Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

Conclusion

Texte intégral

1Athènes, Sparte, la colonisation grecque en Occident, Sybaris-Thourioi : je crois utile d’ajouter quelques mots pour éclairer ce qui lie entre eux tous ces arguments, et qui constituent le fil conducteur de ces quatre conférences. Il est clair, je l’espère, que j’ai suivi une approche archéologique, et en même temps j’ai tenu compte du rapport toujours aléatoire des données de terrain avec les sources écrites. Ces dernières ont toujours été considérées, il me semble, de façon suffisamment critique, sans en tirer davantage des conclusions aussi automatiques que discutables. En outre, en tant qu’archéologue de terrain, habitué à mener des fouilles et à analyser des stratigraphies, dans le but de les décrypter, mon angle d’observation est principalement celui de l’espace et de l’organisation de la forme urbaine au cours du passage du temps. À cette occasion, je le répète, du point de vue des données matérielles, par définition muettes, nous n’avons rien de mieux à faire que d’étudier les changements : horizontaux, indiquant des déplacements ou des modifications de fonction, et verticaux, étant le produit de superpositions de phases monumentales empilées pour les raisons les plus diverses. Il s’agit, en étudiant la cité grecque, d’explorer en pratique le rapport entre la communauté politique et l’espace. Dans ce cas même, il est opportun d’être attentif en évitant les raisonnements automatiques. La réflexion de Pierre Vidal-Naquet est célèbre : il existe une réforme constitutionnelle de Clisthène à Athènes, mais il n’y pas d’urbanisme clisthénien, tout comme, pour reprendre une phrase de David Asheri, il n’y a jamais eu d’urbanisme tyrannique, à ceci près que les effets des décisions politiques n’apparaissent clairement dans l’architecture urbaine que sous des formes devant être soumises à des enquêtes particulières. À ce point, on pense à la leçon d’un autre de nos maîtres, Ettore Lepore, qui recommandait une philologie totale, ce qui signifie que pour chaque élément ou période historique, il était nécessaire de ne pas procéder à une sélection, mais de prendre en compte l’ensemble des éléments dont nous disposons.

2Le choix des sujets d’étude que j’ai analysés dans mes conférences dépend des expériences de travaux sur le terrain, mûris au long de ma carrière, en tout premier lieu Athènes, et ensuite Sparte. J’ai étudié les agorai de ces deux cités : il est superflu de dire combien il est important de connaître l’organisation de la place et de ses édifices publics qui marquent l’histoire de l’espace politique par excellence de la cité grecque. Cependant, avant de tirer un bilan sur les deux agorai, j’ai voulu insister sur un aspect qui me tient fort à cœur, et qui regarde le traitement moderne de leur histoire : l’une, Athènes, complètement mise au jour, la seconde, Sparte, à peine explorée, à l’exception de deux édifices, dont l’un est encore en partie sous terre. Mais l’Agora d’Athènes a été choisie par les archéologues américains sur la base de la supposée filiation entre la démocratie athénienne et la leur, alors que les Spartiates ont été considérés à plusieurs reprises comme les nazis de l’histoire grecque.

3Ces insupportables préjugés ont eu pour conséquence la diversité de nos connaissances actuelles. Mais l’Agora d’Athènes a été l’occasion de saisir une réalité en mouvement au centre de mon attention à partir du moment où l’agora la plus ancienne, qui se trouvait sur les pentes orientales de l’Acropole, fut transférée à l’ouest, dans ce grand espace que nous connaissons grâce aux fouilles américaines, après la chute des tyrans. C’est la raison pour laquelle j’ai cherché, en utilisant les monuments de la seconde moitié du vie siècle, à comprendre quelle était la nature de cet espace avant sa dévolution aux fonctions d’agora au ve siècle.

4L’histoire de Sparte est bien différente, en particulier en termes quantitatifs, du fait d’une exploration restreinte. Il faut commencer par discuter la localisation de la place, que je pense pouvoir identifier grâce à l’édifice circulaire fouillé par l’École américaine d’Athènes à la fin du xixe siècle, qui pour moi était la célèbre Skias, alors que l’édifice tout proche partiellement mis au jour devait être la non moins célèbre Stoa Persikê (portique des Perses).

5Les cités grecques d’Occident offrent un champ d’observation large et de niveaux différents, au plan général, et qui touche une vaste aire géographique. Depuis plus de vingt ans un débat animé et toujours actif tourne autour de l’appréciation historique que nous devons donner à ce que nous appelons, par tradition, la colonisation grecque en Occident. Un premier fait ne peut être éludé, auquel G.Vallet dans le passé a porté son attention à plusieurs reprises : il relève de la nécessité de soumettre à des analyses comparatives les expériences urbaines grecques et celles de l’Occident des viiie et viie siècles av. J.-C. On entrevoit la conclusion, pour l’instant provisoire en raison du retard de nos connaissances sur les cités de la Grèce propre, selon laquelle la forme urbaine en Grande Grèce et en Sicile fut une création originale et non la reproduction d’implantations urbaines de la mère-patrie, mise en œuvre depuis les premières générations d’apoikoi arrivés en Occident.

6L’histoire topographique et urbanistique de Sybaris et Thourioi, pour finir, est à l’évidence une des plus spectaculaires que nous connaissions dans la Méditerranée grecque. En premier lieu, la cité archaïque fut fondée à la fin du viiie siècle av. J.-C. selon une tradition littéraire tardive qui remonte aux iie-ier siècles av. J.-C., ce qui reste à démontrer, car il faut clarifier le concept même de fondation à haute époque. Cela demande beaucoup de précaution dans l’interprétation des données archéologiques qui ne peuvent s’appliquer mécaniquement à des sources plus récentes de presque six siècles. Les strates archéologiques du site de Sybaris s’enfoncent dans une puissante nappe phréatique qui en rend difficile l’exploration. Et pourtant un fait certain émerge, celui de la dimension démesurée de l’espace occupé par les quelques monuments jusqu’ici connus, attribuables à l’époque archaïque, compte tenu des nombreux vides qui séparent les quartiers, et de la preuve stratigraphique de la fin de ce monde en 510 av. J.-C. Je dirais donc qu’il n’y a pas de donnée attribuable à un événement précis qui ne soit plus clairement confirmé par la documentation archéologique. Un demi siècle plus tard, quand les ruines de Sybaris furent recouvertes de limon, la colonie panhellénique promue par Périclès fut fondée, avec son cadre urbanistique probablement dessiné par Hippodamos de Milet. Grâce aux campagnes de fouilles que nous avons pu conduire sur ce site, nous sommes en situation de découvrir quelques aspects de cette histoire extraordinaire que nous n’aurions jamais pu obtenir autrement. Il s’agit de résultats encore provisoires parce que la recherche à Sybaris-Thourioi est une entreprise difficile à laquelle, dans un futur pas trop éloigné (car le site réclame la plus grande attention), il faudra dédier bien des énergies et consacrer bien des années.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search