Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Euphorion et les mythes

 | 
Christophe Cusset
, 
Évelyne Prioux
, 
Hamidou Richer

Euphorion, entre Asie Mineure et Proche-Orient

Euphorion, entre Claros et Grynium

Renaud Robert

Abstract

Le commentaire de Servius au sujet du sanctuaire de Grynium invoque l’autorité d’Euphorion à propos de la querelle entre Calchas et Mopsos. Le poète de Chalcis semble avoir placé cet épisode à Grynium, alors que les autres sources (Lycophron, Strabon) le situent habituellement à Claros. Strabon déclare avoir tiré ses informations d’Hésiode mais surtout rapporte les informations concernant le lieu de la joute entre les devins à un auteur dont les travaux récents sur les manuscrits du géographe permettent de restituer le nom : il s’agirait de Callisthène. Il n’est pas invraisemblable que l’historien d’Alexandre, très féru d’oracles et de mantique, ait joué un rôle déterminant dans la valorisation du sanctuaire de Claros. C’est l’Apollon de Claros que les Smyrniotes consultent lorsqu’Alexandre est averti en songe qu’il doit refonder Smyrne. Il faut également faire remonter à Callisthène le parallèle que l’on pouvait établir entre la geste de Mopsos et d’Amphilochus au-delà du Taurus (en Pamphylie, en Cilicie, en Syrie et jusqu’en Phénicie) et les conquêtes d’Alexandre. Les devins semblaient avoir précédé dans sa course le souverain macédonien, qui aurait d’ailleurs rendu les honneurs funèbres à Amphilochus au cours de son périple en Malléotide. Or, un autre parallèle pourrait être esquissé entre les conquêtes d’Amphilochus/Alexandre et celles d’Antiochos III après 202 av. J.-C. On sait qu’Euphorion travailla auprès du souverain Séleucide. Comment expliquer cependant le transfert par le poète des légendes clariennes vers Grynium ? Peut-être, en ancrant ces traditions dans un sanctuaire qui faisait partie des hauts lieux de la propagande des Attalides, Euphorion exprimait-il les revendications d’Antiochos sur un territoire que le souverain devait reconquérir en 199-198 av. J.-C.

Full text

  • 1 Chez Virgile (Ecl., 6, 64-73), la mention de l’origo Grynei nemoris est appelée par un emboîtement (...)

1Cette étude prend appui sur le passage de Servius dans lequel l’autorité de Cornélius Gallus et, à travers elle, celle d’Euphorion, est invoquée à propos de la mention du sanctuaire de Grynium, en Asie Mineure. Je ne reviendrai pas ici sur le contexte virgilien et sur la question complexe des rapports entre l’œuvre de Gallus et celle d’Euphorion1.

  • 2 Voir l’édition récente : Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. XIV-XV.
  • 3 Hésiode, fr. 278 Merkelbach et West ; Schol. Od., 13, 259 ; Lycophron, Alex., 424-430 ; Strabon, 1 (...)
  • 4 Voir les travaux anciens : Immisch 1890, p. 147 ; RE, XI, 1, 1921, p. 552-553, s.v. Klaros (L. Büc (...)
  • 5 Servius, In Verg. Buc., 6, 72 Thilo :
    Grynei nemoris dicatvr origo
    Gryneum nemus est in finibus Ioni (...)

2Dans le texte, cité ci-dessous, le concours de mantique (peritia diuinandi), qui opposa le devin Calchas à son rival Mopsos, est évoqué de manière assez succincte. Comme le laisse entendre le démonstratif hoc (hoc autem Euphorionis continent carmina), il faut sans doute attribuer à l’œuvre d’Euphorion2 ce qui précède immédiatement dans le commentaire, soit le bref récit de la joute divinatoire. Comme on le sait, la même légende, avec le même recours à l’épreuve du dénombrement des fruits, est également rapportée dans d’autres sources au sanctuaire ionien de Claros sur le territoire de la cité de Colophon3. L’objectif que je me suis proposé dans cette étude – davantage en archéologue clarien qu’en connaisseur de l’œuvre d’Euphorion – est de tenter de comprendre pourquoi le poète a transféré dans le sanctuaire de Grynium une tradition généralement associée à Claros. Revenir sur les mythes clariens n’est pas chose aisée, tant l’accumulation des études a abouti à une vulgate mythologique, un patchwork composé de bribes recueillies ici et là dans des textes de nature et d’époques très diverses, au gré des raisonnements des archéologues et des historiens4. Il faut en convenir, le recours aux fragments expose le chercheur à une dangereuse tentation : faire parler les lacunes et déduire des minces citations conservées un récit mythologique cohérent mais artificiellement « reconstitué » à partir de l’ensemble des sources disponibles. Je m’efforcerai de prendre appui autant que possible sur les données attestées en partant de jalons textuels identifiés et datés. Il convient donc de repartir du texte de Servius5 :

- Dis l’origine du bois de Grynium
Le bois de Grynium se situe en territoire ionien, consacré à Apollon par son fils, Grynus : ou bien par Grynium, cité de Mésie, où se trouve un lieu que de nombreux arbres rendent agréable, couvert en toute saison d’herbes et de fleurs variées, riche aussi en sources. Cette cité a tiré son nom de Grynus, fils d’Eurypyle, qui régna en Mésie, qui apporta son aide aux Grecs contre les Troyens : et en effet, Eurypyle, fils de Télèphe, lui-même fils d’Hercule et d’Augè, né d’Astyochè, fille de Laomédon, engendra Grynus. Celui-ci, comme il avait occupé le trône de son père et qu’il subissait une guerre infligée par ses voisins, appela à l’aide d’Épire Pergamus, fils de Néoptolème et d’Andromaque : défendu par lui et une fois vainqueur, il fonda deux villes, l’une Pergame, d’après le nom de Pergamus, l’autre Grynium, suivant l’oracle d’Apollon. Un devin du voisinage, alors qu’il passait par là, déclara que Calchas faisait une erreur en plantant de la vigne dans ce bois : aussi était-il sacrilège qu’il goûtât le vin nouveau. Mais ce dernier, après avoir accompli sa tâche et fait la vendange, avait invité à sa table ses voisins et ce devin lui-même ; il apporta le vin, et comme il voulait faire une libation aux dieux sur le foyer, il déclara que non seulement il boirait le vin, mais qu’il en donnerait aux dieux et à ses convives ; le devin lui fit la même réponse qu’auparavant. Calchas se moqua de lui pour cette raison et se mit à rire, si bien que, le souffle brutalement coupé, il laissa tomber la coupe. Varron déclare qu’on ôte habituellement leurs liens, c’est-à-dire les entraves, les chaînes et autres, à ceux qui sont entrés dans le bosquet d’Apollon de Grynium, et que ces liens sont fixés aux arbres. Dans ce bosquet, dit-on, Calchas et Mopsos disputèrent un jour entre eux de leur talent de devins : comme le débat portait sur le nombre de fruits d’un arbre, la victoire revint à Mopsos ; Calchas en mourut de dépit. Cela se trouve dans les poèmes d’Euphorion que Gallus a traduits en latin : de là, la fin où Gallus déclare : « je vais y aller et les vers que j’ai composés à la manière du poète chalcidien… » ; en effet, Chalcis est la cité d’Eubée dont était originaire Euphorion.

3Le texte, tel qu’il est publié aujourd’hui, est composé de plusieurs strates provenant de sources distinctes. La première partie de la notice, tirée du Seruius auctus, livre une rapide évocation du lieu décrit comme un nemus, un locus amoenus situé en Mésie. Il est fait allusion à la fondation de la ciuitas de Grynium par le héros Pergamos dont la généalogie est rapidement esquissée. Vient ensuite le récit assez détaillé d’une querelle entre Calchas et quidam augur uicinus. L’objet du débat concerne une vigne plantée par Calchas dans le nemus d’Apollon. Prévenu du caractère sacrilège de cette plantation et du vin qui en serait tiré, Calchas non seulement persiste dans son intention de récolter sa vendange, mais, sans avoir eu le temps de porter la coupe à ses lèvres, s’étouffe en riant sous les yeux du devin anonyme dont il avait raillé les avertissements. Enfin, la dernière partie de la notice invoque l’autorité de Varron à propos du droit d’asylie du sanctuaire. Le texte de Servius, quant à lui, contient le récit traditionnel du concours de divination entre Calchas et Mopsos explicitement situé dans le lucus de Grynium. Comme je l’ai dit précédemment, seule cette partie de la légende, semble être assignée à Euphorion – Gallus.

  • 6 La confusion entre Mysie et Mésie peut venir de la légende de Télèphe citée dans la suite du texte (...)
  • 7 Athénée, Deipn., 4, 149d. Voir en particulier les traditions qui se rapportent à une Amazone du no (...)
  • 8 Ragone 1990, p. 61-62, n. 123. Pour Claros : Élien, N.A., 10, 49 (citant Nicandre, fr. 31 Schneide (...)
  • 9 Schol. Bern., Verg. Ecl. VI, 72 Hagen : <Grynei> : mons Colophoniae, sacer Apollini in quo ei modulabatur.</Grynei> (...)

Cette description appelle plusieurs remarques préliminaires. On pourrait, comme on l’a fait parfois, rejeter l’ensemble de la notice en invoquant les erreurs du commentateur dont la moindre n’est pas la confusion manifeste entre la Mésie et la Mysie6. Sur cette base, on pourrait être enclin à soupçonner une simple méprise : le sanctuaire de Grynium aurait été confondu avec celui de Claros. Le doute serait d’autant plus permis que la notice provenant du Servius auctus cite une version divergente de la mort de Calchas, mort également survenue à la suite d’une rencontre fatale avec un autre devin (cette fois anonyme), qui pourrait appartenir en propre aux traditions de Grynium. Notons au passage qu’Athénée connaît un Περὶ τοImage Γρυνείου Ἀπόλλωνος attribué à Herméias de Métymne (peut-être un périégète) qui avait sans doute rassemblé les traditions locales7. La confusion entre les deux sanctuaires aurait été facilitée par leur nature commune d’ἄλσος/nemus doté des mêmes caractéristiques, abondance de la végétation et des sources, mais aussi absence de serpents grâce à l’intervention du dieu (pythoktonie)8. Les Scholies de Berne opèrent d’ailleurs la même confusion, puisqu’elles qualifient le sanctuaire de Grynium de mons Colophoniae9.

4Pourtant, si l’on suit le raisonnement de Giuseppe Ragone dans son étude de 1990 sur Grynium, la notice de Servius procède d’une source autoptique sur la base de laquelle il propose d’ailleurs de situer le sanctuaire sur la péninsule de Temaşalık Burnu, près de Myrina. Un certain nombre de spécialistes ont donc préféré chercher une explication aux apparentes incohérences du texte de Servius.

  • 10 Strabon, 14, 27 – 642-643C : « Les points remarquables que la côte présente ensuite sont le mont G (...)
  • 11 Merkelbach et West 1967, p. 137-138, nos 278-279. Discussions dans Schwartz 1960, p. 220-228. Il n (...)
  • 12 Scheer 1993, p. 162.
  • 13 Suidae lexicon, 3801, s.v. Eὐφορίων (Adler, 2, p. 478-479) ; Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 64-6 (...)

Pour tenter de comprendre le rôle d’Euphorion dans ce transfert de traditions légendaires, il faut, je crois, commencer par réexaminer attentivement les mythes clariens. La source principale est Strabon. Elle est presque la seule qui cite explicitement sa source10. Le géographe situe d’abord l’ἄλσος d’Apollon Clarios par rapport à la cité de Colophon (πρὸ αὐτImageς). Il évoque l’ancienneté de l’oracle (ἐν Image καὶ μαντεImageον Imageν ποτε παλαιόν) et rapporte la légende de la mort de Calchas en renvoyant à la tradition en termes génériques (λέγεται). La légende est liée au nostos du devin en compagnie d’Amphilochos, fils d’Amphiaraos, parvenu après la guerre de Troie jusqu’à cet endroit (δεImageρο). Calchas rencontre Mopsos, fils de Manto, elle-même fille de Tirésias. Suit le récit du concours entre les deux hommes : Calchas propose à Mopsos de dénombrer les fruits portés par un figuier. Ce dernier en compte dix mille, soit un médimne. Reste une seule figue qui ne peut y entrer. Après vérification de l’exactitude du nombre et de la mesure, « le sommeil de la mort enveloppe » Calchas (ὕπνος θανάτοιο κάλυψεν). Le muthos est explicitement rapporté à Hésiode par Strabon (Ἡσίοδος μὲν οImageν οὕτω πως διασκευάζει τὸν μImageθον). Martin West attribue le passage à la Melampodia, ouvrage dont le devin Mélampous était le héros11. Sans doute, dans ce contexte, traitait-il des traditions concernant la mort de Calchas, d’autant, comme nous le verrons, que les pérégrinations de Calchas étaient associées à celle d’Amphilochos, descendant de Mélampous12. Nous savons en outre qu’Euphorion avait consacré un ouvrage au poète Hésiode13.

  • 14 D’après la Bibliothèque d’Apollodore (6, 2) le tombeau de Calchas était à Colophon ; les deux épre (...)
  • 15 La double épreuve apparaît bien chez Lycophron (Alex., 424-430) ; celle des fruits du figuier est (...)
  • 16 Sur l’identification de la Pamphylie avec la Cilicie, Strabon, 14, 5 – 676C. Strabon attribue auss (...)

5Strabon examine ensuite deux variantes de la légende14. La première, attribuée à Phérécyde, diverge de celle d’Hésiode sur la nature de l’épreuve : elle aurait porté, selon lui, non sur les fruits d’un figuier, mais sur le nombre de petits portés par une truie. Une autre source anonyme est citée (οἱ δὲ), qui faisait la synthèse des deux versions : Calchas avait proposé l’épreuve de la truie, Mopsos celle du figuier15. Dans tous les cas, la raison de la mort est le dépit (ὑπὸ λύπης). On notera qu’aucune des deux variantes ne situe l’épisode dans un lieu particulier et que rien ne permet de dire qu’elles étaient mises en rapport par leurs auteurs avec Claros. La troisième version citée, en effet, celle de Sophocle dans la tragédie Ἑλένης ἀπαίτησις, plaçait la scène en Cilicie, identifiée par le poète avec la Pamphylie16. Le lien entre la légende de la mort de Calchas et le sanctuaire clarien est donc assez ténu, si l’on s’en tient à ce passage de Strabon.

  • 17 L’attribution de la légende clarienne à une source colophonienne archaïque (un poète épique) antér (...)
  • 18 Lycophron, Alex., 424-430 : « Et trois mouettes des mers seront mises au tombeau / dans les vallon (...)

6Il est difficile d’inférer du témoignage du géographe qu’Hésiode plaçait la querelle précisément à Claros, car la première partie de la notice de Strabon semble essentiellement tirée de la tradition, évoquée de manière générale (λέγεται)17. L’œuvre d’Hésiode est sollicitée avant tout pour illustrer les péripéties du concours entre les deux devins et la nature de l’épreuve. Un seul texte, sans doute antérieur à l’œuvre d’Euphorion, situe sans ambiguïté sinon sans obscurité la joute des devins sur le territoire de Colophon : celui de Lycophron, nous y reviendrons18.

  • 19 Strabon, 14, 4, 3 – 668C.
  • 20 Hérodote, 7, 91 ; Scheer 1993, p. 164.
  • 21 Lycophron, Alex., 439-442.
  • 22 La référence de Strabon à sa source (Callinos ou, plus vraisemblablement, Callisthène) est trop al (...)
  • 23 Radt 2009, p. 110-111 ; l’attribution du passage à Callinos était également rejetée par West 1972, (...)
  • 24 La question n’est pas tranchée dans Scheer 1993, p. 164-165, n. 75, et p. 177.

7Un autre texte de Strabon permet peut-être de préciser – ou de compliquer – les choses19. Il revient, en effet, sur la tradition du nostos d’Amphilochos et de Calchas à propos de l’origine des Pamphyliens, descendants des compagnons des deux hommes. Il mentionne, à ce sujet, le témoignage d’Hérodote20. Le géographe doit concilier le récit hérodotéen avec la légende de la mort de Calchas près de Colophon. Il précise donc qu’après la mort de Calchas à Claros, ses compagnons auraient été conduits par Mopsos lui-même au-delà du Taurus, en Pamphylie, en Cilicie, en Syrie et jusqu’en Phénicie. La tradition qui place la mort des devins Amphilochos et Mopsos à Mallos sur les bords du fleuve Pyrame est également connue de Lycophron21. Strabon, quant à lui, attribue ces développements à un auteur dont le nom n’est pas établi avec certitude22. Les éditions anciennes adoptent la leçon Callinos, présente dans la majorité des manuscrits. Si les origines ioniennes de Callinos d’Ephèse peuvent expliquer qu’il se soit intéressé aux légendes de fondation des cités d’Asie Mineure, la nature de sa poésie, d’après ce que nous en savons, paraît difficilement conciliable avec ce type de récits étiologiques. Or dans son édition récente, Stefan Radt adopte la leçon du palimpseste du Vatican23 qui confirme une conjecture ancienne de Felix Jacoby. L’auteur de ces récits de fondation serait Callisthène24.

  • 25 La mention de la venue de Calchas à Colophon en compagnie de Léontée et de Polypoetès pour inhumer (...)
  • 26 La question de l’ancienneté de la présence du personnage de Mopsos en Asie Mineure est également t (...)
  • 27 Momigliano 1934.
  • 28 Schol. Apoll. Rhod. I, 308 Wendel ; Théopompe in Jacoby, FGH, III B, p. 608, no 115 (346) ; voir Ta (...)

8Il est difficile de déterminer l’origine de la tradition qui situait l’arrivée de Calchas sur le territoire de Colophon après la guerre de Troie25. Le texte de Strabon, nous venons de le voir, ne permet pas d’affirmer que la localisation de la mort du devin à Claros était déjà connue du texte hésiodique. Comme nous l’avons également dit, la joute des devins était placée en Cilicie par Sophocle. Lycophron, en revanche, rattachait bien l’épisode au territoire de Colophon. Que Callisthène ait eu un rôle déterminant dans l’élaboration de cette version de la légende ou qu’il se soit contenté de réactualiser des sources plus anciennes, l’intervention de l’historien d’Alexandre n’est en tout cas pas sans intérêt pour notre propos26. Arnaldo Momigliano, suivant en cela Charles Picard, pensait que les traditions qui liaient le temple de Claros à la prophétesse Manto étaient récentes. Elles auraient été forgées afin de donner au sanctuaire une aura delphique à l’occasion d’une réforme des rites de divination27. Il est certain, en tout cas, que la plus ancienne attestation de la fondation du sanctuaire par Manto figure dans les Scholies à Apollonios de Rhodes où cette tradition est attribuée à Théopompe de Chios28.

  • 29 Pausanias, 7, 5, 1-3.
  • 30 Tarn 1948, p. 356-357 ; Ziegler 1998. Voir également, sur le rôle de Callisthène, Pédech 1984, p.  (...)
  • 31 Strabon, 14, 1, 5 – 634C. Parke 1985, p. 33-43.

9Le texte de Strabon et celui du scholiaste d’Apollonios semblent donc converger pour assigner à la tradition historiographique de la cour macédonienne un rôle déterminant dans l’élaboration ou la réélaboration des légendes étiologiques clariennes. Or, un texte bien connu de Pausanias met la fondation de Smyrne par Alexandre en rapport avec le sanctuaire de Claros29. Après avoir été averti par un rêve qu’il devait fonder une ville sur le mont Pagos, Alexandre avait souhaité déplacer les habitants de Smyrne : ces derniers avaient alors consulté l’oracle de Claros qui avait confirmé le songe du roi. Quelle que soit son historicité30, il est vraisemblable que la tradition de la refondation de Smyrne par Alexandre a été élaborée dans l’entourage du roi macédonien. Le recours, dans ce contexte, à l’oracle clarien s’expliquerait par l’effacement sous la domination perse du sanctuaire apollinien de Didymes, dont les prêtres, comme le rappellent presque toutes les sources, avaient pris le parti du Grand Roi31.

  • 32 Sur Strabon, source de l’histoire d’Alexandre, voir Pédech 1974.
  • 33 Strabon, 17, 1, 43 – 814C.

10Or un autre texte de Strabon apporte, je crois, un éclairage significatif à la question clarienne32. Au livre 17, le géographe consacre un assez long développement à la divination, dont il déplore le déclin à son époque33. Il évoque le prestige du sanctuaire d’Ammon consulté par Alexandre et, même si c’est pour en critiquer la teneur excessivement flatteuse, il renvoie explicitement au récit que Callisthène avait laissé de cet épisode. Pour démontrer la propension de Callisthène à multiplier les présages et oracles propres à attester la nature divine du souverain macédonien, Strabon cite un autre passage du récit de l’historien : lors de son séjour à Memphis, Alexandre aurait reçu la visite de représentants du sanctuaire de Didymes. Ils lui auraient annoncé la renaissance de l’oracle qui prédisait sa victoire et proclamait ses ascendances divines. L’historien aurait également mis en scène le personnage d’Athénaïs d’Érythrée, héritière des dons divinatoires de la sibylle érythréenne, proclamant elle aussi les origines illustres du monarque. Il paraît donc clair que l’œuvre de Callisthène témoignait d’un intérêt tout particulier pour la mantique dans la mesure où elle était le garant des aspirations d’Alexandre à la divinité. Aussi avait-il cherché, dans la mesure du possible, à établir un lien entre Alexandre et tous les grands sanctuaires oraculaires rencontrés au cours de ses campagnes. Il est vraisemblable que le sanctuaire de Claros n’avait pas échappé à son attention et, sans doute, était-il l’auteur de l’anecdote qui reliait l’oracle de Claros à la refondation de Smyrne, suggérant que l’Apollon clarien était l’inspirateur du rêve prémonitoire du monarque.

  • 34 Tarn 1948, p. 272-276 ; Parke 1985, p. 39.
  • 35 Strabon, 11, 11, 4 – 517C ; Diodore, 16, sommaire 20 ; Quinte-Curce, 7, 5, 28-35 ; Plutarque, Mor. (...)
  • 36 Inédit : inv. 4380 (musée de Smyrne).

11Mais l’intérêt de Callisthène pour Claros a sans doute des racines plus profondes. Comme le relevaient William Tarn et Herbert William Parke34, le récit de l’ambassade didyméenne de Memphis doit être mis en parallèle avec un autre épisode évoqué par Strabon et repris chez presque tous les historiens d’Alexandre. Le souverain fit mettre à mort les Branchides en Bactriane, en rasant la forteresse où ils avaient trouvé refuge35. La justification de cet acte de crudelitas, pour reprendre le terme de Quinte-Curce, est la trahison ancienne des Branchides. Cet argument figurait très certainement chez Callisthène, puisque le récit de l’ambassade de Memphis, que lui emprunte Strabon, explique le silence du dieu dans son ancien sanctuaire de Didymes par le ressentiment qu’il aurait éprouvé à l’égard de ses prêtres. Il est donc probable que Callisthène avait conçu l’anecdote de l’ambassade en réponse à cet acte de vengeance qu’une partie de l’historiographie postérieure jugera sévèrement. Le châtiment infligé par Alexandre aux Branchides est un acte de justice panhellénique. En effaçant la souillure, le roi permet au dieu d’être rétabli dans son sanctuaire, comme l’indiquent les manifestations oraculaires qui se développent à Didymes tout de suite après son passage dans la région. L’oracle de Claros constituait donc une alternative dans l’attente de la renaissance à venir du sanctuaire de Didymes et il était donc logique que l’Apollon clarien fût associé par Callisthène à l’épopée d’Alexandre. Rappelons d’ailleurs que la mémoire du souverain macédonien semble s’être conservée sur le site, puisque les fouilles de Louis Robert et de Roland Martin avaient permis d’exhumer une tête en marbre d’Alexandre datable du iie siècle apr. J.-C.36.

  • 37 Roscher 1894-1897, p. 3207-3210, s.v. Mopsos, p. 2326-2329, s.v. Manto ; Prinz 1979, p. 20.
  • 38 Sur les antécédents tragiques de cette tradition liant Mopsos et Amphilochos à la Pamphylie, Schee (...)
  • 39 Plutarque, Alex., 17, 1-6 (trad. R. Flacelière, CUF). Tout caractère merveilleux est absent du réc (...)

12On peut cependant aller plus loin. La geste de Mopsos, par son ancêtre Tirésias, se rattache au cycle thébain. Elle est également dotée d’une forte coloration delphique, dans la mesure où Manto, durant son long séjour à Delphes, conçut Mopsos des œuvres d’Apollon37. Mais l’aspect de la légende le plus saillant et le plus important dans ce contexte est que, après la mort de Calchas à Claros, Mopsos avait entrepris une véritable colonisation de la Pamphylie, la Cilicie, la Syrie et la Phénicie. Cette version de l’histoire du devin de Claros, rappelons-le, est précisément celle que Strabon déclarait emprunter à Callisthène38. Elle constituait sans doute pour l’historien une sorte d’amplification du récit hérodotéen qui faisait des compagnons d’Amphilochos et de Calchas les ancêtres des Pamphyliens. Mais surtout, ce « programme » de colonisation recoupe parfaitement l’itinéraire projeté par Alexandre au lendemain de sa victoire sur la garnison pro-perse de Milet. Ce projet, au dire de Plutarque, fut conçu à la suite d’un autre prodige, l’apparition près de Xanthos d’une tablette de bronze portant un texte rédigé en caractères archaïques annonçant que l’empire des Perses serait vaincu par les Grecs39 :

Exalté par cette prédiction, Alexandre se hâta de nettoyer le littoral jusqu’à la Phénicie et à la Cilicie. La rapidité de sa course le long de la côte de Pamphylie a fourni à beaucoup d’historiens l’occasion de récits emphatiques, destinés à frapper l’imagination : selon eux, par l’effet d’une faveur divine, la mer se retira devant Alexandre, bien que la houle venue du large atteigne toujours ce rivage et ne découvre que rarement des petits chemins continus au pied des falaises escarpées de cette région montagneuse.

  • 40 Prandi 1985. Voir aussi les études constestées de Schwartz 1900 ; 1943, p. 123.
  • 41 Plutarque, Mor., 347b-c (La gloire des Athéniens) ; la traduction « suggestivité picturale » est e (...)
  • 42 Pseudo-Longin, Subl., 3, 2-3.
  • 43 Pseudo-Longin, Subl., 15, 2 ; voir par exemple Polybe, 10, 27, 8 ; Manieri 1998, p. 185.

Il est tentant de voir l’ombre de Callisthène derrière le filon historiographique que dénonce Plutarque dans ce texte40. Les termes qu’il utilise pour caractériser les récits des historiographes d’Alexandre, récits suggestifs cherchant à étonner le lecteur par leur exagération (ὑπόθεσις γραφικὴ πρὸς ἔκπληξιν καὶ ὄγκον), évoquent la « suggestivité picturale » (γραφικὴ ἐνάργεια) propre, comme il le dit ailleurs, à Thucydide41, mais rappellent surtout que l’emphase (τὸ οἰδεImageν) est aussi, selon le pseudo-Longin42, l’un des défauts reprochés couramment à Callisthène. L’expression utilisée par Plutarque renvoie également à l’effet de stupeur (ἔκπληξις) produit par la φαντασία en poésie selon l’auteur du traité Du sublime, effet dont usent parfois les mauvais historiens dénoncés par Polybe43.

  • 44 Scheer 1993, p. 165, fait remarquer à juste titre que Strabon (14, 5 – 676C), citant la version so (...)

13Je plaiderai donc en faveur de l’hypothèse selon laquelle la légende clarienne de Mopsos a largement fait l’objet d’une réélaboration – certainement à partir d’un matériau hésiodique44 – à la fin du ive siècle av. J.-C. L’itinéraire de Calchas, puis de ses compagnons, sous la direction de Mopsos préfigurait et justifiait les conquêtes des Grecs en Asie. Si, comme je le suggérais un peu plus haut, l’histoire de la fuite de Manto avait été traitée par Théopompe, l’intérêt des milieux macédoniens pour ce cycle légendaire pourrait remonter à la cour de Philippe II, où s’était formé le projet de l’expédition menée par son successeur.

  • 45 Scheer 1993, p. 179, explique la version divergente d’Euphorion par les rivalités entre les sanctu (...)
  • 46 Voir les communications d’Évelyne Prioux et de Claude Pouzadoux dans le présent volume.

14Reste à présent à comprendre l’essentiel pour notre propos : pourquoi Euphorion de Chalcis aurait-il éprouvé le besoin de transférer à Grynium une légende dont les sources établissaient généralement la localisation à Claros45 ? Disons, pour commencer, que l’œuvre de Callisthène – si c’est bien d’elle que procèdent en partie les réécritures hellénistiques des légendes clariennes – empreinte de prodiges oraculaires, était susceptible d’attirer l’attention d’un poète visiblement intéressé par les questions de mantique46. Il est probable également que la joute des devins pouvait être considérée comme une métaphore des rivalités et des conflits esthétiques entre poètes. Il est donc possible qu’Euphorion ait traité le matériau mythologique en ce sens.

15Il convient de revenir au texte de Servius. Une première question se pose. Où s’arrête ce qui doit être attribué à Euphorion ? L’affaire est compliquée par le fait que le récit de la mort de Calchas intervient deux fois. Au rappel très bref de l’épreuve du figuier, connue par les autres sources, s’ajoute le texte plus développé du Seruius auctus qui rapporte l’anecdote de la vigne indûment plantée par Calchas et celle de sa mort dans un éclat de rire, variantes que ce texte est le seul à évoquer. Il serait tentant de penser que la version de Servius, tout en conservant la mémoire du rôle d’Euphorion dans l’élaboration des légendes de Grynium, résume les sources les plus nombreuses sur la nature de la joute, sources qui se rapportaient en fait à Claros. L’interpolateur pour sa part, citerait la version due à Euphorion, mais omettrait le nom du devin qu’affrontait Calchas. La notice du Seruius auctus confondrait donc deux sources distinctes, le poème d’Euphorion qui se rapportait à Grynium et les récits tirés d’autres sources, plus nombreuses, qui se rapportaient à Claros. Faut-il plutôt imaginer qu’Euphorion conciliait la légende clarienne et celle du Grynéion, en situant la mort de Calchas à Grynium et son tombeau à Claros ? Otto Immisch semblait bien rapporter à Euphorion le texte de l’interpolateur, car il voyait dans le traitement de la légende de Grynium une intention parodique de la part d’Euphorion, la mort de Calchas étouffé par son rire constituant une forme de dérision des morts héroïques. Enfin une dernière difficulté vient s’ajouter à toutes les autres : Servius connaît-il la légende par l’œuvre d’Euphorion elle-même ou par l’adaptation de Cornelius Gallus dont nous ignorons jusqu’à quel point elle était fidèle aux vers du poète de Chalcis, voire par l’intermédiaire de Varron, également cité dans la notice ?

  • 47 Suidae lexicon, 3801, s.v. Εὐφορίων (Adler, 2, p. 478-479) ; Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 1-5.

16Le peu que nous sachions sur la vie d’Euphorion vient du texte de la Souda. Le poète est présenté comme un protégé d’Antiochos III, préposé à une bibliothèque publique qui est peut-être celle d’Antioche la Grande47. Il est donc vraisemblable qu’une partie de l’œuvre d’Euphorion, poète de cour durant la dernière phase de sa vie, s’inscrivait dans le contexte troublé de la politique offensive du monarque séleucide.

  • 48 Scheer 1993, p. 110-152 ; Heres 1996, p. 85-106 ; Massa-Pairault 1998 ; Zagdoun 2008.
  • 49 Jacquemin 2008, p. 176 ; Fränkel 1895, no 324.
  • 50 Notamment Jacquemin et Laroche 1992 ; Jacquemin 2007, p. 108-111.

17Le sanctuaire d’Apollon à Grynium était situé, quant à lui, dans l’orbite du royaume attalide dont il était sans doute le principal centre oraculaire. Le texte de Servius en témoigne : Grynium est présenté comme une fondation du héros Grynus, fils d’Eurypyle, lui-même fils de Télèphe, secondé par Pergamus, descendant des Éacides. Il aurait fondé deux cités Grynium et Pergame. Les deux fondations sont donc étroitement liées par leur origine commune. On reconnaît là les cycles mythiques dont les Attalides s’étaient emparés48. Celui de Télèphe conférait aux habitants de Pergame une ascendance héracléenne et celui de Pergamos faisait remonter la fondation de la cité à Néoptolème, fils d’Achille. Dans la propagande des souverains de Pergame, les deux traditions coexistent grâce à « une sorte de dédoublement du fondateur mythique », pour reprendre l’expression d’Anne Jacquemin, dédoublement dont la notice de Servius semble chercher à faire la synthèse, comme le fait au iie siècle apr. J.-C. un oracle rendu aux Pergaméniens, qui les qualifie à la fois de Τηλεφίδαι et d’Αἰακίδης λαός49. Si à Pergame même la riche légende de Télèphe paraît avoir pris le dessus, à Delphes, l’appropriation par les Attalides du tombeau de Néoptolème montre que les ascendances achilléennes n’ont jamais été complètement oubliées50. La fondation de Grynium s’inscrit dans le cycle des descendants de Télèphe et occupe par conséquent une place notable dans le dispositif mythique attalide.

  • 51 Parke 1985, p. 173.
  • 52 Cités qu’Attale Ier avait autrefois enlevées à Antiochos Hiérax. La mort de Séleucos III, frère d’ (...)

18Faut-il alors penser que le transfert de la légende de Calchas à Grynium traduit la volonté des Attalides de capter à leur profit un nouveau cycle légendaire ? Faut-il croire, comme le suggère Herbert William Parke51, qu’Euphorion a pu œuvrer au service des Attalides avant de passer à celui d’Antiochos III ? En 218 av. J.-C., Attale Ier, profitant de la défaite d’Antiochos à Raphia, avait réussi à reprendre à Achaios de Sardes certaines cités d’Éolide, en particulier Myrina dont dépendait le sanctuaire de Grynium52. Rien, cependant, ne semble indiquer que les Attalides se sont intéressés au mythe du périple asiatique de Calchas ou à celui de sa rencontre avec Mopsos. Je serais plutôt enclin à penser que cette tradition légendaire servait davantage les desseins politiques d’Antiochos III.

  • 53 Gauthier 2003.
  • 54 Will 1979-1982, II, p. 65-69, 118-119.
  • 55 Will 1979-1982, II, p. 181-186.

19Entre les années 240 et 220 av. J.-C., le sanctuaire de Claros paraît avoir fait partie des possessions lagides, comme l’atteste une inscription de Colophon-sur-Mer en l’honneur de Sôsias, officier de Ptolémée Évergète53. Après sa glorieuse « Anabase » jusqu’en Inde (204-203 av. J.-C.), sur les traces d’Alexandre et de son ancêtre Séleucos Ier, Antiochos III conquiert la Cœlé-Syrie en 202-200 av. J.-C.54. À partir de 198 av. J.-C., le roi séleucide regarde du côté des territoires attalides. Au printemps 197, mettant à profit les désordres suscités par la guerre de Macédoine, Antiochos désormais appelé Mégas, s’empare des possessions côtières ptolémaïques, en particulier Colophon-sur-Mer, et fait d’Éphèse sa principale base portuaire55. Il poursuit ensuite ses conquêtes vers la Cilicie Plane et la Pamphylie. C’est dans ce contexte, me semble-t-il, qu’il paraît pertinent de situer une entreprise de « réactivation » des mythes clariens.

  • 56 Robert 1954, p. 13 (= OMS, VI, p. 533).

20La présence séleucide à Claros est bien attestée à cette date par une base portant une inscription en l’honneur d’Antiochos, fils d’Antiochos III, qui régna en association avec son père entre 209 et 193 av. J.-C.56. Le mythe clarien de Mopsos s’inscrit dans la geste de Calchas et d’Amphilochos. Ce « cycle » avait suscité, nous l’avons dit, l’intérêt des historiographes d’Alexandre, car il mettait en œuvre une géographie qui recoupait celle des conquêtes du souverain macédonien, notamment en direction de l’Anatolie méridionale et de la Cœlé-Syrie/Phénicie.

  • 57 Strabon, 14, 5, 16-17 – 676C.
  • 58 Strabon, 14, 5, 16 – 675C : « Certains auteurs en effet, et Sophocle tout le premier, ont transpor (...)
  • 59 Strabon, 14, 1, 27 – 642C-643C ; Scheer 1993, p. 168-174.
  • 60 Strabon, 14, 4, 3 – 668C.
  • 61 Des variantes citées par Strabon plaident en ce sens ; Strabon, 14, 5, 17 – 676C : « Au rapport d’ (...)
  • 62 Strabon, 14, 5, 17 – 676C.

21Un nouveau texte de Strabon confirme, je crois, cette hypothèse57. Le géographe évoque le destin d’Amphilochos et de Mopsos, qui auraient fondé ensemble la cité de Mallos en Cilicie Plane, et relève l’abondance des récits qui se rapportent aux deux personnages. Il revient ensuite sur la version sophocléenne qui plaçait l’épisode du duel en Pamphylie. Toutefois, selon Strabon, il faut comprendre que le poète parle de la Cilicie, où il situait le tombeau de Calchas58. La tradition rapportait, toujours selon Strabon, qu’Amphilochos et Mopsos étaient partis ensemble de Troie. Du reste, Strabon est en contradiction avec lui-même, puisqu’il dit ailleurs que Calchas, parti de Troie avec Amphilochos, avait rencontré Mopsos à Claros, ce qui semble indiquer que Mopsos n’était pas présent à Troie59. Après avoir fondé Mallos, Amphilochos serait reparti à Argos. Revenu par la suite à Mallos, il aurait affronté Mopsos et les deux héros auraient succombé au cours de la lutte. Malgré les hésitations de Strabon, qui connaissait visiblement plusieurs sources, on retrouve dans ce récit la trame que j’ai cru devoir attribuer à une réélaboration de Callisthène60 : la fondation de Mallos par les deux héros s’inscrit comme une étape dans une logique de conquête, qui, une fois franchi le Taurus sous la conduite de Mopsos, avait mené leurs compagnons jusqu’en Syrie et en Phénicie. Par conséquent, je crois que l’on peut retrouver dans la geste d’Amphilochos la trace de l’historiographie contemporaine d’Alexandre, ainsi d’ailleurs que la trame hésiodique qui a servi de matière première (Amphilochos, rappelons-le, était un descendant de Mélampous61). Strabon indique en effet qu’Alexandre, parvenu à Mallos après sa course miraculeuse sur la côte cilicienne, aurait rendu les honneurs funèbres à Amphilochos62 :

Juste au-dessus de la côte que nous venons de décrire, et parallèlement à sa direction générale, s’étend la plaine Aléienne, qui est le chemin que suivit Philotas pour amener à Alexandre sa cavalerie, pendant qu’Alexandre en personne, à la tête de la phalange, longeait la côte depuis Soli et traversait toute la Malleotide de manière à déboucher près d’Issos sur l’armée de Darius. Si ce qu’on dit est vrai, Alexandre aurait, lui aussi, rendu les honneurs funèbres à Amphilochos pour rappeler les liens qui, ainsi que ce héros, le rattachaient à Argos.

22Il se dessine donc un itinéraire cohérent jalonné par plusieurs héros, tous devins, Calchas, Mopsos, Amphilochos, qui semblaient avoir, en quelque sorte, ouvert la route à Alexandre. Claros constituait une étape : elle permettait d’intégrer au périple l’un des plus célèbres sanctuaires d’Apollon et de donner à Calchas un lieu prestigieux pour tombeau. Alexandre à son tour honorait le sanctuaire dont l’historiographie retenait qu’il avait joué un rôle dans la fondation de la nouvelle Smyrne.

  • 63 Tite-Live, 32, 8, 9-16. Sur la chronologie des faits et sur la réalité d’une invasion du royaume a (...)
  • 64 Une autre hypothèse est également possible : en 223 av. J.-C., Achaios de Sardes avait reconquis a (...)

23Il n’y aurait donc rien d’étonnant au fait qu’Antiochos III, avec l’aide de poètes tels qu’Euphorion, ait repris à son compte une trame mythologique dont les historiens d’Alexandre s’étaient déjà servis pour légitimer les conquêtes du Macédonien. Antiochos ne venait-il pas de mettre ses pas dans ceux d’Alexandre ? Ne s’apprêtait-il pas en se dirigeant vers la Cilicie, la Pamphylie, la Cœlé-Syrie/Phénicie à reproduire le parcours des compagnons d’Amphilochos et de Mopsos ? Mais, pourquoi, dans ces conditions, Euphorion aurait-il préféré Grynium à Claros ? En 199-198 av. J.-C., le souverain séleucide préparait la campagne qui devait conduire ses armées jusqu’en Thrace. Au passage, il comptait bien reprendre aux Attalides les territoires qu’ils avaient soumis en 218 av. J.-C.63. Myrina en faisait partie et, à ce titre, le transfert d’une partie des légendes clariennes vers Grynium exprimait peut-être les revendications d’Antiochos sur un autre grand sanctuaire oraculaire d’Asie Mineure64. Cette intégration de Grynium dans le cycle de Calchas-Mopsos avait d’autant plus de valeur que les Attalides en avaient fait un lieu fondateur de leur dynastie.

  • 65 Les repères chronologiques fournis par la Souda pour la date de naissance d’Euphorion sont contrad (...)

24On ne peut nier que cette hypothèse se heurte à une difficulté majeure : l’âge avancé du poète à l’époque où je propose de situer son intervention auprès d’Antiochos III65. En tout état de cause, la citation de Servius dont nous sommes partis, aussi ténue soit-elle, permet d’entrevoir combien fut complexe et plastique la réécriture des mythes dans un contexte de grande instabilité et de violentes tensions politiques et comment les rivalités des cours hellénistiques purent se traduire par une « guerre des mythes », guerre où les hommes de culture, comme Euphorion, ont eu un rôle dont nous ne mesurons peut-être pas encore complètement la portée.

Bibliography

Références bibliographiques

Acosta-Hughes et Cusset 2012 : B. Acosta-Hughes et C. Cusset (éd.), Euphorion. Œuvre poétique et autres fragments, Paris, 2012.

Aly 1956 : W. Aly, De Strabonis codice rescripto, Cité du Vatican, 1956.

Bernabé 1987 : A. Bernabé, Poetarum epicorum Graecorum testimonia et fragmenta, 1, Leipzig, 1987 (coll. Teubner).

Camassa 1980 : G. Camassa, Calcante a Gryneion e i Misi καπνοβάται, La parola del passato, 35, 1980, p. 256-261.

Davies 1988 : M. Davies, Epicorum Graecorum fragmenta, Göttingen, 1988.

Fränkel 1895 : M. Fränkel, Die Inschriften von Pergamon. Römische Zeit, Berlin, 1895.

Gauthier 2003 : P. Gauthier, Deux décrets hellénistiques de Colophon-sur-Mer, Revue des études grecques, 116, 2003, p. 470-485.

Graf 1993 : F. Graf, Bois sacrés et oracles. Quelques exemples de l’Asie Mineure Occidentale, dans O. de Cazanove et J. Scheid (dir.), Les bois sacrés. Actes du colloque international (Naples, 23-25 novembre 1989), Naples, 1993, p. 23-29.

Heres 1996 : H. Heres, Il mito di Telefo a Pergamo, dans L’altare di Pergamo. Il fregio di Telefo, Catalogue de l’exposition, Rome, 1996, p. 85-106.

Immisch 1890 : O. Immisch, Klaros, Jahrb. für Philologie und Pädagogik, suppl. 17, 2, 1890, p. 125-210.

Jacquemin 2007 : A. Jacquemin, Étoliens, Antigonides et Attalides à Delphes. De l’utilité de l’histoire et du mythe quand il s’agit d’occuper l’espace et d’affirmer son pouvoir, dans F.-H. Massa-Pairault et G. Sauron (dir.), Images et modernité hellénistiques. Appropriation et représentation du monde d’Alexandre à César, Rome, 2007, p. 103-111.

Jacquemin 2008 : A. Jacquemin, De Pergame à Delphes : Andromaque et ses amants, dans Kohl 2008, p. 171-188.

Jacquemin et Laroche 1992 : A. Jacquemin et D. Laroche, La terrasse d’Attale revisitée, Bulletin de correspondance hellénique, 116, 1992, p. 229-258.

Kohl 2008 : M. Kohl (dir.), Pergame. Histoire et archéologie d’un centre urbain depuis les origines jusqu’à la fin de l’Antiquité (XXIIIe Colloque international Halma – UMR 8142, 8-9 décembre 2000), Lille, 2008.

La Genière 1998 : J. de La Genière, Claros. Bilan provisoire de dix campagnes de fouilles, Revue des études anciennes, 100, 1-2, 1998, p. 235-268.

La Penna 1960 : A. La Penna, Esiodo nella cultura e nella poesia di Virgilio, dans Hésiode et son influence, Vandœuvres-Genève, 1960, p. 213-270.

Ma 2004 : J. Ma, Antiochos III et les cités de l’Asie Mineure occidentale, trad. fr., Paris, 2004.

Manieri 1998 : A. Manieri, L’immagine poetica nella teoria degli antichi. Phantasia ed enargeia, Pise-Rome, 1998.

Massa-Pairault 1998 : F. Massa-Pairault, Examen de la frise de Télèphe, Ostraka, 7, 1998, p. 93-157.

Merkelbach et West 1967 : R. Merkelbach et M. West, Fragmenta Hesiodea, Oxford, 1967.

Momigliano 1934 : A. Momigliano, Manto e l’oracolo di Apollo clario, Rivista di filologia e di istruzione classica, 12, 3, 1934 p. 313-321 (= Quinto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1975, p. 403-408).

Nicastri 1990 : L. Nicastri, Cornelio Gallo e l’elegia ellenistico-romana, 2e éd., Salerne, 2002.

Parke 1985 : H. W. Parke, Oracles of Apollo in Asia Minor, Worcester, 1985.

Pédech 1974 : P. Pédech, Strabon historien d’Alexandre, Grazer Beiträge, 2, 1974, p. 129-145.

Pédech 1984 : P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène, Onésicrite, Néarque, Ptolémée, Aristobule, Paris, 1984.

Picard 1922 : C. Picard, Éphèse et Claros. Recherches sur les sanctuaires et les cultes de l’Ionie du nord, Paris, 1922.

Prandi 1985 : L. Prandi, Callistene. Uno storico tra Aristotele e i re macedoni, Milan, 1985.

Prinz 1979 : F. Prinz, Gründungsmythen und Sagenchronologie, Munich, 1979.

Pugliese Carratelli 1971 : G. Pugliese Carratelli, Dalle odysseiai alle apoikiai, La parola del passato, 26, 1971, p. 393-417 (= Tra Cadmo e Orfeo. Contributi alla storia civile e religiosa dei Greci d’Occidente, Bologne, 1990, p. 85-111).

Radt 2009 : S. Radt, Strabons Geographika, 8 (XIV-XVII), Göttingen, 2009.

Ragone 1990 : G. Ragone, Il tempio di Apollo Gryneios in Eolide. Testimonianze antiquarie, fonti antiche, elementi per la ricerca topografica, dans B. Virgilio (dir.), Studi ellenistici III, Pise, 1990, p. 9-112.

Robert 1954 : L. Robert, Les fouilles de Claros. Conférence donnée à l’université d’Ankara le 26 octobre 1953, Limoges, 1954 (= Opera minora selecta. Épigraphie et antiquités grecques, VI, Amsterdam, 1989, p. 523-549).

Roscher 1894-1897 : W. H. Roscher, Ausführliches Lexikon der griechischen Mythologie, II, 2, Leipzig, 1894-1897.

Schachermeyr 1982 : F. Schachermeyr, Die ägäische Frühzeit, 5. Die Levante im Zeitalter der Wanderungen, Vienne, 1982.

Scheer 1993 : T. S. Scheer, Mythische Vorväter. Zur Bedeutung griechischer Heroenmythen im Selbstverständnis kleinasiatischer Städte, Munich, 1993.

Schmitt 1964 : H. H. Schmitt, Untersuchungen zur Geschichte Antiochos des Grossen und seiner Zeit, Wiesbaden, 1964.

Schwartz 1900 : E. Schwartz, Kallisthenes Hellenika, Hermes, 35, 1900, p. 106-130.

Schwartz 1943 : E. Schwartz, Fünf Vorträge über den griechischen Roman, 2e éd., Berlin, 1943.

Schwartz 1960 : J. Schwartz, Pseudo-Hesiodeia. Recherches sur la composition, la diffusion et la disparition ancienne d’œuvres attribuées à Hésiode, Leyde, 1960.

Talamo 2003 : C. Talamo, Testimonia, dans J. de La Genière et V. Jolivet (dir.), Cahiers de Claros II. L’aire des sacrifices, Paris, 2003, p. 219-244.

Tarn 1948 : W. W. Tarn, Alexander the Great, 2, Cambridge, 1948.

Van Groningen 1977 : B. A. Van Groningen, Euphorion. Les témoignages. Les fragments. Le poète et son œuvre, Amsterdam, 1977.

West 1972 : M. West, Iambi et Elegi Graeci, 2, Oxford, 1972.

Will 1979-1982 : É. Will, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), 2 vol., Nancy, 1979-1982.

Zagdoun 2008 : M.-A. Zagdoun, La version pergaménienne de la légende de Télèphe, dans Kohl 2008, p. 189-202.

Zangara 2007 : A. Zangara, Voir l’histoire. Théories anciennes du récit historique, Paris, 2007.

Ziegler 1998 : R. Ziegler, Alexander der Grosse als Städtergründer, Fiktion und Realität, dans P. Ulrike (dir.), Stephanos nomismatikos, Berlin, 1998, p. 679-697.

Notes

1 Chez Virgile (Ecl., 6, 64-73), la mention de l’origo Grynei nemoris est appelée par un emboîtement complexe de références littéraires : Tityre, auquel Apollon a interdit d’aborder la poésie épique, évoque le chant de Silène. Ce dernier, parmi de nombreux sujets, fait allusion à la poésie de Gallus auquel Linus lui-même avait conseillé de s’inspirer de l’œuvre d’Hésiode pour chanter en l’honneur d’Apollon l’origine du bois de Grynium. C’est le commentaire de Servius qui établit le lien entre l’œuvre de Gallus et celle d’Euphorion, auteur d’un ouvrage sur Hésiode. Voir notamment La Penna 1960, p. 215 ; Nicastri 1990, p. 95-96 n. 212.

2 Voir l’édition récente : Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. XIV-XV.

3 Hésiode, fr. 278 Merkelbach et West ; Schol. Od., 13, 259 ; Lycophron, Alex., 424-430 ; Strabon, 14, 3 – 668C ; 14, 27 – 642-643C ; Conon, Narrat., VI (= Photius, Bibl., 186), in Jacoby, FGH, I A, p. 192, no 26). Voir Talamo 2003, p. 220.

4 Voir les travaux anciens : Immisch 1890, p. 147 ; RE, XI, 1, 1921, p. 552-553, s.v. Klaros (L. Büchner) ; Picard 1922, p. 412-423. Voir également Schachermeyr 1982, p. 313. Parmi les études récentes, il faut citer La Genière 1998, p. 250-252 ; Scheer 1993, p. 154-162 : l’auteur s’attache d’abord à dénombrer les différentes figures mythiques connues sous le nom de Mopsos, dont il n’est pas toujours aisé de déterminer si elles doivent ou non être confondues.

5 Servius, In Verg. Buc., 6, 72 Thilo :
Grynei nemoris dicatvr origo
Gryneum nemus est in finibus Ioniis, Apollini a Gryno filio consecratum : uel a Grynio, Moesiae ciuitate, ubi est locus arboribus multis iucundus, gramine, floribusque uariis omni tempore uestitus, abundans etiam fontibus. Quae ciuitas nomen accepit a Gryno, Eurypyli filio, qui regnauit in Moesia, qui aduersus Troianos Graecis auxilium tulit : Eurypylus namque filius Telephi, Herculis et Auges filii, ex Astyoche, Laomedontis filia, fuit, qui Grynum procreauit. Is cum patris occupasset imperium et bello a finitimis temptaretur, Pergamum, Neoptolemi et Andromaches filium, ad auxilium de Epiro prouocauit : a quo defensus, uictor duas urbes condidit, unam Pergamum de nomine Pergami, alteram Grynium ex responso Apollinis. In hoc nemore Calchantem uites serentem quidam augur uicinus praeteriens dixit errare : non enim fas esse nouum uinum inde gustare. At is opere absoluto uindemiaque facta cum ad cenam uicinos eumque ipsum augurem inuitasset, protulit uinum, et cum diis libare in focum uellet, dixit se non solum poturum, sed etiam diis daturum et conuiuis ; cui ille eadem, quae ante, respondit. Ob hoc deridens eum Calchas adeo ridere coepit, ut repente intercluso spiritu poculum abiceret. Varro ait, uincla detrahi solita, id est compedes catenasque et alia, qui intrarunt in Apollinis Grynei lucum, et fixa arboribus. In quo luco aliquando Calchas et Mopsus dicuntur de peritia diuinandi inter se habuisse certamen, et cum de pomorum arboris cuiusdam contenderent numero, stetit gloria Mopso ; cuius rei dolore Calchas interiit. Hoc autem Euphorionis continent carmina, quae Gallus transtulit in sermonem Latinum : unde est illud in fine, ubi Gallus loquitur « ibo et Chalcidico quae sunt mihi condita uersu/carmina » ; nam Chalcis ciuitas est Euboeae, de qua fuerat Euphorion.
Voir Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 186-187, no 126 (avec le renvoi aux éditions antérieures des fragments d’Euphorion).

6 La confusion entre Mysie et Mésie peut venir de la légende de Télèphe citée dans la suite du texte. La légende de la mort de Calchas à la suite de son sacrilège comme celle de la fondation de la cité de Grynium par Grynus allié à Télèphe semblent faire partie des traditions propres au sanctuaire de Grynium. Or, Télèphe roi de Mysie se refugie en Mésie après avoir été guéri par la lance d’Achille et avoir guidé les Grecs jusqu’à Troie (Hygin, Fab., 101). Toutefois cette confusion est récurrente chez Servius (Verg. Georg, I, 102 ; Verg. Ecl., 6, 43) : Ragone 1990, p. 52 ; l’oscillation entre Mysie et Mésie est justifiée par Camassa 1980, p. 259, qui suit Pugliese Carratelli 1971.

7 Athénée, Deipn., 4, 149d. Voir en particulier les traditions qui se rapportent à une Amazone du nom de Grynè outragée par Apollon : Servius, Ad. Aen., 4, 345. Parke 1985, p. 174, attribue cette légende à Euphorion.

8 Ragone 1990, p. 61-62, n. 123. Pour Claros : Élien, N.A., 10, 49 (citant Nicandre, fr. 31 Schneider), voir Talamo 2003, p. 223, no 12. Sur les caractères communs aux bois sacrés d’Asie Mineure : Graf 1993.

9 Schol. Bern., Verg. Ecl. VI, 72 Hagen : <Grynei> : mons Colophoniae, sacer Apollini in quo ei modulabatur. <His tibi Grynei nemoris dicatur origo> : idest his calamis a te canatur origo Grynei nemoris. Gryneum nemus in monte est Colophoniae Apollini sacrum.

10 Strabon, 14, 27 – 642-643C : « Les points remarquables que la côte présente ensuite sont le mont Gallesios, Colophon, l’une des douze villes ioniennes, et, en avant de Colophon, le bois sacré d’Apollon Clarios, siège d’un oracle fort ancien. On raconte que le devin Calchas, comme il revenait de Troie par terre en compagnie d’Amphilochos, fils d’Amphiaraos, s’avança jusqu’ici, et qu’ayant trouvé à Claros, dans la personne de Mopsos, fils de Manto, fille elle-même de Tirésias, un devin plus habile que lui, il en mourut de chagrin. Voici, autant qu’il m’en souvient, comment Hésiode arrange cette scène empruntée au mythe. Calchas a proposé à Mopsos un problème conçu à peu près en ces termes : “Une chose m’étonne et pique ma curiosité, tu vois ce figuier si chargé de fruits, tout petit qu’il est : pourrais-tu me dire le nombre de figues ?” À quoi Mopsos a répondu : “Elles sont au nombre de dix mille et mesurent juste un médimne, mais il en reste une en plus qu’avec tout ton art tu ne saurais y faire entrer.” Ainsi a parlé Mopsos, et la solution, vérifiée, s’est trouvée juste tant pour le nombre que pour la mesure. Aussitôt le sommeil de la mort comme un nuage enveloppe Calchas et lui ferme les yeux. Phérécyde, lui, prétend que, dans la question posée par Calchas, il s’agissait d’une truie pleine et du nombre des petits qu’elle portait ; qu’à cette question Mopsos avait répondu “trois, deux mâles et une femelle”, que sa réponse s’était trouvée vraie et que Calchas en était mort de dépit. Suivant d’autres, Calchas aurait proposé la question de la truie, et Mopsos celle du figuier ; la réponse de Mopsos aurait été reconnue exacte, mais non celle de Calchas, qui, de dépit, serait mort sur l’heure, réalisant ainsi un oracle rendu anciennement. Ledit oracle est rapporté par Sophocle dans la Revendication d’Hélène, il annonçait à Calchas que sa destinée était de mourir quand il aurait trouvé son maître dans l’art de la divination. Ajoutons que Sophocle transporte en Cilicie la lutte des deux devins et la mort de Calchas ». J’ai emprunté les traductions de Strabon, en les modifiant, à l’édition d’A. Tardieu (Paris, 1890).

11 Merkelbach et West 1967, p. 137-138, nos 278-279. Discussions dans Schwartz 1960, p. 220-228. Il n’est pas étonnant que le récit de la victoire de Mopsos sur Calchas ait été rattaché à l’œuvre du poète béotien Hésiode. En effet, le triomphe de Mopsos, fils de Manto, elle-même fille de Tirésias, descendant des Spartoi, consacrait la suprématie du cycle thébain sur le cycle troyen représenté par Calchas.

12 Scheer 1993, p. 162.

13 Suidae lexicon, 3801, s.v. Eὐφορίων (Adler, 2, p. 478-479) ; Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 64-67.

14 D’après la Bibliothèque d’Apollodore (6, 2) le tombeau de Calchas était à Colophon ; les deux épreuves (les figues et la truie) se retrouvent dans le texte, qui diverge des versions citées par Strabon sur plusieurs points : le nombre des compagnons de Tirésias, le fait que Mopsos est dit fils d’Apollon et de Manto, et le caractère plus développé que chez Strabon du récit concernant l’épreuve de la truie.

15 La double épreuve apparaît bien chez Lycophron (Alex., 424-430) ; celle des fruits du figuier est proposée par Calchas ; on déduit du texte que l’autre, celle de la truie, qui entraîne sa mort, est imaginée par son rival.

16 Sur l’identification de la Pamphylie avec la Cilicie, Strabon, 14, 5 – 676C. Strabon attribue aussi à Sophocle la mention d’un oracle qui annonçait que la mort de Calchas surviendrait lorsqu’il aurait été surpassé par un autre devin. Cette explication de la mort de Calchas se déduit, me semble-t-il, du texte d’Hésiode tel qu’il est résumé par Strabon. En effet, la raison de la mort semble naturelle et non la conséquence d’une cause « psychologique » (le dépit), comme chez Phérécyde.

17 L’attribution de la légende clarienne à une source colophonienne archaïque (un poète épique) antérieure à Hésiode demeure une hypothèse hasardeuse, comme l’admet Scheer 1993, p. 177.

18 Lycophron, Alex., 424-430 : « Et trois mouettes des mers seront mises au tombeau / dans les vallons du Kerkaphos, non loin des eaux de l’Aleis ; / le premier, cygne de Molossos Kypéen Koïtos, / plongé dans l’erreur sur les petits de la truie / lorsqu’il aura dans le subtil concours des figues sauvages attiré / son rival, lui-même, selon les prédictions, / pris en défaut, s’endormira de sa fin marquée » (trad. A. Hurst, CUF). Le poète emprunte à Sophocle le thème de l’oracle qui avait annoncé la fin de Calchas. Je ne reviendrai pas ici sur la question de l’héroon de Calchas en Daunie (Lycophron, Alex., 1047-1048) : voir notamment Pugliese Carratelli 1971, p. 106-107.

19 Strabon, 14, 4, 3 – 668C.

20 Hérodote, 7, 91 ; Scheer 1993, p. 164.

21 Lycophron, Alex., 439-442.

22 La référence de Strabon à sa source (Callinos ou, plus vraisemblablement, Callisthène) est trop allusive pour que l’on puisse affirmer, comme le fait Scheer 1993, p. 164-165, n. 75, que celle-ci se limitait à signaler la mort de Calchas à Claros sans connaître l’épisode de la joute des devins.

23 Radt 2009, p. 110-111 ; l’attribution du passage à Callinos était également rejetée par West 1972, p. 50 ; Aly 1956, p. 111.

24 La question n’est pas tranchée dans Scheer 1993, p. 164-165, n. 75, et p. 177.

25 La mention de la venue de Calchas à Colophon en compagnie de Léontée et de Polypoetès pour inhumer Tirésias est attribuée aux Nostoi (Hagias) par Proclus, Chrest., 277 Seve (Bernabé 1987, p. 94 ; Davies 1988, p. 67) ; voir Talamo 2003, p. 243, no 84.

26 La question de l’ancienneté de la présence du personnage de Mopsos en Asie Mineure est également très discutée. Pugliese Carratelli 1971 cherche à démontrer que la légende laisse transparaître les traces d’une présence mycénienne en Anatolie ; Scheer 1993, p. 170-171.

27 Momigliano 1934.

28 Schol. Apoll. Rhod. I, 308 Wendel ; Théopompe in Jacoby, FGH, III B, p. 608, no 115 (346) ; voir Talamo 2003, p. 224, no 15.

29 Pausanias, 7, 5, 1-3.

30 Tarn 1948, p. 356-357 ; Ziegler 1998. Voir également, sur le rôle de Callisthène, Pédech 1984, p. 54-57. Parke 1985, p. 127, attribue à Antigone plutôt qu’à Alexandre la fondation de la nouvelle Smyrne.

31 Strabon, 14, 1, 5 – 634C. Parke 1985, p. 33-43.

32 Sur Strabon, source de l’histoire d’Alexandre, voir Pédech 1974.

33 Strabon, 17, 1, 43 – 814C.

34 Tarn 1948, p. 272-276 ; Parke 1985, p. 39.

35 Strabon, 11, 11, 4 – 517C ; Diodore, 16, sommaire 20 ; Quinte-Curce, 7, 5, 28-35 ; Plutarque, Mor., 12, 557C (Sur les délais de la justice divine).

36 Inédit : inv. 4380 (musée de Smyrne).

37 Roscher 1894-1897, p. 3207-3210, s.v. Mopsos, p. 2326-2329, s.v. Manto ; Prinz 1979, p. 20.

38 Sur les antécédents tragiques de cette tradition liant Mopsos et Amphilochos à la Pamphylie, Scheer 1993, p. 168-173.

39 Plutarque, Alex., 17, 1-6 (trad. R. Flacelière, CUF). Tout caractère merveilleux est absent du récit d’Arrien, Anab., 1, 24, 3.

40 Prandi 1985. Voir aussi les études constestées de Schwartz 1900 ; 1943, p. 123.

41 Plutarque, Mor., 347b-c (La gloire des Athéniens) ; la traduction « suggestivité picturale » est empruntée à F. Frazier (CUF) ; voir notamment Zangara 2007, p. 66-67 et 70-78.

42 Pseudo-Longin, Subl., 3, 2-3.

43 Pseudo-Longin, Subl., 15, 2 ; voir par exemple Polybe, 10, 27, 8 ; Manieri 1998, p. 185.

44 Scheer 1993, p. 165, fait remarquer à juste titre que Strabon (14, 5 – 676C), citant la version sophocléenne de la légende de la lutte des devins, utilise le verbe μεταφέρω pour indiquer que l’auteur plaçait l’épisode en Cilicie. Le terme pourrait laisser supposer que Sophocle modifiait une tradition antérieure, qui serait en l’occurrence la tradition hésiodique. Toutefois le texte de Strabon attribue cette localisation divergente à divers auteurs, parmi lesquels Sophocle (ταύτην τε γὰρ τὴν ἔριν μεταφέρουσιν ἔνιοι, καθάπερ καὶ ΣοφοκλImageς, εἰς τὴν Κιλικίαν). C’est donc peut-être moins à la tradition antérieure à Sophocle que fait référence le géographe qu’à la version de la légende la mieux établie de son temps.

45 Scheer 1993, p. 179, explique la version divergente d’Euphorion par les rivalités entre les sanctuaires oraculaires d’Asie Mineure à l’époque hellénistique et par le désir de « flatter » les Attalides, protecteurs du sanctuaire du Grynéion.

46 Voir les communications d’Évelyne Prioux et de Claude Pouzadoux dans le présent volume.

47 Suidae lexicon, 3801, s.v. Εὐφορίων (Adler, 2, p. 478-479) ; Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 1-5.

48 Scheer 1993, p. 110-152 ; Heres 1996, p. 85-106 ; Massa-Pairault 1998 ; Zagdoun 2008.

49 Jacquemin 2008, p. 176 ; Fränkel 1895, no 324.

50 Notamment Jacquemin et Laroche 1992 ; Jacquemin 2007, p. 108-111.

51 Parke 1985, p. 173.

52 Cités qu’Attale Ier avait autrefois enlevées à Antiochos Hiérax. La mort de Séleucos III, frère d’Antiochos III, en 223 av. J.-C., lors de la campagne au cours de laquelle il avait tenté de reconquérir les territoires soumis à Attale, confirma la domination attalide en Asie Mineure. Cette domination dura jusqu’en 222-220, date à laquelle l’usurpateur Achaios refoula Attale à Pergame : Will 1979-1982, I, p. 296-301, 313-314 ; II, p. 23-26, 47-48.

53 Gauthier 2003.

54 Will 1979-1982, II, p. 65-69, 118-119.

55 Will 1979-1982, II, p. 181-186.

56 Robert 1954, p. 13 (= OMS, VI, p. 533).

57 Strabon, 14, 5, 16-17 – 676C.

58 Strabon, 14, 5, 16 – 675C : « Certains auteurs en effet, et Sophocle tout le premier, ont transporté la scène de ce défi en Cilicie. Seulement Sophocle use ici d’une licence commune à tous les poèmes tragiques, et, de même qu’il désigne ailleurs la Lycie par le nom de la Carie, la Troade et la Lydie par le nom de la Phrygie, c’est par le nom de Pamphylie qu’en cette circonstance il désigne la Cilicie. »

59 Strabon, 14, 1, 27 – 642C-643C ; Scheer 1993, p. 168-174.

60 Strabon, 14, 4, 3 – 668C.

61 Des variantes citées par Strabon plaident en ce sens ; Strabon, 14, 5, 17 – 676C : « Au rapport d’Hésiode, c’est à Soli et de la main d’Apollon que serait mort Amphilochos ; suivant d’autres, c’est la plaine Aléienne qui aurait vu succomber ce héros ; d’autres enfin le conduisent jusqu’en Syrie, après que sa querelle avec Mopsos l’eut chassé d’Aléium, et c’est en Syrie qu’ils le font mourir. »

62 Strabon, 14, 5, 17 – 676C.

63 Tite-Live, 32, 8, 9-16. Sur la chronologie des faits et sur la réalité d’une invasion du royaume attalide par les armées d’Antiochos, voir Schmitt 1964, p. 274, et, en dernier lieu, Ma 2004, p. 225-227.

64 Une autre hypothèse est également possible : en 223 av. J.-C., Achaios de Sardes avait reconquis au profit d’Antiochos III de vastes territoires en Asie Mineure cistaurique, notamment Colophon et Myrina, et avait ainsi repoussé la pression exercée par Attale Ier (Polybe, 4, 48, 2 ; 11) ; voir Schmitt 1964, p. 109-111 ; Ma 2004, p. 45. Dans ce contexte, il aurait été logique de chercher à établir un lien mythique entre les deux grands sanctuaires de Claros et de Grynium qui revenaient tous les deux dans l’orbite des Séleucides. Cette hypothèse a le mérite d’être davantage conciliable avec la chronologie de la vie d’Euphorion. Toutefois, le lien que j’ai cru devoir établir entre la geste de Mopsos et la conquête de la Cilicie, de la Pamphylie et de la Cœlé-Syrie par Antiochos III me paraît faire pencher en faveur d’un rapprochement avec les événements postérieurs à 200 av. J.-C. et plus particulièrement avec les visées du roi en 198 av. J.-C.

65 Les repères chronologiques fournis par la Souda pour la date de naissance d’Euphorion sont contradictoires : la 126e olympiade (272-268 av. J.-C.) et la défaite de Pyrrhus face aux Romains (275 av. J.-C., s’il s’agit bien de la bataille de Bénévent). Si l’on retient la date de 268 av. J.-C., Euphorion aurait eu 70 ans en 198 av. J.-C. ; s’il faut partir de la date haute, il aurait eu 77 ans : Van Groningen 1977.

Author

Université Bordeaux 3 – Montaigne CLARE (EA 4593).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540