Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Annexes

Annexe 1. Les sources littéraires antiques

Texte intégral

1Sauf mention contraire, les textes et traductions utilisés, et le cas échéant reportés ici, sont issus de la Collection des Universités de France, éditions Les Belles Lettres.

Épitaphes d’eborarii

2CIL, VI, 7655, 7885, 9375, 9397, 33423, 37374a, 37793.

CIL, VI, 33885 (à l’époque d’Hadrien, règlement d’une corporation de marchands associés d’ivoire et de thuya : les negotiatores eborarrii et citrarii).

CIL, IX, 5140.

CIL, XI, 3948 (négociant en ivoire à Capena, 25 km hors de Rome).

AE, 1968, 37.

Anonyme

3Périple de la mer Érythrée (sur le commerce de l’ivoire. Texte écrit probablement par un marchand grec entre 40 et 70 apr. J.-C.).

Appien

4Histoire romaine, Les Guerres civiles, I, 12, 105 (funérailles de Sylla à travers l’Italie entière) :
Καὶ ἐφέρετο ὁ νέκυς ὁ τοῦ Σύλλα διὰ τῆς Ἰταλίας ἐς τὸ ἄστυ ἐπὶ κλίνης χρυσηλάτου καὶ κόσμου βασιλικοῦ.
Et le corps de Sylla fut promené par l’Italie et conduit à Rome sur un lit de parade en or, avec une magnificence royale.

Apulée

5Métamorphoses, I, 16, 4 :
Ascenso grabattulo…
M’étant hissé sur le lit, le grabat.

6Métamorphoses, I, 26, 3 :
Ad illum suum grabattulum…
Jusqu’à son méchant lit.

7Métamorphoses, II, 19, 1 (association de l’ivoire et du bois de thuya comme signe de luxe et de richesse) :
Mensae opipares citro et ebore nitentes, lecti aureis uestibus intecti.
Les tables, d’une magnificence extrême, étaient en bois de citronnier avec des ornements d’ivoire, et les lits recouverts d’étoffes brodées d’or. (La traduction de citro proposée ici est bien sûr à revoir : il s’agit du bois de thuya.)

8Métamorphoses, V, 1 (association de l’ivoire et de l’or comme signe de luxe et de richesse).

Arrien

9Anabase, VI, 29 (tombeau de Cyrus, visité par Alexandre : présence du lit et d’une table à côté).

Athénée

10Les Deipnosophistes, I, 49, 27e-f :
Ἕσπετε νῦν μοι, Μοῦσαι Ὀλύμπια δώματ’ ἔχουσαι, ἐξ οὗ ναυκληρεῖ Διόνυσος ἐπ’ οἴνοπα πόντον, ὅσς’ ἀγάθ’ ἀνθρώποις δεῦρ’ ἤγαγε νηὶ μελαίνῃ. […] Ἡ Λιβύη δ’ ἐλέφαντα πολὺν παρέχει κατὰ πρᾶσιν.
Dites-moi maintenant, Muses, qui habitez les demeures de l’Olympe, depuis que Dionysos navigue sur les ondes couleur de vin, combien de choses bonnes aux hommes il a ici amenées en navire noir. […] La Lybie [fournit] l’ivoire à foison par sciage […].

11Les Deipnosophistes, II, 30, 48b :
Ὁ δ’ ὁμώνυμος αὐτῷ ποιητής φησι· Κἆτ’ ἐν κλίναις ἐλεφαντόποσιν καὶ στρώμασι πορφυροβάπτοις κἀν φοινικίσι Σαρδιακαῖσιν κοσμησάμενοι κατάκεινται.
Et, de son côté, le poète son homonyme [Platon] dit : « Ensuite, c’est dans des lits à pieds d’ivoire, dans des couvertures de teinte pourpre, dans des tapis écarlates de Sardes qu’ils se sont arrangés pour se mettre à table. »

12Les Deipnosophistes, II, 31, 48f :
Ἔπεμψε δὲ καὶ κλίνην αὐτῷ ἀργυρόποδα καὶ στρωμνὴν καὶ σκηνὴν οὐρανοφόρον ἀνθινὴν καὶ θρόνον ἀργυροῦν καὶ ἐπίχρυσον σκιάδειον καὶ φιάλας λιθοκολλήτους χρυσᾶς εἴκοσι, ἀργυρᾶς δὲ μεγάλας ἑκατὸν καὶ κρατῆρας ἀργυροῦς καὶ παιδίσκας ἑκατὸν καὶ παῖδας ἑκατὸν χρυσοῦς τε ἑξακισχιλίους χωρὶς τῶν εἰς τὰ ἐπιτήδεια καθ’ ἡμέραν διδομένων. | Τράπεζαι ἐλεφαντόποδες τῶν ἐπιθημάτων ἐκ τῆς καλουμένης σφενδάμνου πεποιημένων.
Il [le Grand Roi] lui envoya aussi un lit à pieds d’argent, une couverture à fleurs, une tente à ciel constellé, un fauteuil d’argent, un parasol brodé d’or, vingt coupes d’or incrustées de pierres précieuses, et de plus de cent grandes d’argent, cent cratères d’argent aussi, et cent servantes et cent esclaves, et six mille pièces d’or, en dehors de ce qui lui était déjà donné pour les besoins de chaque jour.
Tables à pieds d’ivoire dont le dessus est fait de ce qu’on appelle érable.

13Les Deinosophistes, V, 197a (exhibition de cent lits lors de la pompe de Ptolémée Philadelphe).

14Les Deipnosophistes, V, 205b-206a (les soixante-quinze lits précieux du navire de Ptolémée Philopator).

Bible, Ancien Testament

15Livre des Rois, X, 17 (trône de Salomon décoré d’appliques d’ivoire).

16Livre des Rois, XXII, 39 (célèbre maison d’ivoire d’Achab).

17Livre du prophète Amos, III, 15 (ce prophète maudissait lits et salles d’ivoire quand il prophétisait la ruine d’Israël).

Caton

18De re rustica, X, 5.

Catulle

19Poésies, 64, 47-49 :
Puluinar uero diuae geniale locatur | sedibus in mediis, Indo quod dente politum | tinctua tegit roseo conchyli purpurae fuco.
La couche nuptiale destinée à la déesse se dresse au milieu du palais ; ornée avec les défenses de l’animal indien, elle est recouverte d’un tissu de pourpre, imprégné du suc rouge qui vient d’un coquillage.

Cicéron

20In Verrem, II, 4, 1 (le bronze de Délos et l’ivoire, richesses de la Sicile).

21Pro Murena, XXXVI, 75 (les lits puniques, de petite taille et essentiellement en bois, évoqués dans la célèbre anecdote sur Q. Tubero, le neveu de Scipion l’Africain) :
Atque ille homo eruditissimus ac Stoicus strauit pelliculis haedinis lectulos Punicanos…
Et lui, cet homme si cultivé, ce stoïcien, fit recouvrir avec de misérables peaux de bouc de petits lits à la punique…

Clément d’Alexandrie

22Le pédagogue, II, 3a :
Ὅτι οὐ χρὴ περὶ τὴν πολυτέλειαν τῶν σκευῶν ἐσπουδακέναι. […] Kλιντῆρες δὲ ἀργυροῖ καὶ λεκάναι καὶ ὀξύβαφα καὶ πινακίσκοι καὶ τρύβλια, πρὸς ἐπὶ τούτοις σκεύη ἀργυρᾶ τε καὶ χρυσᾶ, τὰ μὲν εἰς διακονίαν τροφῆς, τὰ δὲ καὶ εἰς ἄλλας τινάς, ἃς αἰσχύνομαι καὶ λέγειν, χρείας, κέδρου τε εὐκεάτοιο καὶ θύου καὶ ἐβένου καὶ ἐλέφαντος τρίποδες ἠσκημένοι κλῖναί τε ἀργυρόποδες καὶ ἐλεφαντοκόλλητοι χρυσόστικτοί τε καὶ χελώνης πεποικιλμέναι κύτει κλισιάδες στρωμναί τε ἁλουργεῖς καὶ ἄλλων χρωμάτων δυσπορίστων, ἀπειροκάλου τρυφῆς τεκμήρια, φθόνου καὶ βλακείας ἐπήβολα πλεονεκτήματα, παραπεμπτέα ἅπαντα, οὐδ’ ἡντινοῦν ἀξιόλογον ἔχοντα σπουδήν.
Il ne faut point rechercher la possession des meubles riches et précieux. […] Point de sièges, de plats, de bassins, d’assiettes, d’aiguières d’argent ; point de meubles de riches métaux pour la table ou d’autres usages que j’aurais honte de nommer ; point de trépieds de cèdre, d’ébène ou d’ivoire ; point de lits à colonnes et à pieds d’argent, où l’ivoire, l’or et l’écaille forment mille figures bizarrement entrelacées ; point de tapis de pourpre et d’autres couleurs précieuses et recherchées, éclatantes preuves d’un luxe orgueilleux, insidieux plaisirs d’une vie lâche, enviée et molle. Ces vaines recherches n’ont rien d’utile et de propre à notre nature.

23Le pédagogue, II, 9 : Il ne faut dormir ni dans des lits à pieds et à colonnes d’argent, qui trahissent un excessif orgueil ; ni dans des lits enrichis d’ivoire, cette dépouille inanimée de l’éléphant. […] Qu’il ne soit point travaillé avec une vaine et curieuse recherche ; que les pieds qui le supportent soient simples et tout unis. Les innombrables ciselures dont l’art du tourneur les embellit servent souvent de retraite à des insectes nuisibles qui s’y cachent et que la main n’y peut aller chercher pour les détruire.

24Le pédagogue, II, 3c : Une table aux pieds d’ivoire portera-t-elle d’ailleurs sans indignation un pain grossier et à vil prix ? Une lampe faite par un potier éclaire-t-elle moins que la lampe faite par un orfèvre ? Pour moi, je dis que le sommeil qu’on prend sur le plus humble grabat n’est pas moins doux que sur un lit d’ivoire.

Cornelius Nepos

25Caton, 2 (Caton veut réprimer le luxe) :
Nam et in complures nobiles animadvertit et multas res novas in edictum addidit, qua re luxuria reprimeretur, quae iam tum incipiebat pullulare.
Par exemple, il ne ménagea pas à un certain nombre de personnages en vue ses sévérités et beaucoup de nouveautés furent ajoutées à son édit dans le but de réprimer le luxe qui déjà commençait à se développer.

Diodore de Sicile

26Bibliothèque historique, III, 47 (architecture luxueuse de demeures en Arabie « heureuse » : l’ivoire est utilisé dans les décorations, avec des pierreries, de l’or, de l’argent).

Dion Cassius

27Histoire romaine, LVI, 34 (transport du corps d’Auguste) :
Ταῦτα μὲν αἱ ἐντολαὶ εἶχον, μετὰ δὲ τοῦτο ἡ ἐκφορὰ αὐτοῦ ἐγένετο. κλίνη ἦν ἔκ τε ἐλέφαντος καὶ χρυσοῦ πεποιημένη καὶ στρώμασιν ἁλουργοῖς διαχρύσοις κεκοσμημένη·καὶ ἐν αὐτῇ τὸ μὲν σῶμα κάτω που ἐν θήκῃ συνεκέκρυπτο, [εἰκὼν δὲ δή τις αὐτοῦ κηρίνη ἐν ἐπινικίῳ στολῇ ἐξεφαίνετο.] καὶ αὕτη μὲν ἐκ τοῦ παλατίου πρὸς τῶν ἐς νέωτα ἀρχόντων, ἑτέρα δὲ ἐκ τοῦ βουλευτηρίου χρυσῆ, καὶ ἑτέρα αὖ ἐφ’ ἅρματος πομπικοῦ ἤγετο. καὶ μετὰ ταύτας αἵ τε τῶν προπατόρων αὐτοῦ καὶ αἱ τῶν ἄλλων συγγενῶν τῶν τεθνηκότων, πλὴν τῆς τοῦ Καίσαρος ὅτι ἐς τοὺς ἥρωας ἐσεγέγραπτο, αἵ τε τῶν ἄλλων Ῥωμαίων τῶν καὶ καθ’ ὁτιοῦν πρωτευσάντων, ἀπ’ αὐτοῦ τοῦ Ῥωμύλου ἀρξάμεναι, ἐφέροντο.
Voilà quelles étaient ses prescriptions. Après cela eut lieu le convoi. Il y avait un lit d’ivoire et d’or, décoré de tapisseries pourpre et or ; le cadavre était caché sous ce lit même dans un cercueil, mais on voyait une image en cire du défunt, revêtue de la toge triomphale. Cette image partit du Palatin, portée par les magistrats désignés ; une autre, en or, sortit de la curie ; une troisième fut menée en pompe sur un char. À la suite de ces images venaient celles de ses ancêtres, celles de ses autres parents morts, à l’exception de César, parce qu’il avait été mis au rang des héros, et celles de tous les autres Romains qui, à commencer par Romulus lui-même, s’étaient distingués par un mérite quelconque. (Trad. E. Gros et V. Boissée, L’Histoire romaine de Dion Cassius, VIII, Paris, Didot, 1866.)

28Histoire romaine, LVI, 42 (funérailles d’Auguste) :
Mετὰ δὲ τοῦτο τήν τε κλίνην οἱ αὐτοὶ οἵπερ καὶ πρότερον ἀράμενοι διὰ τῶν ἐπινικίων πυλῶν κατὰ τὰ τῇ βουλῇ δόξαντα διεκόμισαν, παρῆν δὲ καὶ συνεξέφερεν αὐτὸν ἥ τε γερουσία καὶ ἡ ἱππάς, αἵ τε γυναῖκες αὐτῶν καὶ τὸ δορυφορικόν, οἵ τε λοιποὶ πάντες ὡς εἰπεῖν οἱ ἐν τῇ πόλει τότε ὄντες. ἐπεὶ δὲ ἐς τὴν πυρὰν τὴν ἐν τῷ Ἀρείῳ πεδίῳ ἐνετέθη, πρῶτοι μὲν οἱ ἱερῆς πάντες περιῆλθον αὐτήν, ἔπειτα δὲ οἵ τε ἱππῆς, οἵ τε ἐκ τοῦ τέλους καὶ οἱ ἄλλοι, καὶ τὸ ὁπλιτικὸν τὸ φρουρικὸν περιέδραμον, πάντα τὰ νικητήρια, ὅσα τινὲς αὐτῶν ἐπ’ ἀριστείᾳ ποτὲ παρ’ αὐτοῦ εἰλήφεσαν, ἐπιβάλλοντες αὐτῇ. κἀκ τούτου δᾷδας ἑκατόνταρχοι, ὥς που τῇ βουλῇ ἐδόκει, λαβόντες ὑφῆψαν αὐτήν· καὶ ἡ μὲν ἀνηλίσκετο, ἀετὸς δέ τις ἐξ αὐτῆς ἀφεθεὶς ἀνίπτατο ὡς καὶ δὴ τὴν ψυχὴν αὐτοῦ ἐς τὸν οὐρανὸν ἀναφέρων. πραχθέντων δὲ τούτων οἱ μὲν ἄλλοι ἀπηλλάγησαν, ἡ δὲ δὴ Λιουία κατὰ χώραν πέντε ἡμέραις μετὰ τῶν πρώτων ἱππέων μείνασα τά τε ὀστᾶ αὐτοῦ συνελέξατο καὶ ἐς τὸ μνημεῖον κατέθετο.
Ensuite le lit funéraire, relevé par les mêmes porteurs qu’auparavant, passa par la porte Triomphale, selon le décret rendu par le sénat. En tête du cortège marchaient les sénateurs et les chevaliers, leurs femmes et les soldats prétoriens venaient après eux, et, pour ainsi dire, tout ce qui se trouvait alors de monde dans Rome. Lorsque le cadavre eut été placé au Champ de Mars sur le bûcher, les prêtres, d’abord, en firent tous le tour ; puis, les chevaliers, tant ceux qui servaient dans les légions que les autres, et les soldats de la garde urbaine coururent en cercle tout à l’entour de ce même bûcher, quelques-uns jetant sur le corps toutes les récompenses militaires qu’ils avaient reçues de sa main pour leurs exploits. Ensuite, des centurions, désignés par décret du sénat, prenant des flambeaux, mirent le feu au bûcher ; pendant qu’il se consumait, un aigle, qu’on lâcha, prit son essor, comme s’il emportait au ciel l’âme du prince. La cérémonie faite, on se retira ; mais Livie resta cinq jours avec les premiers des chevaliers, pour recueillir les ossements de l’empereur défunt et les déposer dans le monument. (Trad. E. Gros et V. Boissée, L’Histoire romaine de Dion Cassius, VIII, Paris, Didot, 1866.)

29Histoire romaine, LXXIV, 4 (funérailles de Pertinax) :
Ἡ δὲ δὴ ταφὴ καίτοι πάλαι τεθνηκότος αὐτοῦ τοιάδε ἐγένετο. ἐν τῇ ἀγορᾷ τῇ Ῥωμαίᾳ βῆμα ξύλινον ἐν χρῷ τοῦ λιθίνου κατεσκευάσθη, καὶ ἐπ’ αὐτοῦ οἴκημα ἄτοιχον περίστυλον, ἔκ τε ἐλέφαντος καὶ χρυσοῦ πεποικιλμένον, ἐτέθη, καὶ ἐν αὐτῷ κλίνη ὁμοία, κεφαλὰς πέριξ θηρίων χερσαίων τε καὶ θαλασσίων ἔχουσα, ἐκομίσθη στρώμασι πορφυροῖς καὶ διαχρύσοις κεκοσμημένη, καὶ ἐς αὐτὴν εἴδωλόν τι τοῦ Περτίνακος κήρινον, σκευῇ ἐπινικίῳ εὐθετημένον, ἀνετέθη, καὶ αὐτοῦ τὰς μυίας παῖς εὐπρεπής, ὡς δῆθεν καθεύδοντος, πτεροῖς ταῶνος ἀπεσόβει. προκειμένου δ’ αὐτοῦ ὅ τε Σεουῆρος καὶ ἡμεῖς οἱ βουλευταὶ αἵ τε γυναῖκες ἡμῶν προσῄειμεν πενθικῶς ἐσταλμένοι· καὶ ἐκεῖναι μὲν ἐν ταῖς στοαῖς, ἡμεῖς δὲ ὑπαίθριοι ἐκαθεζόμεθα. κἀκ τούτου πρῶτον μὲν ἀνδριάντες πάντων τῶν ἐπιφανῶν Ῥωμαίων τῶν ἀρχαίων, ἔπειτα χοροὶ παίδων καὶ ἀνδρῶν θρηνώδη τινὰ ὕμνον ἐς τὸν Περτίνακα ᾄδοντες παρῆλθον καὶ μετὰ τοῦτο τὰ ἔθνη πάντα τὰ ὑπήκοα ἐν εἰκόσι χαλκαῖς, ἐπιχωρίως σφίσιν ἐσταλμένα, καὶ τὰ ἐν τῷ ἄστει αὐτῷ γένη, τό τε τῶν ῥαβδούχων καὶ τὸ τῶν γραμματέων τῶν τε κηρύκων καὶ ὅσα ἄλλα τοιουτότροπα, ἐφείπετο. εἶτ’ εἰκόνες ἧκον ἀνδρῶν ἄλλων, οἷς τι ἔργον ἢ ἐξεύρημα ἢ καὶ ἐπιτήδευμα λαμπρὸν ἐπέπρακτο, καὶ μετ’ αὐτοὺς οἵ τε ἱππεῖς καὶ οἱ πεζοὶ ὡπλισμένοι οἵ τε ἀθληταὶ ἵπποι καὶ τὰ ἐντάφια, ὅσα ὅ τε αὐτοκράτωρ καὶ ἡμεῖς αἵ τε γυναῖκες ἡμῶν καὶ οἱ ἱππεῖς οἱ ἐλλόγιμοι οἵ τε δῆμοι καὶ τὰ ἐν τῇ πόλει συστήματα ἐπέμψαμεν καὶ αὐτοῖς βωμὸς περίχρυσος, ἐλέφαντί τε καὶ λίθοις Ἰνδικοῖς ἠσκημένος, ἠκολούθει.
Quant à ses funérailles, bien que Pertinax fût mort depuis longtemps, voici comment elles se firent. On dressa, sur le Forum romain, une tribune en bois près de la tribune de pierre, et au-dessus on éleva un édifice sans murs, formant un péristyle, enrichi d’ivoire et d’or : dans cet édifice, on porta un lit de même matière à l’entour duquel étaient des têtes d’animaux de terre et de mer, rehaussé de tapisseries pourpre et or, et sur ce lit était une statue en cire de Pertinax, parée des habits triomphaux, et un jeune esclave d’une belle figure écartait, comme si le prince eût été endormi, les mouches avec un éventail de plumes de paon. Lorsque Pertinax fut ainsi exposé, Sévère et nous sénateurs nous nous avançâmes, ainsi que nos femmes, en habit de deuil ; nos femmes s’assirent sous les portiques et nous à découvert. Ces dispositions exécutées, défilèrent d’abord les statues de tous les Romains illustres de l’Antiquité, puis des choeurs d’enfants et d’hommes, chantant un hymne funèbre en l’honneur de Pertinax ; derrière eux marchaient tous les peuples soumis, représentés par des bustes d’airain avec leurs costumes nationaux, les citoyens occupant dans la ville les emplois de licteurs, de greffiers, de hérauts et autres du même genre. Ensuite, venaient les bustes d’autres hommes qui s’étaient distingués, soit par leurs actions, soit par leurs inventions, soit par leurs professions ; après eux, des gens armés, tant à cheval qu’à pied, les chevaux qui luttaient dans les courses, avec tout ce qui est en usage dans les funérailles, envoyé tant par l’empereur que par nous, nos femmes, les chevaliers les plus illustres, les peuples et les corporations de Rome ; enfin, le cortège était suivi d’un autel doré, enrichi d’ivoire et de pierreries des Indes. (Trad. E. Gros et V. Boissée, L’Histoire romaine de Dion Cassius, VIII, Paris, Didot, 1866.)

30Histoire romaine, LXXIV, 5 (funérailles de Pertinax, suite) :
Ὡς δὲ παρεξῆλθε ταῦτα, ἀνέβη ὁ Σεουῆρος ἐπὶ τὸ βῆμα τὸ τῶν ἐμβόλων, καὶ ἀνέγνω ἐγκώμιον τοῦ Περτίνακος. ἡμεῖς δὲ πολλὰ μὲν καὶ διὰ μέσου τῶν λόγων αὐτοῦ ἐπεβοῶμεν, τὰ μὲν ἐπαινοῦντες τὰ δὲ καὶ θρηνοῦντες τὸν Περτίνακα, πλεῖστα δὲ ἐπειδὴ ἐπαύσατο. καὶ τέλος, μελλούσης τῆς κλίνης κινηθήσεσθαι, πάντες ἅμα ὠλοφυράμεθα καὶ πάντες ἐπεδακρύσαμεν. κατεκόμισαν δὲ αὐτὴν ἀπὸ τοῦ βήματος οἵ τε ἀρχιερεῖς καὶ αἱ ἀρχαὶ αἵ τε ἐνεστῶσαι καὶ αἱ ἐς νέωτα ἀποδεδειγμέναι, καὶ ἱππεῦσί τισι φέρειν ἔδοσαν. οἱ μὲν οὖν ἄλλοι πρὸ τῆς κλίνης προῄειμεν, καί τινες ἐκόπτοντο ἑτέρων πένθιμόν τι ὑπαυλούντων· ὁ δ’ αὐτοκράτωρ ἐφ’ ἅπασιν εἵπετο, καὶ οὕτως ἐς τὸ Ἄρειον πεδίον ἀφικόμεθα. ἐπεσκεύαστο δὲ ἐν αὐτῷ πυρὰ πυργοειδὴς τρίβολος, ἐλέφαντι καὶ χρυσῷ μετὰ ἀνδριάντων τινῶν κεκοσμημένη, καὶ ἐπ’ αὐτῆς τῆς ἄκρας ἅρμα ἐπίχρυσον, ὅπερ ὁ Περτίναξ ἤλαυνεν. ἐς οὖν ταύτην τὰ ἐντάφια ἐνεβλήθη καὶ ἡ κλίνη ἐνετέθη, καὶ μετὰ τοῦτο τὸ εἴδωλον ὅ τε Σεουῆρος καὶ οἱ συγγενεῖς τοῦ Περτίνακος ἐφίλησαν. καὶ ὁ μὲν ἐπὶ βῆμα ἀνέβη, ἡμεῖς δὲ ἡ βουλὴ πλὴν τῶν ἀρχόντων ἐπὶ ἰκρία, ὅπως ἀσφαλῶς τε ἅμα καὶ ἐπιτηδείως τὰ γινόμενα θεωρήσωμεν. οἱ δὲ ἄρχοντες καὶ ἡ ἱππὰς τὸ τέλος προσφόρως σφίσιν ἐσκευασμένοι, οἵ τε ἱππεῖς οἱ στρατιῶται καὶ οἱ πεζοὶ περὶ τὴν πυρὰν πολιτικάς τε ἅμα καὶ ποιητικὰς διεξόδους διελίττοντες διεξῆλθον· εἶθ’ οὕτως οἱ ὕπατοι πῦρ ἐς αὐτὴν ἐνέβαλον. γενομένου δὲ τούτου ἀετός τις ἐξ αὐτῆς ἀνέπτατο. καὶ ὁ μὲν Περτίναξ οὕτως ἠθανατίσθη. {ὅτι ὁ Περτίναξ, τὸ μὲν εὐπόλεμον ἄγροικον τὸ δὲ εἰρηναῖον δειλὸν ὡς τὸ πολὺ ἐκβαῖνον, ἀμφότερα κράτιστος ὁμοίως ἐγένετο, φοβερὸς μὲν πολεμῆσαι σοφὸς δὲ εἰρηνεῦσαι ὤν·καὶ τὸ μὲν θρασύ, οὗ τὸ ἀνδρεῖον μετέχει, πρός τε τὸ ἀλλόφυλον καὶ πρὸς τὸ στασιάζον, τὸ δὲ ἐπιεικές, οὗ τὸ δίκαιον μεταλαμβάνει, πρός τε τὸ οἰκεῖον καὶ πρὸς τὸ σῶφρον ἐνεδείκνυτο. προαχθεὶς δὲ ἐς τὴν τῆς οἰκουμένης προστασίαν οὐκ ἠλέγχθη ποτὲ ὑπὸ τῆς τοῦ μείζονος αὐξήσεως, ὥστε ἐν μὲν τοῖς ταπεινότερος ἐν δὲ τοῖς ὀγκωδέστερος τοῦ καθήκοντος γενέσθαι, ἀλλ’ ὁμοίως ἀπ’ ἀρχῆς διὰ πάντων μέχρι τῆς τελευτῆς διετέλεσεν σεμνὸς ἔξω τοῦ σκυθρωποῦ, πρᾷος ἔξω τοῦ ταπεινοῦ, φρόνιμος ἄνευ κακουργίας, δίκαιος ἄνευ ἀκριβολογίας, οἰκονομικὸς χωρὶς ῥυπαρίας, μεγαλόνους χωρὶς αὐχήματος}.
Lorsque cette pompe eut défilé, Sévère monta sur les Rostres et lut un éloge de Pertinax. Quant à nous, nous interrompions fréquemment son discours par nos acclamations, expression de nos louanges et de nos regrets, que nous redoublâmes lorsqu’il eut cessé de parler. Enfin, au moment de déranger le lit, nous laissâmes éclater tous ensemble nos gémissements et nos larmes. Le lit fut enlevé de la tribune par les pontifes et les magistrats, tant ceux qui étaient en charge que ceux qui étaient désignés pour l’année suivante, qui le donnèrent à porter à des chevaliers. Une partie d’entre nous marchait devant le lit, quelques-uns se frappaient la poitrine, tandis que d’autres chantaient au son des flûtes un chant de deuil ; l’Empereur venait le dernier de tous ; c’est dans cet ordre que nous arrivâmes au Champ-de-Mars. On y avait préparé un bûcher en forme de tour, à trois étages, orné d’ivoire et d’or, et de statues ; au sommet même était un char doré que conduisait Pertinax. On jeta dans le bûcher ce qui est en usage dans les funérailles, puis on y posa le lit ; après cela, Sévère et les parents de Pertinax embrassèrent son image. Sévère monta sur une tribune, nous autres sénateurs nous montâmes, à l’exception des magistrats, sur des échafauds, afin de pouvoir contempler la cérémonie à la fois sans péril et avec commodité. Les magistrats et l’ordre équestre, avec l’appareil de leur dignité, les troupes tant à cheval qu’à pied, défilèrent en exécutant alentour du bûcher des marches d’infanterie et de cavalerie : puis les consuls mirent le feu au bûcher, duquel ensuite un aigle prit son essor. C’est ainsi que Pertinax fut mis au rang des immortels. (Trad. E. Gros et V. Boissée, L’Histoire romaine de Dion Cassius, VIII, Paris, Didot, 1866.)

Élien le Sophiste

31Histoires diverses, XII, 29 :
Mot de Platon sur le luxe des Agrigentins. Platon, fils d’Ariston, voyant les Agrigentins bâtir des maisons magnifiques, et donner des soupers somptueux, disait : « Les Agrigentins bâtissent comme s’ils devaient toujours vivre, et soupent comme s’ils étaient près de mourir. » Au rapport de Timée, leurs cruches et autres vases d’usage étaient d’argent, et leurs lits entièrement d’ivoire. (Trad. Fragmenta historicorum Graecorum, éd. K. Muller, Paris, Didot, 1875-1885, p. 613.)

Hérodien

32Histoire romaine, III, 15 (funérailles de Septime Sévère, en 211 apr. J.-C.) :
Tὸ γὰρ σωμάτιον πυρὶ παραδόντες, τήν τε κόνιν σὺν ἀρώμασιν ἐς κάλπιν ἀλαβάστρου ἐμβαλόντες, ἀπεκόμιζον ἐς τὴν Ῥώμην, ἐς τὰ βασιλέων ἀποθησόμενοι ἱερὰ μνήματα.
Le corps du prince avait été livré aux flammes, et ses cendres avaient été renfermées avec des parfums dans une urne d’albâtre, que ses fils devaient placer à Rome dans le tombeau des empereurs. (Trad. L. Halévy, Histoire romaine, Paris, Didot, 1860.)

33Histoire romaine, IV, 2 :
Tὸ μὲν γὰρ σῶμα τοῦ τελευτήσαντος πολυτελεῖ κηδείᾳ καταθάπτουσιν ἀνθρώπων νόμῳ·κηροῦ δὲ πλασάμενοι εἰκόνα πάντα ὁμοίαν τῷ τετελευτηκότι ἐπὶ μεγίστης ἐλεφαντίνης κλίνης, ἐς ὕψος ἀρθείσης, προτιθέασιν ἐν τῇ τῶν βασιλείων εἰσόδῳ, χρυσοϋφεῖς στρωμνὰς ὑποστρωννύντες. Ἡ δ’ εἰκὼν ἐκείνη ἐν σχήματι νοσοῦντος πρόκειται ὠχριῶσα.
Le corps du défunt est enseveli avec un magnifique appareil dans le dernier asile, commun à tous les hommes ; mais son image, faite en cire, d’une ressemblance parfaite, est placée dans le vestibule du palais, sur un lit d’ivoire fort élevé et couvert d’étoffes d’or. Son visage est incliné, et pâle comme celui d’un malade. (Trad. L. Halévy, Histoire romaine, Paris, Didot, 1860.)

Horace

34Épîtres, I, 5, 1 (sur Archias, fabricant de lits) :
Si potes Archiacis conuiua recumbere lectis…
Si tu peux coucher, comme convive, sur des lits d’Archias…
Archias breves lectos fecit, dit le grammairien Porphyrion, commentateur d’Horace (W. H. D. Suringar, Historia critica scholiastarum Latinorum, 1835, p. 119.)

35Épîtres, II, 1, 96 (sur l’eboris faber) :
Vt primum positis nugari Graecia bellis | coepit et in uitium fortuna labier aequa, | nunc athletarum studiis, nunc arsit equorum, | marmoris aut eboris fabros aut aeris amauit, | suspendit picta uoltum mentemque tabella, | nunc tibicinibus, nunc est gauisa tragoedis.
Quand la Grèce, ses guerres terminées, en vint à s’occuper de bagatelles et à glisser vers la corruption par l’effet de la bonne fortune, elle s’enflamma de passion tantôt pour les athlètes, tantôt pour les chevaux, elle s’éprit des hommes qui travaillaient le marbre, l’ivoire ou le bronze, elle resta le regard et l’esprit suspendus devant un tableau, elle fit sa joie tantôt des joueurs de flûte, tantôt des tragédiens.

Homère

36Iliade, III, 391 (lit à montants tournés d’Hélène et Pâris. Aphrodite s’adresse à Hélène) :
Δεῦρ’ ἴθ’· Ἀλέξανδρός σε καλεῖ οἶκον δὲ νέεσθαι. | Κεῖνος ὅ γ’ ἐν θαλάμῳ καὶ δινωτοῖσι λέχεσσι κάλλεΐ τε στίλβων καὶ εἵμασιν.
Viens avec moi : Alexandre t’invite à rentrer chez toi. Il est dans sa chambre, sur le lit fait au tour. Sa beauté luit autant que sa parure.

37Iliade, XVIII, 233 (Patrocle mort, étendu sur un lit) :
[…] Αὐτὰρ Ἀχαιοὶ | ἀσπασίως Πάτροκλον ὑπ’ ἐκ βελέων ἐρύσαντες | κάτθεσαν ἐν λεχέεσσι.
Les Achéens, eux, avec joie, s’empressent alors de tirer Patrocle hors des traits et de le placer sur un lit.

38Iliade, XVIII, 352-353 (Patrocle mort, étendu sur un lit) :
Ἐν λεχέεσσι δὲ θέντες ἑανῷ λιτὶ κάλυψαν | ἐς πόδας ἐκ κεφαλῆς, καθύπερθε δὲ φάρεϊ λευκῷ.
Ils le déposent sur un lit ; de la tête aux pieds, ils le couvrent d’un souple tissu, et ensuite, par-dessus, d’un carré d’étoffe blanche.

39Iliade, XXIII, 25 : « Près du lit où repose le fils de Ménœtios… »

40Iliade, XXIII, 161-178 (les funérailles de Patrocle) :
Ποίησαν δὲ πυρὴν ἑκατόμπεδον ἔνθα καὶ ἔνθα, | ἐν δὲ πυρῇ ὑπάτῃ νεκρὸν θέσαν ἀχνύμενοι κῆρ. | πολλὰ δὲ ἴφια μῆλα καὶ εἰλίποδας ἕλικας βοῦς | πρόσθε πυρῆς ἔδερόν τε καὶ ἄμφεπον·ἐκ δ᾽ ἄρα πάντων | δημὸν ἑλὼν ἐκάλυψε νέκυν μεγάθυμος Ἀχιλλεὺς | ἐς πόδας ἐκ κεφαλῆς, περὶ δὲ δρατὰ σώματα νήει. | ἐν δ’ ἐτίθει μέλιτος καὶ ἀλείφατος ἀμφιφορῆας | πρὸς λέχεα κλίνων·πίσυρας δ’ ἐριαύχενας ἵππους | ἐσσυμένως ἐνέβαλλε πυρῇ μεγάλα στεναχίζων. | ἐννέα τῷ γε ἄνακτι τραπεζῆες κύνες ἦσαν, | καὶ μὲν τῶν ἐνέβαλλε πυρῇ δύο δειροτομήσας, | δώδεκα δὲ Τρώων μεγαθύμων υἱέας ἐσθλοὺς | χαλκῷ δηϊόων·ακὰ δὲ φρεσὶ μήδετο ἔργα· | ἐν δὲ πυρὸς μένος ἧκε σιδήρεον ὄφρα νέμοιτο. | ᾤμωξέν τ’ ἄρ’ ἔπειτα, φίλον δ’ ὀνόμηνεν ἑταῖρον.
Ils entassent le bois et bâtissent un bûcher qui mesure cent pieds dans un sens et dans l’autre. Au sommet du bûcher ils déposent le mort, le cœur désolé. Maints gros moutons, maints bœufs cornus à démarche torse sont, par eux, devant le bûcher, dépouillés et parés. À tous le magnanime Achille prend de leur graisse, pour en couvrir le mort de la tête aux pieds ; puis, tout autour, il entasse les corps dépouillés. Il place là aussi des jarres, toutes pleines de miel et d’huile, qu’il appuie au lit funèbre. Avec de grands gémissements, prestement, sur le bûcher, il jette quatre cavales altières. Sire Patrocle avait neuf chiens familiers : il coupe la gorge à deux et les jette sur le bûcher. Il fait de même pour douze nobles fils des Troyens magnanimes, qu’il massacre avec le bronze – son cœur ne songe qu’à des œuvres de mort ! Il déchaîne enfin l’élan implacable du feu, pour que du tout il fasse sa pâture. Et il sanglote, il appelle son ami.

41Iliade, XXIII, 226-230 (les funérailles de Patrocle, suite) :
Ἦμος δ’ ἑωσφόρος εἶσι φόως ἐρέων ἐπὶ γαῖαν, | ὅν τε μέτα κροκόπεπλος ὑπεὶρ ἅλα κίδναται ἠώς, | τῆμος πυρκαϊὴ ἐμαραίνετο, παύσατο δὲ φλόξ. | οἳ δ᾽ ἄνεμοι πάλιν αὖτις ἔβαν οἶκον δὲ νέεσθαι | Θρηΐκιον κατὰ πόντον·ὃ δ’ ἔστενεν οἴδματι θύων.
Mais quand l’Étoile du matin vient annoncer la lumière à la terre, l’Étoile du matin, derrière qui l’Aurore en robe de safran s’épand sur la mer, le feu du bûcher s’apaise, la flamme tombe, et les vents chez eux s’en retournent à travers la mer de Thrace, qui gémit dans un gonflement furieux.

42Iliade, XXIII, 250-257 (les funérailles de Patrocle, fin) :
Πρῶτον μὲν κατὰ πυρκαϊὴν σβέσαν αἴθοπι οἴνῳ | ὅσσον ἐπὶ φλὸξ ἦλθε, βαθεῖα δὲ κάππεσε τέφρη· | κλαίοντες δ’ ἑτάροιο ἐνηέος ὀστέα λευκὰ | ἄλλεγον ἐς χρυσέην φιάλην καὶ δίπλακα δημόν, | ἐν κλισίῃσι δὲ θέντες ἑανῷ λιτὶ κάλυψαν· | τορνώσαντο δὲ σῆμα θεμείλιά τε προβάλοντο | ἀμφὶ πυρήν· εἶθαρ δὲ χυτὴν ἐπὶ γαῖαν ἔχευαν, | χεύαντες δὲ τὸ σῆμα πάλιν κίον.
Avec le vin aux sombres feux ils commencent par éteindre le bûcher, partout où a été la flamme, où s’est déposée une cendre épaisse. En pleurant, ils recueillent les os blancs de leur bon compagnon dans une urne d’or, avec double couche de graisse ; ils les déposent ensuite dans la baraque, ils les couvrent d’un souple tissu. Ils dessinent alors le cercle d’un tombeau et en jettent les bases tout autour du bûcher. Rapidement ils y répandent de la terre, et, quand la terre répandue a formé un tombeau, ils s’éloignent.

43Odyssée, XXIII, 199-201 (le lit d’Ulysse) :
Ἐκ δὲ τοῦ ἀρχόμενος λέχος ἔξεον, ὄφρ’ ἐτέλεσσα, | δαιδάλλων χρυσῷ τε καὶ ἀργύρῳ ἠδ’ ἐλέφαντι· | ἐκ δ’ ἐτάνυσσα ἱμάντα βοὸς φοίνικι φαεινόν.
Sur ce support, je rabotai toutes les pièces du lit que j’ornai d’appliques en or, en argent, en ivoire ; je tendis enfin une sangle de cuir, toute brillante de pourpre.

Hygin

44Fables, 274 (comme Juvénal, Hygin critique le luxe des lits de son époque ; thème des compagnons de Bacchus) :
Antiqui autem nostri in lectis triclinaribus in fulcris capita asellorum uite alligata habuerunt, significantes <eos uini> suauitatem inuenisse.
Quant à nos ancêtres, ils avaient, sur les lits de leurs salles à manger, sur les montants, des têtes de petits ânes attachées avec de la vigne, signifiant qu’ils en avaient inventé l’agrément » (la traduction de fulcris par « montants » est à reconsidérer : il serait plus juste d’entendre « dossiers »).

Isidore de Séville

45Étymologies, XIX, 26, 3 : Fulcra sunt ornamenta lectorum, dicta quod in his fulcimur, id est sustinemur, vel quod toros fulciant sive caput; quae reclinatoria vulgus appellat.

46Étymologies, XX, 11, « De lecticis et sellis », 3 : Punicani lecti parvi et humiles primum a Carthagine aduecti, et inde nominati.

Juvénal

47Satires, VI, 21-22 (solidité du fulcrum fabriqué « à l’antique », genium fulcri) :
Anticum et uetus est alienum, Postume, lectum | concutere atque sacri genium contemnere fulcri.
C’est depuis la plus haute antiquité, Postumus, qu’on pirate le lit du voisin, qu’on se fiche de la sainte alcôve et de son génie protecteur.

48Satires, XI, 90-98 (critique du luxe des lits de son époque ; thème des compagnons de Bacchus) :
Cum tremerent autem Fabios durumque Catonem | et Scauros et Fabricium, postremo seueros | censoris mores etiam collega timeret, | nemo inter curas et seria duxit habendum, | qualis in Oceani fluctu testudo nataret, | clarum Troiugenis factura et nobile fulcrum ; | sed nudo latere et paruis frons aerea lectis | uile coronati caput ostendebat aselli, | ad quod lasciui ludebant ruris alumni.
Quand ces gens-là tremblaient d’encourir les censures de Caton, des Fabii, des Scauri ou de Fabricius, quand le censeur lui-même se devait garder des rigueurs du censeur son collègue, personne ne s’allongeait sur de nobles lits marquetés comme le font nos Troyens, et on n’élevait pas au rang d’une affaire d’État le choix d’une incrustation en écaille de tortue marine. On dînait sur des couchettes de bronze à châssis nu grossièrement orné au fronton d’une tête d’âne couronnée avec de petits rustres batifolant autour.

Lucain

49Pharsale, X, 115-119 (palais de Cléopâtre avec décors d’ivoire, trépieds en défenses d’éléphant).

Lucien

50Comment écrire l’histoire, 51 (ivoire travaillé, scié, poli, collé, ajusté, rehaussé d’or) :
Ὅλως δὲ νομιστέον τὸν ἱστορίαν συγγράφοντα Φειδίᾳ χρῆναι ἢ Πραξιτέλει ἐοικέναι ἢ Ἀλκαμένει ἢ τῷ ἄλλῳ ἐκείνων. Οὐδὲ γὰρ οὐδ’ ἐκεῖνοι χρυσὸν ἢ ἄργυρον ἢ ἐλέφαντα ἢ τὴν ἄλλην ὕλην ἐποίουν, ἀλλ’ ἡ μὲν ὑπῆρχε καὶ προϋπεβέβλητο, Ἠλείων ἢ Ἀθηναίων ἢ Ἀργείων πεπορισμένων, οἱ δὲ ἔπλαττον μόνον καὶ ἔπριον τὸν ἐλέφαντα καὶ ἔξεον καὶ ἐκόλλων καὶ ἐρρύθμιζον καὶ ἐπήνθιζον τῷ χρυσῷ, καὶ τοῦτο ἦν ἡ τέχνη αὐτοῖς ἐς δέον οἰκονομήσασθαι τὴν ὕλην. Τοιοῦτο δή τι καὶ τὸ τοῦ συγγραφέως ἔργον, εἰς καλὸν διαθέσθαι τὰ πεπραγμένα καὶ εἰς δύναμιν ἐναργέστατα ἐπιδεῖξαι αὐτά.
En somme, il faut croire qu’un historien ressemble à Phidias, à Praxitèle, à Alcamène ou à quelque autre de ces artistes. Aucun d’eux n’a fabriqué l’or, l’argent, l’ivoire ou les autres matières dont ils se sont servis. Ils les avaient sous la main, elles leur venaient d’Élée, d’Athènes ou d’Argos, ils ne leur ont donné que la forme. Ils ont scié l’ivoire, l’ont poli, collé, ajusté et rehaussé d’or. Ce fut un effet de leur art de disposer la matière comme il convenait. C’est aussi le travail de l’historien de donner aux faits une belle ordonnance, et de les produire sous leur jour le plus brillant. (Trad. E. Talbot, Œuvres complètes de Lucien de Samosate, Paris, 1912.)

Martial

51Épigrammes, V, 62, 6 :
Nulla tegit fractos – nec inanis – culcita lectos, | putris et abrupta fascia reste iacet.
Aucun matelas, même non rembourré, ne couvre mes châlits disloqués, et la sangle gît sur le sol en état de décomposition, ses cordelettes toutes rompues.

52Épigrammes, IX, 59 (pieds de table en ivoire et lit, incrusté d’écailles de tortue. Un homme se lamente, insatisfait…) :
In Saeptis Mamurra diu multumque uagatus, | hic ubi Roma suas aurea uexat opes, | inspexit molles pueros oculisque comedit, | non hos quos primae prostituere casae, | sed quos arcanae seruant tabulata catastae | et quos non populus nec mea turba uidet. | inde satur mensas et opertos exuit orbes | expositumque alte pingue poposcit ebur, | et testudineum mensus quater hexaclinon | ingemuit citro non satis esse suo.
Mamurra, après de longues et multiples randonnées à travers les Saepta, à l’endroit où l’opulente Rome essaie en vain d’épuiser ses richesses, a examiné et dévoré des yeux les jeunes esclaves les plus délicats ; – non ceux que les boutiques étalent à l’extérieur au regard du public, mais ceux que garde jalousement l’arrière-magasin, sur une plate-forme réservée et que le vulgaire, non plus que les gens de cette sorte, ne voient jamais. Rassasié de cette contemplation, il a dépouillé de leur enveloppe protectrice tables et guéridons et demandé à voir leurs riches pieds d’ivoire suspendus en l’air ; et après avoir pris quatre fois la mesure d’un lit de six places, incrusté d’écailles, il a vivement regretté qu’il ne fût pas assez grand pour sa table de cédratier.

53Épigrammes, XIV, 85-89 (table en bois de cèdre et en ivoire).

Ovide

54Métamorphoses, II, 737 :
Pars secreta domus ebore et testitudine cultos | Tris habuit thalamos.
Le palais contenait dans sa partie la plus retirée trois chambres ornées d’ivoire et d’écaille.

55Métamorphoses, VIII (mort de Méléagre sur un lit, repris sur des sarcophages).

56Métamorphoses, XI, 610 (lit en bois d’ébène et matelat en plume).

Pausanias

57Description de la Grèce, V, 20, 1 :
Ἔστι δὲ ἐνταῦθα καὶ ἄλλα ἀναθήματα, κλίνη τε μέγεθος οὐ μεγάλη, τὰ πολλὰ ἐλέφαντι κεκοσμημένη, καὶ ὁ Ἰφίτου δίσκος καὶ τράπεζα ἐφ’ ἧς προτίθενται τοῖς νικῶσιν οἱ στέφανοι. Τὴν μὲν δὴ Ἱπποδαμείας λέγουσιν εἶναι παίγνιον.
Il y a là d’autres offrandes : un lit d’une taille qui n’est pas considérable, orné d’ivoire sur la plupart de ses parties ; le disque d’Iphitos, et la table sur laquelle on expose les couronnes destinées aux vainqueurs. Le lit était à ce qu’on dit, un jouet d’Hippodamie.

Pétrone

58Satyricon, 71, 11 (le testament de Trimalcion et consignes pour ses funérailles : lègue à Carion un lectum stratum, un « lit recouvert, garni, dressé »).

59Satyricon, 114 (le lectus funebris lors du naufrage) :
Patior ego uinculum extremum, et ueluti lecto funebri aptatus expecto mortem iam non molestam.
J’accepte les derniers nœuds dont il m’étreint ; et, comme arrangé sur mon lit funèbre, j’attends une mort qui n’a plus rien d’affreux.

Platon

60République, X, 617b (extrait du mythe d’Er le Pamphilien, 614a-621d) :
Στρέφεσθαι δὲ αὐτὸν ἐν τοῖς τῆς ᾿Ανάγκης γόνασιν. Ἐπὶ δὲ τῶν κύκλων αὐτοῦ ἄνωθεν ἐφ’ ἑκάστου βεβηκέναι Σειρῆνα συμπεριφερομένην, φωνὴν μίαν ἱεῖσαν, ἕνα τόνον·ἐκ πασῶν δὲ ὀκτὼ οὐσῶν μίαν ἁρμονίαν συμφωνεῖν. Ἄλλας δὲ καθη μένας πέριξ δί ἴσου τρεῖς, ἐν θρόνῳ ἑκάστην, θυγατέρας τῆς Ἀνάγκης, Μοίρας, λευχειμονούσας, στέμματα ἐπὶ τῶν κεφαλῶν ἐχούσας, Λάχεσίν τε καὶ Κλωθὼ καὶ Ἄτροπον, ὑμνεῖν πρὸς τὴν τῶν Σειρήνων ἁρμονίαν, Λάχεσιν μὲν τὰ γεγονότα, Κλωθὼ δὲ τὰ ὄντα, Ἄτροπον δὲ τὰ μέλλοντα.
Le fuseau lui-même tournait sur les genoux de la Nécessité. Sur le haut de chaque cercle se tenait une Sirène qui tournait avec lui et qui faisait entendre sa note à elle, son ton à elle, en sorte que ces voix réunies, au nombre de huit, composaient un accord unique. D’autres femmes assises en cercle à intervalles égaux, au nombre de trois, chacune sur un trône, les filles de le Nécessité, les Moires, vêtues de blanc, la tête couronnée de bandelettes, Lachésis, Clotho et Atropos, chantaient, en accord avec les Sirènes, Lachésis le passé, Clotho le présent, Atropos l’avenir.

Plaute

61Stichus, v. 377 :
Pinacion : Lectos eburatos, auratos
– Des lits d’ivoire, d’or…
Gélasime : Accubabo regie.
– Je serai à table comme un roi.

Pline l’Ancien

62Histoire naturelle, V, 12 (association de l’ivoire et du bois de thuya, comme signe de luxe et de richesse).

63Histoire naturelle, VII, 52 (53) 173 (mort qui revient à la vie sur le bûcher ou pendant les funérailles).

64Histoire naturelle, VIII, 4 (7-8) (sur l’éléphant et ses défenses et la pénurie d’ivoire) :
Praedam ipsi in se expetendam sciunt solam esse in armis suis, quae Iuba cornua appellat, Herodotus tanto antiquior et consuetudo melius dentes. Quam ob rem deciduos casu aliquo uel senecta defodiunt. Hoc solum ebur est ; cetero et in his quoque, qua corpus intexit, uilitas ossea. Quamquam nuper ossa etiam in laminas secari coepere paenuria : etenim rara amplitudo iam dentium praeterquam ex India reperitur ; cetera in nostro orbe cessere luxuriae. Dentium candore intelligitur iuuenta. Circa hos beluis summa cura : alterius mucroni parcunt, ne sit proeliis hebes, alterius operario usu fodiunt radices, inpellunt moles : circumuentique a uenantibus primos constituunt quibus sint minimi, ne tanti proelium putetur, postea fessi inpactos arbori frangunt praedaque se redimunt.
Ils [les éléphants] savent que le seul butin qu’on recherche en eux, ce sont leurs défenses, que Juba appelle des cornes, mais Hérodote, bien plus ancien, et l’usage, d’un nom meilleur, des dents. Aussi lorqu’elles tombent par accident ou par vieillesse, ils les enfouissent. Elles seules sont l’ivoire ; et encore, dans les défenses, la partie recouverte par les chairs n’est qu’un os sans valeur. Cependant, faute d’ivoire, on s’est mis récemment à couper en lamelles les os eux-mêmes. En effet, il est rare de trouver aujourd’hui de grandes défenses, excepté dans l’Inde ; dans notre partie du monde, tout l’ivoire qui s’y trouvait a disparu, absorbé par le luxe. C’est à la blancheur des dents qu’on reconnaît la jeunesse de l’animal. Les éléphants en ont un soin extrême ; ils ménagent la pointe de l’une, afin de l’avoir aiguisée dans les combats ; ils emploient l’autre pour les travaux : à déterrer les racines, à renverser les obstacles ; et cernés par les chasseurs, ils placent en avant ceux qui ont les plus petites défenses, pour faire croire à l’ennemi qu’elles ne valent pas le combat ; puis, lorsqu’ils sont à bout de forces, ils les brisent en les enfonçant dans un arbre, et par cette rançon rachètent leur vie.

65Histoire naturelle, VIII, 10 (31) (sur la grande valeur des défenses) :
Dentibus ingens pretium, et deorum simulacris lautissima ex his materia. Inuenit luxuria commendationem et aliam expetiti in callo manus saporis, haud alia de causa, credo, quam quia ipsum ebur sibi mandere uidetur. Magnitudo dentium uidetur quidem in templis praecipua, sed tamen in extremis Africae, qua confinis Aethiopiae est, postium uicem in domiciliis praebere saepesque in his et pecorum stabulis pro palis elephantorum dentibus fieri Polybius tradidit auctore Gulusa regulo.
Leurs défenses sont d’un très grand prix ; ce sont elles qui fournissent la plus belle matière pour les statues des dieux. Le luxe a trouvé un autre mérite à l’éléphant, et l’on recherche la saveur de la couenne de sa trompe, sans autre raison, je pense, que parce que l’on se donne l’air de manger l’ivoire même. C’est surtout dans les temples qu’on voit les plus grandes défenses ; toutefois à l’extrémité de l’Afrique, sur les confins de l’Éthiopie, elles servent de montants de portes dans les maisons ; et on les emploie, en guise de pieux, pour en faire des cloisons et des parcs à bestiaux : c’est du moins ce que Polybe rapporte, sur l’autorité d’un roitelet nommé Gulusa.

66Histoire naturelle, IX, 11 (13), 39 (le fameux artisan Carvilius Pollion, qui vécut autour des années 80 av. J.-C., est célèbre pour avoir le premier recouvert les lits d’écaille de tortue) :
Testudinum putamina secare in laminas lectosque et repositoria iis uestire Caruilius Pollio instituit, prodigi et sagacis ad luxuriae instrumenta ingenii.
Le découpage en lames des écailles de tortues pour en revêtir les lits et les plateaux fut une innovation de Carvilius Pollion, dont la prodigalité et l’ingéniosité s’appliquèrent aux meubles de luxe.

67Histoire naturelle, IX, 12 (14) :
Aquatilium tegumenta plura sunt. Alia corio et pilo integuntur ut uituli et hippopotami, alia [corio tantum ut delphini, cortice ut testudines, silicum duritia ut ostreae et conchae, crustis ut locustae, crustis et spinis ut echini, squamis ut pisces,] aspera cute ut squatina, qua lignum et ebora poliuntur.
Les téguments des animaux aquatiques sont de plusieurs sortes. Les uns sont couverts de cuir et de poil, comme les veaux marins et les hippopotames ; les autres, [de cuir seulement, comme les dauphins ; d’écaille, comme les tortues ; de pierre dure, comme les huîtres et les conques ; de carapaces, comme les langoustes ; de carapaces et de piquants, comme les oursins ; d’écailles, comme les poissons ;] d’une peau rugueuse, comme l’ange, qui sert à polir le bois et l’ivoire.

68Histoire naturelle, XII, 2 (3) :
Nec magis auro fulgentia atque ebore simulacra quam lucos et in iis silentia ipsa adoramus.
Et pour nous, les statues où brillent l’or et l’ivoire, ne nous inspirent pas plus de vénération que les bois sacrés et leur silence même.

69Histoire naturelle, XII, 2 (5) :
Arborea et simulacra numinum fuere nondum pretio excogitato beluarum cadaueri atque ut, a diis nato iure luxuriae, eodem ebore numinum ora spectarentur et mensarum pedes.
C’est de leur bois [des arbres] que nous fîmes les images des dieux, avant de songer à donner du prix au cadavre de bêtes sauvages, et à donner en spectacle, par un luxe qui s’autorisait des dieux eux-mêmes, les visages de nos divinités et les pieds de nos tables taillés dans le même ivoire.

70Histoire naturelle, XIII, 29 (table de citre [thuya] appartenant à Cicéron et d’un prix de 500 000 sesterces).

71Histoire naturelle, XIII, 92 et 96-97 (mobilier d’un prix encore plus exorbitant).

72Histoire naturelle, XVI, 26 (15), 66 :
Acer eiusdem fere amplitudinis, operum elegantia ac subtilitate citro secundum. Plura eius genera: album, quod praecipui candoris, uocatur Gallicum in transpadana Italia transque Alpes nascens.
L’érable, a peu près de la même grosseur, vient immédiatement après le thuya pour l’élégance et la finesse comme bois de travail. Il présente plusieurs espèces. L’érable blanc, d’une blancheur éclatante, originaire d’Italie transpadane et d’au-delà des Alpes, dit érable gaulois.

  • 1  L’édition de M. Nisard, 1877, propose le terme solidos au lieu de solicos ici, avec la traduction (...)

73Histoire naturelle, XVI, 27 (16), 68 :
Bruscum intortius crispum, molluscum simplicius sparsum et, si magnitudinem mensarum caperet, haud dubie praeferretur citro; nunc intra pugillares lectorumque [solicios]1 aut lamnas raro usu spectatur.
Le bruscum a des ondulations plus tourmentées, le molluscum des taches éparses plus simples, et, s’il était à la dimension des tables, on le préférerait indubitablement au thuya ; mais on le voit rarement employé, sinon pour les tablettes et le plaqué des lits, on ne le voit que rarement employé.

74Histoire naturelle, XVI, 83 (43) :
Magna autem et glutinatio propter ea, quae sectilibus laminis aut alio genere operiuntur.
Le collage joue un grand rôle dans les revêtements de [bois] plaqué et ou d’autre sorte.

75Histoire naturelle, XVI, 84, 232-233 :
Haec prima origo luxuriae arborum, alia integi et uilioris ligni e pretiosiore corticem fieri. ut una arbor saepius ueniret, excogitatae sunt et ligni bratteae. Nec satis, coepere tingui animalium cornua, dentes secari lignumque ebore distingui, mox operiri. Placuit deinde materiem et in mari quaeri. Testudo in hoc secta, nuperque portentosis ingeniis principatu Neronis inuentum, ut pigmentis perderet se plurisque ueniret imitata lignum. Sic lectis pretia quaeruntur, sic terebinthum uinci iuuat, sic citrum pretiosius fieri, sic acer decipi. Modo luxuria non fuerat contenta ligno, iam lignum et e testudine facit.
De là vient le luxe qui fit recouvrir une essence d’une autre et donner à un bois l’enveloppe d’un bois plus précieux. Pour faire plusieurs ventes du même arbre, on a imaginé jusqu’aux feuilles de bois. Ce n’était pas assez : on s’est mis à teindre les cornes des animaux, à fendre leurs dents, puis à recouvrir le bois d’ivoire. On trouva bon ensuite d’aller chercher des matériaux jusque dans la mer. À cet effet on a fendu l’écaille de tortue et naguère, sous le règne de Néron, l’invention d’esprits monstrueux l’a dénaturée par des teintures, et l’a fait vendre plus cher en lui donnant l’aspect du bois. C’est ainsi qu’on donne du prix aux lits, c’est ainsi qu’on se plaît à éclipser le térébinthe, à créer un thuya plus précieux, et imiter l’érable. Naguère le luxe n’était pas satisfait du bois et voici qu’il transforme en bois l’écaille de tortue.

76Histoire naturelle, XXIII, 11 (lit d’or et d’argent).

77Histoire naturelle, XXXII, 24 (73) (l’ichtyocolle, colle de poisson très tenace utilisée) :
Ichthyocolla appellatur piscis, cui glutinosum est corium. idem nomen glutino eius.
On donne le nom d’ichtyocolle à un poisson dont la peau est gluante ; la colle qu’on en tire porte le même nom.

78Histoire naturelle, XXXIII, 51 (144) :
Lectos uero iam pridem mulierum totos operiri argento, quaedam et triclinia. Quibus argentum addidisse primus traditur Caruilius Pollio eques Romanus, non ut operiret aut Deliaca specie faceret, sed Punicana; eadem et aureos fecit, nec multa post argentei Deliacos imitati sunt. Quae omnia expiauit bellum ciuile Sullanum).
Quant aux lits des femmes, il y a longtemps qu’ils sont entièrement plaqués d’argent, tout comme certains lits de table. D’après la tradition, c’est Carvilius Pollion, un chevalier romain, qui fut le premier à mettre des ornements en argent à ces lits, mais sans les en plaquer, et en leur donnant non pas le style de Délos mais celui de Carthage. Il en fit aussi dans ce style qui étaient garnis d’or, et peu après les lits à garniture d’argent imitèrent ceux de Délos. La guerre civile de Sylla a fait expier tout cela.

79Histoire naturelle, XXXIII, 52 (146) :
Cornelius Nepos tradit ante Sullae uictoriam duo tantum triclinia Romae fuisse argentea.
Selon Cornélius Népos, il n’y avait à Rome, avant la victoire de Sylla, que deux lits de table en argent.

80Histoire naturelle, XXXIII, 53 (148-150) (introduction du luxe à Rome) :
Asia primum deuicta luxuriam misit in Italiam, siquidem L. Scipio in triumpho transtulit argenti caelati pondo mille et CCCC et uasorum aureorum pondo MD anno conditae urbis DLXV. At eadem Asia donata multo etiam grauius adflixit mores, inutiliorque uictoria illa hereditas Attalo rege mortuo fuit. Tum enim haec emendi Romae in auctionibus regiis uerecundia exempta est urbis anno DCXXII, mediis LVII annis erudita ciuitate amare etiam, non solum admirari, opulentiam externam, inmenso et Achaicae uictoriae momento ad inpellendos mores, quae et ipsa in hoc interuallo anno urbis DCVIII parta signa et tabulas pictas inuexit, ne quid deesset ; pariter quoque luxuria nata est et Carthago sublata, ita congruentibus fatis, ut et liberet amplecti uitia et liceret.
Nos premières victoires en Asie introduisirent le luxe en Italie, puisque L. Scipion fit porter dans son triomphe 1 400 livres d’argenterie ciselée et 1 500 livres de vaisselle d’or, l’an 565 de la fondation de la Ville [soit 189 av. J.-C.]. Mais la donation qui nous fut faite de cette même Asie porta aux mœurs un coup encore bien plus rude, et l’héritage que nous reçûmes à la mort d’Attale nous fit plus de mal que la victoire de jadis. Car dès lors il n’y eut plus, à Rome, de honte à se porter acquéreur aux ventes des biens royaux ; c’était l’an 622 de la Ville [soit 132 av. J.-C.], et dans l’intervalle des 57 ans nos concitoyens avaient appris non seulement à admirer, mais aussi à aimer l’opulence étrangère. La victoire sur l’Achaïe, elle aussi, fut d’un poids considérable dans cet ébranlement des mœurs ; remportée précisément dans cet intervalle de temps, l’an 608 de la Ville, elle nous amena des statues et des tableaux, pour que rien ne nous fût épargné. Et la naissance du luxe alla de pair avec la destruction de Carthage, par une coïncidence du destin qui nous donna en même temps le plaisir et le loisir d’accueillir les vices.

81Histoire naturelle, XXXIII, 135 : vers 8 av. J.-C., C. Caecilius Isodorus, un affranchi de Caius, testamento suo edixit […] funerari se jussit HS X, « ordonna dans son testament que ses funérailles devaient coûter 1 000 000 de sesterces ».

82Histoire naturelle, XXXIV, 4 (9) :
Antiquissima aeris gloria Deliaco fuit, mercatus in Delo celebrante toto orbe et ideo cura officinis. Tricliniorum pedibus fulcrisque ibi prima aeris nobilitas, peruenit deinde et ad deum simulacra effigiemque hominum et aliorum animalium.
Le bronze le plus anciennement célèbre fut celui de Délos ; comme le monde entier fréquentait le marché de cette île, on y travaillait avec zèle dans ses ateliers. Les pieds et les montants des lits de table qu’on y fabriquait donnèrent au bronze sa première célébrité ; puis on en étendit l’usage aux statues des dieux et aux représentations des hommes et des autres êtres vivants.

83Histoire naturelle, XXXIV, 8 (14) :
Nam triclinia aerata abacosque et monopodia Cn. Manlium Asia deuicta primum inuexisse triumpho suo, quem duxit anno urbis DLXVII L. Piso auctor est, Antias quidem heredes L. Crassi oratoris multa etiam triclinia aerata uendidisse.
Quant aux lits de table, aux dressoirs et aux guéridons garnis de bronze, ce fut Cn. Manlius, à en croire L. Pison, qui, après sa conquête de l’Asie, les introduisit à Rome, lors de son triomphe qu’il célébra l’an 567 de Rome. Antias, de son côté, dit que les héritiers de l’orateur L. Crassus mirent en vente un grand nombre de ces lits de table à garniture de bronze.

84Histoire naturelle, XXXIV, 16 (7), 34 :
Mirumque mihi uidetur, cum statuarum origo tam uetus Italiae sit, lignea potius aut fictilia deorum simulacra in delubris dicata usque ad deuicatm Asiam, unde luxuria.
Il me paraît surprenant, puisque la statuaire a des origines si anciennes en Italie, qu’on ait dédié de préférence, dans les sanctuaires, des statues divines de bois ou de terre cuite jusqu’à la conquête de l’Asie, d’où nous vint le luxe.

85Histoire naturelle, XXXIV, 19 (49) :
Minoribus simulacris signisque innumera prope artificum multitudo nobilitata est, ante omnis tamen Phidias Atheniensis Ioue Olympio facto ex ebore quidem et auro, sed et ex aere signa fecit.
Ce sont des œuvres plus petites qui ont illustré une foule presque innombrable d’artistes ; mais le premier de tous fut Phidias d’Athènes pour son Jupiter d’Olympie.

86Histoire naturelle, XXXIV, 19 (54) :
Phidias praeter Iouem Olympium, quem nemo aemulatur, fecit ex ebore aeque Mineruam Athenis, quae est in Parthenone stans.
Phidias, outre le Jupiter d’Olympie qui reste sans rival, a fait en ivoire également la Minerve debout du Parthénon à Athènes.

87Histoire naturelle, XXXV, 40, 147 (la célèbre artiste Lala de Cysique travaillait au poinçon sur l’ivoire) :
Iaia Cyzicena, perpetua uirgo, M. Varronis iuuenta Romae et penicillo pinxit et cestro in ebore imagines mulierum maxime et Neapoli anum in grandi tabula, suam quoque imaginem ad speculum.
Iaia de Cyzique, qui resta toujours vierge, vécut à Rome quand M. Varron était jeune : elle peignit aussi bien au pinceau que sur ivoire à l’aide du cestre, et fit surtout des portraits de femme ; à Naples il y a d’elle un grand tableau représentant une vieille ainsi qu’un autoportrait au miroir.

88Histoire naturelle, XXXV, 41 (149) (comment peindre sur l’ivoire) :
Encausto pingendi duo fuere antiquitus genera, cera et in ebore cestro, id est uericulo, donec classes pingi coepere.
Il y eut anciennement deux procédés de peinture à l’encaustique : à la cire, et sur l’ivoire avec le cestre, c’est-à-dire avec le poinçon, cela jusqu’au moment où l’on se mit à peindre les navires de guerre.

89Histoire naturelle, XXXVI, 2 (5) :
Aut qua magis uia inrepunt uitia quam publica? Quo enim alio modo in priuatos usus uenere ebora, aurum, gemmae? Aut quid omnino diis reliquimus ?
Par quelle voie les vices font-ils mieux leurs insinuants progrès que par la voie officielle ? En effet, de quelle autre façon les ivoires, l’or, les pierres précieuses sont-ils entrés dans l’usage des particuliers ? Et qu’avons-nous laissé aux dieux en possession exclusive ?

90Histoire naturelle, XXXVI, 5, 46 :
[Homerus] dicit enim marmoreo saxo percussum, sed hactenus, regias quoque domus, cum lautissime, praeter aes, aurum, electrum, argentum, ebore tantum adornans.
[Homère] parle en effet d’un personnage frappé par un bloc de marbre, mais sans plus, et même les demeures royales, outre le bronze, l’or, l’électron, l’argent, il ne les peint ornées alors, somptueusement il est vrai, que d’ivoire.

91Histoire naturelle, XXXVI, 30 (tombeau de Mausole) :
Scopas habuit eadem aetate Bryaxim et Timotheum et Leocharen, de quibus simul dicendum est, quoniam pariter caelauere Mausoleum. sepulchrum hoc est ab uxore Artemisia factum Mausolo, Cariae regulo, qui obiit olympiadis CVII anno secundo. Opus id ut esset inter septem miracula, hi maxime fecere artifices.
Scopas eut pour contemporains et pour rivaux Bryaxis, Timothée et Léocharès, desquels il faut parler en même temps, parce qu’ils ont travaillé ensemble au Mausolée : on appelle ainsi le tombeau érigé par Artémise à son mari Mausole, petit roi de Carie, mort l’an deux de la cent-sixième olympiade. C’est surtout grâce à ces artistes que cet ouvrage est compté entre les sept merveilles.

92Histoire naturelle, XXXVII, 78 (204) :
Rerum autem ipsarum maximum est pretium in mari nascentium margaritis […] ; ex iis, quae spirare conuenit, animalibus in terra maximum dentibus elephantorum, in mari testudinum cortici.
Pour ce qui est des produits eux-mêmes, on attache le plus grand prix, parmi ceux de la mer, aux perles ; […] Quant aux produits fournis par les animaux dotés d’un appareil respiratoire, le premier prix appartient, pour les terrestres, aux défenses d’éléphant ; pour les marins, à la carapace de tortue.

Plutarque

93Vies parallèles. Caton, 18, 2-5 (sur la limitation du luxe par Caton).

Polybe

94Histoires, VI, 53-54, 64 (les funérailles aristocratiques).

Properce

95Élégies, II, 13, 21 (les souhaits de Properce pour ses funérailles) :
Nec mihi tunc fulcro sternatur lectus eburno.
Qu’on ne dresse point de lit funèbre aux pieds d’ivoire. (La traduction de fulcro proposée ici mérite une révision : « qu’on ne dresse point de lit aux dossiers d’ivoire » conviendrait mieux.)

96Élégies, III, 13, 17-18 :
Nam ubi mortifero iacta est fax ultima lecto, | Uxorum fusis stat pia turba comis…
Dès que la dernière torche a été jetée sur le lit funèbre, les épouses sont là, debout, troupe pieuse, les cheveux épars…

97Élégies, IV, 7, 1-2 (sur la croyance très profonde à la vie post mortem dans le tombeau ; bijoux et insignes de rang brûlés avec le corps) :
Sunt aliquid Manes : letum non omnia finit | Luridaque euictos effugit umbra rogos.
Les Manes sont quelque chose : la mort n’est pas la fin de tout et l’ombre blême échappe victorieusement au bûcher.

98Élégies, IV, 8, 68 :
Atque, ubi iam nostris lassauit bracchia plagis, | Lygdamus ad plutei fulcra sinistra latens | euitur geniumque meum protractus adorat.
Puis, quand ses bras sont las de me battre, c’est au tour de Lygdamus : il se cachait contre le pied gauche du lit ; elle l’arrache de là ; aussi il implore ma protection.

99Élégies, IV, 11 (1-10 et 71-72) (recommandations de Cornelia défunte à son époux L. Aemilius Lepidus Paullus) :
Desine, Paulle, meum lacrimis urgere sepulcrum : | panditur ad nullas ianua nigra preces ; | cum semel infernas intrarunt funera leges, | non exorato stant adamante uiae. | Te licet orantem fuscae deus audiat aulae, | nempe tuas lacrimas litora surda bibent. | Vota mouent superos : ubi portitor aera recepit, | obserat herbosos lurida porta rogos. | Sic maestae cecinere tubae, cum subdita nostrum | detraheret lecto fax inimica caput. | […] | Haec est feminei merces extrema triumphi, | Laudat ubi emeritum libera fama rogum.
Cesse, Paullus, de pleurer pour forcer mon tombeau ; la noire porte ne s’ouvre à nulle prière et quand les morts sont passés sous les lois infernales l’inexorable acier leur barre le chemin. Si le dieu du sombre palais entend ta prière, ce sont de sourds rivages qui boiront tes larmes. Nos vœux ne touchent que les dieux du ciel : dès que le nocher a reçu sa monnaie, la porte blême se referme pour toujours sur les tombes où l’herbe croît. Voilà ce que chantaient les trompettes en deuil lorsque l’odieuse torche, mettant le feu à ma tête, l’arrachait au lit funèbre. […] La récompense, le triomphe suprême d’une femme, c’est le libre suffrage de la renommée après sa mort, les louanges accordées à ses seuls mérites.

Sénèque

100De la tranquillité de l’âme, IX, 6 (association de l’ivoire et du bois de thuya, comme signe de luxe et de richesse).

Servius

101Commentarii in Vergilii Aeneidos libros, éd. G. Thilo et H. Hagen, Servii Grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, Leipzig, 1 (1881) ; 2 (1884).

Strabon

102Géographie, IV, 5, 3 (l’ivoire est mêlé à l’ambre jaune et à la verroterie).

103Géographie, XII, 2, 10 (blancheur de l’ivoire prise comme élément de comparaison pour la couleur d’une pierre de Cappadoce).

104Géographie, XVI, 4, 19 :
C’est au commerce que les Sabéens doivent d’être devenus, avec les Gerrhéens, la nation la plus riche de toute l’Arabie. Comme les Gerrhéens, ils ont un très grand luxe d’ameublement, de vaisselle d’or, d’argenterie, un très grand luxe aussi de lits, de trépieds, de cratères et de coupes, bien en rapport du reste avec la magnificence d’habitations, dans lesquelles les portes, les murs, les toits, ont des revêtements d’ivoire, d’or et d’argent incrustés de pierres précieuses. Voilà ce que dit Artémidore [de plus intéressant] au sujet des Arabes, car dans tout le reste de sa description ou bien il se rencontre avec Ératosthène, ou bien il se borne à citer textuellement les autres historiens. (Trad. A Tardieu, Géographie, Paris, 1867.)

Suétone

105Caesar, LXXXIV, 1 et 5 :
Funere indicto rogus extructus est in Martio campo iuxta Iuliae tumulum et pro rostris aurata aedes ad simulacrum templi Veneris Genetricis collocata ; intraque lectus eburneus auro ac purpura stratus et ad caput tropaeum cum ueste, in qua fuerat occisus. […] Lectum pro rostris in forum magistratus et honoribus functi detulerunt.
Quand la date des funérailles eut été annoncée, on dressa le bûcher sur le champ de Mars, à côté du tombeau de Julie, et l’on édifia devant la tribune aux harangues une chapelle dorée sur le modèle du temple de Vénus Genetrix ; à l’intérieur fut placé un lit d’ivoire tendu de pourpre et d’or, et à sa tête, un trophée avec les habits portés par César au moment du meurtre. […] Le lit funèbre fut porté au forum devant la tribune aux harangues par des magistrats en exercice ou sortis de charge.

106Auguste, 71.

107Auguste, 78 (sur le lectus lucubratorius, qui se distingue du lit à dormir et de celui de table cubicularis).

108Auguste, 99 (l’âme s’échappe du corps par la bouche).

109Auguste, 100 (funérailles d’Auguste) :
Reliquias legerunt primores equestris ordinis, tunicati et discincti pedibusque nudis, ac Mausoleo condiderunt.
Les principaux membres de l’ordre équestre, en tunique, sans ceinture et pieds nus, recueillirent ses restes et les déposèrent dans le Mausolée.

Tite-Live

110Histoire romaine, X, 7, 11.

111Histoire romaine, XXII, 31, 11.

112Histoire romaine, XXXIV, 1-8 (discours de Caton contre l’abrogation de la loi Oppia).

113Histoire romaine, XXXVIII, 59 (à son triomphe, L. Cornelius Scipion, qui fut surnommé « l’Asiatique » à sa demande, fit porter, entre autres, 2131 défenses d’éléphants).

114Histoire romaine, XXXIX, 6, 7 ; Pison, fr. 34 P (triomphe de Cnaeus Manlius Vulso) :
Extremo anni, magistratibus iam creati, ante diem tertium nonas Martias Cn. Manlius Vulso de Gallis qui Asiam incolunt triumphauit. […] Luxuriae enim peregrinae origo ab exercitu Asiatico inuecta in Vrbem est. Ii primum lectos aeratos, uestem stragulam pretiosam, plagulas et alia textilia et quae tum magnificae supellectilis habebantur, monopodia et abacos, Romam aduexerunt.
À la fin de l’année, alors que les magistrats avaient déjà été élus, le troisième jour avant les nones de Mars, Cnaeus Manlius Vulso célébra son triomphe sur les Gaulois d’Asie. […] Car les premières manifestations du luxe étranger ont été introduites dans la cité par l’armée d’Asie. Ce furent ces soldats qui, les premiers, rapportèrent à Rome des lits décorés de bronze, des tapis précieux, tentures et autres étoffes, et ces objets alors considérés comme les éléments d’un ameublement de luxe : les tables à un pied et les dessertes.

Valère-Maxime

115Des faits et des paroles mémorables, VII, 5, 1 (lectulos Punicanos : les lits de style punique étaient petits et essentiellement en bois, repris presque mot pour mot de Cicéron, Pro Murena, XXXVI, 75) :
Q. Aelius Tubero a Q. Fabio Maximo epulum populo nomine P. Africani patrui sui dante rogatus ut triclinium sterneret lectulos Punicanos pellibus haedinis strauit et pro argenteis uasis Samia exposuit.
Q. Fabius Maximus qui donnait un repas au peuple en mémoire de Scipion l’Africain, son oncle, avait prié Q. Aelius Tubéron de préparer la salle du festin. Celui-ci fit couvrir de peaux de bouc de petits lits carthaginois et, au lieu d’argenterie, fit mettre sur les tables de la vaisselle de Samos.

Varron

116De lingua latina, V, 4, 23.

117De lingua latina, V, 166.

118De lingua latina, VIII, 32 (sur la diversité nécessaire des formes de lits, et la beauté de l’ivoire pouvant les recouvrir).

119De lingua latina, IX, 47 (sur l’importance et la valeur esthétique de l’ivoire dans la décoration des lits).

120De re rustica, III, 2, 4 (association de l’ivoire et de l’or, comme signe de luxe et de richesse).

Virgile

121Énéide, IV, 685 (recueil du dernier souffle).

122Énéide, V, 77-80 (Anchise ; le vin répandu).

123Énéide, VI, 210-235 (les funérailles de Misène) :
Nec minus interea Misenum in litore Teucri | flebant et cineri ingrato suprema ferebant. | Principio pinguem taedis et robore secto | ingentem struxere pyram, cui frondibus atris | intexunt latera et feralis ante cupressos | constituont, decorantque super fulgentibus armis. | Pars calidos latices et aena undantia flammis | expediunt, corpusque lauant frigentis et unguont. | Fit gemitus. Tum membra toro defleta reponunt | purpureasque super uestis, uelamina nota, | coniciunt. Pars ingenti subiere feretro, | triste ministerium, et subiectam more parentum | auersi tenuere facem. Congesta cremantur | turea dona, dapes, fuso crateres oliuo. | Postquam conlapsi cineres et flamma quieuit, | reliquias uino et bibulam lauere fauillam, | ossaque lecta cado texit Corynaeus aeno. | Idem ter socios pura circumtulit unda | spargens rore leui et ramo felicis oliuae, | lustrauitque uiros dixitque nouissima uerba. | At pius Aeneas ingenti mole sepulcrum | imponit suaque arma uiro remumque tubamque | monte sub aerio, qui nunc Misenus ab illo | dicitur aeternumque tenet per saecula nomen.
Cependant, de leur côté, les Troyens sur le rivage pleuraient Misène et rendaient les derniers honneurs à sa cendre insensible. Ils ont construit d’abord un bûcher colossal nourri de résineux et de rondins de rouvre ; ils en tapissent les côtés de feuillages sombres, dressent devant de funèbres cyprès, ils décorent le haut d’armes étincelantes. Les uns préparent l’eau chaude, les vaisseaux de bronze bouillonnant sur les flammes, ils lavent et parfument le corps glacé. On pousse le gémissement. Puis on place sur un lit ces membres couverts de larmes, on jette par dessus draps de pourpre, parures familières. D’autres ont chargé sur leurs épaules l’énorme brancard, lugubre ministère, et en se détournant selon la coutume des ancêtres, ils ont approché la torche inclinée. L’amas des offrandes, encens, chair des victimes, l’huile répandue, les cratères, tout est brûlé. Après que les cendres se furent affaissées, la flamme alanguie, ils ont lavé dans le vin les restes et l’avide poussière ; Corynée, recueillant les os, les enferma dans une urne de bronze. Avec une onde pure il fit aussi trois fois le tour de ses compagnons, les aspergeant de rosée légère avec une branche d’olivier portant fruit, il purifia les hommes et dit les dernières paroles. Mais en l’honneur du héros le pieux Énée consacre sur place un tombeau colossal avec ses armes, sa rame, sa trompette, au pied d’un mont aérien qui porte aujourd’hui son nom de Misène et à travers les siècles le garde pour toujours.

Notes

1  L’édition de M. Nisard, 1877, propose le terme solidos au lieu de solicos ici, avec la traduction suivante : « au lieu qu’à part les couvertures des tablettes et le plaqué des lits, on ne le voit que rarement employé ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search