Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Deuxième partie. Les lits de Cumes : contexte archéologique et catalogue des éléments en ivoire

Chapitre 2. Le lit « aux Victoires ailées » du mausolée A2

Texte intégral

Le mausolée circulaire A2

Portrait archéologique

Le mausolée

  • 1  Ce monument est publié tout ou partie dans : Brun et al. 2000, p. 145-146 ; Brun, Munzi 2002 ; 200 (...)

1Lors de son édification, la silhouette du mausolée A21 se dégageait nettement dans l’espace alentour, beaucoup plus libre de constructions qu’aux périodes suivantes. L’architecture d’ensemble épousait un plan circulaire couronné d’un tumulus, tel qu’il s’en développait en Italie au ier s. av. J.-C. L’élévation était composée de trois niveaux superposés : le podium, le tambour et le tumulus.

2Appuyé sur de solides fondations et intégralement conservé, le podium en opus reticulatum présente un diamètre extérieur de 9,50 m, pour une hauteur totale, hors fondations, de 3,45 m environ (fig. 7). Ces dimensions apparaissent d’ailleurs relativement réduites au regard d’un certain nombre de monuments de ce type. Au-dessus, subsiste la partie inférieure du tambour que constitue une file de blocs de tuf gris haute de 56 cm, établie en léger retrait par rapport à l’aplomb du podium, et surmontée d’une base moulurée.

Fig. 7. Mausolée A2.

Fig. 7. Mausolée A2.

a. Vue depuis le nord semi-zénithale de la partie conservée : podium et restes de la base inférieure du tambour.

cliché J.-P. Brun

b. Plan du podium au niveau du tambour.

archives CJB

3Ce tambour, en grand appareil de tuf et de forme cylindrique, comptait un diamètre un peu plus réduit que le podium et se trouvait orné d’une frise en rinceaux décorée d’acanthes en fleur, surmontée d’une corniche à denticules, dont des blocs sculptés ont été retrouvés dans le remblai de la voie Domitienne.

  • 2  Pour davantage de précisions, voir Brun et al. 2010b, p. 284.
  • 3  Pour la description et les détails, voir infra p. 112-113.

4La structure interne est articulée autour de deux renforts radiaux perpendiculaires, reposant sur le sommet de la voûte et destinés à répartir le poids de la terre du tumulus reposant sur la partie supérieure2. L’entrée dans la chambre funéraire, intégrée au podium, se faisait depuis le côté sud de sa courbe ; on empruntait un court corridor, encore aujourd’hui obturé par une dalle monolithe en tuf gris. Ce passage débouche sur une pièce circulaire de 7,10 m de diamètre, dont la paroi verticale, haute d’environ 3,50 m, laisse ensuite s’échapper une fausse voûte de forme conique culminant entre 4,60 et 4,70 m (fig. 8). Le sol est coulé en béton simple, sans finitions, tandis que la paroi et la voûte sont recouverts d’un enduit blanc d’apparence assez brute, comme les parties préservées le laissent entendre. Il semble donc qu’aucune décoration peinte n’avait été appliquée. Émergeant du sol et en position décentrée, vers le sud en avant de l’entrée, trône une structure en béton presque carrée de taille conséquente (1,57 m par 1,73 m de côtés, pour environ 1,10 m de hauteur ; fig. 9). Il s’agit de la fermeture d’un puits, dans lequel fut déposée l’urne cinéraire, intacte3. La chambre avait subi un pillage, au cours duquel les auteurs avaient pénétré par un trou pratiqué à travers la voûte ; c’est par ce chemin que les archéologues y accédèrent lors de la fouille. Aucun dépôt de matériel ou de mobilier n’y a été retrouvé, hormis l’urne.

Fig. 8. Mausolée A2.

Fig. 8. Mausolée A2.

a. Coupe nord-sud.

archives CJB

b. Axonométrie.

élaboration S. Girardot, architecte DPLG

Fig. 9. Mausolée A2, intérieur de la chambre avec le massif de béton recouvrant l’urne et l’entrée au fond.

Fig. 9. Mausolée A2, intérieur de la chambre avec le massif de béton recouvrant l’urne et l’entrée au fond.

cliché J.-P. Brun

  • 4  Brun et al. 2010b, p. 288-289.
  • 5  Pour l’urne, voir ci-après.

5En l’état actuel des fouilles de la nécropole, il s’agit du seul monument de ce type. La datation proposée, du troisième quart du ier s. av. J.-C., se fonde sur le matériel trouvé dans ses fondations (fragments de céramique, lampes à huile en particulier4), le style de la décoration architectonique et l’urne elle-même5.

  • 6  Hesberg 1992, p. 113-134.
  • 7  Hesberg 2006, p. 19.
  • 8  Ibid., p. 33.
  • 9  Balty 2006, p. 49 ; Gros 2006, p. 51-52.
  • 10  Voir De Franciscis, Pane 1954 et Balty 2006 pour de nombreux exemples.
  • 11  Brkojewitsch 2012, p. 346.
  • 12  Gros 2006, p. 52 ; Balty 2006, p. 52 ; Brkojewitsch 2012, p. 345 et n. 378.

6Les mausolées à tumulus (fig. 7) se développent en Italie au ier s. av. J.-C.6, et c’est plus précisément « à partir du troisième quart du ier s. que l’on peut documenter les premiers monuments circulaires romains7 », bien attestés surtout en Italie du Nord8. Leur nombre prend de l’ampleur et se répand surtout après celui d’Auguste9, mais ils se différencient de celui de Cumes par leur taille en général plus conséquente et surtout leur base le plus souvent quadrangulaire10, quand celle de A2 est circulaire, correspondant à une forme plus ancienne11. Enfin, selon certains savants modernes12, les mausolées circulaires seraient plus particulièrement attachés à la classe équestre, mais aucun élément ne permet d’étayer ici cette idée.

Contexte local

  • 13  Ce tronçon de la voie Domitienne reprend le tracé plus ancien existant à l’époque de la constructi (...)
  • 14  Brun et al. 2000, p. 146-147 ; 2009c, p. 687. Au cours du iie s., un petit mausolée en forme de te (...)
  • 15  Voir n. précédente.
  • 16  Brun et al. 2000, p. 147-148 ; 2009c, p. 696-697.

7En des temps de remous politiques à Rome, où est mis en place le Triumvirat et où éclate une guerre civile, Cumes connaît probablement une situation moins tendue, malgré d’inévitables répercutions sur l’ensemble de l’Italie. La ville s’est romanisée et, dans la nécropole, quelques grandes familles se font construire leur tombeau selon de nouvelles architectures. C’est ainsi qu’une femme de haute condition sociale se fait enterrer dans un tombeau situé sur une parcelle au nord de la ville, non loin d’une des portes, bien en vue, sur les lieux mêmes des vénérables bâtiments abandonnés d’un ancien sanctuaire. En dehors de son nom, nous ne savons malheureusement rien de ce personnage, si ce n’est qu’il fut certainement respecté et influent au sein de la cité, qui lui a octroyé une autorisation d’emplacement particulière. C’est là que quelque deux millénaires plus tard ce monument fut retrouvé, pillé et spolié. Il est installé à une quarantaine de mètres au nord-ouest de la porte Médiane, le long d’une voie empruntée plus tard par la uia Domitiana13 et à côté de ce qui fut le sanctuaire grec, probablement même érigé sur une de ses composantes. Apparemment demeuré assez isolé pendant quelques décennies, il est par la suite cerné de plus en plus d’édifices funéraires, collectifs surtout, ainsi que de petites tombes individuelles, installées là où la place se trouve. Au moment de sa découverte, en 2001, il fut trouvé flanqué des monuments A1, A5 et A3 (fig. 3). Situé immédiatement au sud-est, A1 est un enclos de plan presque carré dont la façade était à l’origine ornée de statues installées dans des niches ; malgré un arasement très bas, il semble que cette structure certainement cubique devait comporter à l’intérieur des niches destinées à des urnes cinéraires14. Daté du dernier tiers du ier s. apr. J.-C., mais avant la construction de la uia Domitiana, il présente les mêmes caractéristiques que le monument voisin A4-A815. Quant au monument A3, accolé sur la face nord-ouest, son édification est plus tardive (courant du iie s.)16. Son arasement extrêmement bas révèle un plan rectangulaire, à l’intérieur duquel ont été retrouvées six sépultures à inhumation primaire.

La tombe et le lit

  • 17  Terme désignant l’officiant, employé chez Catulle, LIX, 5, ou Lucain, La Pharsale, VIII, 738.
  • 18  Sur les funérailles et leur déroulement, voir Pellegrino 2001a ; Scheid 2008 ; Blaizot 2009 ; Van (...)

8Quand la noble femme enterrée dans le mausolée A2 meurt, des funérailles imposantes sont organisées ; son corps est exposé pendant plusieurs jours sur un somptueux lit d’apparat, recouvert d’ivoire qu’un sculpteur de grand talent a fabriqué des semaines durant. L’effet produit se prolonge au cours de la pompe qui la conduit hors de la ville, au nord. Le cortège s’écarte et les officiants hissent sur le bûcher le lit chargé du corps, d’offrandes et de fleurs ; la crémation dure plusieurs heures. Puis on recueille soigneusement les ossements que l’on sépare des restes du bois carbonisé, on les nettoie ; et au milieu des cendres ressortent aussi de fragiles morceaux d’ivoire de diverses tailles et de couleurs oscillant entre le blanc, le gris, le noir parfois, le gris bleuté. L’ustor17 prend le temps d’écarter les masses de cendres, de fouiller à l’intérieur ; il reconnaît les ossements qu’il dépose dans un linge ou un récipient, auxquels il mélange d’innombrables fragments d’ivoire, dont ces visages sculptés de femmes encore si finement reconnaissables. Mais aussi, les restes d’armature en os de l’éventail (ou ombrelle) qui avait été déposé aux côtés du corps. Il achève la récolte par les fines lamelles d’ivoire éclaté, tapissant par milliers le fond du foyer. Celles-là seront dispersées autour de l’urne, à l’extérieur, réminiscence matérielle du lit. Puis les ossements et l’ivoire sont déposés dans une grande urne, elle-même à son tour portée à l’intérieur du tombeau, pour prendre sa place définitive au fond d’un puits (fig. 10), sur une plaque de marbre. Les maçons s’affairent enfin et scellent solidement la tombe d’un épais couvercle de béton18.

Fig. 10. Mausolée A2.

Fig. 10. Mausolée A2.

a. Puits contenant l’urne, au moment de son ouverture.

cliché J.-P. Brun

b. Urne en albâtre provenant du puits scellé, inv. 2001.06-07.

Musée archéologique des Champs phlégréens, Baia. Archives CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei

9Quand, deux mille ans plus tard, les archéologues entreprennent de percer ce secret, ils comprennent rapidement combien il a su résister à la soif des pilleurs, mais finissent par en venir à bout. Sous cet épais massif de béton (fig. 9) et au niveau du sol, apparaît un couvercle de dolium d’environ 0,80 m de diamètre. Celui-ci une fois retiré découvre une cavité approximativement circulaire de 0,75 m de diamètre, pour autant de profondeur, creusée dans les fondations du monument.

10L’urne en albâtre (fig. 10) est close par un petit couvercle – 18,4 cm (diam. ext.) pour 7,5 cm (H.) – de forme convexe, surmonté par une anse fermée sculptée dans la masse ; ses dimensions sont conséquentes : 34 cm (H.) par 44 cm (diam. max.), et 31,4 cm de diamètre pour les lèvres. Le fond lisse prend une forme bombée assez prononcée, qui se prolonge en un bord circulaire arrondi initiant le corps au profil plus plat, mais toujours légèrement convexe. Les trois quarts de la surface, en partie basse, sont décorés d’un godronnage vertical au relief plat, dont la limite supérieure est marquée par un repli vers l’extérieur de ces motifs, formant ainsi une ligne horizontale. C’est au niveau de cette ligne que dépassent deux petites anses percées d’un trou – également sculptées dans la masse –, faisant penser à des oreilles. Après une brusque inflexion anguleuse vers l’intérieur un petit col soutient la partie supérieure en forme de disque au bord extérieur en biseau.

  • 19  Voir Munzi 2008, p. 403.
  • 20  Montalcini 1983, p. 15-16 et fig. 1a-b.
  • 21  Talamo 1987-1988. La datation est un peu plus tardive : début du ier s. apr. J.-C.
  • 22  Repris de Aurigemma 1963, p. 94, fig. 96-97.
  • 23  Maiuri 1927, fig. 13. Ce vase possède un corps totalement lisse, et se trouve augmenté d’un portra (...)
  • 24  Le contenu de l’urne est largement évoqué dans le catalogue détaillé, présenté infra p. 121 et sui (...)

11Cette urne est sculptée en un albâtre précieux égyptien, auquel les veines apparentes donnent un aspect noble, qui contraste avec la simplicité des motifs. Ce type d’urne, produit d’importation de grande valeur, se trouve assez bien documenté pour la période tardo-républicaine – auquel le mausolée appartient19 –, et proto-impériale. Au sud-est de Rome, par exemple, dans la localité de Torre Gaia, est découvert en 1979 un vase cinéraire en albâtre sculpté daté des toutes premières années du règne d’Auguste20, dont la forme diverge notablement de celui de Cumes, mais dont les veines du matériau présentent des similitudes intéressantes. Je citerai également l’urne provenant de l’Esquilin, découverte en 1874, qui a livré les restes en os d’un lit21. Dans son étude, Emilia Talamo revient sur les origines égyptiennes de ce type de vase, citant comme exemple l’urne retrouvée dans le mausolée de P. Verginus Paetus à Sarsina en Émilie-Romagne22, daté du ier s. av. J.-C. Comme l’urne de Cumes, celles de l’Esquilin et de Sarsina présentent une grande sobriété décorative. Plus proche de Cumes, E. Talamo cite aussi la découverte en 1926, à Pouzzoles, d’un vase conservé dans un dolium à l’intérieur d’un columbarium, réutilisé manifestement à l’époque romaine23. L’urne du mausolée A2 de Cumes24 fait partie d’une production égyptienne exportée, à l’image de celle de l’Esquilin.

  • 25  L’étude est en cours.

12Mais surtout, fait particulièrement important, sur le bord extérieur biseauté de la lèvre, avec une infinie discrétion, apparaît le nom de la défunte. Bien qu’incomplet, il a cependant pu être déterminé25 : il s’agit de Venidia, de la gens des Venidii, déjà connue et présente sur plusieurs épitaphes, à Cumes même et dans la région des Champs phlégréens.

Le lit orné d’ivoire

Présentation

13Le monument à tumulus A2 fut découvert en 2001, mais le niveau élevé de la nappe phréatique n’en autorisa à l’époque qu’une fouille partielle : son étude fut complétée quelques années plus tard, en 2006, grâce à un système de pompage qui permit un rabattement de la nappe, donnant ainsi accès à l’urne enfermée dans le puits ménagé dans les fondations.

  • 26  Voir Brun et al. 2010b, Appendice (H. Duday). Il est à remarquer que très peu de fragments d’ossem (...)

14Cette urne contenait les restes osseux d’une femme d’un âge estimé au-delà de trente ans. La fouille anthropologique, réalisée par Henri Duday, a déterminé deux passes (S01 et S02), dans lesquelles ont été identifiés et isolés, au milieu des ossements, un nombre considérable de fragments d’ivoire. À ceux-là s’ajoutent ceux déposés hors de l’urne, au fond du puits26, encore plus nombreux : ces derniers ont été rassemblés en un ensemble (HU), avant d’être confrontés aux autres. Au total, plus de 3000 éléments ont été dénombrés, de formes et de tailles très diverses : 618 proviennent des passes S01 et S02 réunies, pour une masse de 363,1 g, et 2420 de HU, dont la masse n’a pas été déterminée. Certains ont pu être assemblés et collés, pour former des ensembles aux formes identifiables. D’autres matériaux ont également été isolés, dont certains en os, constitutifs du mobilier qui accompagnait la défunte, ainsi que des clous et crochets, et un résidu de fil d’or tissé.

15Le tri initial et la répartition générale ont abouti à la distribution suivante :

16Passe S01 :
96 fragments en ivoire, de 0,3 à 4,5 cm (L. max.), dont une trentaine aux formes identifiables ou exploitables,
4 fragments d’ossements de faune,
1 résidu de fil d’or tissé (reste de résille ?).

17Passe S02 :
522 fragments en ivoire, de 0,05 à 6,7 cm (L. max.), dont 122 aux formes identifiables ou exploitables.

18HU :
2420 fragments en ivoire de tailles très diverses, dont une cinquantaine aux formes exploitables,
1 fragment (L. max. 1 cm) incrusté de deux morceaux d’ambre,
1 fragment d’ambre,
5 petites coquilles de coquillages (L. max. 1,7 et 2 cm),
4 petits fragments de céramique,
3 petits os de faune,
1 crochet à double tête et à double point en fer, 1 crochet en bronze, 1 clou en fer à tête ronde,
10 fragments en os travaillé constitutifs de mobilier.

Étude morphologique et iconographique

Contexte de travail

19L’élaboration du catalogue du lit « aux Victoires ailées » (voir ci-après p. 121-174), résultat d’un processus de classement raisonné des éléments, a dû prendre en compte des facteurs liés à leur état de conservation : fragilité et constitution souvent extrêmement fragmentaire, disparition ou conservation partielle des formes originelles qu’il s’est agi de retrouver, déformation de la matière, qui pouvaient induire en erreur, illusion trompeuse de certaines silhouettes. Malgré un nombre total conservé considérable, beaucoup d’entre les fragments n’ont pourtant pu être utilisés de manière pertinente, mais ont tout de même parfois autorisé des hypothèses d’emplacement, voire d’appartenance à tel ou tel type de volume. Le nombre conséquent d’éléments identifiables a également pu induire doutes et hésitations : lorsque par exemple, comme cela est apparu à de nombreuses reprises, des fragments à l’apparence manifestement identique variaient dans leurs dimensions ou leurs mouvements de formes. Il a été en fait souvent avéré que c’était l’action du feu qui avait provoqué ces variantes, tant dans leurs volumes que dans leurs formes.

  • 27  Voir, par exemple, les fragments 2050.173, .174 et .176.
  • 28  Tels les deux visages féminins 2050. 01 et 02, les hauts d’aile 2050.11 et .03 ou le bas d’aile 20 (...)
  • 29  Tels les nombreux motifs de plumes.

20Malgré les quelque trois mille morceaux en présence, il est difficile de déterminer la proportion conservée de recouvrement du lit, car la fragmentation, les éclatements et les cassures, ainsi surtout que la désolidarisation des cernes d’âge, ont multiplié les surfaces visibles, alors qu’elles peuvent en réalité appartenir à l’épaisseur d’un même élément. Cependant, de nombreux fragments ont conservé des indices de l’action des outils, indiquant par exemple clairement quand il s’agit d’un placage, comme c’est le cas pour des lamelles découpées et présentant des traces de ciseau à tranchant denté27, d’une forme sculptée28 ou d’un motif incisé29.

21La crémation a anéanti la totalité de l’ossature en bois du lit constituant le châssis, les accotoirs et les montants, mais aussi une partie de la décoration. Pourtant, l’analyse d’ensemble a mis en évidence des certitudes : il ressort d’abord que l’essentiel des fragments provient des montants. Ceux-ci étaient constitués d’une figure principale en forme de personnage féminin ailé – au moins sur deux d’entre eux –, tandis que le reste du montant était recouvert d’une alternance d’éléments fins et de volumes dont les parois n’étaient ni sculptées ni incisées d’un quelconque motif, mais simplement lisses et rehaussées de fines moulures. Manifestement également, le cadre, orné de motifs géométriques et végétaux et de surfaces lisses, devait être épais, si l’on rassemble les placages qui lui reviennent et dont les variations n’auraient pu tenir sur un cadre fin. Enfin, un petit nombre de fragments laisse émerger une forte probabilité de l’existence de fulcra, dont la forme exacte reste difficile à déterminer, mais que la comparaison avec d’autres lits autorise à supposer en bas-relief, avec peut-être un oiseau aquatique sur les couronnements et des médaillons ornés de bustes ou visages de personnages.

22À l’examen de la silhouette du montant reconstitué, il est frappant d’observer la grande finesse des sculptures et des volumes, faisant d’ailleurs écho à celle des motifs du cadre, et donnant à l’ensemble une apparence de fragilité et de délicatesse.

Les éléments figurés

Les ailes

23Parmi les éléments conservés, le catalogue a permis de mettre en parallèle des fragments à décor figuré – classés dans la catégorie A.5 – dont la majorité se rapporte à des ailes, et d’autres à des éléments de corps humain ou de drapé.

  • 30  On trouvera des exemples d’ailes à orientation horizontale pl. XXXIX, no 4, et pl. XLII, nos 1-2.
  • 31  Voir, par exemple, 2050.18, .34, .03, .06, .20, .21, .54.

24Les morceaux d’ailes ont subsisté en nombre conséquent : au moins vingt-cinq comportent des incisions caractéristiques ou embrassent une forme alaire. Des rémiges ont conservé les sculptures et incisions du plumage, dont certaines indiquent clairement la position du fragment dans un ensemble, permettant de supposer, par assemblage, la forme de l’aile. Ainsi, par exemple, les fragments 2050.04a, .04b ou .05, associés à 2050.11, permettent de dessiner une aile à la silhouette verticale, dont la partie supérieure – dont 2050.11 illustre bien le contour arrondi – est constituée de petites et moyennes couvertures, et la partie inférieure de rémiges primaires et secondaires. Il apparaît ainsi qu’un type principal d’aile à orientation verticale devait habiller les personnages des cylindres figurés, et peut-être un autre à orientation plus horizontale30, comme semblent l’indiquer les fragments 2050.34 et 2050.21, et peut-être aussi le 2050.03. Il est à noter que certains fragments d’ailes sont même encore reliés à une masse corporelle31.

Les corps

  • 32  Inv. 2050.40 et .41.
  • 33  Inv. 2050.38a et .38b.
  • 34  Inv. 2050.110a.
  • 35  Inv. 2050.37.

25Ces portions d’ailes sont encore accompagnées de fragments de membres des corps auxquels elles appartenaient vraisemblablement, classés dans la catégorie A.5. Dominent bien sûr les deux visages féminins, dont celui qui a pu être replacé sur son support et qui est intégré dans la restitution. Provenant probablement des mêmes personnages, deux parties supérieures de bras ont été déterminées32, dont l’une est encore liée à l’épaule et à un reste de corps ; deux mains gauches33 aussi, dont l’une tient un pli de vêtement et l’autre un objet long ; un pied encore, partiellement recouvert d’un drapé34 ; enfin, un fragment dont l’ondulation rappelle nettement les plis d’un drapé35, peut-être en proche rapport avec la première main citée.

26Rassemblés dans la catégorie D.5, une vingtaine de fragments d’épaisseurs et de tailles variables, appartenant aux montants, constituent des épaisseurs internes de volumes, dont il est difficile de déterminer la forme d’origine, mais qui en montrent la variété. Les catégories D.7 et D.8 augmentent le nombre de ces fragments à formes indéterminées.

La restitution graphique

27L’analyse des fragments identifiables du lit 2050 a mis en évidence un nombre assez restreint de types de formes dans lesquels ils entraient, pour l’essentiel provenant des montants, nous l’avons dit : cette répartition indique ainsi une distribution d’éléments similaires manifestement en multiples de quatre, correspondant aux quatre montants, et expliquant de ce fait la répétition des formes et volumes semblables. Il a donc été décidé de proposer une reconstitution partielle, détaillant surtout un montant, et non le lit dans son ensemble, dont les autres parties n’ont pas conservé suffisamment d’éléments liés entre eux.

  • 36  Voir, par exemple, l’Aphrodite de Capoue exposée au MANN, inv. 6017, datée de l’époque d’Hadrien e (...)

28Sur le montant de cette reconstitution graphique (voir p. 174), on observe donc, de bas en haut : le pied proprement dit, adoptant la forme d’une base de colonne arrondie et pourvue d’une moulure supérieure, et dont la cavité interne circulaire indique clairement l’emplacement du départ de l’âme de fer ; au-dessus, après une pièce disparue d’environ quatre centimètres probablement cylindrique, une bobine aux moulures simples supporte un élément campaniforme dont le fragment conservé fait penser à une forme proche de celle d’Aï Khanoum ou de Fréhat En-Nufégi, presque plat en sa partie supérieure. Puis, un fin et court élément en tronc de cône, s’évasant vers le haut et légèrement mouluré, soutient un disque très mince, dont le bord est souligné par deux moulures circulaires sur le dessus, et au profil légèrement bombé : cette surface de 5,2 cm de diamètre offre une assise au grand cylindre figuré en haut-relief, élément central de l’iconographie du lit. La reconstitution montre un personnage féminin ailé d’une hauteur de 14 cm. La restitution de cette hauteur est fondée sur la cohérence des proportions des éléments conservés : fragments des bras, des ailes et d’un pied ; mais surtout taille de la tête, à partir de laquelle j’ai proposé un ensemble sept fois plus grand. J’ai choisi d’intégrer dans le dessin la photographie des membres conservés, dont la restitution graphique ne pouvait rendre un aspect convaincant ; l’idée était également de donner un certain relief à l’ensemble. Le parti-pris du drapé, recouvrant le corps jusqu’au milieu du tronc et dessiné en lignes rompues, est inspiré de la Victoire ailée en bronze du musée de Santa Giulia à Brescia (pl. XXXVIII, no 2) – une copie romaine d’un original hellénistique du iiie s. av. J.-C., datée du 2e quart du ier s. apr. J.-C. –, qui respecte les mêmes proportions entre la tête et les jambes. Le choix de ce modèle a été motivé par l’existence, entre le ier s. av. J.-C. et le Haut-Empire, de variations autour de cette forme, qui se retrouvent dans des œuvres reproduites ou inspirées d’œuvres hellénistiques36.

29Succède à cette sculpture, appuyé sur un support plat fixé derrière la tête du personnage, un nouvel élément tronconique évasé vers le haut, dont le bord supérieur mouluré est saillant. Puis un second disque, faisant écho à celui du bas, vient encadrer la sculpture. La partie supérieure, constituée de quatre éléments, adopte un profil général nettement évasé vers le haut : un long et fin tronc de cône soutient une sphère semi-aplatie, anguleuse et légèrement moulurée, qui initie ensuite une bobine allant s’élargissant vers le haut en une succession de moulures, pour s’amplifier encore et constituer un chapiteau, base nécessaire à la fixation du montant sous le châssis.

  • 37  Catégorie B.1 dans le catalogue.

30Au-dessus des montants, le cadre, nous l’avons dit, présentait une certaine épaisseur, qu’il est difficile de déterminer précisément, mais qui peut être estimée à un minimum d’une dizaine de centimètres, peut-être un peu davantage. Il était orné de décorations végétales et géométriques37, dont les fragments conservés offrent en particulier des motifs à volutes appartenant à des bases de palmette, des éléments de feuilles d’acanthe et de frise végétale. Il n’a pas été proposé de restitution d’ensemble, afin d’en éviter le caractère arbitraire d’un tel jeu lorsque manquent trop d’éléments.

  • 38  Catégorie D.2 dans le catalogue.

31Quant aux fulcra, seuls dix fragments en ont été conservés38. Les deux indices principaux de leur appartenance à ces parties du lit sont bien sûr le revers plat, mais aussi les bords bien dessinés, aux formes pour la plupart arrondies résultant du travail de l’outil, et non d’une brisure. Il semble que ces fragments, sur lesquels apparaissent des éléments de décoration en bas-relief, puissent se répartir sur le médaillon, le champ ou le couronnement. Au vu du caractère extrêmement fragmentaire de ces motifs, proposer une restitution de fulcrum n’a pas été possible, ni d’ailleurs un dessin partiel.

  • 39  Sur l’usage des baldaquins funéraires, voir Rouveret 1988, pour les Étrusques, et Guimier-Sorbets (...)

32Au cours de ce travail d’analyse et de reconstitution, un doute est venu s’immiscer : la multiplication des cylindres, cônes moulurés et bobines a soulevé la question de l’éventuelle présence d’un baldaquin qui aurait été rehaussé d’ivoire sur les montants. L’usage des baldaquins funéraires est connu dès l’Égypte pharaonique – comme dans le tombeau de Toutankhamon où une toile de lin ornée d’étoiles était tendue au-dessus du sarcophage –, en Étrurie et en Grèce, dès l’époque géométrique39. Cette hypothèse a été confrontée aux rares représentations romaines de lit avec baldaquin : sur le relief d’un sarcophage de Palerme (pl. XXV, no 3), les montants, lisses, sont ornés de moulures larges en partie basse, et cachés par une tenture non décorée en partie haute ; la comparaison ne saurait ici être pertinente. Sur le célèbre relief d’Amiternum (pl. XXVII, no 2), les montants semblent être de section angulaire, probablement en bois. Leur partie basse apparaît lisse et sans moulures, puis, au-dessus, elle est décorée de postes, dont le motif se prolonge sur la traverse supérieure de soutènement. La tenture est ornée d’un croissant de lune au centre, entouré d’une multitude d’étoiles, et il est probable que la frise des postes se rapporte au tissu et non au bois des montants.

33Ces deux exemples ne constituent donc pas un pendant convaincant pour étayer l’hypothèse d’un baldaquin à Cumes, qui n’a pu pour le moment trouver de confirmation. L’hypothèse d’un baldaquin fait uniquement de bois n’est cependant pas non plus à exclure.

  • 40  Voir supra p. 82 et suiv.

34Cette proposition de reconstitution graphique fait entrer le lit « aux Victoires ailées » dans le type 3300 de notre typologie40 – lits à montants fins avec cylindre figuré en haut-relief –, et plus précisément dans la variante 3312, c’est-à-dire avec cadre épais et fulcra en bas-relief.

Approche iconographique

  • 41  L’iconographie est ici abordée sous son aspect formel : celui de la symbolique et du sens ostentat (...)
  • 42  Voir à ce sujet Sauron 1979, p. 186-187 ; 1981.
  • 43  Sur le lit de Cambridge par exemple.

35Déduire un cycle iconographique à partir d’une proposition partielle de restitution est bien périlleux41. Les informations disponibles sont en effet incomplètes, absentes même pour les fulcra. Pourtant, la morphologie des montants, lieu central des décorations pour ce type de lit, permet des déductions intéressantes. Il semble acquis en effet que l’ornementation figurée ne concerne que le cylindre central, tandis que les autres volumes sont lisses et sans motifs. Ainsi, l’attention est portée presque exclusivement sur la figure de chacun des montants, la mettant encore davantage en valeur, et signifiant une symbolique non pas centrée sur un cycle iconographique large, mais sur un thème unique. La taille conséquente de la figure va d’ailleurs en ce sens. Quant au cadre, les quelques fragments conservés livrent les indices qu’une partie de la surface était décorée de motifs végétaux courants, composés de palmettes répétées et probablement de rinceaux d’acanthe. Ces motifs, qui s’insèrent dans le retour aux formes classiques de la fin de la République et à la mode néo-attique en vogue à l’époque42, mettent ici en valeur le rôle iconographique premier des figures des montants ; il est dommage de ne pouvoir ni confirmer ni infirmer, en écho à ces figures, l’éventuelle présence d’une iconographie d’autres personnages, sur les angles du cadre surtout, telle qu’il peut s’en trouver sur des exemplaires connus43. Faute d’indices assurés, on ne peut donc étendre davantage le questionnement, qui ne remet pas en question l’hypothèse de départ sur les Victoires, mais qui aurait permis de l’approfondir.

  • 44  Inv. 2050.01.
  • 45  Inv. 2050.02.
  • 46  Voir supra n. 41.

36Le personnage féminin ailé de la restitution44 fait écho à l’autre visage conservé45, qui certes n’a pas retrouvé son emplacement assuré, mais selon toute vraisemblance peut aussi être assimilé au même type : le nombre important de fragments d’ailes implique en effet la présence certaine d’au moins deux figures ailées, probablement trois et peut-être quatre, ornant chacune un montant, à l’image du lit d’Aquinum. Un monde féminin semble ainsi édifié, au centre duquel est honorée la défunte, tant de manière ostentatoire que symbolique46.

  • 47  Pour un aperçu global, voir A. Moustaka, A. Goulaki-Voutira, U. Grote, « Nikè », in LIMC, VI, p. 8 (...)
  • 48  Beard, North, Price 2006, p. 82.
  • 49  Zanker 1968, p. 25-26.
  • 50  Bragantini 1998, fig. 110 et 131.

37La figure de la Victoire ailée est un thème très répandu47 : peinte, stuquée ou sculptée, on la retrouve tant en contexte funéraire qu’en contexte domestique. Dans sa symbolique première, elle est assimilée à la victoire et aux vertus héroïques, personnifiées par la divinité Victoria, dont le culte à l’origine ne faisait pas partie des anciens cultes romains, mais dériverait du souvenir de ceux grecs de la Victoire datant de la fin du ive s. av. J.-C., et en particulier des conquêtes et de l’invincibilité d’Alexandre le Grand48. Citons par exemple la Victoire hellénistique en bronze de Brescia qui a orienté la restitution de celle du lit de Cumes (pl. XXXVIII, no 2), ou encore, comme représentation symbolique forte, celle qui surmontait le quadrige conduit par Auguste, érigé au centre du forum en 2 av. J.-C. pour célébrer ses victoires passées49 ; à la même époque, moins ostentatoire, on retrouve ce sujet décorant les parois des demeures, comme les stucs de la villa sous la Farnésine50 ; au siècle précédent, il est aussi personnifié dans des figurines hellénistiques en argile, comme celles conservées au musée du Louvre, dont l’une rappelle par sa chevelure celles des ivoires de Cumes (pl. XXXIX, no 4).

  • 51  Voir à ce sujet Cumont 1917, p. 64 sqq. ; 1942, p. 101, 165, 488 ; Turcan 1999, p. 109. Ces analys (...)
  • 52  Zanker 2008, p. 15 et fig. 9.
  • 53  Turcan 1999, p. 109 et fig. 131, pour celui conservé aux Musées du Vatican, fig. 132, pour celui c (...)
  • 54  Voir infra p. 250 et suiv., sur les thématiques iconographiques principales.
  • 55  Mollo Mezzena 2005 et 2007.
  • 56  Victoire en haut-relief de la tombe 216 : Cipollone 2002.
  • 57  Victoire en haut-relief de la tombe 284 (cat. XVI, 20) : Pellegrino 2001.
  • 58  Nicholls 1991, fig. 3b.
  • 59  Voir supra n. 54. Les trois exemples suivants sont représentatifs : R. V. Nicholls pour le lit de (...)
  • 60  Béal 1991a, fig. 7, no 32 et p. 299.
  • 61  Zambito 2010, fig. 1-4.

38Dans les tombes, elle préfigure à l’exaltation du défunt, et aussi peut-être au triomphe sur le mal et la mort51, thèmes développés depuis les Grecs. Sur les sarcophages des iie et iiie s. apr. J.-C., elle sera souvent associée au cortège bachique, aux centaures, Amours, satyres et ménades. Paul Zanker étudie par exemple un sarcophage52, daté de 160 apr. J.-C., dont le couvercle est orné de deux Victoires ailées présentant le portrait du défunt ; Robert Turcan réunit trois sarcophages du iiie s. apr. J.-C.53, qui mettent en scène le triomphe de Dionysos et Ariane : au centre de la façade de la cuve, se tiennent deux Victoires clipéophores. Sur les lits funéraires, ce thème de la Victoire n’est pas dominant54 : mêlé le plus souvent au cortège bachique, il est en fait assez peu présent comme élément principal ornant les montants, tel sur les lits ornés d’os d’Aoste55, de Gubbio56 ou d’Ostie57 ; en 1991, R. V. Nicholls publie des éléments en os – de provenance inconnue – dont l’un représente également une Victoire58. Sur les autres lits que j’ai pu recenser, les personnages ailés ne sont pas interprétés comme des Victoires mais comme d’autres divinités que les auteurs ne déterminent pas avec une totale certitude59. Les occurrences qui les exposent comme éléments principaux sont en définitive très peu nombreuses : en haut-relief sur les montants, seul le lit de Cucuron en propose60 ; en bas-relief, les quatre montants de celui de Modica en étaient ornés61.

  • 62  Voir en particulier : la Nikè no 383, ou la Victoire no 14, p. 168 (pour les références du LIMC, s (...)
  • 63  Ces visages sont décrits en détail dans le catalogue.
  • 64  Voir l’ensemble des représentations de la pl. XXXIX.
  • 65  Ainsi, pl. XXXIX, no 5, le visage de la fanciulla con peplo de la résidence impériale des horti La (...)

39Le hasard des flammes et de la chaleur du bûcher a par chance préservé un des éléments essentiels de ces Victoires en ivoire : leur visage. De tous les fragments restitués, il s’agit des plus expressifs et des plus délicats, pour lesquels un examen comparatif avec d’autres Victoires a permis de déterminer une filiation stylistique s’insérant dans des évolutions que montre bien la lecture des pages sur Nikè et Victoria du LIMC62. Mais aussi, au fil des musées, sur des visages d’autres divinités ou de personnages, on retrouve des formes, des silhouettes, des détails qui rappellent ceux de Cumes : les indices principaux concernent la coiffure de la chevelure, le nez et les yeux. Ainsi, au musée archéologique de Nicosie, à Chypre, une tête interprétée comme celle d’une prêtresse d’Aphrodite (pl. XXXIX, no 2), datée du iiie s. av. J.-C., présente d’intéressantes similitudes avec les Victoires de Cumes. Comme c’est le cas souvent, la chevelure est séparée en deux par une raie centrale, rabattue en arrière de chaque côté en ondulations régulières ; l’arrière de la tête est couvert d’un voile, qui retombe en s’appuyant sur les oreilles. La seule différence réside dans la présence sur la sculpture de Chypre d’un bandeau en forme de serre-tête, dont ne sont affublées ni l’une ni l’autre chevelure des Victoires de Cumes. Le visage aux contours nets et arrondis s’en rapproche également : le 2050.02, surtout, a conservé tous ses détails, alors que 2050.01 a perdu son nez et une partie de l’épaisseur de la partie droite du visage63. Si l’on revient à la chevelure, il apparaît clairement que le type de coiffure des Victoires de Cumes est inspiré d’un style grec que l’on retrouve déjà à l’époque de Praxitèle (pl. XXXIX, no 3), et se perpétue jusqu’à l’époque romaine64. Ce constat de filiation ancienne est d’ailleurs confirmé par la forme du nez, dont la hauteur d’ensemble de taille moyenne, la largeur importante des narines et la légère courbure aquiline – ces détails sont bien entendu visibles uniquement sur le visage 2050.02 – ne constituent pas ce que l’on appellerait couramment le « nez grec » classique, long, plat et plutôt fin, mais davantage une forme qui se retrouve à partir de la période hellénistique et fréquemment à l’époque romaine65, plaçant bien le lit du mausolée A2 dans un style hérité des formes passées.

Catalogue et élaboration graphique

Description de A.1

Fragments à moulure fine 2050.75a, .204, .75b, .75c, .76a

40Pièces de forme circulaire à profils externes lisses et concaves, dont une (2050.75a) est composée de deux fragments assemblés et collés. Les profils externes dessinent une silhouette générale tronconique, et les bords supérieurs (ou présentés ici comme tels, sans certitude) sont moulurés en bande simple et très légèrement bombée. Les bords intérieurs prennent la forme d’un tranche à ressaut pour s’ouvrir en mortaise à un autre élément constitutif du montant. L’autre extrémité de chacune de ces pièces est manquante, mais il est probable que l’incurvation devait s’atténuer progressivement, pour former un élément à corps tronconique, dont il est impossible de déterminer la longueur. Les diamètres internes indiquent que ces éléments étaient fixés sur un fin rehaut de bois, lui-même fixé sur l’âme de fer qui servait d’armature au montant.

Fragments à moulure saillante 2050.78a, .78b, .79, .199a, .66

41La description générale est comparable à celle des précédents, avec cependant trois différences notables. Les moulures apparaissent en effet ici plus importantes et plus saillantes, excepté pour 2050.199a dont la moulure en partie disparue rend difficile d’en évaluer la forme. D’autre part, excepté pour .78a, ces éléments ne comportent pas de tranche à ressaut en leur bord intérieur : celui-ci forme un angle droit simple avec la tranche et se prolonge ensuite en paroi tubulaire. Enfin, le diamètre interne réduit indique que ces éléments étaient enfilés à même l’âme de fer du montant.

Fragments longs tronconiques 2050.69a, .69b, .86, .77, .51

42Fragments à silhouette cirulaire, longilignes et sans moulures, excepté pour 2050.77, dont l’une des extrémités possède une fine arête saillante, précédée d’un ressaut interne offrant une forme de tenon destiné à s’emboiter dans un autre élément avec mortaise. 2050.69a et .69b sont complets en leur longueur et chacun pourvu d’une tranche à double ressaut à l’extrémité supérieure, formant ainsi une importante mortaise, tandis que l’extrémité inférieure offre une rupture anguleuse vers l’intérieur qui constitue un tenon. Ces deux fragments, de forme similaire malgré les déformations apparentes, appartiennent au même élément, ou du moins chacun en constituait un identique sur deux montants différents. Il est intéressant d’observer ici la forme incurvée que .69a a prise sous l’effet de la chaleur du bûcher, tout comme .77, que l’on constate dans la partie interne creuse. 2050.51 et .86 ont conservé la partie centrale légèrement tronconique de l’élément auquel chacun appartenait, et une partie de mortaise pour le second : leur aspect fragmentaire (et très déformé pour le premier) ne permet de déterminer qu’une partie de la forme globale. Il est probable en revanche que 2050.77 prenait la forme d’une sorte de bobine allongée, aux deux extrémités moulurées et à la partie centrale légèrement concave, avec des aspects similaires à 2050.79. Ces cinq éléments constituaient des partie allongées intermédiaires entre de plus gros volumes, tels des sphères, disques épais ou cylindres figurés.

Références comparatives

43Lit inv. 63317 : fragments catégorie A.1, inv. 63317.13 dans le présent catalogue.

Lit inv. 63318 : fragments catégorie A.1, inv. 63318.12, .16, .24 dans le présent catalogue.

Montant en bronze de Modène : Ortalli 1988, p. 345, fig. 272, p. 353, fig. 280.

Éléments de lit en ivoire de Fréhat En-Nufégi : Bernard 1970, p. 335, fig. 8.

Montant en albâtre (gypse) de Bolsena : Sordini 1893, p. 66.

Élément de lit en os de Teramo : D’Agata, Barbetta 1997, A3, A10 et A15, p. 298, fig. 22-23.

Élément de lit en os de Mortara : Bianchi 2004, pl. I, no 7, p. 356.

Pied de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A2 et A6, p. 4.

Élément de lit en os de l’Esquilin à Rome : Talamo 1987-1988, A1 et A5, p. 28, fig. 16a.

Élément de montant en bois du Fayoum : Petrie 1927, pl. XL, no 14.

Élément de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 194, fig. 6, no 3.

Élément de lit en os de Colatio : Groh 2007, A5 et A10, p. 429-430, fig. 7.

Description de A.2

Fragments de bobines 2050.65, .91, .93, .92

44Éléments à silhouette circulaire en forme de bobine, parmi lesquels 2050.91 et .92 sont composés de deux fragments assemblés et collés. Les deux extrémités sont moulurées en bandes saillantes et anguleuses, dont les bords sont verticaux pour la plupart, tandis que la partie centrale est concave, selon une incurvation plus ou moins développée. L’action de la chaleur a fortement déformé les silhouettes et a fait varier les diamètres internes, qui diffèrent donc notablement les uns des autres (entre 0,6 et 1,3 cm), mais ce constat ne permet de tirer aucune conclusion sur le ou les diamètres d’origine (voir à ce sujet en chapitre 1, la partie sur la constitution de l’ivoire et les conséquences du processus de la crémation,), que l’on suppose autour d’un centimètre ou peut-être légèrement davantage. Seul 2050.92 comporte une tranche à ressaut à l’une de ses extrémités. Ces bobines servaient de lien entre des éléments en volumes, comme des sphères, des disque larges ou des cloches.

Fragments de cylindres moulurés 2050.76b, .81, .83, .84, .96

45Fragments de forme circulaire à profils externes lisses et concaves avec moulure à une extrémité, tandis que l’autre est brisée. Les moulures sont constituées d’une tranche supérieure assez épaisse et dominant un listel plat en arête, rehaussé pour 2050.83 d’un liseré saillant et fin. L’intérieur, lisse et sans ressaut, présente pour chaque fragment une forme cylindrique, ainsi que devait l’être aussi le corps extérieur qui semble amorcer une descente verticale droite. Il s’agit vraisemblablement de bords supérieurs d’éléments à corps cylindrique, dont il est impossible de déterminer les hauteurs mais qui étaient enfilés directement sur l’âme de fer du montant.

Références comparatives

46Éléments de bobines de lit en os d’Avenches : ­Castella 2002, p. 94, fig. 32, nos 200-203.

Élément de bobines de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A4, p. 4.

Éléments de bobines de lit en os de Norcia : Pasqui 1890, pl. II, fig. 1.

Élément de bobine de lit en os d’Acquasparta, Monacchi 1990-1991, A.6, p. 125, fig. 26.

Élément de lit en os de Teramo : D’Agata, Barbetta 1997, A3 et A15, p. 298, fig. 22-23.

Élément de lit en os de Colatio : Groh 2007, A2, p. 419-420, fig. 1.

Élément de lit en os de Baldersdorf : Groh 2007, p. 427-428, fig. 5.

Description

47Inv. 2050.67. Fragment de petite taille à profil externe lisse et non incurvé, tout comme la paroi interne qui lui est parallèle. La tranche en forme de demi-lune est parfaitement plate aux deux extrémités. Ce fragment est la partie centrale d’un élément plus important et plus large, dont les épaisseurs ont disparu.

48Inv. 2050.90. Fragment en partie comparable à 2050.76b, pourvu d’une légère moulure à une extrémité dont la tranche est plate. L’intérieur a en partie disparu.

49Inv. 2050.88. Fragment également comparable à 2050.76b, mais dont il ne subsiste qu’une petite partie de la fine paroi externe, correspondant ici sans doute à un morceau de cerne de l’ivoire désolidarisé du reste. Il est aussi pourvu d’une fine moulure.

50Inv. 2050.202. Fragment dont la paroi externe présente un aspect très irrégulier, signe peut-être d’un reste de décoration sculptée. L’intérieur, très abîmé lui aussi, ne permet pas de déterminer de diamètre.

Description

51Fragments particulièrement intéressants et pour une part bien conservés. Leur silhouette évoque la base d’une colonne de type ionique, avec un tore surmonté d’une moulure fine et plate, à quoi succède en remontant une paroi concave laissant ensuite place au fût vertical, dont n’est conservé ici que l’élan initial. Le dessous des fragments est quant à lui plat. Il s’agit ici sans hésitation d’éléments constitutifs d’un pied proprement dit du lit, en contact direct avec le sol. L’observation de l’intérieur permet de comprendre la constitution de cette partie du montant : les stries verticales constitutives de l’ivoire, nettement visibles sur 2050.87, montrent que l’élément a été taillé et sculpté dans le matériau plein, précisément dans le sens du fil de la défense. Mais cet élément s’est brisé sous l’action de la chaleur, laissant apparaître en partie supérieure un rectangle poli par l’artisan, incurvé de manière concave et créant ainsi un creux dans la pièce, façonné à la gouge, destiné à recevoir l’extrémité inférieure de l’âme de fer. Cette tige reposait donc sur un ressaut dans l’épaisseur de l’ivoire, avec probablement une partie plus fine en contact avec le sol.

Références comparatives

52Aucune forme de pied connue n’est identique, mais les comparaisons sont utiles :
Lit inv. 63317 : fragments catégorie A.2, inv. 63317.18, dans le présent catalogue.
Lit inv. 63318 : fragments catégorie A.1, inv. 63318.23, dans le présent catalogue.
Montant en ivoire d’Aï Khanoum : Bernard 1970, p. 333, fig. 6.
Pied de lit en ivoire de Fréhat En-Nufégi : Bernard 1970, p. 335, fig. 8.
Pied de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A2, p. 4.
Pied de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 194, fig. 6, nos 1-2.
Pieds de lit en os d’Avenches : Schenk 2008, p. 292, fig. 134, nos 1107-1109.

Description de A.3

53Cing fragments à silhouette circulaire, dont l’un (2050.99a) est composé de deux pièces assemblées et collées. Il s’agit de parties de disques aux diamètres comparables (autour de 4 cm) et à l’épaisseur similaire, variant entre 0,2 et 0,3 cm. L’observation de chacun d’entre eux montre la forme concentrique des cernes d’âge de la matière, ainsi que les stries de débitage et de tournage, indiquant qu’ils ont été taillés dans le sens de la largeur de la défense, en quelque sorte « en tranche », et travaillés dans le massif de l’ivoire. Les stries de l’outillage du tournage sont particulièrement bien visibles sur 2050.99a.

542050.95. Les deux côtés curvilignes de ce fragment de disque sont parallèles et l’extérieur est pourvu d’un reste de moulure, légèrement surélevée par rapport au plat central. La largeur conséquente du diamètre interne indique qu’il appartenait à un élément surmonté d’un autre dont le diamètre était plus réduit en sa base, peut-être un cylindre figuré. La surface de l’avers présente une fine couche marron orangé écaillée, restes probables d’une pellicule de couleur.

552050.99a. Deux fragments assemblés de disque avec bord se terminant en biseau. L’avers est ainsi très légèrement bombé, tandis que le revers est plat. Cet élément devait constituer la partie supérieure ou inférieure d’une pièce circulaire plus épaisse, tel un disque ou une sphère aplatie. Il est difficile de dire s’il était ou non percé au centre. Son emplacement sur le lit est donc particulièrement hypothétique : disque sur montant, ou disque décoratif sur le cadre.

562050.100b. Même description que pour .99a, mais seule la partie centrale du disque a subsisté.

572050.117. Fragment plat sur l’avers et le revers, constitutif d’un disque plat, dont il n’est pas possible de dire s’il était plein ou non.

582050.57. Il s’agit du seul fragment circulaire plat pourvu d’une tranche à ressaut en son bord interne, dont le diamètre est assez large et comparable à celui de 2050.95. Il pourrait s’agir de la partie supérieure ou inférieure d’un volume discoïdal ou sphérique aplati.

Références comparatives

59Élément de lit en os d’Aquinum : Pracchia, Carcieri 2008, p. 55, pl. 7, d et h.

Élément de lit en os de Colatio : Groh 2007, p. 419-420, fig. 1, A6.

Élément de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 195, fig. 7, n13.

Description

60Les fragments des deux pages précédentes présentent l’écueil d’avoir subi une forte déformation sous l’action de la chaleur du bûcher, ce qui pose le problème de leur forme originelle et rend relatives leurs restitutions graphiques.

Bords d’éléments campaniformes 2050.72, .68, .74

61Trois fragments fins à silhouette circulaire, complets sur leur ligne supérieure mais dont la partie inférieure a disparu. Le premier est constitué de quatre pièces assemblées et collées, le troisième de deux. Les bords supérieurs sont pourvus d’une moulure plate sur le dessus, qui se prolonge vers le bas en un angle rentrant, avant de se développer en un début de paroi de forme concave, très fortement accentuée pour 2050.74, conséquence de l’action de la chaleur et qui en fausse considérablement la forme. Les parties internes de ces bords présentent une arête arrondie (absente sur 2050.68) en ressaut, formant une petite mortaise. Au vu de leur forme globale, ces fragments composaient manifestement un bord supérieur d’élément campaniforme, peut-être le chapiteau d’un montant, c’est-à-dire son extrémité supérieure reposant juste sous le châssis. Ils étaient fixés sur un rehaut de bois, lui-même enfilé sur l’âme de fer.

622050.204. Petit fragment de forme circulaire, à bord mouluré vertical sur une extrémité, et pourvu d’une tranche à ressaut en paroi interne. Sa taille trop réduite ne permet pas d’en déterminer le diamètre, ni non plus son emplacement sur le montant. Il appartenait probablement à un volume de type campaniforme.

Bords de cloche ou d’élément cupuliforme 2050.73a, .73b, .194

63Trois fragments de forme circulaire, complets sur la ligne inférieure mais dont la partie supérieure a disparu. Les profils externes sont lisses et concaves et comportent à leur base une moulure plate, inclinée vers l’intérieur. Les parties internes présentent une légère incision anguleuse en forme de mortaise. Ces trois fragments étaient probablement constitutifs de la partie inférieure d’un élément campaniforme en cloche ou cupuliforme, comportant une base large et plate, puis remontant par rétrécissement en une ligne bombée. Cet élément, positionné sur la partie basse du montant, était composé d’un placage en ivoire recouvrant un rehaut de bois, lui-même enfilé sur l’âme de fer.

Références comparatives

64Lit inv. 63317 : fragments catégorie A.4.1, inv.  3317.14, .15, .42, dans le présent catalogue.

Lit inv. 63318 : fragment catégorie A.4.1, inv. 63318.17, dans le présent catalogue.

Cloche du lit en ivoire d’Aï Khanoum : Bernard 1970, p. 329, pl. XX.

Cloche du lit en ivoire de Fréhat En-Nufégi : ­Bernard 1970, p. 335, fig. 8.

Cloche du lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A3, p. 4 et fig. 2.

Élément de chapiteau du lit en os de Cucuron : Béal 1991, p. 291, fig. 3, no 5.

Élément de chapiteau du lit en os de Norcia : Pasqui 1890, pl. II, fig. 1.

Description

652050.53. Fragment circulaire très légèrement bombé, qui présente un fin ressaut sur le bord extérieur de l’avers. Ce ressaut est le résultat du tournage, comme le suggère la fine et irrégulière incision qui le longe à l’intérieur. Sont par ailleurs nettement visibles de ce même côté les gerces transversales ayant désolidarisé les cernes de l’ivoire, tandis que le revers présente des stries de tournage. Il devait probablement s’agir d’un disque plein, constitutif peut-être de la base interne d’un pommeau, c’est-à-dire la partie bombée supportant le fulcrum, fixée à un angle du châssis et reliée au montant par l’âme de fer.

662050.101a. Mêmes caractéristiques générales que le précédent ; ce fragment de disque a en outre conservé en sa partie centrale pleine une petite cavité circulaire et concave, témoignage du travail de tournage. Cette cavité, qui indique le centre du disque, permet par conséquent d’en calculer aisément le diamètre. Il est intéressant d’observer aussi les cernes courbes de l’ivoire sur l’avers, ainsi que les stries concentriques du tournage sur le revers.

672050.101b. Mêmes caractéristiques générales que les deux précédents. On distingue sur le champ les fines stries rayonnantes entrecroisées en courbes convexes de l’ivoire.

Référence comparative

68Élément de lit en os d’Aquinum : Carcieri, Montanelli 2008, p. 77, fig. 1.

Description de A.4.3

69Six fragments discoïdaux à profil légèrement bombé.

702050.100a. Fragment annulaire légèrement bombé, dont la profondeur a été réduite par la disparition des cernes de l’ivoire, allant dans le sens de l’incurvation de l’élément, et donnant ainsi l’impression d’un arrondi régulier à l’intérieur. Le bord externe a quant à lui conservé une petite partie du biseau dont le disque était pourvu à l’origine, mais la chaleur du bûcher a déformé la régularité du bombé de l’ensemble. Comme pour les éléments de A.3, est visible la forme concentrique des cernes d’âge de la matière, ainsi que les stries de débitage et de tournage, indiquant qu’ils ont été taillés dans le sens de la largeur de la défense, en quelque sorte « en tranche », et travaillés dans le massif.

712050.106. Fragment annulaire légèrement bombé, dont une partie du bord extérieur plat et la totalité du bord intérieur, plat lui aussi, sont conservés, ce qui permet d’en appréhender la forme générale. Il s’agit d’un anneau qui devait constituer la partie supérieure ou inférieure d’un élément à silhouette sphérique ou bien torique.

722050.105. Fragment circulaire légèrement bombé, dont le seul bord - partiellement - conservé est le bord curviligne extérieur, qui n’est pas pourvu de moulure. Le diamètre externe n’est pas déterminable précisément, mais trouve comparaison avec 2050.106. Il est intéressant d’observer que .105 et .106 ont été taillé dans le sens des cernes, c’est-à-dire dans le sens du fil de la défense, et non en tranche, comme c’est le cas pour .100a.

732050.206. Même description que le précédent.

742050.48. Fragment discoïdal légèrement bombé, dont une partie des bords incurvés intérieur et extérieur a été conservée. L’épaisseur de la pièce est plus importante que celle des précédents.

752050.107. Fragment discoïdal légèrement bombé en son revers et présentant sur l’avers un renflement bombé parallèle au bord interne, qui est lui-même constitué en tranche à ressaut, destiné à accueillir un autre élément à tenon. Il s’agit probablement d’un fragment constitutif de la partie supérieure d’un volume sphérique plus ou moins aplati.

Références comparatives

76Élément de lit en os de Colatio : Groh 2007, A3, p. 423-424, fig. 3.

Élément de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A7, fig. 1.

Élément de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 194, , fig. 6, no 7, p. 195, fig. 7, no 11.

Élément de lit en os de Norcia : Pasqui 1890, pl. II, fig. 1.

Élément de lit en os de l’Esquilin à Rome : Talamo 1987-1988, A6a, p. 28, fig. 16a.

Élément de lit en os de Saint-Paul-Trois-Châteaux : Bel 2002, p. 211, fig. 214, no 35.

Élément de lit en os d’Aoste : Mollo Mezzena 2005, p. 155, fig. 24.

Élément de lit en os d’Amplero : Letta 1984, A.12.a, p. 76, fig. 3.

Éléments de lit en os de Crémone : Bianchi 2000, A.b.I.9 et A.b.I.10, p. 28.

Éléments de lit en os de Fossa : Copersino 2003 : G1q, G2r, p. 180, pl. 136.

Description

772050.63, .63c, .64a
Fragments annulaires plats sur la paroi externe et sur la tranche. Leur état de conservation très incomplet permet d’en déterminer la hauteur, mais pas la profondeur ni le diamètre. On peut observer, sur .63 surtout, fragment composé de deux pièces assemblées et collées, les cernes de l’ivoire désolidarisées les unes des autres horizontalement, et fendues chacune verticalement, ce qui indique que cet élément a été débité et tourné dans la masse, en tranche. Ces pièces, peut-être arrondies à l’extérieur, étaient probablement constitutives de volumes à silhouette sphérique aplatie sur les parties supérieures et inférieures, supportant par exemple un cylindre figuré, ou bien appartenaient à un chapiteau, ou encore à un pommeau.

782050.97a, .97b, .98a, .98b-i
Fragments annulaires bombés à silhouette semi-torique, mais dont une partie de la masse interne a disparu., ce qui interdit d’en préciser le diamètre. Les différences de hauteur sont liées à l’épaisseur conservée, visible sur l’incurvation, qui détermine la surface des parois dans leur profondeur. Ces pièces étaient probablement constitutives de disques épais arrondis sur le bord extérieur et plats sur le dessus et le dessous, tels qu’on peut les observer sur les représentaitons picturales ou sculpturales plus anciennes, dans les mondes grec et hellénistique mais aussi à Persépolis par exemple.

792050.60
Élément à silhouette discoïdale composé de deux fragments assemblés et collés. Le bord extérieur est curviligne mais interrompu par les deux brisures latérales, laissant supposer qu’il se prolongeait en cercle. Le bord intérieur est quant à lui irrégulier et ne constitue pas la ligne d’origine, que l’on peut tout de même présumer parallèle à la première, si l’on en croit l’arrondi rayonnant que forme le dessus de l’ensemble, bien que cet arrondi soit lui aussi interrompu. Le dessous apparaît légèrement concave, mais a perdu une partie de son épaisseur. Il est donc difficile d’affirmer s’il était ou non plat, mais cette pièce constituait manifestement une partie d’anneau torique ou semi-torique.

Références comparatives

80Lit inv. 63318 : fragments catégorie A.4.4, inv. 63318.04a à .07a, dans le présent catalogue.

Éléments de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A7, fig. 1.

Disque de montant en bois du Fayoum : Petrie 1927, pl. XL, no 14.

Élément de lit en os d’Aquinum : Pracchia, Carcieri 2008, p. 55, pl. 7, l.

Élément de lit en os de Cucuron : Béal 1991, p. 291, fig. 3, no 9.

Élément de pommeau du lit en os d’Aquinum : Carcieri, Montanelli 2008, p. 77, fig. 1.

Élément de pommeau du montant en albâtre (gypse) de Bolsena : Sordini 1893, p. 66.

Éléments de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 195, fig. 7, no 10.

Élément de lit en os d’Acquasparta : Monacchi 1990-1991, A.2, p. 120, fig. 23.

Élément de lit en os de Saint-Paul-Trois-Châteaux : Bel 2002, p. 211, fig. 214, no 33.

Élément de lit en os de Cerveteri : Bianchi 2006, p. 59, pl. XVIII, no 31.

Éléments de lit en os de Crémone : Bianchi 2000, A.b.VII.1-A.b.VII.7, p. 41, et A.b.VIII.3, p. 42.

Éléments de lit en os de S. Prospero (Imola) : Guarnieri 1993, p. 172, fig. 3 (p. 173, fig. 4, no 7).

Représentation d’un trône (embrasure de la porte orientale) et d’un siège en bas-relief sur l’Apadana de Persépolis, avec superposition de trois anneaux toriques.

Représentation d’anneaux sur montants de lit, cratère à figures rouge dit « des funérailles de Patrocle », Peintre de Darius, MANN, inv. 81393.

Représentation d’anneaux toriques de lits maçonnés à Alexandrie (iie s. av. J.-C.) : Guimier-Sorbets 2002b, p. 538, cat. no 8 et p. 570, fig. 10, p. 539, cat. no 11 et p. 571, fig. 12.

Représentation d’anneaux discoïdaux sur montants de lit, laraire du Rione Terra de Pouzzoles : voir pl. XXV, no 1.

Élément de lit en os d’Aquinum (fin iie-déb. ier s. av. J.-C.) : Pracchia, Carcieri 2008, p. 55, pl. 7, élément j. La comparaison n’est pas tout à fait pertinente, car l’épaisseur est pour Aquinum plus importante et les surfaces inférieures et supérieures plus arrondies.

Représentation picturale d’anneaux toriques de lits : Pompéi, Casa del Larario del Sarno (I 14, 7), cadre avec scène de banquet, jardin. La qualité technique de la représentation est certes très approximative, mais on y distingue parfaitement les anneaux sur les montants.

Description

812050.80a. Fragment de forme circulaire lisse et à profil externe légèrement concave, constitué d’un bord à fine moulure arrondie à l’extérieur et légèrement bombé sur le dessus, en direction de l’intérieur. Il ne comporte ni tenon ni mortaise. Les trois autres bords ne sont que des brisures, ce qui ne permet pas de déterminer la forme originelle de l’élément ; mais il est probable qu’il s’agissait d’un tronc de cône d’un diamètre moyen, pourvu d’un rehaut de bois à l’intérieur, enfilé sur l’âme de fer. Cet élément était peut-être placé en partie supérieure d’un pied, dans le prolongement direct d’un autre élément en contact direct avec le sol. Il pouvait aussi constituer un élément intermédiaire entre deux volumes.

822050.167b. Fragment de forme circulaire au profil bombé, constitué d’un bord mouluré presque plat à l’extérieur et plat aussi sur le dessus. La paroi bombée sur le haut entame ensuite une descente vers l’intérieur. Les trois autres bords ne sont que des brisures, mais nous pouvons supposer que l’élément complet avait un aspect tronconique de diamètre moyen, comparable à 2050.80a. Son emplacement sur le montant devait se situer entre deux volumes.

832050.188. Fragment annulaire plat, constitué de deux parties distinctes. La première est formée d’un anneau plat dont le bord latéral de l’avers est mouluré en un fin listel, tandis que celui du revers est plat et plus épais ; l’intérieur tubulaire, plat lui aussi, était destiné à recevoir l’âme de fer du montant. De la surface centrale de l’extérieur part la deuxième.

Références comparatives

84Élément de montant en ivoire d’Aï Khanoum : Bernard 1970, p. 333, fig. 6.

Élément de montant en ivoire de Fréhat En-Nufégi : Bernard 1970, p. 335, fig. 8.

Élémént de montant en ivoire de Nysa : Bernard 1970, p. 329, fig. 2, no 6 (le montant est présenté à l’envers).

Élément de lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A2, p. 5.

Éléments de lit en os de Teramo : D’Agata, Barbetta 1997, A10, A11, A16, A34, p. 298, fig. 22.

Élément de lit en os de Saint-Lambert (Fréjus) : Béraud, Gébara 1986, p. 194, fig. 6, no 6.

Élément de lit en os de Cerveteri : Bianchi 2006, p. 58, pl. XVII, no 27.

Description

85Pièce sculptée à décor figuré composé de trois fragments assemblés et collés : le cylindre central, la tête, la base de l’aile gauche. Cette pièce représente le haut d’un buste de personnage ailé dont la partie inférieure, très abîmée, a perdu son relief, ne laissant que l’épaisseur interne du haut du corps. Les deux bras sont également manquants, mais le bas du cou laisse voir une ligne incurvée qui précise la limite du vêtement que portait manifestement le personnage. Cette courbe du cou est encore bien dessinée sur le flanc droit et se prolonge en initiant le haut de l’épaule droite. Les contours de la tête, encore parfaitement conservés, montrent un bas de visage et des joues arrondis, remontant vers une chevelure d’une grande finesse. Les mèches ondulantes sont en effet séparées au centre par une raie qui les fait glisser de chaque côté, et que l’on imagine aisément attachées derrière en chignon, puisqu’aucune ne retombe sur le cou. Un voile est délicatement disposé sur la partie arrière de la tête, qu’il recouvre pour envelopper les côtés arrières de manière dissymétrique, où on en distingue nettement le drapé, du côté droit surtout, et en léger relief préservé du côté gauche. Le visage, très abîmé par les gerçures de l’ivoire dues à la chaleur, a conservé ses principaux constituants : l’incision finement incurvée de la bouche, dont on voit encore l’épaisseur des lèvres ; les parois latérales du nez sur la majorité de sa hauteur. Les yeux enfin, dont le contour sculpté est encore bien visible, et au centre desquels trônent des pupilles rondes, donnant presque vie au visage. Les sourcils, dont le droit est intact, et le grand front qui les domine, achèvent cet ensemble particulièrement harmonieux. De chaque côté du buste, à l’arrière des épaules, s’élevaient des ailes veticales de grande taille, dont la base de la gauche a pu retrouver son fondement après assemblage, et dont la droite a totalement disparu. Se distingue cependant l’épaisseur lisse de l’emplacement d’où elle partait. L’observation de la partie creuse ­cylindrique, à l’intérieur, montre une tranche à ressaut assez basse, indiquant qu’un autre élément venait s’emboîter au-dessus. Elle permet également de constater que cet élément était enfilé directement sur l’âme de fer du montant, dont le diamètre équivalait à un centimètre au moins, peut-être un peu davantage si l’on suppose une contraction de la matière ivoire. La vue de dessus laisse par ailleurs voir l’épaisseur du haut du cylindre, plat sur la tranche et d’un centimètre environ, mais surtout les cernes concentriques de l’ivoire, dont les centrales se trouvent en deçà de l’aile gauche, sur la tranche du cylindre. Cette configuration indique que l’élément a probablement été tourné puis sculpté d’une seule pièce, dans la masse, hypothèse qui suppose par conséquent une défense large et de taille importante. Cette sculpture, malheureusement très parcellaire, représente le haut d’un buste de personnage féminin ailé, certainement une Victoire. La posture et les mouvements de l’ensemble du corps disparu sont difficiles à déterminer, mais les dimensions de la tête (H. 2 cm) et du départ de l’aile permettent un calcul qui donnerait au personnage une hauteur d’environ quatorze centimètres, hors les ailes. Ce chiffre conséquent, augmenté encore par les ailes, devait assurément donner belle allure au montant qui la portait, ainsi qu’aux trois autres qui logiquement devaient être aussi pourvus de ce type de cylindre figuré. Cet élément, l’un des plus importants et des mieux conservés malgré son aspect très fragmentaire, dégage une belle harmonie d’ensemble et illustre la qualité remarquable du lit auquel il appartenait.

Références comparatives

86Cylindre figuré du lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A8a, p. 5.

Cylindre figuré du lit en os d’Aquinum : Pracchia, Carcieri 2008, p. 55, pl. 7, e.

Description

87Pièce sculptée figurée représentant la face d’un visage. Le revers est gercé dans le sens de la hauteur, laissant une moitié plate et l’autre déformée, du fait de la disparition d’une partie de la cerne de l’ivoire. Le visage a conservé toutes ses caractéristiques et tous ses détails. Le menton, dans un arrondi augmenté d’une délicate fossette, se prolonge par des joues régulières jusqu’à des pommettes à peine saillantes, elles-mêmes laissant place aux tempes discrètement rentrantes et interrompues par la chevelure. La bouche, juste fermée, dessine des lèvres charnues comme il convient, la supérieure un peu avancée. Au centre du visage, le nez aux ailes harmonieuses et étirées laisse entrevoir les narines, du milieu desquelles remonte un lobe aux courbes arrondies prolongé par un dos droit, fin et régulier. La racine sépare ensuite les deux yeux élongés en amande, dont on voit parfaitement les pupilles rondes et creusées. Ce dernier détail indique qu’elles étaient peut-être rehaussées d’un matériau différent, comme de la pâte de verre. Quant aux paupières, elles cernent l’ensemble avec un réalisme étonnant, dans la finesse et la précision de la forme. Les sourcils discrets initient un front assez marqué, dont l’aspect est accentué encore par la déformation de l’ivoire, fissuré ici davantage que sur le reste du visage. Puis vient la chevelure, parfaitement coiffée avec une raie centrale séparant les mèches ondulantes tirées vers l’arrière, puis cachées à partir du milieu de la tête sous un voile disposé transversalement puis tombant de chaque côté, ne laissant pas non plus à la vue les oreilles.

88Le remarquable état de conservation de cette pièce permet d’observer la précision des moindres détails et la grande maitrise technique et artistique du sculpteur. La taille du personnage en pied auquel il appartient est estimée entre 12 et 12,5 cm. L’identification avec une Victoire ailée, par comparaison et association avec la précédente (2050.01, légèrement plus grande), semble ici cohérente, d’autant qu’un nombre important de fragments d’ailes a été conservé.

Références comparatives statuaires : voir pl. XXXI

89No 1, Déméter de Cnide, vers 340-330 ; no 2, tête d’une prêtresse d’Aphrodite, iiie s. av. J.-C., Musée arch. de Nicosie ; no 3, tête de la statue de Vispina Agrippina, époque tibérienne ; no 4, tête de Muse, réplique inspirée d’un modèle hellénistique.

Description

902050.40. Fragment long aux contours arrondis, interrompu en sa partie supérieure interne par une brisure transversale et en son extrémité inférieure par une brisure horizontale. Le haut apparaît plus large que le bas en des formes qui suggèrent la partie supérieure d’un bras droit. La cassure transversale indique le lien avec le corps auquel il appartenait, provenant de la même pièce d’ivoire, sans raccord. Le début de l’arrondi de l’épaule est esquissé sur l’extérieur, et l’angle de cassure montre que le bras était légèrement écarté du corps, lancé un peu vers l’avant.

912050.41. Fragment composé de deux parties et comparable au précédent : il s’agit d’un haut de bras gauche prolongé par le début de l’épaule, encore attaché au flanc gauche du buste. Le plat arrière du bras indique que celui-ci devait être reculé vers l’arrière, le coude plié.

922050.38a. Fragment ayant conservé la partie avant d’une main gauche. Le dos a disparu, ne laissant visible que l’intérieur de la matière, mais le pouce, l’index et le majeur sont en position ouverte et tendue, légèrement vers l’intérieur, le premier écarté. De l’annulaire et l’auriculaire en revanche n’est visible que la première phalange proximale : il semble bien que les autres soient repliées vers l’intérieur, dans la position d’enserrer quelque chose. À y regarder de plus près, on s’aperçoit en effet que la main est en contact avec un support aux courbes ondulantes, qui s’apparentent aux plis d’un drapé. Ainsi les deux doigts repliés tiennent-ils vraisemblablement un de ces plis, tombant verticalement si l’on dispose la main dans le prolongement incliné transeversalement de l’avant-bras puis du coude légèrement plié disparus. Cette position correspond parfaitement à ce que l’on peut trouver fréquemment. L’arrière, irrégulier et fissuré mais à tendance plate, semble se rapporcher du dessus de 2050.37.

932050.37. Ce fragment, d’un plat irrégulier et fissuré sur le dessus et le dessous, présente sur deux parois latérales des ondulations très comparables à celles du précédent, s’amplifiant cependant vers le bas. Ces ondulations pourraient s’apparenter au prolongement des plis du drapé tenu dans la main décrite ci-avant.

942050.38b. Fragment ayant conservé la partie avant d’une main gauche. L’épaisseur du dos a disparu, ainsi que le pouce et l’auriculaire, mais subsistent intacts l’index et le majeur, ainsi qu’une partie de l’annulaire. Comme 2050.38a, cette main est refermée sur un objet, ici allongé et sans doute rigide, dont on perçoit les extrémités brisée de chaque côté.

952050.110a et .110b. Deux fragments de forme pyramidale, brisés sur le dessus et sur un côté. Les supports en partie inférieure sont plats et horizontaux, et convexes sur le devant. On observe également la forme concave de la paroi verticale, particulièrement lisse sur .110b. Ces fragments appartenaient à des éléments pourvus d’un creux tubulaire en leur centre. La part sculptée conservée, comparable en partie l’une avec l’autre, s’apparente à un pied recouvert d’un drapé, n’en laissant voir que l’extrémité enfilée dans une chaussure fermée. Cette extrémité, sur .110a en particulier, dépasse de la limite lisse et convexe du socle probablement circulaire sur lequel elle repose. Cet indice de pied recouvert de drapé signifierait donc un personnage vêtu jusqu’aux pieds, ce qui n’exclut pas cependant qu’une part du haut du corps fût dénudée.

Références comparatives

96Cylindre figuré en os du lit de Cambridge : Nicholls 1979, A8a, p. 5.

Pied de citharède, fresque d’Herculanum, inv. 9023, MANN : voir pl. XXV, no 2.

Pieds de la statue d’Agrippine en basanite, inspirée d’un modèle grec de la fin du ve-déb. ive s. av. J.-C., inv. 1882, Centrale Montemartini, Rome.

Pied gauche de statuette d’argile, 150-125 av. J.-C., inv. CA2175, musée du Louvre.

Description

972050.04a, .04b, .05. Longues rémiges qui ont conservé les sculptures et incisions du plumage, disposé plus ou moins symétriquement le long de la ligne centrale en relief. Ces pièces appartiennent à la partie inférieure d’une aile de type vertical, affublant en général des personnages anthropomorphes et non des oiseaux ou autres animaux. La chaleur du bûcher a provoqué des déformations et des gerces, qui permettent de déterminer clairement que ces ailes ont été sculptées dans le sens du fil de l’ivoire, peut-être d’une seule pièce avec le corps auquel elle appartenaient. Il semble que .04a et .04b constituent la limite verticale externe d’une aile droite, au vu du bord lisse et régulier. .05, de couleur gris foncé, semble au contaire appartenir à la partie centrale de l’aile, puisque chaque bord latéral est une brisure.

982050.11. Deux fragments assemblés, dont l’arrondi dessine la partie supérieure d’une aile. Le revers, incomplet en son centre, prend une forme concave, tandis que l’avers a perdu son épaisseur externe, qui devait comporter les incisions et sculptures des petites rémiges sur la surface haute et le début des grandes vers le bas. Il est difficile de dire si le revers, fissuré par la désolidarisation des cernes, était lui aussi incisé, mais la surface encore présente ne semble pas l’indiquer, en particulier la petite encore lisse visible en bas à gauche. La tranche à ressaut le long du bord inférieur concave, et qui s’inverse au niveau de la transition entre les deux fragments, indique que l’aile était fixée sur l’épaule droite et dans le dos du personnage. Il s’agit donc d’une partie constitutive d’une aile droite de type vertical, équivalente à celles auxquelles appartiennent 2050.04a, .04b, .05 et .12.

992050.08. Fragment d’aile droite, dont sont conservés les bords supérieur et droit. Les cernes de l’ivoire se sont en partie désolidarisées, et les incisions des rémiges sur l’avers ne sont qu’à peine visibles. Il s’agit de l’extrémité supérieure externe de l’aile.

1002050.09. Fragment d’aile droite, dont l’avers comprend une transition entre les petites rémiges, sur le haut de l’aile, et les grandes, situées sur le bas. Comme pour 2050.11, la vue de profil montre une incurvation concave et un revers probablement lisse.

1012050.13a, .13b. Fragments constituant de l’épaisseur interne constitutive d’aile, dont un bord est encore visible.

1022050.14. Fragment de bas d’aile dont le bord extérieur est fin et comme biseauté. Aucune trace d’incision n’est visible et une bonne partie de la surface est recouverte d’une couche d’oxydation, peut-être en rapport avec l’âme de fer du montant.

1032050.196c. Fragment de partie haute d’aile. Les petites rémiges ont ici conservé bien visible tout leur relief malgré une désolidarisation des cernes de l’ivoire, et il est difficile de savoir s’il s’agit d’un fragment appartentant à une aile droite ou à une aile gauche, et même de type vertical ou horizontal.

Références comparatives

104Amour ailé de lit en os (ivoire ?) d’Aielli : Copersino 2001, p. 243 : voir pl. XXX, no 1.

Personnage ailé du lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, A8a, p. 3, fig. 1.

Cylindre figuré du lit en os d’Aquinum : Bellini 2008, p. 44-45, fig. 5 : voir pl. X, no 1.

Personnage ailé du lit en os de Teramo : D’Agata, Barbetta 1997, B2, p. 298, fig. 22.

Personnages ailés du lit en os de l’Esquilin à Rome : Talamo 1987-1988, p. 29, fig. 16b.

Cheval ailé du lit en os d’Aoste : Mollo Mezzena 2005, p. 155, fig. 24.

Personnage ailé de lit en os d’Aquilée : Giovannini 2002, p. 228.

Eros et sphinge de lit en os d’Ostie : Pellegrino 1999, p. 62, fig. 26 et 28.

Description

1052050.03. Ce fragment est composé de deux parties distinctes. La première laisse voir une épaisseur verticale et presque lisse d’ivoire, dont les motifs sculptés de surface ont malheureusement disparu. La seconde dessine le départ d’une aile droite, qui a gardé une épaisseur importante et dont les incisions représentant les rémiges sont en partie encore visibles sur l’avers, malgré une apparence très abîmée. La vue de profil présentée ici montre que le corps disparu a été sculpté d’un seul bloc avec l’aile, dans la masse et dans le sens du fil de l’ivoire. L’incurvation du bord supérieur de l’aile permet de supposer que celle-ci était du type vertical.

1062050.06. Fragment qui comprend une petite partie d’aile incurvée vers l’intérieur et dont on voit le relief et le plumage ; elle est disposée le long d’un relief dont l’identification pose problème. Le côté opposé à l’aile est en effet de texture lisse, comme s’il s’agissait de la surface du corps, lui-même interrompu par une rupture transversale démarrant de l’aile et formant un angle fermé avec elle, pour en rejoindre ensuite perpendiculairement le côté opposé et constituer ainsi un bord, qui est en réalité une brisure si l’on observe le revers du fragment, tout comme l’est le quatrième bord. Le revers, incomplet lui aussi, présente une incurvation large fissurée, qui laisse supposer l’orientation de l’élément dans sa globalité, si l’on suit le fil de l’ivoire. La configuration de ce fragment en oriente l’appartenance à un corps d’oiseau, ou de personnage qui s’en rapprocherait.

1072050.18, .20, .28. Fragments ayant subi un fort impact de la chaleur, mais comportant des incisions latérales de rémiges. Le volume central de l’ivoire est fortement fissuré et éclaté. Comme les précédents, ils appartiennent à des corps d’oiseaux ou anthropomorphes.

1082050.34. Fragment très abîmé par la chaleur, qui a entraîné la disparition de la surface sculptée. Il s’agit probablement de l’épaisseur interne d’une partie de corps affublée d’une base interne d’aile droite, également fragmentaire, et comparable à 2050.03.

Description

Cinq fragments appartenant à des cylindres figurés. Des motifs difficilement déterminables en haut ou bas-relief sont visibles sur chacun d’entre eux, excepté pour 2050.21.

2050.21. La chaleur du bûcher a entraîné une forte fragmentation et la disparition de la surface sculptée. Il pourrait s’agir d’une base d’aile gauche avec épaisseur de corps, comparable à 2050.34. L’intérieur est très légèrement concave.

2050.24. Fragment avec partie verticale d’élément sculpté probablement en haut-relief, et dont la paroi interne est concave.

2050.25. Même description sur le précédent, mais avec élément sculpté en bas-relief.

2050.27. Même description que .25.

2050.54. Fragment comportant trois éléments verticaux sculptés en haut-relief. L’intérieur est très irrégulier mais tend vers le plat.

Description

1092050.112. Fragment d’applique décorée à revers plat. Deux volutes symétriques dont la base est manquante partent vers le haut et sont reliées en leur faîte par un relief en ligne montante brisée en son centre, de laquelle démarrent un minimum de neuf tiges orientées verticalement, celle sur les côtés s’inclinant progressivement vers l’extérieur. Il s’agit de la base d’une palmette ouverte à neuf feuilles au moins, pourvue d’un cœur composé des deux lignes supérieures d’un triangle.

1102050.119. Fragment d’applique décorée à revers plat. Le mouvement d’ensemble montre deux lignes concaves en liseré reliées l’une à l’autre, avec un petit motif central. Le liseré courbe supérieur s’apparente à un départ de deux volutes probablement vers le haut et s’enroulant vers l’intérieur. Le liseré courbe inférieur, plus large, pourrait constituer le départ de deux autres volutes inversées plus larges, vers le bas cette fois.

1112050.120. Fragment d’applique décorée à revers plat, dont il est difficile d’affirmer avec certitude le motif global d’appartenance. On distingue une volute vers le haut à départ horizontal qui pourrait constituer la base d’une palmette d’angle, dont on devinerait le départ de la feuille de gauche, ou bien de la volute gauche d’une palmette verticale. Mais il pourrait aussi s’agir, plus probablement, d’un élément de rinceau avec tige en volute.

1122050.153. Fragment d’applique décorée à revers plat, qui présente la base d’une palmette, avec un cœur en écaille non bordé et deux volutes symétriques vers le haut. On distingue également le départ de sept feuilles, trois à gauche et quatre à droite, ce qui laisse supposer qu’il devait s’agir d’une palmette à neuf feuilles avec une centrale et quatre de chaque côté.

1132050.154. Fragment d’applique décorée à revers plat, constitué essentiellement de l’œil d’une volute vers le haut. Une incision verticale légèrement incurvée traverse la partie droite, tandis qu’un morceau de bande elle aussi légèrement incurvée vers le haut est conservé sur la partie gauche.

1142050.186. Fragment d’applique décorée à revers plat qui a conservé trois morceaux centraux de tiges de palmette, dont celle de droite s’incline franchement vers la droite.

1152050.111. Fragment d’applique décorée à revers plat, dont il est difficile de déterminer le motif. La partie gauche a conservé une ligne courbe concave vers le haut qui est surmontée par un ensemble incisé limité latéralement par deux lignes rentrantes. Les incisions laissent penser à un motif végétal. La partie droite, sculptée en arrondi en son bas, présente une forme indéterminable. Le bord inférieur du fragment apparaît intact, au contraire de tous les autres qui ne sont que des brisures.

1162050.196a. Fragment d’applique décorée à revers plat. Les reliefs sculptés ont en partie disparu, mais le long du bord inférieur a été conservée une bande au relief arrondi qui se termine sur la gauche par une volute vers le haut. Il pourrait donc s’agir d’un élément en tige de frise avec mélange de motifs géométriques et végétaux.

1172050.195. Fragment d’applique décorée à revers plat. Les motifs se déclinent en lignes courbes orientées verticalement, certaines en creux alternant avec d’autres en relief. La restitution graphique permet de comprendre qu’il s’agit ici de la partie centrale d’une feuille d’acanthe.

1182050.196b. Fragment d’applique décorée à revers plat, dont il n’est pas possible de déterminer les motifs, dont les reliefs ont en partie disparu.

1192050.205. Même description que le précédent, avec un relief bombé sur la partie basse.

1202050.196f. Fragment à revers plat, probablement d’applique. L’avers est composé d’une partie lisse à deux légères pentes latérales se terminant au centre en fine arête, et d’une autre qui est une cassure.

Références comparatives

121Ginouvès 1985, pl. 50-51, 59, 61, 63.

Talamo 1987-1988, p. 61, fig. 72, 74, 76, p. 63, fig. 80-81, 84.

Mollo Mezzena 2005, p. 145, fig. 3.

Borriello 1986, p. 233, no 15 ; MANN, inv. 109900 (voir pl. V, no 5).

Description

1222050.162. Fragment de bandeau lisse et étroit à revers plat, dont les côtés longs sont intacts sur l’essentiel de leur longueur. Il pouvait constituer une partie de bandeau intermédiaire entre les bords du cadre et les éléments décoratifs du centre.

1232050.109. Même description que le précédent, mais l’épaisseur du fragment est ici plus importante.

1242050.167a. Fragment de bord de garniture lisse et à revers plat. La bande supérieure, au côté parfaitement rectiligne, diffère du bas par un important contraste de couleur, passant du jaune au gris charbonneux par une séparation elle aussi rectiligne. Cet indice indique la présence de polychromie.

1252050.173, .174, .176. Trois fragments de garniture lisse, dont les deux premiers sont chacun composés de deux éléments assemblés. Leur déformation est due à la chaleur du bûcher, qui a également provoqué des variations de couleurs. Le gris charbonneux de .174, comparable à celui de 2050.167a, suggère aussi la présence de polychromie. Il est intéressant d’observer sur le revers de .173 et .176 les doubles liserés transversaux rectilignes très fins, traces de l’utilisation par l’artisan d’un ciseau à tranchant denté. Ces fragments témoignent de l’épaisseur conséquente du cadre du lit, nécessaire pour intégrer parties lisses et parties sculptées, et cernaient de possibles motifs figurés qui ornaient les angles.

Références comparatives

126Cadre du lit en os de l’Esquilin : Talamo 1987-1988, p. 29, fig. 16b.

Cadre du lit en os d’Aoste : Mollo Mezzena 2005, p. 155, fig. 24.

Cadre du lit en os de Cambridge : Nicholls 1979, B1, B4 et B6, p. 6, fig. 3.

Description

1272050.157b. Élément plat et lisse, de forme trapézoïdale aux quatre côtés rectilignes. Il s’intégrait probablement dans une garniture ou bandeau tels que 2050.109 ou .162.

1282050.26. Fragment en partie déformé pourvu d’un liseré d’un demi centimètre de large. Les bords informes ne permettent pas de déterminer un emplacement précis, mais son revers plat laisse supposer un revêtement du cadre.

Référence comparative

129Liseré de décoration sur marbre : Bassi 1994, fig. 5, p. 56.

Description de D.2

1302050.15. Fragment constitutif d’épaisseur interne de placage. Le bord légèrement concave, qui a conservé des restes de moulure, pourrait être assimilé au bord mouluré d’un champ de fulcrum.

1312050.115. Fragment en demi-lune constitué d’un support plat recouvert par un élément bombé en deux parties disctinctes. La brisure transversale ne permet pas de déterminer la forme de l’objet sculpté, mais il est possible qu’il s’agisse là d’une partie latérale de buste ornant un médaillon de fulcrum, peut-être une épaule.

1322050.116. Fragment en quart de lune constitué d’un support plat, sur lequel repose un volume ressemblant à une main refermée sur elle-même, longée par un rehaut le long du bord le plus long. Ce fragment appartient peut-être au champ ou au médaillon d’un fulcrum.

1332050.201. Fragment à revers plat dont l’avers est constitué d’un relief arrondi en demi-lune. L’un des bords, concave, fait face à un autre rectiligne qui est en réalité une brisure. Les bords latéraux sont quant à eux rentrants et légèrement convexes, et pourvus d’un léger ressaut avec fine arête saillante. Il pourrait s’agir d’un élément constitutif de médaillon, ou bien de la partie transitoire entre le champ et le couronnement d’un fulcrum.

1342050.157c. Fragment à silhouette trapézoïdale plat sur le revers et pourvu d’une moulure longiligne centrale sur l’avers. Il pourrait s’agir d’une partie constitutive d’un éperon de fulcrum.

1352050.165. Fragment indéterminé à revers plat.

1362050.169. Fragment long, plat sur le revers et sur l’avers. Deux des bords sont intacts et suivent une ligne très légèrement convexe. Ils se prolongent l’un lautre en angle ouvert nettement dessiné, tandis que les autres sont des brisures. Cet élément est probablement un bord, mais dont la localisation est problématique.

1372050.196g. Fragment au revers plat constitué d’une moulure légèrement convexe à multiples liserés, appartenant peut-être à un bord de champ de fulcrum.

1382050.17. Fragment à silhouette en demi-lune dont l’intérieur est creusé en arrondi. La surface plate du dessous est une brisure qui rend la déterminaton de son emplacement problématique.

1392050.19. Fragment longiligne pourvu d’un léger relief, mais dont l’identification est impossible.

Références comparatives

140Pour 2050.115 : éléments de lit en os de Crémone : Bianchi 2000, p. 83, nos 11-13.

Pour 2050.116 : Bassi 1994, p. 67, fig. 11, no 6.

Description

1412050.16. Fragment en forme de demi-lune, incomplet en sa partie interne. La surface externe dessine de fines stries concentriques régulières.

1422050.164. Fragment présentant une surface sculptée dont les motifs sont peut-être assimilables à des rémiges d’aile.

1432050.187. Fragment présentant une surface sculptée avec arrondi saillant recouvrant une forme bombée, appartenant à un relief figuré.

Description

144Quinze fragments d’épaisseurs et de tailles variables, constitutifs de parties internes de cylindres figurés ou de volumes ornant les montants. L’action de la chaleur du bûcher a provoqué une désolidarisation des cernes de l’ivoire, faisant disparaître les surfaces sculptées qui ont éclaté les premières et se sont détachées de leur cœur. Certains éléments ici en complètent probablement d’autres conservés mais la déformation de la matière ne permet pas de réassemblages. On observe sur l’intérieur de 2050.43, .132, .71, .133, .138 et .140 l’incurvation concave du vide tubulaire interne à l’élément originel, qui laissait place à l’âme de fer sur laquelle il était enfilé et qui servait d’armature. Il est également intéressant d’examiner la constitution de 2050.135, et .138 qui montre que l’artisan a travaillé l’ivoire dans la masse de la défense, dont on voit ici le cœur.

Description

145Six fragments d’épaisseurs et de tailles variables constitutifs de parties internes de cylindres figurés ou de volumes ornant les montants. Chacun d’entre eux a conservé une partie de l’incurvation concave interne de l’élément originel, témoignage du vide tubulaire destiné à l’âme de fer du montant. Ce creux tubulaire est particulièrement bien visible sur 2050.70.

1462050.50. Fragment à silhouette anguleuse aux multiples côtés. Les parois latérales les plus larges sont verticales, tandis que la troisième est très irrégulière et la quatrième transversale et légèrement concave. Ces parois ne constituent pas des bords d’origine, contrairement à la tranche supérieure horizontale. Celle-ci est pourvue d’un ressaut convexe à bande étroite, elle aussi horizontale, qui est prolongée à l’intérieur par une mortaise profonde puis une esquisse de ce qui était la paroi interne de l’élément, de forme concave. Cette pièce, brisée de toute part, est donc une tranche verticale de l’extrémité supérieure d’un volume sphérique ou campaniforme, doté d’une partie supérieure plate destinées à recevoir un autre élément emboîté dessus, mais dont il est impossible d’appréhender la forme globale.

Description

1472050.103. Ce fragment comporte un bord rectiligne et plat, tandis que le reste dessine des formes arrondies rentrantes puis fortement convexes.

1482050.104. Fragment plat à silhouette trapézoïdale, dont l’un des côtés est curviligne et convexe. Les trois autres sont des ruptures.

1492050.155. Fragment plat sur l’avers et le revers, mais très déformé par la chaleur du bûcher. Le bord rectiligne conservé laisse supposer un éventuel placage sur le cadre.

1502050.156. Fragment aux multiples formes qui présente une surface manifestement sculptée. L’irrégularité du revers ne permet pas d’en déterminer l’emplacement.

1512050.157a. Fragment à revers plat pourvu d’un relief très détérioré sur l’avers.

1522050.166. Fragment légèrement bombé pourvu sur un côté d’un arrondi concave, qui le suppose appartenir à un élément de montant directement fixé sur l’âme de fer.

1532050.197. Fragment informe mais dont l’intérêt réside dans la présence d’une petite surface subtilement ondulée, présentant une coloration rosée, reste probable de couleur.

1542050.199b. Fragment informe sans doute plat, pourvu d’un bord droit et d’un autre en arrondi convexe. Son identification n’est pas possible.

1552050.200. Même remarque que pour le 2050.197, mais sur une surface plus large. La couleur, d’un rouge orangé, est davantage affectée par la carbonisation.

156Neuf pièces de tailles et de formes diverses. Il s’agit de fragments désolidarisés des volumes auxquels ils appartenaient, et dont ils constituaient une partie de l’épaisseur, qui a éclaté sous l’effet de la chaleur du bûcher. 2050.35 et .196d ainsi probablement que .89 et .163 ont conservé une partie de bord ou de surface d’origine. La détermination de leur emplacement n’est évidemment pas possible.

Description

1572051.123. et .124a. Le premier est un élément composé de deux fragments assemblés et collés. La partie conservée comprend à une extrémité une tête percée en son centre, qui se prolonge en un corps ovoïdal dont le creux du centre dessine d’abord un cercle ouvert puis une arête saillante terminée par un petit segment droit transversal. L’autre extrémité, incomplète, achève la forme ovoïdale par un ressaut sur la tranche et une incision transversale sur le plat. 2051.124a est un fragment de tige plate de forme légèrement courbe. Une des extrémités est intacte et présente des angles arrondis ainsi qu’un petit trou rond, de taille identique à celui de 2051.124. Ces deux éléments fragmentaires, assemblés comme proposé sur la restitution graphique, composent une tige constitutive d’ombrelle ou d’éventail, le flabellum, effet féminin par excellence et signe d’une distinction sociale ostensible.

1582051.124b. Fragment central de tige plate de forme légèrement courbe. Les deux extrémités sont incomplètes car brisées. La largeur d’ensemble ne permet pas de relier cet élément à 2051.123 et .124a, mais il appartient probablement à une autre tige constitutive de l’éventail.

1592051.125. Élément fragmentaire plat de forme allongée et courbe, provenant probablement aussi de l’éventail.

1602051.126. Même description que le précédent.

1612050.131b. Fragment de fine tige ronde dont une des extrémités est conservée. Il pourrait s’agir d’une partie d’épingle.

1622051.127. Fragement d’élément annulaire plat, dont le bord en revers est lisse et plat, et le bord en avers, lui aussi lisse, est légèrement incliné. Le dimètre pourrait laisser penser à une partie de couvercle de pyxide, mais l’absence d’encoche interne pose ici problème.

1632051.131a. Élément allongé déformé par la chaleur, qui présente une fine moulure le long d’un bord, réhaussée par une fine incision centrale qui lui est parallèle. Il s’agit d’un fragment de bord mouluré d’applique en bandeau, appartenant peut-être à la décoration d’un coffret.

1642051.129. Élément non fragmentaire de mobilier. Il s’agit d’un appendice mouluré de forme caractéristique, composé d’une tige circulaire couronnée d’un petit disque, lui-même supportant une sphère étirée et plate sur le dessus. Cet élément était utilisé soit comme bouton de préhension d’objet, tel un couvercle de pyxide ou une porte de coffret, soit comme petit pied de coffret.

1652051.128. Pièce lisse à silhouette arrondie. L’extrémité inférieure est plate tandis que la supérieure est pourvue d’une fine moulure en arête plate. On devine avec l’irrégularité du bord supérieur que l’élément se prolongeait vers le haut en un autre ressaut, mais rien n’indique qu’il allait plus loin. Les tranches présentent une section régulière et plate en biseau, ce qui l’aisse supposer un assemblage pour former la pièce complète. L’intérieur laisse voir une cavité tubulaire cylindrique et un peu irrégulière, interrompue en partie basse, par conséquent fermée, mais qui se prolongeait vers haut au-delà de la moulure. Cette pièce appartenait peut-être à un pied de coffret.

Références comparatives

166Bovero 2014, p. 83-85 (éventail ou ombrelle).

Colivicchi 2007, fig. 44 (éventail ou ombrelle).

Copersino 2001, p. 245 (éventail ou ombrelle).

Béal 1984, p. 19 (appendice mouluré).

Castella 2002, pl. 18, no 89 (appendice mouluré).

Bassi 1994, p. 47, fig. 1, no 5 (épingle avec extrémité arrondie).

Bertrand 2008b, p. 106, fig. 6 (épingle avec extrémité arrondie).

Feugère, Prévot 2008, p. 259, fig. 14, no 5 (épingle avec extrémité arrondie).

Restitution graphique du lit du mausolée A2.

Restitution graphique du lit du mausolée A2.

élaboration G. Stelo et A. Cormier

Notes

1  Ce monument est publié tout ou partie dans : Brun et al. 2000, p. 145-146 ; Brun, Munzi 2002 ; 2007a ; 2008 ; Brun et al. 2009c, p. 659-665 ; 2010b.

2  Pour davantage de précisions, voir Brun et al. 2010b, p. 284.

3  Pour la description et les détails, voir infra p. 112-113.

4  Brun et al. 2010b, p. 288-289.

5  Pour l’urne, voir ci-après.

6  Hesberg 1992, p. 113-134.

7  Hesberg 2006, p. 19.

8  Ibid., p. 33.

9  Balty 2006, p. 49 ; Gros 2006, p. 51-52.

10  Voir De Franciscis, Pane 1954 et Balty 2006 pour de nombreux exemples.

11  Brkojewitsch 2012, p. 346.

12  Gros 2006, p. 52 ; Balty 2006, p. 52 ; Brkojewitsch 2012, p. 345 et n. 378.

13  Ce tronçon de la voie Domitienne reprend le tracé plus ancien existant à l’époque de la construction de A2.

14  Brun et al. 2000, p. 146-147 ; 2009c, p. 687. Au cours du iie s., un petit mausolée en forme de temple sera construit dans l’angle sud-ouest (A5).

15  Voir n. précédente.

16  Brun et al. 2000, p. 147-148 ; 2009c, p. 696-697.

17  Terme désignant l’officiant, employé chez Catulle, LIX, 5, ou Lucain, La Pharsale, VIII, 738.

18  Sur les funérailles et leur déroulement, voir Pellegrino 2001a ; Scheid 2008 ; Blaizot 2009 ; Van Andringa, Duday, Lepetz 2013.

19  Voir Munzi 2008, p. 403.

20  Montalcini 1983, p. 15-16 et fig. 1a-b.

21  Talamo 1987-1988. La datation est un peu plus tardive : début du ier s. apr. J.-C.

22  Repris de Aurigemma 1963, p. 94, fig. 96-97.

23  Maiuri 1927, fig. 13. Ce vase possède un corps totalement lisse, et se trouve augmenté d’un portrait égyptien sculpté constituant le couvercle.

24  Le contenu de l’urne est largement évoqué dans le catalogue détaillé, présenté infra p. 121 et suiv.

25  L’étude est en cours.

26  Voir Brun et al. 2010b, Appendice (H. Duday). Il est à remarquer que très peu de fragments d’ossements humains ont été récoltés hors de l’urne (HU), ce qui signifie donc un tri attentif lors de la récolte dans le bûcher.

27  Voir, par exemple, les fragments 2050.173, .174 et .176.

28  Tels les deux visages féminins 2050. 01 et 02, les hauts d’aile 2050.11 et .03 ou le bas d’aile 2050.29.

29  Tels les nombreux motifs de plumes.

30  On trouvera des exemples d’ailes à orientation horizontale pl. XXXIX, no 4, et pl. XLII, nos 1-2.

31  Voir, par exemple, 2050.18, .34, .03, .06, .20, .21, .54.

32  Inv. 2050.40 et .41.

33  Inv. 2050.38a et .38b.

34  Inv. 2050.110a.

35  Inv. 2050.37.

36  Voir, par exemple, l’Aphrodite de Capoue exposée au MANN, inv. 6017, datée de l’époque d’Hadrien et inspirée d’un modèle hellénistique de la fin du ive s. av. J.-C.

37  Catégorie B.1 dans le catalogue.

38  Catégorie D.2 dans le catalogue.

39  Sur l’usage des baldaquins funéraires, voir Rouveret 1988, pour les Étrusques, et Guimier-Sorbets 2001, p. 220-227, pour les Grecs et les Macédoniens.

40  Voir supra p. 82 et suiv.

41  L’iconographie est ici abordée sous son aspect formel : celui de la symbolique et du sens ostentatoire est développé infra p. 259-261.

42  Voir à ce sujet Sauron 1979, p. 186-187 ; 1981.

43  Sur le lit de Cambridge par exemple.

44  Inv. 2050.01.

45  Inv. 2050.02.

46  Voir supra n. 41.

47  Pour un aperçu global, voir A. Moustaka, A. Goulaki-Voutira, U. Grote, « Nikè », in LIMC, VI, p. 850-904 ; R. Vollkommer, « Victoria », in LIMC, VIII, Suppl., p. 237-269. Voir en dernier lieu Hölscher 1967, pour une analyse approfondie de la Victoria Romana.

48  Beard, North, Price 2006, p. 82.

49  Zanker 1968, p. 25-26.

50  Bragantini 1998, fig. 110 et 131.

51  Voir à ce sujet Cumont 1917, p. 64 sqq. ; 1942, p. 101, 165, 488 ; Turcan 1999, p. 109. Ces analyses méritent cependant d’être relativisées, car il s’agit d’interprétations aujourd’hui sujettes à discussion. Pour l’étude des sarcophages romains, voir également Zanker, Ewald 2008.

52  Zanker 2008, p. 15 et fig. 9.

53  Turcan 1999, p. 109 et fig. 131, pour celui conservé aux Musées du Vatican, fig. 132, pour celui conservé au Camposanto à Pise, fig. 133, pour celui conservé au musée de la Villa Torlonia, à Rome.

54  Voir infra p. 250 et suiv., sur les thématiques iconographiques principales.

55  Mollo Mezzena 2005 et 2007.

56  Victoire en haut-relief de la tombe 216 : Cipollone 2002.

57  Victoire en haut-relief de la tombe 284 (cat. XVI, 20) : Pellegrino 2001.

58  Nicholls 1991, fig. 3b.

59  Voir supra n. 54. Les trois exemples suivants sont représentatifs : R. V. Nicholls pour le lit de Cambridge parle d’une goddess et suggère l’idée de Vénus (Nicholls 1979, p. 15-16) ; à Aquinum, G. R. Bellini suggère la personnification des saisons (Bellini 2008, p. 47), un thème funéraire que développe F. Cumont (Cumont 1942, p. 101 et 489) ; à Crémone, C. Bianchi parle d’une figure aux cheveux bouclés associée aux ailes (pl. XII, no 3a ; Bianchi 2000, p. 55-56, inv. A.c.36 pour le visage, et p. 60-61, inv. A.c.47-50 pour les ailes).

60  Béal 1991a, fig. 7, no 32 et p. 299.

61  Zambito 2010, fig. 1-4.

62  Voir en particulier : la Nikè no 383, ou la Victoire no 14, p. 168 (pour les références du LIMC, se reporter à la n. 47). Voir également ici, pl. XXXIX, no 4, la Victoire en argile du Louvre, datée de la première moitié du iie s. av. J.-C.

63  Ces visages sont décrits en détail dans le catalogue.

64  Voir l’ensemble des représentations de la pl. XXXIX.

65  Ainsi, pl. XXXIX, no 5, le visage de la fanciulla con peplo de la résidence impériale des horti Lamiani, daté de la première moitié du ier s. apr. J.-C.

Table des illustrations

Titre Fig. 7. Mausolée A2.
Légende a. Vue depuis le nord semi-zénithale de la partie conservée : podium et restes de la base inférieure du tambour.
Crédits cliché J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Légende b. Plan du podium au niveau du tambour.
Crédits archives CJB
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 8. Mausolée A2.
Légende a. Coupe nord-sud.
Crédits archives CJB
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende b. Axonométrie.
Crédits élaboration S. Girardot, architecte DPLG
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 9. Mausolée A2, intérieur de la chambre avec le massif de béton recouvrant l’urne et l’entrée au fond.
Crédits cliché J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 10. Mausolée A2.
Légende a. Puits contenant l’urne, au moment de son ouverture.
Crédits cliché J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende b. Urne en albâtre provenant du puits scellé, inv. 2001.06-07.
Crédits Musée archéologique des Champs phlégréens, Baia. Archives CJB, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Restitution graphique du lit du mausolée A2.
Crédits élaboration G. Stelo et A. Cormier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8597/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search