Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Deuxième partie. Les lits de Cumes : contexte archéologique et catalogue des éléments en ivoire

Chapitre premier. Présentation

Texte intégral

Tanta uis admonitionis inest in locis, ut non sine causa ex iis memoriae ducta sit disciplina.
« Une telle force de souvenir possède les lieux, que ce n’est pas sans raison
que sur eux fut érigé un art de la mémoire. »
Cicéron, De finibus, V, 1, 2

  • 1  Strabon, Géographie, V, 4-5.

1Strabon livre une description géographique et historique de la cité de Cumes, dans un panorama général de la Campanie1. Il l’indique comme une colonie de Chalcis – sur l’île d’Eubée – et des Kyméens (probablement de Kymè d’Éolie), et en fait la plus ancienne des colonies grecques en Sicile et en Italie, terre de convoitise par sa grande fertilité et la richesse de son sol, théâtre mythologique du combat des Géants, et à quelques pas du lac Averne, l’une des entrées des Enfers empruntée par Ulysse.

  • 2  De nombreux textes ont vu le jour relativement à l’histoire de Cumes, cités en bibliographie. Voir (...)

2Malgré son oubli au Moyen Âge, la cité n’a pas disparu des mémoires, puisqu’elle fut dans l’Antiquité grecque puis romaine le théâtre d’événements politiques et militaires déterminants, que plusieurs auteurs nous ont rapportés. Et puis, aux xixe et xxe siècles, les extensions des villes modernes ne vinrent pas l’enfouir sous les méandres de leurs quartiers, laissant champs cultivés et habitations éparses continuer de la recouvrir. Située en bordure d’une côte maritime orientée nord-sud, la cité, dont le cœur s’élève en promontoire rocheux – une cheminée volcanique haute de 80 m, le Monte di Cuma –, se trouve enclavée entre à l’ouest la mer et à l’est le Monte Grillo, une colline allongée parallèlement à la mer. Au nord, la lagune de Licola, et au sud celle de Fusaro achèvent de circonscrire un espace dans lequel elle ne cessera de se mouvoir, jusqu’à son abandon progressif au Moyen Âge, entre le xe et le xiiie siècle (fig. 2)2.

Fig. 2. Plan général de Cumes avec le tracé de la fortification.

Fig. 2. Plan général de Cumes avec le tracé de la fortification.

archives CJB

Mise en contexte : les mausolées A2 et A63

Les grands ensembles monumentaux de la nécropole romaine

  • 3  Il n’est évidemment pas question ici de proposer une étude typologique générale, sur laquelle de n (...)
  • 4  Hesberg 1992, p. 71.
  • 5  Hesberg 2006, p. 11.
  • 6  Ginouvès et al. 1998, p. 54-65.
  • 7  Hesberg 1992, p. 71-209.
  • 8  D50, G70, B14.
  • 9  G70, B14, par exemple.
  • 10  Le monument A2 : il s’agit du seul connu de cette époque, et bien documenté.

3Les édifices A2 et A63, desquels proviennent les lits d’ivoire, appartiennent à des types architecturaux bien connus ; je rappellerai ici succinctement, pour les situer, les principales formes de tombeaux monumentaux que l’on retrouve à Cumes. De nombreux ouvrages traitent en effet de ce vaste sujet et vouloir ici les reprendre dans le détail serait inutile3 ; d’autant que « la classification typologique des monuments funéraires romains constitue un problème très discuté4 » et « qu’on doit admettre que nos connaissances sur les monuments funéraires d’Italie constituent peut-être, au mieux, un millième de ce qui a existé, vraisemblablement encore moins5 ». Si l’on se réfère au Dictionnaire méthodique de René Ginouvès6 ou au Monumenta… de Henner von Hesberg7, on retiendra pour l’essentiel que la plupart des tombeaux monumentaux de Cumes sont des « tombes à chambre » hypogée ou semi-hypogée, comme on peut en trouver ailleurs en Italie aux mêmes époques. Hors quelques rares exceptions – trois seulement, dont A2 –, elles sont le plus souvent collectives et peuvent avoir été augmentées de dépositions en des périodes successives ayant nécessité de nouveaux aménagements intérieurs – point qui ne concerne ni A2 ni A63. Elles sont également toutes de forme quadrangulaire (hormis A2). Quelques tombeaux sont pourvus d’un dromos8 d’accès à la chambre, et pouvant dans ce cas être entourés d’un enclos9. Ces grands édifices appartiennent à trois types principaux : tombeaux à édicule sur podium, tombeaux en forme d’autel monté sur une base, tombeau à tumulus (fig. 3)10.

Fig. 3. Cumes, nécropole de la porte Médiane.

Fig. 3. Cumes, nécropole de la porte Médiane.

archives CJB

Monumentum, mausoleum

4Les variations de formes qui se manifestent entre les monuments de la nécropole romaine appellent également quelques remarques sur le sens des mots qui les désignent, en particulier ceux de « monument » et de « mausolée », afin d’éclairer en quoi A2 et A63, qui ont livré les lits ornés d’ivoire, sont des héritages du passé, porteurs d’une symbolique forte. Quelle nuance existe-t-il entre monumentum et mausoleum, pour nommer certains de ces monuments des « mausolées » ?

  • 11  Expression reprise de la publication des actes du colloque du même nom : F. Michaud-Fréjaville et (...)
  • 12  Rouveret 1992, p. 3051-3052.
  • 13  Hesberg 1992, p. 112. Voir infra p. 109 et suiv., la description archéologique de l’édifice A2.
  • 14  Voir infra p. 175-182, la description archéologique de l’édifice. Pour les tombeaux-autels en géné (...)
  • 15  Cité par Pierre Gros : Gros 2006, p. 40.
  • 16  Ibid., p. 40-41.

5Du temps de leur pleine majesté, A2 et A63 manifestaient aux yeux des habitants du lieu et des voyageurs arrivant à Cumes le souvenir fameux de leurs occupants et la puissance de leurs familles. Ils invitaient à « entrer en ville »11, introduits par l’image et la présence vivaces des propriétaires défunts. Tel est le sens du monumentum latin. « Le monument est donc un outil de mémoire, […] un outil de rappel du nomen », qui évoque un « ouvrage lié à la perpétuation de la mémoire d’un personnage », écrit Agnès Rouveret12. L’affaire prend, dans le cas des monuments situés à l’entrée de la ville, une tournure autant allégorique et symbolique – par les thèmes abordés dans la forme de l’édifice puis par les décorations et ornementations – que d’abord plus simplement, plus « évidemment », une réalité présente et palpable. Le monument à tumulus A2 ressemble aux tombeaux anciens et nobles ; il est ancré dans une tradition qui dépasse les frontières de l’Italie. C’est à propos de cette forme que von Hesberg parle de la « respectabilité du passé13 ». Quant au monument A63, probablement un tombeau-autel, il reprend la forme – très diffusée à son époque – d’un objet public sacré14. Cette construction s’adresse aux vivants d’abord ; le voyageur reçoit naturellement l’assimilation implicite des propriétaires à l’existence même de la cité, par cette symbolique majestueuse et immédiatement compréhensible. Encadrant presque l’entrée, ils en autorisent l’accès et les invitent à y pénétrer. C’est le power of place de Penelope J. E. Davies15, qui « contribue à ancrer la présence du passé dans la conscience collective16 ». Symboliquement, le monument comme lieu de passage est double : passage physique pour le vivant, passage allégorique vers l’au-delà pour le mort.

  • 17  Pline, Histoire naturelle, XXXVI, 30-31.

6La monumentalité, la majesté de ces constructions funéraires ont conduit à en qualifier certains de « mausolées », par filiation avec celui de Mausole. Pline rappelle que le tombeau de ce Cariae regul[us], ce « petit roi de Carie », satrape d’Artaxerxès II mais tourné vers le monde grec, était à compter parmi les Sept merveilles. Devenu ainsi un exemple quasi absolu, il s’oppose de fait aux tombeaux macédoniens de l’époque, cachés aux yeux des hommes, pour devenir au contraire un modèle pour les rois hellénistiques. Démesuré tant dans l’intention que dans la réalisation, mais œuvre de grands artistes de l’époque, il n’est pas difficile d’y discerner un désir effréné d’immortalité, de préservation de la mémoire de son commanditaire. Son architecture était complexe, orientée vers l’hellénisme mais marquée par l’Orient. Entouré d’un temenos, il était composé d’un très haut podium de forme rectangulaire, surmonté d’une colonnade elle-même recouverte d’un toit pyramidal aussi haut que la partie inférieure, au sommet duquel trônait un quadrige en marbre17. Ce n’est pas la forme mais bien plus l’idée qui a légué le nom de « mausolée » à la postérité, ne serait-ce que parce que les monuments que l’on nomme ainsi peuvent tout aussi bien être circulaires, tels ceux d’Auguste, de Munatius Plancus ou de Caecilia Metella, pour ne citer que les plus célèbres. L’idée d’une mise en valeur magnifiée par le lieu, dominant de toute sa hauteur la ville alentour, maintient définitivement le roi défunt au sein du monde des vivants, peut-être plus haut que durant son existence.

  • 18  Gros 2006, p. 44.
  • 19  Voir infra p. 179-180.

7Tel n’est cependant pas le cas pour les tombeaux des élites dirigeantes des cités ou des grandes familles locales. Leurs tombeaux ne peuvent être implantés que hors des murailles, du côté du suburbium. C’est alors que, bien sûr, on cherchera l’emplacement le plus proche possible d’une porte, ou directement le long de l’enceinte, nécessitant une autorisation spéciale des autorités. Ces personnages occupaient ainsi une place d’honneur qui « leur permettait de poursuivre au-delà de la mort leur magistère politique et civique »18. On pense ici aux Gauii du mausolée A63, dont le jeune fils n’avait pas achevé sa carrière qui s’annonçait brillante19.

  • 20  Ép., 5, 64, trad. H.-J. Izaac, CUF, 2003.

8Mais cet aspect ostentatoire ne se limite pas à une lutte pour la place la plus proche de l’entrée de la ville ; il s’inscrit aussi dans une filiation esthétique et symbolique, qui tire ses origines du faste hellénistique. Le mausolée est un tombeau magnifique qui rapproche les hommes des dieux, nous dit ironiquement Martial20 :

Tam uicina iubent nos uiuere Mausolea, cum doceant ipsos posse perire deos.
Le Mausolée, si proche, nous invite à jouir de la vie, en nous enseignant que les dieux eux-mêmes peuvent mourir.

  • 21  Hesberg 2006, p. 34.

9Cette volonté d’apparence est donc empreinte d’une signification que les élites se sont appropriée d’une manière plus individuelle, plus personnelle : « il faut prendre en considération les désirs et les rêves divergents des commanditaires pour ce qui concerne la structuration des édifices par les artisans qu’ils emploient21 », pour justifier en définitive la variété des formes des monuments funéraires.

10À Cumes, les mausolées A2 et A63 sont en de nombreux points très différents l’un de l’autre, sans parler bien sûr de leur architecture. Ils appartiennent d’abord à deux époques distinctes ; et puis, le premier n’a accueilli qu’un seul défunt, tandis que le second a été aménagé dès le départ pour en recevoir quatre, même si trois seulement y ont été finalement déposés. Mais, à peu de distance l’un de l’autre, ils constituent une exception dans le paysage archéologique : tous deux ont préservé des fragments d’ivoire de lits mêlés aux restes brûlés des défunts, qu’aucun contexte comparable n’a livré, en l’état actuel des découvertes. Ce constat ne signifie pas pour autant qu’il n’en existe pas d’autres. Les fouilles anciennes, par exemple, n’ont pas forcément toujours fait cas de fragments mélangés aux cendres et aux ossements des défunts réunis dans une urne…

Bilan initial

  • 22  Mausolée A2 à tumulus et mausolée A63 « à la Sphinge ».
  • 23  Inventoriés 2050 pour celui retrouvé dans le mausolée A2, 63317 et 63318 pour ceux retrouvés dans (...)
  • 24  Ces collages ont été effectués au moyen de résine acrylique Paraloïd B72.

11Deux mausolées monumentaux proches de la porte nord de la cité de Cumes (fig. 3)22, érigés en l’honneur de hauts personnages, peut-être même en lien avec les sphères des grandes familles à Rome : un tel contexte compose un véritable écrin pour conserver des lits ornés d’ivoire. Ces trois lits funéraires23, même en leur état extrêmement fragmentaire, constituent un ensemble exceptionnel dans le monde romain, tant d’un point de vue archéologique qu’artistique ; nulle autre occurrence connue ne leur est pour le moment comparable. Et c’est bien malheureusement que ces trois ensembles décoratifs, comprenant chacun un cycle iconographique différent, ne nous soient parvenus que très lacunaires. Le premier travail qui s’est imposé a donc consisté en une observation attentive des fragments trouvés dans chacune des sépultures, puis un premier tri effectué sur ceux extraits de chaque passe de la fouille anthropologique – réalisée par Henri Duday – pour en révéler la répartition, suivi d’assemblages et de collages24 quand la possibilité s’en offrait. Ce premier tri fut ensuite affiné par un véritable jeu de puzzle – autant qu’il était possible – avec numérotation et inventaire de chaque fragment préalablement classé selon sa forme, et précédé du préfixe indiquant le numéro du lit (63317.08 ou 2050.186, par exemple). Ce long travail fut entravé par l’écueil de l’extrême fragilité et bien souvent de la déformation des fragments, ainsi abîmés sous l’action de la chaleur du bûcher, qui leur a donné une consistance friable et les a laissés difficilement maniables, rendant souvent problématiques les assemblages et collages. Ces difficultés sont liées à la constitution même de l’ivoire.

Constitution de l’ivoire et conséquences du processus de crémation

  • 25  Voir à ce sujet Poplin 2000.

12L’ivoire est une substance dure constitutive des dents et des défenses d’animaux, elles-mêmes en réalité dents de grandes dimensions, qui se développent au-delà de la bouche. En sont pourvus les mammifères comme l’éléphant, l’hippopotame, le phacochère, le morse, le cachalot, le narval ou encore, en des temps plus reculés, le mammouth. Le terme « ivoire » évoque traditionnellement la défense de l’éléphant, sans doute depuis le Moyen Âge, mais il peut en fait désigner toute dent ou défense de mammifère suffisamment grande pour être travaillée, creusée, incisée ou sculptée. Le mot évoque donc tant la forme que la matière25, tout comme le terme latin ebur dont il est l’héritier.

  • 26  Pour davantage de précisions sur la composition de l’ivoire, se reporter à la thèse de doctorat de (...)
  • 27  Sur la fig. 5 – intérieur d’une défense de mammouth (comparable pour l’essentiel à celle de l’élép (...)

13L’ivoire est composé d’une part minérale et d’une part organique, chimiquement identique quelle que soit l’espèce considérée ; la dentine, recouverte de cément (qui la fait adhérer à la mâchoire) et d’émail ensuite jusqu’à son extrémité, en est la substance majoritaire, matière dure qui forme une couche d’épaisseur égale autour de la cavité pulpaire, un espace vide en partie initiale de la défense et qui se réduit progressivement, pour donner ensuite sa forme incurvée à la défense26. Celle-ci, de forme conique et presque pointue en son extrémité, est le résultat morphologique du développement des cernes d’âge, comparables à ceux des arbres (fig. 4-5)27, traversées de fines stries rayonnantes entrecroisées allant de l’intérieur vers l’extérieur en courbes convexes. En quelque sorte, il s’agit de cônes emboîtés les uns dans les autres. La part minérale de la dentine dépasse les deux tiers, le reste étant composé de matière organique et d’eau.

Fig. 4. Section transversale de défense, mammouth de Sibérie.

Fig. 4. Section transversale de défense, mammouth de Sibérie.

cliché Hannes Grobe, 2006

Fig. 5. Section longitudinale de défense de mammouth.

Fig. 5. Section longitudinale de défense de mammouth.

cliché A. Cormier

  • 28  Poplin 1995, p. 254.

14Lors de la crémation, la part organique disparaît progressivement, ne laissant que la part minérale, qui ne brûle ni ne se consume. Mais les conséquences sont multiples : la chaleur provoque fragmentations, éclatements et cassures, ainsi que désolidarisation des cernes et réduction du volume de la matière dans son épaisseur, comme le montre de manière éloquente l’observation des fragments des lits de Cumes ; quant au changement de couleur que l’on constate, il était intéressant d’en comparer le processus à celui de l’os, dont la composition, d’un point de vue chimique, est similaire à la dentine de l’ivoire. François Poplin le décrit ainsi, dans son bel article sur le bûcher de Patrocle28 :

Quand on chauffe l’os, il commence par noircir, c’est-à-dire charbonner, du fait de la carbonisation de sa matière organique. Puis, la température montant et l’oxygénation aidant, avec une ventilation convenable, ce charbon animal brûle, ne laissant que la partie minérale de l’os, qui est blanche. […] Le cycle de chauffage qui vient d’être décrit part du blanc, monte dans la gamme des tons chauds (les bien nommés) qui sont ceux du roussi, arrive au noir et redescend par des gris plus ou moins ardoisés, bleutés, pour parvenir à un blanc plus net que celui de l’os frais.

  • 29  J’ai eu l’immense plaisir de rencontrer Pierre Meyer, qui a bien voulu m’accorder du temps en me r (...)

15La lecture de ce texte m’a suggéré l’idée de mener une expérience de crémation de l’ivoire. Mais ce matériau ne peut s’acquérir facilement et son commerce est extrêmement réglementé depuis la Convention de Washington en 1976, qui interdit en particulier l’importation de défenses d’éléphants, interdiction respectée en France. Seule est autorisée la vente de défenses anciennes, acquises avant cette date. Il m’a cependant été possible, après ma rencontre avec Pierre Meyer, Maître d’art et tourneur figuré sur ivoire29, de mener cette expérience étonnante. Plusieurs morceaux d’ivoire ont ainsi été choisis, par comparaison avec ceux qui pouvaient orner les lits antiques, selon des tailles et des épaisseurs variables. Et durant presque quatre heures, une crémation miniature a été menée. Il est bien évident qu’une telle expérience n’a pas la prétention de recréer les conditions d’un bûcher tel qu’on peut l’imaginer à Cumes il y a deux millénaires, mais le but était double : d’une part observer l’évolution de la matière dans les flammes, et d’autre part procéder à une récupération des éléments au milieu du charbon et des cendres, afin d’appréhender et de comprendre les gestes qu’il fallait nécessairement effectuer pour être en mesure de récupérer des restes d’ivoire, quelle qu’en fût la taille.

16La mise au feu entraîna très rapidement – au bout de deux à trois minutes – un éclatement de certains morceaux fins. Et aussitôt aussi l’apparence de l’ensemble noircit, pour laisser émerger au bout d’une dizaine de minutes de légères flammes, entraînant sur les parties fines un rougissement de combustion, puis des cassures. La part organique s’échappait ainsi, pour ne laisser progressivement que la part minérale de la matière. À vingt minutes, la couleur générale vira au gris-blanc. La demi-heure vit très nettement se confirmer ce blanc terne, mat dont parle F. Poplin. Au bout d’une heure, les pièces sectionnées transversalement laissaient observer un noircissement de leur centre, tandis qu’une demi-heure plus tard encore, les pièces les plus épaisses se revêtaient de ce gris aux étranges reflets bleutés dont certains fragments des lits de Cumes sont encore parés. C’est environ après deux heures de crémation que les éléments se mirent à blanchir à nouveau, mais cette fois d’un blanc limpide et immaculé, comme nettoyé des impuretés. Ce blanchiment se poursuivit ensuite pour une partie des éléments, alors que d’autres conservaient leur gris bleuté, précisément ceux qui se trouvaient en périphérie du foyer central. Laissant se poursuivre l’expérience, je constatai la disparition de plusieurs morceaux d’ivoire, réduits par des éclatements successifs à l’état de minuscules fragments, voire presque assimilés à la cendre du bois. C’est évidemment ainsi que disparut une bonne partie des décorations des lits de Cumes.

17Ces presque quatre heures de crémation ont vu des transformations de la matière qui rappellent bien la description de la crémation de l’os par F. Poplin. À cela s’ajoute une fragilisation rapide et un éclatement de certains éléments, voire une fragmentation les réduisant en poussière. Et il s’est avéré que la cendre, mélangée au charbon de bois, obstruait de manière assez opaque la visibilité. Pour pouvoir mettre la main sur les fragments d’ivoire, dont les couleurs se confondaient avec le reste, il m’a fallu patiemment chercher, trier, différencier le charbon qui, recouvert d’une pellicule de cendre, annonçait souvent des formes trompeuses. À l’échelle d’un bûcher d’une tout autre ampleur et d’une crémation humaine – comme pour le lit du mausolée A2 de Cumes dont plus de trois mille fragments ont été prélevés –, il me semble très probable que l’officiant ait souvent dû répondre à une volonté de récupérer le plus possible de ces pièces en ivoire, pas seulement comme fruit d’une prise hasardeuse, au fil du prélèvement des ossements du défunt.

Questionnements techniques

  • 30  Cette hypothèse ne peut se vérifier avec certitude, et d’éventuelles comparaisons avec les crémati (...)
  • 31  Ce qui pose souvent le problème des dimensions globales du cadre.
  • 32  Je remercie ici Henri Duday, qui a bien voulu m’accorder sur le sujet un long entretien extrêmemen (...)

18Les morphologies multiples des fragments des lits de Cumes posent donc une série de questions relatives à leurs motifs sculptés, mais aussi et par voie de conséquence à leur emplacement : les couleurs et leurs variantes – en particulier sur un même fragment – peuvent-elles livrer des indices sur leur emplacement sur le lit ? La chaleur la plus intense dégagée lors de la crémation se situe au centre du bûcher : peut-on dès lors envisager une incidence variable sur le processus subi par l’ivoire, et déterminer ainsi un emplacement supposé sur le lit, même approximatif, proche de l’originel ? Cette question pourrait présenter un intérêt certain pour les placages du cadre, mais aussi pour plusieurs éléments tournés à haut-relief, qui peuvent trouver place comme décoration des montants ou des fulcra tout autant que du cadre lui-même, si leur revers présente une surface plane. La démarche paraît cependant bien aventureuse : déterminer l’emplacement des objets en fonction de l’action visible du feu relève davantage de la devinette, et nous ferait surtout oublier la présence d’un officiant chargé du bon déroulement de la crémation lors des funérailles qui, dans certains cas, pouvait être amené à rabattre le combustible vers le centre du foyer et par conséquent déplacer les morceaux d’ivoire30. Les témoignages archéologiques assurent par ailleurs que les parties en os ou en ivoire des lits romains les mieux conservées proviennent des extrémités de l’ensemble, c’est-à-dire des angles du cadre, des fulcra et des montants31. Plus encore que sur l’os, les conséquences de l’action du feu sur l’ivoire sont destructrices : cassures, déformation et désolidarisation des cernes d’âge qui entraînent de grandes difficultés, souvent l’impossibilité d’en déterminer la forme originelle, voire d’induire l’observation en erreur, lorsque le fragment adopte une forme trompeuse. Et ce doute se trouve souvent renforcé par le fait que les plus gros fragments, fonds d’information a priori plus important, subissent une fragmentation plus intense que les petits, et se déforment donc davantage32.

  • 33  Inv. prov. 20001.06-07. Pour davantage de détails, voir Brun, Munzi 2008, p. 403.
  • 34  Voir l’ensemble inv. 2050.203 dans lequel plus de deux mille lamelles ont été dénombrées.
  • 35  Henri Duday est à ce sujet catégorique.

19Un autre questionnement, lié au premier, pourrait évoquer un éventuel broyage d’une partie des fragments, après la crémation. En effet autour de l’urne en albâtre du mausolée A233, avait été disposé, de manière intentionnelle, un grand nombre de fragments dont la majorité se composait de lamelles de petites tailles34. Elles avaient de toute évidence été recueillies – intégrant aussi des fragments plus gros – puis disposées autour de l’urne déjà mise en place dans le puits fermé par un couvercle de dolium. Intention délibérée, comparée à la petite quantité de ce même type de lamelles dans l’urne elle-même. Mais de broyage sans doute pas35 : il est probable, plus simplement, qu’une fois les morceaux les plus visibles ramassés et insérés dans l’urne avec les ossements du défunt, on a rassemblé ce qui restait dans le bûcher, c’est-à-dire la foule des petites lamelles, conséquence de l’éclatement de l’ivoire ; puis qu’on a disposé ces restes autour de l’urne : une sorte de geste ultime, une clôture de la cérémonie.

20Quelle proportion d’éléments conservés des lits complets d’avant la crémation a-t-elle survécu aux flammes ? manifestement faible, surtout pour les deux lits du mausolée A63 ; moins encore pour celui du mausolée A2, mais l’extrême altération de l’ivoire rend de toute façon trop aléatoire toute tentative de la déterminer. Il n’est ainsi pas envisageable de reconstituer la totalité des lits. Le choix des éléments déposés dans les urnes apparaît donc plutôt comme un non-choix, effectué par l’officiant en fonction des restes éparpillés au milieu des cendres du bûcher, mais ramassés tout de même avec le plus grand soin.

  • 36  Voir, par exemple, les fragments 2050.95, 2050.197 et 2050.200 du lit provenant du mausolée A2.
  • 37  Voir, par exemple, le fragment 63317.27 du lit « au Centaure » provenant du mausolée A63.

21Enfin, subsiste une question liée à la polychromie : les décorations en ivoire étaient-elles recouvertes de couleur, partiellement tout du moins ? Certains fragments semblent présenter des traces caractéristiques intéressantes36 : les analyses chimiques – actuellement en cours – pourront le déterminer avec certitude. Ces analyses permettront également de préciser de possibles traces de rebouchage37 et peut-être de colle.

  • 38  Voir infra le catalogue de ce même lit, catégorie A.2, p. 125-126.

22Par ailleurs, la forme des morceaux taillés d’un seul bloc dans la masse, les mieux conservés et les plus massifs, interroge sur la partie de la défense dont ils peuvent provenir, et par voie de conséquence sur la valeur marchande de cette défense. En effet, si l’on réussit à déterminer l’épaisseur initiale d’un élément – c’est-à-dire avant la mise à l’épreuve du feu –, il sera possible de supposer une taille et une épaisseur minimales de la défense dont il provient, et dont la valeur augmentait d’autant qu’elle était grande et épaisse. La défense est composée d’une partie naturellement pleine et d’une autre naturellement creuse, correspondant à la cavité pulpaire ; dans le cas des cylindres sculptés ou d’autres éléments cylindriques ou tronconiques fixés sur les montants des lits, cette cavité pourra tout naturellement être ajustée pour enfiler l’âme de fer centrale. Ce cas de figure concerne par exemple probablement l’élément en bobine inv. 2050.65 du lit provenant du mausolée A238. Lorsque l’on examine en revanche la partie supérieure – c’est-à-dire la tranche – des restes du cylindre figuré inv. 2050.01, représentant une Victoire ailée (fig. 6), les cernes d’âge concentriques ont pour point de départ non le centre évidé, mais un point visible décalé (à gauche sur la photographie).

Fig. 6. Cylindre figuré du lit « aux Victoires ailées » (mausolée A2), inv. 2050.01.

Fig. 6. Cylindre figuré du lit « aux Victoires ailées » (mausolée A2), inv. 2050.01.

Musée archéologique des Champs phlégréens, Baia. Cliché A. Cormier, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei

23Cette observation indique que le passage tubulaire ménagé pour l’âme de fer a été percé ; soit totalement si l’on suppose l’utilisation d’un bloc plein ; soit en partie au moins, si l’on considère la légère courbure de la défense, qui aura nécessité une rectification et une adaptation du creux. Dans l’hypothèse de ce dernier et probable cas, la matrice de départ proviendrait du début de la partie creuse de la défense, avec par conséquent une partie naturellement creuse et une partie creusée ; et l’on peut estimer cette défense de taille conséquente, vu la forme et la taille importante de l’élément sculpté.

24Les possibilités de travail de l’ivoire dépendent donc grandement du matériau dont les artisans disposaient, puisque l’épaisseur de la matrice a une forte implication et une incidence décisive sur ce qui est déterminé comme objet final. Pour le lit du mausolée A2 – ainsi d’ailleurs que pour ceux du A63 –, il semble évident que les commanditaires disposaient de moyens financiers importants, à l’image non seulement de la qualité exceptionnelle des restes des lits, mais aussi des monuments funéraires eux-mêmes et de leur emplacement non loin d’une porte de la cité.

Méthode de classification des fragments

  • 39  Inv. 2050.
  • 40  Inv. 63317 et 63318.

25Les trois lits funéraires – l’un provenant du mausolée A239 et les deux autres du mausolée A63 « à la Sphinge »40 – sont ici présentés et analysés séparément, mais chacun selon un déroulement similaire. Leur étude préparatoire a laissé supposer pour les grandes lignes une morphologie d’ensemble et des caractéristiques en partie comparables. Le lit du mausolée A2 comporte cependant un nombre de fragments bien plus important, permettant de constituer une base de travail plus dense, et même d’offrir une meilleure visibilité pour les deux autres. C’est pourquoi d’ailleurs, hormis le fait qu’il soit chronologiquement antérieur aux autres, il est présenté le premier.

  • 41  Voir supra p. 17 et suiv., sur l’état des connaissances.

26Comme il a été signifié dans les pages précédentes, peu – ou plutôt pas – d’occurrences de lits ornés d’ivoire en Italie et dans le monde romain, morphologiquement comparables, nous sont connues aujourd’hui. Ce sont donc les lits décorés d’os, eux-mêmes imités des lits d’ivoire, qui servent d’éléments principaux de comparaison, car ils sont a contrario très nombreux41, même si seul un petit nombre a pu permettre une reconstitution, globale ou partielle.

  • 42  Les nombreux dessins ont été réalisés par Giuseppina Stelo et Marina Pierobon, du Centre Jean Béra (...)

27Sont exposés ici, en un catalogue exhaustif, les éléments préservés de chacun des lits selon un classement qui prend en compte leur localisation supposée sur l’une des trois parties constitutives du meuble (montants, cadre, fulcra), et qui distingue les éléments selon leur forme (similaire ou comparable), leurs dimensions, leur typologie d’ornement. À chaque fragment présentant une forme potentiellement exploitable a été attribué un numéro d’inventaire, tandis que les autres ont été regroupés selon des ensembles homogènes, également numérotés. Ce catalogue est illustré par les photographies de chacun de ces éléments sur ses faces extérieure et intérieure (à l’échelle 1/1, sauf indication contraire) et, pour les plus significatifs, de dessins42 (à la même échelle que les photographies) qui très nettement permettent de mieux comprendre les formes et les motifs sculptés ou incisés, et qui constituent un préalable indispensable à une restitution graphique d’ensemble, proposée à la fin de chaque partie correspondant à chacun des lits.

Terminologie et classification

  • 43  Certaines catégories n’apparaîtront pas nécessairement dans les trois lits étudiés : elles sont én (...)

28La classification suivra autant que possible un ordre général ascendant sur le lit, depuis les pieds jusqu’aux accotoirs, selon la terminologie et les catégories qui suivent43.

A. Les montants

A.1. Éléments tubulaires tronconiques

29- Le pied proprement dit, juste au-dessus du sol : embout tronconique avec extrémité inférieure allant s’élargissant vers le bas et rehaussée d’une moulure, ou bien au contraire allant s’amincissant et se terminant en pointe soit fuselée soit élargie. Il peut être composé d’une ou de plusieurs pièces. La partie intermédiaire est souvent ponctuée par une moulure en arête.

30-Élément tronconique simple, s’élargissant vers le haut ou vers le bas, faisant le lien entre deux parties bombées. Il peut être lié directement à un autre élément de même forme et disposé symétriquement. Composé d’une ou de plusieurs pièces, selon le matériau utilisé.

31-Élément tronconique décoré, avec décoration végétale ou avec nervures formant des rayons et constituant un ornement saillant et régulier radial. Composé de plaques trapézoïdales s’il s’agit d’os.

32- Base ou bord supérieur d’élément à corps tronconique, le plus souvent mouluré.

A.2. Éléments tubulaires cylindriques

33- Élément en forme de bobine : anneau lisse mouluré aux extrémités, avec paroi externe centrale concave. Composé en général d’une seule pièce, il peut aussi l’être de plusieurs assemblées. Il constitue une partie intermédiaire entre deux éléments bombés.

34- Élément cylindrique lisse, composé d’une ou de plusieurs pièces.

35- Élément cylindrique simple, sans tenon ni mortaise interne, avec ou sans bord mouluré. Si elles sont présentes, les moulures des bords sont souvent constituées de deux listels en relief pour l’un, et pour l’autre d’un subtil listel précédé d’une ligne incisée.

36- Élément cylindrique, avec ou sans bord mouluré, terminé par un tenon ou par une mortaise. Le tenon peut aussi se définir comme un ressaut dans la tranche de l’élément tubulaire : on parlera donc de tranche à ressaut. Il peut aussi y avoir un ressaut avec arête.

37- Base ou bord d’élément à corps cylindrique, qui se rattache à un cylindre simple.

A.3. Éléments de disque

38- Élément circulaire formé de plaques ajustées parallèlement, à profil plat ou légèrement bombé.

39- Élément circulaire composé de plaques trapézoïdales, à profil plat ou légèrement bombé.

40- Élément circulaire composé d’une seule pièce, à profil plat ou légèrement bombé.

41- Disque avec bord souligné d’une ou de deux incisions circulaires et un ombon au centre, à profil légèrement bombé.

A.4. Éléments constitutifs de volumes et de parties bombées

A.4.1. Éléments campaniformes

42Un élément campaniforme (ou campanulé) prend la forme d’une cloche (une campane), d’une fleur ouverte (la campanule), avec incurvation concave.

43- Élément campaniforme – on parlera aussi de cloche –, tel un calice renversé, avec partie basse large et plate et remontant vers le haut par rétrécissement en courbes concaves puis convexes, ou simplement selon une ligne légèrement bombée. Il est en général composé de plaques trapézoïdales s’il s’agit d’os, formant soit un arrondi global, soit des formes plates, dessinant ainsi plusieurs côtés. Lisse ou à décoration végétale.

44- Le chapiteau : extrémité supérieure du montant, sous le châssis, élargie en forme de calice évasé et pourvue de moulures. Lisse ou à décoration végétale.

45- Le pommeau, c’est-à-dire la partie bombée supportant le fulcrum, fixée aux angles sur le châssis et souvent reliée au montant par l’âme de fer. Il peut prendre la forme d’une cloche, s’il est de silhouette à bords concaves. Lisse ou à décoration végétale.

A.4.2. Éléments cupuliformes

46- Élément cupuliforme (en forme de petite coupe renversée) avec partie basse large et plate et remontant vers le haut par rétrécissement en courbes convexes. Il peut être composé d’éléments trapézoïdaux, formant un arrondi global, ou de forme plate, dessinant ainsi plusieurs côtés. Lisse ou à décoration végétale.

47- Le pommeau, c’est-à-dire la partie bombée supportant le fulcrum, fixée sur le châssis et reliée au montant par l’âme de fer. Il peut prendre la forme d’une cupule, s’il est de silhouette arrondie et convexe. Lisse ou à décoration végétale.

A.4.3. Éléments sphériques plus ou moins aplatis

48- Élément discoïdal lisse ou avec décoration végétale, par exemple à godronnage radial (c’est-à-dire avec ornement saillant et régulier) ou à nervures. Il est composé de deux calottes sphériques opposées et séparées par un élément annulaire.

49- Élément sphérique plus ou moins aplati.

50- Le pommeau, c’est-à-dire la partie bombée supportant le fulcrum, fixée sur le châssis et reliée au montant par l’âme de fer. Il peut prendre la forme d’une sphère aplatie, avec une arête saillante en anneau central. Lisse ou à décoration végétale.

A.4.4. Éléments annulaires cylindriques ou tronconiques

51- Anneau bombé à silhouette torique ou semi-torique, lisse ou à décoration végétale.

52- Anneau cylindrique à profil rectangulaire, lisse ou à décoration végétale.

53- Anneau tronconique à bord profilé, composé de plusieurs plaques trapézoïdales plates ou convexes s’il s’agit d’os, formant la partie inférieure ou supérieure d’un élément bombé, lisse ou à décoration végétale.

54- Anneau tronconique au profil comprenant une moitié concave et une autre convexe, séparé par une dent qui crée un profil horizontal. Composé de plusieurs plaques assemblées s’il s’agit d’os. Lisse ou à décoration végétale.

55- Anneau tronconique au profil rectiligne, ou légèrement bombé, lisse ou à décoration végétale.

A.5. Éléments sculptés à décor figuré

56Cylindre figuré : le décor repose sur un cylindre fin ou large, situé soit sur la partie haute du montant, soit sur sa partie basse et en général au-dessus de la cloche. Les sculptures peuvent être en bas-relief, en haut-relief ou en ronde-bosse. Les fragments préservés représentent pour la plupart des parties de corps humain, divin ou animal, ou des parties d’aile finement nervurées. Y sont parfois associés des motifs végétaux ou géométriques.

A.6. Éléments sculptés ou incisés à décor géométrique ou végétal

57Cylindre ou tronc de cône décoré : reposant sur une base cylindrique ou tronconique, le décor comporte un décor géométrique ou végétal en bas-relief.

B. Le cadre

B.1. Appliques et garnitures en bandeau

58- Bandeau simple, lisse et sans décoration.

59- Bandeau plat, délimité sur la partie supérieure ou inférieure par un listel.

60- Bandeau sculpté d’une frise à décor végétal en rinceaux.

61- Bandeau sculpté d’une frise à décor géométrique.

B.2. Appliques circulaires

62Applique circulaire ou discoïdale moulurée, tournée d’une seule pièce ou de plusieurs – selon le matériau utilisé –, avec bord éventuellement convexe et mouluré. D’autres moulures circulaires peuvent ponctuer la surface, au centre de laquelle peut être creusée une petite cavité qui a pu servir à caler le morceau d’ivoire sur le tour, le cas échéant. Des décorations sculptées, en général végétales, peuvent orner la surface. Le revers est plat.

B.3. Éléments de décoration en relief

63Élément figuré, sculpté soit en bas-relief, soit en haut-relief, soit même en ronde-bosse. S’il s’agit de haut-relief ou de ronde-bosse, il est constitué d’une base (tubulaire ou conique) avec le revers nivelé et plat, collé sur la tranche du cadre. S’il s’agit de bas-relief, comme c’est le cas pour Cumes, il est constitué d’un assemblage de plaquettes sculptées plus ou moins épaisses.

B.4. Éléments sculptés ou incisés à décor géométrique ou végétal

C. Le fulcrum

64Le fulcrum – situé sur la tranche latérale de l’accotoir – est composé de trois parties, pour un ensemble en forme de S :

65- La partie basse : le médaillon. Décorée d’une tête ou d’un buste, en haut ou bas-relief, ou éventuellement de motifs végétaux. Il peut être aussi lisse.

66- La partie centrale, intermédiaire : le champ. Composée de deux éléments : le champ proprement dit, lisse ou décoré en bas-relief dessinant un large L arrondi, entouré éventuellement d’un cadre (ou corniche) qui peut être mouluré et formant un éperon simple ou double plus ou moins prononcé dans la partie basse, à hauteur du médaillon.

67- La partie haute : le couronnement. Avec décoration en bas-relief, haut-relief ou ronde-bosse, représentant la plupart du temps un protomé d’animal, plus rarement un animal entier, comme un oiseau aquatique. Ce couronnement est séparé du champ par un élément de transition, soit en ligne simple initiant le motif ornemental supérieur, soit en arrondi mouluré à simple ou double vague, accentuant ainsi la séparation.

C.1. Partie basse : le médaillon

68Élément circulaire le plus souvent figuré, sculpté en bas-relief, en haut-relief, ou même en ronde-bosse. S’il s’agit de haut-relief ou de ronde-bosse, il est constitué d’une base (tubulaire ou tronconique s’il s’agit d’os) avec le revers nivelé et plat, collé sur la tranche du dossier. S’il s’agit de bas-relief, il peut être constitué d’un assemblage de pièces plus ou moins épaisses, s’il s’agit d’os. Le médaillon représente en général un buste de personnage, soit divin soit mythologique, soit même appartenant à la famille du défunt, quand il s’agit de lit funéraire.

69On trouve cependant aussi des médaillons non figurés, dotés simplement d’un disque mouluré en partie centrale et le long du bord extérieur.

C.2. Partie centrale : le champ

70- Le champ : partie recouvrant la surface centrale du fulcrum, le plus souvent plate. Il peut comporter diverses décorations, sculptées en bas-relief pour les lits d’ivoire, avec décor végétal par exemple (frise en rinceaux, ramification avec feuilles et tiges enroulées).

71- Le cadre du champ : moulure plus ou moins développée entourant le champ, dont l’angle situé face au médaillon constitue souvent un éperon, simple ou double.

72- Élément de soutien de la partie décorée du couronnement : il en compose la base et ferme le haut du champ, souvent dans le prolongement du cadre. Il épouse la forme d’une feuille demi-circulaire ou d’une double feuille ; ou bien d’un sobre arrondi mouluré à simple ou double vague.

C.3. Partie haute : le couronnement

73Élément figuré, sculpté soit en bas-relief, soit en haut-relief, soit même en ronde-bosse. S’il s’agit de haut-relief ou de ronde-bosse, il est constitué d’une base tubulaire dans le cas de l’os, avec le revers nivelé et plan, collé sur la tranche du dossier. S’il s’agit de bas-relief, comme c’est le cas pour le lit 63318 de Cumes, il est constitué d’une seule pièce sculptée, plate sur le revers.

D. Fragments d’attribution incertaine

D.1. Fragments à revers plat : pièces de cadre ?

D.2. Fragments à revers plat : pièces de fulcrum ?

D.3. Fragments d’éléments discoïdaux à revers plat : pièces de cadre ou de fulcrum ?

D.4. Fragments à silhouette cylindrique ou tronconique, avec ou sans bord : quel emplacement sur le montant ?

D.5. Fragments constitutifs de relief ou de partie bombée sur le montant.

D.6. Fragments de relief à décor figuré, géométrique ou végétal : cadre ou fulcrum ?

D.7. Groupes de fragments indéterminés

D.8. Fragments indéterminés

Quelques remarques

  • 44  Voir, par exemple, le fragment du lit du mausolée A2, inv. 2050.65, en catégorie A.2 du catalogue, (...)
  • 45  Voir, pour le même lit, les fragments inv. 2050.72 à 2050.74, infra p. 132-134.

74Les dimensions s’entendent en centimètres. Pour les éléments de montants enfilés à même l’âme de fer qui les supporte, les variations de diamètre interne sont dues aux déformations liées à l’action du feu et de la chaleur du bûcher. En effet, avant de se désintégrer, l’âme de fer se dilate et fait éclater l’ivoire autour – sauf quelques exceptions44. Et au contraire du fer, l’ivoire « sèche » et se contracte dans le sens de la largeur et de l’épaisseur, alors qu’il ne bouge quasiment pas dans le sens du fil. C’est pourquoi les dimensions des hauteurs relevées sont plus fiables que celles des largeurs ou des épaisseurs. Il est à noter également que, selon toute logique, l’extérieur de la matière prend la chaleur d’abord : il se rétracte par conséquent en premier et se redresse davantage. Ainsi s’explique la déformation de certains éléments qui empêche ensuite d’en retrouver la forme originelle exacte45.

Notes

1  Strabon, Géographie, V, 4-5.

2  De nombreux textes ont vu le jour relativement à l’histoire de Cumes, cités en bibliographie. Voir en particulier les articles de synthèse suivants : D’Agostino 2008 ; Gasparri 2008 ; Brun, Munzi 2011.

3  Il n’est évidemment pas question ici de proposer une étude typologique générale, sur laquelle de nombreux ouvrages existent et font référence, en particulier l’incontournable Monumenta... de Henner von Hesberg (Hesberg 1992).

4  Hesberg 1992, p. 71.

5  Hesberg 2006, p. 11.

6  Ginouvès et al. 1998, p. 54-65.

7  Hesberg 1992, p. 71-209.

8  D50, G70, B14.

9  G70, B14, par exemple.

10  Le monument A2 : il s’agit du seul connu de cette époque, et bien documenté.

11  Expression reprise de la publication des actes du colloque du même nom : F. Michaud-Fréjaville et al., Entrer en ville (Colloque de l’université d’Orléans, 26-27 octobre 2001), Rennes, 2006.

12  Rouveret 1992, p. 3051-3052.

13  Hesberg 1992, p. 112. Voir infra p. 109 et suiv., la description archéologique de l’édifice A2.

14  Voir infra p. 175-182, la description archéologique de l’édifice. Pour les tombeaux-autels en général, Hesberg 1992, p. 196-209.

15  Cité par Pierre Gros : Gros 2006, p. 40.

16  Ibid., p. 40-41.

17  Pline, Histoire naturelle, XXXVI, 30-31.

18  Gros 2006, p. 44.

19  Voir infra p. 179-180.

20  Ép., 5, 64, trad. H.-J. Izaac, CUF, 2003.

21  Hesberg 2006, p. 34.

22  Mausolée A2 à tumulus et mausolée A63 « à la Sphinge ».

23  Inventoriés 2050 pour celui retrouvé dans le mausolée A2, 63317 et 63318 pour ceux retrouvés dans le mausolée A63.

24  Ces collages ont été effectués au moyen de résine acrylique Paraloïd B72.

25  Voir à ce sujet Poplin 2000.

26  Pour davantage de précisions sur la composition de l’ivoire, se reporter à la thèse de doctorat de Céline Paris, Méthodologies spectroscopiques pour l’étude de matériaux : objets du patrimoine de la fin du 19ème au début du 20ème siècle, Université Paris 6 Pierre & Marie Curie, 2004, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00711236.

27  Sur la fig. 5 – intérieur d’une défense de mammouth (comparable pour l’essentiel à celle de l’éléphant), en section longitudinale – l’emboîtement des cônes est bien visible, ainsi que la partie centrale creuse (cliché pris lors de l’exposition Mammouth & Cie, juin-septembre 2010, musée Crozatier, Le Puy-en-Velay, avec l’aimable autorisation du musée).

28  Poplin 1995, p. 254.

29  J’ai eu l’immense plaisir de rencontrer Pierre Meyer, qui a bien voulu m’accorder du temps en me recevant dans son atelier. J’ai pu attentivement examiner des morceaux de défenses d’éléphant et en comprendre la structure. Cette fructueuse rencontre et les longs échanges qui en ont découlé m’ont permis d’appréhender et de saisir ce qu’était l’ivoire, de le différencier de l’os sculpté, mais aussi d’observer la réalité du matériau travaillé, son évolution dans les différentes étapes, depuis la matière brute jusqu’au tournage et au produit fini. Ses avis sur les fragments des lits de Cumes ont été très précieux, au regard de sa longue expérience. Je lui exprime à nouveau ici toute ma gratitude.

30  Cette hypothèse ne peut se vérifier avec certitude, et d’éventuelles comparaisons avec les crémations observées en Inde par exemple, sur le Gange, où l’on voit l’officiant rabattre les jambes du défunt vers le centre, ne correspondent pas nécessairement aux coutumes romaines.

31  Ce qui pose souvent le problème des dimensions globales du cadre.

32  Je remercie ici Henri Duday, qui a bien voulu m’accorder sur le sujet un long entretien extrêmement éclairant.

33  Inv. prov. 20001.06-07. Pour davantage de détails, voir Brun, Munzi 2008, p. 403.

34  Voir l’ensemble inv. 2050.203 dans lequel plus de deux mille lamelles ont été dénombrées.

35  Henri Duday est à ce sujet catégorique.

36  Voir, par exemple, les fragments 2050.95, 2050.197 et 2050.200 du lit provenant du mausolée A2.

37  Voir, par exemple, le fragment 63317.27 du lit « au Centaure » provenant du mausolée A63.

38  Voir infra le catalogue de ce même lit, catégorie A.2, p. 125-126.

39  Inv. 2050.

40  Inv. 63317 et 63318.

41  Voir supra p. 17 et suiv., sur l’état des connaissances.

42  Les nombreux dessins ont été réalisés par Giuseppina Stelo et Marina Pierobon, du Centre Jean Bérard, que je remercie très chaleureusement ici une fois encore. Ils sont le résultat d’un long travail et d’une fructueuse collaboration, sans laquelle il n’aurait pas été possible d’avancer sereinement. Les photographies sont de l’auteur, sauf indication contraire.

43  Certaines catégories n’apparaîtront pas nécessairement dans les trois lits étudiés : elles sont énoncées ici dans leur ensemble, c’est-à-dire selon ce que l’on peut trouver sur un lit antique à montants à section circulaire.

44  Voir, par exemple, le fragment du lit du mausolée A2, inv. 2050.65, en catégorie A.2 du catalogue, infra p. 125-126, qui n’a pas éclaté mais qui s’est au contraire contracté après la disparition du fer.

45  Voir, pour le même lit, les fragments inv. 2050.72 à 2050.74, infra p. 132-134.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Plan général de Cumes avec le tracé de la fortification.
Crédits archives CJB
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 3. Cumes, nécropole de la porte Médiane.
Crédits archives CJB
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 4. Section transversale de défense, mammouth de Sibérie.
Crédits cliché Hannes Grobe, 2006
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8534/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 5. Section longitudinale de défense de mammouth.
Crédits cliché A. Cormier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8534/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6. Cylindre figuré du lit « aux Victoires ailées » (mausolée A2), inv. 2050.01.
Crédits Musée archéologique des Champs phlégréens, Baia. Cliché A. Cormier, sur concession du MiC – PA Campi Flegrei
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8534/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search