Version classiqueVersion mobile

Le fait urbain en Sicile hellénistique

 | 
Frédéric Mège

Deuxième partie. L'habitat de Mégara Hyblaea à l'époque hellénistique

Chapitre 5. Les types de pièces

Texte intégral

Préambule : de la fonction des pièces

  • 1  Siebert 2001, p. 121.

Peu de questions d’architecture domestique sont aussi disputées que celle de la fonction des pièces dans une habitation1.

  • 2  Pour cette discussion à propos des maisons d’Olynthe, voir Cahill 2002, p. 148 et, pour Délos, voi (...)
  • 3  Et même dans le cas où des procédures d’enregistrement des objets auraient été rigoureusement suiv (...)
  • 4  Voir p. 99.
  • 5  Voir p. 76-77.
  • 6  Cette démarche, naturellement suivie par les archéologues qui travaillent sur l’habitat, est bien (...)

1Le constat de G. Siebert est souvent rappelé par les archéologues qui s’occupent d’architecture domestique et d’habitat. Nous nous accordons tous sur la même chose, à savoir que déterminer, même de façon sommaire, l’utilisation d’une pièce telle que la concevaient ses occupants (sa fonction donc) ne peut s’envisager sans un enregistrement rigoureux des trouvailles2. Autant dire qu’il s’agit bien souvent d’un vœu pieux. D’abord les anciens habitants emportaient généralement avec eux leurs biens mobiliers avant de quitter leur maison : les cas d’abandons précipités ne sont pas les plus courants et se limitent à des situations très particulières comme Pompéi ou Herculanum (pour les raisons que l’on connaît) ou Olynthe (sac de Philippe II en 338 av. J.-C.). Ensuite, parce que ce sont le plus souvent des fouilles anciennes qui ont permis de dégager à grande échelle les vestiges d’habitations à une époque où les méthodes de recherches n’étaient pas aussi précises et systématiques qu’aujourd’hui3 ; d’ailleurs, bien souvent, les préoccupations des archéologues d’alors ne concernaient pas les objets du quotidien. Ainsi, l’analyse fonctionnelle des pièces des maisons de Mégara doit se passer du mobilier archéologique dont nous ne connaissons au mieux qu’une provenance très vague, les seuls objets retrouvés en contexte étant la baignoire de la salle d’eau 42,784 et la margelle du puits 51,115. Il ne reste donc qu’à s’appuyer sur certains éléments architecturaux suffisamment caractéristiques pour parvenir à une interprétation prudente et limitée à certaines pièces très particulières : les latrines, les salles d’eau et les salles de réception, dont on donnera systématiquement les critères d’identification6.

Les latrines

  • 7  Trümper 2014, p. 88.
  • 8  Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 33-34.
  • 9  Ibid. p. 35-36.
  • 10  Voir plus loin, p. 138.
  • 11  D’ailleurs, on ne signale pas de latrines ou autres lieux d’aisances parmi les structures archaïqu (...)

2Le type de pièces étudié ici est par nature fortement lié à certains éléments décrits précédemment, à savoir les fosses à déchets et les canalisations, tout comme le sont d’ailleurs les salles d’eau, présentées plus loin. L’élément nécessaire pour identifier des latrines est la présence d’une canalisation débouchant sur l’extérieur ou dans une fosse à déchets. Parmi les autres critères importants figurent : la présence de sols et d’enduits muraux imperméables, une visibilité réduite depuis l’extérieur et un accès facile à un point d’eau7. Les latrines représentaient un progrès considérable en termes d’hygiène et de confort mais, à l’époque hellénistique, elles étaient encore très peu répandues en contexte domestique : les exemples identifiés à Mégara ne sont qu’au nombre de trois (fig. 36). Dans l’ensemble du monde grec hellénistique, à l’exception de Délos, la présence de latrines dans les maisons restait donc rare8. L’une des raisons serait d’ordre chronologique puisque ce phénomène se serait surtout développé à la fin de l’époque hellénistique ; on peut aussi invoquer des habitudes culturelles car certaines maisons qui possédaient des salles de bains sophistiquées, et dont les occupants disposaient donc des moyens nécessaires, n’avaient pas de latrines9. À Mégara, il est difficile de recourir à ce dernier argument car les habitations hellénistiques étaient de toute façon faiblement équipées : on ne compte en tout et pour tout que cinq salles d’eau et trois latrines, sachant qu’une seule maison aurait possédé les deux à la fois (la maison XV B, particulière à bien des égards)10. On retiendra donc d’abord l’argument chronologique pour expliquer la situation mégarienne décrite ci-dessous11.

Fig. 36 - Localisation des latrines de Mégara.

Fig. 36 - Localisation des latrines de Mégara.

DAO F. Mège

Les latrines 30,22

  • 12  Le contexte est peu fouillé, mais on a sans doute au nord l’angle nord-est de la maison (en sailli (...)
  • 13  En ce sens, il s’agit clairement d’une structure indépendante, de facture assez légère, qui a pu ê (...)
  • 14  Le siège dans sa position actuelle est en traits pleins sur la coupe N-S (fig. 37) ; le support, t (...)

3Mise au jour lors du dégagement de la rue C1 en 1966-1967, cette structure a pu être identifiée sans peine grâce à la présence d’un siège en « calcaire de Melilli » (fig. 37). La petite cellule qui constituait les latrines est rectangulaire (environ 2,90 × 2,10 m, orientée nord-sud), délimitée au nord, à l’ouest et au sud par trois petits murs et appuyée à l’est sur le mur 30,21b (bordure sur la rue C1 d’un bâtiment non dégagé12). Les trois petits murs ne sont liaisonnés ni à 30,21b, ni entre eux : ils peuvent donc avoir été construits après le mur de façade du bâtiment13. L’entrée n’est pas nettement définie mais devait vraisemblablement se faire côté ouest puisque les autres côtés ne conviendraient pas au passage. Les usagers prenaient ensuite place sur le siège, prévu pour accueillir conjointement trois personnes. Cependant, la position du siège choisie lors des réfections modernes est erronée car trop éloignée de l’orifice d’évacuation et du marchepied : je propose donc de le restituer un peu plus au nord de sa position actuelle14. Le fait que ce siège ait été découvert brisé et effondré semble indiquer qu’il devait être posé sur des supports en bois, peut-être arrangés de la même façon que le support moderne. Le dispositif d’évacuation et de rinçage apparaît clairement côté est avec la fosse 30,22a dans la rue C1 et l’ouverture au bas du mur 30,21b. Cela est moins clair côté ouest mais une observation attentive des vestiges et de la photo de fouille permet de voir l’arrivée d’une canalisation contre le marchepied, à l’endroit où justement se trouve un espacement entre le seuil d’entrée et le support du siège : les quelques moellons visibles à droite de la photo pourraient alors constituer l’extrémité d’une conduite assez rudimentaire. Cette conduite, qui devait évacuer les eaux usées de la maison, a donc été aménagée en fin de parcours pour rincer les latrines 30,22.

Fig. 37 - Les latrines 30,22.

Fig. 37 - Les latrines 30,22.

DAO F. Mège ; clichés nég. MHO 2013 et 2123

Les latrines 58,42

  • 15  Voir chap. 6, p. 136-138.
  • 16  Cette évacuation fait partie de ces arrangements simples où l’on s’est contenté de dégager un espa (...)
  • 17  Cet argument chronologique a déjà été invoqué à propos des évacuations. Sur ce sujet, on renvoie à (...)
  • 18  Et d’ailleurs, on devine que les latrines ont été posées sur des remblais lors de cette opération (...)

4Il s’agit d’une structure située dans la partie nord de l’ancienne maison XV D de l’îlot hellénistique primitif : elle a donc été construite après que la maison XV B a étendu son emprise sur cette partie15. Elle est de forme globalement carrée et occupe une surface d’environ 5 m² (fig. 38). Elle s’appuie au nord sur le mur 58,31b et elle est adossée à l’est sur 58,48b, c’est-à-dire sur le mur de façade sur la rue D1 dans lequel se trouve l’évacuation des latrines16. La conduite d’évacuation accuse une légère pente de l’ouest vers l’est et elle est tapissée au fond de fragments de tuiles et de briques entières pris dans un béton. Le format de ces briques livre d’ailleurs un indice chronologique précieux : ce sont des carrés de 0,29 m de côté, c’est-à-dire des briques pedales de conception romaine17. Ce canal devait être surmonté d’un siège en bois ou en pierre, comme celui des latrines 30,22. Ici aussi, l’entrée des latrines est difficilement identifiable sur le terrain (on la placerait volontiers au niveau des deux blocs au sud). Autre similitude avec les latrines 30,22 : il est manifeste que les latrines 58,42 appartenaient à une autre période que celle des murs qui l’entouraient. En effet, la paroi nord devait s’intégrer auparavant dans l’élévation du mur 58,31b, qui a été restructuré lors du rehaussement du niveau de circulation18 ; de plus, l’un des blocs du marchepied des latrines a été posé sur le mur 58,48b à l’est. Le principe de rinçage du conduit reste par contre incertain ; signalons tout de même la présence du puits 58,30 à quelques mètres de là qui permet d’envisager plutôt un nettoyage manuel du conduit.

Fig. 38 - Les latrines 58,42.

Fig. 38 - Les latrines 58,42.

DAO F. Mège ; cliché Universität Regensburg/Dirk Steuernagel Maison 49,19_218

Les latrines 22,68

  • 19  Comme pour les latrines 58,42, certains de ses côtés ont d’ailleurs été renforcés lors des travaux (...)
  • 20  Les niveaux de circulation et de fonctionnement tels qu’on les voit aujourd’hui sont ceux du derni (...)
  • 21  Dans le schéma fonctionnel que l’on propose ici (fig. 39), les éléments reconstitués d’après les p (...)

5Des trois structures présentées ici, la structure 22,68 est celle dont l’identification en tant que latrines est la moins évidente. Il s’agit d’une construction orientée nord-sud (2,50 × 1,60 m), qui n’a pas de liens visibles avec d’autres structures et qui se situe à une cote plus élevée que celles des éléments à proximité immédiate19. Son état actuel est dégradé, ce qui ne facilite évidemment pas l’interprétation, mais les vestiges conservés comportent néanmoins plusieurs indices significatifs, que les documents anciens aident à compléter (fig. 39). Il y a d’abord un petit espace dans la partie sud de la structure, délimité par deux rangées de moellons et aligné avec une entaille circulaire creusée dans deux blocs, qui pourrait être le caniveau des latrines ; il y a ensuite un passage qui, depuis le nord, permettrait d’accéder à ce caniveau ; enfin, les deux blocs posés de chant au sud auraient pu supporter un siège20. Les photos d’archive livrent un autre élément essentiel : la présence manifeste d’une canalisation qui longeait la structure 22,68 à l’ouest et dont on peut supposer, à partir des différentes cotes et des photos, qu’elle était en pente vers le nord. Ces éléments semblent suffisamment probants pour soutenir l’hypothèse que la structure 22,68 était des latrines et ils permettent également d’en restituer le fonctionnement 21.

Fig. 39 - Les latrines 22,68.

Fig. 39 - Les latrines 22,68.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1170

6La situation des latrines 22,68 au sein des constructions du secteur est, elle aussi, peu claire étant donné l’état des vestiges aujourd’hui. On peut malgré tout noter la présence d’un petit massif contre le mur est des latrines (largement restauré et remanié) et du mur 23,48a partiellement préservé, situé un peu plus au sud, qui pourrait constituer le mur occidental d’une pièce appuyée contre le mur de rue : il n’est cependant pas possible de déterminer les rapports de cette pièce avec les latrines, ni le rôle de ce massif. Même si le reste du secteur semble libre d’autres structures, cela ne suffit pas pour affirmer que les latrines 22,68 se trouvaient dans un espace découvert, comme les deux précédentes, ou qu’il s’agissait d’une pièce couverte et structurellement intégrée à un édifice.

Conclusions sur les latrines

  • 22  Les deux ont une largeur de l’ordre de 1,2-1,3 m.
  • 23  Environ 0,8 m de large, ce qui correspondrait à deux utilisateurs.
  • 24  Maison étudiée dans Mégara 7, p. 264-266. Il s’agissait d’une boulangerie, très probablement d’épo (...)

7Les latrines domestiques de Mégara constituaient des pièces particulières, d’utilisation spécifique, et elles s’inscrivaient donc bien dans cette tendance à spécialiser l’utilisation de certaines parties des maisons, que l’on observe partout ailleurs dans le monde grec hellénistique. La position de deux des trois latrines permet de confirmer une autre habitude assez répandue qui consistait à placer les latrines tout près des entrées des habitations. Les latrines 30,22 et 58,42 étaient situées en bordure de rue, vraisemblablement dans un espace ouvert (type cour), et elles pouvaient accueillir trois personnes à la fois22. Leur positionnement contre le mur de façade permettait d’évacuer les déchets directement à l’extérieur de la maison grâce à une ouverture pratiquée dans le mur et cela pouvait effectivement correspondre à une volonté d’éloigner les latrines du reste de la maison. Les latrines 22,68 avaient une configuration différente : plus étroites23, elles étaient situées plus loin de la rue et surtout reliées à un système évacuant les eaux usées dans une fosse à l’intérieur du bâtiment. On a également repéré une autre construction, très mal documentée et démontée lors des fouilles, qui pourrait être des latrines : la structure 30,25, située à quelques mètres au sud de 30,22, installée sur le parcours des égouts, dans la rue C1 (fig. 40) ; son emplacement dans l’espace de la rue C1 et contre la maison romaine VI Ma-Mb (anciennement 30,12) plaide pour une réalisation d’époque républicaine24.

Fig. 40 - La structure 30,25 (au centre de la figure).

Fig. 40 - La structure 30,25 (au centre de la figure).

Extrait de Mégara 7, p. 433, feuillet 30

  • 25  Hellmann 2010, p. 175.
  • 26  Comme cela est également noté dans Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 32-33. On le voit bien à T (...)
  • 27  Voir p. 82.
  • 28  À Érétrie, on connaît des latrines (pièce a3) dès la phase 2 de la maison II, datée du ive ou du d (...)

8L’apparition des latrines dans les maisons est vraisemblablement liée à celle des conduites d’évacuation. D’un point de vue technique, déjà : le cas des latrines 30,22 et 22,68 montre l’imbrication des deux technologies. D’un point de vue culturel, aussi : les deux illustrent une évolution des mœurs de populations plus soucieuses de traiter les problèmes d’hygiène domestique25. Cela étant, cette préoccupation toute privée pouvait très bien se faire au détriment de la propreté publique, comme le montre l’exemple des latrines 30,22 et 58,42 dont les dispositifs d’évacuation rejetaient les déchets à l’extérieur de la maison, dans l’espace public26. Enfin, au sens chronologique, l’arrivée des évacuations domestiques à Mégara s’est produite au cours de l’époque hellénistique tardive27 et ce devait donc être le cas des latrines aussi. C’est clair pour les latrines 58,42 : le contexte architectural dans lequel elles s’inscrivaient et les briques de l’évacuation plaident pour une construction après la fin du iiie siècle, c’est-à-dire au cours de la période romaine de Mégara. On ne sera pas aussi affirmatif pour les latrines 30,22, bien que les fouilleurs aient signalé dans ce secteur de la campanienne C et qu’ils désignaient sans ambiguïté ces latrines comme étant romaines dans les journaux de fouilles de 1966 et 1967 ; la présence de briques dans le mur nord de la pièce est également un indice en ce sens. Il n’y a par contre aucun argument chronologique solide pour dater les latrines 22,68 : seules leurs dissemblances avec les deux précédentes pourraient indiquer un aménagement d’une époque différente, peut-être plus ancienne28.

  • 29  Selon les commentaires de M. Trümper, il est fort possible que la pièce 15, dont une partie a disp (...)
  • 30  Tsakirgis 1984, p. 382-383.

9Ailleurs en Sicile, les meilleures comparaisons se trouvent à Morgantina : ce sont la pièce 22 de la maison de Ganymède et la pièce 15/16 de la maison du Chapiteau dorique, deux maisons construites en tant que telles au iiie siècle et encore occupées au iie siècle, après la conquête romaine29. Leurs latrines avaient en commun d’être situées contre un mur extérieur afin de pouvoir rejeter directement les déchets dans la rue ; elles étaient également placées d’une manière fonctionnelle puisqu’elles étaient situées en fin de parcours d’une évacuation30. Elles présentent donc quelques similitudes avec celles que nous venons de présenter et pourraient également dater de l’époque où Morgantina était passée sous domination romaine.

Les salles d’eau

  • 31  Trümper 2014, p. 87. J’avais précédemment abordé la question des salles de bains hellénistiques de (...)

10Ce thème est intimement lié au précédent car les salles d’eau (ou salles de bains) possédaient des équipements similaires à ceux des latrines et que leur existence procédait du même développement technologique et social. Idéalement, c’est la présence d’une baignoire maçonnée (ou de l’empreinte laissée dans un sol en béton par une baignoire amovible) qui permet de reconnaître les salles d’eau (fig. 41). En l’absence de mobilier en place, on se sert surtout d’éléments architecturaux comme les sols bétonnés, les enduits muraux et les évacuations. Enfin, la présence d’un dispositif de chauffage, de passages étroits pour éviter les déperditions de chaleur et d’une source d’eau à proximité est un bon critère supplémentaire d’identification31.

Fig. 41 - Localisation des salles d’eau de Mégara.

Fig. 41 - Localisation des salles d’eau de Mégara.

DAO F. Mège

La salle d’eau A4

  • 32  Voir chap. 6, p. 120.
  • 33  On ne sait pas si l’espace adjacent A3 faisait partie de la salle de bain car le béton de tuileau (...)
  • 34  Voir chap. 6, p. 129-132. Contrairement à ce que j’avais écrit précédemment (Mège 2013, p. 203).
  • 35  Voir p. 83.
  • 36  C’est ce qu’a déduit F. Villard qui pensait que cette conduite avait dû être détruite lors de la c (...)
  • 37  À Morgantina, dans la pièce 3 de la maison de la Citerne à l’arche (fig. 147). À Delphes, dans la (...)

11Il s’agit d’une des pièces de la maison IX A, habitation fouillée en 1949 et dont les vestiges seront analysés plus loin32. La salle de bains A4 est manifestement apparue lors d’un remaniement de l’édifice puisque c’est l’insertion d’une nouvelle pièce A5 dans la pièce d’origine qui l’a créée de facto33 (fig. 42 et 72). C’est dans cette même phase de remaniements, appelée « phase 2bis », qu’ont été appliqués les enduits muraux et le béton de tuileau de la pièce34. En revanche, la canalisation située juste au sud de A4 était déjà présente35, mais lors de ces travaux, elle a été sectionnée au niveau du parement interne36 du mur 47,15. Or, à cet endroit, un bloc du mur a visiblement été évidé sur toute sa hauteur, comme le montrent une photo d’archive et le relevé en plan : je suggère donc que cet évidement aurait été réalisé de façon à communiquer avec la canalisation et à évacuer ainsi les eaux usées. Ce dispositif est connu ailleurs et il participerait de manière décisive à l’interprétation de la pièce A4 en tant que salle de bains37.

Fig. 42 - La salle d’eau A4.

Fig. 42 - La salle d’eau A4.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0195

La salle d’eau 50,87

  • 38  Les photos d’archive montrent cependant qu’il y avait une autre rangée de tuiles située en arrière (...)
  • 39  Le remblayage de la rue après la fouille et les réfections modernes ne permettent pas de voir le p (...)
  • 40  L’identification de 50,87 comme salle de bains a en effet été contestée par M. Trümper, pour qui l (...)
  • 41  À condition bien sûr qu’il y ait eu un passage dans le mur 50,79a reliant la salle d’eau au reste (...)

12Cette pièce se situe au même emplacement que l’escalier 50,84 qu’elle longe du côté ouest. Son sol est en partie constitué du béton de tuileau 50p1, bien délimité au sud par une rangée de tuiles posées de chant et au nord par de petits moellons réguliers ; ce sol est nettement incliné vers le nord en direction d’un autre petit espace38 (fig. 43). À peu de distance, tout contre le mur de façade 50,42b-42c, dans la rue D1, se trouve le puisard 50,118 qui était recouvert d’une dalle et dont les photos d’archive et les plans nous ont conservé le souvenir : sa fonction de puisard semble évidente mais son rapport avec la pièce 50,87 l’est moins, en l’absence d’une évacuation visible dans le mur 50,42b-42c39. Pourtant, la pente du sol bétonné avait manifestement été conçue pour faciliter l’évacuation de l’eau. D’autres arguments permettent d’étayer une interprétation de 50,87 en tant que salle d’eau, comme l’existence possible d’un passage dans le mur 50,79b permettant d’accéder au puits 41,65 tout proche et de puiser l’eau nécessaire : vu la configuration des lieux, on comprendrait mal que cela n’ait pas été le cas40. D’autre part, il semble difficile d’expliquer la présence du puisard 50,118 à cet endroit autrement que pour recueillir les eaux usées du bâtiment car ce n’est pas un puits archaïque (il est situé dans une rue). On peut ainsi proposer de restituer un ensemble avec une baignoire posée sur le sol 50p1 et un dispositif amovible, type panneaux en bois, pour masquer l’intérieur de la pièce aux personnes entrantes ; par ailleurs, l’eau utilisée pour le bain pouvait ensuite servir à rincer d’éventuelles latrines dans la partie nord. S’il est vrai, pour conclure, que cette hypothèse comporte effectivement quelques zones d’ombre, il ne semble pas improbable de trouver une telle pièce au sein d’un bâtiment qui était loin d’être anodin 41.

Fig. 43 - La salle d’eau 50,87.

Fig. 43 - La salle d’eau 50,87.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1033

La salle d’eau 58,B18

  • 42  Surface d’environ 11,1 m² (dimensions : 4,8 × 1,28 × 3,52 × 3,35 × 1,48 × 4,68 m).
  • 43  Déjà évoquées précédemment, p. 76 et 84.
  • 44  Néanmoins, il a été proposé ailleurs que l’évacuation 58,46, à cause de sa forme particulière (voi (...)
  • 45 M. Trümper fait fort justement remarquer qu’aucun indice matériel de ce genre n’a été retrouvé dans (...)

13L’espace 58,B18 se trouve dans l’angle sud-est de la maison XV B (fig. 44). Sa configuration rappelle celle de A4 à cause de l’insertion de la petite pièce carrée 58,B19 dans l’angle sud-est d’une pièce autrefois plus grande, qui a conféré à 58,B18 une forme en L renversé42. La branche nord de ce L comporte encore les restes assez conséquents d’un sol en béton de tuileau (sol 49p3) de profil concave et incliné vers l’évacuation 58,46, qui donnait dans la fosse 58,5143. Le sol de la branche sud est beaucoup plus lacunaire mais ce devait être également un béton de tuileau plus grossier et vraisemblablement situé à un niveau plus élevé que celui de la branche nord. L’ensemble de la pièce 58,B18 est donc cohérent techniquement parlant et on suggère donc de voir dans la branche nord une salle d’eau puisque la branche sud, à cause de la présence de trois passages (seuils 49s1, 49s4 et 58s17) n’avait manifestement pas le degré d’intimité requis44. On peut ainsi restituer dans cette branche nord une baignoire amovible (type baignoire sabot) et/ou un louterion disposés ici pour la toilette45.

Fig. 44 - La salle d’eau 58,B18.

Fig. 44 - La salle d’eau 58,B18.

DAO F. Mège

  • 46  Voir Haug, Steuernagel 2014a, p. 75. Proposition que nous avons rapportée, à titre d’hypothèse de (...)
  • 47  Cela ne serait d’ailleurs pas sans rappeler un ensemble attesté ailleurs, dans certaines maisons d (...)

14Un petit arrangement de moellons (49,73), situé à la jonction des deux branches de la pièce 58,B18 et contemporain des sols en béton, pourrait être le bas d’un mur de partition destiné à accroître l’intimité de la salle de bains. Les archéologues qui ont récemment étudié en détail la maison XV B ont également suggéré d’y voir les vestiges d’un possible foyer. En l’absence d’indices tangibles, cette possibilité mérite tout de même d’être considérée46 : la présence d’un foyer, en tant que moyen de chauffage, s’expliquerait très bien dans ce contexte ; de plus, construit en élévation sous forme de conduit de cheminée, il aurait pu également servir à abriter les utilisateurs de la salle d’eau47.

La salle d’eau 42,78

  • 48  La partie salle de bains occupait la moitié nord (2,14 × 1,06 m) d’une pièce (2,48 × 2,85 m). Nous (...)

15La structure 42,78 présente tout d’abord deux particularités par rapport aux précédentes (fig. 45) : elle n’occupait manifestement qu’une partie de la pièce où elle se trouvait et on y a découvert in situ une baignoire en terre cuite48. Il s’agit évidemment d’un élément déterminant pour l’interprétation de 42,78 qui possède de plus certaines des caractéristiques propres aux salles d’eau. Il y a d’abord une évacuation aménagée dans le mur 42,77a sous forme d’un écartement entre deux blocs du mur et de deux petites dalles posées de chant à l’intérieur de la pièce, qui donnait directement dans la rue A. Entre les deux dalles et dans leur prolongement, on trouve une petite surface de béton grossier. L’espace de la salle d’eau 42,78 tel qu’on le lit sur le terrain est délimité au nord par le mur 42,77a et à l’est par le mur 51,9 mais les deux autres limites sont moins claires. Au sud se trouvait un muret (récemment effondré) dont on ne connaît que la partie ouest sans savoir s’il se poursuivait plus à l’est ni comment : il comportait deux ou trois assises, le haut de la dernière se trouvant au même niveau que le sol de 42,78. Toute la partie sud-est de la salle d’eau est éboulée et aucun document d’archive ne nous renseigne sur son état au moment de la fouille ; dans ce secteur, le sol est parsemé de fragments de tuiles posés à plat et apparemment sans mortier.

Fig. 45 - La salle d’eau 42,78.

Fig. 45 - La salle d’eau 42,78.

Cliché et DAO F. Mège

16À l’ouest, avant le mur 42,79 qui marque la limite de la pièce, on trouve deux grandes dalles placées contre le béton (l’une debout et l’autre de chant), puis un petit massif fait de moellons mélangés à la terre. Il est donc probable que l’espace de la salle d’eau était séparé du reste de la pièce et que l’entrée devait se faire vers l’angle sud-est. Le petit massif était peut-être destiné à supporter un départ d’escalier dont la première volée en bois aurait surmonté 42,78, enchaînant sur un palier appuyé le long du mur 51,9 puis une deuxième volée au-dessus de la moitié sud de la pièce.

Les « bains de Gnaius Modius »

  • 49  Voir p. 174-177.
  • 50  La phase de la maison et l’inscription permettent également de dater ces petits bains d’une époque (...)
  • 51  Les « bains de Gnaius Modius » ont également été étudiés dans la contribution de M. Trümper, qui a (...)

17Pour compléter la présentation des salles d’eau domestiques de Mégara, on a cru bon d’inclure l’ensemble que l’on appelle les « bains de Gnaius Modius ». D’abord parce que cette structure appartenait effectivement à une maison, la maison 13,22, à l’époque où cette dernière a été remaniée et étendue sur la rue pomériale de l’enceinte hellénistique49. En raison ensuite de l’inscription ΓΝΑΙΟΥ ΜΟΔΙΟΥ placée devant l’un des accès, qui était la signature du propriétaire, un certain Gnaius Modius50. Cette « salle de bains » était donc bel et bien une structure privée faisant partie intégrante d’une maison, dont les particularités méritent d’en faire ici une étude détaillée51.

  • 52  Pour les noms des pièces, on a conservé la légende du plan de Mégara 3, p. 14.
  • 53  13p1 désigne en fait le sol de la pièce h et 13p2 celui de la pièce i, selon la dénomination donné (...)
  • 54  La transition entre le couloir et la pièce g était matérialisée au sol par quatre losanges blancs (...)
  • 55  Voir fig. 8b, d, p. 47.
  • 56  Cette baignoire, particulièrement ruinée au moment de sa découverte, a peut-être été mal identifié (...)
  • 57  Sur cette différence, voir Ginouvès 1962, p. 32-46. Comme on l’a suggéré ailleurs, les usagers dev (...)
  • 58  Leur existence est désormais attestée et documentée à Mégara pour l’époque archaïque (voir Mège 20 (...)
  • 59  L’étroitesse du passage en question conforte cette interprétation ; elle était justifiée par le be (...)
  • 60  Cette baignoire devait, selon G. Vallet et F. Villard, provenir des Bains publics (Mégara 3, p. 15 (...)

18Les vestiges, tels qu’ils se présentent aujourd’hui, sont pour une bonne part le résultat de restaurations modernes, mais on peut retrouver néanmoins leur configuration d’origine grâce aux documents de fouille (fig. 46). Les bains étaient initialement organisés en deux salles principales : la pièce i/h (qui n’en faisait alors qu’une) et la pièce g52. On pénétrait dans la première (5,30 × 2,10 m) par le passage avec l’inscription ; cette pièce était couverte d’un béton de tuileau 13p1/p2 associé à des enduits muraux stuqués et elle disposait de petites banquettes le long du mur nord et du mur ouest (sauf au niveau de l’entrée) ; le sol de la pièce était incliné en direction d’une petite conduite qui traversait le mur nord et débouchait dans une bassine enterrée de l’autre côté53. Selon toute vraisemblance, cette salle i/h devait être à la fois le vestiaire et une salle d’ablutions : la présence de l’inscription correspondait sans nul doute à l’entrée principale et la nature du sol ainsi que l’évacuation prouvent qu’on devait y faire un usage d’eau conséquent ; les banquettes devaient être alors destinées à supporter des étagères en bois tout en les protégeant de l’eau au sol. Pour accéder à la seconde pièce (la pièce g), on devait emprunter un étroit couloir (3,70 × 0,70 m) dont le sol (13p4) était également un béton de tuileau, agrémenté cette fois de files de tesselles blanches disposées dans le sens longitudinal54. La salle g (carré de 3,1 m de côté) possédait le même type de sol (13p3) que le couloir et le même type d’enduit que celui du vestiaire55. Le sol du couloir et de la salle était en légère pente en direction d’une évacuation située dans l’angle nord-est. L’élément principal de cette pièce était une baignoire maçonnée située dans l’angle sud-ouest et appuyée sur les murs ouest et sud ; le fond de la baignoire était recouvert d’un béton de tuileau (13p5) et les parois, d’un enduit56. La présence d’un tel équipement réservé à un bain de délassement plutôt que de propreté confirme le caractère thermal de l’ensemble57. Aucun dispositif de chauffage fixe n’étant visible, il faut donc supposer que les pièces étaient chauffées grâce à de petits foyers portatifs58. L’eau chaude pour le bain était vraisemblablement apportée manuellement, via une entrée de service59 qui était sans doute celle où se trouve le petit seuil 13s5. Ces bains ont été modifiés plus tard et ils ont alors peut-être cessé de fonctionner en tant que tels. Le vestiaire a été divisé en deux parties par un mur de refend directement posé sur le béton et sur l’un des blocs de la banquette ; il semblerait que l’entrée ait alors été déplacée légèrement vers le sud à cause de ce mur, se trouvant par conséquent excentrée par rapport à l’inscription. Les autres modifications potentielles nous sont suggérées par l’état des vestiges au moment des fouilles, documenté grâce aux relevés et à une photographie (fig. 46) : le mur nord et la majeure partie du mur ouest du vestiaire i/h étaient en effet arasés jusqu’aux fondations, de même que le mur délimitant le couloir et les parois nord et est de la baignoire. La partie sud du vestiaire aurait été alors complètement séparée du reste, la partie nord devenant une sorte d’alcôve ouverte sur l’ouest (la porte qu’on y voit aujourd’hui est une restitution qui ne me semble pas plausible). La pièce g a donc été agrandie mais elle conservait apparemment l’un de ses aménagements les plus curieux : son évacuation qui donnait de l’autre côté du mur 13,84, dans une baignoire en terre cuite que nous avons pu retrouver dans les réserves (fig. 46)60.

Fig. 46 - Les « bains de Gnaius Modius ».

Fig. 46 - Les « bains de Gnaius Modius ».

Cliché et DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0345

Conclusions sur les salles d’eau

  • 61  Même remarque chez Trümper 2014, p. 98-99, lorsque l’auteure compare les « bains de Modius » aux s (...)
  • 62  Tsakirgis 1984, p. 132-133.
  • 63  Ginouvès 1952.
  • 64  Voir Cahill 2002, p. 80-81, 159. Robinson et Mylonas 1946, p. 185-202, 397-398. Robinson, Graham 1 (...)
  • 65  Dalcher 1994, p. 37-39.
  • 66 K. Dalcher note que cette installation se rapproche de celles connues à Delphes (Ginouvès 1952) et (...)
  • 67  Russenberger 2013, p. 192-198.
  • 68  La quantité notable de céramique de cuisine et de vaisselle retrouvée dans cette pièce semble l’at (...)
  • 69  Russenberger 2013, p. 197-198.
  • 70  Reber 1998, p. 60-61, p. 87-89, p. 111-112, 137-139.

19Mis à part ces éléments indispensables qu’étaient les sols, les enduits imperméables et les évacuations, on voit donc les salles d’eau de Mégara possédaient un niveau d’équipement minimal61. Ailleurs à l’époque hellénistique, et parfois même avant, on connaît des salles de bains équipées de dispositifs fixes pour chauffer la pièce et l’eau. C’est le cas à Morgantina, dans la pièce 3 de la maison de la Citerne à l’arche (fig. 147). Cette pièce, pavée d’une mosaïque de tesselles blanches, était accessible depuis un corridor dont elle était séparée par un seuil plat et quatre tuiles disposées à l’intérieur du passage ; un bassin (1,25 × 0,6 m) aux parois stuquées, construit en briques et moellons et doté d’un conduit d’évacuation dans son angle sud-est, était inséré dans l’épaisseur du mur sud de la pièce. Au nord de la pièce se trouvaient une structure quadrangulaire (0,80 × 0,85 m) construite avec quatre tuiles plates ainsi qu’une fosse soulignée et habillée de tuiles (0,37 × 0,44 m), toutes deux enfoncée dans le sol et retrouvées remplies de cendres : il est donc très probable qu’il s’agissait d’un foyer assorti de sa fosse de vidange62. C’était également le cas à Delphes63 et à Olynthe64. Ces installations balnéaires pouvaient atteindre un degré de sophistication élevé, avec un véritable système à hypocauste pour chauffer directement l’eau du bain, comme à Monte Iato : trois habitations (la maison à Péristyle 1, la maison à Péristyle 2 et la maison à Péristyle E2) possédaient des équipements thermaux qui ne sont pas antérieurs au iie siècle. Ces exemples très élaborés et bien étudiés méritent que l’on s’y attarde. La pièce 21 de la maison à Péristyle 1 (3,10 × 3,10 m), un temps associée à la pièce 20 au nord, comportait une baignoire bâtie dans les trois états qui ont été identifiés durant sa phase d’utilisation entre 200 av. J.-C. et le milieu du ier siècle apr. J.-C. (fig. 47a). C’est dans la deuxième phase qu’a été construite la baignoire visible aujourd’hui (1,69 × 0,64 m), dont les bords et les contours ont été enduits d’un béton de tuileau grossier. Un tuyau en plomb permettait d’évacuer les eaux du bassin vers l’est. Sous la baignoire se trouvait un canal de chauffe provenant de la pièce 20 dont le sol était constitué de tuiles posées de chant ; sa paroi ouest était également en tuiles et sa paroi est en briques. Le conduit d’évacuation de la fumée était placé au sud du canal. Ce système a été condamné et abandonné65 lors de la phase 3. L’eau était manuellement versée dans la baignoire de la pièce 21 via l’orifice dans le mur sud, selon une technique attestée par ailleurs à Kerkouane66. Dans la maison à Péristyle 2, on ne connaît pour l’instant que la partie sud de la baignoire et l’extension est-ouest de la pièce qui la contient (pièce 19, fig. 47b). Le bassin était situé dans l’angle sud-ouest de la pièce, contre le mur sud, avec des parois inclinées au sud et à l’ouest et une paroi verticale à l’est (dimension est-ouest : 1,3 m ; profondeur : 0,54-0,57 m). Cette baignoire était chauffée depuis un four situé dans la pièce 17, directement creusé dans le roc et entouré de petites pierres ; la chaleur se diffusait par un hypocauste creusé sous la baignoire et couvert de dalles de roche volcanique ; le mortier de la baignoire mélangé à des morceaux de tuiles, était posé directement sur ces dalles. Parmi le matériel trouvé dans la baignoire, un strigile en fer et des bouts d’unguentaria en verre nous assurent de l’utilisation de ces bains jusqu’à l’abandon de la maison vers 40 apr. J.-C. La datation de cette salle de bains reste cependant assez vague, entre le début du iie siècle et le début de l’époque impériale. Cette installation thermale est très similaire à celle de la maison à Péristyle 1, dont elle serait probablement contemporaine67. Enfin, la maison à Péristyle E2 était également dotée d’une suite balnéaire de configuration toutefois nettement plus élaborée que les deux précédentes (fig. 47c). Il s’y trouvait en effet un laconicum de forme ronde (salle 2 ; diamètre : 3,1 m) et une salle à l’est (pièce 4) dont le dallage comportait un vide qui laisse supposer la présence d’une baignoire (1,78 × 0,94 m). La pièce adjacente au sud (salle 5) aurait servi à la fois de cuisine et de praefurnium68 : elle communiquait avec la pièce 4 et son probable bassin par une ouverture dans le mur qui a été bouchée par la suite, empêchant malencontreusement d’identifier les vestiges d’un éventuel système à hypocauste69. Ce principe est attesté avec des modalités très similaires à Érétrie dans la phase 3 des maisons IA et IB (première moitié du iie siècle) ; il l’est également dans la phase 2 des maisons IA et IB, mais de façon nettement moins élaborée et à une période plus ancienne située entre le début du ive et le milieu du iiie siècle70.

Fig. 47 - Salles de bains de Monte Iato.

Fig. 47 - Salles de bains de Monte Iato.

a : pièce 21, MP 1 ; b : pièce 19, MP 2 ; c : MP E2

a : Dalcher 1994, Beilage 3 ; b : Russenberger 2013, p. 191, fig. 2 ; c : Isler 2004

20À Mégara, seule la baignoire maçonnée des « bains de Modius » semble pouvoir supporter la comparaison et encore ne jouissait-elle ni d’un approvisionnement direct en eau, ni d’un système de chauffage intégré. Toutes les autres salles de bains mégariennes devaient donc être munies de baignoires amovibles, comme la baignoire sabot de la pièce 42,78 ou celle remployée près des « bains de Modius ». On relève également de l’analyse de ces pièces une nette tendance à les placer dans des espaces réduits, voire résiduels, comme sous les cages d’escalier (50,87 et peut-être 42,78) ou, du moins, dans des endroits manifestement remaniés et comme « rajoutés » (A4 et 58B18). Ceci s’explique sans doute par le fait que non seulement ce genre de salles nécessitait peu de place mais que cela était même préférable afin de pouvoir les chauffer plus facilement. On peut aussi oser un rapprochement avec la France d’après-guerre où les W.-C. étaient rajoutés sur le balcon et la baignoire à la cave : tous ces éléments de confort, désormais accessibles, étaient absents des maisons françaises avant-guerre et les occupants les plaçaient donc où ils pouvaient. Dans la Mégara hellénistique et républicaine, celle de l’époque de Hiéron II puis de la province romaine, lorsque la paix et la stabilité permirent à certains habitants de s’enrichir, il n’est pas interdit de penser que la situation devait être à peu près la même.

Les salles de réception

  • 71  Ce type de pièces a été notamment étudié par M. Kiderlen dans sa thèse : voir Kiderlen 1995. Égale (...)

21Les pièces que l’on appelle ici « salles de réception » peuvent être aussi qualifiées de salles « d’apparat », « de prestige » ou « de représentation »71. Cette terminologie variée et non exhaustive cherche à traduire un même concept : le lieu de la maison où le chef de famille recevait ses invités, où il manifestait le lien social avec ses pairs et où s’exerçait son activité publique dans un contexte privé. Aucun de ces qualificatifs n’est donc pleinement satisfaisant, manifestement parce que ce concept reste assez vague et qu’il est souvent malaisé d’attribuer à ces pièces une fonction précise et unique comme tendent à le faire tous ces qualificatifs. Certains termes sont plus spécialisés encore : oecus, andrôn, cubiculum ou Dreiraumgruppe. Qu’ils aient été spécifiquement forgés par les archéologues ou directement repris des auteurs anciens, chacun de ces termes est censé désigner une pièce de fonction relativement précise : nous allons nous pencher plus particulièrement sur trois d’entre eux.

L’andrôn

  • 72  Dans la suite, on écrira indifféremment couche, couchette ou lit. La taille standard que l’on adop (...)
  • 73  Cahill 2002, p. 80, 180-190. Robinson, Graham 1938, p. 171-185.
  • 74  Reber 1998, p. 134-136, pour le quartier ouest. Ducrey, Metzger, Reber 1993, p. 44-47, pour la mai (...)
  • 75  Voir p. 190-191.
  • 76  Ce sont d’autres indices (emplacement dans la maison, forme carrée, mobilier) qui ont permis aux a (...)
  • 77  Westgate 2007, p. 319. Cette évolution qui voit l’abandon de certains aménagements et la conservat (...)

22Ce dernier évoque une réalité propre à la culture grecque et il désigne de façon unilatérale les salles destinées aux banquets où seuls les hommes étaient normalement conviés (les symposia). Par bonheur, il se trouve qu’un type de pièce bien identifié par l’archéologie correspond justement à cette pratique. Le critère d’identification principal est la présence d’une banquette maçonnée, construite en périphérie de la salle à un niveau légèrement plus élevé que le centre et destinée à accueillir les couches. Les autres critères d’identification sont : une porte excentrée afin de pouvoir disposer de façon optimale les lits de table mis bout à bout autour de la pièce et un plan carré dont la longueur du côté permet de déduire le nombre de lits72. Cette codification architecturale de l’andrôn se lit particulièrement bien dans certaines des maisons d’Olynthe où les archéologues n’ont pas eu de peine à reconnaître ces pièces73 ; c’est également le cas à Érétrie dans les habitations d’époques classique et hellénistique du quartier ouest et dans la maison aux Mosaïques74. En Sicile, on retrouve notamment ces caractères dans une pièce de la villa Iacona de Géla75. Il faut néanmoins rappeler que ce type de pièce est véritablement lié à l’époque classique. Ainsi, à l’époque archaïque, les andrônes des maisons de la ville haute d’Himère ne possédaient pas de plateforme périphérique ni même de décors luxueux76 tandis que, bien plus tard au cours du iiie siècle et dans plusieurs endroits, on remarque que la plateforme périphérique tend à disparaître au profit d’un décor au sol77. L’andrôn est donc un cas bien particulier, y compris au sein de cette catégorie de pièces de réception.

Le Dreiraumgruppe

  • 78  Notamment par V. Heermann. Studien zur makedonischen Palastarchitektur. Dissertation, 1980. Univer (...)
  • 79  Wolf 2003, p. 85-86.
  • 80  À Monte Iato, voir Isler 2011b, p. 163-164, Isler 1997a, p. 33 et Dalcher 1994, p. 30-32 pour la m (...)

23L’arrangement de pièces connu sous le nom de « Dreiraumgruppe » a été défini pour la première fois par les chercheurs pour les palais macédoniens de Vergina78. Ce serait d’ailleurs les premiers exemples connus de cet ensemble de trois pièces, organiquement lié au péristyle, qui ouvrait sur la cour par sa pièce centrale, dotée de deux colonnes in antis ; les deux pièces latérales ne communiquaient par contre qu’avec la pièce centrale, chacune par le biais d’une ouverture excentrée. Ces deux pièces latérales devaient servir de salles de banquet (parfois sur le modèle de l’andrôn) tandis que la pièce centrale était probablement un espace d’accueil et d’attente. C’est manifestement ce modèle princier qui a inspiré les habitants des riches demeures hellénistiques macédoniennes, qui ont à leur tour intégré un Dreiraumgruppe79. De là, cet arrangement s’est diffusé en Asie Mineure (Pergame) et dans l’Égée (Délos) durant toute l’époque hellénistique ; en Sicile, vers le milieu du iiie siècle, les maisons à péristyle de Monte Iato et de Morgantina ont peut-être été les précurseurs en la matière avant que celles de Solonte ne leur emboîtent le pas80.

Le cubiculum

  • 81  Dickmann 1999, p. 99-101.
  • 82  Ibid. p. 219-220.
  • 83  Voir Riggsby 1997 ; Anguissola 2010.
  • 84  C’est d’ailleurs ce positionnement près d’une salle principale ou du vestibule ainsi que cette for (...)
  • 85  Wolf 2003, p. 73-74.

24Le terme cubiculum, dont la définition vient des études sur les « maisons à atrium » de Pompéi, évoque d’abord une fonction de chambre à coucher. De petite taille, les cubicula se trouvaient à l’origine sur l’un des côtés de l’atrium et pouvaient accueillir entre un et trois lits : la répartition du décor au sol permet généralement de reconnaître l’emplacement de la ou des couches81. L’ajout de cours à péristyle aux traditionnelles domus pompéiennes, entraîne l’apparition de cubicula dans cette partie prestigieuse de la maison : plus luxueuses et souvent isolées du portique par une antichambre ou un petit couloir, elles se distinguent aussi par la présence d’une alcôve sur un côté de la pièce, caractérisée à cet endroit par une surélévation du sol et un plafond rabaissé82. Il faut noter enfin que, loin de servir uniquement de chambres à coucher, elles faisaient également office de lieu de délassement ou de réception ; elles étaient ainsi perçues comme l’espace le plus privé de la maison, associé aux activités les plus intimes83. À Solonte, de petites pièces carrées, bien décorées, parfois pourvues d’une plateforme et situées autour du péristyle ont été identifiées en tant que cubicula : leurs caractéristiques en font vraisemblablement aussi des pièces de réception secondaires et elles se présentaient sous la forme de carrés d’environ 3 m de côté. On en trouve dans la maison de Léda, sur le côté nord de la cour, où les pièces HG6 et HG7 flanquaient l’exèdre de part et d’autre ; symétriquement, côté sud, deux autres cubicula encadraient le vestibule. On retrouve quasiment la même configuration dans le ginnasio, avec une exèdre placée entre deux cubicula (HG6 et HG7) mais par contre un seul cubiculum contre le vestibule. Dans la maison d’Harpocrate, la pièce HG3, également adjacente au vestibule84, a été retenue comme cubiculum. M. Wolf retient cette fonction principale de chambre à coucher pour ces pièces sophistiquées, en raison de leur forme réduite qui ne leur permettrait d’accueillir qu’une seule couche (disposition soulignée dans certains cas par le décor au sol). Toutefois, ces salles ne communiquaient jamais avec le vestibule, contrairement aux « pièces principales » auxquelles elles étaient parfois reliées : cette configuration et les riches décorations lui font dire que les cubicula devaient être également utilisés pour la réception d’invités85.

Critères d’identification

  • 86 « Salle (ou pièce) de réception » sera le terme finalement utilisé par la suite pour désigner cette (...)
  • 87  Voir p. 47 et note 73, p. 64.
  • 88  D’autres sites siciliens ont livré à la même période un matériel architectonique autrement plus ri (...)

25Les caractéristiques que je retiendrai donc pour l’identification d’une salle de réception sont en premier lieu son décor, puis sa localisation dans un secteur particulier de la maison86. Dans le cas des vestiges mégariens, le décor en question se résume à des éléments architecturaux assez simples mais qui sortent de l’ordinaire des autres pièces, c’est-à-dire des sols bétonnés et des enduits muraux. On a effectivement déjà souligné à quel point ces éléments étaient rares dans les maisons de Mégara87 et on peut donc considérer la présence de bétons et d’enduits comme des indices significatifs en vue de l’identification d’une salle de réception88. D’autre part, on entend par « secteur particulier de la maison » les endroits privilégiés du point de vue de l’exposition (éclairage, température, mise en valeur architecturale) ou, au contraire, du degré d’intimité (fig. 48).

Fig. 48 - Localisation des salles de réception de Mégara.

Fig. 48 - Localisation des salles de réception de Mégara.

DAO F. Mège

Les salles 14,59a et 14,59b

  • 89  Voir chap. 6, p. 174-177.
  • 90  Voir chap. 4, p. 60.
  • 91  Le mur sud (13,136) des deux pièces ainsi que le mur est (14,61), une partie du mur nord (14,59) e (...)
  • 92  Il s’agit d’un mortier composé de deux couches (épaisseur totale : environ 1,50 cm) faites d’un mé (...)
  • 93  Mégara 3, p. 14-16. Le bloc 14s5 est un simple bloc sans aménagement, manifestement in situ et pla (...)
  • 94  Voir chap. 6, p 174.

26Ces deux salles mitoyennes étaient situées dans la partie nord de la maison 13,22 et il est probable qu’elles ont fonctionné ensemble la plupart du temps (fig. 49). La salle 14,59a est carrée (4,70 m de côté) et légèrement plus petite que 14,59b (4,70 × 5,60 m) ; les deux faisaient partie des remaniements ayant amené la création de la maison 13,2289. C’est le sol 14p2 de 14,59b, unique à Mégara, qui fait tout l’intérêt de cette pièce et ne laisse aucun doute sur sa fonction de prestige90. Il s’agit d’un béton de tuileau avec un décor de tesselles assez élaboré, organisé en trois motifs principaux, dont l’essentiel a été conservé : des semis parallèles de tesselles blanches sur trois côtés ; une partie centrale en méandres de svastikas et carrés avec des crossettes au centre des carrés, encadré par une ligne de tesselles blanches et noires ; un paillasson en quadrillage de losanges sur le côté sud. Dans la partie ouest, la seule entièrement d’origine, les lignes de semis sont au nombre de treize ; elles sont douze à l’est (mais étaient probablement treize à l’origine) et sept au nord (avec l’espace pour une huitième) ; de part et d’autre du quadrillage de losanges, il y a dix lignes de semis. Ce comptage des lignes de semis montre que le motif central de méandres est bien centré sur l’axe nord-sud de la pièce mais qu’il est légèrement décalé vers le nord par rapport à l’axe est-ouest ; le quadrillage de losanges, moins large que le motif central, est également centré sur l’axe nord-sud. L’analyse du positionnement des motifs permet d’interpréter la relation du décor à la pièce et d’en éclairer son utilisation. Ainsi, on comprend que l’axe nord-sud était l’axe principal de la pièce 14,59b et que l’entrée devait correspondre au quadrillage de losanges au sud, appelé pour cette raison « paillasson ». Cette entrée était vraisemblablement une large baie, eu égard à la largeur du paillasson (2,50 m), conférant à la salle une allure d’exèdre où le caractère symétrique du motif central pouvait être apprécié des trois côtés. Le passage d’origine et son éventuel seuil n’ont malheureusement pas été conservés et la restauration visible aujourd’hui ne correspond pas à l’ancienne réalité architecturale91. La pièce adjacente 14,59a n’a pas été aussi bien préservée, notamment son sol 14p1 : à en juger par les lambeaux qui demeurent dans l’angle nord-ouest, ce sol était vraisemblablement moins élaboré que 14p2 et devait être un simple béton de tuileau. Au même endroit, il reste également des parties de l’enduit mural en liaison avec les vestiges du sol92. Dans le mur sud se trouve le seuil 13s16 qui, s’il est bien en place comme cela semble être le cas, témoignerait donc de la présence d’un passage excentré et bien moins large que celui de 14,59b (environ 1,3 m). La liaison entre les deux salles n’est pas assurée bien qu’il ait été auparavant proposé d’en voir une au niveau de 14s5, qui serait alors un seuil93. Dans le cas contraire, il serait possible de restituer une disposition à sept couches dans 14,59a, qui pourrait donc avoir servi de salle de banquet, type andrôn. Cette configuration des deux pièces 14,59a et 14,59b a manifestement été modifiée par la suite : une ouverture a été percée dans le mur nord de 14,59a, qui devint ainsi une pièce de passage, tandis que 14,59b a été agrandie vers l’est94. La composition du sol 14p2 a perdu ainsi sa symétrie et peut-être que la pièce elle-même a par suite perdu sa fonction.

Fig. 49 - L’ensemble de salles de réception 14,59a et 14,59b.

Fig. 49 - L’ensemble de salles de réception 14,59a et 14,59b.

DAO F. Mège

La salle 22,34 et l’ensemble 22,33-34-35

  • 95  Voir p. 172-174.
  • 96  Tels que la transformation de certaines pièces ou bien des changements dans la planimétrie, comme (...)
  • 97  On verra plus loin que ce groupe de pièces date de l’époque de la première enceinte R1 (voir note (...)
  • 98  Le sol bétonné appartient à la catégorie « mortier de calcaire ». Un enduit lui était associé (épa (...)
  • 99  Outre le fait qu’il faille évidemment trois pièces pour former un Dreiraumgruppe, il faut insister (...)

27La salle 22,34 (4,60 × 4,70 m) faisait partie de la maison VI G-H (appelée ici R2_G295, anciennement 22,23) ; toutes deux ont été soumises au cours de leur histoire à de profondes modifications96. La salle 22,34 était associée aux deux salles 22,33 (4,60 × 3,20 m) et 22,35 (4,60 × 2,80 m) qui la flanquaient respectivement à l’est et à l’ouest97 et comportaient des ouvertures bien marquées sur 22,34 (fig. 50). Ces pièces communiquaient entre elles par les seuils 22s12 et 22s15 qui, fait remarquable à Mégara, possèdent encore leurs jambages. La pièce 22,34 est la seule des trois qui comporte un sol construit, le sol 22p2, largement restauré à l’époque moderne par l’ajout de pièces de béton pour combler les lacunes98. Elle ouvrait par le seuil 22s7 sur une cour au sud. L’association organique des trois pièces 22,33-34-35, avec une pièce centrale communiquant avec le reste de l’habitation et munie de deux dépendances latérales, fait penser à un arrangement de type Dreiraumgruppe. Dans cette optique, la salle 22,34 deviendrait la salle principale tandis que 22,33 et 22,35 seraient alors des annexes99. Il y a toutefois deux différences nettes avec le Dreiraumgruppe canonique : premièrement, la baie de la pièce centrale 22,34 n’avait visiblement pas de colonnes et, comme on l’a dit, donnait sur la cour via le seuil 22s7 ; deuxièmement, cette cour n’était pas une cour à péristyle. Quand bien même il ne s’agissait pas là d’un Dreiraumgruppe canonique, les fortes ressemblances de l’ensemble 22,33-34-35 avec cet arrangement font penser à une adaptation locale du concept. Qui plus est, cette situation ne serait pas unique à Mégara puisqu’elle se retrouverait ailleurs (voir plus loin la pièce 49,B15).

La salle 22,36

  • 100  Le sol (22p3) est un béton de tuileau à semis irréguliers de tesselles blanches, lui aussi restaur (...)

28Située au sud de 22,35, la salle 22,36 (4,70 × 3 m) était dotée d’un sol situé à une cote plus élevée d’environ 30 cm que celle du sol de la pièce 22,34 : ce seul constat permet de supposer que les deux pièces ne dataient pas de la même phase (fig. 50)100. Il est possible que la pièce 22,36, qui ouvrait aussi sur la cour via le seuil 22s8, ait remplacé 22,34 dans ses fonctions de salle de réception, l’unité 22,33-34-35 devenant alors un espace de servitudes (les structures non identifiées mentionnées note 181 pourraient être liées à cette nouvelle fonction).

Fig. 50 - L’ensemble 22,33-34-35 et la salle de réception 22,36.

Fig. 50 - L’ensemble 22,33-34-35 et la salle de réception 22,36.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1967

La salle 30,60

  • 101  Des fragments épars montrent cependant que la couche superficielle en mortier de calcaire reposait (...)

29Il s’agit d’une petite pièce quasiment carrée (2,75 × 2,90 m) dont le sol 30p1 est presque intégralement conservé101 (fig. 51a). Deux passages permettaient d’accéder à cette pièce : l’un, situé presque dans l’angle nord-est, a été condamné (seuil 31s30), probablement lorsque le sol 30p1 a été construit car la feuillure du seuil est plus basse. L’accès a alors été repositionné au centre du mur est, via le seuil 30s9. La salle 30,60 avec sa forme réduite et presque carrée, son sol et ses enduits en mortier de calcaire et la position de son seuil 30s9 au centre du mur était vraisemblablement un cubiculum.

Fig. 51 - a : la salle de réception 30,60 ; b : seuil d’entrée et façade de la salle 30,41.

Fig. 51 - a : la salle de réception 30,60 ; b : seuil d’entrée et façade de la salle 30,41.

Clichés et DAO F. Mège.

Les salles 49,B15 et 49,B17

  • 102  Les sols 49p1 pour 49,B15 et 49p2 pour 49,B17 sont des mortiers de calcaire : une épaisse couche d (...)

30Ces deux salles sont présentées ensemble car, outre des points communs comme leur emplacement et leur type de sol 102, il est possible que la construction de 49,B17 ait été liée à un remaniement de 49,B15 (fig. 52). La pièce 49,B15 (6,30 × 6,20 m) était toutefois nettement plus grande que 49,B17 (carré de 3 m de côté) et mieux mise en valeur par une position centrale vis-à-vis de la cour.

Fig. 52 - Plan et vue des salles de réception 49,B15 et 49,B17.

Fig. 52 - Plan et vue des salles de réception 49,B15 et 49,B17.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 2310

  • 103  Longueur totale du premier seuil : 2,62 m ; largeur estimée de la porte : 1,9 m. La largeur estimé (...)
  • 104  Hypothèse formulée initialement dans Haug, Steuernagel 2014a, p. 71-72, et rappelée rapidement dan (...)

31La pièce 49,B15 ouvrait au départ sur le promenoir ouest du péristyle via un large seuil situé au milieu du mur 49,49b ; le seuil 49s14, plus petit, a ensuite été directement inséré dans le premier seuil moyennant un léger décalage vers le nord103. Elle comportait également un passage côté sud avec le seuil 49s15 (très similaire au premier seuil de l’autre passage) : ce passage au sud qui permettait d’accéder à la pièce 49,B16 est un argument important pour faire de 49,B15 la salle principale d’un Dreiraumgruppe104. D’une façon générale, le fait que 49,B15 ait été une salle de réception tout au long de son existence ne fait guère de doute au vu de ses caractéristiques (sol, enduit, positionnement dans la maison). Dans son premier état, une interprétation comme salle principale du Dreiraumgruppe 49,B14-B15-B16 est tout à fait recevable bien qu’il faille noter à nouveau, comme pour la pièce 22,34, que la salle 49,B15 n’était pas à proprement parler une exèdre (eu égard à la présence d’un seuil, même large). Dans tous les cas, il semble difficile de faire de la salle 49,B15 un andrôn à cause de la présence du seuil 49s15 qui aurait gêné le placement des couches ; de même, la porte associée au seuil 49s14 n’était pas suffisamment excentrée pour une disposition optimale des couches (voir note 72 et p. 140).

32La pièce 49,B17 a clairement été insérée dans la pièce 49,B16 puisque ses murs nord et ouest (49,42 et 49,41) ont été appuyés respectivement contre les murs est et sud de 49,B16 (49,48 et 49,30b). Cette opération, qui a considérablement réduit la surface de la pièce 49,B16 peut effectivement s’être déroulée dans le cadre du remaniement de l’ensemble 49,B14-B15-B16. Notons qu’aucun passage n’est visible dans les murs de 49,B17. Compte tenu de sa configuration, il est probable que la pièce 49,B17 ait été un cubiculum et, à ce titre, qu’elle ait pu fonctionner comme une salle de réception secondaire, plus réduite et plus intime que la pièce 49,B15. Dans cette hypothèse, il est sans doute plus judicieux de restituer l’accès à cette pièce dans le mur 49,41 ou dans le mur 49,42 plutôt que dans le mur 49,48 qui donnait directement sur le promenoir du portique ouest.

Les salles 58,28G et 58,28P

  • 105  En particulier à Érétrie (voir références en note 74).

33Ces deux pièces mitoyennes pourraient être à première vue un ensemble « antichambre - pièce principale », un arrangement qui n’était pas rare dans le cas des andrônes105. Pour les mêmes raisons que 49,B15 et 49,B17 elles semblent en tout cas devoir être traitées en même temps (fig. 53).

Fig. 53 - Les salles de réception 58,28G - 58,28P et 58,71.

Fig. 53 - Les salles de réception 58,28G - 58,28P et 58,71.

DAO F. Mège

  • 106  Il est désormais difficile de préciser cette position car l’angle sud-ouest de 58,28P était déjà e (...)
  • 107  Cette opération était certainement destinée à conférer sa forme carrée à 58,28P, comme on le voit (...)
  • 108  Les « coupes » pratiquées sur ces sols, tant par les archéologues que par les clandestins, permett (...)
  • 109  Le mur 58,57c au sud a été presque intégralement détruit et c’est là qu’on situera de préférence l (...)

34La pièce 58,28P est la plus petite des deux ; elle est carrée (2,90 m de côté) avec un sol en béton de tuileau à semis irréguliers de tesselles (58p1). On y accédait par le seuil 58s12 légèrement excentré dans le mur sud106. Cette pièce est séparée de la 58,28G à l’est par le mur 58,55, particulièrement épais (environ 1 m), qui résulte probablement du doublage du mur d’origine107. La salle 58,28G est par comparaison nettement plus imposante (4,6 × 5,60 m) ; son sol, un béton de tuileau sans tesselles (58p2), a été presque entièrement démonté lors des fouilles. Les cotes des deux sols 58p1 et 58p2 sont quasiment identiques, ce qui conforte l’idée que ces deux niveaux pourraient être contemporains108. La pièce 58,28G ne comportait pas de passages visibles109 et tous ses murs ont été arasés au même niveau, qui correspond peu ou prou à celui du seuil 58s12 de la pièce 58,28P.

35On le voit à présent, cette description ne correspond pas à un ensemble « antichambre-pièce principale », car la salle 58,28P était une pièce indépendante, dont la morphologie plaide pour une interprétation en tant que cubiculum. Par contre, l’espace qui précédait cette pièce au sud devait être lui certainement l’antichambre de ce cubiculum. La pièce 58,28G pourrait par conséquent avoir joué un rôle de salle de réception principale, le rôle secondaire étant alors dévolu à 58,28P.

La salle 58,71

  • 110  Ce sol est du type mortier de calcaire posé sur une puissante couche de béton avec de gros galets.

36De l’autre côté de la rue D1, quasiment en face de 58,28G, se trouve la salle 58,71 (3,30 × 2,90 m) ; le niveau de son sol 58p4 correspond à celui des deux salles précédentes (fig. 53)110. Le seuil 58s3 situé dans le mur sud 58,72a est ici nettement excentré sans qu’on puisse y voir à coup sûr un décalage destiné à l’arrangement des lits de table. Ici encore, cette configuration rappelle plutôt celle d’un cubiculum.

La salle A6 et l’exèdre A1/2

  • 111  Voir p. 125-129.

37Ces deux salles appartenaient à la maison IX A111.

  • 112  Villard 1951, p. 28 et n. 1. Ce sol a été en grande partie démonté lors des fouilles afin de mettr (...)

38La salle A6 est une pièce presque carrée (4,80 × 4,70 m), située au centre de l’aile nord de l’édifice, qui ouvrait au sud sur la pastas par le seuil 38s4, légèrement décentré (fig. 54). D’après les indications de F. Villard, elle était dotée d’un sol en béton de tuileaux sans tesselles et d’enduits muraux, correspondant sans doute l’un et l’autre aux types déjà décrits auparavant112. Enfin, le mur 47,14 était percé d’un passage. C’est ce dernier point qui empêche de faire de la pièce A6 un andrôn, malgré sa forme carrée, sa localisation privilégiée au nord de la maison et la position excentrée du seuil 38s4 : la présence du passage à l’est est en effet difficilement compatible avec la disposition des couches autour de la pièce. Ce passage a ensuite été équipé du seuil 47s1 à l’époque où on a construit les bétons ; plus tard, on a condamné finalement l’ouverture. Dans ce dernier état, il est techniquement plus probable que la pièce A6 soit devenue un andrôn ; quoi qu’il en soit, ses caractéristiques architecturales ont dû en faire de tout temps une salle de réception.

Fig. 54 - La salle de réception A6.

Fig. 54 - La salle de réception A6.

DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0189

  • 113  Phase 1 : voir p. 125-129.
  • 114  Si ce n’est son sol en « cailloutis » (Villard 1951, p. 18), que nous avons attribué à ce premier (...)

39La configuration particulière de la pièce A1/2, située juste à l’ouest de A6, n’a existé que durant l’état initial de la maison, celui de la construction113 : à cette époque, la pièce devait être largement ouverte au sud à la manière d’une exèdre et elle était vraisemblablement séparée du reste de la maison (représenté par les pièces A6, A3/4/5, la pastas A16/17 et la cour A25/27 : voir fig. 61, p. 126 et p. 125-129). Nous ne disposons malheureusement pas d’autres données archéologiques sur cette pièce mais, si ces hypothèses sont exactes, alors la salle A1/2 devait posséder un certain statut114 : la forme en exèdre était d’ordinaire réservée aux salles de prestige tandis que son emplacement dans la maison lui assurait une utilisation indépendante propre à ce type de salle.

Un cas particulier : la salle 30,41

  • 115  Des deux autres seuils repérés dans les murs de cette salle, 30s5 et 30s33, seul le premier semble (...)
  • 116  Mégara 3, p. 81-84. Cependant, les restes sur certaines parois d’un enduit assez bien conservé nou (...)

40C’est une pièce presque carrée (5 × 4,70 m) qui se trouvait dans l’angle sud-ouest de la maison X M (anciennement 30,11) au niveau du carrefour entre la rue C1 et la rue B hellénistique. Sa particularité par rapport aux autres pièces étudiées est qu’elle possédait un accès direct sur la rue C1 via le seuil 30s10 qui a été surmonté plus tard d’un second seuil (fig. 51b ; également fig. 40)115. Les fouilleurs y ont signalé un « sol en opus signinum » dont nous ne possédons aucun autre témoignage116. Le seuil 30s10 et son successeur étaient encadrés par des jambages en calcaire blanc sommairement moulurés à l’extérieur mais bien dressés, ce qui ajoute au caractère relativement prestigieux de l’ensemble ; de plus, la salle 30,41 était située dans l’angle d’une habitation, juste au sud de sa probable entrée principale (seuil 30s11). Ces caractères sont normalement dévolus aux salles de réception mais l’entrée directe depuis la rue semble en contradiction avec cette fonction et rappelle plutôt une disposition de boutique ou d’atelier. Nous avons donc là une salle d’allure assez intrigante, trop sophistiquée semble-t-il pour être une boutique (a fortiori un atelier) et dont l’accessibilité interdit pourtant d’y voir un espace privatif.

Conclusions sur les salles de réception

  • 117  On citera surtout les écrits de Xénophon (L’Économique 9, 4 ; Les Mémorables 3, 8, 8-9) et d’Arist (...)
  • 118  Dalcher 1994, p. 30-32.
  • 119  Pilo 2006 ; Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 343-354.
  • 120  Tsakirgis 1984, p. 388.
  • 121  Maisons 1 et 5 de Giardino Spagna (Cultrera 1943, p. 38-42) ; maison 6 au sud de l’amphithéâtre (G (...)
  • 122  Maison de l’Autel : Pelagatti 1962, p. 259-261.
  • 123  Aiosa 2010, p. 20-21 ; Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 207.
  • 124  De Miro 2009, p. 391-393.
  • 125  Essentiellement occupée par un espace découvert qui deviendra une deuxième cour à part entière, se (...)
  • 126  Russenberger 2014, p. 61-64 ; Fuchs 1997, p. 45-46.
  • 127  En l’occurrence, ce choix était en rapport avec la topographie : c’était soit le côté aval (est), (...)
  • 128  De Miro 2009, p. 391-393.
  • 129  Tsakirgis 1984, p. 73-74, 135.
  • 130  Wolf 2003, p. 88.
  • 131  Trümper 2007, p. 330-331.

41La localisation de ces pièces à l’intérieur des maisons mégariennes apporte quelques enseignements. En effet, les constructeurs ont manifestement plébiscité des emplacements situés au nord du bâtiment, avec des ouvertures placées au sud vers un espace découvert : ce choix n’est pas autrement surprenant car il correspond à des préceptes amplement répandus chez les Anciens que les découvertes archéologiques ont illustrés par maints exemples117. Pour la Sicile, on pense à la maison à Péristyle 1 de Monte Iato avec son Dreiraumgruppe118, à la villa Iacona à Géla119 et aux maisons de la colline ouest de Morgantina120. On pourrait ajouter les exemples plus tardifs de Syracuse121, Camarine122, Tyndaris123 ainsi que la plupart des maisons du quartier hellénistico-romain d’Agrigente124. La pièce 49,B15 située dans l’aile ouest de la maison XV B représente cependant une entorse à ce principe. Le choix de cet emplacement a certainement été dicté par la planimétrie à cause d’une organisation particulière de la partie nord de la maison125. Ce n’était pourtant pas un choix par défaut car la pièce 49,B15 n’avait pas une position subalterne : elle donnait directement sur le péristyle et se trouvait face à l’entrée principale. D’ailleurs, une telle disposition n’est pas exceptionnelle si l’on songe à la maison à Péristyle 2 de Monte Iato et son Dreiraumgruppe placé sur l’aile ouest de la cour à péristyle126. C’est également ce que l’on observe avec les Haupträumen de Solonte qui occupaient généralement tout un côté de la cour, souvent sous forme de Dreiraumgruppen, et qui pouvaient se trouver à l’est, au nord ou au sud127. Cette tendance à occuper d’autres secteurs que le côté nord apparaît dans d’autres maisons hellénistiques siciliennes où les salles de réception pouvaient être aussi bien disposées sur le côté est de la cour. Outre Solonte, donc, et Agrigente128, cette configuration se voit par exemple à Morgantina, dans la maison de Ganymède et dans la maison de la Citerne à l’arche, où les salles principales étaient à l’est de la cour face à l’entrée129. En étendant l’enquête à d’autres régions du monde grec, M. Wolf a ainsi relevé que, dès la fin de l’époque classique, l’emplacement traditionnel des meilleures pièces au nord de la maison a été progressivement complété par l’ajout d’autres pièces de prestige, formant de la sorte un groupe de pièces principales en forme de L. Notons toutefois que cela concerne surtout les cours à péristyle, que ce soit dans les maisons hellénistiques anciennes de Péla et celles plus tardives de Solonte, Monte Iato et Morgantina130, en passant par celles encore plus tardives de Délos. Dans la petite île égéenne, les maisons de standing élevé avaient des pièces sur trois ou quatre côtés qui généralement ouvraient autant que possible sur d’autres côtés de la cour, afin de donner au visiteur qui entrait dans la cour l’impression d’une maison entièrement luxueuse. Plus rarement, les pièces de prestige étaient regroupées en suite, certaines n’étant pas accessibles depuis la cour, provoquant certainement un effet conséquent sur l’invité bien que ce type d’arrangement soit plutôt dû en fait à des contraintes spatiales ou à des altérations ultérieures131. À Mégara, la seule situation qui pourrait correspondre à cette évolution est celle dans laquelle la pièce 22,36 a été construite à l’ouest de l’ensemble 22,33-34-35, dans une configuration sans cour à péristyle ni Dreiraumgruppe.

  • 132  Ces deux pièces, qui mesuraient environ 4,5 m de côté, conviendraient au placement de 7 couches.
  • 133  Effectivement, les éléments architectoniques manquent : ce sont les décorations murales, qui étaie (...)
  • 134  Mêmes conclusions pour l’andrôn, canonique celui-là, de la villa Iacona à Géla (Pilo 2006, p. 163)
  • 135  Westgate 2007, p. 317-319.
  • 136  Selon une proposition dans Nevett 2002, p. 91-94. Mêmes constats pour Morgantina et Solonte dans W (...)
  • 137  Voir p. 174-177.
  • 138  Voir plus loin, p. 148-149.

42On peut donc dire que, dans les maisons hellénistiques de Mégara, les constructeurs sont restés attachés à l’habitude de placer les meilleures pièces au nord. Par ailleurs, ils semblent avoir adapté le concept du Dreiraumgruppe dont ils ont conservé le principe de base : une pièce centrale donnant l’accès exclusif à deux pièces latérales. Ce sont à peu près les mêmes conclusions à propos de l’andrôn. Seules deux pièces (14,59a et A6) ont pu fonctionner en tant que tel à un moment donné et c’est uniquement la position excentrée de l’entrée qui permet de le suggérer132. Aucune plateforme périphérique ou de décor au sol (sans parler du mobilier) n’existe pour renforcer cette éventualité. C’est le même constat pour les pièces dans lesquelles je propose de reconnaître des cubicula : même dans la plus « canonique » qu’est la pièce 58,28P (en raison de son antichambre), il manque la partition du décor au sol. Pour l’ensemble de ces pièces, on ne peut qu’insister à nouveau sur l’indigence des décors et des aménagements si bien que les pièces les plus prestigieuses des maisons hellénistiques de Mégara sont finalement assez peu caractérisées133. Pour ne pas en rester à l’argument commode d’un « particularisme mégarien », je voudrais avancer une autre explication, plus générale. Il est possible que certaines salles de réception mégariennes n’aient finalement conservé que partiellement l’allure d’un andrôn, sans en reprendre tous les canons, à cause d’une tendance qui viserait à maintenir ce symbole de la culture classique dans les maisons grecques à une époque où il tendait à disparaître 134. C’est ce que l’on pourrait effectivement voir dans cette conception symétrique du décor de 14,59b, qui contraste avec celle des andrônes et qui se développe à l’époque hellénistique où ces salles destinées surtout au banquet des hommes tendaient à devenir des salles plus « multifonctionnelles » : le maintien d’un motif central dans une composition concentrique serait ainsi une simple réminiscence, un souvenir des andrônes classiques135. D’une manière générale, les « salles de représentation », même si elles devaient encore servir à des réunions dans l’esprit des symposia, étaient en train d’acquérir une utilisation plus diversifiée et étendue à d’autres membres de la maisonnée136. Et il ne fait guère de doutes que les salles de Mégara que nous venons d’examiner appartenaient à la pleine époque hellénistique, c’est-à-dire au iiie, voire au iie siècle. C’est le cas de A6, la seule pour laquelle on possède des indications stratigraphiques, mais également de 14,59a et de 14,59b137. Les travaux sur la maison XV B parviennent à une même fourchette chronologique pour les pièces 49,B15 et 49,B17 dans leur état final138. Les autres pièces (22,36 ; 30,54 ; 58,28G ; 58,28P et 58,71) ont des sols situés à des cotes élevées et elles offrent suffisamment de ressemblances avec les précédentes pour être incluses parmi les constructions des iiie-iie siècles. Cela semble d’ailleurs cohérent pour les cubicula, éléments caractéristiques de la culture latine. Reste, à nouveau, le cas de la salle 30,41 dont l’ouverture directement sur la rue C1 via un passage relativement mis en valeur demeure plutôt intriguant.

43Ainsi les maisons hellénistiques de Mégara possédaient bel et bien des espaces à part, sans doute réservés à de grandes occasions. Leur relatif dénuement, comparé aux autres sites, s’explique sans nul doute par le statut modeste et secondaire de Mégara à cette époque. C’est encore à la chronologie et à l’économie que l’on doit attribuer le fait que ces pièces soient peu typées et plus adaptées à une utilisation multifonctionnelle, en raison des évolutions de ce temps et des ressources réduites des Mégariens, qui ne leur permettaient pas de dédier une salle aux seules activités de réception. Seule une fouille minutieuse des vestiges de cette époque et des précédentes nous permettra de confirmer cette interprétation.

Notes

1  Siebert 2001, p. 121.

2  Pour cette discussion à propos des maisons d’Olynthe, voir Cahill 2002, p. 148 et, pour Délos, voir Siebert 2001, p. 121-125. Dans un cadre plus général : voir Nevett 1999, p. 21, 50-52 ; Ault et Nevett 2005, p. 172-173.

3  Et même dans le cas où des procédures d’enregistrement des objets auraient été rigoureusement suivies, il n’est pas certain non plus que nous saurions les interpréter correctement : certains paramètres peuvent effectivement perturber notre analyse, comme les activités saisonnières qui pouvaient se dérouler dans des espaces différents (voir l’analyse des trouvailles dans les maisons d’Olynthe dans Cahill 2002, p. 193) ou même notre propre méconnaissance du matériel ancien. Sans compter que l’usage des pièces était bien souvent multifonctionnel, quelle que soit la saison.

4  Voir p. 99.

5  Voir p. 76-77.

6  Cette démarche, naturellement suivie par les archéologues qui travaillent sur l’habitat, est bien résumée dans Westgate 2007b, p. 313 et Trümper 2007, p. 323.

7  Trümper 2014, p. 88.

8  Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 33-34.

9  Ibid. p. 35-36.

10  Voir plus loin, p. 138.

11  D’ailleurs, on ne signale pas de latrines ou autres lieux d’aisances parmi les structures archaïques Il faut supposer qu’à cette époque les habitants des villes avaient l’habitude de se soulager dans les rues ou les espaces libres de bâtiments (jardins, emplacements non lotis) comme le mentionnent d’ailleurs certaines sources littéraires et épigraphiques : ibid., p. 25-28.

12  Le contexte est peu fouillé, mais on a sans doute au nord l’angle nord-est de la maison (en saillie sur la rue C1) et au sud un grand seuil bouché ensuite. Les latrines sont situées juste au nord du seuil (fig. 40).

13  En ce sens, il s’agit clairement d’une structure indépendante, de facture assez légère, qui a pu être ajoutée ultérieurement dans un espace ouvert, probablement une cour.

14  Le siège dans sa position actuelle est en traits pleins sur la coupe N-S (fig. 37) ; le support, tel qu’il a été restauré, est en contour jaune sur le plan et sur la coupe N-S ; en traits pointillés sur la coupe N-S et sur le plan. Ce siège a été rapidement restauré de même que l’ensemble de la structure mais selon une disposition donc incorrecte, comme F. Villard le faisait déjà remarquer dans son carnet de fouilles de l’année 1967. Le marchepied est constitué par les deux blocs alignés au sol en sens est-ouest ; les traces d’usure en surface confirment sa fonction.

15  Voir chap. 6, p. 136-138.

16  Cette évacuation fait partie de ces arrangements simples où l’on s’est contenté de dégager un espace entre deux blocs pour évacuer les déchets directement dans la rue.

17  Cet argument chronologique a déjà été invoqué à propos des évacuations. Sur ce sujet, on renvoie à nouveau à Adam 2008, p. 158.

18  Et d’ailleurs, on devine que les latrines ont été posées sur des remblais lors de cette opération de rehaussement puisqu’il a fallu en cours de fouilles renforcer les côtés sud et ouest afin d’éviter leur effondrement. Tout ceci renforce l’idée que la construction des latrines 58,42 a eu lieu en même temps que la restructuration de l’îlot (voir p. 144).

19  Comme pour les latrines 58,42, certains de ses côtés ont d’ailleurs été renforcés lors des travaux de restauration.

20  Les niveaux de circulation et de fonctionnement tels qu’on les voit aujourd’hui sont ceux du dernier état de la fouille et ne correspondent probablement pas aux niveaux d’origine : celui du couloir d’accès devait être plus élevé afin de permettre aux utilisateurs de s’asseoir et le fond du caniveau devait être tapissé de manière à le rendre plus imperméable (la présence d’un fragment de tuile posé de chant va dans ce sens). La hauteur totale, bloc et siège, que l’on restitue à partir du niveau actuel serait d’environ 0,6 m : une hauteur de 0,4 m comme dans les latrines 30,22 semble plus réaliste.

21  Dans le schéma fonctionnel que l’on propose ici (fig. 39), les éléments reconstitués d’après les photos (la conduite d’évacuation, le siège et l’accès aux latrines) apparaissent en pointillé. Le rinçage du caniveau des latrines devait être a priori effectué manuellement par l’est bien que la forme arrondie de l’échancrure puisse aussi avoir été prévue pour l’insertion d’un tuyau. À titre d’hypothèse, on a laissé sur le schéma le puits 22,69 comme possible point d’eau, bien qu’il ne soit peut-être pas contemporain. Le puisard 23,47, qui récupérait les eaux usées provenant des latrines via la canalisation, pouvait d’ailleurs faire partie de ce dispositif assez complexe précédemment évoqué tout en recevant également des eaux usées provenant du nord (voir p. 78).

22  Les deux ont une largeur de l’ordre de 1,2-1,3 m.

23  Environ 0,8 m de large, ce qui correspondrait à deux utilisateurs.

24  Maison étudiée dans Mégara 7, p. 264-266. Il s’agissait d’une boulangerie, très probablement d’époque romaine.

25  Hellmann 2010, p. 175.

26  Comme cela est également noté dans Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 32-33. On le voit bien à Thasos où, malgré des procédés parfois élaborés, voire luxueux, les débouchés venant des maisons donnaient directement dans la rue (Grandjean 1988, p. 418-19).

27  Voir p. 82.

28  À Érétrie, on connaît des latrines (pièce a3) dès la phase 2 de la maison II, datée du ive ou du début du iiie siècle. Celles dans la pièce c de la maison IB, phase 3, sont par contre d’époque hellénistique tardive (Reber 1998, p. 140).

29  Selon les commentaires de M. Trümper, il est fort possible que la pièce 15, dont une partie a disparu à cause de glissements de terrain, ait été un vestibule d’entrée. Cette pièce avait un sol en béton de tuileau à tesselles à réticules de losanges ; contre son mur est, dans la se trouvait un petit espace étroit, la pièce 16, muni d’un petit canal dans lequel arrivait l’évacuation depuis la pièce 12 ; cette dernière débouchait au sud, à l’extérieur de la maison, dans une canalisation ouverte tapissée de tuiles plates. La pièce 16 était clairement séparée de la pièce 15 et le petit canal était recouvert par des dalles : par conséquent, il faut supposer la présence d’un « regard » ou d’une petite fosse ouvrant la canalisation pour l’utiliser en tant que latrines. Cela semble possible, peut-être contre le mur sud, mais cette configuration semblerait étrange vu la longueur du drain, qui pourrait accueillir plusieurs personnes plutôt qu’une seule, et vu l’absence par ailleurs de revêtements imperméables (Trümper 2014, p. 90).

30  Tsakirgis 1984, p. 382-383.

31  Trümper 2014, p. 87. J’avais précédemment abordé la question des salles de bains hellénistiques de Mégara dans une publication où j’avais recensé les structures présentées ici, sans toutefois en développer tous les aspects techniques (Mège 2013). Cet article a depuis été revu et parfois amendé dans Trümper 2014. À la lumière de ces réflexions et des résultats présentés plus haut, notamment sur les équipements hydrauliques, je propose donc ici un nouvel examen des salles de bains hellénistiques de Mégara.

32  Voir chap. 6, p. 120.

33  On ne sait pas si l’espace adjacent A3 faisait partie de la salle de bain car le béton de tuileau qui recouvrait le sol de A4 ne s’étendait pas en A3 ; pourtant, aucun mur de séparation avec A4 n’est documenté : les dénominations A3 et A4 données par le fouilleur désignaient en fait des espaces plutôt que des pièces. Quoi qu’il en soit, l’ensemble « A3 + A4 » occupait une surface d’environ 7,83 m² (dimensions, du nord vers l’ouest : 3,48 × 4,83 × 1,34 × 3,05 × 3,04 × 1,65 m).

34  Voir chap. 6, p. 129-132. Contrairement à ce que j’avais écrit précédemment (Mège 2013, p. 203).

35  Voir p. 83.

36  C’est ce qu’a déduit F. Villard qui pensait que cette conduite avait dû être détruite lors de la construction du sol en béton de A4 (Villard 1951, p. 22, n. 3).

37  À Morgantina, dans la pièce 3 de la maison de la Citerne à l’arche (fig. 147). À Delphes, dans la « salle de bains hellénistique » (Ginouvès 1952). À Olynthe, dans la maison de Pan (Robinson, Mylonas 1946, p. 281-282 et pl. 238).

38  Les photos d’archive montrent cependant qu’il y avait une autre rangée de tuiles située en arrière et en oblique par rapport à cette rangée. L’ensemble était intimement lié à la présence de l’escalier 50,84 et devait s’inscrire dans le volume de la cage d’escalier, en s’insérant sous les volées de la façon suivante : la première volée en bois devait prolonger les marches en pierre jusqu’à un palier situé au-dessus du petit espace (probablement appuyé sur les blocs au nord) et la deuxième volée devait surmonter la partie avec le sol 50p1. La surface de cet ensemble couvre approximativement 3,58 m² ce qui comprend : les dimensions du sol 50p1 (0,7 × 1,9 × 1,1 × 2,35 m) et les dimensions du petit espace au nord (1,26 × 0,58 × 1,5 × 0,64 m).

39  Le remblayage de la rue après la fouille et les réfections modernes ne permettent pas de voir le puisard, ni une éventuelle évacuation au bas du mur.

40  L’identification de 50,87 comme salle de bains a en effet été contestée par M. Trümper, pour qui la partie avec le sol 50p1 serait un simple passage, bien trop visible depuis l’entrée et donc privé d’intimité ; par ailleurs, l’absence conjuguée d’un point d’eau accessible et d’une évacuation assurée lui semble rédhibitoire ; enfin, le caractère globalement modeste de l’édifice s’accommoderait mal de la présence d’un élément de confort tel qu’une salle de bains. Au mieux, conclut-elle, peut-on supposer que le petit espace au nord servait de latrines (Trümper 2014, p. 97-98).

41  À condition bien sûr qu’il y ait eu un passage dans le mur 50,79a reliant la salle d’eau au reste du bâtiment. À l’époque où l’on se situe, l’édifice d’origine 41,6 a été inclus dans un complexe plus vaste, le bâtiment XV A (voir p. 136-138), qui devait donc comprendre la salle de bains 50,87. Le bâtiment XV A était manifestement un sanctuaire tandis que son prédécesseur, l’édifice 41,6, était un atelier métallurgique. L’histoire architecturale tortueuse de cet ensemble est traitée en détail dans Mégara 7, p. 193-201.

42  Surface d’environ 11,1 m² (dimensions : 4,8 × 1,28 × 3,52 × 3,35 × 1,48 × 4,68 m).

43  Déjà évoquées précédemment, p. 76 et 84.

44  Néanmoins, il a été proposé ailleurs que l’évacuation 58,46, à cause de sa forme particulière (voir p. 82), aurait pu accueillir un siège (Trümper 2014, p. 96). Cette proposition semble séduisante et parfaitement recevable en l’état. Pour autant, le reste de la branche nord ne peut convenir à des latrines : le canal d’évacuation est placé selon l’axe longitudinal de la pièce alors qu’il se trouve normalement rejeté contre un mur. C’est la configuration habituelle pour les latrines hellénistiques selon Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 34 et c’est également le cas des latrines de Mégara. Par conséquent, l’installation d’un siège de latrines au milieu de la branche nord me semble malaisée. Qui plus est, dans la phase de l’habitation XV B dont relèvent les pièces 58,B18 et 58,B19 (voir chap. 6, p. 141-142), il y avait déjà les latrines 58,42 situées quelques mètres au sud (voir p. 89-92).

45 M. Trümper fait fort justement remarquer qu’aucun indice matériel de ce genre n’a été retrouvé dans cette pièce (Trümper 2014, p. 96). Malheureusement, nous ne connaissons pas la localisation précise de la très grande majorité du mobilier conservé dans les réserves du site ; l’un des rares objets qui soit connu dans son contexte archéologique est justement la baignoire de la salle de bains 42,78.

46  Voir Haug, Steuernagel 2014a, p. 75. Proposition que nous avons rapportée, à titre d’hypothèse de travail, dans Mège 2013, p. 210, mais jugée irrecevable dans Trümper 2014, p. 96, au titre qu’aucun document d’archive n’évoque de traces de combustion à cet endroit. Je ferai le même genre d’objection que dans la note précédente : les journaux de fouilles sont rares et la plupart du temps extrêmement laconiques.

47  Cela ne serait d’ailleurs pas sans rappeler un ensemble attesté ailleurs, dans certaines maisons d’Olynthe : le « kitchen-complex » qui associait dans un même espace cuisine, foyer dans une cheminée et salle de bains (Cahill 2002, p. 80-81, 159 ; Robinson, Mylonas 1946, p. 185-202, 397-398). Dans cette hypothèse, c’est la branche sud de la pièce 58,B18 qui aurait fait office de cuisine.

48  La partie salle de bains occupait la moitié nord (2,14 × 1,06 m) d’une pièce (2,48 × 2,85 m). Nous n’avons pas pu retrouver la baignoire dans les réserves et nous n’en connaissons qu’une représentation sur le relevé en plan : elle était de forme ellipsoïdale avec vraisemblablement un siège surélevé et une petite cuvette intégrée au niveau des pieds.

49  Voir p. 174-177.

50  La phase de la maison et l’inscription permettent également de dater ces petits bains d’une époque postérieure à la conquête romaine de 213 av. J.-C. (voir déjà Mégara 3, p. 15, explication reprise dans Mège 2013, p. 211).

51  Les « bains de Gnaius Modius » ont également été étudiés dans la contribution de M. Trümper, qui apporte des réflexions très intéressantes, notamment sur l’importance qu’a pu prendre le modeste établissement de Modius lorsque les Bains Hellénistiques ont été abandonnés (Trümper 2014, p. 98).

52  Pour les noms des pièces, on a conservé la légende du plan de Mégara 3, p. 14.

53  13p1 désigne en fait le sol de la pièce h et 13p2 celui de la pièce i, selon la dénomination donnée dans Mège 2010, p. 89-90 qui tient compte de la partition de la pièce unique h/i en ces deux pièces. Structurellement parlant, il s’agit bien d’un seul et même sol.

54  La transition entre le couloir et la pièce g était matérialisée au sol par quatre losanges blancs disposés en carré et situés exactement dans le prolongement du mur de refend.

55  Voir fig. 8b, d, p. 47.

56  Cette baignoire, particulièrement ruinée au moment de sa découverte, a peut-être été mal identifiée au départ et donc désignée par une lettre comme les autres pièces. Dimensions intérieures : 1,45 × 1,10 m, profondeur : 0,40 m.

57  Sur cette différence, voir Ginouvès 1962, p. 32-46. Comme on l’a suggéré ailleurs, les usagers devaient certainement se laver au préalable dans le vestiaire, que ce soit dans des baignoires ou au moyen de loutèria (plusieurs exemplaires ont été retrouvés dans les réserves, voir Mège 2013, p. 209, fig. 8-9).

58  Leur existence est désormais attestée et documentée à Mégara pour l’époque archaïque (voir Mège 2013, p. 211 et surtout l’article, dans le même ouvrage Bouffier et Hermary 2013, de L. Claquin et Cl. Capelli, p. 185-199). De façon générale, voir Hellmann 2010, p. 90-92.

59  L’étroitesse du passage en question conforte cette interprétation ; elle était justifiée par le besoin de limiter les pertes de chaleur. Cette même raison explique aussi la présence du petit couloir entre le vestiaire et la salle g. Pour les mêmes raisons, je juge très improbable le fait que le seuil 13s8, qui donnait dans le couloir, ait pu fonctionner en même temps que les bains.

60  Cette baignoire devait, selon G. Vallet et F. Villard, provenir des Bains publics (Mégara 3, p. 15-16). M. Trümper pense plutôt qu’elle a été utilisée dans le premier état des « bains de Modius » (Trümper 2014, p. 98), ce que j’avais également suggéré en proposant qu’elle ait servi au bain de propreté, sous-entendu dans la salle i/h (Mège 2013, p. 211). Ma proposition a manifestement été mal formulée puisque M. Trümper en a déduit que je restituais ce bain de propreté dans la baignoire telle qu’elle a été trouvée in situ dans la cour de la maison (Trümper 2014, p. 101, n. 40). Cela n’était évidemment pas mon intention et je profite donc de cette occasion pour préciser ma pensée.

61  Même remarque chez Trümper 2014, p. 98-99, lorsque l’auteure compare les « bains de Modius » aux salles de bains de Monte Iato et Morgantina.

62  Tsakirgis 1984, p. 132-133.

63  Ginouvès 1952.

64  Voir Cahill 2002, p. 80-81, 159. Robinson et Mylonas 1946, p. 185-202, 397-398. Robinson, Graham 1938, p. 199-205.

65  Dalcher 1994, p. 37-39.

66 K. Dalcher note que cette installation se rapproche de celles connues à Delphes (Ginouvès 1952) et Érétrie (Reber 1998, p. 137-139), plus anciennes et moins complexes (voir plus bas). À maints égards, un système aussi sophistiqué que la salle de bains de la maison à Péristyle 1 est exceptionnel en contexte domestique (Dalcher 1994, p. 35-37).

67  Russenberger 2013, p. 192-198.

68  La quantité notable de céramique de cuisine et de vaisselle retrouvée dans cette pièce semble l’attester (Isler 2004, p. 27).

69  Russenberger 2013, p. 197-198.

70  Reber 1998, p. 60-61, p. 87-89, p. 111-112, 137-139.

71  Ce type de pièces a été notamment étudié par M. Kiderlen dans sa thèse : voir Kiderlen 1995. Également dans Trümper 1998, on verra les questions de terminologie, p. 15-21, et une étude des « pièces richement décorées » (oeci minores et exedrae), p. 52-60.

72  Dans la suite, on écrira indifféremment couche, couchette ou lit. La taille standard que l’on adoptera pour un lit est 0,90 × 1,80 m (Trümper 2007, p. 327). La dimension d’une pièce à sept lits, ou heptaklinos, était en gros de 4,50 × 4,50 m (Westgate 2007, p. 316). Partant, une pièce à neuf lits mesurait théoriquement 5,40 × 5,40 m et une pièce à onze lits, 6,30 × 6,30 m.

73  Cahill 2002, p. 80, 180-190. Robinson, Graham 1938, p. 171-185.

74  Reber 1998, p. 134-136, pour le quartier ouest. Ducrey, Metzger, Reber 1993, p. 44-47, pour la maison aux Mosaïques.

75  Voir p. 190-191.

76  Ce sont d’autres indices (emplacement dans la maison, forme carrée, mobilier) qui ont permis aux archéologues de les identifier : voir Belvedere 2013, p. 251-255, 261 ; Portale 2008, p. 250.

77  Westgate 2007, p. 319. Cette évolution qui voit l’abandon de certains aménagements et la conservation d’autres (la composition excentrée du décor, en rapport avec la porte d’entrée) est particulièrement bien illustrée dans les luxueuses salles de banquet de Délos, appelées d’ailleurs « oecii maiores ou minores » par les archéologues déliens (Trümper 2007, p. 326-330).

78  Notamment par V. Heermann. Studien zur makedonischen Palastarchitektur. Dissertation, 1980. Universität Erlangen, Nüremberg (Berlin : Papyrus-Druck, 1986).

79  Wolf 2003, p. 85-86.

80  À Monte Iato, voir Isler 2011b, p. 163-164, Isler 1997a, p. 33 et Dalcher 1994, p. 30-32 pour la maison à Péristyle 1 ; Russenberger 2014, p. 61-64 et Fuchs 1997, p. 45-46, pour la maison à Péristyle 2. À Morgantina, voir Tsakirgis 1984, p. 136-138, pour la maison de la Citerne à l’arche. Pour Solonte, voir Wolf 2003, p. 72-73, pour le gymnase. La datation de ces grandes et luxueuses demeures est donnée et discutée p. 28-30, 225-230.

81  Dickmann 1999, p. 99-101.

82  Ibid. p. 219-220.

83  Voir Riggsby 1997 ; Anguissola 2010.

84  C’est d’ailleurs ce positionnement près d’une salle principale ou du vestibule ainsi que cette forme particulière qui ont permis de les identifier dans d’autres maisons de Solonte malgré l’absence de décoration luxueuse.

85  Wolf 2003, p. 73-74.

86 « Salle (ou pièce) de réception » sera le terme finalement utilisé par la suite pour désigner cette catégorie de pièce assez hétéroclite.

87  Voir p. 47 et note 73, p. 64.

88  D’autres sites siciliens ont livré à la même période un matériel architectonique autrement plus riche, comme des mosaïques, des décors stuqués, des couronnements de mur en stuc ou des encadrements de porte et de fenêtre : on pense notamment à Monte Iato (Mächler 2014, Brem 2000), Morgantina (Tsakirgis 1984, p. 387-392) et Sélinonte (Helas 2011, p. 106-108).

89  Voir chap. 6, p. 174-177.

90  Voir chap. 4, p. 60.

91  Le mur sud (13,136) des deux pièces ainsi que le mur est (14,61), une partie du mur nord (14,59) et une partie du sol 14p2 de 14,59b ont été restaurés dans les années 1980.

92  Il s’agit d’un mortier composé de deux couches (épaisseur totale : environ 1,50 cm) faites d’un mélange de sable marin et de chaux blanche ; la couche inférieure est plus grossière et la couche supérieure, plus fine (épaisseur : environ 0,20 cm) ; la surface de cette dernière conserve des traces de pigment rouge (examen à la loupe binoculaire, grossissement × 32, voir fig. 8c, p. 47).

93  Mégara 3, p. 14-16. Le bloc 14s5 est un simple bloc sans aménagement, manifestement in situ et placé au milieu du mur 14,60 : il pourrait donc tout aussi bien n’être qu’un bloc de l’assise de réglage.

94  Voir chap. 6, p 174.

95  Voir p. 172-174.

96  Tels que la transformation de certaines pièces ou bien des changements dans la planimétrie, comme l’adjonction d’unités supplémentaires et l’extension sur l’emprise d’autres maisons. La salle 22,34 a ainsi fait partie de plusieurs états, ou maisons, que l’on décrira plus loin (voir chap. 6, p. 164).

97  On verra plus loin que ce groupe de pièces date de l’époque de la première enceinte R1 (voir note précédente) et qu’il s’est sans doute maintenu même après le démantèlement de la deuxième enceinte hellénistique R2 (voir chap. 6, p. 174).

98  Le sol bétonné appartient à la catégorie « mortier de calcaire ». Un enduit lui était associé (épaisseur totale : environ 0,9 cm ; épaisseur de la couche superficielle : 0,1 cm), du même type que celui de la salle 14,59a avec également des traces de peinture rouge (comme signalé d’ailleurs dans Mégara 3, p. 76) ; sous cette couche se trouvait un autre enduit très similaire, qui était soit un premier état, soit une couche de préparation. À l’est, la salle 22,33 porte des restes d’un même enduit mais aucun signe d’un sol construit, à part les vestiges dans l’angle sud-est d’une curieuse structure maçonnée et semble-t-il délimitée au nord et à l’ouest par deux blocs. Même constat pour la pièce 22,35 où se trouve encore dans l’angle sud-est une auge en pierre posée à côté d’un bloc parallélépipédique très bien dressé, mais où on ne détecte pas d’enduit.

99  Outre le fait qu’il faille évidemment trois pièces pour former un Dreiraumgruppe, il faut insister sur la dépendance architecturale entre les deux pièces latérales 22,33-35 et 22,34 avec laquelle elles communiquaient via des seuils excentrés 22s12 et 22s15.

100  Le sol (22p3) est un béton de tuileau à semis irréguliers de tesselles blanches, lui aussi restauré, que les auteurs de Mégara 3 rapprochaient de certains sols des Bains hellénistiques (Mégara 3, p. 76). Les enduits des murs sont similaires à ceux vus précédemment dans l’ensemble 22,33-34-35 (épaisseur totale : environ 1,4 cm). La salle 22,36 a été construite dans le dernier état identifié de la maison VI G-H (état appelé ici R2_G2 ; p. 175).

101  Des fragments épars montrent cependant que la couche superficielle en mortier de calcaire reposait sur un béton mélangeant cailloutis et tessons, lui-même posé sur un radier de cailloux et de terre : il s’agit du dispositif habituel pour les bétons mais pas pour les autres mortiers de calcaire (voir p. 60). Les murs de 30,60 ont été arasés presque au niveau du sol mais ils portent encore quelques lambeaux d’un enduit (épaisseur totale : environ 1,7 cm), toujours de la même composition (voir note 98) et clairement associé au sol.

102  Les sols 49p1 pour 49,B15 et 49p2 pour 49,B17 sont des mortiers de calcaire : une épaisse couche de cailloux et de sable agglomérés par un mortier. Les murs de ces pièces présentent aussi des restes d’enduit (épaisseur : environ 1,5 cm) du type habituel, avec quelques traces ténues de pigment ocre en surface (voir note 98).

103  Longueur totale du premier seuil : 2,62 m ; largeur estimée de la porte : 1,9 m. La largeur estimée de la porte correspondant au seuil 49s14 est de 1,32 m. En outre, le premier seuil est de type a alors que le seuil 49s14 est de type b : cela va dans le sens d’une hypothèse précédemment formulée, selon laquelle les seuils de type b seraient apparus après les seuils de type a (voir chap. 4, p. 55).

104  Hypothèse formulée initialement dans Haug, Steuernagel 2014a, p. 71-72, et rappelée rapidement dans ce qui suit. À l’époque où la maison XV B a été conçue, la pièce 49,B15 au centre et les pièces 49,B16 et 49,B14 au sud et au nord devaient former un Dreiraumgruppe (fig. 77). La salle 49,B15 aurait été ensuite agrandie en mordant sur la rue D4 à l’ouest et le mur de séparation avec 49,B14 aurait été alors restructuré, condamnant ainsi la liaison entre les deux pièces et signant la fin du Dreiraumgruppe. La salle 49,B15 serait à ce moment devenue un andrôn du fait de la position légèrement excentrée du nouveau seuil 49s14. C’est sans doute à ce moment que la pièce 49,B16 a été modifiée par l’insertion de 49,B17 et qu’elle a changé elle aussi de fonction (voir p. 141).

105  En particulier à Érétrie (voir références en note 74).

106  Il est désormais difficile de préciser cette position car l’angle sud-ouest de 58,28P était déjà effondré en 2009 lors des prémices de ces travaux (Mège 2010) et, depuis, le mur sud a complètement disparu à cause de fouilles clandestines.

107  Cette opération était certainement destinée à conférer sa forme carrée à 58,28P, comme on le voit également avec le mur nord 58,28a contre lequel on a plaqué des pierres.

108  Les « coupes » pratiquées sur ces sols, tant par les archéologues que par les clandestins, permettent de voir clairement leur composition : une fondation en radier de pierres et de gros tessons mélangés à la terre, surmontée d’une couche de béton grossier (environ 8 cm d’épaisseur) puis une couche de surface mêlant petits morceaux de terre cuite et chaux blanche (environ 1 cm d’épaisseur). C’est cette structure, pour ainsi dire canonique, que l’on décrit p. 60 et en fig. 21, p. 61.

109  Le mur 58,57c au sud a été presque intégralement détruit et c’est là qu’on situera de préférence la porte : une ouverture au sud serait en effet plus conventionnelle.

110  Ce sol est du type mortier de calcaire posé sur une puissante couche de béton avec de gros galets.

111  Voir p. 125-129.

112  Villard 1951, p. 28 et n. 1. Ce sol a été en grande partie démonté lors des fouilles afin de mettre à jour les vestiges de murs archaïques. Selon les clichés d’archive, c’était une couche de tuileau reposant sur un béton grossier, lui-même supporté par un radier (fig. 54). Selon la description du fouilleur : « Le béton, formant le sol de la chambre, recouvrait un deuxième niveau hellénistique (80-115 cm), du IIIe siècle, daté par une monnaie d’Agathocle et une de Hiéron II » (ibid., p. 20). La coupe stratigraphique (voir fig. 60, p. 124) et cette description montrent à mon sens que le « deuxième niveau hellénistique » défini par F. Villard était en fait le radier ou rudus : la construction du sol pourrait donc dater du iiie siècle. L’auteur donne d’autres précisions sur le mobilier du radier : « petites coupelles à anses appliquées sans décor, fragments du type de Gnathia ». J’ai émis l’hypothèse que ce béton faisait partie d’un deuxième état de la maison (phase 2) et que le sol initial devait être différent (peut-être un sol de galets) ; on ne peut rien dire sur les enduits des murs, mais il n’est pas impossible qu’il y en avait déjà dans l’état initial (voir p. 124).

113  Phase 1 : voir p. 125-129.

114  Si ce n’est son sol en « cailloutis » (Villard 1951, p. 18), que nous avons attribué à ce premier état de la pièce A1/2 (voir fig. 58, p. 123).

115  Des deux autres seuils repérés dans les murs de cette salle, 30s5 et 30s33, seul le premier semble avoir été utilisé en tant que tel, certainement lorsque 30s10 a été condamné ; l’autre doit être un remploi.

116  Mégara 3, p. 81-84. Cependant, les restes sur certaines parois d’un enduit assez bien conservé nous ont permis, en mesurant la cote du bas de l’enduit, de déterminer le niveau approximatif de ce sol, qui aurait été ainsi associé au premier seuil 30s10. L’examen de l’enduit (épaisseur d’environ de 2 cm) indique qu’il s’agissait exactement du même mélange à base de chaux et sable marin que les précédents (voir note 92). Nous n’y avons toutefois pas décelé la présence de peinture, ni d’une autre couche : il pourrait donc s’agir de la couche de préparation.

117  On citera surtout les écrits de Xénophon (L’Économique 9, 4 ; Les Mémorables 3, 8, 8-9) et d’Aristote (De la science économique 1, 6, 7). En Grèce continentale et égéenne, on citera en particulier Olynthe (Robinson, Graham 1938, p. 170), Délos (Chamonard 1928, p. 165-168), Thasos (Grandjean 1988, p. 452-453) et Érétrie (Reber 1998, p. 137 ; Ducrey, Metzger, Reber 1993, p. 42-48). En Asie Mineure, on évoquera simplement Pergame et Priène, où les questions sur l’habitat urbain à l’époque hellénistique ont été posées dans Rumscheid 2010.

118  Dalcher 1994, p. 30-32.

119  Pilo 2006 ; Adamesteanu, Orlandini 1956, p. 343-354.

120  Tsakirgis 1984, p. 388.

121  Maisons 1 et 5 de Giardino Spagna (Cultrera 1943, p. 38-42) ; maison 6 au sud de l’amphithéâtre (Gentili 1951, p. 292-293) ; maisons du Corso Timoleonte (Gentili 1956, p. 96-99).

122  Maison de l’Autel : Pelagatti 1962, p. 259-261.

123  Aiosa 2010, p. 20-21 ; Bernabò Brea, Cavalier 1965, p. 207.

124  De Miro 2009, p. 391-393.

125  Essentiellement occupée par un espace découvert qui deviendra une deuxième cour à part entière, selon l’hypothèse proposée ici (voir chap. 6, p. 146-148).

126  Russenberger 2014, p. 61-64 ; Fuchs 1997, p. 45-46.

127  En l’occurrence, ce choix était en rapport avec la topographie : c’était soit le côté aval (est), soit le côté qui faisait face au vestibule d’entrée (nord ou sud), suivant la position de la rue adjacente à la maison (Wolf 2003, p. 72-73).

128  De Miro 2009, p. 391-393.

129  Tsakirgis 1984, p. 73-74, 135.

130  Wolf 2003, p. 88.

131  Trümper 2007, p. 330-331.

132  Ces deux pièces, qui mesuraient environ 4,5 m de côté, conviendraient au placement de 7 couches.

133  Effectivement, les éléments architectoniques manquent : ce sont les décorations murales, qui étaient ici, pour autant que l’on sache, réduites à des enduits bruts. On peut tout juste souligner que ceux que l’on a décrits étaient vraisemblablement tous peints en rouge et que les parties hautes ont pu être peintes dans d’autres couleurs, dans une habituelle décoration « par zone ».

134  Mêmes conclusions pour l’andrôn, canonique celui-là, de la villa Iacona à Géla (Pilo 2006, p. 163).

135  Westgate 2007, p. 317-319.

136  Selon une proposition dans Nevett 2002, p. 91-94. Mêmes constats pour Morgantina et Solonte dans Westgate 2007, p. 316-317 et à Délos dans Trümper 2007, p. 333.

137  Voir p. 174-177.

138  Voir plus loin, p. 148-149.

Table des illustrations

Titre Fig. 36 - Localisation des latrines de Mégara.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-1.png
Fichier image/png, 360k
Titre Fig. 37 - Les latrines 30,22.
Crédits DAO F. Mège ; clichés nég. MHO 2013 et 2123
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 38 - Les latrines 58,42.
Crédits DAO F. Mège ; cliché Universität Regensburg/Dirk Steuernagel Maison 49,19_218
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 39 - Les latrines 22,68.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1170
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-4.png
Fichier image/png, 312k
Titre Fig. 40 - La structure 30,25 (au centre de la figure).
Crédits Extrait de Mégara 7, p. 433, feuillet 30
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-5.png
Fichier image/png, 402k
Titre Fig. 41 - Localisation des salles d’eau de Mégara.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-6.png
Fichier image/png, 207k
Titre Fig. 42 - La salle d’eau A4.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0195
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-7.png
Fichier image/png, 270k
Titre Fig. 43 - La salle d’eau 50,87.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1033
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-8.png
Fichier image/png, 1014k
Titre Fig. 44 - La salle d’eau 58,B18.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-9.png
Fichier image/png, 458k
Titre Fig. 45 - La salle d’eau 42,78.
Crédits Cliché et DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-10.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 46 - Les « bains de Gnaius Modius ».
Crédits Cliché et DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0345
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-11.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 47 - Salles de bains de Monte Iato.
Légende a : pièce 21, MP 1 ; b : pièce 19, MP 2 ; c : MP E2
Crédits a : Dalcher 1994, Beilage 3 ; b : Russenberger 2013, p. 191, fig. 2 ; c : Isler 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-12.png
Fichier image/png, 989k
Titre Fig. 48 - Localisation des salles de réception de Mégara.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-13.png
Fichier image/png, 373k
Titre Fig. 49 - L’ensemble de salles de réception 14,59a et 14,59b.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 50 - L’ensemble 22,33-34-35 et la salle de réception 22,36.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 1967
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-15.png
Fichier image/png, 1015k
Titre Fig. 51 - a : la salle de réception 30,60 ; b : seuil d’entrée et façade de la salle 30,41.
Crédits Clichés et DAO F. Mège.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-16.png
Fichier image/png, 612k
Titre Fig. 52 - Plan et vue des salles de réception 49,B15 et 49,B17.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 2310
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-17.png
Fichier image/png, 564k
Titre Fig. 53 - Les salles de réception 58,28G - 58,28P et 58,71.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-18.png
Fichier image/png, 184k
Titre Fig. 54 - La salle de réception A6.
Crédits DAO F. Mège ; cliché nég. MHO 0189
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8641/img-19.png
Fichier image/png, 544k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search