Version classiqueVersion mobile

Le fait urbain en Sicile hellénistique

 | 
Frédéric Mège

Première partie. Histoire et archéologie de la Sicile orientale entre la fin du Ve et la fin du IIIe siècle av. J.-C.

Chapitre premier. Le contexte historique

Texte intégral

La Sicile est une île. Peu d’îles ont joué dans la longue durée un rôle historique plus considérable, ou simplement équivalent – aucune qui fût si peu étendue.
M.I. Finley

  • 1  Ce cadre historique est ainsi élargi afin de mieux situer celui qui est au cœur de notre sujet et (...)
  • 2  En particulier à Camarine, Géla, Morgantina et, bien évidemment, Mégara.
  • 3  Finley 1997, p. 84.
  • 4  En l’occurrence, il faut bien reconnaître qu’ici ce serait plutôt à Dion, oncle par alliance de De (...)

1Les événements historiques qui se sont déroulés en Sicile entre la fin du ve siècle et la fin du iiie siècle ont eu une influence majeure sur l’occupation des villes et des campagnes (fig. 1)1. Le but de cette partie est de mettre en relief les conséquences que ces événements sont susceptibles d’avoir eues sur le fait urbain. Ce sont notamment : les déportations d’habitants, les mises à sac, les repeuplements et les fondations (ou refondations) de villes. Les deux premiers conduisent à des ruptures dans l’occupation : celles-ci, de durées plus ou moins longues, sont généralement suivies d’une réoccupation des lieux avec la reconstruction et le remaniement de certains édifices. C’est ce qu’implique le terme de « repeuplement », entendu comme l’installation ou le retour d’une population, sans qu’on puisse parler d’une fondation au sens strict. Ce concept est désigné par le dernier terme, la « fondation », qui est synonyme d’organisation et de structuration nouvelle, ex nihilo dans le cas d’une fondation ou à partir d’un schéma préexistant pour une refondation. Ces événements, qui se sont parfois succédé les uns aux autres dans l’histoire d’une cité2, sont en tout cas le fil directeur et la cause qui ont bien souvent guidé l’interprétation des archéologues et des historiens. Or ils ont été initiés par des personnages éminents, autour desquels l’historiographie ancienne mais aussi moderne et contemporaine a traditionnellement voulu tisser l’histoire de l’île. M.I. Finley concède que ce sont les sources qui nous forcent à procéder ainsi et qu’il serait bien difficile de reconstituer un contexte historique à partir des « débris » que sont les trouvailles archéologiques ou les témoignages épigraphiques3. J’ai choisi de ne pas déroger à cette tradition car, tout artificiels qu’ils soient, il faut bien reconnaître que les découpages chronologiques ont le mérite de proposer un cadre commode à la réflexion historique. Il me semble donc légitime d’articuler le discours historique et archéologique autour de ceux que M.I. Finley nomme les « cinq personnages-clés, les tyrans de Syracuse » à cause du rôle politique primordial que chacun de ces hommes a joué. Ce sont : Denys l’Ancien ; son successeur et héritier Denys le Jeune4 ; Timoléon de Corinthe ; Agathocle ; Hiéron II.

Fig. 1 - Carte de la Sicile antique.

Fig. 1 - Carte de la Sicile antique.

DAO F. Mège

  • 5  Voir tableaux en annexe p. 274 et 275.

2On présente donc ici de façon synoptique le lien possible entre faits archéologiques et certains événements historiques5. On commence par une liste non exhaustive des sources anciennes et des publications contemporaines ayant trait à la période considérée. Suivent de courts paragraphes dédiés à chacun des personnages historiques énumérés ci-dessus et leurs implications possibles dans ce que l’archéologie perçoit aujourd’hui du fait urbain.

Les sources et la bibliographie

  • 6  Sordi 1980, p. 221.
  • 7  Ibid., p. 213.
  • 8  Diod. 13, 91, 4.

3Pour l’époque de Denys l’Ancien, on se réfère avant tout à la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, qui se base sur Timée de Tauroménion, surtout pour les événements entre 404/403 et 387/386 (livre 14), et plus brièvement sur Éphore de Cumes, entre 386/385 et 368/367 (livre 15). Après cela, la narration des événements de Sicile par Diodore devient très ténue : M. Sordi pense qu’il utilisait alors exclusivement Éphore6, comme pour tout ce qui concernait d’ailleurs l’histoire grecque entre les livres 11 et 15. Il faut noter par ailleurs, toujours selon M. Sordi7, que Diodore a agrémenté son récit puisé chez Timée de Tauroménion de passages probablement repris de Philistos, celui-là même qui avait soutenu Denys l’Ancien au moment où il fut élu stratège8.

  • 9  Consolo Langher 1996, p. 81-85.

4L’une des sources principales pour Dion, et par ricochet, Denys le Jeune, reste la Vie de Dion de Plutarque. Comme le fait remarquer S.N. Consolo Langher, la théorie d’une source intermédiaire dans laquelle le biographe aurait puisé est aujourd’hui dépassée : elle a depuis fait place à la conviction que Plutarque a suivi Timonide et Athanis sans passer par une autre biographie hellénistique9.

  • 10  Fontana 1958.
  • 11  Diod. 16,65-90.
  • 12  On verra entre autres : Westlake 1952, p. 2 ; Sordi 1961, p. 91-95 et Sordi 1983, p. 46-52 ; Golds (...)

5On trouve une liste et un commentaire sur l’ensemble des sources évoquant l’épopée de Timoléon dans un article de M.J. Fontana10. Les références principales sont les Vies de Timoléon de Plutarque et de Cornélius Népos ; dans une moindre mesure, le texte de Diodore 11. L’influence de Timée et Théopompe comme sources primitives ont fait l’objet de multiples débats12.

  • 13  Berve 1953, p. 4-21.
  • 14  Diod. 21, 17, 5.
  • 15  Berve 1953, p. 7-9.
  • 16  Ibid., p. 17-18.
  • 17  Justin 22 et 23, 1-2.
  • 18  Polyen 5, 3, 1-8.
  • 19  Berve 1953, p. 19-20.

6La question des sources pour l’histoire d’Agathocle a été notamment traitée par H. Berve13. On en retirera le fait que quatre auteurs contemporains ont écrit l’histoire d’Agathocle, dont deux proches du monarque : son frère aîné Antandros et le Syracusain Callias, tous les deux mentionnés par Diodore14. Il est probable que Diodore s’en soit plutôt remis à des historiens plus célèbres, comme Timée et Douris de Samos (H. Berve penche nettement pour Timée, en tant que source principale, plutôt que pour des sources multiples15). On peut néanmoins soupçonner l’intégration par Diodore d’éléments provenant d’un autre auteur : le traitement dramatique, voire théâtral et poétique, des combats laisse entendre une utilisation des écrits de Douris16. Outre Diodore, donc, les récits de Justin17, courts, inégaux et lacunaires, apparaissent de moindre utilité. Enfin les huit rapides anecdotes de Polyen18 ont surtout pour intérêt de donner une description théâtrale d’Agathocle19.

  • 20  De Sensi Sestito 1977, p. 197-207 ; Roussel 1970, p. 10-18.
  • 21  Diodore (22, Fr. 26), Polybe (1, 8, 3-4 et 1, 9) et de brèves allusions chez Pausanias, Zonaras et (...)

7Le passage de Pyrrhus en Sicile nous est parvenu, en particulier, via Plutarque (Vie de Pyrrhos) et Diodore (fragments du livre 22). Pour l’histoire de Syracuse entre le départ de Pyrrhus en 276/275 et l’avènement de Hiéron II en 269, on verra plus spécifiquement G. De Sensi Sestito et la synthèse de D. Roussel20. Les sources sont très ténues sur le sujet21.

  • 22  De Sensi Sestito 1977, p. 207-222.
  • 23  Sur la première moitié de ce règne, voir Roussel 1970, p. 141-147.

8Ces références valent donc aussi pour les débuts de Hiéron sur la scène politique. Sur les quelques années, cruciales, qui nous amènent au début de la première guerre punique en 264, la tradition historique se montre également évanescente : c’est seulement au cours des deux premières années du conflit que Hiéron est incidemment évoqué par des sources bien plus préoccupées par la détermination des causes de cette guerre22. On retrouve Diodore (23, Fr. 2, Fr. 4, Fr. 5), Polybe (1, 10-16) et Zonaras (8, 8-9). Le reste du règne de Hiéron n’est guère mieux relaté23, l’inexorable avancée de Rome en Méditerranée ayant focalisé l’attention des auteurs anciens : on doit principalement se raccrocher à quelques mentions de Polybe, de Tite-Live et de rares documents épigraphiques (que nous donnons dans le paragraphe sur Hiéron, p. 17-18).

  • 24  Marino 1988, p. 7-9.
  • 25  On donne en annexe (p. 274) un schéma avec les principaux ouvrages ou articles sur lesquels on s’a (...)

9La période qui suit la mort de Hiéron en 215 jusqu’à la conquête finale de la Sicile en 210 est très mal documentée pour ce qui concerne le devenir des villes de Sicile non encore soumises à Rome24. Pour cela, et surtout pour le destin de Syracuse, on s’appuiera sur la Vie de Marcellus de Plutarque, les livres 24 et 25 de Tite-Live ainsi que sur Diodore (26, Fr. 21 et 22)25.

Les villes de Sicile sous l’hégémonie de Denys : archéologie et frontières géographiques

  • 26  Di Vita 2002, p. 139.
  • 27  Seuls certains de ces faits archéologiques sont présentés ici : les autres le seront dans le chapi (...)
  • 28  Ibid., p. 142 (voir aussi partie 3, p. 205).
  • 29  Diod. 14, 18.
  • 30  Mertens 2002.
  • 31  Leurs recherches sont développées dans Mégara 7, p. 9-34.
  • 32  Elle serait d’ailleurs restée en « territoire syracusain » jusqu’à la conquête romaine, voir Morga (...)
  • 33  Di Vita 2002, p. 141 (voir aussi partie 3, p. 240).
  • 34  Plusieurs historiens et archéologues considèrent qu’il est difficile d’envisager qu’Agrigente et G (...)
  • 35  De Orsola 1991, p. 73-74 et 102-103 (voir aussi partie 3, p. 220).
  • 36  Fiorentini 2002, p. 163-167 (voir aussi partie 3, p. 220).
  • 37  Pour une liste complète, voir Consolo Langher 1996, p. 577, n. 2.
  • 38  Consolo Langher 1996, p. 577-580 (voir aussi partie 3, p. 196).

10à l’instar d’A. Di Vita, on pourrait être tenté de considérer que Denys l’Ancien, durant son règne, a plus été un destructeur de villes qu’un constructeur : en effet, à part les fortifications de Syracuse et la fondation de Tyndaris, on lui doit l’incendie de Camarine (et probablement de Géla), la déportation des Léontiniens, la livraison de Catane à ses mercenaires campaniens, la destruction de Naxos et de Rhégion26. Pourtant, de nombreux faits existent qui viennent nuancer cette impression de départ27. Il y a Syracuse, pour commencer, où les fouilles des îlots dans le quartier du Thesmophorion ont montré qu’ils étaient fréquentés entre la fin du ve et le milieu du ive siècle28 ; d’autre part, la construction du tronçon nord de l’enceinte a bien été réalisée selon des modalités très proches de celles décrites par Diodore29, et donc certainement en 401, l’intégralité de la fortification étant probablement terminée avant 39730. À Mégara, que l’on verrait mal autrement que sous la coupe syracusaine, les récents travaux des céramologues31 ont prouvé que la ville était bel et bien occupée tout au long du ive siècle. Morgantina, située à l’intérieur des terres, faisait également partie de ces cités situées en territoire traditionnellement sicule et conquises dans un même élan entre 396 et 394. La ville devint ainsi officiellement une possession syracusaine, bien qu’elle fît vraisemblablement déjà partie de la sphère d’influence de Syracuse32. À Géla et à Camarine, les recherches archéologiques laissent entrevoir une très probable réoccupation à l’époque de Denys, non seulement de ces deux villes, mais aussi de certains centres de l’arrière-pays, comme Scornavacche qui connaît alors une nouvelle ère de prospérité33. Enfin Agrigente, sise au cœur de cette zone intermédiaire entre les territoires grecs et carthaginois, âprement disputée par les deux grandes puissances, ne semble pas non plus avoir été complètement abandonnée34. Dans le quartier de la porte II, à l’endroit où se trouvait précédemment un lieu de culte abandonné à la fin du ve siècle après le passage des Carthaginois, les archéologues ont mis en évidence une organisation régulière en lots : cet établissement, qui sera à son tour abandonné vers le milieu du iiie siècle, a été daté dans sa première phase au ive siècle35 mais le réexamen des productions coroplathiques a depuis permis de placer ce nouvel habitat dans la première moitié du ive siècle36. Effectivement, la seule fondation stricto sensu que l’on pourrait attribuer à Denys est Tyndaris, située sur la côte nord de la Sicile. Ce site, anciennement occupé par des Sicules, se trouvait dans un territoire encore indigène mais déjà largement hellénisé ; il était surtout idéalement placé pour contrôler le trafic maritime non seulement entre l’est et l’ouest de l’île, mais également en direction de l’Italie du Sud. Il est possible que la ville ait accueilli à partir de ce moment les populations qui avaient fui Agrigente, Géla, Camarine et leurs régions et que cela puisse expliquer son développement rapide. Cela étant, à part la brève allusion de Diodore concernant la fondation, les autres sources ne nous apprennent pas grand-chose sur l’histoire de Tyndaris37 : seules l’archéologie et la numismatique pourraient concourir à dresser cette histoire, mais on verra ailleurs qu’elles sont en l’occurrence d’un bien modeste recours38.

  • 39  Diod. 15, 15-17.
  • 40  Sordi 1980, p. 223-224.
  • 41  Le débat est exposé dans Goldsberry 1973 (p. 1-5 ; références en p. 28, n. 21), dont voici un résu (...)

11L’une des autres questions essentielles liée au règne de Denys l’Ancien est la question des frontières, récurrente dans l’histoire mouvementée de la Sicile antique, qui revient en fait à déterminer les zones d’influence que Puniques et Grecs exerçaient sur les différentes villes. En 383/382 débutait la troisième guerre contre Carthage39 qui dura au moins jusqu’en 374. Après être resté longtemps indécis, le conflit trouva une issue pacifique grâce à un traité qui sanctionnait un retour aux limites territoriales d’avant la guerre, en concédant toutefois à Carthage le territoire de Sélinonte et la partie de celui d’Agrigente qui allait jusqu’à l’Halykos40. Ces antiques frontières, qui coïncidaient généralement avec le cours d’un fleuve, sont parfois mal identifiées aujourd’hui : c’est justement le cas de l’Halykos, que j’assimile au moderne Salso41. Cette proposition permet non seulement de penser différemment les territoires soumis à l’hégémonie de Denys mais également de comprendre que le traité de Timoléon en 339, qui fixa la frontière entre les deux grandes puissances au Lykos/Platani, était en fait bien plus avantageux que celui de Denys avec l’Halykos/Himéra/Salso.

Revendications politiques à l’époque de Denys le Jeune et de Dion : un nouveau partage des terres

  • 42  Plut. 37, 5-7.
  • 43  Consolo Langher 1996, p. 91-95.

12Un épisode relaté par Plutarque introduit un thème prépondérant pour notre sujet : cela se passe lors d’un débat à l’assemblée de Syracuse où l’on devait décider à qui, de Dion ou d’Héraclide, irait le pouvoir. Un démagogue nommé Hippon intervint et appela le peuple à exiger le partage des terres et la redistribution des richesses42. Or, un partage de terres suppose une répartition rationnelle, autrement dit une action telle que le lotissement d’un espace à bâtir et/ou à cultiver : cela impliquerait qu’une partie de la ville de Syracuse et de son territoire (dont, à n’en pas douter, Mégara) ait pu être lotie afin d’être distribuée aux citoyens, aux mercenaires et aux esclaves affranchis. Toutefois, ces mesures ne sont probablement pas restées en vigueur très longtemps43 : il est donc peu envisageable qu’un partage de l’espace habitable, matérialisé archéologiquement par des lotissements et de nouvelles maisons, ait eu lieu alors. Il n’en reste pas moins, et c’est tout l’intérêt de cet épisode, que l’exigence d’une plus juste répartition des terres dans la ville et le territoire était prégnante non seulement au sein du dèmos de Syracuse mais aussi chez les cités alliées. Ce sentiment d’injustice qui imprégnait la masse a été apaisé à certaines occasions, notamment aux époques de Timoléon et d’Agathocle, et on ne peut exclure qu’il l’ait été aussi dans d’autres circonstances, demeurées inconnues de nous.

L’époque de Timoléon : commentaires sur les colonisations

13Le très court passage de Timoléon en Sicile (huit années en tout et pour tout, entre son arrivée en 344 et sa mort en 337) a laissé dans l’historiographie des traces inversement proportionnelles à cette durée, qui transparaissent tant dans les récits de Plutarque (et dans une moindre mesure ceux de Diodore et Cornélius Népos) que dans la recherche. On aura à plusieurs reprises l’occasion dans ce livre de signaler les faits archéologiques que les chercheurs ont voulu, à tort ou à raison, attribuer au chef corinthien. L’une des questions cruciales souvent posée par la recherche est celle d’une colonisation ou, plutôt, d’une recolonisation de la Sicile qui aurait eu lieu à l’initiative de Timoléon, un phénomène bien évidemment susceptible d’avoir eu un impact profond et visible sur l’occupation des espaces urbains.

  • 44  Sordi 1961, p. 104-108.
  • 45  La question de l’obédience d’Héraclée à cette époque est épineuse : syracusaine pour certains (De (...)
  • 46  Goldsberry 1973, p. 3-4 et 10-14.

14Le déroulement de cette recolonisation de la Sicile ne va pas de soi à la lecture de nos trois sources principales (Diodore, Plutarque et Cornélius Népos), qui présentent certes quelques concordances entre elles mais surtout certaines divergences. La démonstration proposée par M. Sordi prouve de manière solide qu’il y a eu en fait deux colonisations, correspondant chacune à un appel précis et impliquant dans les deux cas des dispositions législatives particulières44. La première concernait seulement les Siciliens et eut lieu après la libération de Syracuse, où une gouvernance selon une constitution démocratique aurait été instaurée. La seconde avait beaucoup plus d’ampleur, car elle s’adressait à tous les Grecs et visait un vaste territoire placé sous l’hégémonie de Syracuse et dirigé par des lois valant désormais pour toutes les cités concernées. M.A.S. Goldsberry, qui défend également cette idée d’une colonisation en deux temps, y ajoute plusieurs réflexions. Aux villes et territoires dans lesquels les archéologues ont parfois décelé un renouveau dû à la recolonisation, c’est-à-dire surtout Camarine, Géla et Agrigente (voir la troisième partie), M.A.S. Goldsberry ajoute Léontinoi, Kentoripa, Hadranon et Agyrion, où ont été retrouvées de grandes quantités de vases sicéliotes à figures rouges. Parmi ces villes qui montreraient des signes évidents de reprise, il faudrait aussi selon elle compter Mégara, Morgantina, Tyndaris et Halaesa (non citées par les sources). Au sein de l’épicratie carthaginoise, Héraclée45 et d’autres villes comme Solonte, Ségeste, Monte Iato, Monte Cavalli ainsi que, ailleurs, Lipari, sembleraient aussi avoir bénéficié de cet apaisement général propice à la prospérité46.

  • 47  Mossé 1999. Elle relève d’abord que la demande d’envoi de colons faite par Timoléon à Corinthe s’i (...)
  • 48  L’auteure nous renvoie à ce propos au jugement abrupt et très dédaigneux de Polybe sur l’œuvre sup (...)
  • 49  Édifices attribués à Timoléon par Timée, qui avait fui à Athènes après que sa cité de naissance, T (...)

15Sur ce thème compliqué de la colonisation timoléonienne, le mot de la fin revient sans doute à C. Mossé, qui livre une analyse du phénomène à travers le texte de Plutarque, dont elle tire plusieurs conclusions47. La première est qu’il est inutile de vouloir préciser le moment et la portée de la recolonisation mais qu’il est par contre indéniable que le vocabulaire utilisé par Plutarque renvoie constamment au domaine civique. Ensuite, s’il est clair que Timoléon peut être considéré comme le libérateur et le pacificateur de la Sicile orientale, C. Mossé pense que son œuvre colonisatrice et politique reste malgré tout essentiellement syracusaine48. Enfin, la revitalisation que semble connaître la Sicile au cours de la deuxième moitié du ive siècle, telle que la montrerait l’archéologie, ne peut être attribuée au seul Timoléon : beaucoup des édifices symboliques de cette reconstruction datent en fait de l’époque d’Agathocle49.

L’époque d’Agathocle : à propos de ses rapports avec les cités

  • 50  Goldsberry 1973, p. 61-62.

16Durant une bonne partie de son règne, Agathocle a été le maître de quasiment toutes les cités sicéliotes du traditionnel domaine syracusain : l’alliance de Timoléon, qui reconnaissait l’indépendance de ces cités, avait fait long feu puisque le tyran, à aucun moment, n’a semblé leur reconnaître une quelconque autonomie50. L’arrivée d’Agathocle au pouvoir a redonné l’hégémonie à Syracuse et a mis fin aux velléités d’autonomie des villes de sa zone d’influence. Plusieurs ont reconnu immédiatement sa souveraineté (Morgantina, Kentoripa, Galaria, Enna, Herbessos, Camarine, Léontinoi et Catane) tandis que d’autres tentaient de rester indépendantes (Agrigente, Géla et Messine). L’emprise d’Agathocle a pu véritablement s’exercer à partir de 317/316 dès lors que l’assemblée lui a conféré la charge de stratêgos autokrator : désormais, il pouvait officiellement mener l’armée syracusaine afin de soumettre les villes à l’autorité de Syracuse et créer ensuite un simulacre de symmachia. La façon dont il exerça ce pouvoir après 304 nous est par contre inconnue : on ignore notamment si les cités devaient payer un tribut régulier en hommes et en argent ou bien s’il y avait établi des garnisons permanentes ou encore quelles étaient les institutions locales en place.

17Cette mainmise sur les villes, qu’elle ait été librement acceptée ou a fortiori acquise par la contrainte, ne me semble pas pouvoir s’exercer sans disposer sur place d’un fort contingent de fidèles. Si la première partie du règne d’Agathocle, entre 316 et 304, a parfois montré qu’il ne maîtrisait pas totalement la « fidélité » de certains de ses « alliés » (on pense, entre autres, à Messine, Géla, Camarine, Léontinoi et Agrigente), il semblerait qu’il ait fait par la suite le nécessaire afin de s’assurer leur entière coopération. Je ne vois a priori que deux façons qui auraient permis de mettre en place un tel contrôle : par la force directe, en cantonnant une garnison dans la cité, ou par le nombre, c’est-à-dire au moyen de citoyens redevables à Agathocle. Cette deuxième possibilité a pu être réalisée en achetant la fidélité de ces gens, citoyens de souche ou mercenaires, notamment avec des biens fonciers que, par son pouvoir absolu, Agathocle était parfaitement en mesure de distribuer à sa guise. Il semble donc tout à fait envisageable qu’entre 304 et 289, période de domination absolue d’Agathocle sur quasiment toute la Sicile orientale, on ait pu assister de façon notable à de nouvelles installations dans l’espace urbain ou du moins à des réorganisations significatives de celui-ci.

L’époque de Hiéron II : à propos de sa politique envers les villes

  • 51  Dans tous les cas, L. Campagna suggère de considérer, au moins à titre d’hypothèse, le fait que l’ (...)

18Il y a un nombre conséquent de vestiges archéologiques dans plusieurs villes du royaume de Syracuse qui ont été datés de l’époque du règne de Hiéron et attribuées au basileus. Néanmoins, il faut conserver une certaine prudence lorsqu’il s’agit d’employer le terme « hiéronien » pour désigner ces structures, comme le recommande L. Campagna : le fait qu’un monument ait été construit dans cette région à l’époque du règne de Hiéron ne doit pas automatiquement impliquer qu’il était dû à l’évergétisme royal51.

  • 52  La principale de ces similitudes est une technique qui consiste à renforcer un parement en y intro (...)
  • 53  Prestianni Giallombardo 2004, p. 103-104, 122. En ce sens, elle s’appuie sur certaines conclusions (...)

19Parmi ces vestiges volontiers attribués à Hiéron figurent des fortifications construites ex novo ou restaurées entre la victoire au Longanos (270/269 ou 265/264) et l’intervention romaine (264). Les travaux de L. Karlsson sur ce sujet l’ont en effet conduit à établir des similitudes dans les appareils de ces murailles qu’il a interprétées comme étant une initiative de Hiéron afin de renforcer les défenses de ces villes soumises à l’époque aux menaces des Mamertins et des Romains52. Cette hypothèse est réfutée par A.M. Prestianni Giallombardo à qui il semble impossible que de telles constructions aient pu être réalisées dans un délai aussi court : elle les attribue par conséquent à des villes désireuses à cette époque d’affirmer leur identité. Elle estime cependant que les villes en question devaient « également éprouver le besoin de renforcer leurs défenses en ces temps troublés de la première moitié du iiie siècle, où les menaces potentielles que représentaient les Romains, les Carthaginois ou les Mamertins étaient bien réelles ». L’adoption à cette époque de la « Hieronian masonry chain » relèverait donc plus du pragmatisme, cette technique s’avérant particulièrement efficace d’un point de vue poliorcétique53.

  • 54  On renvoie pour les détails de cette loi frumentaire, sans doute d’inspiration ptolémaïque, à l’ou (...)
  • 55  Bell 1999, p. 264-265.
  • 56  Sjöqvist 1960, p. 131 ; Bell, Holloway 1988, p. 321-324.
  • 57  Tite-Live 24, 36, 10.
  • 58  Tite-Live 24, 21, 11-12.

20D’autres témoignages archéologiques de l’influence de Hiéron pourraient être ces structures interprétées comme des greniers à grain, notamment à Morgantina : leur construction s’expliquerait par l’application de la lex Hieronica qui, en substance, imposait aux villes une dîme sur leurs récoltes de blé et, donc, de devoir disposer de structures aptes à les conserver54. Les deux greniers à grain de Morgantina flanquaient la partie basse de l’agora : celui de l’ouest daterait plutôt des premières années du règne de Hiéron tandis que l’autre appartiendrait à la deuxième moitié du iiie siècle55. Leur identification, fondée surtout sur des critères architecturaux56 fait écho à un passage de Tite-Live sur les événements de l’année 214/213 où l’historien mentionne explicitement la grande quantité de blé conservée à Morgantina et destinée aux Romains57. On retrouve, toujours chez Tite-Live, une référence aux greniers à grains de Syracuse qui se seraient trouvés dans Ortygie58.

  • 59  Athénée 5, 206e.
  • 60  Polybe 5, 88, 5.
  • 61  IG 14, 240.
  • 62  Ferruti 2004, p. 191-194, 196-198.

21Les textes nous ont conservé le souvenir d’autres entreprises fameuses de Hiéron, parmi lesquelles la construction de temples, de navires et de gymnases59. Concernant les gymnases, il semblerait en effet que Hiéron et son fils Gélon aient eu une attention particulière pour ces lieux où se déroulait la paideia de la jeunesse grecque, y compris hors de Sicile60. C’est à Noto, l’une des villes du royaume de Hiéron citées par Diodore, qu’a été retrouvée une inscription faisant état d’une dédicace à des gymnasiarques61 ; l’objet de la dédicace n’est pas précisé mais on s’accorde aujourd’hui pour restituer la ligne mentionnant les dédicants par « les jeunes du Hiéronéion » (néanis[koi Hié]rônéio[i]). Le fait d’appeler un gymnase du nom de son constructeur était semble-t-il assez courant en Grèce hellénistique. L’intérêt de la dédicace de Noto est surtout qu’on a pu identifier une structure qui correspondrait au gymnase dans la partie nord du site, caractérisée par des chambres creusées dans la roche à l’arrière d’une grande esplanade62.

  • 63  Bonacasa 2004, p. 38-41.
  • 64  Prestianni Giallombardo 2004, p. 106.

22Ce rapide bilan archéologique des villes du royaume de Hiéron est complété en troisième partie par d’autres éléments sur Syracuse, Morgantina et Mégara Hyblaea. On peut d’ores et déjà souligner ici que les événements historiques et les documents archéologiques ne nous indiquent pas que des aménagements urbains destinés à loger un nombre conséquent d’habitants aient pu être réalisés à cette époque dans le royaume de Hiéron. Ce constat s’explique sûrement par la stabilité et l’inertie sociale qui régnaient à une époque où les déplacements de population semblent avoir été rares. Des mouvements volontaires, comme l’arrivée d’émigrants ou l’installation de mercenaires, n’ont pas laissé non plus de traces dans nos sources : cela ne signifie pas qu’il n’y en ait pas eu mais, s’ils avaient été conséquents, ils auraient été probablement mentionnés par les chroniqueurs de l’époque. Enfin, le contexte sociopolitique ne se prêtait raisonnablement pas à la colonisation. Par contre, du point de vue de l’architecture domestique, la sécurité et l’amélioration des conditions de vie ont clairement joué un rôle dans l’évolution des maisons : les manifestations de luxe et de confort privés n’ont jamais semblé aussi évidentes qu’à partir de cette époque. D’ailleurs, elles ne sont circonscrites ni à l’ère de Hiéron II, ni à la Sicile orientale : nous en donnons plusieurs exemples à Monte Iato, Sélinonte, Solonte ou Géla en troisième partie, ce qui montre l’ampleur du phénomène et pose la question de ses origines63. Dans le prospère royaume de Hiéron, l’enrichissement mutuel du roi et des habitants grâce à l’efficacité de la lex Hieronica sont une explication logique aux transformations qui s’opèrent alors dans les habitations64.

Notes

1  Ce cadre historique est ainsi élargi afin de mieux situer celui qui est au cœur de notre sujet et qui va de l’arrivée de Timoléon en 344 à la prise de Syracuse par les Romains en 211. Le début de cette période correspond à peu près à celle de l’époque hellénistique, qui verra se généraliser dans le monde méditerranéen le modèle de la basileia et donnera lieu à une réorganisation géopolitique majeure ; elle se referme avec la conquête finale de la Sicile, prélude à de nombreuses autres qui imposeront Rome comme première puissance méditerranéenne.

2  En particulier à Camarine, Géla, Morgantina et, bien évidemment, Mégara.

3  Finley 1997, p. 84.

4  En l’occurrence, il faut bien reconnaître qu’ici ce serait plutôt à Dion, oncle par alliance de Denys le Jeune, de tenir ce rôle de premier plan (voir plus loin).

5  Voir tableaux en annexe p. 274 et 275.

6  Sordi 1980, p. 221.

7  Ibid., p. 213.

8  Diod. 13, 91, 4.

9  Consolo Langher 1996, p. 81-85.

10  Fontana 1958.

11  Diod. 16,65-90.

12  On verra entre autres : Westlake 1952, p. 2 ; Sordi 1961, p. 91-95 et Sordi 1983, p. 46-52 ; Goldsberry 1973, p. 14-25 ; Talbert 1974, p. 22-44.

13  Berve 1953, p. 4-21.

14  Diod. 21, 17, 5.

15  Berve 1953, p. 7-9.

16  Ibid., p. 17-18.

17  Justin 22 et 23, 1-2.

18  Polyen 5, 3, 1-8.

19  Berve 1953, p. 19-20.

20  De Sensi Sestito 1977, p. 197-207 ; Roussel 1970, p. 10-18.

21  Diodore (22, Fr. 26), Polybe (1, 8, 3-4 et 1, 9) et de brèves allusions chez Pausanias, Zonaras et Justin.

22  De Sensi Sestito 1977, p. 207-222.

23  Sur la première moitié de ce règne, voir Roussel 1970, p. 141-147.

24  Marino 1988, p. 7-9.

25  On donne en annexe (p. 274) un schéma avec les principaux ouvrages ou articles sur lesquels on s’appuie ici, en fonction des principaux personnages historiques concernés. Les références complètes sont dans la bibliographie.

26  Di Vita 2002, p. 139.

27  Seuls certains de ces faits archéologiques sont présentés ici : les autres le seront dans le chapitre 8, partie 3.

28  Ibid., p. 142 (voir aussi partie 3, p. 205).

29  Diod. 14, 18.

30  Mertens 2002.

31  Leurs recherches sont développées dans Mégara 7, p. 9-34.

32  Elle serait d’ailleurs restée en « territoire syracusain » jusqu’à la conquête romaine, voir Morgantina en partie 3, p. 210.

33  Di Vita 2002, p. 141 (voir aussi partie 3, p. 240).

34  Plusieurs historiens et archéologues considèrent qu’il est difficile d’envisager qu’Agrigente et Géla ont pu être réoccupées, du moins jusqu’à la paix de 383 ou 374 et l’établissement de la frontière au fleuve Halykos/Platani : elles sont d’ailleurs tenues pour désertes dans le discours que tient Théopompe contre Denys en 396 (Diod. 14,68,2). Par la suite, les opérations menées par Himilcon dans ce territoire ont dû rendre quasiment impossible toute tentative de réoccupation (voir en particulier Consolo Langher 1996, p. 49-57). D’autres chercheurs estiment par contre que, à moins d’une catastrophe naturelle, les gens reviennent en toute logique habiter dans leur ville, même s’ils sont peu nombreux : cela aurait été ainsi rapidement le cas à Géla, à Agrigente et à Camarine (Di Vita 2002, p. 140).

35  De Orsola 1991, p. 73-74 et 102-103 (voir aussi partie 3, p. 220).

36  Fiorentini 2002, p. 163-167 (voir aussi partie 3, p. 220).

37  Pour une liste complète, voir Consolo Langher 1996, p. 577, n. 2.

38  Consolo Langher 1996, p. 577-580 (voir aussi partie 3, p. 196).

39  Diod. 15, 15-17.

40  Sordi 1980, p. 223-224.

41  Le débat est exposé dans Goldsberry 1973 (p. 1-5 ; références en p. 28, n. 21), dont voici un résumé. La plupart des chercheurs proposent d’assimiler l’Halykos à un autre fleuve connu par les textes, le Lykos, et d’en faire en fait un seul et même fleuve ; ce Lykos/Halykos correspondrait à l’actuel Platani (voir fig. 1). D’autres, en se basant sur le sens du mot halykos en grec ancien (« salé »), pensent que l’Halykos serait en fait l’actuel Salso (qui signifie aussi « salé » en italien), également appelé Himéra par les auteurs anciens et dont Diodore évoque justement les eaux salées (19, 109, 5). Ainsi, dans l’énoncé du traité de paix de 374 entre Denys et Carthage, lorsque Diodore précise que les Carthaginois récupérèrent l’Agrigentin et ses villes jusqu’à l’Halykos, cela revient à dire que le territoire antique d’Agrigente devait s’arrêter à l’est à l’Halykos/Himéra/Salso. Si l’on donne foi à cette précision de Diodore, cela semble effectivement plus cohérent d’un point de vue territorial : à la chôra de Sélinonte, on ajoute vers l’est celle d’Agrigente. Au passage, la limite occidentale de l’Agrigentin devait se trouver elle au Lykos/Platani car Héraclée, située à l’ouest du Lykos/Platani, n’est jamais citée nulle part parmi les possessions d’Agrigente (Goldsberry 1973, p. 1-5). Ces éléments me semblent suffisamment probants pour penser que l’Halykos serait donc l’Himéra/Salso tandis que le Lykos correspondrait au Platani.

42  Plut. 37, 5-7.

43  Consolo Langher 1996, p. 91-95.

44  Sordi 1961, p. 104-108.

45  La question de l’obédience d’Héraclée à cette époque est épineuse : syracusaine pour certains (De Miro 1958a) et carthaginoise pour d’autres (Sordi 1961), elle a scindé les chercheurs en deux camps. Le trouble est jeté par une mention de Diodore (19, 71, 7) à propos du traité établi par Agathocle avec Carthage en 313, où il est précisé qu’Héraclée doit repasser sous contrôle carthaginois. Mais ce sont surtout des monnaies retrouvées à Héraclée et attribuées à la deuxième moitié du ive siècle qui posent question : elles portaient au D/ tête d’Héraclès jeune avec la peau de lion avec la légende ek képhaloidiou, au R/ taureau chargeant et légende hérakléiôtan. Les chercheurs des deux partis s’accordent à dire que la pièce a été frappée par des habitants de Céphaloedion immigrés à Héraclée, mais, pour des raisons différentes, S.N. Consolo Langher, suivie par M.A.S. Goldsberry (Goldsberry 1973, p. 37, n. 80-81), résout le problème d’une tout autre façon : cette dernière conclut au contraire à la frappe de ces monnaies par des Héracléens immigrés à Céphaloedion à l’époque de la brève autonomie de la cité entre 405 et 395 (Consolo Langher 1961). Les arguments de S.N. Consolo Langher, fondés tant sur une analyse numismatique qu’épigraphique et historique, semblent concluants et retirent donc ces monnaies du débat sur l’obédience d’Héraclée à cette époque.

46  Goldsberry 1973, p. 3-4 et 10-14.

47  Mossé 1999. Elle relève d’abord que la demande d’envoi de colons faite par Timoléon à Corinthe s’inscrivait dans le cadre de la polis syracusaine, en plein accord avec son assemblée, alors que lui-même n’était probablement que le chef d’une troupe de mercenaires partie de Corinthe. Par ailleurs, elle insiste à son tour sur le fait que cet appel concernait exclusivement l’asty et la chôra de Syracuse et s’adressait en priorité aux citoyens exilés et aux autres Siciliens (désignés comme politai), en leur promettant la liberté et un partage équitable des terres. C. Mossé envisage également qu’il y ait pu avoir deux étapes de colonisation distinctes, même s’il est plus important selon elle de constater que Plutarque et Diodore parlent avant tout d’un même processus limité à la seule polis syracusaine : rien n’interdit de penser par ailleurs qu’il y ait eu un afflux de Grecs dans toute la partie de la Sicile désormais libérée à la fois des Carthaginois et des tyrans.

48  L’auteure nous renvoie à ce propos au jugement abrupt et très dédaigneux de Polybe sur l’œuvre supposée de Timoléon (12, 23, 6-7) là où Plutarque (Tim. 35) voit en lui le bienfaiteur de la Sicile entière.

49  Édifices attribués à Timoléon par Timée, qui avait fui à Athènes après que sa cité de naissance, Taormine, fut tombée entre les mains d’Agathocle. Or Timée qui ne portait certainement pas Agathocle dans son cœur, est la source principale de Plutarque et de Diodore.

50  Goldsberry 1973, p. 61-62.

51  Dans tous les cas, L. Campagna suggère de considérer, au moins à titre d’hypothèse, le fait que l’initiative d’une construction à l’époque de Hiéron dans une des villes supposées de son royaume puisse être due à un autre commanditaire que le roi (Campagna 2004, p. 152-155).

52  La principale de ces similitudes est une technique qui consiste à renforcer un parement en y introduisant à intervalles réguliers des empilements de trois blocs : le premier et le troisième sont en position couchée et sont séparés par le deuxième, placé en position dressée. L. Karlson a d’ailleurs baptisé ce type de chaînage « Hieronian masonry chain » (Karlsson 1992, p. 67-70, p. 85-94).

53  Prestianni Giallombardo 2004, p. 103-104, 122. En ce sens, elle s’appuie sur certaines conclusions de H. Tréziny. Ce symbolisme des fortifications est justement évoqué par H. Tréziny dans Mégara 7 à propos de l’enceinte hellénistique R2 de Mégara Hyblaea (p. 131-134 et 250-256).

54  On renvoie pour les détails de cette loi frumentaire, sans doute d’inspiration ptolémaïque, à l’ouvrage de référence de J. Carcopino, La loi de Hiéron et les Romains. Paris, 1914, ainsi qu’à des travaux régulièrement cités ici (Goldsberry 1973, p. 131-146 ; De Sensi Sestito 1977, p. 139-158). Elle aurait été mise en place peu de temps après le traité de 263 avec Rome (De Sensi Sestito 1995, p. 37-43). L’extraordinaire accumulation de céréales que cette loi permit d’engendrer a été au centre d’une politique d’évergétisme non seulement envers Rome mais aussi envers d’autres puissances méditerranéennes, quoiqu’il faille sans doute conditionner une partie de ces livraisons de grain à Rome au paiement de l’indemnité de guerre fixée dans le traité de 263 (Diod. 22, Fr. 5). Pour cette hypothèse, voir notamment De Sensi Sestito 1977, p. 107 et 1995, p. 37-43, repris par A.M. Prestianni Giallombardo qui y voit même un habile subterfuge destiné à alimenter généreusement Rome en céréales afin qu’elle ne soit pas tentée de s’emparer des abondantes ressources du royaume de Hiéron (Prestianni Giallombardo 2004, p. 114 et 122). Une autre explication, plus marginale, de cette abondance viendrait des dispositions de Hiéron envers l’agriculture, cité par Varron (R.R. 1, 1, 7-8) et Pline l’Ancien (H.N. 18, 22) parmi les souverains qui écrivirent sur ce sujet.

55  Bell 1999, p. 264-265.

56  Sjöqvist 1960, p. 131 ; Bell, Holloway 1988, p. 321-324.

57  Tite-Live 24, 36, 10.

58  Tite-Live 24, 21, 11-12.

59  Athénée 5, 206e.

60  Polybe 5, 88, 5.

61  IG 14, 240.

62  Ferruti 2004, p. 191-194, 196-198.

63  Bonacasa 2004, p. 38-41.

64  Prestianni Giallombardo 2004, p. 106.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte de la Sicile antique.
Crédits DAO F. Mège
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8625/img-1.png
Fichier image/png, 155k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search