Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géants et gigantomachies entre Orient et Occident

 | 
Françoise-Hélène Massa-Pairault
, 
Claude Pouzadoux

De Nanterre à Naples : histoires de gigantomachies

Pascale Linant de Bellefonds et Agnès Rouveret

Texte intégral

  • 1 Équipe ESPRI & LIMC de l’UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

1Nous sommes très heureuses que nos deux équipes nanterroises réunies1 aient pu joindre leurs efforts à ceux des autres institutions partenaires pour contribuer à l’organisation de cette rencontre qui nous tenait particulièrement à cœur. Le titre de cet avant-propos peut sembler quelque peu énigmatique : l’université de Nanterre n’est sans doute pas immédiatement associée au combat des Géants. Mais comment ne pas évoquer en préambule à cet ouvrage, qui s’achève avec le bel article d’un autre « nanterrois », le regretté Pierre Chuvin, la contribution majeure de celui qui fut son maître, Francis Vian, à notre connaissance des Géants et de la gigantomachie ?

  • 2 F. Vian, « Nouvelles réflexions sur la Gigantomachie », dans Studi in onore di Adelmo Barigazzi, I (...)
  • 3 F. Vian (avec la collaboration de M. Moore), LIMC IV, 1988, s. v. « Gigantes », p. 191-270, pl. 10 (...)
  • 4 P. Linant de Bellefonds, Aphrodisias IV. The Mythological Reliefs from the Agora Gate, Mainz am Rh (...)
  • 5 H. S. Alanyalı, Der Kentauromachie-und der Gigantomachiefries im Theater von Perge, Wien, 2012.

2Certes lorsqu’il publia en 1951 sa thèse sur La Guerre des Géants et, un an plus tard, son Répertoire sur les Gigantomachies figurées, Francis Vian n’était pas encore professeur de littérature grecque à l’université de Nanterre : celle-ci ne fut créée qu’en 1964 et Francis Vian y fut nommé en 1968. Mais dans le vaste champ disciplinaire qui fut le sien tout au long de sa carrière, il ne perdit jamais de vue la thématique des Géants comme en témoignent ses publications ultérieures sur le sujet2, au nombre desquelles l’important article « Gigantes » du Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae3. D’autres gigantomachies, d’autres Géants ont surgi de terre depuis la parution de cette dernière somme de Francis Vian : nous pensons par exemple, en Asie Mineure, aux grands ensembles sculptés d’Aphrodisias4 et de Pergé5, héritiers de la frise du grand autel de Pergame, nous pensons aussi à ces vases apuliens tout à fait exceptionnels ou encore à des objets plus modestes mais non moins intéressants dont il sera question dans cet ouvrage.

  • 6 Soutenu par l’Agence nationale de la recherche, le programme « Culture antiquaire et invention de (...)

3Francis Vian ne fut pas seulement le spécialiste des Géants, il fut aussi un brillant helléniste et un immense savant qui, par ses travaux et ceux de ses élèves – au nombre desquels Pierre Chuvin qui le rejoignit à l’université de Nanterre en 1998 – entreprit d’éditer les trésors jadis peu accessibles de la poésie grecque, hellénistique et impériale. Par un étrange hasard, en 2008 nous venions d’apprendre la disparition de Francis Vian lorsque démarra à Nanterre un nouveau projet réunissant philologues et historiens d’art désireux d’étudier comment l'érudition mythologique fut mise au service de l'invention d'une modernité, dans les arts figurés comme dans la poésie érudite des capitales culturelles du monde hellénistique6. L’un des tout premiers échanges que nous eûmes alors avec Claude Pouzadoux et Évelyne Prioux concernait l’image poétique et figurée des Géants lithoboles. C’est à la faveur d’un colloque sur Euphorion organisé en janvier 2012 dans le cadre du projet CAIM que surgit, au fil d’une conversation avec Françoise-Hélène Massa Pairault, l’idée d’une rencontre autour des Géants et de la gigantomachie.

4L’enthousiasme et le dynamisme de Claude Pouzadoux ont permis que ce vœu se concrétise à Naples, à proximité des Champs Phlégréens, terre de Géants : nous nous réjouissons que cette superbe localisation nous ait ainsi donné l’occasion de dialoguer sur la gigantomachie avec nos collègues et amis venus d’Allemagne, de France et d’Italie, et nous exprimons notre vive reconnaissance à l’équipe du Centre Jean Bérard et à sa directrice qui ont tout mis en œuvre pour que ce colloque nous offre à tous des conditions idéales d’échanges et d’amitié partagée.

Notes

1 Équipe ESPRI & LIMC de l’UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

2 F. Vian, « Nouvelles réflexions sur la Gigantomachie », dans Studi in onore di Adelmo Barigazzi, II, Rome, 1985, p. 255-264 ; F. Vian, « Gigantomachie et Héracléide », dans M. Woronoff (éd.), L’univers épique. Rencontres avec l’Antiquité classique, II, Besançon, 1992, p. 129-139.

3 F. Vian (avec la collaboration de M. Moore), LIMC IV, 1988, s. v. « Gigantes », p. 191-270, pl. 108-158.

4 P. Linant de Bellefonds, Aphrodisias IV. The Mythological Reliefs from the Agora Gate, Mainz am Rhein, 2009.

5 H. S. Alanyalı, Der Kentauromachie-und der Gigantomachiefries im Theater von Perge, Wien, 2012.

6 Soutenu par l’Agence nationale de la recherche, le programme « Culture antiquaire et invention de la modernité » (CAIM) a regroupé, sous la coordination d’Agnès Rouveret, des chercheurs des équipes ESPRI et LIMC de l’UMR 7041 ArScAn (Nanterre) ainsi que de l’UMR 7189 HiSoMA (Lyon).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site