Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

1. Athènes : histoire archéologique des espaces publics à l’époque archaïque jusqu’à la chute des tyrans

Note de l’auteur

Le texte, modifié, reprend un des sujets que j’ai traités lors des séminaires athéniens de la Scuola Archeologica Italiana, tenus pendant ma direction, et desquels est né le projet « Topografia di Atene ». La réalisation de la collection où les textes ont convergé, nommée « Studi di Topografia e di Archeologia di Atene e dell’Attica » (SATAA), a été possible grâce à la collaboration d’un excellent groupe de chercheurs que j’aimerais ici rappeler et remercier : F. Longo, M. Ch. Monaco, D. Marchiandi, L. Ficuciello, R. Di Cesare, G. Marginesu, S. Privitera, F. Camia, S. Savelli, E. Santaniello, M. Saporiti, G. Aversa, L. Mercuri, E. Carando, M. G. Tofi et plus récemment C. Di Nicuolo, E. Gagliano, V. Tosti et l’aide très précieuse dans le travail de rédaction de F. Longo, A. Dibenedetto, O. Voza e M. Cibelli.

Texte intégral

1De nos jours, l’Agora du Céramique est assez bien documentée : la grande Agora célébrée dans les sources fut portée à la lumière grâce au travail gigantesque des archéologues américains à partir de 1931 et jusqu’à nos jours (interruption de la guerre exceptée) (fig. 1).

1 - Athènes. Plan général de l’Agora du Kerameikos.

1 - Athènes. Plan général de l’Agora du Kerameikos.

Au nord de l’Acropole
2.4 Habitations paléochrétiennes et la Maison Omega
2.5 La maison de Thamneus
2.6 Les îlots de l’époque classique sur les pentes nord de l’Aréopage
2.7 Les Thermes
2.8 La région de l’enclos triangulaire : la maison géométrique et le sanctuaire de l’époque classique
2.9 La maison de Mikion et Ménon
2.14 L’édifice en tuf (souvent identifié à des prisons)
2.15 Les termes Sud-Ouest et les autres installations thermales de l’Aréopage
Kolonos Agoraios
9.1 L’Hephaisteion
9.2 L’Arsenale
Au nord de l’Agora
9.3 Hermai
9.4 La Stoa Nord-Ouest (Poikilê ou des Hermai)
9.5 La Porte monumentale
9.6 Canalisation de l’Éridan
9.7 L’édifice commerciale au nord de la Stoa
9.8 Autel archaïque
9.9 Le Temple Nord-Ouest
9.10 La maison du puits J2:4
9.11 Fondations en tuf
9.12 Thermes romains
9.13 Voie des Panathénées
9.14 L’abaton (‘Crossroads Enclosure’) et le puits
À l’est de Kolonos Agoraios
9.15 La Stoa Basileios et le lithos
9.16 Les structures qui précèdent la Stoa Basileios la Stoa de Zeus sur leur côté ouest
9.17 La Stoa de Zeus Éleuthérios
9.18 ‘Great Drain’
9.19 Le sanctuaire d’Apollon Patrôos : le petit temple de la fin de l’époque classique et la structure absidale précédente
9.20 Le naïskos de Zeus Phratrios et Athéna Phratria
9.21 Le theatron avec les gradins en tuf et autres structures sur les pentes orientales du Kolônos agoraios
9.22 La zone entre le Mêtrôon hellénistique et le temple d’Apollon Patrôos : vestiges d’un édifice, le puits de bronzier et le temple de la Mêtêr
9.23 Les édifices A-E
9.24 L’ancien Bouleutêrion
9.25 Le nouveau Bouleutêrion et le propylon
9.26 Le Métrôon hellénistique
9.27 L’édifice F
9.28 La Tholos
9.29 L’enclos funéraire à côté de la Tholos
9.30 Le Strategheion
Sur la place de l’Agora
9.31 Le téménos des Douze Dieux et l’eschara
9.32 Le Temple d’Arès
9.33 Le complexe de la fin de l’époque romaine et le ‘Round Building’
9.34 La fosse
9.35 Perischoinisma
9.36 L’autel de Zeus Agoraios
9.37 Le monument des héros éponymes
9.38 L’Odeion d’Agrippa
9.39 Le palais des géants
9.40 Le Temple Sud-Ouest
Au sud-est de la Tholos
9.41 L’enclos et les horoi de l’Agora
9.42 La boutique du cordonnier et autres vestiges de structures
9.43 Les bâtiments publics au nord-ouest de la Stoa médiane
9.44 La Fontaine Sud-Ouest
9.45 L’Aiakeion (souvent identifié à Heliaia)
9.46 La Stoa Sud (1re phase)
9.47 Le complexe de ‘South Square’ : Stoa Sud (2e phase), Stoa médiane, Édifice Est
9.48 La Fontaine Sud-Est (Enneakrounos)
9.49 Maison archaïque sous la Fontaine et la ‘South Road’ [85]
9.50 La Monnaie
9.51 Le Nymphée
9.52 Le Temple Sud-Est
À l’est de la Voie des Panathénées
9.53 La Bibliothèque de Pantainos et les Stoai au sud de la rue [83] vers l’Agora romaine
9.54 La région du kapêleion
9.55 La Stoa Sud-Est
9.56 Le tracé du mur post-érulien (?)
9.57 La Stoa d’Attale, le Bêma et le monument des attalides
9.58 Le ‘Brick Building’
9.59 Le Monopteros
9.60 Les Édifices A-D sous le Péristyle carré
9.61 L’Édifice E et le Péristyle carré (‘Square Peristyle’)
9.62 Le Complexe nord-est : la Stoa et la Basilique romaine
9.63 Les ateliers de l’époque classique et hellénistique
9.64 La domus romaine à l’est de la Basilique
Au nord-ouest de l’Agora
10.10 Le sanctuaire du Démos et des Charites
10.11 Les Stoai

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 858-859, relevé O. Voza

  • 1 Davis, Vogeikoff-Brogan 2013 procède à une analyse efficace du climat politique et culturel juste a (...)
  • 2 Hamilakis 2013.

2Entreprendre ce chantier de longues recherches fut le résultat d’un climat politique et culturel très favorable à la recherche de modèles démocratiques1. En outre, le chercheur moderne ne doit pas oublier qu’environ 40 000 personnes durent quitter leurs habitations pour permettre la fouille de la place2. C’est là une prémisse qui me semble juste pour ne pas perdre de vue ce qui a précédé nos aventures archéologiques, lesquelles ne sont pas toujours ingénues. Cependant, les découvertes archéologiques qui ont eu lieu à Athènes lors des trente dernières années permettent de proposer une histoire différente des espaces publics de la ville antique dans son ensemble que celle formée auparavant (fig. 2).

2 - Athènes. Plan général de la ville.

2 - Athènes. Plan général de la ville.

En noir sont marqués les monuments antiques ; en arrière-plan le cadastre de la ville moderne.

Topografia di Atene 2015, t. 5, pl. XI

  • 3 Greco 2014, p. 895-917.
  • 4 Thompson 1940.
  • 5 Thompson 1937.

3Pour en venir au thème plus proprement archéologique, je choisis de partir de ce lieu pour accomplir une opération à rebours, en essayant de démontrer comment l’Agora d’Athènes est le résultat d’un long processus dont j’examine les différentes étapes. L’expression que j’ai choisie dans le passé pour illustrer ce phénomène est « l’Agora du Céramique et ses prédécesseurs »3, ce qui n’évoque pas par hasard le titre qu’Homer Thompson donna à sa célèbre monographie de 1940, « The Tholos of Athens and its Predecessors »4. L’autre raison pour laquelle ce titre me semble approprié est le fait que l’expression « prédécesseurs » n’est pas anodine. L’interpréter seulement comme « ceux qui précèdent » serait réducteur. Le terme sous-entend plutôt une manière de penser, à savoir l’approche mentale de celui qui accomplit l’exploration, et qui doit transformer en information historique les données de ses découvertes. En partant du point d’ancrage de la connaissance de la dernière phase, on choisit délibérément d’en attribuer les mêmes fonctions aux phases précédentes, selon la nature de la documentation. Si nous relisons toute la copieuse littérature sur les fouilles de l’Athenian Agora dans ces extraordinaires années 1930, comme par exemple la riche recension de Thompson dans Hesperia de 19375 et celle que nous venons de citer sur la Tholos, nous ne pouvons que constater que le concept opératoire dans la quasi-totalité des cas est celui de la continuité fonctionnelle, à travers les mutations des architectures : de fait « form follows function ». L’approche fut peut-être respectable pour une certaine génération de fouilleurs, mais on ne peut nier qu’au fond elle reflète un choix essentiellement idéologique qui aujourd’hui nous apparaît dépassé. Il faut, en effet, admettre que cette vision plate nous fait perdre de vue les aspects dynamiques de l’histoire des établissements, avec tout ce que l’on peut faire suivre des évidentes mutations et des diversités spatiales et fonctionnelles.

4Il est presque inévitable d’introduire le discours sur l’Agora d’Athènes en partant de quelques lieux communs, deux en particulier : la masse énorme de monuments et documents dont nous avons une connaissance restée préliminaire (non publiée), et l’accumulation de nouvelles acquisitions qui s’ajoutent aux précédentes, dans un enchevêtrement parfois inextricable à cause du manque de points établis. Et je ne me réfère pas seulement à l’Agora, mais aussi à ce qui se passe dans le reste de la ville ; je partirai justement de là, de la connaissance du reste de la cité, ce qui me semble un point de repère inévitable pour mettre en contexte l’Agora du Céramique. En somme, sans l’approche sur l’étude des relations entre les différentes parties de l’asty athénien on ne peut pas beaucoup progresser.

  • 6 D’Oronzio 2012, a résumé le point de vue, dominant dans la bibliographie allemande, qui nie l’exist (...)

5Au stade actuel de la discussion, tandis que l’immense majorité des spécialistes, avec plus ou moins de nuances, considère que l’Agora du Céramique fut le point d’aboutissement d’un processus issu des diverses parties de la cité, il subsiste une vision traditionnelle de la naissance de l’Agora du Céramique dans le haut archaïsme6. Si l’on ne dépasse pas une position discutable, comme celle de ceux qui considèrent l’Agora du Céramique comme l’Agora d’Athènes depuis toujours, comment pourra-t-on appréhender les dynamiques topographiques qui accompagnent les transformations d’Athènes à l’époque archaïque, ainsi que les procès de définition des espaces et leur lien avec l’histoire politique et sociale de la métropole attique ? À la fin, ceux qui s’obstinent à nier l’évidence opèrent une sorte de téléologie inversée, tandis qu’il est nécessaire de relativiser le discours sur différentes phases historiques, surtout celles qui concernent les origines, en utilisant toujours les données archéologiques iuxta propria principia, et sans subordonner la description à l’interprétation.

6Mon objectif sera donc de périodiser les phases d’occupation de cette zone afin d’en dégager, de façon claire et définitive, les fonctions politiques et publiques qui doivent être localisées avec précision.

Le haut archaïsme : l’espace aux pieds du Kolônos agoraios et l’« ancienne agora » à l’est de l’Acropole

  • 7 Voir le cadre tracé par Monaco 2000, en particulier p. 29-34 et 132-135.
  • 8 Shear Jr. 1978, p. 4-8.

7La première donnée, faisant l’unanimité des chercheurs, concerne l’usage de la (future) place, jusqu’environ 630 av. J.-C., comme habitat avec des sépultures associées7 (fig. 3). À partir de la fin du viie siècle se produit un premier changement, toutefois encore peu évident. Un nouveau changement avec des nouveaux monuments, cette fois bien plus net, est constaté vers la moitié du vie siècle, comme l’ont vu plusieurs chercheurs, surtout depuis les travaux de T. L. Shear Jr8.

3 - Athènes. La partie ouest de l’Agora avec l’édifice A qui a précédé l’édifice F et l’enclos funéraire sur lequel est construite la Tholos au ve s. av. J.-C.

3 - Athènes. La partie ouest de l’Agora avec l’édifice A qui a précédé l’édifice F et l’enclos funéraire sur lequel est construite la Tholos au ve s. av. J.-C.

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1039, fig. 636a, relevé I. Travlos

  • 9 Agora XIV, p. 24-27.
  • 10 Opinion également soutenue par Valdés Guia 2004.
  • 11 Sans parler de l’agora du bouclier d’Achille ou de celle de la Schérie odysséenne : Il. XVIII, 497- (...)

8La fermeture d’une série conséquente de puits domestiques, vers 550 et dans les années qui ont suivi, a servi d’argument pour fixer chronologiquement les débuts de l’Agora à l’époque des tyrans. En 1972, Thompson et Wycherley ont tenté la synthèse d’une saison de fouilles de portée exceptionnelle9, pour reconstituer l’image d’une agora à l’époque solonienne, née dans les premières années du vie siècle av. J.-C.10. Il faut pourtant tenir compte d’une réalité bien différente qui, dans le même temps, s’est enrichie d’une grande variété d’arguments non négligeables. On a beaucoup écrit sur cette question, et je me limiterai à en rappeler quelques points principaux, dont celui-ci essentiellement : les plus obstinés doivent prendre acte du fait que, même si l’on veut la faire remonter dans le temps, l’agora du Céramique ne peut être antérieure à l’époque de Solon. La première moitié du vie siècle est dépourvue des vestiges qui pourraient prouver le contraire ; à cette époque l’attention est portée sur la monumentalisation de l’Acropole. Mais cela voudrait-il dire qu’Athènes n’aurait pas eu d’agora avant le début du vie siècle ? Est-ce possible ? Donner une réponse positive reviendrait à justifier une anomalie, alors qu’une plus vaste approche comparative allant du continent grec aux îles telles que la Crète, à l’Occident avec la place de Mégara Hyblaea dès le viiie siècle montre le contraire11.

  • 12 Greco 2014, surtout chap. 7, p. 603-705.
  • 13 Voir Marchetti 2017.
  • 14 Dontas 1983.

9L’évidence qui a fini par s’imposer, à la quasi-unanimité des chercheurs, est celle de l’existence d’une agora du haut archaïsme sur les pentes orientales de l’Acropole. Pausanias (I, 18, 2-3), après l’agora, décrit le Ptolemaion, le Theseion, l’Anakeion, l’Aglaurion, et le Prytanée. Si l’on tient compte, grâce à l’école aristotélicienne (Const. Ath. III, 5), de la présence aussi dans cette zone du Boukoleion – même si nous ne savons pas avec certitude où se trouvaient le Thesmotheteion et l’Epilykeion –, nous sommes en mesure de localiser de façon assez probable un grand nombre d’édifices publics au pied de l’Acropole, côté oriental12. Mais, diront les sceptiques, tout cela ne suffit pas à vérifier l’hypothèse d’une agora dans cette partie de la cité13, en premier lieu parce que Pausanias ne l’appelle pas ainsi. Comme on le sait, le débat fut rouvert il y a un certain temps par la découverte du sanctuaire d’Aglauros14, qui fournit une référence certaine au parcours du Périégète, dans un contexte, celui du quartier actuel de Plaka, dont on ne s’attend pas qu’il recèle de grandes découvertes dans le futur, étant donné la superposition dense des habitations modernes qui s’y trouvent.

  • 15 Vanderpool 1974.

10Quant à Pausanias, nous pouvons dire que l’Agora du Céramique est, pour lui, seulement le Kerameikos, sauf quand il cite sur l’Agora l’autel d’Eleos, que certains identifient avec celui des Douze Dieux. Certes, il s’agit d’une hypothèse à prendre sérieusement en considération, mais cela vaut la peine de rappeler que le terme « agora » pourrait également désigner l’agora romaine, comme l’a proposé Vanderpool15. Dans tous les cas, ce problème reste marginal par rapport aux fondements de mon raisonnement. La description des édifices sur les pentes orientales de l’Acropole (fig. 4) que Pausanias nous propose, une fois sorti de « l’agora », est une information précieuse et irréfutable. Même si, malheureusement, en grande partie à travers les sources écrites, ces édifices apparaissent comme les fossiles d’une époque où ils ont dû avoir, entre eux et dans l’espace qu’ils occupent, une relation que Pausanias n’était probablement pas en mesure d’appréhender.

4 - Athènes. L’Acropole et la pente est avec la rue des Trépieds ; en bas à gauche, le théâtre de Dionysos.

4 - Athènes. L’Acropole et la pente est avec la rue des Trépieds ; en bas à gauche, le théâtre de Dionysos.

Topografia di Atene 2011, t. 2, p. 512, fig. 281, relevé O. Voza, F. Longo

  • 16 Robertson 1998, p. 296-297.
  • 17 Di Cesare 2015, p. 87-118 (avec une vaste bibliographie) et Kavvadias, Matthaiou 2014 qui publient (...)

11Je passe maintenant à certains aspects qui me semblent assez décisifs pour la question. Nous savons que Pisistrate convoqua les Athéniens en un lieu peu éloigné de l’Aglaurion (Polyen, Strat. I, 21, 2) et du Theseion (Aristote, Const. Ath. XV, 4), et que le peuple s’y rendit en armes (meta tôn hoplôn), comme le voulait le tyran. Il va de soi que l’on pourrait discuter à l’infini de la faible crédibilité historique du fait, mais il n’y a aucun doute sur la relation spatiale des lieux, la place où se concentre la population masculine libre et en armes, que nous pouvons localiser grâce aux sanctuaires voisins. Plus encore : à la fin de l’extraordinaire récit du « retour » de Thésée dans sa patrie, avec Cimon comme protagoniste, les ossements du hêrôs ktistês furent rassemblés dans le Theseion que Plutarque (Thés. 36, 4) situe en mesê tê polei. Je rappelle également la citation du poète Mélanthios (ap. Plutarque, Cim. 4,7), mise en évidence par N. Robertson16 à propos de la Kekropia agora, expression qui prend toute sa valeur si nous pensons à la localisation d’une place aux pieds du sanctuaire d’Aglauros, fille de Kekrops. Dans cette zone se trouve également le Prytanée, dans lequel brûlait le feu sacré de Hestia et où étaient conservées les lois de Solon17.

  • 18 Greco 2014, p. 899.
  • 19 Dontas 1983 ; Beschi 1967-1968 ; Santaniello 2010 ; Monaco 2015, p. 225-240.

12Un problème ultérieur et apparemment compliqué pourrait provenir du témoignage d’Apollodore (ap. Harpocration, s.v. Pandêmos Aphroditê) sur la prétendue agora archaia à proximité du sanctuaire de Pandêmos, ce qui me semble explicable dans le contexte d’une tradition d’âge classique avec des implications de propagande politique, comme j’ai tenté de le prouver, sans la moindre possibilité de situer une agora sur les pentes sud-ouest de l’Acropole18 (fig. 5). L’agora archaia d’Apollodore est une invention (autoschediasma) qui concerne les genê (Kérykes) qui contrôlaient l’histoire de la ville archaïque. Il me semble incorrect de prendre l’expression agora archaia d’Apollodore pour l’appliquer à la réalité précédemment décrite des pentes sud-orientales, en attribuant le sous-entendu topographique à l’érudit athénien. Apollodore, au contraire, ancrait son agora par rapport au sanctuaire de Pandêmos, dont l’emplacement est bien connu depuis longtemps grâce aux fouilles de Dontas et à la fine exégèse de Beschi19. Pour établir un rapport entre le sanctuaire d’Aphrodite Pandêmos et une agora archaia, l’érudit athénien fait montre d’une dépendance à d’autres traditions et se réfère à des contextes qui n’ont rien à voir avec la véritable agora, celle qu’il n’est pas licite de nommer autrement qu’avec l’appellation de meson de la polis, comme le fait Plutarque.

5 - Athènes. L’Acropole et la pente sud-ouest.

5 - Athènes. L’Acropole et la pente sud-ouest.

1.1 L’accès monumental de l’Acropole
1.2 Le Pélargikon – enceinte de l’Acropole après le sac perse
1.3 Le monument d’Eumène / Agrippas
1.4 Les Propylées et la Pinacothèque
[1.5 « L’architecture errante »]
1.6 Athéna Nikè
1.7 Athéna Hygeia
1.8 Brauronion
1.9 Le Propylon et les marches à l’ouest du Parthénon
1.10 La Chalcothèque
[1.11 Le stéréobate sous le Parthénon et l’Architecture-H]
1.12 Le Parthénon
1.16 Athéna Polias
1.17 Érechthéion
1.18 Pandrosion
1.19 Arrhéphorion
1.20 La citerne archaïque et l’édifice Nord-Ouest
1.22 Klépsydra
1.23 Apollon Hypoakraios
1.24 La grotte de Pan
1.25 Aphrodite et Éros
1.31 L’Asklépieion
1.32 Krêne archaïque
1.33 Temple de Thémis
1.34 Temple d’Isis
1.35 Chalkourgheion
1.36 Aphrodite Pandémos
1.39 Stoa d’Eumène II
1.40 L’odéon d’Hérode Atticus
[1] Péripatos
[62] Voie des Panathénées

détail du plan général de Topografia di Atene 2011, t. 2, pl. IV hors texte, relevé O. Voza

13En bref, la documentation épigraphique, littéraire et archéologique nous propose la direction de recherche suivante : au Céramique, l’essor de la nouvelle fonction nous oblige à fixer un terme chronologique, le vie siècle, comme ante quem en ce qui concerne l’agora-meson (sur les pentes sud-orientales de l’Acropole) dont nous ne pouvons rien dire de plus faute de données. Ce manque de preuve archéologique est le cheval de bataille de ceux qui nient l’existence d’une agora sur ces mêmes pentes sud-orientales de l’Acropole. Cette même méthode de reconstitution topographique finit par l’obligation d’ignorer la situation à l’est du Kolônos agoraios, qui pourtant fournit des solutions assez différentes de celles qui soutiennent l’idée d’une seule agora d’Athènes depuis toujours.

À l’est du Kolônos agoraios

  • 20 Lippolis 2010.
  • 21 Thompson 1937, p. 81-83 et pl. VI.
  • 22 Lippolis 2010, p. 239-243, avec la reconstruction fig. 5.

14Passons maintenant à l’examen rapide de la place du Céramique. Enzo Lippolis20 a récemment attiré l’attention sur certaines structures du côté ouest de l’Agora, aux pieds du Kolônos agoraios. Il observe qu’au milieu des premières constructions utilisables pour retracer une histoire monumentale de cette zone, se trouve une structure de plan rectangulaire, fouillée et publiée par H. Thompson en 193721. Mais, comme cela se produit souvent, cette découverte fut laissée de côté dans la littérature archéologique successive, peut-être parce qu’elle fut mal comprise. Immédiatement au nord, sous la cella du temple d’époque tardo-classique identifié par l’équipe américaine comme étant celui d’Apollon Patrôos, Thompson mit au jour une fosse de fondation de forme curviligne à l’intérieur de laquelle se trouvait un bloc de poros ; cette structure fut interprétée comme un petit temple absidal et attribuée à une phase archaïque du temple d’Apollon, en cohérence avec l’approche rappelée plus haut qui favorise la continuité. Lippolis pense, au contraire, que ladite structure fut l’abside d’un sacellum (ou d’une tholos), et, en accord avec une lecture qui privilégie la destination sacrale, identifie l’édifice rectangulaire au sud avec une salle hypostyle, un telestêrion, ou quelque chose de similaire, en faisant l’hypothèse que les deux fosses présentes sur le côté nord étaient destinées à la pose de colonnes de bois, tandis que celles du côté sud auraient disparu à la suite de constructions successives à différentes époques22.

  • 23 Mattusch 1977, p. 343-347.
  • 24 Thompson 1937, p. 81 : « we have to do with an unroofed enclosure rather than with a building ».
  • 25 Hedrick 1988.
  • 26 Thompson 1937, p. 83-84, fig. 44 ; Stewart 2017.

15Ajoutons pour compléter (mais aussi pour proposer une interprétation globale de l’ensemble) que dans la fosse orientale23 (fig. 6) on a retrouvé une partie de la matrice d’argile utilisée pour la fusion d’un kouros de bronze d’époque archaïque de dimensions aux deux tiers du réel, datable d’environ 550 av. J.-C. (dans ce cas également la découverte était parfaitement cohérente avec le système interprétatif, car il ne s’agissait pas d’un simple kouros mais bien d’une petite statue d’Apollon). En ce qui me concerne, pourtant, je pense que Thompson avait raison de soutenir que l’édifice rectangulaire avec un enclos hypèthre, était en fait, à l’évidence, l’atelier d’un bronzier24. Bien qu’il soit impossible de préciser la chronologie de l’enclos, nous disposons de quelques éléments pour dater l’abside de ce qui était à mon avis une cabane, d’autant qu’il paraît totalement impossible de restituer un petit temple du vie siècle sur des fondations aussi exigües – hypothèse nettement exclue aussi par Hedrick25. Thompson affirmait que la tranchée conservait au moment de la découverte des pierres couvertes d’argile, dans laquelle le fouilleur avait extrait un fragment d’amphore attique à figures noires, datable du premier quart du vie siècle. L’archéologue américain utilisa ce fragment comme terminus post quem pour dater l’édifice absidal, qui serait le prédécesseur du temple d’Apollon, daté du milieu du vie siècle av. J.-C.26.

6 - Athènes. Agora, côté ouest. Puits pour la fonte d’une statue en bronze, trouvé au sud du temple dit d’Apollon.

6 - Athènes. Agora, côté ouest. Puits pour la fonte d’une statue en bronze, trouvé au sud du temple dit d’Apollon.

Topografia di Atene 2014, t. 3, p. 900, fig. 530 [www.agathe.gr]

16Faisant abstraction de l’interprétation fonctionnelle de ces édifices, on retiendra, grâce à la chronologie de la matrice du milieu du vie siècle, une date ferme pour la fin de l’activité du métallurgiste, et donc à la fois de la cabane et de l’enclos. L’interruption est assurée, parce que, immédiatement après, cette zone connaît une nouvelle phase bien différente, à partir des années autour de 550, comme nous le verrons sous peu.

  • 27 Agora XIV, p. 26-27.

17Il nous faut d’abord considérer d’autres structures présentes dans ce secteur, grosso modo à la même époque. Il s’agit des édifices C-D-E, souvent présentés comme archeia de l’Agora solonienne, et mis en rapport avec une sorte de koilon fouillé à proximité des pentes du Kolônos, identifié27 comme le siège de la Boulê des 400, dans le but de fournir des preuves matérielles à l’hypothèse d’une introduction par Solon d’un tel organisme (Aristote, Const. Ath. VIII, 4 ; Plutarque, Sol. 19). De cette façon, l’archéologie endosse la responsabilité de vérifier les prophéties des données. À bien y regarder, les vestiges attribués à ces édifices appartiennent à des habitations privées, datées et associées par la chronologie et la fonction à la maison archaïque détruite au moment de la création de la Fontaine Sud-Est (fig. 7). Dans la zone qui deviendra l’Agora d’Athènes, en dernière analyse, nous trouvons des maisons archaïques à l’est, au sud et à l’ouest, et, au nord des maisons, toujours du côté occidental, un enclos dépourvu de toit avec une cabane ovale, occupée par l’atelier et l’habitation d’un bronzier.

7 - Athènes. Plan de la Fontaine Sud-Est superposée par une maison archaïque.

7 - Athènes. Plan de la Fontaine Sud-Est superposée par une maison archaïque.

Topografia di Atene 2014, t. 3, p. 1115, fig. 693, relevé I. Travlos, W. B. Dinsmoor Jr. 1984

  • 28 Thompson 1940, p. 15-33 : « The House of the Colonnaded Court ».
  • 29 Kiderlen 1995.

18Le cadre change nettement au milieu du vie siècle, avec la destruction des édifices mentionnés précédemment et l’apparition de l’édifice F28 (fig. 8). L’histoire de ce complexe qui mérite d’être nommé Megalê Oikia, pour reprendre le titre du livre de Kiderlen29, peut se résumer ainsi : toute l’installation comprend, outre ses propres dépendances (cuisine, magasins, etc.), l’annexion des édifices voisins C-D. La destruction finale du bâtiment D marque la fin de la phase ultime, vers 520 av. J.-C., antérieure à la disparition des implantations situées plus au nord, due à la mise en place du Vieux Bouleutérion vers 500 av. J.-C., suivie d’une destruction partielle lors du sac de la ville par les Perses (480-479 av. J.-C.). L’édifice F recommença pourtant à fonctionner, bien que redimensionné, et disparut seulement vers 470-465 quand fut érigée sur ses ruines la Tholos-Skias.

8 - Athènes. Agora. Plan de l’édifice F (vie s.) au-dessous des vestiges de la Tholos (465 av. J.-C.).

8 - Athènes. Agora. Plan de l’édifice F (vie s.) au-dessous des vestiges de la Tholos (465 av. J.-C.).

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1033, fig. 631, d’après le relevé de J. Travlos, 1966

  • 30 Martin 1951, p. 271 et n. 2.
  • 31 Voir la bibliographie dans Greco 2014, p. 902.
  • 32 Börner 1996, p. 43-44.

19Toutefois, si la séquence des phases et leur chronologie sont généralement acceptées par tous, une vraie question demeure quant à la fonction des édifices sur la pente est du Kolônos agoraios. Un récapitulatif des différentes hypothèses proposées permet de dessiner une géographie des diverses écoles de pensée par rapport à l’historicisation de monuments archéologiques de quelque importance, situés sur l’Agora qui plus est, et non dans une cité ordinaire, mais à Athènes. Il est intéressant de reprendre les propos de Roland Martin30 : « Plan et conception font de cet édifice (F) le véritable ‘palais’ de la jeune cité ». Pour Martin, qui suivait l’interprétation de Thompson, dominante à cette époque, de l’édifice F comme prytanikos oikos, il s’agissait d’une construction inspirée par Pisistrate, qui regardait du côté de l’Ionie comme région productrice de modèles architectoniques à importer, avec laquelle « il ne cessa de rivaliser ». Du côté de la recherche anglo-américaine, après les premières timides hypothèses mettant l’édifice en rapport avec les Pisistratides, l’idée de la « résidence tyrannique » fut avancée31. Toute autre fut l’interprétation d’une partie des chercheurs allemands : le bâtiment F fut considéré alors comme un prytanée archaïque, ou encore la résidence d’une famille aristocratique, et enfin une construction vouée au commerce. F. Börner32 tenta d’établir une liste des diverses possibilités proposées : prytanikon, lieu de conservation des prix remis aux Panathénées, office des poids et mesures, dépôt de grain, office de change ou encore de frappe des monnaies d’argent du Laurion et autres hypothèses tout aussi farfelues. En somme, quasiment rien n’était exclu. Toute hypothèse semblait bonne, à l’exception de celle que nous suivrons, avec les chercheurs cités précédemment, à savoir la résidence des tyrans, de Pisistrate et de sa famille, jusqu’au moment où Hippias, après l’assassinat de son frère, se transféra à Mounichia (Aristote, Const. Ath. XIX, 2).

20Essayons maintenant d’introduire un nouvel élément de réflexion sur le dossier pour relancer la discussion sur d’autres bases et produire l’interprétation que nous recherchons encore.

  • 33 Osborne 2007.
  • 34 Shear Jr. 1994.
  • 35 Clinton 1996, p. 124.

21Bien que déjà R. Martin mette en évidence un argument non négligeable, la date anormale du « palais », un unicum dans l’archéologie de l’Athènes archaïque, celui que je veux examiner ici tient au contexte topographique et fonctionnel de l’espace dans lequel se trouve l’édifice F. Je partirai d’un questionnement fondamental émis par Robin Osborne : « dans quel dème se trouvait l’Agora classique ? » en tenant compte de la position « anormale » du dème Kerameis33. Pour le chercheur anglais, il n’y a aucun doute que l’Agora du Céramique remonte à l’époque classique, comme l’avait bien vu aussi Shear34. Mais, selon Osborne, Shear n’était pas allé au bout de son raisonnement, en tirant des conclusions surtout sur le plan chronologique. Il me semble que, bien qu’ayant posé correctement le problème, Osborne, pour sa part, ne tire pas parti des réflexions très pointues faites par Kevin Clinton à propos du dème de Melitè, contigu au Céramique à l’ouest. Le chercheur américain, à l’issue d’une analyse rigoureuse, conclut ainsi : « la zone de l’Agora fut graduellement accaparée par l’État… Cette terre privée faisait évidemment partie d’un village… »35. Osborne, à l’inverse, après avoir laissé entendre que son flanc occidental jusqu’au Dipylon était un cimetière dans sa totalité, en déduit que cette zone était marginale. Certainement, nous le disons aussi, cette zone était marginale et elle fut occupée au cours du vie siècle av. J.-C. quand son usage comme nécropole cessa d’un coup. Il nous faut reprendre historiquement toute la séquence des diverses phases jusqu’au moment où la place sera délimitée par les horoi comme agora – et non plus comme dème –, ce qui se produisit avec l’avènement de la démocratie (Bouleutêrion de la Boulê du ve siècle). Le « centre » d’Athènes était au sud-est de l’Acropole, dans la vallée de l’Ilissos, comme le mentionne Thucydide (II, 15, 3-4).

22Avant la fin du vie siècle, sur la place à l’est du Kolônos agoraios il n’y avait pas l’agora créée à l’époque de Solon, mais quelque chose de différent, comme nous nous efforcerons de le montrer.

Théâtres

Le theatron et l’orchêstra

  • 36 Thompson 1937, p. 218-220 ; Longo 2014.
  • 37 Il ne me semble pas pour autant possible d’y voir une fonction d’assemblée politico-religieuse liée (...)

23Immédiatement au nord d’un enclos rectangulaire contenant les vestiges de l’abside d’une probable cabane archaïque sans rapport avec Apollon, la situation stratigraphique présente une nouveauté substantielle, la Stoa de Zeus Eleutherios, et surtout un élément antérieur d’importance, une série de gradins taillés dans la roche sur les pentes du Kolônos36. Il s’agit d’une suite de gradins longue d’au moins 35 m orientée nord-sud ; sa lecture comme theatron destinée à accueillir un public de spectateurs est absolument évidente37.

24Il importe de préciser en premier lieu la chronologie de l’endroit. La série de gradins est très certainement antérieure à la Stoa de Zeus, et donc au premier terminus ante quem de 425 av. J.-C., mais il existe un autre terminus au sud, là où les gradins sont partiellement recouverts par un petit temple tardo- archaïque, que les archéologues américains attribuent à Mêter et pour lequel ils donnent une date d’environ 500 av. J.-C. Pour conclure, la série de gradins taillés dans la roche (fig. 9) remonte à l’époque archaïque, tandis qu’au ve siècle la construction de la Stoa de Zeus la recouvrit de blocs. Mais une fois fixée la chronologie probable de ce véritable theatron, nous devons tenter d’en définir les fonctions.

9 - Athènes. Agora, pente est du Kolonos Agoraios avec la localisation des bancs taillés dans le rocher.

9 - Athènes. Agora, pente est du Kolonos Agoraios avec la localisation des bancs taillés dans le rocher.

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1014, fig. 615 [reconstitution graphique du théâtre en tant que Vieux Bouleutérion], relevé Miller 1995

  • 38 Kolb 1999.

25Comme on le sait, sur l’Agora du Céramique se trouve un lieu appelé orchêstra. La première mention de l’existence d’un lieu portant ce nom apparaît dans l’Apologie de Socrate, quand Platon fait dire à Socrate qu’à l’orchêstra on vendait des livres (Ap. 26d-e), tandis que le lexique de Timée le Sophiste (s.v. orchêstra) le définit comme topos epiphanês. L’orchêstra se trouvait là, non loin de l’Autel des Douze Dieux, dans la zone centrale face aux gradins du Kolônos. C’est une donnée objective et non une hypothèse. Kolb, à l’inverse, met l’orchêstra en rapport avec la structure de bois (ikria) qui s’effondra en 499 av. J.-C. (Souda π 2230) et en conclut qu’il devait s’agir d’un théâtre antérieur à celui construit ensuite sur les pentes de l’Acropole38.

Le sanctuaire et les Théâtres de Dionysos

  • 39 Greco 2020.

26Puisqu’il a été question du théâtre, il nous faut absolument ouvrir une brève parenthèse sur les sanctuaires de Dionysos à Athènes : le Lênaion, l’Eleutheros, les Limnai, et aussi le plus récent Melpomenos (Pausanias I, 2, 5) ainsi que l’enceinte archaïque du dieu à l’Académie où s’arrêtait la procession qui, venue d’Eleuthère, amenait à Athènes la statue divine. Nous savons parfaitement où se trouvait l’Eleutheros : il s’agit du grand théâtre sur le flanc méridional de l’Acropole, mais nous n’avons aucune idée de la localisation du Lênaion (fig. 10). Quand le dieu d’Eleuthère arrivait à Athènes pour inaugurer le cycle des fêtes de la cité, sa statue n’était pas installée dans un lieu quelconque, élu siège sacré pour ce seul moment, mais, à mon avis, prenait place à un endroit où se pratiquait déjà un culte de ce dieu à l’époque précédente. Je dirais en somme qu’Eleutheros et Lênaion ne devaient pas se trouver à grande distance l’un de l’autre. Mais je reviendrai là-dessus39.

10 - Athènes. Sanctuaire et théâtre de Dionysos.

10 - Athènes. Sanctuaire et théâtre de Dionysos.

1. Théâtre ; 2. Temple de Dionysos de la fin de l’époque archaïque ; 3. Temple de Dionysos du ive s. av. J.-C. ; 4. Stoa ; 5. Propylon ; 6. hodos tripodon (la rue des Trépieds) ; 7. Les trépieds, prix des concours de théâtre ; 8. Odéon de Périclès.

détail du plan général de Topografia di Atene 2011, t. 2, pl. IV hors texte, relevé O. Voza

27Dans le fil de mon raisonnement cette précision servait à détacher le theatron du Kolônos des ikria écroulées dans une agora (sans la définir davantage en 499 av. J.-C.), afin de recomposer le seul couple theatron-orchêstra. Nous devons donc prendre acte, en matière de nouveauté, du fait que nous avons isolé deux pôles bien distincts avec des sphères religieuses et des « compétences » différentes : sur les pentes de l’Acropole l’espace dionysiaque, sur celles du Kolônos ce qui ne peut pas être autre chose que l’endroit où avaient lieu les danses et chants des Panathénées (mais pas de représentations théâtrales !). En résumé, l’orchêstra qui se trouvait là prenait le nom de sa fonction primaire, si nous nous en tenons à la signification littérale du mot.

La place comme lieu des célébrations et fêtes

28En bref, l’espace à l’avant de l’édifice F et du theatron du Kolônos attire notre attention sur deux festivités : la première, les Panathénées, la fête par excellence de la cité, l’autre, moins renommée, les Olympeia, dont l’introduction était attribuée à Hippias, promoteur du projet d’ériger un temple colossal de Zeus dans la vallée de l’Ilissos. Après une phase mythique on doit distinguer entre fête annuelle (les petites Panathénées) et quadri-annuelle (les grandes Panathénées), l’introduction de cette dernière étant attribuée à Pisistrate (v. Aristote, fr. 637 Rose, ap. Sch. Ael. Arist. 13, 189, 4, et Phérécyde, FGrH 3 F 2 ap. Marcellinus, Vita Thuc., 2-3).

  • 40 Shear Jr 1978.

29Avant d’aborder l’examen de la documentation archéologique, rappelons qu’Aristote, dans un passage de la Politique (V, 11, 1313b19 sq.) magistralement commenté par Shear40, nous invite à distinguer l’action du père de celle du fils, Hippias. C’est sous le règne de ce dernier (528-510 av. J.-C.) que fut réalisée en grande partie la « création » d’Athènes au sens matériel et urbanistique du terme. À la lumière de la chronologie « littéraire », il s’agit donc du monument d’Hippias, mais Hipparque y prend également part, pas seulement à titre secondaire apparemment, du moins d’un point de vue intellectuel. Sur un côté, celui du père (Pisistrate), on trouve le bâtiment F, corrélé avec l’instauration de la fête des Panathénées, tandis que le reste relève de la phase des fils (Hippias, Hipparque) et du neveu homonyme (Pisistrate le Jeune).

  • 41 Maggi 2011.

30Arrivés à ce point, on doit imaginer, dans l’espace compris entre la rue et le versant oriental du Kolônos, que se tenaient à cet endroit les fêtes, danses et chants, c’est-à-dire tout – ou presque – ce qui précède la grande, la fameuse procession. À cet endroit, qui deviendra plus tard l’Agora, se déroulaient les compétitions musicales, athlétiques et probablement aussi de spectaculaires parades à cheval comme celle des anthippasiai41. Avoir récupéré cet emplacement juste devant l’édifice F, la demeure des tyrans, pour organiser des fêtes est loin d’être anodin. Il va de soi, dans ce cadre, de mettre en relation le theatron (à savoir les gradins taillés dans la roche) avec l’orchêstra qui lui fait face. En outre, avec la procession panathénaïque, nous tenons la preuve matérielle de la volonté de relier cet espace à l’Acropole. On instituait ainsi un lien fort avec cette partie de la cité que tous les tyrans, ou ceux aspirant à l’être, avaient regardé depuis Cylon – et Pisistrate en fait partie – comme le symbole du pouvoir par excellence.

L’époque d’Hippias

31L’époque suivante est marquée par des monuments d’une importance capitale pour l’interprétation que je propose, à savoir l’Autel des Douze Dieux (fig. 11-12) et la Fontaine Sud-Est (fig. 7).

11 - Athènes. L’Agora à l’époque des tyrans.

11 - Athènes. L’Agora à l’époque des tyrans.

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 905, fig. 533, relevé O. Voza

32Chacun de ces deux monuments très célèbres, outre le fait qu’ils ont été mis au jour (l’Autel de façon seulement partielle), ont un solide référent littéraire. Pour l’Autel, mis à part l’identification des vestiges grâce à la base de Leagros (IG I3 951), nous possédons le témoignage fondamental de Thucydide (VI, 54, 7), qui fournit la garantie absolue de la dédicace et des circonstances qui déterminèrent sa construction, en 522 av. J.-C., sous l’archontat de Pisistrate le Jeune, qui l’édifia et laissa trace de sa charge.

12 - Athènes. Agora. Plan reconstitué de l’autel des Douze Dieux.

12 - Athènes. Agora. Plan reconstitué de l’autel des Douze Dieux.

Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1052, fig. 631, relevé I. Travlos 1971, R. C. Anderson

  • 42 Levi 1963 (voir aussi Greco 2010, p. 228-229) ; Paga 2015, propose une chronologie nouvelle sur des (...)

33La Fontaine Sud-Est a été intégralement dégagée et correctement identifiée comme un aménagement hydraulique de l’époque des tyrans. Rappelons qu’à l’occasion de sa construction une maison archaïque fut rasée. Une précision s’impose toutefois : Pausanias (I, 14, 1) l’identifie comme l’Enneakrounos et attribue sa mise en place à Pisistrate ; les données archéologiques corrigent le Périégète, avec une date autour de 520 av. J.-C., donc plutôt à l’époque d’Hippias. La localisation de Pausanias entre en conflit avec celle de Thucydide (II, 15), qui situe l’Enneakrounos / Kallirhoê dans la vallée de l’Ilissos, en expliquant le nouveau nom, en contraste avec celui de Kallirhoê, comme le résultat des aménagements hydrauliques lancés par les tyrans. La difficulté fut brillamment résolue par Doro Levi qui donna à Enneakrounos la signification d’aqueduc des neuf fontaines et non celle de fontaine aux neuf bouches42.

  • 43 Agora XIV, pl. 4.

34Ainsi se clôt, avec l’Autel au nord-ouest et la Fontaine au sud-est, le triangle à la pointe sud-ouest où se trouve l’édifice F ; cet espace constitue le cœur de l’Agora archaïque d’Athènes dans la seconde moitié du vie siècle, rendue célèbre par le relevé de Ioannis Travlos43. La rue des Panathénées va de l’Autel des Douze Dieux à la Fontaine Sud-Est. Son parcours, si on le met en relation avec l’attribution à Pisistrate de la fondation de la fête, est la meilleure des preuves en faveur du rôle des tyrans dans l’aménagement de cet espace. Il faut pourtant se demander s’il s’agissait bien de l’Agora d’Athènes. À partir de 550 av. J.-C. quelque chose de nouveau émerge avec certitude. Comment ne pas reconnaître une forte identité dans cette zone où fut érigé au nord-ouest par les tyrans l’Autel des Douze Dieux (Thucydide VI, 54, 6), ainsi qu’une des plus belles et fameuses fontaines d’Athènes, un lieu où, de plus, selon toute probabilité comme nous l’avons montré, se trouvait la résidence même de ces tyrans ? La relation unissant Pisistrate et les Pisistratides à cet endroit ne pourrait être plus étroite.

35Mais s’il ne s’agissait pas de l’Agora, alors comment définir cet espace ?

  • 44 Glotz 1925, p. 409.
  • 45 Levi 1923-1924.

36Gustave Glotz44, bien avant le début des fouilles américaines, opposait l’Agora aristocratique des Limnai (à l’est de l’Acropole) à celle du Céramique, au nord-ouest, un espace que les tyrans auraient créé pour favoriser le peuple des artisans et des marchands, sur qui ils fondaient leur pouvoir. Levi45 avait de son côté compris la question topographique et le rapport Prytanée-Tholos, bien avant le début des fouilles de l’Agora du Céramique, malgré la localisation conditionnée par les connaissances archéologiques de l’époque. À mon avis, une solution pourrait venir de l’examen de ce qui advint par la suite, en réfléchissant sur la manière particulière dont cet espace fut aménagé par le dêmos, pour parler comme Thucydide. Il faut pour cela partir du texte de l’historien (VI, 54, 6-7) pour considérer le discours sur le nouvel ordre, cet ordre dont naquit l’Agora d’Athènes d’époque classique, celle du Céramique qui ne s’imposa comme Agora qu’après la chute des tyrans.

  • 46 Greco 2009.

37Thucydide affirme que sous les tyrans l’ordre traditionnel fut maintenu, hormis ce point de détail : les Pisistratides se préoccupèrent de mettre toujours aux postes de commandement, les archai, un des leurs. Ainsi échut à Pisistrate, fils d’Hippias, la charge annuelle d’archonte. Pisistrate dédia deux autels, l’un aux Douze Dieux sur l’Agora, l’autre à Apollon dans son sanctuaire, le Pythion, dans la vallée de l’Ilissos46. Thucydide nous informe que l’inscription aux Douze Dieux n’est plus lisible car le dêmos a modifié l’autel. L’intérêt de l’historien est clair ; il ne s’agit pas de citer des travaux de restauration de l’autel en général, mais d’impliquer le dêmos comme entité politique ayant décidé de faire disparaître l’épigramme dédicatoire de Pisistrate. En somme Thucydide veut nous faire savoir que le dêmos « fit annuler » l’inscription.

38Nous nous trouvons alors devant une forme classique de damnatio memoriae. Si nous examinons, à la lumière de ce fait, le côté nord de la place, nous pouvons facilement constater que tous les édifices de cette partie de l’agora sont des créations postérieures à la chute des tyrans. Nous savons avec certitude que le dêmos avait fait disparaître la dédicace de Pisistrate, mais pas l’autel. En conclusion, ou bien le bômos reçut de nouvelles fonctions, ou bien la Polis, une fois éliminée la mémoire du tyran, s’appropria ses prérogatives pour les faire siennes. Je pense qu’on doit exclure la possibilité que l’autel eût fonctionné pour recevoir les suppliques des pèlerins. L’éventuelle identification de l’autel avec celui d’Eleos doit être postérieure. Il reste à réaffirmer que l’Autel des Douze Dieux fut consacré à partir de 522 av. J.-C. pour symboliser le centre de la cité d’Athènes et de l’Attique. C’était le point à partir duquel on mesurait les distances (Hérodote II, 7, 1-2), bien que la précarité du système routier grec se satisfît de segments plutôt que de grandes routes continues. L’Autel, également dans l’optique tyrannique, devait devenir le meson, et sa localisation originelle, maintenue par le dêmos, se trouvait à la limite nord de la place à l’époque des tyrans, sur la rive sud de l’Éridan.

Après les tyrans

  • 47 Agora XXVIII, chap. 15, p. 104-113.

39Une fois la tyrannie déchue, l’Autel de Douze Dieux fut réaménagé, la dédicace effacée, et la place fut fermée au nord-ouest depuis la Basileios Stoa, par de grands portiques au nord, et ensuite, à l’ouest de la rue des Panathénées, par les tribunaux sous la Stoa d’Attale47. Ainsi se conclut le dessin de l’Agora d’Athènes, esquissé sous la tyrannie et porté à sa fin par un programme démocratique aussi lucide qu’efficace. L’archéologie nous assure que, bien que partiellement aménagé, l’édifice F avait continué à exister, probablement comme prytanikon, comme le pensait son découvreur. Les magistratures démocratiques allèrent s’installer dans le palais des tyrans, en changeant évidemment sa fonction. Un indice nous en est fourni par le choix de construire la Tholos sur les ruines créées par la dévastation perse, non pas celles du palais de Pisistrate, mais celles du prytanikos oikos, issu de la transformation de la résidence des tyrans par le dêmos athénien après la fuite d’Hippias.

40Au nord, le theatron et la rue des Panathénées conservèrent leur pleine fonctionnalité au service de la Polis et ne subirent aucune modification avant la fin du ive siècle, sinon lors de l’érection du temple identifié avec le Patrôos des fouilleurs américains. Dans l’intervalle, les vendeurs de livres s’étaient installés dans l’orchêstra (Platon, Ap. 26d-e). Toutefois l’orchêstra attire notre attention dans le cadre des diverses stratégies mémorielles relatives à l’époque des tyrans, si l’on pense à la mise en place dans le voisinage des statues d’Harmodios et d’Aristogiton (fig. 13), œuvres de Kritios et Nesiotès, après la prise par Xerxès de celle d’Anténor (Arrien, An. III, 16, 8). Le besoin d’exorciser la tyrannie était si fort que les Athéniens, 500 ans plus tard, érigèrent près de ces deux statues deux autres, celles de Brutus et de Cassius (Dion Cassius 47, 20, 4), émules à leur époque de l’acte d’élimination d’un tyran, faisant montre de leur irréductible propension, des guerres de Mithridate aux guerres civiles, à se situer du côté des perdants.

13 - Les Tyrannicides, copie romaine (vers 117-138 apr. J.-C.) découverte à la Villa d’Hadrien, d’après le bronze original grec créé vers 480-470 av. J.-C. placé sur l’Agora d’Athènes.

13 - Les Tyrannicides, copie romaine (vers 117-138 apr. J.-C.) découverte à la Villa d’Hadrien, d’après le bronze original grec créé vers 480-470 av. J.-C. placé sur l’Agora d’Athènes.

Ancienne collection Farnèse. Naples, Musée archéologique national, Inv. 6009.

41En ouverture de ces pages, nous avons critiqué le concept largement réactionnaire de continuité, une téléologie inversée qui a souvent conduit et conduit encore à conditionner l’approche interprétative. En ce qui me concerne, je prêterais davantage attention aux césures, aux solutions de continuité, qui permettent, à travers une périodisation, de recueillir les différences, ce qui en dernière analyse favorise la reconstruction historique suivant le cours du temps, ouvert aux mutations. Cela m’amène à répéter que, vers le milieu du vie siècle av. J.-C., l’espace aux pieds du Kolônos agoraios a connu une transformation radicale par rapport à l’usage peu connoté de l’époque précédente.

42À en juger par les sources littéraires et archéologiques examinées jusqu’ici, nous avons l’impression que le dêmos avait déployé un soin particulier dans la définition de l’espace au sud de l’Éridan et à l’est du Kolônos agoraios, après l’avoir exproprié et soigneusement privé de toutes ses connotations tyranniques précédentes, en gardant en vie, dans le nouveau contexte politique, seulement quelques-unes d’entre-elles (l’Autel des Douze Dieux, le theatron avec l’orchêstra, les Panathénées avec leur voie processionnelle). Tout cela me parait possible uniquement si nous imaginons la volonté des tyrans de donner à cet espace une centralité, à travers les pratiques religieuses, fêtes, exhibitions de danse et courses de chevaux, qui souda la résidence des « leaders » de la cité avec le meson de la polis, sur lequel posait son sceau Pisistrate le Jeune, en érigeant l’Autel, centre de la ville et de l’Attique.

  • 48 Shear 2012 ; Tosti 2012 ; Azoulay 2014.

43Toutefois, à bien le considérer, je ne crois pas que ce choix aille au-delà, au point de remplacer l’ancienne agora aux pieds de l’Acropole, où, encore lors de la troisième tyrannie, Pisistrate convoquait le dêmos en armes. Le procès de remplacement est ce qui fera la démocratie athénienne, avec ses horoi, avec la duplication des monuments politiques (Prytanée-Prytanikos Oikos, Boukolion-Stoa Basileios), le déplacement du barycentre de la vie de l’assemblée de la Polis sur la Pnyx, l’effacement de la dédicace de l’Autel des Douze Dieux, et avec l’érection des statues d’Harmodios et Aristogiton48 non loin desquelles se déroulaient les ostrakophories. De cette manière, la polis démocratique concrétisa pleinement ses projets : effacer les traces des tyrans, en réadaptant les espaces du pouvoir, mais en en gardant la mémoire comme avertissement.

Bibliographie

Agora XIV : H. A. Thompson, R. E .Wycherley, The Agora of Athens: The History, Shape and Uses of an Ancient City Center (The Athenian Agora 14), Princeton, 1972.

Agora XXVIII : A. L. Boegehold, The Lawcourts at Athens (The Athenian Agora 28), Princeton, 1995.

Azoulay 2014 : V. Azoulay, Les Tyrannicides d’Athènes. Vie et mort de deux statues, Paris, 2014.

Beschi 1967-1968 : L. Beschi, Contributi di topografia ateniese, ASAtene, XLV-XLVI, 1967-68, p. 511-536.

Börner 1996 : F. Börner, Die bauliche Entwiklung Athens als Handelplatz in archaischer und klassischer Zeit, Munich, 1996.

Clinton 1996 : K. Clinton, The Thesmophorion in Central Athens, in R. Hägg (dir.), The Role of Religion in Early Greek Polis, Jonsered, Athènes, 1996, p. 111-125.

Davis, Vogeikoff-Brogan 2013 : J. Davis, N. Vogeikoff-Brogan (dir.), Philhellenism, Philanthropy, or Political Convenience? American Archaeology in Greece, Hesperia, 82 (1), 2013.

Di Cesare 2015 : R. Di Cesare, La Città di Cecrope. Ricerche sulla politica edilizia cimoniana ad Atene, SATAA, 11, Athènes-Paestum, 2015.

Di Cesare 2016 : R. Di Cesare, A Short History of the Athenian Agorai, in A. Ohnesorg et al. (dir.), Αρχιτέκτων : Honorary volume for professor Manolis Korres, Athènes, 2016, p. 163-174.

Dontas 1983 : G. S. Dontas, The True Aglaurion, Hesperia, 52, 1983, p. 48-63.

D’Oronzio 2012 : A. D’Oronzio, Per una ricostruzione della topografia di Atene in età arcaica: riflessioni in margine a Tucidide II 15 e Pausania I 3-20, NAC, 41, 2012, p. 11-43.

Glotz 1925 : G. Glotz, Histoire grecque. Des origines aux Guerres Médiques, I, Paris, 1925.

Greco 2009 : E. Greco, Nota sul Santuario di Apollo Pizio ad Atene, in St. Drougou et al. (dir.), Κερμάτια φιλίας: τιμητικός τόμος για τον Ιωάννη Τουράτσογλου, Athènes, 2009, p. 291-297.

Greco 2010 : E. Greco, Su alcuni studi di Topografia ateniese: vecchie ipotesi e nuove prospettive, ASAtene, LXXXVII, s. III, 9, t. I*, 2009 (2010), p. 217-233.

Greco 2014 : E. Greco (dir.), Topografia di Atene, SATAA, 1, 3** (Agora del Ceramico) Athènes-Paestum, 2014.

Greco 2020 : E. Greco, Dionysos alle pendici meridionali dell’Acropoli di Atene: un punto di vista archeologico-topografico, in A. Delivorias et al. (dir.), Σπονδή. Αφιέρωμα στη μνήμη του Γ. Δεσπίνη, Athènes, 2020, p. 211-219.

Hamilakis 2013 : Y. Hamilakis, Double Colonization: The Story of the Excavations of the Athenian Agora (1924-1931), in Davis, Vogeikoff-Brogan 2013, p. 153-177.

Hedrick Jr. 1988 : C. W. Hedrick Jr., The Temple and the Cult of Apollo Patroos in Athens, AJA, 92, 1988, p. 185-210.

Kavvadias, Matthaiou 2014 : G. Kavvadias, A. Matthaiou, A new Attic Inscription of the fifth Cent. B.C. from the East Slope of the Acropolis, in A. Matthaiou et R. Pitt (dir.), Athenaion Episkopos. Studies in Honour of H.B. Mattingly, Athènes, 2014, p. 51-72.

Kiderlen 1995 : M. Kiderlen, Megale Oikia: Untersuchungen zur Entwicklung aufwendiger griechischer Stadthausarchitektur von der Früharchaik bis ins 3. Jh. v. Chr., Hurth, 1995.

Kolb 1999 : F. Kolb, Bemerkungen zur archaischen Geschichte Athens. Peisistratos und Dionysos, das Heiligtum des Dionysos Lenaios und das Problem der Alten Agora in Athen, in R. Mellor et L. Tritle (dir.), Text and Tradition. Studies in Greek History and Historiography in Honor of Mortimer Chambers, Claremont, 1999, p. 203-218.

Levi 1923-1924 : D. Levi, Il Pritaneo e la Tholos di Atene, ASAtene,VI-VII, 1923-1924, p. 1-25.

Levi 1963 : D. Levi, Enneakrounos, ASAtene, XXXIX-XL, 1963, p. 149-171.

Lippolis 2010 : E. Lippolis, Le moderne peregrinazioni di Apollo ed Afrodite nell’Agora di Atene, ASAtene, LXXXVII, s. III, 9, t. I *, 2009 (2010), p. 235-273.

Longo 2009 : F. Longo, L’ἀγορή di Omero. Rappresentazione poetica e documentazione archeologica, AION. Sez.Filologico-letteraria, XXXI, p. 199-223.

Longo 2014 : F. Longo, L’agora del Ceramico e il Kolonos Agoraios, in Greco 2014, p. 864-873.

Maggi 2011 : V. Maggi, La cavalcata degli hippeis, Incidenza dell’antico, 9, 2011, p. 169-191.

Marchetti 2017 : P. Marchetti, Les prytanées d’Athènes, Archimède, 4, p. 94-109.

Martin 1951 : R. Martin, Recherches sur l’agora grecque, Paris, 1951.

Mattusch 1977 : C. C. Mattusch, Molds for an Archaic Bronze Statue from the Athenian Agora, Archaeology, 30, 1977, p. 326-332.

Miller 1995 : S. G. Miller, Old Metroon and Old Bouleuterion in the Classical Agora of Athens, in M. H. Hansen et K. Raaflaub (dir.), Studies in the Ancient Greek Polis, Papers from the Copenhagen Polis Centre 2 (Historia, Einzel. 95), Stuttgart, 1995, p. 133-156.

Monaco 2000 : M. C. Monaco, Ergasteria, Rome, 2000.

Monaco 2015 : M. C. Monaco, Hallirrhotios. Krenai e culti alle pendici meridionali dell’Acropoli di Atene, SATAA, 2, Athènes-Paestum, 2015.

Osborne 2007 : R. Osborne, Did Democracy Trasform Athenian Space?, in R. Westgate, N. Fisher, J. Whitley (dir.), Building Communities, BSA Studies, 15, Londres, 2007, p. 195-199.

Paga 2015 : J. Paga, The Southeast Fountain House in the Athenian Agora: A Reappraisal of Its Date and Historical Context, Hesperia, 84, 2, 2015, p. 355-387.

Robertson 1998 : N. Robertson, The City Center of Archaic Athens, Hesperia, 67, 1998, p. 283-302.

Santaniello 2010 : E. Santaniello, Il santuario di Afrodite Pandemos, in E. Greco (dir.), Topografia di Atene, SATAA, 1.1, Athènes-Paestum, 2010, p. 190-191.

Shear Jr. 1978 : T. L. Shear Jr., Tyrants and Buildings in Archaic Athens, in W. A. P. Childs (dir.), Athens Comes of Age, Princeton, 1978, p. 1-19.

Shear Jr. 1994 : T. L. Shear Jr., Ἰσονόμους τ’ Ἀθήνας ἐποιεσάτην: The Agora and the Democracy, in W. D. E. Coulson et al., The Archaeology of Athens and Attica under the Democracy, Oxford, 1994, p. 225-248.

Shear 2012 : J. L. Shear, Religion and Polis. The cult of the Tyrannicides at Athens, Kernos, 25, 2012, p. 27-55.

Stewart 2017 : A. Stewart, Hellenistic sculpture from the Athenian Agora. Part 4: The East Pediment and Akrotera of the Temple of Apollo Patroos, Hesperia, 86, 2017, p. 273-323.

Thompson 1937 : H. A. Thompson, Buildings of the West Site of the Agora, Hesperia, 6, 1937, p. 1-226.

Thompson 1940 : H. A. Thompson, The Tholos of Athens and its Predecessors, Hesperia, Suppl. 4, Princeton N.J., 1940.

Tosti 2012 : V. Tosti, Il sacrificio del tiranno. Nascita e sviluppo della posa dei tirannicidi nell’iconografia attica, ASAtene, XC, s. III, 12, 2012, p. 77-96.

Valdés Guia 2004 : M. Valdés Guia, La inauguración del agora del Cerámico: una perspectiva histórica, ASAtene, LXXXII, s. III, 4, t. I, 2004, p. 11-30.

Vanderpool 1974 : E. Vanderpool, The ‘Agora’ of Pausanias I, 17, 1-2, Hesperia, 43, 1974, p. 308-310.

Notes

1 Davis, Vogeikoff-Brogan 2013 procède à une analyse efficace du climat politique et culturel juste avant la fouille de l’Agora d’Athènes.

2 Hamilakis 2013.

3 Greco 2014, p. 895-917.

4 Thompson 1940.

5 Thompson 1937.

6 D’Oronzio 2012, a résumé le point de vue, dominant dans la bibliographie allemande, qui nie l’existence d’un espace public sur les pentes de l’Acropole. Sur ce problème voir en dernier lieu Monaco 2015, p. 225-240, spécialement p. 225-226. Sur la localisation probable du Prytanée, en outre, voir ci-dessous n. 17. Une synthèse efficace du problème topographique général maintenant dans Di Cesare 2016.

7 Voir le cadre tracé par Monaco 2000, en particulier p. 29-34 et 132-135.

8 Shear Jr. 1978, p. 4-8.

9 Agora XIV, p. 24-27.

10 Opinion également soutenue par Valdés Guia 2004.

11 Sans parler de l’agora du bouclier d’Achille ou de celle de la Schérie odysséenne : Il. XVIII, 497-508 ; Od. VI, 266-267 ; VIII, 5-7, 109-110) ; voir Longo 2009.

12 Greco 2014, surtout chap. 7, p. 603-705.

13 Voir Marchetti 2017.

14 Dontas 1983.

15 Vanderpool 1974.

16 Robertson 1998, p. 296-297.

17 Di Cesare 2015, p. 87-118 (avec une vaste bibliographie) et Kavvadias, Matthaiou 2014 qui publient une inscription de la fin du ve siècle retrouvée au 32 rue Tripodon (sur les pentes orientales de l’Acropole) : à dire vrai l’inscription n’est pas in situ, même si Kavvadias pense que le Prytanée se trouvait dans les parages, grâce au riche contexte archéologique du « plastered pit », et pas seulement à cause de la stèle d’Aglauros.

18 Greco 2014, p. 899.

19 Dontas 1983 ; Beschi 1967-1968 ; Santaniello 2010 ; Monaco 2015, p. 225-240.

20 Lippolis 2010.

21 Thompson 1937, p. 81-83 et pl. VI.

22 Lippolis 2010, p. 239-243, avec la reconstruction fig. 5.

23 Mattusch 1977, p. 343-347.

24 Thompson 1937, p. 81 : « we have to do with an unroofed enclosure rather than with a building ».

25 Hedrick 1988.

26 Thompson 1937, p. 83-84, fig. 44 ; Stewart 2017.

27 Agora XIV, p. 26-27.

28 Thompson 1940, p. 15-33 : « The House of the Colonnaded Court ».

29 Kiderlen 1995.

30 Martin 1951, p. 271 et n. 2.

31 Voir la bibliographie dans Greco 2014, p. 902.

32 Börner 1996, p. 43-44.

33 Osborne 2007.

34 Shear Jr. 1994.

35 Clinton 1996, p. 124.

36 Thompson 1937, p. 218-220 ; Longo 2014.

37 Il ne me semble pas pour autant possible d’y voir une fonction d’assemblée politico-religieuse liée à Aphrodite comme proposé par Lippolis 2010, p. 247-253.

38 Kolb 1999.

39 Greco 2020.

40 Shear Jr 1978.

41 Maggi 2011.

42 Levi 1963 (voir aussi Greco 2010, p. 228-229) ; Paga 2015, propose une chronologie nouvelle sur des bases présentées par elle comme probables, mais pas certaines (débuts du ve siècle), pour la faire coïncider avec l’information littéraire dans Plutarque (Thém. 31, 1) qui nomme Thémistocle epistatês des fontaines, et avec la solution qu’elle avance sur le « conflit » Thucydide-Pausanias, qui annonce l’erreur de ce dernier.

43 Agora XIV, pl. 4.

44 Glotz 1925, p. 409.

45 Levi 1923-1924.

46 Greco 2009.

47 Agora XXVIII, chap. 15, p. 104-113.

48 Shear 2012 ; Tosti 2012 ; Azoulay 2014.

Table des illustrations

Titre 1 - Athènes. Plan général de l’Agora du Kerameikos.
Légende Au nord de l’Acropole2.4 Habitations paléochrétiennes et la Maison Omega2.5 La maison de Thamneus 2.6 Les îlots de l’époque classique sur les pentes nord de l’Aréopage2.7 Les Thermes2.8 La région de l’enclos triangulaire : la maison géométrique et le sanctuaire de l’époque classique 2.9 La maison de Mikion et Ménon2.14 L’édifice en tuf (souvent identifié à des prisons)2.15 Les termes Sud-Ouest et les autres installations thermales de l’AréopageKolonos Agoraios9.1 L’Hephaisteion 9.2 L’ArsenaleAu nord de l’Agora9.3 Hermai9.4 La Stoa Nord-Ouest (Poikilê ou des Hermai) 9.5 La Porte monumentale9.6 Canalisation de l’Éridan9.7 L’édifice commerciale au nord de la Stoa 9.8 Autel archaïque9.9 Le Temple Nord-Ouest 9.10 La maison du puits J2:4 9.11 Fondations en tuf9.12 Thermes romains9.13 Voie des Panathénées9.14 L’abaton (‘Crossroads Enclosure’) et le puits À l’est de Kolonos Agoraios9.15 La Stoa Basileios et le lithos 9.16 Les structures qui précèdent la Stoa Basileios la Stoa de Zeus sur leur côté ouest9.17 La Stoa de Zeus Éleuthérios 9.18 ‘Great Drain’9.19 Le sanctuaire d’Apollon Patrôos : le petit temple de la fin de l’époque classique et la structure absidale précédente 9.20 Le naïskos de Zeus Phratrios et Athéna Phratria 9.21 Le theatron avec les gradins en tuf et autres structures sur les pentes orientales du Kolônos agoraios 9.22 La zone entre le Mêtrôon hellénistique et le temple d’Apollon Patrôos : vestiges d’un édifice, le puits de bronzier et le temple de la Mêtêr 9.23 Les édifices A-E 9.24 L’ancien Bouleutêrion 9.25 Le nouveau Bouleutêrion et le propylon9.26 Le Métrôon hellénistique 9.27 L’édifice F 9.28 La Tholos 9.29 L’enclos funéraire à côté de la Tholos 9.30 Le Strategheion Sur la place de l’Agora9.31 Le téménos des Douze Dieux et l’eschara 9.32 Le Temple d’Arès9.33 Le complexe de la fin de l’époque romaine et le ‘Round Building’ 9.34 La fosse9.35 Perischoinisma9.36 L’autel de Zeus Agoraios 9.37 Le monument des héros éponymes 9.38 L’Odeion d’Agrippa 9.39 Le palais des géants 9.40 Le Temple Sud-Ouest Au sud-est de la Tholos9.41 L’enclos et les horoi de l’Agora9.42 La boutique du cordonnier et autres vestiges de structures 9.43 Les bâtiments publics au nord-ouest de la Stoa médiane 9.44 La Fontaine Sud-Ouest 9.45 L’Aiakeion (souvent identifié à Heliaia) 9.46 La Stoa Sud (1re phase) 9.47 Le complexe de ‘South Square’ : Stoa Sud (2e phase), Stoa médiane, Édifice Est 9.48 La Fontaine Sud-Est (Enneakrounos) 9.49 Maison archaïque sous la Fontaine et la ‘South Road’ [85] 9.50 La Monnaie9.51 Le Nymphée9.52 Le Temple Sud-Est À l’est de la Voie des Panathénées9.53 La Bibliothèque de Pantainos et les Stoai au sud de la rue [83] vers l’Agora romaine 9.54 La région du kapêleion 9.55 La Stoa Sud-Est 9.56 Le tracé du mur post-érulien (?) 9.57 La Stoa d’Attale, le Bêma et le monument des attalides 9.58 Le ‘Brick Building’ 9.59 Le Monopteros 9.60 Les Édifices A-D sous le Péristyle carré9.61 L’Édifice E et le Péristyle carré (‘Square Peristyle’) 9.62 Le Complexe nord-est : la Stoa et la Basilique romaine 9.63 Les ateliers de l’époque classique et hellénistique 9.64 La domus romaine à l’est de la Basilique Au nord-ouest de l’Agora 10.10 Le sanctuaire du Démos et des Charites10.11 Les Stoai
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre 2 - Athènes. Plan général de la ville.
Légende En noir sont marqués les monuments antiques ; en arrière-plan le cadastre de la ville moderne.
Crédits Topografia di Atene 2015, t. 5, pl. XI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 3 - Athènes. La partie ouest de l’Agora avec l’édifice A qui a précédé l’édifice F et l’enclos funéraire sur lequel est construite la Tholos au ve s. av. J.-C.
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1039, fig. 636a, relevé I. Travlos
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 4 - Athènes. L’Acropole et la pente est avec la rue des Trépieds ; en bas à gauche, le théâtre de Dionysos.
Crédits Topografia di Atene 2011, t. 2, p. 512, fig. 281, relevé O. Voza, F. Longo
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 5 - Athènes. L’Acropole et la pente sud-ouest.
Légende 1.1 L’accès monumental de l’Acropole1.2 Le Pélargikon – enceinte de l’Acropole après le sac perse1.3 Le monument d’Eumène / Agrippas1.4 Les Propylées et la Pinacothèque[1.5 « L’architecture errante »] 1.6 Athéna Nikè1.7 Athéna Hygeia1.8 Brauronion 1.9 Le Propylon et les marches à l’ouest du Parthénon1.10 La Chalcothèque[1.11 Le stéréobate sous le Parthénon et l’Architecture-H]1.12 Le Parthénon1.16 Athéna Polias1.17 Érechthéion1.18 Pandrosion1.19 Arrhéphorion1.20 La citerne archaïque et l’édifice Nord-Ouest1.22 Klépsydra1.23 Apollon Hypoakraios1.24 La grotte de Pan1.25 Aphrodite et Éros1.31 L’Asklépieion1.32 Krêne archaïque1.33 Temple de Thémis1.34 Temple d’Isis1.35 Chalkourgheion1.36 Aphrodite Pandémos1.39 Stoa d’Eumène II1.40 L’odéon d’Hérode Atticus[1] Péripatos[62] Voie des Panathénées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 6 - Athènes. Agora, côté ouest. Puits pour la fonte d’une statue en bronze, trouvé au sud du temple dit d’Apollon.
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3, p. 900, fig. 530 [www.agathe.gr]
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 7 - Athènes. Plan de la Fontaine Sud-Est superposée par une maison archaïque.
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3, p. 1115, fig. 693, relevé I. Travlos, W. B. Dinsmoor Jr. 1984
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 8 - Athènes. Agora. Plan de l’édifice F (vie s.) au-dessous des vestiges de la Tholos (465 av. J.-C.).
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1033, fig. 631, d’après le relevé de J. Travlos, 1966
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 9 - Athènes. Agora, pente est du Kolonos Agoraios avec la localisation des bancs taillés dans le rocher.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 10 - Athènes. Sanctuaire et théâtre de Dionysos.
Légende 1. Théâtre ; 2. Temple de Dionysos de la fin de l’époque archaïque ; 3. Temple de Dionysos du ive s. av. J.-C. ; 4. Stoa ; 5. Propylon ; 6. hodos tripodon (la rue des Trépieds) ; 7. Les trépieds, prix des concours de théâtre ; 8. Odéon de Périclès.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 11 - Athènes. L’Agora à l’époque des tyrans.
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 905, fig. 533, relevé O. Voza
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 12 - Athènes. Agora. Plan reconstitué de l’autel des Douze Dieux.
Crédits Topografia di Atene 2014, t. 3b, p. 1052, fig. 631, relevé I. Travlos 1971, R. C. Anderson
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 13 - Les Tyrannicides, copie romaine (vers 117-138 apr. J.-C.) découverte à la Villa d’Hadrien, d’après le bronze original grec créé vers 480-470 av. J.-C. placé sur l’Agora d’Athènes.
Crédits Ancienne collection Farnèse. Naples, Musée archéologique national, Inv. 6009.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/7642/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search