Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Première partie. Les lits antiques: état des connaissances

Chapitre premier. Historiographie

Texte intégral

  • 1  Heuzey 1873, p. 9.
  • 2  Mot pris dans son acception première comme ensevelissement, enterrement, sépulture, même s’il est (...)
  • 3  Voir le bel exemple découvert en 2005 à Aquinum, en Italie centrale (Bellini 2008, p. 39-48 ; Bell (...)
  • 4  Partie III, Chapitre 1.

1« Les lits étaient le principal objet de luxe dans le mobilier des anciens », affirme Léon Heuzey dans sa description des lits macédoniens1. Même si ces dires concernent le royaume macédonien et la Grèce, ils trouvent également écho dans le monde romain, au vu des multiples témoignages littéraires et archéologiques dont nous disposons. Cet « objet de luxe » comprend non seulement les lits à usage domestique, c’est-à-dire ceux disposés dans les pièces de vie des habitations, dans les salles de banquet, mais aussi ceux utilisés lors des cérémonies funèbres et qui en constituaient un élément fondamental. Et pour cause, puisqu’il supportait le corps du défunt, exposé pendant les funérailles ; c’est aussi avec ce lit que le corps pouvait être brûlé, avant la déposition définitive dans la tombe. Même dans le cas des inhumations2 sans crémation, on pouvait disposer le corps sur le lit, dans son tombeau3. Pourtant la mise en perspective de l’ensemble du corpus, au regard surtout des publications les plus anciennes, ne permet pas de déceler de distinction formelle, stylistique et iconographique définitive entre lit à usage domestique et lit à usage funéraire. Il m’a donc semblé préférable, dans ce chapitre essentiellement descriptif, de ne pas dissocier les deux, laissant les questions liées à l’usage des lits pour l’analyse ultérieure4.

  • 5  Guardabassi 1880, par exemple.
  • 6  Voir, par exemple, Béal 1983. L’auteur propose un catalogue des objets de tabletterie du Musée gal (...)
  • 7  Faust 1995, p. 227-255.

2L’ensemble des publications auxquelles il est fait référence dans le tableau présenté ci-après comprend cent quatre-vingts titres, depuis le journal de fouilles jusqu’à la monographie, depuis le simple inventaire jusqu’à l’étude approfondie. Ce nombre ne cesserait d’augmenter si les lectures se poursuivaient : cet état actuel des connaissances doit donc être considéré comme d’autant provisoire… De nombreuses fouilles, du xixe au xxie siècle, que ce soit en Italie ou ailleurs en Europe et jusqu’au Moyen-Orient, ont mis au jour des restes d’éléments – en os pour la plupart – manifestement attribuables à des lits, mais les rapports ne livrent souvent qu’une description succincte, voire une simple allusion5. Plus problématique encore est parfois l’absence de documentation précise qui permettrait ne serait-ce que de replacer les objets dans leur contexte archéologique6. C’est ainsi par exemple que le Musée archéologique de Naples renferme des pièces provenant de Pompéi dans un état de conservation remarquable (pl. IX, nos 1, 3, 4 ; pl. X, nos 2, 4), mais bien seules au milieu de l’immensité des réserves, souvent sans référence contextuelle. Le Musée archéologique de Genève conserve aussi des éléments en os sculptés de lits dont la provenance et les circonstances de découverte sont inconnues, mais dont Sabine Faust en suppose – par comparaison avec d’autres lits connus – l’origine en Italie centrale7, sans pouvoir être plus précise.

xixe-xxie siècle : classification des publications

3Comment la question s’est-elle posée depuis le xixe siècle ? Comment les savants ont-ils abordé l’étude des lits antiques lorsqu’ils se trouvaient face à de nouvelles découvertes ? Quelles perceptions avaient-ils de ces objets ? Les réponses à ces questions, essentielles pour la compréhension de notre sujet et l’intégration des lits de Cumes dans ce grand ensemble, passent par une classification raisonnée et cohérente ; et le problème de ses modalités immédiatement surgit, pour offrir plusieurs possibilités.

  • 8  Ce problème du commerce des lits dans le monde antique et dans le monde romain en particulier a ét (...)
  • 9  Voir la typologie établie par Letta, 1984, p. 82-90, rappelée infra p. 46-47.
  • 10  Voir cependant Bianchi 2010, p. 52-58 : l’auteure propose une répartition essentiellement quantita (...)

4Ainsi, une présentation des découvertes par localisation géographique eût été pertinente : elle aurait présenté l’avantage de permettre des hypothèses sur la diffusion des lits et sur leur commerce. Mais une telle orientation aurait détourné du sujet et conduit vers une analyse extrêmement vaste et aléatoire, susceptible d’entraîner un éloignement du propos premier, même s’il s’agit d’une question majeure8. Un autre mode de présentation, par datation des objets, aurait à première vue semblé le plus adéquat, puisqu’il aurait permis de suivre l’évolution stylistique des lits, depuis des temps reculés au Proche et Moyen-Orient jusqu’à l’époque romaine. Il aurait fallu en ce cas étroitement l’associer à la localisation géographique. Mais la conséquence eût été la même que pour la proposition évoquée plus haut. Une autre éventualité, celle de mettre en avant le ou les matériaux utilisés et les déterminer comme élément de classement premier, aurait réduit la visibilité d’ensemble, et rendu difficile une approche globale : il est certes admis que les lits décorés d’os travaillé prennent modèle sur ceux de bronze ou d’ivoire9, mais nous n’avons qu’un nombre infime de lits avec décorations en ivoire, surtout à l’époque romaine. Et les lits de bronze se retrouvent à chaque époque, dans le monde grec comme dans le monde romain, mais essentiellement en contexte domestique. Une classification par contextes – domestique et funéraire – enfin eût été possible, mais les similitudes et nuances entre lits à usage domestique et lits à usage funéraire n’autorisent pas une distinction vraiment convaincante, ni non plus une classification stylistique précisément déterminée10.

  • 11  Letta 1984, Béal 1991a, Bianchi 2008 et 2010 en particulier, pour le monde romain ; Andrianou 2006 (...)
  • 12  Voir Jockey 1999, p. 193-196 : l’auteur opère par le biais d’un tableau commenté une comparaison e (...)

5En définitive, j’ai choisi de mettre les publications en perspective de manière diachronique, non seulement pour esquisser une mise en lumière de l’évolution des modes de pensée au fil de ces deux siècles, mais aussi pour une meilleure compréhension d’ensemble du corpus des lits antiques connus aujourd’hui et de leurs modes d’analyse, au sein duquel puissent s’intégrer les lits en ivoire de Cumes. Il est d’ailleurs assez étonnant que les synthèses récentes dont nous disposons, qui énumèrent en liste une partie importante des lits connus, ne se soient pas réellement penchées sur cette question de l’évolution des approches11. Les préoccupations et méthodes ont pourtant beaucoup évolué depuis les premières découvertes publiées au xixe siècle ; et le xxe siècle a vu des évolutions notables, du fait du caractère de plus en plus scientifique de l’archéologie, influencée dans la seconde moitié du siècle par les sciences de la nature12. Par ailleurs, nous l’avons dit, les textes les plus anciens ne distinguaient pas de manière nette et explicite l’usage des lits : ce n’est que progressivement que des essais de différenciation entre lits domestiques et lits funéraires ont vu le jour.

  • 13  Le cas le plus intéressant de ce point de vue est assurément celui d’Ancône, publié une première f (...)
  • 14  Sapelli Ragni 2008, tout particulièrement.
  • 15  Ces caractéristiques sont précisées infra p. 34.

6Le tableau qui suit propose donc une classification dont le critère premier est l’année de publication ; il est suivi de celle de la découverte, qui souvent d’ailleurs la précède de près, quand l’étude ou la simple description a été faite dans son sillage. Lorsque ce n’est pas le cas, il peut s’agir soit d’études générales ou de synthèses, soit d’une reprise d’étude de mobilier déjà effectuée par le passé, mais dont les résultats sont remis en question ou complétés13. Le tableau intègre également des catalogues d’expositions, dont l’intérêt est accru lorsqu’ils proposent des synthèses sur les connaissances du moment14. Puis viennent le lieu de la découverte ainsi que la datation des objets, quand ces données sont disponibles. Les deux colonnes suivantes précisent le ou les matériaux utilisés et le contexte archéologique – domestique ou funéraire. Sont énoncés en dernière colonne les formes et thèmes iconographiques indiqués par les inventeurs – ou les archéologues – qui en ont par la suite repris l’étude. Cette classification, accompagnée d’une observation attentive de l’approche critique des auteurs, m’a conduit à déterminer cinq périodes successives, dont chacune présentait des caractéristiques particulières15 : Période 1 : 1810-1889 ; Période 2 : 1890-1934 ; Période 3 : 1947-1979 ; Période 4 : 1979-1984 ; Période 5 : 1984-2020.

Période 1 : 1810-1889

Période 2 : 1890-1934

Période 3 : 1947-1979

Période 4 : 1979-1984

Période 5 : 1984-2022

Évolution des approches

Considérations d’ensemble

7Cette liste s’étend de 1810 à 2022, soit deux siècles complets. Une observation simple permet ce premier constat déjà évoqué : cinq périodes se dégagent, très déséquilibrées par la disproportion de leurs contenus. Les critères de détermination des trois premières ont été motivés dans un premier temps par le fait de césures temporelles, qui présentent un lien avec les événements historiques majeurs vécus en Europe, puis affinés au regard des modes d’analyse des auteurs

  • 16  Voir de Jorio 1810, surtout p. 27-28 ; voir aussi Guardabassi 1880 (p. 24-25), où sont évoqués deu (...)
  • 17  Pasqui 1890, p. 233-245.
  • 18  Brizio 1902, p. 452-458.
  • 19  Le contenu de cet ouvrage est précisé dans le paragraphe suivant.
  • 20  Merlin 1908 pour l’annonce de la découverte ; 1909, p. 656-658 et 1910, p. 589 pour les éléments e (...)
  • 21  Vaglieri 1911, p. 448-449 ; 1912, p. 95-101 ; 1913, p. 71-72.
  • 22  Petrie 1927, pl. XL, no 14.
  • 23  Eckinger 1929, p. 241-256.
  • 24  Voir supra p. 19, n. 13.
  • 25  Nicholls 1979, p. 1-32.
  • 26  Voir les précisions infra p. 45-47.
  • 27  Letta 1984.
  • 28  Béraud, Gébara 1986.
  • 29  Talamo 1987-1988.
  • 30  Bianchi 2000.
  • 31  Copersino 2003, p. 159-253.
  • 32  Il s’agit du lit provenant de la tombe 520, qui a conservé un nombre considérable de fragments, pe (...)
  • 33  Letta 1998, pl. V, p. 200.
  • 34  Voir également Martellone 2008b et surtout D’Ercole, Milaneschi 2014.

8Une première période englobe une bonne part du xixe siècle, de 1810 à 1889, et se distingue, pour les publications italiennes surtout, par la connaissance réduite que les auteurs semblent avoir des éléments en os travaillé et même en bronze se rapportant à des lits. Cette méconnaissance se traduit par des textes courts, se limitant à une description succincte16. Les publications françaises de Léon Heuzey sont d’une nature très différente, tant par le sujet traité que par la méthode : la remarquable érudition de l’auteur est au service de l’exploration de contrées en lien avec les velléités expansionnistes de la France, qui contribuent à donner au texte une touche presque épique. La deuxième période, qui marque la fin du xixe siècle et inclut le premier tiers du xxe, comporte des textes dont les origines se diversifient : Italie et France encore, mais aussi Allemagne, Angleterre, Amérique du Nord. Cette période commence par une publication importante17, qui propose pour la première fois une reconstitution complète – bien qu’erronée – de lit provenant de Norcia (voir en pl. IX, n4, un des montants reconstitués), à partir d’éléments en os appartenant manifestement à deux lits distincts ; la découverte de nouveaux éléments en os de lits, à Ancône en 1902, donnera naissance à deux autres reconstitutions solidement étayées18. Suivent, pour les principaux, l’ouvrage de Caroline L. Ransom19 et les premières publications d’Alfred Merlin sur la découverte de l’épave de Mahdia20, en Tunisie ; puis viennent la succession des publications de Dante Vaglieri sur des fragments en os de lits funéraires d’Ostie21, la mention par W. M. F. Petrie d’une paire de montants d’un lit en bois d’époque romaine trouvée dans la région du Fayoum en Égypte (pl. XXI, no 2)22, élément fondamental pour mieux comprendre l’évolution des lits antiques, et l’important article de T. Eckinger sur les lits de Vindonissa en Suisse23. La période s’achève en 1934, année qui marque le début d’une pause relative dans les publications. La troisième période commence en 1947, deux années après la fin de la seconde guerre mondiale, et court jusqu’en 1979. C’est encore l’époque de ce qu’il est convenu d’appeler l’« archéologie traditionnelle »24. La quatrième, entre 1979 et 1984, débute avec une importante publication, qui marque une évolution notoire dans l’approche du sujet25, et sera par la suite érigée en modèle, tant dans la démarche que dans la forme (étude systématique et précise de chacun des fragments, procédés comparatistes avec les occurrences connues, reconstitutions graphiques minutieuses)26. La dernière, de 1984 à nos jours, est marquée par un renouvellement des modes d’analyse et une prise en compte grandissante du sujet lors de la fouille des sites archéologiques. La première et fondamentale publication de cette période27, qui s’appuie sur les méthodes de travail de R. V. Nicholls en 1979, est suivie d’un nombre considérable d’écrits, dépassant de beaucoup les périodes précédentes, même cumulées entre elles. Elles incluent quelques évolutions importantes dans l’approche du sujet : l’étude des lits de la nécropole de Saint-Lambert (Fréjus)28, qui conjugue une méthodologie rigoureuse avec une grande précision dans l’analyse et la classification des données, mais surtout le remarquable travail d’Emilia Talamo29, qui étudie un lit funéraire trouvé à la fin du xixe siècle sur la colline de l’Esquilin à Rome, et celui non moins approfondi de Chiara Bianchi30, dont les recherches portent sur des restes de lits en os provenant de Crémone, en Italie du Nord. Suite à l’étude de Maria Rita Copersino31 sur les lits funéraires de la nécropole de Fossa dans les Abruzzes, une belle et complète reconstruction de l’un d’eux est proposée (pl. XIV, no 1)32, mettant en lumière les similitudes avec celui d’Amplero reconstruit quelques années plus tôt33. Achevons cette énumération par l’évocation d’une nouvelle reconstruction, celle d’un lit découvert dans une tombe de la nécropole de Navelli, dans la province de l’Aquila, et exposée à Rome au cours de l’été 2013 (pl. XII, no 2 et XI, no 2)34.

  • 35  Ransom 1905.
  • 36  Richter 1966 (Ancient Furniture, Oxford, 1926).
  • 37  Baker 1966.
  • 38  Faust 1989.
  • 39  Faust 1992, p. 82-110.
  • 40  Colivicchi 2002a, p. 273-287.
  • 41  De Carolis 2007, p. 69-93, 157-163, 219-223.
  • 42  Bianchi 2008, p. 311-334 ; 2010, p. 39-106.
  • 43  Andrianou 2009, p. 31-50, 113-114, 123-129, 131-132.
  • 44  Andrinaou 2006, p. 219-266.
  • 45  Baughan 2013.

9Au milieu de ces monographies et rapports, quelques œuvres de synthèse, peu nombreuses, jalonnent le xxe siècle jusqu’à aujourd’hui : en 1905, Caroline L. Ransom35 publie un ouvrage d’étude d’une étonnante modernité, regroupant les connaissances de l’époque sur les principales occurrences de lits connues des mondes grec, étrusque et romain. En 1966, Gisela M. A. Richter reprend, complète et augmente un ouvrage qu’elle avait publié en 1926, pour constituer aujourd’hui encore une référence incontournable36. La même année voit la publication d’une étude de mobilier antérieur à l’époque romaine : Hollis S. Baker37 se penche, entre autres meubles, sur les lits d’Égypte, du Proche-Orient et de la Grèce préclassique, englobant une période allant de 3100 à 475 av. J.-C. Cet ouvrage ne prend pas en compte l’époque romaine mais éclaire les origines des lits de cette période. Un peu plus de deux décennies plus tard, en 1989, Sabine Faust38 propose une classification, issue d’un catalogue extrêmement fourni, d’un grand nombre de fulcra de bronze d’époques hellénistique et romaine, auquel s’ajoutent des exemplaires en ivoire et en os. Son analyse lui permet d’établir une typologie fondée sur l’évolution des formes, comprise entre la fin du iiie s. av. J.-C. et le ier s. après. L’auteur la poursuit d’ailleurs dans un article daté de 1992, prenant comme point de départ des éléments en bronze et en ivoire retrouvés en Suisse39. Fabio Colivicchi entame par la suite une réflexion sur l’iconographie à thème dionysiaque40, très présente comme élément de décoration des lits, à partir des exemples d’Ancône. En 2007 ensuite, dans un ouvrage consacré au mobilier de Pompéi et d’Herculanum, Ernesto De Carolis41 détermine une évolution typologique qui lui permet d’intégrer les lits retrouvés dans les cités campaniennes. Enfin, un important article de Chiara Bianchi, en 2010, entrepris déjà en 200842 par le même auteur, répertorie un grand nombre d’occurrences, à partir desquelles elle propose une réflexion sur les convergences et divergences typologiques et iconographiques des lits retrouvés en contextes domestiques et en contextes funéraires, au sommet desquels les lits des tombes royales de Vergina trônent comme modèle absolu. Si l’on se penche d’ailleurs du côté du monde grec, nous constatons non sans étonnement qu’il n’a pas bénéficié de beaucoup de synthèses récentes. Dimitra Andrianou en propose cependant une43, précieuse avant tout pour l’inventaire qu’elle établit d’une partie des occurrences connues dans le monde grec, reprise pour l’essentiel d’un article publié trois années plus tôt44 ; mais surtout, plus récemment, Elizabeth P. Baughan s’attache dans un très bel ouvrage à une étude approfondie des lits d’Asie Mineure, essentiellement aux vie et ve s. av. J.-C.45.

  • 46  Sapelli Ragni 2008.
  • 47  Bellini 2008, p. 39-48.

10Mais on ne saurait terminer cette présentation sans évoquer le catalogue46 d’une exposition inaugurée en 2008, dans l’Antiquarium du Canope de la Villa d’Hadrien à Tivoli. L’exposition rassemblait un nombre conséquent de lits décorés d’os travaillé, le plus souvent à l’état fragmentaire, provenant des régions du Latium et des Abruzzes. Elle dévoilait aussi un lit d’Aquinum47 découvert dans une tombe, lors de travaux autoroutiers en 2005, sur lequel avait été étendu le corps du défunt, manifestement une femme. Bien qu’il se fût affaissé, ce lit a pu être presque intégralement reconstitué : il représente de ce fait pour nous un témoignage de premier ordre.

11L’objet des lignes qui suivent n’est bien sûr pas de recenser dans le détail l’ensemble des ouvrages nommés dans la classification présentée en amont, mais d’en extraire les éléments clefs, les fondements successifs sur lesquels l’approche du sujet a pu s’appuyer pour avancer dans sa propre compréhension.

Premières publications : 1810-1889 (période 1)

De l’Italie…

  • 48  de Jorio 1810, p. 27-28.

12Comme il a été précisé plus haut, la première publication de lit antique remonte à 181048, et présente un intérêt tout particulier, puisqu’il s’agit d’une référence relative à la cité de Cumes. Mais les indices sont bien minces : seul est évoqué un couronnement de fulcrum en os retrouvé dans une tombe, représentant de toute évidence un oiseau aquatique. Pourtant cet élément, par sa forme caractéristique, en assure bien l’appartenance à un lit. De fait, après la description et l’analyse d’autres éléments, l’auteur, Andrea de Jorio, en arrive à celui qui nous intéresse, et dont il fait la description suivante :

La figura finalmente poco definibile, che si osserva al numero 19, la quale ha poco più di tre oncie di lunghezza, è di una materia della quale fin’ora non ho conosciuta né anche la composizione. Qualche intendente la crede una specie di stucco, o di scagliola, ma sempre esitando. Alla forma sembra un delfino cattivamente contartornato. Comunque sia la cosa, ritorniamo ai bassirilievi oggetto principale di questo mio piccolo lavoro.

  • 49  Op. cit., pl. IV, n° 19 pour le dessin. L’auteur indique trois onces de longueur, soit environ 7,5 (...)

13Cette courte et étonnante description, qui fait osciller l’auteur en des hésitations d’identification de matériau – entre une « sorte de stuc » ou de plâtre – et de sujet de décor – il y voit à tort un dauphin –, nous permet tout de même, grâce au dessin et à la précision des dimensions, de déterminer cet élément comme un couronnement de fulcrum (pl. X, n1)49.

… à la Macédoine

  • 50  Guimier-Sorbets 2001, p. 222-223.

14Les publications suivantes franchissent le milieu du xixe siècle et en couvrent le dernier quart, mais elles concernent des découvertes effectuées dans le monde grec. Il s’agit là d’une approche neuve, dont le ton met l’accent sur la beauté des œuvres : ces lits maçonnés sont en effet construits sur le modèle des lits mobiles puisque c’est par le relief, le dessin et la couleur qu’ils sont représentés. L’étude de ce type de représentation de lit sur de la maçonnerie ou de la pierre a bien sûr été abordée par la suite à de multiples reprises, et Anne-Marie Guimier-Sorbets propose une explication séduisante de l’utilisation des lits maçonnés en lieu et place des lits mobiles avec châssis en bois50 :

En effet, la durée de conservation des klinai de bois était limitée, et les restes du corps n’étaient plus soutenus après l’effondrement du meuble ; c’est vraisemblablement pour cette raison que, en Macédoine, on a d’abord placé des bases de pierre sous les klinai de bois, puis préféré en fabriquer des imitations en pierre plus durables.

  • 51  Outre les lits macédoniens, on trouve de beaux exemples en Italie, comme les lits maçonnés et pein (...)

15Le remplacement des lits en matériaux périssables par des lits en pierre trouverait donc son explication dans des aspects d’ordre technique (pl. XXIV, n1)51.

  • 52  Perrot, Guillaume, Delbet 1872, p. 146, deuxième texte dans notre chronologie.
  • 53  Heuzey 1873, p. 1-24.
  • 54  Ibid., p. 8.
  • 55  Heuzey 1876, p. 250-257.
  • 56  Op. cit., p. 255, citant Homère (Iliade, III, 391).

16Georges Perrot, en 1872, fait mention très succinctement de lits funéraires maçonnés à montants sculptés et d’une « sorte de coussin pour poser la tête52 ». Il s’agit de lits caractéristiques de la Macédoine, datés des ve et ive s. av. J.-C., et que l’on trouve dans cette même région jusqu’au début du iiie s. av. J.-C. Il n’est pas fait de description mais seulement référence, comme éléments de comparaison, à ceux découverts par Léon Heuzey, et dont la publication paraîtra l’année suivante. Léon Heuzey, archéologue et grand érudit, fut envoyé par Napoléon III en 1861 explorer la Grèce du Nord. Dans ses Recherches sur les lits antiques considérés particulièrement comme forme de la sépulture53, il examine les lits des tombeaux macédoniens de Palatitza (Vergina) et de Pydna (actuelle Korinos) : lits faits de marbre se trouvant dans des tombes à voûte et conservant « le système de construction et les proportions exactes d’une kliné grecque de la forme la plus élégante54 ». Il en évoque les montants plaqués de bois et incrustés d’or, d’argent, d’ivoire ou d’écaille de tortue, tout en opérant une comparaison avec des motifs représentés sur des vases. Les explications données ne seront dans leur ensemble pas vraiment démenties par la suite. Dans la Mission archéologique de Macédoine55, il reprend son propos sur les mêmes tombeaux de Pydna et de Palatitza. Comme dans l’article de 1873, il explique les deux principaux types de lits existant dans l’Antiquité grecque : celui façonné au tour, le δινωτὰ λέχη, tel le lit de Pâris et Hélène dans l’Iliade56, et celui, à montants rectangulaires, dont sont issus les ouvrages de Pydna et Palatitza.

  • 57  Odyssée, XXIII, v. 199-201.

17Dans chacun des deux textes, le style est riche et plein d’enthousiasme. Et bien naturellement, le discours est établi au regard des connaissances de l’époque : peu de lits à montants tournés sont alors connus (sont surtout signalés des fragments brûlés retrouvés dans des urnes funéraires plus tardives, ou des restes non brûlés dont les inventaires épars ne nous renseignent guère sur les contextes de découverte, comme à Pompéi par exemple). Cet état des faits semble montrer l’intérêt secondaire que l’on pouvait y porter. Léon Heuzey se tourne vers Homère (voir plus haut), dont le poème de l’Iliade, œuvre transmise oralement, mêle des souvenirs de plusieurs périodes dans une langue peu adaptée à une description technique. Il relève également des influences d’origines égyptienne et assyrienne. Quant aux lits des tombeaux macédoniens, ils sont façonnés à l’image des lits de fabrique ionienne (Milet et Chios), mais dont l’armature se rapproche selon l’auteur de celui fabriqué par Ulysse lui-même (lit incrusté d’or, d’argent et d’ivoire)57.

  • 58  1873, p. 14.
  • 59  Voir Perrot, Guillaume, Delbet 1872.

18L’auteur fait également allusion à des tombeaux phrygiens qui « présentent des trois côtés de larges banquettes taillées dans les parois de la chambre funéraire […] formant un οἶκος τρίκλινος, un triclinium funéraire58 ». Puis il conclut que « la coutume de l’ensevelissement sur les lits funèbres paraît avoir pris naissance en Asie Mineure », et en particulier en Phrygie59 où se rencontrent selon lui les exemples les plus anciens – tradition qui, explique-t-il, se perpétue chez les Étrusques. Par ailleurs, l’auteur explique les raisons de l’usage du lit funèbre à l’intérieur du tombeau comme une volonté des peuples antiques d’éviter « de souiller les éléments purs au contact d’un cadavre » tout en permettant au mort de prolonger en paix son long sommeil. Le rapport avec les rites bachiques des repas funèbres auxquels s’adonnèrent « de bonne heure et avec une ardeur demi-barbare » les Macédoniens est aussi évoqué, ce qui expliquerait la disposition en triclinium.

Dictionnaire des antiquités

  • 60  Funus : Cuq 1896 ; Lectus : Girard 1904.
  • 61  Girard 1904, p. 1020.

19S’ensuivent deux textes qui restent encore des bases indispensables : les articles Funus et Lectus du Dictionnaire des antiquités de Charles Daremberg et Edmond Saglio60. Ces articles d’Édouard Cuq et de Paul Girard présentent un intérêt considérable non seulement parce qu’ils englobent l’état des connaissances acquises à la fin du xixe siècle, mais aussi et surtout parce qu’ils fournissent une véritable mine de renseignements et de références, tant littéraires qu’archéologiques. Funus, qui vient avantageusement éclairer lectus et le mettre en perspective, propose ainsi en une étude détaillée un vaste regard analytique sur les textes faisant référence aux rites funéraires, croisé souvent avec les quelques découvertes archéologiques connues alors. Toutes ces données constituent une remarquable synthèse des sources antiques conservées et éclairent les realia, mais leur élaboration n’évite pas les raccourcis hâtifs, ne tenant pas toujours compte des variations temporelles et géographiques. L’article Lectus, plus court du fait sans doute du peu d’occurrences archéologiques connues, aborde une large période depuis les poèmes homériques jusqu’à l’Édit de Dioclétien, en incluant aussi le lit étrusque, qui « reproduit la structure générale du lit grec61 ». L’auteur procède ainsi à une histoire descriptive de la forme des lits antiques, dont l’essentiel n’est aujourd’hui encore pas remis en question et constitue une base solide.

Essor des découvertes et des connaissances : 1890-1934 (période 2)

Des reconstitutions étonnantes en Italie

  • 62  Pasqui 1890, p. 233-245.
  • 63  Ibid., p. 241-242.
  • 64  Supra p. 34.
  • 65  Pasqui 1890, pl. I.
  • 66  Datations qui oscillent entre : fin iiie-iie s. av. J.-C., lié à de la céramique à vernis noir de (...)
  • 67  La première chambre (chambre de gauche) a révélé, outre la monnaie, un anneau de bronze revêtu de (...)
  • 68  Pasqui 1890, p. 241.
  • 69  Brunn 1862.

20Quelques années plus tard, en 1890, Angiolo Pasqui62 publie l’étude d’un type de lit tout à fait différent de celui des lits macédoniens, provenant de Norcia en Ombrie, dans l’antique Sabine. Publié dans les Monumenti Antichi dell’Accademia dei Lincei, le ton se veut plus « scientifique » et l’auteur opère rapprochements et comparaisons avec certaines occurrences de lits déjà connues et publiées63, entrant dans des considérations esthétiques. Il sera surtout le premier à proposer une restitution graphique et une reconstruction64, certes entachées d’erreurs d’interprétation concernant l’emplacement de nombre d’éléments en os, mais offrant un résultat plutôt étonnant au regard (pl. XIV, n3)65… Ces deux lits en os proviennent de deux chambres d’une même tombe à inhumations de la nécropole de Santa Scolastica près de Norcia. L’auteur a avancé une datation dans la première moitié du ier s. apr. J.-C, fondée en particulier sur la présence d’une monnaie qui portait l’inscription Augustus pater ; cette datation a cependant été remise en cause quatre fois66, ce qui illustre bien d’éloquents tâtonnements, liés non seulement au peu d’informations concernant la fouille, mais aussi au matériel céramique significatif d’époque bien antérieure à la monnaie67. Pasqui compare ses découvertes68 avec une plus ancienne datant de 183269, dans laquelle l’auteur se livre à une critique sur la médiocrité du travail d’incision de l’os… Cette référence, cependant très intéressante pour nous du fait de sa date reculée, fait aussi état d’incertitude quant au mobilier que décoraient les fragments, aujourd’hui dispersés.

  • 70  Brizio 1902, p. 445-458.
  • 71  Brizio 1902, p. 446-448.
  • 72  Ibid., p. 448.
  • 73  Lit découvert en 1872 mais considéré et restauré à tort comme un bisellium (Castellani 1874), ce q (...)

21À quelque temps de là et toujours en Italie, Emilio Brizio70 publie la reconstruction de deux lits funéraires revêtus eux aussi d’éléments en os travaillé, découverts à Ancône dans deux tombes à inhumation (pl. XV, n1a pour l’un d’entre eux). Il fonde son travail, remarquablement précis, sur celui d’Angiolo Pasqui71, et procède également à des comparaisons avec d’autres occurrences connues, comme un lit avec ornementation en bronze de Pompéi72 ou encore celui conservé aujourd’hui à Rome et provenant d’Amiternum73. À l’image du travail de Pasqui, les reconstructions sont elles aussi sujettes à caution et remises en cause, mais la démarche n’en reste pas moins exemplaire.

  • 74  Ransom 1905, p. 32 ; 56-58 ; 102-108 ; pl. XX-XXVI. L’auteur ne s’aventure pas à proposer de datat (...)
  • 75  Ce lit est conservé au Field Columbian Museum de Chicago, depuis son acquisition dès l’année de sa (...)
  • 76  Ransom 1905, p. 32.

22Suivant les pratiques de l’époque, des éléments d’ornementation en os découverts en 1895-1896 à Orvieto74, en Ombrie (Italie centrale), font l’objet au début du xxe siècle d’un réassemblage et d’une reconstruction qui, s’inspirant du travail de Pasqui, propose un résultat dont l’authenticité apparaît dès le premier regard contestable, mais aussi presque amusant, puisque ce mobilier tel qu’il est présenté s’apparenterait davantage à une table de bureau qu’à un lit funéraire (pl. XV, n2)75… Caroline L. Ransom, qui publie pour la première fois ce lit, s’empresse d’ailleurs de critiquer cette reconstitution76.

  • 77  Voir Richter 1917, p. 196 ; 1926, p. 132, 136, fig. 313 ; Eckinger 1929, p. 249, D, fig. 6 ; Hill (...)
  • 78  Les hypothèses concernant son origine ont évolué : selon les déclarations du vendeur, il aurait ét (...)
  • 79  Certitude énoncée déjà par Cesare Letta (Letta 1984, cat. no 116, p. 106). Pour une description ic (...)
  • 80  Voir les restitutions et reconstructions de : Cambridge (Nicholls 1979, p. 6, pl. I) ; Rome sur l’ (...)
  • 81  Voir, par exemple, le fulcrum reconstitué de la tombe III d’Aielli (Copersino 2001, p. 244), ou ce (...)
  • 82  C’est ainsi qu’Angiolo Pasqui élabore sa restitution du lit de Norcia, insatisfaisante elle aussi (...)
  • 83  Letta 1984, cat. no 69, p. 100 : « I letti in realtà dovevano essere almeno due (nn. 69 e 116), pe (...)
  • 84  Nicholls 1979, cat. no 17, p. 24.

23La quatrième reconstruction de lit avec ornementation en os de ce début de xxe siècle suscite tout autant d’intérêt que les trois précédentes, tant par les incertitudes de ses origines que par le résultat qu’il offre à nos yeux : il s’agit d’un assemblage datant de 1917 réalisé au Metropolitan Museum de New York (pl. XIV, no 2.)77. Il n’existe à l’heure actuelle aucune publication approfondie consacrée à ce lit, qui suscite de nombreuses interrogations sur son origine, sa datation et sa composition78. Il est de toute façon indubitable que cette reconstruction est le fruit d’un assemblage d’éléments provenant d’au moins deux lits distincts, peut-être même de trois79. La première observation visuelle, d’abord, laisse planer une étrange impression de dysharmonie, marquée en particulier par la fine taille du couronnement en bas-relief de chacun des fulcra qui contraste avec l’épaisseur en haut-relief des médaillons, du cadre et des montants. En s’approchant davantage, cette incohérence se confirme par un examen attentif de chacune des parties du lit. Les quatre angles du cadre, par exemple, constitués en bonne partie d’ajouts d’éléments modernes en os, présentent une forme verticale cylindrique et lisse en son milieu, moulurés aux deux extrémités, prolongeant ainsi le relief du cadre. L’absence d’ornementation en ces endroits et cette manière sommaire de les traiter, surprenantes au regard du reste du lit mais aussi d’autres lits à cadre large comparables80, crée un déséquilibre dans l’harmonie visuelle des volumes des angles tant par rapport aux ornementations situées en dessous, sur le haut des montants, que par rapport à celles situées juste à côté, sur le cadre. Du reste ces dernières, des protomés à têtes de lion, ont-elles aussi été disposées de manière erronée : si l’on se fie à d’autres reconstructions plus récentes dont les ornementations sont similaires81, de tels éléments appartiendraient non pas au cadre mais plutôt aux couronnements des fulcra – mais dans ce cas, la taille de ces têtes de lion impliquerait des dimensions importantes de cette partie du lit –, ou peut-être aux angles mêmes du cadre82, voire sur les montants. Cesare Letta avait également déjà signalé l’assemblage erroné des fulcra, dont les couronnements et les médaillons appartiennent à des typologies différentes83. Enfin, le petit marchepied, exposé avec le lit, est constitué manifestement à l’image du lit qu’il accompagne et rappelle son allure un peu épaissie ; et de la même façon que pour le lit, rien ne justifie de laisser la partie centrale du cadre vide d’ornementation en os, tandis que les quatre angles en sont eux pourvus, avec des motifs en relief très détaillés représentant Cupidon et Bacchus enfant, pour les personnages les plus aisément identifiables. Il est d’ailleurs probable que ces ornementations appartiennent au lit lui-même, et plus précisément à ses angles, ainsi que le suggère R. V. Nicholls84. En définitive, l’intérêt de ce lit réside autant dans les méandres de son histoire récente que comme exemple dans l’évolution des pratiques muséographiques, depuis des reconstitutions parfois fantaisistes – liées aux goûts de l’époque – jusqu’à une plus grande rigueur.

L’entre-deux-guerres

  • 85  Vaglieri 1911 ; 1912 ; 1913. L’histoire des fouilles est détaillée dans Olivanti 2001, p. 56-59. V (...)

24Longtemps, les quatre lits en os que nous venons d’évoquer vont constituer des références de travail. S’y ajoutent des découvertes de lits en bronze (Amiternum, Pompéi, par exemple) qui ont, de toute évidence, contribué à développer l’intérêt porté à ce type de mobilier. Cette attention, davantage concentrée sur les contextes funéraires que domestiques, ne cesse de grandir dans la seconde moitié du xxe siècle. La période d’avant la seconde guerre mondiale vit quelques découvertes : le tableau de la période 2 proposé plus haut montre que la quasi totalité des occurrences provient d’Italie, avec en particulier une concentration à Ostie. De fait, l’intense développement des fouilles qui s’y déroulent à cette époque, sous la direction de Dante Vaglieri85, permet, grâce à des méthodes de fouille relativement minutieuses, appelées « fouilles de l’attention », la mise au jour d’ensembles de fragments en os travaillé provenant de cinq lits funéraires, sur lesquels les défunts avaient été brûlés, et dont des petites parties avaient été soit déposées dans l’urne avec les ossements du défunt, soit retrouvées à côté.

  • 86  Eckinger 1929.

25À cette série italienne succède, en l’année 1929, une étude de fragments d’ornementations en os travaillé provenant de Vindonissa en Suisse86. L’analyse de ces lits se réfère bien sûr à ceux déjà connus et qui constituent à ce moment un fonds conséquent, pour devenir à son tour une référence, en particulier grâce à la synthèse que l’auteur propose.

  • 87  Maiuri 1933, p. 423-427.
  • 88  Filow 1934, p. 122-125, fig. 147-149.
  • 89  Procès-verbal de la Commission de l’Afrique du Nord, déc. 1940, p. V-VIII (= Bulletin archéologiqu (...)
  • 90  Carcopino 1943, p. 167-168.
  • 91  Merlin 1909 ; 1910 ; 1911. Il s’agit d’un navire grec qui sombra entre 100 et 86 av. J.-C. Il cont (...)
  • 92  Le pietre parlano. Nuovi scavi e nuove scoperte ad Ostia, Civiltà, 1, avril 1940, p. 33-43, cité p (...)

26Après 1933 et la fouille de la maison du Ménandre à Pompéi, qui livre un magnifique lit orné de bronze87, puis l’importante découverte du lit en bois de Duvanlij en Bulgarie88, la seconde guerre mondiale arrête presque toute étude sur ce sujet. En Afrique du Nord cependant, André Piganiol, en 1940, dans son article sur les bronzes de Volubilis89, puis Jérôme Carcopino en 194390, font écho et suite à la découverte, en 1907 au large de Mahdia en Tunisie, d’une épave qui renfermait des éléments en bronze de lits91. Sans doute existe-t-il des découvertes de cette période que les circonstances ne m’ont pour le moment pas permis d’atteindre, mais le fait est bien là… Les raisons en sont décelables, en Italie : à Ostie en particulier, l’archéologie della zappa e del piccone (« de la houe et de la pioche ») après la mort de Vaglieri, puis les fouilles pour l’exposition universelle prévue en 1942, firent peu de cas du détail : l’effort du régime mussolinien à faire ressurgir des profondeurs le spectre de la grandeur romaine d’antan oriente davantage l’attention vers l’architecture monumentale et le retour à « l’aspect de la ville au moment de son abandon92 », plutôt que vers le monde fragmenté des lits des morts…

Approfondissement, systématisation : 1947-1976 (période 3)

Un réveil des décombres

  • 93  Cumont 1942, préface p. I.

27L’après-guerre laisse lentement émerger de nouveaux écrits, après l’étourdissement du conflit qui avait limité ce foisonnement intellectuel que l’on retrouvera par la suite ; sans toutefois le réduire à néant, comme l’exprime avec un certain trouble Franz Cumont en 1941, en préface de ses Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains : « Il est malaisé de garder libre sa pensée, quand plus rien ne l’est autour de soi, plus difficile encore de demander conseils et éclaircissements, lorsque des barrières presque infranchissables empêchent les érudits de nations différentes, voire d’un même pays, de communiquer entre eux93. »

  • 94  Picard 1947, p. 200-210.
  • 95  Piccot-Boube 1960, p. 189-286.

28En 1947, l’intérêt porté aux lits de bronze africains cités plus haut reprend son essor : dans la Revue archéologique, Charles Picard publie un article qui en poursuit l’étude94 par une réflexion stylistique sur les lecti Deliaci (de Délos) et les lecti Boethiaci (de style initié par le sculpteur et toreute Boéthos), réflexion qui sera par la suite encore abordée et modulée, en particulier par la remise en question du type des lecti Boethiaci. Cette exploration archéologique de l’Afrique du Nord conduit quelques années plus tard Christiane Piccot-Boube95 à reprendre et compléter le travail de C. Picard : la précision des détails et le catalogue nous sont encore aujourd’hui d’une grande utilité.

L’ivoire

  • 96  Decamps de Mertzenfeld 1954.
  • 97  Voir à propos des ivoires d’Étrurie le très bel ouvrage d’Yvette Huls (Huls 1957).
  • 98  Voir, par exemple, les pl. LXIV, LXXVIII, LIXXX, LXXX, XCVI, XCIX, CXXXI, dont les dessins montren (...)

29Il est un fait remarquable : c’est à cette période que se développent les études sur le travail de l’ivoire dans le monde antique. Ce matériau précieux n’avait en effet jusque-là pas vraiment été l’objet d’une approche systématique ou approfondie. Et ce constat apparaît d’autant plus étonnant que l’ivoire était déjà bien connu par nombre de découvertes sur les bords de la Méditerranée et en Orient. L’Inventaire commenté des ivoires phéniciens et apparentés découverts dans le Proche-Orient par Christiane Decamps de Mertzenfeld, en 195496, ouvre la possibilité d’une nouvelle approche en laissant à disposition un corpus d’objets, certes pour leur immense majorité fragmentaires, mais qui permet d’élaborer des typologies morphologiques et iconographiques, et de discerner les influences et interactions qui se sont opérées entre les contrées du Proche-Orient ancien, puis par voie de conséquence vers les mondes grec, étrusque97 et enfin romain. Aucune allusion à des fragments identifiés comme provenant de lits n’apparaît cependant dans l’ouvrage, mais certains éléments devaient manifestement en être, ou en tout cas être relatifs à ce type de mobilier, tels sièges, trônes ou coffrets98.

  • 99  Extraits du tableau de la période 3 : Chiostri et Mannini 1960 (Quinto Fiorentino en Italie centra (...)
  • 100  Bernard 1970, p. 327-343.
  • 101  Voir, par exemple, Andronikos 1984, p. 123-136 et 206-207, ou Kottaridi 2011, p. 80-89. Quelques é (...)

30La petite dizaine d’articles sur les lits à ornementations en ivoire de cette période99, au sein de laquelle émerge un texte particulièrement important100 qui aborde de manière précise l’étude de lits d’Asie centrale – datés des iiie-iie s. av. J.-C. –, permet de préciser les typologies connues pour les lits dont les montants sont façonnés au tour, et de rendre plus lisibles ce qui constituera – en partie – les modèles des lits romains. Ainsi s’est constituée en deux décennies une base de travail fondamentale pour les lits à ornementations en ivoire, sur laquelle s’appuie notre étude des lits de Cumes ; les périodes suivantes en effet, jusqu’au début du xxie siècle, ne révéleront que peu de nouvelles occurrences comparables, exception faite des lits royaux de Vergina en Grèce101, qui tiennent une place à part.

31La période qui s’ouvre ensuite voit un développement de grande ampleur, grâce à un nombre sans cesse croissant de découvertes archéologiques, des connaissances sur les lits décorés d’os travaillé, en Italie centrale tout particulièrement, mais aussi en Italie septentrionale, en Tarraconaise, en Germanie Supérieure et Inférieure, en Gaule méridionale ; quant aux lits d’ivoire, leur rareté en Italie et dans le monde romain ne permet pas d’en améliorer significativement les connaissances. D’autant que leur nombre reste somme toute peu élevé, pour les époques plus anciennes, dans les mondes grec et proche ou moyen-oriental.

Un tournant : 1979-1984 (période 4)

  • 102  Nicholls 1979, p. 1-32.
  • 103  Onze publications ont été retenues ici, mais ce nombre est significatif (voir tableau supra).

32Au cours des périodes 4 et 5, ce sont surtout des lits à ornementation en os travaillé qui ont été publiés. Bien sûr, le temps accroît le nombre des découvertes, et les possibilités de comparaison, par rapport aux périodes précédentes, s’en trouvent d’autant augmentées. Mais il semble bien que la publication de R. V. Nicholls102 en 1979 ait constitué un facteur déclenchant. L’approche change dès lors, et les publications, progressivement mais très nettement, adoptent la méthode de Nicholls, dont le travail constitue une référence et un modèle. La période 4, très courte, par laquelle elle démarre, compose en quelque sorte un moment intermédiaire ; elle est caractérisée par son contenu hétéroclite et diversifié mais peu dense103.

  • 104  Pour le détail de ces figures, voir Nicholls 1979, pl. VII.
  • 105  Nicholls 1979, p. 16.

33Nicholls procède à une étude minutieuse d’un lit dont les éléments en os sculpté étaient apparus sur le marché londonien sept années plus tôt, et qui avait déjà subi une première restauration suite à son achat par le Fitzwilliam Museum de Cambridge en 1973. La provenance précise en est inconnue, mais Nicholls le rattache à un groupe de lits qu’il situe géographiquement dans la partie nord de l’Italie centrale et chronologiquement entre le début du ier s. av. et le début du ier s. apr. J.-C. ; il le date plus précisément vers 30-20 av. J.-C., justifiant cette proposition par le style iconographique : l’Apollon citharède en particulier, à chaque angle du cadre (pl. XII, no 2)104, correspond selon lui à un sujet qui apparaît peu après la bataille d’Actium, dans le style des marbres néo-attiques du début de l’Empire, mais n’ayant pas encore atteint la forme canonique augustéenne105.

  • 106  Le catalogue des lits dont il énonce les principales caractéristiques contient dix-neuf occurrence (...)
  • 107  Le travail de Paul Bernard (Bernard 1970, p. 327-343) est ici incontournable.

34Fondant ses comparaisons sur une partie seulement des occurrences connues alors106, le travail que l’auteur mène le conduit à rappeler les influences des formes perses achéménides sur celles des périodes hellénistique107 puis romaine. Il est d’ailleurs étonnant de constater que cet ancrage dans une tradition qui remonte avant la période hellénistique, élément de réflexion pourtant indispensable, ne soit pas, aujourd’hui encore, pris en compte dans la grande majorité des publications.

  • 108  Andronikos 1984, p. 123-136. Plusieurs communications avaient bien sûr été faites auparavant sur l (...)
  • 109  Béal 1984 : au fil des pages, certains éléments, bien que non identifiés par l’auteur, pourraient (...)
  • 110  Barnett 1982.

35Cette période transitoire dans l’étude des lits ne saurait tout de même se limiter aux écrits de Nicholls… L’année 1977 avait vu sortir de terre le mobilier exceptionnel que renfermaient les tombes royales macédoniennes à Vergina : Manolis Andronikos les découvrait au grand public en 1984, publiant en particulier les restes en ivoire et or des lits funéraires108 de la tombe de Philippe II, témoignages d’une immense valeur artistique dont la reconstitution – susceptible d’être encore modifiée –, pose ces lits comme un modèle du genre pour les époques hellénistique et romaine, tant par leur caractère artistique que par leur somptuosité ostentatoire. À cette exceptionnelle référence notons que s’ajoutent dans cette courte liste des ouvrages plus généraux : deux catalogues de tabletterie gallo-romaine109 et une étude sur les ivoires du Proche-Orient110, parmi lesquels des éléments et fragments de lits sont identifiables. Ces pages sont très utiles à une compréhension d’ensemble de l’os et de l’ivoire travaillés, car elles prennent en compte l’extrême diversité géographique des occurrences.

Volonté d’exhaustivité et multiplication des découvertes : 1984-2020 (période 5)

Cesare Letta et les lits ornés d’os d’Amplero en Italie

  • 111  Letta 1984, p. 66-115 ; pl. I-IX.
  • 112  Fig. 3, p. 76. La restitution reproduite ici est celle qui sera un peu modifiée lors de la restaur (...)
  • 113  La tombe fut fouillée en 1969.
  • 114  Letta 1984, p. 80-81.
  • 115  Pasqui 1890, p. 240.
  • 116  Béal 1991a, p. 287.
  • 117  Pasqui 1907, p. 146.
  • 118  Bellini 2007c, p. 69.

36L’année 1984 constitue une nouvelle étape dans l’approche et la compréhension des lits antiques : Cesare Letta111 publie l’étude de deux lits provenant de la vallée d’Amplero (Collelongo) dans les Abruzzes, en Italie. Il offre une analyse approfondie et précise, renforcée par un chapitre sur i letti antichi in avorio e in osso, puis un catalogue fourni de presque deux cents références provenant de diverses contrées européennes et méditerranéennes, fruit d’une collecte minutieuse. L’intérêt de ce travail est double. D’abord, l’analyse des nombreux éléments et fragments dont il dispose le conduit à proposer une restitution graphique d’un des deux lits (pl. XVI, n5)112, inspirée de celui de R. V. Nicholls ; et cette proposition est accompagnée d’hypothèses de dimensions des deux lits de la tombe, élaborées en fonction du contexte archéologique. Cette prise en compte constitue un fait assez nouveau : contrairement à la plupart des lits connus et publiés à ce moment-là, le contexte est ici par chance assez bien connu par les rapports de fouille113 et a ainsi permis d’en utiliser les données pour les hypothèses de dimensions. Mais il est évident aussi que l’auteur a souhaité fonder ses hypothèses de mesure sur des chiffres assurés, au regard de ce dont il disposait, sans se perdre en conjectures douteuses. Même si ces hypothèses, de l’aveu même de l’auteur, ne sont pas totalement concluantes114, la démarche scientifique, elle, l’est beaucoup plus. Ce problème des dimensions des lits – funéraires en particulier – a de fait souvent été posé, mais la plupart du temps sans solution certaine. Angiolo Pasqui par exemple, l’exprimait déjà ainsi pour le lit de Norcia décoré d’os : « Le misure di lunghezza e di larghezza del nostro mobile sono arbitrarie115 » ; Jean-Claude Béal, pour le lit de Cucuron dans le Sud de la France, ne s’aventure pas à avancer de dimensions, et la restitution du lit ne se limite qu’aux montants116. Il est tout de même intéressant de noter qu’a contrario un lit de bronze, découvert à Amiternum en 1907, a pu livrer ses dimensions exactes, grâce aux traces de positionnement que les pieds occupaient dans la tombe117. Plus émouvant encore, exceptionnel même, le lit funéraire orné d’os d’Aquinum fut retrouvé en place, bien sûr affaissé sur lui-même, mais les âmes de fer des montants étaient encore dans leur position originelle verticale, appuyées contre la paroi de la tombe118.

  • 119  Letta 1984, p. 97-107, cat. nos 34-126. Les lits numérotés de 127 à 186 ne sont pas intégrés dans (...)
  • 120  Letta 1984, p. 82. Cette idée des modèles hellénistiques sera discutée dans la suite de ce chapitr (...)
  • 121  Ibid. Le sens de cette expression, difficilement traduisible en français, pourrait se rapprocher d (...)
  • 122  C’est-à-dire qui, selon l’auteur, sont toujours « rendus de biais » : les figures en haut-relief s (...)
  • 123  Letta 1984, p. 85-88.
  • 124  Nicholls 1979, fig. 3.

37L’autre intérêt – et non des moindres – du travail de Cesare Letta fut d’établir une classification typologique des lits romains à ornementations en os. Cette classification, considérée aujourd’hui encore comme une grille de référence, est utilisée de façon presque systématique par les chercheurs. Fondée sur une partie des lits du catalogue119 qui accompagne l’étude de celui d’Amplero, elle vise à définir les origines des formes sculpturales des ornementations en os et tente de les catégoriser, à partir de cette idée que les lits romains tirent leurs origines et s’inspirent de ceux du monde hellénistique, « construits surtout en ivoire ou en métal précieux (bronze, parfois damasquiné, ou plus rarement argent ou or, mais toujours sur le modèle de ceux de bronze) », pour en constituer le point d’arrivée d’une longue évolution. L’auteur entreprend donc d’affiner cette affirmation par une distinction radicale : les lits romains à ornementations en os se divisent en deux séries, toutes deux à montants façonnés au tour : celle dérivée des lits en ivoire et celle dérivée des lits en bronze120. Pour la première, les fulcra sont caractérisés par des placages en bas-relief, « che evita la resa di scorcio121 », tandis que la seconde l’est par des décorations en haut-relief, dont les figures sont « rese sempre di scorcio122 ». Mais la distinction n’est, toujours selon l’auteur, pas aussi nette concernant les montants, excepté pour le cylindre figuré inséré sur la partie supérieure : aspect plus haut et plus élancé pour l’ivoire, plus large et plus massif pour le bronze. Et les deux séries sont chacune encore subdivisées, selon en particulier la forme des sculptures des montants. La première – imitée des modèles en ivoire –, aux placages en bas-relief sur les fulcra, distingue deux types de cylindres sur les montants123. Fixé sur un élément tubulaire droit, un premier type (I) présente des figures à haut-relief sur une base haute d’une dizaine de centimètres au moins. Le second type (II) présente des figures à relief plus bas fixées sur une base moins haute. Quant au cadre, à l’image de celui de Cambridge124, son épaisseur marquée intègre des décorations à motifs végétaux.

  • 125  Letta 1984, p. 87.
  • 126  Ibid., p. 88.
  • 127  Ibid.

38Pour ce qui concerne la deuxième série, imitée des modèles hellénistiques, Cesare Letta en circonscrit l’existence exclusivement à l’Italie, où elle serait produite, au contraire de la précédente, que l’on trouve en diverses régions entre la mer Noire et l’Italie. Si l’on peut retrouver certaines spécificités des types I et II de la première série, elle se caractérise surtout par le traitement en haut-relief des fulcra associé au bas-relief ornant les cylindres figurés des montants – ce que l’auteur considère comme type nouveau (IV), une innovation propre à cette série125. Ces bas-reliefs sur les montants ont la particularité de posséder un cylindre figuré « più largo e massiccio [...], con una base costituita di più doghe accostate e decorazione a basso rilievo in parte incisa direttamente su queste doghe, in parte su lamelle sovrapplicate126 ». Un autre type de cylindre (III), non attesté dans les autres, « sembra di poter ricondurre la grande testa pervia ricavata da un osso tubulare integrato con parti sovrapplicate127 ». Mais l’auteur ne signale qu’une seule occurrence, peut-être deux, relatives à ce type. Enfin, l’ensemble de ces lits comprend un cadre d’épaisseur réduite – quelques centimètres –, tel qu’on le retrouve pour de nombreux lits en bronze ; les décorations sont constituées d’une série d’éléments tubulaires, à l’image du lit reconstruit d’Amplero.

Emilia Talamo et les fragments en os du lit de l’Esquilin à Rome

  • 128  Ibid., p. 97, n. 1.
  • 129  Ibid., p. 23-26, fig. 7-9.
  • 130  Un premier inventaire global fut effectué en 1960.
  • 131  Talamo 1987-1988. Deux années environ lui ont été nécessaires, selon ses dires. Je la remercie par (...)
  • 132  Fig. 16a et 16b. Une reconstitution partielle mais bien « réelle » sera proposée plus tard et expo (...)

39C’est presque par hasard, lors de l’inventaire des collections de l’Antiquarium Comunale de Rome entrepris en vue d’exposer les plus belles pièces dans les Musées capitolins128, que furent redécouverts plus de mille fragments d’os travaillé qui appartenaient au lit funéraire d’une femme d’environ trente ou trente-cinq ans, daté – sans certitude – du début du ier s. apr. J.-C. Mis au jour en 1874, ces fragments avaient été récoltés lors de fouilles sur le mont Esquilin, à l’intérieur d’une urne cinéraire en albâtre129 doublée d’une fine couche de plomb, le tout déposé dans un dolium de terre cuite130. Une riche décoration végétale et figurée en constituait les motifs principaux autour du thème central de Dionysos. Le long et minutieux travail d’examen, de restitution et de restauration qu’entreprit Emilia Talamo131 permit d’aboutir à un remarquable résultat, tant dans la restitution graphique (pl. XVI, n1 et XII, n1)132 que dans l’analyse des fragments et leur interprétation. Contrairement aux lits de Cambridge et d’Amplero en effet, qui n’avaient pas subi l’action du feu puisqu’ils avaient été déposés dans les tombes avec les corps inhumés sans avoir subi de crémation, et dont les restes étaient dans un bon état de conservation, les fragments du lit de l’Esquilin étaient fortement déformés et détériorés, ce qui compliqua considérablement le travail.

40Ensuite, en complément de son approche aiguisée et analytique du lit de l’Esquilin, l’intérêt majeur des écrits d’E. Talamo est de suggérer une « classification » des lits de la période romaine, différente de celle de C. Letta. Elle propose en effet une classification non plus fondée sur la forme des lits en deux séries, celle imitant les modèles hellénistiques en ivoire et celle imitant ceux en bronze, mais sur l’analyse stylistique des décors. L’auteur conserve l’idée de deux courants artistiques distincts, mais qui perpétuent tous deux les thèmes et typologies hellénistiques :

  • 133  Talamo 1987-1988, p. 76.

L’una, caratterizzata da elementi snelli e slanciati raffinatamente intagliati con minuziosa grafia da cesellatore, è riferibile a letti in avorio o in osso, mentre l’altra, chiaramente identificabile per la prezensa di tozze e massicce torniture decorate con una resa di grande effetto ma poco accurata nel dettaglio, è attestata solo da esemplari in osso133.

41Ces deux courants se différencient des séries de Letta, dont le risque de standardisation d’une aussi nette distinction est en effet à prendre avec précaution, par le fait que

  • 134  Ibid., p. 78-79. Voir sur le sujet la discussion en conclusion de ce chapitre.

les variantes dans les formes et dans les types décoratifs peuvent en réalité dériver d’un niveau technique différent ou du goût individuel de l’artisan, qui s’exprime de manière originale et complètement suggestive, à tel point que dans de nombreux cas, […] il n’est pas possible de constituer une classification drastique des manufactures dans les deux secteurs identifiés par Letta. […] En définitive, les caractéristiques examinées jusqu’ici permettent d’identifier une tradition plus répandue dans le vaste répertoire figuratif et typologique du monde culturel hellénistique à côté des expressions artisanales qui synthétisent avec une notable autonomie innovante, non dépourvue de particularités prononcées et singulières, les mêmes thèmes hellénistiques134.

  • 135  Ibid., p. 81-83.
  • 136  Par exemple, p. 86, avec les lits d’Aielli.
  • 137  Ibid., p. 86-92.
  • 138  Seront cependant évoqués en conclusion de ce chapitre des ouvrages sur le mobilier en ivoire et en (...)

42E. Talamo ouvre ainsi la réflexion sur une question essentielle : l’origine de la production de cet artisanat qui a donné des lits du type de celui de l’Esquilin est certainement non italique, mais proviendrait bien plutôt d’Alexandrie, évoquant aussi la possibilité d’artisans égyptiens qui œuvreraient en milieu italique135. L’auteur appuie son hypothèse sur des comparaisons avec d’autres lits italiens136 et sur une iconologie détaillée137 ; mais la pertinence du discours manque malheureusement d’un appui archéologique : aucun exemple alexandrin comparatif n’est cité, du fait de sa quasi inexistence dans la cité égyptienne138.

43Il est en définitive vraiment étonnant que les chercheurs ne fassent que peu référence aux travaux d’E. Talamo et préfèrent s’en tenir le plus souvent et presque mécaniquement à la classification discutable de C. Letta.

Sabine Faust, Fulcra

  • 139  Faust 1989.
  • 140  Nicholls 1991, par exemple, regrette que Sabine Faust n’ait pas intégré ceux présents en Angleterr (...)

44Alors qu’Emilia Talamo achève l’étude du lit funéraire de l’Esquilin et propose cette grille d’analyse nouvelle, se prépare en Allemagne une synthèse sur les fulcra antiques, publiée en 1989 par Sabine Faust139, secondée par C. Letta. L’auteur propose une classification des formes de fulcra, établie à partir de plus de cinq cents exemplaires, dont beaucoup proviennent du pourtour de la mer Noire. Il m’a semblé important, bien qu’il ne s’agisse pas d’une étude sur des occurrences précises, d’au moins le signaler ici explicitement, car ces analyses sont pour le chercheur d’une aide précieuse, même si la plupart de ces fulcra sont décontextualisés. Il a été observé que cet ouvrage n’avait pas pris en compte tous les fulcra connus140. Mais le contraire eût plutôt été étonnant et invérifiable, presque impossible même…

Jean-Claude Béal et le lit funéraire en os travaillé de Cucuron

  • 141  Béal 1991a.

45Spécialiste des matières dures animales utilisées dans l’Antiquité pour le mobilier – os, ivoire, corne –, Jean-Claude Béal a publié en 1991 dans la revue Gallia l’étude approfondie d’un lit de contexte funéraire à ornementation en os travaillé, qui fut découvert en 1970 dans le mausolée de Cucuron, dans le Vaucluse, et qui subit à cette époque plusieurs tentatives de remontage141. Les restes de ce lit, environ quatre mille fragments issus d’une tombe à crémation, sont datables selon l’auteur entre la fin du ier s. av. et le début du ier s. apr. J.-C. Ce lit présente un intérêt multiple, d’abord par la possibilité de restitution (partielle) qu’il a offerte du fait du grand nombre de fragments conservés, mais aussi par sa situation géographique : il devient ainsi un témoin de la diffusion des lits de ce type dans le monde romain du début de l’Empire.

  • 142  Cambrige : Nicholls 1979 ; Norcia : Pasqui 1890 ; Ancône : Brizio 1902 ; Fréjus : Béraud, Gébara 1 (...)
  • 143  Béal 1991a, p. 286-287.
  • 144  Ibid., p. 292.
  • 145  Ibid., p. 293-294. Le lit en bronze exposé au musée du Louvre (daté de la seconde moitié du iie s. (...)
  • 146  Ibid., p. 291, fig. 3.

46Pour parvenir à une datation et établir une typologie des fragments, l’auteur fonde son travail sur des rapprochements et comparaisons avec cinq références en particulier : les lits de Cambridge, de Norcia, d’Ancône, de Fréjus et d’Aoste142. Il adopte en outre une méthode d’étude rigoureuse143, établie à partir de décomptes et de calculs des proportions du nombre d’éléments conservés, afin de proposer une reconstitution ou un remontage. Les remarques et observations se tournent souvent vers les aspects techniques de fabrication, comme l’étude des stries de tournage, ou le fait par exemple que pour les montants, le tournage des pièces en os était achevé manifestement après leur fixation sur les supports de bois, et que celles destinées à décorer le cadre et les fulcra étaient collées et non cloutées. Le travail de restitution prend pour modèles ceux de R. V. Nicholls et de C. Letta, partant de la certitude que ce type de lit est toujours constitué des mêmes éléments144. Comme le lit de Cucuron est très proche stylistiquement de celui d’Aoste, l’auteur avance que les deux lits proviennent sans doute du même atelier. Selon J.-C. Béal, les lits à décoration en os seraient plus hauts que les lits en bronze : ce constat discutable s’expliquerait par la nécessité, sur le bûcher, « de placer du combustible entre les pieds, sous le lit, sans gêner la circulation de l’air que demandait une bonne combustion du meuble et du corps qu’il portait145 ». L’observation de la restitution graphique du lit de Cucuron conduit à une dernière remarque, d’ordre esthétique. Nous pouvons supposer que les fabricants de lits veillaient à conserver une certaine harmonie et des proportions cohérentes lors de la confection des meubles. Il n’est qu’à observer les lits de Cambridge, d’Aoste ou plus encore d’Aquinum pour s’en convaincre. Ici pourtant, l’épaisseur du châssis par rapport à la finesse des montants pose un problème visuel146. Certes, J.-C. Béal a souhaité y intégrer le cheval sculpté, enserré par une frise bordant le cadre, ce qui l’a contraint sans doute à revoir l’épaisseur à la hausse ; mais cette interprétation est discutable elle aussi, car en supposant le cheval initialement placé sur le cadre à l’endroit proposé, rien n’aurait empêché de le faire empiéter sur la frise encadrante, voire de le faire dépasser du cadre lui-même. Nous pouvons également supposer, à l’image des lits de Cambridge et de l’Esquilin qui constituent à n’en pas douter deux références fiables pour l’essentiel, que la frise du cadre ne démarre qu’en retrait par rapport aux bords verticaux, laissant le champ vide et disponible pour le cheval et réduisant ainsi considérablement l’épaisseur du châssis, pour lui donner un aspect assurément plus cohérent.

Chiara Bianchi : les lits revêtus d’os de Crémone en Italie

  • 147  Bianchi 2000. Les premières notes sur le sujet furent publiées en 1962 (voir n. 1, p. 11 de l’ouvr (...)
  • 148  Actuellement exposés au Musée archéologique de Crémone.
  • 149  Bianchi 2000, p. 121, fig. 28.
  • 150  Nicholls 1979 pour le lit de Cambridge, Letta 1984 pour celui d’Amplero et Talamo 1987-1988 pour c (...)

47Exhumés de tombes à crémation en 1962 puis 1966 lors de fouilles d’urgence d’une nécropole romaine près de l’Église de San Lorenzo à Crémone, en Transpadane antique, des fragments en os de lits funéraires furent l’objet presque quatre décennies plus tard d’un ouvrage détaillé et très documenté de la part de Chiara Bianchi147. Fruit d’une longue enquête due en particulier au mélange des fragments découverts en 1962 avec ceux de 1966 et à un défaut d’informations préliminaires, l’étude a tout de même permis de partiellement reconstruire deux montants de typologie différente148, que l’auteur a assimilés aux deux séries de C. Letta, ainsi qu’une restitution graphique d’un fulcrum149. Comme pour le lit de l’Esquilin, le travail fut compliqué par la déformation et la détérioration des fragments qui avaient subi l’action du feu lors de la crémation, mais C. Bianchi utilisa comme références les trois études publiées précédemment et présentées plus haut150, dont elle reprit les méthodes, mais tout en développant encore davantage le catalogue des fragments, les accompagnant d’une analyse rigoureuse ainsi que de dessins nombreux et précis.

Maria Rita Copersino : les cinq lits sculptés d’os de la nécropole de Fossa en Italie centrale

  • 151  Copersino 2003, p. 159-163 (tombe 1), 163-181 (tombe 2), 194-207 (tombe 124), 220-234 (tombe 430), (...)

48En 2003 paraît un ouvrage151 sur la nécropole de Fossa dans lequel Maria Rita Copersino procède à une étude de cinq lits funéraires provenant de cinq tombes fouillées entre 1992 et 2000. L’intérêt de cette publication est multiple, car malgré quelques incertitudes chronologiques liées aux contextes, la précision des analyses associée à la rigueur méthodologique permet sur un même lieu d’observer des évolutions, sur presque deux siècles, dans la typologie des formes et dans le traitement des motifs iconographiques. Cette confrontation directe tend à montrer une continuité stylistique, inscrite dans une tradition que l’on retrouve surtout en Italie centrale. La belle reconstruction du lit de la tombe 520 (pl. XIV, n1), qui a pu être réalisée grâce à la conservation d’un grand nombre d’éléments intacts et de fragments conservés, autorise la visualisation précise d’un type de lits particulier – comparable à bien des égards à celui d’Amplero par exemple – mais bien différent de ceux de Cambridge ou de l’Esquilin.

Giovanna Rita Bellini et le lit sculpté d’os d’Aquinum en Italie

  • 152  Bellini 2007b ; 2008 ; Pracchia, Carcieri 2008 ; Bellini, Trigona 2013.
  • 153  Nécropole occidentale, tombe no 6.
  • 154  Voir supra p. 36.
  • 155  Les résultats de la restauration furent présentés dès 2007 au RESTAURA - III Salone del Restauro d (...)
  • 156  Voir aussi les restitutions graphiques dans Bellini 2008, p. 40, pl. 2, et Pracchia, Carcieri 2008 (...)

49L’année 2005 représente pour la connaissance des lits antiques un moment important : un lit orné d’os sculpté152, dont les éléments décoratifs étaient quasiment intacts, fut découvert à la faveur de travaux autoroutiers à Aquinum153, à mi-chemin entre Rome et Naples. Déjà évoqué ici154, ce lit bénéficia de toutes les attentions scientifiques155, et grâce à son état de conservation remarquable (pl. XIII, n1156), put être rapidement et intégralement remonté pour constituer en 2008 l’objet central de l’exposition organisée autour des lits funéraires du Latium et des Abruzzes, à Tivoli, dans la Villa Adriana.

  • 157  Bellini 2007b, p. 249 ; 2008, p. 43.
  • 158  Bellini, Trigona 2013, p. 35. À la p. 41 sont proposées les toutes dernières années du ier s. av. (...)

50La tombe à chambre hypogée qui le renfermait étend son histoire sur plus de deux siècles : construite entre la fin du iiie et le début du iie s. av. J.-C., son ultime témoignage de fréquentation se situe au début de l’époque impériale. Quatre moments distincts regroupent au moins treize dépositions, dont une seule crémation. Selon Giovanna Rita Bellini, lors de ses premières analyses157, le lit pourrait avoir été déposé lors de la deuxième phase, entre la fin du iie et le milieu du ier s. av. J.-C., associé à un coffret qui contenait des objets de toilette. Puis il aurait été utilisé à nouveau pour la dernière sépulture, au début du ier s. apr. J.-C., à l’époque tibérienne. Mais après une nouvelle étude du contexte archéologique en 2009, l’auteur modifie la datation : ne retenant manifestement plus l’idée d’une réutilisation, elle situe l’introduction du lit dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C., et plus précisément entre la mort de César et le début du principat augustéen158. Les restes d’une femme étendue dessus furent retrouvés en place ; on suppose qu’elle portait un riche vêtement cousu d’or, comme en témoignent les traces à terre à côté du corps.

  • 159  Bellini 2008, p. 47.
  • 160  Voir, par exemple, Kottaridi 2011, p. 83-88.
  • 161  Pracchia, Carcieri 2008, p. 52-53 et 56.

51Par ailleurs ce lit, aux décorations au moins partiellement recouvertes d’une pellicule d’or, présente des caractéristiques qui ne semblent pas répondre, selon les auteurs, « à une mode, mais à un message précis d’appartenance à l’aristocratie italique, à un culte antique dionysiaque, orphiqu1, isiaque, dans l’écho des cortèges bachiques (le Centaure), dans les allusions aux Saisons (les figures ailées), dans les têtes de cygnes (le ballot dans le bec pourrait rappeler l’emballage contenant le corps démembré d’Osiris. […] Les visages masculins des médaillons, bien marqués, semblent se rapporter aux membres de la famille du défunt159 » – ce qui n’est pas sans rappeler les portraits royaux sculptés dans l’ivoire, sur le lit de Philippe de Macédoine à Vergina160. L’iconographie est de fait complexe et le contexte archéologique semble confirmer les hypothèses des auteurs, avec en particulier la présence d’un marchepied, comme c’est souvent le cas pour les lits de prestige, et d’un coffret destiné à contenir des effets féminins de toilette161.

  • 162  Entre 16 et 17 cm pour le premier et 4,6 cm pour le second.
  • 163  Revoir les lits de Cucuron, de Cambridge.
  • 164  Voir infra p. 55-57, pour la composition générale des lits.
  • 165  La position des montants encore en place lors de leur découverte ne permet pas d’en douter.
  • 166  Une comparaison avec un lit en bronze de Modène – pl. XVIII, no 2 et décrit infra p. 69 et suiv. – (...)

52Tourné davantage vers le monde hellénistique que vers les types de lits italiques, le lit d’Aquinum se rapproche du type défini par E. Talamo pour le lit de l’Esquilin, avec lequel celui d’Aquinum présente de probants éléments de comparaison, non certes dans les thèmes iconographiques, mais dans le traitement stylistique des motifs. Il convient cependant d’observer certaines caractéristiques morphologiques qui en diffèrent. Le cadre d’abord : il est proposé comme beaucoup plus épais dans la restitution du lit de l’Esquilin – aucune certitude n’est certes avancée – alors que l’épaisseur du lit d’Aquinum, déterminée avec certitude, est plus réduite162. Les montants enfin : la reconstitution du lit de l’Esquilin, comme toutes les reconstitutions connues jusque-là163, situe le cylindre figuré en bas-relief sur la partie supérieure, tandis que le lit d’Aquinum voit ses cylindres figurés en haut-relief situés sur la partie inférieure, appuyés sur un disque simple juste au-dessus de la cloche (pl. XII, n1 pour le premier et pl. XIII, n1 pour le second)164. Il est intéressant de remarquer qu’il s’agit là d’un des seuls lits connus présentant cette spécificité165, qui remet en question le « standard » habituel de la morphologie des lits, mis en place au départ par R. V. Nicholls. Le savant anglais avait proposé une restitution à partir de fragments épars et non en place, contrairement à celui d’Aquinum : à moins qu’il s’agisse d’un cas particulier ou moins répandu, l’emplacement du cylindre figuré sur la partie haute du montant, repris ensuite sur plusieurs exemplaires retrouvés depuis, me paraît donc devoir être revu, pour être replacé en partie basse166.

Anika Duvauchelle : les lits en bronze d’Avenches en Suisse

  • 167  Delbarre-Bärtschi, Fischbacher, Krieg 2009.
  • 168  Il semble qu’ils aient été utilisés jusque dans le courant du iie s. ap. J.-C., époque où un incen (...)
  • 169  Pour une définition du lit délien, voir chap. 2, n. 60, et p. 244.

53En 2012, paraît une étude approfondie d’éléments en bronze de lits découverts à Avenches, l’antique Aventicum, découverts au xixe siècle et en 2003 (palais de Derrière la Tour, rue du Pavé), faisant suite à une première publication en 2009167. Cet article propose un examen de pièces de montants, de gaines de cadres, de cornières, auxquelles s’ajoutent des clous en fer (pour les sommiers), un fragment de fulcrum (?), des morceaux de feuilles d’argent, de lanières. Chaque montant est composé d’une succession de 14 éléments distincts en bronze, montés sur une âme de fer rehaussée de bois ; les gaines de cadre conservées présentent un décor damasquiné en cuivre et en argent. À ces fragments est associée une particularité extrêmement intéressante et rare : des marques de montage en lettres grecques – et quelques unes en chiffres romains –, ont été gravées en pointillé. L’analyse poussée des alliages et des surfaces du bronze laisse supposer un lieu de fabrication identique pour toutes les pièces : ces lits, datés entre le deuxième quart et le milieu du ier s. av. J.-C.168, appartiennent au type de lit dit délien, le lectus deliacus169 ; ils sont comparés en particulier à ceux de l’épave de Mahdia et de celle de Fourmigue C.

Conclusion : vers une approche toujours plus scientifique

  • 170  Jockey 1999, ouvrage qui permet de confirmer une mise en parallèle.
  • 171  Ibid., p. 193-196. Voir supra p. 19, n. 13.
  • 172  Sur la question du luxe, voir Partie III, p. 243 et suiv.

54Les connaissances et la compréhension des lits antiques ont beaucoup évolué depuis le début du xixe siècle, constat banal. Les cinq périodes évoquées dans ce chapitre, même si elles peuvent être modulées ou remises en question sur certains aspects, montrent que les approches du sujet ont suivi les évolutions historiques et les courants scientifiques, évoqués par Philippe Jockey dans son ouvrage sur l’histoire de l’archéologie170. La seconde moitié du xxe siècle171 a conduit cette « discipline » vers des exigences de plus en plus aiguisées qui, à l’image des sciences de la nature, ont assurément permis d’affûter le sujet, grâce à ce que nous appellerions des « avancées » scientifiques en matière d’analyse et de représentation. Mais lorsqu’ils sont présents en contexte funéraire, les lits ne sauraient être séparés de leur contexte, car ils entrent à part entière dans la quête de sens des rites funéraires. Ils ne peuvent ainsi être étudiés uniquement pour eux-mêmes, comme élément pris à part, même si cette démarche est indispensable ; le risque engendré peut parfois entraîner un glissement sémantique hâtif, voire inapproprié, qui assimile immédiatement ce meuble au mobilier de luxe, même lorsqu’il s’agit de placages d’os utilisés pour imiter l’ivoire à moindres frais172.

  • 173  Rappelons ici, rapporté par les auteurs anciens, que hors l’os, l’ivoire ou le bronze, les placage (...)

55Enfin, malgré ces exigences scientifiques de plus en plus précises, un élément important pour la compréhension des lits antiques semble être oublié : peu de cas est fait des lits en bois. Et pourtant, il est évident que le bois constitue le matériau de base, le premier qui ait servi pour la construction des lits, y compris des lits de luxe en bois précieux. Les multiples découvertes archéologiques, que ce soit en contexte funéraire ou en contexte domestique, nous ont légué nombre de témoignages d’éléments complets ou fragmentaires de lits. Mais il s’agit presque exclusivement d’éléments décoratifs fixés – à l’aide de colle ou de clous – sur les différentes parties : appliques à revers plats, décorées ou non, sur le cadre et les fulcra, éléments de montant annulaires, cylindriques ou tronconiques, eux aussi lisses ou décorés et fixés173. C’est bien à partir de ces témoignages que se sont constituées les typologies et classements de lits antiques tels que nous les connaissons aujourd’hui. Or, il semble évident, avant que les artisans antiques n’élaborent de tels procédés techniques de décoration par recouvrement, que le bois lui-même ait dû être travaillé pour constituer les décorations : non seulement la logique des choses va en ce sens, mais d’un point de vue technique, les types de moulures des montants que nous retrouvons sur les placages étaient plus aisés à réaliser sur le support de bois lui-même, travaillé au tour, pour servir de modèle ensuite.

  • 174  Petrie 1927, pl. XL, no 14. Ces montants, indiqués « d’époque romaine » par Petrie, sont probablem (...)
  • 175  Filow 1934, p. 122-125, fig. 147-149 ; Kyrieleis 1969, p. 126-131, pl. 17, nos 3-4.

56De fait, les lits tout de bois devaient être de loin les plus courants, comme ce sera le cas pour les périodes postérieures et jusqu’à aujourd’hui. Il suffit d’observer la plupart de nos meubles ou des meubles plus anciens : ils sont faits de bois plus ou moins précieux, éventuellement mouluré et sculpté. Et pour les plus luxueux, recouverts de placages en matériaux précieux, qui peuvent d’ailleurs aussi en constituer des parties pleines. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’il en était de même dans l’Antiquité. Mais le bois est une matière périssable : les témoignages sont quasi inexistants, et cette absence a contribué à le faire oublier. Et nous pensons moins à ce que nous n’avons pas sous les yeux… Une immense part de l’Antiquité a disparu, et nous ne composons l’histoire que grâce aux quelques bribes qui demeurent. Néanmoins, il suffit parfois de quelques indices pour se convaincre. Ainsi rappellera-t-on les témoignages de cette paire de montants en bois plein tourné, retrouvée dans la région du Fayoum en Égypte, et inventoriée en 1927 par W. M. F. Petrie (pl. XXI, n2)174 et celle découverte dans les fouilles de la Bourse, aujourd’hui présentée au musée d’Histoire de Marseille (pl. XXI, n5). Ou, beaucoup plus ancien, le lit en bois presque intact découvert dans une tombe à inhumation, à Duvanlij en Bulgarie175.

57Un tel bilan historiographique a constitué une base dense et précieuse pour appréhender les lits de Cumes et en construire l’étude. L’observation attentive de l’ensemble de ces occurrences, issues de lieux et d’époques variés, a en effet nourri une réflexion sur les orientations et la méthodologie à adopter pour celles du Cumes, qui ont évolué et se sont modifiées au fil de l’avancement du travail. La première évidence fut de s’inscrire dans la continuité, tout en adoptant à chaque étape du travail un nécessaire recul, et en examinant tous les éléments susceptibles d’être conservés ou améliorés. Le second élément important fut, par conséquent, dans la constitution du catalogue, le choix de travailler au tri des fragments, à leur décompte, à leur inventaire, d’abord hors du contexte archéologique, afin de laisser surgir d’elles-mêmes les formes et les motifs iconographiques, tout en s’appuyant sur la constitution progressive d’une bibliographie et d’éléments comparatifs à y puiser, entraînant la nécessité de la création d’une typologie nouvelle. L’étude du contexte archéologique – la cité de Cumes, la nécropole, les mausolées – est venue ensuite, bien qu’il ne fût évidemment pas pensable d’en séparer les lits en ivoire qui en proviennent, et devint le cadre d’une compréhension socio-historique de ces objets funéraires, par leur forme, leur iconologie, leur matériau, mis en rapport direct avec les époques, les tombeaux, les rites, les intentions des commanditaires. La méthode que j’ai choisi d’adopter a donc procédé d’une concomitance progressive d’informations, puis d’une analyse synthétique, qui ont mis en valeur une singularisation exceptionnelle. Singularité particulière, du reste ressentie dès la découverte, et qui avait motivé de se lancer dans une telle étude.

Notes

1  Heuzey 1873, p. 9.

2  Mot pris dans son acception première comme ensevelissement, enterrement, sépulture, même s’il est d’habitude utilisé par opposition à celui de crémation.

3  Voir le bel exemple découvert en 2005 à Aquinum, en Italie centrale (Bellini 2008, p. 39-48 ; Bellini, Trigona 2013).

4  Partie III, Chapitre 1.

5  Guardabassi 1880, par exemple.

6  Voir, par exemple, Béal 1983. L’auteur propose un catalogue des objets de tabletterie du Musée gallo-romain de Lyon, mais dont il ne peut préciser le contexte de découverte pour un grand nombre d’éléments, faute d’informations.

7  Faust 1995, p. 227-255.

8  Ce problème du commerce des lits dans le monde antique et dans le monde romain en particulier a été abordé à plusieurs reprises, mais sans donner de résultats véritablement concluants : les hypothèses formulées sont essentiellement fondées sur des rapprochements stylistiques ou formels et non sur des preuves archéologiques incontestables. Voir, par exemple, les éléments en bronze découverts dans une épave au large de Mahdia en Tunisie, entre 1907 et 1911 (Merlin 1909 ; 1910 ; 1911 ; Greifenhagen 1930). Voir également les éléments en bronze découverts aussi dans une épave, à Golfe-Juan, en France (Baudoin, Liou, Long 1994). Pline l’Ancien fait mention d’importation de lits en bronze : Histoire naturelle, XXXIV, 4 (9) ; XXXIV, 8 (14).

9  Voir la typologie établie par Letta, 1984, p. 82-90, rappelée infra p. 46-47.

10  Voir cependant Bianchi 2010, p. 52-58 : l’auteure propose une répartition essentiellement quantitative de ces deux usages ; et aboutit en particulier au constat, à partir des motifs iconographiques et des formes des reliefs, que pour les lits en os – les plus fréquents –, on peut retrouver les mêmes thèmes développés, avec une valeur eschatologique évidente pour les lits funéraires, en particulier liée au thiase dionysiaque. C. Bianchi précise aussi que les couronnements de fulcrum à tête d’oiseau aquatique sont aussi attestés dans les deux contextes, avec des variations selon les matériaux (p. 56), ou les localisations géographiques (p. 58, l’Italie septentrionale est pauvre en lits de contexte domestique). Voir également Colivicchi 2002a, p. 273 et suiv. : l’auteur analyse le thème dionysiaque présent dans les deux contextes, ainsi qu’une répartition par matériau et par forme des reliefs, constatant par exemple que les fulcra en haut-relief sont une spécificité funéraire. Mais cette double répartition se fonde sur un nombre trop restreint d’occurrences pour permettre une vision d’ensemble suffisante.

11  Letta 1984, Béal 1991a, Bianchi 2008 et 2010 en particulier, pour le monde romain ; Andrianou 2006 et 2009, Baughan 2013, pour le monde grec. Voir aussi Piccot-Boube 1960, essentiellement pour les lits en bronze.

12  Voir Jockey 1999, p. 193-196 : l’auteur opère par le biais d’un tableau commenté une comparaison entre ce qu’il nomme l’« archéologie traditionnelle » et les fondements théoriques de la « New Archaeology », fondements « exprimés dès 1962 par L. Binford dans un article demeuré célèbre, intitulé Archaeology as Anthropology, puis dans un ouvrage collectif, au titre éloquent, New perspectives in Archaeology, paru en 1968. […] Les auteurs s’y livraient à une critique violente de l’archéologie telle qu’on la pratiquait jusque-là, sur fond – ne l’oublions pas – d’agitation sociale et politique, en Europe comme aux États-Unis ». Philippe Jockey poursuit ainsi un peu plus loin : « Selon les commentateurs actuels de ce moment-clé de l’histoire de l’archéologie, cette réaction souvent violente prend ses racines dans le souci d’arracher cette dernière à l’histoire, haut lieu du subjectivisme et de l’idiosyncrasique, pour la rattacher à la science, et lui conférer de la sorte un prestige inégalé, mais aussi pour asseoir son pouvoir. De fait, la colonne de droite [qui contient des termes définissant la Nouvelle Archéologie] pourrait convenir à n’importe quelle science dite dure ». Même si ce courant a été contesté par la suite, il n’en reste pas moins que son influence fut immense, voire décisive, et l’est encore aujourd’hui.

13  Le cas le plus intéressant de ce point de vue est assurément celui d’Ancône, publié une première fois en 1902 (Brizio 1902) puis étudié à nouveau entre 2002 et 2010 (Colivicchi 2002a, 2002b, 2005, Frapiccini 2010a), pour se voir proposer plusieurs restitutions (voir par exemple les deux propositions successives de la tombe 2a, en pl. XV, nos 1a et 1b).

14  Sapelli Ragni 2008, tout particulièrement.

15  Ces caractéristiques sont précisées infra p. 34.

16  Voir de Jorio 1810, surtout p. 27-28 ; voir aussi Guardabassi 1880 (p. 24-25), où sont évoqués deux éléments de mobilier sculptés en os, qui pourraient appartenir à un lit.

17  Pasqui 1890, p. 233-245.

18  Brizio 1902, p. 452-458.

19  Le contenu de cet ouvrage est précisé dans le paragraphe suivant.

20  Merlin 1908 pour l’annonce de la découverte ; 1909, p. 656-658 et 1910, p. 589 pour les éléments en bronze de lits.

21  Vaglieri 1911, p. 448-449 ; 1912, p. 95-101 ; 1913, p. 71-72.

22  Petrie 1927, pl. XL, no 14.

23  Eckinger 1929, p. 241-256.

24  Voir supra p. 19, n. 13.

25  Nicholls 1979, p. 1-32.

26  Voir les précisions infra p. 45-47.

27  Letta 1984.

28  Béraud, Gébara 1986.

29  Talamo 1987-1988.

30  Bianchi 2000.

31  Copersino 2003, p. 159-253.

32  Il s’agit du lit provenant de la tombe 520, qui a conservé un nombre considérable de fragments, permettant ainsi un travail de grande précision, dont le résultat sera exposé à Tivoli lors de l’exposition de 2008 (Sapelli Ragni 2008).

33  Letta 1998, pl. V, p. 200.

34  Voir également Martellone 2008b et surtout D’Ercole, Milaneschi 2014.

35  Ransom 1905.

36  Richter 1966 (Ancient Furniture, Oxford, 1926).

37  Baker 1966.

38  Faust 1989.

39  Faust 1992, p. 82-110.

40  Colivicchi 2002a, p. 273-287.

41  De Carolis 2007, p. 69-93, 157-163, 219-223.

42  Bianchi 2008, p. 311-334 ; 2010, p. 39-106.

43  Andrianou 2009, p. 31-50, 113-114, 123-129, 131-132.

44  Andrinaou 2006, p. 219-266.

45  Baughan 2013.

46  Sapelli Ragni 2008.

47  Bellini 2008, p. 39-48.

48  de Jorio 1810, p. 27-28.

49  Op. cit., pl. IV, n° 19 pour le dessin. L’auteur indique trois onces de longueur, soit environ 7,5 cm, ce qui correspond tout à fait aux dimensions habituelles de ce type d’éléments (une once égale 1/12e du pied, soit 30 cm divisés par 12, qui égalent 2,5 cm, multipliés par 3 qui égalent 7,5 cm).

50  Guimier-Sorbets 2001, p. 222-223.

51  Outre les lits macédoniens, on trouve de beaux exemples en Italie, comme les lits maçonnés et peints de la nécropole des Cristallini à Naples (tombe C), datés de 300-250 av. J.-C. : Valerio 2007, p. 157, fig. 12 ; Zevi 1994, p. 175-179.

52  Perrot, Guillaume, Delbet 1872, p. 146, deuxième texte dans notre chronologie.

53  Heuzey 1873, p. 1-24.

54  Ibid., p. 8.

55  Heuzey 1876, p. 250-257.

56  Op. cit., p. 255, citant Homère (Iliade, III, 391).

57  Odyssée, XXIII, v. 199-201.

58  1873, p. 14.

59  Voir Perrot, Guillaume, Delbet 1872.

60  Funus : Cuq 1896 ; Lectus : Girard 1904.

61  Girard 1904, p. 1020.

62  Pasqui 1890, p. 233-245.

63  Ibid., p. 241-242.

64  Supra p. 34.

65  Pasqui 1890, pl. I.

66  Datations qui oscillent entre : fin iiie-iie s. av. J.-C., lié à de la céramique à vernis noir de cette époque (Manconi 2002, p. 44-45, qui parle pour la monnaie d’une interpolation peut-être due à une erreur de Pasqui à la fin du xixe siècle) ; fin iie-début ier s. av. J.-C. (Letta 1984, cat. 97 ; Sensi 1986, p. 34-37) pour la chambre centrale et deuxième moitié du iie s. av. J.-C. (Letta 1984, cat. 98) pour la chambre de gauche ; milieu ier s. av.-milieu ier s. apr. J.-C. (Monacchi 1990-1991, p. 144, n. 222 ; Costamagna 2004, p. 19) sur la base de la présence de récipients à onguent plus tardifs à corps piriforme et globulaire, en céramique ; époque tardo-augustéenne pour les deux lits (Costamagna et al. 2011, p. 141) : Monacchi et Costamagna supposent plusieurs phases pour la tombe – érigée dans le deuxième quart du iie s. av. J.-C. –, dont la dernière, après une phase probable d’abandon, aurait accueilli les deux lits, ce qui coïncide avec la période établie par Pasqui. Il est en effet évident que la tombe, à laquelle on accédait par un dromos à forte pente, a été ouverte plusieurs fois et restructurée ; l’analyse des descriptions successives semble montrer que les lits ne peuvent faire partie de la phase initiale, mais appartiennent plutôt à une phase tardive, peut-être en lien avec la monnaie. Celle-ci ne constitue probablement pas une interpolation, et pourrait ainsi correspondre aux unguntaria globulaires, mais aussi à la forme des volumes et des représentations figurées ornant le lit, comme il s’en trouve à la même époque – ou légèrement plus tôt – à Acquasparta (Monacchi 1990-1991) ou à Cerveteri (Bianchi 2006, pl. XXII, fig. 49 et pl. XXVII, fig. 57). Une pièce de monnaie avec Augustus pater implique nécessairement un ensevelissement à l’époque tibérienne ou après, correspondant à la restructuration de la tombe. Or, la lecture de Pasqui semble montrer que les restes des lits étaient disposés de telle manière qu’ils devaient appartenir à la dernière phase. On pourrait donc les dater de la période tibérienne au moins.

67  La première chambre (chambre de gauche) a révélé, outre la monnaie, un anneau de bronze revêtu de feuille d’or, avec une ornementation ovale en verre rouge ; six unguentaria de type fusiforme et en ampoule, une patère (Morel 2252) ; une coupe à deux anses à vernis noir, de production locale (Morel 3171). La chambre 2 (chambre centrale), contenait deux phialai mesomphaloi en céramique de Calès (Morel 2173 ou 2175) de la première moitié du iiie s. av. J.-C. ; deux patères à vernis noir (Morel 1443) du iie s. av. J.-C. ; deux unguentaria fins ; une bague avec sceau composé d’un lion attaquant un taureau.

68  Pasqui 1890, p. 241.

69  Brunn 1862.

70  Brizio 1902, p. 445-458.

71  Brizio 1902, p. 446-448.

72  Ibid., p. 448.

73  Lit découvert en 1872 mais considéré et restauré à tort comme un bisellium (Castellani 1874), ce qu’Emilio Brizio ne manque pas de faire remarquer.

74  Ransom 1905, p. 32 ; 56-58 ; 102-108 ; pl. XX-XXVI. L’auteur ne s’aventure pas à proposer de datation précise, du fait de l’absence d’information sur le contexte archéologique ; elle situe simplement entre 200 av. et 100 ap. J.-C. (p. 107-108). Cesare Letta propose quant à lui le dernier quart du ier s. av. J.-C., ce qui est envisageable à l’examen des figures animales félines, mais l’état actuel de l’étude de ce lit ne permet pas d’être vraiment précis.

75  Ce lit est conservé au Field Columbian Museum de Chicago, depuis son acquisition dès l’année de sa découverte.

76  Ransom 1905, p. 32.

77  Voir Richter 1917, p. 196 ; 1926, p. 132, 136, fig. 313 ; Eckinger 1929, p. 249, D, fig. 6 ; Hill 1963, p. 298-299, n. 28 ; Cook 1964, p. 180-181, n° 24 ; Richter 1966, p. 105-106, fig. 520, 531 ; Letta 1984, cat. n° 69 p. 100, n° 116 p. 106 ; Nicholls 1979, cat. n° 17 p. 24 ; Saguì 1998, p. 33-34. Acquis par l’homme d’affaires J. Pierpont Morgan en 1912, celui-ci en fait don au Metropolitan Museum ; mais ce mobilier est d’abord reconstitué comme un siège et exposé ainsi, accompagné de ce que Gisela M. A. Richter nomme un tabouret (stool) puis, plus tard, un repose-pied (footstool, en 1966). Dès 1917 cependant, elle signale l’erreur dans le catalogue du musée pour suggérer immédiatement un lit, qui sera restauré comme tel plus tard, manifestement après 1930 et avant 1964, puisqu’une photographie le montre à cette date tel qu’il est aujourd’hui encore (Cook 1964, p. 181).

78  Les hypothèses concernant son origine ont évolué : selon les déclarations du vendeur, il aurait été découvert « dans le Jardin de Livie », supposition déjà mise en doute par Eckinger, jusqu’à de récentes recherches (Saguì 1998, p. 33-34) qui le suggéreraient provenir de la Villa de Lucius Verus, sur la Via Cassia, au nord de Rome, en particulier pour ce qui concerne les éléments de verre. La datation est elle aussi, par voie de conséquence, problématique : les études récentes la situent dans une fourchette très large, entre le ier et le iie s. ap. J.-C., jusque bien sûr au règne de Lucius Verus (161-169), alors que Cesare Letta proposait en 1984 le dernier quart du ier s. av. J.-C. (Letta 1984, cat. n° 116 p. 106). Il est difficile de savoir si les éléments constitutifs de la décoration proviennent de la Villa elle-même ou d’une tombe – voire de plusieurs – aux alentours, rendant impossible une datation certaine, ainsi d’ailleurs que leur véritable contexte d’origine. L’examen de nombreux sarcophages du dernier tiers du iie s. ap. J.-C. peut laisser penser à un usage encore présent de ce type de lit (voir pl. XXV, no 2, le sarcophage du Louvre représentant la mort du héros Méléagre, daté de 180 ap. J.-C., inv. MR 879), mais nous n’en connaissons actuellement aucune attestation archéologique. Les accotoirs sont de plus d’un type très différent, aux montants beaucoup plus élevés et plus verticaux. Le plus raisonnable serait de suggérer la réutilisation de ces lits (les deux ou les trois dont les éléments se retrouvent mélangés dans la reconstruction exposée à New York) considérés à l’époque déjà comme des « antiquités », ou bien encore le remploi d’une partie seulement de leur ornementation. Nous pouvons aussi nous figurer une fabrication de l’époque imitée des formes plus anciennes : cette hypothèse trouve bien son écho dans les siècles qui précèdent, quand les lits romains à ornementation en ivoire ou en os du dernier siècle de la République et du début du Principat étaient autant de meubles d’inspiration hellénistique.

79  Certitude énoncée déjà par Cesare Letta (Letta 1984, cat. no 116, p. 106). Pour une description iconographique succincte, voir Nicholls 1979, cat. no 17, p. 24.

80  Voir les restitutions et reconstructions de : Cambridge (Nicholls 1979, p. 6, pl. I) ; Rome sur l’Esquilin (Talamo 1987-1988, p. 29, fig. 16b) ; Teramo (D’Agata, Barbetta 1997, p. 298, pl. 22).

81  Voir, par exemple, le fulcrum reconstitué de la tombe III d’Aielli (Copersino 2001, p. 244), ou celui de la nécropole de Fossa, tombe 520 (Corpersino 2003, p. 247-248, pl. 169).

82  C’est ainsi qu’Angiolo Pasqui élabore sa restitution du lit de Norcia, insatisfaisante elle aussi (Pasqui 1890, pl. I, reproduite ici pl. XIV, no 3, évoquée plus haut).

83  Letta 1984, cat. no 69, p. 100 : « I letti in realtà dovevano essere almeno due (nn. 69 e 116), per la presenza di culmini di fulcra da modelli in avorio e di medaglioni da modelli bronzei. »

84  Nicholls 1979, cat. no 17, p. 24.

85  Vaglieri 1911 ; 1912 ; 1913. L’histoire des fouilles est détaillée dans Olivanti 2001, p. 56-59. Voir aussi le catalogue de cet ouvrage, qui regroupe les éléments évoqués par Vaglieri (Pellegrino 2001, p. 445-448), hormis la découverte de 1913 qui n’est pas référencée.

86  Eckinger 1929.

87  Maiuri 1933, p. 423-427.

88  Filow 1934, p. 122-125, fig. 147-149.

89  Procès-verbal de la Commission de l’Afrique du Nord, déc. 1940, p. V-VIII (= Bulletin archéologique, 1938-1939-1940, p. 448-450 et pl. 3), cité par Picard 1947, p. 200, n. 1.

90  Carcopino 1943, p. 167-168.

91  Merlin 1909 ; 1910 ; 1911. Il s’agit d’un navire grec qui sombra entre 100 et 86 av. J.-C. Il contenait une cargaison importante au sein de laquelle se trouvaient plusieurs montants à section circulaire en bronze de lits, ainsi que des fulcra assimilables à la forme II de la classification proposée par Sabine Faust (Faust 1989). Un lit reconstitué est actuellement exposé au musée du Bardo à Tunis : il ne comporte d’accotoir qu’à une seule extrémité.

92  Le pietre parlano. Nuovi scavi e nuove scoperte ad Ostia, Civiltà, 1, avril 1940, p. 33-43, cité par Olivanti 2001.

93  Cumont 1942, préface p. I.

94  Picard 1947, p. 200-210.

95  Piccot-Boube 1960, p. 189-286.

96  Decamps de Mertzenfeld 1954.

97  Voir à propos des ivoires d’Étrurie le très bel ouvrage d’Yvette Huls (Huls 1957).

98  Voir, par exemple, les pl. LXIV, LXXVIII, LIXXX, LXXX, XCVI, XCIX, CXXXI, dont les dessins montrent des éléments de placage caractéristiques.

99  Extraits du tableau de la période 3 : Chiostri et Mannini 1960 (Quinto Fiorentino en Italie centrale, vers 600 av. J.-C.) ; Hill 1960, p. 293-300 (Grèce hellénistique) ; De Franciscis 1963, fig. 91 et 92 (Pompéi essentiellement, ier  s. apr. J.-C. ou peut-être avant) ; Karageorghis 1967, p. 337-348 et 1968, p. 89-93 (restes magnifiquement conservés du lit et du trône de la tombe 79 à Salamine de Chypre, datée de la fin du viiie s. av. J.-C.) ; Bernard 1970, p. 327-343 (Asie centrale, probablement iie s. av. J.-C.) ; Rodziewicz 1968, p. 258-265 ; 1971, p. 72-89 ; 1974, p. 59-110 (ivoires de Grèce appartenant probablement à des klinai, ve s. av. J.-C.) ; Atasoy 1974, p. 255-263 (Eskişehir, Turquie, ier s. av.-ier s. apr. J.-C. : ont été conservés un médaillon et trois montants ayant appartenu à trois lits différents) ; Knigge 1976, p. 60-83 et pl. 101-111 (Athènes, vie s. av. J.-C.).

100  Bernard 1970, p. 327-343.

101  Voir, par exemple, Andronikos 1984, p. 123-136 et 206-207, ou Kottaridi 2011, p. 80-89. Quelques éléments de lits en ivoire ont quand même été découverts, mais en nombre très restreint, et pour une immense majorité en Grèce (en particulier Touchais 1988 et 1998 ; Sismanidis 1997 ; Andrianou 2006 et 2009).

102  Nicholls 1979, p. 1-32.

103  Onze publications ont été retenues ici, mais ce nombre est significatif (voir tableau supra).

104  Pour le détail de ces figures, voir Nicholls 1979, pl. VII.

105  Nicholls 1979, p. 16.

106  Le catalogue des lits dont il énonce les principales caractéristiques contient dix-neuf occurrences.

107  Le travail de Paul Bernard (Bernard 1970, p. 327-343) est ici incontournable.

108  Andronikos 1984, p. 123-136. Plusieurs communications avaient bien sûr été faites auparavant sur le sujet. Pour les restaurations, voir Kottaridi 2011, p. 80-90.

109  Béal 1984 : au fil des pages, certains éléments, bien que non identifiés par l’auteur, pourraient bien appartenir à des lits ; Béal 1983 : ce catalogue en revanche n’en référence pas.

110  Barnett 1982.

111  Letta 1984, p. 66-115 ; pl. I-IX.

112  Fig. 3, p. 76. La restitution reproduite ici est celle qui sera un peu modifiée lors de la restauration et de la reconstruction du lit, au niveau des angles du cadre et des fulcra en particulier : voir Letta 1998, p. 200, pl. V et p. 202, pl. VII.

113  La tombe fut fouillée en 1969.

114  Letta 1984, p. 80-81.

115  Pasqui 1890, p. 240.

116  Béal 1991a, p. 287.

117  Pasqui 1907, p. 146.

118  Bellini 2007c, p. 69.

119  Letta 1984, p. 97-107, cat. nos 34-126. Les lits numérotés de 127 à 186 ne sont pas intégrés dans le classement. Il est également à signaler que certains éléments de lits que l’auteur avance comme étant en ivoire sont en réalité en os (cat. n° 12, Cabinet des médailles à Paris ; nos 19-20, provenant d’Aielli dans les Abruzzes et conservés depuis peu au Musée archéologique de Chieti, après avoir longtemps séjourné au musée des Termes de Rome), ou suscitent en tout cas de forts doutes, après examen (cat. n° 21 ; n° 23 ; n° 24, provenant de Pompéi).

120  Letta 1984, p. 82. Cette idée des modèles hellénistiques sera discutée dans la suite de ce chapitre.

121  Ibid. Le sens de cette expression, difficilement traduisible en français, pourrait se rapprocher de cette idée que le bas-relief empêche un rendu « de biais » pour l’œil, c’est-à-dire qui évite le rendu en perspective, permettant ainsi, si l’on en croit l’auteur, un rendu, une vue plus homogène des motifs.

122  C’est-à-dire qui, selon l’auteur, sont toujours « rendus de biais » : les figures en haut-relief se présenteraient toujours de biais par rapport à l’œil du spectateur.

123  Letta 1984, p. 85-88.

124  Nicholls 1979, fig. 3.

125  Letta 1984, p. 87.

126  Ibid., p. 88.

127  Ibid.

128  Ibid., p. 97, n. 1.

129  Ibid., p. 23-26, fig. 7-9.

130  Un premier inventaire global fut effectué en 1960.

131  Talamo 1987-1988. Deux années environ lui ont été nécessaires, selon ses dires. Je la remercie par ailleurs chaleureusement d’avoir accepté de me faire part de ses précieux conseils au cours d’un long échange qu’elle m’a accordé.

132  Fig. 16a et 16b. Une reconstitution partielle mais bien « réelle » sera proposée plus tard et exposée à la Centrale Montemartini à Rome (Talamo 2006, fig. 29-32).

133  Talamo 1987-1988, p. 76.

134  Ibid., p. 78-79. Voir sur le sujet la discussion en conclusion de ce chapitre.

135  Ibid., p. 81-83.

136  Par exemple, p. 86, avec les lits d’Aielli.

137  Ibid., p. 86-92.

138  Seront cependant évoqués en conclusion de ce chapitre des ouvrages sur le mobilier en ivoire et en os d’Alexandrie.

139  Faust 1989.

140  Nicholls 1991, par exemple, regrette que Sabine Faust n’ait pas intégré ceux présents en Angleterre…

141  Béal 1991a.

142  Cambrige : Nicholls 1979 ; Norcia : Pasqui 1890 ; Ancône : Brizio 1902 ; Fréjus : Béraud, Gébara 1986, p. 183-210 ; Aoste : Mollo Mezzena 1982, p. 263-265. Comme pour la plupart de ces lits, sont reconnaissables des thèmes décoratifs végétaux et dionysiaques, mais aussi nilotiques et militaires.

143  Béal 1991a, p. 286-287.

144  Ibid., p. 292.

145  Ibid., p. 293-294. Le lit en bronze exposé au musée du Louvre (daté de la seconde moitié du iie s. av. J.-C., Collection Pourtalès, 1865, inv. Br. 3673) en est un contre-exemple, car si la reconstruction est fiable, la hauteur des montants égale largement celle des lits ornés d’os.

146  Ibid., p. 291, fig. 3.

147  Bianchi 2000. Les premières notes sur le sujet furent publiées en 1962 (voir n. 1, p. 11 de l’ouvrage), puis développée plus tard (Bianchi 1998, p. 416-420) pour une exposition tenue à Crémone.

148  Actuellement exposés au Musée archéologique de Crémone.

149  Bianchi 2000, p. 121, fig. 28.

150  Nicholls 1979 pour le lit de Cambridge, Letta 1984 pour celui d’Amplero et Talamo 1987-1988 pour celui de l’Esquilin.

151  Copersino 2003, p. 159-163 (tombe 1), 163-181 (tombe 2), 194-207 (tombe 124), 220-234 (tombe 430), 240-253 (tombe 520), 307-319 et 333-364 (analyses).

152  Bellini 2007b ; 2008 ; Pracchia, Carcieri 2008 ; Bellini, Trigona 2013.

153  Nécropole occidentale, tombe no 6.

154  Voir supra p. 36.

155  Les résultats de la restauration furent présentés dès 2007 au RESTAURA - III Salone del Restauro dei Beni Culturali, à Venise (Bellini 2007c).

156  Voir aussi les restitutions graphiques dans Bellini 2008, p. 40, pl. 2, et Pracchia, Carcieri 2008, p. 50, pl. 1.

157  Bellini 2007b, p. 249 ; 2008, p. 43.

158  Bellini, Trigona 2013, p. 35. À la p. 41 sont proposées les toutes dernières années du ier s. av. J.-C. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une réutilisation, à près d’un siècle d’intervalle, n’aurait pas laissé de poser un problème majeur : un châssis en bois peut-il résister en un tel milieu et conserver une intégrité suffisante pour être à nouveau manipulé – voire sorti de la tombe –, nettoyé peut-être, afin d’accueillir et supporter un nouveau corps sans s’altérer ? Les archéologues n’ont signalé aucun indice de réfection ou de restauration antique, qui aurait probablement été décelé, vu l’état de conservation exceptionnel des éléments en os. Une réutilisation telle qu’avancée par les chercheurs aurait par conséquent semblé improbable.

159  Bellini 2008, p. 47.

160  Voir, par exemple, Kottaridi 2011, p. 83-88.

161  Pracchia, Carcieri 2008, p. 52-53 et 56.

162  Entre 16 et 17 cm pour le premier et 4,6 cm pour le second.

163  Revoir les lits de Cucuron, de Cambridge.

164  Voir infra p. 55-57, pour la composition générale des lits.

165  La position des montants encore en place lors de leur découverte ne permet pas d’en douter.

166  Une comparaison avec un lit en bronze de Modène – pl. XVIII, no 2 et décrit infra p. 69 et suiv. – confirme par l’emplacement en partie inférieure du cylindre figuré cette remise en question.

167  Delbarre-Bärtschi, Fischbacher, Krieg 2009.

168  Il semble qu’ils aient été utilisés jusque dans le courant du iie s. ap. J.-C., époque où un incendie les laissa à l’abandon.

169  Pour une définition du lit délien, voir chap. 2, n. 60, et p. 244.

170  Jockey 1999, ouvrage qui permet de confirmer une mise en parallèle.

171  Ibid., p. 193-196. Voir supra p. 19, n. 13.

172  Sur la question du luxe, voir Partie III, p. 243 et suiv.

173  Rappelons ici, rapporté par les auteurs anciens, que hors l’os, l’ivoire ou le bronze, les placages pouvaient aussi être constitués d’écaille de tortue, d’or, d’argent ou de bois précieux, associés à l’ivoire, pour les lits de luxe ; ou encore de stuc pour de plus modestes exemplaires, comme le montre une récente découverte dans la nécropole romaine de Cumes (inv. 39408, Cormier à paraître a). Une tombe de Bolsena dans le Latium a même livré un lit dont les quatre montants presque intégralement conservés étaient faits de gypse tourné et le cadre plaqué d’os (Sordini 1893).

174  Petrie 1927, pl. XL, no 14. Ces montants, indiqués « d’époque romaine » par Petrie, sont probablement à dater du iie ou du iiie s. apr. J.-C. Pour davantage de détails voir, infra p. 114 et suiv.

175  Filow 1934, p. 122-125, fig. 147-149 ; Kyrieleis 1969, p. 126-131, pl. 17, nos 3-4.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search