Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

3. Sur la colonisation grecque en Occident : contribution au débat en cours

Texte intégral

  • 1 Je propose un bilan des recherches les plus récentes sur la colonisation grecque en Occident, qui m (...)
  • 2 Finley, Lepore 2000.

1Depuis une vingtaine d’années se tient un débat qui vise à reconsidérer complètement l’histoire de la colonisation grecque en Occident1. Pour commencer, nous savons bien qu’il faudrait plutôt dire apoikismos et non colonisation pour tenir compte de la différence structurelle entre les deux termes : le verbe colere et le substantif dérivé colonia sont des mots latins, qui renvoient à une réalité bien différente de l’apoikia grecque. Mais je survole cet argument, déjà bien traité dans le passé par des intervenants de poids2. De même je ne m’attarderai pas sur les concepts de mobilité, qui restent hors de la discussion. Ce qui m’intéresse ici est encore une fois de questionner le rapport entre archéologie et histoire, comme nous allons le voir.

  • 3 Osborne 1998, fidèlement suivi par D. Yntema 2011.

2Sur ce thème, à l’heure actuelle, notons la position radicalement négationniste de Robin Osborne3 et celle d’autres chercheurs qui, avec diverses variations, s’opposent aux théories révisionnistes. Notre devoir alors n’est pas de défendre une tradition dogmatique : si nous voulons obtenir des avancées concrètes dans le débat, notre objectif au contraire doit être le réexamen des paramètres mis en cause. En somme, nous devons évaluer les présupposés des acquisitions historiographiques qui semblent solides, afin d’éviter d’être traités de « chasseurs de fantasmes ». Pour ma part, je voudrais apporter une contribution au débat en présentant une chronique archéologique relative aux implantations urbaines des poleis grecques, lieu d’observation particulièrement important en Occident. Je me demande, en bref, si la formation de la cité « coloniale » ne pourrait pas conduire à éclaircir quelques dynamiques renvoyant aux origines, à savoir la fondation de l’apoikia.

  • 4 Hall 2008.
  • 5 Greco, Lombardo 2012, p. 43-44.

3Je partirai de quelques points établis : le premier a été exprimé il y a quelques années par Jonathan Hall dans son essai sur les Foundation Stories4. Mises à part les positions diverses sur le phénomène colonial en général exprimées par le chercheur, je partage largement son affirmation selon laquelle l’archéologie fournit la seule source contemporaine des événements ayant mené au ktisma. D’où la grande responsabilité qui incombe à l’archéologue et la nécessité de parvenir à des formulations claires allant au-delà d’un pur empirisme. Il est fondamental, je crois, que l’étude de la dimension matérielle des problèmes progresse sans contaminations, principe souvent énoncé mais non respecté. Mon second point de départ, souligné avec son efficacité habituelle par Mario Lombardo, s’appuie sur l’enseignement que nous ont laissé nos maîtres, qui nous ont mis en garde contre le fait de considérer les fondations grecques comme un phénomène unique, uniforme5. C’est là une approche faussée, qui comporte le risque d’ignorer les nuances, et en conséquence de ne pas pouvoir tirer parti des nombreux débats qui s’ensuivraient.

  • 6 de Polignac 1996b.
  • 7 Morgan 1990 ; de Polignac 1996a, 1999, 2005, 2006.
  • 8 Mazarakis Ainian 1997.

4Avant de passer à l’examen de la situation occidentale, je voudrais m’attarder brièvement sur la polis en général, à la fois en Grèce continentale, en Grande Grèce et en Sicile. En outre, pour ne rien laisser de côté, nous devrons intégrer à nos observations la chôra, élément indispensable à une évaluation correcte du problème auquel nous nous attaquons. Je tiens à souligner ce point, car si nous avons fait quelques progrès dans ces dernières années, je crois que nous le devons à la prise de conscience de l’importance du territoire pour définir les différents modèles d’implantation des cités grecques. Elles doivent être examinées au cas par cas, et non selon un modèle unique. Nous avons tous à l’esprit, par exemple, le rôle des sanctuaires territoriaux et leur fonction comme élément normatif de la polis du haut archaïsme en Grèce propre, comme il ressort de la première édition du livre de François de Polignac en 1984, et comme cela fut ensuite opportunément modifié par de nombreuses études, et également par la seconde édition du même livre6. La thèse de Catherine Morgan, ainsi que les autres contributions de F. de Polignac mettent au centre de leur réflexion la valeur du sanctuaire comme point de référence des dynamiques politico-religieuses, et contribuent à la définition de la polis tardo-géométrique7. Alexandros Mazarakis-Ainian est revenu plusieurs fois sur cet argument depuis la parution de sa thèse8, soulignant les importants changements dans l’habitat qui s’organise autour de la résidence du chef à l’époque géométrique (ce qui tend graduellement à disparaître) au profit d’un type d’habitation d’apparence égalitaire qui s’impose au Géométrique tardif, au moment même où la sphère du sacré prend des formes de plus en plus diversifiées dans le mode d’occupation du sol.

  • 9 Ehrenberg 1937 ; Snodgrass 1993.
  • 10 Ampolo 1980.
  • 11 Giangiulio 2001 ; Schnapp-Gourbeillon 2002.
  • 12 Morgan, Coulton 1997.
  • 13 Gounaris 2009.

5Pour revenir à l’argument fondateur de notre discours, une interrogation totalement rhétorique revient souvent dans la littérature : quand donc est née la polis grecque ? Voilà une question d’ampleur sur laquelle il est inutile de s’appesantir tant la bibliographie est sans limites. Je dirais que, parmi les meilleures analyses, celles qui ont durablement fait école, s’imposent la célèbre étude de Victor Ehrenberg et les travaux classiques de Anthony Snodgrass9 ; Carmine Ampolo10 de son côté a fourni un bilan efficace de toute la littérature sur le sujet depuis Fustel de Coulanges. Plus récemment sont parus l’essai de Maurizio Giangiulio et le livre de Annie Schnapp-Gourbeillon qui utilise ad abundantiam le matériel archéologique11. Comme on peut le voir, à partir d’un certain moment, nous sommes toujours obligés de citer les deux courants de la recherche, archéologique et historique. En effet, la littérature archéologique dominante suit le plus souvent les textes, et parfois malencontreusement aussi les mythes, comme si ceux-ci devaient être validés par l’étude de la culture matérielle. Il faut donc que la réponse soit adaptée à la source utilisée. En ce qui concerne la naissance de la polis, nous sommes face à une approche quantitative, la polis comme structure physique12 ou à des définitions qui s’inspirent largement de Pausanias. Cette dernière démarche domine la littérature néo-positiviste produite par le Copenhagen Polis Centre jusqu’au récent travail d’Alexandros Gounaris13 qui répartit les données en deux grands groupes, les cités de l’Asie Mineure et les poleis de l’Occident. Mais, quand il discute de ces dernières, il ne s’éloigne pas d’un examen sommaire de la topographie, accompagné de l’habituel « according to the literary testimonia », toutes choses qu’il nous faut laisser de côté si nous voulons accepter le défi que nous lance la vulgate selon laquelle les archéologues poursuivent des fantasmes.

  • 14 Voir Kotsonas 2016.

6Regardons alors ce que nous proposent les données du monde grec du point de vue de l’archéologie de l’habitat, que pour le moment nous appellerons simplement habitat, pour ne pas donner l’interprétation avant la description. Il y a un consensus général pour admettre que, après la chute des royaumes mycéniens, même si elle ne fut pas simultanée, avec des causes diverses d’une région à l’autre, une phase historique entièrement nouvelle commence. Parmi les différences les plus importantes, à côté de l’écriture, viennent l’architecture et la forme des habitats. Toute cette époque est alors nommée « Dark Age », à partir du xie siècle, car il n’y a plus de palais, mais ce n’est pas encore la polis. La période dans son intégralité est représentée conventionnellement comme une zone grise, voire obscure (« dark »), définition qui au contraire indique de façon exemplaire notre propre ignorance. C’est notre vision qui est obscurcie ; il vaudrait mieux dépasser des expressions comme Moyen-Âge hellénique ou d’autres du même genre, et les remplacer, étant donné que nous sommes dans une époque de nominalismes, par des définitions plus valables historiquement14.

  • 15 Hägg 1983.
  • 16 Kourou 2009.
  • 17 Deger, Jalkotsky, Lemos 2006 ; Mazarakis Ainian 2011; Mazarakis Ainian, Alexanridou, Charalambidou (...)

7Pour terminer, sans développer davantage le concept, nous pouvons dire en bref que la perspective est faussée par une vision téléologique de l’histoire : le Moyen Âge hellénique existe parce qu’il est suivi d’une Renaissance (on parle explicitement de Renaissance, à la suite d’A. Snodgrass et surtout de R. Hägg15) qui coïncide avec l’arrivée, à la fin des temps obscurs, de la « lumière de la Cité ». L’accord semble général pour admettre que les éléments qui concourent à définir la polis apparaissent au viiie siècle av. J.-C. Toutefois, qu’il soit bien clair que lorsque nous parlons du viiie siècle, nous faisons référence non pas à la naissance de la polis, mais à un moment particulier de transformation de ce concept avec toutes les « nouveautés » que nous réussissons à percevoir en mode macroscopique. Les progrès de la recherche archéologique ont conduit certains des meilleurs spécialistes, comme Nota Kourou par exemple16, à redimensionner cette notion de « siècles obscurs » en fonction de données, essentiellement les tombes, qui suggèrent des conclusions bien différentes17.

  • 18 Malkin 1994.
  • 19 Vallet 1984-1985.
  • 20 Di Vita 1983.
  • 21 Fischer Hansen 1996.

8Néanmoins, la documentation relative aux habitats est extrêmement pauvre, et de peu de secours quand on considère les grands centres occupés sur le long terme. Dans l’état actuel de la question, la fondation des apoikiai présente les traits d’une société en voie de transformation avec toutes ses crises de croissance. On en vient aussi à supposer18 que la « colonisation » a constitué un facteur déterminant de la maturation de la polis en Grèce propre, bien évidemment sur un profil social et politique, et non urbanistique. Il ne faut pas, toutefois, perdre de vue la dimension chronologique, également dans la perspective où les apoikiai seraient la reproduction de la mère-patrie, ce qui me paraît difficile à soutenir. La nécessité de procéder à une évaluation globale et comparatiste avec la Grèce propre fut souhaitée par Georges Vallet il y a plusieurs années19 de cela, tandis qu’une première tentative fut lancée par Antonino Di Vita en 1979, avec l’organisation par la Scuola Archeologica di Atene d’un congrès international avec pour thème « Grecia, Italia e Sicilia nell’VIII e VII secolo a.C. »20. L’attention portée simultanément au phénomène urbain en Grèce égéenne et aux apoikiai s’est sans cesse développée avec le temps. En ce qui concerne l’Occident, signalons l’abondante production du Copenhagen Polis Centre, et particulièrement l’essai synthétique de Tobias Fischer-Hansen sur le town-planning des plus anciennes colonies occidentales21, avec comme sous-titre « with special regard to Sicily », fort justement puisque c’est essentiellement la documentation sicilienne qui permet d’étudier l’urbanisme occidental.

  • 22 Kourou 2003.
  • 23 Luce 2002.
  • 24 Descœudres 2008.
  • 25 Lagopoulos 2009.
  • 26 Gounaris 2009.
  • 27 Mertens 2006.

9Dans les actes d’un colloque dédié à la Naissance de la ville, Kourou22 fait le point sur les habitats depuis la fin de la période des palais jusqu’à la cité archaïque. Jean-Marc Luce est l’éditeur d’un volume collectif sur l’urbanisme grec depuis la chute des palais à la prise de Milet23 ; Jean-Paul Descœudres24 a fourni un bon tableau d’ensemble de la Grèce centrale à l’époque de la colonisation, tandis que plus récemment est paru le volume dirigé par A. Ph. Lagopoulos25, dans lequel on trouve le chapitre sur les cités de la Grèce archaïque d’A. Gounaris qui comprend également les cités occidentales26. Enfin, le beau livre de Dieter Mertens sur Città e Monumenti dei Greci d’Occidente27 a fourni un exemple de l’attention portée à la situation métropolitaine ainsi qu’aux apoikiai, qui intègre aussi l’histoire des sites, avec des illustrations très utiles à ceux qui prétendent à l’étude de l’urbanisme antique.

1 - Andros, Zagora. Plan de la ville archaïque : quadrillage de sondage et plan des bâtiments fouillés en 1960 et 1967, éch. 1:500.

1 - Andros, Zagora. Plan de la ville archaïque : quadrillage de sondage et plan des bâtiments fouillés en 1960 et 1967, éch. 1:500.

Cambitoglou 1992, pl. I

  • 28 Nowicki 2000.
  • 29 Lang 2002.
  • 30 Kourou 2009.
  • 31 Prinias : Rizza 2008 ; Gortyne (Profitis Ilias) : Allegro, Santaniello 2011.

10Voyons maintenant un exemple fourni par l’archéologie grecque relatif aux formes de l’habitat. Pour le Bronze final comme pour le premier âge du fer le point de vue initial s’accorde sur le concept de « site de refuge », qui se rapporte à un type d’habitat en nette rupture avec la période précédente. L’archétype de ce type d’établissement serait Karphi, dans les montagnes crétoises, où les habitants se seraient réfugiés pour échapper à l’instabilité politique des plaines28. Cette interprétation prévaut dans l’étude des sites de Crète et surtout des Cyclades, comme par exemple Zagora d’Andros (fig. 1), Xobourgo de Tinos et Emporio de Chios (fig. 2). La bibliographie relative est réunie par J. Lang29 et N. Kourou30, mais elle mérite d’être mise à jour car des découvertes plus récentes, par exemple Prinias et Profitis Ilias de Gortyne, semblent la contredire31.

2 - Chios, Emporion. Plan de l’habitat archaïque.

2 - Chios, Emporion. Plan de l’habitat archaïque.

Boardman 1967, fig. 4

  • 32 Gras, Tréziny 2012 ; Mertens 2012 ; sur Mégara le plus récent Guzzo 2016, p. 37-60 et Gras, Treziny (...)
  • 33 Di Vita 1983, p. 69.

11En Occident, l’argument central porte évidemment sur Mégara Hyblaea (fig. 3), puisque la cité sicilienne est la pierre d’achoppement sur laquelle s’appuient de façon constante toutes les études urbanistiques de la Grèce du haut archaïsme, et pas seulement pour l’Occident. Je ne m’attarde pas sur Mégara, mais on doit garder à l’esprit les considérations avancées par Michel Gras et Henri Tréziny, ainsi que le débat suivant mené par D. Mertens sur le rapport entre Mégara et Sélinonte32. En conclusion de son bilan sur Mégara, Antonino Di Vita affirmait qu’il lui était « difficile de concevoir la réalisation, au moment même de l’arrivée, d’une structure urbaine articulée »33. Le point de vue est respectable, mais il comporte en soi un de ces défauts téléologiques que nous critiquons ici. En somme, l’aspect physique d’une cité est l’expression d’une manière de concevoir l’organisation de l’espace. En revanche, on ne peut dire que Mégara soit une bourgade agricole plutôt qu’une cité, parce que l’absence de monumentalité ne doit pas être confondue avec l’absence du politique. Il s’agit de relativiser ce concept pour l’époque du haut archaïsme.

3 - Mégara Hyblaea. Plan d’ensemble de la zone archéologique, hors nécropoles.

3 - Mégara Hyblaea. Plan d’ensemble de la zone archéologique, hors nécropoles.

Mégara Hyblaea 5, p. 2-3

  • 34 Lombardo in Greco, Lombardo 2012.
  • 35 Lippolis, Parisi 2012.
  • 36 Lombardo in Greco, Lombardo 2012 ; Lippolis, Parisi 2012 ; Greco 2019.

12Un aspect central attire particulièrement notre attention : comme je l’ai dit précédemment, nous trouvons souvent reprise dans la littérature la recherche des ressemblances entre l’apoikia occidentale et celle que la tradition présente comme sa mêtropolis. Il s’agit d’une tentative qui prend son origine avant même que se manifeste la nécessité d’une preuve archéologique pour établir l’historicité de la tradition sur la colonisation grecque. Cette dernière a des fondements bien plus solides, comme l’a rappelé Mario Lombardo34, à chercher dans la langue, les institutions, les nomima, y compris les rites religieux examinés par Enzo Lippolis et Valeria Parisi35. J’y ajouterais, dans certains cas, la toponymie si l’on pense à certaines poleis elles-mêmes, comme Mégara ou Locres, ou au fleuve Cratis, ou encore à la source nommée Sybaris en Achaïe36.

  • 37 Voir les travaux de Gadolou 2011 et Kolia, Gadolou 2011.

13Il est difficile en revanche d’accepter l’apoikia comme simulacre de la mère-patrie. Tout au contraire, pour ce qui regarde l’organisation spatiale de la polis, cité et territoire, l’une et l’autre représentent une innovation extraordinaire qui se manifeste pour la première fois en Occident. En pratique, je tendrais à considérer la polis occidentale comme une nouveauté depuis ses premières manifestations, mais toujours dans l’optique d’un examen des données évitant les généralisations. Par exemple, il existe quelques cas similaires. Quand nous observons le quartier géométrique près du temple d’Apollon Daphnêphoros à Érétrie, les compounds avec les maisons ovales ou absidales de Skala Oropou et le quartier de Mazzola à Ischia, nous ne pouvons faire moins que de noter les analogies évidentes qui renvoient à l’organisation sociale des apoikiai et à leur activité économique ; ce sont ces deux éléments qui concourent à déterminer les similitudes. Pour le peu que nous arrivions à comprendre d’après la maigre documentation dont nous disposons, rien de tel ne peut se dire concernant les éventuelles similitudes entre Mégara Nisaea et Mégara Hyblaea, Sparte et Tarente ou Corinthe et Syracuse ; rien non plus pour l’Achaïe et les ktismata achéens, même si la situation de l’Égialée doit être reconsidérée à la lumière des extraordinaires découvertes récentes dans la zone que nous pouvons désormais identifier avec une assez bonne certitude comme Hélikè, mère-patrie traditionnelle de Sybaris, et Rhypes, métropole de Crotone37.

  • 38 Di Vita 1983.
  • 39 Greco 2001, 2003.

14Que dire alors sur l’archéologie de la polis en Grande-Grèce ? Di Vita, dans une contribution déjà citée38, a justement observé le fait suivant, même si cela se réfère à la situation sicilienne : en l’absence des données sur l’habitat, c’est la topographie des nécropoles qui nous fournit d’importantes informations sur leur extension à partir des origines. Dans ce cas aussi, il vaut la peine de le redire, nous devons recourir aux données siciliennes, en rappelant les stratigraphies horizontales spectaculaires des nécropoles de Syracuse et Géla, alors qu’en Grande-Grèce la situation de Tarente apparaît assez transparente. En fin de compte, il s’agit d’attirer l’attention sur des sites qui présentent d’indiscutables signes de transformation déjà dans le dernier quart du viiie siècle av. J.-C., époque pour laquelle nous disposons, urbanistiquement parlant, surtout de la leçon mégarienne. On pourrait partir d’un point assez sûr sur lequel j’inviterais à réfléchir : à la lumière des connaissances actuelles, malgré la variété des situations, on pourrait dire que la cité occidentale naît comme un organisme qui a déjà connu le synœcisme. Je crois qu’à la base s’affirme le mode d’occupation de la campagne avec des installations stables comme les kômai de Tarente ou de la Sybaritide39. En bref, une certaine précocité s’impose pour affronter les problèmes urbanistiques de l’asty, comme conséquence de choix d’implantations qui s’étendent sur tout le territoire de la polis.

4 - Métaponte. Plan général de la ville.

4 - Métaponte. Plan général de la ville.

Mertens 2006, p. 160, fig. 276

  • 40 Zurbach 2008.

15Du point de vue de la documentation matérielle, lorsqu’il s’agit de traiter l’archéologie des poleis de la Grande-Grèce, on doit examiner prioritairement les cas de Métaponte (fig. 4) et Poseidonia (fig. 5). Dès la fondation de ces deux cités (environ 630 av. J.-C. pour Métaponte ; 600 av. J.-C. pour Poseidonia) émerge clairement la forme urbaine qui s’était manifestée de façon spectaculaire à Sélinonte, et qui se diffusera tout au long du vie siècle av. J.-C., appelée conventionnellement per strigas. Nous nous trouvons face à une évidence, qui ne peut être autre chose que l’acte final d’un processus de maturation, totalement occidental, au-delà de tout doute rationnel. Mis à part les prétentions inexistantes d’esthétique urbaine, la racine du problème relève de la division cadastrale, préoccupation des apoikoi de la première génération40.

5 - Poseidonia. Plan général de la ville.

5 - Poseidonia. Plan général de la ville.

Mertens 2006, p. 166, fig. 287, relevé D. Theodorescu

16Toutefois, dans chaque cas, il faut croire à la diversité des expériences grecques dans chacune des poleis, et à la durée de deux ou trois générations au cours desquelles la nouvelle polis présente des aspects novateurs par rapport à la mère-patrie, avec une série de ferments que l’archéologie permet d’enregistrer, sans l’aide des sources littéraires. Si nous utilisons les concepts de centre et de périphérie, nous pouvons seulement répéter que, à l’époque archaïque, en ce qui concerne la forme urbaine, la Grande-Grèce et la Sicile présentent un modèle d’absolue centralité, avec leurs implantations régulières mais aussi avec leurs grandes agorai et édifices publics.

  • 41 Greco 1998.

17En conclusion, il faut surtout mettre l’accent sur la dimension des espaces publics de Métaponte et Poseidonia, et peut-être aussi de Crotone. Pour Sybaris nous pouvons en faire l’hypothèse à Parco del Cavallo, mais son extension demeure inconnue car nous n’avons aucun élément jusqu’à présent. Quant aux agorai, on trouve chez Strabon un bel adjectif pour les définir, eumegethês, appliqué à l’agora de Tarente, mais qui peut être aussi utilisé pour décrire d’autres réalités caractérisées par des dimensions hors échelle41.

6a - Crotone, plan de la chôra.

6a - Crotone, plan de la chôra.

Mertens 2006, p. 53, fig. 59

6b - Crotone. Sanctuaire d’Héra Lacinia à Capo Colonna.

6b - Crotone. Sanctuaire d’Héra Lacinia à Capo Colonna.

Spadea 2006, album photographique

7 - Métaponte. Temple d’Héra dit « Tables palatines ».

7 - Métaponte. Temple d’Héra dit « Tables palatines ».

8 - Poseidonia. Sanctuaire d’Héra.

8 - Poseidonia. Sanctuaire d’Héra.

La Genière, Greco, Donnarumna, CRAI, 1997, p. 333

18Autre élément sur lequel je voudrais attirer l’attention : les grands Hêraia extra-urbains, de Crotone (fig. 6a et 6b), Métaponte (fig. 7) et Poseidonia (fig. 8). Un Hêraion de ce type existait sans doute aussi à Sybaris, mais il n’est pas encore localisé. Il ne suffit pas toutefois que ces sanctuaires soient à l’extérieur des murs, ce n’est pas le seul élément qui les unit. Ils se diversifient du reste par leurs dimensions, leur localisation aux limites de la chôra, leur histoire particulière, ce qui donne l’idée de quelque chose de structurel dans l’évolution territoriale, mais un phénomène aussi que nous devons ramener à des éléments divers, différents d’un cas à l’autre car chaque cité a ses histoires particulières. Quand nous observons de près une cité comme Sélinonte (fig. 9), et en Grande Grèce Métaponte et Poseidonia, nous tombons, selon toute évidence, sur l’expression finale d’un processus qui remonte à l’époque précédente, mais qui désormais se manifeste avec tous les éléments qui le singularisent au sein d’une grande autonomie : implantations régulières, grandes agorai, édifices publics comme ceux, circulaires, qui sont des agorai et non des ekklêsiastêria (fig. 10-11).

9 - Sélinonte. Plan général de la ville.

9 - Sélinonte. Plan général de la ville.

Mertens 2006, p. 174, fig. 303

10 - Métaponte. Plan du sanctuaire et de l’agora.

10 - Métaponte. Plan du sanctuaire et de l’agora.

Mertens 2006, p. 156, fig. 270

11 - Poseidonia. L’ekklesiasterion : photo et restitution graphique du plan de l’édifice.

11 - Poseidonia. L’ekklesiasterion : photo et restitution graphique du plan de l’édifice.

Greco, Theodorescu et al. 1983, vol. II, p. 179, fig. 31. © E. Greco, relevé D. Theodorescu

19À partir du ve siècle av. J.-C., mis à part la Politeia hippodaméenne – selon la spéculation théorique, transmise par Aristote (Pol., II, 8, 1-3, 1267b22-37), et qui doit beaucoup, à mon avis, à l’expérience occidentale –, les cités nouvelles sont souvent réalisées per strigas. Ainsi se construisent la colline nord d’Olynthe en Chalcidique, l’implantation de Halieis en Argolide, Kassopè en Epire, et Hephaestia de Lemnos (actuellement en fouilles par l’École archéologique italienne, fig. 12), où, à partir au moins de la fin du ve siècle av. J.-C. l’apoikia / klêrouchia athénienne s’installe selon une implantation dont le schéma a tout à fait l’aspect de ce que nous appelons « cité per strigas ».

12 - Lemnos, Hephaestia. Plan de la ville en rouge, avec le relief du rocher, d’après les mesures de géo-radar.

12 - Lemnos, Hephaestia. Plan de la ville en rouge, avec le relief du rocher, d’après les mesures de géo-radar.

Archives de la Scuola Archeologica Italiana di Atene, DR

20À bien regarder, sous ce profil, l’Occident a enseigné quelque chose à la mère-patrie.

Bibliographie

Allegro, Santaniello 2006 : N. Allegro, E. Santaniello, Gortyna - L’abitato di Profitis Ilias e la storia più antica della città, in G. Rizza (dir.), Identità culturale, etnicità, processi di trasformazione a Creta fra Dark Age e Arcaismo, Atti del Convegno Atene 2006, Palerme, 2006, p. 309-322.

Alle origini 2012 : Alle origini della Magna Grecia, Atti del cinquantesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2010, Tarente, 2012.

Ampolo 1980 : C. Ampolo (dir.), La città antica.Guida storica e critica, Rome-Bari, 1980.

Ampolo, Lombardo 2016 : C. Ampolo, M. Lombardo, Introduzione al tema: la polis in Occidente e la storiografia moderna, in Poleis e Politeiai, 2016, p. 35-62.

Boardman 1967 : J. Boardman, Excavations in Chios 1952-1955: Greek Emporio, Suppl. 6, Oxford, 1967.

Cambitoglou 1992 : Al. Cambitoglou (dir.), Zagora I: excavation of a geometric settlement on the island of Andros, Greece 1988-1992, Athènes, 1992.

CEC 2016 : L. Donnellan, V. Nizzo, G.-J. Burgers (dir.), Conceptualising early Colonisation, (textes issus d’une conférence internationale tenue à Rome, 21-23 juin 2012, « Context of Early Colonization »), Bruxelles, 2016.

Deger Jalkotosky, Lemos 2006 : S. Deger Jalkotosky, I. Lemos (dir.), Ancient Greece from the Mycenaean Palaces to the Age of Homer, Édimbourg, 2006.

Descœudres 2008 : J. P. Descœudres, Central Greece on the Eve of the Colonisation Movement, in G. R. Tsetskhladze (dir.), Greek Colonisation. An account of Greek Colonies and Other Settlements Overseas, 2, Leyde-Boston, 2008, p. 289-382.

Di Vita 1983 : A. Di Vita, L’urbanistica più antica delle colonie di Magna Grecia e Sicilia: problemi e riflessioni, ASAtene, LIX, n.s. XLIII, t. I, 1981 (1983), p. 63-79.

Ehrenberg 1937 : V. Ehrenberg, When Did the Polis Rise?, JHS, LVII, 1937, p. 147-159.

Finley, Lepore 2000 : M. I. Finley, E. Lepore, Le Colonie degli Antichi e dei Moderni, Rome, 2000.

Fischer Hansen 1996 : T. Fischer Hansen, The Earliest Town-Planning of the Western Colonies, with special regard to Sicily, Acts Copenhagen Polis Centre 3, Copenhague, 1996, p. 317-373.

Giangiulio 2001 : M. Giangiulio, Alla ricerca della polis, in M. Vetta (dir.), La Civiltà dei Greci, Rome, 2001, p. 59-104.

Gounaris 2009 : A. Gounaris, City-Polis in the Late Geometric and the Archaic Period, in Lagopoulos 2009, p. 127-142.

Gras, Tréziny 2012 : M. Gras, H. Tréziny, Mégara Hyblaea: le domande e le risposte, in Alle origini 2012, p. 1133-1147.

Gras, Tréziny 2018 : M. Gras, H. Tréziny, Groupements civiques et organisation urbaine à Mégara Hyblaea, Aristonothos, 13, 2 (2017), p. 145-170.

Greco 1998 : E. Greco, Agora eumeghetes : l’espace public dans les poleis d’Occident, Ktema, 23, 1998, p. 153-158.

Greco 2001 : E. Greco, Abitare in campagna. Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del XL Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 29 settembre - 3 ottobre 2000, Tarente, 2001, p. 171-201.

Greco 2003 : E. Greco, La colonizzazione greca in Italia Meridionale. Profilo storico-archeologico, in AA.VV., Il fenomeno coloniale dall’antichità ad oggi, Atti dei Convegni Lincei 189, Rome, 2003, p. 17-52.

Greco 2019 : E. Greco, Sybaris: The Urban Space of a Great Achaean City in the West, in E. Greco, A. Rizakis (dir.), Gli Achei in Grecia e in Magna Grecia: Nuove scoperte e nuove prospettive. Οι Αχαιοί στην Ελλάδα και τη Μεγάλη Ελλάδα: Νέα ευρήματα και νέες προοπτικές, Actes du Colloque d’Aigion (12-13 décembre 2016), ASAtene, Suppl. 3, 2019, p. 289-299.

Greco, Lombardo 2012 : E. Greco, M. Lombardo, La colonizzazione greca: modelli interpretativi nel dibattito attuale, in Alle origini 2012, p. 37-60.

Greco, Theodorescu et al. : E. Greco, D. Theodorescu et al., Poseidonia-Paestum, BEFAR, 42, Rome, 1980-2008.

Guzzo 2016 : P. G. Guzzo, De Pithécusses à Pompéi. Histoire de fondations. Quatre conférences au Collège de France (Paris, 2014), Centre Jean Bérard, coll. études, 10, Naples, 2016.

Hägg 1983 : R. Hägg (dir.), The Greek Renaissance of the eighth century B.C.: Tradition and Innovation, Proceedings of the second international symposium at the Swedish Institute in Athens, 1-5 June 1981, Athènes, 1983.

Hall 2008 : J. M. Hall, Foundation Stories, in G. Tsetskhladze (dir.), Greek Colonization. An Account of Greek Colonies and Other Settlements Overseas, II, Leyde, 2008, p. 407-452.

Kolia, Gadolou 2011 : E. Kolia, A. Gadolou, A Sanctuary of the Geometric Period in Ancient Helike, Achaea, BSA, 106 (1) 2011, p. 201-241.

Gadolou 2011 : A. Gadolou, A Late Geometric Architectural Model with Figure Decoration from Ancient Helike, Achaea, BSA, 106 (1), 2011, p. 243-273.

Kotsonas 2016 : A. Kotsonas, Politics of Periodization and the Archaeology of Early Greece, AJA, 120(2), 2016, p. 239-270.

Kourou 2003 : N. Kourou, Des petits habitats de l’époque mycénienne à la Cité-État d’époque historique, in M. Reddé, L. Dubois, D. Briquel, H. Lavagne, F. Queyrel (dir.), La naissance des villes dans l’Antiquité, Paris, 2003, p. 71-91.

Kourou 2009 : N. Kourou, The Settlements of the Dark Ages, in Lagopoulos 2009, p. 109-123.

Lagopoulos 2009 : A. Ph. Lagopoulos (dir.), A History of the Greek City, BAR International Series, 2050, Oxford, 2009.

Lang 2002 : F. Lang, Housing and Settlement in Archaic Greece, in Luce 2002, p. 13-32.

Lippolis, Parisi 2012 : E. Lippolis, V. Parisi, La ricerca archeologica e le manifestazioni rituali tra metropoli e apoikiai, in Alle origini 2012, p. 423-470.

Luce 2002 : J.-M. Luce (dir.), Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des Palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.-C.), Pallas, 58, Toulouse, 2002.

Malkin 1994 : I. Malkin, Inside and Outside: Colonisation and the Formation of the Mother City, in B. D’Agostino, D. Ridgway (dir.), Αποικία: i piu antichi insediamenti greci in occidente; funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale; scritti in onore di Giorgio Buchner, AION ArchStAnt, 1994, p. 1-9.

Mazarakis Ainian 1997 : A. Mazarakis Ainian, From Rulers’ Dwellings to Temples. Architecture, Religion and Society in Early Iron Age Greece (1100-700 B.C.), Studies in Mediterranean Archaeology, vol. CXXI, Jonsered, 1997.

Mazarakis Ainian 2011 : A. Mazarakis Ainian (dir.), The “Dark Ages” Revisited. Acts of an International Symposium in memory of W. D. E. Coulson, 14-17 June 2007, Volos, 2011.

Mazarakis Ainian, Alexanridou, Charalambidou 2017 : A. Mazarakis Ainian, S. Alexanridou, X. Charalambidou, Regional Stories towards a new perception of the Early Greek World, Acts of an International Symposium in honour of Professor Jan Bouzek, 18-21 June 2015, Volos, 2017.

Mégara Hyblaea 5 : M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5, La ville archaïque : l’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, 2004.

Mertens 2006 : D. Mertens, Città e monumenti dei Greci d’Occidente, Rome, 2006.

Mertens 2012 : D. Mertens, Selinunte: l’eredità di Megara Hyblaea e tante domande aperte, in Alle origini 2012, p. 1151-1170.

Morgan 1990 : C. Morgan, Athletes and Oracles, Cambridge, 1990.

Morgan, Coulton 1997 : C. Morgan, J. J. Coulton, The Polis as a Physical Entity, in M. H. Hansen (dir.), The Polis as an Urban Centre and as a Political Community, Acts of the Copenhagen Polis Centre, 4, Copenhague, 1997, p. 87-144.

Nowicki 2000 : K. Nowicki, Defensible Sites in Crete c. 1200-800 B.C. (LM IIIB/IIIC through Early Geometric), Aegeum, 21, Liège-Austin, 2000.

Osborne 1998 : R. Osborne, Early Greek Colonisation? The nature of Greek settlement in the West, in N. Fisher, H. van Wees (dir.), Archaic Grece: New Approaches and New Evidence, Londres, 1998, p. 251-269.

Poleis e Politeiai 2016 : A. Alessio, M. Lombardo, A. Siciliano (dir.), Poleis e Politeiai nella Magna Grecia arcaica e classica, Atti del cinquantatreesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2013, Tarente, 2016.

de Polignac 1996a : F. de Polignac, Mediation, Competition, and Sovereignty: The Evolution of Rural Sanctuaries in Geometric Greece, in S. E. Alcock, R. Osborne (dir.), Placing the Gods, Oxford, 1996, p. 3-18.

de Polignac 1996b : F. de Polignac, La Naissance de la Cité grecque, Paris, 1996.

de Polignac 1999 : F. de Polignac, L’installation des dieux et la genèse des cités en Grèce d’Occident, une question résolue ? Retour à Mégara Hyblaea, in La colonisation grecque en Méditerranée occidentale. Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet, Rome-Naples, 15-18 novembre 1995, coll. EFR, 251, Rome, 1999, p. 209-229.

de Polignac 2005 : F. de Polignac, Forms and Processes: Some Thoughts on the Meaning of Urbanizatione in Early Archaic Greece, in R. Osborne, B. Cunliffe, Mediterranean Urbanization 800-600 BC, New York, 2005, p. 45-69.

de Polignac 2006 : F. de Polignac, Analyse de l’espace et urbanisation en Grèce archaïque : quelques pistes de recherches récentes, REA, 108, 1, 2006, p. 203-223.

Rizza 2008 : G. Rizza, Priniàs. La città arcaica sulla Patela. Scavi condotti negli anni 1969-2000, Consiglio nazionale della ricerche, IBAM, 2 vols., Catane, 2008.

Schnapp-Gourbeillon 2002 : A. Schnapp-Gourbeillon, Aux origines de la Grèce (xiiie-viiie siècle avant notre ère), Paris, 2002.

Snodgrass 1993 : A. Snodgrass, The rise of the polis: the archaeological evidence, in M. H. Hansen (dir.), The Ancient Greek City-State, Copenhague, 1993, p. 30-40.

Spadea 2006 : R. Spadea (dir.), Ricerche nel Santuario di Hera Lacinia a Capo Colonna di Crotone, Rome, 2006.

Vallet 1984-1985 : G. Vallet, L’apporto dell’urbanistica. Le fait urbain en Grèce et en Sicile à l’époque archaïque, Kokalos, 30-31, 1, 1984-1985, p. 133-155.

Yntema 2011 : D. Yntema, Archaeology and the Origo Myths of the Greek Apoikiai, AWE, 10, 2011, p. 243-266.

Zurbach 2008 : J. Zurbach, Question foncière et départs coloniaux. À propos des apoikiai archaïques, ASAtene, LXXXVI, s. III, 8, 2008, p. 87-103.

Notes

1 Je propose un bilan des recherches les plus récentes sur la colonisation grecque en Occident, qui met à jour celui que Mario Lombardo et moi-même avions présenté à Tarente en 2010 (Greco, Lombardo 2012), en partie repris au Congrès CEC de 2013 (CEC 2016, I et II) et à nouveau à Tarente la même année (Poleis e Politeiai 2016).

2 Finley, Lepore 2000.

3 Osborne 1998, fidèlement suivi par D. Yntema 2011.

4 Hall 2008.

5 Greco, Lombardo 2012, p. 43-44.

6 de Polignac 1996b.

7 Morgan 1990 ; de Polignac 1996a, 1999, 2005, 2006.

8 Mazarakis Ainian 1997.

9 Ehrenberg 1937 ; Snodgrass 1993.

10 Ampolo 1980.

11 Giangiulio 2001 ; Schnapp-Gourbeillon 2002.

12 Morgan, Coulton 1997.

13 Gounaris 2009.

14 Voir Kotsonas 2016.

15 Hägg 1983.

16 Kourou 2009.

17 Deger, Jalkotsky, Lemos 2006 ; Mazarakis Ainian 2011; Mazarakis Ainian, Alexanridou, Charalambidou 2017.

18 Malkin 1994.

19 Vallet 1984-1985.

20 Di Vita 1983.

21 Fischer Hansen 1996.

22 Kourou 2003.

23 Luce 2002.

24 Descœudres 2008.

25 Lagopoulos 2009.

26 Gounaris 2009.

27 Mertens 2006.

28 Nowicki 2000.

29 Lang 2002.

30 Kourou 2009.

31 Prinias : Rizza 2008 ; Gortyne (Profitis Ilias) : Allegro, Santaniello 2011.

32 Gras, Tréziny 2012 ; Mertens 2012 ; sur Mégara le plus récent Guzzo 2016, p. 37-60 et Gras, Treziny 2018.

33 Di Vita 1983, p. 69.

34 Lombardo in Greco, Lombardo 2012.

35 Lippolis, Parisi 2012.

36 Lombardo in Greco, Lombardo 2012 ; Lippolis, Parisi 2012 ; Greco 2019.

37 Voir les travaux de Gadolou 2011 et Kolia, Gadolou 2011.

38 Di Vita 1983.

39 Greco 2001, 2003.

40 Zurbach 2008.

41 Greco 1998.

Table des illustrations

Titre 1 - Andros, Zagora. Plan de la ville archaïque : quadrillage de sondage et plan des bâtiments fouillés en 1960 et 1967, éch. 1:500.
Crédits Cambitoglou 1992, pl. I
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 2 - Chios, Emporion. Plan de l’habitat archaïque.
Crédits Boardman 1967, fig. 4
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 3 - Mégara Hyblaea. Plan d’ensemble de la zone archéologique, hors nécropoles.
Crédits Mégara Hyblaea 5, p. 2-3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 4 - Métaponte. Plan général de la ville.
Crédits Mertens 2006, p. 160, fig. 276
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 5 - Poseidonia. Plan général de la ville.
Crédits Mertens 2006, p. 166, fig. 287, relevé D. Theodorescu
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 6a - Crotone, plan de la chôra.
Crédits Mertens 2006, p. 53, fig. 59
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre 6b - Crotone. Sanctuaire d’Héra Lacinia à Capo Colonna.
Crédits Spadea 2006, album photographique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre 7 - Métaponte. Temple d’Héra dit « Tables palatines ».
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre 8 - Poseidonia. Sanctuaire d’Héra.
Crédits La Genière, Greco, Donnarumna, CRAI, 1997, p. 333
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 9 - Sélinonte. Plan général de la ville.
Crédits Mertens 2006, p. 174, fig. 303
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre 10 - Métaponte. Plan du sanctuaire et de l’agora.
Crédits Mertens 2006, p. 156, fig. 270
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 11 - Poseidonia. L’ekklesiasterion : photo et restitution graphique du plan de l’édifice.
Crédits Greco, Theodorescu et al. 1983, vol. II, p. 179, fig. 31. © E. Greco, relevé D. Theodorescu
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 12 - Lemnos, Hephaestia. Plan de la ville en rouge, avec le relief du rocher, d’après les mesures de géo-radar.
Crédits Archives de la Scuola Archeologica Italiana di Atene, DR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7652/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search