Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Euphorion et les mythes

 | 
Christophe Cusset
, 
Évelyne Prioux
, 
Hamidou Richer

Euphorion, entre Attique, Eubée, Béotie et Corinthie

Des couronnes pour Mélicerte

Noëlle Icard et Anne-Violaine Szabados

Résumé

Quelques lignes d’Euphorion évoquent la découverte du corps de Mélicerte sur le rivage de l’Isthme de Corinthe et mettent cet événement en rapport avec la confection des couronnes remises aux vainqueurs des Isthmia. Elles rapportent qu’elles furent composées de pin, en souvenir des branches sur lequel l’enfant mort fut déposé, puis d’ache, après qu’Héraclès eut tué le lion de Némée. Plutarque utilise ces vers du poète hellénistique dans un de ses Propos de Table, qui traite du problème des couronnes de l’Isthme : la couronne de pin, puis d’ache, était à son époque à nouveau de pin. Ce deuxième changement de végétal s’inscrit dans le contexte spécifique de l’histoire de la colonie romaine de Corinthe, à un moment où le culte de Mélicerte/Palémon connaît un développement particulier.
Dans cet article, en étudiant conjointement les témoignages littéraires, les représentations figurées et les résultats des fouilles, nous tentons d’expliquer ces changements de végétal, exceptionnels pour l’objet emblématique qu’est la couronne agonistique.

Texte intégral

Κλαίοντες δέ τε κοImage 100000000000000B0000000F119FA174A9242359.jpgρον ἐπ’ ἀγχιάλοις πιτύεσσι
κάτθεσαν, ὁκκόθε δὴ στέφανον ἄθλοις φορέοντο·
οὐ γάρ πω τρηχεImage 10000000000000080000000FF85D087D9F3026A4.jpgα λαβὴ καταμήσατο χειρImage 100000000000000C0000000F9E4F92A495BA4A2F.jpgν
Μήνης παImage 10000000000000080000000FF85D087D9F3026A4.jpgδα χάρωνα παρ’ ἈσωποImage 100000000000000B0000000F119FA174A9242359.jpg γενετείρῃ,
ἐξότε πυκνὰ σέλινα κατὰ κροτάφων ἐβάλοντο.

  • 1 Euphorion, Dionysos, 18 (= fr. 84 Powell), trad. C. Cusset, texte no 30404 dans CALLYTHEA [en ligne (...)

Et aussi, éplorés, ils déposèrent le jeune homme sur la grève, sur des branches de pins. C’est de là qu’on prit l’habitude de porter une couronne dans les jeux. En effet, la dure prise des mains n’avait pas encore anéanti auprès de la fille d’Asopos le fils de Lune aux yeux brillants. À partir là, ils se couronnèrent les tempes avec de l’ache dense1.

  • 2 Plutarque, Propos de table, V, 3, 676f-677a (Œuvres morales, IX, Paris, CUF, 1978, trad. F. Fuhrman (...)
  • 3 Pour l’identification botanique du sélinon, cf. Andrews 1949.

1Ces quelques lignes d’Euphorion citées par Plutarque dans l’un de ses Propos de Table évoquent la découverte du corps du jeune Mélicerte, déposé sur des branches de pin sur le rivage de l’Isthme de Corinthe2. En mémoire de ce geste, les couronnes des jeux de l’Isthme étaient faites de cet arbre mais plus tard, après qu’Héraclès eut tué le lion de Némée, elles furent de sélinon. C’était de cette plante en laquelle on reconnaît l’ache, une sorte de céleri sauvage, que les couronnes remises aux vainqueurs des jeux néméens étaient composées3. Plutarque cite ces vers dans un discours qui traite du pin, arbre consacré à Poséidon et à Dionysos, et des couronnes de jeux de l’Isthme qui auraient été confectionnées avec du pin, puis du sélinon, puis à nouveau du pin. Il les utilise pour justifier l’ancienneté, à l’Isthme, de l’emploi du pin qui était à nouveau en usage à son époque.

2Le changement de végétal est exceptionnel pour ce type d’objet emblématique, porté par les vainqueurs à des jeux aussi bien que par les officiants et les magistrats, associé à la notion de victoire et chargé d’une qualité ou d’une fonction religieuse. Les victimes offertes aux dieux devaient elles aussi être couronnées. Plusieurs explications sont possibles pour justifier ce fait inhabituel, qui pourrait être mis en rapport avec l’histoire du sanctuaire, celle des jeux de l’Isthme et avec la place que Mélicerte y tenait.

  • 4 Entre Corinthe et Mégare. Cf. Pausanias, I, 44, 7-8.
  • 5 La première source qui décrit le dauphin apportant le corps est une scholie à Pindare, Isthmiques ((...)
  • 6 Euripide (Iphigénie en Tauride, v. 270-271) confirme le pouvoir de Palémon en tant que divinité mar (...)

3Le premier point évoqué par Euphorion est la découverte du corps du jeune Mélicerte, fils du roi d’Orchomène Athamas et de sa deuxième épouse Ino. Un jour Athamas, soit parce qu’il avait été rendu fou par Héra qui ne pardonnait pas au couple d’avoir recueilli le petit Dionysos, né des amours de Zeus et de Sémélé, la sœur d’Ino, soit parce qu’il reprochait à son épouse d’avoir tenté de causer la mort de Phrixos et Hellé, ses enfants d’un premier lit, tue leur fils aîné, Léarchos, tandis qu’Ino s’enfuit avec le cadet, Mélicerte. Elle parvient en Mégaride où elle se jette dans les flots du haut du rocher de Molouris4, avec l’enfant déjà mort, ou encore vivant. L’élément constant de cette légende aux variantes nombreuses est le saut dans la mer et la divinisation qui en résulte pour l’enfant et sa mère. Accueillie par les Néréides, Ino devient la déesse Leucothéa et Mélicerte, dont un dauphin aurait rapporté le corps à l’Isthme5, prend le nom de Palémon. Mélicerte/Palémon est à la fois un dieu protecteur des marins6 et le héros enfant mort en mer pour lequel des jeux sont créés.

  • 7 Genève, coll. privée. Vers 340-330 av. J.-C. Chamay et Cambitoglou 1980, pl. 13-14 ; Aellen, Chamay (...)
  • 8 Apollodore, Bibliothèque, 3, 4, 3 ; Nonnos, Dionysiaques, X, 50-62.
  • 9 Carpenter 2000, p. 56-58.
  • 10 Domitien, Marc Aurèle et Septime Sévère ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. B xix-xxiv ; BMC Corin (...)

4Un cratère en cloche apulien très fragmentaire attribué au Peintre de Darius évoque la fin de Mélicerte7. Au registre inférieur, un vieil homme, probablement un pédagogue, tend la main vers Athamas (désigné par une inscription fragmentaire : ΑΘΑ) dont l’air égaré et la chlamyde qui flotte au vent expriment la folie meurtrière. Malheureusement les personnages menacés, probablement Ino et l’un de ses enfants, ou les deux, ne sont pas conservés. Au registre supérieur, Poséidon et Amphitrite (désignée par une inscription), qui tient une couronne, sont assis, tournés l’un vers l’autre. Entre eux se distingue le groupe très lacunaire d’une Néréide chevauchant un monstre marin. Ces divinités marines personnifient la mer près de laquelle le drame se déroule et évoquent le destin futur des victimes. À gauche, le petit chevreuil qui s’enfuit fait peut-être référence au gibier qu’Athamas croit poursuivre alors qu’il s’agit de son fils, Léarchos8. Ce vase est l’unique document d’époque hellénistique conservé à ce jour sur ce sujet. La proposition de Th. Carpenter de reconnaître sur le cratère de Derveni une représentation de la folie d’Ino et Athamas et de la mort de leurs enfants semble en effet difficile à accepter9. Seules des monnaies de Corinthe d’époque impériale représentent le moment où Ino, portant le petit Mélicerte, se précipite du rocher au pied duquel un dauphin semble l’attendre ; parfois l’Isthme personnifié assiste à la scène10 (fig. 1).

Image 100000000000011800000120C1D2D1F48F1ADF80.jpg

Fig. 1 - Monnaie de Corinthe (d’après DAGR III/2, fig. 4896).

  • 11 Strabon, VIII 6, 22 (380C) : « L’Isthme porte le sanctuaire de Poséidon Isthmien, installé dans l’é (...)
  • 12 Pausanias, II, 1, 3 : « Plus loin existait encore lors de mon voyage le pin, au bord de la mer, ave (...)

5Le texte d’Euphorion nous apprend que le corps de l’enfant mort est recueilli à l’Isthme, où il est déposé sur des branches de pin dans un geste d’hommage funèbre, et mentionne les couronnes de pin des jeux. Cet arbre devait abonder à l’Isthme : le temple de Poséidon se trouvait dans un bois de pins selon Strabon11 et Pausanias précise qu’à son époque un pin existait encore près de l’autel de Mélicerte12. Il semble logique que cet arbre ait été choisi pour fabriquer les couronnes des Isthmia. Chacun des jeux panhelléniques avait sa propre couronne, le végétal qui la composait étant préféré souvent pour des raisons banales, telles que sa présence abondante dans les environs du sanctuaire, mais aussi pour sa valeur symbolique. Les prix gagnés aux jeux, représentatifs des particularités et des spécificités des villes où ils se déroulaient, étaient en relation étroite avec les traditions mythiques et les cultes locaux.

  • 13 D’après Solin, 7, 14, les jeux de l’Isthme furent interrompus par Cypsélos et rétablis par Périandr (...)
  • 14 « Elles invitèrent Sisyphe, fils d’Éole, à instituer une fête, dont la renommée brillerait au loin, (...)
  • 15 Cf. supra. Selon Burkert 1983, p. 197, ce culte pourrait même remonter à l’époque d’Eumélos de Cori (...)

6Euphorion associe l’habitude de porter une couronne de pin dans les jeux à la mort de Mélicerte, mais ne précise pas que ceux-ci ont été établis en son honneur. Il est en effet probable que les Isthmia, fondés en 582 av. J.-C. selon la tradition, ont été originellement dédiés à Poséidon13. Quelques vers d’une ode perdue de Pindare, probablement une isthmique selon Apollonios Dyscolos, nous apprennent que les Néréides (mentionnées par les scholies) invitèrent Sisyphe, qui régnait alors sur Corinthe, à instaurer une fête en l’honneur de l’enfant mort14. Mélicerte était donc honoré au sanctuaire de l’Isthme, au moins depuis l’époque de Pindare, qui est notre plus ancien témoignage15, mais il n’est pas impossible que deux cérémonies distinctes aient existé, l’une en l’honneur de Poséidon, l’autre de Mélicerte. La comparaison avec les autres grands jeux montre qu’ils étaient généralement dédiés à la divinité locale et qu’en même temps un hommage était rendu au tombeau d’un héros : les jeux d’Olympie et ceux de Némée étaient accomplis en l’honneur de Zeus, mais Pélops recevait un culte héroïque à Olympie et Opheltès/Archémoros était honoré à Némée. La présence de héros atteste l’origine funéraire de ces jeux qui se déroulaient sous un double patronage.

  • 16 Selon Gebhard et Dickie 1999, p. 161-162, Pindare utilise ce mot pour une fête ou des rites en l’ho (...)
  • 17 Sommerstein 2008, fr. 78 a + c.
  • 18 Theoroi, fr. 78c, v. 37-40 (Radt). « Personne, jeune ou vieux, ne se tient de plein gré à l’écart d (...)
  • 19 Voir Olympiques, 13, 33 et 38-39 ; Néméennes, 4, 88 ; Isthmiques, 2, 16 ; 8, 64.

7La nature de l’honneur rendu à Mélicerte, des jeux, n’est spécifiée que par le scholiaste. Pindare emploie simplement l’expression γέρας τηλέφαντον, c’est-à-dire un prix, un honneur, dont la renommée dépassait amplement le niveau local16. Le fragment de l’ode parvenu jusqu’à nous ne mentionne pas de couronne, tandis que d’autres textes de cette période associent les jeux de l’Isthme avec ce prix, mais ne citent pas Mélicerte. Un fragment d’un drame satyrique d’Eschyle, les Theoroi ou Isthmiastai17, met en scène, près du temple de Poséidon Isthmios, des satyres qui ont décidé de participer aux jeux de l’Isthme. Quelqu’un, probablement Dionysos, semble leur reprocher de vouloir jouer les compétiteurs et de préférer la couronne de pin à celle de lierre18. C’est ici la plus ancienne mention de la couronne de pin. Peu après, Pindare, dans les épinicies, ignore le pin : la couronne gagnée aux jeux de Poséidon est d’ache19.

  • 20 Broneer 1962.
  • 21 Cf. O’Sullivan 2000.
  • 22 Date supposée de la 8e Isthmique.

8Il ressort de ces documents que les jeux au cours desquels on gagne des couronnes sont donnés en l’honneur de Poséidon et que la couronne est de pin chez Eschyle, alors que Pindare ne connaît que le sélinon. La tentation est forte de rapprocher ces textes de celui d’Euphorion et de considérer qu’ils indiquent un changement de végétal, comme l’a proposé Oscar Broneer qui s’est appuyé sur ces témoignages pour situer dans le temps le remplacement d’une couronne par une autre ; ce fait aurait pu avoir lieu entre la présentation de la pièce d’Eschyle et la composition des odes de Pindare20. Cette démarche reste toutefois problématique car nous ignorons la date exacte de la pièce d’Eschyle, même s’il est probable qu’elle fut produite au début du ve siècle av. J.-C.21, et la plus ancienne mention de l’ache chez Pindare pourrait dater de 478 av. J.-C.22. Le changement aurait donc eu lieu vers les années 490-480 av. J.-C., ce qui représente un laps de temps très court.

Image 10000000000002C400000129D35848171FF7AC1F.jpg

Fig. 2-3 - Pinakes, Berlin, Staatl. Mus. inv. F 779 et sans inv. (d’après Antike Denkmäler, II, pl. 24, no 29 et pl. 39, no 16a).

  • 23 Les arguments tels que la présence ou non d’un vêtement et l’aspect juvénile, souvent invoqués pour (...)
  • 24 Berlin, Staatl. Mus. inv. F 780, F 779, F 914 et sans no (Antike Denkmäler, I, pl. 7, 26 ; II, pl. (...)
  • 25 Isthmia, Musée IM 2315. Cf. Broneer 1959, p. 322-323, no 1, fig. 4, pl. 73a ; Knoepfler 1994, p. 37 (...)

Les documents des vie et ve siècles av. J.-C., représentations figurées et realia, ne permettent pas d’estimer l’importance de Mélicerte à l’Isthme de Corinthe pour les époques archaïque et classique. L’iconographie nous est de peu de secours car le personnage masculin qui chevauche un dauphin ou un monstre marin sur des pinakes de terre cuite de Penteskouphia, du vie siècle av. J.-C., pour lesquels une identification avec Palémon a souvent été proposée, est caractérisé comme un dieu marin grâce au trident et à des éléments tels que l’indication des flots ou la présence de poissons, ce qui pourrait convenir aussi bien à Poséidon qu’à Palémon ou à une autre entité divine liée à la mer23. Ces pinakes offrent l’image non pas d’un enfant mort mais d’une divinité marine vivante qu’il semble difficile de mettre en relation, de façon certaine, avec Mélicerte et les jeux24 (fig. 2-3). Quelques rares objets pourraient lier Mélicerte aux Isthmia, notamment un fragment d’haltère marqué d’une inscription, fragmentaire et restaurée, où l’on croit lire l’expression « fils d’Ino » (ἸνοImage 10000000000000080000000F961539627993B0F0.jpgς), sans plus de précision25.

  • 26 Plovdiv, Musée. De Brezovo. 420-410 av. J.-C. LIMC, s.v. Nike, no 352 ; Hölscher 1967, p. 176, pl. (...)

9À cette même période, les représentations de couronnes ne sont guère spécifiques. Elles sont le plus souvent aux mains d’un athlète qui s’en coiffe lui-même ou de Victoires qui, comme sur une péliké attique à figures rouges attribuée au Peintre d’Épimédès, s’apprêtent à récompenser un jeune citharède. Cet exemple est remarquable car chacune des Nikai qui personnifient ses victoires à des concours musicaux est accompagnée d’une inscription qui la désigne comme Victoire aux Panathénées, Victoire à Némée, à Marathon, à l’Isthme26. La plante dont sont composées les couronnes, peu caractérisées, n’est guère identifiable.

  • 27 Jacquemin 1999, p. 320, no 128 ; Raubitschek 1939, p. 156-158, nos 4 et 7 ; Lonis 1979, p. 26-27.

10Des offrandes plus importantes existaient et, dans la première moitié du ve siècle av. J.-C., il devint courant d’honorer les vainqueurs aux jeux par une statue. Parmi de nombreux exemples, nous pouvons mentionner la statue de marbre de Phayllos de Crotone, vainqueur aux jeux olympiques et isthmiques, érigée vers 470 av. J.-C. sur l’Acropole, et celle du fils de Kallaischros, deux fois vainqueur à l’Isthme et à Némée, dédiée aux Douze Dieux et qui figurait peut-être dans le sanctuaire de ces divinités à l’Agora27.

  • 28 Comme cela pourrait être le cas sur le vase de Berthouville, cf. infra.
  • 29 Athènes. IG II2, 3779 ; Moretti 1957, p. 146-147, nos 655-657 ; Amandry 1980, p. 222, fig. 10.

11La couronne, que selon l’usage le vainqueur dédiait à la divinité28, apparaît à partir du iiie siècle av. J.-C. sur des reliefs qui célèbrent la mémoire de lauréats aux grands jeux de la Grèce. Sculptés au moins dès avant le milieu du iiie siècle av. J.-C. jusqu’au iie siècle apr. J.-C., ils mentionnent des victoires aux jeux de la période composée traditionnellement des Olympia, des Pythia, des Isthmia et des Néméa, auxquels s’ajoutent ou se substituent d’autres jeux, notamment les Panathénées d’Athènes et les concours d’Héra à Argos. Les noms des jeux s’inscrivent dans des couronnes représentées le plus souvent de façon conventionnelle, sans que le sculpteur ait cherché à les caractériser ni à associer un feuillage avec un agôn particulier. Elles ne sont différenciées selon les concours que sur quelques exemplaires : ainsi, la base de Nicoclès rappelle les victoires à de nombreux concours qu’obtint ce citharède athénien couronné avant le milieu du iiie siècle av. J.-C.29. Sur les seize couronnes qui forment un bandeau sur trois côtés de la pierre, malheureusement très usée, on reconnaît une couronne d’olivier pour les Panathénées, une couronne de lierre pour les Lénéennes, des couronnes de laurier pour les Pythia. Celle de l’Isthme, légèrement différente, a été identifiée comme une couronne de pin, probablement en raison de petits éléments qui pourraient être des pommes de pin (fig. 4).

Image 10000000000002C3000000F897FAD006973AC95A.jpg

Fig. 4 - Base de Nicoclès (d’après DAGR I/2, fig. 1997).

  • 30 Broneer 1962, pl. 67, 1.
  • 31 Nicolet 1983, pl. 14 no 601-604. Voir également <http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Selinos_didrachm_ANS_685_670331.jpg>.

12Une autre inscription, de la fin du iiie ou du début du iie siècle av. J.-C., provenant d’Argos30, présente quatre couronnes agonistiques. Celle d’Olympie est en olivier, celle de Delphes en laurier ; en haut à droite une troisième couronne, en sélinon, représente les jeux de Némée. La quatrième, en bas à gauche, qui rappelle cinq victoires au diaulos à l’Isthme, semble faite d’un végétal similaire et serait donc également de sélinon. La comparaison avec l’ache et des représentations plus réalistes, comme celle offerte par les monnaies de Sélinonte31 (fig. 5), laisse cependant place au doute et la seule certitude est qu’il ne s’agit pas de pin mais d’une plante feuillue et qu’elle est du même type que celle de Némée. Malgré les réserves émises à l’égard des identifications proposées pour les plantes sculptées sur ces deux reliefs, il semblerait qu’à l’époque hellénistique les artistes n’aient pas marqué de préférence particulière pour l’un ou l’autre végétal pour représenter la couronne de l’Isthme.

13Les témoignages littéraires ne sont guère plus déterminants. Euphorion, Nicandre, Callimaque, qui montrent de l’intérêt pour les jeux panhelléniques et leurs coutumes, font état de traditions divergentes concernant les hommages rendus à Mélicerte et la nature de la couronne des jeux. Le choix du pin ou du sélinon pourrait avoir été motivé par diverses raisons et la confrontation de ces variantes permet de proposer plusieurs hypothèses qui ne s’excluent pas nécessairement.

Image 10000000000000AD000000AD32D499E2B7F133AF.jpg

Fig. 5 - Didrachme, AR, Sélinonte, v. 515-470 av. J.-C. Type SNG ANS 685 (Wikimedia Commons).

14L’une des raisons pourrait être la valeur symbolique de la plante choisie.

  • 32 Propos de table, V, 3, 676f-677a. Pour la présence de Dionysos à l’Isthme, voir Broneer 1971, p. 17 (...)
  • 33 Trad. Acosta-Hughes et Cusset 2012.
  • 34 Pour un lien entre le couronnement et une célébration au tombeau d’un héros, cf. Gebhard et Dickie (...)
  • 35 « D’autres fois, hache le millepertuis des montagnes, parfois des rameaux d’hysope, souvent une bra (...)
  • 36 Plutarque, Propos de table, 676d et Timoleon, 26, 2. Voir aussi Douris 33 J, FGrH 76 F 33 (σελίνου (...)
  • 37 Voir aussi deux scholies à Pindare : Olymp., 3, 27 (Νεμέων σέλινον χλωρόν, Ἰσθμίων σέλινον ξηρόν) e (...)

Selon Plutarque, le pin était consacré à Poséidon et à Dionysos32, or Mélicerte est proche de ces deux divinités : parent de Dionysos, il devient une divinité marine sous le nom de Palémon. Il semble donc normal que le pin soit aussi l’arbre de Mélicerte, comme le suggèrent les vers d’Euphorion. Pourtant à un moment donné, le sélinon est préféré, peut-être parce qu’un changement s’était produit dans la nature des jeux, comme le rapporte Proclès, cité par Plutarque, qui souligne que la couronne de sélinon fut empruntée à celle de Némée quand le concours de l’Isthme « eut pris un caractère sacré ». Comment faut-il comprendre ces mots : quand les Isthmia deviennent des jeux panhelléniques ou quand – et cela semble plus probable – l’histoire de la refondation des jeux est établie ? Plutarque, par la bouche de Lucanius, précise que « cette couronne s’imposa parce qu’elle semblait un signe sacré plus approprié33 ». Les jeux de l’Isthme comme ceux de Némée sont des ἀγImage 100000000000000E0000000FC63D369A7B6435CC.jpgνες ἐπιτάφιοι dédiés à la mémoire d’un enfant. À Némée, l’ache est clairement associée à la mort d’Opheltès et c’est peut-être cette similarité dans la légende de fondation d’agônes pour les garçons défunts qui justifiait le choix de cette plante34. Dans les Alexipharmaques (v. 604-606), Nicandre évoque une image des honneurs funèbres rendus à Mélicerte sous l’ache de l’Isthme qui éveille en nous celle du jeune Opheltès tué par un serpent alors qu’il était posé sur un lit d’ache sauvage35. Cette plante est un symbole mortuaire : elle était déposée sur les tombes et il était sacrilège de la considérer comme un aliment car elle était dévolue aux repas funèbres36. Une scholie à Apollonios de Rhodes (Argonautiques, III, 1240) précise que l’ache de l’Isthme aurait été fanée, ou desséchée, tandis que celle de Némée était fraîche37. Cette particularité pourrait renforcer la connotation funéraire, à moins qu’il ne s’agisse simplement d’une façon de déprécier l’Isthme. Selon O. Broneer, ce détail serait visible sur l’inscription d’Argos : avec ses feuilles pointues et étroites, la couronne de Némée serait fraîche, alors que celle de l’Isthme paraîtrait émoussée, irrégulière, peut-être fanée, mais cette lecture de l’image semble excessive.

  • 38 Scholie à Apollonios de Rhodes, III, 1240 : « les Isthmia sont les jeux organisés sur l’Isthme de C (...)
  • 39 Pour la fondation par Thésée, voir le Marbre de Paros (IG XII, 444, l. 20, 35 et suiv. ; Jacoby 190 (...)

15Les jeux étaient peut-être organisés à l’origine en l’honneur de Poséidon et plus tard seulement de Mélicerte, comme le suggère le scholiaste à Apollonios de Rhodes, à moins que deux concours aient coexisté, ainsi que le précise Musée, cité par ce même scholiaste38. On pourrait donc supposer que le pin appartenait à Poséidon, tandis que l’ache, funèbre, convenait mieux à l’enfant mort, malgré le rapport établi par la légende, et par Euphorion, entre le pin et le garçon. Il n’est pas impossible alors que chacun ait eu sa couronne. C’est ce que sous-entend Plutarque qui admet l’existence d’un rite en l’honneur de Mélicerte avant la fondation par Thésée. Dans la Vie de Thésée (25, 5) il rapporte en effet, suivant peut-être en cela Hellanicos, que Thésée avait fondé les jeux de l’Isthme, alors que cette instauration est traditionnellement le fait de Sisyphe. Un rituel était déjà accompli à l’Isthme en l’honneur de Mélicerte, mais c’est le héros athénien qui établit les jeux panhelléniques39.

  • 40 Voir Bacchylide, Dithyrambe, IV (éd. J. Irigoin, trad. J. Duchemin et L. Bardollet, Paris, CUF, 198 (...)
  • 41 Plutarque, Thésée, 25, 4 ; Strabon, IX, 1, 6 (C392) ; Raubitschek 1986 ; Calame 1996, p. 224-225.

16Des épisodes de la vie de Thésée pourraient fournir des renseignements sur les relations entre Athènes et l’Isthme, et le contexte politique suggérer une autre explication pour l’adoption d’une nouvelle couronne. Dès le vie siècle av. J.-C., le mythe de Thésée est utilisé à des fins tactiques. Jusqu’au début du ve siècle, le parcours du héros qui affronte les brigands et les monstres qui désolent la route d’Athènes commence à l’Isthme40 et c’est à cet endroit qu’il fait dresser la stèle marquant la limite entre l’Ionie et le Péloponnèse, confirmant ainsi les frontières légendaires de l’Attique qui, selon le mythe, s’étendait à l’époque d’Égée jusqu’à l’Isthme et incluait la Mégaride41. L’itinéraire de Thésée, qui suit le pourtour du golfe Saronique, et la tradition qui fait de lui l’instaurateur des Isthmia, révèlent les aspirations territoriales d’Athènes et son intérêt pour le prestige des jeux. Un fondateur athénien aurait pu donner à Athènes un droit de regard sur les jeux et justifiait le droit de proédrie dont elle jouissait à l’Isthme.

  • 42 Lewis 2002.
  • 43 Thucydide, I, 103, 4. Pour une approche légendaire des rapports conflictuels entre Athènes, Corinth (...)
  • 44 Plutarque, Cimon, 17, 1-2 : « Mais vous autres, Lachartos, vous n’avez pas frappé aux portes de Clé (...)

17À cette même époque, les alliances se nouent et se dénouent entre les cités qui veulent contrôler le golfe Saronique et celui de Corinthe. Dans les hostilités qui opposent Athènes à Égine et à Mégare, Corinthe soutient d’abord Athènes, puis ses adversaires42. Mégare, victime de nombreux conflits frontaliers et de la politique agressive de Corinthe à son égard, finit par quitter la ligue du Péloponnèse et par s’allier à Athènes43. La pression corinthienne sur la frontière mégarienne aurait pu accélérer la revendication athénienne. Une anecdote rapportée par Plutarque révèle la fréquence des tensions qui existent à l’Isthme : aux Corinthiens qui lui reprochent d’avoir fait passer une armée par leur territoire sans en demander la permission, Cimon répond qu’eux-mêmes, les Corinthiens, en avaient fait tout autant pour Cléonai et Mégare44.

  • 45 Gebhard 1993a, p. 158-159.
  • 46 Cette hypothèse est formulée par Gebhard 1992, p. 73-79.
  • 47 La similitude des couronnes et des légendes de fondation des jeux pour les enfants défunts était au (...)

18La position dominante de Corinthe s’affichait aussi au temple de Poséidon à l’Isthme qui contenait de nombreuses dépouilles prises aux ennemis45, la célébration de jeux panhelléniques renforçait cette impression de richesse et de puissance, mais la destruction du vieux sanctuaire par un incendie en 470 av. J.-C., à un moment où la cité commençait à perdre de son importance et de son prestige, a causé la disparition de beaucoup d’anciens monuments, et peut-être aussi la perte de traditions qui leur étaient attachées (il n’y aura par exemple plus de dédicaces d’armes). Cet événement aurait pu offrir aux Athéniens l’opportunité de proposer un nouveau mythe de fondation et aux Corinthiens celle de changer le symbolisme entourant les Jeux46. Or l’objet le plus symbolique était la couronne et les Corinthiens eux-mêmes ont pu abandonner le pin en faveur du sélinon, non seulement en raison de la valeur funéraire dont cette plante était chargée mais aussi pour renforcer symboliquement leur version de la fondation des jeux par Sisyphe face aux prétentions athéniennes47.

19Cette opposition entre les deux cités s’exprime aussi dans le domaine mythologique.

  • 48 Probus, comm. Géorgiques III, 19-20 de (fr. 54 Pf = SH 266, éd. Durbec 2006, p. 60) : « après avoir (...)

20Euphorion fait allusion à Némée par le biais de la lutte d’Héraclès contre le Lion. Un commentaire de Probus à la Troisième Géorgique de Virgile relate que le héros, après avoir vaincu le lion de Némée, se coiffe de la couronne d’ache des jeux néméens48. Callimaque va plus loin en suggérant que la substitution de la couronne de pin par celle de sélinon aux jeux de l’Isthme visait à imiter celle de Némée :

  • 49 Aitia, III, fr. 59 Pf = SH 265 (trad. Durbec 2006).

et les fils d’Alètès, qui célèbrent auprès du dieu Égéon un concours beaucoup plus ancien que celui-ci, l’établiront comme symbole de la victoire isthmique, par émulation avec ceux de Némée ; ils rejetteront le pin qui auparavant couronnait les concurrents à Éphyre49.

  • 50 Propos de table, 676d.
  • 51 Isthm., 2, 16 (« la victoire isthmique que Poséidon octroya à Xénocrate, pour son quadrige, quand i (...)

21Dans ce fragment, Héraclès lui-même rapporte une prophétie d’Athéna selon laquelle la couronne d’ache dont il s’est coiffé sera la couronne des jeux fondés à Némée, et il accorde donc plus de valeur à l’ache, qui lui est dédiée, qu’au pin. L’adoption d’une couronne d’ache, comme celle de Némée, pour les jeux de l’Isthme semble avoir été consentie et non pas accomplie sous la contrainte ; le pin est simplement rejeté. Ce changement volontaire est également suggéré par Plutarque, qui fait lui aussi référence à Héraclès : « l’emploi de l’ache, étranger jusque-là, s’y introduisit de Némée par imitation, à cause d’Héraclès50 ». De même Callimaque, en nommant les Corinthiens « fils d’Alètès », rappelle leur lien mythique et ancestral avec Héraclès, puisque Alètès est son petit-fils. Il associe ainsi les Corinthiens, et, avec eux, les jeux de l’Isthme et le choix de la plante de Némée au héros péloponnésien. Déjà, Pindare (Ném., 6, 39-44) employait l’expression la « plante du lion », ce qui est une autre façon de mettre en relation l’ache et Héraclès, même s’il s’agit d’une figure poétique. Ailleurs, à deux reprises, il qualifie l’ache de « dorienne51 ».

  • 52 Il est quelquefois considéré comme le « premier inventeur » de la couronne d’ache des concours némé (...)
  • 53 Plutarque, Thésée, 25, 5-6 (trad. R. Flacelière, É. Chambry et M. Juneaux, Paris, CUF, 1964).

22Cette plante, souvent liée au héros péloponnésien Héraclès52, pouvait sembler plus appropriée que le pin qui, lui, aurait pu se rattacher à Thésée. Ce dernier, de passage à l’Isthme, tue Sinis, brigand surnommé pityocamptès (le « courbeur de pin ») car il torturait ses victimes en les attachant à des pins qu’il courbait puis relâchait. À nouveau le héros athénien s’oppose au héros péloponnésien. En effet, Plutarque, qui lui accorde la fondation des Isthmia, précise : « Et le premier, il y établit un concours par émulation à l’égard d’Héraclès : son ambition était d’y voir les Grecs, qui célébraient les jeux olympiques en l’honneur de Zeus à cause de ce héros, célébrer les jeux isthmiques en l’honneur de Poséidon à cause de lui53. »

Image 10000000000000AF000000AE44E905170AB01DD2.jpg

Fig. 6 - Semis, AE, Corinthe (d’après Amandry 1988, cat. IVb R2, pl. V).

Image 10000000000000A9000000B091AE364C1CB022CB.jpg

Fig. 7 - As, AE, Corinthe (Numismatik Lanz München [www.lanz.com], auction 105 [26.11.2001], lot 462).

23Cette lecture convient à l’hypothèse selon laquelle le changement de végétal serait une affirmation de l’identité péloponnésienne de Corinthe contre Athènes. Mythes et symboles ont peut-être servi à soutenir la revendication de l’une ou l’autre cité d’administrer la fête : Athènes avec le mythe de Thésée, Corinthe avec les héros et les symboles péloponnésiens.

24Le discours de Plutarque, qui rappelle l’évolution des couronnes de l’Isthme, redevenues de pin à son époque, s’inscrit dans la période de renouveau du sanctuaire de l’Isthme et de ses jeux.

  • 54 Rupp 1979. Pour l’haltère, voir Broneer 1959, p. 322-323, no 1, fig. 4, pl. 73a (Isthmia, Musée IM (...)
  • 55 Selon Rupp 1979, les restes architecturaux M14 et M15, au sud-est du temple de Poséidon, pourraient (...)
  • 56 Pausanias, II, 15, 2-3 : tombeau d’Opheltès. Pausanias, V, 13, 1 : description du Pélopion et sacri (...)
  • 57 Broneer 1973, p. 100, suppose qu’un lieu de culte (simple autel ou petit monument) existait dans le (...)

25Les textes font remonter le culte du héros au début du sanctuaire et il semble que celui-ci puisse être relié au stade mais, de l’époque qui précède la destruction de Corinthe par Mummius en 146 av. J.-C. et l’abandon du sanctuaire de l’Isthme, il ne resterait pour attester le lien entre Mélicerte, son culte et les jeux que les témoignages textuels et ces images commémorant des victoires, à moins que quelques traces matérielles ne remontent aux vie et ve siècles av. J.-C. : le fragment d’haltère, qui pourrait se rapporter à un téménos de Palémon54 ; les structures architecturales « M14 » et « M15 », situées au sud-est du temple de Poséidon et datant peut-être de la première période de l’ancien stade, qui pourraient avoir été le socle d’une statue de culte de Mélicerte et les fondations d’un autel55. L’existence à cette époque d’un péribole, comme celui de Pélops à Olympie ou d’Opheltès à Némée56, est possible mais les fouilles du site, encore incomplètes, n’ont jusqu’à présent révélé que des vestiges datant de la colonie romaine, la Colonia Laus Julia Corinthiensis, qui correspondent au renouveau du sanctuaire57.

  • 58 AE, Cn. Publilius et M. Antonius Orestes, 40 av. J.-C. : type Amandry IVb, et en particulier Amandr (...)
  • 59 As de Ti. Claudius Optatus et C. Iulius Polyaenus. Dr. : Tête de Néron. Rev. : ISTH/MIA dans une co (...)

26Durant l’abandon du sanctuaire, les jeux sont célébrés sous la direction de Sicyone, peut-être même dans cette ville (Paus., II, 2, 3), et ils ne reviennent à Corinthe qu’après la fondation de la colonie romaine en 44 av. J.-C. Des monnaies des duovirs Cn. Publilius et M. Antonius Orestes, datées de 40 av. J.-C., associent alors la couronne de pin entourant une inscription CO/RIN désignant Corinthe avec, sur l’autre face, la représentation d’un vase qui peut être mise en rapport avec un agôn58 (fig. 6). La couronne continue d’être utilisée sur le monnayage des duovirs mais son lien avec l’Isthme n’apparaît que vers le milieu du Ier s. apr. J.-C., en particulier sur une série, de 57-58 ou 58-59, sur laquelle le symbole entoure l’inscription ISTH/MIA (fig. 7)59.

  • 60 « Dans une couronne de céleri », selon Amandry 1988, p. 211, cat. XXI, IIa.
  • 61 M. Amandry reconnaît du pin au revers des monnaies des duovirs corinthiens P. Aebutius et C. Pinniu (...)
  • 62 Type Amandry XIIIa : as de C. Mussius Priscus et C. Heius Pollio (4/5 apr. J.-C.) ; « dans une cour (...)
  • 63 Monnaie du type Amandry XIIIa (cf. n. 62). Gebhard 1993b, p. 78-94, n. 32 : « Theirs was the first (...)
  • 64 Boutin 1979, pl. CLXXI, 3861. ISTH/MIA au revers d’une tête de Marc Aurèle. La couronne se distingu (...)
  • 65 Sur le type Amandry Vc R6 (Amandry 1988, p. 133, pl. VI, no c R6), les aiguilles semblent marquées (...)
  • 66 L’aspect des couronnes agonistiques sculptées sur le monument de Ménodoros, du milieu du iie siècle (...)

27Sur ce monnayage, la plante de la couronne a été considérée comme du sélinon (« céleri »)60. L’identification tantôt avec du pin61, tantôt avec du sélinon62, de couronnes représentées sur des documents produits entre le début et le deuxième tiers du ier siècle apr. J.-C. a suggéré l’idée selon laquelle les deux types de couronnes auraient pu être utilisés à cette période et E. Gebhard a émis l’hypothèse que le choix du « sélinon » pour ces monnaies commémorait la réintroduction de cette plante pour les prix des jeux de l’an 563. Ce n’est qu’à partir du iie siècle apr. J.-C. que le pin est rendu de façon plus caractéristique sur le monnayage64. Ni les images, souvent schématiques voire génériques, ni les textes ne confirment avec certitude cet usage des deux plantes au début de notre ère. Le motif du cercle entouré de petites touffes végétales en triangles, symbolisant la couronne sur plusieurs monnayages des duovirs à partir de 40 av. J.-C., a été interprété comme du sélinon pour des séries datées autour de l’an 5 apr. J.-C. (type Amandry XIIIa) et de l’époque de Néron (type Amandry XXI, IIa), mais les touffes en triangles peuvent être rapprochées de celles de la monnaie de 40 av. J.-C. sur lesquelles des sillons semblent marquer des aiguilles de pin (type Amandry IVb) (fig. 6). La couronne plus fine et détaillée des duovirs P. Aebutius et C. Pinnius, de 39-36 av. J.-C. (type Amandry Vc), dans laquelle M. Amandry reconnaît du pin65, est conçue selon les mêmes principes et pourrait donc être une variante graphique d’un même motif. Il paraît difficile d’opposer ces schémas proches et d’y distinguer deux plantes, même si la feuille de sélinon des monnaies de Sélinonte a des nervures marquées et des dentelures en pointe66. Bien que l’idée d’une coexistence des couronnes soit intéressante, elle ne peut être confirmée ni par les indices, trop ténus, donnés par ces monnaies, ni par les autres documents iconographiques connus.

Image 10000000000002C00000013C33A72201A220A7A9.jpg

Fig. 8 - Paris, Cabinet des médailles. Berthouville, cat. no 10 (d’après Babelon 1916, p. 99).

Image 10000000000001D7000002648F7540BCF54191DF.jpg

Fig. 9 - Paris, Cabinet des médailles. Berthouville, cat. no 10 (d’après Babelon 1916, pl. XIV).

  • 67 Paris, Bibliothèque nationale, Cabinet des médailles, Berthouville cat. 10. Baratte et Painter 1989 (...)
  • 68 Babelon 1916, p. 98-100, no 10, pl. XIV ; Gardiner 1910, p. 222, fig. 29, propose du chêne. Bien qu (...)

28De l’époque de Claude ou de Néron nous est parvenue la coupe dite « des jeux isthmiques », trouvée dans le trésor de Berthouville, dont le décor pourrait évoquer l’origine légendaire des jeux de l’Isthme67 (fig. 8-9). Un athlète, tenant une palme et couronné de pin, près d’un buste d’Hermès Agonios, y est figuré en présence de Pégase s’abreuvant auprès de la personnification d’une source, probablement Pirène, dans un paysage composé d’une éminence rocheuse surmontée d’un arbre et d’un temple entouré d’arbres, autant d’éléments qui pourraient se rapporter à l’Isthme. Il est associé à Poséidon (ou Zeus ?), assis près d’une déesse qui s’appuie sur une torche renversée. Si l’image semble rappeler ces jeux, l’hypothèse d’E. Babelon selon laquelle l’autre couronne, posée avec des bandelettes près du buste, serait faite d’ache et par conséquent serait liée à des jeux dédiés à Mélicerte, reste également incertaine. La plante semble avoir des feuilles, et non pas des aiguilles, mais le détail est peu lisible et la proposition a pu être influencée par sa connaissance des sources textuelles68.

  • 69 Broneer 1954, p. 107-109, pl. 30-31 ; 1962, pl. 67, 3 ; LIMC, s.v. Eutychia, no 6. Pour un cliché r (...)
  • 70 Isthmia, Musée IS 69-1 : relief du milieu du iie siècle apr. J.-C., trouvé à l’Isthme (Michaud 1970 (...)

29La relecture, grâce à un nettoyage récent, de la mosaïque de la deuxième moitié du ier siècle apr. J.-C., provenant d’un bâtiment public construit dans la stoa sud de Corinthe, peut-être un agonotheteion, n’apporte pas plus d’éclaircissements. La couronne de l’athlète, figuré debout près d’Eutychia, se distingue difficilement de la chevelure69. Il pourrait s’agir d’une couronne enrubannée – comme le suggèrent les bandelettes qui pendent sur la nuque du vainqueur – dont le végétal serait en partie masqué, ou simplement d’un motif générique ne restituant pas une essence de plante particulière, comme sur le relief de l’aulète vainqueur Korinthos70. Le fait qu’elle ne soit pas en pin n’est pas suffisant pour affirmer qu’elle est en ache.

  • 71 Isthmia, Musée IS 351 (Broneer 1959, p. 326-327 no 3, pl. 66a ; 1962, pl. 67, 4 ; Valavanis 2004, p (...)

30En revanche, sur la tête en marbre d’un jeune athlète, probablement du ier ou iie siècle apr. J.-C. et provenant de la parodos ouest du théâtre de l’Isthme, la couronne de pin est rendue d’une façon caractéristique et habituelle, avec des bouquets organisés en faisceaux et des aiguilles marquées par des sillons71.

  • 72 New York, Metropolitan Museum of Art 59.11.19. Milieu du iie siècle apr. J.-C. Broneer 1962, pl. 67 (...)
  • 73 Cf. fig. 5.
  • 74 Monnaie d’Argos, d’époque impériale : Gardiner 1910, p. 223, fig. 31. La fine couronne des monnaies (...)

31Cette représentation ne contredit ni Plutarque qui précise que les couronnes étaient de pin à son époque, ni les autres auteurs qui mentionnent également le pin, notamment Dion Chrysostome (Discours, 8, 15) et, plus tard, Lucien (Anacharsis, 9). Sur l’inscription attique fragmentaire, à peu près contemporaine de cet auteur, qui célèbre les victoires d’Athénaios de Rhamnonte, les prix sont bien caractérisés : l’amphore des Panathénées, la couronne de pin de l’Isthme, le bouclier d’Argos et la couronne de Némée en sélinon72. Les aiguilles et les petites pommes de pin d’une part, les feuilles dentelées du sélinon d’autre part, sont restituées de façon précise et distincte (fig. 10-12). La couronne des Jeux de Némée peut être rapprochée des monnaies de Sélinonte, avec la feuille de sélinon73, ainsi que des monnaies d’Argos, avec la couronne de Némée au feuillage dense qui fait écho au texte d’Euphorion74.

Image 10000000000002B60000015994CDA44CBD2C9D7E.jpg

Fig. 10 - Relief. New York, Metropolitan Museum of Art 59.11.19 (photographie A.-V. Szabados).

Image 10000000000002CC000001B73D25BDA4F19A7D6E.jpg

Fig. 11-12 - Détails du relief. New York, Metropolitan Museum of Art 59.11.19 (photographies A.-V. Szabados).

Image 10000000000000B1000000B42B4CB2DBBC9ECCE1.jpg

Fig. 13 - AE, Hadrien (Numismatik Lanz München [www.lanz.com], auction 105 [26.11.2001], lot 592).

  • 75 Pour une émission avec l’Isthme : Numismatik Lanz München <www.lanz.com>, Auction 105 (26.11.2001), lot 392. Pour</www> (...)
  • 76 Une monnaie de bronze du règne d’Hadrien semble reproduire cette association : Numismatik Lanz Münc (...)

32Ces témoignages, monnaies, vase précieux, décors architecturaux locaux et monuments commémoratifs de victoires, attestent du renouveau du site et des jeux et reflètent le souhait de Néron de recréer la grandeur du passé, souhait qu’il exprime dans le discours sur la liberté des cités grecques prononcé à Corinthe, en 66, et à la célébration particulière des jeux qui eut lieu, mais ils n’associent pas clairement le sanctuaire ou les Jeux à Mélicerte, à moins que la torche renversée tenue par la déesse du décor de la « coupe des Jeux isthmiques » n’évoque le caractère funéraire de sa fête et que la couronne dédiée soit bien d’ache. Dans ce cas, nous retrouverions réunis sur cette composition des éléments symboliques propres à la légende et au culte de l’enfant – sanctuaire, agôn, couronnes, torche à connotation funéraire – qui correspondent à la version d’Euphorion telle qu’elle est rapportée par Plutarque. Les plus anciennes représentations reliant explicitement Mélicerte à l’Isthme, qui nous sont parvenues de l’époque romaine, remontent à Tibère. Des séries de monnaies corinthiennes des duovirs L. Arrius Peregrinus et L. Furius Labeo, datées de 32-33 apr. J.-C., présentent en effet sur une face la personnification de l’Isthme ou Pégase et, sur l’autre face, l’enfant, assis sur le dauphin75. Vivant, il y est figuré sous son aspect divin plutôt que celui du héros mort. Il faut attendre le règne d’Hadrien pour qu’il soit associé à la couronne, sur des monnaies datées entre 117 et 138 apr. J.-C. où, assis ou reposant sur le dauphin, il est entouré de la couronne de pin76 (fig. 13).

  • 77 Pour l’évolution du sanctuaire (plan et chronologie) voir le site de l’université de Chicago : <http://lucian.uchicago.edu/blogs/isthmia/reconstructions/southeast-precinct/> ; K</http> (...)

33L’apparition de ce monnayage peut être mise en rapport avec le renouveau du sanctuaire et le développement du culte de Mélicerte/Palémon dont témoignent les vestiges archéologiques. Bien que les textes fassent remonter le culte du héros au début du sanctuaire, il ne reste pas de traces d’activité cultuelle antérieure à la fondation de la colonie romaine dans le secteur de l’ancien stade où se situent des fosses sacrificielles et des aires cultuelles dédiées à l’enfant, hormis les restes, signalés précédemment, hypothétiquement datés de l’époque grecque. Pausanias ne mentionne que des monuments romains et, à moins que des vestiges ne soient révélés par la poursuite des fouilles, il semble que les pratiques rituelles n’aient pas eu lieu durant la période d’abandon du site. À partir de la réinstallation, le culte de Palémon prend progressivement une importance particulière et ses infrastructures évoluent lors de remaniements et embellissements successifs77.

  • 78 Sur des rapprochements entre ces figurations de Palémon et les sculptures évoquées dans les sources (...)
  • 79 Monnaie de Lucius Verus : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B xii ; LIMC, s.v. Melikerte (...)
  • 80 Pausanias (II, 2, 1) : « À l’intérieur de l’enceinte, à gauche, un temple de Palémon renferme des s (...)
  • 81 D’après le choix des termes de Pausanias (Ἔστι δὲ καὶ ἄλλο), au moment de sa visite, l’adyton aurai (...)

34Sous le règne d’Hadrien, l’expansion de ce culte est marquée par la construction d’un temple et d’un enclos, à l’angle sud-est du téménos de Poséidon, évoqués sur les monnaies par l’image de l’enfant sur le dauphin placée dans le temple78. Vers le milieu du iie siècle apr. J.-C., à l’époque antonine, le sanctuaire de Palémon est déplacé au sud du temple de Poséidon et l’édifice est reconstruit dans l’enclos ouest du Palémonion, sur une extrémité du stade classique abandonné. D’après les images des monnaies datées de Lucius Verus jusqu’au iiie siècle79 (fig. 14), ce temple serait un monoptère placé sur un haut podium percé d’une ouverture qui donnait peut-être accès à un couloir souterrain menant à une pièce rappelant l’adyton mentionné par Pausanias80. À l’époque du Périégète, cet adyton semble avoir été séparé du temple mais le monoptère antonin fut par la suite construit dessus81.

Image 10000000000001230000012690B34FCB5389E1DC.jpg

Fig. 14 - Monnaie de Corinthe (d’après DAGR III/2, fig. 4897).

  • 82 Il n’y aurait pas de signes d’eau ou d’humidité pour la période romaine mais des traces de peinture (...)

35Cette crypte était auparavant un réservoir souterrain fournissant de l’eau à l’ancien stade, recouvert au début du iiie siècle av. J.-C. Avec ses parois stuquées, adaptées à l’humidité, et son accès par un sombre passage en pente, elle convenait à une divinité marine et, comme le suggère Marcel Piérart, la découverte par les colons de ce système hydraulique et son identification mythologique avec le tombeau de Mélicerte ont pu favoriser l’établissement des infrastructures cultuelles à cet endroit82. Cet adyton, dispositif abandonné depuis longtemps et dont on ne comprenait plus l’usage, a pu être considéré comme la sépulture de l’enfant et correspondre à l’image décrite par Philostrate l’Ancien (Images, II, 16, 2), celle d’une crevasse ouverte par Poséidon.

36Plutarque, en évoquant Euphorion, rappelle le rapprochement entre le pin et la mort de l’enfant, ce que signale également Pausanias (VIII, 48, 2) qui précise que la couronne était portée en signe de deuil pour Palémon, comme celle de sélinon à Némée qui symbolisait le deuil d’Archémoros. Les textes, la documentation matérielle restituée par les fouilles et les images, tous d’époque romaine, attestent l’existence du culte héroïque à connotation funéraire dont l’enfant faisait l’objet.

Image 10000000000000B4000000AFCEF0A6700605DBCE.jpg

Fig. 15 - AE, Marc Aurèle (d’après Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. L, B v).

Image 10000000000000AC000000AF4D04C42CABFF30D5.jpg

Fig. 16 - AE, Caracalla (d’après Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. L, B xiii).

  • 83 Éd. Grossardt 2006.
  • 84 Stace également, dans la deuxième moitié du ier siècle apr. J.-C., rappelle l’aspect funèbre des ri (...)
  • 85 Broneer 1977, p. 35-52, nos 1111-2078, pl. 22-25.

37Une cérémonie nocturne était célébrée, qui, selon Plutarque (Thésée, 25, 5-6), ressemblait davantage à une initiation à des mystères qu’à une fête athlétique. D’après Philostrate (Héroikos, 52, 3-53, 483), elle s’accompagnait d’un chant funèbre, qui pourrait faire écho à l’idée du chant, de la déploration suggérée dans le texte d’Euphorion par le terme κλαίοντες84. Le caractère nocturne du rituel serait attesté par des lampes dites « du Palémonion », d’un type particulier propre à ce sanctuaire et datées du ier et du iie siècle apr. J.-C. Retrouvées principalement en dehors de la fosse sacrificielle « A » et dépourvues d’anse, elles étaient destinées à être posées au sol, probablement autour des fosses, par les fidèles85.

  • 86 BMC Corinth, p. 78, no 613, pl. XX. 13 ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, 64, pl. L, B v (monn (...)

38Le caractère funéraire du culte est également exprimé sur des monnaies, frappées dès Marc Aurèle, par la réunion de l’enfant reposant sur le dauphin près d’un pin et d’un coureur tenant une palme et une torche, image qui évoque l’existence de courses au flambeau en relation avec Mélicerte86 (fig. 15).

  • 87 Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B xi (Marc Aurèle), xiii (Caracalla).
  • 88 Pinus pinea (pour la fosse A surtout, et également la C) : Megaloudi 2005.

39Philostrate l’Ancien (Images, II, 16) décrit un tableau représentant des sacrificateurs, vêtus d’un habit particulier, et l’immolation d’un taureau noir à laquelle font allusion des monnaies montrant un taureau seul devant le pin, ou accompagné du prêtre, marchant vers le palémonion87 (fig. 16). Les résidus sacrificiels des trois fosses (A, B, C), aménagées successivement dans la zone de l’ancien stade, environ de 50 à 240 apr. J.-C., confirment le sacrifice de bovin, en l’occurrence un holocauste, et son époque tardive. Des bractées et pignons de pin ont également été retrouvés parmi les quelques restes botaniques carbonisés88.

Image 10000000000000B5000000B3636A1696BD8646A0.jpg

Fig. 17 - AE, Marc Aurèle (Numismatik Lanz München [www.lanz.com], auction 105 [26.11.2001], lot 717).

Image 10000000000000B0000000ADB8B6D965EAB6AE19.jpg

Fig. 18 - AE Marc Aurèle (d’après Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. L, B vi).

  • 89 Le monnayage corinthien d’époque romaine, commencé en 44 av. J.-C., est interrompu en 69 apr. J.-C. (...)
  • 90 Numismatik Lanz München <www.lanz.com>, Auction 105 (26.11.2001), lot 702 (Hadrien) ; Imhoof-Blumer et Gardner 18</www> (...)
  • 91 Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B vii (Ant. Pius) ; Numismatik Lanz München, Auction 1 (...)
  • 92 Poséidon : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B vi (Marc Aurèle) ; LIMC, s.v. Melikertes, (...)

40À partir de la deuxième moitié du iie siècle, l’iconographie des monnaies associe Mélicerte/Palémon à l’Isthme, au culte, aux jeux89. Les séries qui montrent Mélicerte reposant sur le dauphin, sous un arbre auquel est parfois suspendue une couronne90, réunissent les éléments caractéristiques symbolisant le mythe de fondation des jeux selon la version d’Euphorion citée par Plutarque : l’enfant mort transporté sur les flots, le pin « funéraire » au-dessus de lui, et la couronne agonistique. L’évocation du culte et des jeux est encore plus marquée sur les séries montrant le groupe Mélicerte couché sur le dauphin posé près d’une couronne sur une table ou un autel, avec une palme ou un trident91 (fig. 17). Le trident rappelle les liens et la proximité avec Poséidon, également évoqués sur une série de monnaies sur laquelle le dauphin portant le corps du jeune héros est sur un autel enguirlandé situé près d’un pin : Poséidon y fait une libation (fig. 18). Dans d’autres cas, c’est la personnification de l’Isthme qui est se tient devant l’autel, le gouvernail dans une main, un rameau dans l’autre92.

41L’importance de Mélicerte/Palémon dans le monnayage de l’Isthme, les vestiges du sanctuaire et l’exploitation à l’époque impériale de traditions locales et d’infrastructures anciennes pourraient nous inciter à considérer le culte du jeune héros comme une recréation purement romaine. Pourtant le texte d’Euphorion, comme celui de Nicandre, semble suggérer une mimèsis rituelle des funérailles de Mélicerte, sans qu’il soit pour autant possible d’affirmer, compte tenu de la fragilité des indices, qu’il y a eu continuité des pratiques cultuelles de l’époque grecque à l’installation romaine. Les sources littéraires semblent bien témoigner de l’association de Mélicerte avec la fondation des Isthmia et leur emblème, la couronne, en dépit de la coexistence de légendes de fondations divergentes, et contrastent avec la pauvreté de la documentation archéologique et iconographique antérieure au renouveau du sanctuaire.

42L’idée d’un culte rendu à l’enfant mort est sous-jacente dans les vers d’Euphorion qui mettent en relation Mélicerte et le prix des jeux. À ce propos, le poète mentionne un fait particulier : l’ache de Némée remplace le pin de l’Isthme dans la confection des couronnes. Ce changement pourrait être compris comme une accentuation du caractère chthonien de Mélicerte aussi bien que comme une revendication corinthienne face à la politique athénienne, à un moment où le rôle social des grandes fêtes athlétiques était bien établi.

43Les Romains, qui accordent eux aussi une grande importance aux jeux, reprennent leurs symboles, au premier rang desquels se trouve la couronne. Si l’on en croit Plutarque, le prix de l’Isthme était à nouveau en pin au iie siècle apr. J.-C. Comme les autres sujets abordés par cet auteur, celui-ci reflète la curiosité et l’érudition prisées à son époque. L’image de la vie sociale et religieuse qui se dessine à travers les divers sujets qu’il traite, parmi lesquels celui du problème des couronnes de l’Isthme, ressort aussi des autres documents à notre disposition. Cet ensemble de sources révèle l’attrait éprouvé par la Corinthe romaine pour son passé classique, à la fois réel et imaginaire, dans lequel les cultes et les mythes ont joué un rôle privilégié. Le monnayage corinthien est à cet égard riche d’enseignement : dès l’époque augustéenne, parmi les types choisis, se distinguent Pégase et Bellérophon, la Chimère, mais aussi la couronne agonistique qui dénote l’intérêt de la colonie romaine pour les jeux. Mélicerte, rarement figuré auparavant, ne fait partie des symboles monétaires qu’au iie siècle, époque à laquelle son culte se développe. S’agit-il pour autant de la reconstitution savante d’un culte ancien ? Les restes archéologiques et les sources écrites semblent faire pencher la balance en faveur d’une réinvention tardive. Les colons romains auraient pu trouver un avantage à reprendre la tradition des cérémonies en l’honneur de Mélicerte/Palémon, notamment pour s’imposer à l’Isthme, lieu de l’un des grands agônes panhelléniques. Dans le contexte de la reconstruction du sanctuaire, ils ont utilisé ce personnage mythologique local, à la fois héros enfant et divinité marine, en lequel ils pouvaient peut-être reconnaître certains caractères de Portunus, pour établir un lien culturel et symbolique avec les origines de Corinthe.

Bibliographie

Références bibliographiques

Acosta-Hughes et Cusset 2012 : B. Acosta-Hughes et C. Cusset (éd.), Euphorion. Œuvre poétique et autres fragments, Paris, 2012.

Aellen, Chamay et Cambitoglou 1986 : C. Aellen, J. Chamay et A. Cambitoglou, Le peintre de Darius et son milieu, Genève, 1986.

Amandry 1980 : P. Amandry, Sur les concours argiens, dans Études argiennes, Athènes, 1980, p. 211-253.

Amandry 1983 : P. Amandry, Le bouclier d’Argos, Bulletin de correspondance hellénique, 107, 1983, p. 627-634.

Amandry 1988 : M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, Athènes, 1988.

Andrews 1949 : A. C. Andrews, Celery and Parsley as Food in the Greco-Roman Period, Classical Philology, 44, 2, 1949, p. 91-99.

Babelon 1916 : E. Babelon, Le trésor d’argenterie de Berthouville, Paris, 1916.

Baratte et Painter 1989 : F. Baratte et K. Painter (dir.), Trésors d’orfèvrerie gallo-romains. Exposition, Paris 8 février-23 avril 1989, Lyon 16 mai-27 août 1989, Paris, 1989.

Bertrand 1992 : J.-M. Bertrand, Inscriptions historiques grecques, Paris, 1992.

BMC Corinth : B. V. Head, British Museum Catalog of Greek Coins, XII. Corinth and Colonies, Londres, 1889 (réimpr. 2002).

BMC Peloponnesus : P. Gardner, British Museum Catalog of Greek Coins, X. Peloponnesus, Londres, 1887 (réimpr. 2004).

Boutin 1979 : S. Boutin, Catalogue des monnaies grecques antiques de l’ancienne collection Pozzi, Maastricht, 1979.

Broneer 1954 : O. Broneer, Corinth. Results of excavations, I, 4. The South Stoa and Its Roman Successors, Cambridge, 1954.

Broneer 1959 : O. Broneer, Excavations at Isthmia : Fourth Campaign, 1957-1958, Hesperia, 28, 1959, p. 299-343.

Broneer 1962 : O. Broneer, The Isthmian Victory Crown, American Journal of Archaeology, 66, 1962, p. 259-263.

Broneer 1971 : O. Broneer, Paul and the Pagan Cult at Isthmia, The Harvard Theological Review, 64, 2/3, 1971, p. 169-187.

Broneer 1973 : O. Broneer, Isthmia II. Topography and Architecture, Princeton, 1973.

Broneer 1977 : O. Broneer, Isthmia III. Terracotta Lamps, Princeton, 1977.

Burkert 1983 : W. Burkert, Homo Necans. The Anthropology of Ancient Greek Sacrificial Ritual and Myth, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1983.

Calame 1996 : C. Calame, Thésée et l’imaginaire athénien. Légende et culte en Grèce antique, Lausanne, 1996.

Carpenter 2000 : T. H. Carpenter, Images and Beliefs : Thoughts on the Derveni Krater, dans G. Tsetskhladze, J. Prag et A. Snodgrass (dir.), Periplous. Papers on Classical Art and Archaeology presented to Sir John Boardman, Londres, 2000, p. 51-59.

Chamay et Cambitoglou 1980 : J. Chamay et A. Cambitoglou, La folie d’Athamas par le peintre de Darius, Antike Kunst, 23, 1980, p. 35-43.

Charneux 1985 : P. Charneux, Inscriptions d’Argos, Bulletin de correspondance hellénique, 109, 1, 1985, p. 357-384.

DAGR I/2 : C. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, I/2, Paris, 1887, s.v. Corona.

DAGR III/2 : C. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, III/2, Paris, 1904, s.v. Melikertes.

Dillon 1977 : M. Dillon, Pilgrims and Pilgrimage in Ancient Greece, Londres-New York, 1977.

Doffey 1992 : M.-C. Doffey, Les mythes de fondation des concours néméens, dans M. Piérart (dir.), Polydipsion Argos. Argos de la fin des palais mycéniens à la constitution de l’État classique. Actes de la table ronde, Fribourg, 7-9 mai 1987, Athènes, 1992, p. 185-193.

Dow 1935 : S. Dow, Greek Inscriptions, Hesperia, 4, 1935, p. 81-90.

Durbec 2006 : Y. Durbec, Callimaque. Fragments poétiques, Paris, 2006.

Edwards 1933 : K. M. Edwards, Corinth. Results of excavations, VI. Coins, 1896-1929, Cambridge, 1933.

Gardiner 1910 : N. Gardiner, Greek athletic sports and festivals, Londres, 1910.

Gebhard 1992 : E. Gebhard, The Early Stadium at Isthmia and the Founding of the Isthmian Games, dans W. Coulson et H. Kyrieleis (dir.), Proceedings of an International Symposium on the Olympic Games (5-9 Sept. 1988), Athènes, 1992, p. 73-79.

Gebhard 1993a : E. Gebhard, The Evolution of a Pan-Hellenic Sanctuary : from Archaeology towards History at Isthmia, dans N. Marinatos et R. Hägg (dir.), Greek Sanctuaries. New Approaches, Londres-New York, 1993, p. 154-177.

Gebhard 1993b : E. Gebhard, The Isthmian Games and the Sanctuary of Poseidon in the Early Empire, dans T. E. Gregory (dir.), The Corinthia in the Roman Period, Ann Arbor, 1993, p. 78-94.

Gebhard 2005 : E. Gebhard, Rites for Melikertes-Palaimon in the Early Roman Corinthia, dans D. Schowalter et S. Friesen (dir.), Urban Religion in Roman Corinth. Interdisciplinary Approaches, Cambridge, 2005, p. 165-204.

Gebhard et Dickie 1999 : E. Gebhard et M. Dickie, Melikertes-Palaimon, Hero of the Isthmian Games, dans R. Hägg (dir.), Ancient Greek Hero Cult. Proceedings of the Fifth International Seminar of Ancient Greek Cult, Göteborg University 21-23 April 1995, Stockholm, 1999, p. 159-165.

Grossardt 2006 : P. Grossardt, Einführung, Übersetzung und Kommentar zum Heroikos von Flavius Philostrat, Bâle, 2006.

Hawthorne 1958 : J. G. Hawthorne, The Myth of Palaemon, Transactions and Proceedings of the American Philological Association, 89, 1958, p. 92-98.

Hölscher 1967 : T. Hölscher, Victoria Romana. Archäologische Untersuchungen zur Geschichte und Wesensart der römischen Siegesgöttin von den Anflängen bis zum Ende des 3 Jhs. n. Chr., Mayence, 1967.

Imhoof-Blumer et Gardner 1885 : F. Imhoof-Blumer et P. Gardner, Numismatic Commentary on Pausanias, Journal of Hellenic Studies, 6, 1885, p. 50-101.

Jacoby 1904 : F. Jacoby, Das Marmor Parium, Berlin, 1904.

Jacquemin 1999 : A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, Athènes, 1999.

Kluge 2011 : M. Kluge, Melikertes-Palaimonkulten i Isthmia, Aigis - elektronisk tidsskrift for klassiske studier i Norden, 11, 1, 2011, p. 50-55 <http://www.igl.ku.dk/~aigis/2011,1/Marie_Kluge_Isthmia.pdf>.

Knoepfler 1994 : D. Knoepfler, Haltère de bronze dédié à Apollon Hekabôlos dans la collection G. Ortiz (Genève), Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, p. 337-379.

Lallot 1997 : J. Lallot, Apollonius Dyscole. De la Construction, Paris, 1997.

Lewis 2002 : D. Lewis David, The Origins of the First Peloponnesian War, dans Selected Papers in Greek and Near Eastern History, Cambridge, 2002, p. 12-21.

Lonis 1979 : R. Lonis, Guerre et religion en Grèce à l’époque classique. Recherches sur les rites, les dieux, l’idéologie de la victoire, Paris, 1979.

Megaloudi 2005 : F. Megaloudi, Burnt sacrificial plant offerings in Hellenistic times : an archaeobotanical case study from Messene, Peloponnese, Greece, Vegetation History and Archaeobotany, 14, 4, 2005, p. 329-340.

Michaud 1970 : J.-P. Michaud, Chronique des fouilles en 1968 et 1969 : Isthme, Bulletin de correspondance hellénique, 94, 2, 1970, p. 934-949.

Moretti 1957 : L. Moretti, Olympionikai. I vincitori negli antichi agoni olimpici, Rome, 1957.

Mylonopoulos 2003 : J. Mylonopoulos, Heiligtümer und Kulte des Poseidon auf der Peloponnes, Liège, 2003.

Mylonopoulos 2008 : J. Mylonopoulos, The Dynamics of Ritual Space in the Hellenistic and Roman East, Kernos, 21, 2008, p. 49-80.

Nicolet 1983 : H. Nicolet, SNG Collection Jean et Marie Delepierre, Paris, 1983.

O’Sullivan 2000 : P. O’Sullivan, Satyr and Image in Aeschylus’ Theoroi, The Classical Quarterly, 50, 2, 2000, p. 353-366.

Papaefthymiou 1999 : E. Papaefthymiou, Une pièce inédite de Caracalla émise par l’atelier monétaire d’Édessa de Macédoine, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 10, 1999, p. 331-346.

Piérart 1998 : M. Piérart, Panthéon et hellénisation dans la colonie romaine de Corinthe : la « redécouverte » du culte de Palaimon à l’Isthme, Kernos, 11, 1998, p. 85-109.

Raubitschek 1939 : A. E. Raubitschek, Leagros, Hesperia, 8, 2, 1939, p. 155-164.

Raubitschek 1986 : A. E. Raubitschek, Theseus at the Isthmus, dans Corinthiaka. Studies in Honor of Darrell A. Amyx, Columbia, 1986, p. 1-2.

Robinson 2012 : B. A. Robinson, Good Luck from Corinth : a Mosaic of Allegory, Athletics, and City Identity, American Journal of Archaeology, 116, 2012, p. 105-132.

Roussel 1907 : P. Roussel, Fouilles de Délos, exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1904). Inscriptions (suite), Bulletin de correspondance hellénique, 31, 1907, p. 421-470.

Roux 1958 : G. Roux, Pausanias en Corinthie (livre II, 1 à 5), Paris, 1958.

RPC 1 : A. Burnett, M. Amandry et P. P. Ripollès, Roman Provincial Coinage, 1. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), 2e éd., Londres, 1998.

Rupp 1979 : D. W. Rupp, The Lost Classical Palaimonion Found ?, Hesperia, 48, 1979, p. 64-72.

Sommerstein 2008 : A. H. Sommerstein (éd.), Aeschylus, vol. III. Fragments, Cambridge-Londres, 2008.

Valavanis 2004 : P. Valavanis, Games and Sanctuaries in Ancient Greece, Los Angeles, 2004.

Voelke 1998 : P. Voelke, Figure du satyre et fonctions du drame satyrique, Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens, 13, 1998, p. 227-248.

Notes

1 Euphorion, Dionysos, 18 (= fr. 84 Powell), trad. C. Cusset, texte no 30404 dans CALLYTHEA [en ligne] : <http://www.cn-telma.fr/callythea/extrait30404/>. Première version : 14/12/2010. Date de mise à jour : 08/05/2012. Acosta-Hughes et Cusset 2012, p. 46-49, fr. no 18.

2 Plutarque, Propos de table, V, 3, 676f-677a (Œuvres morales, IX, Paris, CUF, 1978, trad. F. Fuhrmann).

3 Pour l’identification botanique du sélinon, cf. Andrews 1949.

4 Entre Corinthe et Mégare. Cf. Pausanias, I, 44, 7-8.

5 La première source qui décrit le dauphin apportant le corps est une scholie à Pindare, Isthmiques (Scholia Vetera in Pindari Carmina, éd. A. B. Drachmann, III, p. 194c) : τὸ δὲ παιδὸς σμα ἐκκομισθὲν ὑπὸ δελφνος εἰς τὸν Ἰσθμὸν εImage 100000000000000A0000000FEFA6EFBF33C684D5.jpgρε Σίσυφος.

6 Euripide (Iphigénie en Tauride, v. 270-271) confirme le pouvoir de Palémon en tant que divinité marine.

7 Genève, coll. privée. Vers 340-330 av. J.-C. Chamay et Cambitoglou 1980, pl. 13-14 ; Aellen, Chamay et Cambitoglou 1986, p. 168-170.

8 Apollodore, Bibliothèque, 3, 4, 3 ; Nonnos, Dionysiaques, X, 50-62.

9 Carpenter 2000, p. 56-58.

10 Domitien, Marc Aurèle et Septime Sévère ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. B xix-xxiv ; BMC Corinth, p. 84, pl. XXI, no 11. Une variante montre Triton tendant les bras pour recevoir Ino et son enfant (monnaie d’Antonin ; LIMC, s.v. Ino, no 19 ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, pl. B xxiv).

11 Strabon, VIII 6, 22 (380C) : « L’Isthme porte le sanctuaire de Poséidon Isthmien, installé dans l’épaisseur d’un bois de pins ; les Corinthiens y célébraient le concours isthmique. » (Trad. R. Baladié, Paris, CUF, 1978.) Voir aussi Philostrate l’Ancien, Images, II 16, 1.

12 Pausanias, II, 1, 3 : « Plus loin existait encore lors de mon voyage le pin, au bord de la mer, avec un autel de Mélicerte. » (Trad. Roux 1958.)

13 D’après Solin, 7, 14, les jeux de l’Isthme furent interrompus par Cypsélos et rétablis par Périandre à la 49e Olympiade (581-580 av. J.-C.), mais ce n’est là qu’une des histoires de refondation permettant de placer l’origine des grands concours dans un passé héroïque lointain et de renforcer leur statut en mettant leur ancienneté en valeur.

14 « Elles invitèrent Sisyphe, fils d’Éole, à instituer une fête, dont la renommée brillerait au loin, en l’honneur de son enfant mort, Mélicerte », frag. Ode, 4 (trad. A. Puech, Paris, CUF, 1961). Voir aussi Lallot 1997, p. 184-185, 114. Une paraphrase de ces lignes se trouve dans l’Hypothesis a des Isthmiques.

15 Cf. supra. Selon Burkert 1983, p. 197, ce culte pourrait même remonter à l’époque d’Eumélos de Corinthe : cf. Jacoby, FGrHist ad 451 F 4.

16 Selon Gebhard et Dickie 1999, p. 161-162, Pindare utilise ce mot pour une fête ou des rites en l’honneur d’un héros et des sacrifices. L’expression conviendrait à des jeux panhelléniques.

17 Sommerstein 2008, fr. 78 a + c.

18 Theoroi, fr. 78c, v. 37-40 (Radt). « Personne, jeune ou vieux, ne se tient de plein gré à l’écart de ces chœurs à double file. Mais toi tu fais l’athlète aux jeux isthmiques et, couronné de rameaux de pin, tu ne réserves aucun honneur au lierre. » (Trad. Voelke 1998, p. 235.)

19 Voir Olympiques, 13, 33 et 38-39 ; Néméennes, 4, 88 ; Isthmiques, 2, 16 ; 8, 64.

20 Broneer 1962.

21 Cf. O’Sullivan 2000.

22 Date supposée de la 8e Isthmique.

23 Les arguments tels que la présence ou non d’un vêtement et l’aspect juvénile, souvent invoqués pour reconnaître ou refuser une identification du personnage, doivent être écartés car ils sont peu caractéristiques pour cette époque. En effet, certaines représentations contemporaines de Poséidon présentent des similitudes avec celles de ces plaques, notamment la nudité ou le port d’un chiton court (LIMC, s.v. Poseidon, no 108, 153). En outre, la tête du personnage est perdue sur les documents qui nous concernent.

24 Berlin, Staatl. Mus. inv. F 780, F 779, F 914 et sans no (Antike Denkmäler, I, pl. 7, 26 ; II, pl. 24, 29 ; pl. 39, 8 et 16).

25 Isthmia, Musée IM 2315. Cf. Broneer 1959, p. 322-323, no 1, fig. 4, pl. 73a ; Knoepfler 1994, p. 371-372 : sa date se situe sans doute vers 580 av. J.-C. L’athlète a vaincu au pentathlon et, à deux reprises, à la lutte. Il manque le nom de la divinité, à moins de le restituer au début du premier vers sous la forme du vocatif Πόντιε, épiclèse de Poséidon.

26 Plovdiv, Musée. De Brezovo. 420-410 av. J.-C. LIMC, s.v. Nike, no 352 ; Hölscher 1967, p. 176, pl. 16.8. Le bathron sur lequel se tient le jeune homme porte l’inscription Alkimachos Kalos.

27 Jacquemin 1999, p. 320, no 128 ; Raubitschek 1939, p. 156-158, nos 4 et 7 ; Lonis 1979, p. 26-27.

28 Comme cela pourrait être le cas sur le vase de Berthouville, cf. infra.

29 Athènes. IG II2, 3779 ; Moretti 1957, p. 146-147, nos 655-657 ; Amandry 1980, p. 222, fig. 10.

30 Broneer 1962, pl. 67, 1.

31 Nicolet 1983, pl. 14 no 601-604. Voir également <http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Selinos_didrachm_ANS_685_670331.jpg>.

32 Propos de table, V, 3, 676f-677a. Pour la présence de Dionysos à l’Isthme, voir Broneer 1971, p. 178-179, 182 ; Gebhard 1993a, p. 154-155 ; Mylonopoulos 2003, p. 184-186.

33 Trad. Acosta-Hughes et Cusset 2012.

34 Pour un lien entre le couronnement et une célébration au tombeau d’un héros, cf. Gebhard et Dickie 1999, p. 163-164.

35 « D’autres fois, hache le millepertuis des montagnes, parfois des rameaux d’hysope, souvent une branche de figuier sauvage, ainsi que la graine de l’ache Isthmique (selinou Isthmion), sous laquelle le jeune Mélicerte, navré à mort par le flot marin, reçut une sépulture des descendants de Sisyphe qui l’honorèrent par des jeux. » (Trad. J.-M. Jacques, Paris, CUF, 2007.)

36 Plutarque, Propos de table, 676d et Timoleon, 26, 2. Voir aussi Douris 33 J, FGrH 76 F 33 (σελίνου στέφανος. πένθιμος. τὸ γὰρ σέλινον πένθεσι προσήκει, ὡς ἔφη καὶ Δορις ἐν τImage 100000000000000A0000000F1BABCE0F6662ACCB.jpg περὶ ἀγώνων) et 34 J, FGrH 76 F 34. Pline, Hist. Nat., XX, 113.

37 Voir aussi deux scholies à Pindare : Olymp., 3, 27 (Νεμέων σέλινον χλωρόν, Ἰσθμίων σέλινον ξηρόν) et Isthm., 2, 19e (τος [οImage 10000000000000090000000F001652B02DC0F0A9.jpgν] τὰ Ἴσθμια ἀγωνιζομένοις σέλινον ξηρὸν ὁ στέφανος ὑγρὸν δὲ τος τὰ Νέμεα) (éd. Drachmann).

38 Scholie à Apollonios de Rhodes, III, 1240 : « les Isthmia sont les jeux organisés sur l’Isthme de Corinthe d’abord en l’honneur de Poséidon et plus tard de Mélicerte [...]. Selon Musée, Sur les jeux Isthmiques, deux concours sont organisés sur l’Isthme, l’un en l’honneur de Poséidon et l’autre en l’honneur de Mélicerte. » (Trad. G. Lachenaud, Paris, 2010.) Voir aussi à ce propos le commentaire de Jacoby, FGrHist 455 F. Selon Callimaque, Aitia, III fr. 59 Pf = SH 265 (éd. Durbec 2006), le destinataire du concours de l’Isthme, plus ancien que celui de Némée, était Poséidon, le nom de Mélicerte n’est pas cité dans ce texte très fragmentaire.

39 Pour la fondation par Thésée, voir le Marbre de Paros (IG XII, 444, l. 20, 35 et suiv. ; Jacoby 1904, Ep. 20 ; Bertrand 1992, p. 18 (« il établit les concours isthmiques après avoir tué Sinis... »).

40 Voir Bacchylide, Dithyrambe, IV (éd. J. Irigoin, trad. J. Duchemin et L. Bardollet, Paris, CUF, 1983). Les épisodes de la geste de Thésée qui se situent à l’Isthme apparaissent dans l’iconographie dès 510 av. J.-C.

41 Plutarque, Thésée, 25, 4 ; Strabon, IX, 1, 6 (C392) ; Raubitschek 1986 ; Calame 1996, p. 224-225.

42 Lewis 2002.

43 Thucydide, I, 103, 4. Pour une approche légendaire des rapports conflictuels entre Athènes, Corinthe et Mégare, voir Pausanias, I, 39, 4-5. Dillon 1977, p. 111 : le mythe de la fondation par Thésée représente probablement une revendication d’Athènes sur la Mégaride en 460, quand Mégare devient l’alliée d’Athènes.

44 Plutarque, Cimon, 17, 1-2 : « Mais vous autres, Lachartos, vous n’avez pas frappé aux portes de Cléones et de Mégare : vous les avez brisées, et vous êtes entrés de vive force et en armes, estimant que tout est ouvert à ceux qui sont les plus forts... » (Trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, CUF, 1972.)

45 Gebhard 1993a, p. 158-159.

46 Cette hypothèse est formulée par Gebhard 1992, p. 73-79.

47 La similitude des couronnes et des légendes de fondation des jeux pour les enfants défunts était aussi une façon de renforcer les liens entre les deux fêtes et peut-être de soutenir l’ambition de Corinthe de contrôler les jeux néméens, également convoités par Argos.

48 Probus, comm. Géorgiques III, 19-20 de (fr. 54 Pf = SH 266, éd. Durbec 2006, p. 60) : « après avoir pris une couronne de céleri dont se parent ceux qui remportent les Jeux Néméens ». Voir aussi Doffey 1992, p. 186.

49 Aitia, III, fr. 59 Pf = SH 265 (trad. Durbec 2006).

50 Propos de table, 676d.

51 Isthm., 2, 16 (« la victoire isthmique que Poséidon octroya à Xénocrate, pour son quadrige, quand il lui envoya, pour ceindre sa chevelure, la couronne d’ache dorienne ») et 8, 64 (« dans la plaine de l’Isthme, il a conquis l’ache dorienne »). Trad. A. Puech, Paris, CUF, 1961.

52 Il est quelquefois considéré comme le « premier inventeur » de la couronne d’ache des concours néméens dont certaines traditions lui accordent la fondation (Doffey 1992, p. 187).

53 Plutarque, Thésée, 25, 5-6 (trad. R. Flacelière, É. Chambry et M. Juneaux, Paris, CUF, 1964).

54 Rupp 1979. Pour l’haltère, voir Broneer 1959, p. 322-323, no 1, fig. 4, pl. 73a (Isthmia, Musée IM 2315). Cf. supra.

55 Selon Rupp 1979, les restes architecturaux M14 et M15, au sud-est du temple de Poséidon, pourraient se situer à l’emplacement du tombeau et de l’hérôon de Mélicerte. Ils pourraient dater du deuxième quart du ve siècle av. J.-C. Le stade a été déplacé, probablement au début du iiie siècle av. J.-C.

56 Pausanias, II, 15, 2-3 : tombeau d’Opheltès. Pausanias, V, 13, 1 : description du Pélopion et sacrifice héroïque d’un bélier noir.

57 Broneer 1973, p. 100, suppose qu’un lieu de culte (simple autel ou petit monument) existait dans le secteur de l’ancien stade. Réfutant ces arguments, J. Hawthorne fait correspondre l’établissement du culte de l’enfant à la renaissance du sanctuaire à l’époque augustéenne et attribue cette fondation à l’assimilation de Palémon avec Portunus (Hawthorne 1958). Burkert 1983, p. 197, suggère qu’une simple fosse aurait été suffisante pour un sacrifice nocturne, mais était-ce compatible avec le « prix renommé » mentionné par Pindare (frag. Ode, 4) ? Tout ce qui concerne les pratiques cultuelles réelles serait d’époque impériale (Mylonopoulos 2008, p. 58-59, n. 30), mais le plateau central n’est encore que partiellement fouillé et de nouveaux éléments pourraient être révélés.

58 AE, Cn. Publilius et M. Antonius Orestes, 40 av. J.-C. : type Amandry IVb, et en particulier Amandry IVb R2 et R3 (Amandry 1988, p. 129-130, cat. IVb, pl. IV-V) ; RPC 1, no 1123 (pl. 59). Voir aussi une monnaie autrefois dans la collection Patrick Villemur (Classical Numismatic Group, Inc., <http://cngcoins.com/>, Electronic Auction no 181, 06.02.2008, lot no 82). Pour des semis des duovirs P. Aebutius et C. Pinnius, de 39-36 av. J.-C., associant la tête de Poséidon sur une face et « une couronne de pin » sur l’autre : Amandry 1988, p. 132-133, cat. Vc, pl. V-VI ; RPC 1, no 1126 (pl. 59).

59 As de Ti. Claudius Optatus et C. Iulius Polyaenus. Dr. : Tête de Néron. Rev. : ISTH/MIA dans une couronne et inscription COR en bas. Type Amandry XXI, II (Amandry 1988, p. 211, pl. XXXVII) ; RPC 1, no 1202 (pl. 62) ; Numismatik Lanz München <www.lanz.com>, Auction 105 (26.11.2001) lot 462, Auction 109 (27.05.2002), lot 318.

60 « Dans une couronne de céleri », selon Amandry 1988, p. 211, cat. XXI, IIa.

61 M. Amandry reconnaît du pin au revers des monnaies des duovirs corinthiens P. Aebutius et C. Pinnius, frappées vers 39-36 av. J.-C. (Amandry Vc : cf. n. 58). De même, ce serait du pin sur des monnaies datées du règne de Néron, des duovirs Ti. Claudius Anaxilaus et P. Ventidius Fronto (67/68 apr. J.-C.), avec Néron au droit et une couronne au revers : « dans une couronne de pin » (Amandry 1988, p. 221, cat. XXIII RIII, pl. XLI ; RPC 1, no 1209, pl. 62).

62 Type Amandry XIIIa : as de C. Mussius Priscus et C. Heius Pollio (4/5 apr. J.-C.) ; « dans une couronne de persil », selon Amandry 1988, p. 151, cat. XIII Ra, pl. XIV-XV, identification reprise dans RPC 1, no 1139 (= Type Amandry XIIIb1). Type Amandry XXI, II (cf. n. 59) : « dans une couronne de céleri » (Amandry 1988, p. 211).

63 Monnaie du type Amandry XIIIa (cf. n. 62). Gebhard 1993b, p. 78-94, n. 32 : « Theirs was the first issue to show a wreath of selinon rather than the pine, perhaps to commemorate the reintroduction of selinon for the victor’s crown at the festival of A.D. 5. »

64 Boutin 1979, pl. CLXXI, 3861. ISTH/MIA au revers d’une tête de Marc Aurèle. La couronne se distingue de celle, en sélinon, qui entoure NEMEIA sur les monnaies argiennes (Edwards 1933, p. 28, no 108, pl. III ; BMC Corinth, pl. XX, 3 [Ant. Pius, 138-161 apr. J.-C.] ; Gardiner 1910, p. 214, fig. 28, p. 223, fig. 31).

65 Sur le type Amandry Vc R6 (Amandry 1988, p. 133, pl. VI, no c R6), les aiguilles semblent marquées sur les bouquets. Voir également des semis d’une série anonyme, datée vers 30 av. J.-C., portant la tête de Poséidon au droit et le motif de la couronne entourant COR au revers (Amandry 1988, « anonyme » H, p. 242, pl. XLVII).

66 L’aspect des couronnes agonistiques sculptées sur le monument de Ménodoros, du milieu du iie siècle av. J.-C., relève des mêmes principes (cercles et touffes végétales). La couronne isthmique n’y est pas représentée, mais il y en a trois pour les Jeux de Némée, faites de plantes « trop stylisées pour qu’on les puisse aisément reconnaître », selon Roussel 1907, p. 435, en ache selon Dow 1935, qui a ajouté de nouveaux fragments et précise qu’il y aurait en tout quatre types de couronnes sur une seconde version du monument, mais le schéma y est différent (Roussel 1907, p. 432-435, no 26, fig. 3 ; IDélos, 1957 ; Amandry 1980, p. 228, fig. 14, p. 229, n. 32 ; Dow 1935, repris par Charneux 1985, p. 365-366). Le fait que le rapport entre les Jeux de Némée et l’ache soit restitué n’implique pas que la plante des monnaies de Corinthe, représentée plus d’un siècle plus tard et dont l’aspect est aussi stylisé et proche des autres couronnes du monument, soit aussi de l’ache.

67 Paris, Bibliothèque nationale, Cabinet des médailles, Berthouville cat. 10. Baratte et Painter 1989, p. 84-85, no 18 ; LIMC, s.v. Pegasos, no 65.

68 Babelon 1916, p. 98-100, no 10, pl. XIV ; Gardiner 1910, p. 222, fig. 29, propose du chêne. Bien que les feuilles de cette couronne ressemblent à celles de l’arbre qui se dresse derrière l’athlète, l’espèce végétale reste difficile à identifier.

69 Broneer 1954, p. 107-109, pl. 30-31 ; 1962, pl. 67, 3 ; LIMC, s.v. Eutychia, no 6. Pour un cliché récent, réalisé après le nettoyage de la mosaïque, et une étude détaillée de l’image, Robinson 2012 : « The youth [...] wears nothing but a victory crown in his curly hair, with the tied ends of a fillet showing at the back of his neck. While we might hope to recognize the pine bundles or flaccid celery leaves of an Isthmian crown, no such details are apparent (fig. 6) » (p. 107).

70 Isthmia, Musée IS 69-1 : relief du milieu du iie siècle apr. J.-C., trouvé à l’Isthme (Michaud 1970, p. 946-949, no 1, fig. 131 ; Valavanis 2004, p. 285, fig. 403 ; ThesCRA, II, 2004, p. 365, no 193). Les victoires de Korinthos sont inscrites dans des couronnes sommairement sculptées. Les plus importantes (Jeux de l’Isthme, d’Argos, Pythia, etc.) sont rassemblées dans la partie supérieure. Celles de l’Isthme, de Némée et du bas du relief se ressemblent. Pour une hypothèse sur l’utilisation éventuelle des différentes couronnes (pin, sélinon) pour les Césaréa romaines et les jeux impériaux à l’Isthme (en même temps que les jeux isthmiques), Gebhard 1993b.

71 Isthmia, Musée IS 351 (Broneer 1959, p. 326-327 no 3, pl. 66a ; 1962, pl. 67, 4 ; Valavanis 2004, p. 281, fig. 396). Une autre tête de marbre, conservée dans une collection privée, est également coiffée d’une couronne composée d’un végétal dont la forme rappelle le pin mais dont les aiguilles ne seraient pas marquées (Broneer 1962, pl. 68, 9).

72 New York, Metropolitan Museum of Art 59.11.19. Milieu du iie siècle apr. J.-C. Broneer 1962, pl. 67, 2 ; Bull. ép., 1983, p. 132, no 80 ; IG II2, 3145 ; Dow 1935, p. 89, no 4 ; Amandry 1980, p. 233 et 252, n. 54 ; 1983, p. 628-629, fig. 1.

73 Cf. fig. 5.

74 Monnaie d’Argos, d’époque impériale : Gardiner 1910, p. 223, fig. 31. La fine couronne des monnaies de Cléonai d’époque hellénistique (vers 320 av. J.-C.) peut aussi correspondre à l’ombellifère aux brins élancés : Boutin 1979, pl. CLXXXVIII, 4264 (Cléonai) ; BMC Peloponnesus, pl. 27, 14 (Argos) ; 29, 6 (Cléonai).

75 Pour une émission avec l’Isthme : Numismatik Lanz München <www.lanz.com>, Auction 105 (26.11.2001), lot 392. Pour des variantes avec Pégase : Amandry 1988, p. 176, cat. XVIB Ia, pl. XXIV ; certaines avec l’enfant allongé mais semblant lever la tête et guider le dauphin : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B viii ; Numismatik Lanz München, Auction 105 (26.11.2001), lot 398. Sur les particularités de ces images, Amandry 1988, p. 63-64.

76 Une monnaie de bronze du règne d’Hadrien semble reproduire cette association : Numismatik Lanz München, Auction 105 (26.11.2001), lot 592. L’image est plus lisible à partir du monnayage de Lucius Verus : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B xiv-xv).

77 Pour l’évolution du sanctuaire (plan et chronologie) voir le site de l’université de Chicago : <http://lucian.uchicago.edu/blogs/isthmia/reconstructions/southeast-precinct/> ; Kluge 2011. Pour un tableau chonologique : Piérart 1998, p. 109, tableau I.

78 Sur des rapprochements entre ces figurations de Palémon et les sculptures évoquées dans les sources écrites : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 61 ; Piérart 1998, p. 95, 97.

79 Monnaie de Lucius Verus : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B xii ; LIMC, s.v. Melikertes, no 41, ill.

80 Pausanias (II, 2, 1) : « À l’intérieur de l’enceinte, à gauche, un temple de Palémon renferme des statues de Poséidon, de Leucothéa et de Palémon lui-même. Il y a aussi l’Adyton, où l’on descend par un passage souterrain : Palémon y serait caché. » (Trad. Roux 1958, p. 99.) Pour la restitution de l’infrastructure sur le plan, voir : Piérart 1998, p. 96, fig. 2.

81 D’après le choix des termes de Pausanias (Ἔστι δὲ καὶ ἄλλο), au moment de sa visite, l’adyton aurait été séparé du temple et non sous celui-ci. Le temple qu’il décrit pourrait être celui d’Hadrien, sans souterrain. M. Piérart objecte que les représentations d’un monoptère sans ouverture dans le podium ne seraient qu’une simple variation graphique (Piérart 1998, p. 100).

82 Il n’y aurait pas de signes d’eau ou d’humidité pour la période romaine mais des traces de peinture bleue sur le revêtement, peut-être un rappel de l’environnement marin. Sur ce sujet et l’impression de descendre dans le domaine marin autant que dans une tombe, voir en dernier lieu Gebhard 2005, p. 199-203.

83 Éd. Grossardt 2006.

84 Stace également, dans la deuxième moitié du ier siècle apr. J.-C., rappelle l’aspect funèbre des rites rendus à Palémon (Thébaïde, VI, 10-14).

85 Broneer 1977, p. 35-52, nos 1111-2078, pl. 22-25.

86 BMC Corinth, p. 78, no 613, pl. XX. 13 ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, 64, pl. L, B v (monnaie de Marc Aurèle) ; Papaefthymiou 1999, p. 340, fig. 3, 17, avec la légende ΑΓΩΝΩΝ.

87 Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B xi (Marc Aurèle), xiii (Caracalla).

88 Pinus pinea (pour la fosse A surtout, et également la C) : Megaloudi 2005.

89 Le monnayage corinthien d’époque romaine, commencé en 44 av. J.-C., est interrompu en 69 apr. J.-C. par Vespasien, qui annule l’exception de taxation donnée à la Grèce par Néron. Corinthe a le droit de frapper monnaie à nouveau après son règne, vers 80. C’est sous Domitien que le type d’Ino et Mélicerte apparaît pour la première fois.

90 Numismatik Lanz München <www.lanz.com>, Auction 105 (26.11.2001), lot 702 (Hadrien) ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 59, pl. L, B i-ii (Marc Aurèle, Commode).

91 Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B vii (Ant. Pius) ; Numismatik Lanz München, Auction 105 (26.11.2001), lot 717 (Marc Aurèle).

92 Poséidon : Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B vi (Marc Aurèle) ; LIMC, s.v. Melikertes, no 39. Isthme : BMC Corinth, p. 78, pl. XX, no 12 ; Imhoof-Blumer et Gardner 1885, p. 60, pl. L, B iv (Marc Aurèle) ; LIMC, s.v. Isthmos, no 2.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site