Version classiqueVersion mobile

Lectus eburneus

 | 
Anselme Cormier

Préface

Jean-Pierre Brun

Texte intégral

intraque lectus eburneus auro ac purpura stratus
« et au milieu un lit d’ivoire tendu d’or et de pourpre »
Suétone, Caesar, LXXXIV, 1

1L’antique ville de Cumes, située à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Naples, n’est pas une quelconque cité morte : c’est là que, selon de vieilles légendes magnifiées par l’Énéide de Virgile, Énée fuyant Troie aborda le rivage de l’Italie pour aller fonder Rome, promise à devenir maîtresse du monde. Tour à tour agglomération italique, colonie grecque, ville samnite, puis romaine et byzantine, Cumes connut un brillant destin au cours du premier millénaire av. J.-C. et du millénaire suivant, avant d’être abandonnée au xiiie siècle de notre ère. Cette vaste cité a fait l’objet de fouilles archéologiques depuis le xviie siècle et s’est toujours montrée généreuse en découvertes. C’est dans la continuité de nos chantiers de 2003-2005 qu’Anselme Cormier prend en charge les fragments d’ivoire brûlés qui décoraient des lits funéraires, trouvés dans des mausolées de la nécropole romaine située dans la partie septentrionale de la ville. De cet ensemble d’objets, dont l’intérêt apparaît de prime abord secondaire, un examen approfondi révèle l’importance majeure, du double point de vue historique et anthropologique.

2En partant de l’étude minutieuse de trois lits détruits par les flammes des bûchers funéraires et réduits en milliers de fragments, Anselme Cormier s’engage dans une analyse très fine des pratiques sociales des classes dominantes d’une grande cité romaine, en mettant en évidence la place centrale que les lits funéraires occupent dans notre compréhension des funérailles aristocratiques locales, et leur caractère ostentatoire. C’est ainsi qu’après avoir déployé des efforts considérables pour fouiller et vider le comblement de la chambre funéraire du mausolée « à la Sphinge », nous avons eu la bonne surprise de constater que les pilleurs n’étaient pas parvenus à atteindre le sol de la chambre, où tout était resté intact. Les sépultures, avec leur mobilier, avaient été préservées grâce à leur immersion dans la nappe phréatique. Ce secteur ouest de la nécropole est en effet en permanence immergé, ce qui n’est pas le cas de la zone centrale où toutes les chambres funéraires ont été vidées, notamment par le chanoine Andrea de Jorio au début du xixe siècle. Finalement, cette particularité nous offre un tableau presque complet des tombes des classes dominantes de Cumes. Presque complet car si nous pouvons étudier les rites funéraires, le mobilier et, pour une bonne part, l’architecture et la décoration des deux mausolées en question, nous manquons souvent d’informations sur les défunts. Dans le cas présent, grâce à une inscription trouvée plusieurs années après la fouille, nous connaissons l’identité de la propriétaire du mausolée circulaire, qui fut brûlée sur un lit d’ivoire. Quant à l’autre, celui dit « à la Sphinge », qui renfermait deux lits d’ivoire, nous sommes en présence d’un tombeau érigé sur ordre du sénat du municipe pour un personnage qui était promis à une brillante carrière, puisqu’à peine âgé de seize ans, il avait revêtu la magistrature la plus haute de la cité, celle de préteur.

3Mais revenons à la question de départ : que nous apprennent ces trois lits sur les funérailles ostentatoires des aristocraties locales à la toute fin de la République et au début de l’Empire ? En confiant cette question à Anselme Cormier, j’avais certes l’intuition que les lits constituaient un aspect important du cérémonial, mais c’est lui qui a su établir, par une investigation à la fois historiographique, historique et archéologique, non seulement la signification sociale de ces lits d’apparat, mais aussi le message qu’ils véhiculaient. Les trois lits de Cumes étaient décorés d’ivoire sculpté et ils avaient été fabriqués pour être montrés, puis brûlés en public. Il s’agissait de manifester publiquement que la famille était suffisamment fortunée et puissante pour élever des monuments et perpétuer la mémoire de ses membres, mais aussi pour frapper les imaginations par des funérailles qui se voulaient à la hauteur de celles des dictateurs et des imperatores, eux aussi brûlés sur des lits à décor d’ivoire. Cette pratique renvoie bien sûr à la consommation ostentatoire de produits de luxe importés de l’Inde fabuleuse (l’ivoire, les pierres précieuses, les perles) et de l’Arabie heureuse (la myrrhe et l’encens). Cumes et Pouzzoles étaient à cet égard particulièrement bien situées pour qu’on pût s’y procurer ces marchandises car elles en constituaient le point d’arrivée, en provenance de la mer Rouge, après leur transit par Alexandrie.

4Anselme Cormier parvient à distinguer rigoureusement les lits d’apparat à décor d’ivoire de leurs imitations en os ou même en stuc, qui sont infiniment plus nombreuses et se trouvent associées, à Cumes même et partout ailleurs, à des monuments funéraires de moindre importance. Le lit d’ivoire est donc l’un des signes distinctifs des personnages de haut rang qui ont eu l’ambition de jouer les premiers rôles dans leur cité, à l’imitation de l’empereur à Rome. De ce point de vue, cette publication constitue une avancée majeure dans la connaissance des funérailles publiques des hauts magistrats locaux, et dans leur conception même, le faste déployé à cette occasion se caractérisant par des œuvres d’art en ivoire détruites de la manière la plus ostentatoire. C’est ainsi que le travail de l’archéologue permet de retrouver une réalité dont la splendeur et la portée nous auraient sans cela échappé.

5Toulon, mai 2022

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search