Version classiqueVersion mobile

Les Romains et le commerce

 | 
André Tchernia

Première partie. Les Romains et le commerce

Chapitre I. Propriétaires et commerçants

Texte intégral

1Être un propriétaire terrien est éminemment honorable, faire du commerce ne l’est pas. Voilà la dichotomie qui sous-tend en général les constructions visant à décrire l’organisation sociale de la production et de son acheminement vers le consommateur dans le monde romain. Je voudrais ici mettre en relief d’autres distinctions qui conduiront à répartir un peu différemment les procédures et les rôles.

Produits du domaine : un sens large

  • 1 Particulièrement nettement par Whittaker 1985, 57-58.
  • 2 Giardina 2002, 333 (Giardina, Gurevič 1994, 29) ; Platon, Sph., 223 d.

2Pour les Anciens, n’est marchand que celui qui achète pour vendre. Au moins en ce qui concerne le propriétaire terrien, vendre ce qu’on produit n’est pas commercer. Cela a été dit souvent1, mais on a parfois du mal à se pénétrer de cette distinction « simple et stricte », comme le dit Andrea Giardina, qui en a retracé l’origine chez Platon2. Les questions de convenance sociale, d’honorabilité ou non du commerce ne se posent pas si l’on écoule ce qui vient du domaine.

  • 3 RR, I, 2, 22-23. Voir aussi Vitruve, VI, 5, 2.
  • 4 Morel 2009, 69-75 (paru en juillet 2010) vient de défendre une interprétation diamétralement oppos (...)

3Or cela doit s’entendre au sens le plus large. Le témoignage le plus explicite se lit dans l’Économie rurale de Varron. Au début de son traité, il met en scène une longue discussion pour savoir si l’élevage doit être inclus ou non dans un ouvrage sur l’agriculture. Varron, qui pense que non, finit par en venir à des comparaisons : si on inclut l’élevage, pourquoi ne pas inclure l’exploitation des carrières d’argile (que les Saserna ont en effet considérée comme faisant partie de l’agriculture), de sable, de pierres, voire les mines ? Bien évidemment, il faut les exploiter, en tirer profit, mais elles ne se rattachent pas selon lui à l’agriculture, pas plus que les auberges, tabernae deversoriae, qu’il est bon de construire si on a la chance d’être limitrophe d’une route fréquentée3. Agrius a évoqué un peu plus haut les ateliers de tisserands. Il nous paraît évident que tout cela ne fait pas partie de l’agriculture, mais l’agronome latin écrit pour aider des propriétaires de domaines qui utilisent tous leurs atouts, et il se justifie de ne contribuer qu’à un aspect de l’exploitation. L’idée de production du domaine couvre l’ensemble des activités économiques qu’on y exerce. Aux yeux du lecteur moderne, l’honorable propriétaire foncier qui installe des auberges se met à exercer une activité déshonorante de tabernarius, tenancier de taverne. En réalité, il n’en est rien, le problème ne se pose pas, personne ne le qualifiera de tabernarius, et d’autant moins que dans cette auberge il écoule son vin et sans doute son blé et ses légumes4.

  • 5 Dig., XXXIII, 7, 25. Aussi VII, 1, 13, 5 ; VIII, 3, 6 ; XVIII, 1, 77 ; XXVII, 9, 3, 6. Ces dernièr (...)

4Les carrières d’argile forment l’exemple le mieux documenté de l’usage large des produits du domaine. Un texte célèbre du Digeste parle de propriétaires disposant de carrières d’argile sur leur domaine et de ce qu’ils en font : amphores, tuiles, vases devant être vendus5. À la fin du Ier siècle de n. è. et au IIe, les briques estampillées de Rome donnent les noms de dizaines de très grandes familles, qui en produisaient sur les domaines riverains du Tibre ou de la Nera, où l’argile abonde.

  • 6 Dig., V, 3, 27, 1 : in multorum honestorum virorum praediis lupanaria exercentur.

5Mais les autres activités citées au passage par Varron sont aussi crédibles. Deux siècles et demi plus tard, le juriste Ulpien traite de la restitution d’héritages indûment accaparés. Les rentes tirées des praedia urbana devront être restituées, même si ces bâtiments ont été utilisés comme lupanars, car, ajoute Ulpien, « sur beaucoup de domaines de gens honorables, on exploite des lupanars »6. Voilà une source domaniale de profits à ajouter à celles de Varron. Elle devait exister bien avant l’époque d’Ulpien. La prostitution est une activité annexe des tabernae deversoriae, et il est très vraisemblable qu’elle était déjà souvent mise en œuvre dans celles que préconisait Varron.

  • 7 C’est pour cela que Varron utilise toujours le mot fructus et jamais quaestus : je corrige ici une (...)
  • 8 Dig., VII, 1, 13, 5.
  • 9 Veyne 2001, 151-152 (1979a, 273-274). Je ne mettrai pas non plus sur le même plan le lupanar insti (...)

6L’observation d’Ulpien est en tout cas de nature à rassurer sur la légitimité de toutes les entreprises non agricoles menées à l’intérieur d’un domaine. Tout profit tiré du territoire que l’on possède, de ses terres et de son équipement en bâtiments, en instruments, en bétail, en hommes et femmes, est un résultat de la propriété. Ce ne sont pas des profits commerciaux ; on parlera pour eux de fructus plutôt que de quaestus7. Les choix d’exploitation du sol ne se faisaient pas seulement entre les différents types de culture, mais prenaient en compte les richesses du sous-sol : un usufruitier, pour Ulpien, a le droit de faire arracher des oliviers ou des vignes pour ouvrir le sol, si du moins cela élève le revenu du domaine et améliore le fonds8. Les revenus des carrières d’argile ou autres et de l’agriculture sont dans ce texte globalisés ; quels qu’ils soient, ils sont honorables. Je m’écarterai de Paul Veyne, dont la lecture m’a fait connaître le texte sur les lupanars, et ne mettrai pas leur installation dans sa catégorie des revenus “occasionnels” ou “inessentiels” de l’aristocratie9. Leur exploitation relève simplement d’une gestion optimale (ou, si l’on préfère, rationnelle) des ressources diverses du domaine.

Le rayon d’action du propriétaire

7Où et à qui vendre ce qui se transporte ? Si les propriétaires étendent leur rayon d’action à l’infini, ils exercent en ce qui concerne les produits de leur domaine toutes les fonctions du marchand sans l’être, et les plus grands d’entre eux auraient, du point de vue économique, un rôle aussi bien dans le commerce que dans la production.

8Poursuivons pour éclaircir ce point la lecture de Varron. Son chapitre 16 traite de l’environnement du domaine « car la région attenante importe, et grandement, à la culture de celui-ci à cause du voisinage ». À cet égard, dit-il, quatre points sont à examiner :

  • 10 RR, I, 16, 1 (trad. J. Heurgon). Varron met de l’ordre dans les conseils de Caton, Agr., 1, ce que (...)

« Si les environs sont peu sûrs ; s’ils sont tels qu’il n’y ait pas intérêt à y exporter nos produits, ou à importer de là les choses dont nous avons besoin ; en troisième lieu si les routes et les cours d’eau nécessaires au transport, ou bien n’existent pas, ou bien ne sont pas en état ; en quatrième lieu, s’il y a quoi que ce soit dans les domaines limitrophes qui soit nuisible ou utile à nos champs »10.

9Le premier point touche à la sécurité du voisinage : trop de brigands compromettent toute l’affaire. Le second dit que le domaine ne doit pas être enclavé ; il doit disposer de débouchés proches (evectos) pour qu’on y transporte et y vende ce que l’on fait pousser. S’il est voisin d’une ville, c’est un plus, et il faut alors choisir des cultures particulières, qui ne se vendent que là, par exemple des champs de violettes et de roses.

« De même, s’il y a dans le voisinage des bourgs ou des villages, ou encore, appartenant à des riches, des fermes ou des champs bien pourvus, où l’on puisse acheter à bon compte ce dont on a besoin pour le domaine, auxquels ce qu’on a de trop puisse être vendu […] le domaine est de meilleur rapport que s’il fallait l’importer de loin, et quelquefois même que si l’on pouvait se le procurer en cultivant chez soi ».

  • 11 C’est la préposition ad mercium distractionem, Dig., XIV, 3, 5, 12 et 3, 16.

10Notons l’emploi, dans ces passages, des verbes vendere, emere, venire, de l’adjectif venale : le propriétaire vend (bien évidemment par l’intermédiaire de son vilicus, qu’il aura préposé à cela11) ce qu’il peut de ses surplus dans des marchés à portée de main. Une seconde partie de ce deuxième point concerne la gestion du personnel, qui varie selon l’environnement.

11Dans le troisième point, Varron nous paraît revenir au début du second :

  • 12 Plaustra, des chariots lourds à deux ou quatre roues, généralement tirés par deux bœufs.

« Un domaine équivalent est rendu plus rentable par les transports, s’il existe des routes que des chariots12 puissent emprunter facilement, ou, à proximité, des cours d’eau navigables ; c’est par ces deux moyens, nous le savons, que beaucoup de choses sont emportées hors des domaines, ou y sont apportées ».

  • 13 C’est la traduction heureuse de Jacques Heurgon pour evectus et invectus.

12L’organisation travaillée de l’ensemble du passage montre pourtant que Varron traite là de tout autre chose que dans le second point. Il ne s’agit plus d’assurer les conditions nécessaires pour avoir à proximité des débouchés et des approvisionnements13, mais de transports lourds. Le système du transport à distance paraît être nettement séparé de celui des relations avec le voisinage. Le mot choisi maintenant pour parler de transport est vectura, qui désigne tantôt (exclusivement dans le Digeste) la somme due au transporteur, tantôt l’action de transporter. Dans cette acception, il s’agit toujours d’un transport à distance, demandant une organisation à part. Et, si l’on retrouve les termes evehere et invehere, ceux qui parlent de vendre n’y sont plus. Le texte est beaucoup plus court et plus général que pour le second point. Il n’y a plus de recommandation concernant le personnel. Si la possibilité de gros transports profite au propriétaire, rien ne montre qu’il est directement concerné par leur mise en œuvre.

La séparation de la production et du commerce à distance

13Deux cas concrets évoqués plus loin dans l’Économie rurale élucident la question. Le premier est mis dans la bouche de Murrius, fin connaisseur en ânes, qui traite de leur élevage et de leur usage. Destinés en général aux moulins et au travail des champs, les ânes sont utilisés isolément, sauf ceux que quelquefois on consacre aux transports :

  • 14 II, 6, 5. Tenney Frank, ESAR, V, 279 avait déjà remarqué incidemment « qu’il est intéressant de vo (...)

« Quand on forme des troupeaux, ils appartiennent en général à des marchands, par exemple à ceux qui, du territoire de Brindes ou d’Apulie jusqu’à la mer, font transporter par des ânes de bât de l’huile ou du vin, et d’autre part du blé ou d’autres produits »14.

14L’huile et le vin qui arrivaient de l’intérieur, probablement en outres, pour être mis dans les amphores fabriquées par les célèbres ateliers de Giancola et d’Apani près de Brindes étaient donc déjà la propriété de marchands qui en organisaient le premier transport, avant de les charger sur les bateaux qui les emporteraient vers Délos ou Alexandrie. Il en allait de même, si l’on suit l’interprétation de Daniele Manacorda, du blé du Tavoliere qui descendait vers Sipontum.

  • 15 III, 16, 11 : velle expectare ut suo potius tempore mercatorem admitterent. La traduction de merca (...)

15Le second cas fait partie d’un exposé sur les abeilles et sur les profits qu’on peut tirer du miel. Les frères Veianii, anciens soldats de Varron en Espagne, et tout petits propriétaires en pays falisque, gagnaient gros avec leurs ruches. Ils spéculaient sur la cherté, attendant le moment favorable pour « laisser entrer le marchand »15.

  • 16 On doit à Bernard Liou d’avoir attiré l’attention sur ce texte dans Liou, Gassend 1990, 206.
  • 17 Voir p. 190-192. Sur les rapports de Pline et de ses marchands, je partage la position de Nicolet (...)
  • 18 Voir pour plus de détails et les références la p. 189.
  • 19 XXXIX, 4, 9, 8 : mercatores autem, qui de fundis fiscalibus mercari consuerunt.
  • 20 Diodore, V, 13 ; Morel 1982, 206.

16Ces différents produits de l’agriculture spéculative, en Apulie, autour de Brindes, en Daunie, en Étrurie ont été vendus au domaine à des marchands. Il faut ajouter ces deux exemples à ceux que j’ai rassemblés antérieurement, la recommandation de Columelle (XII, 52, 14) « de bien nettoyer les dolia dès qu’ils ont été vidés par les marchands »16, les marchands qui ont acheté le vin de Pline le Jeune et à qui il fait en grand seigneur des ristournes parce que les prix se sont par la suite effondrés17, les ventes sur pied, les bouchons d’amphores italiennes des IIe et Ier siècles av. n. è., estampillés par des négociants qui pouvaient détenir les poinçons sur les bateaux18. On peut y joindre l’allusion du Digeste (Paul) aux marchands qui ont l’habitude d’acheter les produits des domaines impériaux19, ou, à la suite de J.-P. Morel, et pour une production différente, le texte de Diodore sur les ferrières de l’île d’Elbe : des emporoi achètent les lingots fabriqués dans l’île (ou à Populonia) et les transportent à Pouzzoles ou ailleurs ; d’autres, après la transformation du fer en biens d’usage, assurent la commercialisation de ces objets20.

  • 21 Bernard Liou dans Liou, Tchernia 1994, 152.

17Enfin, le dossier des amphores à huile de Bétique (Dr. 20) est particulièrement intéressant. Quand, dans les découvertes du Monte Testaccio ou sur les épaves, tout le haut de l’amphore est conservé, on lit sur le col le nom du négociant et le long de l’anse celui du domaine et de son propriétaire : dans presque tous les cas, ils sont distincts ; il y a cependant trois « commerçants propriétaires, à qui il arrive d’exporter la production de leur propre domaine, comme aussi bien d’ailleurs les produits d’autres domaines »21. On y verra à la fois la confirmation de la règle générale et la preuve qu’elle peut comporter des exceptions.

  • 22 Voir p. 196.
  • 23 Paterson 1982, 155 ; repris et développé en 1998, 159-160. Aussi Ligt 1993, 164 ; Morley 2000, 214 (...)
  • 24 Lo Cascio 2007a, 10.

18À ces arguments s’ajoutent d’autres indices mis en avant depuis longtemps par Jeremy Paterson : les juristes ont remarqué que dans aucun des nombreux textes du Digeste concernant la vente du vin, il n’est question de vendre directement au consommateur22. Quant aux ouvrages des agronomes, ils sont muets sur la commercialisation. Dès 1982, Jeremy Paterson en concluait que « la plupart des grands propriétaires ne se mêlaient pas directement de la commercialisation de leurs produits, mais la laissaient en règle générale aux mains des negotiatores »23. À quoi répond exactement à l’inverse une phrase récente d’Elio Lo Cascio : « Le propriétaire de vignes et d’oliviers était non seulement producteur de vin et d’huile, et d’amphores pour leur transport, mais aussi, en personne ou par l’intermédiaire d’agents, celui qui commercialisait ces produits »24.

  • 25 Lo Cascio 2009, 211-234 (1992). Sur ces boutiques, Wallace-Hadrill 1991 et 1994. Même si les remar (...)

19Lo Cascio renvoie à son étude sur la vie économique à Pompéi, et on pourrait, en sa faveur, mettre en avant les boutiques qu’on y voit encadrer le vestibule de plusieurs maisons des plus riches25. Mais nous sommes là, quand il ne s’agit pas d’une simple location d’espace, dans un commerce du premier type, celui qui intéresse le voisinage. Il ne pose pas de problème. Si l’on veut se faire l’avocat d’un désaccord avec Jeremy Paterson, la question doit porter sur le commerce systématique de quantités importantes pour des marchés distants. On rencontre là toute la discussion sur la conduite de l’aristocratie sénatoriale, et il faut y revenir, en tenant compte de ce que l’enquête n’est pas la même selon qu’on débat d’une implication directe, ou d’un recours à l’intermédiaire d’agents, pour reprendre la distinction de Lo Cascio.

Des sénateurs exportateurs ?

20Les cas d’implication directe sont certainement rarissimes. Il n’est pas sûr qu’ils soient inexistants. Passons d’abord en revue ceux où l’on a pu penser que des sénateurs possédaient des bateaux destinés au grand commerce.

  • 26 Att., I, 9, 2 ; I, 8, 2. Le transport sera finalement effectué sur un autre bateau : Cicéron fait (...)
  • 27 D’Athènes à Sala au Maroc et au Mont-Beuvray en Gaule. Voir la carte publiée par Gianfrotta 1982, (...)
  • 28 Gianfrotta 1982, 17-21 ; Parker 1992, 165-166 (no 371). Dans une épave contemporaine au large du c (...)

21En 67 avant notre ère, Atticus a acheté pour Cicéron à Athènes des statues mégariennes et des hermès en marbre pentélique avec des têtes de bronze que ce dernier attend avec impatience. « Lentulus, écrit-il, promet ses bateaux ». Il revient là-dessus quelques jours plus tard : « Si le bateau de Lentulus n’était pas là, embarque-les là où tu le jugeras bon »26. Or des amphores Dr. 1 timbrées L. Lentuli P. f ont été retrouvées en plusieurs points du littoral méditerranéen et en Gaule27, ainsi que sur l’épave de Santa Severa près de Pyrgi. Le nom de Lentulus est accompagné là d’une série de noms d’esclaves, que l’on retrouve à peu près tous sur l’épave du Dramont A près de Fréjus28. On en déduit que les amphores du Dramont venaient aussi de l’atelier du domaine de L. Lentulus P. f, même si son nom n’apparaît pas dans ce dernier cas. Il s’agit très probablement de L. Cornelius Lentulus Crus, consul en 49, grand propriétaire à Minturnes, et il est presque sûr que le Lentulus de Cicéron est ce personnage. Les épaves de Santa Severa et du Dramont A sont-elles celles de bateaux ayant appartenu à Lentulus ?

  • 29 Hesnard, Gianfrotta 1989, 402, 411 no B. 8, 434 no A. 8.
  • 30 Hesnard, Gianfrotta, ibid. ; Tchernia 1986, 118, et voir ci-dessous p. 189.

22Au Dramont A, des amphores sont bouchées au nom de Sex. Arrius et une ancre du navire porte une inscription au même nom29. La conclusion est que Sex. Arrius était un armateur marchand, qui avait acheté le vin de Lentulus, et le transportait sur un bateau qui lui appartenait ou tout au moins qu’il avait armé. C’est du reste cette découverte qui a largement contribué à asseoir l’interprétation des noms sur bouchons de pouzzolane comme noms de négociants30. Dans ce cas-là, l’idée que Lentulus transportait ses amphores sur son propre bateau n’est pas vérifiée. La question peut rester ouverte à Santa Severa.

  • 31 Att., XVI, 4, 4.
  • 32 Voir la liste la plus récente dans Olmer 2003, 310-313.
  • 33 Will 1979, 349 ; Carandini, Settis 1979, 97 ; Manacorda 1981, 31-32 (avec prudence).
  • 34 Benoit 1961, 52-56 ; Hesnard, Gianfrotta 1989, n ° B. 36.
  • 35 Dans un premier temps, L. Titius a été considéré comme un voisin de Sestius qui lui aurait vendu d (...)
  • 36 Discussion dans Mc Cann (dir.) 1987, 16, n. 7, et voir le compte rendu de J. Paterson dans JRS, LX (...)

23Le cas de Sestius est un peu analogue. Cicéron, en juillet 44, est légitimement inquiet. Il explique à Atticus qu’il projette de quitter l’Italie par la mer de concert avec Brutus. Il donne à cette occasion un bref état des forces navales de ce dernier, meilleures qu’il ne le pensait : « Lui-même et Domitius ont de bonnes galères à deux rangs, et il y a en outre les beaux navires (luculenta navigia) de Sestius, Bucilianus et de tous les autres »31. On a retenu dans cette liste les luculenta navigia de Sestius, parce que les timbres Sesti sur amphores Dr. 1 produites à Cosa sont les plus connus de tous, attestés en une cinquantaine d’endroits d’Athènes à Toulouse, Poitiers et jusqu’au Titelberg au Luxembourg, avec une écrasante majorité en Gaule32. Les amphores ainsi timbrées constituent la cargaison de l’épave du Grand Gongloué 2, où s’est déroulée la première fouille sous-marine par plongeurs autonomes. Abondamment étudié, le timbre se réfère à la gens Sestia, soit à P. Sestius, pour qui plaidera Cicéron, soit à son père L. Sestius, soit aux deux. Il y a débat pour savoir si Cicéron dans sa lettre parle de P. Sestius, ou de son fils prénommé Lucius comme son grand-père, l’initiateur du chantier de la villa de Settefinestre près de Cosa. Il est de toute façon tentant de voir dans les luculenta navigia les navires d’un viticulteur négociant, intégrant toute la chaîne de la production à la vente en Gaule indépendante33. Mais plusieurs des amphores de Sestius sont sur l’épave du Grand Congloué 2 fermées par un bouchon de pouzzolane au nom de L. Titius C. f34, un nom de négociant comme nous venons de le voir. L. Titius, avait acheté le vin de Sestius et en assurait le transport35. Il n’y a pas de raison pour que le navire du Congloué ait appartenu à Sestius. Mais surtout, dans la lettre de Cicéron, les navires de Sestius sont destinés à combattre36, à côté d’autres appartenant à plusieurs grands personnages rangés au parti de Brutus. Ils viennent appuyer ses dicrota et ceux de Domitius. S’ils ne sont pas des navires de guerres spécialisés, ils peuvent être transformés à cette fin. Ce sont donc forcément des navires longs, à rames, bien différents du bateau du Grand Congloué, et de toutes les épaves chargées de Dr. 1 fouillées jusqu’à ce jour. Dans la lettre de Cicéron, il ne faut pas oublier, à côté de Sestius et du sénateur peu connu Bucilianus, les ceteri, tous les autres : elle prouve que pas mal de monde pouvait posséder ce genre de bateaux et pas du tout qu’ils étaient tous des propriétaires commerçants.

  • 37 II Verr., V, 44 : navem vero cybaeam, maximam, triremis instar, pulcherrimam atque ornatissimam.
  • 38 II Verr., IV, 19 ; 150 ; V, 46.
  • 39 Casson 1971, 166-167.
  • 40 II Verr., V, 59.
  • 41 Voir p. 208-209. Le Digeste, XXXIII, 7, 12, 1 cite les bateaux parmi les équipements qui servent à(...)

24Dans les Verrines, Cicéron s’acharne sur une cybaea que Verrès s’est fait offrir par les Mamertins. C’est un très grand navire, comparable à une trirème, très beau, très bien équipé37. On pense à l’adjectif luculentus utilisé pour les navires des partisans de Brutus. Quoique Cicéron en parle à plusieurs reprises comme d’une oneraria navis maxima, un très grand bateau de charge38 (ce qui conforte ses accusations), c’est un navire à rames, une galère marchande, comme dit Lionel Casson39, une birème40. Voilà un bateau qui peut être adapté au combat naval ; ceux de Sestius, Bucilianus et tous les autres devaient être plus ou moins du même type, et ceux de Lentulus peut-être aussi. Il est amusant de noter que l’usage que voulait en faire Cicéron, transporter des œuvres d’art, est celui-là même auquel Verrès destinait sa cybaea. L’argumentation de son réquisitoire conduit Cicéron à envisager les usages légitimes d’un navire de ce genre pour un sénateur, et il n’y en a que deux : ses déplacements personnels et le transport des produits d’un domaine maritime lui appartenant, ce qui est conforme à l’esprit du plebiscitum Claudianum et sera autorisé par la lex Iulia de repetundis41.

  • 42 Plaute, Rudens, 932-933 : Jean Bayet, dans sa Littérature latine, traduisait par « yacht » ; Cicér (...)

25Les déplacements personnels ont été sous-estimés. Pour un propriétaire de domaine côtier, les voyages par mer étaient chose commode et courante. Un navire à rames bien équipé les assurait plus vite et plus régulièrement qu’un bateau à voiles. Cette navigation qu’on dirait de plaisance était simplement la façon la plus confortable et la plus simple de passer d’un point à un autre sur certains trajets. Il faut en réalité penser que tous les riches propriétaires de domaines et de villas côtières possédaient ce genre de bateau. Il pouvait servir à transporter des charges comme des passagers. A-t-il été l’instrument de ventes à distance ? Ce n’est pas techniquement exclu, mais jusqu’à présent, l’archéologie sous-marine n’a pas trouvé, sous les amphores, de coque de ce genre. La navigation de plaisance existait. Dans le Rudens de Plaute, l’esclave qui croit avoir trouvé un trésor et rêve de s’enrichir infiniment imagine qu’au sommet de sa fortune, ayant gagné tout ce qu’il veut en faisant du commerce avec de grands vaisseaux, il achètera un autre bateau animi causa, uniquement pour son plaisir et pour se promener de port en port. Cicéron lui-même, qui craignait tant la mer, a tout de même fait naviguer son fils sur une galère rhodienne. Il était fort inquiet42.

  • 43 Embarras que ne cache pas dans un article fort savant D. Nonnis 2003, 267-268 : « De faibles indic (...)

26Une autre piste repose sur l’identification de quelques personnages. On connaît plus de quarante noms de marchands sur les bouchons des amphores à vin de la fin de la République, les Dr. 1, et plus de quatre cents, peints aux Ier et IIe siècles de n. è. sur le flanc des amphores à huile de Bétique, les Dr. 20. D’un milieu où des affranchis voisinent avec des ingénus de rang modeste ou moyen, émergent trois noms embarrassants43 parce qu’ils peuvent renvoyer à des personnages importants. Examinons-les brièvement.

  • 44 Gianfrotta 1998, 106.
  • 45 Nonnis 2003, 271-272.

27Un bouchon sur une Dr. 1B de l’épave de Foce Verde (sur la côte du Latium, à proximité de Torre Astura)44 est timbré Ti. Clau(di) Ti. f. À l’époque républicaine, il y a de grandes chances pour qu’il renvoie à un membre de la grande famille des Tiberi Claudii Nerones, ancêtres de Tibère45. On ne peut préciser davantage.

  • 46 Hesnard, Gianfrotta 1989, 425, no B. 33 = CIL, XI, 6080, 21.
  • 47 Syme 1964, 123 ; Wiseman 1971, 262, n. 406 ; Guidobaldi 1996. Voir aussi Zevi 2005, 823. Harris 19 (...)

28Il y a fort longtemps qu’on a lu le nom de C. Sornatius C. f sur un bouchon d’amphore en plâtre, maintenant perdu, trouvé près de Castrum Novum, sur le versant adriatique de l’Italie, dans l’ager Praetutianus, au sud du Picenum46. Münzer, Ronald Syme, T. P. Wiseman et plus récemment M.-P. Guidobaldi l’ont assimilé au légat de Lucullus C. Sornatius, de la tribu Velina, donc originaire du Picénum, qui a été aussi un bienfaiteur des marchands d’esclaves à Acmonia en Phrygie47. Si C. Sornatius a fait commerce de vin en Orient, il n’est pas surprenant, au contraire, qu’il ait entretenu de bonnes relations avec les marchands d’esclaves d’Asie Mineure : l’échange du vin contre des esclaves est l’axe même de l’économie de l’époque. Le plus vraisemblable serait de reconnaître en lui un propriétaire de vignobles participant à la distribution lointaine de son vin, et de la façon la plus visible, avec son nom en position de commerçant.

  • 48 Rodríguez Almeida 1994, 120-122, nos 9 et 10. Remesal Rodríguez, Aguilera Martín 2001, 51 ne croie (...)
  • 49 Infra, p. 113.

29En 1991, le nom de Q. Cornelius Quadratus est apparu peint sur une amphore du Monte Testaccio à l’emplacement où se situent sur l’amphore ceux des marchands d’huile de Bétique48. La chronologie étant compatible, il ne peut guère s’agir que du consul suffect de 147, qui est également le frère de Fronton, l’orateur et ami de Marc Aurèle. Fronton est né à Cirta en Numidie, la famille ne semble pas avoir de relations avec l’Espagne ni avec le commerce. En outre, une autre inscription au même nom, mais cette fois atypique, en lettres rouges d’aspect différent, a été découverte « à une certaine distance de la précédente ». Les inscriptions en rouge ne semblent pas désigner les marchands, mais plutôt des destinataires. Celle en noir pourrait avoir le même sens, si on pense aux inscriptions trouvées à Augsbourg avec le nom du procurateur de Rhétie en lieu et place de celle du marchand49. L’inscription sur la panse des amphores Dr. 20 désigne le propriétaire de l’huile au moment de l’embarquement : normalement un marchand, exceptionnellement un client qui s’est porté acquéreur sur place par l’intermédiaire d’un agent et fait convoyer les amphores jusqu’à sa résidence. On adopterait sans hésiter cette interprétation s’il ne fallait signaler deux autres Q. Cornelii marchands à la même époque, Fuscinus et Galenus, ainsi qu’un timbre Q. Co(rnelius) Cl(emens), propriétaire d’un atelier d’amphores et peut-être d’oliveraies en Bétique. Le gentilice Cornelius est des plus fréquents, mais seule une petite minorité utilise le prénom Quintus. Laissons ouverte la possibilité que Q. Cornelius Quadratus ait été, peut-être éphémèrement, négociant en huile de Bétique, sans doute un propriétaire commerçant.

  • 50 Robert 1968, 598-599.
  • 51 D’Arms 1981, 158 ; Pleket 1983, 137 ; 1984, 14.
  • 52 Elle est contestée par Whittaker 1985, 58.

30Ajoutons enfin un cas bien différent, issu d’une remarque de Louis Robert. On sait par le lemme d’un poème de l’Anthologie grecque (XIV, 72) que L. Cuspius Pactumeius Rufinus, un grand personnage originaire de Pergame, consul en 142, a consulté l’oracle de Didymes pour savoir « comment il ferait prêter serment à son propre nauclère ». Louis Robert en a tiré la conclusion que ce consulaire possédait une entreprise de transports maritimes50. Cette inférence a été approuvée et mise à profit par John D’Arms et Harry Pleket, qui ont inséré Rufin dans leurs listes des magistrats susceptibles d’avoir participé au commerce51. Ce serait en fait, si l’on accepte la conclusion de Louis Robert52, à la fois le cas le mieux établi et le seul qui toucherait à l’implication dans le transport maritime.

  • 53 Je rejoins à peu près les conclusions de Dominic Rathbone 2003, 203-204.

31Retenons au total qu’il est possible que, dans de rares cas, il y ait eu des sénateurs pour se dire publiquement marchands, plus probablement exportateurs des produits de leurs domaines, et peut-être dans un cas entrepreneur de transports maritimes53. Leur existence irait contre la coutume et les convenances ; elle s’ajouterait aux exceptions au principe de la séparation entre la production et le grand commerce que représentent déjà les trois “propriétaires commerçants” de Bétique.

  • 54 XIV, 72.

32Elle compromettrait aussi toute la théorie de la pratique fréquente mais secrète d’une activité déshonorante, tentation irrésistible mais dont on aurait dû soigneusement cacher l’exécution. Le cas du consul de 142 est particulièrement évident : voilà un homme qui, dans le cadre de son activité d’entrepreneur, consulte un oracle solennel, et reçoit une réponse devenue célèbre. Ce consulaire transgressait donc le plus ouvertement du monde l’interdiction de posséder des navires in quaestum. Il n’a pas consulté l’oracle secrètement, et celui-ci lui a répondu en conseillant une procédure si particulière (lui faire prêter serment à l’aurore, tourné vers l’Orient, le pied droit dans l’eau de mer, le gauche sur la plage et en invoquant des divinités telles que ce serment engagerait Jupiter lui-même) que la réponse a trouvé place dans l’Anthologie grecque54.

Problèmes d’idéologie

  • 55 D’Arms 1981, 1-2 et 7. Pour l’importance de cette comparaison dans le raisonnement de John D’Arms (...)

33Remontons donc au livre du plus grand défenseur de la thèse du vaste camouflage, John D’Arms. Depuis qu’il a consacré ses premières pages à Jean-Samuel Depont, intendant de Metz vers 1770, et à l’amertume que celui-ci éprouvait d’avoir eu un grandpère adonné au commerce maritime, l’ombre de la dérogeance plane sur les discussions concernant la participation des sénateurs, et même des décurions, à des activités commerciales55. Que « Jean-Samuel Depont, Cicéron, Tacite et Pline le Jeune aient en commun... une attitude... de dédain moral envers les marchands » légitime une stratégie du soupçon qui a été depuis souvent prise comme une démonstration. Voyons plus précisément ce que vaut ce parallèle avec les XVIIe et XVIIIe siècles français.

  • 56 Richard 19972, 37.

34Jusqu’à une ordonnance royale de 1629, reprise par un édit en 1669, un noble qui pratiquait le commerce perdait sa qualité. S’il n’entrait ni dans l’armée, ni dans la magistrature, ni dans le clergé, il ne pouvait que s’occuper de ses terres et passait beaucoup de sa vie dans l’oisiveté. Le principe initial est que la noblesse trouve son origine et sa justification dans le métier des armes. Les opposants aux efforts de la monarchie mercantiliste pour fonder une noblesse marchande feront remarquer à plusieurs reprises que la pratique du commerce, qui se développe en temps de paix, est antinomique avec l’ardeur militaire56.

  • 57 Plutarque, Cato ma., XXXI, 2 (354 f) ; cf. Nicolet 1988, 176. Le principe est issu des réflexions (...)

35Le discours des Anciens est bien différent, parce que l’élite exerce des magistratures. Quelqu’un qui a choisi la vie politique, donc de se mettre au service de la cité et de la collectivité, ne doit pas avoir d’autre préoccupation, οὐδεμίαν ἀσχολίαν τῶν δημοσίων dit Plutarque à la fin des vies d’Aristide et de Caton, pas d’autre negotium que celui constitué par ses activités politiques57. Voilà pourquoi il ne peut avoir de métier. Un sénateur s’enrichit de revenus qui, en principe, tombent de façon régulière dans son escarcelle : fruit de ses domaines ruraux et de tout ce qui s’y fait, intérêts des prêts d’argent, le cas échéant loyers de bâtiments. Il peut n’y prêter qu’une attention occasionnelle. Le commerce et le transport à distance n’offrent ni la même facilité ni la même sécurité. Ils demandent une surveillance et des initiatives constantes, des réactions rapides (la ταχυεργία du discours de Censorinus que j’ai cité en commençant) bien différentes de celles qui suffisent pour exploiter la terre avec ses fruits saisonniers et monotones, pour attendre des loyers ou pour faire produire tout aussi régulièrement des biens par ses esclaves.

  • 58 Off., I, 150-151. Le problème posé par les activités énumérées touche iis quorum ordini conveniunt(...)

36C’est avec cette clef qu’il faut lire le texte tant cité du De officiis, où Cicéron développe une réflexion sur l’honorabilité de métiers, artificia et quaestus, que de toute façon les sénateurs ne sauraient pratiquer. Comme Cicéron le précise au passage, le texte ne touche en rien la plus ou moins grande latitude qu’ils auraient de participer au commerce. Il ne les concerne pas58. Plusieurs critères fondent la répartition de Cicéron entre activités viles ou dignes d’un homme libre (sordidae ou liberales) : l’impopularité d’abord (elle entoure les usuriers et les percepteurs), puis la dépendance, d’autant plus grande que le travail demande moins de compétence. Ceux qui n’ont à vendre que leurs bras (operae) sont en dessous de ceux qui possèdent au moins une technique (artes) et il faut une compétence intellectuelle (architectes, médecins) pour passer du côté des arts libéraux. Le problème du commerce intervient deux fois, la première explicite ce qu’est le petit commerce et les raisons de sa condamnation, la seconde met par opposition le grand commerce du bon côté de la barrière.

  • 59 Giardina 2002, 327-335 (Giardina, Gurevič 1994, 20-29). Philostrate, V. Ap., IV, 32. Rougé 1966, 2 (...)

37Dans le savant tableau de l’image du marchand qu’il a brossé avec un talent qui décourage d’en entreprendre un autre, Andrea Giardina a consacré plusieurs pages à souligner la différence radicale entre l’emporos, le grand marchand qui traverse les mers, et le kapelos, le détaillant ou le boutiquier, qu’il traduit en latin par tabernarius. Le texte le plus saisissant à cet égard est à tirer du passage de la Vie d’Apollonius de Tyane auquel j’ai fait allusion plus haut : une des disgrâces du commerce maritime est qu’on est contraint dans les ports de frayer avec des kapeloi59.

  • 60 Sénèque, Ben., IV, 13, 3 : Mercator urbibus prodest, medicus aegris.

38Ces derniers ne déploient aucune des qualités qui font estimer le marchand : le courage, l’énergie, la persévérance. Dans le texte de Cicéron, le contraste est d’abord fondé sur l’utilité sociale : ceux qui font du commerce à grande échelle apportent des produits lointains ; ils participent au rapprochement des peuples qui, nous l’avons vu plus haut, est un des effets positifs du commerce. Ils rendent service aux villes comme le médecin aux malades60. En revanche ceux « qui achètent aux marchands pour revendre aussitôt » ne subissent pas de délais et ne font faire à la marchandise aucun déplacement d’importance. On considère qu’ils ne lui confèrent aucune valeur ajoutée, qu’ils ne rendent aucun service. Ils ne peuvent donc faire du profit qu’à condition de mentir.

  • 61 Cicéron simplifie comme s’il n’y avait pas de situation intermédiaire ; je décris ici une vision d (...)

39Au contraire l’activité de ceux qui font du grand commerce (et s’ils sont opposés à ceux qui achètent aux marchands, on doit sans doute en déduire qu’ils achètent aux producteurs)61 n’est pas blâmable, elle est même digne d’éloges le jour où, lassés de leurs efforts et suffisamment riches, ils quittent le port, achètent des terres et les cultivent.

  • 62 Giardina 2002, 333-334 et 329-330 (Giardina, Gurevič 1994, 29), qui rappelle l’éloge des marchands (...)

40Retenons pour notre propos que le grand commerce n’est pas déshonorant ; c’est un quaestus aussi défendable que les artes liberales du médecin ou de l’architecte, et qui est potentiellement fort estimable si l’on prouve en le quittant qu’on n’était pas habité par les défauts des marchands et qu’on pouvait lui préférer la plus noble des sources de richesses, l’agriculture. Comme le dit Giardina, la pensée de Cicéron « s’est construite sur la base de l’impossibilité d’une condamnation absolue du grand commerce »62. Mais, quoi qu’il en soit, il n’est pas convenable pour les sénateurs de s’y adonner.

La théorie du secret

  • 63 Voir p. 180, n. 3 et 205.
  • 64 Cébeillac-Gervasoni 1998, 174 ; Aubert 1999, 164 ; Nonnis 2003, 272. (J’ai pris au hasard quelques (...)

41L’opinion la plus répandue veut que ceux-ci l’aient fait quand même, en tournant l’interdit social et la seule loi qui pouvait les gêner, la lex Iulia de repetundis (elle ne leur interdisait qu’une chose, être fréteur63). Ils auraient caché leur activité comme Jean-Samuel Depont cachait ses ancêtres, et utilisé pour cela les nombreuses possibilités que leur offrait la législation sur les sociétés et la préposition, ainsi que leur entourage de dépendants : « usage de prête-noms », « camouflage », « modalités à peine visibles »64.

  • 65 « Car », comme l’écrit Nicolas Tran 2006, 382, « il est parfois aussi impossible de démontrer l’in (...)

42Il est aussi facile de démontrer la possibilité de telles conduites qu’il est impossible d’en prouver l’existence ou l’inexistence par des exemples assurés, puisque leur principe même est de rester cachées65. Cette théorie tire de là sa force. Elle implique cependant deux présupposés à ne pas passer sous silence.

  • 66 On en trace l’origine chez Rostovtzeff, SEHRE, 153 : il ne doutait pas que « la principale source (...)

43Le premier est la volonté des sénateurs de trouver des moyens de s’enrichir autres que ceux que nous avons passés en revue (pour ne pas parler des profits politiques qui, au moins sous la République, l’ont emporté sur tous les autres), et la préférence donnée à l’enrichissement par le commerce66. Le second est qu’il leur était impossible de le faire ouvertement en bravant l’interdit social et en faisant abolir ou tomber en désuétude la loi sur la possession des navires.

  • 67 Drinkwater 2001, 303.

44Ni le premier ni le second de ces présupposés ne s’imposent nécessairement. Il serait absurde de penser qu’il n’y a pas eu dans l’histoire de grande fortune qui ne fût fondée sur le commerce. Disons au moins à titre d’exemple qu’on a pu au contraire soutenir que dans aucune économie préindustrielle il n’y eut d’enrichissement considérable qui ne fût politique ou guerrier67.

  • 68 Richard 19972, 13 ; cf. 43-54 et 67-68.

45L’exemple français montre de son côté qu’un interdit social peut être intégré au point que la possibilité de participer à des activités financières lucratives n’entraîne guère d’adhésion. Les efforts de la monarchie aux XVIIe et XVIIIe siècles pour créer une noblesse commerçante susceptible de conforter la politique mercantiliste ne rencontreront que peu de succès parce que « trop de nobles répugnent aux activités mercantiles, mais surtout ne possèdent ni les goûts ni les moyens financiers de s’y livrer avec succès »68. Passons sur les moyens financiers et retenons que l’attachement à l’interdit social et l’habitude d’autres activités étaient les plus forts, même devant les encouragements du pouvoir.

  • 69 Mémoires d’Outre-Tombe, livre I, ch. I.
  • 70 Angiolini 1995, 103.

46Là où par exception la politique de la royauté a mieux réussi, à Marseille ou en Bretagne, la noblesse pratiquait déjà le commerce depuis longtemps. Les nobles provençaux, souvent descendants de marchands anoblis aux XVe, XVIe et même XVIIe siècles, avaient le commerce en estime et obtenu une exemption de dérogeance dès 1556. La coutume de Bretagne offrait un autre genre de protection. À Jean-Samuel Depont on peut opposer le père de Chateaubriand, cadet de famille, qui, après quarante ans de navigation et trente ans de commerces de toutes sortes, y compris la traite négrière, se retire en 1776 à Combourg acheté quinze ans plus tôt, et passe les dernières années de sa vie à défendre ses titres et ses droits et à contempler son arbre généalogique : « Une seule passion dominait mon père : celle de son nom ». Et pourtant Chateaubriand n’hésite pas à dire dans la même page : « Il s’enrichit dans la colonie et jeta les bases de la nouvelle fortune de sa famille »69. L’exemple complexe des relations des noblesses italiennes avec le négoce met en lumière une gamme de possibilités plus étendue encore, avec de grandes différences selon l’époque, selon les régions, l’origine de la richesse nobiliaire et les activités économiques de la ville ou de l’État : « Ici on dénie toute compatibilité entre négoce et noblesse, là on l’admet, ailleurs on distingue des hiérarchies d’activités »70. Ni les attitudes ni les conduites ne sont en ce domaine uniformes, et on ne peut tirer argument d’un rapprochement ponctuel pour fonder un modèle universel de conduite et s’en servir comme clef d’explication.

  • 71 Suétone, Dom., IX, 6 : scribas questorios negotiantis ex consuetudine sed contra Clodiam legem ven (...)

47Quant à l’interdiction légale d’exploiter un navire, on peut s’étonner, si elle était si embarrassante, de son poids et de sa persistance. Les exemples de lois gênant les sénateurs qui n’ont pas tardé à tomber en désuétude à la fin de la République et sous l’Empire ne sont pas rares. Pour ne pas parler des lois somptuaires, la lettre du plebiscitum Claudianum a été rapidement négligée, la lex de modo credendi possidendique intra Italiam a été transgressée par à peu près tout le monde, au point que presque tous les sénateurs, sous Tibère, prêtaient là le flanc aux attaques des délateurs ; après la crise qui s’ensuivit, elle ne fut pas remise en vigueur. Plus pertinente encore pour notre propos est une lex Clodia qui interdisait le commerce aux scribes des questeurs, ce qui ne les empêchait pas d’en faire « suivant l’usage, mais contrairement à la loi ». Ces caissiers et comptables des finances publiques, appartenant au niveau supérieur de l’ordo apparitorum, avaient donc pris l’habitude de transgresser sans se cacher une loi dont la logique paraît manifeste. Domitien leur fit grâce pour le passé71. Tout cela fait penser que si les sénateurs avaient vraiment voulu être affréteurs, ils auraient pu le faire sans entrer en clandestinité.

  • 72 Wiseman 1971, 79 : « The local disposal of surplus produce must have been considered a legitimate (...)
  • 73 Sur la question de savoir si les ateliers étaient ou non gérés directement par les propriétaires e (...)

48La distinction entre la vente à proximité et le commerce à distance permet de préciser le problème. Wiseman (malheureusement sans en tirer dans la suite de son livre toutes les conséquences) l’avait déjà dit en 1971 : « La vente locale de surplus devait être considérée comme un effet latéral légitime de la vie d’agriculteur ; l’exportation de surplus sur une grande échelle était une autre affaire »72. Varron regardait sans réprobation les auberges que ses confrères avaient ouvertes au bord de leur domaine ; ceux qui à Pompéi vendaient des produits de leurs domaines dans des boutiques situées de part et d’autre des fauces de leur riche maison ne se cachaient pas ; les sénateurs mettaient leur nom sur les briques et les tuiles qu’ils vendaient pour les grandes constructions romaines et produisaient en particulier du côté du confluent du Tibre et de la Nera73. On voit dans ce cas que l’idée de vente de proximité peut être élastique, quand le marché est aussi grand que Rome et le transport aussi facile que sur le Tibre.

  • 74 Comme le dit Jean-Paul Morel 2002, 286.
  • 75 Pijassou 1980, 348-349 et 1055.
  • 76 Grivot 1964, 195.

49À l’inverse, quand les vétérans Veianii appellent les négociants pour vendre leur miel, et plus encore quand l’affranchi Remmius Palémon, homme d’argent, plein de « dynamisme et d’esprit d’entreprise »74 vend sa vendange sur pied, ce n’est pas parce que le commerce ne convient pas à leur rang. Il n’y a pas là d’idéologie, mais une organisation économique, une façon de répartir les tâches qui n’a rien de surprenant. Le travail de viticulteur et de producteur de vin est bien éloigné de celui des negotiatores qui, à la fin de la République, sont en contact avec l’aristocratie de la Gaule indépendante, y échangent du vin contre des esclaves, et organisent le passage des hommes puis leur vente en Italie. Il y a bien de la différence entre récolter l’huile des oliviers en Bétique et organiser des transports de Cadix au Rhin. La séparation production-commerce n’est pas une organisation économique universelle, mais elle est fréquente. Les grands crus du Médoc ont été pendant des siècles presque en totalité distribués par l’intermédiaire des négociants des Chartrons ou de grandes maisons anglaises. Quand les intendants des domaines les vendaient au détail, sur place ou à des tavernes de Bordeaux, c’est que l’année était si mauvaise que les négociants n’en voulaient pas. En 1666, Arnaud de Pontac, propriétaire du château Haut-Brion envoie son fils à Londres fonder une maison de commerce et un restaurant de luxe où il vend son vin : c’est une innovation, une « idée géniale » dit René Pijassou, et qui ne sera pas imitée. Encore en 1969, seuls 16,5 % des vins du Médoc faisaient l’objet de ventes directes75. Au début des années 60, 95 % des vins d’appellation contrôlée Bourgogne passaient par le négoce76.

Le financement du commerce et ses canaux

  • 77 Sur le financement du commerce maritime, ajouter aux références indiquées p. 181 Rathbone 2003 qui (...)
  • 78 Veyne 2001, 162 (1979a, 280).

50Cela étant, les sommes considérables investies dans le commerce, et particulièrement dans le commerce maritime, obligent à penser que les plus riches ont contribué à les fournir77. Écrite il y a trente ans, la phrase de Paul Veyne : « Les revenus épongés par les détenteurs du sol étaient prêtés aux négociants, ou encore, les détenteurs transformaient en négociants leurs esclaves » ne paraît guère prêter le flanc aux objections78. Au contraire, les données plus récentes sur le prix des marchandises venues d’Orient mettent encore plus haut la barre des sommes nécessaires. Veyne distingue cependant deux canaux différents pour le passage des fonds du propriétaire terrien vers le commerce, le prêt et la préposition d’esclaves. Ils méritent d’être examinés.

La préposition et le pécule

  • 79 Les hommes libres ne sont pas exclus : Dig., XIV, 3, 1 ; 3, 7, mais Aubert 1994, 134 remarque que (...)
  • 80 Dig., XIV, 3, 5, 2-3 : Labeo quoque scripsit, si quis pecuniis faenerandis, agris colendis, mercat (...)

51L’usage d’agents par l’aristocratie est, comme nous l’avons vu, une solution souvent retenue dans l’historiographie. Il ne fait pas de doute que les textes, en particulier juridiques, manifestent l’abondance des agents dans les opérations commerciales. Il ne fait pas de doute non plus que les dépendants, affranchis et esclaves, ont joué le plus souvent ce rôle79. Deux textes, d’autant plus utiles qu’ils sont à l’évidence indépendants l’un de l’autre, offrent un panorama de l’usage des esclaves comme agents. Le premier est du jurisconsulte Labéon : « Si on a préposé quelqu’un pour faire des prêts à intérêt, pour exploiter un domaine agricole, pour faire du commerce ou répondre à des adjudications d’État, on est tenu de répondre pour lui en totalité ». Le second est de Plutarque, qui déplore qu’on mette beaucoup moins d’exigence à choisir les esclaves préposés à l’éducation des enfants que ceux dont on fait « des cultivateurs, des nauclères, des commerçants, des intendants ou des prêteurs »80. L’agriculture, le prêt et le commerce sont les trois domaines récurrents dans les deux textes.

  • 81 La distinction a déjà été faite le plus nettement du monde par Juglar 1894, 11, 81 et passim.
  • 82 Dig., XV, 1, 5, 4.
  • 83 Hopkins 1978, 125-126 ; Aubert 1994, 65-70 ; Andreau 1999b, 105-106 ; 2001, 129-135 et 278 ; 2004  (...)

52Il existe deux façons d’utiliser les esclaves pour le commerce. Ou les préposer à une fonction définie, à l’intérieur de laquelle ils agissent au nom de leur maître, ou leur donner un pécule et les orienter vers des activités commerciales autonomes81. Le pécule attribué à l’esclave est comme « mis à part du reste du patrimoine du maître82 ». Il le gère comme il l’entend. Tout ce qui appartient à l’esclave reste propriété du maître, mais l’habitude n’est pas de reprendre le pécule, sauf incident. Son attribution relève pour le maître d’un pari sur le succès de l’esclave, et n’est rémunérée qu’à long terme : soit quand l’esclave meurt (le pécule revient alors au maître ou à son héritier grossi de tous les bénéfices qui ont pu être faits), soit quand il négocie son affranchissement83. L’avantage est que, si les affaires vont mal, la responsabilité in solidum mise en avant dans le texte de Labéon fait place à une responsabilité limitée au pécule.

  • 84 Voir le texte d’Ulpien sur l’édit du préteur qui a institué l’actio exercitoria, Dig., XIV, 1, 1, (...)

53Tout nanti d’un pécule qu’il est, un esclave peut être en même temps préposé par son maître. Les textes juridiques, et en particulier le passage d’Ulpien sur l’actio exercitoria, insistent sur la différence d’engagement du maître selon qu’il a manifesté sa volonté de préposer l’esclave à telle fonction, ou que ce dernier l’a choisie sans qu’il le lui enjoigne, voire sans qu’il le sache. Dans le premier cas sa responsabilité est entièrement engagée, dans le second elle est limitée au pécule. On fait alors, et en général s’il le faut, la différence entre les merces peculiares, achetées avec le pécule, destinées à être traitées selon les choix de l’esclave, et celles dont il fait commerce en vertu de la préposition84.

  • 85 Hesnard, Gianfrotta 1989, 422, no B. 26 ; Manacorda 1989, 462, n. 78 ; Aubert 1994, 272.
  • 86 Hesnard, Gianfrotta 1989, 437, no A. 24 ; Gianfrotta 2008, 65-66.
  • 87 Dig., IX, 4, 19, 2.

54Les cas précis d’esclaves se livrant au grand commerce dont nous avons trace ne laissent pas décider s’il s’agit d’un esclave à pécule ou d’un préposé. Ni pour les deux noms d’esclaves connus sur des bouchons d’amphores Dr. 185, ni pour celui d’un esclave naviculaire apparu sur deux ancres (Nicia, esclave de L. Villius, a dû perdre deux navires, un en Sicile et un en Sardaigne)86. Pour l’exercitor navis, le juriste Paul envisage les deux possibilités87. Et des deux textes que j’ai cités plus haut, celui de Labéon parle explicitement de préposition, mais celui de Plutarque, qui emploie le verbe ἀποδεικύναι laisse plus de liberté d’interprétation.

  • 88 Aubert 1994, 4-5.
  • 89 Comme le dit Andreau 1997, 21-22 (1985a).

55Jean-Jacques Aubert a dressé le tableau des différentes positions réciproques que peuvent occuper un commettant et un préposé, ou, pour employer les termes empruntés à l’Anglais entrés dans le vocabulaire des sociologues, un principal et un agent88. Le principal peut confier à son agent des objectifs successifs définis au coup par coup ; son implication personnelle reste alors très forte. Il conserve évidemment une activité professionnelle, c’est un marchand qui utilise l’agent pour développer ses affaires. Si au contraire l’agent est désigné de façon durable, deux cas se présentent. Dans le premier, le principal garde la haute main sur l’affaire, prend les décisions stratégiques, empoche les bénéfices. L’agent agit au nom du principal. Au contraire, toute latitude peut être laissée à l’agent, qui choisira lui-même d’un bout à l’autre sa façon d’opérer. Seul son domaine d’action est quelquefois fixé. Dans cette dernière situation, le principal ne joue pas le rôle d’entrepreneur. Il agit plutôt comme un épargnant ou un obligataire89.

  • 90 Andreau 2004, 122.

56La situation de l’esclave à pécule le place clairement à cette extrémité du tableau. La logique du pécule n’est pas forcément différente de celle du prêt aux affranchis, à ceci près que le pécule ne rapporte rien au maître tant que l’esclave le détient, si ce n’est l’assurance d’une bonne conduite. Le préposé agit au contraire en vertu de la voluntas de son maître, qui doit être au courant de ce qu’il fait. Mais la précision du contrôle qu’il subit est élastique, et laisse ouvert un champ qui peut couvrir les deux cas envisagés par Jean-Jacques Aubert90.

  • 91 CIL, XIV, 2298 = ILS, 1949.
  • 92 Andreau 2001, 144.

57Les esclaves marchands n’apparaissent pas dans les archives de l’entreprise financière des Sulpicii à Pouzzoles. On y trouve en revanche des esclaves prêteurs appartenant à de grandes familles ou à l’empereur. Ils prêtent de l’argent à des marchands ou à d’autres, et engagent parfois des sommes considérables, jusqu’à 125 000 sesterces. Si ce sont des esclaves à pécule, ils disposent de fonds très importants, ce qui n’est pas impossible : rappelons-nous l’inscription de Zosimus, affranchi de M. Aurelius Cotta Maximus, consul en 20, qui lui avait donné des sommes du niveau du cens équestre91. Si ce sont des agents, en quoi, vis-à-vis de ces esclaves, un principal comme l’empereur manifeste-t-il sa voluntas ? Peut-être en leur disant de travailler avec les Sulpicii, mais rien n’est moins sûr. Cette situation pose manifestement des problèmes à ceux qui l’ont étudiée de près. Quand Jean Andreau écrit : « L’empereur, ou le sénateur, eux, ne s’occupaient nullement du détail de la gestion, mais certes, ils en percevaient les profits, ou au moins une partie de ces profits », la frontière entre l’essentiel et le détail reste à tracer, et le mécanisme du reversement des profits à définir92.

  • 93 Łoś 2005, 105.

58Les modalités de l’usage de la préposition par des propriétaires terriens aux fins d’exercer du grand commerce (donc en dehors du commerce de proximité, mené par des esclaves tabernarii, ou des vilici chargés de la distractio mercium) sont au total difficiles, voire impossibles à cerner. C’est ainsi qu’au terme d’une enquête visant à découvrir dans les inscriptions peintes sur les amphores de Pompéi des noms de marchands dépendants de notables municipaux, Andrzej Łoś constate l’impossibilité de décrire le degré d’implication de ces notables dans les commerces conduits par leurs dépendants : « Pousser plus avant nos réflexions à ce sujet ne serait que pure spéculation »93.

  • 94 Dig., XL, 9, 10 ; XXVI, 7, 58.
  • 95 Sur ces questions, Andreau 2004, 120-122.

59Le champ d’action du préposé est en général étroit et bien déterminé. Deux textes donnent cependant quelque corps à l’image d’une préposition large et lâche, mais impliquant cependant le propriétaire. Ce sont les phrases du Digeste qui parlent d’exercere negotiationes per servos ac libertos, mener des affaires par l’intermédiaire d’esclaves et d’affranchis. Quelqu’un d’endetté ne peut affranchir ses esclaves, qui constituent un capital dû aux créanciers. Mais « les hommes espèrent souvent avoir plus de biens qu’ils n’en ont en réalité. Cela arrive fréquemment à ceux qui par l’intermédiaire d’esclaves et d’affranchis mènent des affaires au-delà des mers dans des régions où ils ne résident pas eux-mêmes ; comme ils ignorent que ces entreprises ont périclité avec le temps, ils accordent sans volonté de fraude la liberté à leurs esclaves et les affranchissent »94. La situation décrite dans ce beau texte ne laisse pas d’être étrange. Il ne s’agit ni d’un prêt ni d’un pécule, puisque le propriétaire reste entièrement responsable financièrement. Mais celui-ci a été fort longtemps sans nouvelles de la mauvaise marche des affaires menées par ses préposés (adtritis longo tempore), autrement dit il n’a même pas surveillé régulièrement les bénéfices qu’il en tirait. Il ne s’est pas conduit autrement que s’il était dans le premier cas. Tout se passe comme si, en ces affaires, le modèle de comportement pratiqué quand il s’agit de pécule ou de prêt s’était étendu à la préposition95.

  • 96 Aubert 1999, 149.
  • 97 Camodeca 1994 ; Christol 2002 ; Étienne, Mayet 2004 ; Łoś 2005.
  • 98 Voir p. 320 et 342-343.

60Les grands employeurs d’agents exécutants, esclaves ou non, devaient être les marchands eux-mêmes. Quand un commerce régulier s’instaure entre deux points éloignés, il faut au moins un représentant au point de départ et un autre au point d’arrivée : l’un deux sera un agent96. Parmi les négociants en poisson salé et en huile de Bétique dont on lit les noms sur les amphores trouvées à Pompéi et à Rome, il y a, à côté de résidents à Hispalis ou Astigi, des Narbonnais et des Putéolitains97 qui disposent forcément d’agents sur les lieux de production. Les plus connus sont P. Olitius Apollonius, naviculaire, sévir augustal à Narbonne, et son compatriote Sex. Fadius Secundus Musa, flamine de Narbonnaise, qui signent des amphores du Monte Testaccio à Rome : ils avaient besoin d’agents à Hispalis ou à Cadix et d’autres à Rome98. On multiplierait facilement les exemples.

  • 99 Trimalcion non plus : Aubert 1999, 146.
  • 100 Cicéron, II Verr., V, 154.
  • 101 Dig., L, 5, 3. On peut espérer pour lui que L. Ferranius Celer dont on a retrouvé trois épaves, de (...)
  • 102 Voir p. 177.

61Les plus gros marchands n’embarquaient pas avec leurs marchandises99 ; ils désignaient pour les accompagner un agent qui, s’ils étaient aussi propriétaires ou armateurs du navire, pouvait être le magister navis, par nature un préposé, ou qui occupait sinon, à bord du navire, une situation parallèle. P. Granius, un Putéolitain, a été appelé par Cicéron pour témoigner à charge parce que Verrès s’est emparé de son bateau et de ses marchandises après avoir fait exécuter ses affranchis : il avait donc plusieurs agents à bord100. Des armateurs étaient à la tête de plusieurs bateaux, comme on le voit entre autres par les avantages offerts à ceux qui font construire cinq navires de 10 000 modii et les mettent pendant cinq ans au service de l’annone : il leur fallait au moins un agent sur chaque bateau101. Les magistri navium, souvent esclaves, jouent ce rôle. Dans l’Isis de Lucien, Adimante, emporté par le rêve à la vue de l’Isis, un grand navire de l’annone égaré à Athènes, imagine qu’il possède le navire avec tout ce qu’il contient, « cargaison, négociants, femmes, matelots et tout ce qu’il y a de plus agréable du monde »102 : il faut considérer que les négociants en question sont des esclaves préposés par de gros marchands de blé alexandrin.

  • 103 Dig., XIV, 1. Le magister navis peut être préposé mercibus emendis vel vendendis (XIV, 1, 3). Voir (...)

62Ce sont sans doute ces préposés-là que visent les textes juridiques sur l’actio exercitoria, et la pyramide qui va d’un dominus ou d’un exercitor navis ou navium (propriétaire ou exploitant de navires dans lesquels il embarque souvent sa propre marchandise) aux magistri navium (qui représentent à bord l’exercitor en tant qu’armateur et le cas échéant en tant que marchand) et éventuellement aux vicarii que ceux-ci délèguent à leur tour103.

Le prêt

  • 104 Sénèque, Ep., 119, 1 ; Veyne 1993, 1064, n. 2 et voir p. 180-183.
  • 105 Ep., 36, 5 : Ad illud aes alienum solvendum opus est negotianti navigatione prospera.
  • 106 CIL, IX, 60, étudiée par Tisè 2001. Aussi Jean Chrysostome, 1ère homélie sur Lazare, PG 48, 966, c (...)
  • 107 Voir sur ces deux points p. 180-181 et 232-237 avec bibliographie. Ajoutons, pour la même constata (...)
  • 108 P. 242-244 et 313-314.
  • 109 Sur la réhabilitation de l’importance du crédit dans l’économie romaine, voir Lo Cascio 2003a.

63Dans un passage purement métaphorique, Sénèque dit à Lucilius (à qui il explique le secret du véritable enrichissement : restreindre ses envies) « pour pouvoir faire du négoce, il faut emprunter ». Le passage est bien connu. Paul Veyne commente : « On sait si peu de choses sur certains secteurs de l’économie romaine que cette phrase est capitale ; elle nous apprend que l’entreprise fonctionne au moyen du crédit et qu’il existait du crédit d’entreprise104 ». Dans une lettre antérieure, Sénèque a déjà fait allusion aux emprunts contractés soit par des marchands, soit par des agriculteurs105. On peut encore trouver du crédit si le bateau et l’affaire font naufrage : c’est le sens des remerciements adressés dans son inscription funéraire à la divine et nourricière Fides par un vaillant marchand de Brindes qui, trois fois brisé par l’infortune, s’est à chaque fois refait grâce au crédit106. Il faut mettre en regard de ces textes ceux particulièrement nombreux, clairs et probants qui démontrent sans laisser la moindre place au doute qu’un sénateur sous l’Empire divisait sa fortune en deux parts, les terres et l’argent prêté107. L’offre de prêt et la demande de crédit se sont forcément rencontrées. La crise financière de 33 a été déclenchée parce que la quasi-totalité des sénateurs transgressait en faveur des prêts à intérêt une loi de César fixant la part respective des deux placements. J’ai tenté d’expliquer ce déséquilibre par le développement du commerce avec l’Inde à partir du changement d’ère, et l’importance des sommes qu’il requérait108 ; l’hypothèse, que je maintiens, implique que les sénateurs aient abondamment participé aux prêts maritimes. Le prêt est bien le principal canal par lequel les plus riches, et particulièrement l’élite sénatoriale, ont financé le commerce109.

  • 110 La formule est de Paul Veyne 2001, 156, n. 51 (1979a) ; cf. Id. 2001, 41 (1961) « un conte de fées (...)
  • 111 Il en existe une autre pour le marchand qui échoue, trahi d’espoir et par ses amis : voir p. 176.
  • 112 Lire là-dessus les réflexions de Lo Cascio 2007a.
  • 113 Pétrone, Sat., LXXVI : manum de tabula ; sustuli me de negotiatione et coepi libertos fenerare. Ce (...)

64« Le récit des affaires de Trimalcion et de son enrichissement est un conte de fées, cela va sans dire »110. Abandonner l’agriculture pour se procurer un navire et le charger, spéculer sur la cherté, faire naufrage, tout perdre, s’obstiner, repartir, s’enrichir, finir par acheter des terres en suivant le modèle cicéronien, tout le récit se conforme, grossi, à l’image conventionnelle de la trajectoire du marchand qui réussit111, et l’utiliser pour en tirer des éléments de réalité présente bien des risques112. Je les prendrai cependant sur le point suivant : il y a dans la dernière partie des aventures de Trimalcion deux étapes, celle où il est propriétaire terrien mais continue à faire des affaires, celle où il quitte « la table de jeu » : « Je me retirai des affaires et je me mis à prêter aux affranchis »113. L’opposition tranchée entre le négoce et le prêt représente au moins un trait de mentalité bien réelle, et marque à mon sens une différence de comportement reconnue. En quittant la table de jeu, Trimalcion renonce aux plus gros bénéfices, aux risques et aux initiatives ; il rejoint, avec le prêt aux affranchis, un monde de gains plus paisibles, et cependant fort rémunérateurs. Certes, le prêt maritime comporte plus de risques que les autres, mais il y a des moyens de les lisser, dont nous parlerons plus bas.

  • 114 Il ne faut surtout pas corriger le libertos fenerare : voir Narducci 1984, 238-239 ; Camodeca 1996 (...)
  • 115 Temin 2004 ; Rathbone, Temin 2008.
  • 116 Verboven 2008.
  • 117 L’importance des prêts aux affranchis était déjà bien soulignée par Pavis d’Escurac 1977, 353-354.

65Trimalcion prête à ses affranchis114. Rien ne permet de penser que ce point particulier a pu être imaginé et ne renvoie pas à une pratique réelle. On a récemment discuté des intermédiaires de crédit et cherché à mesurer leur place pour en tirer des conclusions générales sur la modernité ou non de l’économie romaine115. Verboren a aussitôt fait observer à juste raison qu’il manquait à ces travaux la dimension du « crédit informel disponible pour les amis et la famille »116. Il faut entendre famille au sens de familia, incluant esclaves et affranchis. Elle présente bien des avantages. La quête d’information et les intermédiaires ne sont plus nécessaires ; les risques sont diminués par les liens que les affranchis sont tenus d’entretenir avec leurs anciens maîtres117.

  • 118 Voir Andreau 2002, 236-237.
  • 119 Des mises en garde du même genre ont été faites à plusieurs reprises par Jean Andreau (par exemple (...)

66Les affranchis de l’élite sont les premiers à avoir bénéficié des prêts. Le bailleur de fonds profitait ainsi à la fois des intérêts fixes qui lui revenaient et, si les affaires de l’affranchi prospéraient, de la part d’héritage qui était réservée à lui ou à ses descendants au moins quand il s’agissait des affranchis les plus riches118. De son côté l’affranchi pouvait vraisemblablement profiter de la protection de son patron ou de ses recommandations. Cela n’autorise pas pour autant à confondre usure et entreprises commerciales119. Qu’il fasse de gros bénéfices ou qu’il n’en fasse point, l’affranchi est tenu de payer les mêmes intérêts. Ce n’est qu’à sa mort que ses succès commerciaux intéressent, s’il y en a eu, le patron, et celui-ci n’est pas pour grand-chose, ni dans la réussite, ni dans l’échec. Le même genre d’attitude présidait à la remise de pécules aux esclaves.

  • 120 On pouvait « hériter » de Latins Juniens, comme l’a fait Pline le Jeune, Ep., X, 104. Voir Sirks 1 (...)
  • 121 Les textes sont cités p. 275-276.
  • 122 Sur la proportion probablement importante des Latins Juniens parmi les affranchis, Weaver 1990.
  • 123 Sirks pense que le plus souvent, ils empruntaient à leur patron, mais Andreau 1997, 27 (1985a) rem (...)

67Le cas des affranchis qu’on appelle les Latins Juniens, affranchis de façon informelle ou avant l’âge de trente ans, est particulièrement instructif. Ils vivaient affranchis mais mouraient esclaves et étaient totalement privés du droit de léguer leurs biens, qui revenaient à leur ancien maître ou à ses descendants120. Parmi les mesures prises par l’empereur Claude pour améliorer le ravitaillement de Rome, figure l’accès des Juniens au droit des Quirites, à condition qu’ils aient construit un bateau d’au moins 10 000 modii et transporté du blé à Rome pendant six ans121. Elle n’a de sens qu’à trois conditions : que les Juniens impliqués dans le commerce maritime aient été nombreux122 ; qu’ils aient été libres des choix qu’ils faisaient ; qu’ils aient pu trouver les fonds nécessaires à la construction d’un bateau123.

68Le statut des Latins Juniens présentait un double avantage pour leurs anciens maîtres. D’une part ils disposaient du jus commercii qui leur garantissait, sous la protection du préteur, la capacité légale de posséder, acheter, vendre et signer des contrats entre particuliers et avec l’État. Ils isolaient ainsi leurs patrons des activités commerciales, mieux que des affranchis informels ou des esclaves à pécule. Le risque d’une actio de peculio ou d’un litige pour savoir si la volonté du maître avait ou non été engagée dans telle affaire disparaissait. De l’autre côté, le patron était aussi assuré de récupérer les biens du Junien si celui-ci mourait que s’il s’était agi d’un esclave à pécule, et beaucoup plus que dans le cas d’un affranchi citoyen. Un statut particulièrement avantageux pour les maîtres a fait le succès d’une catégorie à laquelle il était encore plus intéressant de prêter qu’aux autres.

69Sirks, qui a étudié la question de la façon la plus approfondie, et mis en lumière ce que je viens de résumer, pense que la lex Junia qui l’a créée en 17 avant notre ère a été consciemment conçue à cette fin quand la volonté d’Auguste de mieux encadrer les affranchissements a rendu plus difficile l’usage des affranchis informels. Comme il le dit, « les revenus que l’on tirait des Latins Juniens (et ceux qu’on tirait des autres affranchis et affranchies) ont dû au total être considérables ».

Caton invente le prêt collectif

  • 124 Cato ma., XXI, 5-6 (349 b-c).

70Reste à examiner le texte le plus souvent cité comme exemple d’implication d’un sénateur cupide dans le commerce maritime : la description par Plutarque des activités de Caton à la fin de sa vie124. Il avait fini par estimer qu’il y avait des revenus plus sûrs, moins soumis aux aléas climatiques, que ceux de l’agriculture au sens strict. Pour ce qui est de ses terres, il leur donna une nouvelle orientation en achetant des bois, des pâturages, des exploitations de poix et des terrains utilisés par des foulons, des étangs et des sources thermales. Outre cela, il se lança dans la pratique du prêt maritime.

  • 125 Pace De Martino 1979, I, 133.

71Les lignes suivantes ont été fort diversement interprétées, parce qu’elles comportent deux volets qui peuvent paraître contradictoires. Plutarque indique clairement au début qu’il s’agit de prêt maritime125, puis il insiste sur l’originalité de la procédure exigée par Caton : les emprunteurs devaient former une société en s’adjoignant assez de collègues pour réunir cinquante marchands et cinquante bateaux. Dans cette société, il prenait une part par l’intermédiaire de son affranchi Quinctio, qui naviguait et commerçait avec les autres. Malgré le διὰ Κουιντίωνος, aucune indication ne va dans le sens d’un souci de passer inaperçu ; les modalités de l’opération et les noms des protagonistes sont parvenus sans encombre jusqu’à Plutarque.

  • 126 Rathbone 2003, 214.

72Placée dans son contexte, la recherche de revenus sans risques, elle ne peut avoir pour but que de remédier aux aléas du prêt à la grosse aventure. La part unique que prend Caton dans la société, même si le pourcentage qu’elle représente n’est pas indiqué, paraît être tout à fait minime. Les bénéfices ne viendront pas de là, mais des intérêts du prêt. En répartissant celui-ci sur un grand nombre de navires, Caton lisse les risques d’accident maritime. Son astuce est qu’il ne se donne pas la peine de trouver cinquante emprunteurs : il transfère cette charge au nombre plus réduit des premiers candidats à l’emprunt ; il leur revient de créer une société pour diluer dans le nombre les risques de la mer. Comme le dit fort justement Dominic Rathbone : « C’est le fait de prêter au groupe, plutôt qu’aux socii pris individuellement, que Plutarque présente comme une invention de Caton »126.

  • 127 Rougé 1966, 427 ; 1980, 293. L’interprétation de Jean Rougé est malheureusement obérée par sa trad (...)
  • 128 Reste que la société en commandite a existé : Gaius, Inst., III, 149. Andreau 1997, 36-37 (1985a)  (...)

73Elle ne diminuait pas seulement les risques maritimes, mais aussi ceux que pouvait susciter la déloyauté des emprunteurs. Le prêt collectif (qui est le fondement de la pratique récente du microcrédit) instaure une responsabilité conjointe des emprunteurs. Dès la formation du groupe, s’exerce une autosélection. Puis il fait peser sur chacun des membres une pression sociale qui entrave les tentatives de baraterie ou de non-remboursement. La part de Quinctio avait le même objectif : il occupait pour Caton une position d’observateur participatif. Dominic Rathbone, et avant lui Jean Rougé, ont déjà interprété ainsi la prise de participation à la société : « Quant à la présence de Quinctio, elle correspond à la coutume bien établie qui fait accompagner le prêt par un représentant du prêteur, chargé de s’assurer du respect des clauses du contrat. »127. On ne peut en faire l’exemple emblématique de l’insertion d’un sénateur, comme participant aux bénéfices et aux pertes, dans une société de commerce par l’intermédiaire de son affranchi128.

Conclusion

  • 129 Sur les ergasteria dans les régions d’Éphèse et de Magnésie du Méandre : Pleket 1984, 28-30.
  • 130 Wallace-Hadrill 1991 et voir p. 222-223.

74Les propriétaires terriens ont exploité au mieux leurs domaines. À condition que ce fût dans le voisinage, ils ont vendu non seulement leur blé, leur huile, leur vin, leurs volailles et leur bétail, mais aussi leur miel, leurs fleurs, leurs poissons, leurs paons, leurs escargots, leurs loirs et leurs sangliers. Il ont fait construire des auberges, des lupanars, des ateliers de tisserands et de foulons129. Ils ont tiré bénéfices des amateurs de cures thermales et vendu de l’eau minérale. Ils ont vendu du sable, de la chaux, des pierres et les produits des ateliers de poterie, vases, briques, tuiles et amphores. Ils ont mis en location boutiques et immeubles qu’ils possédaient en ville130. Mais ils n’ont participé qu’exceptionnellement au commerce à distance.

  • 131 TPSulp., 73 ; 94.
  • 132 CIL, VI, 9653 ; Pavis d’Escurac 1977, 347.

75La théorie selon laquelle beaucoup l’ont fait clandestinement, en se cachant derrière leurs esclaves ou affranchis, ne repose sur aucune base tangible. Ses partisans en tirent la preuve que le secret était bien gardé et en font ainsi une hypothèse indiscutable, au sens propre du terme. Mais le peu d’exemples qu’on a montre que les esclaves et les affranchis ne tendaient devant leurs maîtres et patrons qu’un voile transparent. Quand, dans les tablettes des Sulpicii, un des prêteurs dont j’ai parlé plus haut est identifié comme esclave de Lollia Saturnina ou, mieux encore, quand un autre se présente comme un vicarius d’Amarantus Ti. Claudi Caesaris Augusti Germanici servus, avec toute la titulature de Claude, on a plutôt l’impression qu’ils font étalage de la qualité de leur propriétaire131. Les partenaires de l’opération comprenaient aussitôt à qui ils avaient affaire. Euxinus, esclave negotiator, qui a fait préciser sur sa pierre tombale qu’il appartenait à un Volusius Saturninus, n’a pas davantage masqué le nom et la gens célèbres de son maître132.

  • 133 Observation parallèle pour la banque dans Andreau 1997, 25-26 (1985a).

76En réalité, les dépendants ont été utilisés comme des pépinières d’entreprises à qui on fournissait des capitaux de départ. Elles se développaient, ou échouaient ensuite de façon le plus souvent autonome, sans que les financeurs initiaux n’interviennent dans les opérations ni même dans les choix stratégiques. La majorité d’entre elles ne pouvaient passer à des héritiers directs, ce qui limitait leur durée, et d’autant plus que l’espérance de vie était brève. En finançant le commerce, les riches propriétaires l’ont taxé à leur profit, et à un taux lucratif. Ils se sont assuré ainsi des revenus fort importants, moins risqués et comportant moins de contraintes. Et ceux des marchands qui réussissaient assez longtemps pour quitter leur situation de débiteurs et monter des entreprises beaucoup plus durables ne dédaignaient pas alors de combiner les deux sources de revenus, comme nous le verrons au chapitre suivant133.

Notes

1 Particulièrement nettement par Whittaker 1985, 57-58.

2 Giardina 2002, 333 (Giardina, Gurevič 1994, 29) ; Platon, Sph., 223 d.

3 RR, I, 2, 22-23. Voir aussi Vitruve, VI, 5, 2.

4 Morel 2009, 69-75 (paru en juillet 2010) vient de défendre une interprétation diamétralement opposée des mêmes pages de Varron.

5 Dig., XXXIII, 7, 25. Aussi VII, 1, 13, 5 ; VIII, 3, 6 ; XVIII, 1, 77 ; XXVII, 9, 3, 6. Ces dernières références incluent les mines, les fours à chaux, les carrières de pierre, de graviers et de sable, ce qui recoupe exactement le texte de Varron.

6 Dig., V, 3, 27, 1 : in multorum honestorum virorum praediis lupanaria exercentur.

7 C’est pour cela que Varron utilise toujours le mot fructus et jamais quaestus : je corrige ici une interprétation antérieure, qu’on trouve encore p. 223, n. 78. Sur les termes fructus, quaestus, reditus, voir Minaud 2005, 265-275 ; Andreau 2007a.

8 Dig., VII, 1, 13, 5.

9 Veyne 2001, 151-152 (1979a, 273-274). Je ne mettrai pas non plus sur le même plan le lupanar institué par Caligula au Palatin : il est scandaleux, parce qu’il y fait travailler des matrones et des jeunes gens de naissance libre.

10 RR, I, 16, 1 (trad. J. Heurgon). Varron met de l’ordre dans les conseils de Caton, Agr., 1, ce que fera aussi Pline, NH, XVIII, 6, 26-28. Voir aussi Columelle, I, 2, 3.

11 C’est la préposition ad mercium distractionem, Dig., XIV, 3, 5, 12 et 3, 16.

12 Plaustra, des chariots lourds à deux ou quatre roues, généralement tirés par deux bœufs.

13 C’est la traduction heureuse de Jacques Heurgon pour evectus et invectus.

14 II, 6, 5. Tenney Frank, ESAR, V, 279 avait déjà remarqué incidemment « qu’il est intéressant de voir que Varron entend que le marchand acquiert le produit au domaine et le transporte jusqu’à la mer ». Je m’inspire pour le début de la phrase de sa traduction et pour la fin de celle de Manacorda 1994 et 1998.

15 III, 16, 11 : velle expectare ut suo potius tempore mercatorem admitterent. La traduction de mercatorem par « client », dans la collection des Universités de France (Charles Guibaud 1997), est significative du sentiment d’ambiguïté ressenti par le lecteur moderne. Le passage a été étudié par Morley 1996, 161 et 2000, 216 et 219. Sur l’habitude d’attendre la cherté pour vendre, voir I, 69, 1.

16 On doit à Bernard Liou d’avoir attiré l’attention sur ce texte dans Liou, Gassend 1990, 206.

17 Voir p. 190-192. Sur les rapports de Pline et de ses marchands, je partage la position de Nicolet 1988, 148 et de Morley 2000, 219. Il n’y a aucune négociation entre les parties, mais les ristournes effectuées selon une justice proportionnelle à la valeur des achats contribuent localement à la bonne réputation de Pline. C’est ce qu’il voulait.

18 Voir pour plus de détails et les références la p. 189.

19 XXXIX, 4, 9, 8 : mercatores autem, qui de fundis fiscalibus mercari consuerunt.

20 Diodore, V, 13 ; Morel 1982, 206.

21 Bernard Liou dans Liou, Tchernia 1994, 152.

22 Voir p. 196.

23 Paterson 1982, 155 ; repris et développé en 1998, 159-160. Aussi Ligt 1993, 164 ; Morley 2000, 214-215.

24 Lo Cascio 2007a, 10.

25 Lo Cascio 2009, 211-234 (1992). Sur ces boutiques, Wallace-Hadrill 1991 et 1994. Même si les remarques que j’ai faites sur la maison de Vibius Pansa sont toujours valables, je suis maintenant moins réticent qu’à la page 189 à admettre que certaines de ces boutiques ont servi à vendre des produits d’un domaine du propriétaire.

26 Att., I, 9, 2 ; I, 8, 2. Le transport sera finalement effectué sur un autre bateau : Cicéron fait régler un fret à l’arrivée à Gaète, ce qui n’aurait pu se passer pour un navire appartenant à un sénateur.

27 D’Athènes à Sala au Maroc et au Mont-Beuvray en Gaule. Voir la carte publiée par Gianfrotta 1982, 21 et compléter par Olmer 2003, 298-299.

28 Gianfrotta 1982, 17-21 ; Parker 1992, 165-166 (no 371). Dans une épave contemporaine au large du cap Licosa en Lucanie, un des noms d’esclave (Herm) se lit sur un fragment d’amphore : c’est peut-être un troisième chargement des produits de Lentulus (Gianfrotta 1998, 105).

29 Hesnard, Gianfrotta 1989, 402, 411 no B. 8, 434 no A. 8.

30 Hesnard, Gianfrotta, ibid. ; Tchernia 1986, 118, et voir ci-dessous p. 189.

31 Att., XVI, 4, 4.

32 Voir la liste la plus récente dans Olmer 2003, 310-313.

33 Will 1979, 349 ; Carandini, Settis 1979, 97 ; Manacorda 1981, 31-32 (avec prudence).

34 Benoit 1961, 52-56 ; Hesnard, Gianfrotta 1989, n ° B. 36.

35 Dans un premier temps, L. Titius a été considéré comme un voisin de Sestius qui lui aurait vendu des amphores : Carandini, Settis 1979 ; Manacorda 1980, 176. Voir le débat brièvement indiqué entre Carandini 1989b, 509, Manacorda 1989, 464 d’un côté, et Hesnard, Gianfrotta 1989, 427 de l’autre.

36 Discussion dans Mc Cann (dir.) 1987, 16, n. 7, et voir le compte rendu de J. Paterson dans JRS, LXXX, 1990, 197.

37 II Verr., V, 44 : navem vero cybaeam, maximam, triremis instar, pulcherrimam atque ornatissimam.

38 II Verr., IV, 19 ; 150 ; V, 46.

39 Casson 1971, 166-167.

40 II Verr., V, 59.

41 Voir p. 208-209. Le Digeste, XXXIII, 7, 12, 1 cite les bateaux parmi les équipements qui servent à exportare les produits du domaine, à côté des bêtes de somme, des charrettes, des tonneaux et des outres : il peut très bien s’agir de transports à courte distance (dans un domaine côtier, le bateau est indispensable pour atteindre la ville portuaire la plus proche), ou de transferts à la demeure urbaine du propriétaire : Whittaker 1985 ; Ligt 1993, 164-165 (mais son interprétation de Dig. XIV, 3, 4 est erronée : Aubert 1994, 7, n. 26). Le même juriste (Ulpien) précise à une autre occasion que le terme navis couvre les bateaux fluviaux et même les radeaux (XIV, 1, 1, 6).

42 Plaute, Rudens, 932-933 : Jean Bayet, dans sa Littérature latine, traduisait par « yacht » ; Cicéron, Att., X, 11.

43 Embarras que ne cache pas dans un article fort savant D. Nonnis 2003, 267-268 : « De faibles indices de nature onomastique, dont la validité a été, même récemment, objet d’opinions discordantes » ; voir le contraste entre ses p. 257 et 271-272. Je n’étudie ni l’estampille Ahenobarbi sur une ancre du musée de Palerme venant de l’Isola delle Femmine, mais sans provenance précise (Gianfrotta 1980, 111 ; Hesnard, Gianfrotta 1989, 433, no A. 6), ni celle au nom de C. Aquilius Proculus (probablement le consul de 90 de notre ère) sur une ancre retrouvée au large de Punta Licosa (Gianfrotta 1974 ; 1980, 112 ; Hesnard, Gianfrotta 1989, 434, no A. 7) : dans aucun des deux cas, on ne connaît le type de bateau auquel elles appartenaient. La famille des Domitii Ahenobarbi a plusieurs fois commandé des flottes de combat.

44 Gianfrotta 1998, 106.

45 Nonnis 2003, 271-272.

46 Hesnard, Gianfrotta 1989, 425, no B. 33 = CIL, XI, 6080, 21.

47 Syme 1964, 123 ; Wiseman 1971, 262, n. 406 ; Guidobaldi 1996. Voir aussi Zevi 2005, 823. Harris 1980, 127 et 129-130 est plus hésitant. Gianfrotta verrait dans le négociant en vin le père ou le fils du légat.

48 Rodríguez Almeida 1994, 120-122, nos 9 et 10. Remesal Rodríguez, Aguilera Martín 2001, 51 ne croient pas à l’identification (mais font un contresens sur l’italien de leur compatriote Rodríguez Almeida). Cf. Liou, Tchernia 1994, 150, n. 9 ; Andreau 1999a, 288.

49 Infra, p. 113.

50 Robert 1968, 598-599.

51 D’Arms 1981, 158 ; Pleket 1983, 137 ; 1984, 14.

52 Elle est contestée par Whittaker 1985, 58.

53 Je rejoins à peu près les conclusions de Dominic Rathbone 2003, 203-204.

54 XIV, 72.

55 D’Arms 1981, 1-2 et 7. Pour l’importance de cette comparaison dans le raisonnement de John D’Arms et la façon dont il l’a utilisée, Pleket 1983, 140 ; 1984, 4-6. Les positions d’ensemble de Pleket restent cependant proches de celles de D’Arms. Celui-ci s’appuyait sur un ouvrage alors récemment paru (1981) du biographe américain Robert Forster. Schleich 1984, 39-42 a discuté la légitimité et les limites de la comparaison.

56 Richard 19972, 37.

57 Plutarque, Cato ma., XXXI, 2 (354 f) ; cf. Nicolet 1988, 176. Le principe est issu des réflexions grecques sur la cité : voir Aristote, Pol., II, 11, 8 et 10 (1273 a).

58 Off., I, 150-151. Le problème posé par les activités énumérées touche iis quorum ordini conveniunt (151).

59 Giardina 2002, 327-335 (Giardina, Gurevič 1994, 20-29). Philostrate, V. Ap., IV, 32. Rougé 1966, 270-271 a cependant signalé trois textes où le kapelos voyage sur mer.

60 Sénèque, Ben., IV, 13, 3 : Mercator urbibus prodest, medicus aegris.

61 Cicéron simplifie comme s’il n’y avait pas de situation intermédiaire ; je décris ici une vision des choses, non la réalité.

62 Giardina 2002, 333-334 et 329-330 (Giardina, Gurevič 1994, 29), qui rappelle l’éloge des marchands dans la préface du De Agricultura de Caton. Aussi Gabba 1988, 94-96 (1980) ; Narducci 1989, 234-235 et 257-265 ; Giardina 2007, 764-765. Deux siècles et demi après Cicéron, Philostrate fait reconnaître à Apollonius de Tyane que, dans son assaut d’éloquence pour faire abandonner son métier au jeune aristocrate spartiate, il a noirci le tableau du commerce maritime. Le seul argument solide qui reste en fin de compte est l’incompatibilité avec la qualité de ses ancêtres. Voir aussi D’Arms 1981, 23-24.

63 Voir p. 180, n. 3 et 205.

64 Cébeillac-Gervasoni 1998, 174 ; Aubert 1999, 164 ; Nonnis 2003, 272. (J’ai pris au hasard quelques exemples pas trop anciens). Voir aussi Pleket 1984, 28 « marchands déguisés » ; Giardina 2002, 333 (Giardina, Gurevič 1994, 28). L’idée est déjà dans Juglar 1894, XX : « le maître invisible derrière eux… ».

65 « Car », comme l’écrit Nicolas Tran 2006, 382, « il est parfois aussi impossible de démontrer l’invérifiable que de l’infirmer ».

66 On en trace l’origine chez Rostovtzeff, SEHRE, 153 : il ne doutait pas que « la principale source des grandes fortunes était le commerce ». Comme d’habitude, cette affirmation n’est fondée sur aucune des références précises de ses célèbres notes (« As far as I can judge from the evidence I have got together, the source of large fortunes was commerce »). Voir MacMullen 1974, 49 ; Salmeri 1998, 60.

67 Drinkwater 2001, 303.

68 Richard 19972, 13 ; cf. 43-54 et 67-68.

69 Mémoires d’Outre-Tombe, livre I, ch. I.

70 Angiolini 1995, 103.

71 Suétone, Dom., IX, 6 : scribas questorios negotiantis ex consuetudine sed contra Clodiam legem venia in praeteritum donavit. Cette idée a déjà été défendue par Pavis d’Escurac 1977, 341-342.

72 Wiseman 1971, 79 : « The local disposal of surplus produce must have been considered a legitimate by-product of the agricultural life ; large scale surplus for export was a different matter ».

73 Sur la question de savoir si les ateliers étaient ou non gérés directement par les propriétaires et la querelle entre Tapio Helen et Margareta Steinby, voir maintenant Jean Andreau 2009 et 2010, 126-128, qui donne raison à la seconde, défenseur de la gestion active, pour environ les deux tiers des cas.

74 Comme le dit Jean-Paul Morel 2002, 286.

75 Pijassou 1980, 348-349 et 1055.

76 Grivot 1964, 195.

77 Sur le financement du commerce maritime, ajouter aux références indiquées p. 181 Rathbone 2003 qui, en se fondant sur des documents papyrologiques, réduit le coût de la construction des bateaux romains, mais souligne que les cargaisons ont le plus souvent plus de valeur que le bateau lui-même.

78 Veyne 2001, 162 (1979a, 280).

79 Les hommes libres ne sont pas exclus : Dig., XIV, 3, 1 ; 3, 7, mais Aubert 1994, 134 remarque que « la jurisprudence ne fait pas une large place aux gérants juridiquement indépendants, affranchis ou ingénus ».

80 Dig., XIV, 3, 5, 2-3 : Labeo quoque scripsit, si quis pecuniis faenerandis, agris colendis, mercaturis redempturisque faciendis praeposuerit, in solidum eum teneri ; Plutarque, De liberis educandis 7 (4 A-B) τῶν γὰρ δούλων τῶν σπουδαίων τοὺς μὲν γεωργοὺς ἀποδεικνύουσι, τοὺς δὲ ναυκλήρους, τοὺς δ’ἐμπόρους, τοὺς δ’οἰκόνομους, τοὺς δὲ δανειστάς. Cf. Pleket 1983, 137 ; Rathbone 2003, 205.

81 La distinction a déjà été faite le plus nettement du monde par Juglar 1894, 11, 81 et passim.

82 Dig., XV, 1, 5, 4.

83 Hopkins 1978, 125-126 ; Aubert 1994, 65-70 ; Andreau 1999b, 105-106 ; 2001, 129-135 et 278 ; 2004 ; Andreau, Descat 2006, 133-149.

84 Voir le texte d’Ulpien sur l’édit du préteur qui a institué l’actio exercitoria, Dig., XIV, 1, 1, 1-25, particulièrement 19-20 ; et Alfenus Varus, Dig., XLVI, 3, 35. Aubert 1994, 58-70 a élucidé les textes en apportant les nuances nécessaires.

85 Hesnard, Gianfrotta 1989, 422, no B. 26 ; Manacorda 1989, 462, n. 78 ; Aubert 1994, 272.

86 Hesnard, Gianfrotta 1989, 437, no A. 24 ; Gianfrotta 2008, 65-66.

87 Dig., IX, 4, 19, 2.

88 Aubert 1994, 4-5.

89 Comme le dit Andreau 1997, 21-22 (1985a).

90 Andreau 2004, 122.

91 CIL, XIV, 2298 = ILS, 1949.

92 Andreau 2001, 144.

93 Łoś 2005, 105.

94 Dig., XL, 9, 10 ; XXVI, 7, 58.

95 Sur ces questions, Andreau 2004, 120-122.

96 Aubert 1999, 149.

97 Camodeca 1994 ; Christol 2002 ; Étienne, Mayet 2004 ; Łoś 2005.

98 Voir p. 320 et 342-343.

99 Trimalcion non plus : Aubert 1999, 146.

100 Cicéron, II Verr., V, 154.

101 Dig., L, 5, 3. On peut espérer pour lui que L. Ferranius Celer dont on a retrouvé trois épaves, deux en Italie et une en Espagne, identifiées par les ancres à son nom, a été propriétaire de plusieurs bateaux (Hesnard, Gianfrotta 1989, 435, no A. 15). Nous avons vu que Nicia, esclave de L. Villius, a dû perdre deux navires. Rathbone 2003, 204 considère que d’après les papyrus la propriété de plusieurs navires est rare, mais il a deux cas au IIIe siècle, des nauclères transportant le blé de l’annone.

102 Voir p. 177.

103 Dig., XIV, 1. Le magister navis peut être préposé mercibus emendis vel vendendis (XIV, 1, 3). Voir Aubert 1999.

104 Sénèque, Ep., 119, 1 ; Veyne 1993, 1064, n. 2 et voir p. 180-183.

105 Ep., 36, 5 : Ad illud aes alienum solvendum opus est negotianti navigatione prospera.

106 CIL, IX, 60, étudiée par Tisè 2001. Aussi Jean Chrysostome, 1ère homélie sur Lazare, PG 48, 966, cité par Rougé 1966, 19.

107 Voir sur ces deux points p. 180-181 et 232-237 avec bibliographie. Ajoutons, pour la même constatation sous un autre angle, le couple agriculture-prêt en général, Di Porto 1984a, 78 et n. 36 et, pour des références plus récentes, Andreau 1997, 268-269 ; Harris 2006, 8 ; Rathbone, Temin 2008, 383.

108 P. 242-244 et 313-314.

109 Sur la réhabilitation de l’importance du crédit dans l’économie romaine, voir Lo Cascio 2003a.

110 La formule est de Paul Veyne 2001, 156, n. 51 (1979a) ; cf. Id. 2001, 41 (1961) « un conte de fées pour homme d’affaires ». Pour des doutes sur la représentativité de Trimalcion, voir aussi Garnsey 1981, 371 et Tran 2006, 125.

111 Il en existe une autre pour le marchand qui échoue, trahi d’espoir et par ses amis : voir p. 176.

112 Lire là-dessus les réflexions de Lo Cascio 2007a.

113 Pétrone, Sat., LXXVI : manum de tabula ; sustuli me de negotiatione et coepi libertos fenerare. Ce passage est contredit par XXXIX, 8 où le personnage déclare au présent et in mari et in terra multum possideo. Pétrone a oublié cette phrase quand il en arrive plus bas. La contradiction confirme que le récit ne se préoccupe pas d’exactitude réaliste, mais n’enlève rien à la signification sociologique que je donne au manum de tabula. Je m’écarte ici de l’interprétation de Lo Cascio 2007a, 9. Voir p. 183.

114 Il ne faut surtout pas corriger le libertos fenerare : voir Narducci 1984, 238-239 ; Camodeca 1996, 98, n. 19 ; De Romanis 1996a, 246, n. 18 (dont les brèves réflexions sont à rapprocher de ce que je dirai des marchands de Bétique au chapitre suivant) ; Tran 2006, 402.

115 Temin 2004 ; Rathbone, Temin 2008.

116 Verboven 2008.

117 L’importance des prêts aux affranchis était déjà bien soulignée par Pavis d’Escurac 1977, 353-354.

118 Voir Andreau 2002, 236-237.

119 Des mises en garde du même genre ont été faites à plusieurs reprises par Jean Andreau (par exemple 1996, 291) et Nicolas Tran 2006, 395-396 et 402. Voir aussi p. 183.

120 On pouvait « hériter » de Latins Juniens, comme l’a fait Pline le Jeune, Ep., X, 104. Voir Sirks 1981 ; 1983 ; Weaver 1990 ; 1997 ; López Barja de Quiroga 1998 ; Andreau, Descat 2006, 247-249.

121 Les textes sont cités p. 275-276.

122 Sur la proportion probablement importante des Latins Juniens parmi les affranchis, Weaver 1990.

123 Sirks pense que le plus souvent, ils empruntaient à leur patron, mais Andreau 1997, 27 (1985a) remarque qu’on manque d’exemples de renouvellement de prêts du patron à son affranchi après l’apport initial.

124 Cato ma., XXI, 5-6 (349 b-c).

125 Pace De Martino 1979, I, 133.

126 Rathbone 2003, 214.

127 Rougé 1966, 427 ; 1980, 293. L’interprétation de Jean Rougé est malheureusement obérée par sa traduction de κοινωνία par convoi.

128 Reste que la société en commandite a existé : Gaius, Inst., III, 149. Andreau 1997, 36-37 (1985a) ; Bang 2008, 275-276. Les sociétés nouées par Crassus avec ses esclaves, ses affranchis et ses clients sont citées par Cicéron (Paradoxa, VI, 46) entre les brigandages dans les campagnes, les proscriptions de citoyens riches et les massacres dans les municipes : elles ne sont pas pour lui inconvenantes mais criminelles. Mais nous trouverons plus bas des sociétés constituées entre un marchand de Bétique et un ou plusieurs de ses affranchis.

129 Sur les ergasteria dans les régions d’Éphèse et de Magnésie du Méandre : Pleket 1984, 28-30.

130 Wallace-Hadrill 1991 et voir p. 222-223.

131 TPSulp., 73 ; 94.

132 CIL, VI, 9653 ; Pavis d’Escurac 1977, 347.

133 Observation parallèle pour la banque dans Andreau 1997, 25-26 (1985a).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search