Version classiqueVersion mobile

Culture médiatique et presse numérisée

 | 
Jean-Luc Buard

Chapitre 1. Textes et contextes d’une recherche

Texte intégral

1Ma thèse, soutenue en 2015, visait à exhumer certains pans d’une histoire largement oubliée de la communication, dans le domaine de la presse, support qui constitue le principal réseau médiatique actif dans la première moitié du XIXe siècle, en prenant comme exemple et point de départ un feuilletoniste lui aussi oublié, et en offrant une lecture documentaire d’une cinquantaine de ses œuvres, tout en les replaçant en partie dans leur contexte d’émission, la presse de leur époque, ainsi que les journaux qui les ont réimprimées ou traduites. On ne traitera pas ici en détail de la biographie de Marie Aycard, patiemment reconstituée pas à pas, non plus que de ses nombreux feuilletons-nouvelles. Il s’agit plutôt d’exposer un état des lieux de la recherche sur cette période et surtout des outils, anciens et nouveaux, qui permettent de la faire revivre.

2Nous assistons en effet en France, surtout pendant la période de la monarchie de Juillet (1830-1848), à un développement spectaculaire des journaux et à la mise en place de réseaux, de structures éditoriales, mais aussi de modèles d’organisation et de diffusion qui concernent d’un côté l’information et la connaissance, de l’autre le divertissement et la distraction culturels, et qui ont créé de véritables ruptures.

  • 1 Roger Bautier et Élisabeth Cazenave, Les origines d’une conception moderne de la communication : g (...)

3Il semble important de remettre en perspective certains aspects de cette histoire, non seulement pour les enseignements qu’elle aurait éventuellement à offrir aujourd’hui à notre monde saturé de communications et de réseaux communicationnels, mais avant tout pour mettre en évidence une sorte d’effet-miroir exemplaire. Cette histoire apparemment lointaine est en effet en partie la nôtre, d’autant plus qu’elle offre beaucoup d’éléments communs et peut-être des points d’ancrage et de référence qui peuvent encore s’avérer utiles à une compréhension du paysage actuel, ainsi que Roger Bautier et Élisabeth Cazenave l’ont montré dans un petit essai à propos de la publicité du débat public et politique1.

  • 2 Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979 ; id., Les règ (...)

4Le feuilleton est l’un des aspects emblématiques d’un changement de paradigme qui a cristallisé les passions dans les années 1830 et 1840. Les échos de ce débat sont encore sensibles aujourd’hui dans les réticences et les résistances qui s’élèvent ou se sont élevées contre une culture de masse considérée comme un affaiblissement du goût, du bon sens, du raisonnable et de la culture légitime2.

  • 3 Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à internet, Paris, A (...)
  • 4 La communication publicitaire a, depuis Roland Barthes, fait l’objet d’un intérêt constant des soc (...)
  • 5 Roger Bautier, « Presse et communication politique au XIXe siècle : l’anti-libéralisme français ?  (...)
  • 6 Alain Vaillant, « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’histoire littéraire (...)
  • 7 Corinne Saminadayar-Perrin, Les discours du journal : rhétorique et médias au XIXe siècle, 1836-18 (...)
  • 8 Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien : poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, (...)

5Quelques historiens de la communication3 et des sociologues se sont intéressés à l’histoire du développement des médias en tentant de remonter à l’origine des phénomènes relevant de la culture de masse que nous connaissons4. Cette culture de masse aujourd’hui protéiforme et envahissante plonge ses racines dans un terrain ancien que l’on peut faire remonter au XIXe siècle et à l’invention de la presse de grande diffusion. Cette invention ne se fit pas sans douleur, ni opposition, ni changement de rythme, en fonction des aléas politiques. La mise en histoire de ces processus communicationnels aura été d’abord pensée sur le registre politique5, avant que l’aspect littéraire soit envisagé6. Dans tous les cas, la rhétorique entre en ligne de compte pour les chercheurs qui se sont attelés à la question7. En France, il s’opère, en particulier dans le premier XIXe siècle (Restauration, monarchie de Juillet, Deuxième République, 1815-1830-1848), un changement de régime médiatique qui affecte la société dans son ensemble et les pratiques journalistiques dans toutes leurs composantes poétiques8.

  • 9 Cette réticence existe-elle encore aujourd’hui ? Les débats portent plutôt sur la critique et la d (...)
  • 10 Lise Dumasy (dir.), La querelle du roman-feuilleton : littérature, presse et politique, un débat p (...)

6Les parallélismes qui ont pu être établis entre cette période et la nôtre et la similitude des problématiques sont parfois surprenants. Lise Dumasy souligne que « le débat qui accompagna, dès la fin des années 1830, l’introduction du roman en feuilletons dans les journaux quotidiens », « débat auquel sa nouveauté donnait toute sa virulence », trouve aujourd’hui encore un écho « affaibli mais fidèle » dans « les inquiétudes et les réticences » et les critiques qui sont « l’habituelle escorte des séries télévisées à succès », « des films grand public », « de la consommation grandissante des jeux vidéo » – mais que dire aujourd’hui, après la révolution internet et l’apparition de ses innombrables services, blogs, réseaux sociaux, tablettes9 ? Ces critiques et réticences ne sont en rien des « phénomènes nouveaux, engendrés par les médias de l’image » mais, au contraire, la reprise (« l’écho affaibli ») de ce vieux débat sur le surgissement du roman-feuilleton dont elle réunit les pièces du procès10.

  • 11 Yves Leclercq, Le réseau impossible : la résistance au système des grandes compagnies ferroviaires (...)
  • 12 Albert Prioult, Balzac avant La comédie humaine (1818-1829), contribution à l’étude de la genèse d (...)
  • 13 Pour une histoire économique de la période, voir Henri Sée, La vie économique de la France sous la (...)
  • 14 Roland Chollet, Balzac journaliste : le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983.

7Pour planter le décor à grands traits, rappelons que l’époque de la fin de la Restauration et de la monarchie de Juillet est celle d’un bouillonnement économique. La France développe ses industries, ses entreprises bancaires et son réseau de communication, notamment le chemin de fer11. Tout cela ne va pas sans heurts, et l’œuvre de Balzac12 propose un reflet saisissant de ces mutations sociales, économiques et commerciales dans une France en pleine transformation13, non seulement son œuvre mais avant tout sa vie, qui le voit abandonner le roman pour le journalisme au « tournant de 1830 », ce qui a été étudié par Roland Chollet14, pour inventer le « feuilleton-roman » dans la presse six ans plus tard.

  • 15 Paul Van Tieghem, Le préromantisme, études d’histoire littéraire européenne, Paris, SFELT, 1924-19 (...)
  • 16 Anne Ubersfeld, Le roman d’Hernani, Paris, Mercure de France, 1985.
  • 17 Sur le roman gothique, voir Alice M. Killen, Le roman terrifiant ou roman noir de Walpole à Ann Ra (...)
  • 18 Jean-Marie Thomasseau, Le mélodrame, Paris, PUF, 1984 ; Europe, 1987, nos 703-704, Le mélodrame ; (...)

8Sur le plan esthétique, c’est le débat autour du romantisme qui domine. Sensibilité née à l’étranger, dans les « brumes du Nord », Allemagne, Écosse, Scandinavie, ce mouvement conquiert la France, cartésienne et révolutionnaire, tardivement mais durablement15, à la fois dans le champ de la poésie (dès 1820 avec Lamartine) et dans celui du théâtre (Victor Hugo, Hernani, 183016). Cet état d’esprit nouveau est d’ailleurs promu au départ non par des libéraux et des progressistes, mais par des conservateurs et des royalistes. Le classicisme et ses formes codées volent en éclats sous l’impulsion de jeunes artistes qui entendent révolutionner les manières de dire et d’écrire, et y parviennent, dans le sillage des grands succès du roman gothique17 et du mélodrame18 qui avaient frayé la voie à des changements d’inspiration, de style, de sensibilité, proposant un contenu plus « populaire » et moins « académique ».

  • 19 Jean Mistler, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964 ; Jean-Yves Mollier (...)
  • 20 Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Perrin, 1990 ; Laurent Theis, François Guizot, Paris, Fayard, 2 (...)

9Dans ce décor en pleine transformation, c’est à peine si l’on remarque la création de la librairie Hachette, en 1826, passée totalement inaperçue à l’époque, et pour cause, puisqu’il s’agissait d’une librairie de livres scolaires19, une entreprise appelée à un grand développement à partir des années 1830 et des nouvelles lois scolaires initiées par Guizot20.

Les réseaux d’une modernité émergente (1830-1848)

  • 21 Jacques de Lacretelle, Face à l’événement. Le Figaro 1826-1966, Paris, Hachette, 1966 ; Frédéric S (...)
  • 22 Laurent Bihl, « Victor Bohain, le chevalier de papier », Histoires littéraires, 2012, no 49, p. 17 (...)
  • 23 Frédéric Ségu, H. de Latouche, 1785-1851. Un romantique républicain, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 24 Le livre du centenaire. Cent ans de vie française à la Revue des deux mondes, Paris, Hachette, 193 (...)

10Les années 1830-1848 marquent l’entrée dans une nouvelle phase de modernité. Les réseaux de communication, les grandes structures que nous connaissons se mettent en place à cette période et façonneront par la suite l’histoire des communications. La presse se transforme profondément. L’époque de la Restauration voit la naissance de titres emblématiques, dont certains sont toujours publiés aujourd’hui comme le quotidien Le Figaro (182621, créé par Maurice Alhoy et Étienne Arago, racheté 300 francs deux mois et demi plus tard par Lepoitevin de Saint-Alme qui le revend 30 000 francs à Victor Bohain22, six mois plus tard, puis dirigé par Henri de Latouche23 et Nestor Roqueplan, avant de l’être, un temps, par Alphonse Karr) ou le mensuel Revue des deux mondes (1829, repris par François Buloz en 183124). Dans les années 1830, sous l’impulsion d’Émile de Girardin, se développe une série de périodiques novateurs (connaissances utiles, mode, lecture, etc.), et une bataille impitoyable va s’engager entre ce que le publiciste nomme la « vieille presse » (presse d’opinion) et une « nouvelle presse » qu’il appelle de ses vœux (presse commerciale).

  • 25 André Dubuc, « Charles Louis Havas (1783-1858) », Études de presse, 1958, nos 18-19, p. 23-37 ; Pi (...)
  • 26 Gilles Feyel, La presse en France…, op. cit., p. 98-101 (101).
  • 27 Alain Vaillant, Marie-Ève Thérenty et al., 1836, l’an I de l’ère médiatique : étude littéraire et (...)
  • 28 Ibid., p. 104.
  • 29 Marie-Ève Thérenty, « Pour une histoire littéraire de la presse au XIXe siècle », Revue d’histoire (...)
  • 30 Michael B. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863 (...)

111835 est l’année où la future agence Havas devient une agence de nouvelles, l’Agence des feuilles politiques, Correspondance générale25, après avoir été créée en 1832 comme agence de traduction, sous le nom de Bureau de traduction des journaux étrangers. Il s’agit de la première agence d’information de son genre, alors sans équivalent au monde. Ce début précoce de Havas à Paris (seize ans – 1848 – avant qu’un des collaborateurs d’Havas ne crée l’agence Wolff à Berlin ; dix-neuf ans – 1851 – avant qu’un autre collaborateur d’Havas ne fonde l’agence Reuters à Londres) est, selon Gilles Feyel, « plutôt l’indice d’un retard ou du moins d’une grave déficience de la presse française au XIXe siècle, jusque dans les années 1880 », dû au fait que les journaux parisiens se dispensaient jusque-là d’entretenir des correspondants à l’étranger ou d’envoyer des enquêteurs sur le terrain. Il était en effet moins important de rechercher l’information, d’établir les faits, que d’avoir la liberté de donner son opinion, analyse Feyel26. De fait, dans les journaux français, l’information circule en boucle, et les articles sont repris et cités d’un titre à l’autre, se propageant mécaniquement dans tous les journaux. « Le principal relais de l’information reste la lecture d’autres journaux »27 avec la masse des « correspondances »28. Les années 1830-1860 sont perçues comme un âge héroïque de la presse, entreprise dont le fonds est encore très littéraire29, où l’argumentation et le style comptent davantage que le fait sensationnel ou le scoop, lesquels seront l’apanage des journaux et des agences de presse de la fin du XIXe siècle, aspects que Michael B. Palmer a mis en lumière dans une étude devenue classique30.

  • 31 La presse gratuite n’est pas nouvelle ; Bernard Pourprix, La presse gratuite, Paris, Éd. ouvrières (...)
  • 32 Le tam-tam, d’Auguste Commerson, inaugure « une famille de presse que l’on croyait moins ancienne  (...)

12Les entrepreneurs de presse lancent des innovations dont on apercevra plus tard la modernité, et l’on croit parfois de nos jours innover radicalement sur certains plans, alors qu’on ne fait que renouveler des trouvailles déjà initiées dans les années 1840. L’exemple le plus flagrant est l’invention de la presse gratuite. On pense généralement que cette innovation est récente, du fait de l’apparition de journaux (hebdomadaires ou quotidiens) distribués dans la rue ou à l’entrée des transports en commun31. Or, il apparaît que le principe en a été établi dès 1835, sur les mêmes bases, comme le souligne Marc Martin en citant l’exemple d’Auguste Commerson32.

  • 33 Armand Dutacq, fondateur du Siècle en 1836, est l’auteur de cette innovation. Son journal La liber (...)
  • 34 Karine Taveaux-Grandpierre, « La presse au XIXe siècle : les modes de diffusion d’une industrie cu (...)

13On croit aussi généralement que la presse populaire à 5 centimes a été créée en 1863 par Moïse Millaud. En fait, les premiers journaux à ce prix, vendus à la criée, l’ont été en 1848, sous la Deuxième République, même si l’essai ne dura que quelques mois33. Ce fait n’a certes pas échappé aux chercheurs qui ont eu à étudier l’avènement de la presse populaire avec Le petit journal34. Malgré sa brièveté, il est important car il lie étroitement la démocratisation de la presse (qui devient véritablement populaire) par sa diffusion dans l’espace public et un faible prix (résultant de la suppression provisoire du droit de timbre en 1848).

14Sur le plan méthodologique et de la recherche, la période de la monarchie de Juillet, certes riche en travaux, ne présente pas aujourd’hui le même attrait que les périodes de bouleversements révolutionnaires ou celle de la fin du siècle. Elle semble être une période « creuse », entre deux révolutions importantes. Pourtant, elle est elle-même une époque ayant connu une série de transitions et de transformations fondamentales, culturelles et industrielles.

  • 35 Yvonne Knibiehler, Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe si (...)
  • 36 Lucienne de Wieclawik, Alphonse Rabbe dans la mêlée politique et littéraire de la Restauration, Pa (...)

15Les travaux de nos prédécesseurs sont certes nombreux, et l’on peut se référer à de bonnes synthèses sur cette période et celle qui la précède immédiatement, qui ont préparé le terrain de cette recherche. On doit mentionner tout d’abord la grande enquête menée par René Guise sur la presse et les périodiques des années 1828-1835 dans sa thèse soutenue en 1974, qui reste aujourd’hui un point de départ obligé. Puis Nicole Felkay étudiera Balzac et ses éditeurs, 1822-1837, examinant en détail la période sur le plan éditorial dans une thèse soutenue en 1987. Patrick Berthier consacrera la sienne, en 1995, à La presse littéraire et dramatique au début de la monarchie de Juillet (1830-1836), fruit d’un immense effort d’inventaire et de dépouillements de presse qui se mesure à l’ampleur documentaire de son résultat. Enfin, Marie-Ève Thérenty complète cet ensemble de travaux par sa thèse de 2000, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman, 1829-1836. Ces travaux de base offrent des approches polyphoniques sur la période précédant 1836 et l’apparition du « feuilleton-roman ». Plusieurs monographies complètent ces travaux de grande ampleur. Citons les biographies de Philarète Chasles par Claude Pichois, de Mignet par Yvonne Knibiehler35, d’Alphonse Rabbe par Lucienne de Wieclawik36, de Balzac par Roland Chollet.

16Ils nous invitent également à progresser d’un pas chronologique dans la séquence de la monarchie de Juillet, et à franchir la barrière de 1836, posée comme un terme par les chercheurs précédemment cités. Cela est rendu nécessaire par le changement de paradigme, créé par la numérisation massive et récente de documents. Car les problèmes se complexifient, à mesure que l’histoire avance dans le siècle, et surtout l’histoire des médias. Ceux-ci deviennent véritablement innombrables et forment une sphère en expansion continue, où le nombre des acteurs, du simple rédacteur à l’entrepreneur industriel, se démultiplie. Le contenu de la sphère elle-même augmente exponentiellement, ce que vérifient les échanges inter-médiatiques, qui forment le substrat de toute communication. Elle-même s’avère, immédiatement et médiatiquement, internationale, accompagnant l’occidentalisation du monde par les voyages, la colonisation, les établissements commerciaux sur tous les continents par les principales puissances européennes. Les journaux qui sont créés dans toutes les parties du monde se doivent de refléter, dans les deux sens, l’évolution du monde à travers des échanges de flux d’information grandissants, propagés par des médias de plus en plus nombreux et divers.

  • 37 Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La civilisation d (...)

17Ces tendances s’observent dès les années 1820 et sont une réalité pour les générations suivantes, qui vivent une mutation sans précédent, celle que René Guise a caractérisée par l’expression de « civilisation du journal », réutilisée comme titre-programme par un livre-bilan en 201137. Devant une réalité médiatique aussi massive, le noble et traditionnel univers du livre s’efface mécaniquement, et notre univers médiatique se met en place.

18S’intéresser à la période de 1836 et des années suivantes nécessite de prendre en compte ce bouleversement du paysage médiatique et d’aborder ces phénomènes avec une approche communicationnelle et des méthodes intégrant les modifications du paradigme documentaire que nous vivons. Pour réaliser cet objectif, il fut décidé, non pas de mener une étude globale de la sphère médiatique, étude dont l’ampleur dépasse toutes les possibilités d’un chercheur individuel, mais de sélectionner un acteur singulier, un « fil conducteur », qui pourrait servir de guide dans ce paysage communicationnel en complet bouleversement.

Un fil conducteur numérique

19Si la connaissance de ce passé est aujourd’hui renouvelée, c’est en premier lieu par le développement tentaculaire des réseaux de communication et d’échanges de données, qui permettent d’en revisiter des aspects, largement perdus de vue, mais qui ont encore à nous parler, en pointant le rôle de certains de ses acteurs. De fait, l’histoire des réseaux de communication génère sa propre méthode. C’est en effet par l’exploration et l’exploitation numériques des archives innombrables du passé par les moteurs de recherche, que l’on peut aujourd’hui appréhender des pans entiers de cette histoire.

20Il s’agit d’une évolution documentaire majeure, dont on entrevoit à peine les répercussions et les profonds bouleversements et qui doit générer de nouvelles méthodologies. Elle a un double effet. Elle introduit (ou réintroduit) des corpus massifs (numérisation de titres de presse autrefois sur papier ou microfilmés) dans le champ de la recherche et le moyen d’y accéder aisément (la recherche « plein texte », par mots-clés libres ou citations, n’est plus redevable de systèmes d’indexation hiérarchisés).

  • 38 Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukier, « Mise en données du monde, le déluge numérique », Le  (...)

21Pour prendre la mesure de ces « corpus massifs », qui ne concernent pas seulement la presse ancienne, il n’est que de se référer au vocabulaire employé, désormais, pour décrire l’avalanche de données fournies par les réseaux numériques, en particulier l’expression « big data »38, utilisée par Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukier, pour désigner les volumes de données numériques générés par les systèmes d’information, et qui recouvre de facto les corpus d’archives ou de bibliothèques mis en ligne, lesquels ne forment qu’une faible part de l’ensemble, bien spécifique, que l’on nommera « archives numériques ».

22Ces archives numériques « historiques » ne possèdent pas un intérêt stratégique identique aux « archives courantes » générées par l’utilisation quotidienne des réseaux numériques par les internautes, à visée généralement commerciale, publicitaire, informative ou de communication (messageries, sites de commerce électronique ou de réservation de places, blogs, sites administratifs, sites de partages de fichiers, « réseaux sociaux », etc.).

  • 39 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama : qui n’a jamais rêvé d’avoir lu tous les livres ? [(...)

23Elles sont cependant susceptibles d’utilisations statistiques, linguistiques, lexicographiques, toutes scientifiques à divers titres, comme d’autres ensembles de données numériques39.

24De son côté, la numérisation de la presse ancienne a des répercussions dans d’autres secteurs d’activité, du savoir et de la connaissance, et questionne leur accès démocratique, c’est-à-dire au plus grand nombre.

  • 40 Gilles Prévost, « Sources et archives en ligne », Généalogie magazine, avril-mai 2014, nos 335-336 (...)

25Les premiers à s’en être préoccupés sont certainement les généalogistes, dont l’activité est de fouiller le passé à la recherche de traces en tout genre40. Les historiens de toutes spécialités comme les chercheurs en littérature ou en communication ont tout à gagner de ces avancées. Il s’agit donc ici de prêcher d’exemple et montrer ce que l’on peut tirer de ces ressources nouvelles en usant de méthodes mises au point et adaptées à ces matériaux « neufs » qui sont aussi des « objets » nouveaux.

26Afin d’explorer cette histoire de la presse et des réseaux de communication au XIXe siècle de manière dynamique et didactique, j’ai donc choisi un fil conducteur, avec un personnage oublié, l’écrivain-journaliste Marie Aycard. Ce choix peut paraître étrange. Mais il est d’illustres précédents. De tout temps, des historiens se sont en effet préoccupés de sortir de l’oubli telle figure littéraire du temps passé. Pour ne citer que deux exemples, étudiant en pionnière La revue britannique dans les années 1930, Kathleen Jones disait avoir consacré son temps

  • 41 Kathleen Jones, La revue britannique. Son histoire et son action littéraire (1825-1840), Genève, D (...)

à un aspect de la période romantique qui néglige, par exemple, Lamartine, Chateaubriand, Hugo, Musset, de Vigny et Sainte-Beuve. Est-ce que cela en vaut bien la peine ? Nous répondrons que par rapport à la formation de l’opinion publique, les œuvres des grands génies n’ont pas toujours un effet immédiat sur leur génération, étant essentiellement en avance sur elle. C’est la postérité qui recueille leurs enseignements, tandis que leurs contemporains comprennent mieux les travaux plus humbles, mais qui touchent plus à l’actualité, des publicistes.
De plus, les artistes créateurs ne sont pas très souvent les plus érudits. Pour leur documentation ils s’adressent aux moindres talents qui font des travaux de compilation et de vulgarisation qui, malgré leur plus faible éclat, ont une grande valeur en ce qui concerne l’évolution des idées et l’orientation des esprits41.

  • 42 Philarète Chasles (1798-1873), homme de lettres, journaliste, spécialiste de littérature anglaise, (...)

27De son côté, Claude Pichois, dédiant une thèse en deux volumes à une exploration exhaustive de Philarète Chasles42, en 1965, écrit d’entrée :

  • 43 Claude Pichois, Philarète Chasles et la vie littéraire au temps du romantisme, Paris, Corti, 1965, (...)

Qui, de tant de héros, s’en va choisir Philarète Euphémon Chasles ne peut être qu’un ennuyeux plaisantin. Eh ! quoi, la littérature française n’aura été si fertile en minores de talent que pour proposer aux longues veilles d’un apprenti érudit cet étrange écrivain que l’on ne cite qu’en suscitant le sourire, en provoquant la moquerie légère, sans conséquence, parce que le sujet est lui-même réputé sans importance43.

28Certes, le nom de Marie Aycard provoquera lui aussi le « sourire » et une « moquerie légère » de la part de nos interlocuteurs. Et ce sujet pourra sembler lui aussi « sans importance ». On verra cependant que ce choix délibéré donne des résultats surprenants et fructueux, en tout cas inattendus, espérons-le, lorsqu’une méthodologie nouvelle est mise en œuvre pour les obtenir. Du moins cette démonstration aura-t-elle pour but de mettre en lumière l’intérêt de ce choix et des résultats obtenus.

  • 44 La consultation de la Galerie de la presse, de la littérature et des beaux-arts de Louis Huart et (...)
  • 45 Eugène Guinot (Marseille, 1805-Paris, 1861), journaliste, vaudevilliste, essayiste. Il a collaboré (...)
  • 46 L’ouvrage de Marie-Ève Thérenty, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman, 1829-1836, Paris (...)

29J’aurais pu choisir un autre personnage, par exemple l’un des collègues journalistes d’Aycard, plus célèbre44, comme Eugène Guinot45, dont la carrière a pu avancer en parallèle avec la sienne. Ce choix ne relève pourtant pas du hasard, mais d’un examen attentif du personnel littéraire et journalistique de la période46.

30Il fallait en effet un acteur du système médiatique réunissant un certain nombre de caractéristiques : une carrière significative, un personnage qui ne fût point trop illustre et point trop obscur non plus, et qui représentât son temps d’une manière particulière sur le plan de l’histoire des moyens de communication. Aycard a paru remplir toutes ces conditions.

Pourquoi le choix d’un personnage oublié ?

  • 47 Robert Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, 1958 (coll. Que sais-je ? ; 777) (7e éd (...)
  • 48 Robert Escarpit (dir.), Une forme du roman noir au XXe siècle. Le phénomène San Antonio, Bordeaux, (...)
  • 49 Id., Théorie générale de l’information et de la communication, Paris, Hachette, 1976 (rééd. 1991).
  • 50 Anne-Marie Laulan, « Autour de Robert Escarpit, l’effervescence bordelaise », Hermès, 2007, no 48, (...)

31Dès 1963, Robert Escarpit aura été l’un des premiers à poser la question épistémologique et heuristique de la méthode et des choix opérés par les historiens littéraires dans le matériau qu’ils décident d’étudier. L’œuvre multiforme d’Escarpit et ses curiosités étendues lui permettent un point de vue « surplombant » sur les questions de sociologie littéraire, dont il est un spécialiste47. Il est nécessaire, encore aujourd’hui, de faire appel aux intuitions et aux analyses qu’il a développées et qui ont été reprises et confirmées dans les années suivantes, que ce soit son intérêt pour ce qui n’était pas encore désigné comme la « paralittérature » (la littérature de grande consommation ou de masse48, les littératures de genre, l’humour, etc.), les études de contenu (le « discours social »), dont il est aussi un pionnier, ou la théorie de l’information et de la communication49. Ce retour est d’autant plus nécessaire que la figure d’Escarpit et ses travaux tendent à s’effacer de l’horizon des chercheurs actuels50.

  • 51 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », in Littérature savante et littérat (...)
  • 52 Paul Van Tieghem, La littérature comparée, Paris, Armand Colin, 1931, p. 1.

32Dans la mesure où l’article d’Escarpit en 196351 est peu accessible et peu connu, il a paru important de s’y attarder quelque peu et de lui emprunter des citations conséquentes visant à bien faire entendre son propos. Escarpit note que les critères, généralement retenus par les critiques et les historiens de la littérature, sont d’une part une valeur artistique, d’autre part un aspect esthétique subjectif. Ainsi, il rappelle que, selon Paul Van Tieghem52, « n’est digne du nom de littérature que ce qui offre une valeur, et une valeur littéraire, c’est-à-dire un minimum d’art ». « Ces écrits offrent à l’esprit, au cœur, une jouissance plus ou moins vive dans laquelle entre déjà parfois l’admiration ». Ces notions de l’art et de la jouissance ne sont pas autrement définies, et Escarpit, soulignant qu’elles peuvent même ne pas coïncider, remarque que :

  • 53 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2.

l’historien de la littérature est, de tous les historiens, le seul qui définisse lui-même d’une manière semble-t-il, souveraine la matière qu’il étudie. L’historien politique ou social peut bien arranger, interpréter, articuler les faits à sa guise, le tri qu’il effectue parmi eux n’est jamais qu’une hiérarchisation. Il n’a pas le pouvoir d’éliminer ou d’ignorer tel événement ou telle donnée, leur réalité objective étant reconnue, sous prétexte qu’ils « ne sont pas de l’histoire ». Pour lui tout est histoire. Tout n’est pas littérature pour l’historien littéraire, bien loin de là. Le tri que cet historien effectue parmi les données de l’histoire tout court consiste en une sélection d’une extrême sévérité53.

33Ces propos trouveront un écho puissant dans les travaux de Marc Angenot, lorsque celui-ci écrira, cinquante ans plus tard :

  • 54 Marc Angenot, « Introduction », in Les dehors de la littérature, du roman populaire à la science-f (...)

Les études littéraires sont le seul domaine académique, le seul domaine des ainsi nommées « sciences humaines » qui commence en écartant – sans avoir aucunement à motiver et sans jamais s’interroger sur cette mise à l’écart préjudicielle – quatre-vingt-dix pour cent et plus de ce qui peut sembler son objet « naturel ». Dans les deux siècles modernes, l’écrasante majorité de ce qui s’est donné pour des « romans », – ne serait-ce que par cette mention sur la page de titre, – de même que les textes versifiés en leur masse, lors même qu’ils avaient reçu la sanction de l’imprimé et qu’on peut attester de leur accueil et de leur diffusion, se trouvent exclus de toute prise en considération avant de commencer54.

34De fait, de 1963 à 2013, cet état de fait est resté le même, et s’est probablement aggravé, dans la mesure où le problème a été soulevé sans obtenir de réponse ou de réaction de la part des intéressés. Mais la situation de la recherche a évolué, de son côté, de manière irréversible, en raison, d’une part, de la prise en compte de corpus nouveaux, anciennement baptisés « paralittérature » par certains chercheurs, d’autre part grâce à l’ouverture des corpus numérisés, et l’indifférence à ces questions ne saurait plus être tenue comme une attitude scientifique acceptable.

35Pour autant, il n’est pas certain que la « paralittérature » puisse se confondre avec la littérature ordinaire ou « facile » ou « industrielle ». Le supposer reviendrait à dire que l’ensemble ou la majorité de la littérature d’une époque donnée serait ou ordinaire, ou facile, ou industrielle. Autrement dit, la critique littéraire ne s’intéresse, traditionnellement, qu’au singulier littéraire, au rare et à l’extraordinaire.

36Comment peut-on envisager une approche alternative, sur quelles bases la fonder ? Avec quels arguments réduire cette mise à l’écart artistique ? On tentera de répondre à cette question. Enfin, qu’est-ce que cette approche différentielle apporte ? Une approche communicationnelle du fait littéraire non seulement permet, mais exige de se pencher sur d’autres objets d’étude, afin d’appréhender les flux communicationnels, le mouvement de la presse et du journal, et nécessite de regarder positivement ce qu’il en est de la « littérature industrielle ».

Robert Escarpit « découvre » Marie Aycard en 1963

37Revenons à Escarpit en 1963. Il précise sa pensée à partir de l’analyse d’un échantillon des auteurs contenus dans l’index de l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson, du Petit Larousse et du Dictionnaire des œuvres, qui comprend 937 noms :

  • 55 Aujourd’hui, ce recul n’existe plus dans les études littéraires. À peine parus, certaines œuvres e (...)
  • 56 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2.

Un simple fait illustrera cette sévérité. Depuis un siècle et demi qu’on s’occupe d’histoire de la littérature en France, les auteurs de dictionnaires, de manuels, de thèses, d’études spécialisées, n’ont pas retenu, comme constituant la littérature française entre l’invention de l’imprimerie et le milieu du XXe siècle, plus d’un millier de noms d’écrivains, y compris les minores et les infimi. C’est à cette liste-type que se réfèrent implicitement tous les travaux dès qu’ils ont un caractère historique, c’est-à-dire dès qu’ils possèdent un recul de vingt ou trente ans par rapport à la période étudiée55. Or le nombre des écrivains français qui ont publié des œuvres littéraires, durant ces cinq siècles et figurant à ce titre au catalogue des imprimés de la Bibliothèque Nationale est voisin de cent mille56.

38Cette évaluation est obtenue par sondage. La conclusion s’impose d’elle-même dans la rigueur de ces chiffres :

  • 57 Marc Angenot (ibid.) mentionne un modeste 90 % de la production ainsi mise de côté. Mes propres ob (...)

La sélection opérée par les historiens de la littérature est donc de l’ordre de 99 %. On pourrait à bon droit être effrayé par la responsabilité qu’implique une telle opération si deux circonstances ne l’atténuaient considérablement57.

39C’est, d’une part, le choix déjà opéré par les générations antérieures, une fois que le public initial de l’écrivain cesse de le soutenir ou disparaît.

Il est alors accepté dans la littérature ou rejeté dans l’oubli à moins qu’il ne parvienne à attirer l’attention d’un nouveau public et à se faire ainsi « redécouvrir ». On remet rarement en cause le verdict de cet examen de passage.

40Deuxièmement,

Tenter une révision a posteriori paraîtrait d’autant moins acceptable […] que le choix historique qui nous est imposé ne comporte pas de scandales majeurs. Les tentatives d’exploration les plus poussées auxquelles on peut se livrer dans les fonds de bibliothèques où dorment tant d’œuvres oubliées, montrent d’une part qu’aucun chef-d’œuvre indiscutable ne semble avoir été omis, d’autre part qu’aucun tour de faveur scandaleux ne semble avoir été accordé à une œuvre dépourvue de toute possibilité d’interprétation esthétique. Malheureusement de tels cas extrêmes ne sont pas les plus nombreux. Comme toujours, c’est au niveau des œuvres moyennes qu’existe la véritable difficulté de discrimination.

41C’est pour juger de cette production de qualité moyenne que la méthode d’Escarpit va nous intéresser prodigieusement. On entre ici au cœur de sa démonstration, qui est aussi celui de ma problématique. Ce passage mérite d’être cité in extenso :

  • 58 Jean-Luc Buard, Les mains enchantées : étude d’un thème de la littérature fantastique de Gérard de (...)
  • 59 Marc Fournier (1818-1879), journaliste (La presse, Le corsaire, L’audience), auteur dramatique (co (...)
  • 60 Roger de Beauvoir (1809-1866), poète, romancier (L’écolier de Cluny ou le sophisme, 1315, 1832 ; L (...)
  • 61 Émile Marco de Saint-Hilaire (1796-1887), historien, romancier, essayiste, fantaisiste, ancien pag (...)
  • 62 Émile Chevalet (1813-1894), homme de lettres, historien et librettiste, auteur de romans, de vaude (...)
  • 63 Almire Gandonnière (1814-1863), librettiste, publiciste, a publié des poésies, satires et articles (...)
  • 64 Charles de La Rounat (1818-1884), auteur dramatique, romancier et journaliste, directeur du Théâtr (...)

Dans cette région mal définie où le critique impressionniste lui-même a du mal à se découvrir des préférences, il semble que la mémoire historique ait taillé au hasard. À titre d’expérience j’ai examiné le contenu de la Revue Pittoresque pour l’année 1846. C’est une sorte de digest qui reflète assez bien les goûts des lecteurs du temps. Bien entendu on trouve au sommaire un certain nombre de noms indiscutables qui se signalent par des textes que nous sommes encore susceptibles de lire. Outre Gérard de Nerval, avec La Main de Gloire58, il y a là Charles Nodier, George Sand, Alexandre Dumas, Eugène Sue, etc. Mais dans la majorité des cas on se demande, même après lecture des textes reproduits, pourquoi certains ont encore droit à la dignité du Petit Larousse, du Lanson, du Bédier et Hazard, voire de thèses ou de dissertations alors que d’autres sont complètement oubliés. On comprend encore la survie relative d’Alphonse Karr, d’Arsène Houssaye, de Léon Gozlan, de Frédéric Soulié, de Jules Janin, de Pétrus-Borel, mais pourquoi Marc Fournier59, Roger de Beauvoir60, Joseph Méry, Émile Marco de Saint-Hilaire61 ont-ils été sauvés et non Émile Chevalet62, Almire Gandonnière63, Eugène Guinot, Marie Aycard ou Charles de la Rounat64 ?

  • 65 Simon Jeune, « La revue pittoresque, un “journal reproducteur” de l’époque romantique », Revue fra (...)

42Il semble difficile de soutenir aujourd’hui que Marc Fournier, Roger de Beauvoir, Émile Marco de Saint-Hilaire, voire Joseph Méry, ont été « sauvés », mais ils bénéficient assurément d’un degré de notoriété légèrement supérieur aux auteurs cités ensuite. Du reste, Robert Escarpit semble avoir consulté la collection complète de La revue pittoresque, soit les quatre volumes publiés de 1843 à 184665, puisque « La main de gloire » de Nerval est paru dans le volume 1 (1843), lequel ne contient pas de texte de Marie Aycard, celui-ci figurant seulement dans les volumes 2 et 3. De même, Marc Fournier, Charles de La Rounat et Émile Marco de Saint-Hilaire n’apparaissent que dans le volume 2 (1844), et Émile Chevalet ne se trouve que dans le volume 4 (1846).

  • 66 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2-3.

Encore la sélection de la Revue Pittoresque est-elle assez rigoureuse et bénéficie-t-elle d’un certain recul, mais j’ai demandé à mon collègue, M. Pierre Orecchioni, dont les travaux portent précisément sur les romans de cette époque, de rechercher dans la liste des « élus » de la littérature officielle les noms des auteurs qu’il rencontre le plus souvent parmi les lectures en vogue. Il n’en a trouvé qu’une proportion dérisoire66.

43Ce problème important, exprimé en 1963, conduit le sociologue à estimer injustes ou, du moins, injustifiables bon nombre d’exclusions touchant cette production moyenne et ces auteurs médians, d’autant plus que, lorsque l’on se rapproche de notre époque, le caractère « industriel » de ce type de production s’accentue : depuis le roman policier ou d’aventures jusqu’au roman-photo et à la bande dessinée, « et surtout la gamme infinie des adaptations au langage audio-visuel (cinéma, radio, télévision) ». Mais comment nommer cet ensemble exclu de l’histoire littéraire ?

  • 67 André Thérive, « De l’infra et de l’anti-littérature », in La foire littéraire, Paris, Table ronde (...)
  • 68 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 4.

C’est pourquoi notre époque semble avoir enfin pris conscience de cette terra incognita qui entoure le terrain de chasse normal de l’histoire littéraire. On a déjà trouvé pour elle plusieurs noms. Raymond Queneau, dans le tome III de l’Histoire des Littératures de l’Encyclopédie de la Pléiade, consacre 170 pages aux « littératures marginales », parmi lesquelles il classe la littérature de colportage, le roman populaire, la littérature enfantine, la chanson, le roman policier, la science-fiction, la radio et le cinéma. Cette année même, dans un livre très clairvoyant intitulé La Foire littéraire, André Thérive a consacré un chapitre à « l’infra-littérature »67. Nous-mêmes à Bordeaux, dans les discussions du Séminaire de Littérature générale, étudions depuis deux ans les manifestations de la « sous-littérature »68.

  • 69 L’acte fondateur de la prise en compte d’un phénomène « paralittéraire » a été constitué par un co (...)

44Voici exposé le point de départ de l’intérêt pour ce qui va s’appeler, quelques années plus tard, la « paralittérature »69, terme savant permettant d’éviter la discrimination négative de ces premières terminologies (« littératures marginales », ayant l’avantage d’une neutralité bienveillante et une origine illustre, peut toutefois être réapproprié sans risque). Escarpit résume la question en une phrase caractérisant la problématique des deux régimes littéraires :

En fait les lettrés ont toujours été frappés, scandalisés ou fascinés par la disproportion entre la « bonne » littérature et celle qui a la faveur du public.

  • 70 La notion de « navet » renvoie plutôt au cinéma et aux arts du spectacle. Il est d’ailleurs intére (...)
  • 71 Pierre Bayard, Comment améliorer les œuvres ratées ?, Paris, Minuit, 2000.

45Dans cette étude qui apparaît rétrospectivement fondamentale, Escarpit pointe plusieurs arguments névralgiques tournant autour de l’opposition culture de masse / culture lettrée, circuit savant / circuit populaire, légitimité / illégitimité, mais aussi désigne cette immense zone médiane de la culture, zone floue éloignée de tous les extrêmes (soit d’un côté le chef-d’œuvre indiscutable, soit de l’autre l’œuvre « nulle », le navet navrant70, qui peut d’ailleurs de son côté posséder un caractère « sublime » ou être simplement « raté »71), zone intermédiaire où la richesse culturelle d’une époque barbote, surnage ou s’oublie.

46Escarpit note par des exemples anciens que l’objectivité nécessaire pour soutenir une approche culturelle différenciée et respectueuse de ses nuances semble avoir été plus facile au Moyen Âge qu’aux XIXe et XXe siècles.

  • 72 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage depuis le XVe si (...)

La société contemporaine [pré-1968] est cuirassée de tabous et de pudeurs en ce qui concerne la culture. Aussi faut-il louer Charles Nisard d’avoir eu, dès 1854, dans son Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage72, la troisième réaction possible et la plus saine : la curiosité scientifique.

47C’est de cette littérature « populaire » qu’est né le roman, qui se nourrit de mythes et de thèmes « populaires », et qui se retourne parfois vers ces origines.

Comme l’a fort bien montré Noël Salomon dans sa thèse sur la comedia espagnole, c’est un arrière-plan sur lequel se détachent les grandes œuvres et qui leur donne leur profondeur non seulement sociale, mais poétique, esthétique. En effet, ces zones d’ombre ou de crépuscule qui entourent le petit rond de lumière de la littérature officielle, sont le siège d’échanges constants et nombreux. Par la Moll Flanders de De Foe la biographie de criminel est passée de la hotte du colporteur au rayon des romans dans les bibliothèques lettrées sans que le langage poétique eût changé. Par l’intermédiaire d’Eugène Sue, le roman feuilleton est devenu littérature noble en Amérique latine. Inversement la Pamela de Richardson alimente maintenant d’infinies moutures et remoutures de romans-photos.

48Poursuivant son analyse, Escarpit note que « c’est le fait littéraire et non l’œuvre qui appartient ou non à la sous-littérature ».

Il se peut que l’échange, le dialogue écrivain-public ait eu lieu et se soit interrompu définitivement ou, dans des cas exceptionnels, provisoirement, que la clef au cours des générations s’en soit perdue. Il faut alors que la critique s’aide de l’histoire pour reconstituer ce que fut ce dialogue auquel nous ne pouvons plus participer. Les grands best-sellers oubliés le sont non parce qu’ils étaient plus mauvais que d’autres, mais parce que la communication a été rompue entre eux et nous. Il faut donc la rétablir artificiellement, par l’esprit, grâce à l’étude historique et objective du style.

  • 73 La notion de paralittérature a été contestée et rejetée par certains critiques (Vittorio Frigerio, (...)

49Le rappel détaillé de cette analyse déjà ancienne mais, semble-t-il, toujours valide car consolidée par deux générations de chercheurs en « paralittérature », puis en « récits médiatiques »73, permet de synthétiser ma problématique, tout en justifiant, s’il était besoin, le choix de ce sujet, et en l’ancrant dans cette recherche longue, qui s’origine dans celle menée au XIXe siècle par un Nisard, premier auteur à s’intéresser à une « littérature mineure », comme le rappelle Escarpit.

50Il est nécessaire de revenir aux sources de notre modernité, et ces sources résident dans la naissance de la communication de masse et de la presse de grande diffusion. Il est à ce titre indispensable de questionner les acteurs de cette communication de masse embryonnaire : qui sont ces personnages pour la plupart oubliés, quelle fut leur action, comment leur gloire s’est-elle répandue, jusqu’où, et par quels canaux ?

51Par ailleurs, par un fait singulier, Escarpit examine une production de cette période, La revue pittoresque de 1843-1846, où figure mon acteur-fil conducteur, cela paraissant justifier par avance, il y a un demi-siècle, la présente recherche.

52Il lui donne enfin son assise théorique et pratique, par une analyse ample d’un « fait littéraire » contenu dans la communication de masse, d’essence ni savante, ni populaire, mais relevant d’un dialogue entre les deux cultures qui se fécondent mutuellement dans l’instant de la communication, de l’interaction et de l’échange immédiat, ou dans sa médiation différée, sa redécouverte ultérieure, sa réinterprétation historico-tardive, un siècle ou plus après son émission initiale.

  • 74 On considérera cette valeur intrinsèque comme théoriquement objective, ce qu’on tentera de démontr (...)

53On s’intéressera donc ici non à une traditionnelle « communication politique », mais à une « communication littéraire », mettant en jeu la circulation de contenu d’intérêt culturel ou artistique, de valeur instructive et distrayante, entre un auteur (acteur, producteur, nommé ou non) et un public (ou des publics, éparpillés géographiquement). Ce qui fait circuler ce contenu est justement sa « valeur intrinsèque », ou valeur objective74 qui peut s’apprécier dans l’instant de la communication et de la circulation, ou à un siècle de distance. On posera, comme premier critère et comme première hypothèse, que cette valeur n’est guère modifiée par le temps écoulé, qu’elle est en cela « objective », et qu’elle peut donc s’apprécier tout autant de manière différée par une analyse appropriée, et que cette valeur constitue même l’essence de son vecteur communicationnel et la raison de sa circulation. Il convient dès lors de régler nos outils pour évaluer cette valeur, à toute fin d’éviter des effets de distorsion, de nature esthétique ou sémantique.

  • 75 Sur les controverses autour du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle au XIXe siècle, vo (...)
  • 76 Voir cependant les procès intentés à l’éditeur-imprimeur Boulé pour contrefaçons dans le cadre de (...)
  • 77 Le cadre des États-Unis, où la reproduction est légale et illimitée, est un véritable « cas d’écol (...)

54Un des écueils serait d’accorder une valeur supérieure (« un chef-d’œuvre ») aujourd’hui à celle que le fait communicationnel a engendrée en son temps d’émission. Afin de corriger cette tendance éventuelle, il sera nécessaire de recourir à des critères statistiques, le principal étant la « valeur de reproduction », ainsi formulée : ce qui a le plus de valeur de contenu circule le plus facilement et le plus abondamment dans une économie de la copie libre de droits. Ce théorème peut s’appliquer également dans le cadre du copyright75 (droit d’auteur, droit de reproduction contrôlé et onéreux), mais l’existence d’un copyright interfère, voire entrave ou du moins oriente nécessairement un certain nombre de choix potentiels qui ne sont pas validés par les décideurs (œuvre non libre de copie, copie réservée, copie interdite par l’ayant droit, droit de copie jugé trop onéreux par rapport au marché estimé, etc.). Le vecteur communicationnel représenté par une œuvre à forte valeur de contenu est ainsi démultiplié dans un contexte de reproduction peu, mal ou non réglementée76, comme c’était le cas largement au XIXe siècle dans la presse et les médias périodiques77.

  • 78 Meredith L. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, Un (...)
  • 79 Rémi Sussan, « Les médias viraux, un phénomène ancien », InternetActu, 7 novembre 2013. [En ligne] (...)

55Centrale dans le présent sujet, la reproduction est aussi le rouage essentiel du système et du réseau médiatique, à tel point que l’historienne Meredith L. McGill a pu parler d’une « culture de la réimpression » (culture of reprinting) dans le cadre des journaux des États-Unis de la première moitié du XIXe siècle78, et que le chercheur en humanités digitales Ryan Cordell, sur les travaux duquel on reviendra également, utilise la notion de « viralité » pour désigner ce contenu reproductible indéfiniment79.

56Corollairement, le fait pour une œuvre ancienne de tomber dans le domaine public n’entraîne pas automatiquement sa capacité à être librement reproduite, sa valeur de contenu ayant diminué dans l’intervalle pour des raisons qu’il restera à apprécier ; l’œuvre démodée (ou qui se démode après avoir été trop fortement à la mode) est remplacée par d’autres et chassée par elles de l’actualité médiatique, laquelle se nourrit essentiellement de nouveautés, phénomène qui peut se retrouver dans « l’actualité historique ». C’est donc à la science archivistique et historique de faire remonter à la surface cette catégorie d’œuvres patrimoniales oubliées, délaissées, stratifiées, en les replaçant dans une perspective correcte, qui leur donne un intérêt renouvelé.

  • 80 Walter E. Houghton, Esther Rhoada Houghton and Jean Harris Slingerland (ed.), The Wellesley Index (...)
  • 81 Alfred Estermann (dir.), Die deutschen Literatur-Zeitschriften, 1815-1850: Bibliographien, Program (...)

57Le fait est que l’histoire des périodiques français en général, et ceux du XIXe siècle en particulier, ne bénéficie pas d’une tradition de recherche de sources et d’inventaire, comme on l’observe chez nos voisins britanniques ou allemands où existent des répertoires gigantesques de dépouillements de périodiques, d’un côté le Wellesley Index to Victorian Periodicals, pour une série de magazines parus entre 1824 et 1900, qui répertorie 78 000 articles de magazines (souvent anonymes) et leur attribution formelle à 12 000 auteurs80, et de l’autre Die deutschen Literatur-Zeitschriften81, un inventaire général des journaux littéraires allemands, avec indication des auteurs publiés, sous forme de listes de milliers de noms.

58Kathleen Jones le remarquait déjà, en 1939, en introduction à son étude sur La revue britannique :

  • 82 Kathleen Jones, La revue britannique…, op. cit., p. 2.

D’autre part, l’histoire de la presse périodique du XIXe siècle a rarement tenté les chercheurs, et celui qui voudrait se renseigner sur la Revue britannique dans les livres publiés sur les années romantiques n’y trouverait que des allusions bien brèves et souvent inexactes. M. Desgranges lui-même n’en parle pas dans son ouvrage La Presse littéraire sous la Restauration, et l’appel qu’il y lançait pour des monographies sur les périodiques littéraires n’a pas été entendu de beaucoup, bien que trente ans se soient écoulés depuis82.

  • 83 Catherine Faivre d’Arcier, Lovenjoul (1836-1907). Une vie, une collection, Paris, Kimé, 2007.

59La démarche que nous prônons va peut-être à l’encontre de cette absence de tradition, qui s’expliquerait historiquement et idéologiquement par l’idée que les auteurs secondaires ne présentent pas le même degré d’intérêt que les grands auteurs qui auraient, eux seuls, droit à l’attention de la critique, et aussi par les bouleversements historiques qui n’ont pas facilité la conservation d’archives en nombre suffisant de ces entreprises privées que sont les journaux et les périodiques, voire par le désintérêt des contemporains par rapport à ce type d’archives, mis à part le collectionneur Spoelberch de Lovenjoul83.

Le récit d’énigmes, un des nouveaux paradigmes de la fiction ?

60Cette « valeur de contenu » est celle d’un « intérêt romanesque », qu’il s’agit de « produire », au sens de Charles Grivel, ou, dans la présente perspective, de « reproduire ». À partir des « années roman-feuilleton », 1836-1848, c’est à la fiction de produire cet intérêt, dans le cadre de la « nouvelle presse » commerciale et de divertissement, comme dans celui du roman de librairie, dont l’avènement populaire n’est pas encore survenu. Dans cette attente, c’est à la fiction de presse de répondre à cette demande des directeurs de journaux et à leurs lecteurs.

  • 84 Charles Grivel, Production de l’intérêt romanesque. Un état du texte, 1870-1880. Un essai de const (...)

61Comme nouveau type d’intérêt84, on peut proposer des lectures alternatives des œuvres léguées par le passé. Cette nouvelle approche devra éviter si possible l’écueil de l’anachronisme, en justifiant la perspective nouvelle qui les sous-tend. Ainsi, on peut tenter de proposer la relecture d’un certain nombre de récits dans une optique généalogique du récit d’énigme. On peut aussi essayer de désigner, dans les corpus anciens, un certain nombre de textes qui peuvent prétendre au statut de précurseurs d’un genre qui se développera ensuite. Cette filiation doit reposer sur des critères clairement établis.

  • 85 On rencontre parfois de curieuses mentions de Marie Aycard, vedette du roman policier féminin : «  (...)

62Ainsi que le montre l’analyse d’Escarpit, le nom de Marie Aycard n’est pas totalement effacé, puisqu’il figure ici et là, de manière récurrente, dans une (petite) série d’articles ou d’ouvrages d’histoire littéraire, à divers titres. Marie Aycard a en particulier été désigné comme une sorte de « précurseur » du roman ou du récit policier par Yves Olivier-Martin, un rival malheureux d’Edgar Poe en somme. Ce fait, qui ne s’impose pas par son évidence, serait à étayer85, Marie Aycard étant davantage porté vers le récit de mœurs, sentimental ou historique avec, il est vrai, quelques incursions intéressantes en direction du récit criminel.

  • 86 Régis Messac, Le « detective novel » et l’influence de la pensée scientifique, éd. revue et annoté (...)
  • 87 Elsa de Lavergne, La naissance du roman policier français : du Second Empire à la première guerre (...)
  • 88 André-Marc Aymé, Archéologie de la littérature policière, 1789-1839, Paris, L’Harmattan, 2013.

63Cette assertion, doublée de ces apparitions d’Aycard ici et là, ont paru suffisantes pour attirer la curiosité d’une recherche. En effet, l’histoire et les origines du récit policier ont donné lieu à plusieurs travaux classiques faisant autorité, comme celui de Régis Messac paru en 192986 ou, plus récemment, celui d’Elsa de Lavergne, qui s’intéresse à la période allant des années 1870 aux années 190087, pendant laquelle se cristallise ce genre majeur appelé à un développement exceptionnel au XXe siècle. Dernièrement, une préhistoire du genre, ou son « archéologie », a été proposée par André-Marc Aymé, dans Archéologie de la littérature policière88, qui considère la période 1789-1839 dans les aires linguistiques française, anglaise et allemande, concluant à la prédilection de cette dernière pour l’histoire criminelle (à partir des recueils de causes célèbres du XVIIIe siècle, notamment en France, ceux de Gayot de Pitaval).

  • 89 La numérisation de la Gazette des tribunaux a débuté en avril 2012 sur le site de l’ÉNAP (École na (...)
  • 90 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, la violence apprivoisée au XIXe siècle, Turnhout, B (...)
  • 91 Amélie Chabrier, Les genres du prétoire : chronique judiciaire et littérature au XIXe siècle, thès (...)
  • 92 Sylvain Ledda et Sophie Vanden Abeele-Marchal (dir.), colloque « Gazette des tribunaux. Laboratoir (...)

64Pour autant, l’histoire du développement de la thématique criminelle et détective en littérature apparaît incomplètement étudiée si l’on ne prend pas en compte la presse du premier XIXe siècle, notamment la création de la Gazette des tribunaux en 182589, événement fondamental à tous points de vue, qui n’est évidemment pas isolé d’un contexte général d’intérêt pour les causes célèbres remontant au siècle précédent90. Malgré cela, ce journal quotidien judiciaire n’avait pas fait l’objet d’un questionnement spécifique, jusqu’à un travail novateur d’Amélie Chabrier sur les « genres du prétoire »91, avant même la récente mise à disposition du journal par numérisation, qui a permis la tenue d’un colloque en 2015, signe d’un intérêt renouvelé92.

  • 93 Jean-Luc Buard, « Cristallisation médiatique du récit criminel au XIXe siècle. Une perspective int (...)
  • 94 Régis Messac, Le « detective novel »…, op. cit., p. 5 : « Si les detective novels se multiplient, (...)

65Dans cette histoire longue de la lente maturation du fait criminel comme matériau littéraire93, l’un des fondements de la modernité littéraire selon Régis Messac (pour qui cette littérature nouvelle comble des besoins nouveaux94), il semble que l’importance de la presse populaire comme creuset fécond n’ait pas été assez explorée, et cela se comprend aisément. C’est en effet un domaine immense, démesuré, nécessitant des explorations assidues et harassantes dans des corpus d’une envergure inédite pour la recherche historique et littéraire, corpus désignés globalement par Marc Angenot comme étant ceux du « discours social ».

  • 95 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le préambule, 1989.
  • 96 À l’occasion des 25 ans de sa publication, le livre a été mis en ligne < http://www.medias19.org/i (...)

66Dans une étude pionnière d’une ampleur peu commune, 1889. Un état du discours social95, Angenot a pris en compte l’ensemble de la chose imprimée, livres ou périodiques, publiée durant une année de référence. Cet ensemble a été analysé thématiquement dans ses différentes composantes, sans égard au « niveau » de ce discours. Cette étude socio-littéraire a ouvert la voie à une évaluation littéraire du phénomène médiatique96.

  • 97 En 1997, le CRLP (Centre de recherches sur les littératures populaires) de l’université de Limoges (...)
  • 98 Marc Angenot, Le roman populaire : recherches en paralittérature, Montréal, Presses de l’universit (...)

67Ce n’est que récemment, à la fin des années 1990 et dans les années 2000, que la recherche littéraire a commencé à se poser la question du phénomène médiatique comme porteur d’un intérêt global non encore observé, situé à la croisée de l’histoire sociale et littéraire97 ; non bien sûr que la presse n’ait jamais intéressé les littéraires, mais ceux-ci ne l’appréhendaient jamais dans sa globalité fourmillante, pour des raisons de simple méthodologie, mais aussi esthétiques. La presse était en effet considérée comme un corpus second qui n’entrait pas dans le champ noble de la recherche légitime et proprement littéraire. D’une certaine manière, c’était un secteur catalogué comme « paralittéraire », et où la paralittérature ne pouvait que proliférer, délégitimant l’ensemble98.

  • 99 Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe : plaidoyer pour un sursaut, Paris, Mille et une (...)
  • 100 Cette importance majeure a été prise en compte par certains centres de recherche qui se sont créés (...)
  • 101 « l’imprimé qui-se-jette et se consomme à un rythme accéléré, […] l’information publiciste des quo (...)

68Or, l’apparition puis le développement rapide de la numérisation d’une quantité croissante de publications anciennes, livres, revues puis journaux, et leur mise en ligne sur la toile à partir de 2005 par différents acteurs publics ou privés99, ont permis de mettre en évidence un certain nombre d’aspects méconnus, à commencer par l’importance majeure de la presse100 : quantitative, puisqu’il s’agit d’un des principaux postes – sinon le premier – de production de la matière écrite au XIXe siècle101, mais aussi qualitative, étant donné le contenu véhiculé dans ce média et le professionnalisme de la plupart des rédacteurs responsables de cette production foisonnante.

69La mise à disposition numérique de bibliothèques entières a un autre effet inédit : elle nivelle d’une manière radicale la globalité de leurs contenus. Elle dissout toutes les hiérarchies qualitatives. Elle met à portée d’interrogation tous les types de documents imprimés, sans égard pour leur source, leur autorité, leur légitimité, leur diffusion ou leur niveau. Ce nivellement radical est un bouleversement qui s’apparente à un cataclysme silencieux.

70D’un seul coup, les cloisonnements, les hiérarchies, les chapelles volent en éclat et l’usager accède par un contact direct, sans médiation, à une totalité de contenu virtuellement inédite. Mais gardons-nous de croire que cette « totalité » à laquelle nous accédons par ces nouveaux outils est une exhaustivité, qui reste un simple horizon d’attente.

71Il est bien évident que, dans ces conditions, les barrières esthétiques et les critères qualitatifs vont tendre à s’affaisser, voire à s’effondrer, mais qu’ils seront néanmoins maintenus par les structures dont c’est la fonction. Cependant, il sera plus difficile d’ignorer certains contenus devenus accessibles et disponibles à tous. Certes, l’accès en sera conditionné par des méthodes de recherche parfois aléatoires. Mais l’on peut accéder désormais, de plain-pied, à l’immensité de la production médiane ou moyenne, dont Escarpit nous entretenait, et dès lors la grille des valeurs change d’échelle et doit être révisée de fond en comble.

72Ne prétendons pas opérer de telles transformations à grande échelle. Au contraire, on a choisi de procéder à un inventaire minutieux de ce changement de paradigme à une échelle raisonnable, centrée sur un seul acteur et son réseau, ce qui peut paraître modeste, mais implique de manipuler une masse d’informations déjà respectable, comme on le verra. Gardons cependant à l’esprit que, au-delà de mon fil conducteur, cette méthodologie peut s’appliquer à des ensembles plus importants de personnages impliqués dans des réseaux médiatiques complexes et nombreux.

Des méthodes nouvelles

73Pour approcher cette production proliférante, il convient d’opérer avec des méthodes nouvelles, sinon inédites, associées à une large ouverture d’esprit.

  • 102 Marie-Ève Thérenty, « Physiologie du chercheur de presse », in 1836, l’an I de l’ère médiatique…, (...)

Le chercheur littéraire, habitué aux signatures transparentes et aux grands textes doit se frotter à l’inconfort d’une écriture anonyme, souvent mineure. Cette « lecture au kilomètre » implique sans doute un changement de mentalité par rapport aux études auctoriales et monographiques qui nous servent encore de modèles102.

74Non seulement l’on doit quitter les parages confortables et la sécurité de l’instance auctoriale qui sert de guide à tout chercheur en littérature, mais l’on doit plonger au cœur de textes qui sont parfois réduits à des successions fragmentées de caractères mal déchiffrés par les systèmes d’OCR, voire de signes illisibles.

75Pour les livres numérisés, passe encore, car la lecture optique des caractères est en général opérée normalement. Pour les journaux anciens, le plus grand aléa règne, et la patience du chercheur est mise à rude épreuve. Dans tous les cas, des batteries de mots-clés sont à mettre en œuvre, dans toutes sortes de combinaisons et de configurations, de croisements, de recoupements, afin de multiplier et varier les résultats.

  • 103 René Guise, Le roman-feuilleton, 1830-1848 : la naissance d’un genre [plan détaillé] ; Le phénomèn (...)
  • 104 Lise Dumasy-Queffélec, Naissance du roman populaire à l’époque romantique, étude du roman-feuillet (...)
  • 105 Noëlle Prévot-Bombled, Feuilletons, romans-feuilletons et pouvoirs sous la monarchie de Juillet da (...)

76Il ne saurait être question, dans un travail circonscrit comme le nôtre, d’envisager l’examen exhaustif d’un journal quotidien et, encore moins, de plusieurs d’entre eux simultanément, ce qui aurait certes un intérêt comparatif évident, mais demanderait plusieurs volumes et des années de recherche, telles celles de René Guise qui occupent quinze volumes de sa thèse, composée pour partie du dépouillement de l’ensemble de la presse de la période envisagée103. Lise Queffélec avait circonscrit son travail à un seul journal, La presse, et à son roman-feuilleton104. Plus tard, dans un travail peu connu et peu diffusé, Noëlle Prévot a ouvert la voie comparatiste en examinant le double feuilleton de La presse et du Siècle105, se livrant à un relevé exhaustif de toutes les catégories de feuilletons dans ces deux journaux. Il serait souhaitable que cette thèse soit mieux connue et suscite des émules. Le choix pragmatique proposé sera donc de suivre, peu ou prou, la « carrière » d’un producteur exemplaire et représentatif à travers ce maquis qu’est la presse populaire de la monarchie de Juillet, celui qu’on a appelé et que l’on continuera d’appeler un « fil conducteur », Marie Aycard.

77Pour les mêmes raisons de documentation, on a dû réduire les limites chronologiques de cette étude. Il s’est avéré en effet rapidement impraticable de passer en revue l’ensemble de la production de notre auteur, Marie Aycard, dans un délai et un volume raisonnables. En effet, son œuvre n’a jamais fait l’objet de la moindre tentative de recensement et, encore moins, d’analyse. Il me fallait donc partir de zéro (ce qui n’a pas que des inconvénients, le principal intérêt d’une recherche étant de travailler sur un matériau « neuf »).

78De ce journaliste prolifique, les chroniques et nouvelles se comptant par centaines, il a semblé rapidement à la fois illusoire et vain d’entreprendre l’examen minutieux d’autant de textes divers, répartis au moins sur une vingtaine d’années de publication.

  • 106 Alain Vaillant, Marie-Ève Thérenty et al., 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit.

79Mon objectif a été d’offrir une vue en coupe la plus précise possible d’un moment éditorial, non pas le moment 1836 élargi, date qui voit l’invention du « roman-feuilleton », et qui prête à controverse106, mais le moment immédiatement ultérieur, la période 1837-1842.

80Ces dates sont fournies par Marie Aycard lui-même, qui débute sa collaboration assidue au feuilleton du quotidien républicain Le courrier français en 1838, parallèlement à son travail de rédacteur, chroniqueur et feuilletoniste au Temps, depuis 1837. Ces deux titres constitueront ses principaux supports de publication jusqu’en 1842 (de ces deux journaux représentants de la « vieille presse » selon Girardin, l’un changera ensuite de main et de politique éditoriale, ce qui n’empêchera pas Aycard de continuer sa collaboration, et l’autre cessera de paraître). Au Courrier français, il rejoint son collègue Eugène Guinot, déjà titulaire d’une chronique hebdomadaire depuis 1835, tout en collaborant au Siècle sous le pseudonyme de Pierre Durand depuis 1837 (Guinot travaille ainsi à la fois dans la « vieille presse » et dans la nouvelle).

  • 107 La presse paraît de 1836 à 1952 (en devenant hebdomadaire après 1937, avec une interruption de 193 (...)
  • 108 Girardin parle de 23 quotidiens parisiens en 1836 (La presse, 9 octobre 1836, cité par Gilles Feye (...)

81Aycard vient renforcer une équipe qui sera complétée ensuite par un troisième écrivain chroniqueur, Louis Lurine, qui arrive, lui, en 1840. Avec ce trio, et quelques autres plumes intermittentes, Le courrier français (fondé en 1819) souhaitait proposer une offre quotidienne attractive en « chroniques » distrayantes et intéressantes de « rez-de-chaussée » et entendait rivaliser avec le feuilleton des autres grands quotidiens politiques de la période, La presse, Le siècle, voire le Journal des débats ou Le constitutionnel. Ces quatre titres (auxquels on peut ajouter Le Figaro) sont d’autant plus importants qu’ils ont été publiés pendant plus d’une centaine d’années107, et ils représentent le paysage médiatique des années 1830-1840 en étant aujourd’hui numérisés sur Gallica. Mais ils cachent la réalité complexe d’un paysage, où le nombre de quotidiens est beaucoup plus important, 23 en 1836108. La plupart d’entre eux ayant disparu à la fin des années 1840 ou sous la Deuxième République (comme Le courrier français, en 1851), ces journaux ne sont pas demeurés les plus connus dans l’histoire de la presse, mais certains n’en ont pas moins été numérisés, du moins en mode image (Le temps (1829-1842) n’est pas encore en ligne sur Gallica début 2019, mais il le sera tôt ou tard).

82Un autre problème crucial doit également être soulevé : la mauvaise conservation de la presse quotidienne par la BnF et, a fortiori, d’autres bibliothèques. Or, les journaux dits « secondaires » peuvent s’avérer importants, du fait qu’ils offrent une approche différentielle aux journaux célèbres, et leur étude peut même constituer une histoire communicationnelle alternative de la presse, dans le « moment » 1837-1842. La presse régionale peut même s’avérer par rebond un moyen d’accès des plus précieux à la presse parisienne.

Le feuilleton-roman des mystères urbains, 1842

  • 109 Georges Jarbinet, Les mystères de Paris d’Eugène Sue, Paris, Malfère, 1932 ; Jean-Louis Bory, Eugè (...)
  • 110 Jean-Pierre Galvan (éd.), Les mystères de Paris : Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 111 Alfred Nettement parle de « feuilleton-roman » en 1845-1846, signe que la terminologie n’est pas e (...)
  • 112 D’après Noëlle Prévot-Bombled (Feuilletons, romans-feuilletons…, op. cit.), le changement de parad (...)

83Cette date est celle où apparaît Les mystères de Paris d’Eugène Sue, roman publié en feuilletons dans le très conservateur Journal des débats, certainement le dernier support où l’on aurait pu s’attendre à voir publier pareil ouvrage109. Paradoxe suprême, il y remporte un succès inouï qui révolutionne l’histoire littéraire et l’histoire du roman populaire110. À sa suite, le roman de « mystères urbains » sera imité et décliné dans de nombreuses capitales ou autres villes dans le monde entier. Ce qu’on appelle le « feuilleton-roman »111 devient du jour au lendemain le « roman-feuilleton », ce qui conduit à penser que, par la vertu des Mystères de Paris et de leur succès, le roman conquiert définitivement l’espace du feuilleton112. Suivons ici l’analyse de Jean-Claude Vareille :

  • 113 Jean-Claude Vareille, Le roman populaire français (1789-1914). Idéologies et pratiques. Le trompet (...)

Plus que La Vieille fille de Balzac (1836) ou Le Capitaine Paul d’Alexandre Dumas (1838), c’est sans doute Les Mystères de Paris (1842-1843) qui, le premier, fit entrer dans les faits le principe du roman interminable, ne serait-ce que parce que le texte se développa en fonction des demandes des lecteurs. Mais la transition exigea du temps113.

  • 114 Dans les dépouillements publiés dans sa thèse Le roman-feuilleton, 1830-1848 : la naissance d’un g (...)
  • 115 « un littérateur, qui n’a, je le sais, écrit que de petits croquis, mais qui en a fait par millier (...)
  • 116 Aileen Fyfe, Steam-Powered Knowledge. William Chambers and the Business of Publishing, 1820-1860, (...)

84En effet, cela n’était pas gagné d’avance, et c’est l’expérience du Courrier français et du Temps qui nous l’apprend. Ces journaux auront offert pendant plusieurs années une alternative au « feuilleton-roman » en proposant, jour après jour, des chroniques et des nouvelles complètes en un seul numéro ou feuilleton, mais sans aucun roman à épisodes. Les chercheurs s’intéressant au « roman-feuilleton » sont d’ailleurs tellement focalisés sur la question de « la suite au prochain numéro », qui suppose une publication en au moins deux épisodes, qu’ils ont laissé de côté dans leurs recensements tout feuilleton complet en un seul numéro114. Leurs inventaires s’avèrent donc inutilisables pour une recherche sur l’histoire du « feuilleton-nouvelle ». C’est à fournir ces productions hebdomadaires que s’occupaient Marie Aycard et ses collègues « feuilletonistes ». En 1840, le « feuilleton parisien » était dominé par Eugène Guinot et Marie Aycard, reconnus comme les maîtres de ce genre littéraire, à la fois en France115 et à l’étranger, par exemple dans le Chambers’s Edinburgh Journal116.

  • 117 Études françaises, 2008, vol. 44, no 3, Microrécits médiatiques. Formes brèves du journal, entre m (...)
  • 118 Sur la nouvelle, voir les travaux de René Godenne, dont son anthologie Nouvelles des siècles, 44 h (...)
  • 119 David Bryant, Short Fiction and the Press in France, 1829-1841. Followed by a Selection of Short F (...)

85Cette guerre du format et des « standards » (feuilleton court contre feuilleton long, fiction brève117 contre roman de longue haleine) est l’un des aspects majeurs occultés de l’histoire de la presse. Le format est un élément fondamental de la présente étude. C’est en effet l’existence d’un récit bref (longtemps discrédité et presque totalement oublié dans l’histoire littéraire, et ce d’autant plus qu’il s’agit de celui du « conte » ou de la « nouvelle »118, genres traditionnellement jugés, en France, inférieurs au roman), format court absolument prépondérant dans cette période, de la revue au magazine, de l’anthologie au journal119, qui a permis à la littérature quotidienne française d’être exportée massivement dans le monde entier. Ce fait constitue un autre aspect méconnu à la fois de l’histoire littéraire et de celle de la communication que la numérisation de masse permet désormais d’approcher de manière significative.

  • 120 Claude Witkowski, « Les premiers suppléments littéraires », in Les éditions populaires, 1848-1870, (...)

86Le récit court, le conte, la chronique, l’anecdote, circulent en effet infiniment plus facilement que n’importe quelle machinerie romanesque, aussi bien huilée soit-elle, que sa longueur incompressible condamne irrémédiablement à d’autres types de diffusion : le livre ou la brochure essentiellement, avec les quelques exceptions que formeront les premiers « suppléments littéraires » romanesques de l’histoire de la presse, un support communicationnel nouveau appelé à un très fort développement120. Mais avant même que lesdites machineries romanesques parviennent à se diffuser par reproduction, autorisée ou non, voire en traduction, les feuilletons-nouvelles parisiens vont se répandre à une échelle encore plus large dans l’univers médiatique.

Du format au contenu, une « culture de la reproduction », ou la contrefaçon comme première réponse

  • 121 On a pu appeler Frédéric Soulié (1800-1847), auteur des Mémoires du diable (1837-1838), le quatriè (...)
  • 122 Samuel Henry Berthoud (1804-1891), écrivain et journaliste, directeur du Musée des familles.

87Quel est, pour Aycard et ses collègues, ce contenu attractif et intéressant apte à être diffusé et reproduit largement, et à même de rivaliser un temps avec les feuilletons-romans d’écrivains plus renommés, comme Balzac, Dumas, Sue ou Soulié121 ? C’est d’abord la fiction historique ou d’actualité, qui permet le rappel d’anecdotes de l’Ancien Régime, de l’Empire ou de la Restauration, réelles ou inventées ; ce type de sujet est très en faveur auprès d’un lectorat qui a, le plus souvent, vécu ces bouleversements historiques, d’où le succès considérable des anecdotes napoléoniennes d’Émile Marco de Saint-Hilaire (dans Le siècle) ou des chroniques de S. Henry Berthoud122 (« Histoire anecdotique du dix-neuvième siècle » dans La presse) dans la sphère médiatique. C’est ensuite le récit de mœurs et de société, que l’on peut classer dans le genre du récit sentimental et contemporain, très prisé également, et pas uniquement d’un lectorat féminin. Ce sont enfin les histoires mystérieuses ou criminelles, les contes à chute surprenante. Le style conventionnel s’y marie agréablement avec des incidents inattendus, garantissant un intérêt toujours renouvelé pour un type de narration que Marie Aycard n’est certes pas le seul à proposer, mais qui forme une sorte d’école du récit de presse commercial à la française.

88En filigrane de cette démonstration, notre personnage fil conducteur nous propose une histoire alternative du développement de l’édition populaire et de la diffusion de masse, qui passe inévitablement par un emprunt à des stratégies économiques propres au périodique et au journal.

  • 123 Nicole Felkay, « La crise de 1830 et ses suites », in Balzac et ses éditeurs, 1822-1837 : essai su (...)
  • 124 « Quoi donc d’étonnant que la librairie, ainsi placée entre toutes les causes de ruine, entre son (...)
  • 125 « De la situation actuelle de la librairie, et particulièrement des contrefaçons de la librairie f (...)
  • 126 Wallace Kirsop étudie le cas de Ménard et Desenne dans « Les ventes au rabais de 1800 à 1830 », in (...)
  • 127 Jean-Alexis Néret, Histoire illustrée de la librairie et du livre français, des origines à nos jou (...)
  • 128 L’éditeur Gervais Charpentier (1805-1871), créateur de la « Bibliothèque Charpentier ». Voir Louis (...)
  • 129 Pierre Abraham et Roland Desné (dir.), Manuel d’histoire littéraire de la France, t. 5, 1848-1917, (...)
  • 130 Henri-Jean Martin, Le livre et la civilisation écrite, Paris, École nationale supérieure des bibli (...)
  • 131 « La révolution Charpentier montrait le chemin vers le “livre de poche” contemporain. Elle fit tom (...)

89On sait que la librairie connaît une série de crises et de nombreuses faillites dans les années 1820 et 1830123, non seulement en France124, mais dans d’autres pays comme la Grande-Bretagne125 (mais non aux États-Unis). La raison principale était économique : les livres étaient trop chers et le développement de l’édition se heurtait à cette barrière infranchissable qui empêchait toute évolution. Ce constat ayant été fait à l’époque par les acteurs concernés, les réponses apportées ont été diverses : d’une part, un abaissement du prix pour certains types d’éditions (ouvrages du fonds à succès garanti publiés dans divers formats, rééditions à meilleur marché, soldes126), et une diversification des formats de livres, avec un retour et une redécouverte du format compact in-18, « poche » (ce que Jean-Alexis Néret127 a appelé la « révolution Charpentier » d’août 1838128 – expression qui fit fortune et fut reprise par Pierre Abraham et Roland Desné129, Henri-Jean Martin130, Martyn Lyons131, puis par tous les historiens du livre depuis lors), d’autre part, la pratique systématique de la publication en livraisons (notamment pour le format in-8 illustré), forme intermédiaire entre livre et périodique, permettant l’acquisition d’un ouvrage par cahiers, et enfin les contrefaçons autochtones ou étrangères en tout genre (souvent de petit format).

  • 132 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières [Th (...)

90Le problème de la « contrefaçon », ou reproduction non autorisée, n’est pas neuf132, mais il prend un tour nouveau et une actualité aiguë, et l’on aura à en connaître les développements au cours du XIXe siècle, afin d’éclairer cette problématique de la diffusion qui s’effectue sous son couvert, c’est-à-dire libre de droits, ainsi que la question de l’autorité et de l’origine des matériaux reproduits, soit la question de la source, voire de la signature.

  • 133 Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres de France, Paris, SGDL, 1988 (fac-sim (...)

91Pour se prémunir du fléau des reproductions non autorisées, les écrivains se regroupent en association de défense, à l’initiative de Louis Desnoyers. La Société des gens de lettres (SGDL) est créée en décembre 1837 et regroupe les principaux auteurs du temps, de Dumas à Hugo133 (Balzac et George Sand en firent partie mais eurent des relations plus ou moins orageuses avec la SGDL). L’action de la SGDL ne pourra pas, dans un premier temps, s’exercer dans le domaine de la contrefaçon, du fait de l’absence de lois sur le copyright international. Parler de « contrefaçon » ou de « piratage » est déjà adopter un langage orienté. Cela impliquerait surtout que ces procédés soient illégaux. Or ce n’est pas du tout le cas à cette époque. Le fait est que les œuvres littéraires ne sont protégées au mieux que dans leur pays d’origine et qu’elles sont librement reproductibles partout ailleurs, a fortiori par voie de presse. Ainsi les éditeurs français pillent la librairie anglaise en reproduisant légalement à Paris les ouvrages à succès dès leur parution à Londres. Cela n’a en réalité pas de sens de parler de « piratage », avant les années 1850, sauf dans une intention polémique.

Traquer le texte populaire et sa circulation internationale

  • 134 Claude Witkowski, « Un essai de bibliométrie, l’édition populaire de 1848 à 1870 », in Les édition (...)

92D’une façon générale, l’édition populaire n’existe pas en France avant 1847-1848134. Cependant, la presse offre des cas de diffusion véritablement populaire pour un certain nombre d’œuvres. Ce sont avant tout des feuilletons, courts ou longs, réimprimés à foison, et la plupart oubliés aujourd’hui.

93Ce phénomène de la reproduction (autorisée ou non) constitue un indice fondamental dans un secteur aussi communicationnel que celui de la presse. En l’absence d’élément d’appréciation ou de mesure de succès (chiffres de tirage, lectorat, etc.), c’est le seul critère objectif de la mesure de diffusion d’un texte quelconque. Ce critère essentiel peut s’apprécier aujourd’hui grâce aux archives numérisées qui permettent de connaître, approximativement et provisoirement, la diffusion de tel ou tel récit, fait divers, anecdote ou chronique.

94À l’heure actuelle, les archives numériques de la presse française, pour la période 1830-1850, sont encore insuffisantes et doivent être complétées par des recherches classiques dans la presse non numérisée. Il peut même être fructueux de commencer par explorer tel ou tel titre de presse parisienne microfilmé ou sur papier, mais ces recherches sont plus difficiles pour la presse régionale non numérisée et non microfilmée (journaux fragiles ou hors d’usage, collections fragmentaires).

  • 135 Ainsi le nom AYCARD en lettres majuscules est quelquefois mal reconnu par les programmes de reconn (...)

95Plus les archives numérisées s’accroîtront (et elles ne feront que s’amplifier dans le futur), plus seront fiables les données statistiques obtenues par l’examen ciblé d’éléments permettant d’apprécier la diffusion de tel ou tel texte. Ces éléments sont définis en premier lieu par des listes de mots-clés à traquer dans les corpus numérisés. Ils doivent être variés, afin de contourner les éventuels problèmes de mauvaise lecture (ou mauvaise reconnaissance optique par OCR) des caractères imprimés dans des journaux anciens135. Cela pose la question des méthodes d’interrogation par mots-clés ou citations et leur efficacité, souvent grande, parfois problématique.

96Ce type de recherche permet de constater que la diffusion massive de certains textes est à la fois locale et internationale. Pour la première fois sans doute, cette double dimension peut être mise en évidence avec une certaine aisance, alors qu’elle était impossible ou presque à mettre en œuvre auparavant, en raison du gigantisme et de l’hétérogénéité des corpus à explorer.

97Comme les corpus numérisés sont polyglottes, des mots-clés judicieusement choisis génèrent des résultats multilinguistiques qui ouvrent des perspectives inattendues : d’un coup d’œil, on découvre l’étendue mondiale de la diffusion de tel ou tel récit paru dans un feuilleton parisien. Ceci oblige à remettre en question la vision traditionnelle que l’on avait de l’impact et du rôle social de la littérature. Celle-ci, injectée dans le réseau communicationnel de la presse, se répand à grande vitesse et sur une échelle extrêmement large, parce que son contenu est universellement attractif.

98Pour ces différentes raisons, et d’une certaine manière à ma grande surprise, mon fil conducteur Marie Aycard s’est avéré d’un intérêt remarquable par l’ampleur des résultats qu’il a permis de réunir, en un temps relativement limité. Démarrée d’une manière classique (inventaire de presse laborieusement conduit dans des collections papier ou microfilmées), poursuivie dans des corpus numérisés qui surgissent un peu partout, mon enquête a débouché sur des perspectives d’une variété inattendue, et d’une ampleur insoupçonnée. Celle-ci s’ouvre chaque jour davantage, en raison de l’accès régulièrement accru à des sources de plus en plus nombreuses d’archives numériques. À tout instant, quelque part, un opérateur scanne, numérise et met en ligne, à la disposition de la future communauté des chercheurs digitaux, de nouvelles ressources grâce auxquelles de futures découvertes auront lieu, concernant les sujets que l’on a tenté de défricher. Cette perspective est à la fois exaltante et frustrante, mais c’est le lot de toute recherche, qui doit savoir se limiter dans le temps et dans son objet, tout en essayant d’ouvrir d’autres horizons.

Marie Aycard dans les réseaux médiatiques et numériques

  • 136 Marc Martin, « Journalistes et gens de lettres (1820-1890) », in Vaillant Alain (dir.), Mesure(s) (...)

99En retrait de l’action politique, autant que des écoles et des courants littéraires, Marie Aycard demeura durant toute sa carrière un « écrivain-journaliste »136, au statut intermédiaire, connu mais non célèbre, au carrefour de la presse d’opinion et de la presse commerciale, qu’il contribua à alimenter par sa production. Il est le vivant exemple de ce que la fiction forme un élément essentiel permettant l’expansion et la diversification de cette presse commerciale nouvelle, basée sur le divertissement ou sur un sujet spécialisé (mode, enfants, jeux, etc.). Son principal souci aura été de trouver le plus grand éventail de débouchés pour ses productions littéraires. Professionnellement, Marie Aycard appartient, de plus, à des réseaux littéraires et médiatiques qui lui font croiser nombre de confrères ayant des parcours similaires ou voisins. Membre de la SGDL, affilié à une loge maçonnique du Grand Orient de France à l’Orient de Marseille dans sa jeunesse (avant de s’éloigner apparemment de cette appartenance une fois arrivé à Paris), apparenté aux groupes de journalistes républicains qui travaillent tous dans les mêmes journaux, tout cela lui permet de trouver les supports qui lui sont nécessaires et de travailler pour les directeurs de journaux les mieux disposés à apprécier ses capacités et ses qualités rédactionnelles. Cet ensemble relationnel forme un réseau dont on a pu reconstituer la structure.

  • 137 « Le vrai nom de la presse, ce n’est pas la presse, c’est l’oubli ! Qui se souvient le lendemain d (...)
  • 138 Les journaux du premier XIXe siècle ont rarement fait l’objet d’une attention de la part des fabri (...)

100Ce travail oscille, dans une certaine mesure, entre un effort pour sortir de l’ombre cette figure et un questionnement sur les raisons qui l’ont plongée dans cette obscurité. La presse est un support éphémère par essence. « Le vrai nom de la presse, c’est l’oubli », a dit Girardin137. La période des années 1837-1842 qui est celle des débuts de la presse commerciale n’a que peu gardé la mémoire de ses producteurs et de ses productions138, le champ médiatique n’y est pas structuré comme par la suite.

  • 139 Pierre Albert (dir.), La France, les États-Unis et leurs presses, Paris, Centre Pompidou, 1977.
  • 140 Edward J. O’Brien (ed.), The Best Short Stories of 1915 [1916], premier volume d’une série qui se (...)
  • 141 Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne (...)
  • 142 Les premiers essais d’indexation de la littérature périodique par le bibliographe et bibliothécair (...)

101Ce phénomène est aussi apparent dans le cas de la presse américaine139 où la nouvelle comme genre littéraire sera considérablement valorisée dans la dernière partie du siècle, davantage que partout ailleurs dans le monde, avec entre autres le développement de magazines spécialisés dans la fiction (The Argosy, All Story), d’anthologies périodiques des meilleurs récits annuels140, voire de prix (les O. Henry Awards, depuis 1919), sans compter l’indexation systématique de la production dans des ouvrages généraux ou spéciaux. Aux États-Unis, tout cet édifice solidement établi, dédié à la fiction et aux périodiques, s’appuie sur un réseau de bibliothèques141 extrêmement dense, ancien et actif dans tout le pays, qui conserve les journaux et les magazines. Cette structuration du champ médiatique et documentaire était encore inexistante ou embryonnaire dans les années 1830-1840142.

102Le développement parallèle, aux États-Unis, de la presse, des magazines, de l’enseignement et des bibliothèques est considéré comme une condition nécessaire à l’exercice de la démocratie politique, qui s’appuie, avant tout, sur l’information généralisée de la population.

103L’œuvre de Marie Aycard, comme celle de ses confrères, située au carrefour du littéraire et du commercial ne pouvait que tomber dans l’oubli, après avoir été abondamment lue et reproduite. Cependant, le grand intérêt suscité par les fictions et les récits de Marie Aycard, comme leur oubli tout aussi abyssal un siècle après, ne doivent pas masquer la valeur de témoignage qu’ils offrent sur leur époque. Comme l’écrit Claude Pichois,

  • 143 Claude Pichois, Philarète Chasles…, op. cit., p. 15.

l’intérêt des écrivains secondaires est de nous renseigner moins peut-être sur eux-mêmes que sur les modes dont ils ont été les témoins143.

104Si l’on veut comprendre, mieux connaître, voire découvrir l’univers médiatique et communicationnel des années 1830-40, il est indispensable de se pencher sur ce qui fit le fonds commun des lectures de la période, la production courante la plus reproduite et la plus diffusée, laquelle acquiert un caractère exemplaire et une valeur privilégiée sur ce qui constitue l’essence de l’époque : ce qui circule le plus véhicule les valeurs les mieux partagées par l’ensemble de la sphère communicationnelle, voire culturelle, de la période considérée ; comme le rappelle Lise Dumasy-Queffélec,

  • 144 Lise Queffélec, Le roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, 1989 (coll. Que sais-je ? (...)

il n’est pas moins nécessaire de connaître et d’analyser l’ordinaire de la communication littéraire que son extraordinaire, le centre que les marges144.

  • 145 Évelyne Diebolt, Le petit journal et ses feuilletons (1863-1914), thèse d’histoire, sous la direct (...)

105Cela pose la question du « destin posthume » de Marie Aycard, pendant le demi-siècle suivant sa mort en 1859. Les meilleurs récits de cet auteur ont en effet continué d’être réédités ici et là, dans la presse ou des magazines, y compris en traduction, durant une soixantaine d’années, conférant ainsi, pendant un certain temps, un caractère de classique ou de « petit maître » à leur auteur. Des journaux populaires comme Le petit journal145, Le journal illustré, Le monde pour rire et d’autres encore se sont faits le support de rééditions nombreuses, perpétuant le nom de Marie Aycard jusqu’au début du XXe siècle.

106Le présent travail n’aura pas été vain si l’on a pu placer, afin d’entamer l’exploration de ce continent en partie englouti, la presse quotidienne française et étrangère dans une perspective d’histoire communicationnelle, en proposant des approches non conventionnelles, fondées sur des méthodes transversales. À objet nouveau, il convient en effet de risquer des approches hétérodoxes, non pas pour le simple plaisir de procéder différemment de l’ordinaire, mais parce que le contexte l’exige.

  • 146 « Notre première conviction est que l’outil informatique va permettre […] une recherche beaucoup p (...)
  • 147 « Mais le corpus une fois scanné, même avec une qualité de reprographie optimale, est une gigantes (...)

107Dans un domaine d’une ampleur aussi écrasante, il ne saurait être question de travailler avec des outils traditionnels. Les corpus numériques exigent, d’une certaine façon, sinon l’abandon, du moins la mise de côté provisoire de la noble et légitime notion d’« auteur »146. Nous sommes emportés dans un torrent textuel, confrontés à un flux numérique d’une ampleur difficilement mesurable147, où l’information pertinente doit être pêchée (repêchée) dans une « masse opaque » et à une profondeur inconnue. L’information cryptée doit être décodée et triée. Son hétérogénéité doit s’analyser avec d’autres critères que ceux en vigueur habituellement dans une recherche traditionnellement littéraire.

108Devant ces circonstances nouvelles de la recherche, il ne paraît pas absurde de vouloir s’en remettre à un « fil conducteur », tel celui ici proposé comme guide dans ce labyrinthe pluridimensionnel que constituent les archives de presse (et de livres) numérisées.

Problèmes et méthodes

109Pour résumer le travail de thèse dont ce livre procède, l’on avait envisagé, dans une première partie, l’auteur et son temps et, dans une deuxième partie, l’étude d’une série de ses feuilletons-nouvelles en s’en rapportant à ceux sélectionnés dans plusieurs périodiques étrangers importants, de Bohemia au Chambers’s Edinburgh Journal. Sa situation bio ou bibliographique y est toujours évaluée par rapport à son environnement, considéré comme un réseau (contacts, information d’actualité, approche bibliographique). Ces interactions entre les supports et les acteurs de cette recherche forment le récit d’une enquête dans les archives des médias du passé et une synthèse des écrits à leur sujet.

110Les acteurs sont les personnages de ce récit, à savoir Marie Aycard et son entourage professionnel et personnel à reconstituer, ainsi que ses réseaux. Cette enquête a été, par la force des choses, surtout bibliographique, en l’absence de données biographiques détaillées ou d’archives personnelles de l’auteur. Les réseaux sont ceux des journaux et des équipes rédactionnelles qui emploient les différents acteurs précédemment évoqués.

  • 148 Marcelle Beaudiquez, Guide de bibliographie générale, méthodologie et pratique, Munich, K. G. Saur (...)

111Avant cette synthèse biographique résumant la vie de Marie Aycard, il a paru utile de présenter les nouvelles méthodes de recherche, en mettant l’accent non sur les techniques traditionnelles supposées connues148, mais sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information, en particulier celles qui sont proposées par les réseaux numériques.

  • 149 Pierre-Carl Langlais, « Identifier les rubriques de presse ancienne avec du topic modeling », Numa (...)

112Les méthodes récemment développées par Pierre-Carl Langlais ne sont pas forcément à la portée de tout utilisateur149 et il ne faut pas oublier que l’apport de ces réseaux (aux architectures hétérogènes) ne suppose pourtant pas un abandon des méthodes traditionnellement éprouvées et dont l’efficacité demeure, notamment dans le choix des sources et de la documentation, surtout si celle-ci n’est pas encore entrée dans l’univers numérique (comme c’est le cas pour certains journaux). Le chercheur se situe dans un entre-deux où il est nécessaire de combiner les deux types d’approche, afin de pallier les manques de l’une par les ressources de l’autre.

113La question a une portée générale. Cette recherche s’inscrit dans une perspective plus large. Il ne s’agit pas de se contenter de reconstituer la vie ou les actions d’un personnage oublié, mais de le montrer révélateur de son temps médiatique, ou le révéler d’une manière neuve. Il s’agit, par le truchement de ses œuvres, d’aller à la découverte de l’ensemble du système médiatique du XIXe siècle, et de le voir comme un acteur d’une communication de masse et globale, c’est-à-dire insérée dans une structure internationale. Cette structure, qui pouvait être aperçue dans ses effets et ses résultats dès sa mise en place, ne peut être pleinement mesurée et prise en compte que grâce aux moyens offerts par les nouvelles technologies et la numérisation de masse.

114Cela pose deux problèmes, celui de la périodisation de la recherche et les polémiques que ces techniques et pratiques engendrent. Cette recherche est à la fois transversale, transmédiatique et transdisciplinaire. Elle dépasse la question de la périodisation qui voudrait que l’on s’intéresse exclusivement à une époque donnée, le premier XIXe siècle jusqu’à 1860, en particulier le moment 1830-1848, et plus précisément les six années entre 1837 et 1842. En effet, les réponses ou les résultats sont à rechercher au-delà de ces bornes chronologiques, en termes de réimpressions.

  • 150 Parmi une littérature particulièrement abondante, Yves Vadé (dir.), « L’invention de la modernité  (...)
  • 151 Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à internet, Paris, A (...)
  • 152 Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lectur (...)
  • 153 Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques : dictionnaires, listes de noms, réputation, d (...)
  • 154 Adeline Wrona, Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann, 2012.
  • 155 Alexis Lévrier et Adeline Wrona (dir.), Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, (...)
  • 156 Veronica Alfano and Andrew Stauffer (ed.), Virtual Victorians. Networks, Connections, Technologies(...)
  • 157 Étienne Barillier, Steampunk !, Lyon, Moutons électriques, 2010 ; Jeff Vandermeer, La bible steamp (...)
  • 158 Jean-Christophe Sarrot et Laurent Broche, Le roman policier historique : histoire et polar, autour (...)

115Cette enquête s’inscrit aussi dans un mouvement récent qui cherche les racines des nouvelles technologies dans les savoirs et les attitudes anciens, pour intégrer le temps long de l’historiographie humaniste, laquelle ne constate pas de rupture sémiologique entre les époques, de la Renaissance à nos jours, et ici de l’époque postrévolutionnaire au XXIe siècle. Ce mouvement a pris une certaine envergure récemment, grâce à une prise de conscience des chercheurs du fait que la « modernité » (mot inventé par Balzac en 1822 dans Le centenaire150) est en fait une « mode » – ou un mode de pensée lui-même périodisé, et qui n’a de valeur que dans un champ déterminé. Il ne s’agit pas simplement de faire l’histoire d’un sujet des origines à nos jours. Cette tendance se traduit par la publication d’essais entendant dépasser les périodisations classiques, par les analogies entre les époques, afin de mieux percevoir certains invariants culturels, communicationnels ou médiatiques, par-delà le vernis technique et la mode, et qui le disent dans leur titre. Ce procédé rhétorique n’est pas nouveau, mais il s’applique bien aux sciences de la communication, qui ont souvent mis en évidence les structures analogiques de la « médiation », indépendamment de techniques ou procédés contingents. Une histoire des médias se pense, par définition, dans une diachronie plus ou moins large151, comme en témoigne l’essai déjà ancien de Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture152. Plus récemment, Jean-Luc Chappey s’interroge sur la permanence du dictionnaire et de la liste biographique du XVIIIe siècle à Wikipédia153, Adeline Wrona scrute la fonction du portrait de l’âge classique à Facebook, en passant par Sainte-Beuve154, ou dirige, avec Alexis Lévrier, un colloque qui balaie l’histoire des médias du Mercure galant à Twitter155. Citons encore les travaux novateurs de Ryan Cordell sur la viralité des contenus des journaux du XIXe siècle, associant méthodologiquement l’ère victorienne ou l’Antebellum America (les États-Unis d’avant la guerre civile) et la postmodernité technologique dans le cadre des virtual Victorians studies156, et plus largement des « humanités digitales ». Cette tendance, qui n’est pas qu’un paradoxe destiné à court-circuiter un mode de pensée périodisé, constitue en effet un indice de cette « postmodernité » qui veut dépasser la notion « classique » de modernité. On la voit à l’œuvre dans d’autres domaines comme la création littéraire, notamment en science-fiction, depuis l’avènement dans les années 1970 du steampunk, ce genre littéraire qui marie futurisme et XIXe siècle rétro-industriel157, ou dans cette mode du roman policier historique158, qui décline la notion et le personnage du détective dans tous les siècles, de l’Antiquité à la Belle Époque, utilisant des personnages historiques mis en scène dans des décors reconstitués et des aventures parfaitement apocryphes. Cette création littéraire qui renouvelle ses sources d’inspiration, ou les varie, n’est qu’un élément périphérique de cette tendance de fond, qui souligne la profonde unité des savoirs et des techniques, par-delà leur ancrage temporel, tout en maniant l’anachronisme avec plus ou moins de bonheur.

  • 159 Johnny Long, Google hacking : mettez vos données sensibles à l’abri des moteurs de recherche [Goog (...)
  • 160 Voir infra chapitre 2.

116D’autre part, aujourd’hui, l’offre documentaire a changé, car des acteurs privés se sont chargés de la faire évoluer de manière radicale, par la mise au point d’outils issus des nouvelles technologies de traitement. Par ses initiatives, Google Inc. a brusquement accéléré l’histoire documentaire. Ses fondateurs entendaient, dès l’origine, affronter et indexer le savoir mondial, selon plusieurs stratégies, dont le référencement et la création de liens de contenu entre les pages (ce qui avait un net intérêt commercial et publicitaire) avec des algorithmes très performants159, mais aussi, ce qui n’était pas exprimé car alors irréalisable, la numérisation en masse de livres. L’entreprise, fondée en 1997, après avoir pris un départ foudroyant, a été en passe, dès 2002, de réfléchir à cette dernière question et de mettre en œuvre des solutions pratiques, apportées par les progrès techniques, à des problèmes d’organisation et de gestion des flux de données. Le projet de numérisation des livres a démarré en 2004. Il donna lieu à des affrontements judiciaires160.

117Aujourd’hui, le chercheur est dans l’obligation de recourir à de multiples bases de données, selon le type de recherches envisagées, mais Google Books est l’une des plus aisées à utiliser, bien que Google empêche les autres moteurs de recherche d’indexer le contenu de ses bases. Le chercheur, comme d’autres internautes, est donc devenu, par la force des choses, « Google dépendant ».

  • 161 Voir infra.

118Les polémiques et les procédures judiciaires qui ont surgi visent la « légitimité », en fait sinon en droit (la « légalité »), que cette entreprise devenue géante, à tendance monopolistique, s’arroge en numérisant massivement le contenu des bibliothèques américaines, puis européennes, sans au départ demander la permission à quiconque, auteur ou éditeur. Les bibliothèques, fournissant le matériel numérisé, sont parties contractantes. Au-delà de leurs lecteurs « physiques », les usagers des services de Google sont les principaux bénéficiaires, partout dans le monde. C’est ce que constate le jugement final sommaire de 2013161, étant donné l’importance de l’action de Google quant aux ressources aujourd’hui accessibles et l’appréciation portée sur elle par la voix de la justice. Ces faits transforment notre relation documentaire au monde, au passé, à son archivage et à sa restitution.

119On a appris le jugement le 15 novembre 2013, par la presse : « Google Books est un service d’utilité publique, selon un juge américain », titrait 20 minutes162, grâce à une utilisation équitable du contenu et en ne vendant pas les livres scannés, tandis que L’express présentait l’affaire selon l’angle du droit d’auteur :

La justice américaine a donné gain de cause au géant Google concernant la numérisation de millions de livres, alors que nombre de ces ouvrages ne sont pas encore tombés dans le domaine public163.

120Cette question soulevée par les pratiques et les services rendus par Google est essentielle, car c’est elle qui conditionne en partie la révélation du réseau médiatique du XIXe siècle.

Révélation d’un réseau médiatique francophone

121L’on a questionné ensuite, au titre du support, non seulement l’aspect matériel des périodiques, leur périodicité, mais aussi leur organisation. Le statut du feuilleton doit être précisé, ainsi que la manière dont cet espace devient, au cours de la période étudiée 1837-1842, celui du roman-feuilleton. Cette transformation de l’espace-feuilleton en feuilleton à suivre, idéalement interminable, est l’événement le plus important, sur le plan médiatique et communicationnel, de cette enquête. On constate que Marie Aycard œuvre dans des journaux de l’ancienne presse, qui tentent de lutter contre l’invasion du feuilleton par le roman, tout en alimentant leur espace-feuilleton de nouvelles, donc de fictions courtes. La « case feuilleton » n’était pas prévue à l’origine pour être occupée par des romans à épisodes. Cet usage, spécifique à la presse française, est fort d’un potentiel de développement qui s’imposera durant près d’un siècle et demi. Cette guerre du format est à évaluer au regard du destin et de la fortune du genre court en France (conte, nouvelle), qui s’épanouit dans la presse, mais peine à s’imposer dans la librairie et dans la littérature académique ou légitime, qui lui préfère le roman. Pourquoi cet échec, lorsque l’on constate l’essor irrésistible de la nouvelle dans un espace littéraire comme celui de l’Amérique du Nord, ou du Sud ?

122J’ai ensuite suivi mon « fil conducteur » dans les différentes phases de sa carrière médiatique. Ayant limité l’étude à la période 1837-1842, pour les raisons évoquées ci-dessus, j’ai étudié plus en détail la production de l’auteur dans cet intervalle, ce qui n’empêcha pas d’évoquer la période suivante, sans en faire cependant une étude exhaustive.

123La production de Marie Aycard étant à peu près hebdomadaire, ce n’est pas moins de 300 récits qui seront publiés durant ces six années. Il ne saurait être question de les étudier tous. Pour aider au choix, j’ai recherché les plus reproduits, l’hypothèse de départ étant que la « reproduction » est le signe d’un intérêt communicationnel avéré. Les principaux supports de publication d’Aycard sont d’abord Le temps et Le courrier français. Ce dernier quotidien, de faible tirage, mais dont le discours politique d’opposition rencontre un écho important, tient tête aux grands journaux parisiens par les attraits de son feuilleton dont la renommée est internationale. Marie Aycard publie parallèlement dans un autre quotidien, Le temps, mais sous le pseudonyme de Marc Perrin, sans doute pour des raisons contractuelles. Marie Aycard est présent dans nombre d’autres quotidiens parisiens, tels La nation ou Le constitutionnel. Sa collaboration y est soit intermittente, soit basée sur la reproduction régulière de ses chroniques.

  • 164 Jean-Pierre Bacot, « Un contestataire à l’orient. Bègue-Clavel et ses publications, 1844-1845 », C (...)

124Marie Aycard collabore à de nombreux types de périodiques. Citons parmi les plus originaux ou les plus intéressants La sylphide, revue des modes, créée par H. de Villemessant, Le Palamède, journal de tous les jeux, L’orient, organe maçonnique dirigé par Bègue-Clavel164, ou Le journal des demoiselles… Mais on trouve ses productions dans de nombreux autres périodiques très variés, des almanachs, des recueils de nouvelles, des périodiques reproduisant les meilleurs récits du moment comme L’écho des feuilletons ou Le feuilletoniste. Tout nouveau journal qui se lance se doit de présenter un récit de Marie Aycard à son sommaire. Celui-ci est une des signatures obligées des journaux de lecture de la période 1840-1850.

125Ses récits ont été localisés dans la presse parisienne de reproduction (Le voleur, Le cabinet de lecture, L’écho français, L’estafette, Le compilateur, etc.) (ill. 2), comme dans la presse régionale française, déjà partiellement accessible en ligne. Cette fouille de données s’exerce dans des journaux publiés à Nantes, Orléans, Lyon, Reims, Roubaix, Rouen, Toulouse, etc., ou dans différents départements ou régions qui ont commencé à numériser leur presse.

Illustration 2. Le voleur. Gazette des journaux français et étrangers, 5 janvier 1839

Illustration 2. Le voleur. Gazette des journaux français et étrangers, 5 janvier 1839

Source : tome du 1er semestre 1839 qui reproduit entre autres « Le curé Bonaparte » le 15 juin (exemplaire de la collection du Centre Joseph Sablé de l’université de Toronto). [En ligne] < https://archive.org/​details/​janlevoleur1839pari/​page/​n4 >.

126Cependant, dès cette période, le réseau communicationnel et médiatique s’organise à l’échelle mondiale. L’information circule de plus en plus vite entre les pays et leurs réseaux de médias, et mon fil conducteur permet de suivre à la trace ce développement exponentiel des échanges d’information et de communication, non plus dans une seule langue mais dans une quinzaine d’idiomes.

  • 165 Micheline Cambron (dir.), Le Journal Le Canadien : littérature, espace public et utopie, 1836-1845(...)
  • 166 Remerciements à Annick Foucrier, directrice du CRHNA (Centre de recherches d’histoire nord-américa (...)

127En complément de la presse française, seraient à examiner en détail les questions de circulation internationale, la configuration et le fonctionnement de la presse francophone (Belgique, Suisse, Canada), un domaine passionnant, mais trop vaste pour être abordé dans le présent ouvrage. On y a cependant moissonné de nombreux résultats, dessinant une première carte de la diffusion de notre auteur dans les journaux de son temps. On doit toutefois souligner l’intérêt exceptionnel de la presse francophone numérisée en Amérique du Nord. Se sont avérés accessibles (en mode image seulement) L’abeille de la Nouvelle-Orléans et Le courrier de la Louisiane, ainsi que Le Canadien, publié à Québec165, dont l’exploration a notablement élargi le profil des reproductions de Marie Aycard. J’ai pu également consulter Le courrier des États-Unis qui n’existe pour l’instant qu’en microfilm166 et qui s’est avéré la source première de l’ensemble de la diffusion nord-américaine des feuilletons-nouvelles français.

128La question qui sous-tend ces investigations, parfois fastidieuses, est celle-ci : qu’est-ce qui fait que tel texte, tel récit se voit sélectionné et choisi par tel rédacteur en chef, au détriment de tel autre, du même auteur ou d’un auteur différent ? Il y a d’abord le problème des sources existant à l’époque : quelles sont celles que les journaux et leurs rédacteurs ont à leur disposition pour effectuer leur choix ? Il n’est pas toujours facile de les connaître, sauf par déduction, en fonction justement des textes choisis et effectivement reproduits. Cet examen permet d’établir une série d’hypothèses sur la diffusion des journaux et le type de contenu qui est amené à circuler par reproduction. Selon la nature du journal, les choix peuvent varier considérablement. Ainsi, un journal nord-américain n’aura pas les mêmes préoccupations (et son lectorat non plus, par conséquent) qu’un journal régional français, et sera limité aussi dans ses choix par la langue.

129Interviennent également d’autres facteurs, comme le contexte éditorial : quelles sont les autres matières choisies par ces journaux, dans quel environnement se trouvent les textes de notre écrivain « fil conducteur » ? Quelle est la place de la fiction dans ces différents journaux, qu’en est-il du « feuilleton » ? On se doit d’observer la politique générale rédactionnelle, et l’ensemble des choix effectués par les rédacteurs, afin de représenter la culture venue de Paris ou de France à des lectorats parfois très éloignés de ces centres intellectuels et de leurs préoccupations.

130Une étude approfondie de la politique littéraire du Canadien offrirait une vue précise de ce qui fait l’intérêt communicationnel des ensembles rédactionnels en provenance de France. Ce journal se révèle être en effet un témoin privilégié, à la fois lointain et attentif, de ce qui motive son lectorat et sa direction littéraire. L’ensemble des sujets de fiction retenus donne ainsi un aperçu éclairant des préoccupations culturelles de la période étudiée, 1837-1842, observées depuis une marge géographique.

131En revanche, on a pu explorer le système international (non francophone) d’échanges d’information et de contenu qui se met en place dans le monde entier à partir des années envisagées, et qui ne fera que se développer par la suite.

132En menant cette enquête, on a constaté que les productions de notre écrivain fil conducteur se retrouvaient traduites ou adaptées très rapidement après leur publication initiale française. La première aire linguistique à diffuser ces productions est l’Allemagne et ses innombrables périodiques littéraires et culturels composants de la Bildung qui se met en place.

  • 167 Alfred Estermann (dir.), Die deutschen Literatur-Zeitschriften, 1815-1850…, op. cit.

133La recherche dans ce domaine a déjà été partiellement entamée, bien avant l’ère de la numérisation, grâce à des outils de référence inventoriant le contenu et retraçant l’histoire des journaux de langue allemande167 où l’on constate que Marie Aycard (dès 1838-1839), comme l’ensemble des auteurs français, figure en bonne place. Les périodiques allemands remplissent leurs colonnes et leurs volumes de littérature française. Les index de ces livres de référence révèlent plus d’un millier de noms d’auteurs français traduits dans la période 1820-1850. Aucun écrivain, même secondaire, n’a été laissé de côté par les traducteurs de la presse de langue allemande, à tel point que l’étude des traductions publiées dans ces journaux permet une approche détaillée de la littérature française de la période, et de ce qui constitue les centres d’intérêt des lecteurs et des rédacteurs. La valeur ajoutée de ces adaptations tient en ce qu’elles sont motivées par des choix nécessairement pertinents dans le contexte éditorial local, choix opéré dans un matériau plus vaste qui a été trié selon des critères qui ne sont pas toujours apparents ou explicites, mais que l’analyse peut faire ressortir. J’ai choisi un journal autrichien, Bohemia, qui offre une approche à la fois excentrée et originale sur la production parisienne en contes et variétés. On y mesure comment Marie Aycard est reçu et diffusé auprès de son lectorat.

134Très tôt également, Marie Aycard va se voir diffusé en langue anglaise, à la fois en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Ici, c’est la découverte fortuite d’une diffusion (anonyme) de certains de ses textes dans un grand journal d’instruction populaire, le Chambers’s Edinburgh Journal, dès 1840, qui a attiré mon attention sur ce phénomène. J’ai examiné ce journal sur plusieurs années, en formulant l’hypothèse qu’il constituait, entre autres aspects, une « caisse de résonance » de la culture française en direction des aires linguistiques anglophones, le contenu de ce journal rayonnant littéralement dans l’ensemble du monde médiatique de langue anglaise. Cette vision des choses doit être relativisée, quand on constate que les médias américains, dans certains cas, se montrent plus réactifs que les Anglais pour diffuser les productions de Marie Aycard. Lorsque c’est le cas, la puissance de la presse américaine entrant au service de la diffusion de ses récits en permet une propagation massive, sans commune mesure avec ce que la presse européenne peut offrir au même moment.

135Avec les États-Unis, on entre vraiment dans une ère communicationnelle illimitée, qui a un impact décisif sur la culture du lectorat, ainsi que sur la formation d’une sensibilité littéraire nationale originale. Celle-ci favorise le récit court, constituant un courant littéraire sans équivalent en France.

136L’expansion de la nouvelle américaine est consécutive à celle de périodiques, magazines, mais aussi journaux, et ce standard littéraire est toujours aujourd’hui défendu de la même manière aux États-Unis. Le courant littéraire de la short story, qui débute à l’époque d’Edgar Poe, autour de 1840 (soit exactement dans le moment qui nous occupe), passant par Nathaniel Hawthorne, Mark Twain et O. Henry, ne cessera jamais de s’épanouir dans le Nouveau Monde, se spécialisant dans la fiction de genre et d’aventure (crime, fantasy, science-fiction, romance, western, historique, guerre, sport, etc.), toujours présente actuellement dans la presse spécialisée ou généraliste.

137Il faut préciser toutefois que, là encore, dès les années 1840, c’est du contenu fictionnel qui circule et non de la notoriété auctoriale. La plupart des récits courts véhiculés dans les médias américains sont rendus anonymes. Les textes de Marie Aycard circulent donc en contrebande et en contrefaçon dans ces réseaux communicationnels, sans aucun bénéfice pour sa gloire personnelle et encore moins pour ses revenus pécuniaires. Non seulement ses reproductions circulent sans autorisation, mais souvent sans mention de source. Il suffit qu’un premier journal traduise quelque chose pour que ce contenu se répande ensuite exponentiellement.

138Comme fil conducteur cependant, la trace de notre auteur aide à mesurer l’aire de diffusion d’un type de texte commercial, au contenu instructif et divertissant, producteur d’intérêt romanesque. Cette aire est immense, elle s’étend en fait au monde entier ou presque, souvent au détriment et à l’insu de l’auteur. On peut mesurer son extension dans de nombreuses langues et pays, grâce à la numérisation de masse de périodiques de toute nature. L’aire néerlandophone s’avère ainsi particulièrement riche et intéressante à étudier, en complément des langues déjà citées, ainsi que les aires hispanophone, lusophone et, dans une moindre mesure, italophone, dont la presse est peu numérisée.

139J’ai étudié quelques exemples de ces larges diffusions pour certains textes remarquables. Celle-ci était insoupçonnée jusqu’à présent, totalement invisible. Les processus de numérisation procurent de nouvelles approches textuelles, mettant en évidence des réseaux inattendus et inconnus, des vecteurs de propagation, des canaux inédits, des choix étonnants mais significatifs, permettant de mesurer par exemple quelque chose d’aussi délimité que l’impact d’une anecdote publiée à Paris dans l’univers médiatique mondial. Dans les années 1840, on observe l’existence et le fonctionnement d’une médiasphère, système communicationnel global, dynamique, réactif et puissant, au service d’utilisateurs de plus en plus nombreux, et qui anticipe de façon remarquable les actuels réseaux d’information, car il en forme la base d’ores et déjà parfaitement étayée et organisée.

  • 168 Voir infra.

140Pour donner un aperçu de cette dissémination, qu’il suffise de dire qu’un récit de Marie Aycard se diffuse en moyenne dans 5 à 15 périodiques parisiens, français ou étrangers. Certains ne sont pas reproduits du tout, d’autres connaissent un succès important. Les meilleurs de ses récits sont réimprimés dans plusieurs dizaines de journaux et périodiques. On a étudié les cas les plus étonnants (30 à 50 journaux reproducteurs). Certains atteignent la centaine d’occurrences, on l’a vu. Le record en la matière est tenu par « L’écu de cent sous » (Le courrier français, 2 avril 1840), repris dans plus de 400 journaux, parmi lesquels les journaux anglophones représentent près des trois quarts (304 contre 112), dont plus de 250 aux États-Unis. Il faut souligner qu’il ne s’agit dans ces résultats que des périodiques numérisés, ce qui exclut un potentiel d’autres journaux qui ne le sont pas, selon la notion des trois tiers inégaux168.

  • 169 Ryan Cordell, “‘Taken Possession of’: The Reprinting and Reauthorship of Hawthorne’s ‘Celestial Ra (...)

141Dans le cours de mes recherches sont apparus les travaux de Ryan Cordell sur la presse numérisée169, basés sur d’autres méthodes, mais rejoignant les présentes observations. Toutefois, ses analyses (utilisant surtout sur le corpus de Chronicling America) doivent être élargies au contexte d’une sphère médiatique mondiale et non pas seulement nord-américaine.

142Ces recherches posent la question des genres et des formes et interrogent sur la manière dont la modernité doit se penser non pas en termes de contemporanéité ou de réseau en cours de construction, mais plutôt en termes de communication sur la longue durée, voire d’une époque à la suivante. La « modernité » ne se réduit pas à l’ici et au maintenant de la communication, à un instant présent insaisissable et mouvant. La « modernité » est un processus qui existe et se développe dans le temps. En conséquence, la circulation de contenu peut être considérée comme homothétique d’une époque à l’autre, et les médias de masse obéissent aux mêmes règles et structures, quels que soient le contenu véhiculé et la période prise en considération, en 1840 ou aujourd’hui.

143L’oubli des acteurs pose question : cela représente une perte d’information et d’histoire, tendant à l’amnésie ou à un aveuglement relatif, auquel des archives numériques en expansion permettraient de remédier en partie, mais celles-ci demeurent seulement un moyen d’accès privilégié, mais non une clé abstraite et toute-puissante qui suffirait à remplacer la connaissance du terrain lui-même (du réseau communicationnel), c’est-à-dire de son histoire.

Le réseau médiatique est mondialisé en 1840

144Comme on l’a dit, cette recherche ne prétend à aucune exhaustivité, objectif illusoire dans un champ médiatique devenu illimité. Parti d’un acteur littéraire de second ordre, dont l’œuvre connaît un singulier destin, on a atteint la sphère médiatique la plus en expansion de son époque, celle des États-Unis, pour en proposer une vue en coupe qui pourrait offrir au lecteur un point de vue nouveau. Ainsi, la boucle se trouve bouclée.

145Les conclusions ouvriront quelques perspectives sur le champ découvert, une sphère médiatique que la numérisation permet d’approcher, pour la première fois, de façon globale, pour en donner des descriptions polyphoniques, et qui ne présente pas en réalité d’effet de rupture avec celle que nous connaissons aujourd’hui.

Notes

1 Roger Bautier et Élisabeth Cazenave, Les origines d’une conception moderne de la communication : gouverner l’opinion au XIXe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2000.

2 Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979 ; id., Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

3 Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à internet, Paris, Armand Colin, 2003 ; Roger Bautier, Élisabeth Cazenave et Michael B. Palmer (dir.), La presse selon le XIXe siècle, Paris, Université de Paris 3 ; Université de Paris 13, 1997.

4 La communication publicitaire a, depuis Roland Barthes, fait l’objet d’un intérêt constant des sociologues et des philosophes comme paradigme de la modernité et comme forme dérivée de culture dans un système capitaliste dominant ; Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957 ; Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise [1961], Paris, Payot, 1978 ; Roland Barthes, Système de la mode, Paris, Seuil, 1967. Pour le cinquantenaire des Mythologies, les éditions du Seuil en ont publié, en 2010, une édition illustrée sous forme d’un album de grand format, enrichie de coupures de presse des années 1950.

5 Roger Bautier, « Presse et communication politique au XIXe siècle : l’anti-libéralisme français ? », in La presse selon le XIXe siècle, op. cit., p. 7-18.

6 Alain Vaillant, « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, vol. 103, no 3, p. 549-562.

7 Corinne Saminadayar-Perrin, Les discours du journal : rhétorique et médias au XIXe siècle, 1836-1885, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007.

8 Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien : poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

9 Cette réticence existe-elle encore aujourd’hui ? Les débats portent plutôt sur la critique et la dénonciation de certains monopoles, la surveillance des réseaux et l’intrusion des opérateurs dans la « vie privée », l’envahissement de l’internet par la publicité, mais non la remise en cause de ce nouveau médium qui s’est imposé, semble-t-il, irréversiblement.

10 Lise Dumasy (dir.), La querelle du roman-feuilleton : littérature, presse et politique, un débat précurseur, 1836-1848, Grenoble, Ellug ; Université Stendhal, 1999, p. 5.

11 Yves Leclercq, Le réseau impossible : la résistance au système des grandes compagnies ferroviaires et la politique économique en France, 1820-1852, Genève, Droz, 1987 ; François Caron (dir.), Les grandes compagnies de chemin de fer en France, 1823-1937, Genève, Droz, 2005 ; Claude Witkowski (avec Goulven Guilcher), « Premières lectures sidérodromiques 1852-1869 », in Les éditions populaires, 1848-1870, Paris, GIPPE, 1997, p. 343-380.

12 Albert Prioult, Balzac avant La comédie humaine (1818-1829), contribution à l’étude de la genèse de son œuvre, Paris, Jouve, 1936 ; Maurice Bardèche, Balzac romancier, la formation de l’art du roman chez Balzac jusqu’à la publication du Père Goriot (1820-1835), Paris, Plon, 1940 ; Jean-Hervé Donnard, La vie économique et les classes sociales dans l’œuvre de Balzac, Paris, Armand Colin, 1961 ; Roger Pierrot, Honoré de Balzac, Paris, Fayard, 1994 ; Hélène Gomart, Les opérations financières dans le roman réaliste, lectures de Balzac et de Zola, Paris, Champion, 2004.

13 Pour une histoire économique de la période, voir Henri Sée, La vie économique de la France sous la monarchie censitaire, 1815-1848, Paris, Alcan, 1927 (rééd. Genève, Slatkine, 1980) ; Arthur Louis Dunham, The Industrial Revolution in France, 1815-1848, New York, Exposition Press, 1955 ; Bertrand Gille, La banque et le crédit en France de 1815 à 1848, Paris, PUF, 1959 ; id., Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste, 1815-1848, Paris, SEVPEN, 1959 ; David H. Pinkney, Decisive Years in France, 1840-1847, Princeton, Princeton University Press, 1986 ; Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 3, L’avènement de l’ère industrielle, 1789-années 1880, Paris, PUF, 1993 ; Jean-Pierre Daviet, Nouvelle histoire économique de la France contemporaine, t. 1, L’économie préindustrielle, 1750-1840, Paris, La découverte, 1993 ; Patrick Verley, Nouvelle histoire économique de la France contemporaine, t. 2, L’industrialisation, 1830-1914, Paris, La découverte, 1989. Pour une histoire détaillée de la Bourse, voir Maurice Gontard, La Bourse de Paris (1800-1830), Aix-en-Provence, Édisud, 2000.

14 Roland Chollet, Balzac journaliste : le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983.

15 Paul Van Tieghem, Le préromantisme, études d’histoire littéraire européenne, Paris, SFELT, 1924-1947 (t. 1, La notion de vraie poésie ; La mythologie et la poésie scandinaves, Ossian et l’ossianisme ; t. 2, La poésie de la nuit et des tombeaux dans la littérature en Europe au XVIIIe siècle ; t. 3, La découverte de Shakespeare sur le continent) ; id., Le mouvement romantique, Paris, Vuibert, 1923 (rééd. 1968) ; id., Le romantisme dans la littérature européenne, Paris, Albin Michel, 1948.

16 Anne Ubersfeld, Le roman d’Hernani, Paris, Mercure de France, 1985.

17 Sur le roman gothique, voir Alice M. Killen, Le roman terrifiant ou roman noir de Walpole à Ann Radcliffe et son influence sur la littérature française jusqu’en 1840 [1920], Paris, Champion, 1967 ; Maurice Lévy, Le roman « gothique » anglais, 1764-1824 [1968], Paris, Albin Michel, 1995 ; Liliane Abensour et François Charras (dir.), Cahier de l’Herne, 1978, no 34, Romantisme noir ; Anthony Glinoer, La littérature frénétique, Paris, PUF, 2009.

18 Jean-Marie Thomasseau, Le mélodrame, Paris, PUF, 1984 ; Europe, 1987, nos 703-704, Le mélodrame ; Jean-Marie Thomasseau, Mélodramatiques, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2009 ; Florence Fix, Le mélodrame, la tentation des larmes, Paris, Klincksieck, 2011.

19 Jean Mistler, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964 ; Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

20 Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Perrin, 1990 ; Laurent Theis, François Guizot, Paris, Fayard, 2008.

21 Jacques de Lacretelle, Face à l’événement. Le Figaro 1826-1966, Paris, Hachette, 1966 ; Frédéric Ségu, Le premier Figaro, 1826-1833, d’après des documents inédits, Paris, Les Belles Lettres, 1932. Marie Aycard fit partie de la rédaction de ce journal et y collabora de manière anonyme jusque vers 1838. L’historiographie du Figaro s’est enrichie de plusieurs ouvrages de Bertrand de Saint Vincent et Claire Blandin, de 2006 à 2011.

22 Laurent Bihl, « Victor Bohain, le chevalier de papier », Histoires littéraires, 2012, no 49, p. 17-41.

23 Frédéric Ségu, H. de Latouche, 1785-1851. Un romantique républicain, Paris, Les Belles Lettres, 1931 ; Raymond Manevy, « Avec l’affaire Fualdès, Henri de Latouche inaugure le grand reportage », in La presse française, de Renaudot à Rochefort, Paris, Foret, 1958, p. 131-143. Étonnant personnage aux multiples facettes, Latouche est le découvreur de la poésie d’André Chénier, en 1819. Ayant racheté la propriété de Chateaubriand, il fit paraître Vallée aux loups, souvenirs et fantaisies (1833). Il engagea au Figaro George Sand, alors totalement inconnue.

24 Le livre du centenaire. Cent ans de vie française à la Revue des deux mondes, Paris, Hachette, 1930 ; Nelly Furman, La Revue des deux mondes et le romantisme (1831-1848), Genève, Droz, 1975 ; Gabriel de Broglie, Histoire politique de la Revue des deux mondes, Paris, Perrin, 1979.

25 André Dubuc, « Charles Louis Havas (1783-1858) », Études de presse, 1958, nos 18-19, p. 23-37 ; Pierre Frédérix, Un siècle de chasse aux nouvelles : de l’agence d’information Havas à l’agence France-Presse, 1835-1957, Paris, Flammarion, 1959 ; Gilles Feyel, La presse en France des origines à 1944, histoire politique et matérielle [1999], Paris, Ellipses, 2007, p. 98-101 ; Marc Martin, « L’agence Havas et la publicité de presse au XIXe siècle », Les pionniers de la publicité, Paris, Nouveau monde éd., 2012, p. 59-76 ; Antoine Lefébure, Havas, les arcanes du pouvoir, Paris, Grasset, 1992.

26 Gilles Feyel, La presse en France…, op. cit., p. 98-101 (101).

27 Alain Vaillant, Marie-Ève Thérenty et al., 1836, l’an I de l’ère médiatique : étude littéraire et historique du journal La presse, d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau monde éd., 2001, p. 84.

28 Ibid., p. 104.

29 Marie-Ève Thérenty, « Pour une histoire littéraire de la presse au XIXe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, vol. 103, no 3, p. 625-635.

30 Michael B. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863-1914, Paris, Aubier, 1983.

31 La presse gratuite n’est pas nouvelle ; Bernard Pourprix, La presse gratuite, Paris, Éd. ouvrières, 1971. Il existe un Annuaire des gratuits publié par le Syndicat presse gratuite depuis 1982. Mais elle a pris une extension remarquable depuis le tournant des années 2000, en n’étant plus exclusivement publicitaire, après la création de l’hebdomadaire culturel À nous Paris en mai 1999. En 2002, les quotidiens et hebdomadaires gratuits entrent en force dans le paysage : Métro (février 2002, devenu Metronews, dont l’édition papier a cessé le 4 juillet 2015 pour passer à une édition numérique), 20 minutes (mars 2002), Sport (février 2004, hebdomadaire jusqu’en 2011), Économie matin (août 2004, hebdomadaire jusqu’en 2008), La grande époque (édition française d’Epoch Times International, janvier 2005, hebdomadaire chinois dissident), Direct soir (juin 2006 jusqu’en décembre 2010, devenu Direct Sport, disparu en 2011), Matin plus (février 2007, devenu Direct matin, 2010-2017, devenu Cnews matin, puis Cnews). Paru vendu (2001, éd. de Paris, octobre 2004 jusqu’en 2006, décliné en éditions locales par départements) reste l’exemple d’un support essentiellement d’annonces et de publicité, avec un rédactionnel réduit, mais accrocheur, occupant les premières pages.

32 Le tam-tam, d’Auguste Commerson, inaugure « une famille de presse que l’on croyait moins ancienne : il s’agit de la première presse entièrement payée par les annonces, de la première presse gratuite. […] le journal prévient qu’il “en est distribué gratuitement, à perpétuité, mille exemplaires dans les principaux cafés, cabinets de lecture et cercles des départements, et cinq cents exemplaires dans les établissements du même genre à Paris”. À la fin de 1837, il affirme envoyer 2 000 exemplaires gratuits aux cafés et cabinets de lecture, aux bureaux d’attente des voitures omnibus, à des libraires, à des “officiers publics”, et aux postes de la Garde nationale de Paris » ; « 1835, le premier périodique publicitaire gratuit » ; Marc Martin, « La publicité prend le départ dans la presse », in Trois siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 67.

33 Armand Dutacq, fondateur du Siècle en 1836, est l’auteur de cette innovation. Son journal La liberté, créé le 2 mars 1848 (avec Lepoitevin de Saint-Alme comme rédacteur), ne se vendait que 5 centimes sur la voie publique. « Dans le courant de juin 1848, la vente du journal était assurée à 115 000 exemplaires ; mais les presses mécaniques d’alors n’ont jamais pu dépasser le tirage quotidien de 70 à 80 000 feuilles […] La liberté, créée le 2 mars 1848 avec un capital de 1 000 fr., a produit, au bout de trois mois, 800 fr. par jour. À ce chiffre de bénéfices il y avait encore à ajouter le produit de la page d’annonces. L’état de siège ; l’acte arbitraire de la suspension du journal, le 26 juin ; la suppression du droit de crier et de vendre les journaux dans les rues, ont tué cette entreprise, qui promettait, à son début, de si beaux produits » ; Augustin Baudoz, Le Napoléon de la presse (Armand Dutacq), Paris, Chez tous les libraires, 1861, p. 20.

34 Karine Taveaux-Grandpierre, « La presse au XIXe siècle : les modes de diffusion d’une industrie culturelle », in Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éd., 2004, p. 205-213 (209).

35 Yvonne Knibiehler, Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1973. L’auteur s’appuie sur Charles-Hippolyte Pouthas, Guizot pendant la Restauration, Paris, Plon, 1923 ; Robert Marquant, Thiers et le baron Cotta, Paris, PUF, 1959.

36 Lucienne de Wieclawik, Alphonse Rabbe dans la mêlée politique et littéraire de la Restauration, Paris, Nizet, 1963.

37 Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La civilisation du journal, histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau monde éd., 2011.

38 Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukier, « Mise en données du monde, le déluge numérique », Le monde diplomatique, juillet 2013, no 712, p. 1. Extrait de leur livre Big Data: A Revolution That will Transform How we Live, Work and Think, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 2013. Sur le même sujet, voir Pour la science, novembre 2013, no 433, Big bang numérique. Les données massives changent-elles le monde ?, dossier p. 26-117. La traduction officielle de « big data » est « mégadonnées » ; À nous Paris, 8-14 septembre 2014, no 657, p. 14.

39 Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, Culturama : qui n’a jamais rêvé d’avoir lu tous les livres ? [Uncharted. Big Data as a Lens on Human Culture, 2013], Paris, Robert Laffont, 2015. La traduction française a été précédée par la publication du livre de Jean-Paul Delahaye et Nicolas Gauvrit, Culturomics. Le numérique et la culture, Paris, Odile Jacob, 2013, voir < http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2146 >.

40 Gilles Prévost, « Sources et archives en ligne », Généalogie magazine, avril-mai 2014, nos 335-336, p. 10-33 (sur la mise en ligne de l’état civil) ; Jean-Yves Baxter, « Travailler sur… la presse ancienne », Revue française de généalogie, juin-juillet 2014, no 212, p. 36-38.

41 Kathleen Jones, La revue britannique. Son histoire et son action littéraire (1825-1840), Genève, Droz, 1939, p. 1.

42 Philarète Chasles (1798-1873), homme de lettres, journaliste, spécialiste de littérature anglaise, bibliothécaire à la bibliothèque Mazarine (1837-1873), professeur au Collège de France. Coauteur des Contes bruns avec Balzac et Rabou. Cousin de Michel Chasles (1793-1880), mathématicien.

43 Claude Pichois, Philarète Chasles et la vie littéraire au temps du romantisme, Paris, Corti, 1965, vol. 1, p. 9. Cet ouvrage a été rendu possible par la masse des archives personnelles de l’écrivain, retrouvées près d’un siècle après sa mort. Je n’ai pas, malheureusement, disposé d’une telle manne. Il faut lire la description que fait Claude Pichois de la découverte des archives de Philarète Chasles, dans un grenier de la rue de Varennes, en 1949 (il n’a pas encore 25 ans), où elles étaient entreposées depuis soixante-quinze ans, de leur transport (« une demi-camionnette »), leur traitement, dépoussiérage, inventaire et tri. De telles choses étaient alors possibles, se dit-on, mais elles le sont encore parfois, comme en témoigne la découverte des archives du romancier populaire Fortuné Du Boisgobey (1821-1891), retrouvées en 1994 chez un descendant par Thierry Chevrier, ce qui lui a permis de réaliser un dossier bibliographique qui forma le no 1 du Rocambole, revue des amis du roman populaire (1997).

44 La consultation de la Galerie de la presse, de la littérature et des beaux-arts de Louis Huart et Charles Philipon (séries 1 à 3, 1839-1841) permet de prendre connaissance de la biographie des célébrités de ces années. Marie Aycard ne figure dans aucune série, mais la lecture des notices de ses collègues Briffault, Kock, Méry, Guinot, Desnoyers, Gozlan, Altaroche, Vander-Burch, Berthoud, Roger de Beauvoir, etc., permet d’en apprendre beaucoup sur le milieu littéraire et journalistique qui l’entoure.

45 Eugène Guinot (Marseille, 1805-Paris, 1861), journaliste, vaudevilliste, essayiste. Il a collaboré à La revue de Paris, puis au Siècle, sous le pseudonyme de Pierre Durand, qu’il rend célèbre par une chronique hebdomadaire en feuilletons dans ce journal, rivalisant avec celle du marquis de Launay (alias Delphine de Girardin) dans La presse. Eugène Guinot est connu des stendhaliens pour avoir chroniqué les Mémoires d’un touriste dans Le courrier français du 28 décembre 1838. Il figure dans les éditions de la Correspondance générale de Stendhal, vol. 1837-1842. Il est l’auteur de plusieurs volumes romantiques comme Les bords du Rhin (Paris, Furne, 1847) et L’été à Bade (Paris, Furne et Bourdin, 1847). Nous reviendrons sur Guinot au chapitre 3.

46 L’ouvrage de Marie-Ève Thérenty, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman, 1829-1836, Paris, Champion, 2003, p. 635-686, comprend un important répertoire de 150 biobibliographies de journalistes-écrivains de la période. Patrick Berthier a établi un index de littérateurs de la période 1830-1836 encore plus considérable, mais avec des notices très courtes ; Patrick Berthier, La presse littéraire et dramatique au début de la monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1997, vol. 4, p. 1977-2034. On consultera aussi Paul Ginisty, Anthologie du journalisme, du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Delagrave, 1920-1922, 2 vol.

47 Robert Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, 1958 (coll. Que sais-je ? ; 777) (7e éd. mise à jour, 1986, 8e éd., 1992). Cet ouvrage est remplacé par celui du même titre dû à Paul Aron et Alain Viala en 2006.

48 Robert Escarpit (dir.), Une forme du roman noir au XXe siècle. Le phénomène San Antonio, Bordeaux, Centre de sociologie des faits littéraires, 1965, p. 1-9.

49 Id., Théorie générale de l’information et de la communication, Paris, Hachette, 1976 (rééd. 1991).

50 Anne-Marie Laulan, « Autour de Robert Escarpit, l’effervescence bordelaise », Hermès, 2007, no 48, p. 95-100, résumé dans « Abraham Moles et Robert Escarpit : deux figures oubliées », in Perriault Jacques (dir.), Racines oubliées des sciences de la communication, Paris, CNRS, 2010 (coll. Les essentiels d’Hermès).

51 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », in Littérature savante et littérature populaire, bardes, conteurs, écrivains, actes du 6e Congrès national de la Société française de littérature comparée, Rennes, 23-25 mai 1963, Paris, Didier, 1965.

52 Paul Van Tieghem, La littérature comparée, Paris, Armand Colin, 1931, p. 1.

53 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2.

54 Marc Angenot, « Introduction », in Les dehors de la littérature, du roman populaire à la science-fiction, Paris, Champion, 2013, p. 7.

55 Aujourd’hui, ce recul n’existe plus dans les études littéraires. À peine parus, certaines œuvres et certains auteurs sont intégrés par la critique à l’histoire littéraire sans que les critères en soient nécessairement explicités.

56 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2.

57 Marc Angenot (ibid.) mentionne un modeste 90 % de la production ainsi mise de côté. Mes propres observations me conduiraient plutôt à corroborer l’évaluation d’Escarpit.

58 Jean-Luc Buard, Les mains enchantées : étude d’un thème de la littérature fantastique de Gérard de Nerval à Clive Barker, mémoire de maîtrise de littérature générale et comparée, sous la direction d’Hélène Auffret : Université de Paris 3, 1986.

59 Marc Fournier (1818-1879), journaliste (La presse, Le corsaire, L’audience), auteur dramatique (collaborateur d’Eugène de Mirecourt, Adolphe d’Ennery, Théodore Barrière, Henry de Kock, Jules Lermina), directeur du Théâtre de la porte Saint-Martin de 1851 à 1868. En 1844, il entreprend le « Nouveau tableau de Paris, où Balzac fit paraître cette terrible Monographie de la presse parisienne qu’on ne lui a pas encore tout à fait pardonnée » (Charles Monselet, La lorgnette littéraire, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859, p. 79-80). En 1848, il lance L’homme rouge, journal qu’il rédige presque seul. Sur Marc Fournier, Gustave Vapereau, Dict. universel des contemporains, Paris, Hachette, 1870, p. 697-698. Charles Monselet, Petits mémoires littéraires, Paris, Charpentier, 1885, chap. 9 : « oublié comme écrivain », il reste connu comme directeur de théâtre.

60 Roger de Beauvoir (1809-1866), poète, romancier (L’écolier de Cluny ou le sophisme, 1315, 1832 ; Les trois Rohan, 1842), dramaturge (Suzanne, comédie-vaudeville avec Eugène Guinot et Mélesville, 1837), chroniqueur mondain (Aventurières et courtisanes, 1856 ; Duels et duellistes, 1864). Jules Marsan, « Roger de Beauvoir et la bohème dorée », in Bohème romantique, Paris, Éd. des Cahiers libres, 1929, p. 105-140, avec une lettre autographe et un dessin.

61 Émile Marco de Saint-Hilaire (1796-1887), historien, romancier, essayiste, fantaisiste, ancien page à la Cour impériale.

62 Émile Chevalet (1813-1894), homme de lettres, historien et librettiste, auteur de romans, de vaudevilles, de livres d’enseignement pour les écoles régimentaires. A également publié des essais d’ordre économique et philosophique. Rédacteur, sous le pseudonyme de Théols, du Journal de l’armée territoriale (source : BnF).

63 Almire Gandonnière (1814-1863), librettiste, publiciste, a publié des poésies, satires et articles de critique sous divers pseudonymes (source : BnF).

64 Charles de La Rounat (1818-1884), auteur dramatique, romancier et journaliste, directeur du Théâtre de l’Odéon de 1856 à 1867, puis de 1880 à 1884 (source : BnF).

65 Simon Jeune, « La revue pittoresque, un “journal reproducteur” de l’époque romantique », Revue française d’histoire du livre, 1975, no 9, p. 193-210.

66 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 2-3.

67 André Thérive, « De l’infra et de l’anti-littérature », in La foire littéraire, Paris, Table ronde, 1963, p. 205-255. L’auteur y discute assez peu ce que peut être une « infra-littérature ». Il fait au contraire une sorte d’éloge de Delly dans une autre partie de son livre, évoquant le « génie créateur » de cet auteur de romans sentimentaux à succès (ibid., p. 65).

68 Robert Escarpit, « Y a-t-il des degrés dans la littérature ? », art. cité, p. 4.

69 L’acte fondateur de la prise en compte d’un phénomène « paralittéraire » a été constitué par un colloque de Cerisy en 1967 : Noël Arnaud, Francis Lacassin et Jean Tortel (dir.), Entretiens sur la paralittérature, Paris, Plon, 1970. Cette appellation eut un certain succès dans les années suivantes, et plusieurs auteurs lui ont consacré un livre (Alain-Michel Boyer en 1992, Daniel Couégnas en 1992, Gabriel Thoveron en 1996, Daniel Fondanèche en 2005). Celle-ci a eu un écho prolongé dans les marges de la francophonie, y devenant un thème de production éditoriale et critique : en Belgique, le CLPCF puis le CEFAL (Chaudfontaine, près de Liège) publient une revue Les cahiers des paralittératures (depuis 1989) et une collection, « Études paralittéraires » (depuis 1991), outre l’organisation de colloques depuis 1987. Au Québec, plusieurs éditeurs (Le préambule, 1987-1990, et Nuit blanche, 1994-1995) ont développé des collections d’études critiques et de bibliographies de référence, dirigées par Norbert Spehner, sous le même intitulé, « Études paralittéraires ».

70 La notion de « navet » renvoie plutôt au cinéma et aux arts du spectacle. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les industries théâtrales, cinématographiques et audiovisuelles se sont dotées de tous les répertoires et inventaires souhaitables et exhaustifs de la production (« navets » compris), et non la littérature, même « industrielle ».

71 Pierre Bayard, Comment améliorer les œuvres ratées ?, Paris, Minuit, 2000.

72 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage depuis le XVe siècle jusqu’à l’établissement de la Commission d’examen des livres du colportage (30 novembre 1852), Paris, Amyot, 1854, 2 vol. ; id., Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage depuis l’origine de l’imprimerie jusqu’à l’établissement de la Commission d’examen des livres du colportage, 30 novembre 1852, 2e éd. revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Dentu, 1864, 2 vol. (édition numérisée sur Gallica) (rééd. en fac-similé, Paris, Maisonneuve et Larose, 1968).

73 La notion de paralittérature a été contestée et rejetée par certains critiques (Vittorio Frigerio, « Crépuscule de la paralittérature », Le rocambole, 2009, nos 48-49, p. 103-112). La notion de « récit médiatique » tend à la supplanter (Marc Lits, Du récit au récit médiatique, Bruxelles, De Boeck, 2008) ou, plus récemment, celle d’« imaginaire médiatique » qui est un « imaginaire de la communication », selon Guillaume Pinson, L’imaginaire médiatique, histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 99.

74 On considérera cette valeur intrinsèque comme théoriquement objective, ce qu’on tentera de démontrer en posant qu’elle ne dépend pas de son époque d’émission et que, de ce fait, elle peut toucher des publics hétérogènes (par exemple internationaux), ayant un intérêt de contenu distrayant qui ne perd pas de son efficacité ou de son efficience, ni à travers le temps ni à travers l’espace.

75 Sur les controverses autour du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle au XIXe siècle, voir le site < http://controverses.mshparisnord.fr/ >, hébergé par la MSH-Paris Nord.

76 Voir cependant les procès intentés à l’éditeur-imprimeur Boulé pour contrefaçons dans le cadre de la presse périodique. Ce type de procès n’est pas usuel, la production non autorisée étant un usage toléré, très répandu dans la presse, ne donnant généralement pas lieu à procès, sauf abus. Boulé a essuyé des procès à répétition en raison de la visibilité et de l’ampleur de ses pratiques.

77 Le cadre des États-Unis, où la reproduction est légale et illimitée, est un véritable « cas d’école » pour le XIXe siècle. Voir Pierre-André Mangolte, « Le “corps et l’habit”, les tailleurs et le public. Analyse du texte d’H. C. Carey, Letters on International Copyright (1853) », octobre 2011. [En ligne] < https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/682555/filename/etu_Carey_1853.pdf >.

78 Meredith L. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003 ; voir aussi G. Pinson, J. Schuh avec P.-C. Langlais, « La réimpression dans la presse francophone du 19e siècle », 2017. [En ligne] < https://numapresse.hypotheses.org/40 >.

79 Rémi Sussan, « Les médias viraux, un phénomène ancien », InternetActu, 7 novembre 2013. [En ligne] < http://www.internetactu.net/2013/11/07/les-medias-viraux-un-phenomene-ancien/ >.

80 Walter E. Houghton, Esther Rhoada Houghton and Jean Harris Slingerland (ed.), The Wellesley Index to Victorian Periodicals, 1824-1900: Tables of Contents and Identification of Contributors with Bibliographies of their Articles and Stories and an Index of Initials and Pseudonyms, Toronto; Londres, University of Toronto Press; Henley, Routledge and K. Paul, 1966-1989, 5 vol.

81 Alfred Estermann (dir.), Die deutschen Literatur-Zeitschriften, 1815-1850: Bibliographien, Programme, Autoren, Munich, K. G. Saur, 1977-1981, 10 vol.

82 Kathleen Jones, La revue britannique…, op. cit., p. 2.

83 Catherine Faivre d’Arcier, Lovenjoul (1836-1907). Une vie, une collection, Paris, Kimé, 2007.

84 Charles Grivel, Production de l’intérêt romanesque. Un état du texte, 1870-1880. Un essai de constitution de sa théorie, La Haye, Mouton, 1973. Dans ce travail, Grivel a entrepris une étude extensive d’un large échantillon du corpus romanesque publié durant ces dix années, sans égard aux hiérarchies ou catégories littéraires ordinairement légitimées dans les études du même nom.

85 On rencontre parfois de curieuses mentions de Marie Aycard, vedette du roman policier féminin : « Les romancières anglo-saxonnes ont investi la place il y a belle lurette et les Françaises n’étaient pas en reste. Pour preuve, la renommée d’une Marie Aycard star du feuilleton policier au XIXe siècle. Ou encore le succès considérable de Catherine Arley, Hélène de Monagham et Nicole [sic, Noëlle] Loriot dont les romans ont été primés et adaptés au cinéma » ; Delphine Peras, « Polar, ces dames dégainent », L’événement, 19 août 1999, no 772, p. 44 (propos inspirés d’un entretien avec Claude Mesplède). Deux (ou trois) bévues dans une même phrase ! Marie Aycard n’est pas de sexe féminin et on ne peut dire qu’il fut une « star du feuilleton policier au XIXe siècle », genre alors inexistant. Mais il suffirait de supprimer le terme de « policier » dans cette appréciation par trop anachronique, simple dérapage de journaliste, pour obtenir une évaluation assez juste de la popularité de notre auteur : Marie Aycard a réellement été une « star du feuilleton au XIXe siècle » ! Voir aussi les propos de Dominique Manotti, reprenant les informations d’Yves Olivier-Martin : « En France, plusieurs femmes s’illustrent dans le feuilleton policier très à la mode au milieu du XIXe siècle. Certaines sous des noms masculins, comme Paul Junka ou Paul d’Aigremont, pratique qui se rencontre dans toute la littérature à ce moment-là, d’autres sous leur véritable nom, comme Marie Aycard, feuilletoniste au Courrier français

Courrier français (Le)

, auteur de onze nouvelles noires, et d’un roman, Les gentlemen des grands chemins (1857), dont le talent était reconnu » ; Dominique Manotti, « Chéries noires », Raison présente, 2000, no 134, p. 91-96 (92).

86 Régis Messac, Le « detective novel » et l’influence de la pensée scientifique, éd. revue et annotée, Amiens, Encrage, 2011 (1re éd. Paris, Champion, 1929). Première thèse sur le roman policier, soutenue en 1929 en Sorbonne.

87 Elsa de Lavergne, La naissance du roman policier français : du Second Empire à la première guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, 2009.

88 André-Marc Aymé, Archéologie de la littérature policière, 1789-1839, Paris, L’Harmattan, 2013.

89 La numérisation de la Gazette des tribunaux a débuté en avril 2012 sur le site de l’ÉNAP (École nationale de l’administration pénitentiaire) et en est rendue à 1915 ; voir chapitre 2. Chaque numéro est téléchargeable à partir de sa date. De plus, une recherche plein texte est accessible depuis Google, mais comme dans le cas de tous les journaux anciens, la numérisation présente des défectuosités inévitables. Cette mise en ligne est d’un intérêt inestimable pour les futurs chercheurs, permettant l’accès à ce gigantesque corpus encore très mal connu.

90 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, la violence apprivoisée au XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 1991 ; Lise Dumasy-Queffélec, « Le feuilleton », in La civilisation du journal…, op. cit., p. 931.

91 Amélie Chabrier, Les genres du prétoire : chronique judiciaire et littérature au XIXe siècle, thèse de lettres : Université Paul Valéry-Montpellier 3, 2013 (vol. 1 en ligne, HAL). Ce travail est l’un des rares à étudier de manière approfondie le contenu de la Gazette des tribunaux (chap. 1 : « L’invention de l’actualité judiciaire »), et notamment la rubrique des « Tribunaux étrangers ». Voir aussi Hélène Pouchot, La gazette des tribunaux. Entre fiction et réalité, le triomphe du fait divers à travers les comptes rendus de procès ou l’émergence d’une nouvelle presse à sensation, 1825-1848, mémoire d’histoire, sous la direction de Jean-Yves Mollier et Diana Cooper-Richet : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2000 ; Anne Durepaire, « Chronique de faits divers et grandes affaires judiciaires : des différents discours sur le désordre des conduites dans la Gazette des tribunaux à la fin du 19e siècle », Les cahiers du journalisme, 2007, no 17, p. 226-239.

92 Sylvain Ledda et Sophie Vanden Abeele-Marchal (dir.), colloque « Gazette des tribunaux. Laboratoire et miroir de la littérature (1825-1870) », université de Rouen, 10-11 février 2015, < http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/?colloque-gazette-des-tribunaux.html >.

93 Jean-Luc Buard, « Cristallisation médiatique du récit criminel au XIXe siècle. Une perspective internationale et comparative », Le rocambole, 2016, no 77, p. 87-100.

94 Régis Messac, Le « detective novel »…, op. cit., p. 5 : « Si les detective novels se multiplient, c’est qu’ils correspondent à un besoin, à des besoins nouveaux, puisque l’on s’en était passé jusqu’ici. Quels sont ces besoins, comment ils sont nés, à quelle époque ils ont surgi, voilà les questions auxquelles il faut nous efforcer de répondre. »

95 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le préambule, 1989.

96 À l’occasion des 25 ans de sa publication, le livre a été mis en ligne < http://www.medias19.org/index.php?id=11003 >, et son auteur a fait l’objet d’une journée « Autour de Marc Angenot », à l’université McGill, le 9 mai 2014. Voir le programme sur < http://www.medias19.org/index.php?id=16932 >.

97 En 1997, le CRLP (Centre de recherches sur les littératures populaires) de l’université de Limoges, créé par Ellen Constans et Jean-Claude Vareille en 1982, dirigé par Jacques Migozzi, a élargi son intitulé à la « culture médiatique » pour prendre en compte ce changement de régime. Depuis 2001, il édite la collection de monographies « Médiatextes » qui reflète cette orientation de la recherche.

98 Marc Angenot, Le roman populaire : recherches en paralittérature, Montréal, Presses de l’université du Québec, 1975. En 2013, Angenot a réuni certaines de ses études sur les genres « non légitimes » dans Les dehors de la littérature…, op. cit. Pour lui, comme pour Jacques Dubois (Le roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1992 [rééd. Paris, Armand Colin, 2005]), ces genres non canoniques sont porteurs de tous les indices de la modernité littéraire (Marc Angenot, Les dehors de la littérature…, op. cit., p. 18-19), soulignant : « Et cependant, toujours, à quelques égards, les différents genres de la Trivialliteratur savent quelque chose du monde moderne que les formes légitimes et hégémoniques ne souhaitent pas connaître » (ibid., p. 20).

99 Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe : plaidoyer pour un sursaut, Paris, Mille et une nuits, 2006 (3e éd. augmentée, 2010) ; Bruno Racine, Google et le nouveau monde, Paris, Plon, 2010.

100 Cette importance majeure a été prise en compte par certains centres de recherche qui se sont créés ou développés pour en faire leur objet d’étude : citons le centre de recherche Représenter inventer la réalité, du romantisme à l’aube du XXIe siècle (RiRRa21), de l’université Paul Valéry-Montpellier 3, dirigé par Marie-Ève Thérenty, qui travaille en concertation avec Guillaume Pinson, coresponsable du site et du projet Medias19.org, Université Laval, Québec.

101 « l’imprimé qui-se-jette et se consomme à un rythme accéléré, […] l’information publiciste des quotidiens, des hebdomadaires, des revues – étant devenue la forme quantitativement dominante du produit imprimé – sont perçus comme une menace, à la fois dans l’ordre matériel et économique et dans l’ordre du statut symbolique, pour l’écriture littéraire et pour le Livre » ; Marc Angenot, « Ceci tuera cela, ou : la chose imprimée contre le livre » [1984], repris dans Les dehors de la littérature…, op. cit., p. 27.

102 Marie-Ève Thérenty, « Physiologie du chercheur de presse », in 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit., p. 324.

103 René Guise, Le roman-feuilleton, 1830-1848 : la naissance d’un genre [plan détaillé] ; Le phénomène du roman-feuilleton, 1828-1848, thèse de lettres, sous la direction de Mourot Jean : Nancy 2, 1974, 15 vol. Les dépouillements portent sur les recueils et keepsakes et sur les journaux créés avant 1836.

104 Lise Dumasy-Queffélec, Naissance du roman populaire à l’époque romantique, étude du roman-feuilleton de La presse de 1836 à 1848, thèse de lettres : Université de Paris 4, 1983. Il existe un mémoire non publié sur le même sujet, par Josette Page Young, Les œuvres de fiction dans La presse (1836-1848) : University of Florida, 1979 (et Ann Arbor, Michigan, University Microfilm).

105 Noëlle Prévot-Bombled, Feuilletons, romans-feuilletons et pouvoirs sous la monarchie de Juillet dans La presse et Le siècle (1836-1848), thèse de lettres, sous la direction de Tadié Jean-Yves : Université de Paris 4, 2003, 2 vol. Son relevé des feuilletons est ventilé par années et par catégories : feuilletons, romans de moins de six épisodes, romans de six épisodes ou plus, théâtre et poèmes.

106 Alain Vaillant, Marie-Ève Thérenty et al., 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit.

107 La presse paraît de 1836 à 1952 (en devenant hebdomadaire après 1937, avec une interruption de 1939 à 1945). Le siècle paraît de 1836 à 1927 (puis irrégulièrement de 1930 à 1932). Le Journal des débats paraît de 1789 à 1944 (avec un changement de titre, le Journal de l’Empire, 1805-1814, et une reprise du titre initial en 1814). Le constitutionnel paraît de 1819 à 1914. Il succède à une série de journaux publiés sous divers titres depuis 1815 (L’indépendant).

108 Girardin parle de 23 quotidiens parisiens en 1836 (La presse, 9 octobre 1836, cité par Gilles Feyel, « La torche et le flambeau, la polémique et la publicité : “vieille” et “jeune” presse en 1836 », in Bautier Roger, Cazenave Élisabeth et Palmer Michael B. (dir.), La presse selon le XIXe siècle, op. cit., p. 98-133 (103). Au nombre des journaux de la « vieille presse », il mentionne Le courrier français, L’impartial, le Journal du commerce, Le temps (La presse, 2 octobre 1836), c’est-à-dire des journaux où se produira Marie Aycard dans les années suivantes.

109 Georges Jarbinet, Les mystères de Paris d’Eugène Sue, Paris, Malfère, 1932 ; Jean-Louis Bory, Eugène Sue, le roi du roman populaire, Paris, Hachette, 1962.

110 Jean-Pierre Galvan (éd.), Les mystères de Paris : Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, recueil de lettres de lecteurs, 1843-1844 ; Berry Palmer Chevasco, Mysterymania, New York, Lang, 2003.

111 Alfred Nettement parle de « feuilleton-roman » en 1845-1846, signe que la terminologie n’est pas encore bien fixée ; Alfred Nettement, Études critiques sur le feuilleton-roman, Paris, Librairie de Perrodil, 1845-1846, 2 vol.

112 D’après Noëlle Prévot-Bombled (Feuilletons, romans-feuilletons…, op. cit.), le changement de paradigme s’observe dès 1840 (parution du roman-feuilleton « Mathilde » d’Eugène Sue dans La presse à partir du 22 décembre 1840), et il est définitivement consommé en 1841. Je retiens ici cependant l’année suivante, qui confirme la tendance observée en 1841 et l’amplifie avec l’impact des « Mystères de Paris ».

113 Jean-Claude Vareille, Le roman populaire français (1789-1914). Idéologies et pratiques. Le trompette de la Bérésina, Limoges, Pulim, 1994, p. 214.

114 Dans les dépouillements publiés dans sa thèse Le roman-feuilleton, 1830-1848 : la naissance d’un genre (1974), René Guise a écarté tout texte n’appelant pas une suite – à l’exception notable des feuilletons du Journal de Paris, à partir de 1833. Dans Der Französische Feuilletonroman. die Entstehung der Serienliteratur im Medium der Tageszeitung (Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1986), Neuschäfer et son équipe ne prennent en compte comme romans que les textes de plus de 15 épisodes.

115 « un littérateur, qui n’a, je le sais, écrit que de petits croquis, mais qui en a fait par milliers et de charmants, Marie Aycard, si justement populaire, il y a cinquante ans, nous disait, un jour, à la Société des Gens de lettres […] » ; Philibert Audebrand, Un café de journalistes sous Napoléon III, Paris, Dentu, 1888, p. 237.

116 Aileen Fyfe, Steam-Powered Knowledge. William Chambers and the Business of Publishing, 1820-1860, Chicago, The University of Chicago Press, 2012.

117 Études françaises, 2008, vol. 44, no 3, Microrécits médiatiques. Formes brèves du journal, entre médiations et fictions, Marie-Ève Thérenty et Guillaume Pinson (dir.).

118 Sur la nouvelle, voir les travaux de René Godenne, dont son anthologie Nouvelles des siècles, 44 histoires du XIXe siècle, Paris, Omnibus, 2000.

119 David Bryant, Short Fiction and the Press in France, 1829-1841. Followed by a Selection of Short Fiction from the Periodical and Daily Press, Lewiston (N.Y.), E. Mellen, 1995.

120 Claude Witkowski, « Les premiers suppléments littéraires », in Les éditions populaires, 1848-1870, op. cit., p. 27-63. Sont évoqués ceux du Figaro (1836-1837), du Constitutionnel (1845-1848) et du Siècle (1845-1877), c’est-à-dire le « Musée littéraire du Siècle ».

121 On a pu appeler Frédéric Soulié (1800-1847), auteur des Mémoires du diable (1837-1838), le quatrième mousquetaire du roman-feuilleton avec Dumas, Sue et Paul Féval (ce dernier apparu après 1842). Dans les années 1836-1848, cet écrivain est certainement aussi célèbre que Dumas, bien davantage que Sue dont la renommée ne viendra qu’après 1842. Soulié est alors un des rois du feuilleton, aujourd’hui bien oublié, malgré des rééditions régulières de ses Mémoires du diable, dont la dernière, par Alex Lascar, remonte à 2003 chez Robert Laffont, dans la collection Bouquins. Sur cet auteur, voir Harold March, Frédéric Soulié, Novelist and Dramatist of the Romantic Period, New Haven, Yale University Press, 1931 ; Le rocambole, 2004, no 26, Frédéric Soulié.

122 Samuel Henry Berthoud (1804-1891), écrivain et journaliste, directeur du Musée des familles.

123 Nicole Felkay, « La crise de 1830 et ses suites », in Balzac et ses éditeurs, 1822-1837 : essai sur la librairie romantique, Paris, Promodis ; Éd. du Cercle de la librairie, 1987, p. 81-99 : 25 faillites au second semestre 1830 (p. 85). Et, en 1839, 42 faillites d’éditeurs (p. 17).

124 « Quoi donc d’étonnant que la librairie, ainsi placée entre toutes les causes de ruine, entre son propre charlatanisme, les exigences des auteurs, les exactions des journaux, et enfin la contrefaçon étrangère, ait succombé ? Car il n’y a plus de librairie en ce moment que celle d’université, de droit, de médecine, de religion, précisément parce qu’en ces branches spéciales elle est restée à peu près soustraite aux diverses atteintes. J’ai nommé la contrefaçon étrangère, et je l’ai nommée la dernière parce qu’en effet elle ne vient qu’en dernier lieu dans ma pensée, et qu’il y a bien d’autres causes mortelles avant celle-là » ; Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des deux mondes, 1er septembre 1839, p. 685.

125 « De la situation actuelle de la librairie, et particulièrement des contrefaçons de la librairie française dans le Nord de l’Europe », Revue britannique, 1840, t. 26, p. 52-97.

126 Wallace Kirsop étudie le cas de Ménard et Desenne dans « Les ventes au rabais de 1800 à 1830 », in Mollier Jean-Yves (dir.), Le commerce de la librairie en France au XIXe siècle, Paris, IMEC ; MSH, 1997, p. 187-194.

127 Jean-Alexis Néret, Histoire illustrée de la librairie et du livre français, des origines à nos jours, Paris, Lamarre, 1953, p. 117.

128 L’éditeur Gervais Charpentier (1805-1871), créateur de la « Bibliothèque Charpentier ». Voir Louis André, « Papetiers et éditeurs dans la librairie romantique », Revue française d’histoire du livre, 2003, nos 116-117, Au siècle de Victor Hugo : la librairie romantique et industrielle en France et en Europe, Barbier Frédéric et Mollier Jean-Yves (dir.), p. 5-31.

129 Pierre Abraham et Roland Desné (dir.), Manuel d’histoire littéraire de la France, t. 5, 1848-1917, Paris, Éd. sociales, 1965, p. 37.

130 Henri-Jean Martin, Le livre et la civilisation écrite, Paris, École nationale supérieure des bibliothèques, 1968, vol. 3, p. 73.

131 « La révolution Charpentier montrait le chemin vers le “livre de poche” contemporain. Elle fit tomber en désuétude les cabinets de lecture et triompha de la concurrence belge. Elle mena aussi le roman vers un marché plus vaste en France même, les éditeurs belges ayant perdu la guerre des prix durant les années 1850 » ; Martyn Lyons, Le triomphe du livre : une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis, 1987, p. 74.

132 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières [The Business of Enlightenment, a Publishing History of the Encyclopédie, 1775-1800, 1979], Paris, Perrin, 1982.

133 Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres de France, Paris, SGDL, 1988 (fac-similé de l’édition de 1889) ; Nicole Felkay, « Balzac, Desnoyers et la Société des gens de lettres », Le courrier balzacien, avril 1986, no 23, p. 7-12.

134 Claude Witkowski, « Un essai de bibliométrie, l’édition populaire de 1848 à 1870 », in Les éditions populaires, 1848-1870, op. cit., p. 15-25.

135 Ainsi le nom AYCARD en lettres majuscules est quelquefois mal reconnu par les programmes de reconnaissance optique, et donc devenu illisible, il ne peut servir de mot-clé. Sur le problème de la reconnaissance optique des caractères, voir Carolyn Strange, Daniel McNamara, Josh Wodak and Ian Wood (ed.), “Mining for the Meanings of a Murder: The Impact of OCR Quality on the Use of Digitized Historical Newspapers”, Digital Humanities Quarterly, 2014, vol. 8, no 1. [En ligne] < http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/8/1/000168/000168.html >.

136 Marc Martin, « Journalistes et gens de lettres (1820-1890) », in Vaillant Alain (dir.), Mesure(s) du livre, Paris, Bibliothèque nationale, 1992, p. 107-123. De son côté, Marie-Françoise Melmoux-Montaubin distingue dans ce type de recherche deux « sujets » différents : « celui de l’écrivain journaliste et celui du journaliste “professionnel” » ; Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, « Leurres et incertitudes : lire la presse du XIXe siècle », in 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit., p. 328-329. « Le travail sur la presse présente de ce fait l’intérêt majeur de poser la question de la “littérarité”, à une époque où précisément la littérature est en cours d’autonomisation et où ce concept se dégage » ; ibid., p. 331. Voir aussi id., L’écrivain-journaliste au XIXe siècle : un mutant des lettres, Saint-Étienne, Éd. des Cahiers intempestifs, 2003.

137 « Le vrai nom de la presse, ce n’est pas la presse, c’est l’oubli ! Qui se souvient le lendemain de l’article de la veille ? » ; Pensées et maximes extraites des œuvres de M. Émile de Girardin, Paris, Michel Lévy, 1867, p. 454, cité par Jean Morienval (Les créateurs de la grande presse en France, Émile de Girardin, H. de Villemessant, Moïse Millaud, Paris, Spes, 1934, p. 86) et par Dean de la Motte et Jeannene M. Przyblyski (Making the News. Modernity & the Mass Press in Nineteenth-Century France, Amherst (Mass.), University of Massachusetts Press, 1999, p. 4).

138 Les journaux du premier XIXe siècle ont rarement fait l’objet d’une attention de la part des fabricants de recueils de fac-similés de numéros historiques de journaux. On peut citer une anthologie d’André Rossel, Histoire de France à travers les journaux du temps passé. D’un coup d’État à l’autre, 1799-1851 (Paris, Arbre verdoyant, 1990), ou bien le panorama illustré de Louis Guéry, Visages de la presse (Paris, Victoires éd., 2006) qui consacre plusieurs pages aux journaux de Girardin. La grande aventure de la presse (Paris, Gallimard, 1989) de Jacques Wolgensinger reproduit la première page du no 1 de La presse avec un bandeau-titre imprimé en rouge. Cette une du no 1 est reproduite en plus grand format dans Benoît Prot, Trésors de presse, Paris, La Martinière, 2013, p. 53.

139 Pierre Albert (dir.), La France, les États-Unis et leurs presses, Paris, Centre Pompidou, 1977.

140 Edward J. O’Brien (ed.), The Best Short Stories of 1915 [1916], premier volume d’une série qui se poursuit jusqu’à nos jours. Voir Roy Simmonds, Edward J. O’Brien and his Role in the Rise of the American Short Story in the First Half of the Twentieth Century, Lewiston (N.Y.), E. Mellen, 2001.

141 Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, 1850-1914, Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 1967 ; Graham Keith Barnett, Histoire des bibliothèques publiques en France de la Révolution à 1939, Paris, Promodis ; Éd. du Cercle de la librairie, 1987 ; Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 3, Les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle, 1789-1914, Paris, Promodis ; Éd. du Cercle de la librairie, 1991. Voir aussi, pour une étude particulière du cas des bibliothèques universitaires, Jacquette Reboul, Les cathédrales du savoir ou les bibliothèques universitaires de recherche aux États-Unis. Étude d’organisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

142 Les premiers essais d’indexation de la littérature périodique par le bibliographe et bibliothécaire américain William Frederick Poole (1821-1894) remontent à 1848, alors qu’il était étudiant : An Alphabetical Index to Subjects Treated in the Reviews and Other Periodicals to Which no Indexes have been Published (New York, Putnam, 1848). Ce premier index reparaît peu après, ayant plus que triplé de volume, passant de 155 à 523 pages (An Index to Periodical Literature, New York, Norton, 1853). Les éditions se succèdent, de plus en plus massives à partir de la troisième édition refondue, forte de 1 442 pages : An Index to Periodical Literature, Brought down to January, 1882 (William Frederick Poole and William I. Fletcher (ed.), Boston, Osgood, 1882). William I. Fletcher (1844-1917) compile le premier supplément en 1888, le 3e en 1897, les 4e et 5e en 1903 et 1907. La série des Poole’s Index to Periodical Literature couvre ainsi les années 1802-1906. Cette entreprise d’indexation ouvre la voie, au XXe siècle, au Readers’ Guide to Periodical Literature (Minneapolis, H. W. Wilson) qui couvre les années 1890-1982. Depuis 1983, une autre base de données a pris le relais.

143 Claude Pichois, Philarète Chasles…, op. cit., p. 15.

144 Lise Queffélec, Le roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, 1989 (coll. Que sais-je ? ; 2466), p. 6.

145 Évelyne Diebolt, Le petit journal et ses feuilletons (1863-1914), thèse d’histoire, sous la direction de Perrot Michelle : Université de Paris 7 Denis Diderot, 1975.

146 « Notre première conviction est que l’outil informatique va permettre […] une recherche beaucoup plus systématique en matière de périodiques français mais également que cette exploration va fournir de nouvelles pistes […], des modèles d’écriture journalistique vont pouvoir être explorés et […] ces découvertes vont être immédiatement productives pour la recherche littéraire à condition dans certains cas de renoncer à l’étude monographique ou auctoriale pour étudier les corrélations entre des textes génériquement hétérogènes » ; Marie-Ève Thérenty, « Physiologie du chercheur de presse », in 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit., p. 325-326.

147 « Mais le corpus une fois scanné, même avec une qualité de reprographie optimale, est une gigantesque masse de données opaques » ; Daniel Frydman, « La numérisation des grands corpus de la presse », in 1836, l’an I de l’ère médiatique…, op. cit., p. 338.

148 Marcelle Beaudiquez, Guide de bibliographie générale, méthodologie et pratique, Munich, K. G. Saur, 1983.

149 Pierre-Carl Langlais, « Identifier les rubriques de presse ancienne avec du topic modeling », Numapress, 31 mars 2017. [En ligne] < https://numapresse.hypotheses.org/11 >. Voir aussi Jean-Philippe Moreux, « Approches innovantes pour la presse ancienne numérisée : fouille et visualisation de données », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 30 décembre 2016. [En ligne] < https://bnf.hypotheses.org/208 >.

150 Parmi une littérature particulièrement abondante, Yves Vadé (dir.), « L’invention de la modernité », in Ce que modernité veut dire (I), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1994 (coll. Modernités ; 5), p. 51-71, brossant l’évolution de la modernité de Balzac à Baudelaire, lequel analyse l’œuvre de Constantin Guys sans jamais le nommer dans « Le peintre de la vie moderne » (1863) ; Stéphane Vachon, « Honoré de Balzac a inventé la modernité », in Le Huenen Roland et Oliver Andrew (dir.), Paratextes balzaciens : La comédie humaine en ses marges, Toronto, Centre d’études du XIXe siècle Joseph Sablé, 2007, p. 205-220 ; Christophe Charle, La discordance des temps : une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011 ; Balzac et la modernité, colloque des 11-12 avril 2012 à Tunis, Mâatallah Gleya et Diaz José Luis (dir.), non publié, [en ligne] < http://www.fabula.org/actualites/balzac-et-la-modernite_52117.php > ; la mise au point de Roland Chollet et Stéphane Vachon, À l’écoute du jeune Balzac : l’écho des premières œuvres publiées, 1822-1829, Montréal ; Saint-Denis, Lévesque ; Presses universitaires de Vincennes, 2012.

151 Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à internet, Paris, Armand Colin, 2003. Dans son Cours de médiologie générale, Régis Debray envisage l’évolution de la médiologie (ou science de la médiation) de Gutenberg au numérique.

152 Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, La découverte, 1999.

153 Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques : dictionnaires, listes de noms, réputation, des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Champ vallon, 2013.

154 Adeline Wrona, Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann, 2012.

155 Alexis Lévrier et Adeline Wrona (dir.), Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, actes du colloque des 11-12 mars 2010 à Troyes, Paris, PUPS, 2013.

156 Veronica Alfano and Andrew Stauffer (ed.), Virtual Victorians. Networks, Connections, Technologies, New York, Palgrave MacMillan, 2015.

157 Étienne Barillier, Steampunk !, Lyon, Moutons électriques, 2010 ; Jeff Vandermeer, La bible steampunk. Dirigeables, corsets, lunettes d’aviateur, savants fous et littérature étrange : guide illustré d’un monde imaginaire, Paris, Bragelonne, 2014 ; Étienne Barillier et Raphaël Colson, Tout le steampunk !, Montélimar, Moutons électriques, 2014. Romans de Michael Moorcock (trilogie des Aventures uchroniques d’Oswald Bastable, Paris, Opta, 1982, 1re éd. française en 1976) à Tim Powers (Les voies d’Anubis, Paris, J’ai lu, 1986). L’anthologie Futurs antérieurs. 15 récits de littérature steampunk, Daniel Riche (éd.), Paris, Fleuve noir, 1999.

158 Jean-Christophe Sarrot et Laurent Broche, Le roman policier historique : histoire et polar, autour d’une rencontre, Paris, Nouveau monde éd., 2009.

159 Johnny Long, Google hacking : mettez vos données sensibles à l’abri des moteurs de recherche [Google Hacking for Penetration Testers, 2005], Paris, Dunod, 2005. Ce manuel, qui explique le fonctionnement de Google, est régulièrement mis à jour (Waltham, Syngress, 2008, 2016).

160 Voir infra chapitre 2.

161 Voir infra.

162 [En ligne] < http://www.20minutes.fr/web/1250109-20131115-20131115-google-books-service-utilite-publique-selon-juge-americain >.

163 [En ligne] < http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/proces-google-books-la-justice-americaine-donne-raison-au-geant_1449557.html >.

164 Jean-Pierre Bacot, « Un contestataire à l’orient. Bègue-Clavel et ses publications, 1844-1845 », Critica masonica, janvier 2013, no 1, p. 47-63.

165 Micheline Cambron (dir.), Le Journal Le Canadien : littérature, espace public et utopie, 1836-1845, Saint-Laurent (Québec), Fides, 1999.

166 Remerciements à Annick Foucrier, directrice du CRHNA (Centre de recherches d’histoire nord-américaine), Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui m’en a facilité l’accès.

167 Alfred Estermann (dir.), Die deutschen Literatur-Zeitschriften, 1815-1850…, op. cit.

168 Voir infra.

169 Ryan Cordell, “‘Taken Possession of’: The Reprinting and Reauthorship of Hawthorne’s ‘Celestial Railroad’ in the Antebellum Religious Press”, Digital Humanities Quarterly, 2013, vol. 7, no 1. [En ligne] < http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/7/1/000144/000144.html > ; id., “Viral Textuality in Nineteenth-Century U.S. Newspaper Exchanges”, in Virtual Victorians…, op. cit., p. 29-56 ; id., “Reprinting, Circulation, and the Network Author in Antebellum Newspapers”, American Literary History, August 2015, 27.3 ; David A. Smith, Ryan Cordell and Abby Mullen, “Computational Methods for Uncovering Reprinted Texts in Antebellum Newspapers”, American Literary History, August 2015, 27.3. Ryan Cordell est le responsable du « Viral Texts Project » (2013-2015, http://viraltexts.org/), étudiant les reproductions de textes à partir de l’analyse statistique et informatique des chaînes de caractères dans le corpus de la base des journaux américains, dirigée par la bibliothèque du Congrès, Chronicling America. Guillaume Pinson a présenté les recherches de Ryan Cordell, lors du congrès Médias 19, qui s’est tenu au Centre culturel canadien, 8-12 juin 2015.

Table des illustrations

Titre Illustration 2. Le voleur. Gazette des journaux français et étrangers, 5 janvier 1839
Crédits Source : tome du 1er semestre 1839 qui reproduit entre autres « Le curé Bonaparte » le 15 juin (exemplaire de la collection du Centre Joseph Sablé de l’université de Toronto). [En ligne] < https://archive.org/​details/​janlevoleur1839pari/​page/​n4 >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/10062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search