Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Euphorion et les mythes

 | 
Christophe Cusset
, 
Évelyne Prioux
, 
Hamidou Richer

L'art de la malédiction

Les chevaux d’Asbotos et les génisses des Téléboens : les fragments du Thrace comme échantillons de la poétique d’Euphorion

Antje Kolde

Résumé

Les fragments du Thrace d’Euphorion sont très peu nombreux. Toutefois, il est peut-être possible de les étudier pour tirer certaines conclusions sur la poétique d’Euphorion. Dans ce but, cette contribution propose tout d’abord une analyse du fragment 30 de l’édition Acosta-Hughes/Cusset, puis elle se tourne vers le genre littéraire des ἀραί, dont relève le Thrace, puis vers le Thrace lui-même, en se penchant sur le fragment 37C, qui est le plus long du poème. Ces analyses portent sur les caractéristiques lexicales, métriques et narratologiques du fragment 37C et abordent la question du véritable sujet de ce poème, en se demandant qui est véritablement le Thrace. La fin de cette contribution traite plus largement du public des ἀραί et de la signification de ces poèmes.

Texte intégral

  • 1 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 30-37, p. 68-87.

1Vouloir tirer des quelques fragments conservés du Thrace1 des conclusions relatives à la poétique d’Euphorion de Chalcis peut sembler une gageure, tellement ils sont maigres. Voilà pourtant le propos de cette contribution. Pour tenter d’y parvenir, nous allons commencer par analyser le premier de ces fragments, le no 30 de l’édition Acosta-Hughes/Cusset. Ensuite, nous considérerons de façon plus générale d’abord le genre des Ἀραί auquel appartient le Thrace puis le Thrace lui-même, essentiellement par le biais du plus long fragment conservé, le fragment 37C ; à cette occasion, nous verrons une hypothèse relative au sujet de ce poème tout comme quelques éléments relevant de la poétique. Pour finir, nous passerons aux deux autres petits fragments, les 31 et 32, pour voir si des éléments de poétique dégagés dans les fragments 30 et 37C apparaissent également dans ces deux vers-là, ce qui prouverait qu’ils étaient caractéristiques de la poétique d’Euphorion.

Fragment 30 du Thrace2

  • 2 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 68-69.

2Stephanus Byzantius, p. 130, 8 Meineke :

Ἄσβωτος· πόλις Θεσσαλίας. Τὸ ἐθνικὸν Ἀσβώτιος. Εὐφορίων Θρᾳκί·
Τὸν μὲν ἄρ’ ἐκ φλοίσβου Ἀσβώτιοι Imageκα φέροντες
ὑστάτιον ῥώσαντο κονισαλέῃσιν ἐθείραις
ἵπποι καλὰ νάουσαν ἐπορνύμενοι Φυσάδειαν.

3Étienne de Byzance, p. 130, 8, s.n. Asbotos :

Cité de Thessalie. L’ethnique est « asbotien ». Euphorion dans le Thrace :

Les chevaux d’Asbotos se hâtaient de l’emporter vite hors de la mêlée, pour la dernière fois, les crinières poussiéreuses, piaffant, vers Physadéia au beau courant.

  • 3 Apollodore, 3, 6, 8.

4Ces vers narrent la fuite du devin Amphiaraos après l’attaque de Thèbes menée par les Argiens qui soutenaient Polynice dans son conflit avec Étéocle. Apollodore3 raconte la fin d’Amphiaraos : le devin fuit le long du fleuve Ismène et avant qu’il ne soit touché dans le dos par un ennemi, Zeus frappe la terre avec son foudre et y ouvre une crevasse dans laquelle Amphiaraos est englouti avec son char et son aurige ; Zeus le rend immortel.

5Bien que comptant seulement trois vers, ce fragment permet d’emblée quelques observations sur la poétique de notre auteur.

  • 4 L’expression apparaît telle quelle en Il., 5, 469, où Arès emporte Énée, blessé, et en Il., 20, 37 (...)
  • 5 Il., 8, 353.
  • 6 On trouve cet adjectif chez Antimaque de Colophon, fr. 39 W, où il qualifie un char (δίφρος), et c (...)
  • 7 Il., 3, 13 ; 5, 503 ; 22, 401.

6Au niveau de la forme d’abord, on ne peut pas ne pas remarquer le costume homérique dans lequel ces vers se présentent : l’expression ἐκ φλοίσβου au vers 1 est homérique4 ; l’emploi adverbial de ὑστάτιον au début du vers 2 reprend un exemple unique chez le poète homérique5 ; l’adjectif qui, dans le même vers, qualifie les crinières des chevaux, κονισαλέῃσιν, extrêmement rare6, bien que non homérique, est de forte coloration homérique, puisqu’il est construit sur ὁ κονίσαλος, la poussière, terme présent chez le poète homérique7.

  • 8 Cf. Il., 2, 763-767.
  • 9 Matthews 1996, p. 154.
  • 10 Il., 5, 503 et 22, 401.

7Ce costume homérique que l’on pourrait qualifier d’éclectique en ce qu’il recourt à des emplois rares dans l’Iliade se double d’allusions intertextuelles à cette épopée. Ainsi, les chevaux qui emportent Amphiaraos sont Ἀσβώτιοι, originaires de la ville d’Asbotos, en Thessalie, comme le précise Étienne de Byzance. Or, les chevaux thessaliens, réputés durant toute l’Antiquité, étaient déjà considérés comme excellents dans l’Iliade : les meilleurs chevaux de l’armée grecque étaient les cavales conduites par Eumélos, le roi de Phères, en Thessalie – Apollon lui-même les avait élevées et dressées8. Une autre allusion intertextuelle à l’Iliade est fournie par l’adjectif κονισαλέῃσιν, dérivé, comme il a été dit, du mot ὁ κονίσαλος ; or, comme l’a démontré Matthews9, deux des trois occurrences iliadiques de ce substantif10 impliquent la présence de chevaux ou de chars dans la production de poussière ; en qualifier la crinière de chevaux atteste de la prise en compte du contexte d’utilisation homérique. Il semble donc que qualifier la mise en forme poétique du fragment 30 d’érudite n’est pas sans fondement.

8Cette mise en forme crée une tension avec le genre de texte auquel ce petit fragment semble avoir appartenu, celui du catalogue. De fait, Amphiaraos, dont on ne peut dire s’il était nommé ou si le lecteur devait déduire le nom de ce qu’il en était dit, n’était pas le seul personnage dont parlait le catalogue : le τὸν μέν au début du vers 1 implique qu’il devait être question au moins d’un autre personnage qui devait partager les caractéristiques pour lesquelles Amphiaraos était évoqué, puisqu’ils étaient énumérés à la suite l’un de l’autre. Sans doute ce deuxième personnage était donc également un devin au destin tragique et apparaissait dans la suite du texte – les candidats ne manquent pas dans la tradition grecque. Ce type de catalogue, qui énumère des exempla de destins catastrophiques, était un élément récurrent du genre littéraire auquel appartenait le Thrace, à savoir les Ἀραί, les poèmes d’imprécations.

Les Ἀραί

9Le genre littéraire des Ἀραί est un genre relativement peu connu, la seule Ἀρά à nous être parvenue intégralement étant le In Ibin d’Ovide, inspiré de l’Ἴβος de Callimaque, dont la Souda dit ceci :

s.n. Καλλίμαχος, κ 227 : Ἴβος (ἔστι δὲ ποίημα ἐπιτετηδευμένον εἰς ἀσάφειαν καὶ λοιδορίαν, εἴς τινα Ἴβον, γενόμενον ἐχθρὸν τοImage Καλλιμάχου· Imageν δὲ οImageτος Ἀπολλώνιος, ὁ γράψας τὰ Ἀργοναυτικά)·

Ibos : c’est un poème plein d’obscurité et d’injures envers un certain Ibos, ennemi de Callimaque ; cet ennemi était Apollonios, l’auteur des Argonautiques.

10Malheureusement, l’Ibos de Callimaque est aujourd’hui entièrement perdu. Si pendant longtemps on a considéré que ce poème devait traiter d’un crime réel commis par un certain Ibos alias Apollonios à l’égard de Callimaque et donc qu’un crime réel était également à la base du In Ibin d’Ovide, on nuance aujourd’hui ces propos. En effet, on pense à présent davantage que le crime « déclencheur » consistait en un différend relatif à des conceptions littéraires et que les deux parties en présence seraient moins un vrai lésé contre un vrai criminel que les tenants de deux conceptions littéraires qui s’opposaient. En d’autres termes, les Ἀραί seraient à lire non pas dans une perspective biographique, mais au second degré comme manifestes littéraires.

11L’œuvre d’Euphorion comptait au moins trois Ἀραί, dont les fragments, fort maigres, confirment l’interprétation tendant dans le sens de textes écrits, et donc à lire, à un second degré : le « crime » initial, pour autant que l’on puisse en juger, semble peu grave et le nombre tout comme la violence des châtiments invoqués paraissent exagérés et par là invraisemblables.

  • 11 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 81-84, p. 134-137.

12De la première Ἀρά, intitulée Χιλίαδες, seuls quatre petits fragments ont été conservés11, malheureusement silencieux sur le crime initial. L’article de la Souda en dit un peu plus :

s.v. Εὐφορίων, ε 3801, 14-17 : Χιλιάδες· ἔχει δὲ ὑπόθεσιν εἰς τοὺς ἀποστερήσαντας αὐτὸν χρήματα, ἃ παρέθετο, ὡς δίκην δοImageεν κἂν εἰς μακράν· εImageτα συνάγει διὰ χιλίων ἐτImageν χρησμοὺς ἀποτελεσθέντας· εἰσὶ δὲ βιβλία ε’, ἐπιγράφεται δὲ ἡ πέμπτη χιλιὰς περὶ χρησμImageν.

<Le poème> Chiliades a pour objet ceux qui l’ont privé de l’argent qu’il leur avait prêté, dans la pensée de leur infliger un châtiment, ne serait-ce que plus tard ; par conséquent, il réunit des oracles qui ont connu leur accomplissement dans un espace de mille ans ; <les Chiliades> sont en cinq livres et la cinquième chiliade s’intitule Au sujet des oracles.

13Il en va un peu autrement de la deuxième Ἀρά, intitulée Ἀραὶ ἢ Ποτηριοκλέπτης – « imprécations ou un voleur de coupe ». Deux fragments en ont été conservés. Le second souhaite que le voleur éprouve le même sort que les victimes de Sciron, qui les précipitait dans la mer après les avoir contraintes de lui laver les pieds, ou qu’il soit tué par Artémis. Comme il a été dit, ces châtiments semblent exagérés pour un crime d’une gravité en somme toute relative, et donc peu vraisemblables ; il s’ensuit que le poème, dont l’ironie est sans doute perceptible dès le titre, est à lire au second degré.

Le Thrace

  • 12 Cf. infra.
  • 13 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 33, p. 70-71.
  • 14 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 34, p. 70-71. Ce mythe appartient à la geste d’Héraclès : Héraclès tue H (...)
  • 15 Parthénios, Passions amoureuses, 13 = Acosta-Hughes/Cusset, fr. 35, p. 72-73 : Harpalykè était une (...)
  • 16 Parthénios, Passions amoureuses, 26 = Acosta-Hughes/Cusset, fr. 36, p. 74-75 : à Lesbos, Trambélos (...)

14C’est sur la troisième Ἀρά d’Euphorion, le Thrace justement, que nous en savons le plus. Jusqu’en 1935, on n’en connaissait que les cinq vers que constituent les fragments 30, 31 et 3212 auxquels s’ajoutaient quelques maigres indications de contenu que livraient des érudits anciens. Ainsi, on savait par Étienne de Byzance qu’il y était question de la porte Oncée de Thèbes13, par les scholies aux Protreptiques de Clément d’Alexandrie qu’y était évoqué le mythe des Hippocoontides14 et par Parthénios qu’y apparaissaient aussi les mythes d’Harpalykè15 et d’Apriatè16.

  • 17 Cf. Lloyd-Jones et Parsons 1983, p. 197-207.

15Cette situation a changé en 1935, lorsque fut publié le Papyrus Oxyrhynchus 1390, trouvé en 1934, qui appartient à la deuxième moitié du ier siècle ou au iie siècle de notre ère et qui contient soixante vers plus ou moins lisibles et quarante vers presque complets17 – le fragment 37C.

Fragment 37C du Thrace18

  • 18 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 80-87.

16Ce fragment se divise en deux parties, séparées d’une lacune d’environ huit vers.

Col. I

.....].Image.[....]αιον..ε.[.........].Imageοιο

...]... ἀφυ[σ]σάμενος βορ[........]Image...θωImage

..]....ηκουσσης φορέοις α[.......]Image ὕδωρ

...].ου ὅτ’ ἄεθλα Διὸς ImageτεImage[.....]σηι

....].νεκ.αImageης κενεImageν Image[ε]Image λέκτρον ἵκοιο.

5

ἀ]λλὰ σύ γ Ἀκ[ ].δ[]Imageν δαίσα[ι]ς γάμον Image.[..]. Imageος,

ἢ Ἰφικλείδαο δαϊθρασέος Ἰολάου

Ἄκτωρ Λειπεφίλην θ[α]λ[ε]ρὴν μνήσαιο θύγατρα,

καὶ δέ σ’ ἐράσμιImage[ν] ἄνδρα Σεμείραμις ἀImageάσσImageο

ὄφρα [σ]οι εὐόδμοιο [π]αρὰ πρόδομον Image[λάμοι]Image

10

παρθενίωι [χ]αρίεντα ποδὶ κροτέοιτο [].ε.[

ἤ νύ Image[ο]ι ἈπριάτηImage [τ]εύξω γάμον Image[]..Image[]δImageς

Image ὅτ[ε] ΤραμβήλοImage λέχ[ος] ΤελαImage[ω]νιάδα[ο

εἰς ἅλα δειμήνασα κατ’ [α]ἰγίλιπος ImageImage[ης

.]..Image.[ἔ]Imageι πνειοImage[σαν..]....ιηι..[

15

δελφImageνες ImageηγοImageο δ[ι’ ὕδ]ατος ἐγκονέεσκον,

αImageθις ἵν’ ἀείImageωμεν Image[φ]ImageρδιImageν ἰχθύσ[ι] Image[

αImageθι δὲ ΤραμβήλImage[ο] μόρον ἈχιλImageι δ[αμέντος

ξεινοImageν’ ImageδImage[μεν, σο]Image δὲ κρύος εImageν[αι

[ ].ταδ’ ἀμφί Image[ε τ]ImageτρήImage

20

[ ]ε περὶ πλImage[ζ]Imageντα ΜάλImage

[δολι] χάοροc Image[..].[..].[

[ ]ς ὅτε Λίβες αἰθύσσωνται

[ἐ]ImageχρίImageτοιο χελείοις

[ ].Imageχοιο θάλαImage[σα]ν

25

[ ].Imageσαλ..ισι -

[ ].ν ἄκρα Μίμα[ντος

[ ]ονα...... τας

[ ]ρ..[.....]...[

[ ]ολι....τ’ α[

30

[ ]νImageη[ ]ImageσImageνοImage[

[ ] πτόλιν ΑἱμImageν[ίδαο

[ ]..[

[ ]..[

desunt c. 8 uersus

Col. II

  • 19 Ces derniers vers sont suivis dans le papyrus du début d’un autre poème d’Euphorion, l’Ἱππομέδων μ (...)

Πανδ]ώρη κακόδ[ωρ]Imageς, ἑκούσι[ον] ἀνδράσιν ἄImage[ος

43

.]Image[..]Imageωμήσειεν ἑImageι ἐπίχειρα ταλάντωι,

αImageτις δImage κImageυόεντος ἐρωήσας πολέμοιο

45

εἰρήνην πολύβοιαν ἐπ’ ἀνέρας εἰθύσειεν,

ἐν δ’ ἀγορImageι Imageτή[σ]Imageιτο Θέμιν, τιμωρὸν ἑάImageν,

σὺν δὲ Δίκην, ἥτ’Imageκα τImage γρήιον ἴχνος ἀεί[ρ]ει

σκυζομένη μImageὰ ἔργα, τέων τ’ ἐπιεImageστο [....]Image.[

Image ῥα θεοὺς ἐρέθωσι, παρὰ ῥήτρας τ’ ἀγάγωντ[αι,

50

ἠ]πεδανοὺς ἢ Image[ἵ] κεν ἀγηImageορέωσι τοκImageας

Imageτύξαντες ζωImageν τε παρα<ι>φασίας τε καμόν[των,

Image οἳ ξείνια δόρπα Διός τ’ ἀλίτωσι τραπέζας.

Image[ὔ] κεν ὁ κουφόImageτος ἀνέμων ἄλληκτον ἀImage[των

ῥε[Imageα φ]Imageγοι, λαιψηρὰ Δίκης ὅτε γούνατ’ ὄρηται.

55

οὐ γImageρ κεν νήσοισιν Ἐχινά[σ]ιν ἐσκίμψαντο

οImage[ο]ν ἑImageν Κεφάλοιο καὶ Ἀμφιτρύωνος ἀμο[ρβοί,

ἐκ [δὲ τ]ρίχα χρυσέην κόρσης ὤλοψε ΚοImage[αιθὼ

πα[τρ]ὸς ἑοImage-ὡς Imageή Image’ ἄταφος τάφος εImageο πέλοιτο-

εἰ μὴ Imageηϊδίηισι γύας ἐτάμοντο βόεσσι

60

ΤηλImageαι διὰ πόντον ἀπ’ Ἀρσίνοιο μο[λόντες·

οImage[δέ κε ..] Imageα.ρImageς ἐπεφράσσαντο νε[

τ.... [..] ἐν βοτάνηισιν Ἀχαιίδος ἴχ[νια

Image μ[Image λ]Imageϊα [π]Image[όσ]Imageεν ἐκείρατο δούρα[τι

οὕνεκ[α] τὸν μὲν ἔολπα κακώτερα γImage[ράσεσθαι,

65

ὅς σεο Image[αυ]κανίην ᾑμάξατο κάμμοImage

σοὶ δ’ Image[ί]Imageη μImageν γαImageα, πολὺς δ’ ἐπικείσImage[ται οImageκτος

χImage[ί]Image[ις], ImageImageτεόν τι πέλει καὶ ἐν Ἄϊδι χ[άρμα. *19

Col. I

[...] ayant puisé pour toi [...] puisses-tu (?) porter <…> l’eau [...] lorsque les jeux de Zeus [...] Puisses-tu ensuite entrer dans un lit vide [...] (5) mais toi, puisses-tu célébrer un mariage <…> ou bien, (comme) Actor, puisses-tu te souvenir de la florissante Leipiphilè, la fille de l’audacieux Iolaos, fils d’Iphiclès, et puisse Sémiramis t’embrasser, toi, homme aimable, jusqu’à ce qu’en te frappant de son pied de vierge, (10) elle te chasse le long du vestibule charmant de la chambre nuptiale parfumée [...] ou bien tu t’étais préparé le mariage d’Apriatè, [...] qu’autrefois, lorsque, par crainte du lit de Trambélos, fils de Télamon, elle avait bondi dans la mer, depuis le haut d’un rocher escarpé, [...] elle qui respirait encore [...] (15) des dauphins se sont empressés <…> à travers la vague enflée, pour que nous puissions désormais chanter le butin enlevé aux poissons, et aussi le destin de Trambélos, vaincu par Achille, [...], meurtrier de ton hôte, <…> froid glacial [...] puisse cela s’agiter autour de toi [...] (20) [...] errant autour du cap Malée [...] à la longue lance (?) [...] lorsque les vents du sud-ouest secouent [...] puisses-tu t’approcher des pinces (du Cancer) [...] puisses-tu atteindre une mer (25) [...] hauteurs du Mimas [...] (30) [...] cité de l’Haïmonide [...]

[Lacune de 8 vers]

Col. II

Pandore, donatrice de maux, peine volontaire pour les hommes. Puisse <…> attribuer avec sa balance les prix, et ensuite, s’étant retiré de la guerre glaçante, (45) diriger vers les hommes Paix aux nombreux bœufs, établir sur l’agora Thémis, protectrice des vertueux, et avec elle, Justice, qui, rapidement, avance de son pas âgé, irritée après les faits, <…> les hommes de cette sorte, qui provoquent les dieux, pervertissent les lois (50) ou qui traitent avec arrogance leurs faibles parents, prenant en horreur les encouragements des vivants et des morts, ou qui violent les repas offerts aux étrangers et la table de Zeus. Le plus léger des vents soufflant sans fin ne fuirait pas facilement lorsque les genoux agiles de Justice sont aperçus. (55) Car les [compagnons] de Céphalos et d’Amphitryon n’auraient pas prétendu établir leurs demeures dans les îles Échinades, Comaïtho n’aurait pas arraché le cheveu d’or à la tempe de son père – que sa tombe n’en soit pas une ! –, si les Téléboens n’avaient pas labouré leur terre avec des génisses captives, (60) après avoir traversé la mer depuis l’Arsinoos. Et <…> n’auraient pas médité [...] dans les pâturages de l’Achaïe [...] s’il n’avait pas auparavant dévasté les moissons de sa lance. En raison de cela, j’espère qu’il (vivra) une triste (vieillesse), (65) lui qui a ensanglanté ta gorge, malheureux, [...]. Quant à toi, que la terre te soit légère, et les [lamentations] abondantes. Réjouis-toi, s’il est vrai qu’il existe quelque réjouissance dans l’Hadès.

  • 20 Pindare, Olympiques, 10, 26-34 ; Apollodore, 2, 7, 1-2.
  • 21 Cf. Hésiode, fr. 252 M.-W.
  • 22 Cf. la contribution de P. Linant de Bellefonds dans le présent volume.

17Dans la première partie apparaissent les noms de plusieurs personnages mythiques, Leipiphilè et Actor (v. 8), Sémiramis (v. 9), Apriatè et Trambélos (v. 12-13). Apriatè et Trambélos ont déjà été évoqués. Sur Leipiphilè et Actor, on ne dispose que de très peu de renseignements. Actor a deux fils qui se font tuer par Héraclès20. Quant à Leipiphilè, elle est fille de Iolaos, ami fidèle d’Héraclès et fils d’Iphiclès, frère jumeau d’Héraclès21. Cependant, comme on ne sait rien de plus sur cette femme, on ne comprend pas pourquoi son souvenir doit être douloureux à Actor ; peut-être tout simplement parce qu’elle doit évoquer à ses yeux, par l’intermédiaire de son père et de son grand-père, Héraclès, le meurtrier de ses enfants. Toujours est-il qu’il doit s’agir d’une allusion à une affaire de meurtre vengé, appartenant au mythe d’Héraclès. Sémiramis était connue pour tuer ses prétendants22. Des allusions à des naufrages suivaient apparemment l’évocation de ces unions malheureuses, qu’il convient de lire comme des exempla de châtiments terribles, car humiliants pour l’homme, et non comme allusions à la nature du crime qui se situerait à l’arrière-plan de l’ἀρά.

18Après la lacune, le poète passe à un exposé plus général, souhaitant le retour sur terre de Dikè pour punir les crimes dont il dresse une liste. Après deux exemples de la loi du talion (v. 56-64), Euphorion passe à la conclusion : qu’un meurtrier soit puni et que sa victime trouve de l’agrément dans l’Hadès.

19Pour ce qui touche au sujet du Thrace, ce long fragment nous apprend que quelqu’un est mort, apparemment de mort violente ; les derniers vers constituent un adieu. Cet adieu est précédé d’un appel à Dikè et de deux exemples mythiques qui illustrent son implacabilité. L’appel à Dikè, quant à lui, était précédé d’une suite d’exemples de mariages malheureux et de naufrages, souhaités à une personne interpellée, à titre de châtiments exemplaires. Mais le fragment pose aussi de nouvelles questions : qui est le mort ? Qui est interpellé à plusieurs reprises et à qui souhaite-t-on ces horreurs ? Quelle est la nature du crime ? Quel est le lien entre le titre et le contenu ?

  • 23 Cf. Lloyd-Jones 1979, p. 17 ; Lloyd-Jones et Parsons 1983, p. 199 ; Lloyd-Jones 1984, p. 72.
  • 24 Kolde 2006.

20Divers philologues ont proposé des réponses à ces questions. Celle qu’a avancée Sir Lloyd-Jones tient compte de l’hypothèse évoquée plus haut en stipulant un crime soit trivial, soit non réel. Pour le Thrace, il suggère de voir dans la victime un chien de race thrace – le titre désignerait donc la victime – et dans le destinataire des imprécations son meurtrier ; selon lui, le poème serait une parodie23. À l’occasion du Seventh Workshop on Hellenistic Poetry à Groningen en 2004, j’ai soumis le fragment 37C à une analyse détaillée, portant sur la structure des vers, la place des mots et la syntaxe, tout comme sur la métrique, la sonorité des mots et la langue, afin de trouver dans ce fragment des éléments qui permettraient de confirmer ou d’infirmer la thèse de Lloyd-Jones. Comme cette analyse est publiée24, je ne vais pas la reprendre en détail ici. Je vais me contenter d’exposer le résultat auquel je suis parvenue et de citer quelques exemples qui me paraissent particulièrement probants.

21Le premier point qu’il me semble intéressant de relever est la mise en forme très élaborée qu’Euphorion propose de sa matière et la correspondance entre forme et contenu qui en découle, et ce au sujet des divers angles d’analyse énoncés. Pour chacun d’eux, je vais me limiter à un ou deux exemple(s).

22Commençons par la structure des vers, la place des mots et la syntaxe. Aux vers 6 à 18 se trouve un catalogue d’unions mythologiques funestes. Une conjonction marque le passage d’un exemple à un autre : v. 7 : ἤ ; v. 9 : καὶ δέ ; v. 12 : ἤ. Le danger de monotonie inhérent à un tel catalogue est évité par plusieurs procédés, entre autres par la variation des personnes verbales : les verbes du premier et du troisième exemple sont à la deuxième personne du singulier – v. 8 : μνήσαιο ; v. 12 : τεύξω – et ceux du deuxième exemple à la troisième – v. 9 ἀγκάσσαιτο et v. 11 κροτέοιτο ; un pronom à la deuxième personne du singulier en est alors le complément : v. 9 σ’ et v. 10 σοί. Si le premier exemple se limite à l’évocation des noms propres des deux personnages et à l’ascendance de Leipiphilè, les deux autres livrent un nombre croissant de détails – pour Sémiramis sa façon de traiter ses maris, et pour Apriatè et Trambélos l’issue de leur histoire, augmentée d’une remarque sur les sujets chantés par les poètes et le destin de Trambélos. La longueur et la complexité des propositions reflètent cette croissance : le premier exemple est exprimé par le moyen d’une proposition principale (v. 7-8) ; la proposition principale du deuxième exemple (v. 9) est assortie d’une subordonnée finale (v. 10-11) et celle du troisième exemple (v. 12) de trois subordonnées, une relative (v. 13 et 15-16), une temporelle (v. 13-14) et une finale (v. 17-18). Il convient de souligner que dans le troisième exemple, la proposition subordonnée temporelle est imbriquée dans la relative. Dans le premier exemple, où une telle imbrication n’est pas possible au niveau des propositions, on la trouve au niveau de l’agencement des mots : le nom d’Actor se trouve entre ceux des ancêtres paternels de Leipiphilè et celui de la jeune femme : v. 7-8 : ἢ Ἰφικλείδαο δαϊθρασέος Ἰολάου / Ἄκτωρ Λειπεφίλην θ[α]λ[ε]ρὴν μνήσαιο θύγατρα. Au chapitre du lien forme-contenu, on peut se demander si de telles imbrications, syntaxique ou verbale, n’ont pas pour but de mimer le sujet décrit, à savoir des unions.

23De plus, toujours à propos de ce lien forme-contenu, il convient de remarquer, sur le plan narratif, que, dans le premier exemple, Euphorion ne livre que les noms et dans le deuxième qu’un geste de la femme et le lieu. Dans le troisième cas, qui est relaté avec davantage de détails, l’accent est mis sur le suicide de la jeune femme et l’intervention des dauphins. Et Euphorion d’en préciser aussitôt l’importance : fournir aux poètes un sujet pour leurs chants. À considérer les moments mis en avant dans chacun des exemples, on peut avoir l’impression qu’Euphorion, en les juxtaposant de la sorte, résume le schéma identique qui se trouve à la base de toutes ces histoires similaires : la rencontre, un geste de poursuite, la mort de l’un des protagonistes et l’objectivation de l’histoire, qui devient matière à chanter pour les poètes. En d’autres termes, il semble qu’Euphorion livre là une réflexion sur un processus au cours duquel un fait « réel » devient un fait littéraire.

  • 25 Selon Page, Sémiramis piétinerait le cadavre de son amant : Page 1962, p. 491 et 495 ; pour De Cue (...)

24Comme exemples de la métrique élaborée, on peut citer la fréquence élevée des vers spondaïques et leur emploi. Dans le fragment 37C, trois vers, sans doute quatre, sont spondaïques, les vers 9, 46, 56 et 65, si l’on accepte la restitution à la fin de ce vers. Ces vers sont situés à des endroits charnières du texte, en début de développement : le vers 9 introduit le paradigme mythologique de Sémiramis, le vers 46 l’énumération des trois déesses que le poète aimerait voir revenir parmi les hommes, le vers 56 le premier exemple de la loi du talion et le vers 65 la conclusion. De plus, le poète souhaite dans le vers 65 une vieillesse malheureuse à la personne qu’il apostrophe ; le spondée au cinquième mètre, en provoquant un ralentissement sur les deux premières syllabes du verbe, donne un poids tout particulier à ce souhait. Il en va de même avec le vers holodactylique, présent une fois, au vers 11, où il mime les coups de pied donnés par Sémiramis25.

25Mon analyse portait en troisième lieu sur la sonorité. Comme le rappelle Denys d’Halicarnasse dans son traité Περὶ συνθέσεως, 15, en juxtaposant des syllabes, on forme des sonorités moelleuses ou rudes, lisses ou raboteuses. Chaque vers permettrait de démontrer le soin qu’Euphorion porte à la sonorité. Mais limitons-nous à un seul : le second hémistiche du vers 54 est relatif aux vents soufflant sans fin, dont même le plus léger ne saurait échapper à Dikè ; or, les trois mots composant cet hémistiche ont l’α en assonance, le premier et le dernier mot sont des homéotéleutes et la séquence des voyelles à l’intérieur des mots est presque identique – αεω, αηο, αεω –, alors que les consonnes et les accents varient. Il n’est sans doute pas exagéré de penser que les trois phénomènes sonores miment le souffle incessant.

  • 26 Cf. par exemple Sophocle, Antigone, 29.

Passons au dernier point analysé : la langue. Il a évidemment été largement souligné par les divers commentateurs que des mots ou des formes épiques, comme ἑοImage au vers 59, πολέμοιο au vers 45 ou des tmèses comme κατ(ά) ... θόρε au vers 14 côtoient des hapax comme κακόδωρος au vers 43, ou des acceptions non attestées comme ἄταφος au vers 59 : habituellement, cet adjectif signifie « non-enterré »26. Ici, le sens est différent : « que sa tombe ne soit pas une tombe », un sens étymologiquement correct. Au chapitre de la langue, un autre aspect mérite également l’attention : le fait qu’Euphorion entre en dialogue avec d’autres textes par la reprise de certaines expressions typiques d’eux, ce dialogue pouvant aller de la simple reprise lexicale augmentée par exemple d’une variation à la prise en compte du contexte de l’œuvre de référence. L’exemple suivant paraît particulièrement intéressant. Le verbe rare ὀλόπτω au vers 58 est attesté pour la première fois chez un auteur contemporain, Callimaque : dans l’Hymne à Artémis, v. 77, il est employé pour décrire le geste de la petite Artémis qui, assise sur les genoux de Brontès, lui arrache les poils de la poitrine. Si cette rencontre lexicale n’est pas fortuite, elle produit une forte tension entre les deux scènes, entre la scène comique de la déesse enfant qui arrache les poils de la poitrine de Brontès et celle, tragique, où Komaitho arrache le cheveu vital de la tête de son père.

26L’hypothèse que propose Lloyd-Jones présuppose que le poète excelle en art poétique, puisqu’il stipule la nature parodique du texte, en d’autres termes une lecture au second degré. La mise en forme élaborée et le lien forme-fond dont quelques exemples viennent d’être donnés témoignent de cet art ; par rapport à ce premier critère, la thèse de Lloyd-Jones est donc tenable.

27Cependant, pour qu’elle ait quelque vraisemblance, il faut que deux autres conditions soient remplies : d’abord, si le mort était réellement un chien, on s’attendrait à ce que des chiens soient présents tout au long du poème ; ensuite, s’il y a parodie, il faut qu’elle transparaisse, notamment par de l’ironie.

  • 27 Kazarow 1923, p. 292, n. 2. Cette épithète est peut-être due à la victoire d’Héraclès sur les deux (...)

28Or, les deux conditions se trouvent remplies. Occupons-nous d’abord des chiens. Pour des raisons de commodité, je quitte quelques instants le fragment 37C pour signaler que deux autres passages traitent de mythes où un chien joue un rôle important. En effet, comme nous l’avons vu, le fragment 31 est relatif à Cerbère, et donc peut-être à l’un des douze travaux d’Héraclès ; le fragment 34 précise que le mythe des Hippocoontides était raconté dans le Thrace : Héraclès tua un grand nombre des Hippocoontides parce que ceux-ci avaient assassiné son ami Oionos, pour le punir d’avoir tué leur chien. Le fait que deux fragments sur les cinq passages connus avant la découverte du papyrus d’Oxyrhynque concernent la geste d’Héraclès est peut-être fortuit. Mais peut-être indique-t-il aussi que cette geste occupait une part importante du poème. Or, une des épithètes de ce héros est κυναγίδας27.

  • 28 Cf. Apollodore, 2, 4, 6-7.
  • 29 Ovide, Métamorphoses, 7, 771. Pour un aperçu de toutes les versions relatives à ce chien, cf. Böme (...)
  • 30 L’expression λαιψηρὰ … γούνατ(α) est homérique : elle se trouve en Il., 15, 269 ; 22, 24 et 144 ; (...)

Il est possible de plus qu’Euphorion évoque de façon plus énigmatique un troisième chien mythique. Dans le fragment 37C, le premier exemple de la loi du talion (v. 56-61) relate l’expédition lancée par Amphitryon contre les Téléboens pour les châtier d’avoir volé des génisses. Or, cette expédition n’aurait pas pu avoir lieu sans le concours d’un chien. En effet, Créon, le roi de Thèbes, fit dépendre sa participation à l’expédition menée par Amphitryon d’une condition : que celui-là débarrassât auparavant Thèbes, sa ville, du renard qui ravageait le pays et qui était réputé imprenable. Amphitryon demanda alors à Céphale d’Athènes de lui prêter le chien de chasse que Minos avait offert à sa femme Procris et qui était réputé attraper tout ce qu’il poursuivait. Lorsque le chien poursuivit le renard, Zeus les pétrifia tous deux et l’expédition put avoir lieu28. Deux éléments dans le texte d’Euphorion me semblent évoquer ce chien, même s’il n’est pas mentionné explicitement. Le vers 57 nomme Céphale et Amphitryon comme chefs de l’expédition ; il manque le troisième, Créon, et Céphale, hiérarchiquement le moins important, est nommé en premier. Cela ne peut s’expliquer, à mon avis, que par son rôle essentiel pour la réalisation de l’expédition : s’il n’avait pas amené son chien, l’expédition n’aurait pas pu avoir lieu. Souligner sa présence est donc aussi rappeler le rôle joué par son chien. Par ailleurs, nous savons par Ovide29 que ce chien s’appelait ΛαImageλαψ. On peut se demander si l’adjectif λαιψηρά, qualifiant au vers 55 les genoux de Dikè, ne constitue pas une allusion à ce nom30 : en permettant de résoudre une situation apparemment sans solution, le chien ouvrit la voie au châtiment divin ; de plus, l’intervention tant du chien que de la déesse se caractérise par la rapidité. L’exploitation du jeu de mots λαιψηρά-ΛαImageλαψ nécessaire à mon interprétation me semble rendue probable par les nombreux jeux étymologisants avec des noms propres justement dans ce passage, où il y en a au moins trois : au v. 58, τ]ρίχα χρυσέην explique le nom ΚοImage[αιθώ ; au v. 59, l’exclamation du poète ἄταφος τάφος joue sur le nom de l’île dont Ptérélaos, le père de Komaitho, était roi, Taphos ; aux v. 60-61, βόεσσι, en précédant le nom des ΤηλImageαι, laisse penser que le nom de ce peuple dérive de ce rapt de génisses volées au loin – habituellement, on fait dériver ΤηλImageαι de τηλεβόας, « qui crie au loin ».

Finalement, il est possible qu’un quatrième chien apparaisse « en filigrane » dans le fragment 37C : au v. 22, dans l’évocation des naufrages, Lloyd-Jones et Parsons proposent de restituer Image[ρίων], Orion, l’astre naufrageur – or, avant son catastérisme, Orion est un chasseur accompagné de son chien, qui le suit au ciel.

  • 31 Cf. par exemple Anthologie grecque, 7, 208, d’Anyté : cheval ; 7, 211, de Tymnès : chien, bichon d (...)
  • 32 Cf. Babrius, 85.
  • 33 Archiloque, fr. 93a West, v. 6 : κυσὶ Θρέιξιν.

Le titre ΘρImageιξ livre également quelques arguments en faveur de cette thèse. Les derniers vers montrent clairement que le poème s’adresse à un mort ; exceptées les dimensions, on peut donc le comparer à une épigramme funéraire. Les épigrammes funéraires indiquent toujours l’identité du mort – quand il s’agit d’animaux, souvent l’espèce ou la race31. Or, la race de chiens thraces étant réputée32, elle était révélatrice pour l’identité du défunt. De plus, pour le lecteur érudit, l’ethnique thrace pouvait être associé aux chiens par la réminiscence d’un vers d’Archiloque, où le poète traite les Thraces de chiens pour souligner leur vigueur au combat33. Finalement, il est possible aussi que le titre de notre poème, puisque celui-ci appartient au genre des ἀραί, renvoie à l’Ibis de Callimaque que nous avons déjà évoqué. Comme il a été dit, Callimaque y prononçait des malédictions à l’adresse d’un ennemi qu’il désigne sous le nom d’un animal, l’ibis. Or, en ce qui concerne le Thrace, à l’exception des lecteurs érudits qui avaient le poème d’Archiloque en tête, tout lecteur devait songer, en entendant l’ethnique thrace, en premier lieu aux esclaves thraces, et penser par conséquent que le poème traitait d’un esclave. Ce renversement entre un titre qui sous le nom d’un animal désigne un homme et un autre qui sous un déterminant d’hommes désigne un animal crée une tension ironique.

Et nous voilà à l’ironie. Elle est très présente dans le fragment 37C. Quelques exemples : au v. 9, ἐράσμιImage[ν], dans le premier hémistiche, contient presque les mêmes syllabes que le nom de Σεμείραμις, qui se trouve après la césure au troisième trochée ; cette anagrammatisation du nom, qui relie les deux hémistiches, met le nom de Sémiramis en évidence et souligne une caractéristique qui, justement, lui manque. Dans l’exemple d’Apriatè, le fait que les dauphins ne sauvèrent pas la jeune femme et la remarque que sa mort fournit un sujet aux poètes sont également des marques d’ironie. La coniunctura γρήιον ἴχνος au v. 48, qui forme une antithèse avec l’adverbe Imageκα et l’expression λαιψηρὰ… γούνατ(α) au v. 55, en livre un autre exemple. La tension que nous avons constatée entre l’ambiance comique de l’hypotexte callimachéen à propos du verbe ὀλόπτω au v. 58 et celle, tragique, de notre poème peut également être versée au dossier de l’ironie, tout comme, à mon avis, l’utilisation prédominante de la césure féminine dans un texte dressant une liste d’unions funestes et de crimes.

29Cette poétique érudite se retrouve-t-elle dans les autres fragments du Thrace ? Pour ce qui est du fragment 30, la réponse est affirmative, comme nous l’avons vu au début de ces pages. Qu’en est-il des fragments 31 et 32 ?

Fragment 32 du Thrace34

  • 34 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 70-71.

30Scholia Genevensia ad Iliadem Φ 319 :

τινὲς γράφουσι <διὰ> δύο Image ἅλις σχέραδος, ἐπεὶ Εὐφορίων ἐν Θρᾳκί·

Τύμβος ὑπὸ κνημοImageσι πολυσχεράδος Μυκόνοιο

Ἀπολλόδωρος δέ φησι περισσὸν τὸ Image παρ’ αὐτImage εImageναι, ὡς παρ’ Ὁμήρῳ· γαImageα φερέσβιος.

31Scholies genevoises à Iliade, XXI, 319 :

Certains écrivent avec deux sigmas l’expression halis skherados (« abondance de galets »), parce qu’Euphorion écrit dans le Thrace :

… tombe, au pied des montagnes de Myconos, riche en galets.

Mais Apollodore dit que le sigma est superflu chez lui, comme chez Homère dans l’expression gaia pheresbios (« la terre qui donne la vie »).

32L’analyse du fragment 30 a montré que la coloration homérique y est particulièrement forte. Cette coloration est également très présente dans le fragment 32, à travers l’hapax πολυσχεράδος (πολυσχεράς) ; celui-ci est formé sur la base de la leçon homérique ἅλις σχέραδος, coniunctura fautive pour ἅλις χέραδος et reposant sur une mauvaise coupure entre les mots, comme l’indiquent les scholies genevoises à l’Iliade. Qu’Euphorion ait formé son hapax sur σχέραδος au lieu de χέραδος constitue cependant un témoignage intéressant sur l’état du texte homérique qu’il connaissait.

Fragment 31 du Thrace35

  • 35 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 68-69.

33Etymologicum Genuinum, s.v. ἄρρατος :

Εὐφορίων ἐν Θρᾳκί·
Ἀνέρος ἀρράτοι<ο> φόωσδ’ ἀνὰ Κέρβερον ἄξων

34Etymologicum Genuinum, s.v. arratos (« inflexible ») :

Euphorion dans le Thrace :
… de l’homme inflexible, pour mener Cerbère vers la lumière.

  • 36 Platon, Cratyle, 407d et République, 535c.
  • 37 Cf. par exemple l’hydrie à figures noires de Cerveteri/Caeré (vers 525 av. J.-C.) attribuée au Pei (...)

35Outre la mention de Cerbère dont il a déjà été question, le génitif ἀνέρος ἀρράτοι<ο> mérite quelque commentaire : pour comprendre ce génitif, il convient de suppléer l’idée qu’Héraclès « obéit aux ordres de ». L’adjectif ἄρρατος établit un parallèle intertextuel avec deux passages de Platon36, où il qualifie les deux fois un homme au caractère dur et inflexible. Chez Euphorion, cet homme inflexible est bien évidemment Eurysthée – ce qui ne peut être qu’ironique, vu la couardise dont fait preuve ce personnage, notamment lorsque Héraclès lui amène Cerbère37. Cette qualification ironique montre que notre poète avait recours à l’ironie sans doute tout au long de son poème et non pas seulement au fragment 37C.

Le Thrace et la poétique d’Euphorion

36Au terme de cette analyse, qui a élargi une enquête plus ancienne en y intégrant des fragments supplémentaires, il est possible de tirer les deux conclusions suivantes. Premièrement, la poétique à laquelle Euphorion recourt dans le Thrace se caractérise par l’érudition mise en œuvre aux divers niveaux que sont le lexique, la métrique ou les liens intertextuels, pour n’en citer que quelques-uns. En second lieu, les fragments conservés se distinguent également par l’usage fréquent de l’ironie, introduite et suscitée par divers procédés. Ces deux points rendent l’interprétation parodique proposée par Lloyd-Jones tout à fait plausible.

  • 38 Pour l’usage de l’énigme par quelques poètes hellénistiques, cf. Hurst 2003 ; Cusset et Kolde 2012 (...)

Pour qu’elle soit entièrement tenable, il convient toutefois qu’une troisième condition soit remplie, à savoir que le recours au procédé littéraire de l’énigme que le philologue suppose pour le choix du titre – ΘρImageιξ désignant la victime – ne se limite pas à cette seule occurrence-là. Or, l’analyse des fragments a montré que l’énigme y est omniprésente, et ce à plusieurs niveaux. Ainsi, les divers mythes ne sont pas racontés, mais seulement évoqués par l’allusion à l’un ou l’autre épisode qui les composent – citons comme exemples les unions malheureuses. L’énigme se trouve également au niveau de la trame d’un ensemble d’histoires – à nouveau, on peut citer l’exemple des unions malheureuses : l’allusion, pour chaque mythe, à un épisode différent livre le schéma générique, identique à toutes les unions malheureuses – il s’agit d’une « énigme par fragmentation » qui est limitée à une portion de texte bien définie. Dans ce contexte narratologique, situer l’énigme finalement aussi au niveau du titre et de la trame du poème en son entier, comme le propose Lloyd-Jones, n’est pas invraisemblable – il s’agit alors d’une « énigme par fragmentation » embrassant l’intégralité du poème38.

  • 39 Cf. Faber 1995.

37Au sujet du Thrace comme pour toute œuvre littéraire se pose la question du public auquel elle était destinée ou, pour le dire autrement, de la motivation à l’origine de sa composition. Pour ce qui touche à la question du genre dont relèvent les Arai, la proposition d’y voir des manifestes relatifs à des conceptions littéraires a été évoquée à propos de l’Ibis de Callimaque et de celui d’Ovide. Une lecture parodique du Thrace conviendrait parfaitement à cette perspective : traiter un sujet trivial avec une poétique érudite peut constituer une démonstration de théories littéraires portant par exemple sur l’adéquation entre le niveau élevé ou non d’un sujet et le style élevé ou non employé pour le traiter. Au moins trois arguments semblent du reste l’étayer. En premier lieu l’usage d’un mot rare tel que κονισάλεος, la reprise d’un emploi rare comme ὑστάτιον, la création de l’hapax πολυσχεράς ou les constructions étymologiques témoignent sans doute du travail de philologue qu’accomplit Euphorion et qui est certainement à l’origine de réflexions littéraires théoriques. Ensuite, la remarque qui consiste à souligner que la mort d’Apriatè fournit de la matière aux poètes se rapporte à la transformation de faits mythiques en motifs littéraires. De là, il n’y a plus qu’un pas à faire pour conclure que le Thrace fournit l’exemple même d’une telle « objectivation » d’un élément-prétexte « réel » en un sujet littéraire – aucune malédiction n’est donc à prendre au sérieux. Enfin, il est bien possible que dans le titre de la deuxième Ἀρά d’Euphorion – Ἀραὶ ἢ Ποτηριοκλέπτης, « imprécations ou un voleur de coupe » – le terme « coupe » ne soit pas à comprendre au sens propre mais au sens figuré : il ne s’agirait pas d’une vraie coupe mais de la production littéraire d’un poète désignée métaphoriquement par le terme τὸ ποτήριον (« la coupe ») par allusion au prix le plus répandu lors de joutes littéraires39. Le titre même de l’Ἀρά en question placerait donc le poème dans le contexte d’une réflexion littéraire. De là, l’hypothèse que le Thrace livrait lui aussi des considérations de théorie littéraire gagne en vraisemblance.

Bibliographie

Références bibliographiques

Acosta-Hughes et Cusset 2012 : B. Acosta-Hughes et C. Cusset, Euphorion. Œuvre poétique et autres fragments, Paris, 2012.

Bömer 1976 : F. Bömer, P. Ovidius Naso. Metamorphosen, Buch 6-8, Heidelberg, 1976.

Cusset et Kolde 2012a : C. Cusset et A. Kolde, Rôle et représentation des dieux traditionnels dans l’Alexandra de Lycophron, dans M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C. Wakker (dir.), Gods and Religion in Hellenistic Poetry, Louvain, p. 1-30.

Cusset et Kolde 2012b : C. Cusset et A. Kolde, The rhetoric of the riddle in the Alexandra of Lycophron, dans J. Kwapisz, D. Petrain et M. Szymanski (dir.), The Muse at play. Riddles and wordplay in Greek and Latin poetry, Berlin, 2012, p. 167-182.

De Cuenca 1976 : L. A. De Cuenca, Euforión de Calcis, fragmentos y epigramas, Madrid, 1976.

Faber 1995 : R. Faber, Vergil Eclogue 3, 37, Theocritus 1 and Hellenistic Ekphrasis, American Journal of Philology, 116, 1995, p. 411-417.

Hurst 2003 : A. Hurst, L’énigme dans la trame : quelques allusions chez Apollonios de Rhodes, dans D. Accorinti et P. Chuvin (dir.), Des Géants à Dionysos. Mélanges offerts à F. Vian, Alessandria, 2003, p. 233-246.

Kazarow 1923 : G. I. Kazarow, Inscriptions et antiquités de la Macédoine occidentale, Bulletin de correspondance hellénique, 47, 1923, p. 275-300.

Kolde 2006 : A. Kolde, Euphorion de Chalcis, poète hellénistique, dans M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C. Wakker (dir.), Beyond the Canon, Louvain, 2006, p. 141-165.

Lloyd-Jones 1979 : H. Lloyd-Jones, Review of Van Groningen, Euphorion, The Classical Review, 93, 1979, p. 14-17.

Lloyd-Jones 1984 : H. Lloyd-Jones, A Hellenistic Miscellany, Studi italiani di filologia classica, 77, 1984, p. 52-72.

Lloyd-Jones et Parsons 1983 : H. Lloyd-Jones et P. Parsons, Supplementum Hellenisticum, Berlin-New York, 1983.

Matthews 1996 : V. J. Matthews, Antimachus of Colophon : Text and Commentary, Leyde-New York, 1996.

Page 1962 : D. L. Page, Select Papyri III. Literary Papyri, Poetry, 4e éd., Londres, 1962.

Van Groningen 1977 : B. A. Van Groningen, Euphorion, Amsterdam, 1977.

Watson 1991 : L. Watson, Arae. The Curse Poetry of Antiquity, Leeds, 1991.

Notes

1 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 30-37, p. 68-87.

2 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 68-69.

3 Apollodore, 3, 6, 8.

4 L’expression apparaît telle quelle en Il., 5, 469, où Arès emporte Énée, blessé, et en Il., 20, 377, où Apollon recommande à Hector d’attendre Achille hors de la mêlée.

5 Il., 8, 353.

6 On trouve cet adjectif chez Antimaque de Colophon, fr. 39 W, où il qualifie un char (δίφρος), et chez Nonnos, Dionysiaques, 36, 227.

7 Il., 3, 13 ; 5, 503 ; 22, 401.

8 Cf. Il., 2, 763-767.

9 Matthews 1996, p. 154.

10 Il., 5, 503 et 22, 401.

11 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 81-84, p. 134-137.

12 Cf. infra.

13 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 33, p. 70-71.

14 Acosta-Hughes/Cusset, fr. 34, p. 70-71. Ce mythe appartient à la geste d’Héraclès : Héraclès tue Hippocoon et dix de ses vingt fils, les Hippocoontides, parce que ceux-ci avaient assassiné son ami Oionos, pour le punir d’avoir tué leur chien. Cf. Apollodore, 2, 7, 3.

15 Parthénios, Passions amoureuses, 13 = Acosta-Hughes/Cusset, fr. 35, p. 72-73 : Harpalykè était une jeune fille qui plut tant à son père, Clyménos, que celui-ci s’unit plusieurs fois à elle en secret ; puis il la maria, mais, alors que son époux l’emmena, il fut pris de folie, poursuivit les mariés, enleva sa fille, la ramena à la maison et s’unit ouvertement à elle ; Harpalykè, pour se venger, coupa en morceaux son frère cadet et profita d’une fête publique pour le présenter en ragoût à son père ; puis elle se changea en χαλκίς, oiseau au plumage cuivré.

16 Parthénios, Passions amoureuses, 26 = Acosta-Hughes/Cusset, fr. 36, p. 74-75 : à Lesbos, Trambélos, fils de Télamon, s’éprit d’une jeune femme, Apriatè, qui ne voulait rien savoir de lui ; il l’enleva, elle se débattit, et de rage, il la jeta dans la mer, où elle mourut ; peu après, Achille passait par là et tua Trambélos par erreur, ignorant que l’homme qu’il tuait était son cousin. Dans la version qu’Euphorion donne de ce mythe, Apriatè sauta elle-même dans la mer pour échapper à son agresseur ; cf. infra.

17 Cf. Lloyd-Jones et Parsons 1983, p. 197-207.

18 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 80-87.

19 Ces derniers vers sont suivis dans le papyrus du début d’un autre poème d’Euphorion, l’Ἱππομέδων μείζων = Acosta-Hughes/Cusset, fr. 40-42, p. 90-93 ; ils constituent donc certainement la fin du Thrace. Au niveau du troisième vers avant la fin, Lloyd-Jones et Parsons lisent dans la marge de gauche un signe stichométrique qu’ils interprètent comme un Ζ ou comme un Ξ ; ils concluent que cette lettre devait indiquer le nombre total des vers du poème, soit 600 ou 1400. Comme nous ignorons la longueur moyenne des Ἀραί (cf. notamment Watson 1991, p. 134-135), il est impossible de trancher entre ces deux nombres.

20 Pindare, Olympiques, 10, 26-34 ; Apollodore, 2, 7, 1-2.

21 Cf. Hésiode, fr. 252 M.-W.

22 Cf. la contribution de P. Linant de Bellefonds dans le présent volume.

23 Cf. Lloyd-Jones 1979, p. 17 ; Lloyd-Jones et Parsons 1983, p. 199 ; Lloyd-Jones 1984, p. 72.

24 Kolde 2006.

25 Selon Page, Sémiramis piétinerait le cadavre de son amant : Page 1962, p. 491 et 495 ; pour De Cuenca, elle danserait en l’honneur de son amant : De Cuenca 1976, p. 109. Je préfère suivre l’interprétation de Van Groningen, selon qui Sémiramis pourchasse à coups de pied son amant le long du vestibule de sa chambre : Van Groningen 1977, p. 75 ; cf. aussi la contribution sur Sémiramis dans le présent volume.

26 Cf. par exemple Sophocle, Antigone, 29.

27 Kazarow 1923, p. 292, n. 2. Cette épithète est peut-être due à la victoire d’Héraclès sur les deux chiens Cerbère et Orthos, qu’il tua lorsqu’il vola les bœufs de Géryon.

28 Cf. Apollodore, 2, 4, 6-7.

29 Ovide, Métamorphoses, 7, 771. Pour un aperçu de toutes les versions relatives à ce chien, cf. Bömer 1976, p. 366-388.

30 L’expression λαιψηρὰ … γούνατ(α) est homérique : elle se trouve en Il., 15, 269 ; 22, 24 et 144 ; dans notre texte, elle se situe à la même place métrique qu’en 15, 269 et 22, 24.

31 Cf. par exemple Anthologie grecque, 7, 208, d’Anyté : cheval ; 7, 211, de Tymnès : chien, bichon de Malte ; 7, 214, d’Archias : dauphin.

32 Cf. Babrius, 85.

33 Archiloque, fr. 93a West, v. 6 : κυσὶ Θρέιξιν.

34 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 70-71.

35 Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 68-69.

36 Platon, Cratyle, 407d et République, 535c.

37 Cf. par exemple l’hydrie à figures noires de Cerveteri/Caeré (vers 525 av. J.-C.) attribuée au Peintre des Aigles, conservée au musée du Louvre (collection Campana, 1861).

38 Pour l’usage de l’énigme par quelques poètes hellénistiques, cf. Hurst 2003 ; Cusset et Kolde 2012a ; 2012b.

39 Cf. Faber 1995.

Auteur

Universités de Genève et de Lausanne.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site