Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

Préface

John Scheid

Texte intégral

1Lorsqu’en 2013 j’ai proposé aux professeurs du Collège de France, avec le soutien de mon collègue Denis Knœpfler, d’inviter Emanuele Greco à venir donner une série de conférences, je pensais renouer le fil de discussions que nous avions depuis plus de 40 ans. C’est effectivement en 1973 qu’Évelyne Scheid-Tissinier et moi-même avons fait sa connaissance à Salerne, à l’occasion de fouilles organisées par nos amis communs Annie et Alain Schnapp, que nous avions rencontrés par hasard dans un hôtel de Paestum. J’étais impressionné par la culture grecque et romaine que possédait E. Greco, par sa compétence philologique et historique, jointes à son savoir-faire d’archéologue de terrain. Depuis, nous n’avons cessé de poursuivre nos discussions de Salerne et de Paestum au gré de nos rencontres, à Sybaris, à Moio della Civitella, à Rome, à Athènes, à l’époque où il était le directeur de la Scuola Archeologica Italiana, ou encore à Paris dont il est un visiteur fréquent. Outre sa bonne humeur et sa capacité à animer nos repas par des chansons italiennes et grecques, ou bien en rejouant des scènes de films, dialogues et musique compris, c’était surtout sa science de l’Italie archaïque et des apoikiai grecques qui me fascinait. Avec E. Greco, la visite d’un site ou la discussion sur un détail se trouvent toujours insérées dans une approche globale, historique et historiographique. Lors de nos rencontres en Italie, dans ces années où dans le Latium et l’Étrurie on redécouvrait l’époque archaïque et ses problèmes, nos entretiens portaient volontiers sur le problème de l’archaïsme, qui n’était pas ma spécialité, mais qui ne cessait de m’intéresser. Comment faire autrement quand on travaille sur la religion et qu’on se défend, faute de données directes, contre l’idée que la religion romaine n’est autre que celle des viiie-ve s. av. J.-C. ? Avec E. Greco j’ai appris à distinguer les données archéologiques, les seules qui importent dans ce débat, des témoignages littéraires généralement postérieurs de plusieurs siècles. Comme il le répète dans sa troisième conférence (p. 64) : « … l’archéologie fournit la seule source contemporaine des événements ayant mené » à la fondation d’une colonie, ou encore (p. 65) « … la littérature archéologique dominante suit le plus souvent les textes, et parfois malencontreusement aussi les mythes, comme si ceux-ci devaient être validés par l’étude de la culture matérielle ».

2Le débat concernant l’emplacement de l’agora archaïque d’Athènes par exemple, je l’avais entendu pour ainsi dire en direct lors d’une visite, et je l’ai retrouvé avec plaisir. On ne peut qu’être impressionné par ce qu’E. Greco nous apprend sur l’arrière-plan idéologique des fouilles de l’Agora d’Athènes et sur le mépris dans lequel on a tenu Sparte. Mais davantage encore on trouve toujours à méditer dans ses conférences sur la « colonisation » grecque, dont il nous parlait déjà il y a un demi-siècle sous la lune de Lucanie, alors que débutait sa propre aventure scientifique.

3Ce fut donc un immense plaisir de l’entendre exposer sa science avec la clarté et la précision qui le caractérisent au cours du mois qu’il a passé au Collège de France, et je suis particulièrement heureux que ce volume en conserve le souvenir.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search