Version classiqueVersion mobile

Le fait urbain en Sicile hellénistique

 | 
Frédéric Mège

Introduction

Texte intégral

1Le fait urbain en Sicile hellénistique, thème que l’on se propose de traiter dans ce livre, concerne plusieurs aspects : un aspect culturel, celui d’une Sicile avec ses composantes grecque, punique et indigène ; un aspect historique, l’époque hellénistique au sens large ; un aspect archéologique, le fait urbain. Ce sujet englobe donc une problématique ample et multiforme, qui n’a que rarement été traitée en tant que telle par la recherche archéologique. En effet, les travaux sur le fait urbain en Sicile se focalisent avant tout sur une autre période, l’époque archaïque, celle des colonisations, ou alors, quand bien même ils traitent de l’époque hellénistique, ils se limitent à un site archéologique particulier ; d’autres thématiques archéologiques, même étendues à l’ensemble de la Sicile hellénistique, ne traitent que d’un aspect de l’architecture en milieu urbain, en particulier domestique, comme les mosaïques ou les entablements. Cet ouvrage veut donc proposer une vision d’ensemble de l’habitat urbain et de son insertion dans les villes de Sicile hellénistique. La documentation sur laquelle je m’appuie a été réunie lors de ma thèse de doctorat, dirigée par H. Tréziny, intitulée Habitat et urbanisme dans les cités grecques de Sicile orientale à l’époque hellénistique (ive-iiie siècles av. J.-C.). L’exemple de Mégara Hyblaea. Celle-ci s’est déroulée dans le cadre des recherches entreprises depuis septembre 2008 par l’École française de Rome afin de publier les données des fouilles anciennes de Mégara Hyblaea. Ces travaux universitaires, on le voit dans leur intitulé, mettaient donc déjà l’habitat de la Mégara hellénistique au centre d’une étude plus vaste sur la Sicile des ive et iiie siècles av. J.-C., étude qui incluait non seulement la Sicile orientale, que l’on peut alors assimiler à une région de matrice culturelle grecque, mais également d’autres régions, aux empreintes culturelles différentes, telles qu’il en existait encore à l’époque, c’est-à-dire puniques et autochtones. Le présent ouvrage suit donc le même fil conducteur en organisant la réflexion autour d’un sujet, le fait urbain, traité de façon transversale sur l’ensemble de la Sicile hellénistique. Son thème et son titre deviennent ainsi : Le fait urbain en Sicile hellénistique. L’habitat à Mégara Hyblaea aux ive et iiie siècles av. J.-C.

2Ce livre s’inscrit en premier lieu dans un cadre historique, celui des ive et iiie siècles av. J.-C. en Sicile, que je nommerai par commodité « époque hellénistique », bien qu’il ne corresponde qu’en partie aux dates qui définissent traditionnellement cette période. À cette époque, les conflits en Sicile se sont cristallisés autour d’une lutte territoriale entre Grecs et Carthaginois, à laquelle Rome se mêla à partir de 264 av. J.-C., déclenchant ainsi la première guerre punique. Au-delà de la Sicile, dans l’ensemble de la Méditerranée, les ive et iiie siècles ont été une époque charnière, qui a vu la notion de « cité-État » être souvent reléguée au second plan au profit d’abord des royaumes hellénistiques, puis de l’impérialisme romain. La révolution culturelle et sociale qui s’opéra alors dépassa largement le cadre de la seule politique d’État, allant jusqu’à modifier certains aspects de la sphère privée des populations, comme la façon d’habiter les maisons, ce dont rendent compte justement les évolutions de l’architecture domestique. Ainsi, c’est l’étude de l’habitat urbain qui constitue notre deuxième axe de recherche. Cette approche archéologique est envisagée dans la thématique plus large du fait urbain, car l’étude des maisons doit nécessairement être associée à celle du cadre urbanistique dans lequel elles s’inscrivaient et dont elles dépendaient étroitement. Je m’attacherai ainsi à caractériser et à comprendre la structure des habitations des villes de Sicile hellénistique afin de déterminer leurs spécificités selon la période et le lieu. Le lieu, enfin, au sens d’espace géographique, est le troisième axe de ce thème de recherche. Comme on peut s’y attendre, il a des connotations qui vont au-delà de la seule géographie. Entre les prémices des colonisations grecques et phéniciennes au viiie siècle et l’avènement de la domination romaine à la fin du iiie siècle av. J.-C., la Sicile est représentée dans l’historiographie comme divisée territorialement entre Grecs et Puniques. De fait, chacune de ces deux grandes cultures a possédé une zone d’influence, voire de domination, dont l’étendue a souvent varié au cours du temps, notamment après la fin du ve siècle, mais avec une constante : l’Ouest était aux Puniques et l’Est appartenait aux Grecs. Le choix du lieu de l’étude archéologique, à cette période de l’histoire, a donc des implications culturelles : ici, c’est la ville hellénistique de Mégara Hyblaea que l’on a choisi de placer au centre du discours. Située en Sicile orientale, Mégara fut l’une des toutes premières colonies grecques d’Occident et l’une des dernières à tomber lorsque les Romains conquirent la Sicile : située au cœur d’un territoire dominé par les Grecs, elle peut donc être considérée comme une authentique cité grecque, de sa fondation à la fin du viiie siècle à sa conquête à la fin du iiie siècle av. J.-C. De prime abord, pourtant, le choix de Mégara comme objet central de l’étude peut paraître surprenant. En effet, le site est essentiellement connu pour sa période archaïque, à juste titre abondamment étudiée et publiée. D’ailleurs, les archéologues français qui reprirent les fouilles à Mégara à la toute fin des années 1940 avaient fondé leur projet sur une hypothèse basée sur la tradition littéraire et selon laquelle l’histoire de la cité se limitait à cette période. Or les premiers sondages révélèrent immédiatement ce que les fouilles suivantes n’ont par la suite cessé de confirmer : il y avait bel et bien eu une époque hellénistique (et même classique, on en est désormais certain), puis républicaine à Mégara. La matière archéologique ne manque donc pas d’autant que, on aura l’occasion de le redire souvent, rares sont les vestiges « post-archaïques » de l’urbanisme mégarien à avoir été publiés de manière satisfaisante. Cette situation justifie donc, en soi, une étude consacrée à l’habitat hellénistique de Mégara Hyblaea et à ses rapports avec le tissu urbain. Cependant, une telle étude ne prend son intérêt que si on la met en perspective avec d’autres contextes « chrono-culturels ». Dès lors, il est intéressant de comparer dans un premier temps le cas de Mégara à celui d’autres villes considérées comme culturellement proches : Géla, Camarine, Tyndaris et Syracuse, toutes situées en Sicile orientale, font partie de celles-là. Sont incluses également des villes au statut culturel plus contrasté, eu égard à leur situation et à leur histoire : on passe ainsi progressivement de cités comme Morgantina et Agrigente, au caractère fortement hellénique, à d’autres, aux faciès plus mixtes, comme Monte Iato et Solonte. Enfin, on conclut cette mise en perspective par des villes et des sites qui incarnent un autre visage de la Sicile de l’époque. Ainsi Sélinonte nous donne notamment l’occasion d’évoquer ce qu’étaient les caractéristiques de l’habitat punique en Sicile. Les établissements de Gibil-Gabib, Scornavacche et Monte Saraceno, quant à eux, permettent de compléter ce tableau en décrivant ce que je nomme de façon volontairement vague, et forcément impropre, « le contexte indigène ».

3L’ouvrage est composé de trois parties. La première sert à poser le cadre historique de cette recherche en rappelant certains événements marquants survenus en Sicile orientale entre la fin du ve et la fin du iiie siècle av. J.-C., soit entre l’invasion de la Sicile par Carthage de 406 à 404 av. J.-C. et la prise de Syracuse par Rome en 211 av. J.-C. (chapitre 1). Ce traitement historique est court, car il sert seulement à situer des événements survenus dans les villes de Sicile auxquelles on a choisi de s’intéresser ici, événements dont on a souvent voulu faire la cause directe des changements observés sur le fait urbain. Les faits archéologiques censés illustrer ces évolutions sont présentés dans le deuxième volet de la première partie : les diverses interprétations qui en ont été faites, sujettes à débat, sont justement l’occasion d’introduire les théories qui ont marqué et marquent encore la recherche contemporaine sur le fait urbain en Sicile hellénistique (chapitre 2).

4La deuxième partie est consacrée à l’habitat et à l’urbanisme de Mégara Hyblaea à l’époque hellénistique. Elle comprend quatre chapitres destinés à étudier de façon progressive tous les aspects de la question. Le chapitre 4 (« Les éléments de la construction ») s’intéresse aux éléments architecturaux des maisons ; le chapitre 5 (« Les types de pièces »), à certaines pièces caractéristiques ; le chapitre 6 (« Les maisons : plans et évolutions »), aux habitations identifiées et à leurs évolutions. Ces trois dossiers permettent, en conclusion de la deuxième partie, de développer plus largement les considérations sur le fait urbain dans la Mégara hellénistique (chapitre 7).

5La troisième partie élargit l’étude de l’habitat et de l’urbanisme à l’ensemble de la Sicile des ive et iiie siècles av. J.-C. Elle débute par une révision critique des données archéologiques issues de ces villes de Sicile hellénistique citées plus haut (chapitre 8). Ce réexamen, confronté aux données du cas de Mégara, permet alors de formuler de nouvelles propositions et de proposer une réponse aux questions soulevées dans la première partie (chapitre 9).

6Enfin c’est dans la conclusion générale que le lecteur pourra évaluer de façon synthétique la contribution de cet ouvrage à l’étude du fait urbain en Sicile hellénistique. Elle débute par un bilan de l’ensemble des données archéologiques que l’on a traitées, afin de faire ressortir ce qui caractérise l’habitat et l’urbanisme de la Sicile hellénistique, et elle se poursuit par une réflexion sur les liens éventuels entre ces faits archéologiques et les événements historiques décrits en première partie. On clôt cette conclusion générale par les questions ouvertes en introduction et par les perspectives qui s’offrent à de futures investigations.

7Je ne saurais terminer cette introduction sans remercier brièvement toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné tout au long de ce cheminement en Archéologie commencé il y a maintenant une quatorzaine d’années. Brièvement, car il n’y aurait pas assez de place ici pour exprimer toute ma gratitude et toute ma reconnaissance envers mes proches, famille et amis, mes collègues et mes camarades. Et parce que je craindrais d’oublier quelqu’un, je ne nommerai donc personne, mais chacune et chacun saura se reconnaître je l’espère dans l’hommage chaleureux que je veux leur rendre ici.

Avertissement

8J’ai choisi d’adopter les partis pris terminologiques et chronologiques suivants :
- les références aux monographies sur Mégara des collections de l’EFR sont indiquées sous la forme donnée ci-après : Mégara + numéro dans la série, en italique. Pour les structures hellénistiques je donne, le cas échéant et autant que possible, les différents noms utilisés dans la littérature archéologique sur Mégara : ceux de Mégara 3, ceux définis récemment dans l’Atlas de Mégara (Mégara 7) et éventuellement ceux issus de mes précédents travaux universitaires (notamment Mège 2010 pour les sols). La référence étant désormais l’Atlas, plusieurs structures mentionnées dans certaines publications écrites avant la parution de ce livre ont pu changer de nom (notamment dans Mège 2013, Mège 2014, Mège 2019a et Mège 2019b) ;
- pour les noms des villes antiques de Sicile, j’utilise ceux que sanctionne l’usage archéologique, c’est-à-dire des noms francisés pour les plus connus (exemples : Syracuse, Géla, Mégara, Camarine) ou des translittérations du grec ancien pour les autres (exemples : Abakainon, Kentoripa, Morgantina) ;
- toutes les dates et toutes les périodes historiques mentionnées s’entendent par défaut comme étant situées « avant J.-C. ». À part le cas particulier de l’époque hellénistique, j’utilise les noms des autres périodes chronologiques telles que traditionnellement définies en archéologie classique : archaïque, classique, républicaine et impériale. En cas d’ambiguïté, je recours aux siècles.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search