Publications du Centre Jean Bérard https://books.openedition.org/pcjb CC0 berard@unina.it Au pied des murs Les textes rassemblés dans ce Cahier du Centre Jean Bérard de Naples sont le produit d’une journée d’étude organisée en conclusion d’un programme de recherche sur le périurbain dans les centres urbains de l’Italie méridionale conduits par le Centre Jean Bérard et le CeTHiS de l’université de Tours. À travers une approche multiculturelle et diachronique, divers cas d’étude grecs, italiques, étrusques et romains permettent d’appréhender les différentes attestations de pratiques funéraires, artisanales, commerciales, religieuses et leurs interconnexions, dans le périurbain de plusieurs cités d’Italie méridionale entre le viiie siècle avant notre ère et le ier siècle de notre ère. Cette étude exploratoire, qui se situe dans le sillage de travaux français novateurs sur le périurbain antique, vise à proposer de nouvelles approches, en termes de vocabulaire et d’interprétation, pour la prise en compte de cette zone géographique, très dense en vestiges archéologiques, à la périphérie des cités antiques de l’Italie méridionale.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/8941 2024-03-22 Luigi Finocchietti, Natacha Lubtchansky et Claude Pouzadoux Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
La nécropole des vivants Depuis que son statut scientifique a été établi à la fin du XIIIe siècle, l’archéologie funéraire se trouve au cœur des recherches menées sur les sociétés antiques d’Italie du Sud. Suscitant comme les vases l’admiration des élites culturelles, les marqueurs de tombe des nécropoles de la région se sont très tôt retrouvés dans les collections européennes, privés de contexte, et ont été étudiés par les historiens de l’art avant d’attirer l’attention des archéologues.
En prenant en compte les questions de terminologie – bien qu’il soit moderne, le mot « marqueur » est pertinent – et sur la base d’un corpus d’environ huit cents éléments réunis dans une base de données en ligne, ce volume démontre qu’une étude minutieuse et méthodique des marqueurs enrichit la connaissance historique et ouvre de nouvelles perspectives. Ces édifices et objets installés dans les nécropoles avaient pour fonctions de signaler les tombes, de définir le nouveau statut du mort et de lui rendre hommage ainsi que de célébrer sa famille aux yeux des vivants, véritables acteurs de performances au sein des nécropoles. Du Ve – quand les échanges s’intensifient entre les populations implantées dans la région – au IIIe siècle avant notre ère – quand les Romains y prennent pied –, ils donnent donc à voir des pans entiers et méconnus des sociétés grecques et non grecques d’Italie du Sud et de leur genèse. Cette étude, confrontant l’ensemble des sources disponibles, aborde des aspects variés des sociétés : mutations sociales, hiérarchisation des communautés et affirmation de pouvoir, relations entre Grecs et non-Grecs, phénomènes d’acculturation, rites funéraires et croyances eschatologiques, paysages funéraires.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/9431 2024-03-22 Fabien Bièvre-Perrin Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Travailler à l’ombre du temple Quels sont les rapports entre l’atelier, le lieu de culte et leur environnement ? Trouve-t-on des ateliers dans le sanctuaire ? Juste à côté de celui-ci ? Structurellement liés à lui ou installés là de manière opportuniste ? Des ateliers permanents ou provisoires ? Ce volume collectif est une tentative de réponse à ces différentes questions. Pour ce faire, il conjugue point de vue économique et archéologie de la construction, analyse spatiale, approche technologique, examen du décor et de l’objet offert, pour recomposer une culture matérielle des lieux du religieux à partir des acteurs comme des espaces de fabrication ou de mise en œuvre.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/8683 2023-05-10 Olivier de Cazanove, Arianna Esposito, Nicolas Monteix et Airton Pollini Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Le fait urbain en Sicile hellénistique Le fait urbain en Sicile hellénistique s’insère entre les grandes cités siciliennes d’époque classique, elles-mêmes héritières des expériences coloniales archaïques, et la mainmise de Rome, avènement d’un gouvernement centralisé de l’île. Son étude a souvent été l’objet de vives polémiques dans la communauté scientifique à propos de la chronologie et des implications socioculturelles de certains éléments marquants du paysage urbain : édifices, plans d’urbanisme et aménagements privés. Le but de ce livre est d’en proposer une synthèse en le considérant dans son ensemble et en versant au débat des données inédites provenant de la Mégara Hyblaea hellénistique.

L’enquête montre notamment comment les populations de Sicile hellénistique ont amélioré leur confort et leur bien-être domestiques, au regard d’autres endroits de la Méditerranée. Cette tendance de fond se perçoit avec l’apparition dans les habitations siciliennes des premières latrines et salles de bains ainsi que par une ornementation croissante des salles dites « de réception ». Les plans des habitations ont évolué de pair avec ces nouveaux aménagements : ainsi voit-on apparaître à côté des habitats traditionnels « à cour centrale » de nouvelles planimétries telles que les cours à péristyle et les plans « à deux cours ». L’urbanisme des villes de Sicile hellénistique, c’est-à-dire l’organisation planifiée de l’espace urbain, a moins connu ces innovations et présente le plus souvent une nette continuité avec des principes édictés à l’époque classique, voire archaïque.

L’ensemble des données archéologiques ainsi revues et remises en perspectives permet de réfléchir à une nouvelle approche de la Sicile aux IVe et IIIe siècles av. J.-C. C’est par cet état des connaissances et ces réflexions que le présent livre entend proposer sa contribution à l’étude du fait urbain en Sicile hellénistique.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/8606 2023-03-13 Frédéric Mège Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Lectus eburneus Les lits funéraires de l’époque romaine sont issus d’une tradition ancienne dont les origines, au-delà des Grecs, remontent aux périodes historiques les plus reculées, en Égypte et au Proche-Orient. Depuis le XIXe siècle, les fouilles ont livré de nombreux vestiges chronologiquement situés pour la plupart entre le IIe siècle av. et le IIe siècle apr. J.-C. ; ils font écho aux restes découverts en contexte domestique, certes moins nombreux, mais dont l’étude autorise des comparaisons intéressantes et une meilleure compréhension du sujet. La grande variété des modèles répertoriés a conduit à l’élaboration d’une typologie détaillée, incluant les formes les plus anciennes jusqu’à celles de la période romaine.

Les publications ont fait évoluer de manière significative notre connaissance des lits ornés de bronze ou rehaussés de décorations en os sculpté. En revanche, les attestations de lits en ivoire demeurent extrêmement rares, que ce soit en Italie ou dans l’ensemble du monde romain. La découverte à Cumes des restes de trois exemplaires, dont les décorations étaient sculptées en ce matériau précieux, constitue par conséquent un témoignage essentiel et de premier ordre. Les fragments étaient mélangés aux ossements des défunts et contenus dans des urnes, elles-mêmes déposées au sein d’importants mausolées. La remarquable qualité de facture et la grande finesse d’exécution, bien visibles sur certaines pièces conservées malgré la destruction engendrée par la crémation, ainsi que les thèmes iconographiques mis en scène, attestent des intentions ostentatoires des propriétaires, soucieux de montrer aux vivants leur statut social, leur richesse et leur vertu.

La mise en contexte de ces trois lits et leur étude approfondie au regard des occurrences connues a permis de proposer pour chacun une restitution graphique, préambule indispensable à une analyse iconographique et iconologique. Les résultats obtenus, mis en regard des mausolées dans lesquels ils furent découverts, ont conduit à une compréhension plus précise de la place prépondérante qu’occupaient ces lits dans le cérémonial des funérailles.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/8452 2022-12-12 Anselme Cormier Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
L'artisanat du textile à Pompéi au I<sup>er</sup> siècle après J.-C. 79 après J.-C. : le temps s’arrête à Pompéi. Quelques heures suffisent à figer l’activité humaine sous plusieurs mètres de cendres qui assureront la parfaite conservation des vestiges pour les siècles à venir.

Bien représentée au travers des éléments d’architecture encore en place dans la ville (ateliers de teinture, fullonicae), par les peintures et les textes, la production textile occupait une place importante dans l’économie urbaine. Une campagne d’étude menée durant trois ans débouche ici sur une réflexion approfondie à propos de cet artisanat. Elle se fonde sur l’analyse d’une remarquable collection de tissus, en grande partie inédite. Plus de deux cents pièces, diverses et exceptionnellement conservées, ont été systématiquement étudiées du point de vue des techniques et des matériaux.

Les procédés de fabrication et la qualité des réalisations ne sont pleinement appréciables que par une analyse et une relecture critique de tous les instruments nécessaires au travail du textile. Cet axe de recherche remet ainsi en perspective les textiles et les outils de production. Indissociables et complémentaires, les fusaïoles, fuseaux, quenouilles, pesons de tisserand, peignes, grilles de tissage sont pris en considération individuellement ou en série selon la richesse des collections.

L’acte technique du travailleur du textile, significatif en termes d’innovation, de tradition et de savoir-faire, nous fait entrer dans l’organisation de la production, dans l’économie, dans la société et dans la culture des artisans.

Au-delà des nécessaires descriptions techniques, ce livre tente une approche socio-économique de l’activité textile au sein de la cité de Pompéi.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/7680 2021-11-04 Fabienne Médard Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
<em>Savoir-faire</em> antichi e moderni tra Ruvo di Puglia e Napoli: il cratere dell'Amazzonomachia e la <em>loutrophoros</em> con il mito di Niobe Ce volume réunit les contributions présentées à la Journée d’étude internationale organisée, pour la 16e édition du programme Restituzioni 2013, par le Centre Jean Bérard et Banca Intesa Sanpaolo en collaboration avec le Musée archéologique National de Naples et l’Università degli Studi de Milan, à l’occasion de la restauration de deux vases du MANN. Au-delà de la consolidation et de l’amélioration de leur état de conservation et afin de leur restituer une unité de lecture, le laboratoire de restauration du MANN a programmé d’importantes interventions réalisées par Raffaele D’Aniello, Pasquale Festinese, Antonio Guerra, Antonio Marroccella, sous la direction de Luigia Melillo et avec la coordination de Mariateresa Operetto. Ce livre souhaite rendre hommage aux savoirs du collectionneur, du restaurateur, du potier et du peintre dont les productions, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, constituent le patrimoine du MANN. Le défi consistait à reconstruire, à l’instar de travaux récents sur l’histoire complète de vases italiotes, la biographie et l’autopsie des œuvres à travers une analyse à 360 degrés qui dépasse les limites entre les périodes et les disciplines, à travers la confrontation entre les restaurations antiques et modernes et des enquêtes menées dans les documents conservés dans des dépôts et des archives. Quant aux “savoir-faire antichi”, le cratère et la loutrophore exposés aujourd’hui dans la section Magna Grecia constituent d’extraordinaires témoignages archéologiques de l’excellence des potiers et des peintres apuliens du IVe siècle av. J.-C. : les populations de l’Apulie antique confiaient à ces productions de prix le soin d’exprimer, par le choix des formes et des décors, leurs valeurs, leurs croyances et leur besoin d’affirmation sociale. Pour ces raisons ils constituent une source de connaissance fondamentale du monde antique : la lecture de la forme et des images proposée dans ces différentes contributions en montre la complexité et l’importance.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/7802 2021-11-04 Federica Giacobello et Claude Pouzadoux Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Manger, boire, se parfumer pour l'éternité Les produits biologiques liés à l'alimentation, aux libations, aux fumigations, aux soins et à la beauté du corps jouent un rôle considérable dans la vie des peuples de la Méditerranée antique et ont aussi leur place dans les différentes étapes des rituels funéraires, de la préparation du corps jusqu'à la visite à la tombe.

Produits périssables, ils ne laissent que peu de témoignages archéologiques sous la forme de restes fauniques et végétaux et de contenants en céramique, en métal ou en verre.

Cet ouvrage collectif, riche de la collaboration d'une cinquantaine d'archéologues français, italiens et suisses, est la publication du programme MAGI, financé par l'ANR.

Grâce à l'association de trois unités mixtes de recherche publiques et d'un laboratoire privé, le programme a mis en œuvre durant quatre ans, de 2013 à 2017, une approche transdisciplinaire combinant chimie organique et archéobotanique pour identifier les matériaux et produits biologiques en contexte funéraire en Gaule, en Italie péninsulaire et en Sardaigne, de la fin de l'âge du bronze jusqu'au début de l'époque romaine, et cerner leurs usages rituels.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/8020 2021-11-04 Dominique Frère, Barbara Del Mastro, Priscilla Munzi et Claude Pouzadoux Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés Emanuele Greco, dans ces quatre conférences au Collège de France, prend position dans les grands débats historiographiques concernant la place publique dans la ville antique, Athènes et son Agora, Sparte, l’apoikismos et Sybaris-Thourioi. Il souligne l'importance de l'archéologie non seulement comme méthode historique, mais surtout en tant que seul moyen de compléter ou contredire les sources littéraires. Les fouilleurs ont souvent adapté leurs lectures des vestiges aux attentes socio-politiques de leur époque: ainsi, dans l'imaginaire collectif, les Américains étaient les seuls vrais héritiers de la démocratie athénienne, tandis que Sparte était mise en rapport avec les Nazis. L'aspect physique d'une cité, la ville, met en relief la façon dont le politique est reflété dans l'urbanisation; les colonies grecques en donnent les indices. La ville comporte des vides et son histoire aussi. L'archéologue doit accepter ces hiatus dans le temps et l'espace pour éviter les fausses interprétations des systèmes topographiques. Emanuele Greco nous offre une lecture actuelle et éclairante des ensembles urbains à l'époque archaïque.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/7619 2020-12-11 Emanuele Greco et Annie Schnapp-Gourbeillon Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
La céramique attique du IV<sup>e</sup> siècle en Méditerranée occidentale Quelle place occupe l’Occident dans les exportations attiques à figures rouges au IVe siècle av. J.-C. ? [...] Ce qui rend d’abord plus difficile l’étude des vases attiques à figures rouges du IVe siècle par rapport à ceux du Ve, c’est l’aspect beaucoup moins structuré d’une bonne partie de la production. Certes il existe encore, au début du IVe siècle, conformément à la tradition plus ancienne, des ateliers aux pièces abondantes et de niveaux variés, et qui sont clairement identifiables : c’est le cas par exemple des Peintres de Méléagre et de Iéna. Mais, par la suite, les personnalités artistiques de valeur se font plus rares, et sont plus difficiles à appréhender dans des œuvres qui deviennent d’ailleurs moins nombreuses [...] On reste en revanche frappé par la place importante qu’occupent des groupes de pièces, souvent plus que médiocres et qui constituent cependant de gros ateliers, dont les produits paraissent en quelque sorte standardisés, aussi bien dans leurs formes, devenues on le sait très peu nombreuses, que dans leur décor [...]. Un autre type de différence entre le Ve et le IVe siècle tient au caractère beaucoup plus vague de la chronologie : l’évolution stylistique est bien moins évidente que pour le siècle précédent, et on ne peut a priori supposer, par exemple, que les produits les plus médiocres et les plus hâtifs soient nécessairement les plus tardifs. Par ailleurs, la transformation de certaines formes de vases, qui tendent à s’étirer en hauteur, pourrait fournir des indices d’une chronologie relative ; mais cette évolution ne se constate malheureusement que sur des types de vases qui sont à peu près absents de l’Occident, c’est-à-dire la pélikè, l’hydrie ou le cratère en calice ; seul le skyphos, dont la forme se modifie assez sensiblement dans le cours du IVe siècle, est bien représenté dans l’Ouest.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1931 2020-10-09 Brigitte Sabattini Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Roccagloriosa II I dati presentati nel volume Roccagloriosa I riguardano soprattutto l’abitato racchiuso entro il massiccio muro di fortificazione (scavi 1976-78 e 1982-86) ed i siti rurali di IV-III secolo a.C. nel territorio collinare circostante (ricognizione 1982-86), fornendo così un primo quadro generale dell’organizzazione dell'abitato lucano nellentroterra del Golfo di Policastro. Al momento della stesura del manoscritto si ritenne opportuno altresì includere una presentazione preliminare dei dati disponibili (sino al 1986) sui nuclei d’abitazione localizzati all’esterno della fortificazione ed alcune osservazioni preliminari sul più ampio quadro insediativo regionale che la continuazione dei surveys lungo le valli del Mingardo e del Bussento venivano evidenziando (Fracchia 1988, Velia 1990, 37-60), sì da permettere, nel capitolo conclusivo sull'abitato, alcune considerazioni di carattere generale sull’organizzazione territoriale dell'insediamento di IV secolo a.C.

L’esplorazione successiva (1987-91) ci ha permesso, da un lato, di definire in maniera assai meno approssimativa le caratteristiche architettoniche e la cronologia dei nuclei abitativi extra-murani (fig. 1) e, dall’altro, di delineare un quadro assai più ampio (sia in termini spaziali che cronologici) del paesaggio rurale in cui si sviluppa il sito agglomerato di Roccagloriosa nel corso del IV e III secolo a.C. Inoltre, i surveys successivi al 1986 si sono posti quale obbiettivo preminente lo studio degli sviluppi del paesaggio regionale in diacronia, fornendoci pertanto un complesso di dati assai rilevanti per lo studio delle trasformazioni del sistema insediativo nella regione successive alla devitalizzazione del l’oppidum lucano.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/2493 2020-10-01 Maurizio Gualtieri et Helena Fracchia Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Siritide e Metapontino Non è un caso che, a breve distanza di tempo, la bibliografia su Siris e Metaponto si arricchisca, con questo volume, di nuovi contributi ancora una volta sortiti da un convegno internazionale di studi. I Convegni tarantini del 1973 e del 1980, discutendo, il primo di Metaponto, il secondo di Siris, avevano aperto la strada sia al convegno di Policoro del 1984 su Siris-Polieion sia alla miscellanea di Studi su Siris-Eraclea (1989) curata da M. Torelli e frutto in gran parte del lavoro seminariale dell’Istituto di Archeologia dell’Università di Perugia. Senza contare la vasta ed anche importante bibliografia precedente [...] anche solo alla luce della produzione più recente la Siritide ed il Metapontino risultano le aree verso le quali negli ultimi anni si è diretta l’attenzione maggiore da parte degli studiosi della colonizzazione greca in Occidente. Vediamo di indagarme le ragioni, al di là della ovvia constatazione che si tratta di una regione dove si è scavato moltissimo (in gran parte per tutela e, come sappiamo bene, in condizioni difficilissime, ciò che ci obbliga ad esprimere la nostra gratitudine ai colleghi della Soprintendenza della Basilicata).
L’attrazione maggiore (con l’ovvio corollario del merito di chi, effettuando le scoperte, ha saputo prontamente valorizzarle) sta nelle specificità di questa regione antica, nella somma delle sue esperienze e nel fatto di conservare documentazione pressocché unica (penso alla chora di Metaponto ed alle Tavole di Herakleia per fare solo due esempi) relativa a problemi di storia antica difficilmente reperibile altrove ad un simile livello.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1728 2020-09-25 Fondazione Paestum et Centre Jean Bérard Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
La necropoli di Cassibile L’edizione della monografía sulla necropoli di Cassibile a cura di Maria Turco segue, a pochi mesi di distanza, la pubblicazione del lavoro di Marco Pacciarelli sulla necropoli di Torre Galli (Torre Galli. La necropoli della prima età del ferro: scavi Paolo Orsi 1922-23, Soveria Mannelli, 1999 [IRACEB]). Questi due lavori, nati come tesi di laurea e successivamente approfonditi presso l’Università di Roma “La Sapienza”, ripropongono importanti complessi funerari esplorati all’inizio del secolo da Paolo Orsi, l’eminente archeologo trentino cui si devono innumerevoli scoperte tuttora fondamentali nel campo dell’archeologia siciliana e calabrese. L’impegno sul campo profuso dall’Orsi, allora Soprintendente alie Antichità per la Sicilia e il Bruzio, si evidenzia anche nell’osservare la coincidenza dei due periodi di scavo; è addirittura nello stesso anno (il 1923) che l’Orsi completò l’esplorazione delle tombe di Cassibile e fini di indagare il sepolcreto di Torre Galli. Le esplorazioni in questi due siti, tranne un brevissimo intervento di scavo da parte di Claudio Sabbione nell’area del sepolcreto e nell’abitato a Torre Galli nel 1976, da allora non sono state mai più riprese.

Compito di ambedue i giovani studiosi è stato di ricostruire filologicamente, per quanta hanno potato, la ricomposizione dei corredí anche awalendosi di documenti inediti; da questo compito, indubbiamente ingrato quando si tratta di complessi di vecchia acquisizione, sono venuti fuori dati importanti per la definizione di un quadro più compiuto delle società della prima età del Ferró nel Meridione italiano.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1765 2020-09-25 Maria Turco Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Pantalica Lo scavo intorno all’anáktoron di Pantalica è stato uno dei tanti lavori che il sovraccarico di impegni mi ha impedito di pubblicare, come sarebbe stato mio dovere, in un termine ragionevole, quando reggevo la Soprintendenza alle Antichità della Sicilia Orientale. Solo ora, dopo venticinque anni, posso pagare questo vecchio debito scientifico [...]. Le ricerche eseguite nel 1962-1964 sono rimaste frammentarie e incomplete. Avrebbero dovuto essere continuate ed estese su ben più ampia scala per potere dare un quadro coerente dell’impianto urbano della Pantalica dell’età del bronzo e dell’età del ferro. È stato questo un compito che mi ero proposto ma che non ho avuto il tempo e la possibilità di realizzare. Lo lascio agli archeologi delle nuove generazioni per i quali i risultati già da noi conseguiti possono essere almeno un punto di partenza.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1972 2020-09-25 Luigi Bernabò Brea Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Il tempio di Afrodite di Akrai Luigi Bernabà Brea si era già occupato di Akrai con una monografiapubblicata dalla Società di Storia Patria per la Sicilia Orientale nel 1956. Egli vi aveva lavorato soprattutto nei tempi difficili del periodo bellico, quando impossibilitato a studiare i materiali del Museo Archeologico di Siracusa interamente conservato in casse, non potendo condurre ricerche di alcun genere sul terreno, rivolse la Sua attenzione al complesso monumentale di Akrai. «Mi resi conto, Egli scrive nella premessa alla monografia, di quanto sarebbe stato interessante lavorare intorno ad esso, anche senza nuovi scavi, solo per ripresentare alla luce del progresse scientifico moderno quei monumenti che non erano stati fatti oggetto di uno studio di dettaglio ο che erano stati illustrati dottamente, ma ormai in tempi troppo remoti dall'Iudica, dal Serradifalco, dallo Schubring».

Ora, in un periodo sereno e particolarmente fecondo della Sua produzione scientifica lo Studioso torna ad occuparsi di un monumento di Akrai per «pagare un debito» come suole dire.

In effetti questi due avvenimenti sono segno di predilezione, di amore per il sito archeologico di Akrai, al quale Egli certamente avrebbe voluto dedicarepiù tempo della Sua pure intensissima attività di esploratore e di studioso.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1254 2020-09-24 Luigi Bernabò Brea Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident Au départ, il s’agit de céramiques, à définir, à distinguer, dont il convient de faire un inventaire et dont notamment il faudrait dresser la carte de diffusion en Occident. On voit tout de suite les deux niveaux auxquels se situe l’enquête ; pour paraphraser un titre de L. Breglia, notre thème, c’est « le ceramiche della Grecia dell’Est e il loro valore documentario per la presenza ionica in occidente » ; mais, dans l’étude de L. Breglia, il s’agissait en fait d’un type monétaire précis (« la monetazione tipo Auriol »), d’une ville précise (Phocée) et d’un phénomène historique déterminé (la colonisation de Phocée dans l’Ouest), alors que, pour nous, il s’agit d’un ensemble de séries, de provenance trop souvent indéterminée, et de phénomènes historiques qui peuvent prendre des formes bien différentes (colonisation, contacts commerciaux, directs ou indirects, etc....).

C’est dire que ce colloque en recouvre au moins deux. Je le dis tout de suite, et clairement, nous l’avons voulu tel : plutôt que d’aborder dans deux démarches séparées, ici avec des spécialistes plus orientés vers la céramologie, là avec des archéologues plus tournés vers l’histoire, d’un côté le problème de la définition de ces céramiques et de l’autre celui de leur inventaire (ou de l’inventaire d’une partie d’entre elles) en Occident, il était souhaitable de provoquer, avec des risques inévitables de confusion, une rencontre unique de tous ceux qui travaillent, fût-ce avec des perspectives diverses, sur un même matériel archéologique, qu’il faudra d’abord préciser. Laissant de côté provisoirement les articulations de mon propre rapport qui ont été indiquées de façon un peu schématique dans le programme, je dirai d’abord que nous avons voulu — pour l’étude de ces céramiques — partir des données fournies par les recherches effectuées sur les sites où elles ont pu être fabriquées. Autrement dit, même si un certain souci de symétrie a donné aux regroupements des rapports l’apparence d’une répartition purement géographique, l’idée essentielle est de partir des lieux possibles de production pour passer ensuite aux lieux de diffusion, de la Mer Noire au lointain Occident. Le point de départ, c’est donc le Nord de l’Ionie, l’Ionie du Sud, les îles et, en conséquence, les informations que nous attendons des recherches conduites récemment dans ces régions sont fondamentales ; cela d’autant plus que ces recherches ont été assez nombreuses, bien menées et que des publications essentielles et récentes nous montrent tout ce que nous pouvons en attendre. Il est certain que, au cours des dernières années, notre connaissance de ces céramiques s’est considérablement enrichie.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1530 2020-09-04 Centre Jean Bérard et Institut français de Naples Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
La céramique apulienne Le titre donné à cette table ronde reflète au plus près l’actualité d’une discipline qui est entrée depuis quelques années dans une phase nouvelle et dont les fondements méthodologiques demandaient à être réexaminés ou précisément énoncés.

Nous avons choisi de commencer par la céramique apulienne pour plusieurs raisons, liées autant à la continuité qu’à la diversité de cette production, et à la richesse des problèmes qu’elle permet d’aborder : alors que chacun sait ou croit savoir ce qu’est la céramique apulienne, on se rend compte qu’elle ne peut être définie d’un seul tenant, de manière strictement stylistique ou géographique ; et en particulier, qu’il faut prendre en compte sa présence hors de l’Apulie tout comme la présence en Apulie d’autre productions qui déterminent son évolution ou la place qu’elle occupe : céramique attique, céramique “lucanienne”, par exemple. Pour cette raison, entre autres, nous avons voulu élargir l’éventail des contributions à des productions limitrophes ou plus distantes (Métaponte, Locres, Thourioi), mais dont l’histoire n’est pas sans liens avec celle de la céramique apulienne, et dont les méthodes d’étude et les résultats peuvent fournir des clefs supplémentaires.

Essayer de définir ce qu’est la céramique apulienne, c’est donc mettre en regard divers phénomènes dont les contributions ici présentées permettent d’envisager la variété : profils de production, diffusion, réception et usages en fonction des sites et des contextes, décentralisation des ateliers et création de productions régionales ; mais aussi sélection, distribution, caractérisation des thèmes et motifs iconographiques ou définition des caractéristiques techniques et esthétiques de la production tarentine.

Il nous a paru logique de commencer les travaux par la présentation des contextes étudiés de Tarente et d’autres sites apuliens ; dans une deuxième partie nous avons choisi d’aborder la définition de la production en croisant les recherches stylistiques et les recherches iconographiques qui sont présentées successivement à travers des rapports et des exposés. Cet ordre permet de rappeler que connaissance et interprétation du contexte peuvent déterminer les résultats des autres approches.

De la confrontation de ces différents angles de vue, des discussions qui ont accompagné cette rencontre et des projets de collaboration qui y ont été proposés pourra peut-être naître une définition multiple, plus complète de la céramique apulienne.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/2751 2020-06-08 Martine Denoyelle, Enzo Lippolis, Marina Mazzei et Claude Pouzadoux Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Roccagloriosa I L'esplorazione sistematica del sito di Roccagloriosa intrapresa nel 1976 si poneva corne obbiettivo fondamentale lo studio della cinta fortificata e la effettuazione di saggi di scavo che permettessero di determinare la cronologia e la consistenza dei nuclei abitativi sia all'esterno che all'interno del muro di fortificazione. I dati ceramici e l'evidenza strutturale ben presto confermarono l'esistenza di un esteso agglomerato, in parte fortificato ed organizzato in vari nuclei abitativi, inquadrabile nel corso del IV secolo a.C. Inoltre, la scoperta di un'area di necropoli “monumentale” in località La Scala, di cui la fascia superiore è stata esplorata “a tappeto” nella campagna del 1978, documentandone la pianta e la varietà dei tipi di sepolture, rimuoveva ogni dubbio circa l'appartenenza dell'insediamento ad una comunità lucana. A tale ricerca fu pure affiancata l'esplorazione sistematica del territorio circostante mediante ricognizione di superficie con lo scopo preciso di ricostruire il “paesaggio agrario” dell'area circostante il sito agglomerato.

Dopo uno studio topografico delle aree abitative poste immediatamente a ridosso della cresta dei Capitenali, effettuato nelle campagne 1982 e 1983, le operazioni di scavo sono State concentrate sul c.d. pianoro centrale, dove i primi saggi di scavo effettuati nel 1982 segnalavano l'esistenza di un nucleo abitativo includente edifici di notevole consistenza ed in ottimo stato di conservazione. Gli aspetti salienti del complesso di edifici sul pianoro centrale sono atti ad illustrare in dettaglio l'organizzazione ed il livello di strutturazione di un insediamento lucano in un momento cruciale del suo sviluppo.

A parte i dati fondamentali, e sostanzialmente nuovi, sulle strutture di abitazione e materiali associati, la metodologia di scavo che ha posto fra gli obbiettivi fondamentali anche la raccolta dei dati relativi alle attività economiche primarie, ha permesso di studiare aspetti della cultura materiale solo episodicamente o assai sommariamente documentati in siti coevi.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/3572 2020-05-25 Maurizio Gualtieri et Helena Fracchia Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Tremblements de terre, éruptions volcaniques et vie des hommes dans la Campanie antique L'histoire des hommes en Campanie est indissociable des manifestations d'une terre toujours en travail. Ici, l'archéologue et l'historien doivent collaborer étroitement avec le volcanologue et le géophysicien pour reconstruire un passé sur lequel les phénomènes naturels — éruptions, séismes, bradysisme — ont imprimé leur marque indélébile. C'est un premier bilan de cette entreprise pluridisciplinaire que dresse ce volume : des chercheurs en Sciences Humaines du CNRS et des Surintendances Archéologiques Campaniennes, des spécialistes des Sciences de la Terre des Universités de Naples et de Pise se penchent, en une série d'enquêtes complémentaires, sur la zone vésuvienne et les Champs Phlégréens (Ischia comprise). La documentation archéologique et l'analyse géophysique se confortent mutuellement pour permettre de dater un certain nombre d'événements éruptifs et telluriques, depuis la Préhistoire jusqu'à l'Antiquité tardive (et, au-delà, jusqu'au seuil de l'époque moderne), d'évaluer l'ampleur et la périodicité de ceux-ci, d'en mesurer les conséquences sur les populations lorsque leur économie, leurs conditions de vie, leur culture, se trouvent, à l'improviste, ruinées par la catastrophe.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/2353 2020-04-30 Claude Albore Livadie Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique L’histoire des techniques et des artisanats de la Grèce antique a laissé jusqu'ici peu de place à un matériau comme le cuir, sous prétexte du manque de sources textuelles et iconographiques ou de leur caractère trop allusif, et parce que les objets réalisés en peau, fourrure et cuir n’ont que trop rarement été retrouvés en fouille.

Pourtant, la collecte des sources testimoniales (images, textes littéraires, épigraphiques, papyrologiques) – menée non sans élargir le champ de la recherche à certains auteurs latins et tardifs, comme les lexicographes – et, dans une proportion bien moindre, des don- nées de terrain, articulée à une modélisation technique de la fabrication du matériau, permet de renouveler quelque peu l’approche et de préciser ce que furent cet artisanat et les usages des peaux et du cuir en Grèce antique, bien que la somme réunie ici suscite également un grand nombre de questions et de pistes qui restent non résolues.

Notre enquête tente ainsi, avec toute la prudence et la modestie que doit garder le chercheur qui travaille sur les mondes antiques, de dresser le bilan de nos connaissances quant aux étapes de fabrication de la matière première en matériau, fabrication relevant d’un savoir spécifique mais qui devait trouver des degrés de réalisation très variables. Nous passons ensuite en revue l’utilisation des peaux, fourrures et cuir, des emplois quotidiens les plus attendus aux cas les plus particuliers. Nous envisageons enfin l'organisation des « métiers du cuir », depuis l'approvisionnement en peaux brutes jusqu’aux opérations de cordonnerie, et le jugement porté sur ces activités au IVe siècle av. J.-C. à Athènes, période la mieux documentée sur la question.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/5908 2020-04-30 Benoit Dercy Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
La religion privée à Pompéi L’étude des pratiques religieuses des Pompéiens démontre la permanence des cultes domestiques, locaux, et des rites, parfois très anciens, que nous aurions pu croire oubliés. Que ce soit au sein de la maison, dans le cadre du uicus ou des associations, ces pratiques se manifestent par un grand attachement aux dieux et coutumes religieuses. La maison reste le lieu privilégié de la pratique cultuelle romaine, quelle que soit la localisation géographique. Avant
d’honorer les dieux dans les temples publics, le pater familias s’acquitte de ses devoirs envers ceux de sa famille.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/6367 2020-04-08 Marie-Odile Laforge Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Studi e ricerche su Puteoli romana Il risveglio, ο meglio la rinascita, di studi sull’antica Puteoli è un dato acquisito, troppo noto per essere ancora celebrato. Il 1977 ha visto da un lato il Convegno Internazionale dell’Accademia dei Lincei sui Campi Flegrei, dall’altro ha salutato la nascita della lodevole iniziativa rappresentata da questa nuova Rivista ‘Puteoli’. Assistiamo anche ad una ripresa di lavori e scavi nella città stessa grazie all’opera delle competenti autorità, statali e locali; e questo stesso Convegno, sotto l’amichevole stimolo del Centro Jean Bérard di Napoli, ne costituisce un’ulteriore evidente testimonianza.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1828 2020-04-02 Giuseppe Camodeca Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron Dix ans après l’organisation, à Naples, du colloque sur “Les ’bourgeoisies’ municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.” (publié dans la même collection par le Centre Jean Bérard), les chercheurs qui se sont engagés sur le programme de recherche sur l’Italie non-urbaine ont souhaité faire un bilan après une décennie de travaux et de rencontres ciblés sur des thèmes plus spécifiques. Entre temps, notre groupe s’est ouvert à une dizaine de jeunes scientifiques. L’enjeu, lui, est resté immuable : parvenir à une meilleure connaissance de l’Italie sous tous ses aspects. Désormais, il n’est plus besoin de prouver que l’histoire de Rome est autant celle de l’Urbs que celle de la péninsule ; le rôle des élites locales a été fondamental dans le processus d’unification de l’Italie ; on ne peut plus aujourd’hui en douter. Il ne reste plus qu’à mieux les connaître et c’est à cette fin que nous déployons tous nos efforts. Il nous a semblé important d’élargir notre chronologie à l’époque julio-claudienne. Il fallait faire le lien entre la République et le Principat, dresser un constat des continuités et des ruptures et, à partir de ces données, récuser certains poncifs qui encombrent encore parfois nos manuels.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/2589 2020-03-30 Mireille Cébeillac-Gervasoni Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (<span style="font-variant: small-caps;">i</span><sup>e</sup> s. av. J.-C. - <span style="font-variant: small-caps;">ii</span><sup>e</sup> s. ap. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table La storia degli studi sulla ceramica comune è caratterizzata dalla quasi totale assenza di contributi di carattere generale. Tale situazione contrasta con la bibliografia, in alcuni casi imponente, relativa alle principali classi ceramiche di età romana. Essa comprende manuali, tipologie consolidate, edizioni di serie omogenee di materiali conservati nei principali musei d’Europa e d’America. [...] I titoli che riguardano la ceramica comune si possono contare invece sulle dita delle mani. [...] Ciò vuol dire che mancano ancora sicuri punti di riferimento sia sul piano della tipologia, sia sul piano cronologico, sia su quello delle produzioni.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1898 2020-03-24 Michel Bats Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
La romanisation du Samnium aux <span style="font-variant: small-caps;">ii</span><sup>e</sup> et <span style="font-variant: small-caps;">i</span><sup>er</sup> s. av. J.-C. Les Actes de ce colloque tenu à Naples les 4-5 Novembre 1988 s'articulent en deux sections. La première, intitulée Les acquis de la recherche archéologique dans le Molise, les provinces d'Avellino et de Bénévent, contient des contributions de Gabriella D'Henry (La romanizzazione del Sannio nel II e I secolo a. C.), Stefania Capini (Venafro), Marcello Gaggiotti (La fase ellenistica di Sepino), Gianfranco de Benedittis (Monte Vairano), Werner Johannowsky (Circello, Casalbore e Flumeri nel quadro della romanizzazione dell'Irpinia), Gabriella Colucci Pescatori (Evidenze archeologiche in Irpinia), Daniela Giampaola (Benevento).
La deuxième section, Modes et cadres de la romanisation. Économie, culture et société, regroupe des communications de Michael Crawford (Army and coinage in the late Republic), Rita Compatangelo (Catasti e strutture agrarie regionali del Sannio), Mireille Corbier (La transhumance entre le Samnium et l'Apulie: continuités entre l' époque républicaine et l'époque impériale), Filippo Coarelli (I Sanniti a Fregellae), Jean-Paul Morel (Artisanat, importations et romanisation dans le Samnium aux iie et ier siècles av. J.-C.), Stefania Adamo Muscettola (Appunti sulla culturafigurativa in area irpina), Sylvia Diebner (Testimonianze di arte funeraria: il Sannio nel contes to delle altre regioni dell'Italia Centrale). Une ample discussion précède les conclusions tirées par Ettore Lepore.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/1436 2020-03-19 Centre Jean Bérard Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Aristosseno di Taranto Il lavoro si articola in quattro parti.

La poca familiarità che in genere si ha con la figura di Aristosseno, e nello stesso tempo la mancanza di una sua almeno recente biografia, ha spinto a dedicare la prima parte della ricerca alla vicenda biografica e quindi all’opera del tarantino.

Si è tentato, in questa prima parte, in primo luogo di ricostruire, avvalendosi delle fonti che danno informazioni in proposito, la biografia di Aristosseno, per poi passare a una presentazione della sua opera o, per essere più precisi, di quello che resta di un’opera che dovette essere monumentale, comprendendo, stando alla testimonianza della Suda (s.v. ’Aριστόξενος, A 3927 Adler), 453 scritti.

La seconda parte del lavoro è dedicata agli inizi della formazione di Aristosseno, a quella che si può dunque definire la prima fase della sua biografia spirituale.

Un ruolo importante riveste in essa lo stesso padre di Aristosseno, dalla Suda indicato come suo primo maestro e da Aristosseno menzionato più di una volta come sua fonte. Si esaminano pertanto le notizie che la tradizione conserva su questo personaggio, dopo avere affrontato il problema esistente intorno al suo nome, un problema questo che viene posto dalla singolare indicazione fornita al riguardo dalla Suda (Aristosseno era “figlio di Mnesias, quello chiamato anche Spintharos”) per la quale si propone una nuova interpretazione, non rivelandosi soddisfacenti, una volta sottoposte ad attenta verifica, le spiegazioni datene dal Müller e poi nel nostro secolo dal Wuilleumier e dallo stesso Wehrli.

L’esame delle notizie su Spintharos – questo il nome ‘reale’ del padre di Aristosseno – presenti nelle fonti antiche, consente di individuarne gli interessi (primo fra tutti la musica) e l’ambiente in cui era attivo, che è quindi quello in cui la formazione di Aristosseno ha avuto inizio: la Taranto pitagorica di IV secolo a.C. di cui Archita èleader incontrastato.

I rapporti tra Aristosseno e Archita e l’immagine di Archita data da Aristosseno nella biografia a lui dedicata (frr. 47-50 Wehrli), verosimilmente una celebrazione di Archita nella veste di filosofo come in quella di politico e di abile stratego, sono l’altro argomento affrontato in questa seconda parte del lavoro.

Studiando i rapporti intercorsi fra Archita e Aristosseno, non è parso da trascurare il fatto che Archita è sì filosofo, politico e stratego abile, ma anche conoscitore e studioso di musica, di quella disciplina dunque di cui antichi e moderni, unanimemente, considerano Aristosseno grande autorità e alla quale Aristosseno è introdotto proprio da un personaggio – il padre Spintharos – dell’entourage di Archita.

L’ammirazione manifestata da Aristosseno nei confronti di Archita filosofo e uomo politico (ma anche studioso di musica) ha portato a chiedersi se per Aristosseno esistano – ed eventualmente in che termini siano a suo avviso da valutare – rapporti fra musica e attività politica, individuando in questo ambito una significativa (ma anche poco studiata) eredità che ad Aristosseno poteva venire dall’ambiente architeo in cui si è compiuta la sua prima formazione, musicale e filosofica.

A rispondere affermativamente a questa domanda si è creduto potessero spingere un dato della biografia di Aristosseno (il soggiorno a Mantinea) e una riflessione sulle argomentazioni cui Aristosseno ricorre nella critica da lui rivolta a quel fenomeno, maturato a partire dalla seconda metà del V secolo a.C., noto come ‘musica nuova’.

Il soggiorno a Mantinea e l’atteggiamento di Aristosseno verso la ‘musica nuova’, sono gli argomenti affrontati, rispettivamente, nella terza e quarta parte del lavoro.

Nel terza parte trova così posto un’analisi, condotta con l’ausilio di testimonianze di diversa natura, letterarie e iconografiche, delle tradizioni musicali arcadiche e più in particolare della cultura musicale mantineese. Questa analisi è stata svolta nella convinzione – soprattutto a luce di quanto scritto da M.L. West a proposito del regionalismo come aspetto caratteristico della musica greca arcaica – che le ragioni e quindi il significato del soggiorno di Aristosseno a Mantinea, siano da indagare e da comprendere a luce della particolare caratterizzazione esibita da queste tradizioni e non semplicemente, secondo quella che è l’opinione più diffusa, della loro fama e antichità.

Da questa analisi Mantinea emerge come un ambiente che alla musica, in virtù delle sue potenzialità psicagogiche, nelle quali una testimonianza aristossenica analizzata nella prima parte del lavoro (il frammento 6 della silloge del Wehrli) dimostra che anche Aristosseno riponeva fiducia, attribuisce una precisa valenza etica e quindi politica, aborrendo (viene da dire di conseguenza) ogni tipo di innovazioni in questo ambito. Nel corso dell’analisi si evidenzia in che modo l’ambiente pitagoricoarchiteo abbia potuto giocare un ruolo importante nella scelta fatta da Aristosseno di Mantinea come luogo di soggiorno in Grecia, un dato questo puramente biografico, ma che risulta alla fine indicativo dei legami esistenti per Aristosseno fra musica, etica e attività politica, nonché dell’influenza su Aristosseno avuta dall’ambiente architeo.

Argomento della quarta parte del lavoro è sostanzialmente la posizione assunta da Aristosseno verso il complesso fenomeno della ‘musica nuova’.

Questa parte è articolata in due capitoli: all’analisi delle testimonianze aristosseniche sull’argomento (un passo degli Elementa Harmonica e tre tra i più lunghi frammenti conservatisi dei suoi scritti), materia del secondo capitolo, è parso infatti necessario, affinché meglio contestualizzate risultassero le affermazioni di Aristosseno, far precedere, a mo’ di premessa, una trattazione d’insieme del fenomeno della ‘musica nuova’ e quindi del dibattito che intorno ad esso si sviluppa, cercando, di quest’ultimo, di mettere bene in rilievo l’evoluzione.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/3501 2020-03-19 Amedeo Visconti Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard
Amendolara Cet ouvrage ne prétend pas être autre chose que la publication d’un secteur de nécropole.
Bien entendu, il serait précieux de pouvoir donner leur nom antique à l’ensemble des zones archéologiques d’Amendolara. Et leur position entre Sybaris et Siris, la lecture de Strabon, VI, 1, 14, qui place Lagaria, fondation mythique d’Épéios, le génial menuisier du cheval de Troie, entre Thourioi et Héraclée, invitent à s’interroger sur la possibilité de l’équation : Amendolara = Lagaria.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/5166 2020-02-13 Juliette de La Genière Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Physionomies d’une cité grecque Il est plus courant aujourd’hui de souligner les limites de l’approche stylistique que de reconnaître son apport à la connaissance d’une production artistique ou artisanale. Le reproche est d’autant plus accusé qu’elle constitue souvent, faute de données sur le contexte de découverte, le principal, voire le seul, critère de datation. Considérée sous cet angle, cette démarche finit par être considérée comme obsolète et erronée. L’actualisation des grands systèmes de classement a néanmoins ouvert la voie au développement d’une approche historique des styles fondée sur la combinaison d’observations internes et de données externes aux oeuvres. C’est dans cette perspective qu’a travaillé Ágnes Bencze pour répondre à deux questions : retrouver et expliquer, d’une part, ce qui définit le style de la coroplathie votive tarentine à l’époque archaïque, reconstituer, d’autre part, la culture visuelle d’une communauté.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/5229 2020-02-13 Ágnes Bencze Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Le luxe de l’imitation L'art décoratif qui émerge à la fin de la République romaine sous la forme du trompe-l'œil architectural est fascinant par le niveau de technicité mis en œuvre pour représenter un espace tridimensionnel ; il frappe aussi par la richesse des couleurs et des matériaux feints distribués savamment à la surface des murs. La mimèsis y est une composante majeure : représenter l’architecture... certes, mais laquelle ? Inspirés à coup sûr de divers répertoires - décors de théâtre, édifices hellénistiques - les trompe-l'œil tardo-républicains puisent aussi dans l’univers sacré. En témoignent les marbres polychromes imités à profusion ainsi que la multiplication des matériaux précieux, bois rares, métaux brillants, ivoire, écaille de tortue, pierres précieuses, textiles lourds ou verre translucide qui contribuent aussi à conférer à ces décors une atmosphère de luxe et d'exotisme.

Suivant qu'ils sont destinés à un public de clientes, d'amici ou à la sphère privée, ces décors semblent marqués par une série de différenciations tant sur le choix de la composition à plusieurs plans de profondeur ou au contraire limitée à un relief minimal, que sur le choix des matériaux représentés. Leur analyse permet donc d'entrevoir une cartographie des tendances et de leur signification, offrant un premier niveau de lecture sociale de ces peintures. La présence de traces matérielles qu'elles portent, incrustées dans l'enduit ou visibles à la surface de la couche picturale, en offre un second : des marques d'outils, de gestes et de procédés picturaux. ou encore la distinction de plusieurs mains pour la réalisation d'un même motif nous informent sur les méthodes et l'organisation des artisans à l'œuvre.

C'est à l'analyse du langage imagé et du discours matériel de ces parois qu'est consacré ce livre.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/5827 2020-02-13 Maud Mulliez Publications du Centre Jean Bérard fr Publications du Centre Jean Bérard
Pontecagnano II.7. La necropoli del Picentino Il volume costituisce la pubblicazione postuma dello studio di un eccezionale nucleo sepolcrale dell’Età del Ferro di Pontecagnano realizzato da Serenella De Natale nell’ambito del programma di edizione delle necropoli del centro etruscocampano.

]]>
https://books.openedition.org/pcjb/6034 2020-02-13 Serenella De Natale, Bruno d'Agostino et Patrizia Gastaldi Publications du Centre Jean Bérard it Publications du Centre Jean Bérard