Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Troisième partie. Les lits funéraires d'apparat ornés d'ivoire : symbolisme, ostentation, pouvoir

Chapitre 3. Domination aristocratique et ostentation

Texte intégral

L’ivoire, reflet du luxe aristocratique

1Les discours antiques sur le luxe sont, nous le savons, soumis à un point de vue et à une réélaboration à des fins idéologiques, ce qui doit être pris en compte ; mais il n’en reste pas moins que les sources dont nous disposons constituent la base essentielle des débats contemporains sur le sujet.

  • 1  Ce terme fut récemment l’objet du 10e colloque annuel de la Maison de l’archéologie et de l’ethnol (...)

2Les lits funéraires ornés d’ivoire de Cumes entrent cependant dans un projet global lié au désir des familles aristocratiques concernées de manifester leur pouvoir et leur richesse, mais aussi d’exercer et de nourrir leur prestige1. Ils en constituent une des composantes ostentatoires de premier ordre, mais aussi le produit d’un luxe, que l’on voit se développer à Rome et en Italie à partir du iie s. av. J.-C., en particulier pour prendre une grande ampleur à la fin de la République mais surtout à partir du règne d’Auguste. Ce développement du luxe entraîne ainsi une demande croissante d’objets de grande valeur, dont l’ivoire et les produits manufacturés qui en sont issus font partie, impliquant par conséquent un développement du commerce avec les contrées fournissant la matière première, l’Afrique et l’Inde.

Luxe et confusion moderne : entre l’ivoire et l’os

3Il convient cependant, avant d’aborder ce problème du commerce, d’évoquer ce que l’on pourrait appeler, à propos de la notion de luxe, une confusion des modernes. De nombreux auteurs ayant étudié des vestiges de lits romains ornés d’os sculpté, en particulier provenant des tombes, assimilent presque automatiquement ces lits au luxe. Cette affirmation, énoncée peut-être par commodité et par habitude, ne semble pas prendre véritablement en compte le sens que porte ce mot de « luxe ». Nous l’avons vu, l’os est utilisé comme substitut de l’ivoire, car beaucoup moins onéreux et facile à se procurer, ce que tous les auteurs s’accordent pourtant à reconnaître.

  • 2  Bellini 2007c ; 2008 ; Bellini, Montanelli, Trigona 2014.
  • 3  Voir à ce sujet N. Coquery, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, 201 (...)

4C’est bien sûr ce qui explique que face à la multitude de lits décorés d’os, peu de place est faite pour les lits ornés d’ivoire, comme il a été constaté en particulier dans les contextes funéraires. On arguera la magnificence de certains lits décorés d’os, recouverts par exemple de feuilles d’or, comme celui d’Aquinum2. Pourtant, la comparaison avec l’ivoire ne tient qu’en apparence : ainsi le matériau pouvait être dissimulé sous une apparence luxueuse mais trompeuse, par exemple en étant blanchi, afin de le confondre visuellement avec l’ivoire. Ce serait un peu aujourd’hui comme un canapé dit « simili cuir », dont l’aspect peut être confondant de ressemblance avec le cuir… La notion de demi-luxe, élaborée par les historiens modernistes, pourrait ici trouver tout son sens3. De plus, la valeur symbolique de l’ivoire est ancienne, au contraire de l’os qui n’en a pas : recouvrir d’or un lit en os n’a pas le même sens qu’exhiber un lit d’ivoire véritable, même recouvert d’or. On constate aussi que la qualité d’exécution sculpturale n’est pas la même sur l’un ou l’autre matériau, montrant qu’il peut être fait appel à des artistes de talent différents, et donc que le coût est différent. Enfin, il semble que les monuments non plus ne soient pas les mêmes. Ainsi le mausolée A63 de Cumes est qualifié d’exceptionnel, et le mausolée A2 de rare à l’époque, unique même dans la région, par son architecture inspirée des modèles anciens.

Le développement du commerce de l’ivoire en Italie romaine : importation et artisanat local

  • 4  Tchernia 2011. Voir également Mauny 1968 ; Rodziewicz 1998.
  • 5  Ce domaine est actuellement en cours d’étude et a été ponctué en mars 2021 par le colloque Ex Orie (...)

5La question du commerce de l’ivoire est trop vaste pour être approfondie ici, et l’aborder de manière sérieuse nécessiterait de l’intégrer dans celle, encore plus complexe, des mouvements commerciaux et de leur contextualisation dans le large cadre du monde romain. Il conviendra donc de se tourner vers des articles et ouvrages spécialisés, en particulier la remarquable synthèse publiée par André Tchernia4. On notera simplement la mise en place à l’époque impériale d’une route maritime directe entre l’Égypte et l’Inde, qui permet l’organisation d’un commerce du poivre, mais qui comprend aussi l’ivoire5.

  • 6  Citation tirée d’un court mais très beau texte sur « la nature des ivoires », en présentation du c (...)

6L’ivoire, matière travaillée par les hommes depuis le Paléolithique supérieur, est utilisé pour la fabrication d’objets de diverses tailles et appréciée au départ pour sa disposition à être sculptée, puis pour sa beauté, sa couleur et sa valeur. On trouve de nombreux témoignages, tant en Occident qu’en Orient, qui devinrent au cours du temps symbole de statut et de puissance, et qui purent même servir de moyen d’échange. Sa valeur dépassait celle de l’os travaillé, lui aussi utilisé très tôt, et offrait de par sa morphologie et ses volumes des possibilités de travail beaucoup plus importantes, moins tributaires des formes d’origine. « On comprend ici la supériorité de l’ivoire sur les os, à la fois encombrés de formes préexistantes et parcimonieux en volume. Aussi, dès les débuts de l’art paléolithique, l’ivoire s’impose-t-il devant [lui] », résume François Poplin6.

  • 7  Ibid., p. 28. Sur le commerce de l’ivoire durant l’âge du bronze, voir également Barnett 1982, p.  (...)
  • 8  Caubet, Gaborit-Chopin 2004, p. 88.
  • 9  Tchernia 2011, part. p. 289-314.

7À Rome, la question du travail de l’ivoire est double. S’il y arrive sous forme manufacturée, où sont les lieux de fabrication ? S’il est en revanche importé sous forme brute pour être confié à des artisans italiens ou pérégrins mais vivant sur place, quelle est alors l’origine de la matière brute et où se trouvent ces ateliers ? Pour cette seconde question, on peut se tourner vers l’Afrique et vers l’Asie, importants viviers d’hippopotames et d’éléphants, dont le commerce des défenses existe depuis longtemps, comme l’atteste le contenu d’une épave de navire du xiiie s. av. J.-C. coulée au large d’Ulu Burun en Turquie, qui contenait plusieurs morceaux débités d’ivoire d’éléphant et de nombreuses dents d’hippopotame7. À l’époque romaine, en particulier à partir du début de l’Empire8, le commerce de l’ivoire et son utilisation comme ornementation sculptée ne cessent de se développer : manifestation du luxe oriental, à partir d’Auguste, comme en témoignent en particulier les considérables échanges commerciaux entre Rome et l’Inde9, entrepris pour répondre aux besoins croissants des élites et des gens fortunés – les affranchis ayant fait fortune, les « nouveaux riches » dont Trimalcion est la caricature, désireux d’égaler l’aristocratie par leur faste.

8Il semble cependant que la quantité d’ivoire disponible sur le marché ait subi des fluctuations selon les époques ; si l’on en croit Pline par exemple, la sienne vivait une pénurie, d’ivoire africain manifestement :

Quamquam nuper ossa etiam in laminas secari coepere paenuria. Etenim rara amplitudo iam dentium praeterquam ex India reperitur ; cetera in nostro orbe cessere luxuriae.

  • 10  Histoire Naturelle, VIII, 4, trad. A. Ernout, CUF, 1952.

Cependant, faute d’ivoire, on s’est mis récemment à couper en lamelles les os eux-mêmes. En effet, il est rare de trouver aujourd’hui de grandes défenses, excepté dans l’Inde ; dans notre partie du monde, tout l’ivoire qui s’y trouvait a disparu, absorbé par le luxe10.

  • 11  Voir, par exemple, Letta 1984 ; Talamo 1987-1988 ; Bonacasa-Carra 2000 ; Copersino 2003 ; Bertrand (...)
  • 12  Giacchero 1974, p. 287, 16.10a.
  • 13  Frézouls 1977, p. 260.
  • 14  De Romanis 2014. La littérature moderne sur ce chargement rapporté par le PVindob. G 40822 est con (...)
  • 15  Sur la possible étymologie de ce terme inexistant ailleurs, voir De Romanis 2014, p. 5.
  • 16  Ibid.
  • 17  Voir également le Périple de la mer Érythrée, texte écrit probablement par un marchand grec entre (...)

9La présence à Rome d’un artisanat de l’ivoire, à partir du iie s. av. J.-C., est donc dépendante des importations, tandis que celui de l’os, matière aisément accessible et d’un bas coût de production, s’est rapidement implanté en Italie, comme le suggèrent plusieurs auteurs modernes11. La différence de valeur entre les deux matériaux est importante : tandis que la matière première de l’os était de récupération, en particulier dans les boucheries – et devait donc être gratuite –, l’Édit du Maximum, au début du ive s. apr. J.-C., indique qu’une livre d’ivoire (soit 324 g) coûtait 150 deniers12, ce qui représente six fois plus que le salaire journalier d’un ouvrier agricole, qui s’élève à 25 deniers13. Au iie s. apr. J.-C., le commerce de l’ivoire brut est attesté par le papyrus dit « de Muziris » (PVindob. G 40822), qui rapporte que le navire Hermapollon transporta entre Coptos et Alexandrie des marchandises importées d’Inde par un port de la mer Rouge et précise la valeur monétaire des trois quarts de ces biens : parmi ceux-ci, une importante quantité d’ivoire. Fait remarquable, cet ivoire convoyé est composé de deux catégories que Federico De Romanis14 décrit ainsi : d’une part, des σχίδαι15, morceaux probablement de médiocre qualité délibérément embarqués sous cette forme, ou bien d’un ivoire sain accidentellement brisé – en tout cas de moindre valeur –, pour un poids de 538,5 kg16 ; de l’autre, l’ἐλέϕας ὑγιής, l’ivoire sain, dénombré en 167 défenses d’éléphants, dont le poids indiqué, 3228,5 kg, représente presque sept fois plus de matière que les schidai. La valeur marchande n’est bien sûr pas la même, et permet de supposer par conséquent plusieurs marchés, destinés à la fabrication d’objets de valeurs et de coûts différents17.

  • 18  Talamo 1987-1988, p. 81-83, et Bonacasa Carra 2000, p. 353-354, suggèrent pour le lit de l’Esquili (...)
  • 19  Tchernia 2011.
  • 20  Cette statuette est conservée au MANN, inv. 149425 (Borriello 1986, p. 230-231, no 1).
  • 21  Voir, par exemple, Feugère, Forest, Prévot 2008 ; Feugère, Prévot 2008 ; Prévot 2008 ; 2009 ; Ande (...)
  • 22  St Clair 2003, p. 57-63.
  • 23  CIL, VI, 33885. Il s’agit d’une inscription découverte en 1887 à Rome, dans le Trastevere.
  • 24  CIL, VI, 7655, 7885, 9375, 9397, 33423, 37374a, 37793 ; IX, 5140. Ces inscriptions sur marbre, déc (...)
  • 25  Épîtres, II, 196 : Marmoris aut eboris fabros aut aeris amauit.
  • 26  CIL, VI, 9397 : Q. Considius Eumolpus / faber eburar(ius), ou 33423.

10Quant à la question des artisans et de la localisation géographique des ateliers, les savants modernes évoquent surtout l’Égypte et Alexandrie en particulier, lieu de dédouanement de l’ivoire importé par le commerce érythréen, place centrale du commerce méditerranéen et centre artisanal, où des fouilles ont révélé des ateliers18. L’Orient et l’Inde en particulier sont également évoqués19, et la présence à Pompéi d’une statuette en ivoire de la déesse indienne Lakshmi, dans un contexte archéologique daté de l’époque tibérienne20, semble en confirmer les contacts, même si elle ne peut en aucun cas, à elle seule, constituer un indice sérieux pour prouver l’existence d’un courant commercial d’objets manufacturés : c’est en effet la seule occurrence connue d’une sculpture indienne dans le Bassin méditerranéen. Pour ce qui concerne le monde romain, c’est bien l’artisanat de l’os qui commence aujourd’hui à être mieux connu, grâce à la fouille de quelques ateliers, pour une bonne part en Gaule romaine, là où les chercheurs se sont davantage penchés sur la question21. Mais ces ateliers sont souvent d’époque impériale. Pour l’ivoire, c’est encore une autre affaire… Les ateliers de Gaule n’en ont pas gardé trace, et la manufacture des objets trouvés en Italie reste obscure. Les études modernes, faute de données suffisantes, n’ont pour le moment pas donné lieu à une synthèse éclairante. À Rome, et plus largement en Italie romaine, il convient de différencier la période républicaine de la période impériale, qui n’offrent pas le même visage. Pour les deux derniers siècles de la République, l’absence de sources écrites précises et surtout de témoignages archéologiques ne permet aucune certitude. À l’époque impériale, les témoignages archéologiques, peu nombreux, se limitent à quelques déchets de fabrication, comme ceux, en ivoire et en os, dévoilés par les fouilles menées sur le versant sud-est du Palatin, indices de la présence possible d’ateliers entre le ier et le ve s. apr. J.-C.22, si l’on suit les hypothèses des chercheurs. Le Palatin est alors occupé par le palais impérial, ce qui peut laisser supposer que ces artisans travaillaient pour l’empereur. Le temps du règne d’Hadrien a aussi conservé la trace d’un important règlement d’une corporation de marchands associés d’ivoire et de thuya, les negotiatores eborarii et citrarii23, ce qui témoigne d’une activité commerciale bien présente, et par voie de conséquence probablement d’ateliers sur place. Cette présence est d’ailleurs attestée par quelques épitaphes trouvées à Rome faisant mention d’eborarii24. On peut même alors parler d’eboris faber (« artisan de l’ivoire ») si l’on en croit Horace25, mais aussi quelques-unes de ces épitaphes26.

  • 27  Bonacasa Carra 2000, p. 253-254, par exemple, suggère que les objets manufacturés en ivoire et en (...)
  • 28  Dans Histoire naturelle, XIII, 29, Pline rapporte qu’une table de citre (c’est-à-dire de thuya) ap (...)

11Il a été avancé que l’ivoire était travaillé par les mêmes artisans que ceux qui œuvraient sur l’os27 ; mais il semble hâtif de généraliser. Les textes et inscriptions mentionnent des artisans nommés eborarius et eboris faber, mais pas ossis faber. Un eborarius pouvait fort bien travailler l’os, mais un travailleur de l’os n’œuvrait pas nécessairement sur l’ivoire, selon le type de clientèle à laquelle son art et sa renommée s’adressaient. Si Pline écrit sur l’ivoire, c’est parce qu’il s’agit d’un matériau de grande valeur, prisé tant par les artistes que par les acheteurs, et qu’il est associé aux autres matériaux de luxe sur lesquels il s’attarde justement parce qu’ils sortent de l’ordinaire. L’immense majorité de la population n’était pas concernée par les objets et mobiliers en ivoire, de même qu’aujourd’hui les œuvres d’art qui ont une valeur marchande élevée ne touchent qu’une population réduite, d’amateurs ou de riches collectionneurs ou mécènes. Il est aujourd’hui de bon ton de posséder un tableau de tel artiste, de même qu’à Rome il était remarqué, au point d’être consigné dans des textes, lorsque l’on possédait ou achetait telle table en bois précieux incrustée d’ivoire, d’un prix exorbitant28.

  • 29  Voir les textes et citations rassemblés infra Annexe 1, p. 283 et suiv.
  • 30  Pline, Histoire naturelle, VII, 15 (64).
  • 31  Il serait intéressant d’examiner la symbolique de la toga candida, cette toge d’un blanc éclatant (...)
  • 32  Histoire naturelle, XII, 2 (3).
  • 33  Voir les extraits de l’Histoire naturelle, infra Annexe 1, p. 293-298.

12C’est ainsi que face à l’indigence des témoignages archéologiques, les auteurs anciens, par des allusions ou des commentaires parfois détaillés, ne laissent pas de fournir des indices intéressants29, éclairant ce questionnement parfois trop conjectural. Le plus prolixe est assurément Pline l’Ancien, quand il sème au long de son Histoire naturelle nombre de considérations sur l’ivoire et son éclat, cet eboris nitor30 qui le rend si unique et qui lui vaut d’être sans cesse pris comme élément de comparaison – tel ou tel objet « a l’apparence de l’ivoire »31, associé souvent au bois de citre ou encore à l’or, comme auro fulgentia atque ebore simulacra32, « images étincelantes d’or et d’ivoire ». Plusieurs de ses livres abordent le sujet, que ce soit par simple allusion fugace ou développement plus important33 ; et à chaque fois ou presque, il est question du rapport au luxe.

Le développement du luxe privé à Rome

  • 34  Pourtant, c’est bien au moment de l’introduction à Rome du mobilier de luxe.
  • 35  Tchernia 2011, p. 14-17, sur les immenses volumes de biens de luxe importés, p. 303, sur l’ineffic (...)

13Nous venons de le voir, cette demande d’objets de luxe, ayant entraîné un développement considérable du commerce, s’est beaucoup développée à partir de l’époque impériale. La promulgation de lois restreignant le luxe ostentatoire, depuis le iie s. av. J.-C.34 jusqu’à la fin de la République et sous Auguste, ne semble pas avoir réellement freiné l’importation et la production d’ivoire, comme l’a montré André Tchernia35. Ainsi donc, la rareté des témoignages de lits en ivoire leur confère une valeur d’autant plus grande.

14Le développement du luxe est bien évoqué par Pline, quand il explique que les lits en bois, de facture simple au départ, dans le but de les embellir, ont trouvé leur prolongement technique et artistique dans les lits recouverts de bronze, d’ivoire ou d’os. Voici ce qu’il écrit :

Haec prima origo luxuriae arborum, alia integi et uilioris ligni e pretiosiore corticem fieri. Ut una arbor saepius ueniret, excogitatae sunt et ligni bratteae. Nec satis, coepere tingui animalium cornua, dentes secari lignumque ebore distingui, mox operiri. Placuit deinde materiem et in mari quaeri. Testudo in hoc secta, nuperque portentosis ingeniis principatu Neronis inuentum, ut pigmentis perderet se plurisque ueniret imitata lignum. Sic lectis pretia quaeruntur, sic terebinthum uinci iuuat, sic citrum pretiosius fieri, sic acer decipi. Modo luxuria non fuerat contenta ligno, iam lignum et e testudine facit.

  • 36  Histoire naturelle, XVI, 84, 232-233, trad. J. André, CUF, 1962.

De là vient le luxe qui fit recouvrir une essence d’une autre et donner à un bois l’enveloppe d’un bois plus précieux. Pour faire plusieurs ventes du même arbre, on a imaginé jusqu’aux feuilles de bois. Ce n’était pas assez : on s’est mis à teindre les cornes des animaux, à fendre leurs dents, puis à recouvrir le bois d’ivoire. On trouva bon ensuite d’aller chercher des matériaux jusque dans la mer. À cet effet on a fendu l’écaille de tortue et naguère, sous le règne de Néron, l’invention d’esprits monstrueux l’a dénaturée par des teintures, et l’a fait vendre plus cher en lui donnant l’aspect du bois. C’est ainsi qu’on donne du prix aux lits, c’est ainsi qu’on se plaît à éclipser le térébinthe, à créer un thuya plus précieux, et imiter l’érable. Naguère le luxe n’était pas satisfait du bois et voici qu’il transforme en bois l’écaille de tortue36.

  • 37  Voir les célèbres passages de Pline lui-même, XXXIII, 53 (148-150) et XXXIV, 8 (14), qui font écho (...)

15Ce texte est extrait d’une longue description des différentes espèces d’arbres et de leurs utilisations en menuiserie et marqueterie. Le caractère virulent du ton s’inscrit dans une critique globale du luxe qui s’est introduit dans la société romaine (au début du iie37 s. av. J.-C.) et qui, selon l’auteur, a contribué à la gangréner de l’intérieur. Mais un autre intérêt réside pour nous dans les informations qu’il fournit sur les différents placages qui pouvaient orner les lits, et les raisons qui ont entraîné ces procédés techniques : il s’agissait de rendre l’apparence de l’objet plus luxueuse, d’en augmenter la valeur. Les termes luxuriae, pretiosiore, pretia, luxuria répondent à imitata… Essences d’arbres précieux, corne, écaille de tortue… l’étourdissement de la volonté de luxe conduit même à des absurdités : modo luxuria non fuerat contenta ligno, iam lignum et e testudine facit

  • 38  L’ivoire est en effet une des composantes de la dent, comme nous l’avons déjà précisé.

16Et il est question d’ivoire, par cette phrase qui attire l’attention : « Nec satis, coepere […] dentes secari lignumque ebore distingui, mox operiri. » La traduction citée ici soulève un problème. Elle ne prend pas explicitement en compte le verbe distingui, ce qui rapproche ainsi dentes d’ebore : la progression du texte induit ainsi plus fortement la transformation du matériau brut en produit fini38. Cette idée est juste, mais elle balaye un terme qui pourtant semble extrêmement important. Dans l’histoire de la décoration des lits, ce terme évoque une sorte de phase intermédiaire, avant celle du recouvrement par placage, au cours de laquelle le bois était rehaussé, orné, arrangé avec de l’ivoire. Cette distinction est de plus accentuée par mox, qui sépare les deux verbes. Distinguere prenant ici le sens de « nuancer », « diversifier », mais peut-être avec une légère pointe sarcastique, il semblerait donc plus pertinent de le conserver dans une traduction du type : « Ce n’était pas assez, on se mit […] à fendre les dents [des animaux], à orner le bois avec de l’ivoire, bientôt à l’en couvrir. »

  • 39  Pline et Tite-Live, op. cit. supra, n. 37.

17On le voit encore une fois, les origines des placages sur les lits romains tirent leurs origines d’un grand ensemble de facteurs influents. Les lits décorés de bronze auraient fait leur entrée à Rome à la faveur du triomphe de Cn. Manlius Vulso en 187 av. J.-C.39, mais les lits de bois existaient déjà et ont, selon toute vraisemblance, continué à exister et à être produits sous des formes stylistiques variées. Les lits décorés d’ivoire sont eux aussi la conséquence en constante mutation de processus artisanaux répondant aux demandes des élites qui souhaitaient imiter le faste venu d’Orient, et surtout de la Macédoine. Les lits décorés d’os ont reçu ces héritages multiples et ont permis l’illusion du luxe en imitant ceux qui imitaient déjà, induisant une multiplication des approches et créant des formes aux multiples influences, locales et extérieures.

  • 40  Voir à ce sujet Wallace-Hadrill 2008, p. 315 sqq. Voir également Engels 1998.

18Il est également intéressant de constater une certaine concomitance entre le moment de l’introduction du luxe à Rome, selon en tout cas ce qu’en rapportent les auteurs, et la datation des plus anciens éléments en ivoire sculpté ou de leurs imitations en os, au début du iie s. av. J.-C., peut-être même à la fin du iiie s. Les incertitudes émises par les chercheurs sur la précision de ces datations n’autorisent pas de déductions trop hâtives, mais si des exemplaires de lits assimilables au luxe étaient datés avant l’année 187, un approfondissement de la question s’avérerait nécessaire et instructif. Cette correspondance entre cet événement célèbre, qui semble marquer une transformation radicale dans le rapport au luxe40, et l’existence avérée archéologiquement de formes qui lui sont quand même assimilables, suscitent un questionnement sur cette radicalité de changement.

  • 41  Voir, par exemple, Moatti 1997.

19On se saurait en effet imaginer avant le iie s. une absence de luxe privé, qui existait de fait dans l’aristocratie. Le règne du mos maiorum, qui prône mesure et simplicité, n’est la clef de voûte que d’un fonctionnement idéal de la société, il est largement une construction41. Les manifestations ostentatoires du luxe, qui commencent en 187 si l’on en croit Pline et Tite-Live, donnent le ton d’une rivalité dans laquelle ce luxe devient une véritable arme politique. Le cas de Cn. Manlius Vulso est à cet égard extrêmement éloquent : l’étalage de cet immense et riche butin de guerre, de ce mobilier hellénistique somptueux, de ces lits de bronze permet d’accorder d’autant au personnage l’apparence d’une importance militaire – et donc politique – qui en fait outrepasse la réalité.

  • 42  Sur les lois somptuaires, voir Wallace-Hadrill 2008, p. 319-331.
  • 43  Tite-Live, XXXIV, 1-8 ; Plutarque, Vies parallèles. Caton, 5, 16-18.

20Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le luxe ostentatoire trouve à cette époque ses plus féroces opposants. Sa puissance devient telle qu’elle influe sur les institutions : de là la velléité de le restreindre. C’est bien parce que le luxe existe que des lois s’érigent contre42. Songeons par exemple à la célèbre Lex Oppia promulguée en 215 et abrogée deux décennies plus tard, mais défendue farouchement par Caton43. En 215, même si les événements historiques – guerres puniques en particulier –, ont créé un climat économique pour le moins difficile, les traditions ancestrales d’échanges avec les mondes étrusque et grec ont nécessairement entraîné des influences et des évolutions dans les goûts et les modes de vie, bien avant le triomphe de Manlius.

21Lors de sa censure, Caton fit œuvre de sévérité : 

Nam et in complures nobiles animadvertit et multas res novas in edictum addidit, qua re luxuria reprimeretur, quae iam tum incipiebat pullulare.

  • 44  Cornelius Nepos, Caton, 2, trad. A.-M. Guillemin, CUF, 1961.

Par exemple, il ne ménagea pas à un certain nombre de personnages en vue ses sévérités et beaucoup de nouveautés furent ajoutées à son édit dans le but de réprimer le luxe qui déjà commençait à se développer44.

  • 45  Bruneau 1982, p. 642-648. Le texte de Festus est le suivant : Pavimenta poenica, marmore Numidico (...)
  • 46  Dubois-Pelerin 2008, p. 41-48 ; 2007.
  • 47  Dubois-Pelerin 2008, p. 41 : l’auteur cite en particulier Salluste et Tite-Live, puis Polybe et Pl (...)
  • 48  Ibid., p. 41-42 : Pline l’Ancien, à partir des textes que nous avons cités à plusieurs reprises dé (...)
  • 49  Ibid., p. 41.

22Les formes du luxe privé en général, si elles existent bien avant 187, sont combattues avec force : Caton pourfendeur encore dénonce les apports de Carthage, fournisseur de bois de citrus… et d’ivoire – si l’on en croit l’analyse par P. Bruneau d’un passage de Festus, qui reprendrait les paroles de Caton45. Éva Dubois-Pelerin46 a montré combien les avis des auteurs anciens peuvent diverger, selon les objectifs qui les guident dans leurs écrits, politiques et idéologiques pour les uns47, plus scientifiques et analytiques pour les autres48. « Pour Polybe, Tite-Live et Plutarque, la prise de Syracuse par Marcellus en 212 av. J.-C. constitue une étape décisive dans cette évolution, qui pour Tite-Live marque l’origine de l’enthousiasme des Romains pour les productions artistiques des Grecs49. » Nous sommes donc ici à la fin du iiie s., avant 187. Ces divergences de vues impliquent bien la nécessité d’analyser avec recul les écrits des auteurs anciens, issus d’une aristocratie dominante et véhiculant une vision traditionnelle de l’histoire.

Esthétique et politique : les lits funéraires d’apparat, signe ostentatoire de prestige, de domination et de pouvoir

Une tradition aux origines anciennes

  • 50  Athénée, Les deipnosophistes, V, 197a.
  • 51  Ibid., 205b-206a.

23L’usage des lits funéraires revêtus d’ivoire, nous l’avons vu, s’inscrit dans une tradition ancienne dont les formes les mieux connues remontent à l’époque hellénistique, quand les monarques, mais aussi l’aristocratie, déployaient un faste qu’ils voulaient à la hauteur de leur puissance. L’exemple le plus frappant provient bien sûr de la dynastie macédonienne et des lits provenant des tombeaux de Vergina (pl. III), célébrant la valeur des défunts et l’exaltation du rang social, exploitant les thèmes dionysiaques dans leur signification eschatologique et divine. La richesse des tombeaux de Vergina trouve un reflet éloquent, un peu plus tard, même s’il s’agit de lits domestiques, dans la description par Callixène de Rhodes, citée par Athénée, des cent lits d’or exhibés à l’occasion d’une procession solennelle organisée à Alexandrie par Ptolémée II Philadelphe (285-246)50, ou encore les soixante-quinze lits précieux qui occupaient et ornaient différentes pièces du Thalamègue, le navire de Ptolémée IV Philopator (222-204), construit pour naviguer sur le Nil51.

  • 52  Les Ptolémées en particulier, monarques modèles pour les aristocrates romains, neoi Dionysoi que l (...)
  • 53  Voir le chapitre précédent et l’évocation en particulier de la prise de Syracuse par Marcellus en (...)

24C’est bien à cette époque que l’inspiration des riches Romains pour les goûts et les pratiques des souverains hellénistiques52 prend une ampleur et une place de plus en plus prégnantes dans leurs modes de vie53. Les lits romains ornés d’ivoire, tels ceux de Cumes, avec leurs imitations en os, sont certes des descendants des lits hellénistiques, mais avec des spécificités stylistiques : les élites romano-campaniennes puisent leurs modèles dans le faste passé pour les détourner selon des intentions particulières. On ne sait pas vraiment comment étaient le lit funéraire de César ou celui d’Auguste : selon Suétone, le premier était somptueux :

Funere indicto rogus extructus est in Martio campo iuxta Iuliae tumulum et pro rostris aurata aedes ad simulacrum templi Veneris Genetricis collocata ; intraque lectus eburneus auro ac purpura stratus et ad caput tropaeum cum ueste, in qua fuerat occisus. […] Lectum pro rostris in forum magistratus et honoribus functi detulerunt.

  • 54  Suétone, César, LXXXIV, 1 et 5, trad. H. Ailloud, CUF, 1975.

Quand la date des funérailles eut été annoncée, on dressa le bûcher sur le champ de Mars, à côté du tombeau de Julie, et l’on édifia devant la tribune aux harangues une chapelle dorée sur le modèle du temple de Vénus Genetrix ; à l’intérieur fut placé un lit d’ivoire tendu de pourpre et d’or, et à sa tête, un trophée avec les habits portés par César au moment du meurtre. […] Le lit funèbre fut porté au forum devant la tribune aux harangues par des magistrats en exercice ou sortis de charge54.

25Les funérailles du dictateur datent de 44, soit quelque temps avant la mort de Venidia, la propriétaire du mausolée A2. On imagine alors aussi celui de Sylla, expression d’un faste exceptionnel, lit revêtu d’or transporté au milieu de la pompe à travers l’Italie entière :

Καὶ ἐφέρετο ὁ νέκυς ὁ τοῦ Σύλλα διὰ τῆς Ἰταλίας ἐς τὸ ἄστυ ἐπὶ κλίνης χρυσηλάτου καὶ κόσμου βασιλικοῦ.

  • 55  Appien, Les guerres civiles, I, 105, trad. P. Goukowsky, CUF, 2008.

Et le corps de Sylla fut promené par l’Italie et conduit à Rome sur un lit de parade en or, avec une magnificence royale55.

26Dion Cassius décrit les funérailles d’Auguste comme très solennelles, évoquant le lit funéraire lors du transport du corps :

Ταῦτα μὲν αἱ ἐντολαὶ εἶχον, μετὰ δὲ τοῦτο ἡ ἐκφορὰ αὐτοῦ ἐγένετο. κλίνη ἦν ἔκ τε ἐλέφαντος καὶ χρυσοῦ πεποιημένη καὶ στρώμασιν ἁλουργοῖς διαχρύσοις κεκοσμημένη· καὶ ἐν αὐτῇ τὸ μὲν σῶμα κάτω που ἐν θήκῃ συνεκέκρυπτο, [εἰκὼν δὲ δή τις αὐτοῦ κηρίνη ἐν ἐπινικίῳ στολῇ ἐξεφαίνετο.] καὶ αὕτη μὲν ἐκ τοῦ παλατίου πρὸς τῶν ἐς νέωτα ἀρχόντων, ἑτέρα δὲ ἐκ τοῦ βουλευτηρίου χρυσῆ, καὶ ἑτέρα αὖ ἐφ ἅρματος πομπικοῦ ἤγετο. καὶ μετὰ ταύτας αἵ τε τῶν προπατόρων αὐτοῦ καὶ αἱ τῶν ἄλλων συγγενῶν τῶν τεθνηκότων, πλὴν τῆς τοῦ Καίσαρος ὅτι ἐς τοὺς ἥρωας ἐσεγέγραπτο, αἵ τε τῶν ἄλλων Ῥωμαίων τῶν καὶ καθ’ ὁτιοῦν πρωτευσάντων, ἀπ αὐτοῦ τοῦ Ῥωμύλου ἀρξάμεναι, ἐφέροντο.

  • 56  Dion Cassius, Histoire romaine, LVI, 34, trad. E. Gros et V. Boissée, Paris, Didot, 1866. Sur les (...)

Voilà quelles étaient ses prescriptions. Après cela eut lieu le convoi. Il y avait un lit d’ivoire et d’or, décoré de tapisseries pourpre et or ; le cadavre était caché sous ce lit même dans un cercueil, mais on voyait une image en cire du défunt, revêtue de la toge triomphale. Cette image partit du Palatin, portée par les magistrats désignés ; une autre, en or, sortit de la curie ; une troisième fut menée en pompe sur un char. À la suite de ces images venaient celles de ses ancêtres, celles de ses autres parents morts, à l’exception de César, parce qu’il avait été mis au rang des héros, et celles de tous les autres Romains qui, à commencer par Romulus lui-même, s’étaient distingués par un mérite quelconque56.

  • 57  Wallace-Hadrill 2008, p. 145.
  • 58  Ibid.

27C’est après les funérailles d’Auguste que se produisent celles de la famille des Gauii, à Cumes. Si les lits des trois célèbres imperatores nous sont inconnus, les lits de Cumes peuvent peut-être en refléter de quelque façon le modèle, par leur caractère exceptionnel puisqu’il s’agit des seuls connus de ce type et en ce matériau, mais aussi, à une échelle locale, par les significations qu’ils portent. Afficher publiquement la richesse du défunt, se placer dans une tradition ancienne, imiter autant que faire se peut les funérailles des empereurs, telles sont leurs principales raisons d’être. Ces lits d’ivoire revêtent ainsi la forme d’une des composantes visibles, d’un indice tangible de ce « process of cultural transformation in late Republican Italy57 », qui se poursuit et s’amplifie durant le Principat d’Auguste : ils sont une des manifestations de la convergence entre « hellenisation and romanisation58 ».

  • 59  Sticchus, 377.

28De plus, l’ivoire n’est pas un simple matériau décoratif : il porte en lui le signe des monarchies orientales, comme le laisse ironiquement entendre Plaute59, signe ancien de luxe et de grandeur, par sa blancheur éclatante (candidus) et sa pureté. Plus encore, élevé haut dans les sphères célestes, il porte aussi en lui le signe des dieux, matériau dont il sait se montrer digne, élevant en même temps ses humains propriétaires au-dessus du commun, exaltant la figure des défunts :

Puluinar uero diuae geniale locatur
sedibus in mediis, Indo quod dente politum
tinctua tegit roseo conchyli purpurae fuc
o.

  • 60  Catulle, Poésies, 64, 47-49, trad. G. Lafaye, revue et corrigée par S. Viarre, CUF, 1992. On peut (...)

La couche nuptiale destinée à la déesse se dresse au milieu du palais ; ornée avec les défenses de l’animal indien, elle est recouverte d’un tissu de pourpre, imprégné du suc rouge qui vient d’un coquillage60.

  • 61  Turcan 1999, p. 109. Pour l’étude des sarcophages romains, voir également Zanker, Ewald 2004.

29Ainsi, encore une fois, un écho s’éveille entre la forme du lit, ses composantes, et la signification des décorations. La défunte du lit « au Centaure » est en tête du cortège, faisant l’objet d’une « ostentation symbolique en tête de cette marche triomphale », si l’on reprend cette expression de Robert Turcan à propos de certains sarcophages plus tardifs61.

Composante ostentatoire : du côté du monument

  • 62  Briand-Ponsart 2004, p. 172 et n. 4 : Cornelia, mère des Gracques, ou encore Julia, épouse de Mari (...)

30Cette ostentation se manifeste de plusieurs manières, sous des angles qui finissent par constituer un tableau cohérent. Ainsi le mausolée A2, après une époque où la République finissante a élevé sur des lits d’ivoire des grands généraux en monarques dissimulés, s’élance en des formes sobres mais antiques composées en tuf – une référence supplémentaire au passé –, et expose la noblesse de la défunte dans un tableau individuel vénérable. L’inscription qui identifiait Venidia, la propriétaire du monument, a disparu, mais il apparaît vraisemblable qu’un éloge devait la grandir encore, par l’énonciation de vertus et qualités qu’une telle femme devait posséder pour être parvenue là. Dans les actes du colloque de Clermont-Ferrand (2004) sur « l’autocélébration des élites », Claude Briand-Ponsart évoque cette autocélébration des femmes, à partir d’exemples d’épitaphes en Afrique du Nord, et montre que certaines d’entre elles pouvaient « revendiquer une place dans l’espace public, sur les vertus ou les qualités, traditionnelles ou nouvelles, qu’elles ont voulu signaler, celles qui ont été louées par leur famille62 ». La laudatio dite de Turia, ou les recommandations de Cornelia défunte à son époux L. Aemilius Lepidus Paullus, déjà évoquées plus haut, sont à cet égard très éloquentes.

  • 63  Rosso 2004, p. 34.
  • 64  Ce terme est repris du titre donné au colloque de Clermont-Ferrand cité plus haut : voir Cébeillac (...)
  • 65  Il en est de même, selon Emmanuelle Rosso (Rosso 2004, p. 33-34), pour la statuaire privée. À quoi (...)
  • 66  F. Coarelli, Ricerche di pittura ellenistica. Lettura e interpretazione della produzione pittorica (...)
  • 67  Heuzey 1873, p. 230.

31Un peu plus tard, au moment où le luxe comme instrument de pouvoir se développe dans la surenchère, le mausolée A63 montre des formes ostentatoires plus amples, plus puissantes, faites de tuf mais aussi de marbre – signe d’un luxe nouveau – dans une volonté de montrer, d’impressionner par sa grandeur et sa richesse. L’imitatio de l’image impériale, dont « l’omniprésence devient référent absolu63 », fait résonner en écho les lits de Cumes avec celui d’Auguste, comme signe d’une ostentation dont les références sont puisées au plus haut de la sphère sociale et politique, et auxquelles elles se trouvent implicitement liées. Ainsi, cette « mise en scène », si l’on peut dire, projette les membres de la gens – tant ceux défunts que ceux encore vivants – au milieu d’une véritable « autocélébration64 », s’élevant à hauteur de l’image impériale elle-même65. « Il lusso […] è un fatto politico », disait Filippo Coarelli66. Ce tombeau familial, en ce point, ne saurait illustrer les mots d’Henri Daumet sur la découverte du fameux tombeau de Palatitza (Vergina), au milieu du xixe siècle, repris par Léon Heuzey : « On s’étonnera peut-être de tant de soin perdu ; mais ici tout était fait pour les morts, dont c’était la demeure : rien n’avait été fait pour les yeux des vivants67… »

32Dans les cités italiennes, reflets à petite échelle de l’Vrbs, les luttes politiques nécessitaient cette exhibition de richesse inouïe, clef déterminante dans les luttes pour le pouvoir. Et en amont du monument, le lit funéraire est un de ces symboles, porté à travers la ville aux yeux de tous. Car les funérailles sont le lieu de représentation idéal. Il existe deux occasions d’exhibition du lit : le banquet, et les funérailles : celles-ci glorifient la famille, les ancêtres, rassemblent la cité entière, à l’image de celles du jeune Caius Gavius déjà au faîte des honneurs locaux et promis à un brillant avenir, avorté.

  • 68  Ainsi pour les funérailles de M. Obellius Firmus, duumvir à Pompéi, 30 livres d’encens et des parf (...)

33Le lit funéraire devient ainsi un signe ostentatoire de l’aristocratie locale, au même titre que les tombeaux ornés de marbre implantés sur terrain public, ou que les magistratures précoces. Il est l’image prestigieuse du mort, et se place définitivement du côté du monument. La tombe accueille le défunt, et le lit le porte vers, le conduit à l’intérieur. La symbolique est autre que celle d’un objet accompagnant le mort. De fait, un lit peut aussi faire partie intégrante de la tombe, s’il est maçonné et construit avec. Lorsqu’il est mobile, il « fait corps avec le mort » pour le cas d’une inhumation, et encore davantage dans la crémation, quand les restes sont mélangés avec les ossements. Fabriqué spécialement pour les funérailles, la destruction ostentatoire de cet objet de luxe renforce encore la symbolique du pouvoir, tout comme il renforce la symbolique du luxe, puisque l’on brûle ainsi des richesses68.

34Pour comprendre l’importance consentie à ce type de lit funéraire, il faut donc prendre en compte le poids des évolutions chronologiques en plus des évolutions sociales : dans les luttes politiques de la fin de la République et du début de l’Empire, le lit ostentatoire prend un véritable sens, car il est un élément symbolique incontournable, image d’un prestige d’autant augmenté. Dans les cas exceptionnels comme Cumes, le lit funéraire va de pair avec la tombe elle-même. Quel dommage que Trimalcion, lorsqu’il parle de la préparation et de la décoration de sa tombe, n’évoque pas le lit ; une présentation satirique nous aurait sans nul doute beaucoup appris sur cette manifestation des ambitions locales…

Notes

1  Ce terme fut récemment l’objet du 10e colloque annuel de la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie à l’université de Nanterre : voir Hurlet, Rivoal, Sidéra 2014, et plus particulièrement la communication d’E. Flaig (Flaig 2014).

2  Bellini 2007c ; 2008 ; Bellini, Montanelli, Trigona 2014.

3  Voir à ce sujet N. Coquery, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, 2011.

4  Tchernia 2011. Voir également Mauny 1968 ; Rodziewicz 1998.

5  Ce domaine est actuellement en cours d’étude et a été ponctué en mars 2021 par le colloque Ex Oriente luxuria IV. L’ivoire d’éléphant (Méditerranée antique, mondes médiévaux et modernes) : état de la recherche et perspectives nouvelles, dir. J. Trinquier et P. Schneider, qui s’inscrit dans une série d’études ayant traité des perles et de l’écaille (Ex Oriente luxuria II. Première étude de cas : perles et écaille) en 2014, puis du poivre en 2017 (Ex Oriente luxuria III. Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ? Échanges, circulations et usages). Voir Cormier 2022c.

6  Citation tirée d’un court mais très beau texte sur « la nature des ivoires », en présentation du catalogue de l’exposition du musée du Louvre sur les ivoires, tenue en 2004 : Caubet, Gaborit-Chopin 2004, p. 11-12.

7  Ibid., p. 28. Sur le commerce de l’ivoire durant l’âge du bronze, voir également Barnett 1982, p. 3-8.

8  Caubet, Gaborit-Chopin 2004, p. 88.

9  Tchernia 2011, part. p. 289-314.

10  Histoire Naturelle, VIII, 4, trad. A. Ernout, CUF, 1952.

11  Voir, par exemple, Letta 1984 ; Talamo 1987-1988 ; Bonacasa-Carra 2000 ; Copersino 2003 ; Bertrand 2008a, qui s’accordent à affirmer que l’Italie centrale – Ombrie, Marches, Abruzzes en particulier – comportait de nombreux centres de production.

12  Giacchero 1974, p. 287, 16.10a.

13  Frézouls 1977, p. 260.

14  De Romanis 2014. La littérature moderne sur ce chargement rapporté par le PVindob. G 40822 est considérable, mais F. Morelli en donne une édition très améliorée : Morelli 2011.

15  Sur la possible étymologie de ce terme inexistant ailleurs, voir De Romanis 2014, p. 5.

16  Ibid.

17  Voir également le Périple de la mer Érythrée, texte écrit probablement par un marchand grec entre 40 et 70 apr. J.-C., qui fournit de précieuses informations sur le commerce de l’ivoire.

18  Talamo 1987-1988, p. 81-83, et Bonacasa Carra 2000, p. 353-354, suggèrent pour le lit de l’Esquilin une probable provenance d’Alexandrie, étayant leur argumentaire sur des analyses stylistiques et sur le dolium en albâtre égyptien. Pour les témoignages d’éléments inachevés trouvés à Alexandrie et y attestant la présence d’ateliers, voir Rodziewicz 1998 ; 2007 ; 2012. Il s’agit là cependant essentiellement d’os.

19  Tchernia 2011.

20  Cette statuette est conservée au MANN, inv. 149425 (Borriello 1986, p. 230-231, no 1).

21  Voir, par exemple, Feugère, Forest, Prévot 2008 ; Feugère, Prévot 2008 ; Prévot 2008 ; 2009 ; Anderes 2009a ; Rodet-Belarbi, Lemoine 2010 ; Rodet-Belarbi 2018. Des indices de nombreux ateliers hors d’Italie sont ainsi connus.

22  St Clair 2003, p. 57-63.

23  CIL, VI, 33885. Il s’agit d’une inscription découverte en 1887 à Rome, dans le Trastevere.

24  CIL, VI, 7655, 7885, 9375, 9397, 33423, 37374a, 37793 ; IX, 5140. Ces inscriptions sur marbre, découvertes au xixe s., sont difficiles à dater précisément. Sur la topographie des artisans à Rome, voir Morel 1987.

25  Épîtres, II, 196 : Marmoris aut eboris fabros aut aeris amauit.

26  CIL, VI, 9397 : Q. Considius Eumolpus / faber eburar(ius), ou 33423.

27  Bonacasa Carra 2000, p. 253-254, par exemple, suggère que les objets manufacturés en ivoire et en os proviennent manifestement des mêmes ateliers, avec les mêmes caractéristiques techniques d’exécution et le même répertoire décoratif et typologique.

28  Dans Histoire naturelle, XIII, 29, Pline rapporte qu’une table de citre (c’est-à-dire de thuya) appartenant à Cicéron valait un million de sesterces. La suite du texte évoque pour d’autres tables des sommes plus importantes encore.

29  Voir les textes et citations rassemblés infra Annexe 1, p. 283 et suiv.

30  Pline, Histoire naturelle, VII, 15 (64).

31  Il serait intéressant d’examiner la symbolique de la toga candida, cette toge d’un blanc éclatant du candidat aux magistratures (souvent blanchie à la craie), dont la noblesse aurait une parenté avec la noblesse éclatante de l’ivoire. Les deux termes sont associés et énoncés ensemble dans Tite-Live, XXVII, 34, 12, et XXXIX, 39, 2. Voir, sur les aspects politiques de cette toga candida, Deniaux 2003.

32  Histoire naturelle, XII, 2 (3).

33  Voir les extraits de l’Histoire naturelle, infra Annexe 1, p. 293-298.

34  Pourtant, c’est bien au moment de l’introduction à Rome du mobilier de luxe.

35  Tchernia 2011, p. 14-17, sur les immenses volumes de biens de luxe importés, p. 303, sur l’inefficacité des lois somptuaires qui conduisent Tibère à interroger le Sénat sur la pertinence d’en promulguer une nouvelle (citant Tacite, Annales, III, 53). Pour une comparaison intéressante, ce fut également le cas à Athènes aux siècles précédents : lois visant à limiter le luxe des funérailles (Platon, Lois, XII, 959d et IV, 717d-e et 719d). Selon Dubois-Pelerin 2016, Auguste s’appliqua à limiter le luxe privé, en particulier au départ au profit d’une restitution au peuple, une « exaltation d’un luxe à l’origine privé et désormais offert au peuple ». Voir sur le sujet, en dernier lieu, Wallace-Hadrill 2008, p. 319-329 ; Andreau, Coudry 2016.

36  Histoire naturelle, XVI, 84, 232-233, trad. J. André, CUF, 1962.

37  Voir les célèbres passages de Pline lui-même, XXXIII, 53 (148-150) et XXXIV, 8 (14), qui font écho à Tite-Live, XXXIX, 6-7.

38  L’ivoire est en effet une des composantes de la dent, comme nous l’avons déjà précisé.

39  Pline et Tite-Live, op. cit. supra, n. 37.

40  Voir à ce sujet Wallace-Hadrill 2008, p. 315 sqq. Voir également Engels 1998.

41  Voir, par exemple, Moatti 1997.

42  Sur les lois somptuaires, voir Wallace-Hadrill 2008, p. 319-331.

43  Tite-Live, XXXIV, 1-8 ; Plutarque, Vies parallèles. Caton, 5, 16-18.

44  Cornelius Nepos, Caton, 2, trad. A.-M. Guillemin, CUF, 1961.

45  Bruneau 1982, p. 642-648. Le texte de Festus est le suivant : Pavimenta poenica, marmore Numidico constrata significat Cato, cum ait in ea, quant habuit, ne quis consul bis fieret : « Dicere possum, quibus uillae atque aedes aedificatae atque expolitae maximo opere citro atque ebore atque pauimentis † poeniciistent †. » P. Bruneau en propose la traduction suivante : « Pavements puniques, faits en marbre de Numidie. Caton y fait allusion lorsqu’il dit dans son discours sur la réitération du consulat : “Je puis le dire, ceux qui ont des maisons de campagne et des demeures construites et décorées avec le plus grand soin de bois de citrus, d’ivoire, de pavements [???]”. »

46  Dubois-Pelerin 2008, p. 41-48 ; 2007.

47  Dubois-Pelerin 2008, p. 41 : l’auteur cite en particulier Salluste et Tite-Live, puis Polybe et Plutarque.

48  Ibid., p. 41-42 : Pline l’Ancien, à partir des textes que nous avons cités à plusieurs reprises déjà.

49  Ibid., p. 41.

50  Athénée, Les deipnosophistes, V, 197a.

51  Ibid., 205b-206a.

52  Les Ptolémées en particulier, monarques modèles pour les aristocrates romains, neoi Dionysoi que l’on cherche à imiter.

53  Voir le chapitre précédent et l’évocation en particulier de la prise de Syracuse par Marcellus en 212 av. J.-C., qui marquerait une étape décisive dans cette évolution.

54  Suétone, César, LXXXIV, 1 et 5, trad. H. Ailloud, CUF, 1975.

55  Appien, Les guerres civiles, I, 105, trad. P. Goukowsky, CUF, 2008.

56  Dion Cassius, Histoire romaine, LVI, 34, trad. E. Gros et V. Boissée, Paris, Didot, 1866. Sur les cérémonies funèbres et les funérailles de César et d’Auguste, voir Fraschetti 1990.

57  Wallace-Hadrill 2008, p. 145.

58  Ibid.

59  Sticchus, 377.

60  Catulle, Poésies, 64, 47-49, trad. G. Lafaye, revue et corrigée par S. Viarre, CUF, 1992. On peut évoquer également Pline, Histoire naturelle, VIII, 10 (31) ; XXXIV, 19 ; XXXVI, 2 (5) ; Pausanias, Description de la Grèce, V, 20, 1 ; Homère, Odyssée, XXIII, 199-201. Ces passages sont cités en Annexe 1, infra p. 283 et suiv.

61  Turcan 1999, p. 109. Pour l’étude des sarcophages romains, voir également Zanker, Ewald 2004.

62  Briand-Ponsart 2004, p. 172 et n. 4 : Cornelia, mère des Gracques, ou encore Julia, épouse de Marius et tante de César, bénéficièrent par exemple d’une reconnaissance publique.

63  Rosso 2004, p. 34.

64  Ce terme est repris du titre donné au colloque de Clermont-Ferrand cité plus haut : voir Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Trément 2004.

65  Il en est de même, selon Emmanuelle Rosso (Rosso 2004, p. 33-34), pour la statuaire privée. À quoi l’auteur ajoute également que « l’élite romaine s’autoreprésente sur le modèle des souverains hellénistiques ». Sur le sujet, voir également Montremy, Scheid 2011.

66  F. Coarelli, Ricerche di pittura ellenistica. Lettura e interpretazione della produzione pittorica dal IV secolo a.C. all’Ellenismo, in Ricerche di pittura ellenistica, Rome, 1985, p. 291.

67  Heuzey 1873, p. 230.

68  Ainsi pour les funérailles de M. Obellius Firmus, duumvir à Pompéi, 30 livres d’encens et des parfums, pour un montant de 1 000 sesterces, furent brûlés (A. De Franciscis, Sepolcro di M. Obellius Firmus, Cronache pompeiane, 2, 1976, p. 246-248). Plus extravagant, pour les funérailles de Poppée, épouse de Néron, partit en fumée plus d’encens que n’en produisait l’Arabie en une année (Tacite, Annales, XVI, 6 ; Pline, Histoire naturelle, XII, 83).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search