Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Première partie. Les lits antiques: état des connaissances

Avant-propos

Texte intégral

1Le lectus latin (la klinè grecque) a fait depuis le xixe siècle l’objet de plusieurs études. Les approches ont différé et évolué avec le temps, mais aussi selon les contextes archéologiques, les lieux et les époques historiques abordés. La découverte et l’étude des lits de Cumes m’ont conduit à parcourir les publications rassemblant les connaissances acquises depuis deux siècles, et leur observation m’a convaincu d’entreprendre une étude de cette bibliographie de manière diachronique afin de rendre compte de son évolution et de dégager un bilan des ressources, tout en gardant à l’esprit son caractère partiel, du fait de la nature de l’échantillon et d’un accès incomplet à l’ensemble des données. Du reste, l’ambition d’inventorier la totalité des occurrences de lits antiques aurait inévitablement présenté le risque d’en omettre. À moins en effet de faire le tour de tous les musées, de leurs réserves, des dépôts des chantiers de fouilles et des sites archéologiques, d’explorer l’ensemble du bassin méditerranéen et de suivre les voies antiques jusqu’en Afghanistan, d’égrainer toutes les bibliothèques, prétendre à l’exhaustivité serait impossible. La démarche entreprise a tout de même consisté en une recherche la plus systématique possible, et lorsque je ne pouvais me déplacer sur les lieux mêmes de conservation des objets, j’en remettais la connaissance à la lecture des publications : il m’a semblé intellectuellement plus cohérent de n’inclure dans ce travail que ce que j’avais eu entre les mains (objets ou ouvrages), et non ce qui pouvait être rapporté par d’autres et auquel je n’avais pas eu accès directement. La documentation réunie constitue cependant un ensemble suffisamment vaste pour en tirer certaines observations représentatives de ce qu’était un lit dans l’Antiquité.

  • 1  Tel est le cas, par exemple, du lit décoré d’os travaillé conservé à New York : bien que fréquemme (...)

2Présenter une bibliographie commentée soulève la question de la classification : le fil des découvertes entre lectures, musées et dépôts s’est tissé progressivement selon un ordre pour le moins aléatoire. Tout l’intérêt de cette recherche s’est manifesté par des bonds en avant, des retours en arrière, des surprises qui confirmaient les hypothèses échafaudées, des déceptions qui en infirmaient d’autres… La lecture d’un ouvrage récent comportait par exemple le risque de dévoiler un mystère qu’avait suscité une découverte ancienne, et l’étude qui l’avait suivie de près… ou bien au contraire par quelques simples allusions elle en aiguisait la curiosité1.

Notes

1  Tel est le cas, par exemple, du lit décoré d’os travaillé conservé à New York : bien que fréquemment cité dans les publications, il n’a pas fait l’objet d’une étude récente, et même une éventuelle publication plus ancienne, liée par exemple à la restauration de 1917, reste pour le moment introuvable. Citons également le lit découvert à Orvieto, en Italie, et conservé à Chicago, au sujet duquel les références bibliographiques sont bien minces et succinctes : Caroline L. Ransom est la première et la seule à en avoir fait l’étude, en 1905, mais à partir d’une restauration singulièrement erronée (Ransom 1905, p. 102-108, pl. XX-XXVI) ; Cesare Letta le cite de nombreuses décennies plus tard dans son catalogue (Letta 1984, cat. nos 105-106, p. 100), ou encore Christiane Piccot-Boube dans le sien (Piccot-Boube 1960, p. 275, no 10).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search