des chercheurs. Si un objet culturel a une durée de vie éphémère, est-il besoin de s’interroger à son sujet ? Il se conjugue à l’absence ou l’insuffisance des organismes de collecte de ce patrimoine, bibliothèques et archives (au XIXe siècle, le dépôt légal des journaux n’était pas obligatoire, certains journaux sont réputés ne plus exister nulle part, d’autres sont totalement ou partiellement détruits), de législation, d’inventaire, d’indexation, de structure de reproduction et de mise en valeur.

  • 11 En 1915, le critique Edward J. O’Brien lance la série d’anthologies annuelles The Best Short Stori (...)

34Les collectionneurs du temps ont fait ce qu’ils ont pu, tel un Spoelberch de Lovenjoul, dont le travail de collecte inestimable a permis de sauvegarder un patrimoine de journaux qui, sans lui, aurait disparu. Le patrimoine de fiction courte de la presse n’a jamais fait l’objet d’une mise en valeur sur une base pérenne, du type « les meilleures nouvelles de l’année », comme ce sera le cas aux USA à partir de 191511. Pourtant les journaux reproducteurs en faisaient une grande consommation, le plus souvent immédiate et non patrimoniale. Cette production a donc en grande partie échappé à l’attention des générations suivantes. On peut la retrouver aujourd’hui grâce à la numérisation de journaux, au prix d’un processus laborieux de fouille de données ou, plus simplement et plus rapidement, en dépouillant les périodiques de manière analogique. Il est vrai que, lorsqu’on examine de près les journaux, on constate le peu de soin qui aura été mis à l’établissement des textes, à leur reproduction fautive, tronquée, etc. La matérialité des journaux est, là encore, éphémère. Ils sont publiés dans des conditions de rapidité et d’urgence propres à les faire oublier le lendemain.

  • 12 Il existe quelques index anciens de grandes revues, comme la Revue de Paris ou la Revue des deux m (...)

35Contrairement aux pays germaniques ou anglo-saxons qui se sont dotés depuis longtemps d’outils de référence, de bibliographies et de catalogues pour explorer les périodiques (depuis les plus généraux, Poole, Readers’ Guide to Periodical Literature, Wellesley Index, inventaires d’Alfred Estermann pour l’aire germanique, jusqu’aux innombrables bibliographies spécialisées indexant le contenu de magazines anglais ou américains), notre pays n’a pas une forte tradition d’indexation de la presse et des périodiques12. Cet éphémère constitue cependant un registre. Le journal enregistre un contenu d’essence pléthorique et accumule des données désordonnées. Celles-ci, naguère enfouies dans l’archive analogique, deviennent accessibles en totalité dans leur profondeur textuelle, par leur numérisation, mise en ligne et interrogation séquentielle. De son côté, la reproduction pérennise l’éphémère d’un fait divers ou d’un feuilleton, mais tout contenu n’est pas reproduit. Pour qu’il le soit, il doit posséder une valeur supplémentaire d’intérêt, d’exemplarité, d’enseignement et de récréation. Par reproduction, l’éphémère se duplique à un grand nombre d’exemplaires dans des périodiques éparpillés, créant de surcroît des liens entre eux, visualisant la sphère médiatique dans ce qu’elle a de plus dynamique : les liens de contenu, qui peuvent se compter par centaines, pour un seul texte. Que représentent ces centaines de références de circulation ? Sont-elles représentatives de l’ensemble de la production et des reproductions d’un Aycard ? Loin de là, on l’a vu, en raison des lacunes. Le périodique est une œuvre collective et cumulative, un ouvrage ayant une durée répartie dans le temps, une unité fragmentée en de nombreux volumes, et possède aussi un auteur, un responsable intellectuel, son directeur ou son rédacteur principal, qui opère davantage de sélection que de rédaction.

Valeur pérenne de l’éphémère ?

36Marie Aycard et ses œuvres, ainsi que celles de ses confrères, constituent des ensembles narratifs à réévaluer, culturellement, médiatiquement et littérairement. Par l’analyse fine du feuilleton-nouvelle, on parviendra à traquer la singularité dans les corpus (les hapax médiatiques) et à y retrouver la voix des acteurs, voix singulière, que la production de masse a en partie étouffée. Lancé dans cette quête sur les chemins de la communication médiatique, il ne faut pas perdre de vue cet effet de singularité, qui distingue le texte qui en est porteur et l’extrait de l’archive où il est enfoui. Comme le rappelle Frédéric Glorieux,

  • 13 Frédéric Glorieux, « Bibliothèques informatisées et lectures distantes », Critique, août-septembre (...)

L’histoire de la littérature cultive des œuvres exceptionnelles et la littérature elle-même peut être entendue comme une résistance de l’individu au quantifiable13.

37L’œuvre singulière saura certes toujours se distinguer, mais dans certains cas, il faut faire un effort pour aller vers elle et la retrouver. Si nos feuilletons-nouvelles ne peuvent pas être tous considérés comme des « œuvres exceptionnelles », ils n’en appartiennent pas moins à la littérature appréciée du grand nombre, que l’on a qualifiée de « moyenne » (médiane), c’est-à-dire dotée d’une aptitude à la dissémination, et dans cet ensemble, les œuvres les plus reproduites se détachent singulièrement et ostensiblement, par leur taux massif de circulation très supérieur à la moyenne.

38Si la majeure partie du contenu des journaux est une denrée périssable, mes observations montrent que l’éphémère médiatique peut durer un demi-siècle dans le cas de certaines matières littéraires comme les feuilletons-nouvelles, ceux-ci constituant alors un fonds patrimonial pour la presse du XIXe siècle au titre de classiques que l’on réimprime, comme dans Le petit journal des années 1860 (qui, avant de se lancer dans les grands romans-feuilletons à la Rocambole, a republié dans son feuilleton, pendant plusieurs années, de nombreux feuilletons-nouvelles d’Aycard et autres parus vingt ans plus tôt), ou comme remplissage dans d’autres journaux en manque de copie.

Médiasphères et culture médiatique

39Cette dissémination définit une sphère de circulation physique. Pour explorer cet espace médiatique et social, l’idée a été de choisir et de définir un « fil conducteur », Marie Aycard, lequel agit comme un révélateur d’une dimension de la communication sociale organisée autour du feuilleton-nouvelle parisien. Le réseau qui se révèle en suivant leur dissémination dessine une sphère médiatique ou médiasphère à l’échelle du monde. L’étude et l’exploration des traces générées par un producteur particulier, identifié, localisé, amènent à reconstituer, en partie, cette hypersphère médiatique, à partir des liens de reproduction très nombreux, et où le producteur source disparaît presque complètement, effacé dans l’immensité du réseau médiatique. L’écho de ses œuvres est néanmoins multiple, il se répercute selon un spectre large, s’étalant du mythe médiatique (l’oncle Bonaparte comme modeste curé philosophe) à l’imaginaire du fait divers romancé, considéré par les médias-journaux comme un discours décrivant une certaine réalité vécue et particulière, exemplaire dans son exception et exceptionnelle dans son exemplarité (la pièce de cent sous génératrice de fortune).

40Pour relier l’ensemble des phénomènes que l’on a observés et décrits, il a fallu introduire ce concept de « médiasphère », qui puisse rendre compte d’un état de fait qui se répand avec l’expansion des médias. Cette notion étant une des dimensions de ma recherche, il a fallu l’étayer, d’autant que mon approche des médias n’était pas, au départ, « globale ». Il s’agissait d’abord d’observer l’émergence d’un feuilleton-nouvelle particulier dans l’espace médiatique parisien, notamment dans Le temps et Le courrier français (genre représenté et alimenté par des rédacteurs prolifiques, aguerris et talentueux comme Eugène Guinot, Louis Lurine, Joseph Méry, S. Henry Berthoud dans d’autres titres). Il a fallu ensuite prendre en compte la propagation rapide de ce feuilleton-nouvelle dans les journaux régionaux français, francophones proches ou lointains, et simultanément dans des traductions ou adaptations, anonymes ou non, qui se répandent partout où les journaux existent et sont lus. Ce processus s’accompagne de l’augmentation et de la diversification de leur contenu rédactionnel. Le nombre des médias s’accroît, le volume publié également, il faut donc nourrir cette machine.

  • 14 John Hartley, Popular Reality. Journalism, Modernity, Popular Culture, Londres, Arnold, 1996.

41Dès lors, il fallait formuler un concept qui rende compte de ces phénomènes, et celui de sphère médiatique m’a paru remplir ce rôle. C’est un concept intuitif en ce qu’il décrit sans ambiguïté son référent. Mais j’ai voulu savoir si mes observations recoupaient celles d’autres chercheurs, et j’ai pu en effet les confronter à celles de Régis Debray et de John Hartley14.

42Par définition, les médias sont interconnectés pour pouvoir fonctionner correctement et remplir leur rôle. On le voit dans les titres, souvent adoptés : les registres sémantiques se déclinent dans plusieurs directions. Le médium-journal, périodique porteur de nouvelles, est d’abord un écho, un propagateur, un appel, un courrier, un cri, une dépêche, une estafette, un héraut, un annonciateur, un messager, une voix. Dans un deuxième temps, il prend une fonction de vigie, de phare, de sentinelle, de sémaphore, d’argus, d’avertisseur, de carillon, d’éclaireur, de lanterne, d’observateur, de réveil. Enfin il est un registre, une annale, une affiche, une chronique, un mémorial, une tablette, donc une archive. À ces éléments s’ajoutent une notion géographique associant au titre un lieu (ville, département, région, province, comté, duché, territoire, pays, contrée, royaume, etc.), une notion idéologique (le démocrate, le républicain, l’impartial, l’indépendant, la liberté, l’ordre, le patriote, le peuple, le progrès, la tribune, la vérité) et éventuellement une notion temporelle, souvent reléguée dans le sous-titre, informant du rythme ou du moment de publication (le matin, le midi, le soir, la semaine, l’express). Il est aussi un mode de production (un extracteur, un glaneur, un voleur, un compilateur, une abeille, une ruche, une revue passant en revue les autres revues) ou de consommation (un cabinet de lecture, un salon littéraire, une bibliothèque). Le médium fonctionne dans les deux sens, il apporte l’écho du monde dans et pour son territoire d’émission, et à son tour, il se fait le représentant de ce territoire, propageant ses nouvelles locales vers le reste du monde.

  • 15 Régis Debray, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.
  • 16 John Hartley, Popular Reality…, op. cit. Les idées de John Hartley sont peu exposées dans l’histor (...)

43Pour désigner l’ensemble de ce système médiatique dynamique, j’ai utilisé le terme de « médiasphère », un mot-valise apparu dans les années 1970 des deux côtés de l’Atlantique pour désigner notamment le réseau télévisé et audiovisuel. Il a été utilisé et défini par Régis Debray en 199115. Peu après, un autre théoricien des médias, John Hartley, employait ce même terme de manière indépendante, pour désigner la culture médiatique en expansion16.

44La numérisation de la médiasphère donne à la graphosphère (sphère de l’écrit) une dimension qu’elle n’avait pas à l’origine, et révèle sa véritable nature : cette sphère des médias imprimés fonctionne comme un embryon de réseau numérique, avec ses caractéristiques d’interconnexion (le lien physique de communication), d’interaction (la copie, la reproduction fidèle ou dégradée), de traçabilité (la source). Elle est organisée en arborescence ou rayonne en étoile. Elle est internationale, elle se déplace et évolue dans le temps, elle est en expansion, ce que constate Hartley, parlant d’une sphère globalisante, occidentale, qui s’impose au reste du monde avec sa colonisation, qui est aussi culturelle. L’expansion de la médiasphère est un fait confirmé par le XXe siècle, où les moyens techniques n’ont fait que l’amplifier, depuis la télévision et tous les réseaux de télécommunication, jusqu’au web bien entendu.

45Un journal, aussi considérable soit-il, dût-il tirer à des millions d’exemplaires comme ce sera le cas, pour certains, à la fin du XIXe siècle, ne constitue pas la médiasphère à lui tout seul. La médiasphère désigne non pas un médium local particulier, mais l’ensemble des médias interconnectés, l’ensemble de tous les journaux. C’est un continuum occupant l’espace entre la dépêche écrite ou télégraphiée et sa reproduction par tous les organes de presse. La médiasphère a une structure complexe, composée de niveaux différents et imbriqués comme un mille-feuille. On peut parler d’une médiasphère de diffusion, dans une langue, une ville, un pays, d’un journal ou d’un thème, qui forment autant de sous-ensembles signifiants. La médiasphère du Courrier français sera la réunion de tous les liens que ce titre entretient avec les autres titres. La « médiasphère » sans autre précision renvoie à l’ensemble cumulatif de tous les médias. On peut préciser une époque (la médiasphère du XIXe siècle), un ensemble géographique (la médiasphère parisienne), ce qui permet de manipuler des ensembles plus réduits.

46Structurellement, tout média tend à vouloir remplir toute la médiasphère, comme un gaz tend à remplir tout le volume où il évolue, ne serait-ce qu’à l’état de trace, de molécule d’information diffuse. Lorsqu’un journal étranger rapporte que Le courrier français annonce tel événement ou publie telle nouvelle, c’est une molécule d’information sourcée, un lien créé en un temps donné entre deux médias, une trace médiatique. La source peut ne pas être nommée, alors que l’information y a été extraite. Le lien est alors plus difficile à établir, mais il existe néanmoins comme trace moins perceptible. C’est le cas en ce qui concerne les reproductions anonymes d’Aycard sans source indiquée, qui offrent des liens dégradés, dont l’information s’est appauvrie. Le cas des feuilletons-nouvelles est particulier, car leur impact, leurs traces, les liens créés peuvent s’étaler dans le temps.

47Aucun journal ne peut remplir à lui seul l’espace médiatique total, mais un événement de portée internationale (une guerre) peut le faire. Cependant, tous les journaux se répandent dans la médiasphère ne serait-ce qu’à l’état de traces plus ou moins nettes, fragments sourcés ou non.

48La notion de médiasphère permet à Hartley de reconsidérer la place des productions médiatiques en partant du point de vue de la popularité. La médiasphère, ou graphosphère médiatique numérisée, a atteint un degré supplémentaire de médiatisation par la numérisation des journaux. Cela n’est pas sans conséquence pour leur visibilité et une prise en considération renouvelée. En effet, dans la médiasphère de masse, les médias sont un « moyen » (support technique et de communication) et véhiculent un contenu « moyen » (médian), celui qui peut circuler le mieux et le plus vite. Moyen ne veut pas dire ici médiocre. Ce contenu moyen porte en lui une qualité culturelle nécessaire et suffisante pour se répandre et plaire au plus grand nombre, dans son temps de production, mais aussi après, c’est-à-dire dans l’avenir, chez les descendants, plusieurs générations après. Car le contenu transmis est représentatif de son aire d’émission. Il forme une parcelle signifiante de ce temps lointain, des mentalités, opinions et attitudes, témoignant de l’état d’une culture dans une société donnée. À travers l’exemple des feuilletons-nouvelles d’Aycard, on a pu esquisser une étude de cette production moyenne, rarement prise en compte, alors qu’elle paraît davantage caractéristique d’une époque qu’une production exceptionnelle ou nulle. L’approche de cette production moyenne-médiane demande cependant aujourd’hui des efforts, en raison de son abondance et du manque de travaux préalables, d’inventaires de ces corpus pléthoriques qu’il s’agit d’organiser et de cartographier peu ou prou avant d’espérer en faire l’analyse.

49J’ai tenté de pallier ces difficultés en élaborant des méthodes comparatives transversales, qui donnent toutefois des aperçus précis sur les contenus, leur circulation et les interconnexions créant cette médiasphère. Cette production moyenne nécessite des analyses multiples, concernant acteurs, producteurs, supports, canaux, tandis que chacun de ces termes médiatiques mériterait d’autres travaux qui ne manqueraient pas de préciser et de mettre en valeur des points simplement entraperçus au passage.

50D’une manière générale, l’approche transversale de cette sphère médiatique amène à observer que la structure médiatique est multidimensionnelle, les médias-journaux s’empilant dans l’espace et dans le temps, formant des archives entrecroisées se faisant écho selon un grand nombre de modalités, par-delà toute frontière linguistique. Il n’existe pas de médium-journal qui puisse se permettre de cantonner son discours dans un seul référent géographique, qui ignorerait délibérément le lointain. Par définition, le médium-journal est un instrument d’approche, de rapprochement et de regroupement des faits distants. S’il veut remplir sa fonction d’information, il doit s’ouvrir aux flux d’informations provenant du monde entier. Il doit aussi varier son contenu en ayant recours à divers régimes narratifs.

51Chaque unité médiatique est interconnectée dans l’ensemble du système médiatique. Une information introduite dans le système peut s’y propager de façon exponentielle, pour peu que sa valeur de contenu (en termes de véracité, d’authenticité avérée ou supposée – par la qualité des sources –, de nouveauté ou de scandale) soit en adéquation avec ce que le système réclame.

52Occuper les presses et les machines est une autre fonction de la reproduction. C’est même la fonction première, primordiale de l’imprimerie, reproduire, dupliquer, copier. Le résultat est un empilement de volumes que, désormais, la numérisation dématérialise et rend accessibles. Les journaux et les médias sont un vaste système de duplication de contenu à grande échelle, géographique et linguistique.

53Le système médiatique se nourrit de reproductions. Mais il faut bien qu’il y ait un point de départ, la source, soit le fait vrai, soit le récit initial du fait (vrai ou possible). Quant à sa véracité, le contenu proposé par le médium-journal peut être de toute nature, y compris relever de la fiction la plus stricte. Mais il est véhiculé, généralement, comme un récit « avéré », d’où la nuance entre le vrai (l’absolutif du fait de réalité) et le possible ou le plausible (le récit relatif propagé : on nous dit que cette histoire est vraie mais on ne peut pas le vérifier, et elle peut être complètement fausse). Quel que soit le degré de véracité des récits, leur reproduction aide le système à s’entretenir et à se structurer. En effet, la reproduction est un lien communicationnel fort, un signal disant au lecteur que son médium-journal est bien connecté au réseau et qu’il lui transmet tout le contenu potentiellement utile et intéressant qui circule à un moment donné dans ledit réseau. Elle relève d’une nécessité structurale du réseau et de chaque médium-journal, d’une part pour remplir leurs pages, d’autre part pour dire aux autres médias-journaux qu’on a reçu leur message et qu’on l’a transmis.

54Les reproductions doivent être nombreuses et provenir de sources les plus variées. Plus le nombre de sources citées est grand, plus le médium-journal est efficace, complet, utile et apte à remplir son rôle, plus il est connecté, et plus il est universel, riche de contenu et de messages. Aussi, on conçoit que le feuilleton-nouvelle parisien constitue un enjeu important pour le médium-journal au XIXe siècle, un signal communicationnel essentiel qui participe de la stratégie médiatique à une échelle internationale, car il véhicule un contenu ayant une origine repérable et authentifiable (même si la source précise est ignorée), participant d’un imaginaire de Paris, comme centre rayonnant de la culture et de la civilisation française, ayant de surcroît une valeur informative et mythique, d’autant plus grande que le journal reproducteur est éloigné, valeur qui se conjugue à son caractère distractif souvent présent.

  • 17 Clint Bruce, “Caught Between Continents. The Local and the Transatlantic in the French-Language Se (...)

55Il est d’autant plus significatif que le critique Clint Bruce, en étudiant Le courrier de la Louisiane, ait nommé, dans le même article17, le trio de feuilletonistes du Courrier français, Marie Aycard, Eugène Guinot et Louis Lurine dans un contexte où il fait référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur l’émergence de la culture médiatique dans les années 1830 et à ceux de Pascale Casanova sur Paris comme « méridien de Greenwich de la littérature ». En rapprochant incidemment ces noms, ce critique a vu juste : il est beau de s’extasier sur les chefs-d’œuvre littéraires des écrivains français du XIXe siècle qui vont symboliser la culture française et littéraire auprès du reste du monde. Mais il est important de souligner que cette culture française est autant, sinon davantage, représentée dans le monde par les œuvres des feuilletonistes parisiens de valeur médiane. Cette observation paraît être d’une grande portée pour comprendre le fonctionnement de la médiasphère et la propagation exceptionnelle du feuilleton-nouvelle et des fictions d’actualité parisiennes, qui donnent à lire, partout, des fragments d’imaginaire culturel de source française. Combiné à la médiasphère, le rayonnement de Paris semble aller au-delà des propos de Pierre Bourdieu et Pascale Casanova, mais ce n’est pas un hasard si ces deux noms sont associés ici à ceux d’Aycard, Guinot et Lurine. Il conviendrait de mesurer ce triple rayonnement international et d’étendre les investigations à la production des deux autres auteurs. Ce n’est pas, du reste, tel feuilleton-nouvelle en particulier, que des échantillons de ce matériau lui-même en général, qui se doivent de figurer au sommaire des journaux, magazines et revues d’actualité et d’information dans toutes les parties du monde occidentalisé, car ils constituent des vecteurs de la culture médiatique.

Humanités numériques

56En 2015, un numéro de la revue Critique dédié aux « humanités numériques », intitulé Des chiffres et des lettres, sous la direction d’Alexandre Gefen, prend acte de ce que

  • 18 Alexandre Gefen, « Présentation », Critique, août-septembre 2015, nos 819-820, Des chiffres et des (...)

la numérisation massive par les bibliothèques des livres et des archives a transformé la culture en une immense base de données et a fait émerger de nouvelles méthodes d’analyse, empiriques et quantitatives de l’histoire des idées et des faits culturels18.

  • 19 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama : qui n’a jamais rêvé d’avoir lu tous les livres ? [(...)
  • 20 C. P. Snow, Les deux cultures, suivies de Supplément aux Deux cultures [The Two Cultures and the S (...)

57Ce numéro revient sur une question déjà posée par Aiden et Michel dans Culturama19, lorsqu’ils rappellent la notion de « double culture », scientifique et littéraire, mise en évidence par C. P. Snow dès 195920. Le problème se repose aujourd’hui avec une force accrue : que doivent faire les sciences sociales en général, et les études littéraires en particulier, des mégadonnées qui s’accumulent dans les bases de données ? Les chercheurs en littérature ne doivent-ils pas réviser leurs approches et méthodes pour aborder le traitement de ces « nouvelles » données ? Ne doivent-ils pas élargir leur horizon en intégrant les corpus de presse et les archives numérisées ? En fait, il ne s’agit pas tant de modifier les acquis méthodologiques et historiques que de créer de nouvelles spécialités, de nouvelles branches dans l’arbre du savoir, aptes à prendre en charge la gestion et l’interprétation de ces nouveaux objets grâce à de nouveaux outils. Cette étude en propose un modèle particulier, appliqué à un sujet singulier, mais aussi à un vaste domaine, à la croisée du journalisme et du littéraire.

58L’existence de larges corpus de presse, jusque-là peu pris en compte par les chercheurs littéraires et même les historiens, pose des problèmes méthodologiques. Leur contenu est pléthorique, partiellement trié, et circule à l’échelon local aussi bien qu’international. Ces données nouvelles sont révélées par leur numérisation en masse, qui les rend accessibles.

  • 21 Aurélien Berra, « Pour une histoire des humanités numériques », Critique, août-septembre 2015, nos(...)

59Un objet longtemps abandonné par les littéraires peut être repris et révélé par eux, mais aussi exploité par les historiens et les sociologues et, bien évidemment pour ce qui nous concerne, par les sciences de la communication. L’oubli, la cécité culturelle, les hiérarchies de valeurs, et ce qu’Aurélien Berra appelle les « amnésies disciplinaires »21, sont des écueils à dépasser par l’analyse communicationnelle que l’on propose, ou qui s’impose, par la structure du sujet et des corpus afférents, c’est-à-dire par la prise en compte de corpus élargis, débouchant sur l’ouverture de champs d’analyse et de recherche inédits, qui passeront inévitablement par la réévaluation, la relecture voire la réédition de textes.

60Il n’est guère besoin de justification supplémentaire dans cette démarche, une fois qu’aura été surmonté le possible poids de l’oubli, et posés l’intérêt et la qualité du corpus. Un pan entier de culture est à réévaluer, qui possède sa valeur intrinsèque, indépendante de son statut oublié, de sa mise à l’écart (oserais-je dire à l’Aycard ?). On découvre que son potentiel initial, instructif et récréatif, est demeuré intact, un siècle et demi après sa parution. Ces contenus ont toujours la capacité de nous instruire et de nous divertir. Ils n’ont été écartés que par négligence, perdus de vue au passage des générations, recouverts par les strates successives des périodiques postérieurs, qui s’empilent dans un mouvement continu, rendant difficile la manipulation globale de tant de volumes et de surface imprimée. Cette difficulté matérielle tend à s’effacer par la mise en ligne qui, comme son nom l’indique, transforme cette masse volumineuse tridimensionnelle compacte en une « ligne » unidimensionnelle, une chaîne de caractères indéfinie, aisément séquençable, fragmentable et interrogeable. Ce corpus nouveau pose des problèmes inédits. Il s’impose, tout d’abord, par sa masse, sa présence, son accessibilité, sa lisibilité, son immédiateté, mais aussi par ses difficultés intrinsèques d’analyse et de déchiffrage. Des approches et méthodes innovantes, des points de vue renouvelés, un nouvel état d’esprit, tout cela est nécessaire pour l’appréhender. Les difficultés de premier abord, les a priori théoriques ou les préventions s’effacent ou s’effondrent. Les anciennes catégories, cadres de classement, certitudes et hiérarchies doivent s’ouvrir à de nouvelles méthodes, si elles ne veulent pas se laisser déborder.

61L’inertie éventuelle de la recherche, le désintérêt, les écueils et handicaps, les refus et les rejets, constituent autant de freins à dépasser. La rareté ou l’inaccessibilité ne peuvent plus fournir d’excuse quand la presse est numérisée. Jusqu’à une période récente, en effet, on pouvait invoquer des prétextes, opposer des analyses ou des postures intellectuelles, feindre l’ignorance, se reposer dans l’inaction. Désormais, ces attitudes et ces poses ne sont plus de mise. Les corpus deviennent accessibles massivement et exigent leur prise en considération. Ils posent question, ils s’imposent par leur variété, leur complexité, leur diversité, ils constituent des sources, des gisements, des états de fait. Ils témoignent massivement de leur époque. Le chercheur se doit de prendre position par rapport à ce nouveau paradigme, et la première attitude serait de s’immerger dans ces corpus, de préparer des cartes, des itinéraires, des modes d’emploi, des inventaires et des analyses qui ne se contenteront pas de constater leur caractère éphémère, négligeable, secondaire ou médiocre. Il convient d’élaborer des instruments de travail utiles, des guides, des méthodes de recherche innovantes, d’identifier des objets d’études neufs.

  • 22 Pierre Mounier, Les humanités numériques, une histoire critique, Paris, Éd. de la Maison des scien (...)
  • 23 Pour une histoire littéraire et culturelle de la presse française, du papier à l’écran, voir Numap (...)

62Si habitudes et acquis sont remis en question par ces méthodes et outils, c’est une bonne chose pour la recherche, qui ne peut plus se borner à répéter, sur divers tons, les certitudes acquises. Toutefois, prévient Pierre Mounier, il se peut que les humanités numériques soient une contradiction dans les termes, et conduisent à une forme d’incompatibilité, sur le plan de l’objet d’étude, de la méthode et du projet théorique sous-tendu22. Cependant, la presse ancienne numérisée représente un cas particulier d’« humanités numériques », une spécialité en devenir et à créer de toutes pièces. Une nouvelle génération de chercheurs commence à utiliser les outils et les données mis à disposition pour s’en emparer. Aux États-Unis, des équipes se forment, regroupant scientifiques et humanistes de sciences sociales ou littéraires, qui conjuguent leur expertise. En France et au Québec, le projet Numapresse (soutenu par l’Agence nationale de la recherche, ANR) s’est saisi de la question en 201723. Certes, comme le note Jean-Gabriel Ganascia dans sa contribution à Critique,

  • 24 Jean-Gabriel Ganascia, « Les big data dans les humanités numériques », Critique, août-septembre 20 (...)

Mesurées à l’aune des « grosses données », les études littéraires portent sur des volumes bien faibles [...]. Les archives historiques ne semblent pas beaucoup plus grosses, ni plus « véloces », même si elles sont un peu plus variées24.

  • 25 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama…, op. cit., p. 209. Le site Fulton History n’a numér (...)

63Faibles également par rapport aux données sociales des réseaux actuels, quoique plus considérables par rapport aux données citées par Ganascia, paraissent les volumes de presse numérisée ou en passe de l’être. Mais ces volumes ont, de tout temps, rendu difficile la tâche de leur exploration, voire l’ont découragée. Et nous ne sommes pas au bout de nos peines. La quantité de journaux à numériser reste considérable. La Bibliothèque royale de Bruxelles estime n’avoir numérisé que 5 % des pages de journaux qu’elle conserve, de même que la British Library. En recherchant si le numéro du journal qui a publié « Le canard au ballon » d’Edgar Poe avait été numérisé, Aiden et Michel ont constaté que non. Si le texte est disponible en ligne dans les œuvres de Poe, l’Extra Sun (numéro spécial du Sun) du 15 avril 1844 n’est numérisé nulle part. « La majorité des articles de journaux de Poe n’ont pas été numérisés et nul ne sait quand et s’ils le seront25. »

  • 26 “Crinoida Dajeeana. The Man-Eating Tree of Madagascar”, The World (New York, Semy-Weekly Edition), (...)
  • 27 Sur Tom Tryniski, responsable du site Old Fulton NY Post Cards, voir supra.

64La recherche sur l’origine du canular de l’arbre anthropophage de Madagascar, qui s’est répandu (ainsi que ses surgeons) à plus d’un millier d’occurrences dans la presse mondiale, a fait apparaître, récemment, le récit initial dans le journal de New York, The World, en 1874. Las, l’exemplaire numérisé est celui de l’édition bihebdomadaire et non celui du quotidien, paru deux jours auparavant et qui n’est pas numérisé26. Le Sun et le World font pourtant partie des journaux nord-américains majeurs, et leur numérisation problématique semble être laissée à l’initiative privée et aléatoire d’un Tom Tryniski27, unique responsable d’un site qui a numérisé et mis en ligne des millions de pages de journaux…

65Gallica a numérisé, il y a plusieurs années, une sélection réduite des quotidiens parisiens. Ce n’est que début 2015 que le Journal de Fernand Xau, quotidien majeur fondé en 1892, a été mis en ligne. Les journaux régionaux français sont encore plus mal lotis, quoique certains aient fait l’objet de numérisations qui offrent dès lors des services considérables, les rendant plus visibles que certains journaux parisiens. De son côté, la Gazette des tribunaux a été mise en ligne, ce qui permet désormais de mener des travaux ciblés sur son contenu. Mais de nombreux journaux tant locaux que nationaux ont déjà été numérisés, et leur inventaire est difficile à tenir à jour : on les découvre, parfois par hasard, dans « Gallica intra muros » (ou Gallica News).

66En plus de ces questions d’accès, ou de disponibilité numérique, les écueils se multiplient pour le traitement des données, dispersées dans de nombreuses bases, certaines étant peu aisées à découvrir. Il existe un problème de référencement des sites utiles, sans parler de leur contenu. Mais, on l’a vu, les choses s’améliorent. Cependant, les sources sont hétérogènes : certaines bases sont en mode image, comme nombre de journaux régionaux français ou ceux de la Louisiane francophone. Leur exploration est donc analogique. Celles qui ont adopté la reconnaissance de caractères fonctionnent selon des modalités ou des langues différentes. Cette reconnaissance est loin d’être parfaite pour les journaux anciens. Un point important à souligner est que la quantité permet de pallier les défauts par redondance. Jean-Gabriel Ganascia remarque :

  • 28 Jean-Gabriel Ganascia, « Les big data… », art. cité, p. 633.

En résumé, les « grosses données » se caractérisent par l’absence de protocole de collecte, de théorie initiale, de modèle et d’échantillonnage, par leur désordre aussi et par la capacité des méthodes qui les accompagnent à neutraliser les imperfections d’une collecte de masse28.

67D’où l’intérêt de numériser plusieurs exemplaires du même document ou plusieurs versions différentes et de croiser les résultats. La redondance, vécue tout d’abord comme un poids et un handicap, devient une force de conservation. Elle est aussi un effet de la reproduction, et donc de la circulation des contenus.

Circulations

68La circulation nationale d’un feuilleton-nouvelle parisien est facilitée par la notoriété de sa source première. Le courrier français et Le temps bénéficient d’une excellente réputation médiatique, et leurs articles se fraient un chemin aisé dans la presse régionale française, en partie grâce au journal reproducteur Le voleur. Des titres comme le Journal de Rouen (très tôt, dès les années 1830) ou le Journal du Loiret reproduisent en grand nombre les feuilletons-nouvelles de ces journaux et d’autres titres de la presse parisienne. L’écho du Nord (Lille) a fait de même et a été attaqué pour cela par la SGDL en juin 1841. Ce procès (et d’autres impliquant l’entrepreneur de presse Théodore Boulé) montre que les auteurs et leurs représentants étaient conscients de ce phénomène de reproduction, bien difficile à endiguer, et qu’ils tentaient de réagir à cette forme de spoliation. Si Boulé perdit beaucoup de ses procès, cela ne l’empêcha nullement de persévérer dans cette voie. Pour se prémunir contre ces attaques, il aura eu l’idée novatrice de créer un service de rédaction et de mise en pages à destination de la presse départementale (un premier exemple de « syndication » au sens moderne), dont il est peu aisé d’apprécier le succès, mais qui a contribué à répandre le contenu littéraire choisi à Paris dans un grand nombre de journaux locaux. Le procès de L’écho du Nord montre d’autre part que ce type d’affaire s’enlise, traîne en longueur et est, en définitive, peu efficace pour entraver la pratique de la reproduction. La SGDL ne parviendra à réguler le système de la reproduction pour ses adhérents que longtemps après.

69La repro-traduction étrangère est un phénomène tout aussi massif, mais impossible à empêcher, en raison de l’absence de législation internationale avant 1850, et difficile à repérer et à contrer plus tard. On a observé que les traductions étaient souvent très proches de l’émission originale parisienne, que ce soit en Allemagne, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. Pire, il arrive fréquemment que le nom de l’auteur disparaisse dans les journaux de ces pays. De ce fait, seule l’œuvre rayonne et se répand, au détriment de la notoriété de l’auteur. Par la recherche plein texte dans les bases de presse numérisée, on parvient plus ou moins facilement à traquer ces reproductions anonymes, dans n’importe quelle langue. Il découle de ces techniques de fouille novatrices l’élaboration d’un paysage littéraire et culturel esquissant le rayonnement de la francophonie sur des bases entièrement nouvelles, qui justifie de reconsidérer nombre de points, et notamment d’attribuer des scores de « célébrité » à tel texte particulier aujourd’hui inconnu, de mesurer sa « popularité », son aire de diffusion, son taux et sa vitesse de reproduction, sa longévité littéraire et son influence possible sur d’autres auteurs.

70Un exemple frappant est fourni par « Le curé Bonaparte », qui a été largement répandu pendant près d’un siècle après que sa source et son auteur aient été effacés de la mémoire collective et de l’histoire littéraire. Son argument narratif, dans ses moindres détails y compris patronymiques et événementiels, a servi de canevas à des dramaturges, dont l’un, Italien, a contribué à le relancer et à l’ériger en mythe multimédiatique avec un succès inouï, au théâtre, à la radio, au cinéma, à la télévision et en livre, dans de nombreux pays et langues – partout sauf en France.

71On a pu établir que la sélection de textes d’Aycard par le Chambers’s Edinburgh Journal a offert à ces récits de connaître un destin hors norme dans l’aire anglophone (et surtout nord-américaine), six d’entre eux se retrouvant dans les vingt meilleurs succès d’Aycard.

72D’une façon générale, j’ai montré que les récits d’Aycard faisaient partie d’un flux de textes circulant entre les journaux, parisiens, régionaux et étrangers. Cette circulation ne leur est pas spécifique. Le réseau d’échanges internationaux des journaux se nourrit d’un vaste corpus de textes, récits, anecdotes, articles, et charrie un énorme matériau littéraire de provenance française. Les récits d’Aycard appartiennent cependant à un groupe de textes circulant peut-être plus largement que d’autres dans ces réseaux médiatiques et alimentant significativement le flux littéraire global. Cet auteur fait partie d’un groupe restreint de producteurs de fiction ou de narrations, avec la duchesse d’Abrantès, Berthoud, Guinot, Marco de Saint-Hilaire, Méry, etc., privilégiés par les reproductions nombreuses de leurs feuilletons-nouvelles.

73Aycard se situe dans une très bonne moyenne de diffusion internationale, certains de ses textes ayant eu un fort impact médiatique, se traduisant par un taux de rotation élevé dans des journaux nombreux et diversifiés avec une grande diffusion sur une longue période. Une bonne part de ses productions a connu une diffusion moyenne (138 titres de 5 à 20 occurrences), enfin, les plus nombreux de ses récits ayant dû se contenter d’une faible diffusion ou d’aucune diffusion (350 titres). Cette différenciation de la diffusion questionne le genre ou la nature des textes concernés. Quels sont les critères organisant cette diffusion ? Qu’est-ce qui préside au choix des rédactions ? Pourquoi tel texte circule et tel autre non, à qualité égale ?

74Le critère de la disponibilité du texte à un moment donné est essentiel, du fait qu’il n’existe pas de recueils de référence des œuvres d’Aycard où un directeur littéraire puisse puiser aisément. Ces rédacteurs doivent se fournir au plus près, c’est-à-dire à la source ou dans un journal reproducteur au moment même de sa diffusion, donc dans une immédiateté contingente, un des caractères de la « fiction d’actualité », feuilleton de l’éphémère quotidien. Le sujet, le genre, l’intrigue, le thème, le style, sont naturellement des critères importants dans la sélection des matériaux à reproduire, le corpus étant caractérisé par son abondance à chaque instant de l’éphémère quotidien : chaque jour, des dizaines de feuilletons-nouvelles sont publiés et doivent être triés par les journaux reproducteurs.

75La notion d’authenticité (story of real life) est, elle aussi, essentielle, notamment pour la presse anglophone. Il est indispensable que le récit choisi soit d’une qualité « supérieure » et que son sens soit perceptible par tout lecteur. Le critère de véracité doit faire la différence. Le récit doit refléter la vie réelle, nourrir l’expérience et être lui-même une expérience vécue ou ressentie, servir de leçon, de modèle, de guide, voire de consolation. Le lecteur ne demandera pas une preuve de réalité, mais la vraisemblance et le ressenti devront y suppléer. Souvent les deux éléments sont présents : à la preuve (date, lieu, nom de personne) s’ajoute la cohérence de l’intrigue, sur les plans historiques, psychologiques et sociologiques. L’historicité (personnage, anecdote historique) est une donnée importante. Si le sujet du feuilleton-nouvelle est un personnage de premier plan, individualisé dans le récit, celui-ci gagne en force et en intérêt. L’exemplarité (récit de mœurs, édifiant et caractéristique) doit être au cœur du texte et dans sa finalité discursive. L’habileté narrative, une intrigue ingénieuse rondement menée, avec un style agréable, sont des éléments supplémentaires qui emporteront la décision des directeurs littéraires. Ces qualités doivent se trouver dans les récits retenus. Ceux qui en manqueraient par trop sont éliminés et n’auront pas accès à la médiasphère par réimpression.

76Comparés aux textes d’autres auteurs, ceux d’Aycard répondent à la plupart de ces critères et connaissent en conséquence une diffusion non négligeable, tous azimuts, continue, soutenue, industrielle, mais non unique ou exceptionnelle. De fait, la littérature française s’exporte et se diffuse très bien, et la signature ou la garantie du nom d’un auteur n’est pas l’élément prépondérant. Comme exemple type du récit à la diffusion extraordinaire, et complètement anonyme, on a vu celui de l’histoire de Clodomir Frénois. Dans ce cas, c’est la source (un journal judiciaire « sérieux », L’audience) et l’intérêt intrinsèque du récit qui font la différence et le rendent « populaire ».

« Popularité »

  • 29 Marie-Ève Thérenty, « Les débuts de l’ère médiatique en France », in Requate Jörg (ed.), Das 19. J (...)

77Le système de la médiasphère étudié vers 1840 permet de voir fonctionner une culture médiatique déjà en place et qui ne cessera de se développer et de s’étendre jusqu’à aujourd’hui, devenant culture de masse après les années 186029, investissant les nouveaux médias successivement créés au fur et à mesure de leur apparition. En se plaçant dans le champ du journal au XIXe siècle, méthodes et résultats ici présentés permettent d’y réévaluer la notion de popularité, souvent considérée comme floue, faute de moyens de mesure et d’évaluation : qu’est-ce qui est populaire, qu’est-ce que le roman, la littérature, l’auteur, l’édition populaires ? Ces questions n’obtiennent jamais de réponse satisfaisante faute de critères objectifs. Définir la littérature populaire a toujours posé une difficulté pour les chercheurs et les historiens. Au sens médiatique du terme, la littérature populaire est lue par le grand nombre (à travers des « collections populaires », des « journaux populaires », etc.), elle obéit à une esthétique particulière, mais n’est pas, en principe, produite par le peuple. Il existe pourtant une « littérature populaire » produite par lui (ou émanant de lui, tels les « contes populaires »), d’où une confusion sémantique quant à l’objet dont on s’occupe. C’est pourquoi il serait préférable d’utiliser ici la notion de « popularité » d’un auteur, d’un contenu ou d’un support. C’est aussi une notion communicationnelle qui a cours dans les évaluations des flux générés par les réseaux actuels pour mesurer la fréquentation des sites. Si l’on considère que la littérature populaire est celle diffusée par les médias de masse, un autre écueil surgit. À partir de quand, de quel seuil, de quels critères quantitatifs, devrait-on parler de « popularité » ?

78Les chercheurs qui se sont occupés de ces domaines ont jusqu’ici préféré se retrancher derrière les notions de « discours médiatique » ou de « régime médiatique », fondées entre autres sur la question de la sérialité, celle-ci se substituant à la forme du roman-feuilleton. Mais si on se penche sur la réalité du feuilleton des années 1840, cet édifice théorique devient insuffisant pour rendre compte des observations, car on est contraint de tenir compte de l’existence massive du feuilleton-nouvelle, comme rival et modèle alternatif au feuilleton-roman, et à une diffusion sans précédent de cette production. Il n’y a plus dès lors de structure sérielle, sauf à considérer, par extension, que le journal serait en lui-même une forme sérielle, ce qui relèverait d’une tautologie. De même, le critère économique est-il un élément important, mais qui devient secondaire, du fait de la cherté des supports et de l’existence des cabinets de lecture. Restent enfin le stéréotype littéraire, les conventions narratives nécessaires au fonctionnement des textes. Leur présence n’exclut pas l’originalité des sujets ou des traitements, laquelle existe aussi dans le cadre du récit médiatique. Finalement, le seul critère indispensable pour mesurer la « popularité » d’un énoncé, texte ou récit, est sa réimpression. Ce critère est non seulement indispensable, mais objectivement mesurable. Dans ces années de fondation et de changement de paradigme, il doit constituer le socle sur lequel reposeront les analyses qui prétendront étudier la popularité des objets que l’on observe.

79D’un autre côté, un texte est rendu populaire par sa reproduction ou sa reproductibilité. Ceci est valable en régime de reproduction libre (hors copyright), avant les années 1850, ou en régime de droits protégés, comme par la suite. Dans ce cas, c’est, en France, le rôle de la SGDL de gérer les reproductions. On conçoit aussi que la SGDL n’a aucun rôle de ce genre en l’absence d’un copyright, ou un rôle très limité, basé sur la dénonciation, sinon la sanction des abus. Son seul domaine d’action est de lutter contre le plagiat, notamment au théâtre, comme le montrent les actions intentées dans les années 1840 et 1850. Ainsi, la popularité devient un critère décisif, un facteur liant la notoriété d’un contenu, sa circulation et son « intérêt romanesque ».

80Traquer cette popularité revient à enquêter, à mesurer et à étudier les différentes composantes de la médiasphère. Ma méthode aura consisté à choisir un acteur particulier, à suivre son parcours et celui de ses productions à travers quelques supports significatifs et analyses de contenu. J’ai isolé des éléments pertinents de ce contenu et observé leur comportement, d’où ils viennent, où ils vont, par leur trajectoire de diffusion. Cette trajectoire relie entre eux de multiples supports qui, à leur tour, peuvent être objets d’investigation. Plus les observations sont précises, variées et nombreuses, plus la cartographie du réseau s’affine et est mise en évidence sous la forme de la médiasphère.

81Ce réseau est dynamique, en mouvement et en évolution constante. Ses composants et leur contenu se renouvellent sans cesse, c’est un tissu relationnel de points nodaux d’intérêt, comme le montrent les graphes de Ryan Cordell, le contenu à valeur instructive et distrayante constitue une de ses lignes de force, et sa circulation peut faire l’objet d’analyses révélant sa structure. Une de ses caractéristiques est son homogénéité intrinsèque : un journal de petit tirage a autant de « valeur » médiasphérique qu’un quotidien de grande diffusion, dans la mesure où tous deux contribuent à populariser un contenu et à augmenter sa « popularité », chacun à son échelle. De ce fait, le tirage ou la diffusion d’un support ne sont pas des critères de mesure exclusifs.

  • 30 Meredith L. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, Un (...)

82Cette enquête a un autre effet dérivé qui mérite d’être signalé : on peut désormais amorcer un mouvement de réattribution massif de textes anonymes circulant dans la médiasphère, et désigner ou retrouver leurs auteurs initiaux, dont Marie Aycard n’est qu’un parmi d’autres. Lorsque l’on voit que son récit « Les trois avis » est reproduit près d’une centaine de fois dans les journaux anglophones sans que jamais sa signature n’apparaisse, cela pose question. Combien de textes et d’auteurs, français ou non, ont subi le même sort et ont circulé de façon anonyme, dans la médiasphère et notamment la presse nord-américaine ? Quelles sont les raisons de cette circularité massive ? Leur popularité doit nécessairement se fonder sur une qualité « médiatique » qui serait utile à évaluer plus finement et sur une plus vaste échelle que celle qu’il a été possible d’emprunter30.

83Le réseau médiatique et la médiasphère vivent de leur contenu et celui-ci par définition évolue, se transforme, circule et se renouvelle. Le point de départ de cette dynamique est un fait ou une fiction. Cette distinction n’est pas étanche. Il n’y a pas de séparation marquée entre la fiction et le factuel, à tel point que l’espace-feuilleton n’est pas un critère séparateur suffisant. Il faudra attendre l’invention des « pages littéraires » (ou mieux les « suppléments littéraires ») dans les quotidiens européens ou américains, pour marquer une différenciation déterminante, qui aura été annoncée par la structuration du « feuilleton-roman » en « roman-feuilleton », et un espace feuilleton dédié principalement au roman, dans les années 1860-1870.

84À l’origine de la fiction, il peut y avoir un fait ou un ensemble de faits et, à son tour, la fiction devient un « fait », et se reproduit sous la forme d’un canard c’est-à-dire d’un canular. Le fait est fictionnalisé par sa narration, et la fiction devient un objet de croyance. Puisque, par définition, ce qui est imprimé dans le journal est vrai, toute fiction publiée a tendance à être prise comme élément factuel. Plus cette fiction aura un caractère extraordinaire, plus elle sera susceptible de se transformer en « canard » et de devenir « populaire ».

La fabrication du can(ul)ard

  • 31 La rubrique des « Tribunaux étrangers » des journaux, notamment judiciaires (la Gazette des tribun (...)

85Si le canard circule si bien, et si on ne le distingue pas d’une information vraie ou d’une fiction, c’est que le mode de fabrication de tous ces récits est proche. Si un récit d’Aycard circule sous son nom, sans signature ou sous un autre nom, s’il peut être incorporé dans un livre ou un ouvrage de référence, au titre de fait avéré, c’est que son statut est semblable à ceux des autres récits, et qu’il semble véhiculer une authenticité discursive. Le fait de soupçonner de relever du canard un texte du type des « Tribunaux étrangers »31 ne résout pas la question de sa fabrication. À partir de quels matériaux, sur quelles bases, s’écrit le texte en question ? Il cite souvent des éléments de connaissance, des faits d’histoire locale parfois erronés, mais suffisamment précis pour jeter le trouble dans l’esprit du lecteur. On n’improvise pas une histoire située en Tartarie ou en Chine sans s’entourer d’un minimum de documentation, même mal interprétée. Quelles sont les sources des auteurs ? Brodent-ils à partir d’un véritable fait divers ? Les « Tribunaux étrangers », sauf exception, ne sauraient sortir du néant de l’imagination.

  • 32 Jean Paulhan, « Le bonheur dans l’esclavage », préface à Pauline Réage, Histoire d’O, Paris, Pauve (...)

86Un exemple proche de nous, puisque surgi cent ans plus tard, permettra de comprendre la difficulté d’évaluer les sources d’un canular élaboré, si toutefois c’en est un. Dans sa préface à Histoire d’O, en 1954, Jean Paulhan commence par raconter une histoire, sans rapport avec son sujet, située dans l’île de la Barbade, lors de l’émancipation des esclaves, en 183832. Il assure qu’environ 200 esclaves ont refusé d’accéder à la liberté et ont rédigé, avec un pasteur anabaptiste, un mémoire pour justifier leur maintien en esclavage. Ce mémoire a été présenté à leur maître, lord Glenelg, qui a affirmé vouloir se conformer aux nouvelles lois. Devant ce refus, les esclaves l’ont massacré, lui et sa famille, avant de réintégrer leurs cases et leurs chaînes. Paulhan dit que l’affaire a été étouffée, mais que le mémoire serait d’un intérêt prodigieux, comme exemple de domination volontaire, avant d’embrayer sur le livre qu’il préface, qui va dans ce sens.

  • 33 Charles Grant, baron Glenelg (1778-1866). Voir John Innes, Rapport d’un témoin oculaire sur la mar (...)
  • 34 Nicholas Draper, The Price of Emancipation. Slave-Ownership, Compensation and British Society at t (...)
  • 35 “The History of Slavery in Barbados” (cop. 1998-2019). [En ligne] < www.funbarbados.com/ourisland/ (...)
  • 36 Les ouvrages qui en parlent se contentent de citer des extraits de la préface de Paulhan. Quelques (...)

87Une histoire aussi curieuse devrait avoir laissé des traces, or on ne trouve aucune confirmation historique d’une telle attitude et d’un tel massacre (élément d’horreur). Serait-on en présence d’un canular, d’une fiction, d’une invention ? Cherchons à savoir qui est Glenelg. Un personnage de ce nom a bien existé, en rapport avec l’émancipation des esclaves, mais il s’agit du ministre anglais des Affaires étrangères et des Colonies33. Celui-ci n’a jamais mis les pieds à la Barbade et n’a pas pu y être un colon. Il a quitté ses fonctions en 1839, et n’a donc pas pu être massacré en 1838. L’émancipation des esclaves de l’île y a été accordée en 1834, et une période de quatre ans a été décidée afin de passer d’un système à l’autre, pendant laquelle les anciens esclaves ne touchaient aucun salaire, mais étaient nourris et logés par leurs anciens maîtres. La libération a pris effet en 1838. Vérification faite, l’histoire de l’émancipation n’enregistre pas de révolte pour conserver l’ancien statut d’esclave34, et personne parmi les historiens ne se fait écho d’une affaire semblable, y compris sur les sites résumant l’histoire de l’île35, sauf quelques commentateurs littéraires dans le maigre sillage de Paulhan. L’affaire aurait-elle été étouffée au point de disparaître des archives ? C’est ce que voudrait nous dire Paulhan36. Celui-ci semble avoir inventé un épisode, mais à partir de renseignements très précis, bien que déformés (la référence à Glenelg en témoigne : c’est un signe, ou la signature, du canular), tirés d’archives ou d’une bonne connaissance de l’histoire de l’île. Ce récit apparemment paradoxal, affirmé avec assurance par une autorité éditoriale, en devient cohérent et a pu abuser des lecteurs. Si nous devons, aujourd’hui, le classer dans les canulars du type de ceux qui figurent dans les « Tribunaux étrangers », la méthode de fabrication du récit nous échappe en grande partie. Le plus extraordinaire est que cette affabulation a inspiré un film à succès, Manderlay de Lars von Trier en 2004, partiellement inspiré par la fable imaginée par Paulhan !

88On peut comprendre que, de leur côté, certains récits habiles d’Aycard aient pu abuser des lecteurs qui ont cru à leur véracité, ainsi que des rédacteurs qui les ont reproduits en raison de leur authenticité superficielle ou de la notoriété de leur source.

89Cette question des canulars de presse mérite que l’on s’y arrête. Phénomènes vieux comme les médias, on les appelle aujourd’hui et depuis peu des « fake news » (ou infox). Ils semblent nombreux dans les journaux que l’on a explorés. Leur recherche pourrait constituer un objectif dont la portée n’apparaît pas encore dans toute son envergure. Elle révélera, peut-être, une image singulière de l’inconscient social d’une époque et de sa culture. Leur exploration pourrait mettre au jour un état de l’imaginaire de la société à travers la médiasphère produite que l’on ne peut pas encore bien apprécier. Pourquoi ce type de contenu a-t-il une telle propension à se répandre ? Quel sens donner à tant d’histoires parfois absurdes ? La société qui les fabrique a-t-elle tant besoin de se bercer de contes et de croire à l’extraordinaire ? Le canard est-il « structurel » à l’information, en est-il une part d’ombre inavouée ? Car, loin de disparaître, chassés par la clarté des « nouvelles technologies », les canards et les histoires fausses ou absurdes ne se sont jamais tant propagés, depuis qu’internet a interconnecté les humains et que les réseaux, sociaux ou non, se sont mis en place. Une société qui a besoin d’entendre et de croire à l’histoire du curé Bonaparte, mythe cathartique qui rassure, amuse et ouvre des portes à l’imagination et à l’interprétation du monde et de l’histoire, mais aussi à l’aventure de Clodomir Frénois, à l’histoire du chien mélomane ou à l’arbre anthropophage, expose ainsi ses phobies et ses rêves. Dans toute société ressentant ces besoins à divers titres, devant se créer des mythes à sa mesure et selon sa situation sociale et historique, le canard et le canular ont une longue existence assurée devant eux.

Clôtures et ouvertures

90Le cas particulier de Marie Aycard ne permet pas d’avoir une vue complète du phénomène de la diffusion du feuilleton-nouvelle parisien. Les siens font en effet partie d’un flux de textes circulant à l’échelle mondiale – en se limitant aux contes et à la fiction –, les articles se répandant de la même manière, tout en subissant une « porosité générique » en vertu de laquelle il est difficile de distinguer le factuel du fictif, en raison de la narrativité généralisée du contenu médiatique, constatée dans les années 1830-1840. On doit poser que cet auteur-producteur n’est pas médiatiquement mineur ni secondaire. S’il a été considéré comme tel, c’est que nos instruments de lecture classiques étaient mal réglés pour apprécier son cas singulier et l’étendue de son intérêt. Surtout, cet auteur est loin d’être isolé dans le continuum littéraire journalistique de son temps.

91Quelle proportion de la médiasphère est « inconnue » ? Doit-on reprendre l’estimation d’Escarpit concernant les auteurs oubliés37 ? La médiasphère serait-elle composée à plus de 99 % d’énoncés « inconnus » ? Qu’est-ce qu’un contenu oublié ? Le critère discriminant est-il la reprise en volumes ? Est-il vraiment utile de se souvenir de plus d’1 % de quelque chose ? Cela rejoint la boutade de l’écrivain de science-fiction Theodore Sturgeon qui disait que 90 % de n’importe quoi ne vaut rien38.

  • 39 On remarquera que l’expression « hapax médiatique » est elle-même un hapax. Jusqu’à présent, et se (...)
  • 40 Françoise Levie, L’homme qui voulait classer le monde : Paul Otlet et le Mundaneum, postface de Be (...)

92De par sa structure, la médiasphère étant, essentiellement, un contenu d’actualité éphémère, il est naturel de le voir se périmer à plus ou moins long terme et se faire remplacer par un nouveau contenu de substitution, dans un mouvement permanent. Mais, aujourd’hui, ces contenus peuvent être « retrouvés », réévalués, et remis en perspective, et cela ouvre des champs inédits aux recherches. Aussi, devons-nous décloisonner les sujets de recherche, cultiver la transversalité. C’est aussi un besoin potentiel : ayant conçu des outils numériques et créé des archives de presse numérisée, il convient de leur donner un usage et celui que l’on a pratiqué ici (fouiller le corpus oublié d’Aycard) n’en est qu’un parmi d’autres. J’en propose un autre, celui de traquer les hapax médiatiques tels Clodomir Frénois ou Marco Leonardo Nardez39. À l’ombre tutélaire des grands noms et des grands romantiques, il apparaît fructueux de lancer des recherches sur d’autres silhouettes oubliées d’« écrivains industriels » ou d’« écrivains médians » ou médiatiques. Reconstituer leurs réseaux, étudier les interférences entre eux permettra peut-être d’entrevoir une sorte de « nouvel ordre littéraire », sous-jacent et riche d’un sens non encore aperçu ? Cette sorte de reconquête d’une totalité perdue est en partie un rêve ou une illusion, mais elle offre un horizon d’action. C’est une manière de réorganiser la cacophonie de l’archive médiatique, de lui redonner un sens, de classer le monde et le réel, tel que l’envisageait un Paul Otlet40.

93Quelle cartographie se dessine, au travers des résultats recueillis ? Il est difficile de le dire car les données, concernant un seul personnage, ne sont pas suffisantes pour esquisser un bilan plus général. Mais il est déjà possible de noter un certain nombre de points. Progresser dans les directions ici indiquées supposera une augmentation des outils descriptifs et de repérage, ou du moins un effort monographique pour explorer périodiques et auteurs. Un des objectifs serait de repérer les « textes clés », susceptibles d’être les plus reproduits, tous genres, tous supports et tous auteurs confondus. Ce travail permettrait de dessiner un classement en termes de popularité des feuilletons-nouvelles parisiens et une carte de leur répartition-circulation dans la médiasphère.

  • 41 Ryan Cordell, “‘Taken Possession of’: The Reprinting and Reauthorship of Hawthorne’s ‘Celestial Ra (...)

94Au terme de cette quête, on peut entrevoir des réseaux complexes d’échanges médiatiques aux circuits inattendus, aux thématiques surprenantes et au comportement imprévisible, formant des ensembles difficiles à manipuler, pour lesquels il conviendrait de mettre en place et d’utiliser des bases de données qui seront des outils collectifs de partage de l’information et des références. Ces étapes sont encore peu avancées aujourd’hui. Les travaux de Ryan Cordell41 aux États-Unis ouvrent une voie possible, mais non la seule. Cet auteur montre que ce terrain de recherche est immensément prometteur. Cordell a emprunté l’idée de « viralité » à l’univers de l’internet pour caractériser le phénomène de la reproductibilité extrême de certains récits-énoncés dans la médiasphère, indiquant par là les similitudes plus que partagées entre des phénomènes appartenant à des époques technologiques différentes, montrant que, derrière ces différences de façade, les structures fondamentales restent les mêmes en régime médiasphérique, hier et aujourd’hui. Tenter de comprendre le fonctionnement de cette circulation globalisante passe par une lecture interprétative de ces flux, en fonction de leur origine, de leur direction et de leur intensité. L’écho médiatique qui se révèle résonnera numériquement au XXIe siècle, si les chercheurs consentent un effort de déchiffrage, aujourd’hui encore laborieux. La mise au point d’algorithmes facilitant la gestion et le traitement de ces flux et leur analyse réduira le caractère empirique des méthodes que j’ai été obligé d’utiliser. Ces algorithmes pourront également gérer davantage de données, portant sur un plus grand nombre de textes, d’auteurs, de supports, de langues et de sources numérisées.

95Il serait possible de modéliser les réseaux de reproduction mis au jour, ce qui donnerait des graphes ressemblant à ceux obtenus par Cordell, formant des pelotes fourmillantes matérialisant, par des traits plus ou moins épais, des milliers de liens de reproductions entre journaux (en termes de masses de textes – ou plutôt de chaînes de caractères – communs). Pour autant, ces réseaux inextricables, qui peuvent être perçus comme esthétiquement et intellectuellement très réussis, ne sont guère en fait « lisibles » par un esprit humain. Frédéric Glorieux le souligne à juste titre, dans son article de Critique :

  • 42 Frédéric Glorieux, « Bibliothèques informatisées… », art. cité, p. 661.

Les graphes sont faciles à produire mais pas également lisibles, ni utiles […]. En jouant sur les tailles, les couleurs, les transparences, on peut produire des tâches évolutives et psychédéliques, certainement propices à l’ouverture des portes de la perception, mais dont la valeur démonstrative est moins évidente42.

96On doit donc en passer par des réductions sous forme de tableaux bidimensionnels, plus aisés à commenter et à appréhender, qui ont l’avantage d’être précis, concrets, détaillés, examinables et triables selon des critères simples. Ces tableaux sont un autre mode de visualisation de la médiasphère. Ils mettent en évidence un phénomène singulier, inhérent à la structure médiatique et au processus de reproduction : les acteurs, décideurs ou rédacteurs, ignorent qu’ils font circuler des textes d’un même auteur, lorsqu’ils sont anonymes, et a fortiori les lecteurs. Ils sélectionnent et reproduisent mécaniquement des textes dont ils ne connaissent pas l’origine précise, mais qui appartiennent à une médiasphère identifiable comme parisienne. Le fait qu’ils aient choisi plusieurs textes d’Aycard leur échappe complètement. On en trouve des exemples dans la bibliographie de l’auteur, certains journaux publiant trois ou quatre de ses textes, tous anonymes.

97Le processus de reproduction équivaut alors à la fabrication d’un inconscient médiatique, qui permet la circulation, la duplication d’un contenu de même source auctoriale sans le savoir, caractérisée seulement par une facture, une thématique ou une origine communes. Cette circulation inconsciente caractérise la médiasphère. Cet inconscient médiatique sélectionne les textes ayant un profil voisin, le profil médiasphérique idéal de circulation maximale.

98Les algorithmes ou autres types de traitement pourront-ils isoler tel ou tel genre de texte court, apprécier, selon le contexte, s’il se range dans la fiction ou le fait de réalité ? Des récits relevant de ces deux types seront toujours délicats à distinguer, étant interchangeables dans l’univers médiatique où ils sont susceptibles d’être diffusés aisément et largement, car ce sont des récits captivants, intrigants, dépaysants, distrayants et dégageant leçon, morale et enseignement. Ces algorithmes seront-ils capables de dessiner la diffusion d’ensembles de feuilletons-nouvelles, de retracer leurs sources et leur dissémination médiatique, traçant des arbres de diffusion communicationnels complexes à une échelle internationale ? Si les algorithmes ont parfois du bon pour traiter des masses de données, ils sont aussi cause d’erreurs d’appréciation, et doivent être manipulés avec précaution. On s’est aperçu qu’ils étaient incapables d’apprécier ou d’évaluer l’ironie ou le sarcasme d’un énoncé. Pour le moment, les recherches et pondérations manuelles paraissent encore les plus efficaces.

  • 43 René Guise, Le phénomène du roman-feuilleton, 1828-1848 : la crise de croissance du roman, thèse d (...)

99En 1974, dans Le phénomène du roman-feuilleton, 1828-1848, René Guise déplorait que les travaux de thèses aient tendance à produire un résultat épuisant une question, fermant une recherche, par un couronnement terminal, sous la forme définitive d’un ouvrage cumulant les efforts de longues années. Il rappelait que la thèse était a contrario conçue, au départ, comme une introduction à une recherche, un démarrage permettant de juger de la capacité de l’auteur à traiter le sujet qu’il avait pris en charge43.

100Cette étude serait plutôt le point de départ de recherches encore à venir. J’ai bien conscience d’avoir posé davantage de questions qu’apporté de réponses et de solutions, d’avoir entrebâillé davantage de portes que résolu de problèmes. Le sujet est plus que jamais ouvert à la curiosité des lecteurs et des futurs chercheurs, chez qui j’espère l’avoir éveillée. Comme le notait Régis Messac dans la conclusion de sa propre thèse, Le « detective novel » et l’influence de la pensée scientifique (1929) :

  • 44 Régis Messac, Le « detective novel » et l’influence de la pensée scientifique, éd. revue et annoté (...)

Ce sera déjà beaucoup pour nous d’avoir aiguillé la curiosité, ou même peut-être d’avoir montré seulement qu’il y avait réellement là un objet de curiosité ou d’intérêt44.

101C’est là aussi mon ambition. La curiosité n’est pas une fin en soi, elle doit être le moteur d’une connaissance qui se conjugue au futur.

Notes

1 Les collections de journaux locaux anglais, entreposés à Colindale, ont souffert de destructions lors de la seconde guerre mondiale. Nombre de journaux locaux français sont fragmentaires dans les collections publiques. Sur la destruction de la presse ancienne, voir Nicholson Baker, Double Fold. Libraries and the Assault on Paper, New York, Vintage Books, 2002 (1re éd. New York, Random House, 2001).

2 Jean-Luc Buard, « Un feuilleton-nouvelle dans la sphère médiatique du XIXe siècle : “Cour criminelle de l’île Maurice” (1840), de L’audience au Petit journal, en passant par Le Canadien et le reste du monde », Médias 19. [En ligne] < http://www.medias19.org/index.php?id=23685 >.

3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 50 : Paris est le « lieu universel de la pensée universelle ». Pascale Casanova analyse l’hégémonie artistique parisienne, la ville est à la fois une capitale nationale et le « méridien de Greenwich de la littérature » dont les institutions et l’autorité culturelle ont établi les fondements de la modernité esthétique internationale. Paris exerce une fonction littéraire au sein de « l’espace littéraire international ». « Il s’agit d’une fonction nécessaire à la structuration et au fonctionnement de l’ensemble de la République mondiale des Lettres » ; id., « Paris, méridien de Greenwich de la littérature », in Charle Christophe et Roche Daniel (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 289. [En ligne] < http://books.openedition.org/psorbonne/919?lang=fr >.

4 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

5 Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002.

6 Bärbel Plötner-Le Lay, Redécouvrir Émile Souvestre, années de jeunesse, 1806-1837, Morlaix, Skol Vreizh, 2013 ; David Steel, Émile Souvestre. Un Breton des lettres, 1806-1854, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

7 Marcel Schneider, Paris, lanterne magique, Paris, Grasset, 1997. Dans ce livre, l’auteur explore quelques mythes littéraires et culturels parisiens. Pour une approche anecdotique et historique, voir André Castelot, Le grand siècle de Paris, Paris, Perrin, 1963. Voir aussi Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit.

8 Marie-Ève Thérenty, « La fiction au-delà du feuilleton – L’émergence de la fiction d’actualité », in Vaillant Alain, Thérenty Marie-Ève et al., 1836, l’an I de l’ère médiatique : étude littéraire et historique du journal La presse, d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau monde éd., 2001, p. 236.

9 Id., « L’invention de la fiction d’actualité », in Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éd., 2004, p. 415.

10 Ibid.

11 En 1915, le critique Edward J. O’Brien lance la série d’anthologies annuelles The Best Short Stories of, qui dresse un tableau annuel complet de la production de récits courts dans les périodiques nord-américains. Voir supra chapitre I.

12 Il existe quelques index anciens de grandes revues, comme la Revue de Paris ou la Revue des deux mondes, mais il suffit de visiter le rayon des index de périodiques à la BnF pour voir que leur nombre est des plus restreints. Il existe une table du Magasin pittoresque et une de L’illustration, extrêmement précieuses. La tradition française d’indexation de la presse et des revues apparaît peu nourrie et fortement discontinue.

13 Frédéric Glorieux, « Bibliothèques informatisées et lectures distantes », Critique, août-septembre 2015, nos 819-820, Des chiffres et des lettres. Les humanités numériques, p. 653. La lecture distante, au sens de Franco Moretti, est celle utilisant des bibliographies, encyclopédies, index, tables des matières (p. 658), c’est une lecture de référence seconde.

14 John Hartley, Popular Reality. Journalism, Modernity, Popular Culture, Londres, Arnold, 1996.

15 Régis Debray, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

16 John Hartley, Popular Reality…, op. cit. Les idées de John Hartley sont peu exposées dans l’historiographie française des médias. Voir Elizabeth Jacka, « L’audiovisuel public, une défaite pour la démocratie ? », Médiamorphoses, hors-série, décembre 2004, Une télévision sans service public ?, p. 70-78. [En ligne] < http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/23473/2005_HS_70.pdf?sequence=1 >.

17 Clint Bruce, “Caught Between Continents. The Local and the Transatlantic in the French-Language Serial Fiction of New Orleans’ Courrier de la Louisiane, 1843-45”, in Okker Patricia (ed.), Transnationalism and American Serial Fiction, New York, Routledge, 2012, p. 12-35.

18 Alexandre Gefen, « Présentation », Critique, août-septembre 2015, nos 819-820, Des chiffres et des lettres. Les humanités numériques, p. 611.

19 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama : qui n’a jamais rêvé d’avoir lu tous les livres ? [Uncharted. Big Data as a Lens on Human Culture, 2013], Paris, Robert Laffont, 2015.

20 C. P. Snow, Les deux cultures, suivies de Supplément aux Deux cultures [The Two Cultures and the Scientific Revolution, 1965, 2e éd.], Paris, Pauvert, 1968 (Libertés nouvelles ; 13).

21 Aurélien Berra, « Pour une histoire des humanités numériques », Critique, août-septembre 2015, nos 819-820, Des chiffres et des lettres. Les humanités numériques, p. 617.

22 Pierre Mounier, Les humanités numériques, une histoire critique, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2018.

23 Pour une histoire littéraire et culturelle de la presse française, du papier à l’écran, voir Numapresse. [En ligne] < http://www.numapresse.org/ >.

24 Jean-Gabriel Ganascia, « Les big data dans les humanités numériques », Critique, août-septembre 2015, nos 819-820, Des chiffres et des lettres. Les humanités numériques, p. 631. La « vélocité » mesure le degré de renouvellement de la masse de données.

25 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama…, op. cit., p. 209. Le site Fulton History n’a numérisé que le second semestre 1844 du Sun. Le journal n’est numérisé qu’à partir de 1859 sur Chronicling America.

26 “Crinoida Dajeeana. The Man-Eating Tree of Madagascar”, The World (New York, Semy-Weekly Edition), April 28, 1874, p. 7 (le nom de la tribu des Mkodos est un hapax médiatique) ; Old Fulton NY Post Cards, compte rendu de la découverte, novembre 2011. [En ligne] < http://hoaxes.org/archive/permalink/man_eating_tree_of_madagascar >. Ces éléments ont été ajoutés à l’article Wikipédia sur le sujet. [En ligne] < https://en.wikipedia.org/wiki/Man-eating_tree >.

27 Sur Tom Tryniski, responsable du site Old Fulton NY Post Cards, voir supra.

28 Jean-Gabriel Ganascia, « Les big data… », art. cité, p. 633.

29 Marie-Ève Thérenty, « Les débuts de l’ère médiatique en France », in Requate Jörg (ed.), Das 19. Jahrhundert als Mediengesellschaft, Munich, R. Oldenbourg, 2009, p. 20-29. Rappelons que l’auteur distingue une « culture de masse » (après 1860) et une « culture médiatique » qui la précède et l’annonce (1830-1860).

30 Meredith L. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003.

31 La rubrique des « Tribunaux étrangers » des journaux, notamment judiciaires (la Gazette des tribunaux, L’audience de Léo Lespès, Le droit de Dutacq), est remplie de relations de procès étranges (comme celui impliquant Clodomir Frénois) situés dans des pays lointains, voire inaccessibles, comprenant des références manifestement inventées (circonstances, dates et journaux locaux invérifiables, noms de personnages formant des hapax médiatiques traçables), censées dépeindre des mœurs exotiques ou passionnelles qui échappent à la mesure que nos pays connaissent, souvent caractérisées par leur cruauté et leur violence exagérée, que ce soit dans le crime ou le châtiment.

32 Jean Paulhan, « Le bonheur dans l’esclavage », préface à Pauline Réage, Histoire d’O, Paris, Pauvert, 1954.

33 Charles Grant, baron Glenelg (1778-1866). Voir John Innes, Rapport d’un témoin oculaire sur la marche du système d’émancipation des nègres dans les Antilles anglaises, ou Lettre à lord Glenelg, secrétaire des colonies, trad. de l’anglais, Paris, Ledoyen, 1836.

34 Nicholas Draper, The Price of Emancipation. Slave-Ownership, Compensation and British Society at the End of Slavery, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

35 “The History of Slavery in Barbados” (cop. 1998-2019). [En ligne] < www.funbarbados.com/ourisland/history/slavery.cfm >. “The Abbreviated History Of Barbados”. [En ligne] < Barbados.org >. Richard Hart, “The Slaves Who Abolished Slavery”. [En ligne] < www.brh.org.uk/articles/slaves.html >. “1807-1838. Abolition, Rebellion and Emancipation”. [En ligne] < http://axses.com/encyc/bta/archives/detail-memo.cfm?ID=385 >. Barbados Saga – The Bussa Rebellion, etc.

36 Les ouvrages qui en parlent se contentent de citer des extraits de la préface de Paulhan. Quelques sites internet s’en font l’écho. Parmi les ouvrages, surtout de langue anglaise, citons Nicholas Delbanco, Consider Sappho Burning (New York, Morrow, 1969), André Bacard, Hunger for Power: Who Rules the World and How (San Rafael, Heroica Books, 1986), ou, dans le sillage de Monique Wittig, The Straight Mind and Other Essays (Boston, Beacon Press, 1992) : Lisa Adkins and Diana Leonard (ed.), Sex In Question: French Feminism (Londres, Taylor and Francis, 1996), John Kenneth Noyes, The Mastery of Submission: Inventions of Masochism (Ithaca, Cornell University Press, 1997).

37 Voir les analyses de Robert Escarpit dans son article, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », in Littérature savante et littérature populaire, bardes, conteurs, écrivains, actes du 6e Congrès national de la Société française de littérature comparée, Rennes, 23-25 mai 1963, Paris, Didier, 1965, p. 1-9.

38 « 90% of everything is crap », voir [en ligne] < https://en.wikipedia.org/wiki/Sturgeon%27s_law >.

39 On remarquera que l’expression « hapax médiatique » est elle-même un hapax. Jusqu’à présent, et selon Google, elle n’a été utilisée qu’une fois, dans mon article de 2015 « Un feuilleton-nouvelle dans la sphère médiatique… », art. cité.

40 Françoise Levie, L’homme qui voulait classer le monde : Paul Otlet et le Mundaneum, postface de Benoît Peeters, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2006 ; Alex Wright, Cataloging the World: Paul Otlet and the Birth of the Information Age, Oxford; New York, Oxford University Press, [2014]. Paul Otlet (1868-1944), bibliographe belge, a créé avec Henri La Fontaine la CDU (Classification décimale universelle) et l’Office international de bibliographie, aujourd’hui Mundaneum, qui avait pour but de mettre en fiches tous les livres existants.

41 Ryan Cordell, “‘Taken Possession of’: The Reprinting and Reauthorship of Hawthorne’s ‘Celestial Railroad’ in the Antebellum Religious Press”, Digital Humanities Quarterly, 2013, vol. 7, no 1. [En ligne] < http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/7/1/000144/000144.html > ; id., “Viral Textuality in Nineteenth-Century U.S. Newspaper Exchanges”, in Alfano Veronica and Stauffer Andrew (ed.), Virtual Victorians, Networks, Connections, Technologies, New York, Palgrave MacMillan, 2015, p. 29-56 ; id., “Reprinting, Circulation, and the Network Author in Antebellum Newspapers”, American Literary History, August 2015, 27.3 ; David A. Smith, Ryan Cordell and Abby Mullen, “Computational Methods for Uncovering Reprinted Texts in Antebellum Newspapers”, American Literary History, August 2015, 27.3 ; David A. Smith, Ryan Cordell and Elizabeth Maddock Dillon, “Infectious Texts: Modeling Text Reuse in Nineteenth-Century Newspapers”, in Proceedings of the Workshop on Big Humanities, IEEE Computer Society Press, 2013. [En ligne] < http://www.ccs.neu.edu/home/dasmith/infect-bighum-2013.pdf >.

42 Frédéric Glorieux, « Bibliothèques informatisées… », art. cité, p. 661.

43 René Guise, Le phénomène du roman-feuilleton, 1828-1848 : la crise de croissance du roman, thèse de lettres, sous la direction de Mourot Jean : Nancy 2, 1974, p. XXV.

44 Régis Messac, Le « detective novel » et l’influence de la pensée scientifique, éd. revue et annotée, Amiens, Encrage, 2011 (1re éd. Paris, Champion, 1929), p. 540.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search