Version classiqueVersion mobile

Fabriquer l’antique

 | 
Delphine Burlot

Deuxième partie. La fabrication du faux. L'exemple des peintures de Guerra

Chapitre 11. L’invention de la fable : « Plus le monument sera faux, plus il aura d’histoire1 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’aspect des peintures pouvait laisser planer le doute sur leur authenticité, le faussaire ou le marchand les proposant à la vente tentait d’éliminer tout soupçon en racontant l’histoire de l’œuvre. Il la présentait comme une rare découverte dont il ne pouvait révéler tous les détails, et il faisait croire au client qu’il était l’heureux élu qui allait avoir la chance de posséder un monument de l’antiquité si précieux et si recherché par les autres collectionneurs. Il fallait exciter la curiosité de l’amateur et lui faire abandonner toute raison devant l’occasion qui se présentait à lui et qu’il ne devait pas manquer de saisir2. Ainsi, selon le père Piaggio, le père Contucci s’est abandonné à cette fièvre et a tenté de réunir le plus de fragments possible afin de ne pas laisser passer une si belle occasion. Or, il semblerait que les motivations du père Contucci aient été plus complexes que Piaggio ne le supposait3.

Les provenances

La provenance de la peinture revêt une grande impor...

© Publications du Centre Jean Bérard, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search