Version classiqueVersion mobile

Le fait urbain en Sicile hellénistique

 | 
Frédéric Mège

Deuxième partie. L'habitat de Mégara Hyblaea à l'époque hellénistique

Chapitre 3. Le site et la ville hellénistique*

Note de l’auteur

* Pour plus d’informations, en particulier sur l’histoire et l’historiographie du site, on pourra se reporter aux monographies Mégara 1, Mégara 3, Mégara 5 et Mégara 7.

Texte intégral

Géographie

  • 1  Pour la description géologique des faciès nommés ici, on renvoie à la carte géologique (fig. 3) is (...)
  • 2  Voir déjà Villard 1951, p. 11-12.
  • 3  L’une des carrières d’extraction de cette roche se trouve au lieu-dit Intagliata ou Intagliatella, (...)
  • 4  En particulier le temple dorique dit « temple du ive siècle » (voir note 23).
  • 5  Les auteurs de Mégara 1 n’avancent qu’un seul cas d’emploi avéré à l’époque archaïque (dans le bât (...)

1Mégara Hyblaea est située sur la côte orientale de la Sicile baignée par la mer Ionienne, à environ vingt kilomètres au nord-ouest de Syracuse et cinq kilomètres au sud-ouest de la moderne Augusta. Le site se trouve sur un plateau qui domine la mer à l’est ; il est encadré au nord par le fleuve Cantera et au sud par la rivière San Cusmano et il vient se lier à l’ouest aux piémonts des Monts Hybléens. La partie orientale est divisée en deux plateaux séparés par une dépression assez profonde, l’Insenatura ou Arenella, qui se prolonge en pente douce jusqu’à la mer (fig. 2). Le site de Mégara Hyblaea, proche de plusieurs cours d’eau, est également riche en eau potable : cette situation hydrographique particulièrement favorable a certainement joué dans l’installation des premiers colons. La variété et la disponibilité des ressources géologiques sont un autre point d’intérêt du site et de son territoire : il existe en effet trois types principaux de roches aisément accessibles dans les alentours immédiats1. La roche-mère de Mégara est composée de calcarénites grossières, sortes de concrétions de sables calcaires dans lesquelles les fossiles abondent : c’est le faciès géologique Qm dit aussi panchina, une pierre jaunâtre, friable et poreuse, connue en Sicile sous le vocable giuggiulèna et souvent appelée à tort arenaria par les archéologues. La panchina est une roche facile à tailler mais peu adaptée à un travail fin. Néanmoins sa malléabilité et surtout sa présence sur le site même ont incité les habitants de Mégara à l’utiliser fréquemment dans la construction, dès les premiers temps : de nombreux éléments d’architecture étaient donc faits dans ce matériau peu résistant, ce qui explique le mauvais état de conservation de certains vestiges2. Plus loin, sur les contreforts des Monts Hybléens à environ 5 km à l’ouest, se trouve un autre type de calcarénite, le faciès géologique Qc, une pierre blanc jaunâtre assez friable qui a été abondamment utilisée comme pierre de taille3. Dans ces mêmes secteurs se trouvent des filons de la troisième calcarénite exploitée par les Mégariens et encore utilisée aujourd’hui pour la production de chaux : c’est cette pierre que l’on appelle « calcaire de Melilli » (du nom de la petite ville située tout près des carrières) dont le faciès géologique Mcc est très proche du Mc ou « calcaire de Syracuse ». Il s’agit d’une calcarénite plus noble que la précédente : blanc grisâtre à grains fins, sa surface se durcit progressivement au contact de l’air pour former une croûte gris clair très dure agissant comme une protection. Le calcaire de Melilli possède une texture qui convient bien à une taille précise et il a donc constitué le matériau privilégié des constructions les plus prestigieuses de Mégara4 ; dans les maisons, ce sont des éléments architectoniques que l’on souhaitait mettre en valeur qui en ont bénéficié, notamment les seuils et les colonnes. Les vestiges qui témoignent de l’utilisation de ce matériau sont aujourd’hui peu nombreux sur le site : blocs en remploi dans la fortification hellénistique, blocs erratiques du temple dorique, éléments d’architecture domestique. À l’instar du marbre, son emploi semble être limité5 et il est très probable qu’à une époque tardive une bonne partie de ce matériau ait été transformée dans des fours à chaux.

Fig. 2 - Vue aérienne de Mégara Hyblaea.

Fig. 2 - Vue aérienne de Mégara Hyblaea.

DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)

  • 6  Celle-ci s’est déroulée en 1949, sur un site alors peu cultivé, sous la forme de dix-sept sondages (...)
  • 7  Le terrain, aujourd’hui régulièrement labouré et parfois mis en culture, est un véritable champ de (...)
  • 8  Villard 1951, p. 10-11.

2La pédologie du site a été succinctement décrite par F. Villard lors de sa première campagne de fouilles et ses observations sont toujours valables aujourd’hui6. L’épaisseur de terre couvrant la roche-mère varie entre 1,40 m et 2,20 m et toutes ses couches contiennent du matériel archéologique7 : la roche-mère devait donc être à peu près nue lors de l’arrivée des premiers colons. Le premier niveau rencontré a une épaisseur d’environ 0,60 m avec une première couche humique noire de 0,15-0,20 m d’épaisseur suivie d’une couche grisâtre et beaucoup plus fine. Le deuxième niveau est épais d’environ 0,80-1,20 m et c’est une terre plus compacte, de couleur brune, grasse et contenant souvent des poches de panchina désagrégée. Ce sol repose directement sur la roche qui possède une surface très irrégulière dont les creux sont comblés d’une terre noire, vraisemblablement d’origine géologique8.

Fig. 3 - Extrait de la carte géologique des Monts Hybléens.

Fig. 3 - Extrait de la carte géologique des Monts Hybléens.

D’après S. Carbone, M. Grasso, F. Lentini, Carta geologica del settore nord-orientale Ibleo (Sicilia S.E.) alla scala 1:50.000, Florence, 1986

Histoire

  • 9  Le débat sur la date de fondation de Mégara fait partie d’une discussion d’ensemble sur la chronol (...)
  • 10  Mégara 5, p. 299-301 et 535.
  • 11  Ibid., p. 443-445.
  • 12  C’est cette dernière qui a livré le plus de sépultures, parmi lesquelles les travaux récents ont p (...)
  • 13  Cet épisode nous est principalement narré par Hérodote (7, 156) mais on le retrouve également chez (...)

3La colonie de Mégara Hyblaea a été fondée vers 750 ou en 728/727 au cours de la première vague de la colonisation grecque en Occident (fig. 4)9. C’est surtout l’archéologie, par l’étude de l’urbanisme, des nécropoles et des productions manufacturières, qui nous renseigne sur l’époque archaïque, tant les textes sont évasifs : on apprend ainsi, en tout et pour tout, que Mégara fut impliquée à deux reprises dans des conflits locaux. Grâce aux résultats des fouilles, on sait que la période qui va de la fin du viiie siècle au début du ve siècle fut celle où la ville se dessina et se mit en place : l’enceinte, dont les premières traces remonteraient aux environs de 700, et les oikopéda, apparus à la même époque, en seraient les premières manifestations10. L’agora, en tant qu’espace clairement défini dans le tissu urbain, se constitua progressivement au cours du viie siècle, au rythme des édifices placés sur ses bordures11. Les nécropoles étaient, comme de coutume, rejetées au-delà de l’espace habité : on en connaît principalement trois, au nord, à l’ouest et au sud12. L’histoire de la Mégara archaïque s’arrêta brusquement en 483 lorsque le nouveau tyran de Syracuse, Gélon I, réprima une révolte des aristocrates mégariens en déportant toute la population de la ville13.

Fig. 4 - Plan général de Mégara Hyblaea.

Fig. 4 - Plan général de Mégara Hyblaea.

DAO F. Mège d’après Mégara 7

  • 14  Sur l’état de la ville, les auteurs de Mégara 5 précisent bien que rien ni dans les textes, ni dan (...)
  • 15  Mégara 3, p. 95-96.
  • 16  Hypothèse proposée pour la première fois par G. Vallet et F. Villard en 1958 (Vallet, Villard 1958 (...)
  • 17  Diod. 20, 32, 3-5.
  • 18  Mégara 3, p. 118.
  • 19  Ce thème de la réoccupation de Mégara à l’époque classique est spécifiquement traité dans Mégara 7(...)
  • 20  J’entends là principalement Denys, Timoléon et Agathocle.
  • 21  Voir partie 1, p. 15.

4Après cette intervention radicale, Gélon a laissé derrière lui, c’est une certitude, une ville déserte et privée de vie14. Ce qui est, par contre, beaucoup moins assuré, c’est la durée de cette inoccupation. Les textes disent également peu de choses de la Mégara entre les vie et ive siècles, ce qui contribue à soutenir l’idée d’un abandon total durant cette période. Du côté des faits archéologiques, il n’y a guère que les deux tours circulaires situées près de la porte hellénistique ouest qui pourraient être reliées à cette période et interprétées comme les possibles vestiges d’un phrourion15. Et puisque les fouilles de G. Vallet et F. Villard avaient rapidement mis en évidence l’existence d’une période hellénistique à Mégara, l’hypothèse la plus probable était donc de dire que le site n’avait été repeuplé qu’à l’époque de Timoléon16. Effectivement, la cité réapparaît dans les sources à l’occasion du siège de Syracuse par les armées de Carthage en 309 : dans un passage de Diodore, on apprend que des navires syracusains furent coulés par les Carthaginois alors qu’ils remontaient la côte jusqu’à Mégara et que les marins se réfugièrent sur la côte dans un temple d’Héra avant que des renforts ne parviennent de « la cité » pour sauver les navires rescapés17. Malgré l’imprécision du récit, puisqu’on ne sait exactement si « la cité » désigne Syracuse ou Mégara, ce témoignage apparaît comme un indice supplémentaire de l’existence de Mégara à la fin du ive siècle18. Cette hypothèse du repeuplement du site par Timoléon n’est désormais plus d’actualité : les recherches en cours, notamment sur la céramique mais aussi sur l’urbanisme et l’habitat, montrent indubitablement que la réoccupation de Mégara s’est produite bien avant, probablement aux alentours de 460, c’est-à-dire après un hiatus d’environ une génération19. Nous l’aborderons rapidement ici en conclusion de cette partie pour évoquer les traces que cette réoccupation a pu laisser dans l’habitat et l’urbanisme, puisqu’il s’agit de la phase qui a précédé immédiatement celle à laquelle nous nous intéressons. Le contexte historique entre la fin du ve siècle et la fin du ive siècle incite à penser que la puissance de Syracuse et de ses dirigeants a dû absorber Mégara et réduire considérablement son autonomie20 : c’est probablement cette raison qui explique le silence des textes. Par ailleurs, il est tout à fait plausible que, à plusieurs occasions, les différents tyrans de Syracuse aient disposé de Mégara et de son territoire pour y installer des colons ou pour récompenser leurs fidèles par des terres21.

  • 22  Diod. 23, Fr. 5.
  • 23  L’appellation « temple du ive siècle » est celle de Mégara 4, ouvrage publié en 1966 et intégralem (...)
  • 24  La construction de cette enceinte, qui succéda à celle à laquelle appartenaient les deux tours cur (...)
  • 25  Mégara 7, p. 203-257.
  • 26  Tite-Live 24, 35, 1-2.

5Pour les événements qui succèdent à l’épisode de 309, les textes ne sont guère plus diserts mais les vestiges archéologiques abondent, notamment ceux que l’on peut attribuer à l’époque du long règne de Hiéron II de Syracuse. Après des années troublées par la disparition d’Agathocle en 289, Hiéron accéda au pouvoir à partir de 275 et le conserva jusqu’à sa mort en 215. Durant ce long intervalle, Mégara n’est évoquée qu’une fois dans les textes à propos du traité de paix passé entre Hiéron et Rome en 263, à l’orée de la première guerre punique22. Cet acte fut déterminant car il mit fin aux hostilités et reconnut à Hiéron l’autorité sur un large territoire autour de Syracuse. S’ouvrit alors ce qui a dû être une longue période de paix et de prospérité durant laquelle Mégara fut dotée de nouvelles structures très significatives, tant pour leur fonction que pour leur symbolisme : le temple dorique dit « temple du ive siècle »23, la stoa sur le côté nord de l’agora, les bains qui lui faisaient face et la nouvelle enceinte24. Des études récentes suggèrent également d’imputer à l’évergétisme royal de Hiéron la construction sur l’agora d’une base de statue, d’un autel ainsi que la mise en valeur des façades de l’hérôon archaïque et du « sanctuaire 41,6 »25. Comme on le verra dans le chapitre 6, on peut également placer à cette époque la construction d’un certain nombre de maisons. Cette ère paisible se termina violemment à la mort de Hiéron II, lorsque son petit-fils et successeur Hiéronyme brisa l’alliance avec Rome et se rapprocha de Carthage. Toute la région autour de Mégara fut alors impliquée dans de violents conflits ; le général romain Marcellus décida de détruire complètement Mégara pour servir d’exemple et semer la terreur chez les rebelles. Cet événement a peut-être été exagéré par Tite-Live26, qui le rapporte pour l’année 213, mais toujours est-il que la fortification fut effectivement démantelée et que des maisons furent ensuite construites par-dessus. D’autre part, les quantités significatives de campanienne C et de céramique sigillée retrouvées sur le site témoignent d’une occupation qui s’est sans doute poursuivie jusqu’au début de l’Empire.

La mise au jour de la Mégara hellénistique

  • 27  En effet la ville, que l’on croyait alors avoir été définitivement abandonnée après 483, semblait (...)
  • 28  Pour plus de détails sur la chronologie des fouilles, voir Mégara 5, p. 32-51.

6C’est en 1949 que s’ouvrit le premier acte des recherches archéologiques actuelles à Mégara sous la forme d’un programme scientifique encadré par l’École française de Rome. F. Villard, qui en était alors membre et venait de proposer une typologie des vases protocorinthiens, forma le projet de fouiller l’habitat de Mégara de façon plus poussée27. Ce programme, auquel se joignit rapidement G. Vallet, débuta au printemps de 1949 pour une durée qui devait être courte : il n’allait pourtant cesser de croître et d’évoluer alors que les découvertes se faisaient toujours plus nombreuses et que grandissait la nécessité de protéger le site de l’extension des industries pétrochimiques. Cette intense activité archéologique se poursuivit jusqu’en 1974, date de la publication de Mégara 1, fruit d’une collaboration avec l’architecte suisse P. Auberson qui avait rejoint les deux chercheurs français dès 1964. La très grande majorité des vestiges qui nous intéressent ici a été découverte au cours de ces fouilles (fig. 5 et fig. 55) : on en donne ci-dessous une énumération succincte, dans l’ordre chronologique des découvertes28. On y trouvera donc surtout des ouvrages publics (enceinte, temples, bains, etc.), mais également quelques maisons. Certaines ont été reconnues comme telles dès l’époque des fouilles. Pour celles qui ne sont pas mentionnées dans les journaux de fouilles, on déduira l’année de leur dégagement de celle de la zone fouillée. Enfin, on indiquera également le nom des îlots hellénistiques concernés : ceux-ci, avec les autres noms issus de la nomenclature actuelle, sont en caractères gras.

Fig. 5 - Principaux vestiges hellénistiques.

Fig. 5 - Principaux vestiges hellénistiques.

DAO F. Mège d’après Mégara 7

1949. Dégagement de l’îlot IX lors des sondages XII et XV. Mise en évidence de la maison IX A (dite alors « maison hellénistique du chantier A »). Dans le sondage III (partie nord de l’îlot VI), découverte de l’édifice VI A, alors appelé « maison du chantier III ».

1952. Découverte de la partie sud de l’enceinte hellénistique (phases R1 et R2), notamment des tours VI et V (alors « bâtiments E et F »).

1953. Suite des fouilles précédentes. Dégagement de la porte sud-ouest de l’enceinte hellénistique (phases R1 et R2) et de la tour circulaire (tour phase R1).

1954. Suite des fouilles précédentes. Découverte de la tour IV. Découverte d’un groupe de tombes hellénistiques à proximité.

1955. Dégagement de la partie ouest de l’enceinte hellénistique R2 (mise en évidence de la tour III) jusqu’au sud de la porte ouest de l’enceinte hellénistique R2.

1956. Poursuite des fouilles précédentes au nord de la porte ouest de l’enceinte hellénistique R2 (mise en évidence de la tour II). Découverte du croisement de l’enceinte hellénistique (phases R1 et R2) avec le rempart nord de l’enceinte archaïque.

1957. Dégagement de la rue A depuis la porte ouest de l’enceinte hellénistique R2 en allant vers l’est. Découverte du portique hellénistique.

1958. Fin des travaux sur l’enceinte hellénistique R2. Mise en évidence de l’agora hellénistique au sud du portique hellénistique.

1959. Découverte du temple hellénistique au nord du portique hellénistique (le « temple du ive siècle » de Mégara 4). Dégagement de la rue C1 nord et de la rue D4 nord (archaïque). Fouille de la partie sud de l’îlot XVI.

1960. Découverte des bains hellénistiques au sud de l’agora hellénistique. Découverte du « sanctuaire hellénistique » au nord de l’îlot XV (édifice XV A ou bâtiment 41,6).

1961. Poursuite de la fouille de l’îlot VI, entre l’édifice VI A et le prytanée ou hestiatorion archaïque (bâtiment 22,11). Dans le même temps, découverte probable d’une partie des maisons VI B à J.

1962. Dégagement de la partie nord de l’îlot X. Mise en évidence de l’édifice appelé « palestre hellénistique » dans la partie nord de l’îlot XVII.

1963. Suite des fouilles de la partie nord de l’îlot X. Dégagement ensuite vers l’est à travers l’îlot XV jusqu’à la rue D1 sud.

1964. Poursuite des fouilles de l’îlot XV vers le sud et découverte de la maison XV B (maison 49,19).

1965. Poursuite des fouilles de l’îlot XV vers le sud. Dégagement d’une partie de l’îlot XVIII sud (travaux à l’ouest et à l’est de la rue D1 sud).

1966. Poursuite des fouilles dans l’îlot VI sud entre la rue C1 et l’enceinte hellénistique R2. Découverte probable de l’autre partie des maisons VI B à J. Découverte des latrines 30,22. Mise en évidence du carrefour entre la rue C1 sud et la rue B. Découverte de nouvelles tombes hellénistiques au sud-ouest de l’enceinte hellénistique (phases R1 et R2).

1967. Fouilles autour du carrefour entre la rue A et la rue D1. Mis en évidence de la maison XVIII A, notamment de la salle de bains 42,78 et du puits 51,11 (avec margelle en remploi). Suite du dégagement de l’îlot X, partie ouest, le long de la rue C1 sud.

1968. Poursuite de la fouille de l’îlot XVI de chaque côté de la rue D4. Dégagement de l’extrémité sud de l’îlot VII entre la rue C1 nord et la porte ouest de l’enceinte hellénistique R2.

1969. Suite du dégagement de l’îlot X, entre la rue C1 sud et la rue D3 (archaïque).

1970-71. Suite des fouilles précédentes.

1973. Poursuite du dégagement de l’îlot X sud, à l’est de la rue D3 (archaïque).

1978-79. Fouille des tours circulaires de l’enceinte hellénistique R1 : 14,25 (Théta 1, au sud, déjà repérée en 1966) et 14,26 (Théta 2, au nord).

  • 29  Ces fouilles sont présentées dans Mégara 7, p. 277-283.

7En 2006 et 2007, la Surintendance entreprit des travaux de restauration du phare Cantera, à la pointe nord-est du site, qui permirent de procéder à des fouilles de contrôle et de préservation et de découvrir d’autres structures probablement hellénistiques29.

8Entre 2007 et 2017, les travaux de l’EFR, sous la direction de H. Tréziny, M. Gras, H. Duday et J.-C. Sourisseau, se concentrèrent sur la publication des données inédites issues des fouilles anciennes, dont bénéficièrent notamment l’habitat et les nécropoles de la Mégara hellénistique avec la parution en 2018 de Mégara 7.

Notes

1  Pour la description géologique des faciès nommés ici, on renvoie à la carte géologique (fig. 3) issue de S. Carbone, M. Grasso, F. Lentini. Carta geologica del settore nord-orientale Ibleo (Sicilia S.E.) alla scala 1:50.000, Florence, 1986. Le thème de la pierre de construction et des carrières de Mégara a été l’objet du projet « La pierre à Mégara », projet de recherche interdisciplinaire et collaboratif réunissant archéologues de la mission de l’EFR à Mégara Hyblaea et géologues de l’université de Catane, qui s’est déroulé entre octobre 2016 et décembre 2017. Certaines données livrées ici font partie des résultats de ce projet qui sont parus dans Mège et al. 2020.

2  Voir déjà Villard 1951, p. 11-12.

3  L’une des carrières d’extraction de cette roche se trouve au lieu-dit Intagliata ou Intagliatella, cf. Mégara 1, p. 249 et Mégara 5, p. 460 (surtout n. 6).

4  En particulier le temple dorique dit « temple du ive siècle » (voir note 23).

5  Les auteurs de Mégara 1 n’avancent qu’un seul cas d’emploi avéré à l’époque archaïque (dans le bâtiment i, voir p. 251) et ceux de Mégara 5 rappellent sa rareté (p. 460). Les résultats du « projet pierre » (voir note 1) indiquent cependant qu’il a peut-être été utilisé plus souvent qu’on ne le pensait et ce, dès l’époque archaïque.

6  Celle-ci s’est déroulée en 1949, sur un site alors peu cultivé, sous la forme de dix-sept sondages pratiqués dans le secteur qui sera identifié plus tard comme le quartier de l’agora.

7  Le terrain, aujourd’hui régulièrement labouré et parfois mis en culture, est un véritable champ de matériel archéologique : fragments de blocs, de meules, de tuiles et de céramique de toutes sortes abondent et en parsèment la surface.

8  Villard 1951, p. 10-11.

9  Le débat sur la date de fondation de Mégara fait partie d’une discussion d’ensemble sur la chronologie des fondations grecques : la liste indiquée par Thucydide au début de son livre 6 (chapitres 3-5) ne coïncide pas avec d’autres systèmes chronologiques, notamment celui du Marbre de Paros, ni avec les récits d’autres chroniqueurs, comme Diodore. Voir l’exposé sur la question dans Vallet, Villard 1952. Toutes les sources évoquant Mégara Hyblaea ont été réunies dans Mégara 3 (p. 107-127) et c’est à cette utile collection que l’on renvoie. La tradition évoquée ici est celle de Thucydide (6, 2, 2 et 6, 2, 4) qui, en la matière, diffère de celle de Strabon.

10  Mégara 5, p. 299-301 et 535.

11  Ibid., p. 443-445.

12  C’est cette dernière qui a livré le plus de sépultures, parmi lesquelles les travaux récents ont permis d’identifier un nombre important de tombes très anciennes, remontant pour certaines à la fin du viiie siècle et venant s’ajouter de façon significative à un corpus que l’on jugeait encore très réduit au début des années quatre-vingt (Mégara 3, p. 148-149). Sur ce sujet, voir les comptes rendus d’activité Tréziny 2013 et Tréziny 2014. Les nécropoles classiques et hellénistiques sont présentées dans Mégara 7. Les nécropoles archaïques, Sud et Ouest en particulier, sont l’objet de Mégara 6.1 (étude des nécropoles) et Mégara 6.2 (étude anthropologique des ensembles funéraires).

13  Cet épisode nous est principalement narré par Hérodote (7, 156) mais on le retrouve également chez Polyen (1, 27, 3) et Thucydide (6, 4, 2 et 6, 94, 21).

14  Sur l’état de la ville, les auteurs de Mégara 5 précisent bien que rien ni dans les textes, ni dans les vestiges n’indique que Mégara ait pu être détruite (Mégara 5, p. 7-8).

15  Mégara 3, p. 95-96.

16  Hypothèse proposée pour la première fois par G. Vallet et F. Villard en 1958 (Vallet, Villard 1958a).

17  Diod. 20, 32, 3-5.

18  Mégara 3, p. 118.

19  Ce thème de la réoccupation de Mégara à l’époque classique est spécifiquement traité dans Mégara 7 (p. 9-53).

20  J’entends là principalement Denys, Timoléon et Agathocle.

21  Voir partie 1, p. 15.

22  Diod. 23, Fr. 5.

23  L’appellation « temple du ive siècle » est celle de Mégara 4, ouvrage publié en 1966 et intégralement consacré à l’étude de ce temple : ses auteurs dataient alors l’édifice des années 340-330 et ils l’attribuaient plutôt à Aphrodite. On s’accorde dorénavant à placer sa construction à l’époque du règne de Hiéron II et à en faire un temple de Zeus Olympien. Récemment, une date de construction autour du milieu du iiie siècle ainsi qu’une attribution double (Zeus Olympien et Aphrodite) ont été proposées (Mégara 7, p. 203-212 ; Tréziny 2013).

24  La construction de cette enceinte, qui succéda à celle à laquelle appartenaient les deux tours curvilignes mentionnées précédemment, fut d’abord reliée aux années qui suivirent le règne de Hiéron, c’est-à-dire à l’époque où le royaume de Syracuse était à nouveau en conflit avec Rome (Vallet, Villard 1958b). L. Karlsson (Karlsson 1992, p. 39-49, 107, 112) a ensuite attribué la construction à Timoléon et certains remaniements de l’ouvrage à Hiéron. Les hypothèses les plus récentes sur les fortifications hellénistiques se trouvent dans Mégara 7 (chap. 4, p. 89-134). On en reparlera rapidement dans le chapitre 6.

25  Mégara 7, p. 203-257.

26  Tite-Live 24, 35, 1-2.

27  En effet la ville, que l’on croyait alors avoir été définitivement abandonnée après 483, semblait devoir offrir un cadre idéal pour la découverte d’éléments de céramique protocorinthienne dans un contexte domestique et non plus seulement funéraire. Ainsi, il devait être possible non seulement de recadrer la chronologie de ce type de céramique mais également de la comparer à celle d’autres colonies grecques de Sicile contemporaines, elles aussi étroitement associées à la diffusion de ces productions dans l’Ouest méditerranéen.

28  Pour plus de détails sur la chronologie des fouilles, voir Mégara 5, p. 32-51.

29  Ces fouilles sont présentées dans Mégara 7, p. 277-283.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 - Vue aérienne de Mégara Hyblaea.
Crédits DAO F. Mège sur fond Geoportale (http://www.sitr.regione.sicilia.it/​geoviewer/​)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8633/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 3 - Extrait de la carte géologique des Monts Hybléens.
Crédits D’après S. Carbone, M. Grasso, F. Lentini, Carta geologica del settore nord-orientale Ibleo (Sicilia S.E.) alla scala 1:50.000, Florence, 1986
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 - Plan général de Mégara Hyblaea.
Crédits DAO F. Mège d’après Mégara 7
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8633/img-3.png
Fichier image/png, 298k
Titre Fig. 5 - Principaux vestiges hellénistiques.
Crédits DAO F. Mège d’après Mégara 7
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8633/img-4.png
Fichier image/png, 270k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search