Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Euphorion et les mythes

 | 
Christophe Cusset
, 
Évelyne Prioux
, 
Hamidou Richer

L'obscur et l'insolite

Euphorion et Lycophron

Christophe Cusset and Benjamin Acosta-Hughes

Abstract

Euphorion et Lycophron sont fréquemment associés comme deux représentants de la poésie obscure. À partir du témoignage de Clément, on peut se demander si c’est l’ensemble de l’œuvre d’Euphorion qu’il faut estimer à l’aune de l’obscurité, ou seulement certaines de ses productions. L’état fragmentaire de l’œuvre d’Euphorion rend l’enquête difficile. Après de brèves remarques lexicales, on essaie ici d’établir une lecture comparée de mythe chez Euphorion et Lycophron, autre étalon de l’obscurité hellénistique, à travers le cas d’Iphimaque dans l’histoire de Philoctète, pour essayer d’en dégager quelques principes de l’écriture obscure d’Euphorion. Il apparaîtrait peut-être une forme d’écriture allusive au fondement de cette obscurité poétique.

Full text

1Dans la tradition littéraire, Euphorion et Lycophron sont fréquemment associés comme deux représentants de la poésie obscure. Nous avons notamment le témoignage de Clément d’Alexandrie à ce sujet (Stromates, 5, 8, 50, 3 : Test. 9 AHC) :

Εὐφορίων γὰρ ὁ ποιητὴς καὶ τὰ Καλλιμάχου Αἴτια καὶ ἡ Λυκόφρονος Ἀλεξάνδρα καὶ τὰ τούτοις παραπλήσια γυμνάσιον εἰς ἐξήγησιν γραμματικImageν ἔκκειται παισίν.

Le poète Euphorion en effet, les Aitia de Callimaque, l’Alexandra de Lycophron et les ouvrages de ce genre s’offrent comme un entraînement pour l’explication à l’ensemble des philologues.

  • 1 Ou comme si Clément en avait déjà une lecture globale ou fragmentaire ?

2Ce témoignage de Clément semble d’ailleurs enfermer Euphorion et les poètes alexandrins qui lui sont ici associés dans une forme de stérilité de l’obscurité qui, bien loin d’être productrice de poésie ou d’imaginaire, ne serait que l’occasion d’un exercice d’explication, d’éclaircissement. C’est moins à cette perspective interprétative que nous nous intéresserons ici qu’à la richesse que suggère le rapprochement avec Lycophron. Mais nous pouvons d’ores et déjà souligner une différence de traitement pour Euphorion dans cette prise de position de Clément : alors que le défi interprétatif n’est ici posé que pour une œuvre précise de Callimaque et de Lycophron, à savoir les Aitia pour l’un et l’Alexandra pour l’autre, Euphorion au contraire offrirait une pratique généralisée de l’écriture obscure, comme le suggère l’apposition ὁ ποιητής qu’il faut lire comme une métonymie pour l’ensemble de l’œuvre du poète de Chalcis. Il est cependant difficile de vérifier cette assertion dans l’état hyperfragmentaire du texte d’Euphorion. Mais ce traitement particulier d’Euphorion par rapport à Callimaque et Lycophron ne laisse pas d’intriguer, comme si Euphorion était à part sur la question de l’obscurité1.

  • 2 Magnelli 2002, p. 27-31.

3Il n’est pas nécessaire de s’arrêter trop longuement sur la dimension lexicale de l’obscurité d’Euphorion dans son rapport avec Lycophron. Les principaux faits ont été collectés et expliqués notamment par Enrico Magnelli dans ses Studi su Euforione2. Il suffira d’en rappeler ici quelques principes : Euphorion emploie parfois une scansion particulière d’un mot qu’on retrouve aussi chez Lycophron (cf. Βέβρυξ fr. 60 AHC et Lycophron 516) ; le plus souvent, les rapprochements ont lieu sur le plan lexical, Euphorion employant un néologisme qu’on trouve aussi chez Lycophron (par exemple pour ἀστέμβακτον au fr. 23 AHC et Lycophron 1117). Souvent les deux poètes de Chalcis se retrouvent dans l’emploi d’un même terme rare (par exemple ἄλμα au fr. 92 AHC et Lycophron 319), ou dans une interprétation homérique (à propos par exemple de πόποι [fr. 183 AHC et Lycophron 943], ou encore du sens de la variante homérique en Odyssée, 16, 403, τόμουρος dans Euphorion fr. 20 AHC et Lycophron 223). Il arrive que les raretés lexicales correspondent aussi à des curiosités géographiques ou mythologiques. Il en va ainsi par exemple de la mention du fleuve Navaithos au fr. 81 AHC transmis par Étienne de Byzance :

Ἀσκανία· τὸ τοπικὸν Ἀσκάνιος ὁμοίως τImage κυρίῳ. Ἔστι καὶ Ἀσκάνιος ποταμός· Εὐφορίων Χιλιάσι·
καὶ Ψίλιν Ἀσκάνιόν τε ...... Ναυαίθοιο.
Ψίλις Μυσίας, Ναύαιθος Ἰταλίας.

  • 3 Si l’on suit Strabon (XII, 3, 7), il s’agirait plutôt d’un fleuve de Bithynie, qui coulerait entre (...)

Ascania : le toponyme Ascanios est semblable au nom propre. Il y a aussi un fleuve Ascanios : cf. Euphorion dans les Millénaires :
La Psilis et l’Ascanios […] du Navaithos.
La Psilis est un fleuve de Mysie3, le Navaithos un fleuve d’Italie.

  • 4 On voit peut-être poindre ici la thématique des relations entre Orient et Occident qui est chère à (...)
  • 5 Van Groningen 1977, p. 117.

4Dans ce vers des Millénaires, Euphorion mentionne d’abord deux cours d’eau qui sont situés en Asie Mineure4 : ce sont des fleuves de moindre renom que le Simoïs et le Scamandre présents dans la poésie homérique. Le poète hellénistique choisit des réalités géographiques moins célèbres, qui permettent de solliciter davantage la connivence de son lecteur. Il est remarquable – et assez typique du travail des poètes hellénistiques sur les noms propres – que le vers comporte ici trois noms de fleuves, les deux premiers en Asie Mineure, le troisième en Italie. Dans ce passage, qui relève peut-être de la digression dans la mesure où il ne semble pas être en accord avec le contenu du poème proposé par la Souda, Euphorion évoquait sans doute (c’est l’hypothèse ancienne de Knaack) l’incendie des navires perpétré par les prisonnières troyennes auprès du fleuve Navaithos : selon Van Groningen5, c’est parce qu’elles auraient retrouvé sur les rives de ce fleuve des paysages leur rappelant leur patrie qu’elles auraient décidé d’y rester. Le Navaithos (actuel Nieto) est un fleuve qui coule au nord de Crotone ; il est mentionné notamment par Théocrite (Idylles, 4, 24, sous le nom de Néaïthos) et par Lycophron (Alexandra, 921) : dans la scholie correspondant à ce dernier passage, Tzétzès explique l’étymologie du nom Nau-aïthos comme signifiant « qui brûle les navires » : le fleuve aurait gardé dans son nom la trace d’un événement marquant de l’histoire mythologique, à savoir l’incendie des bateaux des Grecs par les sœurs de Priam emportées comme captives.

  • 6 Nous ne revenons pas ici sur le cas d’Iphigénie, qui a été traité ailleurs : Cusset et Linant de B (...)

5Au-delà de ces simples remarques lexicales souvent assez frustrantes, on peut choisir ici quelques traitements mythologiques particuliers d’Euphorion pour voir quels liens ils entretiennent avec Lycophron du point de vue de l’obscurité. Le premier exemple que nous retenons est le Philoctète6. Dans la tradition la plus répandue et illustrée notamment par le Philoctète de Sophocle, le héros abandonné sur l’île de Lemnos se nourrit des oiseaux qu’il parvient à tuer grâce à son arc et ses flèches qui ne manquent jamais leur cible. Mais ici Euphorion – ce qui n’étonnera guère le connaisseur de la poésie alexandrine – suit une autre tradition et introduit un personnage secondaire (dont il relate la mort dans le fr. 78 AHC) : Hygin nous apprend qu’il s’agit d’un berger appelé Iphimaque, qui nourrit Philoctète après que les Grecs l’ont abandonné sur cette même île. Voici le fragment 78 AHC, transmis par Stobée, Florilège, LIX, 16 :

Εὐφορίωνος Φιλοκτήτου·
Τὸν δ᾿ ἐκάλυψε θάλασσα λιλαιόμενον βιότοιο,
καί οἱ πήχεες ἄκρον ὑπερφαίνοντο ταθέντες
ἀχρεImage ἀσπαίροντος ἅλις Δολοπιονίδαο
δυστήνου· ζωὴν δὲ μεθ᾿ ὕδατος ἔκβαλε πImageσαν
χεImageρας ὑπερπλάζων, ἅλμη δ᾿ ἔκλυσσεν ὀδόντας.

  • 7 Les éditeurs (De Cuenca, Clúa Serena) adoptent en général la correction de Meineke, qui présente l (...)

Du Philoctète d’Euphorion :
Et la mer le couvrit, lui qui désirait vivre, et les bras sur la crête de la vague apparaissaient, tendus, en vain, les bras du Dolopionide qui se débattait7 à outrance, l’infortuné. Avec l’eau, il rendit son dernier souffle, agitant en l’air ses mains au hasard, et la mer couvrit ses dents.

  • 8 Le texte et la traduction pour les citations de Lycophron sont ceux de Chauvin et Cusset 2008.

6Le fragment doit se situer au moment du retour de Troie : les Grecs sont pris dans une forte tempête au cours de laquelle périt Iphimaque, désigné ici comme « fils de Dolopion », ce qui correspond à ce que nous apprend Hygin (Fab., 102). Il semble avoir accompagné Philoctète à Troie. Cette malheureuse tempête est évoquée en ces termes par Lycophron, Alexandra, 365-3808 :

Ἑνὸς δὲ λώβης ἀντί, μυρίων τέκνων
Ἑλλὰς στενάξει πImageσα τοὺς κενοὺς τάφους,
οὐκ ὀστοθήκαις χοιράδων ἐφημένους,
οὐδ’ ὑστάτην κεύθοντας ἐκ πυρὸς τέφρην
κρωσσοImageσι ταρχυθεImageσαν, ἣ θέμις φθιτImageν,
ἀλλ’ οὔνομ’ οἰκτρὸν καὶ κενηρίων γραφὰς
θερμοImageς τεκόντων δακρύοις λελουμένας
παίδων τε καὶ θρήνοισι τοImageς ὁμευνίδων.
Ὀφέλτα καὶ μύχουρε χοιράδων Ζάραξ
σπίλοι τε κὰτ Τρύχαντα καὶ τραχὺς Νέδων
καὶ πάντα ΔιρφωσσοImageο καὶ Διακρίων
γωλειὰ καὶ Φόρκυνος οἰκητήριον,
ὅσων στεναγμImageν ἐκβεβρασμένων νεκρImageν
σὺν ἡμιθραύστοις ἰκρίοις ἀκούσετε,
ὅσων δὲ φλοίσβων ῥαχίας ἀνεκβάτου
δίναις παλιρροίοισιν ἕλκοντος σάλου…

Pour l’outrage d’un seul

toute la Grèce

Gémira sur les sépulcres vides

de ses milliers d’enfants,

Assis sur des écueils

sans ossuaires,

Et sans celer leur ultime

cendre après le feu

En l’embaumant

dans des urnes

– telle est la loi des trépassés –,

Mais triste nom

et inscriptions de cénotaphes

Lavées par les larmes

chaudes des parents

Et des enfants,

et par les complaintes des épouses.

Ophelte

et garde-fond

des écueils, Zarax,

Récifs

et Trychanta

et anfractueux Nédon

Et toutes les cavernes

du Dirphossos

Et des Diacries

et habitation

de Phorcys,

Combien de gémissements

de morts recrachés

Avec des bordages

à demi brisés entendrez-vous ?

Combien de fracas

de brisants sans issue

Dans les tourbillons refluants

de la houle qui les traînera ?

7Les perspectives des deux poètes sont bien différentes ; alors que Lycophron choisit, pour amplifier les conséquences funestes de cette tempête, de la rapporter sous l’angle de la généralité et de l’anonymat des victimes (qui s’oppose à la série des toponymes qui semble agrandir le théâtre de ce désastre), Euphorion au contraire l’évoque ici à travers la mort pathétique d’un individu bien précis qu’il identifie par son ascendance paternelle. Pourtant, en dépit de ces deux options narratives radicalement différentes, les deux poètes ont bien un objectif commun : recréer le pathétique de la mort par noyade dans un naufrage. Lycophron insiste sur la dimension sonore du désastre : à la plainte des parents restés en Grèce qui pleurent des tombeaux vides dans une lamentation amplifiée par l’absence, font écho les cris et les râles des noyés. Cette musique funèbre se trouve transposée d’ailleurs dans le texte de Lycophron, par exemple dans la multiplication des gutturales (au vers 370 notamment), dans l’écho proche du calembour τρύχαντα καὶ τραχὺς, dans l’homéotéleute en -ων des quatre termes composant le vers 377. Euphorion semble privilégier plutôt l’impression visuelle de la noyade, en insistant sur la présence incongrue et fatale du corps dans le tourbillon marin. Au troisième vers du fragment, Euphorion s’amuse dans son écriture en choisissant comme terme le plus bref de son vers celui qui apporte l’idée d’intensité (ἅλις) et en rapprochant ce terme par une fausse étymologie (ἅλς) que suggèrent, semble-t-il, les mots environnants qui désignent la mer (θάλασσα, ὕδατος, ἅλμη) : c’est donc bien l’excès d’eau marine qui provoque la mort d’Iphimaque et il faut sans doute maintenir le texte des manuscrits pour conserver le « sel » du jeu de mots ! La mer est présentée ici comme un piège, comme un étau qui enferme la victime et l’engloutit ; les deux expressions ἐκάλυψε θάλασσα et ἅλμη δ’ ἔκλυσσεν se font écho en chiasme dans le passage, tandis que la victime, qui se débat pour ne fournir que le dernier soubresaut de l’adjectif δυστήνου en rejet, n’est guère présente que de manière fragmentée, à travers ses bras qui sont le dernier élément à disparaître.

  • 9 Mais est-ce si sûr ?

8Faut-il toutefois vraiment faire le rapprochement de ces deux évocations ? Iphimaque est inconnu de Lycophron, qui n’est pourtant pas avare en personnages mythologiques secondaires. Les projets des deux poètes sont sans doute ici assez différents : à l’universalité du récit de Lyophron s’oppose la singularité de l’épisode d’Euphorion ; ce bref tableau n’est sans doute qu’une brève digression dans un poème portant sans doute9 plus précisément sur Philoctète. Mais c’est peut-être sur ce personnage que se retrouvent nos deux poètes. Lycophron évoque en effet de manière assez précise le destin ultérieur de Philoctète aux vers 911-929 :

Τὸν δ’ Αἰσάρου τε ῥεImageθρα καὶ βραχύπτολις
Οἰνωτρίας γImageς κεγχρίνῃ βεβρωμένον
Κρίμισα φιτροImage δέξεται μιαιφόνον.
αὐτὴ γὰρ ἄκραν ἄρδιν εὐθυνεImage χεροImageν
Σάλπιγξ ἀποψάλλουσα Μαιώτην πλόκον.
Δύρα παρ’ ὄχθαις ὅς ποτε φλέξας θρασὺν
λέοντα ῥαιβImage χεImageρας ὥπλισε Σκύθῃ
δράκοντ’ ἀφύκτων γομφίων λυροκτύπῳ.
ΚρImageθις δὲ τύμβους ὄψεται δεδουπότος,
εὐρὰξ Ἀλαίου Παταρέως ἀνακτόρων,
Ναύαιθος ἔνθα πρὸς κλύδων’ ἐρεύγεται.
κτενοImageσι δ’ αὐτὸν Αὔσονες Πελλήνιοι
βοηδρομοImageντα Λινδίων στρατηλάταις,
οὓς τImageλε Θερμύδρου τε Καρπάθου τ’ ὀρImageν
πλάνητας αἴθων Θρασκίας πέμψει κύων,
ξένην ἐποικήσοντας ὀθνείαν χθόνα.
ἐν δ’ αImage Μακάλλοις σηκὸν ἔγχωροι μέγαν
ὑπὲρ τάφων δείμαντες αἰανImage θεὸν
λοιβαImageσι κυδανοImageσι καὶ θύσθλοις βοImageν.

  • 10 On retrouve une nouvelle fois ce fleuve, ce qui semble indiquer un réseau de relations assez dense (...)

Et lui, les courants de l’Aïsaros

et une petite cité

De la terre oïnotrienne,

Crimisa, le recevront dévoré

Par un céraste,

lui, l’assassin du tison :

Car elle dirigera

le dard aigu de ses propres mains,

Trompette, en tendant

une tresse méotienne.

Près des rives du Dyras,

un jour, après avoir brûlé un lion

Intrépide, il s’arma

les mains d’un dragon

Courbe, scythe, aux molaires

imparables, sonnant comme une lyre ;

La Crathis verra

son tombeau, quand il se sera écroulé,

À côté des sanctuaires

de Vagabond Pataréen,

Où le Nauaïthos10

vomit ses flots ;

Des Pelléniens ausones

le tueront,

Comme il courra aux cris

des généraux des Lindiens

Que, loin de Thermydron

et des monts de Carpathos,

L’ardent chien Thrascias

enverra coloniser,

Errants, un lointain

pays étranger ;

Puis à Macalles, les gens du pays,

bâtissant sur son sépulcre

Une grande enceinte

sacrée, le glorifieront

Comme un dieu éternel

par des libations

et des sacrifices de bœufs.

  • 11 L’Aisaros crotoniate des Anciens ne coïncide pas avec l’Esaro moderne. Voir par exemple la mise au (...)
  • 12 Voir Gigante Lanzara 2000, p. 354-357 ; Hurst et Kolde 2008, p. 242 et suiv.

9Il s’agit ici de l’arrivée de Philoctète en Italie où le héros établit un culte d’Apollon et consacre au dieu son arc. Selon Lycophron en effet, Philoctète ne rentre pas en Thessalie après la guerre de Troie comme le signalait Homère (Odyssée, III, 190), mais se retrouve dans la région de Crotone, signalée ici par la mention des fleuves Aisaros11 et Navaithos (Nieto), ainsi que de la cité de Crimisa qui aurait été justement fondée par Philoctète. Cette section consacrée à Philoctète évoque plusieurs éléments discontinus de la vie de ce héros qui permettent de l’identifier assez facilement : sa morsure par un serpent, sa victoire sur Pâris avec l’aide d’Athéna, son intervention dans la mort d’Héraclès qui lui confia son arc pour avoir allumé son bûcher sur le mont Œta. Ces éléments significatifs permettent d’intégrer ici les données italiques digressives par rapport à la norme mythographique12. C’est ce qu’explique précisément Tzétzès dans ses Scholies à l’Alexandra où il met ce développement en relation avec le poème d’Euphorion (Tzétzès à Lycophron, Alexandra, 911 Scheer = fr. 79 AHC) :

Φιλοκτήτης δ’ ἐξώσθη εἰς Ἰταλίαν πρὸς Καμπανούς, καὶ πολεμήσας αὐτοὺς πλησίον Κρότωνος καὶ Θουρίου Κρίμισσαν κατοικεImage· καὶ παυθεὶς τImageς ἄλης Ἀλαίου Ἀπόλλωνος ἱερὸν κτίζει, οImage καὶ τὸ τόξον αὐτImage ἀνέθετο, ὥς φησιν Εὐφορίων.

Philoctète débarqua en Italie où il tomba sur les habitants de la Campanie et après leur avoir fait la guerre près de Crotone et de Thourioi il fonde Crimissa ; après s’être reposé de son errance, il établit un sanctuaire à Apollon Alaïos où il lui remet aussi en offrande son arc, comme le dit Euphorion.

10Cette remarque incidente de Tzétzès est malheureusement la seule trace que nous ayons de ce développement mythologique d’Euphorion sur la fin de Philoctète, dont on peut supposer qu’elle était située dans le poème auquel le héros donne son nom. Lycophron évoque ici la mort de Philoctète tué par les Ausones ; il ne parle pas de son arc qui le rendait presque invincible ; mais sa mort au combat peut laisser comprendre qu’il ne possède plus cet arc. C’est sans doute de cette lacune narrative que se saisit Euphorion qui aurait donc évoqué l’offrande de son arc faite par Philoctète à Apollon – offrande qui signe la fin de ses errances dans le sanctuaire qu’il consacre au dieu sous le nom d’Apollon Alaïos (épiclèse qu’il faut peut-être comprendre au sens de « vagabond, errant »). On ne peut dire quelle place Euphorion donnait à ce développement, s’il était principal ou secondaire, mais la formulation de Tzétzès semble bien laisser entendre que cette remarque sur l’arc n’était qu’incidente. Ce serait en ce cas la pratique allusive et incidente qui produirait une certaine forme d’obscurité : dans l’allusion, les données ne sont pas exhaustives et le lecteur se doit de recomposer l’ensemble à partir de brèves indications discontinues qui ne sont pas nécessairement obscures par elles-mêmes, mais dont le caractère volontairement lacunaire et elliptique est facteur d’incompréhension.

11À la lecture de ces maigres données concernant le mythe de Philoctète chez Euphorion, on peut essayer de définir plus largement ce en quoi consisterait l’obscurité du poète.

  • 13 Calame 1986, p. 155.

12Sans doute retrouve-t-on chez lui des données typiquement alexandrines, comme le choix de termes rares, relevant souvent de l’exégèse des hapax homériques, ou encore du renouvellement de la langue poétique. On retrouve aussi une certaine forme de rêverie sur les noms propres – qui sont souvent autant de « micro-récits », pour reprendre à ce sujet l’expression de C. Calame13 –, ainsi du Navaithos ou du nom d’Iphigénie. Mais il n’est pas certain que ces jeux lexicaux et étymologiques soient suffisants pour qu’on puisse parler d’obscurité chez Euphorion. Par rapport à Lycophron en effet, le texte semble beaucoup moins saturé par ces jeux onomastiques – même s’ils sont très nombreux.

13Mais, plus profondément, l’obscurité d’Euphorion repose peut-être sur un principe d’écriture particulier qui pourrait correspondre à ce que nous pourrions appeler l’allusion digressive. L’obscurité d’Euphorion ne tiendrait pas essentiellement à la complexité de sa formulation, à la surabondance de l’information qui sature le texte mais à l’incomplétude de l’évocation, à une écriture essentiellement elliptique et digressive. Ce principe d’allusion pourrait d’ailleurs justifier l’état fragmentaire du texte d’Euphorion, si ce n’est l’écriture fragmentaire même du poète, ainsi que le traitement particulier que lui accorde Clément d’Alexandrie qui ne cite pas d’œuvre particulière d’Euphorion pour la raison possible que, chez lui, les allusions mythologiques seraient souvent traitées de manière diffuse et allusive.

  • 14 Voir à ce sujet nos remarques dans Cusset et Linant de Bellefonds à paraître.

14Cette « écriture allusive » pourrait davantage encore être une écriture par tableaux, par images successives (cf. les catalogues du Thrax), ce qui, pour le coup, nous rapproche à nouveau de Lycophron, dont le texte semble souvent être construit par association d’images plus que de mots14.

Bibliography

Références bibliographiques

Calame 1986 : C. Calame, Le récit en Grèce ancienne. Énonciations et représentations de poètes, Paris, 1986.

Chauvin et Cusset 2008 : C. Chauvin et C. Cusset, Lycophron. Alexandra, Paris, 2008.

Cusset et Linant de Bellefonds à paraître : C. Cusset et P. Linant de Bellefonds, La figure très hellénistique d’Iphigénie dans l’Alexandra de Lycophron... Quels parallèles dans l’iconographie ?, Aitia, 4, à paraître <aitia.revues.org>.

Gigante Lanzara 2000 : V. Gigante Lanzara, Licofrone. Alessandra, Milan, 2000.

Hurst et Kolde 2008 : A. Hurst et A. Kolde, Lycophron. Alexandra, Paris, 2008.

Magnelli 2002 : E. Magnelli, Studi su Euforione, Rome, 2002.

Pouzadoux et Prioux 2009 : C. Pouzadoux et É. Prioux, Orient et Occident au miroir de l’Alexandra et de la céramique apulienne, dans C. Cusset et É. Prioux (dir.), Lycophron. Éclats d’obscurité, Saint-Étienne, 2009, p. 451-486.

Van Groningen 1977 : B. A. Van Groningen, Euphorion. Les témoignages. Les fragments. Le poète et son œuvre, Amsterdam, 1977.

Zancani Montuoro 1974 : P. Zancani Montuoro, I due Esaro, La parola del passato, 29, 1974, p. 70-80.

Notes

1 Ou comme si Clément en avait déjà une lecture globale ou fragmentaire ?

2 Magnelli 2002, p. 27-31.

3 Si l’on suit Strabon (XII, 3, 7), il s’agirait plutôt d’un fleuve de Bithynie, qui coulerait entre Chalcédon et Héraclée.

4 On voit peut-être poindre ici la thématique des relations entre Orient et Occident qui est chère à Lycophron. Voir notamment Pouzadoux et Prioux 2009.

5 Van Groningen 1977, p. 117.

6 Nous ne revenons pas ici sur le cas d’Iphigénie, qui a été traité ailleurs : Cusset et Linant de Bellefonds à paraître.

7 Les éditeurs (De Cuenca, Clúa Serena) adoptent en général la correction de Meineke, qui présente l’avantage de donner une succession plus précieuse de trois mots commençant par un alpha ; toutefois, Van Groningen signale, à juste titre peut-être, qu’Apollonios de Rhodes emploie la forme sans prothèse vocalique (IV, 874) et qu’Euphorion évite les élisions en dehors des prépositions ou particules.

8 Le texte et la traduction pour les citations de Lycophron sont ceux de Chauvin et Cusset 2008.

9 Mais est-ce si sûr ?

10 On retrouve une nouvelle fois ce fleuve, ce qui semble indiquer un réseau de relations assez dense entre Euphorion et Lycophron.

11 L’Aisaros crotoniate des Anciens ne coïncide pas avec l’Esaro moderne. Voir par exemple la mise au point et les hypothèses de Zancani Montuoro 1974.

12 Voir Gigante Lanzara 2000, p. 354-357 ; Hurst et Kolde 2008, p. 242 et suiv.

13 Calame 1986, p. 155.

14 Voir à ce sujet nos remarques dans Cusset et Linant de Bellefonds à paraître.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540