Version classiqueVersion mobile

Le fait urbain en Sicile hellénistique

 | 
Frédéric Mège

Troisième partie. Habitat et urbanisme en Sicile aux IVe et IIIe siècles av. J.-C.

Chapitre 8. Villes grecques, puniques et indigènes : relectures et réflexions

Texte intégral

Géla

  • 1  Partie 1, p. 23-24.
  • 2  La succession stratigraphique comporte un niveau de destruction extrêmement net constitué de couch (...)
  • 3  De Miro, Fiorentini 1978, p. 435-436. Ces décombres furent à leur tour recouverts par une couche h (...)
  • 4  Fiorentini 2002, p. 156-157. Cette interprétation, à laquelle je souscris, avait également été ava (...)

1Dans notre thématique, le dossier Géla n’est pas celui qui apporte le plus de données archéologiques, car les vestiges qui se rapportent à l’époque hellénistique sont finalement assez peu nombreux et surtout trop disparates (fig. 135). Son cas est surtout intéressant d’un point de vue historiographique : on a dit précédemment comment les résultats des fouilles des années cinquante ont établi un modèle, une approche de l’histoire de la Sicile hellénistique qui perdure encore aujourd’hui et influence parfois l’interprétation des faits archéologiques de toute la région1. Pourtant, dès les années soixante-dix, le dégagement d’une des rues de l’acropole, le sténopos III, a permis de mettre en évidence une stratigraphie plus complexe que celle décrite jusque-là en découvrant une série de terrassements et de rehaussements dans tout ce secteur2. Après la destruction de la ville à la fin du ve siècle, on avait ainsi rapidement réutilisé les décombres afin de niveler le terrain et on avait ensuite construit à partir de ce niveau en reprenant les orientations et les alignements précédents : il y a donc là un niveau archéologique superposé aux ruines des anciens bâtiments, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une couche de matériaux damés. Cette phase a été datée de la fin du ve et de la première moitié du ive siècle par les monnaies, la céramique et les objets en terre cuite. Elle est bien illustrée par l’édifice XII, un bâtiment situé le long du côté est du sténopos III, dont le côté ouest était posé sur une couche de terre et de brûlé et superposé à celui d’un édifice du ve siècle : le mobilier de l’édifice XII se compose d’un assemblage de matériel du ve siècle, récupéré et restauré, et d’objets du ive siècle. Les fouilleurs ont donc logiquement conclu à une réoccupation de l’acropole survenue peu de temps après la destruction, où il s’agissait avant tout de restaurer les lieux de culte et de préserver leurs objets. Cette période semble elle aussi s’être terminée violemment au cours de la première moitié du ive siècle, comme en attestent des traces manifestes d’incendie décelées sur les structures3. Un autre signe manifeste de la réoccupation de la première moitié du ive siècle se lirait dans les murs en appareil « a pseudo telaio » caractéristiques de cette phase : selon G. Fiorentini, ces appareils seraient apparus à la toute fin du ve siècle et auraient répondu à la nécessité de construire (ou de reconstruire) rapidement, avec peu de pierre à disposition4.

Fig. 135 - Localisation des vestiges de Géla antique.

Fig. 135 - Localisation des vestiges de Géla antique.

1, 4 : quartier de l’Acropole ; 10 : quartier de la gare ferroviaire ; 22 : villa Iacona ; 27 : enceinte.

D’après Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 203

  • 5  Voir p. 250-253.

2On aura l’occasion de revenir en détail sur d’autres découvertes faites à Géla et dans l’arrière-pays, à savoir ces objets attribués souvent à tort à l’époque de Timoléon, dans notre réévaluation de l’influence du Corinthien sur la Sicile de la deuxième moitié du ive siècle5. Je voudrais auparavant m’intéresser à certaines composantes de l’archéologie de Géla qui méritent d’être présentées et discutées.

  • 6  Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 343-354.
  • 7  Dimensions : 5,85 × 5,90 m. Elle était située dans la partie nord et comportait sur le pourtour un (...)
  • 8  Grâce à sa forme carrée, à la présence de la banquette, à l’entrée avec son paillasson excentré et (...)
  • 9  L’emplacement des banquettes est alors éventuellement matérialisé au sol par la partition du décor (...)
  • 10  Mais pour des raisons finalement erronées, basées à la fois sur le mobilier et sur les événements (...)
  • 11  Des morceaux d’enduit blanc, rouge, gris et jaune et des fragments de corniches aux modénatures st (...)
  • 12  Il s’agit d’un cercle vicieux, car le paillasson de l’andrôn et le sol du vestibule sont considéré (...)
  • 13  Pilo 2006, p. 159-162.

3L’une de celles-ci se trouve dans la « villa Iacona » (fig. 136), découverte en 1951 à Capo Soprano, en bord de mer6. Les données de cette fouille ont été depuis revues par C. Pilo, livrant des interprétations et des conclusions parfois différentes de celles des découvreurs. Ce réexamen apporte des éléments pertinents qu’il faut à mon sens prendre en compte, en particulier sur l’une des pièces de cette maison qui avait été à l’origine interprétée comme un impluvium à cause de la présence d’un petit canal d’évacuation dans l’angle sud-est7. La partie au centre de la pièce, plus basse que les pourtours, n’est manifestement pas assez profonde pour être le bassin d’un impluvium : on doit interpréter cette salle comme un andrôn et cette fonction ne souffre d’aucune ambiguïté8. De plus, le type même de cet andrôn, avec sa banquette surélevée, l’inscrit parmi les nombreux exemples attestés entre le ve et le début du iiie siècle alors que cet aménagement caractéristique tend à disparaître à partir du milieu du iiie siècle9. Cela pourrait effectivement signifier que la villa Iacona a été construite entre la fin du ive et le début du iiie siècle, comme cela avait été initialement proposé par les fouilleurs10. La nouvelle question que pose C. Pilo porte surtout sur la dernière phase de fréquentation de la villa, traditionnellement placée avant 282 av. J.‑C., date supposée de la destruction et de l’abandon (définitif) de Géla. Or les objets trouvés dans le secteur de la villa Iacona attestent une présence au-delà de cette date. Certains éléments du décor, comme les enduits11 de l’andrôn, dateraient aussi d’une période située après 282. La question est plus délicate pour les sols de l’andrôn et de son antichambre à cause de l’épineux problème de l’apparition de l’opus tesselatum en Sicile, objet d’un vif débat12. Signalons tout de même que les autres contextes archéologiques où l’on connaît ce motif à double méandre comme celui de l’andrôn appartiennent tous à une époque pleinement hellénistique (Délos, Morgantina, Olympie, Pompéi). C. Pilo propose donc d’attribuer la mise en place de ces décors à une phase de restructuration de la villa intervenue au cours du iiie siècle donc, en tout état de cause, après la date traditionnelle de la destruction de Géla13.

Fig. 136 - Restitution du plan de la villa Iacona de Géla.

Fig. 136 - Restitution du plan de la villa Iacona de Géla.

D’après Pirlo 2006, p. 159, fig. 11

  • 14  Adamesteanu 1957, p. 41.
  • 15  Orlandini 1957a, p. 44-48.
  • 16  Voir D. Mertens, Gela : nota sulle mura di Capo Soprano, in I. Berlingò, H. Blanck, F. Cordano (di (...)
  • 17  Orlandini 1957a, p. 71-75 et pl. XXXIX à XLIII.
  • 18  Orlandini 1956, p. 165 ; Adamesteanu 1957, p. 41.
  • 19  Voir p. 250-251.
  • 20  Orlandini 1956, p. 166.
  • 21  Le deuxième niveau de l’enceinte, c’est-à-dire la surélévation en briques, est considéré comme uni (...)

4L’urbanisme de Géla aux ve et ive siècles mériterait également d’être reconsidéré. Lors de ses travaux entre 1900 et 1905, P. Orsi avait constaté ce que les fouilles des années cinquante ont par la suite largement confirmé : la partie ouest de la colline de Géla, qui auparavant accueillait des nécropoles, a été occupée dans un deuxième temps par des habitations. C’est le moment où cette transition s’est opérée qui n’est pas clairement déterminé : la réponse se trouve peut-être du côté des fortifications puisque celles-ci avaient aussi pour rôle de matérialiser les limites d’un espace urbain. L’enceinte dégagée en 1953 au bas de l’éminence de Capo Soprano a la particularité de comporter une élévation construite en deux parties bien distinctes, la plus basse étant en grands blocs de pierre et la plus haute en briques crues, cette dernière étant elle-même composée de deux états superposés. L’interprétation de D. Adamesteanu et de P. Orlandini était que la partie en pierre constituait le socle de la première élévation en briques crues14. Ainsi, les différents états de la fortification pouvaient précisément correspondre à l’histoire de la Géla hellénistique telle qu’ils la concevaient alors : construction à l’époque de Timoléon, surélévation à l’époque d’Agathocle par un deuxième niveau de briques crues, ensablement et abandon durant l’époque de Hiéron II15. En fait, il a été récemment démontré que le mur a d’abord été construit intégralement en pierre avant d’être remanié et surélevé plus tard à deux reprises par une assise en briques crues ; toutefois, la chronologie des fouilleurs n’a pas été remise en cause16. Or cette dernière est basée sur plusieurs éléments qui me semblent discutables. En effet, les couches en liaison avec le mur (en particulier celles situées sous la couche de déchets de taille) contenaient des assemblages d’objets placés à intervalles réguliers, contre le ressaut de la fondation : interprétés comme des dépôts de fondation, ceux-ci étaient généralement composés d’une pyxis, d’une petite lampe et d’une litra d’argent (celle-ci pouvant être diversement représentée par une émission de Géla, d’Agrigente ou de Syracuse). Lors de sondages effectués en 1951, d’autres pyxis achromes de même type, parfois avec des bandes rougeâtres, ainsi que des kylix à vernis noir et « à anses élancées » ont été retrouvées au même niveau stratigraphique17. L’ensemble de ce matériel a été daté par les fouilleurs à l’époque de Timoléon, de même que plusieurs fragments de vases retrouvés dans l’argile des briques18. En fait, les pyxis achromes et les monnaies des dépôts de fondation ont été sujettes à des réévaluations récentes qui font remonter leur datation dans la première moitié du ive siècle voire à la fin du ve siècle19. La partie en pierre, qui correspond au premier état de l’enceinte, pourrait donc dater elle aussi de la première moitié du ive siècle ; le fait que plusieurs tombes de la deuxième moitié du ve siècle ont été recoupées par l’enceinte ne contredit pas cette datation20. On a bien évidemment conscience que ces éléments ne représentent qu’un terminus ante quem non pour la première phase de l’enceinte21. Cette proposition ne remet donc pas en cause l’existence d’une possible « refondation de Géla » par Timoléon, mais elle apporte quelques réserves sur un éventuel lien de cause à effet entre cette « refondation » et l’extension de l’espace habité concomitante à la construction de l’enceinte en pierre. En d’autres termes, la ville a pu s’étendre et s’installer sur les nécropoles dès la première moitié du ive siècle, soit avant l’arrivée de Timoléon.

  • 22  De Miro, Fiorentini 1978, p. 433-436.
  • 23  Spagnolo 1991, p. 68.
  • 24  Orlandini 1956, p. 166-167.
  • 25  Les bâtiments y étaient organisés de façon régulière, avec une répartition différenciée des secteu (...)
  • 26  Orsi 1906, col. 376-377.
  • 27  Ibid., col. 418.
  • 28  Cela à cause évidemment du côté inévitablement sporadique et limité que revêtent les fouilles en m (...)

5Si la présence dans ce secteur, et à cette époque, d’habitations et d’édifices publics ne peut être mise en doute, leur organisation dans cette partie de l’espace urbain demeure assez floue. Ce que l’on sait, c’est qu’au ve siècle, soit avant cette extension, la ville était organisée selon un maillage orthogonal, comme l’ont démontré les fouilles de l’acropole22 et celles de l’ancienne gare ferroviaire23. Les axes principaux suivaient la direction de la colline et les axes secondaires étaient orientés N/NE-S/SO selon la direction de la pente. Dans le secteur occidental de Géla, P. Orlandini évoque également la présence d’un réseau de rues orthogonales visibles sur des photos aériennes24. Cette mention a été confirmée par des fouilles dans un quartier situé à l’est de Capo Soprano, daté de la deuxième moitié du ive siècle et dont les édifices sont eux aussi orientés N/NE-S/SO25. On retrouve à nouveau cette orientation dans une description que fait P. Orsi de deux tronçons de mur parallèles, séparés par ce qu’il nomme un « couloir » au sol formé de graviers et de sable bien damé, retrouvé jonché de tessons « d’usage domestique »26 : ce couloir devait être, à n’en pas douter, un ambitus. Il décrit également un autre tronçon de mur de direction 280°-100°, c’est-à-dire perpendiculaire à un axe N/NE-S/SO27. Ces vestiges étaient réputés selon lui appartenir à des maisons construites entre la fin du ive et le début du iiie siècle, directement implantées et fondées dans le niveau des anciennes sépultures dont elle réutilisait copieusement les matériaux. En somme, la présence d’édifices hellénistiques dans le secteur ouest de Géla est surtout avérée par des puits et des citernes trouvés en de nombreux endroits, mais trop peu ont été suffisamment dégagés pour permettre de déceler une organisation urbaine28.

  • 29  Même opinion chez Congiu 2012, p. 118-120.
  • 30  Voir p. 236-242.
  • 31  Di Vita 2002, p. 141.

6Les rares indices que l’on vient de donner plaideraient donc pour une continuité de l’occupation qui verrait les quartiers nouvellement créés reprendre les orientations encore utilisées à la fin du ve siècle (secteur de l’ancienne gare ferroviaire) et dans la première moitié du ive siècle (secteur de l’acropole). Il me semble à nouveau que cela irait plutôt dans le sens d’une extension de la ville survenue au cours de la première moitié du ive siècle. Cela condamnerait explicitement l’idée d’un abandon de Géla au cours de la première moitié du ive siècle29 et c’est, du reste, au même genre de conclusion que l’on est parvenu à propos de Mégara Hyblaea, pour laquelle on doit renoncer à l’idée qu’elle ait été abandonnée pendant quasiment 150 ans. Géla, durant cette première moitié du ive siècle, était sans doute occupée, tout comme l’était son hinterland30. Toutefois, comme le souligne A. Di Vita, cette période agitée n’a certainement pas favorisé un essor économique et artistique du niveau de celles qui l’ont précédée et suivie31.

Camarine

  • 32  Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 126.
  • 33  Au départ par P. Pelagatti. Hypothèse reprise ensuite, notamment dans Di Stefano 2011, p. 153, et (...)
  • 34  Pelagatti 2000, p. 179-180. Cette interprétation est contestée par E. Tourny aux motifs que la cér (...)

7À Camarine, comme à Géla, l’architecture domestique hellénistique est assez peu connue. L’un des quartiers d’habitat les mieux fouillés se trouve dans la partie nord-est du site, dans le secteur dit des « case Lauretta », à proximité immédiate de l’enceinte et de l’arrière-pays (îlot E38 ; fig. 137). La plupart des maisons qui y ont été dégagées ont un plan habituel à cour centrale avec pièces principales au nord et parfois sur les côtés. Elles sont disposées par leurs petits côtés le long d’un sténopos. Plus au sud, dans l’îlot D38, plusieurs habitations semblent avoir une planimétrie différente, avec deux files de pièces rectangulaires de mêmes dimensions disposées sur les côtés d’une grande aire centrale32. La séquence chronologique de ces quartiers, que l’on considère généralement avoir été occupés seulement à partir de l’époque timoléonienne33, peut néanmoins être mise en doute. Certains assortiments d’objets découverts lors des fouilles pourraient attester une fréquentation plus ancienne : il s’agit de dépôts votifs consacrés à Déméter et retrouvés dans les îlots D39 (sous l’ambitus) et E37 mais également de céramique attique du ve siècle enfouie sous le sténopos D38-39. Les emplacements de ces objets ne sont pas anodins puisqu’ils correspondent soit à des voies de circulation, soit aux axes de divisions d’un îlot. Sans remettre en cause l’occupation de ces quartiers aux ive et iiie siècles (jusqu’à 258), cela impliquerait qu’il y ait eu une organisation urbaine dès le ve siècle (lors de la recolonisation de 461) ou, à tout le moins, une fréquentation notable des lieux34.

Fig. 137 - Plan de Camarine.

Fig. 137 - Plan de Camarine.

D’après Pelagatti 2006b, p. 48, fig. 5

  • 35  D’abord évoquée dans Pelagatti 1973, p. 183-184, cette inscription a été commentée sous le nom de (...)
  • 36  Dans le cas de la maison 17, probablement la boutique mentionnée dans l’inscription « Camarina 3 » (...)
  • 37  Pelagatti 1982, p. 717-718.

8Ailleurs, dans les secteurs méridionaux de la ville, avait été découverte fortuitement une lamelle de plomb faisant état de la vente d’une maison, qui a été ensuite identifiée par les fouilles et désormais appelée maison 17 de l’îlot A34 ou « maison de l’Inscription »35. Ce sont en fait quatre maisons que les fouilleurs ont dégagées et numérotées par paires dans le sens transversal de l’îlot : la maison 7 dans la moitié ouest de l’îlot, la 17 dans la moitié est et, immédiatement au sud, la paire 8-18. L’occupation primitive du secteur à la fin du vie-début du ve siècle est attestée seulement par le remplissage d’un puits sous l’un des murs de la maison 18 tandis que les murs périmétriques de la maison 17 reprenaient effectivement une implantation du ve siècle. Les maisons 17 et 18 présentaient une organisation similaire avec un mur, construit sur l’axe longitudinal de l’habitation, qui la divisait en deux parties : celle à l’est, qui donnait sur le sténopos A34-35, comprenait une ou deux pièces au nord et une petite cour au sud ; l’autre partie aurait été réservée à des pièces de service36. Au cours du iiie siècle, la maison 17 a été notablement remaniée par l’ajout de petites pièces dans la cour37.

  • 38  Et à partir d’éléments publiés ailleurs, notamment dans Collin Bouffier 2006 (p. 191, fig. 12, 193 (...)
  • 39  Tourny 2012, fig. 79 et 81.
  • 40  Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125.

9Enfin, dans le secteur appelé « Quadrivio », situé vers l’est de Camarine, autour du croisement entre la platéia C et le sténopos C43-44, les vestiges d’habitat, non publiés, sont assez lacunaires ; les plans originaux des fouilles de 1976-1979 ont toutefois été repris et complétés à partir de mesures réalisées sur le terrain38. Ces plans amendés permettent de percevoir une certaine cohérence dans l’organisation interne des maisons, avec trois pièces dans l’aile nord et un probable espace ouvert au sud ; les murs correspondant à cette planimétrie ont été attribués à l’époque de Timoléon39. Néanmoins, d’autres murs à l’intérieur des maisons ne s’accordent manifestement pas avec ceux-ci : en l’espèce, on pourrait donc les relier à une époque différente, peut-être antérieure. D’autre part, les vestiges d’un mur en grand appareil isodome ont été retrouvés sous le futur tracé de la platéia C : cela montre bien qu’à cet endroit, la possible extension de l’habitat attribuée à Timoléon aurait eu lieu dans des secteurs déjà occupés, même si ce n’était pas par des habitations40.

  • 41  Pelagatti 2000, p. 181.
  • 42  Cette période, définie assez vaguement au départ (Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125), a été bo (...)
  • 43  Période située entre 339 et 258 (Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125-128).
  • 44  Di Stefano 2011, p. 152-153 ; Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 126.
  • 45  Les modalités du lotissement ont été esquissées dans Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976 à partir des fo (...)
  • 46  Il s’agit de travaux réalisés dans le cadre d’une thèse de doctorat, soutenue en 2012 à l’universi (...)
  • 47  Ces alternances de 13,10 et 13,90 m ont obligé les arpenteurs à disposer dans le sens de la largeu (...)
  • 48  Voir infra.
  • 49  Tourny 2012, p. 128.
  • 50  Ibid., p. 133-134. Pour les îlots E38, D38, D39, C44 et probablement E37, E39 et C16, les arpenteu (...)
  • 51  En postulant que le sanctuaire d’Athéna occupait une emprise correspondant à trois îlots (C18-C19- (...)
  • 52  Cet intervalle de 40,6 m a été déterminé en D38-D39. E. Tourny suppose que c’était le même pour l’ (...)
  • 53  Le délai entre la construction des deux demi-îlots d’un même îlot pouvait être variable, de même q (...)
  • 54  La cause de ces variations de largeur n’est pas résolue pour autant. E. Tourny propose de l’attrib (...)

10Le site de Camarine offre surtout une situation favorable pour comprendre le processus de construction d’une grille urbaine. Si son extension (env. 145 ha) a sans doute été déterminée dès l’origine, soit au début du viie siècle41, l’espace urbain n’aurait été réellement organisé que dans un deuxième temps (« phase II »), c’est-à-dire à partir de l’époque classique42. La période suivante (« phase III »), souvent appelée « Camarine de Timoléon », est la mieux documentée43. La platéia B, apparue dès la phase II, en constituait véritablement la charnière : située sur la crête centrale de la colline de Camarine, elle jouait le rôle d’axe de communication principal de Camarine. Outre cette dernière, quatre autres platéiai parallèles parcouraient la ville : la platéia A, au sud, pourrait également relever de la phase II tandis que la C a clairement été construite au cours de la phase III ; enfin l’existence des platéiai D et E, qui n’a pas été directement attestée par les fouilles, semble néanmoins assurée (fig. 137)44. Les platéiai faisaient environ 10 m de largeur et elles étaient orientées est-ouest ; elles délimitaient des îlots parallèles entre eux, séparés par des sténopoi de 4,50 ou 5 m de largeur, qui donnaient par leurs petits côtés sur les platéiai ; ces îlots mesuraient 135 m de long sur 34,50 m de large ; la division de l’espace interne des îlots, autrement dit les dimensions des lots, a été attribuée à l’époque de Timoléon45. Ces données très générales sur l’urbanisme de Camarine ont été considérablement révisées et amendées depuis, amenant des conclusions très convaincantes46. E. Tourny, l’auteure de ces travaux, insiste notamment sur le fait que le module de référence était la taille du lot (oikopédon) et non celle de la maison. Toutes les maisons fouillées avaient en effet des mesures différentes : elles dépendaient donc du choix plus ou moins contraint de leurs propriétaires à l’intérieur du module imposé qu’était le lot. Pour ce dernier, trois mesures nord-sud différentes ont été identifiées : les lots de 13,10 m alternaient avec ceux de 13,90 m dans un même îlot47 ; d’autres lots mesuraient 12,50 m. Les dimensions est-ouest faisaient entre 17 m et 17,60 m ; celles-ci déterminaient par ailleurs la largeur du demi-îlot48. Une règle devait imposer aux constructeurs des maisons de prévoir suffisamment de place à l’intérieur de leur lot pour les ambitus longitudinaux et transversaux qui séparaient les maisons : cette règle a manifestement été plus ou moins bien respectée puisque les largeurs des ambitus connus variaient entre 0,50 et 0,70 m49. E. Tourny propose également des hypothèses solides pour rendre compte de la construction de la grille urbaine. La maison installée sur le premier lot occupait toute la surface et servait ensuite de point de départ pour la construction des lots suivants : cette maison repère était probablement établie dès la création du lot. Les arpenteurs pouvaient ensuite progresser dans les deux directions à partir des murs périmétriques de la maison. Pour la direction nord-sud, le sens de cette progression était celui la pente : par exemple dans les zones situées au nord de la platéia B, le lotissement progressait vers le nord. La platéia B peut donc vraiment être considérée comme l’axe principal, la « rue première », car ses deux côtés ont servi d’axe de départ pour le lotissement (ou « axes de lotissement ») ; les autres platéias étaient donc des « rues secondes », car elles sont apparues au fur et à mesure dans le processus de lotissement50. Dans la direction est-ouest, le processus de lotissement était basé sur trois principes essentiels. Le premier repose sur l’axe médian de l’îlot, qui était un « axe de lotissement », comme les bords des platéiai. Le deuxième principe est appelé « demi-îlot prioritaire » par l’auteure : les arpenteurs commençaient par lotir une moitié de l’îlot dans le sens longitudinal avant de lotir l’autre moitié. Le troisième concept, appelé « effet miroir », est une règle de symétrie : le demi-îlot prioritaire de l’îlot suivant était défini par symétrie par rapport à l’axe longitudinal du sténopos qui séparait les deux îlots. Conçu à partir des îlots D38 et D39, ce modèle se vérifie parfaitement entre les îlots C16 et C44 selon les modalités suivantes51 : le long du côté nord de la platéia B, les arpenteurs ont commencé par poser à intervalles réguliers les repères des axes médians des îlots52 ; à partir de ces axes médians, ils ont ensuite tracé chaque demi-îlot prioritaire en reportant la largeur d’un lot ; ils construisaient alors la file de lots du demi-îlot prioritaire avant de dédoubler cette file pour former l’autre demi-îlot53 ; enfin, ils prévoyaient l’espace du sténopos et passaient à la création de l’îlot suivant. Le fait que les largeurs des demi-îlots variaient entre 17 et 17,6 m explique qu’il puisse y avoir un écart de 1,2 m entre la largeur de l’îlot A34 (34 m) et celle de D38 (35,2 m). Cette façon de procéder permet aussi d’expliquer le fait que les sténopoi les plus étroits se trouvaient entre les îlots les plus larges : en effet, les largeurs des sténopoi pouvaient aller de 5,5 m à 6,15 m, soit à peu de chose près la même variation que pour les largeurs des îlots54.

  • 55  Les dimensions des oikopédai étaient certainement déterminées par les autorités mais c’étaient les (...)

11La « maison-borne », celle construite sur le premier lot de chaque îlot, était donc à l’origine du lotissement tant dans la direction nord-sud que dans la direction est-ouest ; elle offrait également une solution fiable pour construire les lots au fur et à mesure de l’arrivée des colons55. Les principes du « demi-îlot prioritaire » et de « l’effet miroir », quant à eux, permettaient virtuellement d’étendre ce découpage à tout l’espace à lotir. Ces hypothèses semblent effectivement à même de rendre compte du processus de construction de la grille urbaine non seulement de Camarine mais également, à ce qu’il me semble, d’autres sites. Elles permettent de supposer que le lotissement n’était pas un processus figé dans le temps et limité à la seule fondation mais qu’il pouvait être repris à tout moment grâce à des conventions visibles et connues de tous. À Camarine, ces conventions voulaient qu’il y ait toujours deux files de dix lots chacune. Ainsi, dans ce qui a donné l’îlot A34, les concepteurs ne disposaient que de 135 m pour placer à la fois un îlot et une platéia de 10 m de large : ils ont alors préféré réduire la longueur de l’îlot afin de conserver le même nombre de lots et ont donc opté pour des lots d’une dimension nord-sud de 12,5 m. Cet exemple montre bien l’importance du concept de dix paires de lots et, redisons-le, de la primauté du lot en tant qu’unité de subdivision de l’espace. Ce que je retiendrai également de l’exemple de Camarine, c’est qu’une continuité entre l’habitat du ve siècle et celui des ive/iiie siècles semble apparaître dans les plans des habitations et dans le tissu urbain dans lequel elles s’inséraient. D’ailleurs, l’homogénéité du lotissement à travers le temps s’explique de façon bien plus commode s’il n’y a pas eu de longue interruption. Ce constat rejoint celui qu’on a fait auparavant pour Géla : ici aussi, alors que l’impact éventuel de l’action de Timoléon reste délicat à estimer, il semble peu probable qu’il y ait une rupture totale de l’occupation de la ville, a fortiori sur une période de plusieurs décennies.

Tyndaris

  • 56  Aiosa 2010.
  • 57  Voir partie 1, p. 28 et infra.
  • 58  Lamboglia 1953, p. 81-83.

12Comme Géla et Camarine, Tyndaris procure peu d’éléments sur l’architecture domestique hellénistique, par manque de vestiges et de publications détaillées : seule la maison C a été pleinement étudiée mais elle date sous cette forme de l’époque impériale56. Concernant l’urbanisme, les différentes tentatives de comparaison avec d’autres sites sont peu satisfaisantes puisqu’elles débouchent sur des conclusions assez éloignées les unes des autres57 : nous nous trouvons donc presque au même point qu’à l’orée des années cinquante, lorsque N. Lamboglia espérait que les prochaines recherches viendraient répondre aux questions qui se posaient alors58. Pour autant, il me semble que les pièces disparates fournies par les différentes publications peuvent permettre de reconstituer le puzzle du plan d’urbanisme de façon relativement éclairante (fig. 138).

Fig. 138 - Plan de Tyndaris.

Fig. 138 - Plan de Tyndaris.

D’après Spigo 2006, p. 98, fig. 1

  • 59  Lamboglia 1953, p. 80.
  • 60  Ces indications proviennent d’un sondage dont, malheureusement, on ne connaît que la référence (XL (...)
  • 61  Ces dernières sont datées par des tessons de sigillée englobés dans les mosaïques lors de leur con (...)
  • 62  Pour cette dernière, nous ne disposons ni des éléments de datation, ni du plan : seules des photog (...)
  • 63  La Torre, Mollo 2013, p. 427-432 ; La Torre 2005, p. 122.
  • 64  Spigo 2006, p. 99-100. Les données fournies par G. Lamagna, qui a récemment fouillé le site, ne vo (...)
  • 65  Di Vita 2002, p. 142-143.
  • 66  Belvedere, Termine 2005, p. 91. Leur campagne de mesures sur le terrain a livré les résultats suiv (...)
  • 67  Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 206.
  • 68  Identification également reprise et appuyée par S. Aiosa qui souligne la présence de deux murs par (...)
  • 69  La Torre 2006, p. 92, fig. 16.
  • 70  La tête d’îlot sur le decumanus supérieur a peut-être été prolongée sur l’espace de la rue lorsque (...)
  • 71  Belvedere, Termine 2005, p. 89.

13Les premières fouilles, en 1950-1952, ont permis d’identifier les axes d’une grille régulière et orthogonale, perçus comme étant le « decumanus supérieur » et trois « cardines »59. Elles ont également fourni les premiers éléments de chronologie60 : les différentes occupations reconnues allaient du ive siècle av. J.‑C., avec une maison en partie implantée dans la roche, au milieu du ier siècle apr. J.-C. Dans l’insula IV, la fouille de la maison B a rapidement permis de mettre en évidence toute la stratification des différentes occupations du secteur, depuis une « station préhistorique » jusqu’aux réfections d’époque impériale61. Enfin, une maison antérieure à la maison B a été identifiée sous le tablinum et datée de la fin du ive ou du début du iiie siècle62. Au début des années soixante, dans un terre-plein situé sous la partie nord-est de la maison B, d’autres murs plus anciens (attribués à l’époque timoléonienne) ont été mis au jour : le plan de l’îlot réalisé suite à ces travaux permet de voir que ces murs ont les mêmes orientations que celles des structures romaines postérieures (fig. 139). Plusieurs analogies ont été tentées à partir des caractéristiques principales de ce plan : le rapport largeur/longueur des îlots (1/2,5), leur organisation en terrasses, les intersections perpendiculaires des rues. G.F. La Torre rapproche ainsi Tyndaris de villes comme Solonte ou Halaesa pour accréditer l’hypothèse d’une organisation à l’époque de Hiéron II, voire de la romanisation63. U. Spigo invoque d’autre part des exemples d’époque « tardo-classique » et « proto-hellénistique » comme Hadranon, qu’il considère comme une fondation dionysienne avérée, pour en déduire que Tyndaris a bien été fondée par Denys l’Ancien64. A. Di Vita argue du caractère « hippodaméen » du plan d’urbanisme pour faire de Tyndaris l’une des premières villes siciliennes à avoir appliqué ces principes65 et cette vision est partagée par O. Belvedere et E. Termine66. Lors des fouilles des années soixante, un autre indice déterminant est apparu dans l’insula IV : il s’agissait d’une canalisation de drainage ou d’un égout qui parcourait l’îlot sur toute sa longueur et que les fouilleurs avaient alors associé aux commodités des maisons romaines67. La position de cette canalisation sur l’axe longitudinal de l’îlot, que l’on voit précisément apparaître sur le plan, autorise à l’identifier en fait avec l’ambitus qui divisait initialement l’îlot en deux parties. L’identification de cet ambitus longitudinal permet d’ouvrir des pistes sur le lotissement initial de l’insula IV, en supposant toutefois que le plan d’urbanisme le plus récent a bien repris le plan initial68. Selon la restitution de G.F. La Torre, basée sur une analyse du plan de L. Bernabò Brea et M. Cavalier (emplacement des vestiges du premier état et du second état, parcours de la canalisation), l’îlot initial aurait été constitué de dix lots de 14 × 13,50 m, répartis en deux files de cinq séparées par l’ambitus, dans lesquels auraient été construites des maisons à cour centrale69. De leur côté, O. Belvedere et E. Termine ont établi deux hypothèses pour le lotissement de l’insula IV, en partant du principe que l’ambitus longitudinal était présent dans les deux cas de figure : la première postule également une organisation à deux files de cinq lots, mais avec des modules quasiment carrés de 14,57 × 14,15 m ; l’autre se base sur deux files de quatre lots de 17,45 × 14,15 m et prend en compte le fait que la longueur connue de l’îlot n’était pas la longueur initiale70. Tout en soulignant la plausibilité des deux hypothèses, les auteurs avouent pencher pour la première qui permet de maintenir le rapport 1/2,5 des îlots, qui est notamment celui d’Olynthe et presque celui de Morgantina (1/3), deux systèmes mis en place dans la seconde moitié du ve siècle71.

Fig. 139 - Plan de l’insula IV de Tyndaris.

Fig. 139 - Plan de l’insula IV de Tyndaris.

D’après Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 206, fig. 19

  • 72  Voir n. 66.
  • 73  En ce cas on ne peut exclure la possibilité que les lots aient eu des modules différents, comme c’ (...)
  • 74  Lamboglia 1953, p. 75-76.
  • 75  L’appareil à moellons et chaînages est qualifié de « grec tardif » par N. Lamboglia et celui en gr (...)
  • 76  Karlsson 1992, p. 72, 93-94.
  • 77  Certaines trouvailles faites lors des travaux de restauration des murs confirment les données des (...)
  • 78  Comme le confirme bien l’un de ses clichés (Karlsson 1992, p. 94, fig. 88). Une précision m’a d’ai (...)

14Pour ma part, ce sont les éléments suivants qui me semblent rendre compte le mieux de la configuration initiale de l’insula IV. La largeur de cet îlot devait être d’environ 28,30 m et ce devait être à peu près la même chose pour tous les autres îlots du système urbain d’origine72. Les dimensions de lots proposées dans le deuxième système Belvedere/Termine (17,45 × 14,15 m) me paraissent les plus séduisantes parce qu’elles mènent à une longueur également attestée dans l’insula V (69,80 m contre 69,90 m). Cette hypothèse implique d’autre part que l’espace résiduel réservé à l’ambitus était inclus dans la largeur des lots, ce qui impliquerait une modalité de construction des lots similaire à celle que l’on a vue pour Camarine73. Toutefois il ne me semble pas possible, en l’état actuel des connaissances, d’attribuer cette organisation urbaine à l’époque de la fondation dionysienne : on peut seulement dire qu’il existait des structures régulières vers la fin du ive siècle et cela, uniquement dans l’insula IV et dans des secteurs proches. Dans cette réflexion sur l’organisation urbaine originelle, la chronologie de l’enceinte pourrait à nouveau, comme à Géla, jouer un rôle de premier plan. On ne connaît d’elle qu’un tracé discontinu dont les différents tronçons présentent en outre des appareils différents (fig. 138). L’éminence de la Madonna del Tindari, au sud-est du site, est bordée à l’ouest par une muraille à deux parements de grands blocs bien taillés avec remplissage de terre et de pierraille ; cette partie, ponctuée de plusieurs tours carrées, se termine sur une porte à tenaille. Le remplissage de ce tronçon a livré des monnaies d’Hikétas, des tessons de vases à figures rouges de la fin du ive siècle et de la céramique campanienne à vernis noir du début du iiie siècle. Des coupes pratiquées jusqu’à la roche ont révélé quatorze niveaux, dont huit étaient liés à la construction, confirmant une datation de ce tronçon au début du iiie siècle (vraisemblablement à l’époque où les habitants voulaient se protéger des Mamertins installés à Messine74). Un peu plus loin au nord commence un autre tronçon en appareil de moellons bruts, renforcé à intervalles réguliers par des chaînages en grands blocs quadrangulaires empilés alternativement en position debout et de chant ; ce mur se développe en contrebas du village moderne, en direction du nord-ouest jusqu’à la hauteur du théâtre ; on le perd ensuite pour le retrouver autour de la pointe nord-ouest du plateau, dans le secteur des Cercadenari. Cette dernière partie comporte en outre un mur construit en grands blocs quadrangulaires qui vient chemiser l’appareil à moellons et chaînages : à l’époque des premières fouilles, les deux appareils avaient été interprétés comme deux états différents de l’enceinte75. Depuis, L. Karlsson a fait justice de cette interprétation en démontrant que ces « deux états » de l’enceinte ne forment en réalité qu’un : l’appareil à moellons et chaînages est le remplissage de l’appareil à double parement de grands blocs quadrangulaires auquel il est liaisonné par endroits. Il donne également raison à N. Lamboglia sur la datation de l’enceinte, qu’il situe implicitement à l’époque de Hiéron à cause de la technique particulière des chaînages76. G.F. La Torre se rallie à la théorie de L. Karlsson sur la conception unitaire de la muraille et soutient également l’hypothèse chronologique de N. Lamboglia en plaçant sa construction après le règne d’Hikétas77. L’explication technique avancée par L. Karlsson me semble parfaitement recevable78. Quant à la chronologie de l’enceinte, il faut reconnaître qu’il n’est pas possible de tirer de conclusions solides en l’absence de publication des données de fouilles : on doit se contenter de situer assez vaguement sa construction dans le courant des trois derniers quarts du iiie siècle.

  • 79  Mégara 7, p. 119-131.

15En définitive, il ne me semble pas déraisonnable de supposer qu’un plan d’urbanisme régulier ait pu être mis en place à Tyndaris vers la fin du ive siècle. Cela suppose toutefois d’envisager qu’il existait à cette époque une autre enceinte ou bien une phase précédant celle que l’on connaît. L’idée n’est pas absurde si l’on songe à l’exemple de Mégara Hyblaea où l’existence d’une première enceinte hellénistique n’a été que tout récemment assurée79.

Syracuse

  • 80  Voir partie 2, p. 45-46 et p. 69.

16D’un point de vue géographique (et sans aucun doute culturel), Syracuse doit être le site qui offre le plus de rapprochements avec Mégara. L’archéologie hellénistique de Syracuse livre pourtant peu d’informations exploitables, eu égard à l’importance de la ville dans l’histoire de la Sicile antique. Néanmoins, on a pu en repérer un certain nombre, notamment des éléments architecturaux comme les sols en béton de tuileau et à carreaux de terre cuite ou certains appareils de murs, fort utiles pour leurs similitudes avec ceux de Mégara80. Ces éléments se trouvaient généralement dans des habitations dont la typologie apporte aussi son lot d’enseignements, que ce soit sur les types de pièces ou sur la planimétrie des maisons. Malheureusement, là encore, les informations sont succinctes : on présentera ici les plus utiles à notre étude.

  • 81  Cultrera 1943, p. 38-42.
  • 82  Ibid., p. 40.
  • 83  Gentili 1951, p. 278-279.
  • 84  Ibid., p. 279-284. Ce type d’appareil a été rapproché des murs de type M1 de Mégara (voir p. 42-46 (...)
  • 85  Le matériel trouvé dans la couche située sous les sols de la maison comprenait en particulier des (...)
  • 86  Ibid., p. 281.
  • 87  Ibid., p. 285-286.
  • 88  Le plan publié par G.V. Gentili montre que le mur sud de la structure, parallèle à celui de la mai (...)
  • 89  Contra G.V. Gentili pour qui l’hypothèse d’une rue nord-sud était ici difficilement envisageable, (...)
  • 90  Pour ce dernier, l’auteur avance la chronologie suivante : un premier état au ier siècle apr. J.-C (...)
  • 91  G.V. Gentili date l’ensemble du début de l’époque impériale. Dans la maison 3 au nord de la maison (...)

17C’est en particulier lors des fouilles du quartier de l’ancien « Giardino Spagna » (aujourd’hui Hôpital civil de Syracuse, fig. 140) par G. Cultrera qu’ont été dégagées des maisons dont la plupart étaient en mauvais état de conservation81. La mieux préservée d’entre elles se trouvait juste à l’est d’une rue orientée nord-sud dont elle reprenait l’orientation (maison 1). La partie ouest se divisait en deux espaces principaux (toute la moitié est manque) avec une grande salle au nord et trois petites pièces alignées au sud. Immédiatement au sud-est de la maison 1 se situait un autre édifice, la maison 2, avec exactement les mêmes orientations. La maison 3 était en fait un ensemble hétérogène formé de structures qui auraient appartenu à des époques diverses : leurs orientations n’étaient pas les mêmes et leurs appareils non plus. Parmi ceux-ci, trois murs formaient un ensemble cohérent, avec précisément les mêmes orientations que celles des maisons 1 et 2. D’autre part, les murs conservés d’une autre structure (la maison 4), pourtant très lacunaire, indiquent clairement qu’elle était aussi construite selon des axes N-S et E-O82. Enfin, G. Cultrera ne le précise pas, mais, à la lecture du plan, on peut repérer une autre rue N-S entre la structure 4 et des tronçons de mur plus à l’est, parallèle à la première. Environ 200 m à l’ouest du Giardino Spagna, à proximité immédiate de l’amphithéâtre romain, d’autres fouilles, dues à G.V. Gentili, ont livré des vestiges de maisons et de rues qui semblent à nouveau basés sur une organisation urbaine cohérente (fig. 141). La construction appelée « maison 1 » se présentait sous la forme d’un édifice imposant dont les murs sud, est et ouest étaient construits avec des blocs quadrangulaires bien taillés 83. Parallèlement à la maison 1, à l’ouest, se trouvait la maison 2 dont les murs en appareil régulier de blocs rectangulaires ont été repris en plusieurs endroits par des portions construites en « muraturia ordinaria », tandis que certains passages étaient remaniés avec le même type de construction, signes évidents d’un second état de la maison84. Notons également que celle-ci semblait s’étendre plus au nord et à l’ouest avec en particulier un grand espace (i) doté d’un puits qui pourrait constituer une deuxième cour85. Par ailleurs, dans la pièce (h) de la maison 2 se trouvait un ensemble de murs formés de blocs bien taillés, situés plus bas que les autres, mais avec les mêmes orientations : ceux-ci ont été interprétés par G.V. Gentili comme des éléments de substructions86. Même situation et même interprétation dans la maison 4, située quelques mètres plus à l’ouest, où l’on rencontre des murs de blocs quadrangulaires situés sous un béton de tuileau87. Or on retrouve la même configuration à l’intérieur de la maison 4, avec un ensemble de murs situés plus bas que ceux de la maison 1, qui dessinaient une structure presque identique et que G.V. Gentili interprétaient comme les vestiges d’un ancien système de « vide sanitaire » (vespaio). De même que pour les maisons 2 et 4, je pense que ces murs de dessous appartenaient vraisemblablement au prédécesseur88 de la maison 1. Par ailleurs, le mur ouest de la maison 1 (et de son prédécesseur) et le mur est de la maison 2 étaient parallèles entre eux et séparés par un espace d’environ 5,60 m presque entièrement vide, sauf pour quelques constructions interprétées comme des vestiges de piliers : avant la construction de ces derniers, il me semble donc fort probable qu’il y ait eu une rue N-S ici89. On pourrait ainsi associer le prédécesseur de la maison 1, le premier état de la maison 2 et les vestiges sous la pièce (h), ainsi que les murs sous la maison 4 avec cette rue N-S : le tout aurait fait partie d’un premier plan d’urbanisme avec axes orthogonaux N-S et E-O (voir infra). La voie N-S aurait été abandonnée à l’époque impériale lorsque l’on a construit l’arc honorifique90 au sud des maisons 1 et 2 ; la maison 1, avec ses puissants murs « cimentés » dont le mur sud bordait clairement la voie qui passait sous l’arche, et le second état de la maison 2 pourraient dater de cette même époque91.

Fig. 140 - Plan des vestiges du Giardino Spagna de Syracuse.

Fig. 140 - Plan des vestiges du Giardino Spagna de Syracuse.

D’après Cultrera 1943, pl. I

Fig. 141 - Plan des vestiges au nord de l’arc honorifique de Syracuse.

Fig. 141 - Plan des vestiges au nord de l’arc honorifique de Syracuse.

D’après Gentili 1951, p. 264, fig. 3

  • 92  Certains sont décrits dans Gentili 1951, p. 287-291 ; l’auteur suppose pour ce matériel une produc (...)
  • 93  Voir partie 2, p. 48-49.
  • 94  Les sols de la pièce nord et de la cour ont été décrits dans la partie 2 (voir p. 62-64 et 69).
  • 95  Voir partie 2, p. 125-135.
  • 96  Gentili 1951, p. 292-293. Dans son comblement il est question, entre autres, d’un oscillum, d’une (...)
  • 97  Voir n. 92.

18Au sud de l’arc honorifique, un autre groupe d’édifices a été mis au jour en même temps que des sépultures d’une nécropole archaïque : il s’agissait en fait de deux habitations, la maison 5 et surtout la maison 6 (fig. 142). La maison 5 avait des murs en « muraturia ordinaria » recouverts d’enduits et des sols en terre battue sous lesquels de nombreux éléments de figurines hellénistiques ont été prélevés92. La maison 6 possédait une pièce au nord (5,70 × 6,60 m) avec des restes de béton de tuileau à tesselles, qui donnait au sud sur une cour, via un passage excentré au seuil apparemment similaire aux exemplaires de type b de Mégara93. Le sol de la cour était bipartite et sa partie carrelée était posée sur une rangée de moellons taillés94 ; dans ce carrelage se trouvait l’embouchure d’une citerne en cloche ménagée dans une dalle qui devait servir de base à la margelle. Le plan et cette description m’incitent à restituer une pastas entre la pièce du nord et la cour au sud dont le stylobate a dû être échancré afin de pouvoir accéder à la citerne : selon le plan, celle-ci était d’ailleurs en partie creusée dans le mur au-dessous. Cette configuration rappelle presque exactement les phases 1 et 2 de la maison IX A de Mégara95 : de la même façon, on aurait eu ici une pastas dans une première phase avec la citerne, puis un remaniement dans une deuxième phase avec abandon de la pastas et construction d’un sol (béton pour la maison IX A, carrelage pour la maison 6), tout en conservant l’usage de la citerne. Celle-ci a été ensuite condamnée à l’époque romaine : G.V. Gentili conclut que la maison devait déjà exister au ier siècle et qu’elle a perduré ensuite à l’époque impériale, moyennant plusieurs remaniements des sols96. En tenant compte du matériel de la maison 597, il ne serait pas interdit de penser que la maison 6 « à pastas » ait pu être initialement construite au iiie siècle et plusieurs fois remaniée au cours des siècles suivants.

Fig. 142 - Plan des vestiges au sud de l’arc honorifique de Syracuse.

Fig. 142 - Plan des vestiges au sud de l’arc honorifique de Syracuse.

D’après Gentili 1951, p. 288, fig. 24

  • 98  Gentili 1956, p. 99.
  • 99  Décrit ici p. 62-63.
  • 100  Gentili 1956, p. 101, 104 fig. 5, I.
  • 101  Ibid., p. 102, 104, fig. 5, II.
  • 102  Décrit ici p. 62-64.
  • 103  Gentili 1956, p. 103, 105, fig. 6, I.

19On conclura ce tour d’horizon des fouilles anciennes par celles du corso Timoleonte, à l’endroit où celui-ci débouche sur la piazza della Vittoria, qui ont également apporté quelques informations intéressantes. Ici deux phases de l’habitat ont été identifiées et attribuées l’une à une époque « hellénistico-républicaine » et l’autre à une époque « tardo-romaine »98. On en connaît surtout un ensemble de pièces, dont celle au nord-ouest possédait un béton de tuileau à tesselles99 sous lequel, à environ une soixantaine de centimètres, se trouvait un autre béton de tuileau, sans tesselles ; la couche qui séparait les deux sols comprenait un répertoire hétérogène de tessons allant de la céramique attique à vernis noir à de la campanienne C buccheroïde, en passant par de la céramique surpeinte du type de Gnathia ou des lécythes aryballistiques à dessins de réticules100. Sous le béton du dessus se trouvaient des fragments de céramique à vernis noir « tardo-hellénistique », de campanienne C et une lampe du type Dressel 2 d’époque républicaine. G.V. Gentili conclut de façon cohérente à une datation du premier sol à la fin du iie siècle et suggère pour le second une période située peu avant l’époque impériale101. La salle du milieu avait également un béton de tuileau à tesselles mais avec des motifs plus élaborés102. Sous ce béton, épais d’environ 0,15 m, se trouvait à nouveau un autre béton de tuileau (à environ 0,6 m en dessous) ; le matériel récolté entre les deux était du même ordre que celui précédemment évoqué : ce sont logiquement les mêmes dates de construction qui ont été avancées pour ces deux bétons103.

  • 104  Verr. II, 4, 117-119.
  • 105  Basile 2012, p. 177-178.
  • 106  Guzzardi 2011, p. 354-357.

20Au fil de ce bref exposé sont ressortis quelques indices liés à l’urbanisme de la Syracuse antique, sujet auquel je voudrais consacrer maintenant une courte synthèse. Il s’agit d’une question ardue et complexe et les premières difficultés apparaissent d’emblée, lorsqu’on essaie de situer les différents quartiers de la ville antique (fig. 143). En effet, on peine encore à en déterminer aussi bien les limites que l’organisation et, pour les identifier, on en est réduits à se tourner systématiquement vers la description par Cicéron des quatre quartiers de Syracuse104. Dans cette énumération, seul l’emplacement du quartier de la Néapolis est bien localisé autour du théâtre tandis que ceux d’Achradine et de Tychè posent encore des problèmes105. La localisation du quatrième est évidente : il s’agit d’Ortygie, dont l’implantation n’a bien entendu guère varié après l’époque archaïque106.

Fig. 143 - Situation des quartiers et principaux vestiges de Syracuse.

Fig. 143 - Situation des quartiers et principaux vestiges de Syracuse.

DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)

  • 107  Les autres tronçons, connus depuis l’époque de P. Orsi, se trouvent dans le « Foro Siracusano » et (...)
  • 108  Guzzardi 2011, p. 362-363.
  • 109  Les vestiges fouillés datent en fait de l’époque hellénistico-romaine bien que les sténopoi soient (...)
  • 110  Deux sont certainement archaïques : celui de via Bengasi et celui de piazza Marconi. Les édifices (...)
  • 111  Guzzardi 2011, p. 364-365.
  • 112  Basile 2012, p. 205-206.

21La naissance d’Achradine correspond à la première occupation de la terre ferme par les fondateurs de Syracuse, qui s’étaient d’abord cantonnés à Ortygie. Cette installation aurait suivi de près celle sur la presqu’île, comme l’atteste en particulier une grande voie orientée NO-SE dont on connaît plusieurs tronçons entre la piazza Marconi et la gare ferroviaire107 : dans cet intervalle, la voie faisait 10 m de large et elle fut utilisée de façon continue entre le viiie siècle av. J.-C. et le début du ixe siècle apr. J.-C. Le tronçon fouillé au sud de la gare se trouvait également 300 m à l’est d’une nécropole archaïque : autrement dit, aux limites de la ville, surtout si l’on considère l’existence probable d’une rue pomériale dans ce même secteur108. Cette grande voie NO-SE comportait de part et d’autre des sténopos perpendiculaires à elle : on en a identifié cinq au nord de la voie dans le secteur de la gare109 et au moins deux autres situés plus à l’est, cette fois au sud de la voie110. Ce schéma viaire correspond peut-être à la plus ancienne organisation d’Achradine111. On peut ainsi estimer les contours de ce quartier en suivant la position des nécropoles depuis l’ouest vers l’est, c’est-à-dire depuis celle de la gare ferroviaire en passant par la via Eumelo pour finir à via Ragusa, la plus orientale des nécropoles connues ; la limite est d’Achradine devait toutefois se trouver plus loin, au niveau du cours inférieur du torrent moderne San Giorgio, aujourd’hui tari112.

  • 113  Voir supra p. 201-203. Ce sont les fouilles de la piazza della Vittoria, dirigées par G. Voza, qui (...)
  • 114  Carbé et al. 2005, p. 167-168.
  • 115  Dans ce secteur se trouvent d’ailleurs quelques données intéressantes sur lesquelles je voudrais r (...)
  • 116  Guzzardi 2011, p. 368.
  • 117  Voir p. 201-203.
  • 118  Voir p. 203-204.
  • 119  Guzzardi 2011, p. 371-373.

22Un tout autre système urbain que celui de la gare existait dans le secteur qui regroupe aujourd’hui la piazza della Vittoria, l’église de la Madonna delle Lacrime et l’Hôpital civil (fig. 144). Sur la piazza della Vittoria, les recherches ont mis en évidence un axe de direction E-O, qui correspondait manifestement à celui découvert par G.V. Gentili113. Lors de la construction de l’église de la Madonna delle Lacrime, on a dégagé au nord de cette voie des rues secondaires, perpendiculaires à cette dernière : elles étaient larges d’environ 4 m et définissaient des îlots d’une largeur moyenne de 38 m. Au sud de la voie E-O, sur la piazza della Vittoria, les rues étaient par contre disposées en oblique et semblaient relever d’une autre période. De plus, il s’y trouvait également un sanctuaire dédié à Déméter et Korè, encore actif vers la fin du vsiècle ou le début du ive siècle et orienté orthogonalement à la grande voie E-O114. Cet enchevêtrement de structures de différentes époques appelle quelques éclaircissements. Le quartier au nord de la voie E-O de la piazza della Vittoria est bien attesté à l’époque romaine : on l’a vu notamment avec les découvertes de G. Cultrera tant au Giardino Spagna qu’autour de l’arc honorifique, près de l’amphithéâtre. Dans le secteur du Giardino Spagna115, la séquence chronologique établie après les premières fouilles était la suivante : nécropole archaïque ; latomies classiques ; habitations d’époque républicaine puis d’époque impériale. Toutefois, une fouille d’urgence réalisée en 2010 un peu plus au nord sur le viale Teocrito (à 10 m à l’ouest du croisement avec la via Socrate), a permis de montrer que les premières maisons avaient en fait été implantées à l’époque hiéronienne 116. Cela confirmerait ce que l’on a supposé à propos de ces structures au nord de l’arc honorifique117 : le prédécesseur de la maison 1, le premier état de la maison 2, les vestiges sous la pièce (h) ainsi que la maison 4 pourraient ainsi appartenir à cette « phase hiéronienne » du système urbain N-S. Quant aux maisons au sud de l’arc, elles ont pu également être implantées à l’époque hiéronienne et reprises à l’époque romaine selon ce même système N-S118. D’autre part, les niveaux de la rue antique trouvée sous le viale Teocrito montrent qu’elle a été utilisée depuis l’époque hellénistique jusqu’à la fin de l’Antiquité et on peut d’ailleurs supposer sans exagération que le moderne viale Teocrito a calqué son parcours sur celui de cette voie antique, qui était donc parallèle à la voie E-O de la piazza della Vittoria. Elle était à son tour recoupée par une voie N-S découverte sous le casino de villa Landolina, elle-même étant probablement le prolongement d’une rue N-S située sous le viale Cardona, en usage entre le iie siècle et la fin de l’Antiquité119. Ainsi peut-on avancer que le système urbain des axes perpendiculaires N-S et E-O a été vraisemblablement mis en place à l’époque de Hiéron, donc dans le courant du iiie siècle, avant d’être repris à l’époque romaine, c’est-à-dire à partir du iie siècle.

Fig. 144 - Plan de la Néapolis de Syracuse.

Fig. 144 - Plan de la Néapolis de Syracuse.

D’après Voza 1978

  • 120  Ibid., p. 367-370.
  • 121  Il s’agit de bains dont on aura l’occasion de reparler à propos des bétons de tuileau (p. 249-250) (...)
  • 122  Fouilles décrites dans Messina 2009.
  • 123  Ce dernier, qui ne communiquait avec aucun autre connu, captait l’eau sur les Épipoles et finissai (...)
  • 124  Ibid., p. 817-819.
  • 125  Guzzardi 2011, p. 383-384. D’ailleurs, l’actuel canal de collection des eaux usées prolonge dans l (...)
  • 126  D’autres nécropoles se développèrent après la fin du vie siècle autour des axes de Scala Greca et (...)
  • 127  Basile 2012, p. 206-211.
  • 128  Pour ne rien simplifier, on notera que cette orientation N-S devait déjà exister à l’époque classi (...)

23Un autre système de rues NO-SE, différent de celui mis en évidence entre la gare ferroviaire et le Foro Siracusano, a été repéré dans les fouilles du viale Teocrito grâce à un canal d’évacuation lié à l’une des rues N-S : la première phase de ce canal, datée du ve ou du ive siècle, avait en effet une orientation NO-SE. L’existence de ce système urbain NO-SE se lirait également dans le positionnement de l’autel de Hiéron, mais aussi à travers le parcours de l’aqueduc du Paradis et enfin dans le quartier moderne de Contrada Zappalà120. À cet endroit, effectivement, se trouvaient deux implantations (un établissement balnéaire121 et un quartier d’habitat122) qui étaient organisées selon un axe NO-SE et qui ont fonctionné toutes deux au cours du iiie siècle. La chronologie du quartier d’habitat est d’ailleurs particulièrement éclairante pour la compréhension de l’urbanisme de ce secteur de Syracuse. Entre la fin du vie et le ve siècle se trouvait ici une zone de transit située hors de l’implantation urbaine, qui suivait une direction NO-SE et mettait en relation la ville avec les nécropoles et la côte nord. Vers le milieu du ive siècle une route NO-SE a été construite, exactement sur le parcours de l’aqueduc du Paradis123. À la fin du ive siècle, des édifices ont été installés le long de la route, dont l’établissement de bain qui était alimenté par l’aqueduc. Enfin, ces édifices sont abandonnés à la fin du iiie siècle et le secteur est alors réutilisé par une nécropole entre le iie et le ier siècle. Après cette période, la zone est complètement abandonnée124. Les fouilles sous le viale Cardona ont elles aussi permis de retrouver une partie de cette maille NO-SE, qui recoupait d’ailleurs la voie N-S précédemment évoquée. De plus, on y a découvert des aménagements qui pourraient être en rapport avec la régularisation du cours du moderne San Giorgio que l’on doit identifier selon toute vraisemblance avec l’antique rivière Syrako125. Cela confirme au passage ce que l’on savait déjà de la topographie antique du secteur autour de la piazza della Vittoria, entre l’Hôpital civil et le cours du S. Giorgio : un substrat rocheux en pente vers le sud-est, recouvert au cours du temps par une épaisse couche d’alluvion. Ce secteur était dévolu à des nécropoles entre le viiie et le ve siècle, remplacées au cours du ve siècle par des latomies ; peu après le ve siècle a été implanté le sanctuaire de Déméter découvert piazza della Vittoria. Ce dernier était alors très certainement situé hors-les-murs, à proximité des nécropoles 126, selon une configuration récurrente en Sicile pour les sanctuaires des déesses thesmophores. Ainsi, la rue E-O de la piazza della Vittoria (si tant est qu’elle existait déjà) était alors hors de la zone urbanisée : ce n’est que dans la deuxième moitié du ive siècle que sont apparus les premiers indices d’un habitat dont la présence s’est ensuite intensifiée au cours du iiie siècle127. C’est seulement à partir de cette époque que la rue E-O joua réellement un rôle d’axe urbain, les rues NO-SE cohabitant encore pour un temps avec les rues N-S qui commençaient à se mettre en place au nord de la rue E-O128.

  • 129  Marc. 18, 6.
  • 130  De plan rectangulaire, orienté N-S et de fonction inconnue.
  • 131  Basile 2012, p. 212-216.
  • 132  Ibid., p. 217-219.

24Revenons à notre point de départ, c’est-à-dire à la définition des quartiers de Syracuse situés sur la terre ferme. Achradine, on l’a vu, est née à l’époque archaïque et peut être assez facilement définie à partir de la position des nécropoles archaïques. Elle a dû se trouver dans la ville intra-muros jusqu’à la fin du iiie siècle puisque les nouveaux quartiers urbanisés de Néapolis et Tychè étaient alors vraisemblablement situés à l’extérieur des fortifications, selon Plutarque129. C’est au cours du règne de Hiéron II que la ville antique aurait atteint son extension maximale, dépassant un peu l’escarpement du théâtre et restant en deçà de la Balza Achradina. Tout à l’est, l’espace urbain devait s’arrêter au niveau de la piazza Santa Lucia où on connaît des tombes à hypogées et des sépultures jusqu’au Bas-Empire. Au nord-est, la limite était certainement au niveau de la via Zopiro où se trouvait un édifice monumental d’époque classique130, implanté sur des latomies et des sépultures archaïques, avant d’être à son tour détruit à la fin du iiie siècle pour être remplacé par une nouvelle nécropole. Enfin, la limite au nord-ouest se trouvait au niveau de la Contrada Zappalà131. Quant aux quartiers de Néapolis et de Tychè, ils devaient alors se nicher dans cet espace situé entre la fortification archaïque et le plateau des Épipoles. La Néapolis, outre la zone monumentale (théâtre, autel de Hiéron II, sanctuaire d’Apollon Téménite), allait certainement vers le nord jusqu’à la Contrada Zappalà. Au sud, les recherches autour de la piazza Adda ont mis au jour un nombre significatif d’édifices publics, outre une rue NO-SE ; près de la place se trouvait une sorte de petit forum triangulaire sur lequel débouchait une rue venant de l’est ; il était entouré d’édifices publics du ier-iie siècle apr. J.-C., construits sur des structures d’époque hellénistique. Quant à Tychè, que l’on situe souvent au même endroit que la Borgata Santa Lucia, on pourrait supposer qu’elle s’étendait aussi vers l’ouest, jusqu’au niveau de l’Hôpital civil où a été retrouvé un cippe dédicacé à Tychè132.

Morgantina

  • 133  Publiées respectivement sous les noms : House of the Golden Hoard, House of Pappalardo, House of t (...)
  • 134  House of the Mended Pithos, House of the Palmento.
  • 135  House of Ganymede, House of the Doric Capital.
  • 136  De Miro 1980, p. 737.

25L’exemple de Morgantina, grâce au nombre et à la qualité des publications consacrées à la ville hellénistique, est sans discussion le plus porteur pour notre thème de recherche, tant du point de vue de l’habitat que de l’urbanisme. À Morgantina se trouvent les témoignages d’une architecture domestique élaborée, développée aux iiie et iie siècles et présente dans la plupart des habitations connues : y figurent des éléments liés aux espaces de réception, et dans une moindre mesure aux salles de bains et aux latrines, tels que les cours à péristyle, les bétons de tuileau, les mosaïques et les enduits muraux. L’habitat de Morgantina aurait évolué entre la fin du ive et le iiie siècles d’un type de maison avec pastas au nord d’une cour vers un dispositif à cour centrale, avec ou sans péristyle. Les maisons à pastas ne sont plus visibles mais elles apparaîtraient dans le premier état de la maison du Trésor d’or, de la maison de Pappalardo, de la maison du Magistrat et dans celui de la partie nord de la maison de la Citerne à l’arche133. Les maisons à cour centrale seraient représentées par le dernier état de la maison du Pithos rapiécé et par la maison du Palmento134, et les maisons à péristyle par la maison de la Citerne à l’arche, la maison de Ganymède, la maison de Pappalardo et la maison du Chapiteau dorique135. Cette réflexion d’E. De Miro136 constitue le fil rouge de notre réflexion sur la Morgantina hellénistique : on la débutera en examinant des habitations censées représenter chacune un type de plan différent puis on se servira de ce que ces maisons nous apprennent afin d’étudier leurs évolutions et celles du plan d’urbanisme. Il s’agit de la maison de Ganymède, de la maison de la Citerne à l’arche, de la maison de Pappalardo et de la maison du Palmento (fig. 145).

Fig. 145 - Plan de Morgantina autour de l’Agora.

Fig. 145 - Plan de Morgantina autour de l’Agora.

DAO F. Mège sur Bell 1981, Pl. 2

  • 137  Décrite notamment dans Tsakirgis 1984, p. 70-84 et Mancini 2006, p. 170-171. Voir également Bell 2 (...)
  • 138  Quelques fragments de céramique à vernis noir du iiie siècle trouvés sous les mosaïques, une pièce (...)
  • 139  Tsakirgis 1984, p. 82-84. Cet argument déjà émis par les fouilleurs va dans le sens d’une construc (...)

26La maison de Ganymède se trouve au-dessus de l’agora, au sommet des pentes escarpées de la colline Boscarini137. Cet emplacement explique en grande partie son état de conservation : côté ouest, les murs atteignent tout juste 0,30 m alors qu’ils sont conservés jusqu’à 1,50 m côté est. Le secteur sud de la maison a été profondément encastré dans la roche-mère si bien qu’une bonne partie des murs sud était constituée par la roche elle-même tandis que les autres murs avaient une élévation en moellons, posée sur un socle taillé dans la roche. Par conséquent, les murs ne possédaient pas de tranchées de fondation tandis que sols et seuils étaient fondés sur de minces couches qui ont fourni peu d’objets datants138. B. Tsakirgis propose de dater la construction de la maison au iiie siècle en s’appuyant sur ces rares trouvailles ainsi que sur le caractère soigné de l’architecture. Les réfections, moins élaborées, pourraient être intervenues selon elle après la conquête romaine en 211 av. J.-C. Les deux citernes ne contenaient aucun matériel postérieur à cette date (à part l’intrusion d’une pièce HISPANORUM dans la citerne nord), ce qui indique qu’elles auraient été abandonnées à cette époque, même si la maison était peut-être encore occupée139.

  • 140  Nous reviendrons infra, p. 257-258, sur ces critiques purement méthodologiques.
  • 141  Mancini 2006, p. 171. Mercenaires établis à Morgantina après sa conquête par Rome en 211.
  • 142  Ibid., p. 171-172.
  • 143  Voir discussion infra, p. 255-256.
  • 144  Il répond ainsi directement à une remarque dans Campagna 2006, p. 15-16, n. 8, à propos des monnai (...)
  • 145  Détail du contenu : Bell 2011, p. 107, n. 12 ; voir aussi n. 138 supra.
  • 146  Détails : Bell 2011, p. 107, n. 13.
  • 147  La citerne sud aurait été en usage jusqu’à l’abandon de la maison : son remplissage ne comportait (...)
  • 148  Liste : Bell 2011, p. 108.
  • 149  Liste : ibid., p. 109.

27Le problème de la datation est l’une des deux pierres d’achoppement pour l’étude de la maison de Ganymède, auquel il nous faut consacrer ici un court exposé. En effet, A. Mancini a notamment fait remarquer que les objets datants donnés ci-dessus se trouvaient sous des sols, et non dans les sols eux-mêmes, ne pouvant de la sorte constituer que des TPQ pour la construction de ces sols140. D’autre part, l’attribution des remaniements de la maison aux mercenaires hispaniques en raison de la moindre qualité des nouveaux sols et de l’épaisseur plus faible des nouveaux murs lui apparaît comme une démarche dangereuse141. Elle rappelle en outre que la confrontation des habitations de Morgantina avec celles de Délos, jugées très proches, impliquerait des chronologies beaucoup plus basses ; en particulier, le fait que les sols de tous les grands oeci des maisons de Morgantina aient des bandes réservées les rapproche fortement des exemples déliens et les éloigne a contrario de ceux à banquettes surélevées, connus notamment à Érétrie et Olynthe et datés du ive siècle142. Enfin, elle juge peu utile l’apport des bétons de tuileau de Morgantina à des fins de datation : ceux-ci composent un corpus étendu, aux motifs très variés, dont on trouve des exemples dès le iiie siècle tant en contexte punique que romain, certains ayant même été attribués au iie siècle (Agrigente, Monte Iato, Lilybée, Syracuse, Ségeste)143. Certains de ces arguments sur la maison de Ganymède sont contestés par M. Bell qui fournit pour l’occasion des éléments plus détaillés que précédemment sur la localisation et sur la nature des trouvailles faites lors des fouilles de la maison (fig. 146b)144. Une fosse située sous la pièce 17 a été comblée avant la construction de la maison avec du matériel de la première moitié du iiie siècle : selon les expertises, la cavité aurait été remplie autour de 275, en tout cas pas après le milieu du iiie siècle145. Cette datation est confirmée par deux monnaies syracusaines retrouvées sous le niveau de circulation de la pièce 11 et posées sur la roche146. La citerne située sur le côté est du péristyle, près de l’angle nord de la colonnade, contenait sept monnaies de bronze retrouvées incrustées et attachées à l’enduit du fond ainsi que de la céramique à vernis noir du iiie siècle147. Plus haut dans le remplissage se trouvaient des monnaies plus récentes, des fragments architectoniques du péristyle ainsi que des os humains. Les monnaies du fond148 attestent une période d’utilisation de la citerne à partir du milieu du iiie siècle. en plein accord avec la céramique de la pièce 17 et les monnaies de la pièce 11. Parmi les monnaies trouvées dans les parties supérieures du comblement149, la plus récente est une monnaie HISPANORUM datée de ca. 150, voire un peu avant.

  • 150  Ces structures avaient déjà été signalées, quoique plus vaguement, par les fouilleurs de la maison (...)
  • 151  Bell 2011, p. 106, n. 10.
  • 152  Tsakirgis 1984, p. 118, n. 219.
  • 153  Ibid., p. 90-91.
  • 154  Ibid., p. 91-92.
  • 155  Sposito 1995, p. 105-106 ; reconstructions p. 110 ; voir ici fig. 146c.

28La deuxième incertitude sur la maison de Ganymède est liée à son plan : plusieurs vestiges des alentours immédiats posent en effet question quant à leurs relations architecturales avec la maison (fig. 146a). La maison, sous la forme qu’on lui attribue généralement, s’étendait sur un lot et demi dans l’îlot E 2/3s : au nord, dans le lot qu’elle n’occupait qu’à moitié, se trouvait auparavant une maison dont on ne connaît qu’un mur sous le sol de la pièce 18 et une citerne sous la pièce 16, condamnée bien avant la construction de la maison de Ganymède ; le fond du remplissage de la citerne contenait notamment des tessons du ve et du ive siècles150. Selon M. Bell, le lot entièrement occupé par la maison n’a livré aucun autre vestige d’une éventuelle occupation précédente151. D’autre part, des murs qui prolongeaient vers le nord les murs ouest et est de la pièce 15 ont été découverts dans la « tranchée 64 » pratiquée juste au nord de la maison de Ganymède. Aucun passage qui aurait permis de communiquer avec le nord n’a été identifié dans la pièce 15, ni d’ailleurs dans les pièces 16 et 17, mais il en existait peut-être un dans la pièce 18. Dans la même tranchée, deux citernes ont été mises au jour, ce qui permet de supposer l’existence ici d’un espace à l’air libre152 ; l’une d’entre elles a vraisemblablement été condamnée peu avant 211. Un peu plus au nord encore, d’autres restes de murs ont été dégagés dans la « tranchée 65 » : ils étaient trop mal conservés pour être exploitables, mais ils étaient fondés directement sur la roche-mère et avaient la même orientation que les murs des autres maisons de la colline. Des monnaies de Hiéron II ont été retrouvées dans les couches les plus basses153, aucune trouvaille n’allant au-delà de 211. Il y avait donc deux groupes de vestiges : celui des structures du ive siècle sous la partie nord de la maison de Ganymède et celui des structures situées au-delà de la maison, au nord, et antérieures à la fin du iiie siècle. À partir de cette situation, deux restitutions ont été proposées. La première verrait la maison de Ganymède occuper l’espace de deux lots dans le sens sud-nord, comme semblent effectivement le montrer les murs immédiatement au nord de la pièce 15 et le potentiel passage dans la pièce 18, tandis que, dans le lot suivant au nord, se serait trouvée une autre habitation. B. Tsakirgis suggère ainsi d’imaginer un édifice contigu à la maison de Ganymède au nord et doté d’une cour sans portiques (le remplissage des citernes ne contenait aucun élément de colonnade) ; cet édifice était peut-être relié à la maison de Ganymède154, sous réserve qu’il existât bien un passage dans la pièce 18. Dans la deuxième restitution, la maison de Ganymède aurait occupé trois lots dans le sens sud-nord : c’est ce que propose notamment A. Sposito qui regroupe l’intégralité des structures au nord de la maison de Ganymède et les associe à la maison pour former une grande habitation à deux cours indépendantes avec une cour simple au nord et une cour à péristyle au sud155. Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de choisir entre ces deux propositions : la seule chose que l’on puisse dire est que la maison de Ganymède a été implantée vers le milieu du iiie siècle sur un lot inoccupé, accaparant dans le même temps la moitié du lot voisin au nord et détruisant la maison qui s’y trouvait. Il est effectivement possible qu’elle ait été étendue sur ces deux lots, voire sur un troisième au nord : on ne saurait cependant affirmer selon quel plan elle était alors organisée, ni même si cela était en fait le résultat d’une extension.

Fig. 146 - La maison de Ganymède de Morgantina.

Fig. 146 - La maison de Ganymède de Morgantina.

a : localisation dans l’îlot ; b et c : restitutions du plan de la maison

a : Bell 2011, fig. 41 ; b : Tsakirgis 1990, p. 428, fig. 6 ; c : Sposito 1995, p. 106

  • 156  Commentée dans Tsakirgis 1984, p. 125-151, et dans De Miro 1980, p. 734-736. Brève allusion dans S (...)
  • 157  Sjöqvist 1962, p. 139.
  • 158  On a présenté ce type d’arrangement en Dreiraumgruppe en introduction du paragraphe dédié aux « sa (...)
  • 159  La pièce 9 porte des traces de remaniements qui vont dans le sens de cette restitution. Initialeme (...)
  • 160  D’après Stillwell 1963, p. 168, suivi par Tsakirgis 1984, p. 142, et De Miro 1980, p. 734.
  • 161  Signalé seulement dans Tsakirgis 1984, p. 142, et daté par de la céramique à vernis noir de l’époq (...)
  • 162  En l’état, il n’est donc pas possible de dire s’il s’agissait d’un Dreiraumgruppe.
  • 163  Voir n. 161.
  • 164  Les couches les plus tardives trouvées dans ces pièces ne contenaient pas de céramique arétine, ni (...)
  • 165  Sjöqvist 1962, p. 140.
  • 166  En effet les murs plus récents, qui suivaient une grille orthogonale, ont repris exactement les or (...)

29La maison de la Citerne à l’arche156 était une grande demeure sise sur la colline ouest, dans un îlot central (entre les platéiai A et B), le long du sténopos W4 (fig. 147). Sa cour sud, l’une des plus grandes parmi les habitations de Morgantina, a manifestement été remaniée à plusieurs reprises : les pièces 8 et 13 s’avançaient dans l’espace de la cour et, sous cette forme, seraient donc postérieures à la configuration initiale157. Ces deux pièces, avec la pièce 15, méritent effectivement une attention particulière. La pièce 15 donnait directement sur la partie découverte de la cour à péristyle par deux colonnes in antis. Dans un second temps, des passages ont été ménagés entre les pièces 13 et 16, entre la pièce 8 et le promenoir sud du péristyle et entre la pièce 8 et la pièce 9 : dans cette configuration, on ne pouvait accéder à 15, 13 ou 16 qu’en passant au préalable par 8. B. Tsakirgis propose fort justement d’y voir un indice sur la façon dont tout ce secteur était initialement organisé : l’ensemble 8-15-13 devait être un Dreiraumgruppe avec une exèdre au centre (pièce 15) flanquée de deux annexes (pièces 8 et 13) qui ne communiquaient qu’avec elle158. Pour accéder à l’exèdre 15, il fallait donc que le côté est du péristyle soit moins large, par exemple avec un plan à 6 × 4 colonnes, ce qui impliquait que le portique est avait la même largeur que le portique ouest159. La cour nord de la maison de la Citerne à l’arche a elle aussi été remaniée : elle était en effet dotée d’un péristyle à 4 × 3 colonnes avec un portique nord plus profond, un indice clair de la présence antérieure d’une pastas, englobée ensuite dans le péristyle160. Au centre de cette cour, des sondages ont révélé la présence d’habitations du ive siècle voire de la fin du ve siècle ainsi qu’un mur de même époque réutilisé comme fondations par le stylobate nord du péristyle161. À l’arrière du portique nord se trouvait une suite de trois pièces de même profondeur (les pièces 20, 21 et 22), ouvrant toutes trois sur le portique ; seules 20 et 21 communiquaient entre elles162 ; les fouilles dans 22 ont révélé que ses murs étaient fondés sur des murs plus anciens, datés par le même type de céramique que les murs sous le stylobate163. Derrière ces trois pièces se trouvaient à nouveau trois autres pièces (23, 24 et 25), abandonnées au cours de la dernière phase de fréquentation de la maison164 ; chacune de ces pièces communiquait avec la pièce située immédiatement au sud. L’un des principaux intérêts de la maison de la Citerne à l’arche est donc sa longue histoire architecturale, dont les plus anciens témoignages sont des murs retrouvés sous la cour sud et datés du ve siècle notamment par des fragments de céramique attique à figures rouges165, auxquels il faut donc ajouter les vestiges évoqués supra. Ces indices matériels permettent de reconstituer l’histoire de tout ce secteur, car nous aurions là non seulement les traces d’une première occupation de la colline ouest vers la fin du ve siècle, mais également les preuves qu’un plan d’urbanisme régulier avait été mis en place dès cette époque166.

Fig. 147 - Plan de la maison de la Citerne à l’arche de Morgantina.

Fig. 147 - Plan de la maison de la Citerne à l’arche de Morgantina.

D’après Tsakirgis 1990 p. 429, fig. 7

  • 167  Elle est évoquée dans Stillwell 1961, p. 279, et a été plus amplement investiguée dans Stillwell 1 (...)
  • 168  Selon Stillwell 1967, p. 247, et De Miro 1980, p. 731. Elle est de 18 × 30 m dans Sposito 1995, p. (...)
  • 169  Tsakirgis 1984, p. 178.
  • 170  Interprétation partagée par Stillwell 1967, p. 247 ; Tsakirgis 1984, p. 180 ; De Miro 1980, p. 731 (...)
  • 171  Tsakirgis 1984, p. 179. Même interprétation, faite de façon littérale, dans Sposito 1995, p. 115. (...)
  • 172  Comme avancé déjà par De Miro 1980, p. 728, 737.
  • 173  Voir p. 212-213.
  • 174  Tsakirgis 1984, p. 184, 278-279, n. 323.
  • 175  Les restitutions dans Sposito 1995, p. 122-125, postulent l’existence d’une autre maison.
  • 176  Tsakirgis 1984, p. 185 ; Tsakirgis 1990, p. 431, n. 35.
  • 177  Stillwell 1967, p. 248. Ce dernier indice montre que la mosaïque faisait partie d’une phase de rem (...)
  • 178  Voir p. 217-218.

30La maison de Pappalardo167 se trouve sur la colline ouest, le long du sténopos W4, dans la moitié ouest d’un îlot situé entre la platéia B et l’enceinte (fig. 148). Elle occupait une surface d’environ 17 × 30 m168. De l’appareil initial des murs, seuls les socles en blocs taillés sont généralement conservés, les parties en moellons brutes étant des réparations postérieures 169. Sa cour à péristyle était particulièrement spacieuse, son portique nord, notablement plus large que les trois autres, donnant accès à ce qui devait être les pièces principales de la maison170. B. Tsakirgis assimile ce portique à une « véritable pastas » au sens défini par D.M. Robinson et J.W. Graham pour les maisons d’Olynthe171. Cette interprétation me semble contestable car, dans cette configuration précise, ce portique n’était pas une pastas mais plutôt une ancienne pastas reprise par la suite dans un péristyle dont elle formait alors le portique nord172 : il s’agit en fait du même processus que celui mis en évidence pour la partie nord de la maison de la Citerne à l’arche173. De l’autre côté de la maison un étroit couloir, fermé aux deux extrémités par des portes, s’étirait entre le promenoir sud et la limite sud de la maison. Ce dernier élément intrigue et peut suggérer que la maison de Pappalardo était peut-être plus étendue : le mur ouest de la maison se prolongeait en effet vers le sud et il y avait là une pièce avec un seuil et un sol en béton de tuileau près de l’angle sud-est de la maison (non visibles sur la fig. 148). Cette zone a été peu fouillée et l’espace éventuellement disponible pour une autre construction devait être très réduit car le niveau du terrain chute ensuite brusquement : B. Tsakirgis propose de restituer contre la limite sud de la maison de Pappalardo un ancien ambitus transversal, accaparé par la suite et dont on aurait alors bouché les deux extrémités. Comme elle l’admet cependant, aucun autre ambitus transversal n’a été attesté à Morgantina174. In fine, la question de savoir s’il y avait effectivement une autre petite maison au sud ou s’il s’agissait toujours de la maison de Pappalardo n’est pas résolue175. Cependant, les fouilles de la maison ont clairement fait ressortir l’existence de deux phases, correspondant l’une à la construction et l’autre à des remaniements. À la première phase appartenaient des morceaux de céramique à vernis noir métallique trouvés sous le béton du portique est et datés de la fin du ive ou du tout début du iiie siècle176. La seconde phase a été attestée grâce à des sondages dans le vestibule et à la découverte de Campanienne C sous la mosaïque177 de la pièce 1. Cette hypothèse sur les deux états de la maison de Pappalardo est cohérente avec l’existence d’une pastas avant le péristyle et autorise des projections sur la configuration initiale de l’îlot et sur son évolution178.

Fig. 148 - Plans de la maison du Palmento et de la maison de Pappalardo de Morgantina.

Fig. 148 - Plans de la maison du Palmento et de la maison de Pappalardo de Morgantina.

DAO F. Mège sur extrait de Bell 1981, Pl. 2

  • 179  Le résultat des fouilles est rapidement mentionné dans Stillwell 1967, p. 247. Description dans Ts (...)
  • 180  Tsakirgis 1984, p. 177.

31La maison du Palmento était mitoyenne de la maison de Pappalardo au nord (fig. 148)179. L’accès se faisait également depuis le sténopos W4 par un étroit couloir qui menait dans une cour centrale. Cette maison est un exemple d’habitation à cour simple, troisième des types de planimétrie identifiés à Morgantina (avec le plan à péristyle et le plan à pastas). Les seules données que nous ayons pour déterminer sa chronologie sont la technique des murs, en fragments de tuiles et moellons irréguliers, et le fait que ces murs étaient adossés au mur nord de la maison de Pappalardo : ces éléments plaideraient180 pour une construction de la maison du Palmento après la destruction de Morgantina en 211.

  • 181  Voir p. 27.
  • 182  C’est à la fin des années 1950 que l’hypothèse d’une influence de Timoléon sur l’urbanisation de M (...)
  • 183  Stillwell 1967, p. 249. Le tyran syracusain était alors tenu par les chercheurs comme étant égalem (...)
  • 184  Bell et Holloway 1988, p. 314-316.
  • 185  Les mesures du schéma urbain de Morgantina sont aujourd’hui établies comme suit et rapportées à l’ (...)
  • 186  La partie sud de la fortification, à l’ouest de l’agora, consiste en un mur à double parement de b (...)
  • 187  Voir la mise au point au chap. 9, p. 251-252.

32Certains des éléments que l’on vient de mettre en évidence donnent des indications sur l’urbanisme de Morgantina aux époques classique et surtout hellénistique. Il y a eu auparavant diverses hypothèses faites sur la mise en place du plan régulier découvert sur les collines de Serra Orlando, depuis le début des fouilles américaines en 1955 jusqu’à récemment (avec parfois de vives remises en question)181. Ainsi, l’attribution du plan d’urbanisme régulier de Serra Orlando à Timoléon a longtemps été la théorie privilégiée par les chercheurs américains182, de même que l’idée d’une destruction partielle de Morgantina dans les dernières années du ive siècle (au début du règne d’Agathocle), qui n’aurait pas été documentée par les textes183. La reprise des fouilles systématiques dans les années quatre-vingt a considérablement renouvelé cette vision : M. Bell et R.R. Holloway ont alors soutenu l’hypothèse selon laquelle le plan d’urbanisme orthogonal avait été mis en place vers le milieu du ve siècle, faisant de celui-ci l’un des plus anciens de Sicile centrale. Après que La Cittadella a été désertée, probablement suite à la conquête de Ducétios en 459, la ville aurait été réorganisée à Serra Orlando selon ce plan régulier (et peut-être même à l’initiative de Ducétios). Il aurait toutefois fallu attendre le iiie siècle et l’avènement de Hiéron II pour voir une occupation substantielle de cette maille urbaine avant que la ville ne connaisse une décadence progressive après 211, jusqu’à son abandon définitif au ier siècle apr. J.-C.184. Cette théorie n’a été que légèrement réajustée depuis : la date de « refondation de Morgantina » dans le secteur de Serra Orlando est désormais placée plutôt dans le troisième quart du ve siècle185. C’est finalement l’attribution des fortifications à l’époque de Timoléon qui semble être la plus consensuelle, bien que celle-ci puisse être quelque peu affinée à mon sens186. La construction de l’enceinte est chronologiquement encadrée par une limite post quem (issue du matériel trouvé dans son remplissage) et par une limite ante quem (déterminée à partir du mobilier des tombes situées immédiatement à l’extérieur de cette enceinte). Toutes deux font appel à des comparaisons strictes avec les trouvailles des fouilles Adamesteanu/Orlandini à Butera et à Géla. Or il y a désormais lieu de remettre en cause les attributions à l’époque de Timoléon de plusieurs catégories d’objets, notamment certains vases à vernis noir et certaines céramiques à figures rouges sicéliotes ou à rehauts colorés187. Il est donc possible que l’enceinte date d’une période antérieure à la venue de Timoléon, et ce d’autant plus si l’on considère que l’organisation régulière de Morgantina remonte en fait à la deuxième moitié du ve siècle, comme on va le voir plus loin.

  • 188  Outre les murs évoqués précédemment, on peut citer un grand bâtiment situé au nord-est de l’agora, (...)
  • 189  Voir n. 185.
  • 190  Certaines de ces observations nous avaient été signalées (à H. Tréziny et moi-même) par M. Bell lo (...)
  • 191  Lucore 2013 p. 161-162, fig. 8-9.

33La deuxième moitié du ve siècle représente quoi qu’il en soit une période charnière pour l’habitat de Morgantina, bien que la mise en place du schéma urbain régulier à cette époque ait laissé peu de témoignages directs188. Malgré tout, cet urbanisme du ve siècle transparaît encore dans certaines structures postérieures qui se sont insérées dans les lots de la ville classique, comme la maison de Ganymède. Il y en a d’autres : en effet, si on applique aux habitations du quartier ouest une grille construite à partir du modèle défini par M. Bell189, on s’aperçoit que certains murs de la maison des Chapiteaux toscans suivaient exactement les limites de lots, de même que le mur mitoyen entre la maison du Palmento et la maison de Pappalardo ainsi que les murs des pièces 20-21-22 de la cour nord de la maison de la Citerne à l’arche (fig. 149)190. Ce n’est toutefois pas le cas pour tous les murs de façade des maisons, notamment ceux de la maison du Magistrat, légèrement en oblique par rapport à la grille. Ces distorsions apparaissent aussi sur la colline est où l’orientation de la grille n’est pas exactement la même que sur la colline ouest (fig. 146), mais également à l’extrémité ouest du site où les bains nord et les bains sud possèdent des implantations légèrement divergentes du reste de la grille191. Ces décalages ne doivent toutefois pas surprendre tant il semblerait compliqué que l’on ait pu appliquer rigoureusement la même grille orthogonale d’un bout à l’autre d’un site aussi étendu et accidenté. Malgré ces réserves, la modélisation du plan urbain du ve siècle définie par M. Bell me semble parfaitement valide.

Fig. 149 - Schéma de l’urbanisme du ve siècle dans le quartier ouest de Morgantina.

Fig. 149 - Schéma de l’urbanisme du ve siècle dans le quartier ouest de Morgantina.

En rouge : lots du ve siècle

DAO F. Mège sur Bell 1981, pl. 2

  • 192  Mais aussi la maison du Magistrat et la maison du Chapiteau dorique.

L’autre période remarquable de l’habitat de Morgantina se produisit au iiie siècle et elle est incarnée par la création de grandes demeures comme la maison de la Citerne à l’arche et la maison de Ganymède192. Ces maisons ont été conçues en accaparant des surfaces correspondant à plusieurs anciens lots du ve siècle (fig. 150). Pourtant, on ne manquera pas de noter que les rues définies à la fin du ve siècle n’ont pas varié : par conséquent, les façades des maisons situées sur le bord d’une platéia ou d’un sténopos n’ont jamais dépassé cette limite.

Fig. 150 - Schéma de l’urbanisme des iiie et iie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.

Fig. 150 - Schéma de l’urbanisme des iiie et iie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.

Rouge : lots du ve siècle ; bleu : maisons des iiie et iie siècles

DAO F. Mège sur Bell 1981, pl. 2

  • 193  Voir p. 208.

34Entre ces deux périodes bien identifiées de l’habitat de Morgantina figure néanmoins un moment intermédiaire, difficilement perceptible : c’est à celui-ci que fait sans doute allusion E. De Miro lorsqu’il écrit que la typologie des maisons de Morgantina serait passée d’un plan « à pastas » à la fin du ive siècle à un plan à « cour centrale » au iiie siècle193. Cette idée, à peine esquissée, mérite d’être développée : de fait, je pense déceler en plusieurs endroits les traces de cette organisation intermédiaire (fig. 151).

Fig. 151 - Schéma de l’urbanisme des ive et iiie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.

Fig. 151 - Schéma de l’urbanisme des ive et iiie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.

Rouge : lots du ve siècle ; vert : les maisons des ive et iiie siècles

DAO F. Mège sur Bell 1981, pl. 2

  • 194  Voir p. 212-213.
  • 195  Les pièces 23-24-25 me semblent difficilement compatibles avec le schéma de cette maison et devaie (...)
  • 196  Les dimensions que je restitue pour le péristyle sont basées sur la reconstruction de B. Tsakirgis (...)
  • 197  Soit une surface d’environ 22 × 18,50 m.
  • 198  La limite nord de la maison de Pappalardo correspond en fait à une limite de lot du ve siècle : ce (...)
  • 199  Voir p. 213-214.
  • 200  Tsakirgis 1990, p. 434.
  • 201  Datation par analogie avec la maison de la Citerne à l’arche et la maison du Magistrat (ibid., p.  (...)
  • 202  Tsakirgis 1984, p. 186-206 ; Tsakirgis 1990, p. 432.

35Tout d’abord, on a vu que la cour sud de la maison de la Citerne à l’arche était initialement organisée autour d’un péristyle complet tandis que la cour nord comportait les indices de la présence d’une ancienne pastas194. Je suggère donc d’attribuer la cour à péristyle complet à une habitation indépendante (plutôt qu’à un premier état de la maison de la Citerne à l’arche) et la pastas à une autre habitation indépendante, la séparation entre les deux maisons se trouvant exactement au même niveau qu’entre les futures cours nord et sud de la maison de la Citerne à l’arche. Il y aurait donc eu à un moment donné deux maisons mitoyennes organisées de la façon suivante (fig. 147 et 151). Une maison à pastas au nord avec les pièces 20-21-22, la pastas et les pièces 26 et 27 aux extrémités, le reste étant dévolu à une cour dans laquelle se trouvaient peut-être d’autres pièces195 ; cette maison aurait occupé une surface d’environ 16,50 × 18,50 m avec environ 3,05 m de largeur pour la pastas et 7,30 m pour la cour. Au sud, une maison occupant une surface totale de 20,50 × 18,50 m avec un péristyle d’environ 13,50 × 8 m (dont 9,70 × 4,50 m pour la cour196). La limite sud de la maison à péristyle aurait été située au niveau du fond du promenoir sud et du mur sud de la pièce 8, ce qui laisserait un espace suffisant pour une autre maison au sud197. D’autre part, dans le secteur occupé plus tard par la maison de Pappalardo198, on peut également supposer qu’il y avait deux maisons distinctes (fig. 148 et 151). On peut restituer ainsi une maison à pastas P2, dont la limite nord serait identique à celle de la future maison de Pappalardo, avec : une partie nord correspondant aux pièces 1 à 6 de la maison de Pappalardo, une pastas (portique nord de la maison de Pappalardo) et une cour avec les pièces 7 et 8 sur le côté est. La limite sud de P2 correspondrait au mur nord des pièces 9 à 13. L’ensemble donnerait pour cette maison une surface totale d’environ 22,7 × 18,30 m dont 4,50 m pour la pastas et 10,05 m pour la cour. Au sud, on peut placer une autre maison à pastas P1 de plan rigoureusement similaire à la précédente, avec une partie nord constituée par les pièces 9 à 13, soit une largeur d’environ 7,50 m, comparable à celle des pièces 1 à 6 (7,70 m). Cette hypothèse des deux maisons à pastas apporte une solution à la question des vestiges au sud de la maison de Pappalardo et elle permet également de rendre compte des deux états de la maison de Pappalardo mis en évidence par les recherches199. Au nord de P2, à l’emplacement des futures maison du Pithos rapiécé et maison du Palmento, la situation est un peu plus floue. La maison du Pithos rapiécé et la maison du Palmento datent en tant que telles du iie siècle200 : la séparation entre ces deux maisons daterait donc de la même époque. Par conséquent, il semble plausible que, dans cette partie nord de l’îlot, à l’époque des maisons à pastas P1 et P2, il y ait eu deux autres habitations, dont on ignore la planimétrie mais qui occupaient encore les limites des lots du ve siècle (fig. 151). La permanence du lotissement du ve siècle se perçoit également de l’autre côté du sténopos W4, dans le demi-îlot est. Ici se trouvaient en particulier la maison des Chapiteaux toscans et la maison sud-ouest. Cette dernière était une maison à péristyle qui occupait l’équivalent d’un lot et demi et qui aurait été construite au iiie siècle201.Au iie siècle a été créée au nord l’imposante maison des Chapiteaux toscans : cette dernière n’a pas été entièrement dégagée, mais elle devait probablement s’étendre sur toute la largeur de l’îlot ; en longueur, elle occupait presque deux lots et demi et jouxtait la maison sud-ouest202. Or certains murs intérieurs de la maison des Chapiteaux toscans suivent exactement des limites de lots du ve siècle : ces murs intérieurs, ou plutôt leurs fondations, ont donc pu réutiliser les murs des habitations auparavant installées sur ces lots. Au iiie siècle, au moment de la conception de la maison sud-ouest, a eu lieu un redécoupage qui a dû conduire à la configuration suivante, du nord vers le sud (fig. 151) : une maison d’environ 17,70 × 18,80 m (soit un lot), une deuxième d’environ 24,50 × 18,80 m puis la maison Sud-Ouest (28,70 × 18,80 m). Finalement, au iie siècle, la deuxième maison a été absorbée par la maison des Chapiteaux toscans.

  • 203  Les limites des ambitus longitudinaux ont manifestement été observées durant un certain temps. De (...)
  • 204  La maison d’Eupolémos est à ce jour la plus ancienne maison de Morgantina qui ait conservé son pla (...)
  • 205  Bell 2011, p. 106, n. 9.
  • 206  Voir supra ; références dans Sjöqvist 1962, p. 142 et Stillwell 1967, p. 249.

36Dans cette organisation « d’époque intermédiaire », les limites des lots du ve siècle n’étaient donc plus systématiquement respectées, comme on l’a également vu avec la maison de Ganymède203. Ainsi, des maisons à pastas ont pu cohabiter avec les premières maisons à péristyle tandis que des habitations certainement très similaires à celles du ve siècle devaient s’élever là où les limites de lots étaient encore valides204. Cette vision hypothétique de la phase intermédiaire de l’occupation urbaine de Morgantina cherche avant tout à mettre en évidence la continuité architecturale entre les maisons des différentes époques. L’existence de cette phase intermédiaire me semble être étayée par certains faits archéologiques. Elle permet d’expliquer de façon cohérente comment des maisons strictement confinées à un espace donné ont pu évoluer en l’espace de deux siècles, parfois moins, vers de grandes demeures étirées sur plusieurs lots. Selon M. Bell, ce type d’implantation ne se rencontrerait pas à Morgantina avant 300 environ205. Rappelons d’autre part que plusieurs indices trouvés dans les maisons avaient d’abord fait pencher les fouilleurs pour une mise en place du plan orthogonal au ive siècle206. Sans de nouvelles fouilles, il semble difficile d’être plus précis sur la datation de cette période intermédiaire et on doit donc se contenter d’un intervalle chronologique large qui couvre l’ensemble du ive siècle.

Agrigente

  • 207  À part pour la typologie des maisons, voir ici et p. 177-180.

37Agrigente offre un bon exemple de la permanence à l’époque hellénistique d’un urbanisme régulier et orthogonal mis en place à la fin de l’époque archaïque. Au sein de cette histoire urbaine il est, je crois, essentiel d’insister sur le quartier mis au jour près de la porte II, dont l’îlot I constitue indubitablement un chaînon manquant et une source de comparaison pour certains éléments d’architecture domestique et de mobilier (fig. 152). Quant au quartier « hellénistico-romain », qui recèle une architecture domestique dont la richesse et la sophistication sont d’un grand intérêt pour la discipline, il me semble trop tardif pour être véritablement pris en compte dans notre cadre chronologique207 : les différents états des maisons mises en évidence se situent en effet entre la fin du iie siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C.

Fig. 152 - Plan d’Agrigente.

Fig. 152 - Plan d’Agrigente.

DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)

  • 208  La datation précise de ce plan n’a pas pu être établie malgré les sondages stratigraphiques. Cepen (...)
  • 209  Di Vita 1996, p. 296-297.
  • 210  De Miro 2009, p. 410.
  • 211  Les platéiai font un angle de 10° par rapport à l’axe est-ouest (ibid., p. 409).

38Le schéma urbain d’Agrigente, que l’on connaît en majeure partie par des reconstitutions208, a été vraisemblablement mis en place à la fin du vie siècle : il comprenait six platéiai larges d’environ 7 m (sauf les principales, la II et la IV, plus larges) et un nombre indéterminé de sténopoi. La platéia II reliait la porte II à la porte V : elle était large de 12 m et était recoupée par des sténopoi perpendiculaires de 5,50 m de largeur en moyenne209. La ville hellénistique s’est développée dans le cadre « conditionnant » de cet urbanisme, avec des terrasses qui descendaient du rocher Athénéa au nord vers la colline des Temples au sud : la plus basse était limitée au nord par la platéia II et comportait à l’ouest ladite « agora inférieure » et les anciens sanctuaires archaïques ; la suivante devait accueillir notamment le gymnase ; enfin, une troisième abritait la dénommée « agora supérieure » et des quartiers résidentiels, en particulier le quartier « hellénistico-romain ». Ce type d’organisation étagé, adapté à la nature du terrain tout en conservant un schéma orthogonal, avec une répartition bien définie des différents espaces (civiques, religieux, habitat), s’inspire clairement des modèles hellénistiques d’Asie Mineure, notamment de Priène et de Milet210. Cette grille urbaine suit deux orientations principales légèrement divergentes entre elles. Dans les moitiés est et sud de la ville, c’est-à-dire à l’est et au sud de « l’agora supérieure », les îlots sont plutôt orientés N/NO-S/SE211 : ce sont les orientations du quartier « hellénistico-romain », mais également celles de l’îlot I de la porte II ; dans le quadrant nord-ouest de la ville, l’orientation était plus franchement NO-SE.

  • 212  La première couvre la majeure partie du vie siècle avant que ses structures soient détruites ; s’e (...)
  • 213  Ce sont les maisons I C, II H, II I, III A, III B, III F, III G, III I et III L.
  • 214  Voir partie 2, p. 177-178.
  • 215  Il s’agit au total de dix-huit maisons sur les vingt-neuf du quartier. Curieusement, E. De Miro af (...)
  • 216  Voir p. 138-139.
  • 217  De Miro 2009, p. 387. Ces maisons à péristyle sont la maison I A (8 × 7), la maison II A (7 × 5), (...)
  • 218  Voir p. 107.
  • 219  De Miro 2009, p. 391-393.

39Le quartier dit « hellénistico-romain » a été systématiquement fouillé pendant plusieurs décennies et son histoire montre une continuité d’occupation remarquable, avec plusieurs périodes aujourd’hui assez bien définies212. Il est également intéressant de relever que plusieurs types bien caractérisés de maisons se sont côtoyés dans la dernière période d’occupation (iie siècle av. J.-C. au iie siècle apr. J.-C.). Le type à pastas transparaît dans les phases d’époque romaine de plusieurs maisons du quartier hellénistico-romain213, incarnant une sorte de conservatisme architectural qui ne manque pas d’intérêt214. La cour simple, définie comme un espace ouvert, central et sans décorations, semble avoir été présente dans la plupart des maisons du quartier, pour certaines dès leur phase initiale (maisons I B, III A, III B et III I). Leur forme était quadrangulaire et elles occupaient environ la moitié de la surface au sol ; les cours rectangulaires étaient toujours conçues avec le long côté parallèle à la rue215. Il y avait enfin un nombre conséquent de péristyles qui suivaient des agencements divers. La plupart étaient des péristyles complets, avec un nombre de colonnes variables sur les deux côtés. Il y avait néanmoins un péristyle incomplet dans la maison III I qui ne comportait qu’un seul long côté de sept colonnes tandis que les deux petits côtés en comptaient trois chacun : c’est une configuration qui peut rappeler la maison XV B de Mégara216. E. De Miro souligne néanmoins le peu d’exemples de grands péristyles dans les maisons siciliennes en général217. Enfin, les pièces dites « résidentielles » ont souvent été identifiées comme telles par leur planimétrie et leur positionnement (comme on l’a fait à Mégara)218. Elles étaient généralement situées au nord de la cour mais certaines pièces d’importance se trouvaient aussi sur les côtés sud et est ; les plus caractéristiques étaient les tricliniums, reconnaissables par leur mosaïque centrale ou leur antichambre, et les exèdres, largement ouvertes sur le péristyle219.

  • 220  Le secteur de la porte II avait déjà été exploré auparavant et des indices d’activités cultuelles (...)
  • 221  Au sud de l’îlot I, la situation est plus confuse en raison de la présence de la porte II. D. De O (...)
  • 222  C’est une situation que l’on trouve également à Camarine, par exemple dans l’îlot C44 (voir Tourny (...)
  • 223  De Orsola 1991, p. 73-74.

40Les vestiges d’habitations les plus à même de nous intéresser directement sont néanmoins ceux de l’îlot I de la porte II, fouillés par D. De Orsola220. La situation topographique de l’îlot I est significative car il s’insérait dans la même maille urbaine que celle du quartier « hellénistico-romain ». L’îlot était ainsi encadré par deux sténopoi (le I et le II), larges chacun de 5,50 m et écartés de 35 m l’un de l’autre (fig. 153). En direction du nord, ces deux axes devaient probablement recouper à angle droit la platéia III qui reliait la porte I à « l’agora supérieure » en desservant au passage le quartier « hellénistico-romain » (fig. 152)221. Deux phases ont été reconnues : une implantation au ve siècle puis une réimplantation dans le courant du ive siècle qui reprenait l’organisation précédente quasiment sans la modifier. Dans la largeur, l’îlot s’étendait sur deux terrasses successives séparées par un ambitus de 0,50 m de large qui servait autant à évacuer les eaux qu’à rattraper le dénivelé222 : on peut donc qualifier la terrasse inférieure de « demi-îlot ouest » et la terrasse supérieure de « demi-îlot est ». Les structures du demi-îlot ouest sont très mal conservées tandis que celles du demi-îlot est révèlent quatre noyaux d’habitat distincts ainsi que plusieurs espaces libres. À travers l’organisation de ces structures apparaît une division régulière de l’espace selon des lots de deux types, alternativement disposés dans la longueur de l’îlot (fig. 153) : quatre d’entre eux étaient carrés (17,50 × 17,50 m) et les trois autres étaient rectangulaires (17,05 × 9,50 m). La même organisation a été repérée dans le demi-îlot ouest. Les unités d’habitat occupaient des surfaces de différentes tailles, séparées entre elles par des conduites d’évacuation ; les maisons A, E et C représentaient trois types de planimétrie différents. La maison A s’étageait sur deux niveaux différents avec des pièces sur les ailes nord et est ; la cour centrale communiquait avec un autre espace découvert en forme de L. La maison C n’est que partiellement connue, mais la distribution de l’espace y apparaît plus simple avec une partie septentrionale très similaire à celle de la maison A. La maison E, de plan rectangulaire, était organisée autour de deux cours en L disposées tête-bêche, avec deux petites pièces au sud. Ce type de cour en L située en bordure des maisons sur le côté sud apparaît donc comme un élément récurrent des structures d’habitat de l’îlot I mais il a également été identifié dans des maisons du secteur ouest de la ville223.

Fig. 153 - Le quartier de la porte II d’Agrigente.

Fig. 153 - Le quartier de la porte II d’Agrigente.

a : De Orsola 1991, p. 76, fig. 3 ; b : DAO F. Mège sur De Orsola 1991, p. 75, fig. 2

  • 224  La plupart de ces murs sont d’ailleurs construits dans un appareil qualifié d’« a pseudo telaio » (...)
  • 225  Liste complète et commentaires : ibid., p. 82-102.
  • 226  Ibid., p. 102-103.
  • 227 E. De Miro divise en effet l’histoire d’Agrigente à l’époque hellénistique en deux périodes princip (...)

41La phase du ve siècle, la première de l’îlot I, est évanescente et ne se voit qu’à travers la stratigraphie et le mobilier ainsi que les solins des murs, directement taillés dans le substrat. La phase de réimplantation du ive siècle offre plus d’éléments sur les techniques de construction, notamment les murs, aux appareils très irréguliers, mettant en œuvre des galets, des éclats d’arenaria et de nombreux matériaux remployés (fragments de tuiles, blocs quadrangulaires de dimensions diverses), liés ensemble par un mortier de terre ; ces remplois étaient en grande partie issus des structures précédentes224. Le répertoire du mobilier couvre un intervalle chronologique qui va de la fin du ve siècle au milieu du iiie siècle, l’ultime phase de fréquentation de la fin ive-début iiie siècle étant naturellement la mieux représentée225. Dans ses conclusions historiques, D. De Orsola suggère de placer la première implantation du quartier à la fin du vie ou au début du ve siècle et sa destruction en 409 lors de l’attaque de Carthage. La deuxième implantation ne peut être datée que largement au ive siècle, faute d’éléments plus précis, tandis que la fin de l’occupation et la destruction du quartier, probablement par Rome, se situerait vers le milieu du iiie siècle, aux commencements de la première guerre punique226. E. De Miro place lui cette deuxième occupation dans un intervalle chronologique qu’il appelle « période proto-hellénistique d’Agrigente » et qu’il situe aux iv-iiie siècles227.

  • 228  De Orsola 1991, p. 84-85.
  • 229  Voir p. 190-191.
  • 230  De Orsola 1991, p. 82.
  • 231  Ibid., p. 90-95.
  • 232  Voir p. 191.

42Plusieurs données retiennent ici l’intérêt. Je ne m’attarderai pas sur la chronologie de la réoccupation du quartier, difficile à préciser, mais je voudrais simplement retenir qu’aucune hypothèse n’est exclue, y compris celle d’une nouvelle implantation dès le début du ive siècle Certains objets présentés parmi le matériel publié pour la maison A attirent d’ailleurs l’attention228 : il s’agit notamment d’unguentaria piriformes, de petites cruches, olpès, skyphos et pyxis miniatures ainsi que des lampes et une statuette de femme accoudée trouvées dans la couche 3 de la pièce A6. Cette association d’objets évoque fortement des mobiliers funéraires, comme ceux signalés dans le secteur de la villa Iacona à Géla229, et appelle deux commentaires. Le premier est que dans ce quartier à vocation clairement artisanale230, la maison A était peut-être un atelier plus particulièrement spécialisé dans la production d’objets à destinations funéraire et cultuelle231 (on trouve beaucoup d’oscillae, de bustes et de statuettes dans les pièces A7 et A8, toujours dans la couche 3). La seconde remarque porte sur la chronologie de ces assortiments d’objets : ceux des pièces A7 et A8 pourraient être rapprochés d’autres, à Géla, traditionnellement attribués au troisième quart du ive siècle mais certainement plus anciens d’une cinquantaine d’années232. La position de la couche 3 dans la séquence stratigraphique n’est malheureusement pas précisée mais, s’il s’agit bien d’une couche différente du dernier niveau de circulation (ce que l’on croit comprendre), elle pourrait se rapporter aux premiers temps de la réinstallation.

  • 233  Voir p. 194-196.
  • 234  De Orsola 1991, p. 80.
  • 235  Ibid., p. 78, 80.
  • 236  Voir p. 195-196.
  • 237  Voir n. 185, p. 215.
  • 238  Voir p. 198-199.
  • 239  De Orsola 1991, p. 97.
  • 240  Le type d’appareil a telaio est discuté en partie 2 (p. 45-46). Quant à l’expression « a pseudo te (...)
  • 241  De Miro 2006, p. 77.
  • 242  Voir p. 233-234.

43Le lotissement de l’îlot I constitue un autre élément intéressant : le découpage alterné des lots selon deux modules et la répartition des demi-îlots sur des terrasses différentes ressemble à une situation bien étudiée à Camarine233. Les lots 1 et 5 (module 17,50 × 9,50 m) n’étaient pas occupés, contrairement au lot 3, et sont interprétés comme de possibles enclos pour les animaux ou bien des puits de lumière234. Comme à Camarine, on s’explique mal ici l’alternance de ces deux modules, d’autant que l’un fait la moitié de l’autre. Il est donc bien possible que les lots de petit module aient été utilisés comme des annexes pour chaque habitation, le lot 2 (maison A) fonctionnant alors avec le lot 3 (maison E, vraisemblablement construite à la fin du ive siècle) et le lot 4 (maison C) avec le lot 5, ce que la situation des vestiges n’interdit pas, si l’on restitue de possibles passages235 entre 2-3 et 4-5. En guise d’ultime remarque sur le sujet, précisons que les lots de grand module (17,50 × 17,50 m) avaient des dimensions comparables à ceux de Camarine (17-17,60 × 13,10-13,90 m)236, mais aussi de Morgantina (17,71 × 18,80 m)237 et de Tyndaris (17,45 × 14,15 m)238. Pour terminer ces observations, je reviendrai sur une hypothèse intrigante émise par D. De Orsola à propos de la présence d’éléments carthaginois à Agrigente au ive siècle, en raison de certaines céramiques typiques de la culture punique retrouvées dans la maison A239, toujours dans la couche 3 des pièces A6, A7 et A8. À l’appui de cette hypothèse pourraient concourir ces murs a pseudo telaio utilisés dans les structures réoccupant l’îlot I au ive siècle : on a déjà discuté de cette technique particulière en soulignant effectivement que l’appareil a telaio ou pseudo a telaio était souvent lié au remploi d’éléments récupérés sur des murs détruits mais qu’il portait néanmoins une connotation punique indubitable240. À Agrigente, il n’est connu pour le moment que dans les maisons de l’îlot I241. Enfin, les cours en forme de L des maisons A et E rappellent les maisons de types 2 à Sélinonte242. Il ne serait donc pas incongru de proposer effectivement que, parmi les habitants qui se réinstallèrent dans ce quartier, figuraient des groupes puniques. Les mêmes indices qui supportent cette idée iraient également dans le sens d’une installation au début du ive siècle.

  • 243  De Miro 2006, p. 77.

44Après la destruction du quartier de la porte II au cours de la première moitié du iiie siècle et avant la mise en place du quartier « hellénistico-romain » dans la deuxième moitié du iie siècle, l’occupation d’Agrigente semble marquer le pas et présente un très net recul, compte tenu de la pauvreté des témoignages archéologiques. Ce hiatus, qui fait ressortir d’autant la période d’occupation ininterrompue entre le vie et le milieu du iiie siècle, apparaît comme une incongruité dans la Sicile de l’époque : pour reprendre l’observation d’E. De Miro, « l’exaltation de l’hellénisme sicilien » qui avait cours à Syracuse et dans les villes du royaume de Hiéron II au iiie siècle semble avoir peu concerné Agrigente243. On ajoutera simplement que d’autres villes, dans d’autres territoires, ont également connu cette période florissante du iiie siècle : Camarine, Monte Iato et Tyndaris, voire Géla, Solonte (avec les incertitudes de datations), ainsi que Morgantina (si on veut l’exclure du royaume de Hiéron II).

Monte Iato

  • 244  Voir partie 1, p. 26-27.
  • 245  Voir p. 105.

45À Monte Iato, les remarquables édifices publics de l’agora, dont la construction semble s’être déroulée tout au long de l’époque hellénistique, montrent que la ville faisait alors partie d’une koinè méditerranéenne de matrice hellénique (fig. 154). D’abord en raison de ces monuments aussi symboliques que peuvent être le bouleuterion, le théâtre (donc probable ekklesiasterion) et les stoai, certains d’entre eux ayant été construits dès la fin du ive siècle244. Par ses maisons à péristyle ensuite, dont le degré d’élaboration et de sophistication fait d’elles des modèles du genre dans l’architecture domestique sicilienne ; cela montre en tout cas la pénétration en Sicile hellénistique de ces raffinements architecturaux que sont les cours à péristyle et les groupements de pièces de prestige richement décorées, bien implantés en Macédoine dès la fin du ive siècle (Dreiraumgruppen)245.

Fig. 154 - Plan de Monte Iato.

Fig. 154 - Plan de Monte Iato.

DAO F. Mège sur Isler 1997a, Ausbildung 6,1

  • 246  Brem 2000 ; Dalcher 1994.
  • 247  Dalcher 1994, p. 82 ; tableau des intervalles chronologiques (p. 82-85) ; catalogue du mobilier (p (...)
  • 248  Voir p. 26 et p. 226.
  • 249  Russenberger 2013, p. 191-192.
  • 250  Ibid., p. 197-198. Ce TPQ pour la construction de la MP2 constitué par ces structures avait déjà é (...)
  • 251  Isler 2011b, p. 158, 165 ; Isler 1997a, p. 35.

46Pour autant, il m’apparaît assez clairement que les maisons à péristyle de Monte Iato sont nettement plus récentes que leurs « modèles macédoniens » et qu’elles émanent plutôt d’un phénomène se développant en Sicile durant les iiie et iie siècles. La mieux connue d’entre toutes est sans conteste la maison à Péristyle 1 (MP1) à laquelle deux monographies ont été intégralement consacrées246. Les données chronologiques issues des fouilles stratigraphiques, publiées par K. Dalcher247, confirment selon l’auteure une construction de la maison autour de 300 av. J.-C. On a déjà pointé précédemment la discordance de cette datation avec celle des décors, comme l’ont relevé plusieurs chercheurs248. C’est pourtant l’interprétation des données stratigraphiques qui me poussent à avancer une autre date pour la construction de la MP1, là où K. Dalcher conclut de manière un peu surprenante qu’aucun des cent vingt-trois éléments du mobilier utilisés pour dater la première phase de la maison ne date d’après 300 av. J.-C. Au contraire, la majorité du matériel publié est située, selon ses indications, dans un intervalle chronologique correspondant à la première moitié du iiie siècle, quelques-uns pouvant même aller jusque dans la deuxième moitié. Il me semble donc plus logique de situer la construction de la MP1 autour du milieu du iiie siècle. En revanche, je suis les conclusions de K. Dalcher lorsqu’elle date la phase d’extension et de remaniements majeurs (deuxième phase) autour de 200. La maison à Péristyle 2 (MP2), située à une centaine de mètres à l’ouest de la MP1, pourrait quant à elle avoir été conçue d’un seul tenant, même si les liaisons architecturales entre les parties ouest et est n’ont pas encore été établies249. Les fouilleurs supposent que la construction de la MP2 serait intervenue dans le deuxième quart du iie siècle, en tout cas après 250, si l’on se fie aux déblais qui recouvraient les structures précédentes, détruites lors de la construction de la MP2 : ces déblais pourraient alors provenir du creusement des tranchées de fondation de notre maison250. Des autres maisons à péristyle repérées à Monte Iato, seules la maison à Péristyle E1 et la maison à Péristyle E2 (MPE1 et MPE2) semblent en mesure de livrer des éléments exploitables quant à leur architecture et leur planimétrie. Pour autant, les indications chronologiques fermes manquent encore et on ne peut que souligner, à la suite de H.P. Isler, les ressemblances entre toutes ces habitations, en particulier au niveau de leurs cours à péristyles (dallage de la cour et béton de tuileau à tesselles des promenoirs), signe peut-être de leur contemporanéité251. Si l’on reprend cet argument en tenant compte des chronologies de la MP1 et de la MP2, alors il nous faut conclure que les maisons à péristyle de Monte Iato sont dans leur ensemble un phénomène certainement commencé vers le milieu du iiie siècle et amplifié au cours du siècle suivant.

  • 252  Cet axe suit un tracé sinueux et vallonné, bien adapté à la configuration du terrain, mais qui, te (...)
  • 253  Ibid., p. 154, 156.

47Il y a malheureusement assez peu d’éléments sur l’organisation urbaine de cette époque, entre la construction du centre monumental et l’apparition des maisons à péristyle. Tout au plus peut-on dire que l’agora était située à peu près au centre du plateau et qu’il existait un axe viaire reliant une porte à l’extrémité est aux quartiers ouest, en passant par l’agora252. Les bords de la voie s’appuient clairement sur les murs des maisons du quartier oriental et du quartier occidental ainsi que certains édifices de l’agora, ce qui signalerait, selon H.P. Isler, l’existence d’un projet unitaire, réalisé dans un même temps. Cette contemporanéité de construction me semble toutefois surtout claire entre la voie et certains bâtiments du quartier oriental mais, quoi qu’il en soit, on ne peut effectivement déceler nulle part les traces d’une organisation urbaine régulière et a fortiori orthogonale253.

Solonte

  • 254  Voir p. 28-30.

48À Solonte se trouvent des exemples rares en Sicile de maisons aux niveaux répartis sur plusieurs terrasses. La ville offre également les manifestations d’un luxe très raffiné en contexte domestique et un plan d’urbanisme appliquant une organisation orthogonale dans une topographie très accidentée. La chronologie de la « nouvelle Solonte » fait partie de ces questions vivement débattues que nous avons en partie exposées précédemment254. Ce sont plus précisément les problèmes liés à l’architecture domestique que je voudrais d’abord exposer ici.

  • 255  Greco 1997, p. 41-42.
  • 256  Ces décors sont, pour les sols, un béton de tuileau à tesselles dans le cubiculum, d’un sol en mor (...)
  • 257  Greco 1997, p. 51.
  • 258 M. Wolf, contra Greco 1997 p. 55, insiste sur le fait que les sols puniques ne sont pas construits (...)
  • 259  Wolf 2003, p. 49. Ce type de décors pariétaux est connu sous différents noms (voir discussion part (...)
  • 260  Voir partie 1, p. 26-27.
  • 261  Portale 2006, p. 80-81, 83. C. Greco considère pour sa part que les sols et les enduits des maison (...)

49Les décors somptueux de certaines maisons suscitent effectivement les interprétations les plus diverses, notamment la maison de Leda qui offre les exemples les mieux conservés de bétons de tuileau à tesselles, de mosaïques et d’enduits muraux. Les rapports architecturaux entre certains de ces sols et les enduits muraux ont été étudiés par C. Greco : selon elle, les bétons de tuileau qu’elle considère comme étant les plus anciens seraient systématiquement associés à des enduits du premier style255. Elle propose d’attribuer ces programmes décoratifs à une première phase du iie siècle qui aurait été suivie au cours du ier siècle d’une phase de réfection des « pièces nobles », avec tapis de mosaïques au sol et enduits du deuxième style256. Un même essor des sols à mosaïques associés à des enduits du Deuxième style serait également lisible dans les autres habitations de Solonte257. Ces propositions sont contestées par M. Wolf qui s’appuie sur la présence de bétons de tuileaux similaires dans des maisons du iiie siècle à Monte Iato, Géla et Morgantina ; il rappelle également que de tels sols sont attestés à Carthage dans des contextes de la seconde moitié du ive siècle258. Il estime donc possible d’envisager les mêmes datations à Solonte, tant pour certains bétons de tuileau simples que pour d’autres avec éclats de calcaire ou que pour certaines mosaïques. Seraient également inclus dans cet ensemble chronologique plusieurs enduits muraux en Quaderstil qui feraient partie de l’état initial de la maison, avec les moulurations des couronnements des murs259. La comparaison avec Monte Iato, dont on a vu à quel point la chronologie est sujette à débat260, suscite des réserves chez E.C. Portale. La datation de la maison à Péristyle 1 aux alentours de 300 av. J.-C. par les fouilleurs ferait en effet reculer d’environ cent ans en arrière les datations de ses différents décors et aménagements : mosaïques, bétons de tuileau à tesselles, enduits pariétaux du Premier Style, modénatures architecturales, colonnades à deux étages avec parapets décorés, chapiteaux ionico-sicéliotes, corinthiens et à sofa. La proposition de C. Greco avec les deux phases aurait pour E.C. Portale l’intérêt de rendre compte des remaniements observés en divers endroits de la maison de Leda, sans toucher à l’organisation planimétrique de l’édifice261.

  • 262  Cette datation serait ainsi cohérente avec celles qu’il attribue aux mosaïques de l’exèdre et d’un (...)
  • 263  Portale 2006, p. 72-73.
  • 264  Ibid., p. 75-76. Appareil de mur dans lequel on reconnaît l’appareil à cadres et remplissages ou a (...)
  • 265  Wolf 2003, p. 51.

50Les discussions sur les programmes décoratifs, loin de se limiter aux sols et enduits, portent aussi sur les éléments architecturaux des péristyles. M. Wolf suggère ainsi de placer la construction du péristyle du gymnase vers le milieu du iiie siècle, en s’appuyant à nouveau sur l’exemple de la maison à Péristyle 1 de Monte Iato. Il se base pour cela sur les études stylistiques de W. von Sydow qui attribue les entablements du péristyle du gymnase au deuxième tiers du iie siècle av. J.-C. La corniche en particulier est placée par von Sydow aux alentours de 125, au sein d’une série dans laquelle figurent également les corniches de la maison à Péristyle 1, qui sont, elles, datées aux alentours de 180. Puisque le mobilier permettrait de dater la construction de la maison à Péristyle 1 autour de 300 av. J.-C., M. Wolf estime que la datation de cette série devrait alors être « remontée » de 120 ans. En répercutant tel quel ce décalage aux entablements du péristyle du gymnase, il en déduit sa construction autour du milieu du iiie siècle262. Cette méthode, considérée comme une simple opération arithmétique, est dénoncée par E.C. Portale, déjà réticente à accepter une datation de la maison à Péristyle 1 de Monte Iato à l’orée du iiie siècle à cause des contradictions avec ses éléments décoratifs263. Pourtant, elle semble aussi déconseiller le recours aux données stylistiques sur les chapiteaux et les modénatures à des fins de datation, et préfère par ailleurs rester prudente sur la chronologie des appareils de murs en général, en particulier sur la « datation punique » des murs en opus africanum, tels que ceux retrouvés sous le koilon du théâtre, englobés dans les substructions : selon elle, le choix d’une technique provient avant tout du conservatisme des constructeurs et de considérations structurelles264. Ce n’est pas l’avis de M. Wolf qui signale la présence de ces murs en opus africanum dans le gymnase sous la forme de grands blocs posés debout dans le corps de certains murs ou aux angles : cet appareil, qui a pour lui une connotation indubitablement punique, appartient sans conteste aux plus anciennes structures de Solonte ; de même, les tableaux de certaines embrasures, construits en blocs quadrangulaires d’arenaria, seraient inspirés de techniques anciennes265.

  • 266  Explications détaillées dans Greco 2014, p. 210, n. 5, p. 211, n. 7.
  • 267  Notons au passage qu’à Solonte on désigne habituellement par insula ce qui correspond en fait à un (...)
  • 268  Les différentes visions de l’urbanisme de Solonte s’appuient notamment sur des systèmes métrologiq (...)
  • 269  Natoli Di Cristina 1965.
  • 270  Italia, Lima 1987, p. 61-65.
  • 271  Traditionnellement interprété comme lieu de culte en raison de la présence dans une de ses pièces (...)
  • 272  Dans B, la fosse naturelle de la pièce n contenait tout un assortiment d’objets : 26 pesons, 5 fra (...)

51Ces deux visions différentes de la chronologie des maisons de Solonte se retrouvent par ailleurs, et sans surprise, à propos de la période de refondation de la ville et de la mise en place de son plan urbain266 : l’une penche pour la fin du ive siècle, en estimant qu’il s’agit d’une implantation hippodaméenne d’inspiration grecque, tandis que l’autre défend une mise en place de l’organisation urbaine au cours du iie siècle, dans le contexte de la province romaine. Le plan régulier de Solonte est connu à travers trois de ses axes principaux et huit de ses axes secondaires (fig. 155) : les axes principaux, larges de 5,60 m (la « via dell’Agorà » faisant jusqu’à 8 m), parcouraient la ville dans le sens NE-SO et étaient recoupés par des axes secondaires d’une largeur allant de 3 à 5,80 m, disposés dans le sens de la pente. L’ensemble formait ainsi un maillage d’îlots de rapport largeur/longueur d’environ 1/2 où l’espace public occupait une surface correspondant à deux îlots et deux rues secondaires267. L’urbanisme de Solonte est considéré par certains comme appliquant un « plan hippodaméen » du fait de la répartition au sein de l’espace urbain des différents secteurs suivant leur fonction. Le secteur des habitations était effectivement bien séparé de l’espace public qui était lui-même divisé en deux parties : la stoa et une grande place dans la partie basse ; le théâtre, le bouleuterion, un sanctuaire et un gymnase dans la partie haute. Les modalités de lotissement de la Solonte hellénistique ont également fait l’objet de diverses hypothèses268. La première à tenter de définir un modèle fut L. Natoli Di Cristina pour qui les îlots de la partie centrale de la ville comportaient six maisons de 540 m² chacune tandis que les îlots périphériques comportaient huit maisons de 400 m² : traduit en lots, cela donnerait soit des ensembles de 2 × 3 lots de 27 × 20 m, soit des ensembles de 2 × 4 lots de 20 × 20 m269. Une autre restitution, plus complexe, a été proposée à partir d’un « îlot modèle », l’îlot 6/7 (insula 6 et insula 7), en supposant l’existence initiale d’une grille de lots de base qui aurait ensuite évolué en deux phases. Les auteures font ainsi l’hypothèse qu’il existait au départ un découpage en lots de 20 × 20 m, chaque lot correspondant à ce qu’elles nomment « unité d’habitat » (il y avait donc huit unités d’habitat par îlot) ; ces unités d’habitat passèrent ensuite à seize, réparties entre sept maisons, sept boutiques et deux magasins (dans la première phase) ; enfin, dans un troisième temps (la deuxième phase), il y en aurait eu dix-neuf : dix maisons, sept boutiques et deux magasins270. Ces différentes théories sur l’histoire urbaine de Solonte impliquent l’existence de deux grandes périodes, qui se percevraient également dans l’architecture d’un édifice assez particulier, « l’aire sacrée avec l’autel à trois bétiles », qu’il nous faut rapidement mentionner car il est très instructif pour notre propos271. Jamais publiées, les données de fouille de ce bâtiment ont été examinées et ont donné lieu à une interprétation structurelle et chronologique. Selon M.L. Famà, l’auteure de l’étude, cet édifice mesurant 20,5 m de large sur 22,50 m de long était composé de deux parties indépendantes : la partie A à l’est et B à l’ouest. Il occupait toute la largeur du demi-îlot qui bordait au sud la zone publique (insula 8) et il donnait directement, par sa partie A, sur la via dell’Agorà. Il présenterait deux phases d’occupation situées dans une période allant du premier quart du ive av. J.-C. au iie siècle, dont l’auteure a tenté de préciser la chronologie grâce aux seules indications stratigraphiques disponibles : le remplissage d’une fosse creusée directement dans le rocher et située dans la partie B et celui d’une petite vasque située dans une pièce de la partie A. D’après ses conclusions, la phase 1 irait du début du ive à la fin du iiie siècle av. J.-C. et la phase 2 de la fin du iiie siècle av. J.-C. au iie siècle apr. J.-C.272.

Fig. 155 - Plan de Solonte.

Fig. 155 - Plan de Solonte.

DAO F. Mège sur Villa 1988, pl. A

  • 273  Italia, Lima 1987, p. 61-65.
  • 274  Ibid., p. 63, pl. VI et VII.
  • 275  Celle-ci considère que les données stratigraphiques présentées dans Famà 1980 sont d’un piètre sec (...)

52Les différentes hypothèses sur la mise en place du plan urbain de la « nouvelle Solonte » ne sont pas sans poser quelques problèmes. Le système proposé par A. Italia et D. Lima, qui a le mérite de rendre compte des modalités d’occupation de l’espace habité, comporte ainsi quelques défauts majeurs : alors que les auteures postulent l’existence d’un module de départ pour les lots (20 × 20 m, appelé modulo urbano), elles ne prennent par la suite plus du tout en compte ce module, passant directement à une « première phase ». Surtout, les évolutions des surfaces occupées par les différents édifices, les unités d’habitat, répondraient à l’application d’un module de base (appelé modulo residenziale), un carré de 6,6 m de côté correspondant à une subdivision du « module urbain » selon un rapport cubique : chaque boutique occuperait alors à peu près l’espace d’un « module résidentiel » tandis que les magasins couvriraient 3 × 3 modules résidentiels et que les maisons occuperaient soit 3 × 3, soit 2 × 3, soit enfin 1,5 × 3 modules résidentiels selon les cas273. Il est difficile d’adhérer à un système aussi complexe, d’autant qu’il n’existe pas à ma connaissance de sous-modules de lots attestés sur d’autres sites ; qui plus est, il est strictement taillé à la mesure d’un seul îlot de Solonte alors qu’il serait essentiel d’évaluer ce modèle sur d’autres îlots ; enfin, et c’est sans doute le biais le plus important, il ne semble pas correspondre aux plans tels qu’ils sont donnés par les auteures274. Quant aux différentes phases de « l’aire sacrée avec l’autel à trois bétiles », et leur application à l’ensemble de la ville, elles ont été remises en cause avec pertinence par E.C. Portale275.

  • 276  Voir p. 29 et p. 226.
  • 277  Voir p. 29.
  • 278  Voir p. 29 et p. 226.
  • 279  Portale 2006, p. 103.
  • 280  Ibid., p. 54.
  • 281  Voir p. 195.
  • 282  Greco 2014, p. 211, n. 7. Plutôt que les mesures commodes mais approximatives généralement utilisé (...)
  • 283  Wolf 2003, p. 8, 48.
  • 284  Ibid., p. 65, 69.
  • 285  Ibid., p. 8, 53, 61.
  • 286  Ibid., p. 8, 53, 61, 65, 69.
  • 287  À l’est, la partie A, d’une longueur de 6,50 m ; à l’ouest, la partie B, avec 12 m de longueur.
  • 288  Voir p. 216-218.
  • 289  Voir p. 194-196.

53En résumé, l’ensemble des données archéologiques me paraissent converger vers la situation suivante : la ville avec son secteur public bipartite et ses maisons à plusieurs niveaux richement décorées relèvent d’une vaste réorganisation du iie siècle. Cependant, çà et là, à plusieurs reprises, on a pointé ce qui, dans ces mêmes données archéologiques, se rapportait clairement à l’existence d’une période antérieure à cette réorganisation, matérialisée par certaines techniques de construction des murs276, par le mobilier277 et par la présence de structures plus anciennes sous certaines maisons, sous le théâtre et contre la stoa278, données auxquelles on pourrait ajouter l’occupation continue des nécropoles279. Or je postule que cette « période antérieure » devrait correspondre à la refondation de la ville dans la deuxième moitié du ive siècle, refondation dont le lotissement a, me semble-t-il, laissé quelques traces. Il serait effectivement probable que, s’agissant d’une fondation ex nihilo, l’espace de la nouvelle Solonte ait été rationnellement divisé pour construire les maisons. L’un des signes les plus évidents de cet ancien lotissement est la présence d’un ambitus d’environ 0,80-1 m de large qui divisait chaque îlot dans le sens de la longueur en deux moitiés à peu près égales280 : dans ce cas, un îlot serait la résultante de deux files de lots séparées par un ambitus. Plus précisément, il semble que les indices de ce lotissement transparaissent encore dans les plans de certains édifices de l’insula 6, de l’insula 7 et de l’insula 8 (les seules à avoir été intégralement dégagées), mais également dans les parties connues de l’insula 5 et des insulae 12 à 16. Bien évidemment, comme à chaque fois qu’il s’agit de retrouver les dimensions des lots d’origine, on ne peut se baser que sur les murs des maisons construites originellement sur ces lots, avec tous les biais que cela suppose, car le positionnement des murs périmétriques par rapport aux limites du lot et l’épaisseur des murs résultaient du choix des constructeurs. Or ceux-ci pouvaient varier, ainsi qu’on l’a vu à Camarine281. S’ajoutent à cela les choix faits par les chercheurs lorsqu’ils ont pris les mesures des structures (maisons, pièces) que j’ai utilisées ici : ont-elles été prises par rapport aux entraxes de murs ? Aux parements externes ? Ou bien aux parements internes ? Tout en gardant à l’esprit que de telles imprécisions et biais existent, je crois pourtant qu’il est possible de se faire une idée générale des dimensions des lots utilisés lors de la fondation de la « nouvelle Solonte ». Plus précisément, c’est la largeur de ces lots d’origine que je pense pouvoir retrouver (fig. 156). Pour notre propos, on retiendra que les îlots principaux de la via dell’Agora mesuraient entre 40 et 41,50 m de largeur et entre 81,50 et 82 m de longueur282. Pour l’îlot 6/7, qui regroupe les insulae 6 et 7, on a des mesures encore plus précises : 40,77 × 81,74 m283. Or on sait que l’insula 6 avait une largeur de 19,50 m puisque c’est effectivement la largeur de deux des maisons de l’insula : la maison de Léda et la maison à Cour284. En tenant compte de la largeur moyenne d’un ambitus, on peut donc estimer que l’insula 7, qui formait la deuxième moitié de l’îlot 6/7, faisait environ 20,50 m de largeur. On retrouve peu ou prou ces valeurs de 19,50 et 20,50 m dans les largeurs d’autres habitations285 : 19,65 m pour le gymnase dans l’insula 4 ; 20,30-20,60 m pour la maison d’Harpocrate dans l’insula 5 ; 20,50 m pour la maison du Magasin à Voûte dans l’insula 3. Comme on ne connaît pas de cas où des habitations auraient été étendues, au moins en partie, sur l’espace des rues secondaires et des ambitus longitudinaux, on peut également considérer que ces largeurs de 19,50 m et 20,50 m correspondaient grosso modo à celle des lots d’origine. Pour les longueurs présumées des lots, il est plus compliqué de postuler une valeur moyenne si l’on compare les longueurs très variables de certaines maisons286. Ainsi la longueur du gymnase faisait entre 29 et 36 m (puisque son plan n’est pas régulier), celle de la maison d’Harpocrate entre 17,50 et 21,80 m (même raison), celle de la maison du Magasin à Voûte faisait 26,50 m, celle de la maison de Léda mesurait 26,70 m et celle de la maison à Cour entre 12 et 14 m. On peut également rappeler les dimensions de « l’aire sacrée avec l’autel à trois bétiles » données précédemment : 20,50 m de large sur 22,50 m de long, divisé en deux parties indépendantes287. Selon moi, ces longueurs très différentes traduisent le fait que certaines maisons se sont au cours du temps arrogé un espace supérieur au détriment d’autres maisons mais toujours en respectant certaines contraintes, à savoir l’espace réservé aux voies (principales et secondaires) et aux ambitus, pour des raisons pratiques évidentes. De tels remaniements ne seraient pas autrement surprenants, comme en attestent les nombreux exemples présentés ici même : ainsi, comme à Morgantina288 ou à Camarine289, on peut raisonnablement supposer que les longueurs attribuées au départ aux maisons de Solonte dans le cadre d’un lotissement rigoureux aient pu être parfois abandonnées. Il semble donc difficile en l’espèce de proposer une longueur de lot. Puisque tous les îlots avaient une longueur d’environ 82 m, on pourrait retenir une longueur moyenne autour de 20,50 m, si l’on suppose qu’il y avait systématiquement deux files de quatre lots, voire 16,40 m pour cinq lots.

  • 290  Pour rappel, dimensions des lots de l’époque classique à Morgantina (17,70 × 18,80 m), avec deux f (...)
  • 291  Ainsi, une campagne de mesures systématiques, par exemple à l’aide d’un GPS différentiel, permettr (...)

54En conclusion, les dimensions hypothétiques que je propose pour les lots de Solonte (19,50/20,50 × 20,50 m) sont tout à fait envisageables par comparaison avec ce que l’on connaît ailleurs290. Comme nous l’avons déjà dit, ces dimensions génériques des lots sont certainement imprécises dans le détail puisque j’ai travaillé à partir de mesures parfois approximatives et sans doute incohérentes entre elles mais elles nous permettent cependant de nous faire une idée des dimensions des lots originels encore perceptibles à plusieurs endroits (fig. 156). Cette reconstruction demanderait à être vérifiée précisément sur le terrain, notamment aux endroits où on suppose qu’il y avait des limites de lots291. Comme pour de nombreux sites aux chronologies parfois mal assurées, on ne peut que souhaiter que des fouilles nouvelles puissent apporter les réponses qui nous manquent.

Fig. 156 - Restitution des lots de Solonte dans les insulae 1 à 6.

Fig. 156 - Restitution des lots de Solonte dans les insulae 1 à 6.

DAO F. Mège sur Wolf 2003, Beilage 3

Sélinonte et l’habitat punique

  • 292  Sélinonte fut fondée en 651/650 selon la chronologie de Diodore (13, 59, 4) ou en 628 selon celle (...)
  • 293  Montanero, Vico 2014, p. 80-81, n. 21.
  • 294  Sélinonte se relève ainsi sous l’impulsion du syracusain Ermocrate qui veut en faire sa base d’opé (...)
  • 295  Diod. 24, 1, 1. Voir à ce sujet Helas 2011, p. 34-36.

55Sélinonte, fondée par des Mégariens dans la deuxième moitié du viie siècle292, fut détruite en 409 par les troupes d’Hannibal : la ville tomba alors peu à peu en désuétude, comme le montrent clairement les données archéologiques, demeurant peu occupée jusqu’au troisième quart du ive siècle environ, avec l’arrivée d’un contingent conséquent de nouveaux habitants. Il existe toutefois un établissement postérieur à la destruction de 409 et situé au nord de la colline de Manuzza, que l’on pourrait lire comme une réoccupation par des éléments grecs immédiatement après le début du ive siècle293. On connaît par ailleurs un petit quartier installé sur les pentes méridionales de cette même colline de Manuzza peu après le milieu du ive siècle. Surtout, comme l’a souligné D. Mertens, une nouvelle enceinte est construite dès 408 et désormais restreinte à la colline de l’Acropole. Les maisons sur l’acropole ont été réinvesties et, autour de l’agora, les fouilles ont également montré que de nouvelles maisons surgissent sur celles démantelées pour la construction de la forteresse, dont elles reprennent fidèlement la planimétrie. Tout ceci incite à penser que le hiatus entre réoccupation grecque et installation punique ne fut sans doute pas très long 294. Cette installation punique a avant tout concerné, elle aussi, l’acropole de Sélinonte, transformant ainsi un espace dévolu aux édifices religieux et réservé aux cultes en un quartier d’habitat (fig. 157). Puis, vers le milieu du iiie siècle, les témoignages matériels cessent à Sélinonte : ce phénomène ferait ainsi écho à une mention de Diodore qui évoquerait une évacuation des habitants de Sélinonte vers Lilybée au moment où Carthage abandonna la ville face à l’avancée de Rome295. C’est donc cette période punique de Sélinonte, assez bien définie dans le temps, à laquelle on va s’intéresser ici : les maisons installées sur l’acropole, désormais bien connues par l’archéologie, vont nous aider à caractériser ce qu’était l’habitat punique en Sicile hellénistique. On cherchera ainsi ce qui, dans l’architecture des maisons grecques de Sicile, pourrait éventuellement être attribué à une influence punique.

Fig. 157 - Plan de l’Acropole de Sélinonte et des constructions puniques.

Fig. 157 - Plan de l’Acropole de Sélinonte et des constructions puniques.

Helas 2011/DAI-Rom, Faltbeilage 6

  • 296  Pour les murs : Helas 2011, p. 37-44. Pour les sols bétonnés : ibid., p. 64-69. Pour les enduits : (...)
  • 297  Voir respectivement : Montanero Vico 2014, p. 79, p. 90, 93.
  • 298  Références dans Helas 2011, p. 161, n. 24 et n. 25.
  • 299  En arrière-plan de cette réflexion, le but est d’évaluer dans le cas de Sélinonte une hypothèse tr (...)
  • 300  Helas 2011, p. 161.
  • 301  Voir p. 180.
  • 302  Helas 2011, p. 164-166. S. Helas voit d’autre part ce type 2 de Sélinonte comme une variante de la (...)
  • 303  Héraclée : maisons II A, II B et II C ; maisons I B et I C (De Miro 1958a, p. 260-266 ; De Miro 19 (...)
  • 304  Les pilastres disparaîtraient également au profit de murs pleins et la surface globale serait rédu (...)
  • 305  Voir p. 179-180.
  • 306  L’exception étant la maison 2/54 tandis que la configuration de la maison 2/27, proche d’un plan à (...)
  • 307  Montanero Vico 2014, p. 100.
  • 308  Helas 2011, p. 167-169. Puisque l’on observe non seulement dans l’architecture domestique mais éga (...)

56Parmi les techniques de construction caractéristiques du monde punique repérées à Sélinonte, il y avait l’appareil a telaio pour les socles des murs et les bétons de tuileau ; les enduits muraux stuqués avec des moulurations dans les parties basses pourraient également faire partie de ces techniques puniques. On mentionnera aussi les citernes, en particulier celles avec un plan rectangulaire aux coins arrondis296. Je qualifie ces techniques de « caractéristiques du monde punique » car d’autres habitations datées entre le ive et le iie siècle comportaient effectivement des murs a telaio, des sols en béton de tuileau et des citernes : à Lilybée, à Olbia de Sardaigne et à Monte Sirai (où on connaît seulement des murs a telaio)297. A contrario, l’urbanisme « anarchique » de la Sélinonte punique ne peut être considéré comme représentatif de l’organisation urbaine des villes puniques puisque des plans orthogonaux et réguliers sont attestés par exemple à Motyé et à Carthage298. Dans son étude des maisons de Sélinonte, S. Helas a justement cherché ce qui pourrait relever de la culture punique et ce qui pourrait provenir de l’influence grecque299. Elle insiste d’abord sur le fait que, dans les deux cultures, la cour était un élément central et constitutif de l’habitat et qu’il ne faut pas négliger cette similarité essentielle300 : c’est effectivement un caractère sur lequel nous avons aussi insisté à propos des maisons de Mégara301. La planimétrie des maisons puniques de Sélinonte est déclinée en quatre types génériques d’organisation, eux-mêmes rattachés à des archétypes proche-orientaux dont deux retiennent l’attention (fig. 158). Le type B correspond aux maisons à couloir et cour, un schéma présent dans quasiment tous les sites connus (Kerkouane, Carthage, Tharros, Monte Sirai, Utica et Motyé) ; il s’agit là d’un type fondamentalement punique, qui a été rapproché des maisons grecques à prostas d’Asie Mineure, à la seule différence que les colonnes sont absentes du modèle punique. Ce type B se retrouve dans les maisons du type 2 de Sélinonte, dit « à cour centrale et couloir »302 ; c’est également le type de plan le plus courant dans les maisons d’Héraclée ; il est d’autre part souvent attesté à Monte Sirai303. C’est en tout cas le type qui me semble le plus exclusivement lié à l’habitat punique : il est régulièrement attesté sur des sites puniques alors que je ne l’ai trouvé dans aucun des sites grecs étudiés ici. Un autre type générique mérite que l’on s’y attarde : c’est le type C, qui représente les maisons à cour avec portiques où une cour allongée était flanquée de deux portiques sur ses longs côtés et débouchait sur d’autres pièces. Ce schéma est également connu sous le nom de « maison à quatre pièces » ou « maison à quatre zones » dans des sites du début de l’âge du fer en Phénicie : il est donc probable qu’il s’est répandu dans l’Ouest (Kerkouane, Carthage) à la faveur de l’expansion phénicienne. Le type C aurait donné naissance aux maisons de Sélinonte de type 3 « à cour d’angle » en supprimant une aile304. Il s’agit précisément de ce type de maisons « à cour d’angle » que je pense avoir identifiées à Mégara alors qu’elles ne semblent être connues nulle part ailleurs en Sicile, sauf à Sélinonte305. En somme, les caractéristiques des habitations de Sélinonte confirment l’origine phénico-punique des colons et leur volonté de préserver leurs habitats traditionnels. La maison à pastas, typique de l’habitat grec, n’a pas été identifiée dans la ville punique306, tandis que la maison à prostas, autre forme traditionnelle de la maison grecque, pourrait être rapprochée du type à « cour et couloir » (type B/type 2). Dans d’autres sites puniques, c’était aussi la planimétrie traditionnelle qui primait largement307. En conclusion, seuls certains éléments de décor ostentatoires auraient été empruntés aux maisons grecques : les éléments purement fonctionnels des maisons sont au contraire restés indéfectiblement liés aux traditions puniques. L’influence de l’architecture domestique grecque ne transparaîtrait donc que dans les éléments de prestige, manifestations d’un luxe privé et probables réponses à l’accroissement d’un besoin de représentation chez des populations puniques qui recourraient alors aux modèles les plus répandus en matière de luxe privé308.

Fig. 158 - Les types de maisons puniques.

Fig. 158 - Les types de maisons puniques.

a : modèles puniques ; b : modèles levantins ; c : typologie des maisons puniques de Sélinonte

DAO F. Mège sur a : Helas 2011/DAI-Rom, p. 165, Abb. V 5 ; b, c : Helas 2011/DAI-Rom, p. 166, Abb. V 6

57La question que je souhaite poser à présent vient à rebours d’une littérature archéologique souvent très « helléno-centrée ». Elle peut se formuler ainsi : quelle serait la part de l’influence punique dans l’architecture des maisons grecques de Sicile hellénistique ? C’est au travers d’un ensemble d’aménagements domestiques propres à la culture punique que je voudrais essayer de mettre en lumière cette influence, avec l’intention de proposer des passerelles avec ce qui existe à la même époque en contexte sicéliote.

  • 309  Voir partie 2, p. 58-66.
  • 310  Voir chap. 9, p. 243-250.
  • 311  Voir partie 2, p. 60-66.
  • 312  Ce qui n’a pas empêché ces derniers de demeurer en usage jusqu’à la fin de la Sélinonte punique (m (...)
  • 313  Helas 2011, p. 67. S. Helas fait d’ailleurs remarquer que, à part le sol 3/9 (env. 15,50 cm), les (...)
  • 314  Il s’agit du sol 3/9 évoqué dans la n. précédente ; description dans Helas 2011, p. 254.
  • 315  C’est le même le seul agrégat principal à Sélinonte, à part deux exceptions (Helas 2011, p. 67). L (...)
  • 316  Ces hypothèses demandent des confirmations solides, qui pourraient être apportées par un projet en (...)

58L’une des réponses qui vient immédiatement à l’esprit est : les sols bétonnés, et notamment les bétons de tuileau. La question de ces types de sols bien particuliers a déjà été traitée précédemment afin de mettre en perspective ceux de Mégara309. Leur importance dans notre thème de recherche fait que je me suis penché par ailleurs sur leur origine et leur diffusion en Sicile310. Je voudrais donc plutôt insister ici sur l’aspect technique des sols puniques de Sélinonte et sur leurs particularités. Il y en a effet deux choses qui frappent dans la constitution de ces sols : la présence chez certains d’une seule couche de mortier et leur épaisseur totale, qui ne dépassait pas 4 cm. Ces deux caractères ne se retrouvent dans aucun des sols bétonnés pour les sites où on dispose d’informations suffisamment précises311 : tous comportaient au moins deux couches de béton (trois dans le cas des mosaïques) et leur épaisseur totale était au minimum de 6‑7 cm, bien souvent le double. Or, il semblerait que, à Sélinonte même, les bétons à deux couches aient été une évolution de la technique à une couche312. Qui plus est, l’ajout d’une deuxième couche dont la composition – et donc les propriétés physiques – différait nettement de celle de la première correspondrait bien à une amélioration. La faible épaisseur totale des sols bétonnés sélinontins tient sans doute à ces raisons, à savoir que ceux-ci appartenaient à une phase encore relativement précoce dans l’évolution générale de la technique313. Rappelons en effet qu’ils devraient tous se rattacher à la phase punique de la ville, c’est-à-dire entre ca. 340 et 250. Les épaisseurs autrement plus importantes que l’on observe dans les bétons de tuileau de Monte Iato, Solonte, Morgantina, Camarine, Syracuse et Mégara, dont aucun ne peut remonter au-delà du second quart du iiie siècle, doivent donc traduire une amélioration de la technique. On ne peut d’ailleurs exclure l’hypothèse qu’une telle évolution était déjà engagée à Sélinonte même, avant sa destruction par Rome : malheureusement, le seul témoignage est en ce sens est un sol manifestement hors contexte314. En définitive, la parenté entre les sols bétonnés de la Sélinonte punique et ceux des autres villes de Sicile me semble évidente. La composition du mélange est partout la même : au sable et à la chaux, gâchés avec de l’eau, s’ajoutent parfois de petits graviers ou éclats de pierre. Dans le cas des bétons de tuileau, cette filiation est particulièrement frappante puisque l’ajout de cet agrégat principal qu’est le tuileau provient d’une innovation technique particulièrement ingénieuse315. Vraisemblablement les plus anciens de Sicile, les bétons de tuileau de Sélinonte représenteraient les premiers pas d’une technique vite adoptée dans les autres villes de Sicile316. Il y aurait donc dans ce domaine une primauté technologique du monde punique vis-à-vis des autres populations de Sicile, que l’on retrouve dans un autre équipement, souvent associé d’ailleurs au béton de tuileau dans les édifices siciliens : la salle de bains.

  • 317  Fumadó Ortega 2007, p. 106-110.
  • 318  Helas 2011, p. 104, Abb. III 84.
  • 319  Baignoire 6/4. Surface de la pièce : 3,20 m² ; de la baignoire 1,60 × 2 m (Helas 2011, p. 272-273)
  • 320  Respectivement baignoire 6/5 (Helas 2011, p. 273) et baignoire 6/3 (p. 272) À signaler qu’aucune d (...)
  • 321  Les évacuations étaient construites en pierres ou en terre cuite et débouchaient dans la rue, dire (...)
  • 322  Helas 2011, p. 104. Huit de ces quatorze pièces étaient adjacentes à la cour et occupaient une sur (...)
  • 323  Pour les exemples de Sicile et de Grèce continentale donnés ici, les détails et les références se (...)
  • 324  Les sols et enduits en béton de tuileau relèvent du deuxième état de la baignoire et de la pièce ( (...)
  • 325  Pour autant, cela ne signifie pas que l’invention d’un système de chauffage spécifique aux salles (...)

59Cet élément de confort est bien représenté dans les maisons puniques où il constitue la perpétuation d’une tradition levantine. En effet, l’origine de ces installations se trouve manifestement au Proche-Orient, en particulier en Phénicie, où il apparaît dès l’âge du bronze avant de véritablement se diffuser dans le reste de la Méditerranée à partir du milieu du ive siècle. On trouve nombre de salles de bains à Kerkouane (quarante-quatre exemples) et dans une moindre mesure à Carthage (quatre exemples). Pour la Sicile punique, on ajoutera une salle de bains à Motyé317. Toutefois, c’est surtout à Sélinonte que l’on connaît des salles de bains (trois assurées), tandis que onze autres pièces devaient, au moins en partie, assumer cette fonction318. La mieux conservée se trouvait dans une maison seulement en partie dégagée, juste au sud de la forteresse nord : elle était dotée d’une baignoire maçonnée dont l’entourage était construit en pierre et tuiles, liées au mortier de terre et recouvertes d’un enduit imperméable sur le dessus, l’intérieur et l’extérieur ; le bassin lui-même comportait une petite cupule à l’avant et un siège à l’arrière. Cette baignoire était située dans un angle de la pièce, dont le sol, nettement en pente, était recouvert d’un mortier ; l’eau était évacuée par un interstice dans le mur de l’angle sud-est de la pièce, directement dans la rue319. Les deux autres exemples320 sont clairement identifiables grâce à la présence de baignoires sabots en terre cuite insérées dans le sol des pièces g de la maison 2/2 et b de la maison 2/48. D’autres espaces, comme les pièces i de la maison 2/27 et j de la maison 2/54, étaient petits (2,50 m²) et avaient des sols en béton de tuileau et des évacuations, ce qui doit nous inciter à en faire des salles de bains où l’on devait alors utiliser des baignoires ou des bassins transportables321. Enfin, dans deux maisons, des baignoires amovibles ont été retrouvées à l’intérieur de pièces bien plus grandes (pièce d de la maison 2/10 et pièce d de la maison 2/44) et qui servaient clairement à d’autres activités, preuve que le bain ne se prenait pas obligatoirement dans une salle dédiée322. Il faut ainsi noter l’importance des salles de bains dans l’habitat punique et ce, dès le premier tiers du ive siècle. D’un point de vue technique, on retrouve réunis la plupart des éléments que l’on doit attendre d’installations de ce type : présence d’un bassin, de sols et d’enduits imperméables et un espace de dimensions réduites. Un seul aménagement fixe manque systématiquement : un dispositif de chauffage. Cela étant, les exemples avec chauffage que l’on connaît à Monte Iato, Morgantina, Mégara voire Syracuse relèvent tous de périodes plus récentes, puisqu’aucun ne date d’avant le milieu du iiie siècle et que la plupart se situent même au iie siècle323. Or on note également que certaines de ces salles de bains possédaient un degré de sophistication technique nettement plus élevé, notamment sur les dispositifs de chauffage : celles des maisons à Péristyle 1, 2 et E2 de Monte Iato ou de la maison de la Citerne à l’arche de Morgantina possédaient de petits fours bâtis, voire directement des systèmes à hypocauste. L’association d’un moyen de chauffage fixe avec une salle de bains est bien attestée dans la première moitié du ive siècle à Olynthe au sein du « kitchen-complex » et dans la deuxième moitié de ce siècle à Érétrie. Dans tous ces cas, le chauffage n’était pas réservé uniquement à la salle de bains mais il était mutualisé avec une autre pièce, généralement la cuisine. Il faut attendre la première moitié du iie siècle à Érétrie pour voir apparaître un chauffage dédié, très proche dans l’esprit du système à hypocauste : elles sont quasiment contemporaines des salles de bains de Monte Iato. Ajoutons pour finir que le béton de tuileau est absent des salles de bains de Grèce continentale, à part à Delphes où il fait partie d’une rénovation du iiie ou iie siècle324. La pratique du bain en contexte domestique pourrait donc très bien avoir inspiré certains Sicéliotes qui, vers la fin du iiie siècle, commencèrent à installer des salles de bains dans leurs maisons ; ils leur associèrent alors un chauffage dédié325 et adoptèrent définitivement le béton de tuileau comme moyen d’imperméabiliser sols et murs.

60Sols en béton de tuileau et salles de bains sont donc à n’en pas douter des éléments de la culture de l’habitat punique que les Grecs (puis les Romains) de Sicile se sont appropriés au tournant du iiie et du iie siècle. Leurs améliorations sont probablement dues à une évolution logique plutôt qu’à un génie technique propre aux uns ou aux autres. Quoi qu’il en soit, l’association des deux, qui est alors caractéristique des bains domestiques comme publics en Méditerranée de l’ouest, connut un grand succès au point que salle de bains et bétons de tuileau devinrent inséparables.

Sites indigènes

  • 326  Avant toute chose, je souhaite clairement me dégager de la connotation péjorative que peut parfois (...)
  • 327  Canevas historique que P. Orlandini avait résumé de la façon suivante. De 409 à 383, les guerres c (...)
  • 328  Voir partie 1, p. 23-24.
  • 329  Sous ce terme générique figurent : des groupes de vases à « vernis noir luisant », des kylikes à p (...)
  • 330  Adamesteanu 1958a, p. 54-57.
  • 331  Voir p. 191-193.
  • 332  Panvini 2011, p. 123.

61Parmi les centres fondés parfois dès l’âge du bronze par des populations autochtones326 qui les habitaient lors de l’installation des Grecs sur la côte aux viiie et viie siècles, on se concentrera sur trois sites implantés dans l’arrière-pays d’Agrigente, de Géla et de Camarine : Monte Saraceno, Gibil-Gabib, Scornavacche (fig. 159). Cette région a été particulièrement favorisée par la recherche archéologique et historique, avec dans l’idée d’étudier les relations entre éléments indigènes de l’intérieur et éléments rhodio-crétois des cités grecques du littoral au cours des époques archaïque et classique. C’est ensuite la question de l’influence de Syracuse et de ses guerres contre Carthage qui a animé les discussions savantes si bien que, de la même manière qu’à Géla et Agrigente mais aussi à Camarine, la représentation historique de la région327 a été durablement influencée par les conclusions des archéologues de la fin des années cinquante328. D. Adamesteanu observait en synthèse que, dans l’ensemble des sites de l’arrière-pays de Géla et d’Agrigente, l’apogée du développement urbain semblait se situer dans la deuxième moitié du ive siècle comme l’indiquaient des découvertes de « matériel timoléonien »329. Il relevait par ailleurs que, dans le cas des « sites de pente », l’habitat était organisé en terrasses tournées vers le sud et généralement orientées est-ouest. Les « sites de plateaux », où le pendage était faible, adoptaient au contraire des plans réguliers avec des croisements de rues. L’auteur justifiait la datation de ces plans réguliers dans la deuxième moitié du ive siècle aussi bien par comparaison avec d’autres sites (comme Vassallaggi ou Gibil-Gabib) que grâce aux trouvailles sur les sols de maisons qui auraient désormais adopté le type grec. L’apparition du schéma urbain orthogonal à cette époque serait ainsi due à l’influence des colons venus de Grèce ou bien des villes de la côte, c’est-à-dire de lieux où ce modèle était déjà en vigueur330. On a proposé de nuancer globalement cette vision historique lorsque l’on a abordé les cas de Camarine et surtout de Géla331 : les preuves archéologiques qui ont été avancées ne permettent pas de conclure à un tel état d’abandon de la région entre la fin du ve siècle et le milieu du ive siècle, soit entre le débarquement massif des armées carthaginoises et une recolonisation promulguée par Timoléon. Il me semble également difficile de faire de cette dernière l’unique cause d’une augmentation de l’activité humaine relevée à quelques endroits seulement : il est en effet possible que ce phénomène ait commencé avant l’époque de Timoléon. C’est ce que les recherches récentes dans cette région de la Sicile centre-sud tendent à montrer, notamment l’analyse de R. Panvini pour qui la revitalisation des centres de l’intérieur sous l’impulsion de Timoléon doit être nettement relativisée, de même que l’idée d’un abandon préalable de ces mêmes sites après la fin du ve siècle332.

Fig. 159 - Sites de l’arrière-pays de Géla : Monte Saraceno, Gibil-Gabib et Scornavacche.

Fig. 159 - Sites de l’arrière-pays de Géla : Monte Saraceno, Gibil-Gabib et Scornavacche.

DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)

  • 333  Adamesteanu 1958a, p. 47-50.
  • 334  Calderone 2002, p. 21-27 ; De Miro, Fiorentini 1978, p. 448-449.
  • 335  Occupation du plateau supérieur : phase 1, milieu du viie-milieu du vie siècle ; phase 2, nouvelle (...)
  • 336  Dans la nécropole ouest, 55,4 % des tombes datent de la deuxième moitié du ve siècle et 40,6 % ent (...)

62L’exemple de Monte Saraceno est assez représentatif de cette situation, tant d’un point de vue archéologique qu’historiographique. Ce site se trouve à équidistance de Géla et d’Agrigente, à une vingtaine de kilomètres de la côte, où il domine la vallée du Salso (fig. 159). Les investigations des années cinquante tendaient à montrer qu’il ne s’agissait pas d’une simple bourgade indigène mais bien plutôt d’une fondation géléenne du viie siècle. Au cours du vie siècle, cet établissement serait devenu une véritable polis organisée entre une « ville basse », dotée en particulier d’une zone sacrée, et une acropole avec plusieurs temples décorés d’antéfixes peintes et de terre cuites architecturales. L’habitat était lui aussi réparti entre cette « ville haute », qui se développait sur les terrasses en dessous de l’acropole, et la « ville basse », qui était organisée selon un réseau de rues à angle droit dont on connaît un axe principal est-ouest que recoupaient perpendiculairement deux rues parallèles entre elles et distantes de 44-45 m. Le long de ces rues s’alignaient des maisons dont les murs comportaient des blocs avec le chanfrein caractéristique des blocs de la fortification de Capo Soprano à Géla, également présents ici dans les maisons de l’acropole. À cause de sa localisation, D. Adamesteanu avait supposé que Monte Saraceno avait dû elle aussi subir les destructions carthaginoises de la fin du ve siècle puisque presque aucun témoignage matériel de la première moitié du ive siècle n’y avait été retrouvé. Au contraire, le matériel votif de la deuxième moitié de ce siècle semblait abonder dans la « ville basse » et sur l’acropole, avec des assemblages très proches de ceux trouvés dans la « Géla timoléonienne ». Partant de ces constats, D. Adamesteanu a donc attribué l’organisation urbaine de la « ville basse » à la deuxième moitié du ive siècle333. Vingt ans plus tard, la reprise des recherches par la Surintendance d’Agrigente et l’université de Messine a conduit les archéologues à des conclusions quelque peu différentes. Le quartier occidental de la « ville haute », juste en dessous de l’acropole, présente trois phases d’occupation dont la dernière reprend en fait les modalités de l’implantation précédente. Ce dernier habitat a manifestement été occupé de façon continue sur une longue période qui va du ve siècle à la deuxième moitié du ive siècle, comme l’atteste le matériel trouvé sur les niveaux de circulation334. De brèves investigations dans la partie nord-est du plateau ont livré des données chronologiquement cohérentes avec le reste ; vers le milieu du ive siècle, ce secteur est visiblement abandonné et, au cours de la deuxième moitié du ive siècle, l’occupation se concentre alors sur l’acropole335. Les nécropoles orientales et occidentales semblent présenter une continuité d’utilisation entre elles qui reflètent bien la situation dans la ville. La nécropole est aurait fonctionné entre le milieu du vie et le milieu du ve siècle puis la nécropole ouest aurait pris la suite jusqu’à la fin du ive, voire le début du iiie siècle336. Monte Saraceno est ainsi représentatif de ces centres installés en retrait du littoral et fréquentés, voire occupés, très tôt par les Grecs installés sur la côte. Pour l’aspect historiographique, ce site illustre de façon claire comment le modèle mis en place dans les années cinquante – destruction par Carthage à la fin du ve siècle, abandon d’un demi-siècle, restauration et création d’un plan d’urbanisme à l’époque de Timoléon – peut être remis en cause et questionné par les recherches récentes.

  • 337  Selon Adamesteanu 1958c, p. 407-408, le seul véritable hiatus se trouverait entre la première péri (...)
  • 338  Adamesteanu 1958c, p. 400-404.
  • 339  Ibid., p. 389-395.
  • 340  Micciché 2011, p. 39. Les noms des structures sont ceux de D. Adamesteanu (Adamesteanu 1958c, p. 3 (...)
  • 341  Micciché 2011, p. 64-66, 139-143.
  • 342  En attestent les monnaies, dont une vingtaine de tetrantes et quatre litrae de l’époque dionysienn (...)
  • 343  Micciché 2011, p. 139 ; Panvini 2011, p. 128-129.

63Le site de Gibil-Gabib présente lui aussi une occupation quasiment ininterrompue337. La montagne qui abrite le site (alt. 617 m) s’élève au milieu de collines très fertiles à environ 5 km au sud-est de Caltanissetta, à peu de distance de la rive ouest du Salso (fig. 159). Sa plateforme sommitale est juchée sur des falaises un peu moins hautes côté est, où se trouvait l’unique voie d’accès. Au bas de ces falaises s’étire une petite crête rocheuse qui a été perforée de nombreuses sépultures a grotticella datées entre le viie et le ive siècle. La présence de cette nécropole avait de longue date alerté les savants mais ce sont les fouilles de 1955 qui ont permis de confirmer son extension tout autour de la montagne et de la mettre en relation avec l’établissement sur la plateforme. Sur celle-ci, deux édifices seulement ont pu être dégagés lors de ces mêmes fouilles mais les traces d’autres murs semblent indiquer que tous les bâtiments étaient orientés selon la pente principale de la plateforme, vers le sud-est, et que les structures devaient être organisées en terrasses d’environ 22 m de large, rue comprise. La phase d’habitat de la plateforme de Gibil-Gabib aurait débuté vers le milieu du vie siècle, mais la fréquentation grecque pourrait avoir commencé dès le début du siècle ; les édifices ont été occupés ensuite jusqu’à la fin du ive siècle, moyennant quelques remaniements338. Une enceinte, qualifiée de « ad aggere » par D. Adamesteanu, aurait été construite vers la fin du vie siècle puis renforcée à l’époque de Timoléon par des sortes de tourelles aux endroits où des goulets creusent les falaises, et même modifiée au niveau de certains accès339. Cette restitution archéologique de l’histoire de Gibil-Gabib n’a pas fondamentalement été remise en cause depuis, à part celle de l’enceinte dont la première phase est désormais datée de l’époque de l’installation au viie siècle. Quant aux réfections au niveau de la porte 2 que D. Adamesteanu avaient attribuées à la deuxième moitié du ive siècle, elles représenteraient en fait plusieurs interventions bien séparées dans le temps, comme cela a été mis en évidence par les fouilles de C. Micciché. Cette porte appartenait en fait à la fortification du viie siècle (le mur « ad aggere » de D. Adamesteanu) ainsi que le mur D à l’arrière340. L’enceinte en grand appareil date de la première moitié du viie siècle, lorsque le site est transformé en phrourion : c’est alors qu’une tour B est construite entre les deux bras qui définissaient la porte 2. Finalement, seul le chemisage C (destiné à renforcer la tour B) apparaîtrait comme étant un ajout plus tardif341. Les recherches les plus récentes montrent que Gibil-Gabib connaît une revitalisation dès le début du ive siècle mais que sa période la plus prospère se situe effectivement dans la seconde moitié342. Cela se voit notamment dans les sépultures de la nécropole nord-est installée contre le dernier tronçon de l’enceinte dans ce secteur, dont le riche mobilier couvre tout le ive siècle343.

  • 344  Di Vita 1958, p. 91-99.
  • 345  Di Vita 2002, p. 141.
  • 346  Elle exprime néanmoins les deux possibilités pour la création du nouvel établissement : au début d (...)
  • 347  Étude des figurines en terre cuite et des matrices découvertes à Scornavacche : Portale 2000, p. 2 (...)
  • 348  Il s’agit de figurines en terre cuite, de céramique achrome et à vernis noir simple, de céramique (...)
  • 349  Portale 2000, p. 265-266.

64Scornavacche offre le double avantage d’apporter non seulement de la matière au débat historiographique mais également des données archéologiques assez riches sur l’habitat. Ce site a été fondé au cours du vie siècle sur les bords du fleuve Dirillo, à mi-chemin entre Géla et Camarine, un emplacement idéalement situé sur un axe Syracuse-Géla-Agrigente-Sélinonte (fig. 159). Des premières fouilles conduites par A. Di Vita il était ressorti que le site, après une période d’abandon, aurait été réoccupé à l’époque timoléonienne et déplacé un peu plus à l’est du précédent sur le secteur de l’ancienne nécropole, dont on avait alors récupéré des blocs et des tuiles. Puisque les premières structures de ce nouvel établissement présentaient des traces de remaniements, le fouilleur avait logiquement conclu à l’existence de deux phases principales, malheureusement difficiles à distinguer à cause de l’éboulement des murs et des couvertures qui a bouleversé les couches et mélangé le mobilier des différentes époques. Néanmoins, A. Di Vita avait postulé, par analogie directe avec Géla, que la première phase devait correspondre à l’époque de Timoléon et la seconde, à l’époque d’Agathocle. De plus, 80 % des monnaies présentes dans les deux niveaux principaux avaient été attribuées à des « émissions timoléoniennes » tandis que le répertoire coroplathique était rapproché des figures et des bustes d’Artémis ou de Déméter/Korè de Géla. De concert avec P. Orlandini, A. Di Vita en avait donc déduit que la « nouvelle Scornavacche » présentait un faciès timoléonien identique du point de vue typologique et chronologique à celui de l’acropole de Géla. Ce nouvel établissement, apparemment non défendu, aurait été détruit vers 280 av. J.-C. au cours d’une attaque surprise, à en juger par les céramiques non cuites laissées dans les fours344. De nombreuses années après, A. Di Vita a reconnu qu’il semblerait difficile d’insérer ces deux phases post-archaïques dans un intervalle aussi restreint, coincé entre l’époque de Timoléon et la fin du ive ou le début du iiie siècle. Au contraire, dater la première phase du nouvel établissement à l’époque de Denys permettrait d’élargir le cadre chronologique et de réduire le trop long hiatus entre la destruction de l’ancien noyau d’habitat à la fin du ve siècle et la construction du nouveau345. Pour E.C. Portale, cette étroite fourchette chronologique pose également problème du point de vue des productions coroplathiques du site346. Ses travaux sur les figurines de Scornavacche confirment qu’il y a bel et bien eu une période intermédiaire entre la destruction du premier établissement vers la fin du ve siècle et la création du second : ce développement ininterrompu plaide pour une continuité de l’occupation à Scornavacche et pour l’existence d’une véritable phase « pré-timoléonienne »347. S’il est effectivement difficile d’attribuer les différentes découvertes à l’une ou l’autre phase du nouvel établissement, le doute n’est pas permis pour ses derniers moments d’existence : les associations de matériel céramique présentes dans la couche de destruction sont caractéristiques de la fin du ive siècle en Sicile348. Compte tenu, d’autre part, de l’extrême rareté des documents matériels du début du iiie siècle, l’ultime phase d’existence de Scornavacche pourrait donc se situer entre les années 340/330 et 310/305 av. J.-C. plutôt qu’à l’époque des raids des Mamertins, dans le deuxième quart du iiie siècle349.

  • 350  Gafà 2000, p. 257-259.
  • 351  Ibid., p. 263, n.15.
  • 352  Ibid., p. 259.
  • 353  Cette caractéristique géologique bien connue (Di Vita 1958, p. 91 ; Gafà 2000, p. 257) est d’aille (...)
  • 354  Portale 2000, p. 265.

65Le nouvel établissement de Scornavacche a été fouillé sur un peu moins d’un hectare et il n’occupait vraisemblablement que la partie septentrionale du terre-plein (surface : environ 5-6 ha) : les prospections n’ont en effet pas donné de résultats au sud de la fouille tandis que les zones à l’ouest et à l’est semblent bien avoir été occupées, comme l’attestent les photos aériennes où apparaissent des formes régulières, de même orientation nord-ouest/sud-est que les structures fouillées (fig. 160). Une seule rue a pu être mise en évidence : de même orientation nord-ouest/sud-est que l’habitat, sa largeur variait entre 2,50 et 4 m, elle était parcourue d’une canalisation en son centre et possédait un revêtement en dalles de pierre. Deux autres voies parallèles à la première ont été restituées parmi les noyaux d’habitation situés au centre de la fouille. Dans ce secteur se trouve également un espace vide nettement plus large que la rue (9 m), dont la présence semble être un élément récurrent du schéma urbain des centres indigènes. La plupart des maisons possédaient un même mode d’organisation avec une cour centrale et des pièces disposées sur deux ou trois côtés, sauf dans les habitations du centre du plateau où le quatrième côté de la cour était occupé par une ou deux pièces couvertes. La majorité des maisons n’avaient pas un périmètre uniforme, à l’exception à nouveau de deux maisons du secteur central dont le plan était parfaitement régulier. Comme l’observe R. Gafà, le plan des maisons était finalement aussi hétérogène que le plan urbain : ainsi, au sein d’une même structure, des groupes de pièces quadrangulaires (donc plus faciles à couvrir) voisinaient avec d’autres aux murs incurvés ou obliques350. Les murs, conservés généralement sur une hauteur de 0,30-0,35 m au-dessus du niveau de circulation, étaient construits sur une épaisseur de 0,40-0,50 m avec des moellons de calcaire local à peine dressés et assemblés à sec de façon assez soignée, sans fondations ; les angles étaient renforcés par des éléments plus gros que ceux des pans. R. Gafà penche pour des élévations construites intégralement en pierre car les journaux de fouilles ne mentionnent que des éboulis de moellons à l’intérieur des pièces351. Les murs semblent avoir été systématiquement enduits à l’intérieur, et sans doute aussi à l’extérieur, dans un but uniquement protecteur. Les couvertures étaient de type « sicilien » (c’est-à-dire mixte, selon nos propres termes) et pouvaient comporter des tuiles à douille. Les sols consistaient généralement en une terre battue épaisse d’environ 0,10 m bien que certaines pièces aient parfois eu un dallage de pierre (il s’agissait alors peut-être d’ateliers) ; tous les sondages effectués tant dans les pièces que dans la rue ont mis en évidence sous le niveau de circulation une couche composée essentiellement de tessons, sans doute à des fins de drainage. Enfin les passages vers l’extérieur faisaient en moyenne 1,20 m de large et ceux à l’intérieur étaient de l’ordre de 0,80 m ; seuls deux piédroits en pierre ont été retrouvés tandis que des éléments d’huisserie et des clous en fer sont mentionnés dans les journaux de fouilles352. Parmi ces éléments architecturaux, très communs dans le contexte sicilien de l’époque, on relèvera le fait que les murs étaient très probablement construits intégralement en pierre et ce, malgré l’abondance d’argile à disposition353, ce qui rappelle l’hypothèse faite pour les maisons de Mégara. D’autre part, malgré les substantiels profits que Scornavacche devait tirer de la proximité des grands centres urbains avec lesquels elle commerçait354, il faut noter l’absence dans ces habitations d’équipements comme des sols en béton et des enduits décorés. Si l’argument économique ne suffit pas à expliquer cette absence, alors il faut supposer que ces éléments n’avaient pas été adoptés par les habitants de Scornavacche ou bien qu’ils n’avaient pas encore atteint cette région.

Fig. 160 - Plan de Scornavacche.

Fig. 160 - Plan de Scornavacche.

D’après Gafà 2000, p. 260, fig. 6

  • 355  Panvini 2011, p. 123-132.
  • 356  Micciché 2011, p. 125-126.
  • 357  Panvini 2011, p. 131.
  • 358  Micciché 2011, p. 136-137 ; Panvini 2003, p. 57-58, 74-75 ; Adamesteanu 1958a, p. 40-43.
  • 359  Panvini 2011, p. 132.

66Cet aperçu de la Sicile centro-méridionale des ve et ive siècles montre ainsi une situation assez variée, en tout cas très éloignée du modèle proposé par les chercheurs à la fin des années cinquante. On pourrait illustrer cette diversité avec d’autres sites comme Sabucina et Vassallaggi, dont la fréquentation cesse à la fin du ve siècle pour ne plus reprendre ensuite alors que d’autres, Capodarso, Cozzo Scavo et Monte Raffe, comme Monte Saraceno et sans doute Scornavacche, ont été continuellement occupés355. Enfin un site tel que Monte Raffe a même connu une période faste tout au long du ive siècle356, tout comme Monte Castellazzo, défini par R. Panvini comme une « central place » pour les échanges dans la région au cours du ive siècle357. Dans ce tableau très hétérogène, seule Gibil-Gabib semble au final avoir été particulièrement florissante dans la deuxième moitié du ive siècle, ainsi que Butera, dont on ne connaît quasiment que la nécropole de Piano della Fiera358. On ne pourra donc que rejoindre les conclusions de R. Panvini : dans cette région, aucun regain démographique et économique général ne peut être mis au crédit de Timoléon même si, il faut aussi le reconnaître, on a encore du mal à comprendre les dynamiques de peuplement qui eurent cours au lendemain des événements de la fin du ve siècle359.

Notes

1  Partie 1, p. 23-24.

2  La succession stratigraphique comporte un niveau de destruction extrêmement net constitué de couches de brûlé et d’éboulis daté de la fin du ve siècle, ce qui confirme la violente prise de la ville en 405 (De Miro, Fiorentini 1978, p. 434-435). Voir également la synthèse dans Congiu 2012, p. 118-120.

3  De Miro, Fiorentini 1978, p. 435-436. Ces décombres furent à leur tour recouverts par une couche homogène et par endroits suffisamment épaisse pour niveler les terrasses des phases précédentes. Sur le nouveau niveau de circulation que constituait le sommet de cette couche se sont alors implantées des structures d’époque timoléonienne, éparses et plutôt désorganisées, négligeant les implantations précédentes pour tantôt envahir l’espace des anciennes rues (à l’image du sténopos V), tantôt en dessiner de nouvelles en oblitérant les édifices précédents. Ce niveau a livré toutes les monnaies d’époque de Timoléon ainsi que de la céramique à figures rouges et des statuettes en terre cuite de la deuxième moitié du ive siècle. Aucun élément de mobilier ne va en tout cas au-delà de la fin du ive siècle, mis à part quelques trouvailles sporadiques bien plus tardives (ibid., p. 436-37).

4  Fiorentini 2002, p. 156-157. Cette interprétation, à laquelle je souscris, avait également été avancée par P. Orlandini pour soutenir son hypothèse de la réoccupation à l’époque de Timoléon, ce qui ne change rien à l’aspect purement technique de la question. Il rappelait ainsi que des murs a telaio étaient également bien présents à Agrigente et à Sélinonte et que la raison d’être de ces appareils était une économie notable des matériaux (Orlandini 1957a, p. 52, n. 1). On a déjà évoqué cet appareil assez particulier en partie 2, p. 42-46.

5  Voir p. 250-253.

6  Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 343-354.

7  Dimensions : 5,85 × 5,90 m. Elle était située dans la partie nord et comportait sur le pourtour une banquette de 0,95 m de large, surélevée de 8 cm par rapport au centre, faite d’un mortier peint en rouge aux rebords moulurés ; la partie centrale était décorée d’une mosaïque de tesselles blanches en motifs plutôt réguliers ; la banquette était interrompue sur le côté sud par un paillasson en position excentrée vers l’est, matérialisé par une mosaïque de tesselles (motifs alternés de svastikas/carrés en tesselles de marbre blanc sur fond en tesselles en pierre volcanique noire). Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 346.

8  Grâce à sa forme carrée, à la présence de la banquette, à l’entrée avec son paillasson excentré et au petit canal d’évacuation ; on y ajoutera la position de cette pièce, dans une partie périphérique de la maison (angle nord-est). La pièce située immédiatement au sud devait être l’antichambre de l’andrôn (Pilo 2006, p. 153-156). Les dimensions de la pièce indiquent un arrangement à sept klinai aux dimensions théoriques suivantes : entre 2,25 et 1,75 m de longueur et entre 1 et 0,75 m de largeur (ibid., p. 155, n. 6).

9  L’emplacement des banquettes est alors éventuellement matérialisé au sol par la partition du décor : Trümper 2007, p. 326, 330 ; Westgate 2007, p. 316.

10  Mais pour des raisons finalement erronées, basées à la fois sur le mobilier et sur les événements historiques de Géla : on y revient plus bas.

11  Des morceaux d’enduit blanc, rouge, gris et jaune et des fragments de corniches aux modénatures stuquées ont effectivement été retrouvés dans le secteur de la villa, sans plus de précisions ; on sait cependant que les murs (a priori, donc, leur base) du vestibule étaient revêtus d’un enduit gris et que les murs de l’andrôn devaient être recouverts d’un enduit gris imitant des blocs chanfreinés ; de plus, le sol de la pièce était jonché des restes d’un enduit marbré avec des coups de pinceau gris et azur sur fond rouge imitant le granit. Ce décor, dont on ne peut reproduire avec exactitude la syntaxe, semble manifestement être du Premier Style, avec des imitations d’assises isodomes rendues en relief et des fasces marbrées.

12  Il s’agit d’un cercle vicieux, car le paillasson de l’andrôn et le sol du vestibule sont considérés comme étant les premiers du genre en Sicile, une fois encore à cause de la fin de la ville supposée arriver en 282. Les références sur ce débat se trouvent dans Pilo 2006, p. 162, n. 7. J’ajouterai également la contribution de K.M.D. Dunbabin (Dunbabin 1994).

13  Pilo 2006, p. 159-162.

14  Adamesteanu 1957, p. 41.

15  Orlandini 1957a, p. 44-48.

16  Voir D. Mertens, Gela : nota sulle mura di Capo Soprano, in I. Berlingò, H. Blanck, F. Cordano (dir.), Damarato. Studi di Antichità Classica offerti a Paola Pelagatti, Milan, 2000. p. 320-323 et M. M. Morciano, Osservazioni sulla tecnica costruttiva delle fortificazioni di Capo Soprano, JAT, 11, 2001, p. 115-154.

17  Orlandini 1957a, p. 71-75 et pl. XXXIX à XLIII.

18  Orlandini 1956, p. 165 ; Adamesteanu 1957, p. 41.

19  Voir p. 250-251.

20  Orlandini 1956, p. 166.

21  Le deuxième niveau de l’enceinte, c’est-à-dire la surélévation en briques, est considéré comme unitaire et faisant partie d’une construction opérée à la hâte, vraisemblablement à la fin du ive siècle. Il n’est cependant pas fait mention du premier niveau en pierre du mur d’enceinte (Congiu 2012, p. 126-129).

22  De Miro, Fiorentini 1978, p. 433-436.

23  Spagnolo 1991, p. 68.

24  Orlandini 1956, p. 166-167.

25  Les bâtiments y étaient organisés de façon régulière, avec une répartition différenciée des secteurs privés, commerciaux et publics ; certaines habitations étaient élaborées et bien équipées (Congiu 2012, p. 124-126). Simplement mentionné dans Panvini 1996, p. 107-108, fig. 43 et dans Pilo 2006, p. 153.

26  Orsi 1906, col. 376-377.

27  Ibid., col. 418.

28  Cela à cause évidemment du côté inévitablement sporadique et limité que revêtent les fouilles en milieu urbain : les seules fouilles suffisamment étendues ont été en fin de compte celles des secteurs de l’acropole et de celles de l’ancienne gare.

29  Même opinion chez Congiu 2012, p. 118-120.

30  Voir p. 236-242.

31  Di Vita 2002, p. 141.

32  Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 126.

33  Au départ par P. Pelagatti. Hypothèse reprise ensuite, notamment dans Di Stefano 2011, p. 153, et Tourny 2012, p. 103-104.

34  Pelagatti 2000, p. 179-180. Cette interprétation est contestée par E. Tourny aux motifs que la céramique dans le sténopos D38-39 pourrait appartenir à des remblais et que la nature du matériel de l’îlot E37 reste trop vague (Tourny 2012, p. 114, 105) : elle conclut donc définitivement à un lotissement des quartiers nord-occidentaux de Camarine à l’époque timoléonienne (ibid., p. 142). Si les arguments d’E. Tourny sont recevables, il n’en demeure pas moins que les éléments avancés par P. Pelagatti sont solides, notamment quant à l’emplacement des trouvailles.

35  D’abord évoquée dans Pelagatti 1973, p. 183-184, cette inscription a été commentée sous le nom de « Camarina 3 », avec toute la bibliographie afférente, dans Game 2008, p. 151-153.

36  Dans le cas de la maison 17, probablement la boutique mentionnée dans l’inscription « Camarina 3 » (Di Stefano 2011, p. 154-155).

37  Pelagatti 1982, p. 717-718.

38  Et à partir d’éléments publiés ailleurs, notamment dans Collin Bouffier 2006 (p. 191, fig. 12, 193, fig. 18).

39  Tourny 2012, fig. 79 et 81.

40  Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125.

41  Pelagatti 2000, p. 181.

42  Cette période, définie assez vaguement au départ (Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125), a été bornée de façon plus précise entre la refondation de la ville 461 et sa prise par les Carthaginois en 405 (voir Di Stefano 2006, p. 166 et Tourny 2012, p. 79).

43  Période située entre 339 et 258 (Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 125-128).

44  Di Stefano 2011, p. 152-153 ; Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976, p. 126.

45  Les modalités du lotissement ont été esquissées dans Pelagatti, Ceschi, Tonca 1976 à partir des fouilles du quartier des maisons Lauretta. Dans ce système, les îlots étaient constitués de deux files longitudinales de 10 maisons chacune, séparées par un ambitus d’environ 1 m de large, chaque maison occupant un espace de 17 × 12 m. Ce schéma est très similaire dans l’îlot A34 où l’ambitus longitudinal est néanmoins plus étroit (0,60 m) et où on a repéré la présence systématique d’ambitus transversaux entre chaque maison (Pelagatti 1980, p. 517-519).

46  Il s’agit de travaux réalisés dans le cadre d’une thèse de doctorat, soutenue en 2012 à l’université d’Aix-Marseille et malheureusement inédite : Tourny 2012.

47  Ces alternances de 13,10 et 13,90 m ont obligé les arpenteurs à disposer dans le sens de la largeur des paires de lot de même mesure nord-sud afin d’aligner au mieux les ambitus transversaux.

48  Voir infra.

49  Tourny 2012, p. 128.

50  Ibid., p. 133-134. Pour les îlots E38, D38, D39, C44 et probablement E37, E39 et C16, les arpenteurs ont travaillé du sud vers le nord : ce sont donc les côtés nord des platéiai B, C et D qui ont servi « d’axes de lotissement ». Pour l’îlot A34, c’est l’inverse : les arpenteurs ont procédé du nord vers le sud à partir du bord sud de la platéia A.

51  En postulant que le sanctuaire d’Athéna occupait une emprise correspondant à trois îlots (C18-C19-C20), ce qui n’a pas été formellement établi sur le terrain. Néanmoins, cette condition liminaire établie par l’auteure me semble parfaitement plausible (Tourny 2012, p. 134-135).

52  Cet intervalle de 40,6 m a été déterminé en D38-D39. E. Tourny suppose que c’était le même pour l’ensemble du site : en effet, la série des demi-îlots prioritaires établie pour les îlots C et D est identique dans les îlots A (Tourny 2012, p. 134-135).

53  Le délai entre la construction des deux demi-îlots d’un même îlot pouvait être variable, de même qu’on pouvait très bien commencer à construire la deuxième file sans attendre d’avoir terminé la première.

54  La cause de ces variations de largeur n’est pas résolue pour autant. E. Tourny propose de l’attribuer à la façon dont la maison était construite sur le lot de base, celui qui servait de repère. Elle suppose que tous les lots de base étaient déterminés dès le départ depuis une platéia afin de servir de bornes pour la construction des futurs îlots et, partant, des sténopoi. Ces « lots témoins » étaient matérialisés par des moyens pérennes, c’est-à-dire des murs, afin de pouvoir servir de référence des années plus tard. Cependant, dans certains demi-îlots, les murs des maisons ont parfois été construits en faisant coïncider la face de parement externe avec la limite de lot ; d’autres fois, c’était la face de parement interne. Or c’était logiquement la face de parement externe qui servait à tracer le lot suivant : la largeur des murs faisant en moyenne 0,5 m, on tiendrait donc là une explication de la variation des largeurs des lots, répercutée ensuite sur les demi-îlots, puis les îlots, puis les sténopoi (Tourny 2012, p. 135-137).

55  Les dimensions des oikopédai étaient certainement déterminées par les autorités mais c’étaient les colons qui choisissaient le positionnement de leur maison à l’intérieur du lot (à part pour le lot de référence), ce qui a conduit à des anomalies dans les largeurs des ambitus et à des décalages des têtes d’îlots sur les platéiai. En effet, puisque les murs des maisons servaient de repères pour la construction des lots suivants, les points de référence pouvaient être pris sur des murs mal positionnés lorsque le lotissement avait été interrompu. E. Tourny pense avoir identifié à deux endroits une interruption de l’arpentage qui se traduit sur le terrain par un décalage de la tête d’îlot sur la platéia : entre les lots 3 et 2 de E39 et entre les lots 2 et 1 de D39 (Tourny 2012, p. 139-140).

56  Aiosa 2010.

57  Voir partie 1, p. 28 et infra.

58  Lamboglia 1953, p. 81-83.

59  Lamboglia 1953, p. 80.

60  Ces indications proviennent d’un sondage dont, malheureusement, on ne connaît que la référence (XLI) : on peut supposer qu’il devait être situé à l’intérieur de l’enceinte, là où se trouve le village moderne (Lamboglia 1953, p. 78-79). Un autre sondage dans le secteur des Cercadenari, qui avait pour but de chercher l’existence potentielle de structures du iiie siècle, n’a livré que du matériel de la fin du iie siècle (ibid., p. 83).

61  Ces dernières sont datées par des tessons de sigillée englobés dans les mosaïques lors de leur construction tandis que la maison elle-même date de l’époque césarienne, juste avant la déduction de la colonie augustéenne.

62  Pour cette dernière, nous ne disposons ni des éléments de datation, ni du plan : seules des photographies permettent de les entrevoir (Lamboglia 1953, p. 79, 83). Dans ce secteur, cette structure aurait été la première à avoir succédé au gisement préhistorique, éliminant ici toute trace potentielle d’une implantation dionysienne (ibid., p. 80-81).

63  La Torre, Mollo 2013, p. 427-432 ; La Torre 2005, p. 122.

64  Spigo 2006, p. 99-100. Les données fournies par G. Lamagna, qui a récemment fouillé le site, ne vont pas dans ce sens et pointent vers une première phase de développement urbain dans les dernières décennies du ive siècle (Lamagna 2011, p. 57-58).

65  Di Vita 2002, p. 142-143.

66  Belvedere, Termine 2005, p. 91. Leur campagne de mesures sur le terrain a livré les résultats suivants (certains ayant été déjà établis auparavant). Pour l’insula IV, la seule qui soit complètement dégagée : 28,3 × 72,4 m ; pour l’insula V, au nord de la IV : 28,5 × 69,9 m ; les largeurs de deux autres îlots, l’insula VI et l’insula XVIII (secteur des Cercadenari) s’avèrent être très proches des précédentes. Pour la platéia/decumanus supérieure : 8,5 m ; même largeur pour la platéia/decumanus médiane dans le secteur des Cercadenari. Largeur des sténopoi : entre 2,85 et 3 m. Les mesures métriques ont été converties par O. Belvedere et E. Termine en pieds ioniens de 0,296 m : 10 pieds (largeur sténopos), 30 pieds (largeur platéia), 100 pieds (largeur insula), 250 pieds (longueur insula). D’où les rapports : 1/3 ; 1/3,3 ; 1/2,5. Les auteurs voient dans la régularité et l’aspect modulaire des îlots une influence hippodaméenne bien que la longueur de l’insula (rapport 1/2,5) leur semble à cet égard inhabituelle (ibid., p. 86-87). Les largeurs des sténopoi/cardines ont ensuite été confirmées par des fouilles au Cercadenari (env. 3 m), ainsi que la largeur des îlots donnant sur la platéia/decumanus médiane (28,3 m) (Spigo 2006, p. 103).

67  Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 206.

68  Identification également reprise et appuyée par S. Aiosa qui souligne la présence de deux murs parallèles, situés sous la partie nord-est de la maison B, derrière les boutiques, qui longeaient la canalisation de part et d’autre et qui étaient séparés de moins d’un mètre. Par ailleurs, dans l’étude de la maison C, il identifie clairement cette canalisation comme une installation appartenant à un état précédent (Aiosa 2010, p. 14).

69  La Torre 2006, p. 92, fig. 16.

70  La tête d’îlot sur le decumanus supérieur a peut-être été prolongée sur l’espace de la rue lorsque l’on y a construit les petits thermes : dans ce cas, les dimensions de l’îlot (72,40 × 28,30 m) dateraient de la moyenne époque impériale et ne seraient pas celles de départ.

71  Belvedere, Termine 2005, p. 89.

72  Voir n. 66.

73  En ce cas on ne peut exclure la possibilité que les lots aient eu des modules différents, comme c’est le cas à Camarine. Autre incertitude : les rues principales, c’est-à-dire les decumani, n’ont peut-être pas toujours conservé la même largeur au cours du temps (8,50 m). D’après certains sondages, le decumanus supérieur était en effet plus étroit dans son premier état mais cet état plus ancien n’a été repéré que dans la partie nord-orientale de la rue. Datée du ive siècle, cette voie serait constituée d’un damage de sable posé sur une fine couche de graviers et de tessons (Barreca 1958, p. 149). Les travaux précédents s’étaient limités à constater la superposition des niveaux de différentes époques (Lamboglia 1953, p. 80).

74  Lamboglia 1953, p. 75-76.

75  L’appareil à moellons et chaînages est qualifié de « grec tardif » par N. Lamboglia et celui en grand appareil de « romain tardif ». À l’extérieur du mur « grec tardif » se trouvaient des couches identifiées comme des niveaux de décharges successifs : le « niveau I », le plus haut (daté entre 150 et 50 av. J.-C.), était appuyé contre le revêtement du mur « grec tardif » auquel il était donc postérieur ; le « niveau II » (daté entre 250 et 150) était antérieur au revêtement mais postérieur à la construction ; le « niveau III » (daté entre 300 et 250) était contemporain ou précédant de peu la construction (pour les coupes sur le rempart : Lamboglia 1958, p. 164-165, fig. 6 ; pour les niveaux de décharge : Lamboglia 1958, p. 166, fig. 8). F. Barreca avait auparavant proposé de faire de l’appareil appelé « à double parement » une réfection de celui « à moellons et chaînages » et d’attribuer ce dernier à la fondation dionysienne : en vertu de cette hypothèse, la partie au nord-ouest du plateau appartiendrait à l’enceinte dionysienne mais elle n’aurait pas pu être renforcée par le double parement à cause du terrain difficilement praticable. Ces deux états de l’enceinte correspondraient, pour le premier, à la phase de la fondation et, pour le second, à l’époque d’une « florissante indépendance » au temps d’Agathocle (Barreca 1957, p. 127-129 ; Barreca 1958, p. 146-148). Cette vision, uniquement fondée sur des considérations stylistiques, avait été contestée par N. Lamboglia qui qualifia F. Barreca de « fouilleur inexpert » et l’accusa en outre d’avoir saccagé la stratigraphie du remplissage (Lamboglia 1958, p. 167).

76  Karlsson 1992, p. 72, 93-94.

77  Certaines trouvailles faites lors des travaux de restauration des murs confirment les données des fouilles : il s’agit de monnaies de Hiéron II, de monnaies mamertines et de fragments de céramique du style de Gnathia. À ce propos, G.F. La Torre ne manque pas de rappeler qu’on ne dispose donc pour l’heure que de TPQ qui ne permettent pas d’attribuer catégoriquement la construction de l’enceinte à une période donnée (La Torre 2005, p. 127-129, n. 144).

78  Comme le confirme bien l’un de ses clichés (Karlsson 1992, p. 94, fig. 88). Une précision m’a d’ailleurs été suggérée par H. Tréziny à ce propos : sans contester ni la chronologie ni la proposition de L. Karlsson, il discerne la présence d’un premier rempart en petit appareil, peu épais (1,60 m environ), avec ou sans murets de liaison, qui aurait constitué le noyau du second rempart en grand appareil, doté des chaînages repérés par L. Karlsson.

79  Mégara 7, p. 119-131.

80  Voir partie 2, p. 45-46 et p. 69.

81  Cultrera 1943, p. 38-42.

82  Ibid., p. 40.

83  Gentili 1951, p. 278-279.

84  Ibid., p. 279-284. Ce type d’appareil a été rapproché des murs de type M1 de Mégara (voir p. 42-46).

85  Le matériel trouvé dans la couche située sous les sols de la maison comprenait en particulier des vases achromes, de la céramique à vernis noir locale, des tessons d’imitations de vases pestans ou du style de Gnathia ainsi qu’un fond de tasse avec des oves estampés. La liste détaillée se trouve dans Gentili 1951, p. 283-284.

86  Ibid., p. 281.

87  Ibid., p. 285-286.

88  Le plan publié par G.V. Gentili montre que le mur sud de la structure, parallèle à celui de la maison 1, était aligné avec le mur sud de la maison 2 et que les deux murs étaient construits de la même manière (fig. 141) ; à l’ouest, ce tronçon fait un retour vers le nord, exactement sous le mur ouest de la maison 1 auquel il a manifestement servi de fondations. De plus, il précise bien que le haut de ces murs était au niveau de l’assise de réglage des murs de la maison : il devrait donc bien s’agir des murs sud et ouest d’un ancien édifice situé sous la maison 1. Le matériel du secteur de la maison 1 comprenait des tessons de vases de production locale (Gentili 1951, p. 278-279, fig. 14) : céramique à figures rouges, du type de Gnathia (rinceaux de vignes blancs et jaunes), à vernis noir (skyphoi, petites coupes et plats à bords allongés et rabaissés). Ces objets du ive siècle ne contredisent pas notre hypothèse, même si leur provenance reste bien vague.

89  Contra G.V. Gentili pour qui l’hypothèse d’une rue nord-sud était ici difficilement envisageable, d’autant plus qu’au carrefour avec la grande artère est-ouest se trouvaient justement les structures liées à l’arc honorifique (Gentili 1951, p. 278).

90  Pour ce dernier, l’auteur avance la chronologie suivante : un premier état au ier siècle apr. J.-C., des transformations dans la deuxième moitié du iie siècle puis une réorganisation autour du monument à la fin du viie siècle (ibid., p. 277).

91  G.V. Gentili date l’ensemble du début de l’époque impériale. Dans la maison 3 au nord de la maison 2, la céramique prélevée comptait aussi bien un fragment de cratère italiote à décoration en méandres que des petites coupes à vernis noir locales ainsi que de la campanienne C et des lampes romaines (Gentili 1951, p. 284-285).

92  Certains sont décrits dans Gentili 1951, p. 287-291 ; l’auteur suppose pour ce matériel une production de Kentoripa du iiie ou du iie siècle.

93  Voir partie 2, p. 48-49.

94  Les sols de la pièce nord et de la cour ont été décrits dans la partie 2 (voir p. 62-64 et 69).

95  Voir partie 2, p. 125-135.

96  Gentili 1951, p. 292-293. Dans son comblement il est question, entre autres, d’un oscillum, d’une lampe romaine, de tessons de campanienne C, de sigillée et de céramique arétine (ibid., p. 292).

97  Voir n. 92.

98  Gentili 1956, p. 99.

99  Décrit ici p. 62-63.

100  Gentili 1956, p. 101, 104 fig. 5, I.

101  Ibid., p. 102, 104, fig. 5, II.

102  Décrit ici p. 62-64.

103  Gentili 1956, p. 103, 105, fig. 6, I.

104  Verr. II, 4, 117-119.

105  Basile 2012, p. 177-178.

106  Guzzardi 2011, p. 354-357.

107  Les autres tronçons, connus depuis l’époque de P. Orsi, se trouvent dans le « Foro Siracusano » et près de la piazza Marconi. La longueur connue fait donc environ 600 m mais son parcours à l’est reste hypothétique. Cependant, son orientation montre qu’elle devait mettre en relation d’un côté le quartier du Fusco, puis tout l’arrière-pays le long de la vallée de l’Anapo et, de l’autre, la pointe nord-ouest d’Ortygie (Basile 2012, p. 197-200 ; Basile 2009, p. 757-765).

108  Guzzardi 2011, p. 362-363.

109  Les vestiges fouillés datent en fait de l’époque hellénistico-romaine bien que les sténopoi soient larges de 2,5 m et soient séparés par des îlots de 25 m de largeur, ce qui est bien différent des mesures que l’on connaît à piazza della Vittoria où les îlots hellénistico-romains faisaient 38 m de large avec des rues de 3 m (voir plus loin). Or ces mesures sont au contraire bien attestées à l’époque archaïque à Ortygie : cela laisse supposer que les sténopoi hellénistico-romains de la gare ont été construits sur des sténopoi archaïques, dont ils reprennent l’organisation (Basile 2012, p. 200-202 ; Basile 2009, p. 757-759).

110  Deux sont certainement archaïques : celui de via Bengasi et celui de piazza Marconi. Les édifices des viie-vie siècles de la via Somalia prouvent l’existence d’un tissu urbain à cette époque (Basile 2009, p. 759, en particulier n. 52). Par ailleurs, l’un d’eux se raccordait à la rue pomériale.

111  Guzzardi 2011, p. 364-365.

112  Basile 2012, p. 205-206.

113  Voir supra p. 201-203. Ce sont les fouilles de la piazza della Vittoria, dirigées par G. Voza, qui ont définitivement confirmé l’existence du modèle urbain avec rues secondaires N-S disposées perpendiculairement au grand axe E-O (Voza 1978, pl. LXXXIX). Lors des fouilles suivantes ont été également découvertes d’autres rues secondaires mais cette fois obliques, avec une orientation globalement NO-SE (Voza 1982, pl. CXXIII).

114  Carbé et al. 2005, p. 167-168.

115  Dans ce secteur se trouvent d’ailleurs quelques données intéressantes sur lesquelles je voudrais revenir rapidement. Il s’agit notamment de cette rue N-S le long de laquelle plusieurs édifices étaient alignés, dont cette maison 1 qui devait s’étendre encore vers l’est (Cultrera 1943, p. 38, n. 1). Plus à l’est, se trouvait probablement une autre rue N-S, parallèle à la première, qui devait longer la structure 4 par l’est. D’après le plan (fig. 140), ces deux rues étaient distantes d’environ 38 m, comme dans les fouilles de la Madonna delle Lacrime. Cette mesure correspond ici aussi à la largeur de l’îlot dont l’axe médian était par conséquent à 19 m de l’une et l’autre rue. Or on voit que la tête de l’un des murs de la maison 1 se trouvait précisément à cette distance de la rue, ce qui pourrait signifier que la maison 1 faisait 19 m de large (dimension E-O) pour une longueur de 20 m. Dans cette hypothèse, la maison 1 aurait ainsi occupé la largeur d’un demi-îlot, voire directement l’espace d’un lot de dimensions approximativement égales à celles de la maison 1. Je referme cette parenthèse en signalant que ces dimensions se retrouveraient aussi pour la maison 4 et peut-être pour la maison 7 : on pourrait alors envisager dans ce quartier des lots de module 19 × 20 m.

116  Guzzardi 2011, p. 368.

117  Voir p. 201-203.

118  Voir p. 203-204.

119  Guzzardi 2011, p. 371-373.

120  Ibid., p. 367-370.

121  Il s’agit de bains dont on aura l’occasion de reparler à propos des bétons de tuileau (p. 249-250). Découverts par G. Cultrera (Cultrera 1938) et étudiés plus tard par H. Broise (Broise 1994).

122  Fouilles décrites dans Messina 2009.

123  Ce dernier, qui ne communiquait avec aucun autre connu, captait l’eau sur les Épipoles et finissait son parcours dans la zone à l’est du théâtre dans les latomies du Paradis ; il a été probablement réalisé vers la fin du ve siècle : résumé des discussions dans Messina 2009, p. 815 surtout n. 35.

124  Ibid., p. 817-819.

125  Guzzardi 2011, p. 383-384. D’ailleurs, l’actuel canal de collection des eaux usées prolonge dans le temps ces aménagements antiques puisqu’il se trouve justement sous le viale Cardona.

126  D’autres nécropoles se développèrent après la fin du vie siècle autour des axes de Scala Greca et Santa Panagio ; dès cette époque, et sans doute jusqu’à la fin de l’époque hellénistique, on connaît des fermes suburbaines installées le long de ces parcours dont une, fouillée au niveau de la via Piazza Armerina, date du ive siècle. Il faut en outre signaler plus au nord la nécropole de Targia, active à partir du ive siècle (ibid., p. 375-377).

127  Basile 2012, p. 206-211.

128  Pour ne rien simplifier, on notera que cette orientation N-S devait déjà exister à l’époque classique mais sans être liée à un habitat : on la perçoit en effet à travers le théâtre, le sanctuaire des déesses thesmophores de la piazza della Vittoria et un édifice découvert dans la via Zopiro, dont il sera question plus loin (ibid., p. 220-221).

129  Marc. 18, 6.

130  De plan rectangulaire, orienté N-S et de fonction inconnue.

131  Basile 2012, p. 212-216.

132  Ibid., p. 217-219.

133  Publiées respectivement sous les noms : House of the Golden Hoard, House of Pappalardo, House of the Official, House of the Arched Cistern.

134  House of the Mended Pithos, House of the Palmento.

135  House of Ganymede, House of the Doric Capital.

136  De Miro 1980, p. 737.

137  Décrite notamment dans Tsakirgis 1984, p. 70-84 et Mancini 2006, p. 170-171. Voir également Bell 2011, p. 105-110, Sposito 1995, p. 105-111 et De Miro 1980, p. 736-737. Rapports de fouilles : Sjöqvist 1960, p. 131-133 et Sjöqvist 1958, p. 162.

138  Quelques fragments de céramique à vernis noir du iiie siècle trouvés sous les mosaïques, une pièce de Hiéron II sous le seuil de la pièce 16 (D/tête de Hiéron R/cavalier), un dépôt de céramique dans une cavité sous le sol de la pièce 17 comprenant en particulier les tessons d’un canthare à vernis noir (fin ive siècle) et d’un skyphos du style de Gnathia.

139  Tsakirgis 1984, p. 82-84. Cet argument déjà émis par les fouilleurs va dans le sens d’une construction de la maison au cours du iiie siècle. Voir aussi note suivante.

140  Nous reviendrons infra, p. 257-258, sur ces critiques purement méthodologiques.

141  Mancini 2006, p. 171. Mercenaires établis à Morgantina après sa conquête par Rome en 211.

142  Ibid., p. 171-172.

143  Voir discussion infra, p. 255-256.

144  Il répond ainsi directement à une remarque dans Campagna 2006, p. 15-16, n. 8, à propos des monnaies comme seuls arguments chronologiques avancés par les fouilleurs.

145  Détail du contenu : Bell 2011, p. 107, n. 12 ; voir aussi n. 138 supra.

146  Détails : Bell 2011, p. 107, n. 13.

147  La citerne sud aurait été en usage jusqu’à l’abandon de la maison : son remplissage ne comportait pas beaucoup de matériel significatif mais la présence d’un fragment de colonne montre que son abandon fut à peu près contemporain de celui de la maison.

148  Liste : Bell 2011, p. 108.

149  Liste : ibid., p. 109.

150  Ces structures avaient déjà été signalées, quoique plus vaguement, par les fouilleurs de la maison qui mentionnent une citerne au nord, comblée et scellée par deux énormes dalles, par-dessus lesquelles était construit l’un des murs de la maison ; ils précisent que cette citerne (comme la fosse de la pièce 17 mentionnée supra) contenait du matériel « typical of the “Timoleontic” strata of Gela » et en concluent qu’elle appartenait à une habitation du troisième quart du ive siècle, antérieure à la maison de Ganymède (Sjöqvist 1960, p. 132-133).

151  Bell 2011, p. 106, n. 10.

152  Tsakirgis 1984, p. 118, n. 219.

153  Ibid., p. 90-91.

154  Ibid., p. 91-92.

155  Sposito 1995, p. 105-106 ; reconstructions p. 110 ; voir ici fig. 146c.

156  Commentée dans Tsakirgis 1984, p. 125-151, et dans De Miro 1980, p. 734-736. Brève allusion dans Sposito 1995, p. 126. Le compte rendu des fouilles est publié dans Stillwell 1961, p. 279-280 ; Stillwell 1963, p. 168-169 ; Sjöqvist 1962, p. 138-140.

157  Sjöqvist 1962, p. 139.

158  On a présenté ce type d’arrangement en Dreiraumgruppe en introduction du paragraphe dédié aux « salles de réception » de Mégara (p. 105).

159  La pièce 9 porte des traces de remaniements qui vont dans le sens de cette restitution. Initialement, cette pièce communiquait avec l’ambitus qui longeait la maison à l’est par une porte étroite qui a été bouchée, peut-être lorsqu’on a créé le passage vers 8 et modifié les circulations dans l’aile est. Dans le premier état, à l’époque du quadriportique, la partie nord de la pièce 9 correspondait en fait à l’extrémité orientale du portique sud : on y retrouve d’ailleurs le même sol que celui du promenoir sud. La pièce 9 dans ce premier état était donc plus petite : l’emplacement de son ancien mur nord se devine grâce aux différences de sol que l’on évoquait et à leur différence de niveau ; enfin, le tronçon de mur au nord-ouest possède un autre type d’appareil que celui des autres murs, signe tangible qu’il s’agit en fait d’un ajout (Tsakirgis 1984, p. 136-138).

160  D’après Stillwell 1963, p. 168, suivi par Tsakirgis 1984, p. 142, et De Miro 1980, p. 734.

161  Signalé seulement dans Tsakirgis 1984, p. 142, et daté par de la céramique à vernis noir de l’époque hellénistique ancienne (ibid., p. 253, n. 107).

162  En l’état, il n’est donc pas possible de dire s’il s’agissait d’un Dreiraumgruppe.

163  Voir n. 161.

164  Les couches les plus tardives trouvées dans ces pièces ne contenaient pas de céramique arétine, ni de monnaies plus récentes que le milieu du ier siècle (Tsakirgis 1984, p. 144).

165  Sjöqvist 1962, p. 140.

166  En effet les murs plus récents, qui suivaient une grille orthogonale, ont repris exactement les orientations des murs plus anciens (quand ils ne sont pas directement fondés dessus) : cette grille orthogonale existait donc auparavant, au moins dès la fin du ve siècle. Tout cela confirme une hypothèse de M. Bell que l’on présentera plus bas.

167  Elle est évoquée dans Stillwell 1961, p. 279, et a été plus amplement investiguée dans Stillwell 1967, p. 246-248. Décrite en particulier dans Tsakirgis 1984, p. 177-186 ; De Miro 1980, p. 731-732 ; Sposito 1995, p. 113-125.

168  Selon Stillwell 1967, p. 247, et De Miro 1980, p. 731. Elle est de 18 × 30 m dans Sposito 1995, p. 113, qui en a d’ailleurs fait un relevé architectural. Sur ces différences de mesure et leurs implications en termes d’urbanisme, voir infra.

169  Tsakirgis 1984, p. 178.

170  Interprétation partagée par Stillwell 1967, p. 247 ; Tsakirgis 1984, p. 180 ; De Miro 1980, p. 731 ; Sposito 1995, p. 113.

171  Tsakirgis 1984, p. 179. Même interprétation, faite de façon littérale, dans Sposito 1995, p. 115. Pour une définition de la pastas, voir partie 2, p. 119.

172  Comme avancé déjà par De Miro 1980, p. 728, 737.

173  Voir p. 212-213.

174  Tsakirgis 1984, p. 184, 278-279, n. 323.

175  Les restitutions dans Sposito 1995, p. 122-125, postulent l’existence d’une autre maison.

176  Tsakirgis 1984, p. 185 ; Tsakirgis 1990, p. 431, n. 35.

177  Stillwell 1967, p. 248. Ce dernier indice montre que la mosaïque faisait partie d’une phase de remaniement, comme le prouvent également la céramique et les monnaies du iie siècle trouvées sous le sol de la pièce 5 (Tsakirgis 1984, p. 185).

178  Voir p. 217-218.

179  Le résultat des fouilles est rapidement mentionné dans Stillwell 1967, p. 247. Description dans Tsakirgis 1984, p. 171-177. Voir aussi De Miro 1980, p. 732.

180  Tsakirgis 1984, p. 177.

181  Voir p. 27.

182  C’est à la fin des années 1950 que l’hypothèse d’une influence de Timoléon sur l’urbanisation de Morgantina a rapidement pris corps. Partie de l’interprétation du sanctuaire de Déméter et Korè proposée par E. Sjöqvist (Sjöqvist 1958), cette hypothèse s’est ensuite vue renforcée par l’interprétation des fortifications puis du plan d’urbanisme régulier de Serra Orlando. Les fouilles de 1961 ont en effet montré que des structures « hiéroniennes » dans l’Aire V reprenaient un schéma régulier établi dans la deuxième moitié du ive siècle, et en particulier dans les décades 330 et 320 (Sjöqvist 1962, p. 142). Des investigations sur la colline ouest quelques années plus tard ont confirmé une mise en place du maillage des rues et des îlots au ive siècle plutôt qu’au iiie siècle (Stillwell 1967, p. 249). E. De Miro parle également d’un urbanisme timoléonien mis en place selon un plan « per strigas » avec un développement progressif de l’habitat entre la fin du ive et la fin du iie siècle qui respecte le tracé des rues et le découpage dans les îlots (De Miro 1980, p. 726-727).

183  Stillwell 1967, p. 249. Le tyran syracusain était alors tenu par les chercheurs comme étant également le promoteur de la plupart des grandes réalisations architecturales de l’agora et de leur articulation dans l’ensemble du modèle urbain (Sjöqvist et Stillwell 1957, p. 152 ; Sjöqvist 1958, p. 162 ; Sjöqvist 1960, p. 129).

184  Bell et Holloway 1988, p. 314-316.

185  Les mesures du schéma urbain de Morgantina sont aujourd’hui établies comme suit et rapportées à l’utilisation d’un pied de 0,32-0,33 m. La platéia A faisait 11,6 m de large (36 pieds) et la B était de 6,5-6,9 m (20-21 pieds). Les sténopoi mesuraient entre 4,80 et 6,50 m de large (15-20 pieds). Les dimensions des îlots étaient différentes selon qu’ils se trouvaient au centre (entre les deux platéiai) ou sur les bords (entre une platéia et l’enceinte) : les îlots du centre avaient un module régulier (330 × 120 pieds de 0,32 m = 106,26 × 38,64 m NS-EO) alors que les longueurs des autres dépendaient du tracé de l’enceinte. Les îlots étaient divisés en deux files de six lots par un ambitus longitudinal (largeur : 0,98 m ou 3 pieds). Les dimensions des lots étaient de 17,71 × 18,84 m (55 × 58,50 pieds, dimensions NS-EO) : M. Bell souligne que tous les éléments connus vont dans le sens d’une division originelle en lots égaux. Enfin, l’agora a été définie sur un espace vierge d’habitat, large comme trois îlots et deux sténopoi, soit environ 126 m (Bell 2010, p. 732).

186  La partie sud de la fortification, à l’ouest de l’agora, consiste en un mur à double parement de blocs plutôt rectangulaires avec un remplissage de brocaille (Sjöqvist, Stillwell 1957, p. 157). Les investigations ont déterminé l’existence de deux systèmes défensifs différents, correspondant l’un à l’établissement de La Cittadella et l’autre à celui de Serra Orlando. Ce dernier suivait la ligne de rupture de pente tout autour de Serra Orlando, soit une longueur d’environ 7 km, où il a été repéré en cinquante-cinq emplacements ; son appareil est partout le même que celui de la partie sud et son remplissage a procuré des éléments de datation en tout point comparables au « well dated Timoleontic material from Butera and Gela », notamment celui des tombes XIV et XXV de Butera : la construction de cette enceinte a donc été attribuée à l’époque de Timoléon (Sjöqvist 1960, p. 125-128, n. 7). Concernant les sépultures, l’une des plus anciennes est l’« épitymbion VIII » qui contenait en particulier un lécythe à figures rouges italiote (ibid., pl. 22, fig. 8) et un bol à couvercle (pl. 24, fig. 9), ce dernier étant décoré de rinceaux de fleurs blancs peints sur un vernis noir brillant, rapproché par les fouilleurs des premières productions du type de Gnathia. Un kotyle (pl. 22, fig. 10) retrouvé dans la « Sépulture 10 » et un lékanis (pl. 24, fig. 11) de la « Sépulture 15 » relèveraient du même groupe (ibid., p. 129).

187  Voir la mise au point au chap. 9, p. 251-252.

188  Outre les murs évoqués précédemment, on peut citer un grand bâtiment situé au nord-est de l’agora, sous la stoa nord, dont les orientations proviennent d’ailleurs de cet édifice (Childs 1979, p. 378-379). Pour ce qui est du matériel, on a découvert sur l’agora et dans les quartiers résidentiels alentours des monnaies d’argent de Géla et d’Agrigente, de la céramique attique à figures rouges ainsi qu’à vernis noir, en quantité abondante ; d’autre part, un tesson attique portant un graffito semble attester au ve siècle une division en groupes civiques similaire à celle de Camarine (Bell 2006, p. 256-257).

189  Voir n. 185.

190  Certaines de ces observations nous avaient été signalées (à H. Tréziny et moi-même) par M. Bell lors d’une visite du site en mai 2012. Je saisis ici l’occasion de le remercier à nouveau pour cette visite fort éclairante.

191  Lucore 2013 p. 161-162, fig. 8-9.

192  Mais aussi la maison du Magistrat et la maison du Chapiteau dorique.

193  Voir p. 208.

194  Voir p. 212-213.

195  Les pièces 23-24-25 me semblent difficilement compatibles avec le schéma de cette maison et devaient appartenir à une troisième maison au nord.

196  Les dimensions que je restitue pour le péristyle sont basées sur la reconstruction de B. Tsakirgis (voir p. 212) et sur des considérations de symétrie.

197  Soit une surface d’environ 22 × 18,50 m.

198  La limite nord de la maison de Pappalardo correspond en fait à une limite de lot du ve siècle : cette séparation s’est donc maintenue au cours du temps, ce que les fouilles ont confirmé (Tsakirgis 1984, p. 184-185).

199  Voir p. 213-214.

200  Tsakirgis 1990, p. 434.

201  Datation par analogie avec la maison de la Citerne à l’arche et la maison du Magistrat (ibid., p. 432).

202  Tsakirgis 1984, p. 186-206 ; Tsakirgis 1990, p. 432.

203  Les limites des ambitus longitudinaux ont manifestement été observées durant un certain temps. De fait, ce n’est qu’à l’époque des grandes demeures comme la maison des Chapiteaux toscans, au iie siècle, et la maison de Ganymède, au milieu du iiie siècle, que ces limites ont été outrepassées : ces deux maisons sont d’ailleurs les seules dans ce cas de figure.

204  La maison d’Eupolémos est à ce jour la plus ancienne maison de Morgantina qui ait conservé son plan d’origine à « cour centrale », daté du ive siècle. Les maisons des lots du ve siècle devaient probablement avoir une planimétrie semblable. C’est en tout cas l’étude de cette maison qui a finalement permis de fixer les dimensions des lots (Bell 2010, p. 737).

205  Bell 2011, p. 106, n. 9.

206  Voir supra ; références dans Sjöqvist 1962, p. 142 et Stillwell 1967, p. 249.

207  À part pour la typologie des maisons, voir ici et p. 177-180.

208  La datation précise de ce plan n’a pas pu être établie malgré les sondages stratigraphiques. Cependant on dispose d’un TAQ avec l’édification dans les années 480 à 460 du temple dédié à Zeus Olympien suite à la victoire de Théron d’Agrigente et Gélon de Géla sur Carthage en 480, édifice clairement inséré dans la maille urbaine (De Miro 2009, p. 410).

209  Di Vita 1996, p. 296-297.

210  De Miro 2009, p. 410.

211  Les platéiai font un angle de 10° par rapport à l’axe est-ouest (ibid., p. 409).

212  La première couvre la majeure partie du vie siècle avant que ses structures soient détruites ; s’ensuit une deuxième période, bien ancrée dans le ve siècle et caractérisée par une surélévation du niveau de circulation, qui se termine violemment à la fin du siècle, probablement au moment de la prise de la ville par Carthage en 406. La troisième période comporte deux phases : une première entre le milieu du ive et le milieu du iiie siècle correspondant à une reconstruction complète du quartier dont les modalités ne sont cependant pas claires ; une deuxième dans la deuxième moitié du iiie siècle qui présente de nettes traces de spoliations. La quatrième période est donc celle de la construction des maisons où, au cours des dernières décennies du iie siècle et des premières du siècle suivant, des lots sont définis et marqués par des murs périmétriques. Au cours de la cinquième et dernière véritable période de fréquentation, qui commence vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. et s’étend aux iie et iiie siècles, de nouvelles structures apparaissent, associées à un rehaussement du niveau des sols et à la construction de mosaïques de grand prix (De Miro 2009, p. 405-407).

213  Ce sont les maisons I C, II H, II I, III A, III B, III F, III G, III I et III L.

214  Voir partie 2, p. 177-178.

215  Il s’agit au total de dix-huit maisons sur les vingt-neuf du quartier. Curieusement, E. De Miro affirme pourtant que cette configuration « si riscontra nel nostro quartiere solo in poche case » (De Miro 2009, p. 384).

216  Voir p. 138-139.

217  De Miro 2009, p. 387. Ces maisons à péristyle sont la maison I A (8 × 7), la maison II A (7 × 5), la maison I A (8 × 7), les maisons I B1 et B2 (4 × 4), les maisons I E et II D (3 × 3), la maison II C (5 × 3) et la maison III A (4 × 3).

218  Voir p. 107.

219  De Miro 2009, p. 391-393.

220  Le secteur de la porte II avait déjà été exploré auparavant et des indices d’activités cultuelles y avaient été repérés, notamment des dépôts votifs placés dans des niches, elles-mêmes creusées dans les falaises qui flanquent la route menant à la porte. La fréquentation de ces lieux de culte semble avoir débuté dès l’époque archaïque pour perdurer jusqu’au ive siècle (De Orsola 1991, p. 71-73).

221  Au sud de l’îlot I, la situation est plus confuse en raison de la présence de la porte II. D. De Orsola suppose que le tracé du sténopos I devait s’infléchir vers l’est en direction de l’ouverture de la porte ; auparavant, celui-ci aurait croisé la platéia II (ibid., p. 81). Il me semble plus logique de considérer que c’était la platéia II qui faisait un coude en direction du sud-est pour rejoindre la porte et que le sténopos I (et le II) se raccordait à ce coude (ce qui supposerait alors un croisement à angle obtus et non à angle droit).

222  C’est une situation que l’on trouve également à Camarine, par exemple dans l’îlot C44 (voir Tourny 2012, p. 117-119).

223  De Orsola 1991, p. 73-74.

224  La plupart de ces murs sont d’ailleurs construits dans un appareil qualifié d’« a pseudo telaio » par De Orsola 1991, p. 80-81.

225  Liste complète et commentaires : ibid., p. 82-102.

226  Ibid., p. 102-103.

227 E. De Miro divise en effet l’histoire d’Agrigente à l’époque hellénistique en deux périodes principales : une période dite « proto-hellénistique » ou « timoléo-agathocléenne », située après le milieu du ive siècle et englobant le iiie siècle, et une période « tardo-hellénistique », celle de la romanisation aux iie et ier siècles. Le contexte politique et social de la première période aurait été largement influencé par l’installation de colons à Agrigente et par les réformes législatives de Timoléon, telles que les relate Plutarque (Tim. 35, 2-4). Tout en nuançant l’importance des transformations apportées par le Corinthien en Sicile orientale (De Miro 2006, p. 69, n. 5), il considère les réformes législatives de Timoléon à Syracuse comme résolument démocratiques, ce qui impliquerait donc l’existence de conseils et d’assemblées non seulement à Syracuse mais également dans toute l’épicratie syracusaine. Or un tel mode de gouvernement impliquerait concrètement l’existence de bâtiments dédiés à la tenue de ces réunions : E. De Miro propose donc de placer la construction à Agrigente de deux de ces édifices symboliques, l’ekklésiastérion et le bouleutérion dans cette période « timoléo-agathocléenne ». Sur le thème des constitutions attribuées à Timoléon, on lira avec profit Manni 1984 ; Talbert 1974, p. 127-136 ; Goldsberry 1973, p. 14-16, 24-25 ; Sordi 1961, p. 47-52, 72-80.

228  De Orsola 1991, p. 84-85.

229  Voir p. 190-191.

230  De Orsola 1991, p. 82.

231  Ibid., p. 90-95.

232  Voir p. 191.

233  Voir p. 194-196.

234  De Orsola 1991, p. 80.

235  Ibid., p. 78, 80.

236  Voir p. 195-196.

237  Voir n. 185, p. 215.

238  Voir p. 198-199.

239  De Orsola 1991, p. 97.

240  Le type d’appareil a telaio est discuté en partie 2 (p. 45-46). Quant à l’expression « a pseudo telaio », elle est intéressante car elle est utilisée également par G. Fiorentini pour désigner certains murs caractéristiques de la première réoccupation de l’acropole de Géla (voir partie 1, p. 21).

241  De Miro 2006, p. 77.

242  Voir p. 233-234.

243  De Miro 2006, p. 77.

244  Voir partie 1, p. 26-27.

245  Voir p. 105.

246  Brem 2000 ; Dalcher 1994.

247  Dalcher 1994, p. 82 ; tableau des intervalles chronologiques (p. 82-85) ; catalogue du mobilier (p. 86-101). Conclusions reprises dans Isler 2011a, p. 123, et Isler 2011b, p. 158.

248  Voir p. 26 et p. 226.

249  Russenberger 2013, p. 191-192.

250  Ibid., p. 197-198. Ce TPQ pour la construction de la MP2 constitué par ces structures avait déjà été cité dans Isler 2011b, p. 150. Les datations aux iie et ier siècles des décors de la maison se trouvent dans l’étude stylistique Mächler 2014 (auparavant esquissées dans Fuchs 1997, p. 48). Une période de construction encore plus tardive, soit après le milieu du iie siècle, a été récemment avancée suite à des sondages dans la partie sud-ouest de la MP2 (Reusser et al. 2015, p. 111-113).

251  Isler 2011b, p. 158, 165 ; Isler 1997a, p. 35.

252  Cet axe suit un tracé sinueux et vallonné, bien adapté à la configuration du terrain, mais qui, techniquement parlant, aurait pu être droit et plat. Le pavement de la voie est fait de dalles rectangulaires d’arenaria, les mêmes que celles du pavement de l’agora ; ces pierres ont été manifestement importées dans ce but et à une période bien déterminée, puisque les réfections postérieures ont été faites en calcaire local (Isler 2011b, p. 155-156).

253  Ibid., p. 154, 156.

254  Voir p. 28-30.

255  Greco 1997, p. 41-42.

256  Ces décors sont, pour les sols, un béton de tuileau à tesselles dans le cubiculum, d’un sol en mortier de chaux dans le vestibule et surtout de la mosaïque dont l’emblema représente un astrolabe. C. Greco a réaffirmé par la suite cette position en soulignant à nouveau l’association manifeste entre « sols en mortier de chaux » et enduits du Premier ou du Deuxième style dans certaines pièces comme l’exèdre m, le cubiculum n, les oeci o et p de la maison des Masques, l’andrôn i de la maison des Guirlandes ou le cubiculum c de la maison d’Harpocrate. Elle insiste donc sur la présence concomitante dans les « pièces de prestige » des sols en béton et des enduits du Premier style dont elle place la construction entre la deuxième moitié du iie siècle (éventuellement la première moitié) et le premier quart du ier siècle. Elle maintient également que cette première phase serait suivie par une deuxième, bien distincte, caractérisée par des enduits du Deuxième style et des sols en mosaïque (Greco 2014, p. 206-209).

257  Greco 1997, p. 51.

258 M. Wolf, contra Greco 1997 p. 55, insiste sur le fait que les sols puniques ne sont pas construits d’une manière fondamentalement différente de celle des sols siciliens (Wolf 2003, p. 49, n. 268), rejoint en cela par S. Helas (Helas 2011, p. 71, n. 227). En réponse, C. Greco précise que certains types de décors attestés entre le ive et la première moitié du iie siècle dans le monde punique sont absents du répertoire de Solonte, en particulier ceux avec des semis irréguliers de grosses tesselles rectangulaires. (Greco 2014, p. 207). Voir ici en partie 2, p. 70 et surtout en partie 3, p. 243-249.

259  Wolf 2003, p. 49. Ce type de décors pariétaux est connu sous différents noms (voir discussion partie 3, p. 249-250). Dans le gymnase, il y aurait des vestiges d’une décoration en Quaderstil conservés sur le mur ouest de la cour à péristyle : décor stuqué blanc sur la partie basse du mur et mortier de tuileau au-dessus. Des parallèles existent précisément dans la maison à Péristyle 1 de Monte Iato où le corps des murs du rez-de-chaussée était décoré d’un stuc blanc lissé au-dessus d’un soubassement en tuileau.

260  Voir partie 1, p. 26-27.

261  Portale 2006, p. 80-81, 83. C. Greco considère pour sa part que les sols et les enduits des maisons de Monte Iato sont plutôt postérieurs au iiie siècle (Greco 2014, p. 203). E.C. Portale réfute, elle, le rapprochement opéré par M. Wolf entre les sols en mosaïque de tesselles blanches de l’exèdre et d’un cubiculum du gymnase (qui appartiendraient à son état initial) avec ceux de la maison à Péristyle 1 et du premier bouleuterion de Monte Iato, datés tous deux d’environ 300 av. J.-C. Elle fait remarquer que cette ressemblance existe aussi avec ceux de la maison de Léda, qu’elle estime être contemporains du péristyle (les traces de chaux visibles dans les lacunes font partie du sol et ne sont pas un état antérieur, cf. Portale 2006, p. 84).

262  Cette datation serait ainsi cohérente avec celles qu’il attribue aux mosaïques de l’exèdre et d’un de ses cubicula mais également à certains enduits muraux (précédemment évoqués, voir n. 259) D’ailleurs, ce type d’association (mosaïques et enduits en Quaderstil) est connu à la même époque tant à Monte Iato et à Morgantina qu’à Géla (voir p. 249) : pour M. Wolf, ces parallèles tendent donc à montrer que de tels programmes décoratifs étaient déjà bien répandus en Sicile au iiie siècle (Wolf 2003, p. 49-50).

263  Portale 2006, p. 72-73.

264  Ibid., p. 75-76. Appareil de mur dans lequel on reconnaît l’appareil à cadres et remplissages ou a telaio, cité à de nombreuses reprises ici (voir p. 45-46 ou p. 233, entre autres). À Solonte, les remplissages ressemblent beaucoup au « Leitermauerwerk », l’un des appareils décrits dans Wolf 2003 (p. 6-7) : moellons équarris en calcaire et arenaria, avec bouchons en petits fragments d’arenaria. Les cadres sont de grands blocs quadrangulaires d’arenaria disposés debout.

265  Wolf 2003, p. 51.

266  Explications détaillées dans Greco 2014, p. 210, n. 5, p. 211, n. 7.

267  Notons au passage qu’à Solonte on désigne habituellement par insula ce qui correspond en fait à un demi-îlot. L’îlot 6/7 est donc constitué des demi-îlots 6 et 7, appelés insula 6 et insula 7. De même, insula 8 est le demi-îlot sud d’un îlot qui était peut-être entier avant d’être oblitéré par la présence de l’espace public : on devine d’ailleurs encore son ambitus longitudinal.

268  Les différentes visions de l’urbanisme de Solonte s’appuient notamment sur des systèmes métrologiques en rapport avec elles (cf. Greco 2014, p. 211, n. 7). Ainsi, le « système romain » considère des îlots de 140 × 280 pieds romains de 29,65 cm tandis que le « système grec » s’appuie sur des îlots de 125 × 250 pieds doriques de 32,7 cm. Un troisième système d’unités, basé comme le « système grec » sur l’hypothèse d’une refondation de la ville au ive siècle, met en jeu des unités puniques : îlots de 80 × 160 cubiti puniques de 51,6 ou 52,1 cm.

269  Natoli Di Cristina 1965.

270  Italia, Lima 1987, p. 61-65.

271  Traditionnellement interprété comme lieu de culte en raison de la présence dans une de ses pièces d’un autel à trois bétiles, cet édifice soulève de nombreuses interrogations. Le contexte de sa découverte et le caractère inédit de sa fouille autorisent à former quelques doutes sur la réalité cultuelle de « l’aire sacrée avec l’autel à trois bétiles ».

272  Dans B, la fosse naturelle de la pièce n contenait tout un assortiment d’objets : 26 pesons, 5 fragments d’arulae et de nombreux os (Famà 1980, p. 29-30). Il y avait également de nombreux tessons, manifestement enregistrés lors des fouilles selon leur position dans le remplissage : au fond, des fragments de vases à vernis noir attique (début ive siècle), à vernis noir (milieu du ive siècle), à vernis noir de « l’atelier des petites estampilles » (iiie siècle) ainsi que des fragments de vases du style de Gnathia (fin ive siècle) ; au-dessus, d’autres fragments de vases du style de Gnathia, plus tardifs (début iiie siècle). D’autre part, entre les deux niveaux des seuls lambeaux de sols conservés se trouvaient des tessons du style de Gnathia, eux aussi datés de la fin du iiie siècle. L’auteure en a par conséquent déduit que la phase 1 de la pièce n (comprenant la fosse et le premier niveau du sol) allait du début du ive à la fin du iiie siècle. D’autre part, la majeure partie des niveaux de cette pièce (pièce n) étaient très bouleversés et ont livré uniquement des tessons de campanienne A et de sigillée italique du ier siècle apr. J.-C. ainsi que des lampes de la fin de l’époque républicaine tandis que le haut du remplissage d’une citerne, toujours dans la pièce n, contenait lui aussi de la sigillée italique. Enfin, dans toutes les autres pièces de cette partie B ont été seulement retrouvés des fragments de sigillée africaine des ier et iie siècles. La phase 2 de B irait par conséquent de la fin du iiie siècle av. J.-C. au iie siècle apr. J.-C. Dans la pièce a de la partie A (celle de « l’autel »), une petite vasque a été retrouvée comblée par de la sigillée italique du ier siècle apr. J.-C. Ce remplissage correspondrait à la dernière phase d’utilisation de la pièce à l’autel et à la phase 2 de la partie A, dont les autres pièces comportaient surtout des tessons du iie siècle apr. J.-C. (sigillée et céramique africaine). Mis à part quelques monnaies datées de la période 317 à 241 av. J.-C., il n’y avait aucun matériel des ive-iiie siècles. Néanmoins, puisqu’il y avait aussi deux phases dans la partie A, l’auteure suppose par extension que le matériel le plus abondant relevait de la phase 2 (Famà 1980, p. 33-37).

273  Italia, Lima 1987, p. 61-65.

274  Ibid., p. 63, pl. VI et VII.

275  Celle-ci considère que les données stratigraphiques présentées dans Famà 1980 sont d’un piètre secours pour déterminer les phases d’utilisation de la partie B en l’absence de connexions stratigraphiques avec les autres structures (sols et murs) ; elles ne peuvent que donner l’indication que le secteur n’était pas utilisé avant cette date. La fosse de la pièce n (voir n. 272) correspondrait pour E.C. Portale à un nettoyage du secteur préalable à la construction de l’îlot plutôt qu’à la fosse d’un dépôt votif. Même chose pour les deux niveaux de sols : aucune connexion stratigraphique avec les murs ou la fosse ; le mobilier indique seulement une période de construction pour le deuxième niveau et une période d’utilisation pour le premier. En aucune façon, on ne peut relier la construction probable de l’édifice au cours du iiie siècle à celle de la mise en place de la grille orthogonale puisqu’on ne dispose d’aucun lien stratigraphique (Portale 2006, p. 103-105).

276  Voir p. 29 et p. 226.

277  Voir p. 29.

278  Voir p. 29 et p. 226.

279  Portale 2006, p. 103.

280  Ibid., p. 54.

281  Voir p. 195.

282  Greco 2014, p. 211, n. 7. Plutôt que les mesures commodes mais approximatives généralement utilisées : 40 m de largeur (dimension nord-sud) et 80 m de longueur ou dimension est-ouest (Portale 2006, p. 54).

283  Wolf 2003, p. 8, 48.

284  Ibid., p. 65, 69.

285  Ibid., p. 8, 53, 61.

286  Ibid., p. 8, 53, 61, 65, 69.

287  À l’est, la partie A, d’une longueur de 6,50 m ; à l’ouest, la partie B, avec 12 m de longueur.

288  Voir p. 216-218.

289  Voir p. 194-196.

290  Pour rappel, dimensions des lots de l’époque classique à Morgantina (17,70 × 18,80 m), avec deux files de six lots (voir p. 215) ; de l’époque hellénistique à Camarine (moyenne : 13,50 × 17,30 m), avec deux files de cinq lots (voir p. 195) ; à Tyndaris, entre le ive et le iiie siècle selon les hypothèses : deux files de cinq lots quasiment carrés de 14,57 × 14,15 m ou deux files de quatre lots de 17,45 × 14,15 m (voir p. 199) ; à Agrigente, dans l’îlot I du quartier de la porte II, entre le début du ve et le ive siècle (voir p 221) : deux files de quatre lots carrés (17,50 × 17,50 m) alternés avec trois lots rectangulaires (17,50 × 9,50 m).

291  Ainsi, une campagne de mesures systématiques, par exemple à l’aide d’un GPS différentiel, permettrait d’établir s’il y a effectivement des distances récurrentes qui apparaissent entre des murs manifestement plus anciens et/ou des entailles dans le rocher. À tout le moins, des levés topographiques étendus à tout le site permettraient déjà de repérer les traces de cet ancien lotissement.

292  Sélinonte fut fondée en 651/650 selon la chronologie de Diodore (13, 59, 4) ou en 628 selon celle de Thucydide (6, 4, 1-2), les lectures archéologiques privilégiant alternativement l’une ou l’autre date (voir Mertens 2003, p. 226, où l’auteur penche pour la date de Thucydide).

293  Montanero, Vico 2014, p. 80-81, n. 21.

294  Sélinonte se relève ainsi sous l’impulsion du syracusain Ermocrate qui veut en faire sa base d’opération dans sa conquête du pouvoir à Syracuse. D’un point de vue poliorcétique, la technique employée, à base de remploi, n’apporte rien de nouveau avec un simple mur de barrage au niveau du passage principal au nord, sans tours ni avant-mur. Cependant, celle-ci a dû être rapidement démantelée, comme le stipulait officiellement le traité de paix de 405. Plus tard, la partie nord de la fortification est remaniée et renforcée de façon à accueillir des pièces d’artillerie, exactement comme à Syracuse : il est par conséquent probable que Denys soit le commanditaire de ces nouveaux travaux, au plus tard en 368 lorsqu’il occupa les lieux (Mertens 2006, p. 421-424).

295  Diod. 24, 1, 1. Voir à ce sujet Helas 2011, p. 34-36.

296  Pour les murs : Helas 2011, p. 37-44. Pour les sols bétonnés : ibid., p. 64-69. Pour les enduits : ibid., p. 72-74. Pour les citernes : ibid., p. 88-93.

297  Voir respectivement : Montanero Vico 2014, p. 79, p. 90, 93.

298  Références dans Helas 2011, p. 161, n. 24 et n. 25.

299  En arrière-plan de cette réflexion, le but est d’évaluer dans le cas de Sélinonte une hypothèse très répandue dans la recherche moderne : l’hellénisation supposée des villes puniques, c’est-à-dire dans ce cas l’adoption dans l’architecture domestique punique de plans et de décors architecturaux d’origine grecque. C’est la démarche opposée que l’on se propose de faire plus loin.

300  Helas 2011, p. 161.

301  Voir p. 180.

302  Helas 2011, p. 164-166. S. Helas voit d’autre part ce type 2 de Sélinonte comme une variante de la maison traditionnelle à cour centrale, le couloir permettant de renforcer l’intimité des membres de la maisonnée et de restreindre accès et visibilité depuis l’extérieur.

303  Héraclée : maisons II A, II B et II C ; maisons I B et I C (De Miro 1958a, p. 260-266 ; De Miro 1966, p. 222-231). Monte Sirai : Montanero Vico 2014, p. 96-97.

304  Les pilastres disparaîtraient également au profit de murs pleins et la surface globale serait réduite (Helas 2011, p. 164-165).

305  Voir p. 179-180.

306  L’exception étant la maison 2/54 tandis que la configuration de la maison 2/27, proche d’un plan à pastas, résulterait plutôt d’une restructuration (Helas 2011, p. 167-168).

307  Montanero Vico 2014, p. 100.

308  Helas 2011, p. 167-169. Puisque l’on observe non seulement dans l’architecture domestique mais également dans la vitalité des pratiques cultuelles la présence forte de marqueurs puniques, S. Helas remet donc en question l’hypothèse d’une hellénisation de la société sélinontine de cette époque (ibid., p. 171-173). Le doute pointe également chez D. Montanero Vico qui nous met en garde contre une tendance helléno-centriste faisant volontiers des Grecs les seuls à même d’exercer un ascendant culturel sur leurs voisins Puniques ou Indigènes (Montanero Vico 2014, p. 98). Il est néanmoins difficile de parler d’hellénisation sans savoir quelle valeur attribuer à l’adoption de ces éléments grecs par les Puniques. C’est l’une des questions majeures de l’archéologie que pose S. Helas : doit-on parler d’une véritable assimilation ou d’une simple récupération ? Rien ne dit que l’apparition de décors luxueux et de pièces prestigieuses typiquement grecs dans les maisons puniques soit allée de pair avec l’adoption des us et coutumes liés à ces éléments. L’auteure fait certainement allusion ici, entre autres, aux symposia. Sur ce sujet, on renvoie le lecteur aux contextes celtes du sud de la Gaule où, au contraire, la présence de cratères signait également l’assimilation des usages symboliques et des coutumes liés à cet objet (voir Bats 2007 et Bats 2012). Pour S. Helas, il n’est pas possible de répondre à cette question : en l’état de la documentation, on ne peut conclure à une véritable volonté de s’helléniser de la part des habitants de la Sélinonte punique ni même à la présence de Grecs parmi eux. Il pourrait simplement s’agir des conséquences de contacts culturels et de l’évolution des goûts des élites locales.

309  Voir partie 2, p. 58-66.

310  Voir chap. 9, p. 243-250.

311  Voir partie 2, p. 60-66.

312  Ce qui n’a pas empêché ces derniers de demeurer en usage jusqu’à la fin de la Sélinonte punique (milieu du iiie siècle), sans doute pour des raisons économiques et fonctionnelles.

313  Helas 2011, p. 67. S. Helas fait d’ailleurs remarquer que, à part le sol 3/9 (env. 15,50 cm), les bétons de tuileau de Sélinonte étaient beaucoup moins épais que les sols à mosaïque de Solonte (ibid., p. 71, n. 227). Or elle considère sans l’ombre d’une hésitation, et à mon avis à juste titre, que les bétons de tuileau sont les ancêtres directs des sols à mosaïque (ibid., p. 71).

314  Il s’agit du sol 3/9 évoqué dans la n. précédente ; description dans Helas 2011, p. 254.

315  C’est le même le seul agrégat principal à Sélinonte, à part deux exceptions (Helas 2011, p. 67). Les ressemblances entre les divers bétons de tuileau siciliens s’arrêtent aux motifs des décors de tesselles, qui peuvent varier entre les sites (sans doute en raison de traditions ou d’habitudes de construction) : on renvoie à ce sujet aux échanges entre C. Greco, M. Wolf et S. Helas, retranscrits ici même (p. 227-228). Voir également Joly 1997 ; Tsakirgis 1990, p. 438-441 et ici, partie 2, p. 58-66.

316  Ces hypothèses demandent des confirmations solides, qui pourraient être apportées par un projet encore en cours au moment où j’écris ces lignes. Voir n. 1, p. 243.

317  Fumadó Ortega 2007, p. 106-110.

318  Helas 2011, p. 104, Abb. III 84.

319  Baignoire 6/4. Surface de la pièce : 3,20 m² ; de la baignoire 1,60 × 2 m (Helas 2011, p. 272-273).

320  Respectivement baignoire 6/5 (Helas 2011, p. 273) et baignoire 6/3 (p. 272) À signaler qu’aucune de ces deux pièces n’a de sol en béton ; leurs dimensions sont de 3,60 et 2,80 m².

321  Les évacuations étaient construites en pierres ou en terre cuite et débouchaient dans la rue, directement depuis la cour ou par l’intermédiaire du couloir d’entrée. La plupart des maisons puniques de Sélinonte en étaient équipées. Toutefois, aucun système de collecte des eaux usées dans les rues de la ville n’est attesté à cette époque (Helas 2011, p. 93-94).

322  Helas 2011, p. 104. Huit de ces quatorze pièces étaient adjacentes à la cour et occupaient une surface de 3 m² en moyenne ; d’autres pièces pouvaient également servir de salles de bains en raison de leur surface réduite, facile à chauffer.

323  Pour les exemples de Sicile et de Grèce continentale donnés ici, les détails et les références se trouvent en partie 2, p. 102-104.

324  Les sols et enduits en béton de tuileau relèvent du deuxième état de la baignoire et de la pièce (Ginouvès 1952, p. 548-550) ; il existait auparavant, dans un premier état daté de la fin du ve ou du début du ive siècle, une autre baignoire (ibid., p. 554-555). Autre remarque : le chauffage de la pièce (et de l’eau) était assuré par un foyer qui communiquait directement avec la salle de bains ; en l’état, le système de chauffage est lié à la deuxième phase de la pièce, mais rien n’interdit de penser qu’il ait existé plus tôt, sous cette forme ou sous une autre (ibid., p. 555-558, 561).

325  Pour autant, cela ne signifie pas que l’invention d’un système de chauffage spécifique aux salles de bains revienne aux Grecs de Sicile. Cette paternité, bien que possible, reste à établir…

326  Avant toute chose, je souhaite clairement me dégager de la connotation péjorative que peut parfois revêtir le terme « Indigène » en ne considérant que son sens premier : je l’utiliserai parfois de façon générique pour désigner l’ensemble des populations « autochtones » de Sicile, celles que l’on nomme Sicules, Sicanes et Élymes depuis la description de Thucydide (6, 2, 2-5) et qui sont réputées avoir habité l’île avant les Phéniciens et les Grecs.

327  Canevas historique que P. Orlandini avait résumé de la façon suivante. De 409 à 383, les guerres contre Carthage dévastent la partie occidentale de la Sicile, détruisant notamment Sélinonte, Héraclée, Agrigente, Géla et Camarine et contraignant la plupart des habitants à fuir. Après la mort de Denys l’Ancien en 367, les luttes pour sa succession continuent d’ensanglanter ce territoire jusqu’à l’arrivée de Timoléon qui signe le début d’une ère de paix et de prospérité, qui cesse avec l’arrivée au pouvoir d’Agathocle en 317/316. Ces conclusions historiques ont par la suite été reprises in extenso par plusieurs historiens comme R.J.A. Talbert qui s’arrête à son tour sur cette situation très inhabituelle où ce que disent les faits archéologiques surpasserait les récits des sources ; il souligne également le fait que cette prospérité ait réussi à perdurer jusqu’à l’avènement d’Agathocle, ce qui lui semble encore plus remarquable que le contraste saisissant entre l’état de la région dans la première moitié du ive siècle et dans la deuxième moitié (Talbert 1974, p. 146-148). De son côté, S.N. Consolo Langher estime que, avec l’invasion carthaginoise de 406/405 et l’état de conflit permanent qui s’ensuivit, on ne peut envisager la réoccupation immédiate des sites désertés. Selon elle, l’archéologie vient donc largement confirmer l’abandon évoqué par les textes, quand bien même la paix entre les Carthaginois et Denys le Jeune rendrait la réoccupation de ces sites après 366/365 théoriquement possible et bien que toute la région soit ensuite repassée sous contrôle punique en 354. En tout état de cause, l’auteure affirme donc que l’occupation carthaginoise explique la césure constatée sur la majorité des sites de la Sicile centro-méridionale (Consolo Langher 1996, p. 53-57).

328  Voir partie 1, p. 23-24.

329  Sous ce terme générique figurent : des groupes de vases à « vernis noir luisant », des kylikes à palmettes estampées sur le fond, des grands bols aux bords décorés de palmettes et de fleurs de lotus ou de postes (pâte foncée, dégraissant grossier, caractéristiques des productions locales), des vases figurés représentant des scènes phlyaques et des « statuettes-poupées » en argile au faciès typique de la région. Il s’agit du répertoire dont on discutera plus loin p. 252-255.

330  Adamesteanu 1958a, p. 54-57.

331  Voir p. 191-193.

332  Panvini 2011, p. 123.

333  Adamesteanu 1958a, p. 47-50.

334  Calderone 2002, p. 21-27 ; De Miro, Fiorentini 1978, p. 448-449.

335  Occupation du plateau supérieur : phase 1, milieu du viie-milieu du vie siècle ; phase 2, nouvelle implantation, dans la deuxième moitié du vie et la première moitié du ve siècle ; phase 3, milieu du ve siècle jusqu’au courant de la deuxième moitié du ive siècle. L’acropole est ensuite entièrement reconstruite, regroupant sanctuaires et habitat ; les premiers édifices archaïques de l’acropole dateraient de la deuxième moitié du vie siècle et cette phase se serait achevée vers la fin du ve siècle : un édifice en particulier aurait été détruit vers 415-407 avant d’être remplacé par un autre au ive siècle ; un dépôt avec monnaie KAINON et du matériel de la deuxième moitié du ive siècle signerait sa continuité en tant que lieu de culte. En tout cas, l’acropole n’a pas livré jusqu’à présent d’édifice attribuable à la première moitié du ive siècle même si les quelques monnaies montrent qu’elle était fréquentée et que l’élément syracusain était bien représenté. Il serait ainsi un peu téméraire, aux dires d’A. Calderone, d’attribuer sa reconstruction à un grand projet urbanistique dû à la politique de Timoléon (Calderone 2002, p. 29-30).

336  Dans la nécropole ouest, 55,4 % des tombes datent de la deuxième moitié du ve siècle et 40,6 % entre la fin du ve et la fin du ive siècle ; à l’intérieur de ce second groupe, ce sont 17/35 tombes de la fin ve-début ive siècle, 10/35 du ive siècle dans son ensemble et 6/35 de la deuxième moitié du ive siècle (Calderone 2002, p. 29-30).

337  Selon Adamesteanu 1958c, p. 407-408, le seul véritable hiatus se trouverait entre la première période d’occupation au Castelluccio et la deuxième, à l’époque géométrique ; le site connaît ensuite une fréquentation ininterrompue jusqu’à son abandon au début du iiie siècle. Autre vision dans Micciché 2011, p. 125, qui parle d’un « evidente iato che copre quasi l’intero V secolo ».

338  Adamesteanu 1958c, p. 400-404.

339  Ibid., p. 389-395.

340  Micciché 2011, p. 39. Les noms des structures sont ceux de D. Adamesteanu (Adamesteanu 1958c, p. 391-392, fig. 3). La porte 2 était constituée par l’espace entre deux bras A1 et A2 de l’enceinte, formant une sorte de tenaille ; l’ouverture a ensuite été obstruée par une structure appelée « massicciata B » ; cette dernière a été renforcée par le chemisage C (« incamiciatura C ») contre lequel semble s’appuyer un autre renforcement, le mur D (« sperone D »).

341  Micciché 2011, p. 64-66, 139-143.

342  En attestent les monnaies, dont une vingtaine de tetrantes et quatre litrae de l’époque dionysienne (Panvini 2011, p. 128-129).

343  Micciché 2011, p. 139 ; Panvini 2011, p. 128-129.

344  Di Vita 1958, p. 91-99.

345  Di Vita 2002, p. 141.

346  Elle exprime néanmoins les deux possibilités pour la création du nouvel établissement : au début de la deuxième moitié du ive siècle (hypothèse traditionnelle) ou dans les premières décennies du ive siècle, par exemple à l’occasion de l’accord de paix de 383 entre Syracuse et Carthage (Portale 2000, p. 266).

347  Étude des figurines en terre cuite et des matrices découvertes à Scornavacche : Portale 2000, p. 266-276.

348  Il s’agit de figurines en terre cuite, de céramique achrome et à vernis noir simple, de céramique figurée du type « Léontinoi-Manfria » et de céramique décorée dans le style de Gnathia.

349  Portale 2000, p. 265-266.

350  Gafà 2000, p. 257-259.

351  Ibid., p. 263, n.15.

352  Ibid., p. 259.

353  Cette caractéristique géologique bien connue (Di Vita 1958, p. 91 ; Gafà 2000, p. 257) est d’ailleurs peut-être à l’origine de l’installation d’une population à Scornavacche.

354  Portale 2000, p. 265.

355  Panvini 2011, p. 123-132.

356  Micciché 2011, p. 125-126.

357  Panvini 2011, p. 131.

358  Micciché 2011, p. 136-137 ; Panvini 2003, p. 57-58, 74-75 ; Adamesteanu 1958a, p. 40-43.

359  Panvini 2011, p. 132.

Table des illustrations

Titre Fig. 135 - Localisation des vestiges de Géla antique.
Légende 1, 4 : quartier de l’Acropole ; 10 : quartier de la gare ferroviaire ; 22 : villa Iacona ; 27 : enceinte.
Crédits D’après Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 203
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-1.png
Fichier image/png, 194k
Titre Fig. 136 - Restitution du plan de la villa Iacona de Géla.
Crédits D’après Pirlo 2006, p. 159, fig. 11
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-2.png
Fichier image/png, 84k
Titre Fig. 137 - Plan de Camarine.
Crédits D’après Pelagatti 2006b, p. 48, fig. 5
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-3.png
Fichier image/png, 714k
Titre Fig. 138 - Plan de Tyndaris.
Crédits D’après Spigo 2006, p. 98, fig. 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-4.png
Fichier image/png, 974k
Titre Fig. 139 - Plan de l’insula IV de Tyndaris.
Crédits D’après Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 206, fig. 19
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-5.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 140 - Plan des vestiges du Giardino Spagna de Syracuse.
Crédits D’après Cultrera 1943, pl. I
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-6.png
Fichier image/png, 260k
Titre Fig. 141 - Plan des vestiges au nord de l’arc honorifique de Syracuse.
Crédits D’après Gentili 1951, p. 264, fig. 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-7.png
Fichier image/png, 180k
Titre Fig. 142 - Plan des vestiges au sud de l’arc honorifique de Syracuse.
Crédits D’après Gentili 1951, p. 288, fig. 24
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-8.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 143 - Situation des quartiers et principaux vestiges de Syracuse.
Crédits DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-9.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 144 - Plan de la Néapolis de Syracuse.
Crédits D’après Voza 1978
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-10.png
Fichier image/png, 189k
Titre Fig. 145 - Plan de Morgantina autour de l’Agora.
Crédits DAO F. Mège sur Bell 1981, Pl. 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-11.png
Fichier image/png, 477k
Titre Fig. 146 - La maison de Ganymède de Morgantina.
Légende a : localisation dans l’îlot ; b et c : restitutions du plan de la maison
Crédits a : Bell 2011, fig. 41 ; b : Tsakirgis 1990, p. 428, fig. 6 ; c : Sposito 1995, p. 106
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-12.png
Fichier image/png, 285k
Titre Fig. 147 - Plan de la maison de la Citerne à l’arche de Morgantina.
Crédits D’après Tsakirgis 1990 p. 429, fig. 7
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-13.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 148 - Plans de la maison du Palmento et de la maison de Pappalardo de Morgantina.
Crédits DAO F. Mège sur extrait de Bell 1981, Pl. 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-14.png
Fichier image/png, 330k
Titre Fig. 149 - Schéma de l’urbanisme du ve siècle dans le quartier ouest de Morgantina.
Légende En rouge : lots du ve siècle
Crédits DAO F. Mège sur Bell 1981, pl. 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-15.png
Fichier image/png, 139k
Titre Fig. 150 - Schéma de l’urbanisme des iiie et iie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.
Légende Rouge : lots du ve siècle ; bleu : maisons des iiie et iie siècles
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-16.png
Fichier image/png, 160k
Titre Fig. 151 - Schéma de l’urbanisme des ive et iiie siècles dans le quartier ouest de Morgantina.
Légende Rouge : lots du ve siècle ; vert : les maisons des ive et iiie siècles
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-17.png
Fichier image/png, 193k
Titre Fig. 152 - Plan d’Agrigente.
Crédits DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-18.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 153 - Le quartier de la porte II d’Agrigente.
Crédits a : De Orsola 1991, p. 76, fig. 3 ; b : DAO F. Mège sur De Orsola 1991, p. 75, fig. 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-19.png
Fichier image/png, 281k
Titre Fig. 154 - Plan de Monte Iato.
Crédits DAO F. Mège sur Isler 1997a, Ausbildung 6,1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-20.png
Fichier image/png, 417k
Titre Fig. 155 - Plan de Solonte.
Crédits DAO F. Mège sur Villa 1988, pl. A
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-21.png
Fichier image/png, 519k
Titre Fig. 156 - Restitution des lots de Solonte dans les insulae 1 à 6.
Crédits DAO F. Mège sur Wolf 2003, Beilage 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-22.png
Fichier image/png, 451k
Titre Fig. 157 - Plan de l’Acropole de Sélinonte et des constructions puniques.
Crédits Helas 2011/DAI-Rom, Faltbeilage 6
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-23.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 158 - Les types de maisons puniques.
Légende a : modèles puniques ; b : modèles levantins ; c : typologie des maisons puniques de Sélinonte
Crédits DAO F. Mège sur a : Helas 2011/DAI-Rom, p. 165, Abb. V 5 ; b, c : Helas 2011/DAI-Rom, p. 166, Abb. V 6
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-24.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 159 - Sites de l’arrière-pays de Géla : Monte Saraceno, Gibil-Gabib et Scornavacche.
Crédits DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-25.png
Fichier image/png, 816k
Titre Fig. 160 - Plan de Scornavacche.
Crédits D’après Gafà 2000, p. 260, fig. 6
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8655/img-26.png
Fichier image/png, 528k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search