Version classiqueVersion mobile

En Grèce et en Grande Grèce. Archéologie, espace et sociétés

 | 
Emanuele Greco

Avant-propos

E. G.

Texte intégral

1Je tiens tout d’abord à remercier le professeur John Scheid et le Collège de France pour l’honneur qu’ils m’ont accordé en m’invitant à tenir un cycle de conférences dans une institution aussi prestigieuse que le Collège, que j’ai connu et fréquenté il y a trente ans pour écouter Jean-Pierre Vernant dont la leçon et le magistère ont été une sorte d’étoile polaire pour ma génération.

2Mon propos, en tant qu’archéologue classique, et surtout archéologue de terrain, est de tenter d’analyser les contextes spatiaux, dans un cadre d’interaction entre les données archéologiques et les sources littéraires. Il ne s’agit pas d’un problème nouveau, bien entendu, et il ne faut pas pour autant laisser passer sous silence les abus auxquels nous assistons fréquemment. Je n’entends pas définir ou découvrir une nouvelle méthode, au-delà du bon sens qui, de temps en temps, risque d’être perdu, mais proposer une série de lectures et de solutions, toujours dans la certitude de procéder par des approches successives, et donc avec la conscience d’atteindre à des conclusions provisoires. Il faut prendre en compte l’ensemble des lieux et leur évolution dans le temps et l’espace pour se permettre de se faire une idée de la topographie antique ; les études partielles peuvent être particulièrement érudites mais peu concluantes.

  • 1 E. Lepore, La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne. Quatre conférence (...)

3Dans le cadre des intérêts que j’ai eu la chance de cultiver, spécialement l’archéologie de l’espace urbain de la Grèce et de la Grande Grèce, ainsi que les rapports entre la ville et son territoire, je voudrais soumettre à l’attention d’un public averti et sensible à ces questions un bilan historiquement orienté de quatre cas d’études. J’insiste sur l’expression « bilan historiquement orienté » parce qu’il ne s’agit pas de mettre côte à côte les sources et les stratigraphies avec les tessons, opération qui recouvre différents niveaux d’évidence, mais de considérer chaque élément dans son contexte, afin de comparer les choses comparables, sans les pasticci combinatori, pâtés mal assortis, comme le disait notre maître Ettore Lepore1, et l’habitude des archéologues de mettre ensemble les sources en faisant l’addition. On ne fait pas de l’histoire politique avec de l’archéologie.

4La présentation de mes recherches est articulée en quatre parties et commence par l’étude des espaces publics de deux cités illustres de la Grèce antique, Athènes et Sparte. Ensuite le débat se porte sur l’Occident grec, à propos, d’une part, de l’apoikismos – la colonisation grecque – en général, et d’autre part de Sybaris et Thourioi, pour le passage de la ville archaïque détruite par les Crotoniates à l’apoikia athénienne du ve siècle av. J.-C.

5Cet essai est le fruit d’une série de recherches que j’ai pu conduire en Italie méridionale et, plus récemment, à Athènes dans le cadre de ma fonction de directeur de l’École archéologique italienne d’Athènes. L’historiographie sur les lieux traités est particulièrement riche et la bibliographie continue à s’accroître. Dans la présente étude les travaux cités s’arrêtent en 2017, date de la rédaction du texte pour l’édition. J’évite de reprendre l’ensemble des références pour ne pas tomber dans les méandres de débats peu utiles à mon propos, et je préfère me référer systématiquement à des travaux de synthèse dont le but est de développer la description des vestiges et des sources sur des sujets débattus depuis longue date. Je me réfère en particulier à la liste suivante de mes précédents travaux :

6Pour Athènes : L’Agora di Atene ed i suoi ‘predecessori’, in E. Greco (dir.), Topografia di Atene (SATAA, 1, 3**) Athènes, Paestum, 2014, p. 895-917.

7Pour Sparte : Alla ricerca dell’agora di Sparta, ASAtene, LXXXIX, s. III, 11, t. I, p. 53-77.

8Pour la colonisation grecque : La colonizzazione greca: modelli interpretativi nel dibattito attuale, in E. Greco, M. Lombardo (dir.), Alle origini della Magna Grecia, Atti del cinquantesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2010, Tarente, 2012, p. 37-39 et 47-60 et L’archeologia della polis in Magna Grecia, in A. Alessio, M. Lombardo, A. Siciliano (dir.), Poleis e Politeiai nella Magna Grecia arcaica e classica, Atti del cinquantatreesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2013, Tarente, 2016, p. 67-90.

9Pour Sybaris et Thourioi : Su alcuni aspetti di una possibile storia archeologica di Sibari e Thurii, in G. Andreassi, A. Cocchiaro, A. Dell’Aglio (dir.), in Vetustis novitatem dare, In ricordo di G. A. Maruggi, Tarente, 2013, p. 73-80 et Sullo ΣΧΗΜΑ di Thuri: venti anni di ricerche, ASAtene, XCII, s. III, 14, 2014, p. 1-11.

10Je remercie la collègue et amie Claude Pouzadoux, directrice du Centre Jean Bérard, d’avoir accueilli le texte de mes conférences dans la prestigieuse série « études » de ce même centre, topos epiphanēs, qui, au cours de ses cinquante années d’existence depuis qu’il fut fondé par Georges Vallet, maître inoubliable de ma génération, a été et continue d’être un point de référence fondamental pour qui travaille sur la Grèce et la Grande Grèce.

11Pour finir, je dois adresser des remerciements particuliers à Despina Chatzivasiliou pour son excellent travail éditorial, grâce auquel les textes apparaissent dans la meilleure correction formelle qu’un auteur puisse souhaiter.

12Paestum, août 2017

Notes

1 E. Lepore, La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne. Quatre conférences au Collège de France (Paris, 1982). Naples, 2000.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search