Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

4. De Sybaris à Thourioi : de la ville archaïque à la ville hippodaméenne

Texte intégral

1Parmi tous les thèmes que nous pourrions traiter en examinant les stratigraphies du sol de Sybaris, j’aimerais m’occuper ici de ce que l’on peut dire aujourd’hui sur les formes urbaines des deux cités superposées, Sybaris et Thourioi. Je m’attacherai à tracer un bilan des recherches qui ont été menées à Sybaris à partir de 1993, grâce à la collaboration et à l’hospitalité de la Soprintendenza Calabrese de l’époque, et en premier lieu l’inoubliable amie et collègue Silvana Luppino, avec qui j’ai partagé la direction des recherches. Je rappelle aussi que depuis 2004, à la suite d’une convention ad hoc, les campagnes de fouilles à Sybaris-Casa Bianca sont conduites par la Scuola Archeologica di Atene, grâce à la contribution de la société Arcus. Mais d’abord il serait utile de faire une brève introduction historique et méthodologique.

Sybaris

2La tradition nous informe que les Sybarites étaient des apoikoi venus de l’Achaïe. La mère-patrie de Sybaris était Hélikè, de même que nous savons que Miskellos, le fondateur de Crotone, venait de Rhypes, et que Typhon d’Aigion avait fondé Caulonia. Ensuite les Sybarites auraient été les responsables des fondations de Métaponte et de Poseidonia. Pourtant, nous l’avons déjà vu, le cadre transmis par les sources littéraires doit être sérieusement remis en question.

1 - Sybaris.

1 - Sybaris.

La région de la cité et du territoire entre les deux fleuves : au nord le Coscile (anc. Sybaris), au sud le Crati (anc. Krathis). En bas : plan avec la localisation des sections de fouilles.

relevé O. Voza

  • 1 Guzzo 2016, p. 61-82, en particulier pour l’archéologie des indigènes de la plaine du Cratis ; un a (...)
  • 2 Carando 1999.

3Sur le cas-école de Sybaris, outre la production d’une documentation nouvelle sur le problème de l’apoikia1, il me semble intéressant de tirer un bilan provisoire de la documentation matérielle, à confronter avec ce que les sources nous fournissent comme information véridique, comme par exemple les dimensions exceptionnelles de la cité, et d’abord l’asty, évidemment. Après les découvertes de Umberto Zanotti Bianco au début des années 1930, les grandes fouilles de la fin des années 1960 et de la première moitié des années 1970, et enfin grâce à nos recherches récentes, nous disposons d’informations en provenance d’une série de zones fouillées dont je résume les résultats (fig. 1). Dans l’antiquité, le fleuve Sybaris, éponyme de la cité, était autonome, mais aujourd’hui la situation est inversée et le Sybaris-Coscile débouche dans le Cratis. En procédant du nord au sud, au nord, à l’emplacement où devait vraisemblablement couler le Sybaris, à brève distance de son embouchure, on trouve le quartier de Stombi (fig. 2), qui constituait certainement une zone urbaine périphérique. La fouille à cet endroit restitue l’aspect d’un quartier de Sybaris datable d’entre la fin du viie et la fin du vie siècle av. J.-C.2, et fut préservé sans altération majeure, grâce à l’urbanisation successive des villes de Thourioi et Copiae. Laissant de côté les trouvailles hors contexte de céramique du viiie siècle av. J.-C., les structures associées à un groupe d’habitations sont datées au plus tôt de la fin du viie siècle et cessent d’être utilisées fin vie s. av. J.-C.

2 - Sybaris. Les maisons archaïques explorées à Stombi, la région des fouilles la plus septentrionale.

2 - Sybaris. Les maisons archaïques explorées à Stombi, la région des fouilles la plus septentrionale.

Carando 1999

4Grâce à l’étude minutieuse des données, nous avons une idée du mode d’occupation du quartier, malgré le fait que la conservation des vestiges fut particulièrement mauvaise, étant donné que les fondations en galets du fleuve permettent à peine de restituer quelques traces du plan des édifices et que l’élévation en briques crues et les toits en matériel végétal périssent facilement. Il s’agit en général d’habitations disposées à une certaine distance les unes des autres, séparées par des espaces de circulation et des cours, souvent avec des fours. En somme, nous ne sommes pas en présence d’un îlot d’habitations tel qu’il est déjà apparu dans beaucoup de cités au vie siècle av. J.-C. On doit, en fonction de ces données, tenir compte, je répète, de la position marginale de ce quartier de Stombi, proche de la limite nord de la cité, sur la rive droite du fleuve, qui pourrait justifier son aspect décidément plus archaïque par rapport à la période où il fut en usage. Il s’agit de l’époque qui occupe tout le vie siècle av. J.-C., laquelle, à la lumière des analyses fondées sur les sources littéraires, se trouve être le moment où la cité connaît son expansion maximale autant politique qu’économique et certainement démographique.

3 - Sybaris. Vue du nord de la grande plateia A qui devient plus étroite après la Porte romaine.

3 - Sybaris. Vue du nord de la grande plateia A qui devient plus étroite après la Porte romaine.

© E. Greco

4 - Sybaris. Quartier de la Porte Nord.

4 - Sybaris. Quartier de la Porte Nord.

Vue d’une stratigraphie où se trouvent toutes les grandes phases historiques du site : à gauche la conduite de la rue d’époque classique est attribuée à l’époque de Thourioi ; en bas les deux murs parallèles appartiennent à une maison de Sybaris détruite à la fin du vie s. av. J.-C.

© E. Greco

  • 3 Greco, Luppino 1999.
  • 4 D’Alessio et al. 2017.
  • 5 Voir Search for Sybaris, p. 303-304 et les hypothèses sur le rapport entre les différentes cités qu (...)

5Après 510 av. J.-C., à l’issue d’un vide qui dura presque un siècle, la zone fut occupée par une structure isolée que je n’hésiterais pas à identifier avec une ferme de Thourioi. Plus au sud nous décelons une présence archaïque dans le chantier de la Porte Nord (fig. 3). Sous la porte septentrionale de la cité romaine (qui donne son nom au chantier de fouilles) nous avons exploré une stratigraphie extraordinaire (fig. 4) : du haut vers le bas, on trouve la voie pavée d’époque romaine, qui sortait de la porte avec une largeur de 5,30 m, c’est-à-dire la largeur même de la porte. La fouille vers l’est a révélé la présence d’un petit canal qui bordait la route de Thourioi aux ve et ive siècles av. J.-C. Ceci prouve que le mur d’enceinte et la route romaine avaient provoqué un rétrécissement de la route qui à l’origine partait vers le nord avec une largeur de cent pieds, et sans les altérations qui furent évidemment la conséquence des modifications d’époque romaine3. Dans un sondage en profondeur récent, sous la plateia A de Thourioi, ont été retrouvées des terres cuites architectoniques de facture raffinée (fig. 5), provenant d’un édifice, sans doute un temple archaïque situé à proximité4. Ce sont des disiecta membra, utilisés comme remploi en même temps que des demi-fûts de colonne dorique dans la structure de la Porte romaine, qui prouvent la présence dans les parages de monuments publics d’époque archaïque. Plus au sud, au lieu-dit Parco del Cavallo, les fouilles de Zanotti Bianco de 1932 montrent que sous le théâtre de Copiae se trouvait peut-être le sanctuaire le plus important de Sybaris ; les vérifications dans les années qui ont suivi l’attestent et le matériel récolté remonte à la fin du viiie siècle av. J.-C. Prenons acte du fait que la distance entre Stombi et Parco del Cavallo est de 1600 m, tandis que de Parco del Cavallo à la rive gauche du Cratis, il y a seulement environ 400 m. Par ailleurs, puisque les carottages de la Pennsylvania University et les fouilles des années 1970 ont prouvé que la rive droite du fleuve n’était pas urbanisée, ni à l’époque de Sybaris, ni à celles de Thourioi ou de Copiae, j’en tire la conclusion que toutes les expériences urbaines au cours de la longue histoire de la région ont en commun de s’être limitées au sud de la grande anse du Cratis5. Il s’agit bien sûr d’une conclusion provisoire qui devrait faire l’objet de vérifications ponctuelles, étant donné l’importance énorme que revêt le cours inférieur du fleuve jusqu’à l’embouchure pour la topographie générale de Sybaris, Thourioi et Copiae.

5 - Sybaris. Sima en terre cuite et antéfixe avec cornes de tête archaïque (env. 560 av. J.-C.) retrouvés sous la plateia A.

5 - Sybaris. Sima en terre cuite et antéfixe avec cornes de tête archaïque (env. 560 av. J.-C.) retrouvés sous la plateia A.

D’Alessio et al. 2017, p. 981, fig. 3

6Pour compléter le tableau dressé à présent, je rappellerai la fouille dirigée par Silvana Luppino un peu au nord du théâtre, où, une fois enlevée une mosaïque romaine dans une domus d’époque impériale, furent mis au jour les vestiges d’une maison du ive siècle av. J.-C., et, sous cette maison, un puits bouché par de la céramique archaïque de grande qualité à mettre certainement en relation avec le sanctuaire à proximité immédiate sous le théâtre romain. Malheureusement cette fouille est restée inédite.

  • 6 Greco et al. 2010.

7Donc, en ce qui concerne la documentation archaïque assignée à Sybaris, depuis Stombi jusqu’à Parco del Cavallo, nous pouvons tabler sur une distribution suivant un axe nord-sud pour une distance d’environ 2 km. Bien évidemment tout cet espace n’était pas entièrement urbanisé. Si à la Porte Nord nous avons retrouvé des restes de maisons de Sybaris, et même un petit tracé de route archaïque, à Lattughelle, à 400 m au nord de ladite porte et un peu plus de 1 km au sud de Stombi, nous n’avons aucune trace d’occupation urbaine archaïque6. Une conclusion, peut-être prématurée, nous encourage cependant à croire que les chiffres fournis par Strabon (VI, I, 13), selon lesquels, à l’akmê de sa puissance, Sybaris remplissait un kyklos de 50 stades (environ 9 km), ne semblent pas trop exagérés.

6 - Sybaris. Plan du quartier de Casa Bianca.

6 - Sybaris. Plan du quartier de Casa Bianca.

À gauche le sanctuaire des divinités orientales (M) et Temple (O) ; à droite le mur et la porte est (Porta Marina) d’époque romaine.

Greco 2012, p. 291, fig. 277, relevé P. Vitti, O. Voza

  • 7 Une contribution pour le cadre stylistique et chronologique d’un antéfixe à tête de Gorgone se trou (...)

8En poursuivant vers l’est en direction de la mer, nous rencontrons deux autres zones de fouilles : « Prolungamento Strada » et « Casa Bianca ». Arrêtons-nous brièvement sur les découvertes relatives à l’époque archaïque à Casa Bianca, grâce aux sondages profonds sous les niveaux occupés par le grand sanctuaire des divinités orientales (fig. 6) que nous avons exploré presque intégralement. Les principaux éléments archaïques retrouvés à cet endroit sont deux chapiteaux doriques (un entier – fig. 7 –, le second fragmentaire) de la fin du vie siècle av. J.-C. et un antéfixe à masque de Gorgone du second quart du vie siècle également, avec une grande quantité de céramique archaïque. En attente d’une publication ponctuelle que nous espérons réaliser au plus vite, signalons, pour en terminer avec cette présentation, l’ample dispersion spatiale de la documentation d’époque archaïque qui parsème toute la zone (ici encore datable essentiellement du vie siècle)7.

7 - Sybaris. Quartier de la Casa Bianca. Chapiteau dorique archaïque (530 av. J.-C.) remployé dans le sanctuaire romain.

7 - Sybaris. Quartier de la Casa Bianca. Chapiteau dorique archaïque (530 av. J.-C.) remployé dans le sanctuaire romain.

© A. Correale

  • 8 Le sondage de M. Bats et P. Ruby est publié dans Greco, Luppino 1999, p. 145-147 ; la tombe de Casa (...)

9Par ailleurs, en ce qui concerne la bande côtière vers l’est, je dois citer la céramique archaïque récupérée dans un sondage un peu au nord de Casa Bianca, sur le chantier de l’Oasi, dirigé par Michel Bats et Pascal Ruby dans une dune sableuse, et la tombe de l’archaïsme tardif fouillée par Michalis Petropoulos à proximité des murailles de Thourioi8.

  • 9 Des traces de vie de la période comprise entre 510 et 444 av. J.-C. ont été recensées par Guzzo 197 (...)

10En conclusion, au nord, la cité s’étendait le long des rives du fleuve dont elle portait le nom. Au sud, au contraire, elle se terminait avec le sanctuaire, très probablement le sanctuaire poliade, et, entre celui-ci et l’anse du Cratis, peut-être avec l’agora. Cette dernière hypothèse reste à prouver et, pour le moment, se fonde sur la contigüité entre cet espace ultime et la zone du sanctuaire, comme on peut l’observer à Métaponte et Poseidonia. Je ferai allusion, enfin, à la date fatidique de 510 av. J.-C., fondamentale pour Sybaris, mais aussi pour la Grande Grèce et probablement pour une grande part de la Méditerranée archaïque. La datation de la prise de la ville par Crotone est assez sure, malgré quelque petit doute qu’elle soit avancée dans le passé, mais je voudrais souligner l’extraordinaire coïncidence que nous avons pu observer avec les données archéologiques. Partout où le sol a été fouillé et les niveaux de l’archaïsme tardif atteints à Sybaris, on a constaté la présence de strates de destruction avec des coupes ioniennes B2 et Bloesch C (céramique datable de la fin du vie siècle av. J.-C.). De plus, une strate de limon jaune alluvial, interprétée comme dépôt alluvial dû à l’arrêt de l’entretien du fleuve, d’une épaisseur de 0,40 m, recouvre les ruines archaïques, et signe une des plus éloquentes preuves archéologiques de l’interruption de la vie urbaine à la fin du vie siècle, avant la reprise peu après la moitié du ve siècle av. J.-C.9.

11Avec la disparition de Sybaris en 510 av. J.-C. finit une histoire, et une autre commence, celle de ce qu’on appelle « héritage de Sybaris », jusqu’à la fondation de Thourioi en 444 av. J.-C.

Thourioi

12La fondation de Thourioi est une des questions sur laquelle, on peut l’affirmer sans risque de démenti, s’est déversé le proverbial fleuve d’encre. Ce n’est pas un hasard, parce que, comme pour la ktisis de Hyélè-Elée, antérieure d’un siècle, la tradition littéraire sur ce qu’on appelle la colonisation panhellénique, par rapport aux autres ktiseis, s’est montrée moins avare d’informations, au point que l’on peut y voir les deux récits les plus riches de toute l’histoire de la colonisation grecque. Cyrène en Libye, Elée et Thourioi en Grande-Grèce forment le triptyque le mieux étudié et argumenté de ce que nous continuons d’appeler colonisation, sans rouvrir la discussion sur la terminologie amplement évoquée précédemment.

  • 10 Greco, Luppino 1999.

13Malgré l’absence d’une tradition explicite, il ne semble pas qu’il puisse y avoir de doute sur la participation d’Hippodamos de Milet à la fondation de Thourioi, si l’on observe la complexité de l’implantation urbaine qui se révèle à la lumière de nos sondages, exécutés ponctuellement par rapport au plan urbain de Thourioi, comme nous l’avions déjà annoncé en 1999, en présentant les premiers résultats de l’enquête10.

  • 11 Castagnoli 1971 et 1973.

14La base de départ de tout discours sur l’urbanisme de Thourioi est certainement la description de Diodore de Sicile (XII, 10, 7), dont l’exceptionnelle qualité n’est jamais suffisamment mise en valeur. Il n’est pas fréquent d’avoir, dans un récit traitant de la fondation d’une cité antique, une description aussi précise de l’implantation urbaine, noms des rues compris. Cette circonstance, en liaison avec la vérification sur le terrain, rend le témoignage de Diodore assez crédible, au moins sur cet aspect de la question. À l’issue de la grande fouille menée par P. G. Guzzo dans la première moitié des années 1970, nous connaissions trois plateiai, deux nord-sud (A et C) distantes de 1000 pieds (environ 296 m) et une est-ouest orthogonale aux deux précédents, ainsi qu’un certain nombre de stenôpoi (mentionnés également par Diodore) situés à intervalles réguliers de 35/37 m. F. Castagnoli, à partir du rapport de fouille, a attiré l’attention sur quelques éléments de topographie urbaine qui émergeaient déjà avec une certaine clarté11.

  • 12 Effectuées par l’IMAA du CNR de Tito-PZ, pour lesquelles je remercie le Prof. E. La Penna, et les D (...)

15Juste après le congrès de Tarente de 1992, dédié à Sybaris, nous avons commencé une exploration par sondages, à la recherche des autres plateiai : aujourd’hui il est possible d’affirmer qu’une plateia est-ouest se trouvait sous le mur d’enceinte de Copiae (la cité romaine occupait donc un espace réduit comparé à Thourioi). Donc, du moment que les plateiai nord-sud sont distantes de 296 m, alors que les deux est-ouest se trouvent, elles, à 396 m l’une de l’autre, nous pouvons avancer l’hypothèse que, suivant le texte de Diodore, les 4 plateiai dans le sens de la longueur sont disposées nord-sud, tandis que les 3 plateiai dans le sens de la largeur courent d’est en ouest. Après les prospections géophysiques12, nous possédons désormais de bons éléments pour localiser une quatrième plateia nord-sud à l’extrémité ouest de l’établissement ; cette éventualité peut aussi être vérifiée grâce aux mesures topographiques effectuées par O. Voza et P. Vitti.

16Néanmoins les sondages que nous avons ouverts à 400 m au nord de la plateia recouverte par le mur de Copiae (D) n’ont pas donné le résultat espéré, ce qui nous empêche de compléter notre recherche sur les grands axes de Thourioi. Il faudra donc recourir à l’aide de l’exploration électromagnétique et géo-électrique. Dans le futur, une autre possibilité nous occupera, celle de vérifier la localisation de la troisième plateia au sud, entre la B et la rive nord du Cratis, dans la mesure où nous savons avec certitude qu’elle ne se trouvait pas au nord, puisqu’à 400 m de la plateia D la fouille a montré que le secteur était déjà une campagne extra moenia.

  • 13 Vallet 1976.
  • 14 Greco 1999.

17Notre enquête sur les stenôpoi (effectuée essentiellement le long de la plateia B) n’a pas encore donné de résultats définitifs ; les transformations urbaines durant la vie pluriséculaire de la cité ont entraîné des changements parfois radicaux, à tel point que la vérification, partant là aussi de l’hypothétique régularité des distances, amène à fouiller sous les cours ou les pièces de maisons de l’Antiquité tardive. Toutes choses égales par ailleurs, pour autant que nous le sachions, la présence certaine des stenôpoi dans les deux directions aboutit à conférer au plan de Thourioi l’aspect d’un damier plutôt qu’une implantation per strigas13. En fin de compte, il semble intéressant de reprendre la discussion sur les rues, à partir du texte de Diodore dans sa deuxième partie, qui apparaît acceptable car fondée sur des realia venant d’une bonne tradition, et qui ne peut être le fruit d’une invention. Après le chiffre de 7 grandes rues et la mention des stenôpoi, l’historien nous donne le nom des plateiai. Dans l’ordre : Hêrakleia, Aphrodisias, Olympias, Dionysias, dans un sens (kata mêkos) et Hêrôa, Thouria et Thourina dans l’autre (kata platos). Je ne reviens pas sur l’argument que nous avons déjà discuté et qui est toujours en attente d’une vérification sur le terrain concernant le rapport de proximité avec les sanctuaires éponymes des rues portant un théonyme14. Toutefois une première indication topographique paraît certaine : la fouille stratigraphique nous a permis de préciser que tant la plateia B que la E ont une largeur de 100 pieds, tout comme la A (qui conserve cette dimension jusqu’à l’abandon) et la D (comme l’a montré la fouille « Oasi »). Nous espérons retrouver dans les prochains sondages la F et la G, pour pouvoir établir que les deux manquantes étaient aussi à l’origine d’une largeur de 100 pieds, comme il semble maintenant assez probable. Cela constituerait, à mon modeste avis, un élément d’importance pour l’histoire de l’urbanisation grecque classique (fig. 8).

8 - Sybaris. Localisation des zones de fouilles et reconstitution du plan urbain de Thourioi.

8 - Sybaris. Localisation des zones de fouilles et reconstitution du plan urbain de Thourioi.

Greco 2012, pl. 13, relevé O. Voza

18Je reviendrai plutôt sur l’onomastique des rues, en particulier Hêrakleia. L’identification de cette plateia avec la E me semble assez sûre pour deux raisons : il s’agit de la route la plus occidentale, celle qui court le long de la côte, qui correspondrait au parcours du héros poussant les bœufs de Géryon ; de plus, sur une base historique plus solide, cette voie est désignée par le même nom dans la Table d’Héraclée, concernant les terres possédées par le sanctuaire d’Athéna Polias (IG XIV, 645, II). À la ligne 32 (mais aussi 38, et ensuite II, 73, 81 et 107), la table témoigne, à la fin du ive siècle av. J.-C., de l’existence d’une Hodos Hêrakleia, dont la situation, sans doute côtière, est à placer à mi-chemin entre la cité et la mer. En tenant compte du fait que la mer se trouve à une distance d’environ 1 km des murs d’Héraclée, tandis qu’à Thourioi le rivage baigne les murs, j’en déduis que le nom d’Hodos Hêrakleia était assigné à une route extra-urbaine à Héraclée, alors qu’à Thourioi elle traversait la ville du nord au sud. D’un point de vue chronologique nous ne pouvons rien dire de plus, sinon que la chronologie de la Table d’Héraclée, fin ive siècle av. J.-C., constitue un terminus ante quem.

  • 15 Une édition exemplaire de la célèbre inscription dans Duchêne 1992.
  • 16 Luppino 2012.

19Nous ne devons pas pour autant nous limiter à une supposition ; il faut aussi se demander pourquoi les hodoi thurines portent ce nom. La solution pourrait passer par la contigüité avec les sanctuaires éponymes, comme je l’ai déjà soutenu, et aussi grâce au témoignage épigraphique de la célèbre Stèle du Port de Thasos15. C’est la raison pour laquelle, nous avons saisi la possibilité d’ouvrir la fouille de Casa Bianca et mis au jour le grand sanctuaire des divinités orientales. La divinité honorée à cet endroit est très certainement Isis, comme l’atteste une dédicace sur une tablette de bronze, étudiée et publiée par S. Luppino16 (fig. 9). Toutefois, la véritable grande découverte de la fouille de Casa Bianca tient à la superposition du sanctuaire d’Isis (ier siècle apr. J.-C.) sur un lieu de culte précédent (ier siècle av. J.-C., probablement déjà consacré à une divinité égyptienne), érigé à son tour sur un sanctuaire grec d’époque classique et hellénistique, lequel vénérait une divinité dont l’identité n’est pas encore claire. C’était le sujet de l’ultime discussion de travail que j’ai eue avec Silvana Luppino.

9 - Sybaris, Casa Bianca. Tablette en bronze avec dédicace à Isis (début du iie s. apr. J.-C.). Musée de Sybaris.

9 - Sybaris, Casa Bianca. Tablette en bronze avec dédicace à Isis (début du iie s. apr. J.-C.). Musée de Sybaris.

Luppino 2012, p. 257, fig. 253

  • 17 Cf. ci-dessus n. 5-6.

20De la même manière, le schéma de la succession des cultes à Casa Bianca mérite d’être dressé avec finesse et précision. Le matériel archaïque témoigne sûrement de l’existence d’un lieu de culte à l’époque de la ville de Sybaris17, mais pour l’instant, je me borne à répéter que le sanctuaire de Thourioi, antérieur à celui d’Isis, a eu un prédécesseur archaïque sybarite au même endroit. Toute autre affirmation serait absolument prématurée, étant donné que nous ne savons rien de la divinité vénérée, ni des dimensions de ce lieu de culte. En ce qui concerne le sanctuaire d’époque classique, je pense que S. Luppino avait raison de l’attribuer à Aphrodite, devenue Isis par la suite, grâce à un processus d’assimilation entre les deux divinités qui n’a guère besoin de démonstration. Mais je ne crois pas, toutefois, que cela suffise à remettre en question l’identification de la rue comme Hêrakleia, sa position côtière offrant suffisamment de garanties. Il nous faudra cependant vérifier les deux points suivants : 1) Aphrodite est-elle la seule divinité de ce sanctuaire ? 2) Est-ce que la dénomination de la rue déduite de sa proximité avec un sanctuaire éponyme est valable dans tous les cas ?

  • 18 Talamo 2006.

21Je conclurai avec une brève réflexion sur l’implantation attribuée à Hippodamos de Milet. Afin d’éviter toute confusion, je voudrais encore une fois signaler qu’il serait imprudent d’utiliser le terme « hippodaméen » pour tout autre plan urbain que ceux du Pirée, de Thourioi ou de Rhodes. Le caractère fortement théorique de cette expression vient d’abord en grande partie des écrits d’Hippodamos de Milet, mais aussi de son activité de planificateur – voir l’agora du Pirée qu’Andocide (Myst. 45), Xénophon (Hell. II, 4, 11) ou Démosthène (C. Timoth. 22) appellent « hippodaméenne » – et ne doit pas faire oublier qu’au-delà d’analogies évidentes, les spécificités de chacun des plans « hippodaméens » doivent être rattachées à des facteurs locaux, à savoir in primis au rapport que la communauté entretient avec le présomptueux et extravagant (selon Aristote, Pol., II, 8, 1-3, 1267b22-34) penseur de Milet. Certains modernes ont voulu, à tort, élever Hippodamos au rang de théoricien de la démocratie, en soutenant de façon très banale qu’il y avait un rapport étroit entre la division égalitaire de l’espace, ce qui reste pourtant à démontrer, et le régime politique. S’il était possible d’établir un rapport, même lointain, entre les fragments contenus dans l’Anthologie de Stobée et Hippodamos, l’architecte milésien, de milieu aristocratique, comme l’a redit récemment Clara Talamo18, ne cultivait pas un idéal proprement démocratique.

  • 19 Une synthèse récente sur l’implantation urbanistique de Thourioi : Greco 2014, Greco 2018.

22Mais cela n’altère en rien l’importance historique de l’expérience urbaine de Thourioi, la cité-paradigme de Périclès, un des plus grands modèles urbanistiques sous tous les aspects dans l’Europe entière. Il n’était sans doute ni le premier, ni unique, mais sans doute le seul qui puisse encore être mis au jour, dans cette campagne plate, la plaine du Cratis, enseveli sous une couche alluviale qui l’a préservé pendant des siècles, sans aucune superposition médiévale ou moderne19.

Bibliographie

Carando 1999 : E. Carando, Sibari-Thuri: note per una revisione dei dati, AION ArchStAnt, n.s. 6, 1999, p. 165-176.

Castagnoli 1971 : F. Castagnoli, Sull’urbanistica di Thurii, Parola del Passato, 26, 1971, p. 301-307.

Castagnoli 1973 : F. Castagnoli, Ancora sull’urbanistica di Thurii, Parola del Passato, 28, 1973, p. 220-222.

D’Alessio et al. 2017 : A. D’Alessio, S. Marino, C. Rescigno, Artigiani per un impero? Un tetto nuovo e uno riconsiderato da Sibari e Poseidonia, in A. Pontrandolfo, M. Scafuro (dir.), Dialoghi sull’archeologia della Magna Grecia e del Mediterraneo, Atti del I Convegno di Paestum, 7-9 settembre 2016, vol. IV, Paestum, 2017, p. 963-986.

Duchêne 1992 : H. Duchêne, La Stèle du Port, Études Thasiennes, XIV, Paris, 1992.

Greco 1999 : E. Greco, Nomi di strade nelle città greche, in M. Castoldi (dir.), Koinà, Miscellanea in onore di P. Orlandini, Milan, 1999, p. 223-229.

Greco 2003 : E. Greco, Sibari-Thurii, Copiae: qualche ipotesi di lavoro, in G. Fiorentini, M. Caltabiano, A. Calderone (dir.), Archeologia del Mediterraneo: Studi in onore di E. De Miro, Rome, 2003, p. 369-374.

Greco 2012 : E. Greco (dir.), Il Santuario delle divinità orientali e i suoi predecessori (Sibari-Casa Bianca): scavi 2007, 2009-2012, ASAtene, LXXXIX, s. III, 11, t. II, 2011 (2012).

Greco 2014 : E. Greco, Sullo ΣΧΗΜΑ di Thurii: venti anni di ricerche, ASAtene, XCII, s. III, 14, 2014, 2014, p. 1-11.

Greco 2018 : E. Greco, Ippodamo di Mileto. Immaginario sociale e pianificazione urbana nella Grecia classica, Paestum, 2018.

Greco, Luppino 1999 : E. Greco, S. Luppino, Ricerche sulla Topografia e sull’urbanistica di Sibari-Thuri-Copiae, AION ArchStAnt, n.s. 6, 1999, p. 115-164.

Greco et al. 2010 : E. Greco, S. Luppino, M. T. Granese, O. Voza, Alla ricerca di Ippodamo di Mileto. L’impianto urbanistico di Thurii. La campagna di scavo 2003 a Sibari in località Lattughelle, Polis, 3, 2010, p. 97-116.

Greco et al. 2017 : E. Greco, A. Correale, L. Coluccia, Scavi a Sibari (Casa Bianca) 2014-2015, ASAtene, XCIV, s. III, 16, 2016 (2017) p. 287-349.

Guzzo 1976 : P. G. Guzzo, Fra Sibari e Thurii, Klearchos, XVIII, 1976, p. 27-64.

Guzzo 2016 : P. G. Guzzo, De Pithécusses à Pompéi. Histoires de fondations. Quatre conférences au Collège de france (Paris, 2014), Centre Jean Bérard, coll. études, 10, Naples, 2016.

Luppino 2012 : S. Luppino, Il santuario delle divinità orientali. Osservazioni preliminari sui culti, in Greco 2012, p. 247-258.

Search for Sybaris : F. G. Rainey, C. M. Lerici (dir.), The Search for Sybaris 1960-1965, Rome, s.d. (ca 1967).

Talamo 2006 : C. Talamo, Aristotele e Ippodamo, in M. Faraguna, M. V. Vedaldi Iasbez (dir.), Δύνασθαι διδάσκειν. Scritti in onore di Filippo Cassola per il suo 80 compleanno, Trieste, 2006, p. 375-385.

Vallet 1976 : G. Vallet, Avenues, Quartiers et Tribus à Thourioi, ou comment compter les cases d’un damier (à propos de Diod. XII, 10 et 11), Mélanges Heurgon, II, Rome, 1976, p. 1021-1032.

Notes

1 Guzzo 2016, p. 61-82, en particulier pour l’archéologie des indigènes de la plaine du Cratis ; un article traitant des problèmes relatifs à l’établissement grec se trouve dans Greco 2019.

2 Carando 1999.

3 Greco, Luppino 1999.

4 D’Alessio et al. 2017.

5 Voir Search for Sybaris, p. 303-304 et les hypothèses sur le rapport entre les différentes cités qui se sont succédées et l’anse du Cratis dans Greco 2003.

6 Greco et al. 2010.

7 Une contribution pour le cadre stylistique et chronologique d’un antéfixe à tête de Gorgone se trouve dans Greco 2012, p. 147-151. Pour la céramique archaïque voir M. T. Granese et S. Di Gregorio dans Greco 2012, p. 219-226 ; pour les chapiteaux voir Greco et al. 2017, p. 303, fig. 15.

8 Le sondage de M. Bats et P. Ruby est publié dans Greco, Luppino 1999, p. 145-147 ; la tombe de Casa Bianca est publiée par M. Petropoulos dans Greco 2012, p. 277-278.

9 Des traces de vie de la période comprise entre 510 et 444 av. J.-C. ont été recensées par Guzzo 1976 et ont été complétées par les découvertes de S. Luppino, et spécialement la tombe du lieu-dit Favella della Corte (inédite, exposée dans le musée de Sybaris). Les recherches que nous avons conduites durant l’été 2015 n’ont pas donné de résultats appréciables dans le secteur de la tombe publiée par M. Petropoulos dans Greco 2012, p. 277-278, rapport préliminaire dans A. Bertelli, P. Fileri, sondage 7 (enquêtes stratigraphiques au sud de la porte Est) dans Greco et al. 2017, p. 335-340.

10 Greco, Luppino 1999.

11 Castagnoli 1971 et 1973.

12 Effectuées par l’IMAA du CNR de Tito-PZ, pour lesquelles je remercie le Prof. E. La Penna, et les Doct. B. Di Fiore, D. Chianese, A. Loperte.

13 Vallet 1976.

14 Greco 1999.

15 Une édition exemplaire de la célèbre inscription dans Duchêne 1992.

16 Luppino 2012.

17 Cf. ci-dessus n. 5-6.

18 Talamo 2006.

19 Une synthèse récente sur l’implantation urbanistique de Thourioi : Greco 2014, Greco 2018.

Table des illustrations

Titre 1 - Sybaris.
Légende La région de la cité et du territoire entre les deux fleuves : au nord le Coscile (anc. Sybaris), au sud le Crati (anc. Krathis). En bas : plan avec la localisation des sections de fouilles.
Crédits relevé O. Voza
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 2 - Sybaris. Les maisons archaïques explorées à Stombi, la région des fouilles la plus septentrionale.
Crédits Carando 1999
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 3 - Sybaris. Vue du nord de la grande plateia A qui devient plus étroite après la Porte romaine.
Crédits © E. Greco
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre 4 - Sybaris. Quartier de la Porte Nord.
Légende Vue d’une stratigraphie où se trouvent toutes les grandes phases historiques du site : à gauche la conduite de la rue d’époque classique est attribuée à l’époque de Thourioi ; en bas les deux murs parallèles appartiennent à une maison de Sybaris détruite à la fin du vie s. av. J.-C.
Crédits © E. Greco
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 5 - Sybaris. Sima en terre cuite et antéfixe avec cornes de tête archaïque (env. 560 av. J.-C.) retrouvés sous la plateia A.
Crédits D’Alessio et al. 2017, p. 981, fig. 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre 6 - Sybaris. Plan du quartier de Casa Bianca.
Légende À gauche le sanctuaire des divinités orientales (M) et Temple (O) ; à droite le mur et la porte est (Porta Marina) d’époque romaine.
Crédits Greco 2012, p. 291, fig. 277, relevé P. Vitti, O. Voza
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 7 - Sybaris. Quartier de la Casa Bianca. Chapiteau dorique archaïque (530 av. J.-C.) remployé dans le sanctuaire romain.
Crédits © A. Correale
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre 8 - Sybaris. Localisation des zones de fouilles et reconstitution du plan urbain de Thourioi.
Crédits Greco 2012, pl. 13, relevé O. Voza
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 9 - Sybaris, Casa Bianca. Tablette en bronze avec dédicace à Isis (début du iie s. apr. J.-C.). Musée de Sybaris.
Crédits Luppino 2012, p. 257, fig. 253
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search