Version classiqueVersion mobile

Culture médiatique et presse numérisée

 | 
Jean-Luc Buard

Chapitre 3. Un feuilleton-nouvelle à la diffusion proliférante « L’écu de cent sous » (1840-1917)

Texte intégral

Biographie de Marie Aycard (1794-1859)

  • 1 Joseph-Marie Quérard, s. v. Aycard, in La France littéraire ou dictionnaire bibliographique des sa (...)
  • 2 Jean-Luc Buard, « “Littérature maçonnique” : littérature orientée, littérature oubliée. Pistes de (...)

1La première source biographique sur notre auteur est le catalogue Quérard, dont on a pu recouper chaque information1. Poète, traducteur de l’espagnol, romancier, journaliste et feuilletoniste, franc-maçon dans sa jeunesse par son père2, Marie Aycard (né à Marseille, le 9 novembre 1794) est venu à Paris en 1822 où il fut accueilli par la « petite presse » d’opposition et par les milieux libéraux, qui constitueront durant toute sa vie son réseau amical et professionnel, sans que lui-même se mêle en aucune façon de politique, notamment lors des révolutions de 1830 et de 1848. Aycard est alors proche d’Alphonse Rabbe, d’Adolphe Thiers, de Félix Bodin, de Collin de Plancy, de Ferdinand Flocon, de la famille Arago, et travaille successivement avec plusieurs de ces écrivains.

2Après ses premiers essais littéraires de 1822-1826 (notamment un recueil de contes provençaux et deux romans), stoppés par un état de santé défaillant, il se lance dans le roman pour cabinets de lecture pour les éditeurs Lecointe et Durey, après sa rencontre, au Corsaire, avec le romancier populaire Auguste Ricard dont il sera l’ami intime jusqu’à la mort de ce dernier en 1841. Ses collaborations avec lui sont anonymes, dans une équipe dirigée par Ricard. En 1829, Aycard signe en solo ses deux premiers romans historiques tout en commençant une activité de dramaturge, avec les Arago, tandis qu’il poursuit une carrière de journaliste et chroniqueur anonyme au Corsaire.

3Il passe du roman en quatre volumes à la fiction brève en 1837, lorsque les journaux quotidiens développent leur feuilleton de rez-de-chaussée pour lutter contre la nouvelle presse bon marché dans le sillage de La presse de Girardin et du Siècle de Dutacq. Il trouve alors sa voie comme journaliste au Temps de Jacques Coste (journal où ses articles sont anonymes, signés d’initiales ou du pseudonyme Marc Perrin) et au Courrier français de Valentin de Lapelouse et Léon Faucher, et contribuera, avec ses collègues Eugène Guinot et Louis Lurine, à créer le « feuilleton-nouvelle ». C’est l’âge d’or d’une formule rédactionnelle typiquement parisienne, des « fictions de variété », qui s’exporteront par reproduction et traduction dans les journaux du monde entier avant de sombrer dans l’oubli total jusqu’à nos jours. En effet, le trio règne jusque fin 1842 sur le genre, avant que Le courrier français ne change de direction et s’ouvre aux « feuilletons-romans » sous l’impulsion de son nouveau propriétaire Théodore Boulé et de son rédacteur en chef Anténor Joly, suivant ainsi le mouvement général.

4Marie Aycard connaît une période difficile où il doit élargir ses débouchés et en venir, lui aussi, au feuilleton-roman, en alternance avec ses feuilletons-nouvelles, dans un milieu devenu très concurrentiel. En 1852, le nouveau régime de Napoléon III lui octroie un petit poste de fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, à la commission de colportage, qu’il remplit avec la plus totale impartialité (il censure un de ses propres romans pour le réseau des bibliothèques de gare !), ce qui lui procure un revenu modeste mais régulier, alors que le feuilleton-roman venait d’être victime du « timbre Riancey » (1850-1852), taxant les journaux qui en publiaient.

  • 3 Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres de France, Paris, SGDL, 1988 (fac-sim (...)
  • 4 Sur les relations entre Ponson du Terrail et Marie Aycard, voir Klaus-Peter Walter, « La carrière (...)

5Adhérent et militant de la Société des gens de lettres3 depuis sa fondation (1838), Aycard se lie d’amitié avec le jeune Ponson du Terrail (1829-1871) et encourage les débuts du romancier prodige, futur roi du feuilleton4. Les deux auteurs se côtoient au rez-de-chaussée feuilletonesque de La patrie, où Ponson du Terrail crée le personnage de Rocambole en 1857. Au total, Aycard aura publié plus de 500 feuilletons-nouvelles (parmi lesquels seuls 15 ont été réunis en volume sous le titre Nouvelles d’hier, en 1854) et une vingtaine de romans et romans-feuilletons, ces derniers (non étudiés ici) de 1845 à 1859, parmi lesquels on peut citer Le danseur de cordes (1848), Madame de Linant (1849), Les gentlemen de grands chemins (1854), Les dames de Tonneins (1855) et Une sœur du Cid (1857).

  • 5 Francis Wey [Société des gens de lettres], « Discours prononcé sur la tombe de Marie Aycard, le 9  (...)

6À sa mort à Paris, le 6 juin 1859, le président de la SGDL Francis Wey prononce l’éloge funèbre d’Aycard, devant une nombreuse assemblée de littérateurs, dépeignant l’extrême modestie et l’affabilité de son confrère, un « soldat de la plume », humble et zélé serviteur des lettres, grand travailleur, qui s’en va comme il est né, « sans dettes et sans fortune »5.

7Cette modestie et cet effacement contrastent avec la forte diffusion de ses œuvres, surtout de ses feuilletons. La méthode suivie dans cette recherche fut de repérer les périodiques ou recueils où pouvaient se trouver des textes d’Aycard et d’en faire un inventaire bibliographique pour reconstituer sa carrière. Il s’agissait de déterminer la première parution de chaque texte. Les principaux supports quotidiens sont dès lors apparus, Le temps, Le courrier français, La nation, Le constitutionnel, etc., et le passage du feuilleton-nouvelle au roman-feuilleton par l’auteur lui-même mis en lumière, après 1842. Parmi les 510 feuilletons-nouvelles, on peut distinguer cinq échelons, selon la fréquence de réimpression : le premier, de 1 à 4 parutions, est l’ensemble le plus nombreux (350 titres). Le deuxième, de 5 à 9 parutions, comprend 97 titres. Au troisième échelon, de 10 à 20 parutions, on a 39 titres. Les deux derniers échelons s’établissent à 21-30 parutions (10 titres), et 31 parutions et plus (10 titres). Ce classement évolue en fonction des nouveaux résultats engrangés. Au troisième échelon, on a 19 parutions pour les contes « Gaétano » et « Le testament » (II), 17 pour « Les deux voleurs », etc., par ordre décroissant. Il a fallu ensuite répertorier les réimpressions et traductions de tous ces textes, ce qui a permis d’établir un classement de fréquences.

8Pour établir ce répertoire, et notamment chercher des réimpressions et traductions dans la presse mondiale, j’ai d’abord travaillé sur des exemplaires papier ou le plus souvent microfilmés de la presse parisienne, puis j’ai effectué de multiples sondages dans un grand nombre de bases de presse numérisée régionale ou étrangère, parfois en mode image (dépouillement analogique de tous les numéros), le plus souvent en mode texte, qui permet d’élargir considérablement le nombre de titres sondés. J’ai déterminé, pour chaque texte, un certain nombre de mots-clés, le plus souvent des noms propres. Pour affiner dans certains cas et dans certaines langues, j’ai utilisé des expressions ou des citations. Ce travail quelque peu fastidieux est le seul moyen pour obtenir une première cartographie d’ensemble, qu’il est possible de compléter dans de nombreuses directions.

9Au total, j’ai pu ainsi aboutir à un catalogue évolutif, répertoriant pour le moment environ 3 200 parutions des feuilletons-nouvelles d’Aycard, soit 510 parutions originales et environ 2 700 réimpressions dans près de 1 000 journaux.

10On ne prendra qu’un exemple, le plus emblématique, en décrivant la circulation de celui qui a eu le plus large impact médiatique, « L’écu de cent sous ». Cet impact est notamment dû, aux trois quarts, au vaste écho qu’il a eu dans la médiasphère anglophone, avec dès le départ une double traduction, à New York et à Édimbourg, dans deux journaux qui vont servir de source pour d’innombrables autres.

Le Chambers’s Edinburgh Journal

  • 6 William Chambers, Memoir of Robert Chambers, with Autobiographic Reminiscences of William Chambers(...)
  • 7 Aileen Fyfe, Steam-Powered Knowledge. William Chambers and the Business of Publishing, 1820-1860, (...)
  • 8 Cornelius P. Darcy, “Chambers’s Journal”, in Sullivan Alvin (ed.), British Literary Magazines. The (...)
  • 9 Une livre vaut 25 francs (20 shillings), un shilling vaut 1,25 franc (12 pence) et un penny 10,41  (...)
  • 10 Cité par William Chambers dans son éditorial inaugural en 1832. Ce sont les sevenpenny newspapers, (...)
  • 11 Aileen Fyfe, Steam-Powered…, op. cit.
  • 12 Id., “Business and Reading across the Atlantic, W. & R. Chambers and the United States Market, 184 (...)
  • 13 Jean-Yves Mollier et Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, 1852-2010, Paris, Fayard, 201 (...)

11La maison Chambers est un grand éditeur anglais, aujourd’hui absorbé par le groupe Hodder Education, conjointement avec Harrap. Cet empire éditorial a été bâti par deux frères, William (1800-1883) et Robert (1802-1871), à partir de publications d’éducation populaires, encyclopédiques et périodiques. Leur carrière est bien connue, car William Chambers a écrit ses mémoires6, et leur entreprise a suscité un livre d’Aileen Fyfe, basé sur le fonds d’archives conservées à l’université d’Édimbourg7. Leur premier succès est le lancement du Chambers’s Edinburgh Journal (devenu Chambers’s Journal en 1854), le samedi 4 février 18328, et qui atteignit rapidement les 50 000 exemplaires, tirage important pour l’époque, s’imposant comme une encyclopédie populaire périodique d’une richesse sans équivalent pour son très bas prix, 3 demi-pence par semaine (l’équivalent de 3 sous, 15 centimes9 – quand un journal politique coûte 7 pence10). Parallèlement, les frères Chambers publient des compilations encyclopédiques dans tous les domaines du savoir, exploitant la masse d’informations réunies pour réaliser leur journal. Le rayonnement du Chambers’s Edinburgh Journal s’étendra au monde entier anglophone. Les Chambers se sont servis des innovations techniques liées à la vapeur, installant des presses à vapeur11 dans leurs ateliers, utilisant le réseau de chemin de fer naissant pour diffuser leur journal en Angleterre, et les lignes de navires à vapeur (steamers) pour conquérir les États-Unis, au marché potentiel énorme12. Leur journal durera plus d’un siècle. De 1859 à 1868, les frères Chambers publient la Chambers’s Encyclopædia, en 520 livraisons hebdomadaires du même prix que le journal, ce qui assoie définitivement leur renommée. Au XXe siècle, le Chambers’s Twentieth Century Dictionary, dictionnaire de langue équivalent du Petit Larousse, se trouve dans tous les foyers britanniques. La gamme des ouvrages de référence comprend aussi le Chambers’s Biographical Dictionary et la Chambers’s Cyclopædia of English Literature. L’entreprise Chambers est équivalente à Larousse13 en France : la diffusion des connaissances utiles à travers le livre, le périodique puis l’encyclopédie dans un continuum s’alimentant sans cesse du savoir cumulé et mis à jour. En 1839-1841, le journal est publié sur 8 pages hebdomadaires à 3 colonnes non illustrées, format in-4o, soit un volume annuel de 416 pages de texte serré, plus la page de titre (datée de l’année suivante) et la table (3 pages).

Marie Aycard dans le Chambers’s Edinburgh Journal (1840-1842)

12La diffusion de Marie Aycard en langue anglaise touche un nombre de textes (41) plus limité qu’en allemand, mais reproduits par un nombre de journaux considérablement plus important, reflétant le développement énorme de la presse et des périodiques dans les pays de langue anglaise, mais surtout aux États-Unis. Toutefois, le rôle du Chambers’s Edinburgh Journal est apparu prépondérant (ill. 4).

Illustration 4. Chambers’s Edinburgh Journal (Édimbourg et Londres), December 26, 1840

Illustration 4. Chambers’s Edinburgh Journal (Édimbourg et Londres), December 26, 1840

Source : [En ligne] < Hathi Trust Digital Library >.

13J’ai localisé 7 références en 1840-1842 dans ce journal renommé, numérisé par Google Books, puis une huitième plus tardive. La présence (anonyme, sauf en une occasion) de notre auteur dans ce journal, peu réputé pour publier de la fiction, m’a intrigué et a retenu mon attention en raison de son importance culturelle et médiatique. Mes sondages m’avaient permis de constater que ces récits étaient reproduits, à leur tour, dans d’autres journaux anglais et surtout américains. Par son rayonnement, le Chambers’s Edinburgh Journal s’avère un passeur entre la culture française et le monde anglo-saxon, et cela a profité aux feuilletons d’Aycard. Ce n’est vrai qu’en partie. Dans certains cas, le Chambers’s Edinburgh Journal n’est pas le premier à découvrir et à traduire un feuilleton de notre auteur, mais il est précédé par des journaux publiés à New York. Néanmoins, le rôle de plate-forme communicationnelle du Chambers’s Edinburgh Journal est réel. Ces récits vont connaître de ce fait une bonne diffusion et figurer parmi les plus reproduits.

“The Piece of a Hundred Sous”, by Eugene Guinot ?

  • 14 “The Piece of a Hundred Sous. From the French of Eugene Guinot”, Chambers’s Edinburgh Journal, Dec (...)
  • 15 En 1852, dans La littérature française contemporaine, Félix Bourquelot et Alfred Maury (continuate (...)

14Un de ces récits, “The Piece of a Hundred Sous”14, pose un double problème, de diffusion extraordinaire (plus de 415 occurrences) et d’attribution. Le Chambers’s Edinburgh Journal, et de nombreux autres périodiques, le reproduisent sous la signature d’Eugène Guinot15. Or, cette nouvelle (« L’écu de cent sous »), d’abord parue dans Le courrier français le 2 avril 1840, y est signée Marie Aycard, et paraît d’ailleurs un jeudi (jour de feuilleton d’Aycard, le jour d’Eugène Guinot étant le lundi). Cette attribution auctoriale ne fait donc pas de doute. Pourquoi sera-t-elle répandue, à une échelle exceptionnelle, sous le nom d’Eugène Guinot, sans que personne ne s’en émeuve, y compris du vivant des intéressés, dès la fin de l’année 1840 ? Cela montre le caractère interchangeable de ces feuilletons, qui peuvent être attribués à l’une ou l’autre signature, ainsi que la proximité d’inspiration des auteurs, qui forment, au sens propre une « école » d’écriture, celle du feuilleton-nouvelle, avec ses codes, son style, ses sujets. Cela explique la facilité avec laquelle ce feuilleton-nouvelle peut s’exporter, quel que soit l’auteur initial. C’est davantage un genre qui est prisé, plutôt que tel auteur particulier.

15Il en découle que, en 1840, le journal reproducteur qui a pu servir de source au Chambers’s Edinburgh Journal n’est pas Le courrier français, mais une reprise tardive dans un journal reproducteur, tel L’écho de la presse ou autres. Le magazine édimbourgeois dévoile à cette occasion l’une de ses sources potentielles, dont il s’est probablement servi à d’autres reprises. Cependant, il juge utile de publier une note rédactionnelle :

  • 16 “The Piece of a Hundred Sous…”, art. cité, p. 389.

La presse périodique française est aujourd’hui remplie de petits contes, comme celui-ci. Quelques échantillons en ont déjà été donnés dans le présent journal. Les éditeurs souhaitent observer ici que, en deux ou trois occasions, lorsque seule l’idée de l’histoire a été empruntée, ou que des aménagements importants ont été réalisés pour adapter l’histoire au goût d’un nouveau public, l’écrivain qui fournissait les textes n’a pas cru nécessaire de faire mention de la source originale. Si les éditeurs avaient été avertis de cette circonstance, ils auraient préconisé une autre solution. À l’avenir, toute utilisation d’un feuilleton français sera scrupuleusement référencée. Dans le texte ci-dessus, la traduction suit de près l’original16.

16Cette note indique la prise de conscience, par les éditeurs du Chambers’s Edinburgh Journal, du développement significatif du « feuilleton-nouvelle », qu’il leur faut prendre en compte pour refléter la diversification de la vie culturelle française dans leurs sommaires. Ils indiquent également qu’ils se préoccupent de citer la source des articles qu’ils reproduisent, et de fournir un texte correct.

17On note cependant qu’un nom de personnage a été modifié, Melvil devenant Melton, nom sonnant peut-être plus anglais (et d’autres journaux anglophones écriront ensuite Melville). Ce fait crée une filiation nouvelle dans les familles de reproductions ; celles qui se baseront sur la « version Melton », dont on pourra suivre la dissémination dans la médiasphère.

18Accessoirement, remarquons que la parution d’un texte dans le Chambers’s Edinburgh Journal ne garantit pas son succès. Ce journal contient en effet le récit d’Aycard le plus répandu (« L’écu de cent sous ») et un des moins reproduits (“The Nephew” (1842), traduction de « Une affaire », 1841).

Le Chambers’s Edinburgh Journal dans la médiasphère

19Les années 1839 à 1841 du magazine ont livré un grand nombre de textes traduits du français ou traitant de sujets français, dont j’ai essayé d’identifier les sources. Cet inventaire montre l’extrême variété des textes sélectionnés et traduits, qui forment une riche anthologie de sources françaises, de feuilletons venant de la presse, de nouvelles et récits parus dans des keepsakes et revues, d’extraits tirés de livres, d’anecdotes historiques, etc., proposant un vivant échantillon de la vie culturelle parisienne et française, susceptible d’intéresser aussi bien un lecteur anglophone de 1840 qu’un chercheur d’aujourd’hui soucieux des « résonances culturelles » et des « échos » de cette vie parisienne disparue. Considérer la masse globale de la presse parisienne de son point de vue intrinsèque et tenter de s’y frayer un chemin présente aujourd’hui des difficultés. Examiner ce qui est trié par la rédaction d’un journal extérieur plus ou moins éloigné (de quelque région géographique que ce soit, de France ou d’un pays étranger) est une approche enrichissante (à mettre en perspective selon l’endroit de publication, le genre du journal, son public potentiel, etc., tous facteurs pondérant l’analyse), un point de vue privilégié et précieux. Ces sources triées sont de grande importance, et le croisement de plusieurs d’entre elles, en provenance de divers points de la médiasphère (Journal du Loiret, Bohemia, le Chambers’s Edinburgh Journal, tel journal américain, brésilien, néerlandais, ou autres), permet d’approfondir notre connaissance du feuilleton parisien.

20Par rapport à ce constat, une double question se pose : pourquoi le Chambers’s Edinburgh Journal sert-il de vecteur communicationnel à Aycard ? Qu’est-ce que cet auteur apporte aux périodiques qui le publient, et au Chambers’s Edinburgh Journal en particulier ? D’autre part, et cette question découle de la précédente, qui est le responsable de la traduction de ces récits dans le journal ?

21Pour répondre, il faut lire l’ensemble du contenu, pour comprendre la fonction et la place de ces textes dans l’économie éditoriale du titre, ce que j’ai tenté pour les années 1839 à 1841. Évidemment, la masse de références s’accroît très vite, et les croisements comme les corrélations augmentent de façon vertigineuse. C’est en quelque sorte la totalité culturelle du temps qui surgit et remplit l’horizon. Les résultats donnent une idée de l’intérêt de ce type de recherche, qui nous place au cœur d’un système communicationnel qui peut être appréhendé depuis n’importe quel point de sa surface, en prenant comme objet n’importe quel journal, même le plus régional ou le plus lointain, le plus exotique : tous sont reliés entre eux, car ils forment une sphère médiatique unique où l’information et plus généralement le contenu se répercutent en écho d’un bout à l’autre.

  • 17 Thomas Smibert, Io anche! Poems, Chiefly Lyrical, Édimbourg; Londres, J. Hogg; R. Groombridge, 185 (...)

22Pour répondre à la seconde interrogation, les mots-clés utilisés dans la recherche, notamment les titres traduits de feuilletons d’Aycard, “A Story of the Orleans Regency” (« Un enterrement en 1725 ») ou “Napoleon’s Three Warnings” (« Les trois avis »), pointent vers un recueil de poèmes d’un certain Thomas Smibert, Io anche! publié en 185117, où figure une liste de contes parus dans le Chambers’s Edinburgh Journal.

Thomas Smibert du Chambers’s Edinburgh Journal (1840-1842)

  • 18 Gabriele von Glasenapp, historienne de la littérature juive d’expression allemande, identifie J. C (...)

23On découvre alors que Thomas Smibert (1810-1854) fut le directeur littéraire du Chambers’s Edinburgh Journal, de 1840 à 1842. Il révèle dans Io anche! qu’il y a traduit du français 125 nouvelles, parmi lesquelles celles d’Aycard. Document essentiel sur l’histoire du Journal, où il est entré comme assistant rédacteur en 1837, son témoignage est une revendication littéraire. Thomas Smibert raconte, en introduction, l’histoire de ses relations avec la presse périodique et le Chambers’s Edinburgh Journal, son état d’esprit vis-à-vis de ce travail mercenaire, source de regrets et d’insatisfaction littéraire, en raison des contraintes inhérentes au journalisme populaire, et il donne en postface la liste des fictions traduites qu’il revendique de droit comme auteur (ce qui lui avait été refusé jusqu’à présent), parce qu’il lui semble utile de les sauver de l’oubli, malgré les contraintes de leur fabrication. Il précise avoir traduit 60 poèmes français (dont Lamartine, Béranger) et rédigé plus de 500 articles divers. Ce titre, Io anche! (Moi aussi) est un cri de révolte devant l’exploitation anonyme d’un labeur qu’il considère comme émanant de son génie personnel, lui qui s’affirme poète. Cheville ouvrière du journal, il est l’intermédiaire sans lequel ces traductions et ces textes n’auraient pas été diffusés en anglais, il est un médiateur de la culture française dans cette langue, l’équivalent de J. Cluth18 pour le Bohemia de Prague. Son amertume peut se comprendre lorsque l’on voit la diffusion gigantesque que ses traductions connaîtront dans la médiasphère anglo-saxonne. Smibert analyse avec lucidité le contexte littéraire et éditorial créé par le développement exponentiel de la presse, peu favorables à la qualité de la production ni à la situation des auteurs, et milite pour la création d’une société pour protéger leurs droits. L’économie de la littérature périodique a des effets secondaires touchant directement la condition des gens de lettres, considérés comme des déclassés, se déclassant eux-mêmes en produisant un contenu de qualité inférieure, s’enfermant dans un cercle vicieux, dit-il. Ces considérations de portée générale s’appliquent à tous les écrivains journalistes œuvrant dans des conditions obscures, sans aucune reconnaissance littéraire, allant jusqu’à gâcher leur talent, dont le labeur est pillé, dispersé aux quatre vents de la médiasphère. Cette analyse s’applique aux feuilletonistes français et à Aycard au premier chef.

24Les récits d’Aycard traduits par Smibert offrent des profils médiatiques fort différents. La plupart ont connu un succès les plaçant dans le Top 10. Trois d’entre eux grimpent beaucoup plus haut dans l’échelle du succès, par paliers successifs, l’un avoisinant la quarantaine de reproductions, le suivant franchissant la centaine. Quant au dernier (« L’écu de cent sous »), il est le record absolu de notre corpus, ce qui en fait un phénomène littéraire disproportionné par rapport à ce que l’on a pu rencontrer jusque-là. L’ampleur de cette diffusion peut se comparer à celle des récits de la duchesse d’Abrantès (« Le lancier polonais »), de l’aventure de Clodomir Frénois (texte anonyme dû sans doute à Léo Lespès) ou de « La jambe » de Heinrich Zschokke, diffusés à 100 ou 200 versions internationales. Mais le récit d’Aycard les dépasse tous. Il conviendrait d’avoir des points de comparaison pour davantage de récits, y compris des textes d’origine anglaise ou américaine, afin de se rendre compte du niveau atteint par Aycard dans ces cas. Ces éléments manquent pour l’instant. Quoi qu’il en soit, cela amène à manipuler un nombre de références important et oblige à multiplier les vérifications. Un autre aspect serait à prendre en compte, la qualité des supports reproducteurs, ce qui amènerait à une évaluation de chacun d’entre eux sur le plan de son rayonnement, de son genre (journal d’informations générales, journal de lecture et de divertissement), de sa périodicité, etc.

25Le mouvement d’accroissement des données numérisées ne cessera pas dans les prochaines années. De nouveaux journaux seront accessibles et permettront des comparaisons plus fines. On se limitera ici à examiner la diffusion d’un feuilleton d’Aycard dans les médiasphères françaises et étrangères. L’intérêt est d’examiner la conjonction entre une culture française pressentie comme universelle ou universalisante, à un moment historique donné, et sa diffusion par le feuilleton parisien et les supports de diffusion populaire d’aires géographiques éloignées. Autrement dit, on se propose de mettre au point des outils pour étudier cette culture française via ses feuilletons afin d’appréhender le type de diffusion qu’elle connaît et qui lui est offert par ces supports périodiques populaires étrangers et extérieurs. On se situe dans une optique de représentation, de modèle culturel, la culture médiatique parisienne française répandant son image et ses productions tant en francophonie proche ou lointaine que dans les cultures étrangères partout dans le monde.

Le Chambers’s Edinburgh Journal et son rayonnement international

26Un éditeur anglais cherchera, dans la littérature étrangère à sa disposition, des textes qui permettront de présenter un aperçu original et intéressant du pays de l’auteur (traduisant son exotisme), de ses mœurs, de son histoire, qu’elle ait une portée universelle (c’est le cas de l’histoire de France) ou anecdotique et pittoresque. Il existe suffisamment de textes d’auteurs français remplissant ces conditions pour qu’il n’y ait pas lieu de choisir, pour cet éditeur, des textes jugés moins authentiques et moins pertinents du point de vue de l’économie du journal qui les traduira. Les éditeurs étrangers recherchent des témoignages sur la vie française, de la part d’écrivains français à même d’en garantir la provenance et donc l’authenticité, et non des affabulations de ces mêmes écrivains concernant des pays qui leur sont étrangers, plus ou moins fictionnalisées et de sources douteuses, ou toute autre matière qui serait peu familière à ces auteurs.

27Une fiction, à thème social, sera plus facilement acceptée comme témoignage sur les mœurs françaises du fait qu’elle paraît en France dans un journal parisien et qu’elle a pour auteur un écrivain français. Double garantie d’intérêt et de véracité, y compris dans le cadre de la fiction ! Du reste, un feuilleton-nouvelle peut ne pas être envisagé comme de fiction mais comme une « histoire vraie ». Cette ambiguïté me mènera à aborder la question du canard et du canular ci-après.

28Les feuilletons-nouvelles d’Aycard voient leur diffusion internationale assurée par des journaux tels Bohemia à Prague, au cœur de l’Europe, et le Chambers’s Edinburgh Journal, à Édimbourg en Écosse, qui jouent un rôle de transmetteur, de passeur entre les cultures. Ce rôle privilégié n’en fait pas des pôles centraux de la médiasphère. Ils en sont des éléments parmi d’autres, dont aucun ne peut prétendre, non plus, être plus central qu’eux. Tous ces médias sont des intermédiaires entre une culture française à transmettre, véhiculée par le feuilleton-nouvelle parisien, et des zones géographiques éloignées. Tous ont une importance relative dans leur sphère d’influence et interagissent entre eux d’une manière complexe pour former une sphère médiatique multidimensionnelle.

29On a proposé un moyen d’exploration de cette médiasphère, en sélectionnant un contenu circulant, le feuilleton-nouvelle d’Aycard, en le suivant dans ses multiples incarnations, transformations, reproductions, adaptations partout où il se propage. En effet, la médiasphère est une entité dynamique trop complexe pour être appréhendée de façon linéaire, en raison de ses dimensions multiples.

La presse américaine et la reproduction industrielle du feuilleton-nouvelle européen

  • 19 Ma thèse étudiait 34 traductions anglaises. J’en ai découvert depuis 7 autres. Il en existe sans d (...)

30Mes recherches, on l’a vu, montrent que 41 nouvelles19 de Marie Aycard ont été traduites en anglais, dans une quantité de périodiques, journaux et magazines, presque impossible à dénombrer, ce qui représente un nombre fort réduit de textes (8 % du corpus). À titre de comparaison, on peut estimer qu’au moins deux fois plus de textes ont été traduits en langue allemande. Parmi les textes diffusés aux États-Unis, beaucoup ne l’ont pas été en Grande-Bretagne.

31La diffusion initiale de notre auteur passe, entre autres, par le Chambers’s Edinburgh Journal. Le premier feuilleton d’Aycard à y être traduit (« Un enterrement en 1725 ») bénéficie d’une très bonne diffusion en 1840 aux États-Unis, dans le plus parfait anonymat, d’ailleurs. En avril 1840, le New World le reproduit. Dès juin 1840, plusieurs journaux, comme le Sun de Baltimore et l’Universalist Union, découvrent d’autres textes que ceux du Chambers’s Edinburgh Journal. En octobre 1840, le journal populaire de New York, The Brother Jonathan, traduit à son tour anonymement une production d’Aycard (« L’écu de cent sous »), et d’autres organes de plus en plus nombreux font de même, sans connaître le nom de l’auteur ni son origine, mais on a vu au cours de cette étude que la question de la diffusion doit être séparée de celle de la reconnaissance auctoriale. Dans certains cas, l’auteur est crédité, surtout si la source n’est pas le Chambers’s Edinburgh Journal.

32Ce que l’on traduit n’est pas tant un auteur singulier qu’un échantillon de feuilleton parisien, représentatif du genre, souvent non signé. Néanmoins, les productions d’Aycard, revendiquées ou non, obtiennent aisément la faveur des éditeurs, davantage que celles d’autres auteurs. Les traductions aux États-Unis sont ainsi à la fois tardives, isolées et massives : tardives car ne débutant qu’en 1840 (soit un retard de deux ans par rapport à d’autres pays comme l’Allemagne et l’Angleterre), isolées lorsqu’il s’agit de textes plus longs, que certains éditeurs n’hésitent pas à traduire mais qui ne sont plus réédités ensuite, massives pour des feuilletons plus courts, faciles à reproduire. Elles s’opèrent par vagues espacées, resurgissent longtemps après, à la faveur du choix éditorial d’un journal phare (tel le Chicago Tribune) validé par un grand nombre de titres reproducteurs.

  • 20 William Frederick Poole, An Index to Periodical Literature, New York, Norton, 1853, p. 75 (“The Ch (...)
  • 21 Le journal hispanophone El Noticioso de Ambos Mundos (New York) traduit (en novembre 1841 ?) « L’é (...)

33On sait depuis le XIXe siècle qu’Aycard est présent dans les magazines aux États-Unis. Deux de ses traductions ont été répertoriées dans l’index des magazines de Poole, celle parue dans l’American Whig et l’une de celles de l’US Magazine and Democratic Review20. Mais Poole ne recense pas les autres textes d’Aycard publiés dans ce dernier magazine. Du reste, en l’absence d’une entrée « Aycard » dans son ouvrage, ces deux références ne sont accessibles que par leur titre, ce qui limite beaucoup l’impact de ce signalement. Il faut également aborder le cas particulier des journaux nord-américains non anglophones qui ont également publié Aycard dans diverses langues, notamment le français, l’allemand, le néerlandais et l’espagnol (références trouvées de seconde main, dans un journal hispanophone de New York21). Aycard est publié dans plus de 400 journaux aux États-Unis, le plus souvent anonymement. Certains récits sont vraiment diffusés massivement, comme « Les trois avis » (120 parutions, no 2 du Top 10) ou « Les pommes de calville » (100 parutions, no 4), deux anecdotes napoléoniennes. Ce dernier a une particularité unique, indice d’une qualité recherchée des éditeurs : il est retraduit neuf fois en anglais et signé par huit de ses traducteurs ! Au contraire, « Les trois avis » ayant été traduit par Smibert, cette version unique circule dans près de 100 journaux anglophones.

34Le texte le plus emblématique de la fortune paradoxale de l’infortuné Marie Aycard traite justement du thème de la fortune. Il est exceptionnel par l’envergure de sa diffusion, due à une qualité « médiatique » dont on a perdu la notion, justifiant son expansion dans la médiasphère, qui révèle son caractère unitaire et global, à la fois universelle, interconnectée, réactive, illimitée au regard des observateurs que nous sommes, inaptes à en saisir l’expansion totale, en ce qu’elle est, en partie, hors d’atteinte. La numérisation permet de reconstituer une part de sa configuration initiale (comme un fantomatique big bang dont on ne perçoit les échos que longtemps après), de mesurer sa grande variété, dont le contenu nous écrase de sa masse. Tel le big bang, il n’est pas possible d’observer son extension complète au moment où elle se produit, simultanément, dans toutes les parties de l’univers occidental du XIXe siècle. Aucun observateur ne pouvait prétendre connaître l’existence (ou réunir en un lieu central) des centaines de journaux publiant, partout dans le monde, au même moment ou de surcroît à des époques plus ou moins espacées, leurs feuilles quotidiennes ou hebdomadaires, les dépouiller, les classer, parvenir à déterminer l’origine de leurs composants textuels, articles, faits divers, contes, nouvelles, échos.

35La médiasphère est un système dynamique, où chaque organe de communication s’alimente « automatiquement » de l’ensemble des ressources accessibles dans son sous-réseau particulier. L’ensemble de ces sous-réseaux et de ses organes forme un continuum à quatre dimensions inextricables, trois spatiales, une temporelle, dont la taille dépasse les possibilités de tri de l’individu. Seuls les systèmes de gestion de données informatiques sont à même de manier ces « méga-données » que constituent les archives cumulées de tous ces journaux.

36Comme « fil conducteur », Marie Aycard permet d’offrir un aperçu transversal de ce continuum, à travers cet échantillon de sa production, ayant réalisé des performances de diffusion hors du commun.

« L’écu de cent sous » (1840)

Un talisman transmis d’Aycard à Guinot

  • 22 Le texte complet figure en annexe 1 de cet ouvrage.

37Ce récit exceptionnel par sa diffusion mérite un résumé pour tenter de la comprendre22. Le soir de ses noces avec une riche veuve, lady Melvil, Frédéric de La Tour échappe à ses invités pour rejoindre sa femme dans la chambre nuptiale et se jeter à ses pieds. Il a peine à croire à son bonheur, redoute une illusion, croit vivre un conte merveilleux menacé de se briser d’un coup de baguette d’une mauvaise fée. Sa femme le rassure. Elle était bien hier la veuve de lord Melvil et aujourd’hui elle est Mme de La Tour. Depuis un mois, Frédéric a l’impression que le génie de la fortune s’occupe de ses affaires. Orphelin de 25 ans, il vivait difficilement d’une place dans un ministère lorsque, un jour, un riche équipage s’arrête à sa hauteur rue Saint-Honoré, et une femme élégante l’appelle, l’invitant à monter. Pour expliquer son geste, la femme prétexte un malentendu, croyant avoir reconnu par erreur un de ses amis en Frédéric. Mais une fois arrivés à son hôtel, les deux jeunes gens ont fait connaissance, et Frédéric devient un invité habituel de lady Melvil. Au bout de peu de temps, elle lui parle mariage. L’affaire ne traîne pas. Devant le notaire, il se voit reconnaître la propriété de biens immenses, une somme d’un million, des terres ici et là, des maisons et des immeubles inconnus de lui et même des propriétés à l’étranger.

38Leur union est sanctionnée par le maire et le curé, comme dans un rêve dont Frédéric redoute de se réveiller. Sa femme consent enfin à s’expliquer : il y avait une fois… Mais ce n’est pas un conte, c’est la réalité. Elle raconte l’histoire d’une jeune fille dont les parents originaires de Lyon sont devenus pauvres suite à des revers de fortune et sont morts sans rien lui laisser que des dettes dans une mansarde au loyer impayé. La jeune fille se retrouve à 15 ans dans la plus noire misère. Le vice lui tendant les bras, la faim conduit la pauvre fille à mendier. Elle se couvre d’un voile de sa mère pour cacher sa beauté et sa jeunesse, courbe la taille pour ressembler à une vieille femme, et descend dans la rue, se plaçant contre une borne loin du réverbère, pour tendre la main. La quête est infructueuse. La nuit s’avançait lorsqu’elle s’adresse à un jeune homme qui lui jette une pièce de monnaie, alors que surgit un homme de police qui veut l’intercepter pour mendicité. Le jeune homme s’interpose, disant connaître madame, et la conduit dans la rue voisine, en lui donnant une pièce de cent sous. Lorsqu’ils passent sous un réverbère, la jeune fille qui n’est autre que la comtesse aperçoit la figure de son auditeur. Frédéric avait donné un écu à lady Melvil, sa future femme. Cette aumône lui a porté chance. Le lendemain, une vieille femme la prend en pitié et lui permet d’entrer comme couturière dans une bonne maison où elle devient amie de la patronne. Un jour, lord Melvil, 60 ans, entre dans la pièce où elle travaille, et lui demande de l’épouser, car il sait son histoire. Il veut lui laisser ses biens pour qu’elle s’occupe de lui, atteint de goutte, et ne voulant pas être soigné par ses gens. Elle accepte, bien que cette étrange proposition ressemble à une vengeance, et malgré le souvenir de Frédéric, dont elle est tombée amoureuse au moment où elle le vit sous le réverbère. Elle pense aussi que la fortune du lord ne tardera pas à lui échoir. Le calcul du lord était juste : il n’eut jamais à se plaindre de sa femme reconnaissante, qui prit soin de lui et hérita de ses biens en retour. C’était un conte de fées… Elle fait alors le serment de n’épouser que l’homme qui l’avait secourue au pire moment de sa vie. Encore fallait-il le retrouver et l’identifier. Mme de La Tour montre à Frédéric un collier de rubis auquel est attaché un sachet de soie contenant l’écu de cent sous, qu’elle a pu conserver jusqu’à ce jour. À sa vue, on lui a donné du pain le soir et un crédit de quelques heures, et le lendemain tout s’arrangeait. Lorsque lady Melvil le rencontre dans la rue et le reconnaît, il y a un mois, elle saisit le premier prétexte venu pour le faire monter dans sa voiture. Sa seule crainte est qu’il soit marié, auquel cas, elle ne lui dirait rien mais ferait sa fortune secrètement. Ils contemplent tous deux l’écu de cent sous : Mme de La Tour n’est pas une fée, c’est Frédéric, au contraire qui lui a donné un talisman.

39C’est, en quelque sorte, ce talisman que Marie Aycard transmet, involontairement, à Eugène Guinot, dont la signature sera apposée à la majorité des reprises, comme on l’a vu, six mois après sa première publication.

De « L’écu de cinq francs » de Fanny Dénoix (1838) à « L’écu de cent sous » de Marie Aycard (1840)

  • 23 Mme D…x, « L’écu de cinq francs », Journal du Loiret, 1er et 5 décembre 1838. Première parution pa (...)

40Marie Aycard n’a pas inventé cette anecdote, il s’est inspiré d’un feuilleton-nouvelle précédemment publié sous les initiales de Mme D…x, à la fin de 1838 (ill. 5), peut-être dû à Fanny Dénoix23. Son titre, « L’écu de cinq francs », est transparent. L’histoire fonctionne de la même manière, mais Aycard en a renversé les termes : une jeune fille du peuple sauve un noble ruiné en lui faisant l’aumône d’une pièce de cent sous. Supprimant quelques développements inutiles, Aycard concentre une action que le premier auteur a diluée dans des péripéties parfois maladroites. Toutefois, Aycard a soin de conserver la valeur talismanique de la pièce d’argent, devenue un symbole que l’on garde comme un objet précieux et que l’on encadre (dans le récit initial) ou que l’on place dans un écrin (chez Aycard), révélé à la fin du récit. Les améliorations que le texte subit lui assureront un succès international. Mais l’on comprend qu’Aycard n’ait pas cherché à trop réclamer lorsqu’il s’est aperçu que sa nouvelle circulait sous le nom de son confrère Eugène Guinot. Il avait lui-même emprunté son argument à un autre auteur…

Illustration 5. Parution de « L’écu de cinq francs » de Mme D…x, Journal du Loiret (Orléans), 5 décembre 1838

Illustration 5. Parution de « L’écu de cinq francs » de Mme D…x, Journal du Loiret (Orléans), 5 décembre 1838

Source : [En ligne] < Extrait de la Bibliothèque numérique d’Orléans Aurelia >. © Bibliothèque d’Orléans, 25 juillet 2019.

41De son côté, le texte initial de Fanny Dénoix connaît une certaine diffusion : il est repris au moins cinq fois de 1842 à 1844, notamment dans Paris industriel, Le glaneur, Journal de Toulouse, Le courrier du Valais (Suisse) et surtout dans La revue des feuilletons, recueil de bonne conservation, où un rédacteur du Petit caporal a pu le retrouver en 1910 pour en faire une réimpression tardive, toujours sous la signature non élucidée « Mme D…x ».

De « L’écu de cent sous » (1840) à « La pièce d’or » (1844)

42On a vu que cette nouvelle était parue sous la signature de Marie Aycard, dans Le courrier français du 2 avril 1840, un jeudi, jour du feuilleton de l’auteur, mais qu’elle a surtout circulé sous le nom d’Eugène Guinot. Ce fait est certes déroutant, car l’auteur initial ne fait aucun doute. La preuve en est la primo-circulation du texte dans deux journaux francophones, La gazette de Lausanne (27 mai et 2 juin 1840) et Le courrier de la Louisiane (5 juin 1840), qui l’attribuent sans hésiter à Marie Aycard, sur la foi de la parution dans Le courrier français. D’autres reprises signées Aycard, assez rares, seront publiées.

43D’avril à juin 1840, on observe que ce récit circule peu : on ne connaît aucune autre reproduction française jusqu’au mois de septembre et il n’est pas réédité par Le voleur. Par contre, il est adapté en allemand dès le mois de mai par Europa d’August Lewald (dans une version anonyme et résumée, reproduite à son tour dans plusieurs organes) et il est repéré aux États-Unis par le journal The Brother Jonathan qui le traduit, sans doute en octobre, probablement sans nom d’auteur, car les reproductions sont anonymes.

44J’ai d’abord cru que la source de l’erreur venait d’une reproduction dans L’écho de la presse du 1er novembre 1840, erreur propagée ensuite en 1841 par L’écho des feuilletons, périodique reproducteur de grande diffusion et de conservation aisée. Or on découvre que des réimpressions dans la presse nord-américaine, dès le 24 septembre dans Le courrier des États-Unis (reprise le 16 octobre dans L’aurore des Canadas), créditaient le texte à Eugène Guinot. Le changement d’attribution aura donc eu lieu à ce moment. Paradoxalement, l’attribution erronée d’outre-Atlantique dans un journal influent, Le courrier des États-Unis, serait, rétroactivement, la source d’une erreur renvoyée vers l’Europe !

45Autrement dit, la source de L’écho de la presse aura été Le courrier des États-Unis, et non un journal français, et l’attribution du texte à Eugène Guinot aura résulté d’une erreur commise par la rédaction du journal de New York, ce qui s’explique par l’éloignement ! Signé Eugène Guinot, le récit va alors se répandre de façon exponentielle, notamment grâce à L’écho des feuilletons. Lorsque les traducteurs s’empareront du texte et le feront tourner sous cette signature, il ne sera plus possible de réattribuer le texte à son auteur initial. Celui-ci s’est résolu à reprendre son récit (qui, dans sa version première, possède un caractère parfois elliptique, causé par le format court du feuilleton-nouvelle) et à le développer sous le titre « La pièce d’or » en 1844. C’est une façon de se réapproprier un texte qui lui a complètement échappé, mais la version étendue, qui expose en détail des circonstances allusives de la première version, perd quelque peu de sa force originale, par dilution dans une narration distendue.

46Aycard se trouve contraint à faire bref en raison d’une place mesurée dans le journal. La tentation du roman revient dans des récits qui pourraient être développés. Cela se constate après 1840, où le format en trois ou quatre épisodes n’est pas rare. D’autre part, à plusieurs reprises, l’auteur a écrit deux versions d’une histoire, l’une courte, l’autre développée (« Le pistolet anglais », « La maison de la morte », « La pièce d’or »), mais ces dernières ne sont pas les plus réussies. L’étude poétique d’un feuilleton-nouvelle devrait peut-être aussi envisager une comparaison plurilinguistique, lorsque dans une langue existent plusieurs traductions ou adaptations, ce qui enrichirait l’évaluation de la réception de tel ou tel texte très diffusé. À ce titre, en effet, on constate une certaine adaptation locale dans les traductions, avec parfois des modifications de noms ou prénoms (Durand devient Keller en allemand, Frédéric se décline en Federico, Friedrich ou Frederick selon les cas, etc.). D’un autre côté, mis à part ces quelques cas assez rares, le système onomastique des textes originaux est remarquablement stable malgré leur passage d’une langue à l’autre, ce qui permet de tracer leur diffusion avec une aisance sans égale.

Histoire d’une diffusion

47La diffusion dans la presse nord-américaine de « L’écu de cent sous » est proliférante et se répète par vagues successives pendant plus de cinquante ans. Elle est disproportionnée par rapport à celle des autres contes d’Aycard. On compte plus de 300 occurrences en langue anglaise pour ce récit, et plus d’une centaine dans les autres, chiffres non définitifs. C’est un incontestable triomphe pour un récit qui peut paraître anodin, ou du moins d’une grande simplicité narrative et dramatique. C’est là que, peut-être, réside sa force. On observe dans sa diffusion plusieurs moments bien circonscrits et l’existence de 6 ou 7 traductions différentes, sous des titres alternatifs.

  • 24 Sur The Brother Jonathan (New York), voir Isabelle Lehuu, “Mammoths and Extras: Staging a Spectacl (...)

48La première version est américaine. C’est celle du magazine populaire The Brother Jonathan24 (New York) qui traduit la version du Courrier des États-Unis, en octobre 1840, sous le titre “The Five Franc Piece”. L’orthographe du nom « lady Melvil » y est respectée. Elle circule dans les journaux américains en 1840-1841. Elle est relayée par la deuxième traduction, celle du Chambers’s Edinburgh Journal en décembre 1840 (“The Piece of a Hundred Sous, From the French of Eugene Guinot”), reprise à la fois dans les journaux anglais ou irlandais et dans certains journaux américains, de 1840 à 1843. On peut distinguer ces deux premières versions grâce à la « variante Melton » provenant du Chambers’s Edinburgh Journal. Cette variante sera reprise des années plus tard par divers organes. Une troisième version apparaît aux États-Unis en 1846, intitulée “The Crown of a Hundred Sous, from the French of Eugene Guinot”, publiée par The Boston Atlas. Ce journal n’étant pas numérisé, on connaît l’existence de cette version par les reproductions qui en sont faites. Cette troisième version vient se mélanger, dans les reproductions, avec les deux précédentes, l’existence d’une nouvelle version n’empêchant pas la reproduction de versions antérieures (pour plus de commodité dans cet exposé, on n’entrera pas dans le détail de ces chassés-croisés).

Alfred Gaudelet, traducteur français à Boston (1850)

  • 25 Selon les mentions figurant dans deux journaux reproducteurs, le Skaneateles Democrat (Skaneateles (...)
  • 26 The Boston Directory, Containing the City Record […], Boston, George Adams, 1849, p. 40.
  • 27 Dearborn’s Reminiscences of Boston, and Guide Through the City and Environs, Boston, Nathaniel Dea (...)

49Une quatrième version est publiée en 1850, sous le titre “The Talisman, by Alfred Gaudelet, from the French of Eugene Guinot”, diffusée au départ dans le Boston Museum25 (tandis que le Boston Rambler accueille une autre de ses traductions), mais reproduite par au moins une quinzaine de journaux en 1850-1852. Cette version est intéressante, car elle indique le nom de son adaptateur, un émigré français à New York, Alfred Gaudelet (1824-1875, parfois mal orthographié Gaudalet). Qui est ce personnage qui contribue à accroître la diffusion du récit d’Aycard-Guinot ? Par les sources numérisées, on peut glaner quelques éléments biographiques. Né à Paris en 1824, il émigre aux USA, sans doute lors de la révolution de 1848. Il se marie avec Harriet Hooper Chase le 22 janvier 1849. Le 12 mai 1849, il lance un journal hebdomadaire de langue française avec Victor Bailleul, Le bostonien (12 Water Street), qui ne semble pas durer26. En 1850-1851, Alfred Gaudelet est l’éditeur d’un autre hebdomadaire publié à Boston, la Gazette française, et son adresse est alors 12 School Street27. Il fait publier une annonce pour son journal dans le Lowell Daily Journal and Courier (Lowell, Mass.) du 10 septembre 1850, disant :

  • 28If there be any French scholars in the city, we would recommend them to subscribe for M. Gaudelet (...)

S’il se trouve des érudits francophones dans notre ville, nous voudrions leur recommander de souscrire au nouveau journal français de M. Gaudelet de Boston, La gazette française. C’est une excellente publication et son directeur est considéré comme un homme très capable28.

  • 29 Alfred Gaudelet, “A Lover’s Strategem”, The Clinton Signal (Clinton, N.Y.), December 20, 1849 (per (...)
  • 30 Id., “Cardinal de Richelieu’s Guest”, The Literary American (New York), February 16, 1850, p. 127- (...)
  • 31 Alexandre Dumas, “A Legend of Peter the Cruel, King of Castille”, The Literary American (New York) (...)
  • 32 Cambridge Chronicle, January 2, 1875, p. 4 (Deaths).
  • 33 Mrs. Harriet Hooper Gaudelet (nécrologie), The Vermont Phoenix (Brattleboro, Vt.), December 13, 19 (...)

50Il est professeur de français et traduit des œuvres françaises pour les revues et journaux. On note un conte signé de son nom “A Lover’s Strategem”29, “Cardinal de Richelieu’s Guest”30, et dans le même volume une traduction d’Alexandre Dumas, “A Legend of Peter the Cruel, King of Castille”31. Ce texte provient de L’écho des feuilletons de 1841. Il meurt le 1er janvier 1875 à Cambridge (Mass.) à l’âge de 50 ans32. Il laisse une veuve et quatre enfants. On apprend des détails biographiques dans la nécrologie de sa veuve, qui meurt en 1901, à 74 ans, dans la ville de Brattleboro (Vt.)33, où elle est née en 1827, permettant de reconstituer l’installation d’un immigré français dans le Nouveau Monde, au milieu du siècle :

Lorsqu’elle était enfant, Brattleboro était un paradis pour tous ceux qui recherchaient les bénéfices d’une cure thermale, ce qui, il y a un demi-siècle ou plus, faisait la réputation de cette petite ville du Vermont. Venue des villes environnantes, la société des jeunes gens des deux sexes se retrouvait ici et menait joyeuse ambiance en toute occasion. L’ouverture d’une ligne de chemin de fer fut un événement qui amena à Brattleboro de nombreux visiteurs, parmi lesquels se trouvait, venu de New York avec un groupe d’amis, Alfred Gaudelet, un Français, diplômé de l’université de Paris. Ce fut à l’occasion de cette visite qu’il rencontra pour la première fois Harriet Hooper Chase, avec qui il ne tarda pas à se marier, il y a cinquante ans. Le couple s’installa à Providence, R.I., jusqu’en 1870, puis il revint résider dans notre ville.

  • 34 1860 United States Census: Alfred Gaudelet b1824 – Ward 6 City Of Concord (Merrimack County, New H (...)

51On a vu que le couple a probablement d’abord habité à Boston, épicentre intellectuel du Nord-Ouest, déjà très prisé des francophones. Il a connu sans doute plusieurs lieux de résidence, selon les circonstances. On trouve dans les archives la mention d’une adresse à Concord (N.H.)34. Alfred Gaudelet trouve à s’employer comme professeur de langue dans divers collèges (d’abord à Thetford (Vt.), puis à l’Oread Collegiate Institute, une école pour jeunes filles réputée, située à Worcester (Mass.), enfin en 1859, à la Norwich University, Vt.), et sa femme est professeur de musique dans les deux premiers établissements cités.

Nouvelles versions (1852 à 1917)

52La version Gaudelet n’empêche pas la diffusion d’une cinquième version, en 1852, “The Five Francs Piece”, publiée dans le Journal of Commerce (New York), et reproduite par une série de journaux, en 1852 et 1856-1858. Le nom des personnages est américanisé en « Frederick de la Tour » et « Lady Melville ».

53La version no 3, “The Crown of a Hundred Sous, from the French of Eugene Guinot”, ressort alors, à partir de 1862, dans The Evening Journal (Albany, N.Y.), et connaît une large diffusion cette année, puis en 1867 (une vingtaine de reproductions).

54En 1865, une adaptation signée Ethan A. Gray (no 6), “The Talisman, or the Reverses of Fortune”, paraît dans un journal d’Auckland, The New Zealand Herald. Bizarrement, elle est reprise dans des journaux américains, le Gouverneur Times (Gouverneur, N.Y.) et un titre en Indiana.

55Une nouvelle version (no 7), sous le titre “A Kind Heart Rewarded” (ou “A Kind Heart. A True French Romance”), paraît en 1868 et est reproduite par plus de 23 journaux.

56La « variante Melton » reparaît sous un autre titre, “The Beggar’s Fortune”, en 1868-1869.

57En 1878-1879, une nouvelle version (no 8) est mise en circulation, “The Talisman. A Love Romance from the French”, ce sous-titre ne figurant pas toujours (au moins 35 reproductions, certaines tardives en 1881 ou 1887). Cette variante comporte des modifications et simplifications dans le récit.

58Mais ce n’est pas tout. Entre 1896 et 1913, plusieurs autres variantes, souvent simplifiées, voient le jour, en divers lieux et périodiques, notamment dans un journal de Londres (1903). En 1905, un magazine mensuel populaire londonien, The Grant Magazine, publié par George Newnes (le propriétaire du Strand Magazine), reproduit le récit, lequel est réédité dans un journal australien, à Adelaïde, six mois plus tard. Le Wellsboro Agitator (Wellsboro, Pa.), qui l’avait déjà publié en 1887, le réédite encore en 1909. Enfin, une version réduite paraît dans l’El Paso Herald, au Texas, en 1913.

  • 35 Voir le détail de cette répartition géographique et linguistique en annexe 3.

59Les journaux de plus de la moitié des États des États-Unis reproduisent ce récit, la palme revenant à l’État de New York (73 journaux, grâce à la bonne couverture numérique de sa presse), suivi de ceux de Pennsylvanie (plus de 30), de l’Indiana (20), de Caroline du Nord, Illinois, Ohio, Wisconsin (12 à 15 journaux). Les autres États sont représentés par 1 à 10 journaux. On note la sous-représentation du Massachusetts, dont les journaux sont peu numérisés35.

  • 36 Ibid.

60Le conte n’a pas eu de succès en Australie (une seule parution tardive, en 1906) ni en Nouvelle-Zélande (1865), mais a été largement diffusé en Grande-Bretagne (36 parutions, plus 4 au pays de Galles et 5 en Irlande du Nord et du Sud) ainsi qu’au Canada anglophone (5 parutions). Il a été traduit en allemand (35 parutions dans plusieurs traductions, 1840-1896, avec une reprise en 1907, Allemagne, Empire austro-hongrois, États-Unis), danois (17 parutions dans 2 traductions, 1876-1913, 1906-1907, avec une reprise en 1913), espagnol (8 en Espagne, Amérique latine et du Nord), finlandais (6 parutions, 1913), hongrois (1840), italien (1846), norvégien (1907), néerlandais (3, 1841-1862), polonais (1862, 1877), portugais (5 au Brésil), suédois (10, 1840, 1866, 1907)36.

  • 37 Sur Léo Lespès (1815-1875), voir Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée T (...)

61En langue française, on compte 23 versions de 1840 à 1891 (19 en France, aucune connue en Belgique), dont 10 impressions en 1840 (Suisse, Louisiane, États-Unis avec changement de signature, et Canada), puis retour à Paris fin octobre avec la signature Guinot. Elles sont suivies, curieusement, de 3 versions signées Aycard dans L’indicateur de Bayeux (1841), Le courrier du Gard (1842) et L’audience (1843), journal judiciaire de son ami Léo Lespès, futur Timothée Trimm du Petit journal37. Signées Guinot, les parutions s’espacent ensuite (1847, 1859).

62En 1863, Le petit journal qui vient d’être créé puise dans le fonds des classiques du feuilleton-nouvelle pour alimenter son rez-de-chaussée (avant de passer au roman-feuilleton en 1866 avec Rocambole). « L’écu de cent sous » est réédité le 14 février 1863 sous le titre « La pièce de cinq francs » (ill. 6) et de nouveau en 1870 sous celui de « Le talisman ». La parution de 1863 est reprise dans Les modes parisiennes. En 1867, Le journal illustré reproduit le conte sous son titre initial, lequel sera repris dans deux autres journaux en 1868 et 1869. Une dernière parution patrimoniale aura lieu en 1891, dans une petite revue littéraire, Le livre populaire, avant que ce feuilleton-nouvelle ne tombe dans l’oubli en langue française.

Illustration 6. Le petit journal, 14 février 1863

Illustration 6. Le petit journal, 14 février 1863

Source : [En ligne] < gallica.bnf.fr > ; Bibliothèque nationale de France.

63On peut corréler certaines traductions du conte après 1863 avec ces diverses réimpressions parisiennes, mais dans nombre de cas, la circulation du texte à l’étranger suit un calendrier purement local, notamment après 1870, où l’on observe une large dissémination linguistique qui échappe, en partie, à l’analyse, nos données bibliographiques étant probablement incomplètes. On peut affirmer toutefois que la prolifération de versions en Grande-Bretagne en 1896 provient d’un original allemand, dû à un certain H. Brod, un des nombreux plagiaires étrangers d’Aycard, dont la production circule dans les journaux germanophones nord-américains, mais n’est pas encore repérée dans la presse germanique en Allemagne. La dernière impression connue (toutes langues confondues) est parue en 1917 dans un journal local anglais.

Fortune

64Comment expliquer cette fortune qui touche à un récit de la fortune ? Cette thématique est régulièrement utilisée par l’auteur, dans divers contes où les personnages héritent de biens considérables par le hasard d’une situation. C’est par exemple la transmission de la fortune dans l’immeuble de la rue Saint-Honoré (« Une mansarde de la rue Saint-Honoré ») ou l’héritage réparateur dans « Le cigare ». Le mariage permet souvent d’hériter de biens importants. À plusieurs reprises, dans ses contes, l’auteur met en scène la même situation : un homme âgé, ou sur le point de mourir, se marie à une femme plus jeune et lui lègue sa fortune. C’est parfois une femme qui teste en faveur d’une orpheline (« Mademoiselle de Froissy »), ou bien un testament fait tout basculer (« Le testament »).

  • 38 Le nouvelliste Maurice Level (1875-1926) écrira sur ce thème un conte dramatique, « Le mendiant » (...)

65Mais ces récits n’ont pas eu le succès de « L’écu de cent sous ». Celui-ci fonctionne sur un mode très particulier, mettant au cœur de son propos l’idée de fortune symbolique, attachée à une pièce de monnaie, qui n’est pas de petite valeur. En soi, une pièce de cent sous (5 francs) n’est pas une fortune, mais c’est une certaine somme représentant un symbole fort, car elle n’est pas censée se trouver dans la poche d’une pauvresse38. C’est en quelque sorte un concentré de fortune, un trésor potentiel. Et le récit va se charger de le prouver. Pour cela, il va fonctionner sur le mode du conte de fées « réel » (ou de la romance « vraie » dans certaines versions), un balancement incessant entre le rêve idéal et impossible et la réalité constatée et attestée. Ce que l’on vous raconte est un fait vrai, et pourtant invraisemblable, mais affirmé et confirmé par les faits relatés par les personnages. Cette fortune, transmise de façon inattendue, est appelée par le don gratuit, la charité vraie et désintéressée, fondée sur une série de faux-semblants. Ce n’est pas à une jeune fille que Frédéric fait l’aumône, mais à une vieille femme persécutée par un agent. Celle-ci n’est pas une vieille femme, mais une future comtesse et elle n’est autre que son épouse présente. Cette pauvre fille est promise à un riche mariage par sa pauvreté même. La comtesse mendiante est l’un des thèmes les plus inusables du roman populaire, et le prince Rodolphe d’Eugène Sue se déguise en ouvrier pour visiter les bas-fonds.

66« L’écu de cent sous » fonctionne sur le mode de la métamorphose féerique, transformation d’un personnage en un autre, par le don de fortune, transformation d’une pièce de 5 francs en trésors immenses. Le retour sur investissement imprévu est d’autant plus considérable qu’il n’est pas calculé à l’avance, et se distribue d’un personnage à l’autre, par échange et réversion. Au thème de la fortune se joint celui de l’amour. Le don gratuit entraîne un coup de foudre, dans l’éclairage fugace d’un réverbère. Le don pécuniaire symbolise le don de soi à venir. Qui est capable de donner cent sous à une pauvre femme mérite d’être touché par l’amour en retour, il est digne d’en être l’objet, il se désigne comme époux précieux et rare, perdu de vue et recherché. Par ce don de grâce, la vieille femme peut se transformer en ravissante princesse pour épouser le prince charmant.

  • 39 Le schéma du conte de fées des Mille et une nuits comme motif explicatif du roman-feuilleton des a (...)

67Ce système narratif assure son succès à ce véritable conte de fées39, au pays de l’Oncle Sam où les fortunes se font et se bâtissent parfois sur des méthodes ou des héritages semblables, où les oncles sont devenus riches du jour au lendemain, par chance et par hasard, ou par le labeur (tel l’oncle de Gédéon, dans « Les deux voleurs »). Si les citoyens de la libre Amérique spéculent, travaillent, trouvent de l’or et font fortune dans les affaires, ou bien peinent et se ruinent tout aussi vite, ils ont aussi envie et besoin de rêver avec des contes de fées réels ou irréels comme celui proposé dans « L’écu de cent sous ». Le contraste tellement saisissant et inattendu, créé par l’auteur, entre le dénuement initial absolu du personnage et sa richesse finale extrême, est un élément qui a pu frapper et passionner l’imagination des éditeurs de journaux et leur lectorat. On retiendra que ce récit montre que « l’ascenseur social » est l’une des thématiques les plus appréciées de la littérature populaire, jusqu’à en favoriser l’exportation.

Une légende curieuse

  • 40 “A Fortune Hid in a Coin (Written for The Evening Star)”, The Evening Star (Washington, D.C.), Nov (...)
  • 41 Quelques reproductions de cet article : “Million for Five Francs”, The Salt Lake Herald (Salt Lake (...)
  • 42Dr Marco Leonardo Nardez, the well-known numismatist, and one of the recognized authorities on co (...)
  • 43 Un article historique sur la pièce de 5 francs, publié par Jean-Bernard dans Excelsior, en 1933, e (...)

68La pièce d’argent de 5 francs a été lancée par Napoléon en 1806. Une légende de fortune s’attache à elle, du moins si l’on en croit un article de journal ayant circulé en 1897-1899. L’Empereur aurait dissimulé dans une pièce un bon sur le trésor pour une valeur de 5 millions de francs. Certaines personnes, crédules, se mettent en devoir de casser les pièces en deux pour trouver cette note miraculeuse, en vain, bien entendu, car on murmure que c’est Rothschild qui l’a secrètement découverte, il y a longtemps, en cassant d’innombrables pièces ! Quelle est l’origine de cette légende extravagante, est-ce une « véritable » légende ou un canular ? La dernière hypothèse paraît probable. La prétendue légende est rapportée sous la forme d’un article, “A Fortune Hid in a Coin” ou “A Million for Five Francs”, dont la plus ancienne version paraît dans The Evening Star (Washington, D.C.), le 20 novembre 1897 (article qui aurait été écrit pour le journal40), et qui circula dans des dizaines de journaux nord-américains, anglais ou australiens entre novembre 1897 et 189941, en mettant en avant la caution d’un numismate inconnu – hapax médiatique parfait ! –, le Dr Marco Leonardo Nardez, circonstance toujours suspecte qui laisse penser à un canard de presse, un de plus42. De fait, à la lecture, l’histoire que l’on nous raconte paraît invraisemblable et irréaliste, nous faisant croire que des gens brisent ces pièces pour y trouver la note en question, ce que rien ne confirme d’autre part43 ! Cette légende, qui n’en est pas une, est une absurdité qui, pourtant, a été reproduite par une foule de journaux en mal de copie pour remplir leurs innombrables pages du dimanche. Ludovic Naudeau a repéré cette fable dans le Pearson’s Weekly anglais et l’a traduite dans Le petit journal avec ce commentaire :

  • 44 Ludovic Naudeau, « Joyeusetés », Le petit journal, 4 février 1899.

Protester contre cette extraordinaire folie, que notre confrère anglais débite sur le ton le plus sérieux, montrer que d’un bout à l’autre ce récit est rempli de sottises et d’invraisemblances grossières, serait perdre notre temps et faire injure à nos lecteurs. Le rédacteur a-t-il été victime d’une drolatique mystification ? Quand l’inconscience et l’imbécillité s’exaspèrent ainsi, elles atteignent au sublime, et génératrices de gaîté, elles provoquent seulement une immense hilarité44.

69Accusant les Français de crédulité, cette pseudo-légende se fonde en réalité sur la crédulité des lecteurs de journaux américains, en leur racontant une fable ahurissante qui, à tout prendre, n’est qu’une métaphore de la richesse et de la fortune après laquelle une si grande quantité de personnes court de par le monde, sans avoir à casser des pièces en deux. Ne vaut-il pas mieux lire et apprécier des fictions comme celle de Marie Aycard, qui ont l’avantage de ne pas se prétendre vraies, mais seulement vraisemblables ?

Réception et lecture : le rôle des « primo-lecteurs »

70La plus grande partie des reproductions de « L’écu de cent sous » est signée Eugène Guinot ou bien est anonyme. Six mois après la parution originale dans Le courrier français, en effet, ce sont des reproductions françaises, semblant avoir été faites d’après Le courrier des États-Unis, qui vont imposer la signature d’Eugène Guinot dans L’écho de la presse et autres organes de réimpression de feuilletons, et ensuite dans L’écho des feuilletons !

71Cela mesure deux choses : le rôle capital du Courrier des États-Unis dans les échanges médiatiques autour de l’Atlantique, comme on l’a vu, mais aussi l’importance essentielle des « primo-lecteurs », qui ne sont pas, comme on le croit habituellement, les abonnés du journal, mais ceux qui le réalisent en amont et qui lisent et choisissent le contenu rédactionnel à publier. Ici, le primo-lecteur du Courrier des États-Unis, son secrétaire de rédaction, a commis une « erreur de lecture » sur le nom d’un auteur. Cela a eu une conséquence énorme sur la réception et la diffusion future de la notoriété auctoriale du feuilleton, qui a changé d’auteur, y compris, ce qui est un comble !, en France même, où le texte est renvoyé depuis New York. On ne peut pas imaginer que ce fait a échappé aux deux auteurs concernés, mais comme le dit Girardin, « le vrai nom de la presse, c’est l’oubli » et l’erreur n’a jamais plus été rectifiée.

72Les travaux sur la lecture et la réception ne font généralement pas apparaître cet aspect évident, mais non pris en compte, du « premier lecteur » et de son importance primordiale. Le « premier lecteur » d’un journal est, tout simplement, le rédacteur en chef, l’éditeur, le secrétaire de rédaction, voire le traducteur des textes en cas de traduction. C’est d’abord un médiateur, qui sélectionne, coupe et arrange le sommaire. L’importance de ce rôle d’organisateur de la lecture future est fondamentale. Ce médiateur assure une double lecture, d’actualité et patrimoniale. Il sélectionne, journellement, ce qui est disponible et présente un intérêt d’actualité, surtout en lisant d’autres journaux, plus tard en lisant les dépêches. Dans d’autres cas, il s’agit d’inédits fournis par les chroniqueurs du journal. Il peut aussi choisir des textes dans des archives médiatiques plus lointaines pour les remettre au goût du jour.

73Ce qui est reproduit doit alors présenter une triple valeur de reproduction : intérêt d’actualité, d’instruction (valeur morale autant qu’informative) et de divertissement.

74Ainsi, aux côtés des journaux publiant des feuilletons inédits (Le courrier français, Le temps) existe une foule de titres secondaires qui les reproduisent. Mais ces réimpressions, que l’on pourrait croire passives, sont en réalité une sélection d’autant plus drastique que le journal est éloigné de la source originale.

75On voit que ce phénomène de la réimpression diffuse une « culture médiatique » qui n’est pas seulement ancrée dans une actualité éphémère, mais peut perdurer durant des dizaines d’années avec des éclipses et des rebonds inattendus – soixante-dix-sept ans (1840-1917) dans le cas de « L’écu de cent sous » ! – conférant à ces productions du quotidien un authentique attrait culturel sur le long terme. Dans ce sens, cette sélection et ses reproductions valorisent le contenu choisi pour cette raison même, qui acquiert avec le temps une valeur patrimoniale à redécouvrir.

Notes

1 Joseph-Marie Quérard, s. v. Aycard, in La France littéraire ou dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècles, Paris, F. Didot, 1827-1839, 10 vol., puis 1854-1864, 2 vol. d’additions et de corrections (rééd. en fac-similé, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964). Voir aussi id., Félix Bourquelot, Charles Louandre, Alfred Maury, La littérature française contemporaine, Paris, Daguin, 1842-1848 (rééd. Paris, R. Delaroque, 1852-1857 ; Paris, Maisonneuve et Larose, 1965), t. 1, p. 116.

2 Jean-Luc Buard, « “Littérature maçonnique” : littérature orientée, littérature oubliée. Pistes de recherche », Critica masonica, janvier 2013, no 1, p. 65-112 ; id., « Petite prosopographie marseillaise. Réseaux de sociabilité poétique et maçonnique sous la Restauration (1815-1821). Le Cercle académique et la loge la Française de Saint-Louis », Critica masonica, juin 2014, no 4, p. 49-100.

3 Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres de France, Paris, SGDL, 1988 (fac-similé de l’édition de 1889).

4 Sur les relations entre Ponson du Terrail et Marie Aycard, voir Klaus-Peter Walter, « La carrière de Ponson du Terrail. Vue générale sur le développement et la productivité d’un romancier à succès au milieu du XIXe siècle », Le rocambole, 1999, no 9, p. 15.

5 Francis Wey [Société des gens de lettres], « Discours prononcé sur la tombe de Marie Aycard, le 9 juin 1859 », Paris, Imprimerie d’E. Brière, [1859] (reproduit dans le Journal des débats, 15 juin 1859).

6 William Chambers, Memoir of Robert Chambers, with Autobiographic Reminiscences of William Chambers, Édimbourg; Londres, W. & R. Chambers, 1872 ; id., Story of a Long and Busy Life, Édimbourg; Londres, W. & R. Chambers, 1882 (1re éd. dans le numéro du cinquantenaire du journal, 4 février 1882).

7 Aileen Fyfe, Steam-Powered Knowledge. William Chambers and the Business of Publishing, 1820-1860, Chicago, The University of Chicago Press, 2012.

8 Cornelius P. Darcy, “Chambers’s Journal”, in Sullivan Alvin (ed.), British Literary Magazines. The Romantic Age, 1789-1836, Westport, Greenwood Press, 1983, p. 93-98. Le no 1 du Chambers’s Edinburgh Journal connaît au moins 8 tirages ou réimpressions dans des compositions différentes.

9 Une livre vaut 25 francs (20 shillings), un shilling vaut 1,25 franc (12 pence) et un penny 10,41 centimes. Un dollar vaut 5 francs et un cent vaut 5 centimes. Voir le tableau des conversions livre / dollar dans Aileen Fyfe (Steam-Powered…, op. cit., p. xiii), complété ici par leurs équivalences en francs et centimes.

10 Cité par William Chambers dans son éditorial inaugural en 1832. Ce sont les sevenpenny newspapers, en général hebdomadaires ou bihebdomadaires, comme le Times (11 000 exemplaires). En raison des taxes élevées sur les journaux anglais, il n’était pas possible de vendre un journal moins de 5 pence avant 1853 (ibid., p. 16). Voir Collet Dobson Collet, History of the Taxes on Knowledge. Their Origin and Repeal, Londres, Unwin, 1899. Le débat sur ce sujet est ancien, voir John Crawfurd, Taxes on Knowledge. A Financial and Historical View of the Taxes which Impede the Education of the People, Londres, Charles Ely, 1836.

11 Aileen Fyfe, Steam-Powered…, op. cit.

12 Id., “Business and Reading across the Atlantic, W. & R. Chambers and the United States Market, 1840-1860”, in Howsam Leslie and Raven James (ed.), Books between Europe and the Americas: Connections and Communities, 1620-1860, Houndmills (UK), Palgrave Macmillan, 2011, p. 257-282.

13 Jean-Yves Mollier et Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, 1852-2010, Paris, Fayard, 2012.

14 “The Piece of a Hundred Sous. From the French of Eugene Guinot”, Chambers’s Edinburgh Journal, December 26, 1840, no 465, p. 389.

15 En 1852, dans La littérature française contemporaine, Félix Bourquelot et Alfred Maury (continuateurs de Quérard) affirment, à tort, que Guinot en est l’auteur (ce que s’est bien gardé de faire Quérard, mieux renseigné), dans leur notice sur cet auteur, t. 4, p. 223.

16 “The Piece of a Hundred Sous…”, art. cité, p. 389.

17 Thomas Smibert, Io anche! Poems, Chiefly Lyrical, Édimbourg; Londres, J. Hogg; R. Groombridge, 1851.

18 Gabriele von Glasenapp, historienne de la littérature juive d’expression allemande, identifie J. Cluth (ou J. C.), auteur de traductions du français et de l’anglais dans la presse autrichienne, au publiciste Franz Klutschak (1814-1886), rédacteur en chef de Bohemia à partir de 1844, et l’un des « réinventeurs » de la légende du Golem de Prague en 1841 dans le mensuel publié par Bohemia qu’il dirige, le Panorama des Universums, où Marie Aycard est également traduit.

19 Ma thèse étudiait 34 traductions anglaises. J’en ai découvert depuis 7 autres. Il en existe sans doute encore à trouver.

20 William Frederick Poole, An Index to Periodical Literature, New York, Norton, 1853, p. 75 (“The Cheese of Vif”, American Review. A Whig Journal, 1849 : traduction du « Fromage de Vif ») et p. 416 (“The Roast Partridge”, US Magazine and Democratic Review, 1848 : « Le perdreau rôti », texte traduit du Courrier des États-Unis mais dont l’original français n’est pas encore localisé).

21 Le journal hispanophone El Noticioso de Ambos Mundos (New York) traduit (en novembre 1841 ?) « L’écu de cent sous » sous le titre “El peso fuerte”, selon El Siglo Diez y Nueve (Mexico), qui le reproduit (signé M. A.) le 2 décembre 1841 (< hndm.unam.mx >). De la même manière, ce dernier journal publie aussi « Un tour de page » (“Muérete, y veras!”).

22 Le texte complet figure en annexe 1 de cet ouvrage.

23 Mme D…x, « L’écu de cinq francs », Journal du Loiret, 1er et 5 décembre 1838. Première parution parisienne ou autres non localisée. Son auteur serait-il la poétesse de Beauvais Mme Fanny Dénoix, née Descampeaux (1800-1879), qui s’est fait connaître en 1843 par une versification des Mystères de Paris ? Sur Fanny Dénoix, voir René Guise, « Chateaubriand et “la femme enthousiaste” de Beauvais. Lettres et documents inconnus », in Le génie de la forme, mélanges de langue et littérature offerts à Jean Mourot, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 389-398.

24 Sur The Brother Jonathan (New York), voir Isabelle Lehuu, “Mammoths and Extras: Staging a Spectacle in Print”, in Carnival on the Page. Popular Print Media in Antebellum America, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2000, p. 59-75.

25 Selon les mentions figurant dans deux journaux reproducteurs, le Skaneateles Democrat (Skaneateles, N.Y.) du 15 février 1850 et le Seneca Observer Union (Waterloo, N.Y.) du 7 mars 1850. Il s’agit du Dodge’s Literary Museum (Boston, 1848-1852), également connu sous les variantes de titres Boston Museum (Putnam), Boston Museum and Literary Portfolio, Boston Weekly Museum and Literary Portfolio.

26 The Boston Directory, Containing the City Record […], Boston, George Adams, 1849, p. 40.

27 Dearborn’s Reminiscences of Boston, and Guide Through the City and Environs, Boston, Nathaniel Dearborn, 1851, p. 91 (source : archive.org).

28If there be any French scholars in the city, we would recommend them to subscribe for M. Gaudelet’s new French paper in Boston, — ‘La Gazette Française.’ It is a very worthy publication, and its editor is said to be a very worthy man” ; Lowell Daily Journal and Courier (Lowell, Mass.), September 10, 1850, p. 2d (numérisé sur fultonhistory.com).

29 Alfred Gaudelet, “A Lover’s Strategem”, The Clinton Signal (Clinton, N.Y.), December 20, 1849 (personnage mademoiselle Athenais).

30 Id., “Cardinal de Richelieu’s Guest”, The Literary American (New York), February 16, 1850, p. 127-128 (source : Museum).

31 Alexandre Dumas, “A Legend of Peter the Cruel, King of Castille”, The Literary American (New York), April 13, 1850, p. 285-290 (source : Boston Rambler, books.google). Ce récit est reproduit sous le titre “The Judge of Seville, A Legend of Peter the Cruel, King of Castille” dans l’Hudson Daily Star (Hudson, N.Y.), November 24-30, 1854, et dans l’Eaton Democrat (Eaton, Ohio), from November 30 to December 7, 1854 (source : chroniclingamerica).

32 Cambridge Chronicle, January 2, 1875, p. 4 (Deaths).

33 Mrs. Harriet Hooper Gaudelet (nécrologie), The Vermont Phoenix (Brattleboro, Vt.), December 13, 1901, p. 2.

34 1860 United States Census: Alfred Gaudelet b1824 – Ward 6 City Of Concord (Merrimack County, New Hampshire).

35 Voir le détail de cette répartition géographique et linguistique en annexe 3.

36 Ibid.

37 Sur Léo Lespès (1815-1875), voir Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son Petit journal, Paris, Anne Carrière, 2011.

38 Le nouvelliste Maurice Level (1875-1926) écrira sur ce thème un conte dramatique, « Le mendiant » (Le journal, 7 octobre 1904, repris dans son recueil Les portes de l’enfer, 1910). Un mendiant ayant trouvé par terre une pièce d’or (un napoléon, de 20 francs) se la voit partout refuser sous prétexte qu’il l’aurait volée. Il rencontre un comparse qu’il assassine pour les 17 sous qu’il possède, et qui lui permettront d’acheter un morceau de pain, jetant au loin la pièce d’or maudite, cette fortune ne lui étant d’aucun secours…

39 Le schéma du conte de fées des Mille et une nuits comme motif explicatif du roman-feuilleton des années 1840 (Sue, Dumas) a été développé par Dominique Jullien dans Les amoureux de Schéhérazade : variations modernes sur les Mille et une nuits, Genève, Droz, 2009.

40 “A Fortune Hid in a Coin (Written for The Evening Star)”, The Evening Star (Washington, D.C.), November 20, 1897, p. 17.

41 Quelques reproductions de cet article : “Million for Five Francs”, The Salt Lake Herald (Salt Lake City), November 21, 1897, p. 15, illustré. [En ligne] < chroniclingamerica.loc.gov > ; “A Fortune Hid in a Five Francs Piece”, San Francisco Chronicle, December 26, 1897 p. 9. [En ligne] < www.newspapers.com > ; “Fortune Hidden in a Coin”, The Anaconda Standard (Anaconda, Mo.), December 29, 1897, p. 10 (source : Detroit Free Press) ; “A Million for Five Francs”, The Star (Christchurch, NZ), January 22, 1898, p. 1 ; Red Bank Register (Red Bank, N.J.), May 10, 1899, p. 13 (source : Pearson’s Weekly, Londres).

42Dr Marco Leonardo Nardez, the well-known numismatist, and one of the recognized authorities on coin lore, speaking of this curious condition of affairs, said”.

43 Un article historique sur la pièce de 5 francs, publié par Jean-Bernard dans Excelsior, en 1933, et reproduit dans un journal français numérisé sur le site américain Newspaperarchive, ne fait aucun état d’une telle légende associée à cette pièce. Voir Le lannoyen, journal pour tous (Lys-lez-Lannoy, Nord), 15 avril 1933.

44 Ludovic Naudeau, « Joyeusetés », Le petit journal, 4 février 1899.

Table des illustrations

Titre Illustration 4. Chambers’s Edinburgh Journal (Édimbourg et Londres), December 26, 1840
Crédits Source : [En ligne] < Hathi Trust Digital Library >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Illustration 5. Parution de « L’écu de cinq francs » de Mme D…x, Journal du Loiret (Orléans), 5 décembre 1838
Crédits Source : [En ligne] < Extrait de la Bibliothèque numérique d’Orléans Aurelia >. © Bibliothèque d’Orléans, 25 juillet 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Illustration 6. Le petit journal, 14 février 1863
Crédits Source : [En ligne] < gallica.bnf.fr > ; Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search