Version classiqueVersion mobile

Le duc de Luynes et la découverte de la Grande Grèce

 | 
Francesca Silvestrelli

1. La formation et les premières années de l’activité du duc de Luynes

Texte intégral

  • 18 Huillard-Bréholles 1868, p. 10 ; Vinet 1874, p. 470.
  • 19 Vinet 1874, p. 471 ; Ockman 1982, p. 77 ; Guigniaut 1868, p. 367 : « Il fut heureux que se trouvât (...)
  • 20 Vinet 1874, p. 470.
  • 21 Boissieu 1869, p. 257 ; Bonucci 1868, p. 3. La date du voyage peut se déduire de celle du décès de (...)
  • 22 Guigniaut 1868, p. 368.
  • 23 Huillard-Bréholles 1868, p. 62. Sur la collection, voir Colonna 2013.

1Né à Paris, hôtel de Luynes, Honoré fut éduqué avec son frère par l’abbé Lepage, « précepteur instruit, mais étroit et dur18 ». Cependant, les biographes s’accordent à reconnaître la part qui revient dans sa formation à Guyonne-Élisabeth-Joseph de Montmorency-Laval, la duchesse de Luynes son aïeule (1755-1830)19, une femme qui ne manquait pas d’étoffe, traductrice de Robinson Crusoé de Defoe et d’autres ouvrages, ainsi qu’imprimeur-libraire, et dont la présence contribua à adoucir la solitude affective de l’enfant. À dix-huit ans, le duc faisait déjà preuve d’une singulière maturité dans ses études20 et d’un intérêt marqué pour l’antiquité que viendra nourrir, en 1819, un premier voyage italien en compagnie de son cousin Henri de Montmorency-Laval, lequel allait mourir à Naples21. Dès ses jeunes années, et peut-être au cours de ce premier voyage, il commença, sous l’œil réprobateur de son père (qui jugeait ces occupations indignes de son nom22), à rassembler la collection de vases, de sceaux et de monnaies dont il fera don vers la fin de sa vie au Cabinet des médailles23.

  • 24 Il était entré en 1818 dans la Compagnie des gardes du corps de Luxembourg ; voir Guigniaut 1868, (...)
  • 25 Guigniaut 1868, p. 367 : « Atteint de ces coups répétés, dans la fleur de son âge, isolé dans sa p (...)

2Il semble que certains événements particulièrement douloureux l’aient conduit à renoncer à une carrière militaire24 et, avec elle, à une façon de vivre plus conforme à son rang et à la tradition familiale. La mort de sa jeune épouse (23 juillet 1824) et, peu après, celle de son frère puîné, l’amenèrent à vouer sa vie à l’étude25. Les années 1824-1829 eurent une importance décisive dans la formation du duc ; ses centres d’intérêt se précisèrent à la faveur des expériences accomplies au cours de cette période. Les plus importantes furent son activité auprès des Musées royaux lors de la création du musée Charles X et les contacts qu’il noua par ailleurs avec certains membres de la Société des Hyperboréens, créée à Rome en 1823. Avec les deux voyages italiens – 1825, puis 1828 – se dessinait ainsi le cadre dans lequel l’homme d’étude allait prendre consistance.

Luynes aux Musées Royaux (1824-1828)

  • 26 Kanawaty 1990, p. 150.
  • 27 Appendice documentaire, no 1.
  • 28 Appendice documentaire, no 2. Selon Guigniaut 1868, p. 368, et Ockmann 1982, Luynes aurait été cha (...)

3Peu après la mort de sa première épouse, par l’entremise de Louis-François-Sosthène de La Rochefoucauld-Doudeauville, son parent et directeur des Beaux-Arts, le jeune Luynes se vit associé, à partir d’août 1824, à l’administration des Musées royaux26. Après qu’un échange de lettres avec le vicomte de La Rochefoucauld eut précisé les fonctions qu’il aurait à y remplir27, le comte de Forbin, directeur des Musées royaux, avisa par un courrier du 1er octobre 1824 François Lauzan et les autres conservateurs de la désignation du duc comme directeur adjoint honoraire « pour [l]e représenter en cas d’absence, ou lorsque les circonstances l’exigeront28 ».

  • 29 Courajod 1888, p. 12. Appendice documentaire, no 3.
  • 30 Chaudonneret 1999, p. 47-48 ; Allard 2006, p. 49-50 ; Detrez 2014, p. 46-48.
  • 31 Appendice documentaire, nos 4-5.
  • 32 Sur l’organisation des Musées royaux et sur les fonctions que remplissait Forbin, voir Chaudonnere (...)
  • 33 Lettre de M. Vincent Méry du 2 août 1826, par laquelle il offre de céder au musée une statue antiq (...)
  • 34 Lettre de juin 1826 adressée au duc, où il est question de deux tableaux de F. Gérard qui doivent (...)
  • 35 Lettre d’août 1826 : Tripier Le Franc 1880, p. 426 ; Ockmann 1982, p. 93, n. 6.
  • 36 Chaudonneret 1999, p. 59.

4Aussitôt après sa nomination, le duc prit part aux négociations qui entouraient l’acquisition du cabinet Durand, l’une des plus remarquables collections d’antiquités de l’époque. À l’automne de 1824, Luynes écrivait dans une lettre : « Je serais bien fier si je contribuais à faire faire au Roi une acquisition si importante et qui donnerait au musée un grand lustre de plus », et il annonçait à Forbin qu’il s’entretiendrait avec M. de La Rochefoucauld en vue d’appuyer l’acquisition de la collection29. Elle fut menée à bien le 2 mars 1825, date essentielle dans l’historique du projet et de la création du futur musée Charles X30. L’activité de Luynes au sein du musée nous échappe dans ses détails, et une bonne part des documents qui permettent de mieux cerner son rôle dans l’administration se rapportent à deux périodes où, Forbin étant absent, Luynes remplit la fonction de directeur ad interim des Musées royaux (juin 1825 et juin 1826)31 et se substitue à son supérieur32. À ce titre, on le consultait soit pour les nouvelles acquisitions d’antiquités33, soit pour proposer des peintres susceptibles de répondre aux commandes royales34. Il est probable qu’il participa également à l’organisation du décor de peintures pour les nouvelles salles destinées à accueillir le musée Charles X, comme l’indique une lettre que lui adresse Antoine-Jean Gros, dans laquelle le peintre accepte la commande de deux plafonds du musée35. En qualité de directeur adjoint, il siégeait en outre au conseil honoraire du musée, auquel il revenait notamment d’apprécier et de choisir les œuvres admises au Salon36.

Fig. 2 - Les vases de la collection Luynes donnés au Louvre en 1827 : 1. Cratère à colonnettes corinthien E 626 du Peintre d’Hippolyte. 2. Amphore à col attique à figures noires F 228 du Peintre d’Antiménès. 3. Amphore à col attique à figures noires F 229 du Peintre de Munich 1501. 4. Cratère en cloche à figures rouges G 423 du Peintre de Komaris. © Musée du Louvre.

Fig. 3 - Détail du pied du cratère G 423 avec le cachet aux armes de la famille de Luynes. © Musée du Louvre.

  • 37 Lettre du 19 octobre 1827 : Appendice documentaire, no 6.
  • 38 N. 2239, 2264 et 2269 : vases donnés par M. le duc de Luynes : Archives nationales (Pierreitte), d (...)
  • 39 Louvre E 626 : Amyx 1988, p. 262, n. A2.
  • 40 Louvre F 228, BAPD 320056 ; CVA Louvre 4, III H e, pl. 43, 1 et 6. Sur la face principale, Héraclè (...)
  • 41 Louvre F 229, BAPD 10775, CVA Louvre 4, III, H e, pl. 43, 2, 7.
  • 42 Louvre G 423, BAPD 213816 ; CVA Louvre 4, III, I d, pl. 23, 1, 3.

5Sans doute les documents ne recouvrent-ils qu’en partie les activités assumées par Luynes au cours de cette période, puisque le vicomte de La Rochefoucauld lui écrivait le 19 octobre 1827 : « Je saisis en même temps avec empressement cette occasion de vous offrir mes remerciements personnels pour les soins que vous avez consacrés à la formation du nouveau Musée. » Par le même courrier, le vicomte le remerciait au nom du roi pour le don de plusieurs vases provenant de sa collection37. À ce don, mentionné par le comte de Clarac dans l’Inventaire des armoires des vases étrusques38, on peut rattacher quatre vases qui diffèrent tant par le style que par la chronologie (fig. 2 et 3). Le plus ancien est un cratère corinthien à colonnettes attribué au Peintre d’Hippolyte et datable du deuxième quart du VIe siècle av. J.-C., représentant une scène de combat (ig. 2.1)39. Les deux amphores à col attiques à figures noires, datables du dernier quart du vie siècle av. J.-C., sont attribuées, pour la première, au Peintre d’Antiménès (fig. 2.2)40, pour la seconde, au Groupe de Munich 1501 (fig. 2.3)41. L’une et l’autre représentent des scènes tirées des travaux d’Hercule, Cerbère, Eurysthée et le lion de Némée. Quant au quatrième vase, il s’agit d’un cratère attique en cloche, à figures rouges, du Peintre de Komaris (troisième quart du ve siècle av. J.-C.), portant une scène de poursuite (fig. 2.4 et 3)42.

  • 43 CVA Louvre 25, p. 12 (M. Denoyelle).
  • 44 Chaudonneret 1999, p. 45-46.
  • 45 Luynes 1830b, p. 241.
  • 46 Luynes 1830b, p. 241-244 ; 1832b, p. 144-147 ; Soleti 2012, p. 45.
  • 47 Luynes 1832b, p. 145.

6En cette période qui précède immédiatement l’inauguration du musée Charles X, le don de Luynes répond probablement à la volonté de compléter, en lui intégrant des objets de styles divers, la collection de vases destinée au nouveau musée, constituée pour l’essentiel de céramiques à figures rouges attiques et italiotes provenant des collections de Joseph-François Tôchon et d’Edmond-Antoine Durand43, et dont l’acquisition visait par ailleurs à fournir des modèles aux artistes44. De fait, le choix des vases donnés par Luynes semble anticiper la reconstruction de l’évolution des céramiques figurées, divisées en « plusieurs classes toutes graduées selon cette marche progressive de l’art qui, par degrés, part du principe le plus simple pour atteindre la perfection, et enfin, l’exagération de l’ornement45 », que le duc proposera dans deux articles publiés en 1830 et 1832 dans les Annales de l’Institut de correspondance archéologique46. Peuvent se rattacher à la première phase les céramiques « à engobe jaunâtre avec des figures orangées ou d’un noir brun et sans luisant, d’un dessin fort médiocre, maladroit, pesant, mal retouché et tracé comme par une main novice. […] La même couverte paraît sous les figures noires les plus antiques. Le noir en est également faux, le vernis terne ; le dessin conserve de la lourdeur, l’inexpérience est complète dans les proportions ». Vient ensuite « une grande classe de peintures noires, habilement tracées, mais conservant un grand archaïsme de caractère, une naïveté massive, une exagération de muscles, résultat visible de premières études47 ».

  • 48 Ceserani 2012, p. 172-179. Pour l’inscription, E. Pottier, in CVA Louvre 4, III, I d, 15, pl. 23, (...)

7Le choix du cratère en cloche à figures rouges, d’un moindre intérêt du point de vue stylistique et iconographique, pourrait s’expliquer par la présence, près de la figure masculine, d’une inscription grecque (Theseus ou Peleus, selon la lecture), élément décisif dans le débat érudit sur l’origine grecque ou étrusque des vases figurés48.

Fig. 4 - Lettre de démission du duc de Luynes comme directeur adjoint honoraire des Musées royaux. © Archives nationales (Pierrefitte).

  • 49 Appendice documentaire, no 7.
  • 50 Lettre du 17 janvier 1828 : Appendice documentaire, no 8.
  • 51 Chaudonneret 1999, p. 49-51.

8Dans une lettre datée du 14 novembre 1827 (fig. 4), antérieure à l’inauguration du musée Charles X – le 12 décembre de la même année –, Luynes, en raison « de différents voyages qu[’il] compte entreprendre, et de nouvelles occupations », sollicite d’être exonéré de son service49. En acceptant sa démission, le vicomte de La Rochefoucauld ne cache pas son déplaisir de se voir privé de ce collaborateur, ce qui confirme encore le rôle déterminant de Luynes dans la création des collections du musée qu’il a contribué à enrichir de pièces d’un grand prix50. Le don de ces vases était donc l’acte qui lui permettait de conclure son travail au musée, en parfait accord avec sa psychologie : animé par le sentiment du devoir que son rang et sa fortune lui imposaient, parachevant son service par un acte de mécénat, il contribuait à donner naissance au musée Charles X. Sa tâche ainsi achevée, il s’éloigna des charges publiques pour se consacrer librement à une intense activité de recherche. Cependant, on aurait tort de sous-estimer une expérience qui associa Luynes à l’une des œuvres culturelles les plus novatrices de la restauration51, en lui permettant d’approfondir et de consolider ses liens avec les peintres néoclassiques, tout en participant à l’enrichissement des collections d’antiques.

Le second voyage en Italie, la Société des Hyperboréens et la fondation de l’Institut de correspondance archéologique

  • 52 Michaelis 1879, p. 19 ; De Witte 1859, p. 181.
  • 53 Faisaient partie de la Société : Eduard Gerhard, Theodor Panofka, August Kesten (diplomate), Otto (...)
  • 54 Michaelis 1879, p. 19-21.

9Au cours des mêmes années où il contribuait à l’organisation du musée Charles X, un autre événement intervint, qui devait être déterminant pour la formation du duc. En 1825, à l’occasion de son second voyage italien, apparemment motivé par la volonté de compléter les connaissances que réclamaient ses fonctions de directeur adjoint, Luynes rencontra à Naples Theodor Panofka52. Ce fut le début d’une relation qui devait durer jusqu’à la mort de l’érudit allemand. C’est par l’entremise de Panofka que Luynes entra en contact avec les membres de la Société des Hyperboréens, fondée à Rome en 1823 en vue de classer, d’étudier et de publier le matériel archéologique qui commençait alors à émerger en nombre sur le sol italien, et qui réunissait quelques-unes des personnalités les plus avancées dans le domaine des études antiques53. Michaelis, qui reconnaît au duc un rôle de premier plan, pour ainsi dire de catalyseur, dans l’organisation des membres de la Société, lui attribue le projet des Monumenti antichi inediti della Società Iperborea romana, douze planches financées par Luynes et publiées en 1828 mais sans le texte initialement prévu, lequel trouvera place par la suite dans le premier volume des Annales. En juillet 1828, Luynes et Gerhard se trouvant à Naples, le duc proposa en outre de financer la publication d’une revue, le Journal universel de l’archéologie, dont Panofka serait le rédacteur et que l’on imprimerait à Paris, ainsi que d’un Bullettino d’information relatif aux découvertes archéologiques. Le départ de Panofka pour Naples avec le duc de Blacas d’Aulps fit échouer le projet54 qui ne pouvait se réaliser que grâce à l’intervention du prince héritier de Prusse, faisant alors de Rome le centre de l’activité de l’Institut de correspondance archéologique créé en 1829, auquel le duc allait régulièrement participer.

  • 55 Ibid., p. 28.
  • 56 Ibid., p. 33.
  • 57 Voir la notice dans le Bullettino dell’Instituto di corrispondenza archeologica, 1829, p. 87.

10L’Institut se proposait de travailler à la formation d’une société internationale d’érudits ouverts aux échanges, dont la réflexion porterait sur les problèmes spécifiques soulevés par l’interprétation des vases et, plus généralement, des documents antiques. Elle était censée publier, dans des articles illustrés par des gravures, les découvertes et les résultats des fouilles qui se multipliaient alors en Italie. Le duc s’adapta sans peine à une approche qui s’accordait pleinement à son esprit. Invité par Gerhard à participer à la direction du nouvel institut, Luynes passa outre les réticences que lui inspirait le prince prussien – Panofka ayant aplani cette difficulté55 – et devint secrétaire de la section française56, composée d’Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Jean-Antoine Letronne, Désiré Raoul-Rochette, Charles Lenormant, Félix Lajard et du baron Jean De Witte57.

  • 58 Gran-Aymerich, Ungern-Steinberg 2012, p. 215, n. 359.
  • 59 On peut reconstituer les différends de Luynes et, plus généralement, de la section française avec (...)
  • 60 Lettre de Gerhard à Luynes datée du 4 avril 1835 ; Michaelis 1879, p. 64.

11En 1834, la proposition de déplacer la direction et l’administration parisienne à Berlin, jointe aux difficultés pécuniaires de l’Institut, ouvrit une crise assez grave pour entraîner la démission de Luynes58 (qui projeta de transformer la section française de l’Institut en une société distincte) et la publication d’une nouvelle revue, les Nouvelles Annales de l’Institut de correspondance archéologique59. Cette dernière, que Gerhard comparait à une colonie détachée de la mère patrie60, ne compta que deux volumes.

  • 61 Cependant, en 1839 encore, à la mort du duc de Blacas, Gerhard cite le nom de Luynes pour la prési (...)

12En 1837, la médiation de D. Raoul-Rochette et de J. De Witte permit de régler la crise entre la section française et la direction allemande ; les rapports avec l’Institut reprirent leur cours jusqu’à la mort de Luynes. Cependant, à partir de la fin des années 1830, et même s’il continua de remplir la fonction de secrétaire de la section française jusqu’en 1848, son intérêt se tourna vers d’autres objets et les liens se distendirent peu à peu61. La section française de l’Institut fermera définitivement ses portes en 1848.

  • 62 Vinet 1874, p. 476.

13E. Vinet a bien mesuré l’importance de l’Institut de correspondance archéologique dans le parcours intellectuel du duc de Luynes : « La fondation de l’Institut […] (Rome, 1829) […] est un fait grave dans la vie scientifique du duc de Luynes. Collaborateur de ce recueil, il fut contraint de payer de sa personne, je veux dire de tailler ses matériaux, de leur donner un cadre et de fixer sur des points déterminés un esprit un peu enclin à se disperser et à se répandre. Devenu le collègue et le confrère de Bunsen, d’Édouard Gerhard, de Panofka et de vingt autres, tous membres de l’aristocratie du savoir, il fut au milieu d’eux plus particulièrement le connaisseur versé dans la pratique de l’art et de l’industrie des anciens62. » De fait, cette atmosphère culturelle favorisant sa maturation, il allait devenir l’un des spécialistes de l’antiquité les plus influents et les plus actifs d’Europe.

  • 63 Gran-Aymerich 2001, p. 427 ; 2012, p. 16 ; Ceserani 2012, p. 143.
  • 64 Repris également dans les Monuments inédits, 1829, pl. VII ; pour le commentaire, cf. Luynes 1829b (...)
  • 65 Inv. De Ridder 190. Stibbe 1972, p. 285, no 289, pl. 94.1-3.
  • 66 Gargiulo 1825, pl. 101 ; Milanese 2014, p. 220-221, fig. 72.
  • 67 Luynes 1829b, p. 279.
  • 68 Luynes 1840b.
  • 69 Paris, Louvre, collection Albani, MA 579 : LIMC IV, s. v. Erechtheus 932, no 27 ; Panofka 1829c ; (...)

14On a souvent souligné le rôle de Luynes en tant que mécène de l’Institut de correspondance63, mais ce n’est là qu’un aspect d’une collaboration qui se déploya dans bien d’autres domaines aussi. L’un des vases destinés à la publication dans les Monumenti antichi inediti della Società Iperborea romana, puis dans le premier volume des Annales de l’Institut de correspondance archéologique et des Monuments inédits publiés par l’Institut de correspondance archéologique fut dessiné et commenté par ses soins (fig. 5.3)64. La céramique en question, la coupe laconienne où le Peintre des Cavaliers a représenté l’aveuglement de Polyphème, aujourd’hui au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale65, avait été publiée par R. Gargiulo qui la vendit ensuite au duc66. Le dessin de Luynes se distingue du précédent par son souci de vérité, qu’il s’agisse de la forme de la coupe, correctement dessinée, ou des détails des figures avec indication des couleurs et une exacte imitation du style : c’est que Luynes distinguait là « un travail véritablement archaïque67 », et qu’il lui fallait étayer son jugement. L’attention aux détails, l’attachement à une restitution exacte des œuvres illustrées et commentées, qui allaient devenir une constante de son approche et de sa méthode de présentation des antiques, s’affirmaient ainsi dès sa première publication connue. En témoigneront non seulement les admirables planches qui accompagnent l’ouvrage sur Métaponte, mais encore les dessins minutieux du catalogue de sa collection68, et cette exigence explique son intérêt précoce pour les techniques photographiques. Pour le même volume des Monuments inédits, Luynes a également réalisé un dessin du bas-relief de la naissance d’Érichthonios conservé au Louvre, dont Panofka donnait un commentaire (fig. 6)69.

Fig. 5 - Coupe laconienne du Peintre des Cavaliers et dessins publiés par R. Gargiulo (1825) et Luynes (1829). © Bibliothèque nationale de France et DAI-Arachne.

Fig. 6 - Dessin de reconstruction du bas-relief représentant la naissance d’Érichthonios conservé au Louvre, par le duc de Luynes (Monuments inédits de l’Institut de correspondance archéologique, 1829-1833, pl. XII). © DAI-Arachne.

  • 70 Souvent soulignée par ses biographes : Guigniaut 1868, p. 368 ; Huillard-Bréholles 1868, p. 5 : «  (...)
  • 71 Michaelis 1879, p. 43-44.
  • 72 Ceserani 2012, p. 154-156.
  • 73 Luynes 1840b, pl. XXXV ; Colonna 2013, p. 32, no 6. BAPD 207543.
  • 74 Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, inv. j345, BAPD 205571 ; Panofka 1829b.

15L’habileté de sa main70, une sensibilité qui s’affina sans doute lorsque Luynes participa aux projets de décoration des salles destinées au musée Charles X sont d’ailleurs attestées par la conception et l’exécution des images qui ouvrent les volumes des Annales et des Monuments71. À partir de 1830 et jusqu’en 1835, le frontispice des fascicules des Annales imprimés à Paris reproduit un dessin de son invention et de sa main, gravé par Saint-Ange-Desmaisons, véritable allégorie de l’archéologie nouvelle dont les membres de l’Institut de correspondance se faisaient les promoteurs72 et synthèse figurée des sources que les rédacteurs des Annales puisèrent principalement – au moins à partir du milieu du siècle – dans les fouilles et les prospections intensives qui caractérisent ces années (fig. 7). Athéna dessine les vestiges qui sortent de terre devant elle. Au centre de la composition, Gaïa émerge du tombeau en tendant une amphore à Vulcain, qui vient d’achever l’excavation. La composition est construite sur une série de renvois aux œuvres publiées par les Annales : l’Athéna emprunte ses traits à un célèbre vase du Peintre d’Oionoclès provenant de la collection de Luynes73, et la figure de Gaïa est tirée d’un stamnos représentant la naissance d’Érichthonios, alors conservé dans la collection du prince de Canino et que Panofka avait publié dans les Annales en 182974.

Fig. 7 - Honoré d’Albert, duc de Luynes. Dessin du frontispice des Annales de l’Institut de correspondance archéologique (1830). © DAI-Arachne.

Fig. 8 - Honoré d’Albert, duc de Luynes. Dessin du frontispice des Monuments inédits de l’Institut de correspondance archéologique (1829).

  • 75 Louvre G 343, BAPD 206948.

16Le frontispice qui orne le premier volume des Monuments inédits en 1829 est encore de la main de Luynes (fig. 8). Il présente une série d’objets, comme le cratère à volutes du Peintre des Niobides entré dans les collections du Louvre en 179875 et le fragment 25a de la Forma Urbis avec les horrea Lolliana, conservé aux Musées capitolins, qui résument les projets des Monuments.

  • 76 Luynes 1829b ; 1830b ; 1832a ; 1833b ; 1833c ; 1834 ; 1838 (sur le cratère à volutes du Peintre de (...)
  • 77 Luynes 1829d ; 1830c ; 1830d ; 1841, p. 132-135.
  • 78 Luynes 1832b ; 1833d.
  • 79 Luynes 1829c ; 1829e ; 1830e.
  • 80 Voir, par exemple, Millingen 1829 ; Panofka 1829a ; De Witte 1834 ; Welcker 1845.
  • 81 Luynes 1829a (Vélia) ; 1830a (Locres) ; 1833a (Pandosia).
  • 82 Michaelis 1879, p. 12.
  • 83 Voir aussi à ce propos Gerhard 1829b, p. 9-10 : « L’abondance des antiquités en tout genre issues (...)

17En outre, à partir de 1829, date de publication du premier volume des Annales, le duc entama une intense activité éditoriale : interprétations de sujets représentés sur des vases et autres vestiges76, discussions portant sur la numismatique – qui fut pour lui une discipline de prédilection77 –, sur la technique et l’évolution de la céramique78, à quoi s’ajoutent des recensions et des commentaires de travaux qui paraissaient alors79. Cette période, qui s’étend sur une décennie, se signale par la cohérence des études publiées. Par ailleurs, n’oublions pas que la collection de Luynes, qui avait pris une certaine ampleur, fut mise à la disposition des collaborateurs de l’Institut pour leur servir de source et qu’elle permit ainsi à de nombreuses contributions de voir le jour80. En outre, un certain nombre d’articles ont pour origine les voyages de Luynes en Italie méridionale81, et son intérêt pour ces régions fut largement partagé par la Société des Hyperboréens, puis par l’Institut. Michaelis l’a remarqué : « il ne se passait guère d’été qu’ils ne visitassent Naples. Ils étaient attirés non seulement pas le museo Borbonico et les collections privées, comme celle du ministre Santangelo, mais encore par la vigueur et l’ampleur du commerce des objets d’art, qui mettait sans cesse au jour une grande quantité et variété de vases, bronzes, terres cuites, gemmes et médailles, à quoi le commerce romain ne pouvait se comparer alors. Voilà qui devait éveiller leur désir de visiter l’Italie méridionale tout entière, d’où provenait la plupart de ces trésors82 ». Même si, surtout à partir de 1824, l’attention de Gerhard se déplaça vers l’Étrurie, territoire encore en partie inconnu, l’intérêt ne faiblissait pas pour la région de Naples, la Campanie et la Sicile83. C’est dans le cadre de ces activités et de ces relations que les recherches de Luynes vont s’orienter vers la Grande Grèce.

Notes

18 Huillard-Bréholles 1868, p. 10 ; Vinet 1874, p. 470.

19 Vinet 1874, p. 471 ; Ockman 1982, p. 77 ; Guigniaut 1868, p. 367 : « Il fut heureux que se trouvât là, pour remplacer leur mère, une femme distinguée entre toutes, une Montmorency, que son petit-fils aimait à nommer sa bonne grand-mère, et sur laquelle, en ses derniers jours, il a tracé quelques pages mémorables, qui le font connaître autant qu’elle-même. Cette femme, d’une âme virile, d’une raison élevée, qui, après la Terreur, dont elle avait failli être victime, écrivait, imprimait de sa main à Dampierre des opuscules philosophiques et politiques et, pour ses pupilles, des récits de morale pratique, traduits de l’anglais, tels que le chef-d’œuvre de Daniel de Foë, semble s’être occupée la première d’étudier le caractère du jeune duc. »

20 Vinet 1874, p. 470.

21 Boissieu 1869, p. 257 ; Bonucci 1868, p. 3. La date du voyage peut se déduire de celle du décès de Gui-Anne-Marie-Louis-Henri-Aldaric de Montmorency-Laval (voir Courcelles 1822, p. 32). Le voyage est également mentionné dans une lettre de la comtesse d’Albany (lettre CXVIII, 3 septembre 1819) : « Je crois vous avoir dit que nous avons eu ici le petit-fils du duc de Laval, Henri de Montmorency, qui est allé mourir à Naples. Il s’avisoit, pendant l’horrible chaleur qu’il a fait, d’aller à cheval en plein midi, et puis de se jeter dans la mer. Il a pris une fièvre maligne et, entre un accès et l’autre, il retournoit à la mer. Il est mort le 11e jour. Il voyageoit en compagnie de MM. de Luynes et de Montagu, et d’un abbé irlandois qui buvoit et les faisoit boire » (G. Charvet [éd.], Une correspondance inédite de la comtesse d’Albany, Nîmes, 1878, p. 170). Épisode mentionné par ailleurs dans une lettre de Sophie Swetchine à Marie Gourief, duchesse de Nesselrode, datée d’août 1827 : « Je ne sais si vous aurez appris la mort de ce pauvre Henry de Laval, fils unique du duc et de la duchesse de Laval, que vous connaissez. Ce pauvre jeune homme avait été faire un voyage en Italie avec son cousin le jeune duc de Luynes, et une fièvre pernicieuse l’a emporté en moins de trois jours, à Naples, où il était arrivé depuis fort peu de temps » (Lettres de madame Swetchine publiées par le comte de Falloux de l’Académie française, Paris, 1873, p. 379).

22 Guigniaut 1868, p. 368.

23 Huillard-Bréholles 1868, p. 62. Sur la collection, voir Colonna 2013.

24 Il était entré en 1818 dans la Compagnie des gardes du corps de Luxembourg ; voir Guigniaut 1868, p. 367.

25 Guigniaut 1868, p. 367 : « Atteint de ces coups répétés, dans la fleur de son âge, isolé dans sa propre maison, le duc de Luynes, loin de se jeter dans les distractions extérieures, se replia tout entier sur lui-même par un effort de volonté. Il vit, avec la justesse de son esprit, que l’étude seule, l’étude de tous les jours et de tous les instants, pouvait être une diversion efficace à ses chagrins, un frein à ce qui restait d’irritable dans son caractère, et un rempart contre les séductions qui l’entouraient. Ce fut ainsi que, renonçant à toute autre vocation, il entreprit de compléter son instruction littéraire et scientifique qui n’avait été qu’ébauchée ; qu’il acheva de former sa raison par la méditation des préceptes des sages de tous les temps, son goût par la lecture assidue des auteurs classiques et par la contemplation des monuments de l’antiquité. Il y joignit bientôt la connaissance des langues modernes de l’Europe. »

26 Kanawaty 1990, p. 150.

27 Appendice documentaire, no 1.

28 Appendice documentaire, no 2. Selon Guigniaut 1868, p. 368, et Ockmann 1982, Luynes aurait été chargé de cataloguer les antiquités grecques, ce que les sources documentaires ne permettent pas de confirmer.

29 Courajod 1888, p. 12. Appendice documentaire, no 3.

30 Chaudonneret 1999, p. 47-48 ; Allard 2006, p. 49-50 ; Detrez 2014, p. 46-48.

31 Appendice documentaire, nos 4-5.

32 Sur l’organisation des Musées royaux et sur les fonctions que remplissait Forbin, voir Chaudonneret 1999, p. 15-24.

33 Lettre de M. Vincent Méry du 2 août 1826, par laquelle il offre de céder au musée une statue antique et sollicite l’avis du duc à ce propos (Archives nationales [Pierrefitte], série O, O/3/1420, 485).

34 Lettre de juin 1826 adressée au duc, où il est question de deux tableaux de F. Gérard qui doivent être copiés par la manufacture des Gobelins (Archives nationales [Pierrefitte], série O, O/3/1420, 452). Une lettre du 10 août 1826 (Archives nationales [Pierrefitte], série O, O/3/1420, n. 452) lui demande d’indiquer des peintres pour réaliser un tableau commandé par le roi. Une lettre du 16 août 1826 (Archives nationales [Pierrefitte], série O, O/3/1420, 526) demande au duc de faire effectuer une copie des portraits de M. le Dauphin et de Mme la Dauphine à l’intention de la manufacture des Gobelins. Là encore, il lui revient de choisir les artistes. Voir sur cette question Ockmann 1982, p. 96.

35 Lettre d’août 1826 : Tripier Le Franc 1880, p. 426 ; Ockmann 1982, p. 93, n. 6.

36 Chaudonneret 1999, p. 59.

37 Lettre du 19 octobre 1827 : Appendice documentaire, no 6.

38 N. 2239, 2264 et 2269 : vases donnés par M. le duc de Luynes : Archives nationales (Pierreitte), département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre (Série A).

39 Louvre E 626 : Amyx 1988, p. 262, n. A2.

40 Louvre F 228, BAPD 320056 ; CVA Louvre 4, III H e, pl. 43, 1 et 6. Sur la face principale, Héraclès et Cerbère ; sur la face postérieure, Achille portant le corps d’Ajax. Le rapport avec la donation Luynes se déduit d’un billet signalé par E. Pottier à l’intérieur du vase, portant mention : Don de M. le Duc de Luynes.

41 Louvre F 229, BAPD 10775, CVA Louvre 4, III, H e, pl. 43, 2, 7.

42 Louvre G 423, BAPD 213816 ; CVA Louvre 4, III, I d, pl. 23, 1, 3.

43 CVA Louvre 25, p. 12 (M. Denoyelle).

44 Chaudonneret 1999, p. 45-46.

45 Luynes 1830b, p. 241.

46 Luynes 1830b, p. 241-244 ; 1832b, p. 144-147 ; Soleti 2012, p. 45.

47 Luynes 1832b, p. 145.

48 Ceserani 2012, p. 172-179. Pour l’inscription, E. Pottier, in CVA Louvre 4, III, I d, 15, pl. 23, 1, 3 ; De Witte 1836, p. 122, no 347.

49 Appendice documentaire, no 7.

50 Lettre du 17 janvier 1828 : Appendice documentaire, no 8.

51 Chaudonneret 1999, p. 49-51.

52 Michaelis 1879, p. 19 ; De Witte 1859, p. 181.

53 Faisaient partie de la Société : Eduard Gerhard, Theodor Panofka, August Kesten (diplomate), Otto Magnus von Stackelberg (peintre et découvreur du temple d’Apollon à Bassae), ainsi que le sculpteur Bertel Thorvaldsen. Sur la Société des Hyperboréens, voir Gran-Aymerich 2012, p. 16-17 et Ceserani 2012, p. 143.

54 Michaelis 1879, p. 19-21.

55 Ibid., p. 28.

56 Ibid., p. 33.

57 Voir la notice dans le Bullettino dell’Instituto di corrispondenza archeologica, 1829, p. 87.

58 Gran-Aymerich, Ungern-Steinberg 2012, p. 215, n. 359.

59 On peut reconstituer les différends de Luynes et, plus généralement, de la section française avec la section romaine grâce à la correspondance entre Luynes, Gerhard et Bunsen. Ils sont retracés en détail dans Michaelis 1879, p. 60-86. Voir également la correspondance entre D. Raoul-Rochette et O. Müller dans Gran-Aymerich, Ungern-Steinberg 2012, part. p. 215, 219, 234 ; Gran-Aymerich 2012, p. 18.

60 Lettre de Gerhard à Luynes datée du 4 avril 1835 ; Michaelis 1879, p. 64.

61 Cependant, en 1839 encore, à la mort du duc de Blacas, Gerhard cite le nom de Luynes pour la présidence de l’Institut, mais son peu de relations avec le Saint-Siège ne font pas de lui un bon candidat ; voir Michaelis 1879, p. 92. En 1841, ayant eu connaissance des difficultés financières de l’Institut, Luynes se proposa pour faire imprimer un fascicule des Annales sans contribution de Rome. Son activité se poursuivit encore par la suite, et un fascicule des Annales était édité chaque année à Paris.

62 Vinet 1874, p. 476.

63 Gran-Aymerich 2001, p. 427 ; 2012, p. 16 ; Ceserani 2012, p. 143.

64 Repris également dans les Monuments inédits, 1829, pl. VII ; pour le commentaire, cf. Luynes 1829b, p. 278-280.

65 Inv. De Ridder 190. Stibbe 1972, p. 285, no 289, pl. 94.1-3.

66 Gargiulo 1825, pl. 101 ; Milanese 2014, p. 220-221, fig. 72.

67 Luynes 1829b, p. 279.

68 Luynes 1840b.

69 Paris, Louvre, collection Albani, MA 579 : LIMC IV, s. v. Erechtheus 932, no 27 ; Panofka 1829c ; Monuments inédits, 1829, pl. XII, Ia.

70 Souvent soulignée par ses biographes : Guigniaut 1868, p. 368 ; Huillard-Bréholles 1868, p. 5 : « Le soir, dans les veillées […], il dessinait quelque composition savamment agencée, dont il cherchait les motifs dans les monuments de l’antiquité. »

71 Michaelis 1879, p. 43-44.

72 Ceserani 2012, p. 154-156.

73 Luynes 1840b, pl. XXXV ; Colonna 2013, p. 32, no 6. BAPD 207543.

74 Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, inv. j345, BAPD 205571 ; Panofka 1829b.

75 Louvre G 343, BAPD 206948.

76 Luynes 1829b ; 1830b ; 1832a ; 1833b ; 1833c ; 1834 ; 1838 (sur le cratère à volutes du Peintre de Lycurgue : Trendall, Cambitoglou 1978, p. 417, no 15).

77 Luynes 1829d ; 1830c ; 1830d ; 1841, p. 132-135.

78 Luynes 1832b ; 1833d.

79 Luynes 1829c ; 1829e ; 1830e.

80 Voir, par exemple, Millingen 1829 ; Panofka 1829a ; De Witte 1834 ; Welcker 1845.

81 Luynes 1829a (Vélia) ; 1830a (Locres) ; 1833a (Pandosia).

82 Michaelis 1879, p. 12.

83 Voir aussi à ce propos Gerhard 1829b, p. 9-10 : « L’abondance des antiquités en tout genre issues des fouilles de Rome n’empêche point que Naples, abondante elle aussi sous tout rapport en fait d’antiques, n’ait fourni sans cesse de merveilleux monuments et, eu égard en particulier au mérite de l’art, bien plus précieux que les découvertes romaines. Les fouilles jamais interrompues de Pompéi ensevelie, les recherches reprises sur le sol de l’antique Herculanum, les précieux objets qui des sépulcres grecs de Nole et des provinces du royaume affluent vers cette capitale, arrêtent plus que jamais l’attention de l’archéologue sur le centre de la Campanie. » Et il ajoute : « l’abondance des fouilles remarquables qui s’effectuent en divers points séparés de ce royaume fait l’extrême difficulté des rapports auxquels ces découvertes nous obligent ».

Table des illustrations

Légende Fig. 2 - Les vases de la collection Luynes donnés au Louvre en 1827 : 1. Cratère à colonnettes corinthien E 626 du Peintre d’Hippolyte. 2. Amphore à col attique à figures noires F 228 du Peintre d’Antiménès. 3. Amphore à col attique à figures noires F 229 du Peintre de Munich 1501. 4. Cratère en cloche à figures rouges G 423 du Peintre de Komaris. © Musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Légende Fig. 3 - Détail du pied du cratère G 423 avec le cachet aux armes de la famille de Luynes. © Musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 4 - Lettre de démission du duc de Luynes comme directeur adjoint honoraire des Musées royaux. © Archives nationales (Pierrefitte).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 5 - Coupe laconienne du Peintre des Cavaliers et dessins publiés par R. Gargiulo (1825) et Luynes (1829). © Bibliothèque nationale de France et DAI-Arachne.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Légende Fig. 6 - Dessin de reconstruction du bas-relief représentant la naissance d’Érichthonios conservé au Louvre, par le duc de Luynes (Monuments inédits de l’Institut de correspondance archéologique, 1829-1833, pl. XII). © DAI-Arachne.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 7 - Honoré d’Albert, duc de Luynes. Dessin du frontispice des Annales de l’Institut de correspondance archéologique (1830). © DAI-Arachne.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8 - Honoré d’Albert, duc de Luynes. Dessin du frontispice des Monuments inédits de l’Institut de correspondance archéologique (1829).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/6873/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 362k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search