Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre premier. De l’anecdotique au monumental, de l’individuel au collectif, introduction à la typologie

p. 35-38


Texte intégral

1La carte de répartition des marqueurs d’Italie méridionale du ve au iiie siècle av. n. è. révèle des disparités importantes (fig. 3). L’intérieur, notamment la Basilicate, semble peu concerné par le phénomène. Cette impression pourrait découler des lacunes de nos sources ; mais il est aussi possible que ce soient principalement les zones particulièrement connectées au monde grec qui aient adopté la pratique de marquer les tombes entre le ve et le iiie siècles av. n. è. On constate aussi que la typologie des marqueurs est très variée dans quelques cités, à Tarente et Locres en particulier, alors qu’elle se limite ailleurs à un ou deux types, comme à Vélia. Ce constat correspond probablement à la réalité de certaines nécropoles, mais il peut aussi découler de l’état de la recherche : Tarente et Locres sont fouillées depuis longtemps et bénéficient de publications plus nombreuses.

Fig. 3. Répartition des marqueurs recensés pour la période s’étendant du ve au iiie siècle av. n. è.

Image 10000000000002EE000002D722F43ED02A31C5EA.jpg

Carte de l’auteur (CC BY-SA 4.0).

2Il est intéressant de récapituler la typologie des marqueurs de tombe de d’Italie méridionale du ve au iiie siècle av. n. è. au sein d’un organigramme synthétique (fig. 4), même si cela relève de l’exercice formel. Cet organigramme permet de rendre compte de la variété des marqueurs du corpus, au sein des deux grands groupes que sont les marqueurs architecturaux et les objets-marqueurs.

Fig. 4. Les monuments funéraires d’Italie méridionale du ve au iiie siècle av. n. è., essai de diagramme synthétique.

Image 10000000000003FC0000054F20D40B50D21937CB.jpg

CC BY-SA 4.0

3Cet organigramme permet de constater l’aspect conventionnel d’un tel classement en deux catégories. Celles-ci ne renvoient pas à des groupes sociaux distincts ou à des groupes de pratiques funéraires différents. Si globalement les marqueurs architecturaux semblent être l’apanage de catégories aisées de la société, les objets-marqueurs ont également pu être employés par ces dernières, nonobstant leur accessibilité aux moins aisés. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation : l’usage d’un marqueur ou d’un type de marqueur est limité à une classe sociale (tumuli de Pithécusses), le marqueur connaît des variations luxueuses (stèles), le marqueur a une signification particulière pour la communauté (vases)… Il a donc été envisagé de classer les marqueurs en deux catégories, selon qu’ils sont collectifs ou individuels. Cette approche se heurte cependant à trois principaux écueils : diversité des situations, réutilisation des tombes et des marqueurs au fil du temps, rareté des données. On peut néanmoins ici noter que certains types semblent plus plébiscités que d’autres dans le cadre collectif : colonnes, hypogées à façade, tombes rupestres. Le cas des tumuli est à part en raison du phénomène d’agrégation identifié dans certaines nécropoles ainsi que de phénomènes d’attractivité qui font que des sépultures sont ajoutées dans la masse de terre de certains tumuli plus ou moins rapidement après la fermeture de la première tombe.

4Aussi, bien qu’elle ne soit pas totalement satisfaisante, la répartition des marqueurs au sein des deux grandes catégories typologiques « architectural » et « objet » paraît la plus neutre et opérante. Cette distinction fondamentale semble fonctionnelle puisque tous les marqueurs y trouvent leur place. On peut la complexifier en ajoutant des sous-typologies, par exemple en établissant quatre groupes dans la catégorie « architecture » : tumuli, constructions maçonnées, structures taillées, édifices en bois. L’aspect monumental de certaines stèles constituées de plusieurs blocs maçonnés et non d’une dalle unique pose éventuellement question quant à la catégorie principale dans laquelle les placer.

5Par ailleurs, la typologie que nous avons établie n’exclut pas l’existence d’autres types plus rarement documentés ou disparus sans laisser de traces archéologiques. Ils ont pu se décomposer, comme les éventuels objets en corde ou en tissu par exemple, ou les plantes et les arbres, qui posent des problèmes spécifiques. Les intentions ayant présidé à ces choix posent question : si des critères économiques et pragmatiques (on prend ce qui est disponible) ont dû jouer un rôle important, on ne peut exclure que ces marqueurs temporaires aient été choisis pour leur symbolique directe (une rame pour marquer la tombe d’un navigateur) ou pour leur temporalité limitée, ou en raison d’une stratégie volontairement à court terme. Le cas des cimetières d’esclaves afro-américains offre ici matière à réflexion : « Marking the graves was important, regardless of what was used, at least for the current generation. The predominance of temporary items – plants and wood planks, for example – suggests that it wasn’t particularly important for future generations to know the location of any specific grave. In fact, the use of temporary markers helps, in its own way, to ensure that the cemetery is always available to those who want to be buried with their kin1. » Les destructions et les remplois antiques ou plus tardifs en ont détruit un nombre inconnu. Enfin, certains édifices représentés sur les vases n’ont pas de réalité archéologique et certains marqueurs découverts n’ont pas été figurés. Dans un domaine de recherche où la sérendipité n’a historiographiquement joué aucun rôle, de nombreux marqueurs ont pu passer inaperçus ou ne pas être mentionnés dans les publications : c’est par exemple le cas des pierriers ; P. Orsi en signale à Locres, mais ne les assimilant pas à des marqueurs, il fournit peu de détails sur leur compte. Par ailleurs, l’attention portée aux niveaux de sol est récente, aussi les informations concernant les cotes des marqueurs sont-elles souvent absentes ou problématiques.

6S’il est impossible de quantifier les marqueurs méconnus ou disparus, nous ne pouvons pas en faire abstraction dans notre réflexion. Outre qu’ils amènent à relativiser la fiabilité des statistiques générales que la documentation permet de dresser, ils peuvent être des éléments clé de la lecture de la topographie des nécropoles et des symboles funéraires.

Notes de bas de page

1  Chicora Foundation 1996.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.