Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Première partie. Les lits antiques: état des connaissances

Chapitre 2. Les lits antiques : formes et origines

Texte intégral

Les parties constitutives du lit romain

Description générale

  • 1  On a par exemple retrouvé des lames de bronze constitutives de « sommier » dans les épaves de Four (...)

1Les lits antiques se composaient d’un châssis, dessinant un cadre de forme rectangulaire, et de quatre montants (fig. 1). Matelas, couvertures et coussins recouvraient l’ensemble et reposaient sur des sangles entrecroisées fixées au châssis ; ces sangles, le plus souvent en cuir ou en fibres végétales, pouvaient être remplacées par des entretoises de bois, ou même par des lames de métal pour les lits en bronze1. Les lits de prestige comportaient souvent des fulcra, accotoirs disposés à l’une ou aux deux extrémités, ainsi que – plus tardivement, à partir du ier s. apr. J.-C. surtout – un dossier remontant le long du bord longitudinal arrière, offrant ainsi un adossement. Les fulcra s’appuyaient sur un pommeau qui prolongeait les montants au-dessus du cadre.

Fig. 1. Dessin général d’un lit à l’époque romaine.

Fig. 1. Dessin général d’un lit à l’époque romaine.

A. Cormier

2Telles sont les caractéristiques principales des lits que l’on pouvait trouver aux époques tardo-républicaine et proto-impériale, les mieux documentées archéologiquement. Il va sans dire que ces caractéristiques d’ordre général sont le fruit d’évolutions et élaborations progressives sur plusieurs siècles et que la géographie de leur genèse s’étend de l’Asie centrale jusqu’en Étrurie, en passant par la Perse, l’Égypte, Carthage, la Grèce et le monde grec.

Précisions terminologiques

  • 2  D. Castella par exemple (Castella 2002, p. 30) utilise le terme de châssis.
  • 3  Christiane Piccot-Boube, dans son étude sur les lits en bronze de Maurétanie tingitane, fait bien (...)
  • 4  Virgile, Énéide, VI, 603-604 ; Juvénal, Satires, VI, 21-22 ; XI, 93-98 ; Pline l’Ancien, Histoire (...)
  • 5  Anderson 1889, p. 322-324.

3La lecture des auteurs modernes qui se sont penchés sur les lits antiques laisse parfois poindre un certain flou dans la terminologie utilisée pour en qualifier les différentes parties, qu’il convient donc de clarifier. Ainsi, en français, les termes de « châssis » et de « cadre » sont parfois employés de manière indifférenciée2, bien qu’ils ne soient pourtant pas tout à fait équivalents : le châssis se définit comme l’élément central, le support, la charpente du mobilier qui maintient les parties assemblées, et sur laquelle repose l’ensemble ; le cadre est davantage la résultante de la forme du châssis, sa bordure qui en constitue en définitive la forme finale, celle qui est visible et le cas échéant décorée. C’est ce dernier terme que l’on trouve le plus souvent. Les auteurs italiens utilisent quant à eux dans leurs descriptions presque exclusivement le terme de telaio, qui se traduit en français par « châssis », tandis que le terme de cornice, « cadre » en français, se retrouve beaucoup moins. Une nuance apparaît donc entre la langue française et la langue italienne, puisque la même partie du lit peut être désignée par deux termes de sens différent : telaio pour « cadre », ou « cadre » pour telaio, selon ce que l’on préfère. Quant à ce que les auteurs français nomment « pied » (nous disons bien aujourd’hui « pied » de chaise, « pied » de table), les Italiens préfèrent le terme de gamba, que nous pouvons traduire en français par « jambe », « montant » ou « pied » ; certains auteurs utilisent même le terme de « jambage »3. Peut-être serait-il plus précis, à l’image de la langue italienne, d’utiliser le terme de « jambe », qui conviendrait davantage, puisqu’il marquerait la distinction d’avec la partie inférieure touchant le sol, c’est-à-dire le pied proprement dit. Ce terme pose ainsi le problème en français du double sens, puisqu’il ne devrait désigner que la partie inférieure de l’ensemble. J’ai donc choisi un terme plus générique : celui de « montant », probablement le plus adéquat. Enfin, concernant les accotoirs – accoudoirs ou appuie-tête – présents le long de la partie latérale du lit, les Latins utilisaient eux-mêmes le terme de fulcrum pour désigner cet élément4, terme qui fut à l’époque moderne définitivement adopté à la suite des recherches de W. C. F. Anderson à la fin du xixe siècle5. C’est celui qui est également utilisé ici, que l’on subdivise ensuite en un médaillon, un champ (campo en italien) et une partie supérieure que nous appelons « couronnement » (culmine en italien, du latin culmen).

Aspect technique : le problème de la fixation des fulcra

  • 6  La question apparaît d’autant plus intrigante que de nombreux pommeaux examinés, en bronze mais au (...)

4L’observation de l’ensemble des reconstructions modernes des lits à fulcra soumet d’ailleurs à l’œil attentif une question d’ordre technique. En effet, ces extrémités d’accotoirs sont disposées de telle sorte que leur partie inférieure repose sur le cadre par ses deux extrémités : la pointe de l’éperon, constituant l’angle central du bord inférieur du champ, s’appuie sur le pommeau et s’en trouve ainsi rehaussée, et le dessous de l’arc du médaillon qui adhère directement au cadre (pl. XI-XVI). Cela constitue donc deux appuis, mais chacun d’une surface très réduite. Une telle disposition est-elle satisfaisante ? Qu’ils soient en bois nu ou recouverts de bronze, d’ivoire ou d’os, comment les fulcra sont-ils fixés et surtout comment tiennent-ils ? ces points de contact avec le cadre sont-ils à même de supporter un poids conséquent et constituent-ils une transition solide6 ?

  • 7  C’est le cas par exemple pour le lit provenant de Pompéi et conservé au MANN, cité infra p. 138 et (...)

5Pour un matériau résistant comme le bronze, la question peut sembler superflue, surtout si l’on observe la reconstruction d’un des exemplaires d’Amiternum conservé à la Centrale Montemartini de Rome (pl. XVIII, n4). L’assise sur le pommeau semble ici franche, mais le fulcrum repose sur son bord inférieur central et non sur l’éperon. À l’inverse, les récentes reconstructions des lits décorés d’os d’Aquinum et de Navelli ne résolvent en rien le problème, qui semble avoir été contourné par des supports modernes rajoutés (pl. XIII, n1 pour Aquinum et XIII, n2 pour Navelli). Cependant, il est certaines reconstructions plus anciennes en bronze qui voient l’espace laissé vide par le rehaussement de l’éperon des fulcra sur le pommeau comblé par du bronze coulé7 ou une moulure en bois. Une solution pourrait se trouver là, et la disparition de cette hypothétique pièce de bois s’expliquerait alors par sa constitution périssable.

Formes caractéristiques connues et évolutions : du monde grec au monde romain

  • 8  Heuzey 1876, p. 255-256.
  • 9  Se reporter également à Richter 1966, pl. 309-311.

6Dans sa Mission archéologique de Macédoine, en 1876, Léon Heuzey distingue dans le monde grec deux catégories de lits8. La première regroupe les lits « primitifs », qui présentaient une facture anguleuse avec de larges montants rectangulaires, souvent surmontés d’un chapiteau ionique à volutes plus ou moins ouvragées. On en trouve des représentations sur de nombreux vases (pl. XXIX)9. La seconde concerne les lits aux montants façonnés au tour ; ce type, connu aussi par des peintures sur vases, est d’une architecture plus fine. Apparus dans des contextes relativement anciens, ils se prêtaient selon l’auteur beaucoup moins aux décorations.

  • 10  Voir pl. XXIX, n4 en particulier (scène de prothésis sur une loutrophore du début du ve s. av. J (...)

7Les sources iconographiques des époques archaïque à hellénistique confirment l’existence de ces deux types de lits qui, comme leurs descendants romains, étaient composés de quatre montants et d’un cadre rectangulaire pourvu en son milieu de sangles de cuir ou de fibres végétales. À l’origine, ces montants s’élevaient jusqu’au niveau du cadre qui ne comportait pas de dossier. Puis ils ont été prolongés par paires jusqu’au-dessus du dossier, soit à une seule extrémité pour servir de base à un appuie-tête, soit aux deux extrémités. Dans ce dernier cas, les montants côté tête sont souvent représentés plus hauts que ceux côté pieds10.

Montants à section rectangulaire

  • 11  Richter 1966, p. 58.
  • 12  Voir en particulier, en pl. II, nos 1, 2a et 2b, 3, les restitutions de lits décorés d’ivoire, d’a (...)
  • 13  La différence est en effet bien visible : voir, par exemple, pl. XXIX, n4, le motif de lit de la (...)
  • 14  Voir, par exemple, pl. XXIX, n5, le skyphos du Peintre de Byrgos, musée du Belvédère à Vienne, e (...)
  • 15  Voir les lits de Vergina pl. III, mais aussi la kliné A en marbre peint de Potidée, pl. XXIII, n(...)
  • 16  Voir, par exemple, le lit de Quinto Fiorentino (Mastrocinque 1991, cité n. 198).

8Contrairement à ceux aux montants à section circulaire, aucun antécédent des premiers lits à montants de section rectangulaire n’est connu en Égypte et en Assyrie11, ni plus tard dans le monde perse. De fait, ce type de lit pourrait être une invention d’origine grecque, remontant au moins à la période archaïque, qui a livré de beaux exemplaires provenant de contextes funéraires12. Les lits ne comportent à ce moment-là pas de traverse sous le cadre, comme ce sera le cas plus tard ; dans certaines représentations, les montants sont entièrement pleins, hormis la partie centrale, rétrécie, initiant une double palmette, qui est représentée mais non creusée : ces palmettes sont ainsi circonscrites verticalement par les parois (pl. XXIX, nos 2-3). Mais dès la fin du viie s. et le début du vie, ce détail peut se trouver modifié : pour alléger cette partie centrale, les parties pleines enserrant la base des doubles palmettes sont supprimées, de même que la largeur globale des montants se réduit, donnant à l’ensemble du lit un aspect plus fin13. À la fin du vie s., cette forme de lit sans traverse inférieure voit sa forme achevée, avec les montants de la tête plus hauts que ceux des pieds et décorés de larges volutes14, et se développe en variations dans les décorations encore au ve s. À partir du ive s., l’ajout de la traverse inférieure parallèle au cadre introduit un changement notable. Cette nouveauté, par l’augmentation de la surface plane séparant la traverse du cadre, crée un espace supplémentaire utilisé pour de nouvelles et longues suites décoratives, à motifs figurés le plus souvent, et plus seulement végétaux ou géométriques15. Signalons enfin la présence en Étrurie, aux mêmes époques, de lits à montants rectangulaires, imitant ceux du monde grec16.

  • 17  Les fouilles de Pompéi en ont livré quelques exemples : Zeus sur son trône, maison des Dioscures ( (...)
  • 18  Le célèbre passage de Pline, maintes fois cité par les modernes, Histoire naturelle, XXXIV, 8, (14 (...)

9Curieusement, les Romains n’ont pas adopté cette forme de lit, que l’on ne retrouve dans aucun contexte archéologique, ni sur les représentations peintes, alors que les montants rectangulaires y sont parfois présents sur les trônes, surtout dans des scènes mythologiques17. Il est possible que la silhouette assez rigide et anguleuse n’ait plus correspondu aux goûts et aux modes des Romains, qui ont préféré les montants tournés, alors que manifestement les lits à montants rectangulaires avaient encore cours en Grèce au moins jusqu’au iie s. av. J.-C. La technique du tournage sur bois était sans aucun doute déjà connue avant l’introduction puis le développement des lits plaqués ou faits d’autres matériaux, à partir du début du iie s. av. J.-C., lorsque Gn. Manlius Vulso introduisit les lits de luxe à montants circulaires à Rome, si l’on en croit Pline et Tite-Live18. Il est cependant probable que certains types existant avant le iie s. comportaient des montants rectangulaires ou carrés, d’aspect sobre et de facture simple, utilisés en contexte domestique courant.

Montants à section circulaire

Périodes géométrique et archaïque

  • 19  Pl. XIX, n1 : l’exemplaire en bois de tamarix peint du Metropolitan Museum de New York (inv. 20. (...)
  • 20  Il ne s’agit cependant pas du type de montant le plus ancien que nous connaissions, puisqu’il fut (...)
  • 21  Voir pl. XXIX, n1, la scène de prothésis du cratère fragmentaire du Maître du Dipylon, daté du m (...)
  • 22  La publication de Dimitra Andrianou (Andrianou 2009) n’en mentionne par exemple aucun, ni non plus (...)
  • 23  Pl. XXX, n1 : Rogers Fund, inv. 06.1021.26 ; détails disponibles sur le site Internet du musée : (...)
  • 24  Pl. XXX, n3 : inv. E 672. Notice et vues du vase disponibles sur le site Internet du musée : htt (...)
  • 25  Voir Isler-Kerényi 2007, p. 54-56 et fig. 32.
  • 26  Cette superposition de disques se retrouve par exemple sur un bas-relief, provenant de Nimrûd et c (...)
  • 27  Voir infra p. 66.

10L’histoire des lits à montants de section circulaire remonte beaucoup plus haut que celle des lits à montants de section rectangulaire, puisque l’Égypte du IIe millénaire en a révélé19 : ils y deviendront très communs20. En Grèce, ils apparaissent dès la période géométrique dans l’iconographie sur vases, où la stylisation et les conventions picturales du motif tendent il est vrai à déformer la réalité, mais où se manifeste la constante de larges volumes ou demi-volumes lisses et circulaires, en courbes bombées et élongées, ponctués par des parties plus fines21. S’ensuivent, aux viie et vie s. av. J.-C., des évolutions qui, comme pour la période précédente, se fondent sur le témoignage des représentations sur vases. Contrairement aux lits à montants de section rectangulaire en effet, qui ont laissé quelques attestations archéologiques, la présence de lits à montants de section circulaire n’a trouvé de confirmation archéologique ni en contexte domestique ni en contexte funéraire, ce qui ne laisse pas de surprendre22. Il faut donc nous fier, avec toutes les précautions qui s’imposent, à ce que nous disent les vases, tel le « Cratère d’Eurytios » découvert à Cerveteri, en Étrurie, et daté d’environ 600 av. J.-C. (pl. XXX, n2), ou encore une assiette corinthienne du Metropolitan Museum de New York représentant un homme allongé sur un lit avec une lyre au-dessus de lui, datée entre 595 et 570 av. J.-C.23. La simplicité des montants, comportant les parties inférieure et supérieure lisses et cylindriques, séparées par un centre rétréci mais déjà rehaussé d’un épais anneau discoïdal semi-torique, annonce une rapide évolution vers des volumes allant se multipliant. Sur une coupe à figures noires du Peintre de Naucratis, datée de 565-550 et conservée au musée du Louvre24, une scène de symposium montre deux hommes sur un lit, dont le cadre est caché par un drapé tombant le long des bords et recouvrant également un matelas ; nul dossier n’est visible. L’intérêt de cette image réside dans les nouveautés des montants : une silhouette beaucoup plus fine se dessine, ponctuée par la superposition, de bas en haut, de quatre anneaux discoïdaux semi-toriques de taille et d’épaisseur variables, séparés par des cylindres eux aussi au diamètre variable. La partie supérieure n’est plus constituée par un épais cylindre, mais par un long élément tronconique aux bords concaves, s’élargissant vers le bas en courbes de plus en plus prononcées et finissant en un disque presque plat, le tout formant une sorte de campanule très étirée. Une autre coupe laconienne, trouvée à Lavinium et attribuable elle aussi au peintre de Naucratis25, montre des montants d’apparence plus sophistiquée par les nombreuses moulures qui ornent les volumes. Ces caractéristiques – superposition d’anneaux discoïdaux en particulier – semblent provenir du monde perse, car on les retrouve sur de nombreuses représentations de trône comme celles de l’Apadana de Persépolis (pl. XXXIV, no 1), certes plus récentes, mais issues d’une tradition de forme existant depuis longtemps déjà, puisqu’elle remonte au moins au ixe s. en Assyrie26. Dans leurs représentations picturales, les Romains utiliseront et transformeront encore ce modèle, que l’on trouve très répandu à l’époque hellénistique (pl. XXXIV, no 4 par exemple) et sur les fresques des ier s. av. et apr. J.-C.27.

Période classique

  • 28  Voir, par exemple, reproduit pl. XXX, n4, la kylix à figures rouges du Peintre de Douris, datée (...)
  • 29  Sur la même frise du Parthénon, il est intéressant de constater la présence d’une forme similaire (...)
  • 30  Voir à ce sujet Cipriani, Pontrandolfo Greco, Rouveret 2004. Voir également les bas-reliefs de la (...)

11À la fin de la période archaïque et à l’époque classique (fin du vie et ve s.), les montants évoluent vers des courbes générales plus amples. Les vases montrent en effet deux types non décorés, aux contours lisses : l’un, que l’on retrouve aussi sur certains sièges, présente une partie basse très élancée, légèrement concave et plus large à la base, pour s’achever en une arête supérieure élargie elle aussi, prolongée ensuite par une extrémité bombée remontant jusqu’au niveau du cadre28. L’autre forme est constituée de trois parties principales. De bas en haut, le pied proprement dit est formé d’un volume en général à simple ou double anneau discoïdal semi-torique assez fin reposant sur un tronc de cône ou directement sur le sol ; puis deux longs éléments étirés à silhouette concave s’élèvent jusqu’au cadre – pour un lit – ou jusqu’à l’assise – s’il s’agit d’un siège. L’élément inférieur va s’élargissant vers le haut, tandis que le supérieur, surmontant une transition en arête simple ou moulurée, prend la forme d’une bobine allongée29. Ce type de montant, décliné en deux variantes, se retrouve sur les lits peints du banquet de la tombe du Plongeur à Paestum – datée vers 480 av. J.-C. –, bien visible en particulier sur la paroi nord (pl. XXXII, n1)30.

  • 31  Cette peinture, conservée au Metropolitan Museum de New York, est datée du milieu du ier s. av. J. (...)
  • 32  Pl. XXXVI, n4, par exemple, sur une peinture de Pompéi du début du ier s. apr. J.-C., le double (...)

12Mais à cette même période, la connaissance des lits de cette forme se trouve augmentée et confirmée par un exemplaire issu d’une découverte d’importance, à Duvanlij, en Bulgarie du Sud (pl. XIX, n4). Une tombe à inhumation y livra au début des années 1930 un lit entier en bois, qui certes s’était affaissé, mais dont les montants permettent de visualiser ce que l’on retrouve sur les vases grecs ou les peintures funéraires du ve s. av. J.-C., tant pour les lits que pour les sièges. Cette forme apparaît encore très fréquemment au siècle suivant sur des reliefs, à l’image de la célèbre stèle funéraire de Démétria et Pamphilè du Céramique, à Athènes (pl. XXXIV, n3), ainsi que sur vases (pl. XXXV). Au iiie et au iie s., on la retrouve – moins souvent – sur des bas-reliefs, pour la voir apparaître encore au ier s. av. J.-C. sur des peintures pariétales de riches maisons romaines, quand le faste et le luxe cherchaient leur esthétisme dans les modèles hellénistiques. L’exemple le plus probant est sans doute la cithariste assise dans un fauteuil en bois de couleur rouge orangé, pourvu d’accoudoirs, détail de la mégalographie de la villa de Publius Fannius Synistor à Boscoreale, salle H (Pl. XXXVI, n2)31, où il est intéressant d’observer la fidélité au modèle, dont on retrouve le profil identiquement proportionné. Les montants sont décorés de motifs imitant la marqueterie. C’est davantage au ier s. apr. J.-C. qu’une stylisation vraiment marquée et variée prendra forme sur les peintures32, bien davantage apparemment que dans la réalité archéologique, où aucun témoignage n’en fait état.

Époque hellénistique

  • 33  Inv. 81673. Pour trois attestations du dernier tiers du siècle précédent, voir Baughan 2013, p. 32 (...)

13La fin de la période classique puis surtout la période hellénistique marquent un tournant dans la connaissance que nous avons des lits antiques à montants tournés, car de nombreux contextes archéologiques en ont livré des exemplaires bien réels, qui permettent une comparaison très instructive avec les représentations picturales et sculptées – encore plus nombreuses – de ces mêmes époques. La fin du ve s. puis surtout la première moitié du ive s. av. J.-C. enclenche un changement progressif dans les formes et le style, qui évolueront rapidement. En effet, les lits à montants ne comportant pas de superposition d’anneaux discoïdaux voient une évolution déterminante, qui s’inscrira de manière définitive jusque dans les goûts romains. Particulièrement visible sur le célèbre cratère à volutes à figures rouges du Peintre de Pronomos, daté de 410-400 av. J.-C., conservé au Musée archéologique de Naples (pl. XXXI, n2)33, cette évolution concerne l’apparition du fulcrum en s. Jusque-là en effet, les accotoirs – quand ils étaient présents – consistaient en un prolongement des montants à l’une ou aux deux extrémités du lit. Dorénavant, l’accotoir devient un élément indépendant, susceptible de recevoir des décorations variées et adaptées à sa forme, et qui feront écho à celles du cadre et des montants. Mais ces décorations sont au départ encore absentes, exception faite des extrémités qui s’enroulent en sobres volutes. Fixé directement sur le cadre, le fulcrum est représenté très fin et étiré, le champ et le couronnement dépassant très largement sa limite extérieure.

  • 34  Voir pl. XXXI, nos 3-4 ; et pl. XXXI, nos 1-2 (particulièrement intéressante est la tombe samnite (...)

14Il semble que cette forme d’accotoirs sans décoration et à fine silhouette ait persisté pendant une bonne partie du ive s., sans pour autant pourvoir l’ensemble des lits représentés. Au même moment, se développent de sobres moulures sur les montants, parfois rehaussées de motifs géométriques apparemment incisés ou peut-être en relief, destinés à embellir l’ensemble, tout en conservant encore les trois parties constitutives déjà évoquées34.

  • 35  Il est difficile de préciser à quel moment précis apparaissent les lits en bronze – dont le châssi (...)
  • 36  Faust 1989, cat. 148 et pl. 1, n1.
  • 37  Voir supra n. 33.

15Le iiie s. fournit les premiers vestiges de lits de ce type. L’exemple le plus probant est un fulcrum en bronze35 provenant de Phanagorie, sur la rive nord de la mer Noire, conservé au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg (pl. XVII, n1). Sabine Faust le date de la fin du iiie s. ou du début du iie s. av. J.-C.36 mais, au vu de la silhouette générale et par comparaison avec les représentations sur vase qui viennent d’être évoquées, une datation un peu plus haute pourrait même être envisagée. Lorsqu’on examine, par exemple, le fulcrum du cratère à volutes du Peintre de Pronomos mentionné quelques lignes plus haut (daté de 410-400)37, ou encore celui d’un cratère apulien conservé au musée de l’Ermitage – représentant Dionysos et Ariane assis sur un lit, lui-même hissé sur le dos d’une mule – (pl. XXXI, n1, d’une datation équivalente), on observe que la forme de celui en bronze s’en rapproche nettement. La partie inférieure du champ offre de la même façon une surface destinée à être posée sur le pommeau du montant, pour laisser s’échapper vers le haut et en oblique vers l’extérieur l’autre partie effilée du champ, pour se terminer en arrondi plus large. Cette deuxième partie du champ apparaît certes plus longue sur les peintures, mais cette nuance peut s’expliquer par le caractère stylisé et volontairement accentué du motif. La grande différence réside en réalité dans les décors, absents sur les vases mais importants sur les objets en bronze, avec certaines parties en haut-relief. Cette importante nuance s’est manifestement développée dans le courant du iiie s. av. J.-C., au cours duquel ce fulcrum de Phanagorie a pu être moulé.

16Il semble que ce type de fulcrum ait dans un premier temps orné les lits à montants sans superposition d’anneaux discoïdaux, mais cette différenciation va progressivement se démentir. L’exemplaire en bronze de Phanagorie laisse supposer l’existence de lits de bois aujourd’hui disparus, mais induit aussi l’utilisation d’autres matériaux, dont l’ivoire et l’os en particulier.

  • 38  Voir Rossi 1979, p. 243-251. Ce couronnement représente un silène de profil, motif fréquent sur ce (...)
  • 39  Huls 1957, cat. 108, p. 82.
  • 40  Della Seta 1918, p. 455 ; Huls 1957. Ce couronnement de fulcrum est conservé au musée de la Villa (...)
  • 41  BCH, 82, 1958, p. 351-352, fig. 3. Il fut mis au jour en 1957 par une équipe polonaise, dans un co (...)
  • 42  Pasqui 1890 ; Manconi 2002, p. 45-48. Voir également supra p. 51.
  • 43  La proposition la plus récente (Costamagna et al. 2011, p. 141-142), soit l’époque tardo-augustéen (...)
  • 44  Un médaillon en haut-relief permet de penser à un couronnement lui aussi en haut-relief, mais selo (...)
  • 45  Voir supra n. 33 par exemple.
  • 46  La typologie de Cesare Letta (Letta 1984), sur laquelle la plupart des études récentes de lits se (...)

17Reprenons la chronologie. De la seconde moitié du iiie s., nous connaissons des éléments en bronze, en ivoire et peut-être en os, provenant de lieux variés. À Monte Sannace, dans les Pouilles, fut découvert en 1978 un couronnement en bas-relief de fulcrum en ivoire daté de cette époque (pl. VII, no 1)38 ; à Palestrina, près de Rome (antique Praeneste), localité Colombella, un autre couronnement en bas-relief, en forme de tête de cygne, daté sans grande précision – faute d’informations suffisantes – des iiie-iie s. av. J.-C. (Yvette Huls parle de « cycle classique récent39 »), laisse un doute quant au matériau, de l’ivoire possiblement, mais supposé en os40. S’il s’agit d’os, cet élément constituerait d’ailleurs un des plus anciennes attestations connues de revêtement imitant l’ivoire. De l’autre côté de la Méditerranée, sur la mer Noire, fut mis au jour un autre couronnement de fulcrum à tête de silène, qui remonterait à la même époque41. Rappelons enfin, concernant les lits recouverts de placages en matériaux d’origine animale, l’importante découverte des lits ornés d’os sculpté de Norcia en Ombrie, provenant de tombes à inhumation42, dont la datation n’a cessé jusque très récemment d’être remise en question. La plus haute proposée les ferait remonter au iiie s. ou au début du iie s. av. J.-C.43. Il est dommage cependant que la forme des fulcra n’ait pas été identifiée totalement, ce qui aurait donné un aperçu presque complet de ce type de lit44. Quoi qu’il en soit, la forme des fulcra fins et étirés peints sur les vases évoqués plus haut45 se retrouve dans ceux en bronze, en ivoire ou en os un peu plus tardifs, et permet d’appréhender de manière assez précise ce premier type, prouvant à ce point que l’utilisation d’un matériau ou d’un autre ne conditionne pas nécessairement une typologie qui lui serait attachée46.

18En l’occurrence, c’est bien cette forme qui va constituer la base des multiples évolutions et sophistications qui se retrouveront dans tous les matériaux utilisés entre le iie s. av. et le ier s. apr. J.-C., entre période hellénistique tardive et période romaine.

  • 47  Pline, Histoire naturelle, XXXIV, 8 (14) ; op. cit. supra n. 37.
  • 48  Après la bataille de Magnésie de Sipyle, qui eut lieu au début de l’année 189 et au cours de laque (...)
  • 49  Voir supra n. 17 et 18.
  • 50  Voir, par exemple, Pline, Histoire naturelle, XXXIII, 53 (148-150).
  • 51  La question du luxe sera abordée infra p. 265 et suiv.

19Le iie s. av. J.-C. marque justement une nouvelle étape. À Rome, une première mention de lits de cette époque est rapportée par les auteurs latins : en l’an 567 ab Vrbe condita47, soit en 187 av. J.-C., l’ancien consul Cn. Manlius Vulso célèbre son triomphe suite à sa victoire en 189 sur les Galates, peuple celte d’Asie Mineure48. Dans le cortège sont portés des lits de bronze, au milieu de richesses formidables et d’innombrables éléments de mobilier luxueux. Le détail dut tellement frapper ses contemporains que son souvenir, encore vivace aux siècles suivants, fut consigné dans leurs écrits par Pline et Tite-Live49… Mais la question qui prend forme ici rejoint la problématique de l’histoire de l’utilisation des matériaux : les lits en bronze à Rome nous sont bien connus, mais existaient-ils avant cette date ? En d’autres termes, doit-on considérer ce moment, si précis soit-il, comme celui de l’émergence d’un changement fondamental dans la conception des lits à Rome ? Les deux auteurs associent ces lits à l’introduction du luxe dans la société, phénomène qu’ils accusent de s’être insinué comme une gangrène50 pour mener la République au chaos… mais le problème est évidemment plus complexe, car le luxe existait avant51.

  • 52  Les résultats et la publication des fouilles soviétiques dirigées par Mme Pugačenkova sont repris (...)
  • 53  Voir Bernard 1970.

20À l’autre bout du monde, en Asie centrale, cette nouvelle étape trouve un autre écho grâce à la découverte de plusieurs montants en ivoire, qui permettent d’affiner une partie des connaissances sur les formes des lits de l’époque et des suivantes. Dans les deux premiers tiers du xxe siècle, trois sites livrèrent des éléments de montants de lits d’époque hellénistique dont les formes s’inscrivent dans la lignée de celles visibles sur les vases grecs. En 1948-1949, une équipe d’archéologues soviétiques mena des fouilles à Nysa, en antique Parthie (Turkménistan actuel), dont les résultats publiés en 1968 rendirent compte d’un important lot de montants en ivoire : leurs formes, en partie connues tant en peinture que sur reliefs, le sont aussi par les lits en bronze –contemporains ou postérieurs – du monde grec et du monde romain52. À Aï Khanoum, en Afghanistan, la DAFA (Délégation archéologique française en Afghanistan) mit au jour en 1969 les restes en ivoire d’un meuble assimilé à un lit ou un siège (pl. IV, nos 1-2)53 dont les montants adoptent, comme à Nysa, des formes intermédiaires entre ceux des Grecs et ceux des Romains. Dans l’article qu’il consacre à ce mobilier, Paul Bernard fait en outre état d’une autre découverte extrêmement intéressante effectuée au début du xxe siècle à Fréhat En-Nufégi, près d’Uruk-Warka, en Irak, mentionnant des montants aux formes très similaires, mais faits de bois tourné recouvert de feuilles d’argent.

  • 54  Voir l’exemplaire d’Amplero, pl. XVI, n5.
  • 55  P. Bernard précise le classement de Mme Pugačenkova, qui a déterminé deux groupes de montants. Le (...)
  • 56  Comme le signale très justement Bernard 1970, p. 328, le montant n6 de la fig. 2 doit être vu da (...)
  • 57  Voir supra n. 20.
  • 58  Pl. XVIII, no 1.

21À l’observation, les silhouettes montrent un véritable équilibre dans les proportions et l’alternance entre volumes et éléments plus fins, que l’on retrouvera un temps dans le monde romain, mais qui seront magnifiés par l’introduction de motifs figurés très développés, que ce soit en bas ou en haut-relief, mais aussi par l’accentuation des différences de diamètre entre volumes et parties fines, ou bien encore, pour les lits plaqués d’os que Cesare Letta classe dans sa série 2, une quasi-suppression des volumes fins intermédiaires54. Si l’on écarte le groupe 2 des lits de Nysa proposé par G. Pugačenkova55, aux caractéristiques perses et appartenant très probablement à des trônes, les formes restituées par l’archéologue russe56 rappellent nettement celles des lits de bronze de la même époque, comme l’exemplaire de Mahdia exposé au musée du Bardo à Tunis57, ou celui du musée du Louvre, daté de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. (pl. XVIII, no 1). Tous deux présentent des montants fins sur lesquels se retrouve le même enchaînement de volumes décrits par Paul Bernard et repris par Niccolò Manassero58.

Transition

  • 59  Pour d’autres exemples du même type et de la même période, voir ceux provenant de l’épave Fourmigu (...)

22Il semblerait donc que tout au long du iie s. av. J.-C. et au début du ier, ce profil de montants ait été produit tant en bronze59 qu’en bois recouvert d’ivoire ou même en ivoire plein, comme les occurrences archéologiques l’attestent, mais également de placages en argent, en or, en écaille de tortue ou encore en bois précieux ; si l’exemplaire de Fréhat En-Nufégi illustre bien l’usage de l’argent, s’ajoutent plusieurs textes de Pline faisant état du riche chevalier Carvilius Pollion qui, à l’époque syllanienne, fut le premier à orner les lits de ce métal précieux, auquel s’ajouta ensuite l’or :

  • 60  Pline, Histoire naturelle, XXXIII, 51 (144), trad. H. Zehnacker, CUF, 1983. Les lecti Deliaci et l (...)

Lectos uero iam pridem mulierum totos operiri argento, quaedam et triclinia. Quibus argentum addidisse primus traditur Caruilius Pollio eques Romanus, non ut operiret aut Deliaca specie faceret, sed Punicana ; eadem et aureos fecit, nec multa post argentei Deliacos imitati sunt. Quae omnia expiauit bellum ciuile Sullanum.
Quant aux lits des femmes, il y a longtemps qu’ils sont entièrement plaqués d’argent, tout comme certains lits de table. D’après la tradition, c’est Carvilius Pollion, un chevalier romain, qui fut le premier à mettre des ornements en argent à ces lits, mais sans les en plaquer, et en leur donnant non pas le style de Délos mais celui de Carthage. Il en fit aussi dans ce style qui était garnis d’or, et peu après les lits à garniture d’argent imitèrent ceux de Délos. La guerre civile de Sylla a fait expier tout cela60.

23Un autre passage de l’auteur fait allusion au même personnage et à l’écaille de tortue comme élément de décoration des lits :

  • 61  Pline, Histoire naturelle, IX, 11 (13), 39, trad. E. de Saint-Denis, CUF, 1955.

Testudinum putamina secare in laminas lectosque et repositoria iis uestire Caruilius Pollio instituit, prodigi et sagacis ad luxuriae instrumenta ingenii.
Le découpage en lames des écailles de tortues pour en revêtir les lits et les plateaux fut une innovation de Carvilius Pollion, dont la prodigalité et l’ingéniosité s’appliquèrent aux meubles de luxe.61

  • 62  Le cylindre sculpté donne forme à des pattes de lion.

24L’autre forme de montants, celle à anneaux discoïdaux superposés évoquée plus haut dans ce même chapitre, subit au cours de l’époque hellénistique des évolutions significatives selon deux styles. Pour l’un, la silhouette gagne en largeur et les anneaux discoïdaux s’écartent légèrement les uns des autres, tout en conservant en partie centrale ou inférieure un cylindre sculpté, à l’image du bel exemplaire de trône sur relief conservé au Getty Museum de Malibu et daté de la toute fin du iie s. av. J.-C. (pl. XXXIV, no 4)62. Cet exemple significatif se retrouve sur de nombreux reliefs des iiie et iie s. av. J.-C. en Grèce, en Macédoine antique et dans l’ensemble du monde hellénistique. Pour l’autre, la silhouette générale garde une certaine finesse par rapport au précédent, conservant elle aussi la superposition d’anneaux discoïdaux en partie supérieure, tandis que la partie inférieure se compose maintenant d’un pied fin tronconique surmonté d’un volume campaniforme lisse, sur lequel repose en général une moulure. Quant à la partie centrale, elle perd son cylindre sculpté de motifs animaux pour prendre la forme d’un long et lisse tronc de cône. Cette composition donne ainsi à l’ensemble un aspect très épuré, dont le lit sculpté de l’Héroon de Calydon, en Grèce occidentale, daté du iie s. av. J.-C., constitue un exemple remarquable (pl. XXIV, no 4).

  • 63  Le n2 de la pl. XXXIV montre en effet une tête animale ornant le couronnement du fulcrum de droi (...)
  • 64  Voir, par exemple, pl. XVII et XVIII pour les bronzes, et pl. XI, nos 2, 3 et 4 pour l’os.

25Contrairement aux représentations de trônes ou de sièges, les représentations de lits à montants circulaires sont relativement peu nombreuses et souvent recouvertes de drapés ou de couvertures, ne dévoilant que partiellement leurs formes. Ainsi émerge cette question : à quel type de lits les fulcra les plus anciens qui nous sont connus correspondaient-ils réellement ? Si l’on en croit les vases de la fin du ive s. et du début du iiie, ils seraient liés aux montants sans superposition d’anneaux discoïdaux. Mais le problème prend maintenant une tournure plus complexe, car c’est bien à partir de cette époque que les genres s’imbriquent les uns dans les autres, et les éventuelles analogies avec les trônes ou les sièges, qui étaient possibles auparavant, perdent de fait ici leur pertinence puisque ceux-ci ne comportent pas de fulcra. Si nous nous tournons vers des images complètes de lits, c’est vers le iie s. qu’il faut regarder, par exemple sur certaines urnes cinéraires étrusques qui en prennent la forme sculptée (pl. XXVIII, nos 1-2). Celles-ci montrent un style d’aspect chargé, dont les montants rassemblent une sorte de concentré de tous les volumes connus, et qui se retrouveront sur les lits en bronze ou plaqués d’ivoire ou d’os dans le monde romain. On y voit la superposition d’épais anneaux, surmontés d’un cylindre figuré non moins volumineux, et en partie basse un élément campaniforme sculpté, héritier des pattes animales perses. Juste au-dessus, un fin cylindre aux extrémités moulurées, semblable aux formes romaines en bobine. Et ces lits sont pourvus de fulcra à haut-relief63, comparables à ceux connus en bronze ou en os64, prises en compte bien sûr les variations de thèmes et de motifs iconographiques et stylistiques. Ce constat met en évidence les évolutions qui eurent lieu au siècle précédent, mais pour lesquelles nous ne disposons pas de témoignage complet.

  • 65  Ce prolongement est très bien illustré sur le lit du cratère apulien du ive s. av. J.-C., pl. XXXI (...)

26Il ressort cependant que durant le iie s., puis au siècle suivant, les types de lits qui jusque-là répondaient à certaines spécificités formelles les ont progressivement abandonnées au profit de mélanges des styles et des volumes. Le meilleur exemple est encore le fulcrum, cet accotoir indépendant, dont sont progressivement dotés tous les lits, remplaçant bientôt définitivement le prolongement simple des montants65. De même, les volumes en anneaux discoïdaux, variant en épaisseur et rehaussés ou non de moulures, ornent des montants également pourvus de cylindres figurés – dont les sujets ne sont plus seulement des pattes d’animaux et des sphinx –, associés à des motifs végétaux et géométriques, ainsi surtout qu’à diverses formes de volumes. Les ensembles décoratifs prennent ainsi des aspects très variés, dont les nombreuses découvertes archéologiques rendent bien compte, complétées pas les représentations picturales, fréquentes en Italie romaine.

Italie romaine

  • 66  Talamo 1987-1988, p. 84-85.

27Ce sont donc les lits à montants circulaires qui vont quasiment exclusivement se développer dans le monde romain, offrant des décors sculptés extrêmement riches et associant souvent des motifs végétaux et des motifs figurés, comme l’a déjà bien observé Emilia Talamo66. Et la découverte d’un grand nombre de ces lits des ier s. av. et ier s. apr. J.-C., associée à la préservation des nombreuses représentations picturales – autour du Vésuve en particulier –, permet de se faire une idée relativement précise de ce meuble, plus nette que dans les siècles précédents, tant en contexte domestique qu’en contexte funéraire. Elles autorisent aussi des comparaisons très instructives, entre les images idéalisées d’un passé admiré, reproduites sur les murs ou sculptées sur des reliefs, et les réalités du temps, fruits des évolutions multiples tributaires des modes, des goûts et de la nécessité du paraître. Elles mettent ainsi en évidence l’importante place que le lit occupait dans la vie des Romains.

Les lits représentés sur peinture

28Sur les peintures de ces deux siècles sont offertes aux regards les images d’un passé que les artistes s’appliquent à reproduire tout en nuances. Les montants à superpositions d’anneaux – formes les plus anciennes – sont apparemment les modèles les plus imités, probablement parce que l’effet visuel qui s’en dégage rappelle les magnificences orientales. À Pouzzoles, près de Naples, il existe un des témoignages picturaux les plus anciens, daté de la fin du iie s. av. J.-C., qui constitue un exemple extrêmement intéressant et original de transition entre les formes grecques et les représentations romaines (pl. XXXIII, n1). Dans le Rione Terra, cœur de la ville antique conservé dans les sous-sols de la ville bâtie à la période moderne, fut découvert le laraire d’une habitation orné de peintures représentant les douze dieux olympiens. Et de part et d’autre d’un autel adossé à un mur, deux serpents presque symétriques, représentant le génie de la maison, déploient leurs anneaux chacun sur un lit. Ces lits, de facture simple, comprennent un cadre épais sans décoration, ainsi que des montants reprenant les formes grecques, avec un pied fuselé sur lequel repose un volume campaniforme, suivi au-dessus d’un fin cylindre lisse surmonté d’une succession de trois anneaux discoïdaux superposés, puis d’une sorte de tambour soutenant le cadre. Fait intriguant, on distingue sur le lit de gauche le profil effilé d’un fulcrum, dont une brisure de l’enduit a malheureusement fait disparaître le champ et le couronnement, nous privant d’une information précieuse. Il n’est pas inutile de rappeler le rôle fondamental de Pouzzoles dans les échanges commerciaux et culturels de Rome avec le bassin oriental de la Méditerranée, et par conséquent son inévitable imprégnation des goûts et modèles importés. Les formes stylisées et sommaires rendues dans cette peinture ne gardent cependant que l’essentiel, qui ne cesse par la suite de se développer.

29Au ier s. av. J.-C., les représentations dans les riches demeures montrent le plus souvent des formes délicates et fines, admirablement illustrées par le siège de la mégalographie de la villa des Mystères à Pompéi, sur lequel est assise la jeune fille en train de se faire coiffer lors de la toilette prénuptiale (pl. XXXVI, n1). Les montants sont ici dessinés en une sobre mais noble expression aux formes allégées. Cinq anneaux discoïdaux semi-toriques surmontent un volume campaniforme, sur un axe central assez fin, qui se termine en partie supérieure par un cylindre un peu plus large que l’axe central. Aucun motif sculpté ne vient entraver l’élégance simple de l’ensemble. La couleur blanche pose sournoisement la question du matériau utilisé… et l’idée de l’ivoire semble séduisante, bien que rien ne permette de l’affirmer. Il pourrait en effet s’agir d’un bois précieux qui serait peint, mais dans la mesure où la jeune fille veut s’inscrire dans un processus d’assimilation aux deux dieux présents sur la fresque, il est plus cohérent d’imaginer un matériau précieux, assimilable visuellement ici à l’ivoire – le siège faisant pendant au trône du personnage féminin sur lequel Dionysos s’appuie, mais caché ici par ses longs vêtements.

  • 67  Cette peinture est conservée au Palazzo Massimo alle Terme, à Rome.

30À Rome, un peu plus tardivement, dans la villa située sous la Farnésine, Aphrodite occupée à sa toilette (pl. XXXVI, n3)67 siège sur un trône pourvu de montants tournés en volumes aux formes plus arrondies, mais qui suit le même schéma que le précédent. L’élément campaniforme inférieur est cependant plus allongé, tandis que l’anneau discoïdal central s’est étiré en sphère ovoïdale, pour créer une symétrie avec les quatre autres répartis par paires au-dessus et au-dessous.

  • 68  Voir, par exemple, l’Acteur roi assis sur un siège de type diphros grec, provenant d’Herculanum (p (...)
  • 69  Voir supra p. 57 et suiv.

31Au ier s. apr. J.-C., ce type de montant semble s’élargir pour prendre un aspect plus massif, perdant le plus souvent quelques anneaux au profit de l’allongement du cylindre supérieur qui s’élargit significativement68, à l’image des montants grecs présents sur les vases dès le vie s. av. J.-C. – évoqués plus haut dans ce chapitre69 – ; les caractéristiques des deux formes grecques se trouvent ainsi rassemblées.

  • 70  Voir n. précédente.

32La seconde forme grecque, comme la première évoquée ci-dessus, trouve donc au cours de ces deux siècles des imitations nombreuses et souvent nuancées70. Citons comme exemple représentatif le lit situé en arrière-plan du tableau des Amours d’Arès et Aphrodite de la maison de M. Lucretius Fronto, à Pompéi (pl. XXXIII, n3). Ce meuble comporte des fulcra aux extrémités en volutes, identiques à ceux qui ornaient les lits aux mêmes types de montants – en trois parties – présents sur certains vases grecs de la fin du ve s., au moment de l’apparition de ces fulcra, associés à ce type de montants. Cette apparente sobriété contraste avec d’autres représentations de la même période.

  • 71  Il est intéressant d’observer les similitudes de cette représentation avec le bas-relief en marbre (...)
  • 72  Cette configuration se retrouve sur des œuvres hellénistiques, comme le relief funéraire du Getty (...)

33Sur certaines peintures du 4e style pompéien, apparaît un type de montants dont les caractéristiques glissent vers des formes beaucoup plus fantaisistes, et qui semblent quitter le réalisme qui s’attachait aux autres, abandonnant en particulier les proportions communément appliquées entre les volumes. Ainsi, dans la maison des Vettii à Pompéi (pl. XXXVII, n2)71, Amphitryon observant Hercule est assis sur un trône dont le montant visible est composé d’un long cylindre assez large sur lequel sont sculptés des volumes à l’aspect chargé, telle la limite inférieure de la cloche dessinée en vagues florales, relayée par le même motif au centre du cylindre, que surmontent ensuite des sculptures figurées – fait assez inhabituel sur les peintures murales. Le tout est de plus orné d’un oiseau techniquement destiné à soutenir un accoudoir72, qui est en fait ici absent…

34Au milieu de ces diverses formes sophistiquées et décoratives, il en est pour lesquelles certains peintres se sont au contraire inspirés de modèles plus récents, plus proches des lits « réels » ornés d’os ou de bronze. Un fragment très dégradé de peinture murale de la maison de Julius Polybius à Pompéi a préservé une partie de siège (pl. XXXVI, n5), ou plus probablement de trône, sur lequel est assis un personnage féminin, jambes croisées, dont les pieds reposent délicatement sur un marchepied. Le montant visible, relié aux autres par de fines entretoises de bois, est composé de trois volumes campaniformes, chacun surmonté d’un petit anneau et séparé des autres par des cylindres lisses. Un anneau discoïdal plus large interrompt le cylindre reliant les deux volumes supérieurs et le pied proprement dit semble être pourvu d’une moulure. Le peintre a pris des libertés en superposant de cette manière des éléments campaniformes presque identiques – disposition peu fréquente –, mais la silhouette d’ensemble se rapproche de certains modèles connus en bronze ou en os. D’autres variations ponctuelles pourraient encore être relevées pour venir augmenter la liste des particularismes, mais d’un point de vue général, les types évoqués ici semblent composer des constantes fiables.

Les lits romains en bronze

  • 73  Baudoin, Liou, Long 1994.
  • 74  Boucher 1982.
  • 75  De Carolis 2009.
  • 76  Voir Maiuri 1933, p. 423-427 ; D’Ambrosio, Guzzo, Mastroroberto 2003, p. 362-363.

35Nous l’avons vu, la période romaine a essentiellement révélé des lits décorés d’os travaillé et des lits de bronze. Pour ces derniers, la filiation avec les formes hellénistiques, que les modèles d’Asie centrale en ivoire et en bois, décrits par Paul Bernard puis Niccolò Manassero ont fait connaître, semble bien établie. Se retrouvent par exemple presque systématiquement les mêmes types de volumes sur les montants, comme le tronc de cône en partie basse, surmonté par l’élément lisse campaniforme, que prolonge vers le haut un nouvel élément tronconique, puis un simple ou plus souvent un double disque ; la partie supérieure, de diamètre assez large, est en général pourvue d’une moulure assez simple. Une observation chronologique montre que ces montants, tout en gardant les mêmes types de volumes, ont tendance, vers la fin du ier s. av. J.-C., à s’élargir et à prendre un aspect plus massif, en même temps que se réduit la hauteur des montants : la comparaison entre d’une part les lits à montants en bronze assez fins et hauts du Louvre – seconde moitié du iie s. av. J.-C. – (pl. XVIII, n1), de Golfe-Juan73 ou de Bourgoin-Jallieu74 – encore plus ancien –, et d’autre part ceux de la Centrale Montemartini, à Rome (pl. XVIII, n4), ou du Musée de Chieti en Italie centrale75 – tous deux de la fin du ier s. av. ou du début du ier s. apr. J.-C. –, aux montants d’aspect beaucoup plus massif et plus bas, constitue un exemple significatif. Le cadre en revanche reste peu épais, constitué d’un placage de feuilles de bronze incisées recouvrant les parties latérales et laissant le bois apparent ailleurs. Quant aux fulcra, ils conservent des sculptures en haut-relief ; mais alors qu’une bonne partie des lits plus anciens ne comportait ces accotoirs que sur une seule extrémité, il semble que les plus récents en comportaient davantage sur les deux. Pour les fulcra rehaussés d’un prolongement vertical droit, comme sur le bel exemplaire provenant de la maison du Ménandre à Pompéi (pl. XVIII, n3)76, les lits n’étaient cependant pourvus d’accotoirs que d’un côté.

Les lits romains ornés d’os

  • 77  Datation possible pour le lit de Praeneste, évoqué supra p. 88 et suiv.
  • 78  Plusieurs éléments provenant de Tarente, dans les Pouilles (pl. VII, n2), remonteraient à cette (...)

36Les lits ornés d’os viennent s’immiscer assez tôt au milieu de ces matériaux précieux que sont l’ivoire, l’or, l’argent, le cuivre et le bronze, auxquels s’ajoutent l’écaille de tortue ou les bois rares. Les plus anciens témoignages en os pourraient remonter, nous l’avons dit, à la fin du iiie s. av. J.-C.77, en tout cas au début du iie, pour plusieurs occurrences78. En Italie romaine, et rapidement dans tout le bassin méditerranéen, l’usage des lits décorés d’os travaillé connaît un essor considérable. Leur développement suit des évolutions simultanées et parfois très différentes, fruits d’une concomitance de facteurs liés aux modes et aux goûts du moment, mais aussi aux lieux, au niveau social des utilisateurs et au talent des artisans, qu’il s’agisse de production locale ou d’importation.

  • 79  Voir supra p. 45.
  • 80  Amplero : voir Letta 1984 et 1998, ainsi que pl. XVI, n5, ici ; Fossa : voir Copersino 2003, p.  (...)
  • 81  Golfe-Juan : voir Baudoin, Liou, Long 1994, p. 32 ; Volubilis et Lixus : voir Piccot-Boube, p. 196 (...)

37Cesare Letta avait proposé une typologie qui servit ensuite de fondement à la plupart des études modernes, après sa publication en 1984. Sur la base d’un certain nombre d’occurrences, il avait fondé la typologie des lits romains décorés d’os sur deux séries, comme nous l’avons vu79. La deuxième série constituait un ensemble bien identifiable et, en l’état des connaissances, circonscrit géographiquement à l’Italie centrale (Abruzzes, Ombrie et Marches), région supposée de production de ces lits dont la diffusion s’est étendue vers le nord. Peut-on cependant définir cette série comme imitée ou dérivée à part entière des modèles hellénistiques en bronze ? Nous connaissons désormais ces lits hellénistiques, dont les formes des montants ne sont qu’en partie comparables, si ce n’est pour certains d’entre eux dans leur caractère massif et large. Lorsqu’on examine la restitution des lits d’Amplero, de Fossa, dans la même région, ou encore de Calatia, en Campanie80, aucune ne présente des variations d’épaisseur aussi marquées qui font alterner les parties bombées (cloches, coupoles renversées) ou en forme de disque avec les fines parties cylindriques ou tronconiques, que l’on retrouve dans les exemplaires de l’épave de Golfe-Juan, de Volubilis ou de Lixus, en Afrique du Nord, ou encore d’Ancône, en Italie81. Les lits d’Amplero, de Fossa et de Calatia révèlent au contraire une morphologie plus uniformément large – excepté l’élément tronconique du bas qui prend contact avec le sol en s’amincissant –, dont les parties décorées ou lisses reposent sur des cylindres et des troncs de cône longs, remplaçant les éléments bombés des lits en bronze ; enfin, les parties intermédiaires sont beaucoup moins saillantes, tout comme sont absents les éléments en forme de disque.

  • 82  Par exemple l’applique trouvée à Mirmeki (Crimée), iiie-iie s. av. J.-C. : BCH, 82, 1958, p. 352, (...)
  • 83  Bernard 1970, p. 335, fig. 7-8.

38Si l’on se penche sur la première série, définie comme imitée ou dérivée des modèles hellénistiques en ivoire, la typologie de Cesare Letta apparaît pertinente dans l’analyse des formes romaines de lits à ornementations en os ; mais bien minces sont les références archéologiques de lits ornés d’ivoires travaillés au tour, d’époque hellénistique, qui en seraient les modèles. Nombre de couronnements de fulcra de cette époque82 témoignent de leur large diffusion essentiellement en contexte domestique, mais ils ne constituent que de partiels indices sur la morphologie complète des lits qu’ils décoraient. Il est d’ailleurs étonnant que les fouilleurs ne trouvent et ne fassent mention presque systématiquement que de cet élément, seul, et non par exemple des autres parties du fulcrum, comme le médaillon, ou bien encore des éléments de montants. Lorsque des montants sont retrouvés – cas extrêmement rares –, il n’est pas fait mention des autres éléments du lit : c’est le cas en Asie centrale à Aï Khanoum (Afghanistan), à Fréhat En-Nufégi (Irak), ou encore à Nysa (Parthie antique, actuel Turkménistan), tous situés chronologiquement au iie s. av. J.-C.83. Mais rien ne prouve que les lits ornés de ces appliques comportaient des montants typologiquement similaires à ceux d’Aï Khanoum, de Fréhat En-Nufégi ou de Nysa. L’observation stylistique tendrait plutôt à laisser penser le contraire, ces montants se rapprochant davantage des formes achéménides, mais aussi de certains lits en bronze. Ainsi, rien ne permet de définir avec certitude un modèle hellénistique de lits ornés d’ivoire pour une partie des lits romains décorés d’os.

  • 84  Rodziewicz 2007, p. 86, nos 36-37, pl. 18.36 a-b, 97.3 ; pl. 18.37, 98.I a-b.
  • 85  Emilia Talamo avance même l’idée du goût de l’artisan (Talamo 1987-1988, p. 78). Mais cette hypoth (...)

39Il semble donc bien délicat de rapporter une typologie à deux traditions héritées du travail de deux matériaux, l’ivoire et le bronze. La première série serait bien plutôt une mosaïque d’influences, hellénistiques en particulier (la production alexandrine n’est cependant pas archéologiquement attestée pour l’époque, mais davantage pour la période romaine tardive84 : l’influence égyptienne reste donc à démontrer), de différents niveaux techniques et artistiques, et de l’origine sociale et des souhaits des commanditaires85. Pour la deuxième série de Letta, il ne peut vraiment s’agir non plus d’imitation des lits en bronze exclusivement, dont la morphologie des montants diffère substantiellement, comme nous l’avons dit, mais plus probablement d’une tradition artisanale locale qui se serait développée surtout en Italie centrale, avec cependant des thèmes iconographiques souvent similaires – dionysiaques en particulier.

  • 86  Gentili 1973 ; Ortalli 1988 ; Giacobello 2010, p. 168-174.
  • 87  Le diamètre maximum est de 9,2 cm.

40Une remarque s’impose à ce point, à propos d’un cas particulier de lit romain en bronze dont les montants sont à section circulaire (pl. XVIII, n2)86 : à Modène, en Italie du Nord, furent retrouvés en 1967 des éléments dont la morphologie semble inhabituelle, comparée à celle des autres lits connus de la même époque. Les montants, de facture fine87 – et non large et massive –, sont composés d’une extrémité inférieure amincie reposant sur le sol, de forme tronconique et rehaussée de deux petits disques, puis d’une cloche relativement large et décorée de motifs végétaux et géométriques ; une partie intermédiaire en forme de bobine simple vient ensuite offrir un support à un disque, sur lequel repose un cylindre figuré en haut-relief, clos au-dessus par un autre disque, plus large que le premier. S’ensuit une double bobine, autre partie intermédiaire, qui soutient un nouvel élément en forme de cloche aux motifs végétaux, mais moins convexe et plus petit que le premier cité, délimité en son sommet par une deuxième double bobine ; puis se dessine un élément cannelé, démarrant en disque et se rétrécissant vers le haut dans une incurvation concave, tel un calice renversé, dans le sillon duquel un cylindre lisse, légèrement conique, se place pour traverser le châssis. Deux disques séparés par une bobine simple et lisse parachèvent l’ensemble, pour constituer le pommeau placé en partie supérieure du châssis ; le disque supérieur est mouluré en motifs végétaux. Cette description permet un constat intéressant : cet ensemble se rapproche davantage des lits ornés d’os (ou d’ivoire, comme nous le verrons) que Cesare Letta intègre dans la première série (imitée des modèles en ivoire), et non dans celle imitée des modèles en bronze.

41Mais c’est bien le lit d’Aquinum qui constitue une comparaison éloquente, essentiellement pour le cylindre figuré en haut-relief placé en partie basse du montant et les disques fins disposés au-dessous et au-dessus, ainsi que la finesse des formes dans leur ensemble. L’évocation du lit de Modène, ajouté à celui d’Aquinum, démontre donc que pour les lits de ce type, les cylindres figurés étaient situés non pas en partie haute du montant, comme a pu le proposer R. V. Nicholls – hypothèse considérée par la suite comme acquise –, mais en partie basse, donnant un aspect visuellement plus cohérent à l’ensemble.

42Cette évocation aussi confirme la multiplicité des styles, des traditions et surtout des influences qui gravitent autour des lits romains, mais démontre surtout que pour les lits romains, les modèles étaient faits en bois, en bronze, en ivoire ou même en os, et qu’une typologie ne peut fonder ses origines sur les seuls matériaux, comme le proposait pourtant Cesare Letta avec les lits hellénistiques en ivoire et en bronze.

Typologie des lits antiques

Présentation et principes de la typologie

43L’examen d’ensemble des exemplaires connus – en particulier ceux qui ont abouti à des reconstitutions graphiques et des reconstructions – m’amène à proposer une nouvelle classification des lits. Nous l’avons vu, les formes des lits romains trouvent leurs origines en bonne part dans les formes grecques et hellénistiques ainsi que, plus indirectement, achéménides et perses. Il m’a semblé donc préférable d’intégrer dans cette typologie ces aires géographiques et périodes plus anciennes, afin de saisir des filiations qui dépassent le seul cadre romain, et éviter ainsi une vision trop restrictive de l’ensemble. Cette répartition ne saurait cependant se laisser enfermer dans une formalisation stricte, qui trouverait inévitablement contradiction. En effet, il semble difficile d’aboutir à une typologie qui encadrerait des formes parfaitement définies, car en réalité, au-delà de caractéristiques similaires avérées, il en est d’autres, sur un même type de lit, qui se différencient parfois nettement. On trouvera par exemple des montants analogues sur deux lits qui comporteront des cadres très différents, ou encore des fulcra non comparables.

44Quant aux matériaux, il faut garder à l’esprit que les lits romains que nous connaissons, non seulement reflètent des influences extérieures, mais sont encore une conséquence directe des lits en bois locaux ou exotiques – aujourd’hui disparus – dont les formes travaillées au tour ont, selon toute vraisemblance, contribué à servir de modèles à d’autres matériaux nécessitant une technique plus complexe, comme le bronze en particulier.

  • 88  Voir supra p. 59 et suiv.

45Après examen attentif et critique des reconstitutions et reconstructions existantes, il est possible de dessiner les contours caractérisant les principaux types de lits romains, intégrés dans la continuité des plus anciens. Pour ceux-là, les témoignages picturaux proposent autant de lits à montants rectangulaires que circulaires, à chacune des époques concernées. Cela n’est pas toujours le cas pour les lits retrouvés dans les fouilles qui n’illustrent pas toutes les formes ayant existé – les périodes géométrique et archaïque n’ont par exemple pas conservé de lits à montants à section circulaire, probablement parce qu’ils étaient exclusivement en bois88. Nous sommes donc incités à nous tourner vers les peintures, avec la prudence que le doute peut induire sur l’exactitude des formes.

  • 89  Voir supra n. 87 et 88.
  • 90  Celui de Praeneste a été cité plus haut, auquel s’ajoutent au iie s. av. J.-C. ceux de Tarente (De (...)
  • 91  Un des trois lits de Cumes, objets de la présente étude, comporte lui aussi un fragment de couronn (...)

46Deux hésitations demeurent également, concernant le cadre et les fulcra. Peu visibles sur les fresques et les bas-reliefs, ces parties du lit ne semblent pas toujours se rattacher à des types de montants définis, comme le montrent certaines occurrences comparables mais dont les cadres ou les fulcra divergent. De plus, les plus anciens éléments de lits romains, sur lesquels un fondement plus stable aurait pu reposer, se limitent à des couronnements de fulcra89 sculptés en bas-relief et en forme de têtes d’oiseaux aquatiques. Se pose donc la question de la forme des lits auxquels ils étaient fixés, pour laquelle aucune réponse ne peut être avancée avec certitude. Immédiatement cependant, un rapprochement s’opère avec des lits mieux conservés mais plus récents qui en sont pourvus, comme celui d’Aquinum (pl. XIII, n1 et XI, n1), exemple fondamental par son état de préservation exceptionnel, ou encore celui de Fréjus (pl. XVI, n4), fragmentaire mais dont la proposition de restitution graphique partielle oriente les idées d’intéressante manière. D’autant que malgré le nombre conséquent d’exemplaires de couronnements embrassant cette forme de tête d’oiseau90 – chronologiquement disséminés entre au moins la fin du iiie s. av. et le ier s. apr. J.-C., voire le iie –, il s’agit quasiment des deux seules références en os qui soient accompagnées d’autres éléments autorisant une image d’ensemble de lit91.

47Ce sont donc d’abord les montants qui servent de fondement à la typologie proposée ici. Les principes de cette classification reposent sur la forme générale de leur section : quadrangulaire (classe 1000), en forme de patte animale (classe 2000), ou circulaire (classe 3000). Chacune de ces trois classes se compose ensuite de plusieurs formes, caractérisées par :
- les spécificités d’aspect du matériau (lisse ou décoré),
- la présence ou non de cylindres figurés,
- les mouvements distinctifs de ces cylindres et volumes (haut ou bas-relief en particulier),
- les formes spécifiques des volumes (discoïdale, cylindrique, tronconique, en bobine, campaniforme, sphérique, cupuliforme),
- l’épaisseur des volumes (finesse ou épaisseur).

48Mais sont également pris en compte la configuration des cadres et la présence éventuelle de décorations, ainsi que, pour certains types, la forme des accotoirs. Ces caractéristiques peuvent selon les types s’assembler en un seul ou en constituer l’élément essentiel. D’autre part, le matériau est pris en compte quand il présente des particularités significatives. Enfin, les précisions nécessaires sur les formes grecques ont déjà été données dans les pages précédentes : il n’est donc pas utile de les reprendre ici dans leur intégralité. On ne saura non plus se fier à une chronologie rigide, puisque des formes similaires se retrouvent parfois à des intervalles temporels assez larges. Les dessins qui illustrent cette typologie, destinés à permettre une visualisation immédiate des formes, ont été composés à partir soit de modèles existants précis, soit d’assemblages de plusieurs d’entre eux, parfois augmentés de reconstitutions et d’ajouts, afin de combler les manques.

Typologie

Classe 1000. Lits à montants à section quadrangulaire

Type 1100. Lits en bois de facture simple sans dossier

  • 92  Castel, Dunand 1981, pl. XIX-XXV (datation : p. 105).
  • 93  Ibid., p. 82, fig. 6.
  • 94  Pl. XIX, n2 : reconstitution d’un exemplaire retrouvé dans une tombe à Véria, en Macédoine antiq (...)

49Les Anciens n’ont de toute évidence pas seulement élaboré des lits aux formes sophistiquées, mais aussi utilisé des lits plus sobres, en particulier dans les milieux modestes – c’est-à-dire l’immense majorité des populations. Ces lits devaient être constitués de la forme la plus élémentaire, avec un châssis en bois et quatre montants travaillés simplement, selon la technique la plus aisément réalisable consistant à les tailler en section quadrangulaire. Très peu d’exemplaires nous sont pourtant parvenus des époques les plus anciennes, mais en Égypte, les conditions de conservation particulières en milieu sec ont permis la préservation de plusieurs lits en bois, comme c’est le cas pour deux exemplaires de la tombe n6 de la nécropole de Douch, datés de la fin du iiie s. apr. J.-C. (pl. XIX, n3)92 : l’un est décoré de peintures, tandis que l’autre, de fabrication assez rustique, n’en comporte aucune. Il est composé d’un cadre en bois supportant un sommier en paille, et les montants sont constitués d’une épaisse planche de bois percée en mortaises dans sa partie supérieure, pour fixer le cadre, tandis que la partie centrale basse présente un rétrécissement décoratif simple93. Ces montants à section rectangulaire évoquent ce que probablement furent les modèles courants plus anciens, présents durant toutes les périodes de l’Antiquité94.

Type 1200. Lits à cadre simple, sans traverse inférieure95

  • 95  Voir supra p. 57 et suiv. pour les détails et les exemples.
  • 96  Knigge 1976.
  • 97  Mastrocinque 1991.

50Deux éléments principaux caractérisent ce type de lit, que nous connaissons essentiellement par les peintures sur vases des viie et vie s. av. J.-C., et même dans le courant du ive ; quelques exemplaires provenant de tombes nous sont parvenus, comme celui du cimetière du Céramique, à Athènes96, ou de Quinto Fiorentino, en Italie du Nord97. Les montants, dans un premier temps assez larges, sont constitués d’un élément plein de bas en haut, au départ sans rétrécissement central pour les palmettes décoratives, mais dont les arrondis extérieurs de la base de ces motifs se voient ensuite assez rapidement sculptés en creux, alors qu’ils n’étaient initialement que représentés dans les décors peints. L’autre caractéristique concerne le cadre qui, d’une épaisseur réduite, ne se trouve pas doublé d’une traverse horizontale inférieure. Ces deux éléments font évoluer l’ensemble du lit vers une silhouette plus fine et plus haute, tandis que les montants de la tête sont surélevés par rapport à ceux des pieds, offrant un nouvel espace occupé par des décorations en larges volutes. L’ivoire, les métaux précieux et la pâte de verre sont employés pour rehausser les motifs picturaux.

Type 1300. Lits à cadre doublé d’une traverse inférieure98

  • 98  Voir supra n. 95.

51C’est ici que les vestiges archéologiques rejoignent de façon beaucoup plus fréquente les représentations picturales sur vases et les reliefs sculptés. À partir du ive s., une traverse est ajoutée sous le cadre, dans le but de renforcer la structure et d’éviter que les montants ne s’écartent. Mais cette nouvelle configuration crée en même temps un espace supplémentaire au milieu : cet espace entre le cadre et la traverse dégage une surface plane offrant ainsi de nouvelles possibilités de décor. Cette configuration se développe pendant près de trois siècles, particulièrement en contexte funéraire où de nombreuses tombes en ont livré, dont les plus célèbres sont situées à Vergina (pl. III, nos 1 et 5) et Potidée (pl. XXIII, n2). Comme pour le type précédent, la peinture, l’ivoire, la pâte de verre et les métaux précieux sont utilisés dans les décorations.

  • 99  Je remercie Anne-Marie Guimier-Sorbets pour son avis concernant la datation de ce sarcophage.
  • 100  Voir Rouveret 2004, p. 127-134 ; Hamiaux 2011, p. 146-147.

52Les lits représentés en relief sculpté – et souvent peints – sont également présents dans les tombes : citons le lit-sarcophage de Belevi (pl. XXII, n2)99, près d’Éphèse, en Turquie, daté du milieu du iiie s. av. J.-C., dont l’espace entre le cadre et la traverse inférieure est décoré de onze sirènes ; le lit à décor peint de Thessalonique trouvé dans la tombe macédonienne « de la Maternité » (pl. XXIV, n2)100, daté de 270-260 av. J.-C., dont la traverse inférieure est ornée de motifs géométriques et figurés – dents-de-loup et visage aux cheveux ondulés en particulier –, et l’espace intermédiaire de griffons et de volutes végétales. Un autre exemple intéressant se trouve dans la tombe C de la via Cristallini, à Naples (pl. XXIV, n1), datée de la première moitié du iiie s. av. J.-C. : cette tombe comprend huit sarcophages, chacun sculpté et peint en forme de lit pourvu d’une traverse inférieure. Les décorations sont d’une grande précision, à l’image des deux oreillers superposés, reposant pour partie sur le montant du lit et pour partie sur le matelas, mais aussi des motifs végétaux et géométriques des montants, peints dans des tons rouges et jaunes, tels qu’il s’en rencontre fréquemment – comme la palmette étirée au-dessus du rétrécissement central et reposant sur des volutes. La traverse inférieure est placée assez haut, laissant un espace intermédiaire réduit, visiblement non décoré et simplement coloré de rouge. L’ensemble adopte ainsi une silhouette élancée et fine.

53Évoquons enfin le célèbre lit de Pydna (actuelle Korinos) découvert par Léon Heuzey (pl. XXIII, n1), daté de la fin du ive ou du début du iiie s. av. J.-C. : il s’agit d’un lit en marbre orné sous la traverse inférieure d’un bas-relief avec un chien ; les montants, comme les lits précédemment cités, sont prolongés au-dessus du cadre à chaque extrémité et présentent des motifs en palmettes et volutes sculptées en relief. L’espace entre le cadre et la traverse inférieure n’est en revanche pas décoré.

Classe 2000. Lits à montants en forme de patte animale

  • 101  Pl. I, nos 1-3 : trois exemplaires dans un exceptionnel état de conservation : montant de lit en i (...)
  • 102  Pl. I, n4 : lit complet en bois, conservé dans ce même musée, de Gebelein au sud de Thèbes, daté (...)

54Apparue dans des temps beaucoup plus reculés, une deuxième classe de lit est connue dans certaines régions du bassin méditerranéen, en particulier en Égypte. Leur principale caractéristique est la forme des montants imitant les pattes animales, en particulier de félins ou de bovins. On pense immédiatement aux sept lits en bois découverts dans la tombe de Toutankhamon ; ces lits, construits en forme de double corps animal complet, sont recouverts d’une pellicule d’or sur l’essentiel de la surface, incrustés de verre bleu pour signifier certaines parties du corps, comme le museau par exemple, certains d’entre eux étant ponctués de résine noire pour créer des contrastes. Mais ce motif animal existe bien avant l’époque de Toutankhamon. Dès la Ire dynastie en effet, sont construits des lits avec montants en forme de patte animale, comme le prouvent ces magnifiques exemplaires en ivoire plein conservés au Metropolitan Museum de New York101, et d’autres, de valeur moindre, en bois102.

55L’imitation de formes animales ne se limite pas à l’Égypte, et ce motif se développe ailleurs de manière de plus en plus stylisée, pour ne bientôt représenter que la partie inférieure de la patte. Beaucoup plus tard, en Perse par exemple, le tombeau de Darius Ier présente sur sa façade un immense lit dont la partie basse des montants dessine une patte de félin, telle qu’on la retrouve immanquablement à cette époque et dans cette contrée, comme sur les trônes sculptés des bas-reliefs du Palais de Persépolis (pl. XXXIV, n1).

  • 103  Voir, par exemple, le relief funéraire avec femme assise sur un trône, pl. XXXIV, n4, du Getty M (...)

56Ce motif est également utilisé dans le monde grec, jusqu’à la fin de la période hellénistique, mais essentiellement sur des montants à section circulaire associant des anneaux discoïdaux, ainsi qu’ils sont représentés sur de nombreux reliefs103. Les occurrences « réelles » sont beaucoup plus rares, mais il faut signaler ici, dans un style se rapprochant davantage des formes orientales, un exemplaire exceptionnel provenant de Salamine à Chypre. Dans la tombe 79 – datée de la fin du viiie s. av. J.-C. – furent trouvés en 1966 les restes d’un lit orné d’ivoire (pl. IV, n3), associé à un trône encore debout. Les montants de ce lit, dont la silhouette adopte une forme curviligne fine, comprennent en leur partie centrale le bas d’une patte animale finement sculptée en relief léger. Le reste de la paroi apparaît lisse et sans motifs, à l’image des lits de la même époque présents sur les vases, mais qui ne comportent pas ce motif décoratif de patte animale. Ce lit constitue ainsi un cas particulièrement intéressant, puisqu’il s’agit aujourd’hui du seul exemplaire connu de ce type.

Classe 3000. Lits à montants à section circulaire

Type 3100. Lits en bois de facture simple

57Le mobilier en bois antique n’a été que très peu conservé, disparu au fil du temps et des destructions. Nous l’avons dit, les lits les plus nombreux étaient pourtant ceux de facture simple et dans ce matériau peu onéreux, utilisés par la grande majorité de la population : comme pour les lits en bois de type 1100 – aux montants à section quadrangulaire –, ont également été fabriqués des lits tout en bois avec des montants qui nécessitaient une technique et un outillage un peu plus développés, permettant de travailler la matière au tour et de produire des montants composés de divers volumes sphériques. Les sphères, disques, cloches, bobines ou simples volumes globulaires sont évidemment nés du travail du bois au tour, issus d’une tradition d’ébénisterie probablement répandue dans de nombreuses régions. Et les lits en bronze, ou même en ivoire, ont imité ces lits en bois qui les ont précédés, puis dont ils ont été contemporains.

  • 104  Petrie 1927, pl. XL, no 14, reproduit ici pl. XXI, n2, déjà évoqué supra p. 53.
  • 105  Bernard 1970.
  • 106  Voir infra n. 173.
  • 107  Voir supra p. 59 et n. 19.
  • 108  De Carolis 2007, p. 162-163. Pour des précisions sur le décor peint de la tombe, voir E. M. Moorma (...)
  • 109  De Carolis 2007, pl. V, p. 223.

58Si ces témoignages ont quasiment disparu, il en est pourtant, en Égypte surtout, que les conditions climatiques ont préservé : ainsi cette intéressante paire de montants découverte dans la région du Fayoum104, que les conditions de conservation exceptionnelles nous ont livrée intacte. Y sont observables, de bas en haut, les principales formes de volumes et de parties cylindriques ou tronconiques que l’on retrouve sur les lits plaqués : élément tronconique en pied reposant sur le sol, cloche au-dessus, élément intermédiaire cylindrique fin, disque large assez épais, cylindre fin intermédiaire, élément sphérique en boule légèrement aplatie en parties inférieure et supérieure, puis dernier élément de volume campaniforme. L’extrémité supérieure comprend enfin le cylindre qui traversait le châssis du lit, pour être ensuite couronné par un pommeau en disque épais et mouluré en sa partie inférieure transitoire. Notons également la présence de fines moulures aux extrémités hautes et basses du cône du pied et sur la partie supérieure de la cloche. Certes, la datation apparaît tardive au regard des autres lits à montants tournés connus, qui se situent entre le iiie s. av. et le ier s. apr. J.-C. Mais cet éventuel contre-argument ne saurait évacuer l’évidence que ces formes de montants sont le fruit d’un vieil héritage, dont les caractéristiques principales se retrouvent sur des lits plus anciens, comme ceux en ivoire d’Aï Khanoum et de Nysa105, datés entre le iiie et le iie s. av. J.-C., ou bien encore celui en gypse de Bolsena, plus proche géographiquement mais daté lui aussi du iie s. av. J.-C.106. Ces montants ne présentent pas de motifs et de décorations sculptés, ce qui leur confère justement une assise intéressante dans cette filiation. Datables probablement entre le iie et le iiie s. apr. J.-C., ils sont le résultat de plusieurs siècles d’une longue tradition qui s’est déclinée selon de multiples variantes autour de la Méditerranée, ne se limitant pas aux seules catégories sociales aisées mais touchant une bonne partie des populations. C’est ainsi qu’en Égypte encore, au moins au cours du IIe millénaire, cette forme était déjà fabriquée et utilisée, comme en témoignent plusieurs exemplaires de montants dessinés en une silhouette simple. Conservés au Metropolitain Museum de New York, ils sont datés de la XVIIIe dynastie (entre 1550 et 1295 av. J.-C.)107. Pour l’époque romaine, Ernesto De Carolis, prenant comme base un exemple pictural provenant de la tombe de C. Vestorius Priscus à Pompéi108, en a proposé une reconstitution axonométrique qui donne une idée concrète mais surtout juste de leur aspect général109.

59Dans un style différent, le musée d’Histoire de Marseille conserve deux montants en bois, découverts à la fin des années 1960 au cours des fouilles de la Bourse (pl. XXI, n5). De hauteur relativement réduite et ramassée, leurs formes ne sont pas tout à fait similaires dans les détails, mais ces montants sont composés chacun, tels qu’ils sont actuellement présentés dans la vitrine du musée, d’une partie inférieure quadrangulaire prolongée par un cylindre plus large – légèrement tronconique –, au-dessus duquel repose un disque mouluré initié par un évasement concave ; succède ensuite une partie plus fine en forme de bobine, un autre disque de diamètre moindre que le précédent, et à nouveau une bobine. Cette dernière soutient un volume de taille importante en forme de sphère aplatie en sa partie inférieure et s’étirant vers le haut en un rétrécissement conique, terminé par une fine moulure puis une troisième bobine. Le dernier élément peut s’apparenter à un petit chapiteau, pourvu d’une double arête arrondie, et surmonté d’un fin cylindre, probablement l’élément destiné à être encastré sous le châssis. Mais la position verticale dans laquelle est présenté l’un des deux montants dans la vitrine du musée devrait être inversée : le chapiteau deviendrait alors l’élément campaniforme de la partie inférieure, et la partie supérieure serait terminée par l’élément cylindrique ; la partie quadrangulaire, composante étonnante dans un ensemble tourné si l’on garde la disposition proposée, serait encastrée sous le châssis, disparaissant ainsi de la composition du décor.

60Deux groupes de lits en bois de facture simple peuvent donc être distingués, étant entendu que pour les lits dont ne subsistent que les montants la détermination n’est pas possible :

Forme 3110. Lits pourvus d’accotoirs ou d’appuis latéraux

61Le lit pliant égyptien cité en constitue un exemple probant (pl. XIX, n1).

Forme 3120. Lits sans accotoirs ni appuis latéraux

62Ce groupe se fonde essentiellement sur la proposition de restitution d’E. De Carolis.

Type 3200. Lits à montants sans cylindre figuré

63Le type 3200 regroupe des lits à la silhouette générale assez fine et d’une facture plus travaillée et plus recherchée que la forme précédente ; héritière des lits en bois qui existaient déjà – en particulier du type 1100 –, on la trouve déclinée en deux groupes, eux-mêmes composés de plusieurs variantes, dont les attestations s’étendent sur une longue période, depuis l’époque archaïque, dans le monde grec, jusqu’à l’époque romaine. La principale caractéristique est l’absence de cylindre à décoration figurée sur les montants, décoration que l’on peut cependant retrouver sur le cadre ou sur les fulcra, si le lit en est pourvu. Les matériaux utilisés sont pour l’essentiel le bois généralement peint, l’ivoire, le bronze et l’os plaqué. Selon les cas, le cadre peut être fin ou large, et peut se voir rehaussé du prolongement des montants, ou bien de fulcra en S à partir de la fin du ve s. av. J.-C., dans le monde grec, pratique qui se généralise à l’époque romaine.

  • 110  Supra p. 57 et suiv.

64La plupart des exemplaires évoqués ici sont déjà cités dans le chapitre précédent110, auquel on se référera pour davantage de précisions.

Forme 3210. Lits à montants aux parois lisses et sans décorations
Variante 3211. Lits sans accotoirs
  • 111  Ibid.
  • 112  Supra p. 59, n. 21.
  • 113  Voir, par exemple, les représentations reproduites pl. XXXII, nos 2-3 provenant de tombes à Cumes (...)

65Les plus anciennes attestations nous sont connues en Grèce, nous l’avons dit111, grâce à l’iconographie sur vases de la période géométrique112. Il s’agit là de lits dont les montants ne présentent aucune décoration, et qui de plus ne sont pourvus d’aucun accotoir pour relever la tête ou les pieds. Cette particularité se trouve représentée en peinture aux époques qui suivent, et selon une répartition géographique assez vaste – sur les rives nord de la Méditerranée surtout –, que ce soit sur vases ou sur parois de tombes113.

Variante 3212. Lits aux montants prolongés au-dessus du cadre
  • 114  Cité supra p. 60.
  • 115  Kyrieleis 1969, p. 126-131, p. 128, fig. 23-24.
  • 116  Voir supra p. 76.
  • 117  Bernard 1970. Voir, en dernier lieu, Manassero 2018.
  • 118  Voir supra p. 61-62 (époque hellénistique).

66Une deuxième variante fait état, comme sorte de prémisse aux accotoirs, de montants légèrement prolongés en pommeau au-dessus du cadre. Sur certaines représentations, ils permettent de faire reposer coussins ou matelas sur la surélévation, comme sur le lit-sarcophage sculpté de Calydon, en Grèce occidentale, daté d’environ 100 av. J.-C. (pl. XXIV, no 4). Quant aux exemplaires trouvés en fouille, particulièrement rares, citons celui qui fut découvert à Duvanlij, en Bulgarie (pl. XIX, no 4)114, dont les montants en bois étaient percés en leur partie supérieure de mortaises horizontales destinées à recevoir les traverses du châssis. Si l’on en croit H. Kyrieleis115, cet exemplaire aux montants en partie pleins – composés de plusieurs morceaux emboîtés entre eux – était pourvu d’un cadre simple, au-dessus duquel la partie supérieure des montants dépassait légèrement. Font aussi partie de cette catégorie les montants en ivoire découverts à Nysa dans les années 1960 par une équipe d’archéologues soviétiques (pl. V, nos 1-2)116. Datés des iiie-iie s. av. J.-C., leur existence est prise en compte par Paul Bernard dans son important article sur les lits d’époque hellénistique en Asie centrale117. Ce texte cite d’autres exemplaires de grand intérêt, l’un en ivoire, provenant des fouilles d’Aï Khanoum, et l’autre en bois recouvert de feuilles d’argent, provenant de Fréhat En-Nufégi, en Irak, découvert au début du xxe siècle (pl. IV, nos 1-2)118. Tous deux, datés du iie s. av. J.-C., ainsi que ceux de Nysa, sont pourvus du même type de pommeau percé de mortaises rectangulaires.

Variante 3213. Lits pourvus de fulcra
  • 119  Ibid.
  • 120  Ibid. ; est également évoqué l’exemplaire de Mahdia, daté de la même période.

67Il s’agit de la variante la mieux connue et la plus fréquente, mais aussi celle qui apparaît le plus tardivement : comparable en de nombreux points à la forme précédente, elle est pourvue de fulcra en forme de S. Cet élément nouveau, qui apparaît sur les peintures vasculaires à la fin du ve s. av. J.-C.119, va devenir par la suite un constituant presque systématique des lits romains de la classe 3000. Une des plus anciennes représentations orne un cratère apulien conservé à Saint-Pétersbourg, montrant Dionysos et Ariane assis sur un lit, lui-même placé sur le dos d’une mule (pl. XXXI, n1)120.

  • 121  Voir pl. XVIII, n1. Voir sur cette même planche, l’exemplaire d’Amiternum conservé à Rome, n4 (...)
  • 122  Voir pl. V, n2 : l’exemplaire n6 est à observer en particulier, en ayant à l’esprit qu’il a ét (...)

68À partir du iiie s., cette variante est d’abord connue surtout par des lits en bronze, tel celui de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. conservé au musée du Louvre121. Dans le cas de ce matériau, observons que les silhouettes et les formes des montants moulés se rapprochent de celles en ivoire de Nysa122. En outre, le pommeau, déjà présent dans la variante 3212, non seulement termine harmonieusement le prolongement des montants, mais sert dorénavant aussi de soutènement aux accotoirs en fulcra.

  • 123  Voir Colivicchi 2002b, cat. 48.1.
  • 124  Bernard 1970, p. 334.

69Dans le monde romain, de nombreuses occurrences d’autres matériaux – dont l’os en particulier –, datées à partir du iie s. av. J.-C., ont été mis au jour dans des tombes. L’exemple le plus probant est le lit de la tombe 2a d’Ancône
(pl. XV, n1b)123, daté probablement de la première moitié du ier s. av. J.-C. ; tout en simplicité, les montants reprennent l’alternance entre les longs cônes lisses de Nysa, c’est-à-dire le volume campaniforme du bas et celui du centre en anneau épais dédoublé « en yoyo », selon l’expression de Paul Bernard124. L’épaisseur du cadre est par ailleurs assez réduite, et les médaillons et couronnements des fulcra sont décorés en haut-relief. Le lit d’Orvieto conservé à Chicago (pl. XV, n2), datable entre la fin du iie et le milieu du ier s. av. J.-C., donc de la même époque, présente de fins montants avec le « yoyo » central ; une reconstruction très contestable a manifestement transformé le cadre, auquel on a donné une épaisseur excessive sur laquelle ont été adaptés certains éléments appartenant en réalité aux fulcra. Citons un troisième exemple, le lit de Bolsena (pl. XXI, n1) : daté du milieu iie av. J.-C., il constitue un cas rare puisque les quatre montants presque intégralement conservés étaient faits de gypse tourné et le cadre – en partie au moins – était plaqué d’os. Aucune décoration figurée, ni de décoration végétale ou géométrique n’apparaît. L’observation, sur la restitution graphique, de la partie supérieure du pommeau, montrant un rehaut brisé, laisse supposer la présence d’un fulcrum fixé dessus. Dernier exemple, celui de Fréjus restitué graphiquement (pl. XVI, n4), daté du dernier tiers du ier s. av. J.-C., dont les montants font alterner de fins troncs de cônes ou cylindres avec des volumes devenus très courants à cette époque – élément campaniforme, sphère aplatie, élément discoïdal plat, chapiteau –, et dont deux fulcra ont conservé leur couronnement à tête d’oiseau aquatique.

  • 125  Il s’agit du lit inv. 63318, l’un des deux découverts dans le mausolée A63. Voir le catalogue, Par (...)
  • 126  Atasoy 1974, p. 255-263. La datation de la tombe, qui a eu une utilisation prolongée, est située e (...)

70Il faut signaler enfin l’un des trois lits décorés d’ivoire de Cumes125, dont la restitution graphique montre que les volumes des montants n’étaient décorés d’aucun motif ; auquel répondent trois exemplaires en ce même matériau, découverts dans une tombe à tumulus, à Eskişehir, en Turquie (pl. VIII, nos 1-2)126.

  • 127  Citons, par exemple, les cas de Pouzzoles (pl. XXXIII, n1, fin du iie s. av. J.-C.), de Pompéi ( (...)
  • 128  Comme celui de Palerme (pl. XXV, n3, époque romaine), ou le célèbre relief d’Amiternum représent (...)

71Entre le iie s. av. et le iie s. apr. J.-C., cette variante est aussi présente autour du bassin méditerranéen sur des représentations picturales127, ou sur des reliefs funéraires128.

Variante incertaine
  • 129  L’un provient du mausolée « des Têtes de cire » (Cormier à paraître b) et l’autre du columbarium E (...)

72Pour certains exemplaires de lits, il n’est pas possible de déterminer la variante concernant les accotoirs. C’est le cas par exemple de deux occurrences de lits ornés d’os retrouvés à Cumes129, qui n’ont pas restitué de façon certaine d’éléments appartenant à ces parties.

Forme 3220. Lits à montants décorés de motifs végétaux ou géométriques

73Comme la forme précédente, la forme 3220 se décline selon les trois mêmes variantes, dont les caractéristiques sont similaires et qu’il ne sera pas utile de reprendre ici ; mais elle comporte en plus des décorations à motifs végétaux ou géométriques incisés ou sculptés en bas-relief. S’il s’agit de représentations picturales, ces motifs sont peints, souvent de manière assez schématique.

Variante 3221. Lits sans accotoirs
  • 130  Voir supra p. 59 et suiv. D’autres exemples y sont proposés.

74Cette variante sans accotoirs est connue dès le viie s. av. J.-C. grâce aux représentations picturales vasculaires. Comme il a été décrit plus haut130, les silhouettes des montants adoptent différentes formes qui évoluent selon les époques et les lieux, depuis des volumes simples aux décorations peu développées, comme sur le « Cratère d’Eurytios » de Cerveteri (pl. XXX, n2), daté de 600 av. J.-C. environ, vers un développement plus important des motifs sur des volumes plus nombreux.

Variante 3222. Lits aux montants prolongés au-dessus du cadre
  • 131  Pour une étude approfondie du cratère « des funérailles de Patrocle » et du Peintre de Darius, voi (...)

75Le prolongement des montants vers le haut, au-delà de la limite du cadre, est une particularité que l’on peut retrouver tant sur les lits à montants quadrangulaires (classe 1000) que circulaires. Pour ceux-là, de très nombreuses représentations ornent les vases, en particulier de la période hellénistique, comme sur un cratère en calice apulien du Metropolitan Museum, daté de 360-340 av. J.-C., ou le célèbre cratère à volutes dit « des funérailles de Patrocle », que l’on situe entre les deux décennies suivantes (pl. XXXI, nos 3 et 4)131. Pour ce dernier, les pommeaux rehaussés au-dessus du cadre semblent être de faible hauteur, et peuvent en ce sens être comparés avec ceux des exemplaires en ivoire de Nysa ou Aï Khanoum intégrés dans la variante 3212.

Variante 3223. Lits pourvus de fulcra
  • 132  Voir supra p. 60-62.
  • 133  La restitution globale de 1890 ne propose pas de fulcra, mais il est évident que ce lit en était p (...)
  • 134  Monacchi 1990-1991, fig. 17.
  • 135  Bianchi 2006, pl. XXII, fig. 49 et pl. XXVII, fig. 57. Le motif du trophée militaire est cependant (...)

76Nous l’avons vu132, l’ajout de fulcra indépendants apparaît sur les vases grecs dans la seconde moitié du ve s. Les représentations montrent alors des montants à la silhouette assez simple, sans superposition d’anneaux discoïdaux, mais qui peuvent comprendre des décorations, sobres elles aussi. C’est le cas pour le lit du cratère à volutes du « Peintre de Pronomos », daté de 410-400 av. J.-C., conservé au Musée de Naples (pl. XXXI, n2). Il existe cependant un nombre restreint d’exemples, ce qui tend à signifier que cette particularité était encore peu développée. Par la suite, dans le monde romain, les fouilles archéologiques n’en ont également que peu livré. On citera tout de même l’exemplaire de Norcia, publié en 1890 (pl. XII, n4 et XIV, n3)133, dont la datation reste problématique, peut-être de la période tibérienne. Ce lit présente des volumes plus prononcés que sur les vases grecs, ponctués par de petites bobines, la partie supérieure formant le chapiteau apparaissant très allongée. Aucun motif figuré n’est présent, seulement de fines sculptures végétales sur la sphère centrale. La reconstitution d’un lit trouvé à Acquasparta (daté entre la fin du ier s. av. et le début du ier s. apr. J.-C.) présente des caractéristiques très proches de ce lit, si l’on observe la silhouette proposée par D. Monacchi134, tout comme celui de Cerveteri étudié par C. Bianchi (daté de la même période)135. Plus tard, à Palmyre, de nombreux sarcophages sculptés des iie et iiie s. apr. J.-C., conservés au musée de la ville ou de Damas, présentent les défunts – notables ou prêtres de la cité – sur un lit, dont les montants sont souvent rehaussés de motifs végétaux et géométriques (pl. XXVI, n1).

77C’est davantage avec l’ajout de cylindres figurés – Types 3300 à 3500, décrits plus bas – que les motifs végétaux et géométriques vont se développer.

Remarque conclusive

78Le type 3200 est donc constitué de deux groupes principaux, eux-mêmes composés de trois variantes ; il s’étend chronologiquement sur une large phase, depuis l’époque géométrique en Grèce jusqu’au Haut-Empire dans le monde romain, selon des caractéristiques que la seule chronologie ne peut justifier, si ce n’est dans des évolutions stylistiques particulières. Elle se différencie en ce sens des formes suivantes, que l’on trouve essentiellement à l’époque romaine.

Type 3300. Lits à montants fins avec cylindre figuré en haut-relief

  • 136  Letta 1984, p. 85-90. Cette classification a déjà été évoquée ici supra p. 62.
  • 137  Voir supra p. 50-52. Ce lit a posé un problème de datation, mais on peut le situer dans la seconde (...)
  • 138  Il serait intéressant de reconsidérer la reconstruction actuelle de ce lit. Au regard de celui d’A (...)
  • 139  Faita 1989, p. 281-309 ; Copersino 2001, p. 242-246. Ces éléments sont datés de la fin du ier s. a (...)
  • 140  Les éléments ont manifestement été mélangés. Une nouvelle étude, en cours au moment de la publicat (...)

79Le type 3300 regroupe des lits romains aux montants plus aisément définissables, pour lesquels les matériaux utilisés les mieux connus sont l’os, le bronze et plus rarement l’ivoire. Dans la typologie de Cesare Letta, il se rapproche du type I de la première série136, et se différencie significativement de la forme précédente. Mais il ne peut s’agir, nous l’avons dit, d’une forme imitée des lits hellénistiques exclusivement en ivoire. Nous retrouvons ici des constantes régulières : l’élément campaniforme en partie basse – lisse ou sculpté –, reposant sur le pied proprement dit en tronc de cône mouluré ; au-dessus, une fine bobine supporte un autre volume en disque plat ou en sphère aplatie surmonté par l’élément central et principal – donc situé en partie basse du montant, et non haute comme le suggérait R. V. Nicholls –, le cylindre figuré en haut-relief, presque en ronde-bosse parfois, représentant des personnages – souvent ailés – ; la partie supérieure du montant est ensuite pourvue d’une succession de divers éléments lisses ou sculptés, alternant les formes larges et fines. L’exemplaire d’Aquinum (pl. XIII, n1)137, dont les montants furent retrouvés en place et presque intacts en 2005, permet de se faire une idée précise de ce type de lits, que l’on connaissait auparavant surtout grâce à celui de Cambridge (pl. XII, n2 et XVI, n3)138. À Aielli139 enfin, on a retrouvé, parmi un ensemble de fragments provenant des tombes I et II140, un cylindre de montant en haut-relief avec des personnages ailés (deux Amours enlacés), quatre couronnements de fulcrum en forme de tête d’oiseau aquatique et un médaillon en bas-relief représentant une figure humaine de profil (pl. XXXVIII, n1). Selon les auteurs, ces éléments pourraient appartenir au même lit, ce qui dans ce cas le rapprocherait deux ceux d’Aquinum et de Cambridge.

  • 141  Voir, par exemple, pl. X, n1, l’exemplaire de Cumes publié par le chanoine Andrea de Jorio en 18 (...)

80Deux problèmes se posent cependant, l’un concernant les fulcra, l’autre le cadre ; évoqués pour les lits en général, c’est notamment ici qu’ils se signalent. Nous l’avons dit, de nombreux couronnements en bas-relief à tête d’oiseau aquatique ont été mis au jour, mais soit en raison d’une absence de précision du contexte, soit parce qu’ils ont été trouvés seuls, il n’est pas possible de les rattacher à une forme précise de lits141. À l’inverse, certains lits en partie reconstitués, comme celui de Cambridge, n’ont pas conservé ce couronnement du fulcrum, mais ont au moins les bas-reliefs du champ et/ou du médaillon. Le lit d’Aquinum semble cependant bien faire le lien, tout comme l’exemple d’Aielli, pour supposer un rattachement de cette silhouette de montant avec cette forme de fulcrum. Reste cependant la configuration des cadres, ou plutôt les configurations des cadres, que l’on peut trouver fins – c’est le cas pour Aquinum – ou épais, comme pour Cambridge. Il nous faut donc envisager deux groupes, qui sont composés de lits aux montants similaires mais d’un cadre et de fulcra variables : celui des lits avec fulcra en bas-relief (forme 3310, composée de deux variantes), et celui avec fulcra en haut-relief (forme 3320, elle aussi composée de deux variantes).

Forme 3310. Lits avec fulcra en bas-relief
Variante 3311. Avec cadre fin

81L’état de conservation exceptionnel du lit d’Aquinum permet de définir avec certitude l’ensemble des caractéristiques de sa forme.

Variante 3312. Avec cadre épais
  • 142  Inv. 2050 : voir le catalogue et la proposition de restitution, infra p. 113 et suiv.
  • 143  Inv. 63317 : voir également le catalogue, p. 183 et suiv.

82Cette seconde variante prend comme modèle le lit de Cambridge, et intègre probablement deux des trois lits ornés d’ivoire de Cumes, l’un provenant du mausolée A2142 et l’autre du mausolée A63143.

Variante de cadre incertaine

83Plusieurs occurrences n’ont pas livré d’informations suffisantes pour déterminer leur appartenance à l’une ou l’autre variante. C’est ainsi le cas pour les lits des tombes I et II d’Aielli qui appartiennent à cette forme, mais dont aucun élément de cadre n’est suffisamment caractérisé.

Forme 3320. Lits avec fulcra en haut-relief
Variante 3321. Avec cadre fin
  • 144  Ce lit est décrit supra p. 69 et suiv., comme élément de comparaison avec les lits ornés d’os de l (...)

84Le lit en bronze de Modène appartient à cette variante144.

[Variante 3322. Avec cadre épais]
  • 145  Béal 1991a, p. 305-307 et fig. 16.

85Cette variante n’est que supposée car elle ne comprend aucun exemple avéré. J’ai pourtant choisi de l’intégrer dans cet ensemble afin de conserver une certaine cohérence dans la notion de variante, non seulement par rapport à la précédente mais aussi par rapport à l’ensemble du type 3300 : les occurrences incertaines, comme celle indiquée ci-après, appartiennent nécessairement à l’une des deux variantes. J’inclus cependant un des lits de Cucuron, pour lequel J.-C. Béal formule une hypothèse qui propose un cadre épais, mais dont le haut-relief des fulcra, bien que probable, n’est pas assuré145.

Variante de cadre incertaine
  • 146  Voir également Bianchi 2000, p. 119, fig. 26, p. 123, fig. 28 et 30.

86Un des lits de Crémone appartient à cette forme, dont une reconstruction de montant fut proposée à l’occasion d’une exposition en 2000 (pl. XII, n3a)146, mais dont l’épaisseur du cadre n’est pas déterminée.

Remarque conclusive

87Contrairement aux classes 1000 et 2000, la chronologie de la classe 3000 semble beaucoup plus resserrée et concerne le monde romain. Les écarts stylistiques et qualitatifs sont cependant bien réels, mais s’apparentent souvent à des différences liées à la qualité du travail des artisans – et donc aux catégories sociales plus ou moins élevées des commanditaires – et aux variations des thèmes iconographiques.

Type 3400. Lits à montants fins avec cylindre figuré en bas-relief

  • 147  Voir supra n. 136.
  • 148  Pour le lit de l’Esquilin, voir pl. XII, n1 et pl. XVI, n1. Pour celui de Navelli, voir pl. XI (...)

88Le type 3400, dont les exemplaires connus sont ornés d’os, comprend lui aussi deux groupes : les lits avec fulcra en bas-relief (forme 3410), et ceux avec fulcra en haut-relief (forme 3420). Ces groupes se distinguent cette fois uniquement par les fulcra : il semble en effet que pour les deux formes, le cadre – décoré de motifs qui peuvent être figurés, végétaux et géométriques – soit toujours d’une épaisseur importante. Mais contrairement à ce qu’avançait Cesare Letta, les fulcra peuvent être sculptés soit en bas-relief, soit en haut-relief. Ce type se différencie du précédent par le cylindre principal des montants, situé en partie haute parfois sur deux niveaux et sculpté en bas-relief, mais avec des personnages plus petits, se rapprochant du type II de la série 1 de Letta147. Le reste des montants se compose, comme le type 3300, d’une alternance entre éléments en volumes et éléments fins en bobine, en tronc de cône ou cylindriques. On trouve de nombreux exemples surtout en Italie romaine, chronologiquement situés entre la fin du iie s. av. et le milieu du ier s. apr. J.-C., dont les plus caractéristiques sont celui de l’Esquilin à Rome, daté du début du ier s. apr. J.-C., et celui de Navelli (province de L’Aquila, dans les Abruzzes), daté du ier s. av. J.-C., qui a fait tout récemment l’objet d’une reconstruction148. De même que pour les formes précédentes, sont cités ici les exemplaires les plus significatifs et les mieux conservés.

Forme 3410. Lits avec fulcra en bas-relief
  • 149  Voir également D’Agata, Barbetta 1997, p. 291-306.
  • 150  Tombe 137 : voir Floriani Squarciapino 1958, p. 11-20 ; Rubino 1999, p. 61-62 ; Pellegrino 2001, c (...)

89Outre celui de l’Esquilin étudié par Emilia Talamo évoqué ci-dessus, c’est en Italie centrale que l’on trouve des exemplaires particulièrement évocateurs : à Teramo, dans les Abruzzes, un lit daté de la première moitié du ier s. apr. J.-C. a donné lieu à une restitution proche du précédent (pl. XVI, n2)149 ; à Ostie, dans la nécropole de la via Ostiense à Acilia, une tombe à crémation du ier s. av. ou du début du ier s. apr. J.-C. a restitué des éléments permettant aussi de déterminer l’appartenance à cette même forme150.

Forme 3420. Lits avec fulcra en haut-relief
  • 151  Voir également Mollo Mezzena 1982, p. 263-265 et fig. 52-53 ; 1992, p. 158-169 ; 2005, p. 144-156  (...)
  • 152  Brizio 1902, p. 445-458.
  • 153  Tombe 3a dans Colivicchi 2002b, p. 315-320, n52.2 (qui correspond à la tombe 1 de Brizio). Pour (...)
  • 154  Faita 1989, pl. XIV-XIX.
  • 155  Laboratorio di Restauro dei Materiali Archeologici, Chieti (Italie).

90Cette forme à fulcra en haut-relief se retrouve sur des lits essentiellement localisés dans le centre et le nord de l’Italie. À celui de Navelli, qui vient d’être évoqué, s’en ajoute un qui a bénéficié d’un travail de restitution extrêmement soigné et approfondi, rendu possible par le grand nombre d’éléments et de fragments conservés. Il s’agit d’un lit découvert à Aoste en 1973, dans une tombe à crémation de la nécropole de S. Rocco (pl. XVI, n6)151. Les fragments en os travaillé appartenant aux décorations du lit proviennent de l’intérieur de l’urne et de l’extérieur, éparpillés au milieu des cendres du bûcher. Daté des premières décennies du ier s. apr. J.-C., il développe une iconographie très fournie autour du thème dionysiaque – Dionysos lui-même, Ariane, ménades, génie bachique –, accompagné d’Amours et de victoires ailées ; l’iconographie à thème militaire est également développée – trophée, soldat, cheval ailé sur un fulcrum – ; toutes ces représentations figurées sont élégamment rehaussées de décors végétaux et géométriques. L’ensemble a bénéficié de deux élaborations graphiques successives, en 1992 puis en 2004, qui ont permis un approfondissement de l’étude des formes générales et une grande précision dans le rendu des motifs. Un autre exemple intéressant provient de la nécropole d’Ancône : publié une première fois par E. Brizio en 1902152 – avec celui évoqué plus haut, appartenant à la variante 3213 –, il a été l’objet de plusieurs reconstructions153, dont la dernière propose d’intégrer aux montants un élément figuré en léger haut-relief, représentant le buste d’un personnage. La datation est assignée au courant du ier s. av. J.-C. Pour les derniers exemples, j’évoquerai deux lits ornés d’os découverts à Aielli : l’un dans la tombe IV, dont les quatre cylindres figurés en bas-relief, représentant Apollon et Héraclès, répondent à un fulcrum en haut-relief à l’effigie du héros grec154 ; l’autre dans la tombe III, dont a pu être reconstitué un beau fulcrum également en haut-relief (pl. XI, n3). Ces deux lits ont récemment fait l’objet d’une admirable reconstruction par Rossella Calanca155, mais ne sont pas encore publiés ni exposés.

Forme incertaine
  • 156  Orsi 1912, p. 366-367 ; Zambito 2010, p. 189-198.

91Plusieurs occurrences n’ont pas révélé d’indices suffisants sur les fulcra, empêchant un rattachement à l’une ou l’autre de ces deux formes : c’est le cas pour le lit de Modica, en Sicile, découvert en 1912 et étudié à nouveau récemment156. Datés de l’époque augustéenne, peu d’éléments en ont été conservés, mais parmi eux quatre cylindres figurés de montant offrent chacun la figure d’une Victoire en pied, tenant dans la main gauche une longue palme et dans l’autre l’extrémité d’un chiton.

Type 3500. Lits à montants épais avec cylindre figuré en bas-relief

  • 157  Voir, en premier lieu, Copersino 2003, p. 240-253 ; Martellone 2008c, p. 112-113.
  • 158  Voir Letta 1984 et 1998 pour la reconstruction.
  • 159  À nouveau, le lit de la tombe 520 de Fossa est ici exemplaire.
  • 160  Voir supra n. 136.
  • 161  Colombo, Foresta 2003, p. 211-217, dont la reconstitution du lit, p. 216.
  • 162  Copersino 2003, p. 194-207.
  • 163  Faita 1989, p. 271-309.
  • 164  Voir supra p. 39 et suiv., et n. 77-78.
  • 165  Voir Bianchi 2000, p. 117, fig. 24, p. 121, fig. 28.
  • 166  Bianchi 2004, p. 341-364, part. pl. VII-VIII.

92Le type 3500 est constitué de lits aux caractéristiques qui se distinguent nettement des deux précédentes. Sa spécificité principale – montants épais avec décorations figurées en bas-relief sur un cylindre central – se retrouve de manière constante sur toutes les occurrences connues, constituant ainsi une forme aisément reconnaissable. Les caractéristiques se fondent cette fois encore sur les montants, mais aussi sur les fulcra et sur le cadre qui, contrairement aux formes précédentes, présentent des variations moins marquées d’un lit à l’autre. Les deux exemples les plus significatifs sont celui de la tombe 520 de Fossa (province de L’Aquila, dans les Abruzzes), daté du début du ier s. av. J.-C. (pl. XIV, n1)157, ainsi que celui d’Amplero (commune de Collelongo, province de L’Aquila), daté entre le dernier quart du ier s. av. et le premier quart du ier s. apr. J.-C., dont Cesare Letta a proposé une reconstruction très détaillée (lit n1, pl. XVI, n5)158. Les montants sont constitués de volumes larges à l’aspect massif, faits de bois recouvert en général d’un assemblage de pièces et plaquettes jointes en os travaillé, et non d’éléments tubulaires d’un seul tenant, comme cela est souvent le cas pour les autres types. Ces volumes – au nombre de quatre – se superposent au-dessus du pied, avec d’abord un élément campaniforme lisse, surmonté d’une sorte de large tronc de cône lisse et mouluré ; sur ce dernier trône ensuite l’élément le plus important, l’épais cylindre ou cône sculpté de motifs figurés en bas-relief, en rapport avec les thèmes dionysiaques. Le dernier volume fait la liaison avec le cadre, selon des formes variables, entre contours évasés vers le haut en chapiteau plus ou moins étiré, et sphères aplaties, donnant ainsi un aspect de solidité massive. Sur les quatre montants repose le châssis rectangulaire dont la fine épaisseur contraste avec l’aspect des montants. Sur les exemplaires connus, seuls les angles sont pourvus de décorations. Sur les fulcra, médaillons et couronnements tout en volumes sont ornés de personnages ou animaux en haut-relief ; la subdivision des trois parties peut même se trouver modifiée, pour offrir la moitié de l’espace en S à un seul personnage sculpté, auquel répondra un médaillon plus discret159. Ce type reprend pour l’essentiel la deuxième série de Cesare Letta160, sans cependant en déterminer l’origine exclusivement dans les lits en bronze hellénistiques, et en élargissant le constat qu’il fait d’une localisation géographique très circonscrite. Certes, la majorité des exemplaires connus provient d’Italie du Nord et surtout d’Italie centrale, mais le sud de la péninsule n’est pas en reste, puisqu’il a livré quelques exemplaires de lits de cette forme : à Calatia en Campanie, les restes d’une crémation161 – tombe n13, datée de la première moitié du ier s. apr. J.-C. – ont préservé des éléments qui ont permis une reconstitution graphique partielle se rattachant à cette forme de lit. En Italie centrale, on citera quelques exemples parmi les plus éloquents, qui s’ajoutent à ceux de la tombe 520 de Fossa et la tombe 14 d’Amplero : une autre tombe de Fossa (tombe 124), datée de manière très large par Maria Rita Copersino entre le milieu du iie s. av. et le début du ier s. apr. J.-C.162 ; la tombe IV d’Aielli, de la fin du ier s. av. J.-C.163. L’exemplaire de New York, provenant de la villa de Lucius Verus près de Rome – dont nous avons mentionné précédemment les problèmes de datation et de reconstruction164 –, présente des montants, certaines décorations du cadre ainsi que les médaillons des fulcra qui appartiennent à ce type, tandis que les couronnements en bas-relief des fulcra ne peuvent leur être associés. En Italie du Nord enfin, j’évoquerai un des lits de Crémone, en Lombardie, étudié par Chiara Bianchi (pl. XII, n3b)165, daté entre la fin du ier s. av. et le début du ier s. apr. J.-C., et le lit de Mortara166, dans la province de Pavie, en Lombardie aussi, que le même auteur situe à une époque analogue.

Type 3600. Lits à hauts dossiers verticaux

93À partir du ier s. av. J.-C., mais surtout aux siècles suivants, une forme de lit a spalliera alta se développe. Contrairement aux autres, ces lits présentent non seulement des accotoirs latéraux, mais également un dossier sur la longueur arrière, disposée par exemple contre un mur. La plupart des occurrences connues ont été découvertes à Herculanum dans des chambres à coucher, mais des reliefs funéraires les représentent aussi, ainsi que des peintures érotiques, dans des demeures – à Pompéi par exemple – ou des lupanars. Ils embrassaient une silhouette sobre, avec des montants à section circulaire tournée, et un cadre fin pour la majorité (forme 3610) ; quant aux accotoirs et au dossier, les occurrences archéologiques et les représentations picturales ou sculpturales les montrent d’une hauteur beaucoup plus importante que pour les autres formes. Leur silhouette adopte soit une ligne verticale simplement droite (variante 3611), soit celle du fulcrum ancien, mais beaucoup plus étirée puis élancée verticalement et droit (variante 3612), soit enfin s’évasant vers l’extérieur (variante 3613). Une deuxième forme, peu fréquente, mais toujours avec montants à section circulaire, comporte un cadre épais (forme 3620). Une troisième forme (3630) présente un aspect intermédiaire : présent à une seule extrémité, le dossier se compose d’un fulcrum ancien, rehaussé d’un prolongement droit.

Forme 3610. Lits à hauts dossiers avec cadre fin
Variante 3611. Dossier vertical droit
  • 167  Maiuri 1958, p. 207. Voir également Guidobaldi 2006, p. 62.

94À Herculanum, dans la casa del Tramezzo di legno (ins. III), fouillée en 1928 sous la direction d’Amedeo Maiuri167, on peut encore observer in situ (cubiculum 5) les restes carbonisés d’un lit dont les montants semblent avoir disparu (pl. XX, n3) ; le châssis d’origine en bois, rehaussé de lames de bronze sur la tranche des angles, est actuellement soutenu par une armature moderne en fer pourvue de tiges métalliques remplaçant les montants. L’examen des restes carbonisés montre à une des extrémités du cadre (à droite sur la photographie) une double épaisseur fragmentaire de bois : il s’agit des restes effondrés sur le sommier d’un dossier qui s’élevait en tête de lit et le long de la partie arrière. L’observation de photographies plus anciennes montre qu’il s’agissait d’un dossier vertical droit.
A contrario, l’absence de montants ne permet pas de connaître leur forme ni non plus leur matériau, mais un rapprochement avec le lit trouvé dans la stanza della Ricamatrice (Ins. Or. II, 10) et évoqué ci-après, laisse penser à une section circulaire, en bois ou en bronze. L’ensemble montre en tout cas un lit de facture sobre et de conception simple.

Variante 3612. Dossier en forme de fulcrum étiré puis élancé verticalement et droit
  • 168  Maiuri 1958, p. 463, fig. 420. Voir également D’Ambrosio, Guzzo, Mastroroberto 2003, p. 104, 110-1 (...)
  • 169  Le journal de fouille du 8 octobre 1936 fait la description suivante : Si è sterrato un letto di l (...)
  • 170  Monteix 2010, p. 21.

95Dans la stanza della Ricamatrice, une pièce annexe de la Bottega di un gemmarius d’Herculanum (Ins. Or. II, 10, cubiculum a), fut découvert en 1936, lors de fouilles menées sous la direction d’Amedeo Maiuri, un lit presque intact168, soulevé à soixante-dix centimètres au-dessus du sol par le flux pyroclastique169. Sur une photographie de l’époque, on voit des objets provenant de divers endroits de la ville – table en marbre, candélabre en bronze, tabouret, métier à tisser ou supposé tel –, transportés là pour créer une mise en scène, que Nicolas Monteix a mise en évidence170, ainsi que le lit sur lequel ont été déposés les ossements d’un défunt, celui qui avait été retrouvé allongé à terre (pl. XX, n2). Il s’agit d’un lit (pl. XX, n1) dont le châssis en bois est composé de quatre traverses jointes par tenons et mortaises, renforcées par un ensemble de lattes fixées dessous en partie centrale – deux dans le sens de la longueur et cinq dans la largeur. Le châssis, de 1,92 m de long par 1,05 m de large, est surmonté d’un dossier sur la longueur arrière et de deux hauts accotoirs aux extrémités, en forme de fulcrum élancé sur la partie basse, se prolongeant ensuite vers le haut en ligne verticale. Ces trois panneaux, d’une hauteur de 0,60 m, présentent une décoration à motifs géométriques réalisés avec plusieurs essences de bois. Le journal de fouille mentionne la présence de montants tournés, mais aujourd’hui perdus, nous privant de renseignements sur leur matériau. Peut-être étaient-ils en bois, ce qui pourrait expliquer leur disparition.

  • 171  Relation des nouvelles découvertes faites à Herculanum, adressée à M. Henri Fuessli, in Recueil de (...)
  • 172  Maiuri 1933, p. 210.

96À ces deux exemples (variantes 3611 et 3612) peut être rattaché le témoignage de J. J. Winckelmann qui, dans une lettre de 1764, fait allusion à un autre lit, dont il est difficile de déterminer le lieu exact dans la ville : « La seconde chambre à la gauche semble avoir été une chambre à coucher ; comme on peut en juger tant par un espace pratiqué dans le bas du mur pour y placer le lit sur la longueur, que par deux fers qui formaient les pieds du bois de lit171. » La description est ici très succincte, mais la mention des « deux fers » fait probablement référence aux âmes de renfort internes des montants, sur lesquelles étaient enfilés des volumes tournés en bois, ou bien en os, comme le décrit Amedeo Maiuri pour un lit du même type découvert dans le quartier de service de la maison du Ménandre à Pompéi172. Ce dernier, à cadre en fer et à haut dossier arrière, était disposé le long d’un mur, et seuls les montants antérieurs étaient pourvus de décorations en os ; par ailleurs, au moment de la découverte, des traces de couleur rouge recouvraient encore le dossier et les bords du lit.

Variante 3613. Dossier s’évasant vers l’extérieur
  • 173  Inv. 10108. Voir, De Carolis 2007, p. 89 et fig. 55, ou Pellegrino 2007, p. 65.

97Cette variante est attestée sur des peintures funéraires, comme celle découverte en 1937 dans la tombe 17 de la nécropole de la via Laurentina à Ostie, datée du milieu du iie s. apr. J.-C. et conservée au musée de la Via Ostiense à Rome173. Ce fragment représente un lit aux formes comparables à celles citées plus haut ; il est accompagné d’un marchepied et entouré d’un trépied, d’un candélabre et de deux meubles. Le défunt, vêtu de blanc, est représenté allongé sur un matelas épais, avec le haut du corps relevé, s’appuyant sur le coude gauche. Le haut dossier présent sur les côtés et sur l’arrière adopte une forme s’évasant légèrement vers l’extérieur.

  • 174  Voir, par exemple, pl. XXVI, n2, le sarcophage de Sutri (province de Viterbe, dans le Latium) da (...)
  • 175  Voir, par exemple, le tombeau inv. 39504 surmonté d’une klinè, trouvé en 1906 via Portuense à Rome (...)

98On trouve encore de nombreux témoignages sur les reliefs de sarcophages174, de stèles et de monuments funéraires175, dans un cadre chronologique englobant les trois premiers siècles apr. J.-C.

Variante 3614. Dossier sans appui en partie arrière

99J’inclus dans la forme 3610 une variante supplémentaire, qui se retrouve essentiellement dans la peinture murale : des lits, certainement en bois, peuvent être pourvus d’un appui vertical simple à une extrémité (parfois aux deux), alors que le dossier sur la longueur arrière est absent. C’est ainsi le cas à Pompéi sur une peinture érotique de la maison des Vettii (pièce X’), d’une autre dans la casa del Larario del Sarno (I 14, 7), ou sur quelques représentations ornant les chambres du Lupanar (VII 12, 18).

Forme 3620. Lits à haut dossier avec cadre épais
  • 176  Baldassare 1996, tombe 11, p. 183-191 et fig. 69.

100Cette forme est nettement moins attestée que la précédente, mais se retrouve sur le célèbre relief du monument funéraire des Haterii, conservé aux Musées du Vatican et daté de la fin du ier s. apr. J.-C. (pl. XXVII, n3). La scène représente le défunt sur un lit d’apparat, sur lequel deux matelas ont été disposés l’un sur l’autre. Ce lit est composé de montants à section circulaire avec en particulier deux niveaux de doubles volumes discoïdaux, alternés par un cylindre plus fin ; les matelas reposent sur un châssis présentant un cadre épais orné d’incisions linéaires simples, mais plus marquées aux angles. Les dossiers latéraux adoptent cette forme de fulcrum très élongé et étiré – similaires à la variante 3613 –, dont la base repose fermement sur le cadre.
Le défunt est allongé les bras le long du corps, les pieds et les jambes semblant découverts, ou seulement recouverts d’un fin drapé ; la tête repose sur un oreiller. La grande finesse stylisée des reliefs sculptés, très détaillés tout autour du lit, met en valeur la place centrale que celui-ci occupe, renforcée par l’aspect des matelas plus lisse et massif, ponctué seulement de bandes creuses verticales. Un autre exemple de cette variante, moins décoré, provient de l’ornement d’un sarcophage disposé dans une tombe de la necropoli di Porto, à Ostie176 : cette décoration met en scène un banquet funéraire auquel participent plusieurs personnages, dont certains sont installés sur un lit.

Forme 3630. Lits à fulcrum rehaussé d’un pan vertical
  • 177  VII 2, inv. 78614-5. La reconstruction apparaît cependant sujette à caution : la présence du rehau (...)

101Présente exclusivement en contexte domestique, cette forme a la particularité de ne comporter de dossier qu’à une seule extrémité. Elle est illustrée par le bel exemplaire en bronze de la maison du Ménandre (pl. XVIII, n3), à Pompéi, ou encore par celui de la maison de C. Vibius Italus, exposé dans le Cabinet secret du Musée archéologique de Naples177.

Conclusion

  • 178  Suétone pour les funérailles de César : César, LXXXIV, 1 ; Dion Cassius pour celles d’Auguste : Hi (...)

102Les formes de lits ont connu de nombreuses évolutions, s’inscrivant à l’époque romaine dans une continuité nettement affirmée des périodes plus anciennes, pour trouver leurs origines dans plusieurs courants stylistiques. Et on le voit, la comparaison à l’époque romaine entre représentations picturales des lits et lits véritables dessine des nuances de formes. La majorité des représentations picturales qui nous sont parvenues provient essentiellement des cités du pourtour du Vésuve, entre le ier s. av. et au ier s. apr. J.-C. : elles reproduisent des formes inspirées ou copiées des lits grecs et hellénistiques à montants à section circulaire, ou bien adoptent parfois des profils plus réalistes, plus proches des réalités du moment, créant ainsi un certain mélange des styles, qui peut prendre forme dans les lits « réels », tels que les découvertes archéologiques les ont fait connaître. Quant aux lits ornés d’ivoire de l’époque romaine, objet premier de cette étude, ils sont issus d’une double filiation, des lits perses aux lits grecs, pour aboutir à une typologie constituée à partir essentiellement de leur matériau de substitution, l’os. Les lits de Cumes y ont trouvé leur place, bien qu’une question inévitablement se pose pour les lits d’époque romaine : peut-on intégrer les lits d’ivoire dans une typologie élaborée en partie sur la base de ceux décorés d’os, qui en sont l’imitation ? La réponse est au moins double. Cette substitution de l’ivoire trouve d’abord ses origines justement dans l’imitation, donc dans une reproduction des formes ; pourtant – et c’est le deuxième aspect de la question –, il est délicat d’affirmer trop vite des origines pour quelque chose que l’on connaît mal, même si cela peut paraître évident. Les lits décorés d’os reflètent comme des fantômes, des idées de lits romains ornés d’ivoire, inspirés de leurs modèles hellénistiques. Car entre les deux, l’archéologie n’a que peu suivi le fil, qui s’est distendu pendant au moins un siècle – depuis les lits de Nysa et Aï Khanoum –, laissant ensuite se dessiner des contours hésitants, grâce à quelques indices – à Pompéi par exemple (pl. VI) –, aboutissant aux fragments de Cumes. La découverte des trois lits qui y reposaient n’a jusqu’à présent pas encore trouvé d’écho véritablement comparable, mais évoque davantage Suétone, Dion Cassius, ou encore Hérodien, lorsque chacun relate les corps de grands personnages honorés sur un lit d’ivoire178, auxquels s’ajoutent les développements ou simples allusions de Pline ou Clément d’Alexandrie.

Notes

1  On a par exemple retrouvé des lames de bronze constitutives de « sommier » dans les épaves de Fourmigue C à Golfe-Juan (Baudoin, Liou, Long 1994, p. 41-45, fig. 21) et de Mahdia (Fuchs 1963, p. 31 et pl. 45). Certains lits en bronze pouvaient aussi être pourvus d’entretoises de bois, comme celui de la maison du Ménandre à Pompéi (De Carolis 2007, fig. 48, p. 83).

2  D. Castella par exemple (Castella 2002, p. 30) utilise le terme de châssis.

3  Christiane Piccot-Boube, dans son étude sur les lits en bronze de Maurétanie tingitane, fait bien la différence, puisqu’elle utilise de façon distincte les termes de « jambage » et de « pied », voyant dans le premier la partie allant du châssis vers le bas, relayée ensuite par le pied proprement dit, de forme rectangulaire et mouluré sur les seules faces latérales, sur les lits de bronze. Mais celui de jambage semble inadéquat, s’adressant davantage aux montants verticaux d’une porte, d’une fenêtre ou d’une cheminée (Piccot-Boube 1960).

4  Virgile, Énéide, VI, 603-604 ; Juvénal, Satires, VI, 21-22 ; XI, 93-98 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 2, 4 ; Suétone, Claude, 32, 3 ; Properce, Élégies, IV, 7, 4 ; IV, 8, 68 ; Hygin, Fables, 274.

5  Anderson 1889, p. 322-324.

6  La question apparaît d’autant plus intrigante que de nombreux pommeaux examinés, en bronze mais aussi en os, ne portent pas de traces de jointure.

7  C’est le cas par exemple pour le lit provenant de Pompéi et conservé au MANN, cité infra p. 138 et n. 402. On ne sait si ce comblement est antique ou rajouté lors de la reconstruction au xixe siècle.

8  Heuzey 1876, p. 255-256.

9  Se reporter également à Richter 1966, pl. 309-311.

10  Voir pl. XXIX, n4 en particulier (scène de prothésis sur une loutrophore du début du ve s. av. J.-C.).

11  Richter 1966, p. 58.

12  Voir en particulier, en pl. II, nos 1, 2a et 2b, 3, les restitutions de lits décorés d’ivoire, d’ambre incrusté et de verre : du lit retrouvé dans le cimetière du Céramique, à Athènes, et daté entre 600 et 550 av. J.-C. (Knigge 1976) ; de celui très comparable trouvé à Quinto Fiorentino, en Toscane (Mastrocinque 1991) et s’intégrant dans un art importé de Grèce, avec décorations figurées dans un style orientalisant (A. Mastrocinque le date de 600 av. J.-C. environ, par analogie stylistique avec le précédent) ; enfin de celui recouvert d’éléments en ivoire, ambre et verre incrustés, découvert à Grafenbühl, en Allemagne, dans une tombe princière (Fischer 1990). L’hypothèse de l’appartenance de ces fragments de Grafenbühl à un lit a été remise en question dans une étude qui les assimile plutôt à un trône (Jung 2007).

13  La différence est en effet bien visible : voir, par exemple, pl. XXIX, n4, le motif de lit de la loutrophore à figures rouges du musée du Louvre, comparable aux lits cités supra, n. précédente.

14  Voir, par exemple, pl. XXIX, n5, le skyphos du Peintre de Byrgos, musée du Belvédère à Vienne, et daté de 485 av. J.-C. environ. Je remercie Yves Touchefeu qui m’a indiqué cette référence, tirée de Furtwängler, Reichhold 1924, pl. V. Voir également l’amphore à figures rouges du peintre Antocidès, conservée au Musée archéologique de Munich, représentant Héraclès allongé sur un lit et banquetant, en compagnie d’Athéna (Papaioannou 1972, fig. 108).

15  Voir les lits de Vergina pl. III, mais aussi la kliné A en marbre peint de Potidée, pl. XXIII, n2, tous datés de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. La kliné du mausolée de Belevi (pl. XXII, n2), près d’Éphèse, elle aussi en marbre mais plus tardive (milieu du iiie s. av. J.-C.), présente une intéressante frise avec sirènes.

16  Voir, par exemple, le lit de Quinto Fiorentino (Mastrocinque 1991, cité n. 198).

17  Les fouilles de Pompéi en ont livré quelques exemples : Zeus sur son trône, maison des Dioscures (VI 9, 6-7), 62-79 apr. J.-C., inv. 9551 (Bragantini, Sampaolo 2009, p. 306) ; Alceste et Admète, maison du Poète tragique (VI 8, 3-5), 50-79 apr. J.-C., inv. 9026 (ibid., p. 334).

18  Le célèbre passage de Pline, maintes fois cité par les modernes, Histoire naturelle, XXXIV, 8, (14), parle de lits en bronze, dont les montants étaient de section circulaire, faisant écho à Tite-Live, en XXXIX, 6, 7.

19  Pl. XIX, n1 : l’exemplaire en bois de tamarix peint du Metropolitan Museum de New York (inv. 20.2.13, acheté à Louxor en 1920) est un intéressant lit pliant à six courts montants tournés, d’un peu plus d’une trentaine de cm de haut, travaillés sobrement au tour en variations de volumes lisses. Datation vers 1450 av. J.-C. (XVIIIe dynastie). Voir Scott 1965, fig. 41, p. 145. Citons également, conservés dans ce même musée, deux autres montants et des éléments de cadre appartenant à un même lit, datés de la même période (inv. 20.2.14a-b).

20  Il ne s’agit cependant pas du type de montant le plus ancien que nous connaissions, puisqu’il fut précédé par une forme de patte animale, déjà évoquée plus haut.

21  Voir pl. XXIX, n1, la scène de prothésis du cratère fragmentaire du Maître du Dipylon, daté du milieu du viiie s. av. J.-C., conservé au Musée du Louvre ; cette scène est comparable à celle représentée sur un autre cratère du même peintre, conservé au Musée national d’Athènes (Papaioannou 1972, fig. 32), ou encore sur le vase de la même époque du Metropolitan Museum de New York (Rogers Fund, inv. 14.130.14).

22  La publication de Dimitra Andrianou (Andrianou 2009) n’en mentionne par exemple aucun, ni non plus Elizabeth P. Baughan plus récemment (Baughan 2013).

23  Pl. XXX, n1 : Rogers Fund, inv. 06.1021.26 ; détails disponibles sur le site Internet du musée : https://www.metmuseum.org/art/collection/search/247199?rpp=20&pg=1&ft=06.1021.26&pos=1.

24  Pl. XXX, n3 : inv. E 672. Notice et vues du vase disponibles sur le site Internet du musée : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010268268. Voir, pour davantage de détails, Shefton 1954.

25  Voir Isler-Kerényi 2007, p. 54-56 et fig. 32.

26  Cette superposition de disques se retrouve par exemple sur un bas-relief, provenant de Nimrûd et conservé au British Museum de Londres (inv. ME 124565), qui représentent Assŭrnasirpal II (883-859) assis sur un siège sans dossier. Les montants sont ici carrés, mais les volumes superposés et moulurés de la partie basse produisent un effet décoratif comparable. Voir à ce sujet Hrouda 1991, p. 127.

27  Voir infra p. 66.

28  Voir, par exemple, reproduit pl. XXX, n4, la kylix à figures rouges du Peintre de Douris, datée de 485-480, conservée au British Museum de Londres (inv. 1843,1103.15), ou encore le lébès à figures rouges du Peintre de Sabouroff, daté de 460-450 av. J.-C., conservé au musée du Céramique, à Athènes (Papaioannaou 1972, fig. 705). Certains fragments de la frise est du Parthénon sculptés par Phidias, conservés au British Museum, comportent également ce type de montant pour des sièges sur lesquels sont assises des divinités.

29  Sur la même frise du Parthénon, il est intéressant de constater la présence d’une forme similaire (Hermès et Dionysos, frise est, IV, 24-25).

30  Voir à ce sujet Cipriani, Pontrandolfo Greco, Rouveret 2004. Voir également les bas-reliefs de la célèbre tombe des Harpies en Lycie antique (les Harpies sont en réalité des Sirènes), Anatolie actuelle, Turquie, datée de 480-470, dont un détail est reproduit pl. XXXIV, n2.

31  Cette peinture, conservée au Metropolitan Museum de New York, est datée du milieu du ier s. av. J.-C. (vers 40-30). Voir Barbet, Verbanck-Piérard 2013, pl. X, 1.

32  Pl. XXXVI, n4, par exemple, sur une peinture de Pompéi du début du ier s. apr. J.-C., le double anneau discoïdal du bas, disparu, est remplacé par un gros élément en cloche.

33  Inv. 81673. Pour trois attestations du dernier tiers du siècle précédent, voir Baughan 2013, p. 32, fig. 19 (pyxide attique à figures rouges), p. 70, fig. 49, p. 71, fig. 50 (kylix attique à figures rouges).

34  Voir pl. XXXI, nos 3-4 ; et pl. XXXI, nos 1-2 (particulièrement intéressante est la tombe samnite de Cumes n1, avec la représentation du siège, montrant encore une fois l’étendue des influences grecques) ; ainsi que les représentations de sièges, pl. XXXV.

35  Il est difficile de préciser à quel moment précis apparaissent les lits en bronze – dont le châssis était en réalité en bois, tandis que les fulcra et les montants étaient quant à eux moulés en bronze. Les plus anciens témoignages archéologiques ne remontent pas plus haut que le iiie s. av. J.-C.

36  Faust 1989, cat. 148 et pl. 1, n1.

37  Voir supra n. 33.

38  Voir Rossi 1979, p. 243-251. Ce couronnement représente un silène de profil, motif fréquent sur ce type de couronnement.

39  Huls 1957, cat. 108, p. 82.

40  Della Seta 1918, p. 455 ; Huls 1957. Ce couronnement de fulcrum est conservé au musée de la Villa Giulia, à Rome, inv. 13.393. Voir également Letta 1984, cat. 67.

41  BCH, 82, 1958, p. 351-352, fig. 3. Il fut mis au jour en 1957 par une équipe polonaise, dans un contexte domestique de Mirmeki, en Crimée. Ce couronnement est reproduit pl. VII, n2.

42  Pasqui 1890 ; Manconi 2002, p. 45-48. Voir également supra p. 51.

43  La proposition la plus récente (Costamagna et al. 2011, p. 141-142), soit l’époque tardo-augustéenne, me semble fort peu crédible au vu du style des reliefs sculptés. La première moitié du iie s. av. J.-C. paraît plus cohérente.

44  Un médaillon en haut-relief permet de penser à un couronnement lui aussi en haut-relief, mais selon une forme d’ensemble inconnue. La silhouette du montant reconstitué (pl. XII, n4) montre une alternance très prononcée de forts volumes et de parties intermédiaires de fin diamètre en bobine.

45  Voir supra n. 33 par exemple.

46  La typologie de Cesare Letta (Letta 1984), sur laquelle la plupart des études récentes de lits se fonde, demande donc à être fortement nuancée : voir le détail de cette typologie supra p. 45-47. Voir également infra p. 69-71.

47  Pline, Histoire naturelle, XXXIV, 8 (14) ; op. cit. supra n. 37.

48  Après la bataille de Magnésie de Sipyle, qui eut lieu au début de l’année 189 et au cours de laquelle l’armée romaine, commandée par le consul Lucius Scipion, aidé de son frère Publius (l’Africain), avait vaincu le Séleucide Antiochos III, Cn. Manlius Vulso, le consul de 189, qui avait succédé à Lucius Scipion, continua de guerroyer et soumit sans ménagement les Galates. De là son triomphe célébré à Rome en 187. Sur le sujet, voir Wallace-Hadrill 2008, p. 315-319.

49  Voir supra n. 17 et 18.

50  Voir, par exemple, Pline, Histoire naturelle, XXXIII, 53 (148-150).

51  La question du luxe sera abordée infra p. 265 et suiv.

52  Les résultats et la publication des fouilles soviétiques dirigées par Mme Pugačenkova sont repris et analysés par P. Bernard (Bernard 1970), suite à ses propres découvertes à Aï Khanoum. Voir en dernier lieu la récente publication de Niccolò Manassero, qui propose une analyse précise et individualisée des montants en ivoire de Nysa : Manassero 2018.

53  Voir Bernard 1970.

54  Voir l’exemplaire d’Amplero, pl. XVI, n5.

55  P. Bernard précise le classement de Mme Pugačenkova, qui a déterminé deux groupes de montants. Le premier (ici, pl. V, nos 1-2) rassemble les formes « dont le profil s’amincit fortement vers le bas et fait alterner des parties cylindriques allongées, légèrement concaves, et des disques horizontaux saillants, isolés ou formant des paires. La partie inférieure de ces supports est constituée par deux moulurations en cloche superposées. Ces pieds, que j’appellerai volontiers “en bobine” d’après l’allure que leur confère l’alternance des cylindres à flancs concaves et des disques, se rattachent, comme le souligne justement l’auteur, à un type spécifiquement grec […] » (Bernard 1970, p. 332). Il conviendrait de préciser encore, en particulier, les différences notoires entre les éléments de la fig. 1 et ceux de la fig. 2, qui n’ont par exemple pas nécessairement de double cloche. Le second groupe comprend des montants qui « se distinguent des premiers par un profil massif, peu ou pas aminci vers le bas, par la présence dans la partie supérieure, immédiatement sous les mortaises destinées aux traverses, d’une section composée d’un empilement ? de disques et, au-dessous, d’une patte de lion posant sur deux moulures campaniformes superposées » (ibid., p. 336).

56  Comme le signale très justement Bernard 1970, p. 328, le montant n6 de la fig. 2 doit être vu dans l’autre sens pour retrouver sa disposition réelle, avec la cloche en partie basse. J’ajouterai le n85 dans cette même figure, ainsi que les nos 44, 88, 33-35 de la fig. 1.

57  Voir supra n. 20.

58  Pl. XVIII, no 1.

59  Pour d’autres exemples du même type et de la même période, voir ceux provenant de l’épave Fourmigue C au large de Golfe-Juan, dans les Alpes Maritimes (Baudoin, Liou, Long 1994), ou encore de Bourgoin-Jallieu, dans l’Isère (Boucher 1982, p. 171-191).

60  Pline, Histoire naturelle, XXXIII, 51 (144), trad. H. Zehnacker, CUF, 1983. Les lecti Deliaci et les lecti Punicani font référence à deux types auxquels l’auteur se réfère souvent. Le premier tire son nom, précise-t-il, de la qualité du matériau qui était fabriqué sur l’île de Délos : Antiquissima aeris gloria Deliaco fuit, mercatus in Delo celebrante toto orbe et ideo cura officinis. Tricliniorum pedibus fulcrisque ibi prima aeris nobilitas, peruenit deinde et ad deum simulacra effigiemque hominum et aliorum animalium, « le bronze le plus anciennement célèbre fut celui de Délos ; comme le monde entier fréquentait le marché de cette île, on y travaillait avec zèle dans ses ateliers. Les pieds et les montants des lits de table qu’on y fabriquait donnèrent au bronze sa première célébrité ; puis on en étendit l’usage aux statues des dieux et aux représentations des hommes et des autres êtres vivants » (XXXIV, 8). Il est probable qu’il s’agissait de lits de triclinium, dont les appliques décoratives et les montants tournés, en bronze, étaient produits au départ dans des ateliers de Délos et dont la qualité et les formes sont devenues célèbres dans les mondes grec puis romain, au point d’être très recherchés. La production s’est diffusée, et cette appellation a représenté un style de lit, une tendance, imitée partout, qui s’est déclinée selon les formes répandues que nous connaissons bien – C. Piccot-Boube définit ainsi les lits d’Afrique du Nord dont elle propose une étude (Piccot-Boube 1960, p. 191). Les lits de Cn. Manlius Vulso y appartiennent aussi manifestement, et Carvilius Pollion a même recouvert d’argent des lits imités de cette forme. Les lecti Punicani, aux formes probablement plus simples, étaient aussi plus petits et moins hauts que les précédents et essentiellement en bois, au moins au départ : Punicani lecti parvi, et humiles, primum a Carthagine advecti, et inde nominati, écrit Isidore au début du viie s., signe que cette désignation avait manifestement encore cours à cette époque tardive (Étymologies, XX, 11, 3). Puis ils ont pu être recouverts de métaux précieux, comme le fit faire Carvilius Pollion. Cicéron parle lui aussi de ces lits de petite taille, dans une anecdote sur Q. Tubero, le petit-fils de Paul-Émile (Pro Murena, XXXVI, 75) : atque ille homo eruditissimus ac Stoicus strauit pelliculis haedinis lectulos Punicanos, « et lui, cet homme si cultivé, ce stoïcien, fit recouvrir avec de misérables peaux de bouc de petits lits à la punique » ; ces mots sont d’ailleurs repris de manière presque identique par Valère-Maxime (VII, 5, 1). Pline parle bien de Deliaca species et de Punicana species (non ut operiret aut Deliaca specie faceret, sed Punicana), mais il est difficile de déterminer les formes de ce type punique, sur lesquelles les auteurs anciens ne donnent pas de véritables précisions, ni non plus les auteurs modernes (Picard 1947, p. 200-205 ; Piccot-Boube 1960, p. 191-192 ; De Carolis 2007, p. 92 ; Andrianou 2009, p. 33).

61  Pline, Histoire naturelle, IX, 11 (13), 39, trad. E. de Saint-Denis, CUF, 1955.

62  Le cylindre sculpté donne forme à des pattes de lion.

63  Le n2 de la pl. XXXIV montre en effet une tête animale ornant le couronnement du fulcrum de droite sur la photographie.

64  Voir, par exemple, pl. XVII et XVIII pour les bronzes, et pl. XI, nos 2, 3 et 4 pour l’os.

65  Ce prolongement est très bien illustré sur le lit du cratère apulien du ive s. av. J.-C., pl. XXXI, n3.

66  Talamo 1987-1988, p. 84-85.

67  Cette peinture est conservée au Palazzo Massimo alle Terme, à Rome.

68  Voir, par exemple, l’Acteur roi assis sur un siège de type diphros grec, provenant d’Herculanum (pl. XXXVII, n1), ou encore la Didon abandonnée et la Joueuse de lyre de Pompéi (pl. XXXVII, nos 3-4). Pl. XXXIII, n2, le lit sur lequel est assis un citharède accordant son instrument, provenant de Pompéi, présente un montant assez large mais qui a conservé les cinq anneaux, ce qui montre bien le risque que comporterait l’établissement d’une typologie trop rigide. D’autant qu’il s’agit là d’une représentation picturale, qui peut donc s’écarter facilement, et parfois même incidemment, des habitudes ou des règles.

69  Voir supra p. 57 et suiv.

70  Voir n. précédente.

71  Il est intéressant d’observer les similitudes de cette représentation avec le bas-relief en marbre du MANN montrant Icare assis sur un lit et visité par Dionysos (pl. XXVII, n1).

72  Cette configuration se retrouve sur des œuvres hellénistiques, comme le relief funéraire du Getty Museum de Malibu, pl. XXXIV, n4.

73  Baudoin, Liou, Long 1994.

74  Boucher 1982.

75  De Carolis 2009.

76  Voir Maiuri 1933, p. 423-427 ; D’Ambrosio, Guzzo, Mastroroberto 2003, p. 362-363.

77  Datation possible pour le lit de Praeneste, évoqué supra p. 88 et suiv.

78  Plusieurs éléments provenant de Tarente, dans les Pouilles (pl. VII, n2), remonteraient à cette période ; même chose pour la tombe 2 de la nécropole de Fossa (Copersino 2003, p. 171-181), et les fragments de la tombe XXIter de Nola (Bonghi Jovino, Donceel 1969, p. 89-90).

79  Voir supra p. 45.

80  Amplero : voir Letta 1984 et 1998, ainsi que pl. XVI, n5, ici ; Fossa : voir Copersino 2003, p. 251, pl. 172 ; Calatia : voir Colombo, Foresta 2003, p. 216.

81  Golfe-Juan : voir Baudoin, Liou, Long 1994, p. 32 ; Volubilis et Lixus : voir Piccot-Boube, p. 196, pl. 1 et p. 270, fig. 7 ; Ancône : voir Colivicchi 2002b, p. 322-323, fig. 53.2.

82  Par exemple l’applique trouvée à Mirmeki (Crimée), iiie-iie s. av. J.-C. : BCH, 82, 1958, p. 352, fig. 3 ; à Monte Sannace (Pouilles, Italie du Sud), seconde moitié du iiie s. av. J.-C. : Rossi 1979, p. 246-249, fig. 1-4 ; voir aussi l’applique conservée au British Museum de Londres et trouvée sans doute en Grèce, collection Castellani, iie s. av. J.-C. : Ivory inset from a couch-end ornament in the form of a satyr’s head, inv. 1873,0820.661, site Internet du musée : https://www.britishmuseum.org/collection/object/G_1873-0820-661. Ces appliques sont reproduites ici pl. VII. Pour d’autres exemples, se reporter à Hill 1963, pl. 78-79, en particulier l’étonnante tête de satyre trouvée à l’Agora d’Athènes en 1953, dans une citerne abandonnée au cours de la première moitié du iie s. av. J.-C (également reproduite pl. VII, n3).

83  Bernard 1970, p. 335, fig. 7-8.

84  Rodziewicz 2007, p. 86, nos 36-37, pl. 18.36 a-b, 97.3 ; pl. 18.37, 98.I a-b.

85  Emilia Talamo avance même l’idée du goût de l’artisan (Talamo 1987-1988, p. 78). Mais cette hypothèse est délicate à suivre sans risque, car le goût de l’artisan n’existe pas vraiment en soi : il suit une mode, une tradition, il exécute une commande à laquelle il doit se soumettre. Ce qui ne l’empêche pas bien sûr d’avoir son style propre.

86  Gentili 1973 ; Ortalli 1988 ; Giacobello 2010, p. 168-174.

87  Le diamètre maximum est de 9,2 cm.

88  Voir supra p. 59 et suiv.

89  Voir supra n. 87 et 88.

90  Celui de Praeneste a été cité plus haut, auquel s’ajoutent au iie s. av. J.-C. ceux de Tarente (De Juliis 1985), d’Ancône (Colivicchi 2002b), et deux exemplaires de Cumes : voir pl. X, n1 pour l’un et inv. 29051 pour l’autre, en cours d’étude (inédit).

91  Un des trois lits de Cumes, objets de la présente étude, comporte lui aussi un fragment de couronnement à tête d’oiseau aquatique (inv. 63318.01 dans le catalogue du lit 63318 « à l’Ibis ») ; mais il s’agit d’ivoire, et la reconstitution proposée présente une forme d’ensemble unique pour l’époque.

92  Castel, Dunand 1981, pl. XIX-XXV (datation : p. 105).

93  Ibid., p. 82, fig. 6.

94  Pl. XIX, n2 : reconstitution d’un exemplaire retrouvé dans une tombe à Véria, en Macédoine antique centrale, daté du iie s. av. J.-C. (Andrianou 2009, p. 43, fig. 11).

95  Voir supra p. 57 et suiv. pour les détails et les exemples.

96  Knigge 1976.

97  Mastrocinque 1991.

98  Voir supra n. 95.

99  Je remercie Anne-Marie Guimier-Sorbets pour son avis concernant la datation de ce sarcophage.

100  Voir Rouveret 2004, p. 127-134 ; Hamiaux 2011, p. 146-147.

101  Pl. I, nos 1-3 : trois exemplaires dans un exceptionnel état de conservation : montant de lit en ivoire d’éléphant provenant d’Abydos au nord-ouest de Thèbes, daté entre 3100 et 2650 av. J.-C., inv. 26.7.1282 ; montant en forme de pied de taureau en ivoire d’hippopotame provenant d’Abydos, daté entre 2960 et 2770 av. J.-C., inv. 06.1162.1 ; montant en forme de pied de taureau en ivoire provenant d’Abydos, daté entre 2960 et 2770 av. J.-C., inv. 06.1162.2. Voir aussi pour ces exemplaires, Baker 1966, fig. 1, p. 20.

102  Pl. I, n4 : lit complet en bois, conservé dans ce même musée, de Gebelein au sud de Thèbes, daté entre 2960 et 2926 av. J.-C., inv. 86.1.39. Des restes de fibres végétales serrés sur le bois de cadre montrent que le sommier était fait d’un treillis de cordes liées au cadre.

103  Voir, par exemple, le relief funéraire avec femme assise sur un trône, pl. XXXIV, n4, du Getty Museum de Malibu, d’époque hellénistique tardive.

104  Petrie 1927, pl. XL, no 14, reproduit ici pl. XXI, n2, déjà évoqué supra p. 53.

105  Bernard 1970.

106  Voir infra n. 173.

107  Voir supra p. 59 et n. 19.

108  De Carolis 2007, p. 162-163. Pour des précisions sur le décor peint de la tombe, voir E. M. Moorman, Le tombeau de Caius Vestorius Priscus à Pompéi, in Blanc 1998, p. 96-102.

109  De Carolis 2007, pl. V, p. 223.

110  Supra p. 57 et suiv.

111  Ibid.

112  Supra p. 59, n. 21.

113  Voir, par exemple, les représentations reproduites pl. XXXII, nos 2-3 provenant de tombes à Cumes et à Paestum, datées du ive s. av. J.-C.

114  Cité supra p. 60.

115  Kyrieleis 1969, p. 126-131, p. 128, fig. 23-24.

116  Voir supra p. 76.

117  Bernard 1970. Voir, en dernier lieu, Manassero 2018.

118  Voir supra p. 61-62 (époque hellénistique).

119  Ibid.

120  Ibid. ; est également évoqué l’exemplaire de Mahdia, daté de la même période.

121  Voir pl. XVIII, n1. Voir sur cette même planche, l’exemplaire d’Amiternum conservé à Rome, n4 (Talamo 2006), et les éléments très fins de la Villa della Pisanella de Boscoreale, n5. D’autres lits aux parties en bronze presque intégralement conservées nous sont parvenus : d’Amiternum, conservé à Chieti (De Carolis 2009) ; d’Ancône (Colivicchi 2005, p. 51) ; de Bourgoin-Jallieu (Boucher 1982) ; de Mahdia (Greifenhagen 1930) ; de Volubilis, Lixus, Banasa (Piccot-Boubbe 1960). Voir en dernier lieu la récente étude sur les lits d’Avenches (Duvauchelle et al. 2012), déjà évoqués supra p. 74.

122  Voir pl. V, n2 : l’exemplaire n6 est à observer en particulier, en ayant à l’esprit qu’il a été analysé et présenté au départ à l’envers. Il faut donc le retourner pour le mieux appréhender.

123  Voir Colivicchi 2002b, cat. 48.1.

124  Bernard 1970, p. 334.

125  Il s’agit du lit inv. 63318, l’un des deux découverts dans le mausolée A63. Voir le catalogue, Partie II, chap. 3, p. 213 et suiv.

126  Atasoy 1974, p. 255-263. La datation de la tombe, qui a eu une utilisation prolongée, est située entre le ier s. av. et le ier s. apr. J.-C.

127  Citons, par exemple, les cas de Pouzzoles (pl. XXXIII, n1, fin du iie s. av. J.-C.), de Pompéi (pl. XXXIII, n3, 45-79 apr. J.-C.) ou d’Alexandrie (pl. XXXII, n4, époque d’Hadrien).

128  Comme celui de Palerme (pl. XXV, n3, époque romaine), ou le célèbre relief d’Amiternum représentant un cortège funèbre (pl. XXVII, n2, ier s. apr. J.-C.). Ces deux lits sont affublés d’un baldaquin.

129  L’un provient du mausolée « des Têtes de cire » (Cormier à paraître b) et l’autre du columbarium E39, inv. 39409 (Cormier à paraître a).

130  Voir supra p. 59 et suiv. D’autres exemples y sont proposés.

131  Pour une étude approfondie du cratère « des funérailles de Patrocle » et du Peintre de Darius, voir Pouzadoux 2013.

132  Voir supra p. 60-62.

133  La restitution globale de 1890 ne propose pas de fulcra, mais il est évident que ce lit en était pourvu, car des éléments leur appartenant ont été disposés de manière erronée sur le cadre.

134  Monacchi 1990-1991, fig. 17.

135  Bianchi 2006, pl. XXII, fig. 49 et pl. XXVII, fig. 57. Le motif du trophée militaire est cependant ici présent.

136  Letta 1984, p. 85-90. Cette classification a déjà été évoquée ici supra p. 62.

137  Voir supra p. 50-52. Ce lit a posé un problème de datation, mais on peut le situer dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C., sans soute à la fin du siècle.

138  Il serait intéressant de reconsidérer la reconstruction actuelle de ce lit. Au regard de celui d’Aquinum mais aussi des montants en bronze du lit de Modène (Pl. XVIII, n2), le cylindre figuré aux personnages ailés pourrait être abaissé en partie centrale basse du montant. Ce cylindre garderait comme soutènement l’élément sur lequel il repose déjà, mais cet ensemble prendrait la place de la sphère aplatie, qui serait relevée en partie supérieure, sous le chapiteau. Ce lit est daté par R. V. Nicholls entre 30 et 20 av. J.-C.

139  Faita 1989, p. 281-309 ; Copersino 2001, p. 242-246. Ces éléments sont datés de la fin du ier s. av. J.-C.

140  Les éléments ont manifestement été mélangés. Une nouvelle étude, en cours au moment de la publication du présent livre, me permettra de proposer une clarification.

141  Voir, par exemple, pl. X, n1, l’exemplaire de Cumes publié par le chanoine Andrea de Jorio en 1810 et daté de la fin du iie s. av. J.-C. ; ou encore, provenant également de Cumes et découvert lors des fouilles du Centre Jean Bérard, l’exemplaire provenant de la tombe 29050 (inv. 29051, inédit). Voir également celui de Tarente (pl. X, n2), toujours du iie s. av. J.-C. (plusieurs exemplaires des iie et ier s. sont par ailleurs inventoriés dans De Juliis 1985, p. 463, n4 ; p. 502, nos 18-19 ; p. 506, nos 13-14 ; p. 508-509, n14), ainsi que ceux en ivoire, plus tardifs, de Pompéi, pl. X, nos 4-5, et enfin celui provenant de I 18, 5 et conservé dans les dépôts du site, inv. 12502 (ivoire, en cours d’étude et inédit).

142  Inv. 2050 : voir le catalogue et la proposition de restitution, infra p. 113 et suiv.

143  Inv. 63317 : voir également le catalogue, p. 183 et suiv.

144  Ce lit est décrit supra p. 69 et suiv., comme élément de comparaison avec les lits ornés d’os de la même forme. Voir également Gentili 1973, p. 170, fig. 3 ; Ortalli 1988, p. 344, fig. 270.

145  Béal 1991a, p. 305-307 et fig. 16.

146  Voir également Bianchi 2000, p. 119, fig. 26, p. 123, fig. 28 et 30.

147  Voir supra n. 136.

148  Pour le lit de l’Esquilin, voir pl. XII, n1 et pl. XVI, n1. Pour celui de Navelli, voir pl. XIII, n2 et XI, n2.

149  Voir également D’Agata, Barbetta 1997, p. 291-306.

150  Tombe 137 : voir Floriani Squarciapino 1958, p. 11-20 ; Rubino 1999, p. 61-62 ; Pellegrino 2001, cat. XVI.18, p. 445-446 ; 2007, p. 65-67 ; 2008, p. 108.

151  Voir également Mollo Mezzena 1982, p. 263-265 et fig. 52-53 ; 1992, p. 158-169 ; 2005, p. 144-156 ; 2007, p. 133-147.

152  Brizio 1902, p. 445-458.

153  Tombe 3a dans Colivicchi 2002b, p. 315-320, n52.2 (qui correspond à la tombe 1 de Brizio). Pour davantage de détails sur les problèmes de reconstruction, voir la discussion infra p. 250 et suiv.

154  Faita 1989, pl. XIV-XIX.

155  Laboratorio di Restauro dei Materiali Archeologici, Chieti (Italie).

156  Orsi 1912, p. 366-367 ; Zambito 2010, p. 189-198.

157  Voir, en premier lieu, Copersino 2003, p. 240-253 ; Martellone 2008c, p. 112-113.

158  Voir Letta 1984 et 1998 pour la reconstruction.

159  À nouveau, le lit de la tombe 520 de Fossa est ici exemplaire.

160  Voir supra n. 136.

161  Colombo, Foresta 2003, p. 211-217, dont la reconstitution du lit, p. 216.

162  Copersino 2003, p. 194-207.

163  Faita 1989, p. 271-309.

164  Voir supra p. 39 et suiv., et n. 77-78.

165  Voir Bianchi 2000, p. 117, fig. 24, p. 121, fig. 28.

166  Bianchi 2004, p. 341-364, part. pl. VII-VIII.

167  Maiuri 1958, p. 207. Voir également Guidobaldi 2006, p. 62.

168  Maiuri 1958, p. 463, fig. 420. Voir également D’Ambrosio, Guzzo, Mastroroberto 2003, p. 104, 110-111. Ce lit est inventorié 4332/81597 (ce numéro fut attribué bien postérieurement à la fouille).

169  Le journal de fouille du 8 octobre 1936 fait la description suivante : Si è sterrato un letto di legno carbonizzato. Fu sollevato dalla lava di fango entrata nel vano di ingresso. È lungo m 1,92 per m 1,05 di larghezza. Le spalliere sono alte m 0,60 per m 0,02 di spessore e sono impiallacciate e intarsiate. I traversoni principali sono larghi m 0,13 e m 0,06 di spessore. I piedi sono torniti.

170  Monteix 2010, p. 21.

171  Relation des nouvelles découvertes faites à Herculanum, adressée à M. Henri Fuessli, in Recueil de lettres de M. Winckelmann, sur les découvertes faites à Herculanum, à Pompéi, à Stabia, à Caserte et à Rome, traduit de l’allemand, Paris, 1784, p. 195.

172  Maiuri 1933, p. 210.

173  Inv. 10108. Voir, De Carolis 2007, p. 89 et fig. 55, ou Pellegrino 2007, p. 65.

174  Voir, par exemple, pl. XXVI, n2, le sarcophage de Sutri (province de Viterbe, dans le Latium) daté du milieu du iiie s. apr. J.-C.

175  Voir, par exemple, le tombeau inv. 39504 surmonté d’une klinè, trouvé en 1906 via Portuense à Rome, et conservé au Musée national romain, Palazzo Massimo alle Terme. Il est daté de la fin du ier s. apr. J.-C. Dans ce même musée sont exposés plusieurs autres exemplaires de lits à trois hauts dossiers, comme sur la stèle n45 d’un eques singularis du iie s. apr. J.-C., découverte elle aussi à Rome, via Casilina. Voir également dans ce même musée la stèle funéraire n45, datée du iie s. apr. J.-C. et découverte à Rome, via Casilina, d’un eques singularis Augusti, appartenant donc à la garde personnelle de l’empereur. Elle fut érigée par son héritier Publius Aelius Lucius.

176  Baldassare 1996, tombe 11, p. 183-191 et fig. 69.

177  VII 2, inv. 78614-5. La reconstruction apparaît cependant sujette à caution : la présence du rehaut vertical n’est agrémentée d’aucun élément en bronze et pourrait être une hypothèse proposée à tort.

178  Suétone pour les funérailles de César : César, LXXXIV, 1 ; Dion Cassius pour celles d’Auguste : Histoire romaine, LVI, 34, et celles de Pertinax : LXXIV, 4 ; Hérodien pour celles de Septime Sévère : Histoire romaine, IV, 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dessin général d’un lit à l’époque romaine.
Crédits A. Cormier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8525/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search