Version classiqueVersion mobile

Manger, boire, se parfumer pour l'éternité

 | 
Dominique Frère
, 
Barbara Del Mastro
, 
Priscilla Munzi
, 
et al.

Les produits pharmaceutiques

À propos de deux vases inscrits du Louvre. À la recherche d’une pharmacopée étrusque

Dominique Briquel et Dominique Frère

Résumé

Le musée du Louvre possède deux petits vases globulaires sans anses à col allongé, issus de la collection Campana et provenant vraisemblablement des fouilles entreprises par le marquis sur le site de Cerveteri, portant inscrits l’un le terme CUPRUM, l’autre le terme RUTA. Ces deux inscriptions ont été parfois attribuées à l’osque, souvent considérées comme fausses, tandis que les vases étaient datés d’une période tardive. Mais le caractère étrusque de ces documents ne fait pas de doute, leur authenticité ne paraît pas contestable, les vases – même s’ils relèvent d’une catégorie de céramique encore mal étudiée – remontent à l’époque archaïque. Les mots cuprum et ruta sont donc à considérer comme étrusques mais sont des mots d’emprunt, transcrivant les dénominations grecques du henné et de la rue. Ces deux vases ont dû contenir des produits liquides ayant pour base ces deux plantes. Des analyses biomoléculaires, menées en novembre 2011 dans le cadre du programme Perhamo/MAGI, ont permis d’apporter quelques précisions sur les contenus de ces vases. Ils sont formés d’une base grasse composée, pour l’un, de graisse animale (celui avec inscription RUTA) et, pour l’autre, d’huile végétale (avec un produit laitier et de l’oléorésine de conifère). La rue représentait le principe actif d’un liniment tandis que le henné a sans doute servi à la fabrication d’une huile médicinale faisant office d’embrocation. On s’interrogera ici sur la signification de ces deux produits, connus pour leur usage médicinal, dans la tombe où ils avaient été placés – puisqu’il est hors de doute que les deux vases ont été trouvés dans une tombe et, de facture identique, ont appartenu à un même mobilier funéraire.

Texte intégral

  • 1  Voir l’article de Luigi Taborelli dans ce volume, avec la bibliographie.
  • 2  Coulié et al. 2017.

1Les inscriptions peintes sur les vases faisant mention de leurs contenus sont relativement rares en Méditerranée archaïque et plus particulièrement quand il s’agit de petits vases pour medicamenta/aromata. Les micro-conteneurs à vocation médicinale portant la mention « lykion »1 ne font leur apparition qu’à l’époque hellénistique et, pour les périodes précédentes, il n’est pas toujours aisé de connaître la fonction réelle des innombrables petits conteneurs en céramique que sont les aryballes, alabastres, lécythes, askoi et gutti. Le recours aux analyses moléculaires de contenus permet dans certains cas de préciser la fonction liée aux parfums ou à la santé des petits vases en céramique, comme c’est le cas pour les aryballes, alabastres, le kernos, le lydion et l’exaleiptron provenant d’une tombe archaïque rhodienne2. Dans ce contexte, les deux lécythes archaïques étrusques du musée du Louvre, chacun avec inscription peinte relative à un matériau végétal supposé représenter l’élément principal d’une recette de parfum ou de médicament, font figure d’exception et s’avèrent d’une grande importance scientifique. L’étude croisée de la morphologie des vases, de leurs inscriptions et de leurs contenus permet de préciser, sans guère de doute, leur fonction médicinale.

Les vases et leurs inscriptions (D.B.)

  • 3  Voir Briquel 2016, p. 253-256, cat. 100, pour le vase D 134 et p. 257-259, cat. 101, pour le vase (...)
  • 4  Cataloghi Campana, I, séries 9-10, salle I, no 60
  • 5  Pottier 1897, p. 39.
  • 6  Pottier 1899, p. 397.
  • 7  Lejeune 1958, p. 90, nos III-IV.
  • 8  TLE, 870-871.
  • 9  ET, Cr 0.45-46.

2Les vases D 134 et 135 du Louvre sont connus depuis longtemps. Ce sont deux petits vases à panse globulaire, dépourvus d’anses et munis d’un long col cylindrique qui ont appartenu à la collection Campana3. L’un d’eux (celui portant l’inscription ruta) était déjà signalé dans les cataloghi Campana4, tous deux firent l’objet d’une fiche rédigée par Adrien de Longpérier, conservateur des antiques au Louvre, lors de l’entrée dans le musée des pièces de la collection, tous deux furent ensuite décrits par Pottier en 1897 dans ses Vases antiques du Louvre5, puis évoqués dans son catalogue de 18996. Michel Lejeune les étudia en 1958 dans son article sur les inscriptions vasculaires étrusques du Louvre7 et depuis les inscriptions qu’ils portent figurent dans les répertoires d’épigraphie étrusque, les Testimonia Linguae Etruscae de M. Pallottino (dans son édition complétée de 1968)8 et les Etruskische Texte de Helmut Rix et ses collaborateurs dont une nouvelle édition est parue en 2014 sous la direction de Gerhard Meiser9. Par ailleurs, la lecture des uniques mots cuprum et ruta, qui se voient, peints sur la panse de chacun de ces vases, ne pose aucun problème.

  • 10  Pottier 1897, p. 29, se référant à « l’avis de M. Michel Bréal ».

3Néanmoins on ne peut pas dire qu’ils aient été jusqu’ici toujours pris en considération comme ils le méritaient et plusieurs indications fausses données à leur sujet, qu’on trouve parfois encore dans la littérature récente, demandent à être corrigées. Déjà, on n’a pas toujours considéré ces documents comme étrusques. À la fin du xixe siècle, le linguiste Michel Bréal, auquel se référait Pottier dans les notices qu’il leur consacra, voulait y voir de l’osque : il faut avouer qu’il avait une propension à voir partout de l’osque, puisqu’il faisait de même pour le calice C 54, portant le nom de Lucius Mézence, dans une inscription parlante du type le plus classique en étrusque, mi laucies mezenties10. Mais l’attribution à l’osque est insoutenable (indépendamment même du fait que ces vases, nous le verrons, furent découverts à Cerveteri et relèvent d’une production étrusque). La graphie est étrusque, non osque. Dans ruta, le R de forme P aurait dans cette écriture la valeur de [d]. Dans cuprum, le P a une forme qui n’existe pas en osque, puisque cette lettre est du type Π, et, outre le R de forme P qui aurait la valeur de [d], le C aurait celle de [g].

  • 11  Verbanck-Piérard, Massar, Frère 2008, p. 362, I.2.
  • 12  Une production dans la zone de Volsinies a été avancée, mais sans que soit exclue l’existence d’au (...)

4Par ailleurs, ils furent considérés à tort comme d’époque tardive. Pottier, il est vrai, n’avançait aucune datation et pas davantage M. Lejeune. Mais, dans les TLE, les deux objets étaient définis comme Aryb(allus) rec(ens) et, dans les ET (y compris dans l’édition de 2014), comme vas rec(ens). Il faut suivre l’indication qui est donnée dans la publication du catalogue de l’exposition de Mariemont en 2008 (pour celui portant l’inscription cuprum) : cette pièce est attribuée avec raison à l’« époque archaïque »11. Il est vrai que ces deux vases relèvent d’une catégorie de céramique peinte à décor de bandes qui reste encore mal connue12. Mais il convient certainement d’y voir une production de la fin du vie siècle ou du ve siècle av. J.-C., réalisée en Étrurie méridionale, et non d’une époque postérieure.

5Dernière erreur à corriger : M. Lejeune avait rangé ces documents dans la catégorie des « Inscriptions peintes d’authenticité incertaine ou douteuse ». Cette suspicion passa dans les recueils épigraphiques ultérieurs : les TLE les accompagnaient de la mention suspectus et on lit dans les ET (y compris dans leur seconde édition) susp(ectus). Mais cette méfiance n’a pas de raison d’être : même si la couleur en paraît différente aujourd’hui, l’inscription a été peinte avec la même peinture que le reste du décor. Il n’y a aucune raison de considérer ces épigraphes comme inauthentiques.

  • 13  Le mot mlaχ apparaît dans des inscriptions, mais dans des formules où il n’est pas isolé. Voir Ago (...)
  • 14  Sur l’origine du mot, André 1985, p. 85 ; le nom scientifique moderne est lawronia inermis.
  • 15  Les ateliers de parfumerie de Pylos en faisaient déjà usage au xiiie siècle av. J.-C. (Shelmerdine (...)
  • 16  De materia medica, 1, 95.
  • 17  Histoire naturelle, 12, 51, 109.
  • 18  Le mot est attesté à travers le diminutif leχtumuza en ET, OA 2.2.
  • 19  Colonna 1973-1974 (= Colonna 2005, p. 1773-1785), respectivement p. 145 (= p. 1781), p. 138 (= p.  (...)

6Il convient donc d’attribuer les deux mots qu’ils portent, cuprum et ruta, à l’étrusque et de les faire entrer dans le vocabulaire étrusque que nous connaissons. Car leur sens ne suscite aucun doute : ce sont deux termes qui relèvent du domaine de la botanique, cuprum est le nom du henné et ruta celui de la rue. Pour cuprum, on avait il est vrai été chercher d’autres explications. Dans la fiche d’entrée au Louvre, Longpérier rappellait que « cyprum signifie bon dans la langue des Sabins », avec référence à Varron, De lingua latina, 5, 129. Mais on ne voit pas ce que viendrait faire sur cet objet un mot isolé signifiant « bon » (d’autant plus que nous savons que « bon » se dit mlaχ en étrusque)13. Michel Bréal, pour sa part, d’après ce que Pottier rapportait dans son ouvrage de 1987, avait préféré y reconnaître un mot tronqué, qui aurait été sous sa forme complète cypr[in]um : ce terme aurait désigné « un onguent ou de l’huile venant de Chypre ». On aurait donc eu affaire à un renvoi à la grande île de la Méditerranée orientale. Même si l’idée du nom d’un onguent ou huile paraît exacte, ni l’idée d’un mot incomplet, ni celle d’un terme signifiant « chypriote » n’emportent la conviction : il est plus simple de penser à une transcription de ce qui est en grec κύπρος et correspond à la dénomination du henné dans cette langue, qui l’a emprunté aux langues sémitiques (on a keper en hébreu)14, parlées dans certaines des zones (avec l’Égypte) dans lesquelles les Grecs se procuraient ce produit, en un commerce dont on a la trace dès l’époque mycénienne15. Dioscoride affirmait que le meilleur henné était celui qu’on faisait venir d’Ascalon sur la côte palestinienne et de Canope en Égypte16, tandis que Pline l’Ancien soutenait que la première qualité provenait de Canope, la deuxième d’Ascalon, la troisième de l’île de Chypre17. Il est vrai que cuprum a une finale en –um, non en –us comme il serait attendu dans cette langue qui ignore le [o] si le mot était le rendement étrusque du nominatif grec κύπρος. Mais il est fréquent dans cette langue qui, pour les noms, regroupe le nominatif et l’accusatif en un unique cas direct, que les termes d’origine étrangère soient empruntés sous la forme de l’accusatif (et donc ici κύπρον) et non du nominatif. On en a plusieurs exemples dans le lexique des noms de vases : le grec λήκυθος apparaît sous la forme lectum18, ce qui a dû être la forme κῶθος sous la forme qutum, πρόχους sous la forme prucum19. Quant à la terminaison en –m de l’étrusque cuprum par rapport à ce qui était en grec un accusatif κύπρον avec un –n final, il répond au fait que l’étrusque privilégie la nasale labiale [m] en finale et non la nasale dentale [n] (on a ainsi trois exemples de qutum en face d’un seul de qutun). Le terme cuprum peut donc être compris comme le mot signifiant « henné » en étrusque.

  • 20  La forme ῥυτή est connue par Nicandre, mais la forme dorienne originelle devait avoir un [a] final (...)
  • 21  Sur l’origine du mot, Ernout, Meillet 1959, p. 583 ; André 1985, p. 221.
  • 22  Sur ces mots, Ernout, Meillet 1959, p. 578 (ruber), 579 (rufus), 583-584 (rutilus).

7En ce qui concerne le mot ruta, il est la simple reprise du nom qui était donné à la rue dans le dialecte dorien20, ῥυτά, qui est passé tel quel en latin21 et, ce document nous le montre, également en étrusque. En revanche, il n’y a pas de raison de retenir le rapprochement avec des mots latins signifiant « rouge », comme ruber, rufus et surtout rutilus avec un [t], auquel Bréal (qui, rappelons-le, considérait que la langue était de l’osque, non de l’étrusque) semble avoir pensé. Dans son ouvrage de 1897, en effet, Pottier avançait, « d’après l’explication due à l’obligeance de M. Michel Bréal », l’hypothèse que le mot ait désigné « sans doute une couleur rouge servant de fard ou de condiment pour épicer les mets ou donner du bouquet au vin » et il reprenait cette double hypothèse dans son ouvrage de 1899, en mélangeant d’ailleurs le cas de ruta et celui de cuprum du no 101, signalant que ces « mots de langue osque », que « M. Bréal a(vait) cru reconnaître », « désigna(ie)nt peut-être des onguents ou des condiments autrefois enfermés dans ces fioles ». De cette formulation vague (et où la référence à des onguents du Catalogue de 1899 se rapporte à ce qui avait été dit dans Vases du Louvre en 1897 non pour ruta, mais pour cuprum), il ressort que Bréal avait dû penser pour ruta à un rapprochement avec les termes de la famille de ruber, rufus, rutilus qui présente une forme rut– de la base22. Cette explication est à rejeter. Néanmoins l’idée, avancée par Bréal et reprise par Pottier, que le mot ait désigné un produit contenu dans le vase est à retenir : mais il s’agit alors, tout simplement, de la rue, selon la dénomination, empruntée au grec, que cette plante portait également en latin.

  • 23  Un fragment de panse d’un grand vase en impasto de la fin du vie siècle av. J.-C. trouvé à Tarquin (...)
  • 24  L’authenticité de l’inscription, avec le terme parallèle elaivana, qui se lit sur l’aryballe ET2, (...)
  • 25  Dans Pottier 1897, p. 39, pour cuprum, l’auteur parlait d’« onguent ou d’huile », pour ruta, d’« u (...)

8Quel sens peuvent donc avoir des désignations du henné et de la rue sur les deux vases du Louvre ? Il est clair, comme Pottier et Bréal l’avaient compris, que ces mots se réfèrent au contenu de ces récipients, qui se trouve ainsi exceptionnellement exprimé dans une désignation unique23, sans que celle-ci fasse intervenir d’autres éléments, comme on le voit dans la formule mlakas sela aska eleivana qui se lit sur l’aryballe du troisième quart du viie siècle av. J.-C. ET, Fa 2.3 et indique vraisemblablement que cet « askos d’huile » a fait l’objet d’un cadeau à une personne qualifiée de « bonne »24. Pottier parlait d’onguent, d’huile, de fard ou de condiment, songeant donc à un parfum, un produit cosmétique, voire une substance médicinale ou un aromate25. Comme il paraît certain que les substances que ces vases avaient servi à recueillir étaient respectivement du henné et de la rue, il nous faut préciser à quelle fonction ces produits, dans le cas précis des deux récipients du Louvre, avaient pu être destinés. Pour cela, il convient d’examiner en détail ce qu’en disent les auteurs anciens, et notamment les notices que Pline l’Ancien leur avait consacrées dans son Histoire naturelle et les indications qu’on trouve dans le traité Des odeurs de Théophraste ou la De materia medica de Dioscoride.

  • 26  Ces auteurs traitent des caractères du henné dans Histoire naturelle, 23, 46, 90-91 et De materia (...)
  • 27  Pédagogue, 2, 8 c et d.
  • 28  Pédagogue, 2, 8 c.
  • 29  Sur les odeurs, 31.
  • 30  Sur les odeurs, 55.
  • 31  Histoire naturelle, 12, 51, 109.
  • 32  Respectivement De materia medica, 1, 55 et Sur les odeurs, 25-26.
  • 33  Pour les aspects techniques, on se reportera à Bodiou, Frère, Mehl 2008, en particulier R. Touzé, (...)

9S’agissant du henné, cette plante était surtout connue (outre sa capacité à teindre les cheveux en blond, rappelée par Dioscoride et Pline26) comme parfum. D’ailleurs le même terme, κύπρος en grec, passé sous la forme cyprus en latin, désignait à la fois l’arbuste et le parfum tiré de ses fleurs – Dioscoride étant le seul à distinguer le végétal et le produit qui en était issu, celui-ci étant désigné chez lui par le dérivé κυπρίνον, alors que Théophraste, Pline et Clément d’Alexandrie27 ne faisaient pas cette distinction. Ce parfum comptait parmi les plus appréciés, au témoignage de Clément d’Alexandrie, qui l’évoquait dans un passage du Pédagogue où il fustigeait l’usage que les païens faisaient des substances odoriférantes28. De son côté, Théophraste disait qu’il était de ceux qui coûtaient le plus cher29, bien qu’il fût très volatil et que l’odeur qu’il dégageait se dissipât rapidement30. Le parfum était obtenu au terme d’un traitement compliqué, que Pline exposait rapidement31, mais que Dioscoride et Théophraste décrivaient en détail32 : il fallait laisser macérer les fleurs dans l’huile, mais pas trop longtemps, précisait Théophraste, pour éviter que la qualité du parfum fût altérée par le pourrissement des fleurs ; on ajoutait des aromates, par exemple de la cardamome et de l’alhagi qu’on avait laissé préalablement macérer dans du vin doux. La préparation reposait donc sur le principe de l’enfleurage à froid, l’élément odoriférant étant mélangé avec un excipient qui lui servait de support et de vecteur, en l’occurrence de l’huile33.

  • 34  Histoire naturelle, 23, 46, 90-91.
  • 35  Dans le même sens, Théophraste, Sur les odeurs, 50.

10On pourrait dans ces conditions avoir affaire, avec cette pièce des collections du Louvre, à un vase à parfum classique, objet qu’on s’attend à trouver dans une tombe comme celle d’où il doit provenir – puisque, nous allons revenir sur ce point, il est à peu près sûr qu’il avait appartenu à un mobilier funéraire – et notamment dans une tombe féminine, puisque de tels objets font partie du mundus muliebris. Dans ce sens, l’idée, avancée par Pottier, qu’il se fût agi d’un parfum ou d’un fard est recevable. Mais ce n’est pas la seule utilisation possible du henné dans l’Antiquité. Ce végétal avait également des propriétés médicinales. D’après Dioscoride (et l’exposé parallèle de Pline34), ses feuilles avaient un pouvoir astringent, si bien qu’on cherchait à guérir les aphtes en les mâchant et qu’on les appliquait sur la peau pour traiter les ulcères et les abcès ; sous forme de décoction, on y avait recours contre les brûlures ; la fleur, en lotion avec du vinaigre, était utilisée pour soigner les maux de tête35 et l’huile qu’on en tirait, pour réchauffer et relâcher les nerfs.

11Or, on ne peut pas aborder le cas du vase avec inscription cuprum indépendamment de celui, tout à fait semblable, qui porte l’inscription ruta, et qui a donc dû servir à contenir un produit à base de rue. S’agissant de rue, une fonction de parfum est exclue : son appellation actuelle de « rue fétide », voire de « rue puante » traduit bien l’impression négative qu’on ressent à son odeur, il ne serait venu à l’idée de personne d’y avoir recours dans la parfumerie. Un autre mode d’utilisation, il est vrai, qui n’existait pas dans le cas du henné peut être envisagé. La rue connaissait un usage dans l’alimentation : c’est d’ailleurs ce à quoi Pottier faisait allusion lorsqu’il parlait de « condiment pour épicer les mets ou donner du bouquet au vin ».

  • 36  Voir André 1961, p. 221-222 ; pour l’usage des fruits, Apicius, 10, 3, 8 et 4, 2 (André 1961, p. 2 (...)
  • 37  Données et références dans André 1961, respectivement p. 200, 202, 167-168.
  • 38  Histoire Naturelle, 19, 45, 156.
  • 39  Voir André 1961, p. 203-204. L’auteur soulignait sur ce point la différence du goût des Romains et (...)

12De nos jours, sans doute, l’usage culinaire de la rue, en dehors de la cuisine éthiopienne, est-il des plus réduits (son utilisation pour donner du goût à la grappa restant un phénomène marginal !). Mais ce n’était nullement le cas dans l’Antiquité et c’était un ingrédient important dans la cuisine romaine. Dans les Excerpta d’Apicius, la rue figurait en bonne place dans la liste des épices que le parfait cuisiner se devait d’avoir à sa disposition, à la fois sous forme de semences et de baies36. Sous cette double forme, elle servait à la confection de plats comme le moretum, à base de fromage, à la conservation des aliments, et, ce à quoi Pottier faisait allusion, était appréciée pour donner du goût au vin37 : cet usage remontait à 133 av. J.-C., année où, aux dires de Pline, le consul Cornelius Cethegus avait fait distribuer au peuple du mustum rutatum, vin aromatisé à la rue, en lançant ainsi la mode38. Ce n’étaient là que des aspects d’une utilisation plus générale et J. André écrivait dans son ouvrage sur la cuisine romaine : « La rue tenait une grande place dans l’assaisonnement des Romains, en bouquet pendant la cuisson ou dans les sauces. On en mettait dans les olives à mariner, dans le moretum et jusque dans les entremets sucrés. C’était une plante très appréciée, à laquelle Martial fait souvent allusion, et que l’on cultivait dans tous les jardins, peut-être aussi parce que ses feuilles persistent pendant l’hiver »39. Si les Romains ont été à ce point des amateurs de rue pour parfumer leurs mets, on peut penser qu’il en avait été de même pour leurs voisins étrusques – même si on doit reconnaître qu’on n’en a aucune indication directe (et si, comme le relevait J. André, les Grecs, eux, n’en avaient pas fait usage).

  • 40  On consultera ce texte dans l’édition de J. André, Collection des Universités de France, Paris, 19 (...)

13Cependant, ce n’est pas uniquement à un ingrédient culinaire qu’on peut penser. Ce n’est pas seulement, ni même essentiellement à des fins en liaison avec l’alimentation que cette plante était cultivée dans l’Antiquité. À côté de son appellation de « rue fétide » ou « rue puante », elle porte aussi de nos jours celle de « rue officinale », ce qui témoigne de son importance dans la pharmacopée, quand bien même – mais elle est loin d’être la seule plante pour laquelle ce double aspect de toxicité et de vertus curatives existe – elle constitue, à fortes doses, un poison et sa sève peut provoquer des brûlures de la peau. Sous Charlemagne, le capitulaire De villis prescrivait qu’elle fût cultivée dans les jardins de tous les monastères. Les Anciens avaient bien conscience des qualités médicinales de la rue et le chapitre que Pline l’Ancien consacre à cette plante dans son Histoire naturelle, en 20, 51, 131-14340, commence par l’affirmation : In principibus autem medicaminibus ruta est, « La rue est au nombre des principaux médicaments ». Son développement, d’une ampleur remarquable, consiste à passer en revue les très nombreux cas où on y avait recours pour les problèmes de santé les plus divers. Selon les cas, consommée sous forme de feuilles dans une décoction à base de vin ou appliquée sous forme d’un mélange avec du miel, elle constituait un antidote contre les poisons, les champignons vénéneux, les morsures de serpents (132), les piqûres de scorpions, araignées, abeilles ou guêpes, les morsures de chiens enragés, son odeur suffisant à faire fuir les bêtes malfaisantes (133). Son suc étant appliqué aux yeux, mêlé avec du miel ou du lait ou mélangé avec de la semoule, ou encore seul, ou ses feuilles étant mangées avec du pain, la rue était réputée avoir des effets bénéfiques pour la vue (134-135). Bue avec du vin ou appliquée avec du vinaigre et de l’huile, ou encore avec de la farine d’orge et de l’huile, elle était censée agir contre les maux de tête et être efficace contre les indigestions et douleurs stomacales (135). Appliquée ou bouillie et absorbée dans du vin, elle fournissait un traitement contre les affections de la matrice des femmes, l’hydropisie, les douleurs de la poitrine, la toux, l’asthme, les douleurs au foie ou aux reins et constituait un remède contre l’ivresse (136). Respirée ou en application, elle soignait les hémorragies internes et les saignements de nez, tandis que son suc versé dans l’oreille, seul ou avec du vin ou de l’huile, était utilisé pour soulager les douleurs et autres problèmes auriculaires (137). Respirée ou mangée ou bue avec du vinaigre, elle servait à traiter les cas de phrénésie, léthargie, épilepsie et les accès fébriles (138). On lui reconnaissait des vertus diurétiques, emménagogues, on lui attribuait la capacité d’expulser les fœtus morts quand on la buvait avec du vin noir, elle était considérée comme efficace contre les troubles cardiaques, l’occlusion intestinale, les expectorations purulentes ou sanglantes (139). Absorbée dans du vin, elle servait à soigner la dysenterie, l’essoufflement, l’effet des chutes et un liniment obtenu en mélangeant ses feuilles à l’huile était utilisé contre les engelures (140). On en usait sous forme de liniment contre la lèpre, les verrues, les scrofules, l’érysipèle, l’anthrax, les affections des seins et des parties sexuelles masculines (141), les hernies, les fractures (142). On savait aussi que son action pouvait provoquer des avortements et qu’elle avait un effet contraceptif (142). Le chapitre de Pline se termine sur le fait qu’on s’en servait pour soigner les animaux autant que les hommes (143).

14Un vase comme celui du Louvre est bien évidemment plus adapté pour contenir un liquide que des graines ou des baies, et à plus forte raison des feuilles, auxquelles on avait recours pour l’usage culinaire de la rue. Son embouchure montre qu’il était destiné à une substance fluide (huile, crème ou onguent). Or cela répond à l’utilisation médicinale de la plante. À l’époque de Pline, on en conservait, nous dit-il, le suc dans des boîtes de cuivre (131). Mais on a pu utiliser des contenants en terre cuite, d’autant plus que l’utilisation curative de la rue se faisait le plus souvent en en versant le suc ou en en laissant décanter les feuilles dans un liquide. Ce liquide pouvait être du vinaigre, évoqué par le naturaliste pour les cas de piqûres et morsures (133), céphalées (135), phrénésie, léthargie (138), troubles cardiaques (139), érysipèle, anthrax (141), voire pour les animaux qui avaient avalé une sangsue (143). Ce pouvait être également de l’huile, citée pour les cas de maux de tête (135), troubles de l’oreille (137), occlusions intestinales (139), après une chute et contre les engelures (140) et l’érysipèle (141). Mais c’est surtout au vin qu’on avait recours comme support liquide : Pline en parle pour la confection des contrepoisons (132), pour soigner les piqûres et morsures (133), pour fournir un repoussoir contre les serpents et autres animaux malfaisants (134), pour guérir les maux de tête (135), pour traiter l’hydropisie, les douleurs de poitrine, la toux, les problèmes pulmonaires, les affections du foie et des reins, les frissons, les coliques et même pour prévenir l’ivresse (136), également pour soigner certains maux d’oreille (137), provoquer l’expulsion des fœtus morts (139), traiter la dysenterie, les effets des chutes (140). On peut donc concevoir que le mode de conservation de la rue ait été de la garder dans un liquide jouant le rôle d’excipient, comme de l’huile ou du vin. Dans ces conditions, si le terme ruta qui se lit sur ce vase a bien désigné la rue en étrusque comme en latin, il a dû s’appliquer à un mélange dont la rue n’avait été que le principe actif, mêlé à un excipient liquide.

15Ainsi, le henné peut avoir une fonction cosmétique, mais ce n’est pas le cas de la rue ; la rue peut avoir une fonction culinaire, mais ce n’est pas le cas du henné. Or nos deux vases sont de facture strictement identique, ils forment une paire, tant par la forme, le décor, le fait qu’ils portent inscrit le nom du produit qu’ils ont servi à contenir. Il est nécessaire que leur fonction ait été la même dans les deux cas : or la seule utilisation que le henné et la rue aient eue en commun et celle comme plantes médicinales. L’association des deux produits, et des récipients où ils étaient conservés, suggère qu’on soit en présence d’un usage médical, relevant de la pharmacopée.

  • 41  Briquel 2014.

16Il est très difficile de se faire une idée de la pharmacopée étrusque – et nous serions très sceptique quant aux conclusions qu’il est possible de tirer des noms de plantes présentés comme étrusques chez Dioscoride : autant qu’on puisse en juger, ses nomina Tusca sont, dans leur quasi-totalité, explicables par le latin et il paraît dangereux de se fonder sur eux pour déterminer quoi que ce soit quant à l’existence d’une médecine par les plantes chez les anciens Toscans41. Aucun texte ne nous donne par ailleurs d’indication précise à cet égard ; mais cela montre justement l’importance de ces documents du Louvre, si on les interprète comme nous proposons de le faire : ils nous permettent d’affirmer – ce qui n’est au reste pas surprenant – qu’il existait une pharmacopée étrusque.

Les résultats des analyses (D.F.)

17En supplément aux deux vases (D 134 et D 135) faisant l’objet de notre étude a été ajouté pour analyse chimique des contenus un autre exemplaire du Louvre, le vase CP 2231 qui ne porte pas d’inscription mais appartient à la même catégorie de lécythes étrusques. L’objectif est de comparer les résultats d’analyses de trois vases typologiquement identiques afin de pouvoir tirer des conclusions sur leurs fonctions (fig. 1). Les résultats des analyses biomoléculaires sont synthétisés dans le tableau 1, mais avant de les présenter et de les commenter, il est indispensable d’exposer les caractéristiques morphologiques et fonctionnelles (morpho-fonctionnelles) de ces vases. D’une hauteur d’environ 9 à 11 cm, un pied annulaire large leur assure une très bonne stabilité tandis qu’une panse ovoïde large à la partie maximale située en son centre se rétrécit fortement (sans former d’épaulement) pour donner naissance à un col haut concave qui se termine par une embouchure tronconique pour le D 134, en cupule pour le D 135 et annulaire épaisse pour le CP 2231. Un autre point commun entre ces trois vases est l’absence d’anse. Ainsi, seule la forme de l’embouchure distingue morphologiquement ces trois vases. Les caractéristiques morphologiques générales en font des vases éloignés des aryballes et alabastres corinthiens mais proches des lécythes attiques, avec un col large cylindrique ou tronconique et une embouchure large et évasée permettant l’écoulement aisé d’un fluide liquide ou plus ou moins épais (comme une crème par exemple).

Fig. 1 - Lécythes du musée du Louvre. De gauche à droite : D 135, CP 2231, D 134.

Fig. 1 - Lécythes du musée du Louvre. De gauche à droite : D 135, CP 2231, D 134.

dessins D. Frère ; éch. 1/3

18Les résultats des analyses biomoléculaires des contenus (tableau 1) mettent en évidence des matériaux d’origine animale (produits laitiers et graisses animales sous-cutanées) et d’autres d’origine végétale (cires épicuticulaires, oléorésine de conifère, huile végétale, plantes aromatiques).

Tableau 1 - Résultats des trois lécythes étrusques du musée du Louvre.

Lécythes

Marqueurs chimiques

D 134 – inscription RUTA

Résultats :

- graisse animale

- cires végétales

Commentaire :

Le lécythe a contenu une base grasse constituée d’une graisse animale dans laquelle ont infusé des extraits végétaux.

- acides gras impairs et ramifiés absents

- n-alcanes majoritairement impairs (C25 – C33)

- n-alcools pairs (C24 – C32)

- cholestérol

- absence de phytostérol

CP 2231 – sans inscription

Résultats :

- graisse animale

- produit laitier

- cires végétales

Commentaire :

Le contenu de ce vase est proche de celui du précédent, avec un produit laitier en plus.

- n-alcools pairs et de n-alcanes à prédominance impairs montrent la présence de cires végétales. De par l’absence d’acide gras à longue chaîne (24:0-30:0), la cire d’abeille est écartée.

- acide palmitique (16:0) dominant, acides pairs ramifiés (composés iso), acides impairs linéaires et ramifiés (13:0 et 15:0), acides gras à courte chaîne de distribution large (6:0-12:0) dominés par l’acide nonanoïque (9:0) : produit laitier

- cholestérol

- aucun dérivé résineux ni d’espèce feuillue

D 135 – inscription CUPRUM

Résultats :

- produit laitier

- huile végétale

- cires végétales

- oléorésine de conifère en faible quantité

- plantes aromatiques

Commentaire :

Le contenu est différent des deux précédents, formé d’une huile végétale avec un produit laitier, une faible quantité d’oléorésine de conifère et des plantes fortement aromatiques.

- acides gras abondants, caractéristiques d’un produit laitier

- cholestérol en faibles quantités

- diacides à courte chaîne (C7-C9) : huile végétale

- acide déhydroabiétique, dab : faible quantité d’oléorésine de conifère

- deux séries de n-alcools pairs et de n-alcanes à prédominance impairs montrent la présence de cires végétales. De par l’absence d’acide gras à longue chaîne (24:0-30:0), la cire d’abeille est écartée

- acides phénoliques, p-hydroxybenzoique, vanillique et phloroglucinol, indiquent l’adjonction de plantes aromatiques. Deux composés respectivement de masse moléculaire 398 et 428 et de pics de base respectifs à m/z 184 et 190, non identifiés à ce jour.

  • 42  San Miguel 2003.
  • 43  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 20, 51, 131-143.
  • 44  Voir Jacques André (1965), dans son édition du livre 20 de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, (...)
  • 45  Beeston et al. 2006, p. 425-426.
  • 46  Beck et Stout 2008, p. 10.
  • 47  Arnott 2008, p. 114.
  • 48  Histoire naturelle, 12, 51, 109.
  • 49  De materia medica, 1, 55.
  • 50  Sur les odeurs, 25-26.
  • 51  Sur les odeurs, 31.
  • 52  Sur les odeurs, 55.
  • 53  Théophraste, Sur les odeurs, 41. Voir de même Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 13, 3.
  • 54  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 23, 46.
  • 55  Galien, Du tempérament et de l’efficacité des remèdes simples, 7, ch. 96.
  • 56  Renaut 2009, p. 194-195.

19Les analyses ne permettent hélas pas de donner précisément, hormis l’oléorésine de conifère, la nature des matériaux végétaux présents, mais la confrontation avec les données épigraphiques, à savoir les mots « RUTA » et « CUPRUM » permettent de proposer des hypothèses relatives à la fonction des vases. La rue est une plante amplement utilisée dans la médecine populaire de l’antiquité jusqu’à une époque récente42. Comme nous l’avons vu précédemment, Pline commence son propos sur la rue en affirmant qu’elle est au nombre des médicaments les plus efficaces43. Théophraste, Dioscoride, Plutarque, Columelle lui reconnaissent des propriétés antispasmodique, anthelminthique, antiseptique et abortive44 tandis que Pline nous fait une énumération impressionnante de ses applications médicinales, ingérée, respirée, bue avec du vin, du vinaigre, de l’huile, du miel, du lait… (voir supra). Nous constatons qu’elle mérite bien son nom populaire de « rue officinale » qui témoigne de son importance dans la pharmacopée traditionnelle. Une tradition qui est très ancienne, puisqu’elle remonte au moins à l’âge du bronze, comme l’attestent les résultats d’analyses du matériel céramique de Chrysokamino45 et de celui du secteur de la maison de la Citadelle de Mycènes46. Robert Arnott nous indique que la rue était surtout exploitée comme herbe médicinale en Égypte, en Mésopotamie et dans la mer Égée, mais était aussi connue pour son action légèrement psychotrope47. Les résultats d’analyses du lécythe D 134 montrent que la rue représentait un composant médicinal dans une base de graisse animale. Elle composait le principe actif d’un liniment dont l’odeur ne devait guère être agréable si on se réfère à son autre nom populaire de « rue fétide », comme nous l’avons vu précédemment. La deuxième inscription fait référence au henné. Pline l’Ancien48, mais surtout Dioscoride49 et Théophraste50 nous exposent la fabrication du parfum au henné qui repose sur l’enfleurage à froid des fleurs de kupros avant ajout de divers aromates précieux comme la myrrhe, la cardamome et même la cannelle. Le cyprinum était en effet un parfum coûteux et renommé51 mais très volatil52. Ces notions de prix élevé et de fragilité font obstacle à l’hypothèse que le lécythe du Louvre ait pu contenir ce parfum parmi les plus réputés. Les parfums précieux étaient nécessairement conditionnés dans des récipients en métal ou en pierre53. La matière du lécythe mais aussi les caractéristiques de son contenu impliquent que le henné de l’inscription formait le matériau principal d’une substance autre qu’un parfum. Le contenu était constitué d’une huile végétale, d’un produit laitier, d’une oléorésine de conifère et d’une plante aromatique (le henné de l’inscription sans doute). Pline l’Ancien54 comme Galien55 donnent différentes prescriptions médicinales à base de henné, dont des feuilles broyées ou cuites pour guérir les brûlures et les luxations56. Le contenu du lécythe D 135 était probablement une huile médicinale faisant office d’embrocation. L’absence de marqueurs du raisin est parlante : aucun des trois vases n’a contenu une substance thérapeutique à base de vin ou de vinaigre. La composition reposait sur une base grasse (graisse animale dans deux cas et huile végétale dans un cas) à laquelle étaient ajoutés des produits laitiers (dans deux cas) et des matériaux aromatiques/médicinaux tirés du monde végétal, dont sans doute le henné et la rue des inscriptions.

Conclusion

  • 57  On sait que même les conditions de la découverte du sarcophage des Époux restent entachées d’obscu (...)
  • 58  Dans Pottier 1897, p. 39, précision « Même provenance », renvoyant à D 98, pour lequel était donné (...)
  • 59  Pottier 1899, p. 417. Sur Enrico Pennelli, que vise sans doute cette allusion, voir Nadalini 2014.

20En guise de conclusion, nous voudrions formuler quelques hypothèses sur la signification qu’ont pu avoir ces objets relevant de la pharmacopée dans le contexte où ils ont été découverts. Comme la plupart du temps s’agissant d’objets de la collection Campana57, les conditions précises de la découverte sont inconnues. Dans son ouvrage de 1897, Pottier indiquait qu’ils provenaient de Caeré58. Ils étaient d’ailleurs exposés dans la salle D, présentée comme consacrée aux « Antiquités grecques et étrusques trouvées à Cerveteri (ancienne Caeré) ». Cette précision, qui n’était pas fournie dans les Cataloghi Campana, repose vraisemblablement sur « la tradition orale, recueillie par A. de Longpérier, lors de l’entrée de la collection » ainsi que sur « les détails qui (lui) ont été donnés par un des collaborateurs de Campana », auxquels l’auteur se référait pour les objets exposés dans la salle E du Louvre59. Dans le cas du vase portant l’inscription ruta, une origine cérite est en accord avec la forme du A à traverse montant dans le sens de l’écriture. Il est donc à peu près certain que ces objets furent mis au jour par les fouilleurs du marquis dans le cadre des travaux qu’ils entreprirent sur le site de Cerveteri : on peut également supputer sans risque qu’ils provenaient d’une des tombes de la nécropole et leur caractère de vases jumeaux montre qu’ils avaient dû faire partie du même mobilier funéraire.

  • 60  Pour le henné, Théophraste insistait cependant sur le fait qu’il s’agissait d’un parfum léger, le (...)
  • 61  Respectivement inscriptions CIE 1655 a-b = ET, Cl 1.1701-1702, CIE 3474 = ET, Pe 1.48 ; reproducti (...)

21On se trouve par conséquent en présence de deux vases ayant contenu des substances médicinales à base de plantes qui avaient accompagné un défunt dans sa dernière demeure. Il ne s’agit pas de vases à parfum du type classique : on ne se trouve pas en présence d’objets relevant de la parure féminine60, on ne pensera donc pas nécessairement à une femme (sans que cela soit non plus exclu). Et il n’est pas besoin de rappeler le caractère unique de ces documents, avec la précision sur la nature du produit qu’ils ont contenu, qui fait penser aux pots de nos pharmacies traditionnelles, mais pour lequel on serait en peine de trouver le moindre parallèle dans la Toscane antique. On serait tenté de mettre la présence de tels objets en relation avec une activité que le défunt (ou la défunte) aurait exercée de son vivant. Aurait-il (aurait-elle) eu des fonctions d’ordre médical ? On connaît certes des dépositions où le caractère de guerrier du défunt (il suffit de songer aux nombreuses « tombes de guerrier » qu’ont livrées les différentes cités étrusques), le fait qu’il ait été un magistrat ou encore un haruspice sont mis en avant. D’autres activités de type professionnel ont pu également être soulignées dans la déposition funéraire : nous évoquerons le couvercle de l’urne de Laris Vetu Aθnu de Chiusi et, à Pérouse, l’urne de Vel Rafi. Marjatta Nielsen a bien mis en valeur le fait que la règle graduée que tiennent, dans le premier cas, la figure allongée sur le couvercle, dans le second celle représentée debout sur la façade de la caisse renvoyait à des activités professionnelles des deux personnages, d’ordre artisanal, et que dans le second cas, la présence en arrière-plan d’une porte, qui évoque une porte d’enceinte comme la Porta Marzia de Pérouse, peut indiquer qu’il s’était agi d’un architecte, peut-être même de celui qui avait présidé à l’érection des murailles de la ville61. Dans le cas de la personne que les deux vases du Louvre ont accompagnée dans sa tombe, on a pu vouloir exprimer ainsi qu’il avait eu un rôle d’ordre médical.

Bibliographie

Agostiniani 1981 : L. Agostiniani, Duenom duenas: καλος καλο: mlaχ mlakas, Studi etruschi, 49, 1981, p. 95-111.

André 1961 : J. André, L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961 (2e éd. 1981, rééd. 2009).

André 1985 : J. André, Les noms des plantes dans la Rome antique, Paris, 1985.

Arnott 2008 : R. Arnott, Chrysokamino, occupational health and the earliest medicines in the Aegean, in Y. Tzedakis, H. Martlew, M.K. Jones (dir.), Archaeology meets science: Biomolecular investigations in Bronze Age Greece. The primary scientific evidence 1997-2003, Oxford, 2008, p. 108-215.

Beck, Stout 2008 : C.W. Beck, E.C. Stout, Certainty and doubt in organic residue analysis, in Y. Tzedakis, H. Martlew, M.K. Jones (dir.), Archaeology meets science: Biomolecular investigations in Bronze Age Greece. The primary scientific evidence 1997-2003, Oxford, 2008, p. 5-11.

Beeston et al. 2006 : R.F. Beeston et al., Organic residue analysis of pottery sherds from Chrysokamino, in The Chrysokamino metallurgy workshop and its territory, Athènes, 2006, p. 413-428.

Biondi 1997 : L. Biondi, Κῶθον nell’Italia medio-tirrenica, ACME, 50, 1997, p. 3-31.

Bodiou, Frère, Mehl 2008 : L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (dir.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, Rennes, 2008.

Briguet 1989 : M.-F. Briguet, Le sarcophage des Époux de Cerveteri au musée du Louvre, Florence, 1989.

Briquel 2014 : D. Briquel, Entre le latin et l’étrusque, les nomina Tusca chez Dioscoride. Ont-ils un rapport avec la divination ?, in F. Guillaumont, S. Roesch (dir.), La divination dans la Rome antique : études lexicales, Paris, 2014, p. 111-136.

Briquel 2016 : D. Briquel, Catalogue des inscriptions étrusques et italiques du musée du Louvre, Paris, 2016.

Camporeale 1969 : G. Camporeale, Un gruppo orvietano di lekythoi globulari e ovaleggianti, Archeologia classica, 21, 1969, p. 262-269.

Cataloghi del Museo Campana, Rome, probablement 1857.

Colonna 1973-1974 : G. Colonna, Nomi etruschi di vasi, Archeologia classica, 25-26, 1973-1974, p. 132-150 [= Colonna 2005, p. 1773-1785].

Colonna 2005 : G. Colonna, Italia ante Romanum Imperium. Scritti di antichità etrusche, italiche e romane (1958-1998), Pise-Rome, 2005.

Costantini, Ricciardi 2005 : S. Costantini, L. Ricciardi, Contatti tra Tuscania e l’area orvietano-volsiniese: alcuni materiali, in Orvieto, l’Etruria meridionale interna e l’Agro Falisco, Rome, 2005, p. 245-268.

Coulié et al. 2017 : A. Coulié, D. Frère, N. Garnier, A. Marton, Le tombeau A de Camiros : les vases archaïques et leurs contenus. L’apport de l’étude chronologique et des analyses chimiques des résidus, Bulletin de corresponce hellénique, 141, 2017, p. 553-621.

Ernout, Meillet 1959 : A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1959.

ET : H. Rix, G. Meiser, F. Kouba, D. Steinbauer, L. Rübekeil et al., Etruskische Texte. Editio minor, Tübingen, 1991.

ET: G. Meiser, V. Belfiore collab., S. Kluge collab., Etruskische Texte. Editio minor. Auf Grundlage der Erstausgabe von Helmut Rix, Hambourg, 2014.

Lejeune 1958 : M. Lejeune, Note sur les vases de terre cuite avec inscriptions étrusques du musée du Louvre, Studi etruschi, 26, 1958, p. 85-101.

Maggiani 1985 : A. Maggiani (dir.), Artigianato artistico. L’Etruria settentrionale interna in età ellenistica, Milan, 1985.

Nadalini 2014 : G. Nadalini, Enrico Pennelli : la trajectoire d’un restaurateur de vases étrusques du xixe siècle, in B. Bourgeois, M. Denoyelle (dir.), L’Europe du vase antique. Collectionneurs, savants, restaurateurs aux xviiie et xixe siècles, Rennes-Paris, 2014, p. 185-199.

Poetto, Facchetti 2009 : M. Poetto, G.M. Facchetti, L’aryballos di Araθ Numasiana, Oebalus, 4, 2009, p. 365-376.

Pottier 1897 : E. Pottier, Vases antiques du Louvre, I. Salles A-E. Les origines, les styles primitifs, écoles rhodienne et corinthienne, Paris, 1897.

Pottier 1899 : E. Pottier, Musée national du Louvre. Catalogue des vases antiques de terre cuite. Études sur l’histoire de la peinture et du dessin dans l’Antiquité, 2e partie. L’École ionienne (salles B-E), Paris, 1899.

Renaut 2009 : L. Renaut, Recherches sur le henné antique, Journal of Near Eastern Studies, 68, p. 193-212.

San Miguel 2003 : E. San Miguel, Rue (Ruta L., Rutaceae) in traditionnal Spain: Frequency and distribution of its medicinal and symbolic applications, Economic Botany, 57, p. 231-244.

Shelmerdine 1985 : C.W. Shelmerdine, The perfume industry of Mycenaean Pylos, Göteborg, 1985.

TLE : M. Pallottino, Testimonia Linguae Etruscae, Florence, 1954 (2e éd., 1968).

Verbanck-Piérard, Massar, Frère 2008 : A. Verbanck-Piérard, N. Massar, D. Frère (dir.), Parfums dans l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, Mariemont, 2008.

Notes

1  Voir l’article de Luigi Taborelli dans ce volume, avec la bibliographie.

2  Coulié et al. 2017.

3  Voir Briquel 2016, p. 253-256, cat. 100, pour le vase D 134 et p. 257-259, cat. 101, pour le vase D 135.

4  Cataloghi Campana, I, séries 9-10, salle I, no 60

5  Pottier 1897, p. 39.

6  Pottier 1899, p. 397.

7  Lejeune 1958, p. 90, nos III-IV.

8  TLE, 870-871.

9  ET, Cr 0.45-46.

10  Pottier 1897, p. 29, se référant à « l’avis de M. Michel Bréal ».

11  Verbanck-Piérard, Massar, Frère 2008, p. 362, I.2.

12  Une production dans la zone de Volsinies a été avancée, mais sans que soit exclue l’existence d’autres centres, notamment dans l’Étrurie côtière. Voir Camporeale 1969, L. Ricciardi dans Costantini, Ricciardi 2005, p. 247-249. Les vases du Louvre diffèrent par l’absence d’anses de ceux étudiés dans ces contributions.

13  Le mot mlaχ apparaît dans des inscriptions, mais dans des formules où il n’est pas isolé. Voir Agostiniani 1981.

14  Sur l’origine du mot, André 1985, p. 85 ; le nom scientifique moderne est lawronia inermis.

15  Les ateliers de parfumerie de Pylos en faisaient déjà usage au xiiie siècle av. J.-C. (Shelmerdine 1985, p. 25).

16  De materia medica, 1, 95.

17  Histoire naturelle, 12, 51, 109.

18  Le mot est attesté à travers le diminutif leχtumuza en ET, OA 2.2.

19  Colonna 1973-1974 (= Colonna 2005, p. 1773-1785), respectivement p. 145 (= p. 1781), p. 138 (= p. 1778), p. 144 (p. 1780). Pour qutum, autre explication dans Biondi 1997, p. 16-17 : la forme étrusque serait fondée sur un neutre κῶθον, attesté chez Hésychius (κῶθα, ποτήρια).

20  La forme ῥυτή est connue par Nicandre, mais la forme dorienne originelle devait avoir un [a] final. De son côté, l’attique utilisait πήγανον.

21  Sur l’origine du mot, Ernout, Meillet 1959, p. 583 ; André 1985, p. 221.

22  Sur ces mots, Ernout, Meillet 1959, p. 578 (ruber), 579 (rufus), 583-584 (rutilus).

23  Un fragment de panse d’un grand vase en impasto de la fin du vie siècle av. J.-C. trouvé à Tarquinia porte incisé le mot vinun, qui indique qu’il avait servi à contenir du vin (CIE 10390 = ET, Ta 0.6).

24  L’authenticité de l’inscription, avec le terme parallèle elaivana, qui se lit sur l’aryballe ET2, 3.15 (Poetto, Facchetti 2009 ; voir aussi G. Colonna, REE, no 172 ; SE, 74, 2008, p. 417-418), ne nous paraît pas absolument garantie.

25  Dans Pottier 1897, p. 39, pour cuprum, l’auteur parlait d’« onguent ou d’huile », pour ruta, d’« une couleur rouge servant de fard ou un condiment pour épicer les mets ou donner du bouquet au vin »  (ce qui se réfère à la rue, même si ce végétal n’était pas nommé) ; dans Pottier 1899, p. 397, où les deux objets étaient traités conjointement, il évoquait « des onguents ou condiments autrefois enfermés dans ces fioles ».

26  Ces auteurs traitent des caractères du henné dans Histoire naturelle, 23, 46, 90-91 et De materia medica, 1, 55.

27  Pédagogue, 2, 8 c et d.

28  Pédagogue, 2, 8 c.

29  Sur les odeurs, 31.

30  Sur les odeurs, 55.

31  Histoire naturelle, 12, 51, 109.

32  Respectivement De materia medica, 1, 55 et Sur les odeurs, 25-26.

33  Pour les aspects techniques, on se reportera à Bodiou, Frère, Mehl 2008, en particulier R. Touzé, « Les matières employées dans la confection des huiles, onguents et poudres parfumés en Grèce ancienne », p. 45-59 (p. 46-49, 55, 57 pour le henné).

34  Histoire naturelle, 23, 46, 90-91.

35  Dans le même sens, Théophraste, Sur les odeurs, 50.

36  Voir André 1961, p. 221-222 ; pour l’usage des fruits, Apicius, 10, 3, 8 et 4, 2 (André 1961, p. 200) ; pour celui des graines, Apicius, 6, 3, 3 (André 1961, p. 202).

37  Données et références dans André 1961, respectivement p. 200, 202, 167-168.

38  Histoire Naturelle, 19, 45, 156.

39  Voir André 1961, p. 203-204. L’auteur soulignait sur ce point la différence du goût des Romains et du nôtre (et déjà de celui des Grecs) : « Comme fruits et feuilles ont une odeur franchement désagréable, que certains considèrent aujourd’hui comme infecte, au point que la plante a mérité chez nous les noms de “rue fétide”, “rue puante”, on doit admettre que les goûts des Romains différaient beaucoup des nôtres ; ils s’opposaient par là à ceux des Grecs qui ne paraissent pas avoir fait usage de la plante » (p. 204).

40  On consultera ce texte dans l’édition de J. André, Collection des Universités de France, Paris, 1965, p. 71-76, avec notes p. 170-175, où on trouvera l’ensemble des références dans la littérature gréco-latine.

41  Briquel 2014.

42  San Miguel 2003.

43  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 20, 51, 131-143.

44  Voir Jacques André (1965), dans son édition du livre 20 de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, avec références dans la littérature antique p. 71-76.

45  Beeston et al. 2006, p. 425-426.

46  Beck et Stout 2008, p. 10.

47  Arnott 2008, p. 114.

48  Histoire naturelle, 12, 51, 109.

49  De materia medica, 1, 55.

50  Sur les odeurs, 25-26.

51  Sur les odeurs, 31.

52  Sur les odeurs, 55.

53  Théophraste, Sur les odeurs, 41. Voir de même Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 13, 3.

54  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 23, 46.

55  Galien, Du tempérament et de l’efficacité des remèdes simples, 7, ch. 96.

56  Renaut 2009, p. 194-195.

57  On sait que même les conditions de la découverte du sarcophage des Époux restent entachées d’obscurité : voir Briguet 1989.

58  Dans Pottier 1897, p. 39, précision « Même provenance », renvoyant à D 98, pour lequel était donnée l’indication « Trouvé à Caeré en Étrurie et entré au Musée en 1863 ».

59  Pottier 1899, p. 417. Sur Enrico Pennelli, que vise sans doute cette allusion, voir Nadalini 2014.

60  Pour le henné, Théophraste insistait cependant sur le fait qu’il s’agissait d’un parfum léger, le plus léger avec ceux à base de rose et de lis : or, pour lui, les parfums de ce type convenaient aux hommes, alors que les parfums plus forts étaient considérés comme ayant une connotation féminine.

61  Respectivement inscriptions CIE 1655 a-b = ET, Cl 1.1701-1702, CIE 3474 = ET, Pe 1.48 ; reproduction et étude par M. Nielsen dans Maggiani 1985, p. 27-28, nos 2-3.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Lécythes du musée du Louvre. De gauche à droite : D 135, CP 2231, D 134.
Crédits dessins D. Frère ; éch. 1/3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/8180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search