Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Euphorion et les mythes

 | 
Christophe Cusset
, 
Évelyne Prioux
, 
Hamidou Richer

Résumés

Texte intégral

1Benjamin Acosta-Hughes et Christophe Cusset, Euphorion et Lycophron

2Euphorion et Lycophron sont fréquemment associés comme deux représentants de la poésie obscure. À partir du témoignage de Clément, on peut se demander si c’est l’ensemble de l’œuvre d’Euphorion qu’il faut estimer à l’aune de l’obscurité, ou seulement certaines de ses productions. L’état fragmentaire de l’œuvre d’Euphorion rend l’enquête difficile. Après de brèves remarques lexicales, on essaie ici d’établir une lecture comparée de mythe chez Euphorion et Lycophron, autre étalon de l’obscurité hellénistique, à travers le cas d’Iphimaque dans l’histoire de Philoctète, pour essayer d’en dégager quelques principes de l’écriture obscure d’Euphorion. Il apparaîtrait peut-être une forme d’écriture allusive au fondement de cette obscurité poétique.

3Josep Antoni Clúa Serena, Euphorion, la malédiction mythique et le comique intentionnel

4Ce texte explore les liens possibles entre les poèmes d’Euphorion et la pratique de la defixio. On examine ainsi le sens qui peut être prêté à l’ara (malédiction) dans ses poèmes. Qui vise-t-elle ? S’agit-il de poèmes sérieux ? Tous les poèmes de malédiction d’Euphorion relèvent-ils d’un projet unifié ?

5Valeria Gigante Lanzara, La “Musa sottile” alla corte di Antioco

6Euphorion s’inscrit indiscutablement dans la continuité du canon alexandrin : les mythes forment la trame de ses vers, avec une recherche lexicale toujours raffinée. Euphorion partage avec les poètes alexandrins le goût pour le mot rare, celui des glôssai et des hapax homériques. Mais son talent ne se limite pas au maniement du jeu de mots. Poète d’images, il se sert magistralement de la couleur et du son. Son art impressionniste tend à privilégier les contours, tout en éludant le cœur du récit mythique.

7Sa technique, que l’on serait tenté de qualifier de visuelle, consiste à suggérer des images immédiates plutôt que de livrer une narration complète. Elle nous semble dériver d’un filon réaliste qui est déjà en germe dans le canon alexandrin. Ce filon prend véritablement corps chez les auteurs hellénistiques de la génération suivante, pour donner naissance aux images cruelles de l’Alexandra de Lycophron ou à la « decadente corposità » de l’Épitaphe d’Adonis de Bion de Phlossa.

8Au réalisme s’unit une touche de noir, qui semble démentir l’image de poète facétieux qui lui est parfois prêtée. La Muse d’Euphorion n’échappe pas au charme des sombres légendes. Un thème commun aux différentes morts tragiques qu’il relate est celui d’une mer qui revêtirait l’aspect sinistre de la mort.

9Les rapports d’Euphorion avec les principaux poètes de l’école alexandrine sont nombreux et bien documentés. Le présent article propose une réflexion sur Euphorion et Lycophron, dans la perspective d’une lecture qui fait de Lycophron l’imitateur et d’Euphorion l’auteur le plus ancien. On tente ainsi de montrer comment le poète de l’Alexandra propose des variations très élaborées sur le modèle de certains vers d’Euphorion.

10Noëlle Icard et Anne-Violaine Szabados, Des couronnes pour Mélicerte

11Quelques lignes d’Euphorion évoquent la découverte du corps de Mélicerte sur le rivage de l’Isthme de Corinthe et mettent cet événement en rapport avec la confection des couronnes remises aux vainqueurs des Isthmia. Elles rapportent qu’elles furent composées de pin, en souvenir des branches sur lequel l’enfant mort fut déposé, puis d’ache, après qu’Héraclès eut tué le lion de Némée. Plutarque utilise ces vers du poète hellénistique dans un de ses Propos de Table, qui traite du problème des couronnes de l’Isthme : la couronne de pin, puis d’ache, était à son époque à nouveau de pin. Ce deuxième changement de végétal s’inscrit dans le contexte spécifique de l’histoire de la colonie romaine de Corinthe, à un moment où le culte de Mélicerte/Palémon connaît un développement particulier.

12Dans cet article, en étudiant conjointement les témoignages littéraires, les représentations figurées et les résultats des fouilles, nous tentons d’expliquer ces changements de végétal, exceptionnels pour l’objet emblématique qu’est la couronne agonistique.

13Antje Kolde, Les chevaux d’Asbotos et les génisses des Téléboens : les fragments du Thrace comme échantillons de la poétique d’Euphorion

14Les fragments du Thrace d’Euphorion sont très peu nombreux. Toutefois, il est peut-être possible de les étudier pour tirer certaines conclusions sur la poétique d’Euphorion. Dans ce but, cette contribution propose tout d’abord une analyse du fragment 30 de l’édition Acosta-Hughes/Cusset, puis elle se tourne vers le genre littéraire des ἀραί, dont relève le Thrace, puis vers le Thrace lui-même, en se penchant sur le fragment 37C, qui est le plus long du poème. Ces analyses portent sur les caractéristiques lexicales, métriques et narratologiques du fragment 37C et abordent la question du véritable sujet de ce poème, en se demandant qui est véritablement le Thrace. La fin de cette contribution traite plus largement du public des ἀραί et de la signification de ces poèmes.

15Pascale Linant de Bellefonds, L’« ardente » Sémiramis : fragments d’une image contrastée

16Euphorion mentionne Sémiramis à deux reprises dans les fragments qui nous sont conservés. Cet intérêt manifesté par le poète hellénistique pour la légendaire reine de Babylone n’est guère partagé, avant lui, que par des Grecs d’Asie, qui avaient une expérience propre de l’Orient, soit, comme Ctésias, par leurs aventures personnelles, soit, pour d’autres auteurs de Persica, par les vicissitudes de leur cité d’origine. Le présent article montre que les évocations de Sémiramis par Euphorion se rattachent à des traditions fortement enracinées dans le monde gréco-oriental et sont sans doute révélatrices des liens privilégiés du poète avec la dynastie séleucide.

17Enrico Magnelli, Myth and history in Euphorion’s eastern tales

18De nombreux passages de l’œuvre d’Euphorion s’attachent à des sujets liés à l’Asie et au Proche-Orient, tout en prenant parfois soin de les lier, aussi, à la Grèce propre. Cette présence de sujets orientaux contraste en revanche avec l’absence complète de références à l’Égypte dans les fragments qui nous sont parvenus. Euphorion a-t-il tenté de créer une géographie poétique similaire à celle de ses modèles alexandrins, mais dont l’intérêt serait centré sur d’autres espaces ? Pareille démarche pourrait s’expliquer par un contexte de rédaction séleucide, mais aussi par un projet littéraire spécifique.

19Françoise-Hélène Massa-Pairault, Orion

20Entre élégance stylistique et science des mythes, quelle est la position d’Euphorion dans le jeu littéraire hellénistique ? L’étude du personnage d’Orion peut apporter quelques lumières. Ce chasseur gigantesque et cet astre au ciel appartiennent en effet à l’un des plus anciens horizons mythologiques de l’Égée et possèdent aussi un ancrage en Occident par les colonies chalcidiennes du Détroit de Sicile.

21Si le passage du Thrax citant Orion dévoile les qualités astrologiques et météorologiques du chasseur à travers la facétie érudite caractérisant cette pièce, d’autres fragments offrent plus de matière pour apprécier l’originalité d’Euphorion entre Callimaque, Aratos et Nicandre de Colophon et d’en cueillir des reflets essentiels à travers la postérité latine de son œuvre, notamment chez Ovide.

22Du mythe d’Orion, de la naissance du Chasseur à sa transformation en astre, Euphorion semble surtout retenir les aspects qui se rattachent à la Béotie, à l’Eubée et à Délos, au détriment de Chios et de Lemnos. Les trajets hyperboréens passant par le golfe maliaque, l’Eubée et Délos sont ainsi à l’arrière-plan de la recréation poétique du personnage d’Orion et Euphorion instituait sans doute aussi un lien entre mythologie hyperboréenne et mythes relatifs à Anios par le dénominateur commun que constitue l’Eubée. Proche par-là de Callimaque, il en était peut-être proche aussi par la recherche d’« histoires » et d’aitia occidentaux. La vision d’un Orion péloritain partant de Zancle pour retourner en Eubée, lisible à travers Diodore et d’autres sources pourrait remonter à Euphorion. De même le lien, cité par Strabon, entre Orion et la ville d’Oreoi, en Eubée. La région des Ellopes, du Téléthrion et du temple d’Artémis Proseoia, avait en fait suscité l’attention du poète.

23Les multiples aspects d’Orion semblent donc dépendre d’une vision chalcidienne, eubéenne, de la mythologie et induisent sans doute à souligner le rôle du poète érudit à la cour d’Alexandre et de Nikaia.

24Joan Pagès Cebrian, Euphorion dans les scholies mythographiques à l’Iliade

25On relève six mentions d’Euphorion dans les Scholia Minora de l’Iliade. Celles-ci figurent à la fin de certaines des historiae fabulares – brefs résumés mythologiques remontant à un manuel de mytho graphie appelé par convention Mythographus Homericus. Trois d’entre eux comportent une histoire de géant et concernent respectivement Ophion, Eurymédon et Orion. L’analyse de ces trois fragments nous conduit à la question de l’utilisation du mythe lui-même par Euphorion et à celle de la place que celui-ci occupait dans son programme poétique. À en juger par les trois exemples analysés, Euphorion semble avoir été un poeta doctus qui s’est intéressé aux traditions rares, archaïques et locales. L’insertion, dans sa poésie, de détails mythologiques frappants devient un véritable procédé littéraire qui vise à proposer un défi intellectuel à ses lecteurs. Les scholies homériques nous aident à redécouvrir ces mythes oubliés dans lesquels Euphorion a puisé ses allusions et ses exemples.

26Claude Pouzadoux, Figures de devins et signes du destin dans la céramique apulienne

27Comme ce fut le cas pour Lycophron, la confrontation des fragments d’Euphorion aux images apuliennes met une fois de plus en lumière l’inflexion significative des mythes en Grande Grèce dans la seconde moitié du ive siècle. Elle permet de focaliser l’attention sur leur propension à fournir une clef de lecture à l’actualité par le biais de figures et de motifs aptes à mettre en évidence le sens de l’histoire, à savoir les devins et les prodiges. Le cas le plus frappant est celui de Cassandre, dont la parole prophétique acquiert une visibilité majeure. C’est au cœur même de la famille troyenne que les peintres apuliens trouvent d’autres personnages pour la seconder dans ce rôle, à savoir Troïlos et Hélénos. Ce sont aussi, comme chez Euphorion, des destins remarquables, liés notamment à la naissance ou à la mort particulière d’enfants, qui retiennent l’attention, comme celui de Boiotos, un des jumeaux de Mélanippé ou celui d’Opheltès auquel on donne après sa mort le nom d’Archémoros. À côté du cycle troyen, le cycle thébain traduit un intérêt nouveau pour une aire géographique comprenant la Béotie et l’Eubée en lien avec le rôle de cette région non seulement dans la redéfinition du monde grec après les conquêtes d’Alexandre, mais aussi dans la construction des traditions sur l’origine des peuples et des cités en Italie du Sud.

28Évelyne Prioux, Figures de devins et signes du destin dans l’œuvre d’Euphorion

29Le thème des devins prend toute son importance dans les œuvres poétiques de l’époque hellénistique qui tentent bien souvent de problématiser les rapports de causalité dans le temps et d’expliquer des réalités géopolitiques contemporaines à partir de la connaissance de traditions poétiques et mythologiques empruntées notamment au corpus de la poésie archaïque. La présence des devins constitue, aussi, dans plusieurs œuvres hellénistiques, le signe qu’une lecture métapoétique est possible.

30Les fragments conservés d’Euphorion présentent un nombre élevé de figures de devins ou de signes annonçant le destin exceptionnel d’un personnage (noms renvoyant à une naissance ou à une enfance exceptionnelle) : agônes de devins, consultations d’oracles (souvent liées à des mythes de fondation) dans des sanctuaires oraculaires, signes procurés par des oiseaux, songes et prédictions liés à des naissances, prodiges précédant des événements décisifs. Euphorion cite beaucoup le sanctuaire de Dodone en Épire. Une autre série de figures relève pour Euphorion de Chalcis d’une forme de mythologie locale liée à l’Eubée ou à la Béotie voisine. D’autres récits présentent au contraire un intérêt géostratégique pour les Séleucides et nous permettent de pencher pour une rédaction à Antioche même. Quatre études de cas permettent de préciser les rapports qu’Euphorion entretient avec la tradition historiographique et poétique dont il se fait l’héritier (et en particulier avec les œuvres de Callimaque et de Lycophron), mais aussi avec un contexte de rédaction lié à la cour séleucide pour la dernière partie de sa carrière.

31L’histoire d’Anios, héros-archégète de Délos et prêtre d’Apollon lié à l’antique oracle de l’île, avait pu retenir très tôt l’attention d’Euphorion en raison de ses liens avec l’Eubée, mais peut-être aussi à l’extrême fin de sa carrière où cette figure, à la fois liée à Apollon et à Dionysos, était susceptible d’intéresser les Séleucides. Mais cette position originale du personnage d’Anios, à la fois protégé de Dionysos et d’Apollon, pouvait aussi en faire un sujet privilégié pour un poète initié, au fait des traditions orphiques.

32L’histoire de Béotos, qui fait intervenir un devin qui n’est pas nommé (Tirésias ?), pouvait elle aussi intéresser Euphorion, poète eubéen, en raison du caractère quasi local, pour lui, de ce mythe lié aux origines du peuple béotien. Une caractéristique commune lie ce mythe à celui d’Anios : dans les deux cas se trouve retracée l’histoire d’un personnage dont le nom signale la naissance extraordinaire. Tout comme dans le cas d’Anios, il s’agit en outre d’un mythe réactivé à la fin du ive siècle et illustré dans un corpus d’images élaborées en Italie du Sud par un peintre peut-être lié à la Béotie.

33Les Chiliades – œuvre liée au thème des oracles millénaires également traité, sous forme moins systématique sans doute, par Lycophron et par Callimaque – illustraient sans doute une conception du temps qui voulait qu’il existe des relations cachées entre des événements apparemment très éloignés dans le temps.

34Le fragment relatif au rêve prémonitoire de Laodicé ancre très clairement Euphorion dans un contexte séleucide et réintroduit au moins implicitement la figure d’Apollon, archégète des Séleucides. Il est possible que ce motif du rêve prémonitoire préfigurant une naissance ait structuré certains des poèmes d’Euphorion : on le retrouvait sans doute – sous la forme, cette fois, d’un cauchemar funeste – dans l’histoire de la famille de Troie puisque Euphorion avait évoqué le sort de Mounippos et de sa mère, tués, à la demande de Priam, à la place d’un Pâris nouveau-né et de sa mère Hécube.

35Renaud Robert, Euphorion, entre Claros et Grynium

36Le commentaire de Servius au sujet du sanctuaire de Grynium invoque l’autorité d’Euphorion à propos de la querelle entre Calchas et Mopsos. Le poète de Chalcis semble avoir placé cet épisode à Grynium, alors que les autres sources (Lycophron, Strabon) le situent habituellement à Claros. Strabon déclare avoir tiré ses informations d’Hésiode mais surtout rapporte les informations concernant le lieu de la joute entre les devins à un auteur dont les travaux récents sur les manuscrits du géographe permettent de restituer le nom : il s’agirait de Callisthène. Il n’est pas invraisemblable que l’historien d’Alexandre, très féru d’oracles et de mantique, ait joué un rôle déterminant dans la valorisation du sanctuaire de Claros. C’est l’Apollon de Claros que les Smyrniotes consultent lorsqu’Alexandre est averti en songe qu’il doit refonder Smyrne. Il faut également faire remonter à Callisthène le parallèle que l’on pouvait établir entre la geste de Mopsos et d’Amphilochus au-delà du Taurus (en Pamphylie, en Cilicie, en Syrie et jusqu’en Phénicie) et les conquêtes d’Alexandre. Les devins semblaient avoir précédé dans sa course le souverain macédonien, qui aurait d’ailleurs rendu les honneurs funèbres à Amphilochus au cours de son périple en Malléotide. Or, un autre parallèle pourrait être esquissé entre les conquêtes d’Amphilochus/Alexandre et celles d’Antiochos III après 202 av. J.-C. On sait qu’Euphorion travailla auprès du souverain Séleucide. Comment expliquer cependant le transfert par le poète des légendes clariennes vers Grynium ? Peut-être, en ancrant ces traditions dans un sanctuaire qui faisait partie des hauts lieux de la propagande des Attalides, Euphorion exprimait-il les revendications d’Antiochos sur un territoire que le souverain devait reconquérir en 199-198 av. J.-C.

37Evina Sistakou, The Dark Side of Euphorion

38Le fantastique, le morbide, l’horrible et l’étrange constituent autant de notions connexes qui ont eu un rôle formateur dans le développement de mouvements contemporains, surtout le romantisme et le décadentisme, mais qui peuvent aussi s’avérer utiles pour décrire plusieurs tendances de l’esthétique hellénistique. Euphorion est attiré par les sujets morbides et confère volontiers au discours une intensité émotionnelle marquée : aussi peut-on être tenté de le qualifier de « poète noir ». La présente contribution examine les testimonia et les fragments d’Euphorion en les situant dans le cadre de ce projet esthétique particulier.

39Stéphanie Wyler, Dionysos chez Euphorion

40La figure de Dionysos est récurrente dans les fragments conservés d’Euphorion et semble témoigner d’un intérêt particulier du poète pour ses représentations variées dans le monde grec, en particulier en Attique, mais aussi à Delphes, autour des mythes dits orphiques. Si l’exotisme du dieu n’est pas privilégié, les grands mythes dionysiaques panhelléniques ne le sont pas non plus. Au contraire, Euphorion insiste sur les épisodes et les épiclèses rares, qu’il actualise par des jeux d’échos avec la poésie et l’art contemporains.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site